AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Et encore un verre!!! [Ginny]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité

Message#Sujet: Et encore un verre!!! [Ginny]   Dim 18 Sep - 11:28

Yuûki et Ginny ♥



    Le bar des Trois Balais n’était que peu rempli en ce début de samedi après-midi. Ce qui était plutôt étrange puisque habituellement il y avait toujours une foule monstre, quoique c’était peut-être exagéré.
    Yuûki balaya la pièce de regard. Près du mur du fond là-bas, elle apercevait un vieil homme voûté qui regardait son whisky pur feu comme s’il s’agissait de la plus grande merveille du monde. Une jeune femme et un homme, sans doute son compagnon, étaient en pleine séance de baisers passionnés. Beurk. Ils ne connaissaient donc pas ce mot : pudiques ? Non parce que franchement, ce n’était pas super agréable de se trouver dans la même pièce que ce genre de personne. Enfin bon, Yuû ne pouvait rien y faire. Et puis c’était elle qui avait choisi les Trois Balais comme lieu de rendez-vous.

    En effet en début de semaine dernière, Yuûki avait envoyé une lettre à Meredith pour lui proposer de passer une après-midi juste toutes les deux, à Pré-au-Lard, pour se boire quelques verres et discuter entre amies. Elle avait utilisé Holly, son maudit hibou, car malgré tous ses efforts la japonaise n’avait pas réussi à trouver son amie rousse. Nulle part. Elle était introuvable. C’était aussi par l’intermédiaire d’Holly qu’elle avait appris que Merry avait passé toute la semaine à l’infirmerie, ce qui expliquait sa « disparition ».
    Aussi, Yuûki était vraiment inquiète. Meredith lui avait dit qu’elle allait bien maintenant, mais comme même… Enfin elle était tombée dans les escaliers ! Et pour rester une semaine à l’infirmerie, c’est que ça devait être sacrément grave. La jeune Poufsouffle n’était donc pas tout à fait convaincu sur la santé de Merry, et cette rencontre lui permettrait de vérifier que tout allait bien. Et aussi comme ça, elle aurait enfin le verre que Meredith lui avait promis, quelques semaines plus tôt.

    La japonaise aux yeux plissés se décida enfin à refermer la porte des Trois Balais derrière elle, empêchant le vent de s’engouffrer dans le bar. Puis, secouant ses cours cheveux noirs, trempés par la forte pluie qui tombait dehors, Yuûki s’avança vers le comptoir ou un vendeur essuyait distraitement quelques chopes d’une obscure boisson. Avec un sourire avenant qui dérida le jeune serveur, Yuû s’adossa au comptoir :


    « Vous pourriez apporter deux bierreaubeurre à la table là bas ? » demanda-t-elle en pointant du doigt une table proche de la porte d’entrée, et asser éloignée des autres clients et du barman pour avoir un peu de tranquillité.

    L’homme hocha affirmativement la tête et attrapa de verres propres sous le comptoir. Yuûki en profita pour se diriger vers la table qu’elle avait choisie. Arrivée à destination, notre Poufsouffle retira son long pardessus noir, imbibé de pluie, et l’accrocha sur le dossier d’une des chaises, laissant ainsi apparaître sa tenue.

    Ce matin là, Yuûki avait fait quelques efforts vestimentaires pour se rendre au village. Aussi portait-elle une élégante robe en satin vert foncé lui arrivant juste au dessus des genoux, et des collants noirs parfaits pour la protéger de l’air glacial de ce jour pluvieux de mars. Les manches de la robe, légèrement bouffantes, lui arrivait juste à l’articulation de l’avant bras. Une gourmette semblant en argent pendait à son poignet, et des pendentifs de jade vert y étaient accrochés. C’était le cadeau de se mère pour noël. Bientôt l’écharpe en laine noire que Yuûki avait pris soin d’enrouler autours de son cou pour protéger sa gorge découverte rejoignit le manteau sur le dossier de la chaise. La japonaise ne s’était pas maquillé, et cela aurait été inutile de tout façon puisque tout maquillage aurait coulé avec la pluie qui tombait. Effectivement, Yuûki n’avait pas pensé à prendre un manteau à capuche, aussi ses cheveux dégoulinaient de pluie et étaient en train de mouiller ses épaules. La japonaise portait des chaussures assorties au vert de sa robe, avec de cours talons.

    En tout cas, elle n’avait vraiment pas de chance. Pour une fois qu’elle faisait un effort pour être jolie, il pleuvait des cordes. Ce temps passant brusquement de la pluie au soleil commençait sérieusement à l’agacer. Mais malheureusement, le temps n’était pas une chose que l’Homme pouvait contrôler. Même les sorciers en étaient incapables : le temps était imprévisible et indomptable, et n’était pas fait pour tomber sous le joug de qui que ce soit.

    Souriant à sa pensée quelque peu philosophique, Yuûki s’installa sur une chaise, et croisa les jambes, comme une enfant sage. Ah ah ! Yuûki sage ?! C’était irréel. Aussi la jeune fille vêtue aux couleurs de la forêt laissa un petit rire s’échapper de sa gorge. Elle était le contraire de sage : turbulente, incapable de tenir en place (pour preuve elle était déjà en train de taper avec impatience sur la table), possédant un fameux esprit de contradiction… Non, elle n’était définitivement pas quelqu’un d’obéissant.

    Yuûki ferma les yeux, se contentant d’écouter le vieillard du fond parler à son verre (il devait être sacrément saoul). Elle n’avait plus qu’à attendre que Meredith arrive.
Revenir en haut Aller en bas
Voyageur Temporel
avatar
▌ Messages : 481
Humeur :
10 / 10010 / 100

En couple avec : Harry
Nouveau nom (voyageurs temporels) : Meredith Striff

QUI SUIS-JE?
Baguette: 22 cm, chêne, croc de manticore
Camp: Bien
Avatar: Bonnie Wright

Message#Sujet: Re: Et encore un verre!!! [Ginny]   Mar 20 Sep - 0:32

Ginny poussa un soupir satisfait, le premier depuis des lustres, alors qu’elle mettait un pied hors de Poudlard, et ça même si le temps était exécrable. Elle n’était pas sortie, depuis qu’elle avait quitté l’infirmerie. Comme elle avait séché la plupart de ses cours, elle n’étaient pas allée dans ceux qui auraient pu l’obliger à sortir du château, elle avait vécu cloitrée ces derniers jours, à l’abris dans son dortoir, où il ne la trouverait pas, et où personne ne viendrait la déranger. Les hiboux qu’elle avait échangé avec Yuûki avaient presque été son seul contact avec le reste du monde. Elle ne voulait parler à personne, même pas à Luna ou Hermione, elle voulait faire comme si rien de tout ça ne s’était passé. Est-ce qu’on pouvait tomber encore plus bas? Ginny ne l’espérait pas, elle arrivait à peine à se redresser, un coup de plus, et elle ne se relèverait pas. Elle sombrerait.

La seule que Gin’ imaginait capable de lui faire remonter la pente était, ironiquement, quelqu’un qui n’était pas de son époque, et à qui elle ne pourrait rien confier du tout de ce qui se passait. Elle avait eu besoin de voir Yuûki, besoin d’une conversation amicale, désintéressée, qui n’ait rien de complexe ou une histoire se fondant sur quelques horreurs. Même si sortir du château lui avait été difficile (cette aventure l’avait rendue agoraphobe), elle ressentait malgré tout un rapide élan de joie à l’idée de se retrouver en compagnie de la jolie japonaise qui, positive comme elle l’était, saurait très bien lui remonter le moral, dans la mesure du possible, parce que ce genre de choses ne se réglaient pas aussi facilement, même avec toute la bonne volonté du monde (et Gin’ n’en avait pas beaucoup).

Plus elle avançait en direction du village sorcier, mieux elle se sentait, loin du château, loin, le plus loin possible de son persécuteur, du cauchemar vivant qui vivait si près d’elle. Elle voulait que sa conversation avec Yuûki soit comme une pause, un retour rassurant à une réalité idéale, qui n’existait pas, c’est sûr, mais à laquelle il était tellement bon de croire. Yuû avait le don de tout faire relativiser à la rouquine, même le pire. Et le pire de sa vie, elle était convaincue qu’elle le vivait en ce moment.

Entrant dans le bar des trois balais, sa paranoïa habituelle l’invita à regarder tout autour d’elle, histoire d’être sûre qu’IL n’était pas là, ni lui ni aucun de ses sbires. Heureusement, ce n’était pas le cas. Mieux encore, Yuûki était déjà là. Un léger sourire s’afficha sur le visage de la voyageuse, cadeau qu’elle n’offrait presque qu’à la poufsouffle, en fait. Ravie, elle alla s’installer à la table qu’elle leur avait choisi.


"Salut! Je ne t’ai pas fait attendre, j’espère?" Gin’ n’avait pas prit sa montre avec elle, il était probable qu’elle ait pris du retard, sans le savoir. "u vas bien?"

Ginny ne lâcha pas son sourire, elle ne voulait pas que Yuûki constate le piteux état où elle se trouvait. Elle ne voulait pas qu’on la console, elle voulait seulement avoir l’impression que tout était à sa place dans ce monde, que la normalité, les relations simples, existaient encore.
Alors qu’elle venait de finir sa question, une serveuse vint leur apporter des choppes bien pleines de bierraubeurre. Avec ce temps pourri (qui allait très bien avec l’humeur de Gin’), c’était une boisson appropriée. Après avoir remercié la serveuse et l’avoir regardé s’en aller, Ginny tendit sa choppe en direction de son interlocutrice.


"à la tienne!"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

Message#Sujet: Re: Et encore un verre!!! [Ginny]   Mar 20 Sep - 13:13

    Cela faisait quelques minutes que Yuûki attendait, mais toujours aucunes traces de Meredith. Enfin la jeune Poufsouffle ne s’inquiétait ou ne s’en agaçait pas car c’était de sa faute si elle attendait, puisqu’elle était arrivée un peu en avance, pour être sur que l’endroit ne soit pas trop bondé. Elle se disait que Meredith n’aimerait pas trop ça. Heureusement il n’y avait que peu de monde aux Trois Balais aujourd’hui, et le couple de tourtereaux qui batifolaient dans le fond allaient sûrement bientôt s’en aller ailleurs trouver un peu d’intimité…

    Une porte qui claque, et un courant d’air soudain hérissant les poils sur les bras de Yuû, qui ne put s’empêcher d’avoir un grand frisson. Avec des cheveux mouillés comme ça, elle sentait qu’elle allait bientôt attraper la crève. Ca lui apprendrait à s’habiller avec élégance ! Elle n’allait pas recommencer de sitôt, c’était sur…
    Tous les signes étaient là, indiquant qu’une personne venait d’entrer dans le bar. Se tournant à demi de manière à pouvoir observer l’entrée (Yuû s’était mise dos à la porte, allez savoir pourquoi…), Yuûki sourit enfin de bon cœur : une belle jeune fille aux longs cheveux roux s’approchait d’elle, un léger sourire sur le visage. Ce sourire qui se devait d’être applaudit tant il était rare de voir la rouge et or montrer sa joie. Yuû savait qu’elle était une prilivégiée. Meredith s’assit en face d’elle.


    "Salut! Je ne t’ai pas fait attendre, j’espère? Tu vas bien?" demanda-t-elle à Yuû, qui secoua négativement la tête. Meredith ne l’avait pas fait attendre tant que ça, non puisque c’était elle qui avait été en avance.

    « Salut Merry, contente que tu sois venue. Et c’est bon t’inquiète pas tu n’es pas en retard. Et pour ce qui est d’aller bien, et bah tout va à merveille sauf que je me suis inquiétée comme une folle pour toi… Mais à te voir on dirait que ça va. Sinon moi je vais à merveille, comme toujours ! » expliqua la jaune et noir d’une voix plutôt neutre. Elle avait vraiment eue peur que les blessures de Meredith soit graves, mais à la voir là, souriante (plus ou moins), sans aucunes égratignures… Et bien cela rassurait en partie Yuûki. En partie seulement parce que le sourire de Merry ne l’abusait plus, elle commençait à la connaître : Meredith semblait mal, mais pas physiquement. Enfin comme cela, Yuûki aurait l’impression d’être utile : il ne lui restait plus qu’à faire oublier à Meredith ses nombreux problèmes, pour une après-midi au moins. Car comme elle le disait toujours : « Il est inutile de vivre si ce n’est pas pour croquer la vie à pleine dents et s’éclater en toutes circonstances ». Très philosophique n’est-ce pas ?

    Une serveuse arriva et déposa deux bierreaubeurre comme l’avait demandé Yuû sur leur table. Excellent timing ! Les boissons arrivaient juste au bon moment. Remerciant elle aussi la serveuse, Yuûki imita son amie en attrapant sa chope et en la cognant contre celle de Merry.


    « Et à la tienne aussi ! » s’exclama la jeune Poufsouffle, avant d’avaler une longue rasade la boisson. D’abord silencieuse, Yuûki apprécia à sa juste valeur la boisson, gardant le temps d’apprécier sa gorgée. Que cela faisait du bien ! En plus c’était depuis la dernière fois dans la volière que Yuûki n’avait pas bu de bierreaubeurre, et cela lui avait énormément manqué. Comme la présence de sa précieuse amie. Reposant la chope sur la table en chêne, Yuûki décroisa les jambes et posa ses mains bien à plat sur la table, essayant de ne plus les bouger (défi très difficile, je vous l’assure). Il était temps de rattraper cette semaine d’éloignement, et de détendre Ginny.

    « Alors et toi, comment ça va ? Sparkley ne t’a pas trop traumatisé ? Non parce que n’empêche, elle est vachement flippante cette infirmière… Non c’est en général qu’elles sont effrayantes. Tu savais que je détestais ça, l’infirmerie, les aiguilles et tout le tralala qui va avec… Brrr, ça fait trop peur !! Moi à ta place je n’aurais pas tenue un jour coincée dans un lit sans pouvoir bouger (le cauchemar !). Alors j’te dis franchement, bravo ! » débita Yuûki à tout allure. Elle DETESTAIT tout ce qui touchait aux hôpitaux et aux médicomages. Ce n’était pas non plus une phobie, mais pas loin. Rester sans bouger l’insupportait en plus, c’était pour cela qu’elle détestait plus que tout être malade. Tante Lee devait toujours l’obligée à aller à St Mangouste pour faire ses vaccins ou prises de sang. D'ailleurs une fois, pour ses cinq ans, elle avait du l'assommer...


Dernière édition par Yuûki R. Kiyomizu le Lun 3 Oct - 17:16, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voyageur Temporel
avatar
▌ Messages : 481
Humeur :
10 / 10010 / 100

En couple avec : Harry
Nouveau nom (voyageurs temporels) : Meredith Striff

QUI SUIS-JE?
Baguette: 22 cm, chêne, croc de manticore
Camp: Bien
Avatar: Bonnie Wright

Message#Sujet: Re: Et encore un verre!!! [Ginny]   Dim 25 Sep - 23:34

Gin’ afficha un sourire satisfait quand Yuû lui dit qu’elle avait l’air d’aller bien. C’était totalement faux, déjà qu’elle allait mal la plupart du temps en ce moment, elle allait encore plus mal maintenant, mais elle n’avait absolument aucune envie de s’appesantir sur son sort, elle voulait juste passer un excellent moment avec la meilleure compagnie possible. Gin’ regrettait d’avoir fait s’inquiéter Yuû. À la réflexion, elle n’aurait pas dû lui dire qu’elle avait passé une semaine entière clouée au lit, à l’infirmerie, mais elle s’était dit qu’elle finirait bien par l’apprendre par un ou deux bruits de couloir, et surtout, elle lui mentait déjà beaucoup trop sans vouloir en rajouter. Quand même, elle était en train de regretter de ne pas avoir proféré un mensonge de plus, elle ne voulait pas que Yuû s’inquiète pour elle, ce n’était pas son rôle, son rôle, c’était de ne pas donner l’impression à la rouquine de ne plus être rien d’autre qu’une espèce de cadavre ambulant, tout juste bon à râler et à s’apitoyer.

Yuû lui posa quand même la question fatidique : si elle allait bien. Logique, qu’elle la lui pose, elle avait passé une semaine à l’infirmerie, aux mains d’une infirmière psychotique, n’importe qui le sachant devait, au moins pour le principe, lui demandait comment elle allait. Et même si Gin’ n’avait aucune envie de mentir à cette personne qui lui faisait tellement de bien sans même s’en rendre compte et qui ne méritait aucun de ses mensonges, elle était fermement décidée à mentir encore, une fois n’est pas coutume. Si elle pouvait tout lui dire, lâcher ce qu’elle avait sur le cœur… Ce serait une très mauvaise idée. Ce qui lui plaisait, avec Yuûki, c’est que leur relation était simple, aucune prise de tête, de la simple amitié bien saine. Si elle se laissait aller à des confessions, avec elle, elle risquait non seulement de la perdre, mais en plus de perdre un lien qui était particulièrement précieux et nécessaire pour elle.


"Ouais, je m’en tire avec les honneurs." Gin’ préférait jouer la carte de la plaisanterie et de la décontraction, tout le reste ne les mènerait nulle part. "C’est vrai que Sparkley n’est pas commode, mais sincèrement, j’étais dans le cirage la moitié du temps."

Petit instant de doute à la Hagrid du genre *je n’aurais pas dû dire ça*. Ouaip. Elle n’aurait pas dû dire ça, ça se rapprochait un peu trop de la vérité. La moitié, voire les trois quarts du temps, Sparkley lui avait foutu une paix royale, et quand elle était à l’infirmerie, où Gin’ était trop préoccupée, ou elle avait trop mal pour s’inquiéter de ce qu’elle faisait. Après la visite de Jedusor, elle aurait d’ailleurs voulu que l’infirmière soit constamment à son cheveu. Elle avait eu tellement peur qu’il revienne.
Gin’ avala une gorgée de bierraubeurre, le temps de reprendre consistance.

"Mais maintenant ça va." elle parvint à sourire presque sincèrement. "J’ai réussi à survivre à cette épreuve traumatisante, maintenant je peux tout affronter dans la vie."

C’était un demi mensonge. Yuû irait sûrement imaginer qu’elle continuait de plaisanter sur le sujet Sparkley, alors qu’en vérité, elle avait effectivement vécu l’expérience la plus traumatisante (ou la deuxième plus traumatisante) de toute sa vie il y a peu. Et si elle était encore là, c’était qu’elle était plus forte que ce qu’elle pensait, non? Ce qui ne nous tue pas nous rend plus fort.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

Message#Sujet: Re: Et encore un verre!!! [Ginny]   Lun 3 Oct - 17:52

    Son enthousiasme devait peut-être être lassant non ? Yuûki savait que le fait qu’elle soit toujours en train de bouger, parler, rire en toute circonstance, ça devait devenir fatiguant pour ses proches. Mais bon, on ne changeait pas du jour au lendemain. Et puis c’était justement cet optimiste à tout épreuve qui la rendait si apte à se faire des amis. Le seul point négatif était qu’elle parlait souvent trop vite, mais il fallait s’y adapter. Son petit speach sur l’infirmière et les aiguilles était passé à la vitesse de la lumière, elle devrait peut-être penser à respirer un peu...

    La jeune Poufsouffle avala une nouvelle gorgée de bierreaubeurre en attendant la réponse de Meredith, et en profita pour détailler celle-ci. Elle souriait, chose rare qui faisait grandement plaisir à Yuûki. Elle se sentait d’une certaine manière privilégiée, car elle était l’une des rares personnes à être capable de rendre Meredith de bonne humeur. La rouge et or n’avait vraiment pas d’amis puisqu’elle envoyait tout le monde sur les roses. Il était vrai que la rousse pouvait se montrer très effrayante mais bon à part ça, Yuûki l’adorait. Et elle voulait la voir sourire lorsqu’elles étaient ensembles, faire en sorte que son amie oublie ses ennuis et puisse passer de bons moments. Après tout, avoir des amis c’était pour ensuite avoir des souvenirs mémorables à raconter à ses enfants et petits enfants lorsque l’âge se ferait sentir... Alors autant partager des moments de joie et d’amitié sincère tant qu’il était temps, avant la fin des études à Poudlard lorsque chacun suivrait sa propre route, peut-être loin de l’Angleterre...

    La réponse de Meredith déplut fortement à Yuûki, qui pris une expression sévère : alors comme ça elle avait été inconsciente la plupart du temps ?! La jaune et noir se sentait maintenant coupable d’avoir fait sortir Mery alors qu’elle avait été blessée, et plus gravement que ce qu’elle croyait. Si elle avait passé une semaine dans les vappes, c’est qu’elle devait être sacrement amochée ! Et en plus Meredith le lui avait caché... Ahlala ce n’était pas bien, elle pouvait faire une rechute ou un truc dans le genre.
    Réalisant ou la menait le fil de ses pensées, Yuûki se retint de rigoler toute seule (parce que cela aurait paru suspect et qu’elle ne voulait pas faire peur à Mery). De toute façon son impulsive amie n’aurait sans doute pas supporté de rester enfermer plus longtemps, et elle serait bien ressortit à un moment donné. C’était mieux qu’elle soit là pour la surveiller et faire en sorte qu’il ne lui arrive rien d’autre.


    "Mais maintenant ça va. J’ai réussi à survivre à cette épreuve traumatisante, maintenant je peux tout affronter dans la vie."

    Yuûki leva les yeux au ciel (ou plutôt au plafond) et avala une nouvelle gorgée de sa chope (dont la quantité descendait très rapidement). Bon si Meredith plaisantait, c’est que cela devait aller, comme même. La jeune japonaise laissa un petit sourire amusé fleurir sur ses lèvres, et se mis à jouer avec son bracelet. Tant que Mery avait survécut à cette semaine de captivité chez l’effrayante Miss Sparkley, tout allait bien. C'était une battante.

    « Je crois que tu te trompes : c’est vrai que cette épreuve va te permettre de résister à tout un tas de trucs maintenant, mais il y a une chose encore plus difficile et effrayante... »
    Se penchant vers Meredith, Yuûki tenta de garder un air sérieux alors qu’elle n’avait qu’une envie : éclater de rire.

    « ... Vivre avec Holly comme hibou de compagnie, ça c’est vraiment une épreuve. Et il faut travailler tous les jours pour ne pas perdre la bataille !!! » termina la Poufsouffle avant de se mettre à rire sans pouvoir s’arrêter. Son humour était un peu spécial, aussi tout le monde n’y riait pas forcément, mais de son côté Yuûki ne pouvait s’empêcher de rire aux imbécillités qu’elle aimait sortir pour détendre l’ambiance, et passer un sujet qui pouvait être plus plaisant pour Mery. Après tout, celle-ci ne devait pas vraiment apprécier de parler de sa semaine à l’infirmerie, alors qu’il y avant tant de choses qu’elles avaient à se raconter.
Revenir en haut Aller en bas
Voyageur Temporel
avatar
▌ Messages : 481
Humeur :
10 / 10010 / 100

En couple avec : Harry
Nouveau nom (voyageurs temporels) : Meredith Striff

QUI SUIS-JE?
Baguette: 22 cm, chêne, croc de manticore
Camp: Bien
Avatar: Bonnie Wright

Message#Sujet: Re: Et encore un verre!!! [Ginny]   Ven 7 Oct - 22:33

Ce que Ginny aurait voulu pouvoir être aussi heureuse, optimiste et insouciante que l’était Yuû, elle aurait aimé pouvoir plaisanter sincèrement sur des choses graves, comme elle le faisait avant, mais la vérité, c’était que cette semaine, qu’elle avait dû vivre à l’infirmerie, même si elle ne le montrait pas, marquait l’un des pires tournants de son existence, elle avait l’impression d’avoir trahi Harry, Luna, Hermione, Ron, Neville, tous ceux qui comptaient tellement à ses yeux. Elle avait eu cette envie, cette envie persistante, qui ne la quittait pas, toujours pas… cette envie de mourir. Elle n’avait jamais autant envisagé de mettre fin à ses jours, et si Yuûki, et le véritable appel à la vie qu’elle était n’avaient pas été là, elle serait peut-être allée jusqu’au bout. Bien sûr, bien sûr, elle ne pouvait pas dire ça à Yuû, et ça la peinait un peu, elle aurait bien aimé qu’un jour, la poufsouffle comprenne elle était importante dans sa vie. Pour le comprendre, il aurait fallu qu’elle en sache quelque chose, de sa vie. Gin’, tentant de se contenter de trouver la blague de Yuû amusante, laissa s’échapper de ses lèvres un léger rire. Un autre sujet, un autre sujet, toujours un autre sujet de sa conversation, jusqu’à ce que sa tourmente l’abandonne une bonne fois pour toutes.

"Oh tu dis ça mais tu n’as pas connu Errol."Elle but une gorgée de bierraubeurre avant de reprendre. [b]"Errol, c’était le hibou de la famille, et crois-moi, c’était le pire hibou qui puisse exister au monde. Il était vieux, décrépi, incapable, et vers la fin, si une lettre arrivait encore à bon port, ça tenait du miracle, généralement, il s’évanouissait en cours de route. C’est un autre genre, j’te l’accorde, mais je suis certaine qu’Holly et Eroll jouent dans la même catégorie, celle des piafs les plus agaçants que la terre ait jamais porté."

Errol. C’était simplement le nom d’un hibou, mais Gin’ trouvait ça tellement agréable de prononcer un nom qui existait réellement, elle qui n’avait même plus le droit d’avoir encore sa propre identité! Elle venait de raconter une anecdote vraie de long en large à Yuû, elle n’avait pas été obligée de mentir une seule fois, et même si c’était pour ne rien dire de vraiment intéressant, Gin’ ressentait un mélange de soulagement et d’apaisement à l’idée d’avoir prononcé quelques légères vérités. À force de mentir à tout va sur tout et sur rien, elle avait fini par oublier qu’il lui était quand même possible d’être sincère, de dire des choses vrai et de ne pas trahir la terre entière en leur mentant à tout bout de champ. Car qui, à cette époque, n’avait-elle pas trahi, au final? Elle avait trahi Yuû et tous les élèves en mentant sur son nom et ses origines, elle avait trahi Harry et tous les voyageurs en mentant sur ses intentions, même Dumbledore, elle l’avait trahi, en quelques sortes, en ne lui disant pas ce que ses amis projetaient de faire au moment où elle en avait eu l’occasion. Elle aurait pu s’épargner tant de problèmes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

Message#Sujet: Re: Et encore un verre!!! [Ginny]   Mar 25 Oct - 10:55

    Une vraie mère poule. Voilà ce à quoI ressemblait Yuûki, à s’inquiéter au point d’en être ‎malade pour Meredith et tous ses autres amis : Pomona et ses fiançailles, Ambre et Ludo’ pour ‎leurs difficultés familiales... La jeune Poufsouffle ne pouvait s’empêcher de se tracasser dès que ‎l’un de ses proches avait des problèmes. C’était en même temps une qualité et un défaut, ‎puisque Yuûki n’arrivait plus à trouver un repos complet tant que tout n’allait pas bien dans le ‎meilleur des mondes. Stupide altruisme. La jeune fille n’aimait pas se sentir si gentille, tout le ‎temps à avoir peur pour ceux qu’elle aimait. Enfin si, tant que c’était bien pour des personnes ‎qu’elle appréciait et non pour ses ennemis. Pas la peine de faire cette tête, il y avait bien une ‎fille en dernière année qui s’inquiétait pour tout le monde, même les personnes qu’elle n’aimait ‎pas. Pauvre d’elle...‎

    Tout en prenant un nouvelle gorgée de bierraubeurre (la meilleure trouvaille des sorciers !!!), ‎Yuûki écouta l’anecdote que lui racontait Meredith sur son hiboux appelé Errol. A la fin de la ‎tirade de Mery, notre Poufsouffle adorée avait un grand sourire réjouis sur les lèvres, pour ‎deux raisons. De un, Holly n’était plus la seule à être insupportable et à donner des envies de ‎meurtre à ses maîtres. Cet oiseau semblait porter encore plus malheur que Holly, il avait ‎vraiment l’air d‘être pas doué. Mais n’empêche, cela devait être amusant d’avoir un tel animal ‎de compagnie, c’était justement le genre de comportement et d’accidents qui faisaient rires et ‎partager d’excellents moments ou tout le monde pouvait rire d’une même chose. Mery en avait ‎de la chance.‎
    Deuxièmement, Yuûki était heureuse car son amie rousse venait de lui parler de son passé, ‎chose qu’elle ne faisait que rarement. En effet, la jolie rouquine changeait souvent de sujet, et ‎Yuûki avait compris depuis longtemps qu’elle n’aimait pas s’attarder sur son passé, aussi la ‎japonaise n’insistait pas et ne lui posait pas de questions qui auraient pu la mettre mal à l’aise. ‎Mais pour une fois, Meredith avait pris d’elle même la décision de lui raconter un épisode ‎amusant de sa vie avant qu’elle n’entre à Poudlard.‎

    Tout joyeuse que Meredith lui ait parlé si naturellement, Yuûki se sentait tout légère. Cela lui ‎prouvait que la rouge et or commençait vraiment à lui faire confiance, Yuû était heureuse. Car ‎il semblait exceptionnellement difficile de toucher le coeur de cette farouche Gryffondor, qui ne ‎se laissait approcher de personne ou presque. Yuûki réussissait là ou tant d’autres échouaient ‎lamentablement.‎


    ‎« Cela devait vraiment être amusant !! C’est vrai qu’ils se ressemblent un peu, bien que Holly ‎soit un peu plus... Méchante on va dire ! »‎

    Yuûki avala une nouvelle gorgée de sa boisson, qui était maintenant presque vide. ‎

    ‎« Moi je connais un autre de nos amis sur patte, qui est franchement unique dans son genre, ‎une vraie catastrophe... C’est le chat de ma famille au Japon, il s’appelle Tsuki et est albinos. ‎Mais surtout, il a peur du vide. Je rigole pas, il monte tranquillement dans un arbre, y dort, puis ‎miaule pendant deux heures pour qu’on le fasse redescendre parce qu’il a trop peur pour ça ! » ‎expliqua la Poufsouffle avec un grand sourire amusé au souvenir de ce chat de malheur. Lui, ‎c’était vraiment un cas. Un chat ayant peur du vide, ce n’était vraiment pas commun !! Mais ‎bon Yuûi l’adorait, même si elle avait du empêcher à plusieurs reprises son père de l’étrangler ‎parce qu’il faisait trop de bruits à miauler sans s’arrêter jusqu’à ce qu’on vienne le sauver... Le ‎pire c’était qu’il recommençait tout le temps !!!‎

    Avalant sa dernière gorgée, Yuûki sourit à Meredith, repensant soudainement à quelque chose :‎


    ‎« Tiens au fait je viens d’avoir une idée génialissime !! Tu sais pendant les vacances cet été, eh ‎bien je me disais, ce serait cool que tu puisses venir avec moi quelques jours. Si ça te tente bien ‎sur, mais tu vois ma tante possède un élevage d’Abraxans, dans le Pays de Galle, et je vais ‎l’aider à s’en occuper, mais tout seul c’est pas vraiment marrant... Oh tu sais c’est super, ces ‎animaux sont fantastiques et tout, je suis sûre que tu aimerais... Enfin d’habitude les gens ‎aiment bien, parce que les élevages d’Abraxans sont plutôt rares ici. Et puis on pourrait aussi ‎aller visiter le pays, c’est vraiment magnifique tu sais... »‎

    La ferme de la tante de Yuûki était vraiment très grande et accueillait des centaines de cheveux ‎ailés dont il fallait s’occuper continuellement. Autant dire que ça coûtait cher en whisky pur ‎feu... Mais la japonaise adorait cet endroit, elle était passionnée par les animaux fantastiques, ‎adorait s’en occuper, et puis le paysage était vraiment splendide. L’idée lui était venue depuis ‎peu de proposer à Meredith de venir, surtout qu’elle semblait avoir quelques problèmes ‎familiaux...‎

    ‎« Enfin bien sur c’est si tu veux, et puis si tu ne pars pas déjà, tu retournes peut-être en ‎Amérique pour les vacances ? Enfin je me disais que ce serait sympa... »‎


Dernière édition par Yuûki R. Kiyomizu le Sam 3 Déc - 20:37, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voyageur Temporel
avatar
▌ Messages : 481
Humeur :
10 / 10010 / 100

En couple avec : Harry
Nouveau nom (voyageurs temporels) : Meredith Striff

QUI SUIS-JE?
Baguette: 22 cm, chêne, croc de manticore
Camp: Bien
Avatar: Bonnie Wright

Message#Sujet: Re: Et encore un verre!!! [Ginny]   Mar 1 Nov - 0:16

Gin’ sourit à l’évocation du chat de Yuû. Elle aurait beaucoup aimé avoir un chat, peut-être parce que c’était l’animal dans lequel elle s’imaginait le plus pouvoir se réincarner. Sauvage, indépendant. Comme elle. Quand Hermione venait au Terrier accompagnée de Pattenrond, elle pouvait passer de longues minutes à caresser son ventre roux et à l’écouter ronronner. De peur que le silence ne revienne, Ginny voulut chercher quelque chose à ajouter, un autre animal de la famille dont elle pourrait parler. Il y avait bien coquecigrue, mais parler hibou devenait redondant. Il y avait croutard, aussi, qui avait été le rat de leur famille et était passé de frère Weasley en frère Weasley pendant douze longues années, mais Gin’ s’imaginait mal expliquer à Yuû qu’ils avaient fini par se rendre compte que le rat qu’ils avaient tant bichonné malgré son impotence était un traître, un lâche, et un pourri de mangemort sous sa forme animagus… ça aurait vaguement soulevé pas mal de pression. Il y avait Arnold, aussi, son boursouflet, mais à bien y réfléchir, elle n’avait pas grand-chose à dire sur lui non plus, même s’il était très mignon, avec ses jolis poils roses, il n’était pas vraiment très utile ou très dynamique.

Elle put s’arrêter de se triturer la cervelle pour rien, de toute manière, puisque la poufsouffle fit à Ginny une proposition à laquelle elle ne s’était pas beaucoup attendu. Passer une partie des vacances avec elle, un premier élan spontané l’invitait à dire oui, sans la moindre hésitation, mais presque aussitôt, elle se rappelait toutes les raisons qui faisaient que c’était une sacrément mauvaise idée.


"Je…"

Elle avait commencé sa phrase, et maintenant elle ne savait plus comment la finir. Baissant les yeux sur son verre, elle évitait de croiser le regard de Yuû, tout en cherchant la réponse à lui donner. En fait, la réponse était évidente, c’était non. Où serait-elle l’été prochain? Elle avait l’espoir qu’elle ne serait plus ici (même si ne plus avoir Yuû à ses côtés lui ferait mal), qu’elle aurait retrouvé sa famille, tous ses amis, et une vie normale. Mais après avoir parlé avec Dumbledore, elle savait qu’il y avait malheureusement des chances pour que les choses mettent plus de temps que ce qu’elle espérait, et qu’ils soient encore coincés là pour des mois et des mois. Mais même si elle ne quittait pas cette époque, elle ne pourrait pas suivre Yuû, elle ne pouvait pas abandonner les autres voyageurs, c’était trop dangereux pour eux tous. En bref, elle devait se priver de ce qui lui aurait fait tellement plaisir. Gin’ releva la tête, et adressa un léger sourire à Yuû, dans l’espoir inutile qu’elle n’ait pas remarqué son trouble.


"J’aimerais beaucoup. J’écrirais aux parents pour le leur demander."
Si seulement elle pouvait écrire à ses parents! La réponse de Gin’, au moment venu, serait forcément non, mais là, elle n’avait vraiment pas le cœur de refuser l’invitation de Yuû, qui se montrait si gentille avec elle. Elle n’aurait pas réussi à justifier son refus de toute manière.


"En plus, je n’ai jamais vu d’Abraxans de ma vie."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

Message#Sujet: Re: Et encore un verre!!! [Ginny]   Sam 3 Déc - 21:06

    Yuûki attendait impatiemment la réponse de Meredith, repensant à tous les moments génialissimes qu’elle avait passé dans la ferme de tatie Lee. Après avoir été envoyée au loin par son père qui souhaitait retrouver son honneur, la petite Yuûki avait été perdue, déboussolée par ce tout nouveau pays, cette nouvelle vie qui s’annonçait. Mais surtout, elle était effondrée de tristesse, ne comprenant pas pourquoi elle devait partir, alors qu’elle voulait rester auprès de sa famille et pas aller vivre chez son étrange tante qui vivait en Angleterre, dans un lieu si lointain. Si Lee n’avait pas été une femme avec un aussi fort caractère, une telle gentillesse et une patience infinie pour consoler et redonner espoir à sa nièce, Yuû ne savait pas comment elle aurait fait pour être celle qu’elle était aujourd’hui, si optimiste et si... Elle, tout simplement.

    Yuûki n’espérait pas un oui immédiat de Meredith, mais qu’au moins cette dernière y réfléchisse, et si cela lui plaisait et qu’elle était libre, accepte. Ce serait sans doute formidable, Yuû s’imaginait déjà présentant sa tante à Meredith. Elle était persuadée que Mery l’adorerait, c’était obligé vu le caractère farouche, imprévisible et indomptable de sa tante, qui était le grand modèle de Yuû. Elle admirait sa volonté de fer, inébranlable, qui la poussait à aller toujours plus loin, à ne jamais abandonner des amis en difficulté ou des causes lui tenant à cœur. Et son caractère, Lee pouvait paraître aux premiers abords sévère et peu amicale, mais une fois cette apparence percée on comprenait qu’elle était réellement généreuse, juste et bonne, toujours. Et oui, Yuûki rêvait de ressembler à sa tante, plus tard, d’être un peu plus forte et digne de confiance, afin de ne jamais décevoir ses proches et de toujours être capable de les protéger. Toujours. Même si Meredith avait beaucoup de mal à se lier avec autrui, la Poufsouffle pensait que les deux femmes allaient bien s’entendre, car il était impossible de ne pas aimer sa tante, sauf pour les idiots et les Serpentard. Et Mery ne faisait partit d’aucune de ces deux catégories, car sinon Yuû et elle ne serait pas à cette table en train de déguster une délicieuse chope de bierreaubeurre. Chope qui était d’ailleurs vide, maintenant, au grand déplaisir de Yuû.


    "J’aimerais beaucoup. J’écrirais aux parents pour le leur demander."

    Le cœur plus léger, Yuûki offrit un sourire satisfait à la jeune fille rousse. Soit, ce n’était pas un oui, mais pas non plus un non, donc cela ne s’annonçait pas si mal. Sa tante serait heureuse, elle qui souhaitait si ardemment rencontrer les quelques amis dont Yuûki vantait les qualités et les mérites à chaque vacance. La japonaise s’imaginait déjà tout ce qu’elle allait pouvoir lui apprendre et lui montrer, lui faire visiter les différentes écuries, lui apprendre à brosser les Abraxans, à les nourrir et à les soigner. Et en plus, avec un peu de chance, il y aurait des poulains. Meredith adorerait ça, à coup sur. Sans oublier que le Pays de Galle était un lieu magnifique, et les deux amies pourraient quitter la ferme pour aller visiter les splendide paysages, prendre des photos et passer de bons moments. En vérité, Yuûki ne serait pleinement satisfaite que lorsqu’elle sentirait que Meredith ne se préoccupait plus de ses problèmes, et serait sereine, souriante, et tranquille. Oui, si tout se déroulait comme prévu, ce serait des vacances formidables, autant pour l’une que pour l’autre.

    "En plus, je n’ai jamais vu d’Abraxans de ma vie."

    Yuûki pris un air faussement choqué, posant sa main sur son cœur.

    « Effectivement, nous devons absolument remédier à cela. J’attendrais impatiemment ta réponse, en espérant qu’elle soit positive ! J’ai parler de toi à ma tante, et elle a bien envie de te rencontrer, afin de parler à une vraie rousse. Elle n’aime pas vraiment les jeunes sorcières qui s’amusent à se colorer les cheveux de roux parce que c’est la mode. »

    Riant toute seule (comme presque tout le temps), la jeune fille jeta un coup d’œil par la fenêtre mal lavée. Cela faisait déjà un peu plus d’une heure qu’elles discutaient autour de leur verre de bierraubeurre, que le temps passait vite lorsqu’on était en bonne compagnie !! Malheureusement il semblait que ce n’était jamais le cas pendant les cours de potion ou autres matières difficiles et inintéressantes, comme l’histoire de la magie. Oui, ce n’était que lorsqu’on s’amusait que le temps, traître, filait à la vitesse du son.

    « Dit, ça te dirait qu’on aille faire un petit tour dans le village ? Une nouvelle boutique vient d’être ouverte, et j’aimerais bien aller y jeter un petit coup d’œil. Pas d’inquiétude, ce n’est pas un magasin de vêtements, je crois qu’ils vendent un peu de tout en fait... Plumes, livres, objets en tout genre... Ca te tente ? »

    De plus, Meredith ne devait qu’une chope à Yuûki, et rien de plus. Aussi il était temps de partir car sinon, se connaissant, Yuû ne doutait pas qu’elle n’allait pu pouvoir s’arrêter, tant elle raffolait de cette boisson ! Et ce n’était pas dans ces intentions de ruiner Mery, loin de là, aussi proposait-elle de quitter le bar mais pas de rentrer à Poudlard pour autant. Non, maintenant qu’elles étaient là, elles n’allaient pas revenir si rapidement, alors qu’elles pouvaient continuer à s’amuser toute la journée !
Revenir en haut Aller en bas
Voyageur Temporel
avatar
▌ Messages : 481
Humeur :
10 / 10010 / 100

En couple avec : Harry
Nouveau nom (voyageurs temporels) : Meredith Striff

QUI SUIS-JE?
Baguette: 22 cm, chêne, croc de manticore
Camp: Bien
Avatar: Bonnie Wright

Message#Sujet: Re: Et encore un verre!!! [Ginny]   Lun 5 Déc - 23:33

Gin’ s’en voulait, et commençait sérieusement à culpabiliser de mentir comme ça, quand elle voyait à quel point Yuû semblait ravie de penser qu’elle allait envisager la question. Elle dissimula sa gêne derrière le sourire qu’elle rendit à la jeune fille. Ce que c’était stupide, tout ça. Ce que c’était fragile et incompréhensible, l’amitié. Gin’ s’était vraiment appliquée à se faire détester, et malgré ça, Yuûki semblait l’apprécier quand même. Un jour, elle partirait sans aucune explication, elle l’abandonnerait sans un mot, et elle finirait par ne plus rien être d’autre qu’un souvenir. Par curiosité, Ginny irait chercher son nom dans les livres des années 97, et elle découvrirait une vie toute faite quand la sienne, si on la lui laissait vivre, ne faisait que commençait, ou peut-être apprendrait-elle qu’elle était morte…
Difficile de sourire avec autant d’idées négatives dans la tête, mais quand on force un peu ses traits, on arrive à tout, et Gin’ parvint à étirer légèrement ses lèvres quand Yuû mentionna le fait que sa tante n’avait jamais vu de roux. On ne pouvait pas en dire autant de la rouge et or. En fait, à peut-être une ou deux exceptions près, ils étaient tous rouquins, dans la famille Weasley. Gin’ s’était d’ailleurs déjà demandé si ça voulait dire qu’une sorte de force bizarroïde la destinait à finir par épouser un rouquin… Ce n’était pas franchement dans ses projets d’avenir… de toute façon, les histoires de cœur et elle, en ce moment… sans compter qu’elle était certaine d’avoir clairement baissé dans l’estime de Harry dernièrement.

Yuû enchaîna en parlant d’une boutique un peu fourre-tout qui venait d’ouvrir. Gin’ était curieuse d’entendre son nom. À tous les coups, elle la connaissait déjà, cette boutique. Et là où tout devait sembler neuf aujourd’hui, ce qu’elle en connaissait avait été sûrement vieux et en début de délabrement. Poussée par la curiosité, et par l’envie de se contenter de suivre le programme que lui proposait son amie sans broncher (elle lui occupait l’esprit, et c’était tout ce dont elle avait besoin pour le moment, le moins de réflexion possible), elle acquiesça quand elle lui proposa d’aller faire un tour dans la fameuse boutique, même si elle n’avait pas vraiment d’argent à dépenser. Les quelques économies qu’elle avait, ce qu’elle avait gagné en travaillant cet été, avaient fini par être englouties au fil des mois. Bientôt, en plus d’avoir été propulsée dans un monde de fou, elle allait être sans le sous. Mais bon, pourquoi dépenser? Elle avait juste besoin de la compagnie bienfaisante de son amie, c’est tout.

"Eh bien, allons-y."
approuva-t-elle après avoir déposé l’argent que leur avait coûté leurs bierraubeurres sur la table, plus un petit pourboire (pour avoir fait le service, elle savait à quel point c’était contraignant).

Elle laissa Yuûki sortir la première, et se laissa guider jusqu’à la destination que notre voyageuse temporelle n’était pas supposée connaître. Elles avaient encore plusieurs heures devant elles avant d’être contraintes de retourner à Poudlard, autant en profiter. Elle était où elle voulait être, avec qui elle voulait être. Elle voulait que ça dure.
[i]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Et encore un verre!!! [Ginny]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Mon verre s'est brisé comme un éclat de rire.[Alfred]
» Verre canette coca cola
» Ginny Weasley
» Un verre ça va , 3 verres bonjour les dégats ^^
» Ginny Weasley
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
T.rouble O.r M.isery (or both) ::  :: 
Pré-au-lard
 :: Aux Trois Balais
-