AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Il est trop tard pour travailler. [pv Montgo/Seb/Mel]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Directeur de Poudlard... et voilà.
avatar
▌ Messages : 162
Humeur :
50 / 10050 / 100


QUI SUIS-JE?
Baguette: Roseau, 19,72 cm et poils de centaure.
Camp: Neutre
Avatar: Ben Kingsley

Message#Sujet: Il est trop tard pour travailler. [pv Montgo/Seb/Mel]   Ven 15 Juil - 17:27

    Le directeur de Poudlard s’était couché tard. Pas aussi tard que certains autres, mais à une heure qu’il considérait tout de même excessive, lui qui appréciait le sommeil par-dessus tout. Il s’était couché d’autant plus fatigué que les affaires dont il avait traité jusque là faisaient partie de celles qui l’épuisaient le plus. Le budget de l’école. Proposer une part égale de moyens à ses différents professeurs, conjuguer avec les cours qui demandaient le plus d’accessoires (la divination et ses boules de cristal et réserves géantes de thé, l’astronomie et ses caméscopes hors de prix…), c’était un véritable calvaire pour Dippet, qui, à cet infini succession de chiffres, préférait les listes claires et explicites de tâches à accomplir. Ce fut donc avec un certain soulagement qu’il mit un point final à ce qu’il était en train de faire et s’apprêtait à rejoindre Morphée. Pour cela, rien de plus simple, la chambre du directeur était mitoyenne à son bureau. Oui, l’expression « passer sa vie au bureau » prenait ici tout son sens, il ne pouvait jamais se permettre de quitter les lieux, car c’est bien sûr toujours lorsque vous les abandonnez, ces lieux, que tout le monde s’y précipite avec quelque chose à réclamer. Il enfila son pyjama, qui ressemblait à s’y méprendre à une vieille chemise de nuit rayée bleue et blanche, ainsi que son bonnet de nuit, et s’apprêta à passer une nuit d’un sommeil bien mérité.

    Il ne pu malheureusement savourer la douceur de ses draps et l’absence du rêve qu’un temps trop court, en fait, il était plus assoupi que véritablement endormi lorsque des coups brusques et répétés se firent entendre à sa porte. Dans un grommellement, et dans un accès de gaminerie, Dippet fit mine de ne rien avoir entendu. Enfonçant la tête plus profondément dans son oreiller, da ns l’espoir que cette fois-ci, il pourrait échapper à ses responsabilités. Apparemment, c’était une erreur que de le croire, des coups plus espacés, mais également plus forts que les précédents se firent entendre. Rappelé à ses responsabilités administratives, et dans un bougonnement mécontent, Dippet se décida donc à ouvrir les yeux, les dirigeant vers la pendule à coucou suspendue au dessus de son lit, à laquelle il adressa un regard distrait. Il était particulièrement tard, à cette heure-ci, il n’existait qu’une personne au monde dans tout Poudlard pour venir le déranger : Montgomery Beresford, le concierge de Poudlard. Une chose était certaine, il n’avait absolument pas à se plaindre de son efficacité, mais ce n’était pas la première fois qu’il se retrouvait tiré du lit par un excès de zèle de la part du concierge.

    Comme les fois précédentes, Beresford avait du coincer un élève alors qu’il violait le couvre-feu… pour la nième fois. Le concierge allait lui envoyer un récidiviste, c’était l’évidence, les élèves qu’il ne surprenait qu’une fois, il se chargeait lui-même de les punir. Dippet ne se sentait vraiment pas d’humeur à traiter de ce genre d’affaires, mais puisqu’il n’avait pas véritablement le choix, il abandonna son lit, enfila une ample robe de sorcier qui avait le grand avantage de couvrir entièrement son pyjama au demeurant très laid, ainsi que ses pieds, qui n’étaient pas chaussés. Quittant sa chambre, qu’il prit le soin de refermer très précautionneusement, il se dirigea d’un pas légèrement précipité vers la porte.

    Quand il l’ouvrit, il comprit que ses suppositions étaient fondées, c’était bel et bien Beresford qui l’attendait de l’autre côté, accompagné de deux gamins, un garçon et une fille, que le directeur était loin de ne pas connaître, surtout en ce qui concernait ce gosse du nom de McFadden, connu dans tout Poudlard pour en être le plus grand farceur, il avait été traîné plus d’une fois dans son bureau, c’était certain. Il était accompagné d’une serdaigle de quatrième année, comme lui, à la chevelure d’un roux flamboyant, qu’il avait aussi quelque fois eu l’occasion de recevoir dans son bureau : Melody Farnsworth. 


    « Eh bien, que se passe-t-il? » demanda-t-il du ton qu’il tenta de rendre le plus éveillé possible.

    Il voulait en effet faire croire à Beresford qu’il avait passé ces dernières heures à travailler, et qu’il ne venait absolument pas de se réveiller. Il aurait presque pu être convaincant… si l’immonde chapeau mou qui lui servait de bonnet de nuit ne siégeait pas encore en haut de sa tête, dissimulant sa calvitie plus que prononcée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
à concierge hargneux, châtiments douloureux.
avatar
▌ Messages : 254
Humeur :
10 / 10010 / 100

En couple avec : Avec sa femme, malheureusement...
Nouveau nom (voyageurs temporels) : /

QUI SUIS-JE?
Baguette: 18.00 cm, bois de Chèvrefeuille, tentacules de Murlap.
Camp: Neutre
Avatar:

Message#Sujet: Re: Il est trop tard pour travailler. [pv Montgo/Seb/Mel]   Ven 15 Juil - 20:23

    Oh, pour ça, il était heureux! Et c'était presqu'un euphémisme. Notre agréable concierge rayonnait d'autosatisfaction à l'idée de tenir l'infâme Serdaigle. Oh, bien sûr, s'il avait eut le choix, il aurait largement préférer être encore dans son lit, à se prélasser paresseusement du sommeil du juste... Mais bon, quitte à être debout et bel et bien réveillé à cette heure tardive, autant réussir à mettre la main sur les élèves rebelles.

    En ronchonnant contre les deux gamins qui lui imposaient cette corvée, il avait monté les sept étages, entraînant à sa suite Melody Farnsworth et Sebastian McFadden. Quelle idée saugrenue d'établir le bureau directorial aussi haut! Posté devant la gargouille, Montgomery avait murmuré le mot de passe, jetant un regard suspect aux deux gamins. Manquerait plus qu'Armando oublie de changer le mot de passe et que les mioches l'entendent...

    Les poussant sans violence dans l'ouverture qui venait d'apparaître, il fit grimper les deux Serdaigles devant lui. Et lorsqu'ils arrivèrent en haut de l'escalier en colimaçon, le concierge se posta entre les deux gamins désobéissants et frappa à la porte. Pas de résultat. Allez, on recommence, toujours plus loin, toujours plus hauuut, toujours plus fooooort!

    Bref. Toujours est-il que la porte finit par s'ouvrit sur le directeur de Poudlard, qui les invita à entrer d'un geste. Laissant entrer les serdaigles en leur jetant un regard satisfait, Montgo' entra et referma le battant derrière lui.

    - Eh bien, que se passe-t-il? 

    Délaissant les gamins pour se focaliser sur Dippet, Montgomery eut un temps d'hésitation en avisant le couvre chef du directeur... Avant de se reprendre. Après tout, sa tenue à lui laissait aussi fort à désirer. Des charentaises violettes à sa chemise de nuit blanchâtre en passant par son bonnet de nuit, il n'était pas au sommet de sa gloire. M'enfin, Zelda ne l'avait pas vu, l'honneur était sauf.

    - Ils étaient hors de leur dortoir Monsieur le Directeur. Hors de leur dortoir. A deux heures trente-sept du matin... On se demande bien ce qu'il leur passe par la tête.

    Il adressa un regard particulièrement venimeux au mioche et continua

    - Ils ont fait un raffut de tous les diables dans les cuisines. Je m'étonne même que ça ne vous ait pas réveillé. Les Poufsouffles et les Serpentards ont dû se retourner dans leurs lits d'ailleurs...

_________________
~ Triple Compte d'Olive Hornby & Lysandre Farnsworth ~



xXxxXxxXx
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
GUILDE
avatar
▌ Messages : 2637
Humeur :
80 / 10080 / 100

En couple avec : Lexie (chut !)

QUI SUIS-JE?
Baguette: 19,8 cm, bois de pommier et bave de crapaud cornu
Camp: Mal
Avatar: Megan Prescott

Message#Sujet: Re: Il est trop tard pour travailler. [pv Montgo/Seb/Mel]   Sam 16 Juil - 10:59

    Tout le long du trajet qui devait les conduire au directeur de Poudlard, Melody lança des regards en biais à Sebastian, elle se sentait étonnamment confiante, bien plus que lorsqu’elle était seule à se faire pincer, ou quand elle entraînait Lysandre et Linus dans sa chute. Sebastian avait l’habitude de ce genre de situations, et il était toujours capable de s’en sortir, alors elle lui faisait confiance. Et puis, il ne restait aucune preuve de leur méfait, AUCUNE, peu importe s’ils étaient punis pour les mauvaises raisons, ce qui comptait, c’était que leurs véritables intentions restent étrangères à la connaissance du concierge, et du directeur, qu’ils allaient rencontrer sous peu. Sur les nombreux mètres qui les séparaient de leur destination finale, Melody accompagna les bougonnements de Beresford avec des grimaces moqueuses qu’elle adressait à Sebastian quand le concierge avait le dos tourné. Ce qu’il pouvait être bougon, Beresford! Melody disait toujours à ce sujet que s’il était si aigri, c’est qu’il devait être sérieusement frustré sé… enfin, frustré, quoi. Quand Beresford prononça le mot de passe qui permettait d’entrer dans le bureau de Dippet, Melody tendit l’oreille, dans l’espoir de l’entendre (ça aurait toujours pu servir, on ne sait jamais) mais c’était peine perdue, il avait parlé si bas… Tant pis.

    C’est résignée qu’elle monta les dernières marches de l’escalier en colimaçon qui menaient au bureau directorial. Le concierge toqua à la porte. Pas de réponses. Si ça se trouve, il n’était pas là. Un léger sourire osa se pointer sur le visage de la rouquine, qui pensait vraiment que Dippet n’était pas là… Erreur, il disparut aussitôt qu’elle entendit des bruits de pas se rapprocher de la porte. Le directeur ouvrit. Et en le voyant, Melody ne regretta finalement pas. Non mais c’était quoi cette horreur de bonnet de nuit? Melody dû réprimer un fou-rire en apercevant cet accoutrement immonde. Arrêté par sa crainte de voir sa punition augmenter, elle parvint tout de même à garder contenance, adressant tout de même un regard entendu à Sebastian au moment où aucun des deux adultes ne la voyait. Melody attendit que Beresford ait fini de râler pour prendre la parole, même s’ils n’échapperaient sûrement pas à la moindre punition, vu l’heure tardive, ce n’était pas une raison pour ne pas se défendre. Et puis, si elle s’époumonait un minimum, elle serait plus crédible
    .

    « On a rien fait de mal, monsieur! On avait faim, c’est tout. »


    Au moins, leur excuse était toute trouvée, à n’importe quel moment, elle pourrait fournir la preuve de leur litige imaginaire, qui attendait bien à l’abris de son sac à dos. Bon, elle espérait tout de même ne pas avoir à ouvrir son sac, ou à rendre la nourriture qu’elle avait prise. Hors de question pour elle de jeuner le lendemain soir, sauter un repas était une chose inconcevable, pour elle, elle aimait trop manger pour ça. Bon, elle accepterait de faire un tel sacrifice, pour la bonne cause, mais ce serait quand même à contrecoeur. Même si bien sûr elle pouvait manger le double le midi, ou faire des réserves en douce à ce même repas, ce ne serait pas pareil…
    Elle ne dirait rien de plus pour leur défense. Trop en dire n’aurait peut-être pas semblé crédible….

_________________
- A glimmer of hope -

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maître des farces et attrapes.
avatar
▌ Messages : 242
Humeur :
50 / 10050 / 100

En couple avec : Ha ha ha!

QUI SUIS-JE?
Baguette: 26,5 cm, Bois de lierre et larme de Narf
Camp: Mal
Avatar: Thomas Sangster

Message#Sujet: Re: Il est trop tard pour travailler. [pv Montgo/Seb/Mel]   Sam 16 Juil - 23:49

Au final, ce n'est pas comme si Sebastian ne s'y était pas préparé, à tout ça. C'était tellement... Habituel. Non, il ne se faisait pas si souvent prendre (n'exagérons rien, il était talentueux pour faire des conneries), mais suffisamment pour être habitué à ce genre de situation et donc garder un calme à toute épreuve qui ne trahirait en rien leur méfait du jour. Innocent jusqu'à preuve du contraire, comme dirait un certain prof. N'ayant laissés aucunes preuves, les deux amis étaient donc aussi blancs que neige, avec quelques vivres piqués dans la cuisine tout au plus, mais ce qu'ils risquaient pour ça était si bénins que ça n'atténuait en rien le sentiment de victoire qui planait en Sebastian, il était tranquille, bien que Montgomery lui martyrisait l'oreille.
D'un rapide coup d'oeil, il remarqua que Melody était tout aussi sereine que lui, lui lançant parfois un regard de côté. Discrètement, il lui adressa un sourire rapide, mais confiant. Ce n'était pas vraiment grave de se faire prendre, l'essentielle était qu'ils aient réussis. Donc au final, il se fichait pas mal de leur punition, il était content, et pouffa silencieusement, l'esprit tranquille, devant les singeries de Melody face aux ronchonnements du concierge (il passait sa vie à se plaindre lui). Quoi qu'il arrive, ils s'étaient vraiment trop amusés pour ne pas remettre ça un autre mois... La prochaine fois il faudrait juste éviter les casseroles. Dans le fond, il s'en voulait un peu que ce soit de sa faute... Mais c'était mieux ainsi, si ça avait été de celle de Melo, idiot, arrogant et perfectionniste comme il l'était, il ne lui aurait pas pardonné. Seb n'avait pas vraiment un bon fond, quand on grattait un peu.
Évidemment, quand le concierge murmura le mot de passe, les deux gosses tendirent l'oreille, mais hélas, aucun des deux ne sembla réussir à l'entendre, du moins c'est ce qu'en déduisit Seb en lançant un regard à Melo pour voir si elle avait entendue quelque chose. C'est fou le nombre de choses qu'on pouvait se dire en un regard. Depuis leur capture par Montgomery, Seb et Melo n'avait fait que ça, et, manifestement, ils se comprenaient suffisamment bien pour en rire. Pourquoi pleurer ? Rire c'est tellement mieux.

Le gamin ne savait pas trop ce qui était le plus drôle dans tout ça, la tenue de Montgomery ou de Dippet ? Il ne savait pas, mais dû retenir de toutes ses forces un éclat de rire, tremblant même pour ne pas craquer. Il n'avisa même pas d'un regard vers sa coéquipière, sachant pertinemment qu'un seul regard amusé serait suffisant pour qu'il craque, aussi resta-t-il le plus droit possible, se mordant la lèvre avec force tandis que celles-ci tremblotaient sous le rire qu'il retenait de son mieux. Avec un peu de chance, ça passerait pour de la peur. Bon dieu, il fallait qu'il pense à autre chose. Penser à autre chose. La forêt interdite. Un loup-garou. Jo. Le bonnet de nuit de Dippet. Il retint à grand mal un couinement de rire. Bon dieu, qu'il allait être dur de rester sérieux pensa-t-il en sentant des larmes de rire humidifier ses yeux. Discrètement, il en essuya une, la tête baissée.
Sebastian n'avait jamais vraiment essayé de ne pas rire quand il en avait envie. C'était un gosse spontané, qui croquait la vie comme il se doit, riant à gorge déployé à la moindre occasion. Oui, mais vu qu'ils allaient déjà se faire punir, autant ne pas aggraver son cas avec un fou rire incontrôlable. Aller, essayer de tenir jusqu'à rejoindre le dortoir... Ou au moins quitter le bureau de Dippet avant... Par prudence, il laissa Melody parler alors qu'il fixait le sol d'un faux air résigné, cachant de son mieux son fou rire aux bords de ses lèvres qu'il mordait toujours. Ne pas penser à leurs tenus. Ne pas y penser... Ne pas...

_________________




Fan:
 



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Directeur de Poudlard... et voilà.
avatar
▌ Messages : 162
Humeur :
50 / 10050 / 100


QUI SUIS-JE?
Baguette: Roseau, 19,72 cm et poils de centaure.
Camp: Neutre
Avatar: Ben Kingsley

Message#Sujet: Re: Il est trop tard pour travailler. [pv Montgo/Seb/Mel]   Dim 17 Juil - 18:52

    Ce fut lorsque Beresford considéra le haut de sa tête avec un air qui laissait comprendre que quelque chose, sur sa caboche, était de trop que Dippet réalisa avec horreur qu’il avait oublié d’ôter son bonnet de nuit. Eh bien, il n’était plus temps de faire illusion, à présent. Un peu dépité d’avoir failli tout prêt du but, il détourna son attention du chapeau qui couvrait son crâne peu chevelu pour s’intéresser aux propos du concierge, qui lui exposait les raisons de sa visite. Ces gamins avaient violé le couvre-feu. C’était bien sûr ce dont le directeur s’était douté. Il n’y avait pas d’autres raisons pour que Montgomery choisisse de le déranger à une heure si tardive. Trop tardive. Dippet aurait de loin préféré que le concierge gère cette affaire tout seul, et le laisse dormir tranquillement mais, à en juger par l’expression hautement satisfaite qui siégeait sur le visage de Beresford, il avait été trop heureux d’avoir coincé ces fauteurs de trouble contre qui il passait son temps à courir pour garder cette victoire pour lui tout seul. Le concierge s’attendait sûrement à ce que Dippet délivre à l’égard des deux serdaigles une sentence digne de toutes ses expectations. Mais il ne le ferait pas. Violer le couvre-feu n’était pas un délit si grave que cela, et à peu près tous les élèves de Poudlard l’avaient commis au moins une fois un jour, on ne pouvait pas donner une punition exemplaire pour si peu. Quand Beresford fit référence au raffut que les quatrièmes années avaient fait dans la cuisine, et à l’étonnement qu’il ressentait à l’idée que celui-ci ne l’ai pas réveillé, il se sentit légèrement gêné. Son bonnet de nuit couvrait autant sa tête qu’il le couvrait de ridicule. Pourtant, ce n’était qu’une remarque lancée en l’air, des cuisines au bureau directorial il y avait bien trop de distance pour qu’il ait pu entendre quoi que ce soit. Mais cette remarque, de la part du concierge, n’étonnait pas le directeur, Montgomery aimait manier l’hyperbole, surtout quand cela concernait les frasques des élèves qu’il aimait le moins.

    Dippet allait inviter tout ce beau monde à s’asseoir afin que chacun puisse tranquillement délivrer sa version des faits (et parce qu’il n’avait aucune envie de rester debout), mais Melody fut plus rapide à se défendre. Et sa défense tenait la route. Après tout, qu’est-ce que des gamins iraient faire dans les cuisines si tôt le matin si ce n’était manger un morceau? L’idée que la nourriture ait pu avoir été trafiquée ne lui traversa même pas l’esprit. Qui pourrait être capable d’une chose pareille, franchement? Une fois qu’elle eut fini de parler, et comme Sebastian ne prononçait pas le moindre mot, il reprit ce qu’il avait abandonné à l’instant, et fit apparaître devant son bureau trois chaises sur lesquels il invita les deux élèves et le concierge à s’asseoir d’un geste de la main. Lui-même prit place sur son fauteuil, tout en enlevant son bonnet de nuit, qu’il rangea dans le tiroir le plus proche, comme si de rien n’était.

    « Vous avez conscience qu’enfreindre le règlement implique des sanctions, n’est-ce pas? » lança-t-il à l’adresse de deux gamins qui, bien sur, devaient en avoir parfaitement conscience.

    Après avoir fixé un moment les deux serdaigles, son regard se tourna vers le concierge.


    « Je mets toute ma confiance en vous, Montgomery, je vous laisse leur trouver une punition adéquate. Et bien sûr… » à nouveau, ses yeux se posèrent sur les deux élèves, mais plus particulièrement sur Sebastian. "Je vais avertir vos parents de votre comportement."

    Voilà, emballé c’est pesé, il devait avouer qu’il avait très envie de mettre au plus vite fin à cette conversation afin de pouvoir remettre son bonnet de nuit et retrouver la douceur moelleuse de son confortable matelas. Après tout, la situation n’exigeait pas qu’il prenne des mesures trop radicales. Le simple fait de devoir rédiger une lettre à envoyer aux parents McFadden et Farnsworth - même s’il disposait de lettres types et de plumes à papotes était une perspective qui le fatiguait rien que d’y penser. Il ferait ça demain, quand il aurait l’esprit plus clair, et surtout davantage de motivation.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
à concierge hargneux, châtiments douloureux.
avatar
▌ Messages : 254
Humeur :
10 / 10010 / 100

En couple avec : Avec sa femme, malheureusement...
Nouveau nom (voyageurs temporels) : /

QUI SUIS-JE?
Baguette: 18.00 cm, bois de Chèvrefeuille, tentacules de Murlap.
Camp: Neutre
Avatar:

Message#Sujet: Re: Il est trop tard pour travailler. [pv Montgo/Seb/Mel]   Lun 18 Juil - 11:19

    - On a rien fait de mal, monsieur! On avait faim, c’est tout.

    A ces mots, Montgomery haussa les sourcils et adressa un regard moqueur à la Serdaigle. Crapahuter dans les cuisines était justement quelque chose de mal, comme elle le disait si bien. Ces lieux étaient interdits aux élèves. Et enfreindre les interdits, c'était le mal, justement.

    Mais bon, il était adulte, mature, et il savait tenir sa langue. Se donner en spectacle en répondant à la gamine, il y avait bien longtemps qu'il ne s'en donnait plus la peine. Après tout, ils étaient là, ils allaient se faire punir, le monde était beau. Enfin, beau... Le monde était normal, voilà tout. Normal avec une pointe de couleurs pour avoir attrapé McFadden tout de même.

    - Vous avez conscience qu’enfreindre le règlement implique des sanctions, n’est-ce pas?

    Une question purement rhétorique, qui n'admettait pas de réponse véritable, si ce n'est un hochement de tête, à la rigueur. Dippet avait l'art de s'adresser aux jeunes. Et en cela, le concierge l'admirait un peu. Et quand le regard directorial se posa sur lui, il se redressa malgré lui.

    - Je mets toute ma confiance en vous, Montgomery, je vous laisse leur trouver une punition adéquate. Et bien sûr…  Je vais avertir vos parents de votre comportement.

    Muhahaha. Parfait.

    - Bien, Monsieur le Directeur.

    Il réfléchit un court instant, puis se tourna vers les gamins. Oui, ça devrait faire l'affaire.

    - J'enlève dix points chacun à Serdaigle. Et vous serez collés deux heures dans la semaine qui arrive. Je vous tiendrait au courant du lieu et de l'heure...

    Il s'arrêta un instant, comme pour réfléchir, puis reprit, en arborant un air menaçant.

    - Je vais aller jeter un coup d'œil aux cuisines en revenant à mon bureau... Si jamais j'y trouve la moindre, il accentua la mot en regardant sournoisement le gamin, trace de farce, votre punition augmentera en conséquence. Et que je ne vous retrouve plus dans les couloirs de toute la nuit!

    - Bonne nuit monsieur le directeur...


    Et d'un signe de la tête il prit congé, disparaissant dans l'escalier en colimaçon. Il descendit doucement tous les escaliers, avec la quiétude du travail bien fait. Il chatouilla nerveusement la poire qui donnait accès aux cuisines, et fouilla rapidement la pièce. Pas de neige sur le sol, pas d'épices corsées rajoutées dans les plats des professeurs, pas de poudre de jusquiame noire dans l'air... Haussant les épaules, il quitta les lieux, non sans avoir mis en place une barrière de sécurité magique active pour les trois prochaines heures devant le tableau de la poire. Si les gnomes revenaient fouiner par ici, il le saurait.

    Fatigué, il retourna se coucher, remontant les draps jusqu'au menton. Demain, il ne faudrait pas l'asticoter... Avec cette fichue nuit et du sommeil en moins, le concierge serait de fort mauvaise humeur, et les élèves n'auront qu'à bien se tenir...

_________________
~ Triple Compte d'Olive Hornby & Lysandre Farnsworth ~



xXxxXxxXx
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
GUILDE
avatar
▌ Messages : 2637
Humeur :
80 / 10080 / 100

En couple avec : Lexie (chut !)

QUI SUIS-JE?
Baguette: 19,8 cm, bois de pommier et bave de crapaud cornu
Camp: Mal
Avatar: Megan Prescott

Message#Sujet: Re: Il est trop tard pour travailler. [pv Montgo/Seb/Mel]   Lun 18 Juil - 14:52

    Tout le temps où le directeur s’adressa à eux, Melody dû faire le plus d’efforts possibles pour ne pas croiser le regard de Sebastian, elle savait qu’un seul échange de regards entraînerait un fou-rire qu’elle serait bien incapable de réprimer. Elle tentait donc au possible de concentrer son attention sur Dippet, ce qui ne l’aidait pas vraiment à garder son calme. Heureusement, il s’était débarrassé de son couvre-chef ridicule, ce qui rendait l’exercice un peu moins difficile, même si Melody en gardait le souvenir de façon très claire dans sa tête. Dippet leur adressa d’abord quelques mots qui relevaient de l’évidence. Quand on enfreint le règlement, on est punis. Sans blague? Ce n’était pas comme si l’un ou l’autre n’étaient pas aux faits de ce genre de choses, enfin bon… Melody ne dit rien, Sebastian non plus, ils n’avaient pas de raisons de dire quoi que ce soit, la question du directeur était purement rhétorique, et y répondre serait passé pour de la provocation, il n’était sans doute pas nécessaire d’aggraver leur cas.

    À en juger par le ton de la voix du directeur, celui-ci n’avait pas l’air de considérer que leur « crime » était d’une gravité qui nécessitait véritablement son intervention. À cette idée, elle se sentit soulagée. Au début, ce sentiment s’atténua bien vite lorsque le directeur autorisa Beresford à choisir la punition qu’il voulait pour les deux garnements qu’ils étaient. Oh. Non. Beresford était un type tordu, un sadique, et il les détestait. Enfin, surtout, il détestait Sebastian… Melody était prête à manger tous les chapeaux qu’elle avait confectionné au cours de son existence (et il y en avait beaucoup) si Beresford ne leur infligeait pas une punition bien cruelle, que l’acte tout innocent qu’ils étaient supposés avoir commis ne méritait pas. Elle pâlit à cette idée, tout comme elle n’était pas très confortable avec l’idée que le concierge allait faire le tour des cuisines pour s’assurer qu’ils n’avaient rien fait d’autre que de chercher de la nourriture. D’accord, en toute logique, il ne pouvait rien trouver de compromettant, ils n’avaient fait aucune erreur, là-dessus. Mais si jamais…? Elle fit au mieux pour ne rien montrer de son malaise, ce qui aurait pu sembler suspect, et regarda Beresford s’en aller avec le vague soulagement de se dire que, quelle que soit sa punition, elle pourrait encore vivre quelques heures sans en savoir le contenu. Les ignorants son bénis, c’est ce qu’on dit, non? C’est comme lorsqu’elle attendait la note d’un devoir qu’elle était certaine d’avoir raté. Tant qu’elle n’avait pas sa copie sous le nez, elle pouvait faire comme si cette note n’existait pas.


    « Eh bien voilà qui est réglé. » fit le directeur, apparemment ravie de pouvoir se débarrasser de la tâche ingrate et tardive qu’on lui avait imposé. « Retournez à vos dortoirs ». Fit-il aux deux serdaigles, qui ne se firent pas vraiment prier.

    C’est dans un mélange de soulagement et de crainte que Melody abandonna le bureau directorial, après d’avoir adressé un « bonsoir » poli à Dippet (c’était le directeur, quand même) de soulagement, parce qu’au final, leur plan avait fonctionné, et de craintes, parce que les méthodes punitives employées par Beresford étaient connues dans tout Poudlard, et qu’elles n’étaient jamais bien agréables. Elle tenta de demeurer sereine malgré tout. Quelle que soit la teneur de cette punition, tous les deux seraient largement récompensés par ce qui allait se passer le lendemain soir. Ils allaient vivre un moment mémorable, et pour assister à ça, Melody était prête à essuyer toutes les punitions du monde.


FIN

[Je me suis permis de clotûrer, mais si tu veux ajouter quelque chose, y'a pas de soucis Wink ]

_________________
- A glimmer of hope -

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Il est trop tard pour travailler. [pv Montgo/Seb/Mel]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Il est trop tard pour travailler. [pv Montgo/Seb/Mel]
» Il n'est jamais trop tard pour vivre ses rêves [ Étoile Brillante ].
» Trop froid pour être dehors. [Autumn ]
» apres l' heure, c'est trop tard
» europe ? je voulais être seule mais trop tard, j'étais déjà née.
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
T.rouble O.r M.isery (or both) ::  :: 
Rez-de-chaussée et étages
 :: Septième étage :: Bureau du directeur : Albus Dumbledore
-