AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 La curiosité est un vilain défaut (Zelda)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
RÉSISTANCE
avatar
▌ Messages : 1418
Humeur :
50 / 10050 / 100

En couple avec : ...

QUI SUIS-JE?
Baguette: roseau, 23,2 cm et crin de licorne
Camp: Bien
Avatar: Carey Mulligan

Message#Sujet: La curiosité est un vilain défaut (Zelda)   Mer 8 Fév - 13:08

Les cours s’étaient achevé il y a une petite demi-heure et déjà, presque instinctivement, Pomona se dirigeait vers l’infirmerie.

La vert et argent avait dans l’idée de proposer son aide à Mrs Sparkley depuis le tout début de la matinée. Il y avait longtemps qu’elle n’avait plus assisté l’infirmière de Poudlard, trop longtemps, et cela commençait à lui manquer.

Ces derniers temps, entre l’approche des ASPIC et ses manigances avec Miyria et les nouveaux, elle n’avait pas vraiment eu l’occasion de se libérer pour ce qui, étonnamment, commençait à devenir une véritable passion pour elle.

Comme ce soir-ci, elle était plutôt en avance dans son travail (Pomona était une jeune fille très studieuse), et qu’elle n’avait pas prévu de retrouver Miyria, elle avait sauté sur l’occasion.

Elle n’avait même pas prit la peine de retourner à sa salle commune, elle s’était directement rendue au troisième étage, en sortant de son cours de potions.

Arrivée devant la porte, elle pu y lire la célèbre note de Mrs Sparkley, qu’elle y apposait à chaque fois qu’elle décidait de faire une pause café ou cigarette dans la salle des professeurs.

Pomona sourit (ce qui lui arrivait rarement). Elle aimait ce trait caractéristique de la personnalité de l’infirmière, même dans ces aspects qui pouvaient apparaître au commun des mortels comme un défaut, elle trouvait le moyen de la considérer comme un modèle.

À tout hasard, Pomona appuya sur la poignée de la porte. La pièce était fermée, évidemment. Mais cela n’empêcherait pas la jeune fille d’entrer.

Il y a quelques mois de cela, Zelda lui avait confié un double des clés de l’infirmerie, afin qu’elle puisse fermer derrière elle quand elle tardait à faire l’inventaire des médicaments et finissait après que l’infirmière soit partie.

Elle attachait ces clés qu’elle accrochait à un cordon qu’elle portait autour de son cou. C’était autant pour elle un objet pratique qu’un pendentif auquel elle était attachée, puisqu’il était le signe de la confiance que Mrs Sparkley plaçait en elle.

Elle entra. Il n’y avait personne, fait extrêmement rare, mais qui s’expliquait sans doute par le fait que les cours étant finis, les élèves n’avaient plus vraiment d’intérêt à faire semblant d’être malades.

Elle marcha lentement au centre de la pièce, se sentant comme un poisson dans l’eau.

Elle fixa sa montre. Elle n’avait aucune idée du temps que pourrait mettre Mrs Sparkley, avec elle, ça pouvait être long.

Elle passa d’abord plusieurs minutes à ne rien faire, assise sur l’un des lits, le regard fixé sur le meuble en face d’elle. Celui qui contenait les dossiers confidentiels des élèves.



Elle osait à peine le faire. Elle craignait tant de trahir la confiance de l’infirmière que le geste lui semblait beaucoup plus complexe qu’en réalité… Mais elle avait dit à Miyria qu’elle le ferait.

Pomona se leva, et à l’aide des clés de l’infirmerie (qui changeaient de forme en fonction des serrures), elle ouvrit le tiroir à dossiers.

Stressée à l’idée de se faire prendre, ses doigts tremblaient pendant qu’ils glissaient sur la tranche des dossiers. Aucun dossier. Les nouveaux n’avaient aucun dossiers médicaux. Sauf Meredith. Il le fallait bien, elle avait passé une semaine à l’infirmerie.

Après avoir regardé autour d’elle, elle s’empara de son dossier et le glissa dans son sac. Elle voulut refermer le tiroir quand son regard fut attiré vers un dossier plutôt épais. Il portait le nom d’Olive.

Des pas se rapprochaient. Perdant tout sang froid, elle mit le dossier dans son sac sans même y réfléchir et referma précipitamment le tiroir. Juste à temps pour se tenir droite quand l’infirmière ouvrit la porte.


"Bonsoir." dit-elle en essayant de dissimuler sa gêne.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ysbridion
avatar
▌ Messages : 398
Humeur :
50 / 10050 / 100

En couple avec : mon travail. ça suffit.

QUI SUIS-JE?
Baguette: 24, 163 cm, bois de houx et plume de sombral.
Camp: Bien
Avatar: Melanie Laurent

Message#Sujet: Re: La curiosité est un vilain défaut (Zelda)   Mer 15 Fév - 14:21

Les journées de l’infirmière de Poudlard étaient tranquilles, ces derniers temps. La pire période de l’année pour elle, c’est-à-dire l’hiver, touchait à sa fin, et avec le printemps, la disparition des rhumes, grippes et autres gastro, le nombre de patients de Zeld’ était diminué. Aujourd’hui, elle n’avait eu droit qu’à quelques accidents isolés (un élève avec un abricot sec coincé dans l’oreille, un autre avec les cheveux collés un visage et un dernier dont toute la peau avait pris une couleur violette, rayée de vert), et à son lot quotidien de malades imaginaires, qu’elle rembarrait sans ménagement, comme d’habitude. Passé les 17h, plus personne ne faisait la queue devant son sanctuaire. Les cours étaient finis, les faux malades avaient d’autres botrucs à fouetter. Comme elle se doutait que personne ne pointeait le bout de son nez avant un moment, surtout qu’aucun entraînement de Quidditch (sa hantise) n’était prévu pour la soirée, elle décida de profiter de l’occasion pour s’accorder une pause à rallonge, qui serait accompagnée de plusieurs tasses de café encore moins rallongées, et de quelques cigarettes. Elle abandonna plusieurs minutes son poste pour aller jusqu’à la salle des professeurs. C’est sûr, ça faisait toujours du chemin pour prendre un simple café, et c’était pas forcément l’endroit de Poudlard qu’elle préférait, en plus (se taper la causette avec ses collègues, très peu pour elle!), elle avait déjà pensé à s’installer une machine à café dans son bureau, mais elle avait finalement décidé que c’était une mauvaise idée (en plus, Dippet aurait râlé). Quand elle avait le plus besoin de caféine, elle avait aussi besoin de prendre l’air, loin de l’infirmerie et des malades, alors bon… Une fois dans la salle des profs, elle avait été soulagée de voir qu’il n’y avait personne. Tant mieux! Zeld’ tenait à sa solitude. La plupart de ses collègues l’ennuyaient ou l’agaçaient. Elle était bien plus tranquille sans eux.

Elle s’accorda bien quinze bonnes minutes de pause avant d’être rappelée à l’ordre par sa conscience professionnelle (en fait elle en a une). On sait jamais, un élève à moitié mort était peut-être en train d’agoniser devant sa porte? Donc, elle remonta à l’infirmerie, et après avoir oublié sa déception en voyant qu’aucun élève n’était devant sa porte et que donc, personne ne la suppliait de l’achever, elle remarqua quelque chose d’anormal : la porte de l’infirmerie était ouverte. Elle était sûre de l’avoir fermé, pourtant. Elle avait bien sûr zappé le fait qu’elle avait donné un double à Pomona, et à la place, elle pensait qu’un élève avait forcé la porte et s’amusait à mettre le bordel dans SON infirmerie, ce fichu groupe de prétentieux qui se faisait appeler la guilde, par exemple. Elle était au taquet, prête à sermonner, quand elle ouvrit grand la porte, et Pomme eut le bon réflexe en disant immédiatement bonjour à l’infirmière, elle aurait explosé, sinon.


"Qu’est-ce que tu fais là?" demanda-t-elle d’un ton plutôt désagréable. Pomona n’avait pas l’air dans son assiette, mais Zeld’ mit ça sur le compte de son comportement à elle. Puis elle se ressaisit, il n’y avait pas 36000 raisons pour que la serpy soit là. Elle était venue pour l’aider. "C’est gentil de ta part de vouloir aider mais comme tu vois, il n’y a pas foule, ce soir." Zeld sortit deux cigarettes de son paquet, en porta une à ses lèvres et tendit l’autre à Pomona. "T’en veux une?"

Les enfants : fumer, c’est pas bien, et Zelda n’est pas un exemple à suivre, JAMAIS. Fumer dans l’infirmerie, c’était encore moins bien, mais bon, elles étaient seules, de toute façon.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
RÉSISTANCE
avatar
▌ Messages : 1418
Humeur :
50 / 10050 / 100

En couple avec : ...

QUI SUIS-JE?
Baguette: roseau, 23,2 cm et crin de licorne
Camp: Bien
Avatar: Carey Mulligan

Message#Sujet: Re: La curiosité est un vilain défaut (Zelda)   Mer 22 Fév - 15:11

"Qu’est-ce que tu fais là?"

Le cœur de Pomona battait à tout rompre tandis qu’elle demeurait ainsi, interdite, une preuve compromettante à peine dissimulée dans un sac entrouvert, encore plantée comme un piquet derrière les tiroirs à dossiers.

Elle était incapable de savoir si Mrs Sparkley avait ou non deviné ce qu’elle venait de faire. De crainte de se trahir (si son attitude pour le moins étrange ne le faisait pas à sa place), elle préféra ne rien répondre. Elle pourrait ainsi mieux observer l’infirmière et voir si elle devait s’inquiéter.

Les traits de son visage marquaient un certain agacement mais comme aucun autre signe de colère ne se déclarait en elle, elle en déduit qu’elle n’avait pas compris ce qu’elle venait de faire et se remettait seulement de l’inattendu de sa visite.

En d’autres circonstances, elle aurait été un peu honteuse, mais en l’occurrence, elle ne pouvait rien ressentir sinon un immense soulagement. Elle ne serait pas réprimandée… Ou pour le moment en tous cas. Perdre la confiance de cette femme qu’elle estimait tant eût été très difficile pour elle.


"C’est gentil de ta part de vouloir aider mais comme tu vois, il n’y a pas foule, ce soir."

L’infirmière essayait de se rattraper de cette façon qui lui était singulière : un peu bourrue, presque masculine.

La délicatesse n’avait jamais fait partie des qualités de Mrs Sparkley, et elle assumait un fort caractère, et sa part de masculinité. C’était une femme forte, qui tentait de s’imposer dans un monde d’hommes. Pour cette raison, entre autres, Pomona l’admirait. Elle était volontaire, mais pas autant que son mentor. Elle craignait les confrontations.

Pomona se demandait si elle devait insister ou s’en aller, elle n’était pas seulement venue dans le but de dérober des dossiers confidentiels. Cela faisait longtemps qu’elle n’avait pas assisté l’infirmière, et cela lui manquait véritablement.


"T’en veux une?"

La cigarette que lui proposa Mrs Sparkley précipita la décision de Pomona. Non, elle n’était pas dépendante… Pas du tout… Des vices commercialisés, la cigarette était le seul auquel la jeune fille avait succombé. Elle restait cependant modérée dans sa consommation, question d’économie et de réglementation scolaire.

Les seules cigarettes qu’elle fumait à Poudlard lui étaient procurées par Mrs Sparkley. En acceptant une, elle remercia l’infirmière tout en l’allumant.


 "Merci."


Elle tira une bouffée de la cigarette, la laissant apaiser sa nervosité. Elle était à présent convaincue d’être tirée d’affaire pour le moment.


"Il y a quelque chose que je peux faire pour vous?"


Elle ne voulait pas non plus avoir l’air de profiter de la générosité de l’infirmière. Il devait bien y avoir des lits à faire, des médicaments à ranger ou même le débarras à nettoyer. Accomplir une tâche ingrate la déculpabiliserait peut-être pour ce qu’elle venait de faire.

Ce genre de gestes, de traitrise, ne lui ressemblait pas du tout… Que ne ferait-elle pas par soif de curiosité. Et pour Miyria…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ysbridion
avatar
▌ Messages : 398
Humeur :
50 / 10050 / 100

En couple avec : mon travail. ça suffit.

QUI SUIS-JE?
Baguette: 24, 163 cm, bois de houx et plume de sombral.
Camp: Bien
Avatar: Melanie Laurent

Message#Sujet: Re: La curiosité est un vilain défaut (Zelda)   Mer 29 Fév - 0:37

Zeld’ ne fut pas mécontente de voir que Pomona était décidée à rester. Passé l’instant de la surprise, elle était plutôt heureuse que sa petite protégée ait daigné lui rendre visite. Ces derniers temps, elle ne l’avait pas beaucoup vu, et quand elle la voyait, elle semblait préoccupée. Zeld’ ne l’avait jamais dit à Pomona tel quel, mais elle avait beaucoup d’affection pour la jeune femme, elle était un petit bout de femme assez exceptionnel, pleine de convictions, de volonté, et d’une extrême intelligence. En plus de ça, l’admiration qu’elle lui portait n’était pas pour lui déplaire… Bref, Pomona faisait partie de ces gens qui ne dérangeraient jamais vraiment l’infirmière, et ces gens là, ils se comptaient sur les doigts de la main : Louisa, Dumbledore… Montgomery, et encore. C’était les seuls qu’elle acceptait dans son cercle très restreint. Fidèle à elle-même, son assistante bénévole lui demanda s’il y a quelque chose qu’elle pouvait faire. Entre deux bouffées de cigarette, Zeld’ réfléchit à quoi répondre. Il y avait toujours à faire, elle se plaignait bien assez souvent d’être débordée (ah! Qu’est-ce qu’elle allait faire quand Pomme aurait quitté l’école?), mais elle ne voyait quand même pas grand-chose d’extrêmement urgent à lui faire faire.

"Il y aurait bien un peu de ménage à faire…"


Pour ça, c’est vrai qu’un peu d’huile de coude serait bienvenue, surtout que le ménage, c’était sa hantise. Heureusement que la magie permettait de faire ça plus vite, mais certains de ses instruments de travail demandaient un soin un peu particulier, et devaient être stérilisés, par exemple. Elle hésita à ajouter que c’était franchement pas une obligation. Elle se retint parce qu’il aurait été dommage de passer à côté d’un peu de main d’œuvre. De toute façon, ça ne pressait pas, leurs cigarettes n’étaient même pas consumées. Zeld’ ne dit plus rien jusqu’à sa dernière latte puis écrasa son mégot dans le cendrier posé sur son bureau.

"Dis moi… Tout va bien pour toi, en ce moment?"


La question titillait Zeld’ depuis un moment, mais jusque là, elle l’avait toujours gardé pour elle. Demander à un patient comment il se sentait ne lui posait aucun problème, mais elle avait toujours eu plus de mal à demander à quelqu’un dont elle se souciait si ça allait… parce que c’était la preuve qu’elle s’en souciait. Elle préférait ne pas se mêler de la vie des autres, mais elle voyait bien que Pomona était préoccupée, qu’elle n’était pas tout à fait dans son assiette… Zeld’ n’était pas du genre à savoir écouter et conseiller ( il suffisait de voir comme elle galérait avec ses séances de psychanalyse avec Yseult), mais elle avait envie de faire quelque chose pour Pomona… à son niveau, en tous cas… mais elle imaginait mal la serpy lui raconter sa vie, elle n’était pas bien bavarde et c’était d’ailleurs un peu pour ça qu’elle l’appréciait tant. Enfin… elle verrait bien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
RÉSISTANCE
avatar
▌ Messages : 1418
Humeur :
50 / 10050 / 100

En couple avec : ...

QUI SUIS-JE?
Baguette: roseau, 23,2 cm et crin de licorne
Camp: Bien
Avatar: Carey Mulligan

Message#Sujet: Re: La curiosité est un vilain défaut (Zelda)   Ven 2 Mar - 15:09

"Il y aurait bien un peu de ménage à faire…"

Pomona répondit à cette remarque par un acquiescement rigoureux.

Faire le ménage n’était de loin pas son activité préférée, elle aimait davantage l’aspect plus pratique du travail d’infirmière que celui qui revenait à dépoussiérer et à faire des lits, mais elle ne rechignerait pas à la tâche.

Elle se sentait toujours coupable et se serait attelée à n’importe quel travail ingrat pour se défaire d’au moins un peu de son malaise. Qui plus est, ce travail devait bien être fait, si déplaisant soit-il.

Elle se pressa donc d’achever sa cigarette, ne lui laissant pas le temps de se consumer totalement et en tirant des bouffées de plus en plus larges afin d’en finir plus vite. Elle la savourait à peine mais qu’importe, elle ne voulait de toute façon pas abuser de la patience de celle qu’elle considérait comme son mentor.

Elle laissa tomber les restes de sa cigarette dans le cendrier que Mrs Sparkley gardait sur son bureau, puis se détourna de l’infirmière, non pou éviter son regard (quoique), mais pour exaucer d’emblée le vœu de la jeune femme, qui voulait que le lieu soit impeccable.

Pomona sortit de la réserve les matériaux de nettoyage nécessaires. L’expérience et un certain bon sens lui permettaient de procéder de façon très organisée : dans un cadre infirmier tel que celui-ci, il était impératif d’aller du plus au moins propre, de commencer par les sols, donc, puis de poursuivre avec les ustensiles et les lits.

Pomona était une jeune fille ordonnée et méticuleuse, presque maniaque, elle ne laissait donc jamais rien au hasard, et supposait que pour cette raison, Mrs Sparkley n’avait pas beaucoup de reproches à lui faire en termes de ménage.

Elle était donc sur le point de s’attaquer aux sols lorsque l’infirmière lui posa une question, une question qui la surprit et réinstaura en elle ce malaise dont elle avait pensé avoir réussi à se débarrasser, du moins en partie
.

"Dis moi… Tout va bien pour toi, en ce moment?"

Elle ne s’était pas attendue à ce que Mrs Sparkley ait jamais nourri le moindre intérêt pour sa petite personne, elle avait un infini respect pour elle, mais elle n’avait jamais supposé que Mrs Sparkley puisse sincèrement porter de l’intérêt à quelqu’un d’autre qu’à sa fille, leur relation, bien que positive, était toujours professionnelle, de même que leurs conversations. Il étaient rare que celles-ci se trouvent sur un terrain privé… C’était peut-être la première fois, en vérité.

L’infirmière avait visiblement deviné que Pomona n’était pas dans son assiette, dernièrement. Tant de choses la tracassaient… Mais elle ne s’était jamais imaginé en parler à l’infirmière, même si celle-ci était tenue au secret médical… et qu’en vérité, elle mourait d’envie de pouvoir parler à quelqu’un franchement, pouvoir tout dire et n’absolument rien omettre.

Elle avait parlé en grande partie à Miyria. C’était à elle qu’elle avait confié ses problèmes avec Jedusor, ses doutes… Mais elle ne lui avait rien dit de la séance de torture qu’elle avait subi par l’intermédiaire de Jo, ni de ce qu’elle avait découvert sur Olive, ni de son mariage arrangé avec Morgan (seule Yuûki était au courant de ce dernier point, mais elle ne savait rien du reste).

Toutes ces épreuves lui faisaient découvrir en elle une force de caractère qu’elle ne soupçonnait pas avoir… mais e=plus elle voyait son univers se démantelait, plus elle se sentait fragile… Pourtant, elle ne pouvait guère parler de ce qu’elle avait sur le cœur à Mrs Sparkley. Elle devait garder cette douleur pour elle. Faire avec. Trouver le moyen de lutter…


"Oui oui, ça… va".
Dit-elle dans un sourire feint qui se voulait rassurant.

Tentative vaine… Pomona n’était pas bonne comédienne.


"Enfin je…"


Une idée venait de lui traverser l’esprit, si fourbe, si mauvaise, qu’à l’instant où elle prononça les mots qui suivirent, elle les regretta.


"En vérité, je me fais du soucis pour une amie… Meredith Striff, je suppose que vous voyez qui c’est."


Se servir de la confiance des autres pour leur mentir et les manipuler, voilà qu’elle tombait si bas… presque à son niveau…

Elle avait prononcé ce nom-ci puisqu’il était le plus susceptible d’être clairement reconnu par l’infirmière, la rouquine ayant fait un séjour d’une semaine à l’infirmerie. Allez savoir, elle apprendrait peut-être quelque chose qui l’amènerait sur une nouvelle piste.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ysbridion
avatar
▌ Messages : 398
Humeur :
50 / 10050 / 100

En couple avec : mon travail. ça suffit.

QUI SUIS-JE?
Baguette: 24, 163 cm, bois de houx et plume de sombral.
Camp: Bien
Avatar: Melanie Laurent

Message#Sujet: Re: La curiosité est un vilain défaut (Zelda)   Lun 5 Mar - 23:51

Pas besoin d’avoir un avis éclairé sur la nature humaine (heureusement, parce que Zeld’ n’en avait pas) pour comprendre que Pomona n’était pas franchement sincère avec elle. Il y avait quelque chose qui la préoccupait, pas de doutes là-dessus, mais l’infirmière en aurait mit sa main à couper, sa protégée ne se mettait pas dans des états pareils à cause d’une amie à elle. Parce que Pomona ressemblait un peu à Zelda, Zelda savait qu’elle n’était pas forcément très altruiste sans être égoïste. Zelda l’avait toujours vu comme une jeune fille qui savait prendre de la distance par rapport aux autres (et par rapport à elle-même aussi), le genre à préférer observer et ne pas s’investir émotionnellement. Mais elle se trompait p’têt? Elle ne la connaissait pas forcément très bien, en fait, elle savait à peine qui étaient ses amis, si elle en avait… Elle la voyait souvent trainer avec Alliane, c’était tout ce qu’elle pouvait dire. Si ça se trouvait, les problèmes de Pomona étaient basiques, élémentaires (dear Watson), Zeld’ ne voulait juste pas le croire parce qu’elle pensait la serpy différente. Ça pouvait être quelque chose de trivial, comme une histoire de cœur… ou bien elle pouvait effectivement avoir des problèmes avec Meredith Striff, même si l’infirmière ne se souvenait pas de les avoir jamais vu ensemble.

"Bien sûr, la donzelle qui est tombée dans les escaliers".

Zeld’ avait affiché une grimace, sceptique à souhaits. Elle n’avait pas cru une seule seconde à l’excuse de la rouquine. D’ailleurs, elle avait été très agacée de la voir persister à ne rien dire alors que sans elle, elle serait dans un sale état. Quand elle était arrivée à l’infirmerie, ses blessures étaient très profondes, c’était pas son genre de se vanter ( à peine), mais si elle n’avait pas été là, elle aurait pu y passer. Quelle ingratitude, vraiment!


"Un vrai phénomène, cette gamine!"
elle ajouta.

Elle n’apprenait rien à Pomona, cette petite était hystérique, survoltée. Sûr, elle aurait bien eu besoin de plusieurs séances de psychanalyse, comme la petite Yseult… Mais bon, si Zeld’ pouvait s’éviter ça…


"Je savais pas que vous étiez amies…"


Elle ne le savait pas et n’y croyait pas trop. Qui, d’ailleurs, voudrait vraiment être amie avec cette gryffondor survoltée? (à part ses amis fraîchement débarqués avec elle, qui n’avaient tous pas vraiment l’air sains d’esprit non plus - prenez la petite blonde hallucinée qui courait après des créatures imaginaires : elle aussi avait de graves problèmes psychologiques). Zeld’ imaginait Pomona plus consciencieuse dans le choix de ses fréquentations. Mais en même temps, ce nom ne venait pas de nulle part, si la vert et argent venait de lui parler de Striff, c’est que cette dernière avait forcément un rapport avec les problèmes que rencontrait Pomona dernièrement. Si Pomona lui accordait ne serait-ce qu’une réponse franche, Zelda arriverait p’tet à comprendre ce qui se tramait dans ce fouillis complexe qu’était la tête de sa protégée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
RÉSISTANCE
avatar
▌ Messages : 1418
Humeur :
50 / 10050 / 100

En couple avec : ...

QUI SUIS-JE?
Baguette: roseau, 23,2 cm et crin de licorne
Camp: Bien
Avatar: Carey Mulligan

Message#Sujet: Re: La curiosité est un vilain défaut (Zelda)   Jeu 8 Mar - 17:43

"Bien sûr, la donzelle qui est tombée dans les escaliers".

Pomona remarqua bien l’air sceptique qu’afficha mrs Sparkley en lui parlant du soi-disant accident qu’avait rencontré la rouge et or.

Sans grande surprise, elle n’y croyait pas. Pomona n’y croyait pas d’avantage. Plus elle y réfléchissait, plus l’idée que Meredith ait pu être torturée, par Jedusor, bien sûr, s’imposait à son esprit.

Pomona avait menti d’une façon tout à fait similaire lorsque Jo, ensorcelée, l’avait agressé. Et c’était ce même regard suspicieux que son mentor avait posé sur elle lorsqu’elle avait inventé un faux prétexte pour justifier son état physique.

Preuve que Jedusor ne manquait pas d’imagination lorsqu’il souhaitait faire souffrir en demeurant blanc comme neige.

Bien sûr, et comme toujours, Pomona ne possédait aucune preuve tangible de ce qu’elle avançait. Rien d’autre qu’une conviction profonde… Meredith passait une semaine complète à l’infirmerie, et peu de temps après, elle lui remettait le journal de Jedusor? Pomona ne croyait pas aux coïncidences, moins encore lorsque celles-ci étaient si grosses.


"Un vrai phénomène, cette gamine!"

Pomona ne pouvait qu’approuver. Meredith Striff était effectivement ce que l’on pouvait appeler un phénomène.

Elle avait un comportement agressif, c’en était presque pathologique. Elle montrait les dents dès qu’un vert et argent passait à proximité d’elle.

Il ne lui fallait rien pour dresser ses griffe. Ce comportement avait fait l’objet de bien nombreuses notes dans son précieux carnet.

Mrs Sparkley ne lui apprenait rien, au sujet de la rouge et or, rien qu’elle ne sache déjà, à se demander si ses interrogations n’allaient pas être vaines.


"Je savais pas que vous étiez amies…"

Quoi de plus normal? On ne pouvait pas dire que la serpentard et la gryffondor s’entendaient vraiment, toutes les deux, malgré leur récente coopération.

Elles n’étaient pas amies, le nombre d’amies de Pomona n’était pas très élevé, il n’avait aucune raison d’augmenter.

Elles parviendraient à s’entendre, qui sait, mais être amies, jamais. Il y avait bien trop de secrets entre elles, et selon toutes vraisemblances, il y en aurait toujours.


"On s’est rapproché… plutôt récemment."


Ce n’était pas un véritable mensonge, c’était ce que Pomona voulait. Ne pas être sincère avec Mrs Sparkley était lui manquer de respect. Cette idée l’insupportait.

"Je pense que ses parents lui manquent…" remarqua-t-elle.

Peut-être. Cela ne justifiait certainement pas tout, mais par l’intermédiaire de cette hypothèse, Mrs Sparkley lui révèlerait peut-être ce qu’elle savait. Car c’était après tout ce qu’elle demandait, et ce à quoi tout cela, ce tissus de mensonge, cette hideuse hypocrisie… tendait.

Si elle n’obtenait pas la réponse qu’elle voulait entendre (bien qu’elle ne sache pas elle-même ce qu’elle désirait, exactement), elle laisserait tomber. Jouer ainsi avec Mrs Sparkley lui déplaisait tout à fait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ysbridion
avatar
▌ Messages : 398
Humeur :
50 / 10050 / 100

En couple avec : mon travail. ça suffit.

QUI SUIS-JE?
Baguette: 24, 163 cm, bois de houx et plume de sombral.
Camp: Bien
Avatar: Melanie Laurent

Message#Sujet: Re: La curiosité est un vilain défaut (Zelda)   Jeu 15 Mar - 23:43

Zelda n’y croyait toujours pas, même si Pomona n’avait pas l’air de mentir. D’accord, elle ne voyait pas quel pouvait être l’intérêt de sa petite protégée de proférer un tel mensonge, mais elle ne voyait pas du tout ce que la jeune femme pouvait trouver à la furie de Gryffondor. Elles n’avaient rien en commun, l’une était une rouge et or (qui en plus ne manquait jamais la moindre occasion d’afficher sa haine et son mépris injustifié envers tous ceux qui appartenaient à la maison serpentard), l’autre une vert et argent, l’une était agressive et imprévisible, l’autre calme et pondérée. Ça ne collait vraiment pas. Bien sûr, Zeld’ ne pouvait pas deviner que leur haine envers un certain préfet et leur envie de l’anéantir était un facteur commun qui aidait bien à l’affaire.

Le sort de la rouquine de cinquième année ne l’intéressait franchement pas, et elle ne comprenait pas ce regain d’intérêt de la part de Pomona à l’égard d’une jeune fille qui ne le méritait pas… enfin si, c’était peut-être les origines douteuses de la jeune fille qui éveillait son intérêt. Elle avait un comportement des plus étranges et venait d’absolument nulle part. Même Zelda, qui était tout de même un membre du personnel de Poudlard et qui en sa qualité d’infirmière devrait logiquement savoir d’où venaient ces six phénomènes, n’en savait fichtrement rien. Ça l’agaçait très franchement, d’ailleurs. Elle ne supportait pas d’être mise à l’écart comme cela, et était d’ailleurs profondément convaincue qu’on ne lui disait rien parce qu’elle appartenait à ce que ces mâles prétentieux appelaient le sexe faible. Elle avait plus d’une fois râlé auprès de Dippet à ce sujet, d’ailleurs. Mais il n’avait jamais cédé ni ne lui avait expliqué le secret des six nouveaux. Pour une fois qu’il faisait preuve de droiture, celui-là! C’était forcément pour l’emmerder. Bref, si c’était à cause du mystère qui entourait Meredith Striff que Pomona se souciait à ce point d’elle, ça se comprenait mieux.

Si c’était pour satisfaire sa curiosité, Pomona était tombée à la mauvaise adresse. Même avec la meilleure volonté du monde, elle ne pouvait pas la renseigner, elle ne savait rien du tout non plus, et ça l’exaspérait autant que son apprentie, si ce n’est plus.


"J’en sais fichtre rien. Moins bavard que cette gamine, ça s’appelle une tombe. Mais ça je suppose que tu t’en es rendue compte, toi aussi…"


Elle pensait comprendre où Pomona voulait en venir, et si l’infirmière avait eu des informations quelcnque, jouait le jeu ne l’aurait pas dérangé. Elle avait beaucoup d’estime pour les ambitions anthroplogiques de Pomona, elle espérait qu’elle arriverait à ses fins. Si elle pouvait donner un coup de pouce, pourquoi pas? Mais en l’occurrence, elle n’était d’aucune utilité.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
RÉSISTANCE
avatar
▌ Messages : 1418
Humeur :
50 / 10050 / 100

En couple avec : ...

QUI SUIS-JE?
Baguette: roseau, 23,2 cm et crin de licorne
Camp: Bien
Avatar: Carey Mulligan

Message#Sujet: Re: La curiosité est un vilain défaut (Zelda)   Sam 24 Mar - 20:10

"J’en sais fichtre rien. Moins bavard que cette gamine, ça s’appelle une tombe. Mais ça je suppose que tu t’en es rendue compte, toi aussi…"

Bien sûr. Effectivement, Meredith parlait peu, et quand elle parlait, c’était généralement pour sauter à la gorge de quelqu’un. Oui, Pomona, en grande observatrice qu’elle était, savait bien que la jeune fille parlait très peu.

Même leur conversation au cours de laquelle Meredith lui avait remit le journal pouvait à peine être qualifiée de discussion tant elles n’avaient presque dit mot. Cela dit, Pomona n’était pas bien bavarde non plus.

Elle n’apprendrait rien de Mrs Sparkley, c’était sûr à présent. Il n’y avait rien dans le dossier de Meredith, et si l’infirmière savait quelque chose (ce dont la vert et argent doutait pour le moins), elle ne dirait rien.

Pomona acquiesça faiblement. Il n’était plus la peine d’insister. Rien ne servait de s’attarder sur la question, cela ne ferait qu’éveiller les soupçons de son mentor, et c’était complètement inutile.

"Je vais m’occuper des fioles". Déclara-t-elle finalement d’un ton pratique.

À présent que les lits et sols étaient nettoyés, c’était ce qu’il lui restait à faire, et elle joignit rapidement le geste à la parole.

À nouveau, la magie rendait la tâche plus aisée. Cet art pouvait réellement vous changer l’existence. Mais il fallait malgré tout quelques produits.

Elle partit ensuite en quête de produits ménagers. Il n’était pas nécessaire de disposer de beaucoup de ces produits lorsqu’on possédait une baguette magique, mais certains restaient indispensables, surtout dans un environnement où tout devait être aseptisé. Tout devait être stérilisé, de sorte à anéantir les microbes avant même qu’ils ne songent à pointer le bout de leur nez.

Elle se rendit en dernier dans la réserve, là où le travail était le plus complexe. La poussière s’accumulait rapidement sur les fioles de potions et les boîtes de médicaments. Et c’étaient justement les éléments dont il fallait prendre soin afin qu’ils ne posent aucun problème.

Avec un chiffon magique, et un peu de produit miracle, la tâche était aisée, mais néanmoins longue, et Pomona, par ailleurs, était quelque peu distraite, toujours angoissée à l’idée que Mrs Sparkley puisse découvrir qu’elle avait fouillé dans le dossier des patients.

Sa distraction lui fit défaut. Et ce qu’elle prenait soin à ne jamais voir arriver arriva : un instant d’inattention, et une fiole de ce qui devait normalement contenir une potion anti-rhume, lui glissa des mains.

La fiole s’écrasa en dizaines de débris de verres sur le sol, et la potion se déversa sur sa main.


"Désolée."

Pomona s’appliquait déjà à réparer la fiole de potions quand une réaction étrange apparut sur son bras. De gigantesques pustules violettes y poussaient, une véritable horreur.


"Mrs Sparkley… Je crois qu’il y a un problème."

Sa voix était posée, mais ponctuée de trémolos un peu inquiets. Ce qui arrivait n’était pas normal, elle pouvait le certifier.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
▌ Messages : 11
Humeur :
50 / 10050 / 100


Message#Sujet: Re: La curiosité est un vilain défaut (Zelda)   Sam 24 Mar - 20:36

Vous l’aurez compris, la Guilde était passée par là.

…Et ses membres s’étaient amusés à changer le contenu des fioles de médicament de toute l’infirmerie… et d’une façon ingénieuse, s’il vous plaît. Les potions gardaient les mêmes couleurs et textures, elles n’avaient plus le même effet, voilà tout.

Sur la porte de la réserve, à la craie, le bientôt traditionnel « Vous venez d’être victimes de la Guilde » était inscrit en lettres blanches.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ysbridion
avatar
▌ Messages : 398
Humeur :
50 / 10050 / 100

En couple avec : mon travail. ça suffit.

QUI SUIS-JE?
Baguette: 24, 163 cm, bois de houx et plume de sombral.
Camp: Bien
Avatar: Melanie Laurent

Message#Sujet: Re: La curiosité est un vilain défaut (Zelda)   Mar 27 Mar - 0:29

Diable ce qu’elle était efficace, cette gamine, elle ne rechignait jamais au travail, même quand c’était un travail ingrat. Enfin, Zeld’ avait quand même dans l’intuition que c’était en grande partie parce que c’était elle qui le demandait que Pomona acceptait les tâches ingrates. Zeld’ laissa sa protégée se diriger vers la réserve, après avoir vaillamment fait les lits et récurer les sols. De son côté, l’infirmière s’alluma une nouvelle cigarette, tout en feuilletant distraitement le dossier médical de la petite Yseult Neils. Elles devaient avoir une nouvelle séance de psychanalyse quelques jours plus tard, et Zeld’ augurait déjà que ça n’allait pas être de la tarte. Les observations déséspérément identiques qu’elle annotait de semaines en semaines dans le dossier lui donnaient raison, en apparence en tous cas.

Ainsi occupée, elle fut surprise quand elle entendit le verre se briser. N’importe qui d’autre se serait trouvé dans cette réserve (sauf Louisa, évidemment), Zeld’ aurait immédiatement levé la voix, et cette personne en aurait prit pour son grade, mais elle était toujours plus indulgente quand il s’agissait de Pomona. Zeld’ s’étonna quand même de la maladresse de cette dernière. Ce n’était pas le genre de la serpy. Elle devait vraiment être distraite! D’abord, l’infirmière décida d’ignorer l’incident et de se replonger dans son dossier navrant, mais la voix de Pomona s’éleva. Comment ça, un problème? Zeld’ fronça les sourcils et quitta son bureau pour rejoindre la jeune fille dans la réserve.

Son premier réflexe, avant même de voir si Pomona avait été profondément coupée avait été de voir quelle fiole avait été cassée. C’est pas tout, mais certaines potions coûtaient extrêmement chères et étaient fabriqués à partir d’ingrédients très rare… elle fut tout d’abord soulagé en voyant que ce n’était qu’une fiole d’anti-rhume, mais le soulagement fut de courte durée, remplacée par une colère vive quand elle prit enfin la peine d’examiner le bras de Pomona.


"Qu’est-ce que…?"


Aucune potion anti-rhumes au monde ne provoquait ce genre d’effets au contact avec la peau. Aucun doute, la potion avait été trafiquée, et les effets n’étaient pas jolis jolis.


"Attends, je vais t’examiner à la lumière."

Alors que Zeld’ allait ouvrir la porte de la réserve pour observer le bras de Pomona à la lumière, elle découvrit l’inscription "Vous venez d’être victime de la guilde". Le sang de l’infirmière bouillonna. Que ces imbéciles de farceurs trouvent amusant de balancer des lutins bleus ou des lapins en chocolat à la figure de leurs camarades, c’était une chose, mais là, ça allait trop loin. Zeld’ devinait facilement qu’elle allait devoir revérifier toutes ses fioles de potion. Et dire qu’un gosse aurait pu boire cette potion.


"J’t’en foutrais, moi, des guildes. On verra s’ils se trouveront toujours aussi drôles quand ils se seront fait virer du château". Grommela-t-elle en faisant s’asseoir Pomona sur le lit le plus proche afin de l’examiner. Elle râla tout le temps de son examen minutieux.

"ça n’a pas l’air bien grave, mais si j’en crois ce qui vient de se passer, il n’y a plus rien pour te soigner ici." Pause. "Ecoute, va voir le professeur Slughorn, il a peut-être un onguent en réserve, ou de quoi t’en fabriquer un, au moins."

Tsss… conseiller à un élève d’aller voir Slughorn,c’était contre tous ses principes. Mais aux grands maux les grands remèdes, comme on dit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
RÉSISTANCE
avatar
▌ Messages : 1418
Humeur :
50 / 10050 / 100

En couple avec : ...

QUI SUIS-JE?
Baguette: roseau, 23,2 cm et crin de licorne
Camp: Bien
Avatar: Carey Mulligan

Message#Sujet: Re: La curiosité est un vilain défaut (Zelda)   Mer 28 Mar - 14:44

Pomona ne se vexa pas, constatant que Mrs Sparkley était plus préoccupée par la fiole qui avait été brisée que par son état physique. Même si les pustules de plus en plus nombreuses qui s’étalaient sur son bras l’inquiétaient pour le moins, elle avait bien conscience d’avoir commis une erreur, par simple maladresse. L’infirmière et l’étudiant avaient en commun le même pragmatisme, alors elle comprenait.

Mrs Sparkley fut apparemment soulagée en remarquant que la fiole brisée ne contenait rien d’important… d’autant moins important qu’il semblait à présent évident que le contenu des bouteilles avait été remplacé.


"Qu’est-ce que…?"

Il n’y avait évidemment rien de très rassurant à entendre Mrs Sparkley s’interroger en examinant son bras qui ne faisait que s’enlaidir à mesure que les secondes passaient.

Pomona n’était que moyennement inquiète, malgré tout, elle reconnaissait la compétence de son mentor, elle trouverait une solution…


"Attends, je vais t’examiner à la lumière."

Pomona acquiesça. La perspective de voir son bras meurtri à la lumière du jour ne l’emballait pas vraiment, mais quel choix avait-elle après tout?

La jeune fille voulut suivre Mrs Sparkley hors de la réserve quand son regard s’arrêta sur ce qui était inscrit sur la porte. Cela ne lui avait pas échappé non plus.

Et les mots inscrits sur cette porte, elle les avait déjà lu ailleurs, suspendue en l’air et en lettres d’or dans le bureau du professeur Slughorn lors de la fête de Pâques qu’il avait organisé pour son club, et qui avait tourné au fiasco.

Il fallait qu’elle découvre qui se cachait derrière cette Guilde. Sa curiosité était piquée au vif. Elle supposait que Melody Farnsworth au moins, et Morgan sûrement en faisaient partie, mais elle ne construisait pas son carnet sur des suppositions.

Ce n’était pas encore au centre de ses préoccupations pour le moment malgré tout. Tout ce qu’elle voulait à cet instant précis, c’était retrouver figure humaine, ou du moins bras humain.


"J’t’en foutrais, moi, des guildes. On verra s’ils se trouveront toujours aussi drôles quand ils se seront fait virer du château".

Pomona ne commenta pas mais comprenait parfaitement la colère de l’infirmière. Toutes les potions, tous les médicaments allaient devoir être vérifiés, et la plupart serait sûrement à jeter. Le travail que cela représenterait aller être considérable. Pomona se promit de prêter main forte à Mrs Sparkley aussitôt que son bras serait guéri.


"ça n’a pas l’air bien grave, mais si j’en crois ce qui vient de se passer, il n’y a plus rien pour te soigner ici."

C’est bien ce qu’elle avait craint.

"Ecoute, va voir le professeur Slughorn, il a peut-être un onguent en réserve, ou de quoi t’en fabriquer un, au moins."

L’idée de mettre son bras entre les mains du professeur Slughorn ne l’enchantait guère, la vert et argent aurait de loin préféré que l’infirmière ait une solution miracle à lui proposer.

Consciente qu’elle n’avait pas le choix quoi qu’il en soit, elle se redressa et acquiesça.


"Je reviendrais vous aider après." assura-t-elle avant de s’emparer de son sac.

Et elle quitta à l’infirmerie, prenant soin de dissimuler en entier son bras sous sa manche jusqu’à ce qu’elle arrive aux cachots.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ysbridion
avatar
▌ Messages : 398
Humeur :
50 / 10050 / 100

En couple avec : mon travail. ça suffit.

QUI SUIS-JE?
Baguette: 24, 163 cm, bois de houx et plume de sombral.
Camp: Bien
Avatar: Melanie Laurent

Message#Sujet: Re: La curiosité est un vilain défaut (Zelda)   Lun 2 Avr - 0:42

Zeld’ remarqua bien que sa petite protégée n’était pas très emballée à l’idée devoir demander son aide au professeur de potion de Poudlard, et cette pensée la fit sourire. La vérité, c’était que Slughorn était plutôt compétent, en fait. En tous cas, c’était un grand potionniste, mais avec un caractère! Un caractère qui ne pouvait que pousser l’infirmière à le mépriser. Une fois n’est pas coutume, Pomona et Zelda semblaient être sur la même longueur d’onde, mais aux grands maux les grands remèdes, on ne pouvait pas la laisser dans cet état, et elle ne pouvait rien faire, même si l’envie ne manquait pas. La septième année en était arrivée à la même, déduction, apparemment, puisqu’elle finit par acquiescer. Elle lui affirma quand même que, une fois, guérie, elle reviendrait l’aider. Zeld’ répondit par un léger hochement le tête. Oh, elle aurait pu lui dire de ne pas se déranger, qu’elle se débrouillerait toute seule, mais la vérité, c’était quand même que de l’huile de coude ne serait pas de trop. Brave petite! Volontaire même dans des moments comme ça. Ça faisait plaisir de voir des jeunes avec une telle force d’esprit! (eh oui, à son jeune âge, Zelda radotait déjà comme une petite vieille).

Après que la porte de l’infirmerie se soit retournée derrière Pomona, Zelda jeta un coup d’œil agacé à la porte de la réserve restée ouverte et au mot qui y était inscrit. Il fallait qu’elle se mette au travail… mais pas tout de suite. Il fallait également qu’elle avertisse Dippet de ce qui s’était passé, mais pas tout de suite non plus. Elle n’avait vraiment pas envie. Elle choisit donc, entre ces deux solutions, de s’allumer une nouvelle cigarette et de décider de ce qu’elle ferait ensuite une fois qu’elle serait complètement consumée. Elle songea même un moment à aller déranger Montgomery, juste histoire de se changer les idées, mais sa conscience professionnel (hyper développée chez elle) l’invitait à se mettre au travail dès ce soir si elle voulait être opérationnelle le plus vite possible.

Le problème, c’est que Zeld’ savait très bien le temps que ça allait lui prendre. Beaucoup trop de temps. Elle allait devoir tout passer au peigne fin. Examiner le contenu de chaque fiole pour vérifier que tout n’était pas à jeter. Et si tout n’était pas à jeter - et elle ne se faisait pas d’illusion, tout serait à jeter- elle devrait aller réclamer des subventions au directeur, s’aplatir devant lui pour pouvoir racheter des médicaments, et demander l’aide de Slughorn pour les potions qu’ils pourraient confectionner à nouveau d’eux-mêmes. En gros, elle devrait quémander de l’aide aux deux individus qu’elle supportait le moins dans toute cette école. La vie était vraiment mal fichue, parfois.

Elle poussa une grande inspiration quand elle n’eut pas d’autres choix que d’écraser ce qui restait de sa clope dans son cendrier. Allez! Il était temps de se retrousser les manches.
…Au travail!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

Message#Sujet: Re: La curiosité est un vilain défaut (Zelda)   

Revenir en haut Aller en bas
 

La curiosité est un vilain défaut (Zelda)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» La curiosité est un vilain défaut (Zelda)
» La curiosité est un vilain défaut [Nicolas de Ruzé]
» La curiosité est un vilain défaut chère filleule [Fae]
» [Défi] La curiosité est un vilain défaut...
» La curiosité est un vilain défaut ! || PV Sapy
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
T.rouble O.r M.isery (or both) ::  :: 
Rez-de-chaussée et étages
 :: Troisième étage :: Infirmerie.
-