AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Can't fake the feeling

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
MANGEMORT
avatar
▌ Messages : 582
Humeur :
50 / 10050 / 100

En couple avec : Elena

QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois de houx, ventricule de dragon, 20,2 centimètres, souple et facilement maniable
Camp: Mal
Avatar: Nicholas Hoult

Message#Sujet: Can't fake the feeling   Dim 11 Mar - 19:09

Il fait beau, très beau même. Depuis plusieurs jours, maintenant, le mauvais temps semble avoir plié bagages, on oublie qu’il pleuvait quelques semaines plus tôt, et on respire, avec en nous l’espoir que le soleil ne disparaîtra plus dans son antre nuageuse. Je suis peut-être du côté obscur, cela ne m’empêche pas de préférer le soleil à la pluie. La météo a toujours beaucoup influencé mon humeur. Quand le ciel est gris et fait tomber des cordes sur le sol humide, je me sens souvent passablement déprimé et démotivé, je n’ai l’envie de rien, et même si je ne suis pas d’un tempérament dépressif, il arrive que cela me fasse broyer du noir. Un ciel gris est comme une invitation au repliement sur soi-même et aux grands questionnement philosophiques. Quand il fait beau, par contre, je me sens plus en phase avec moi-même, l’air du beau temps dégage un parfum singulier, entêtant, mais agréable. Aujourd’hui, comme le soleil est haut dans le ciel, qu’il n’y a pas l’ombre d’un nuage, et qu’on entend même le chant de quelques oiseaux, je me sens donc de parfaite humeur. Ce matin, pour la première fois de cette année 1945, j’ai pu troquer ma veste contre une chemise fine. Je me sens aussi léger que les vêtements que je porte. Je pressens que la journée va être bonne.

Nous sommes samedi. Et en ce début de week-end, le planning de ma journée est déjà tout tracé, et bien chargé. Ça ne me dérange pas, au contraire. Je suis pragmatique, j’aime prévoir les choses à l’avance, je n’aime pas vraiment me laisser surprendre, c’est même une chose que je déteste. Ma matinée était réservée à mes devoirs et révisions des BUSE, je reste toujours aussi décidé à exceller à mes examens, je tiens à de brillants résultats, même si je ne compte pas faire un travail d’exception, c’est une sorte de principe, de vision de la vie que je m’impose, et je ne la pense pas mauvaise. J’ai bien su m’avancer dans ce que je devais faire, j’ai terminé ma dissertation de métamorphose, et commence à bien maîtriser mon cours d’histoire de la magie, à part les points soulevés au dernier cours, où mon retard et ma proximité avec Pomona m’avaient induits dans un état de déconcentration totale. C’est plutôt fier de moi que je me suis rendu dans la grande salle pour prendre un copieux déjeuner, copieux parce que je devais prendre des forces pour l’entraînement de Quidditch qui avait lieu dans l’après-midi.

Par ce beau temps, s’entraîner sur nos balais était une véritable partie de plaisir, même si avec l’absence abrupte de notre capitaine, Arthur, qui avait des chances de s’éterniser, nous devions trouver de nouveaux repères. Notre capitaine remplaçant s’en sort très bien, mais il est toujours étrange et un peu perturbant d’avoir à repartir sur de toutes nouvelles bases, lorsqu’on a été habitué à quelque chose. L’entraînement s’est bien déroulé, l’équipe s’est montrée plus combative que jamais. Ce n’est pas parce que nous avons perdu contre les gryffondors que nous nous laissons abattre, bien au contraire. Nous avons la ferme intention de nous rattraper lors de notre prochain match. Serpentard peut encore gagner la coupe de Quidditch, notre maison le mérite bien plus qu’aucune autre car elle est la plus noble. Je me suis dépassé cette après-midi, et je suis plutôt fier de moi. Lorsque je suis sur un balai, j’oublie tout, y compris les regards des gens sur les gradins, qui me gêneraient en temps normal. Je me sens libre, dans les airs, comme si mon esprit se détachait de mon corps, et j’ai l’impression, la certitude, que rien ne peut m’attendre.

Avant de me rendre aux vestiaires et de me changer (ce ne sera pas du luxe, j’ai beaucoup transpiré), je vais voir Ashley et lui rappelle de ne pas oublier notre rendez-vous à Pré-au-lard. Ashley est poursuiveuse (très douée, d’ailleurs) dans l’équipe, tout comme moi, mais aussi et surtout, elle est ma petite amie. C’est grâce à des entraînements comme celui-ci que nous avons réellement fait connaissance et que nous nous sommes liés d’amitié. De fil en aiguille, notre relation a évolué, et aujourd’hui, nous sommes officiellement en couple. Je passe de bons moments avec elle, mais je ne l’aime pas. Du moins si je l’aime, mais pas de cette dévotion pétrarquiste qui me fait tristement désirer Pomona quand je sais que rien au monde ne me permettra jamais de l’avoir. Je la trouve très intelligente, autonome… très séduisante, aussi, je trouve très agréable de me promener à son bras, et si je ne connaissais pas la douleur de l amour véritable, celui qui, incroyablement puissant, se mue en obsession croissante et en folie, je pourrais croire que j’aime Ashley. La vérité, c’est qu’elle est ma troisième petite amie, et que comme les précédentes, je l’aime mal. Ma foi, elle m’aime mal aussi, ce qui nous rend quittes, je suis parvenu à lui faire admettre qu’elle sortait avec moi dans le but de rendre jaloux Edward, un serpentard de sixième année. Ça ne me dérange pas. Au contraire, je préfère savoir qu’elle n’attend rien de moi. J’avoue cependant que si elle m’abandonnait pour Edward, s’il se déclarait à elle, je me sentirai vexé. Je me sens bien avec elle, et nous passons de bons moments ensemble. Enfin, ce n’est pas à l’ordre du jour, pas encore.

Après avoir fait en sorte d’être à nouveau présentable, je m’installe à une table de la salle commune une petite heure, afin de travailler encore un peu. C’est parce que je voulais encore m’avancer un peu que je n’ai pas proposé à Ashley qu’on aille au village sorcier ensemble. Comme ça, elle pourrait profiter de cette heure pour flâner dans le village si elle le voulait. Après avoir mit un point final à mon devoir, je me rends à Pré-au-lard. Ce n’est pas une journée de sortie organisée par Poudlard, je ne devrais donc pas y aller, mais personne ne prend garde à ceux qui disparaissent à travers le parc, surtout quand tant de personnes, profitant du beau temps, s’y trouve. Ça m’arrange, je n’aime pas quand toute l’école se retrouve dans ce petit village, cela provoque en moi un sentiment d’agoraphobie.
La nuit est presque tombée lorsque j’arrive à l’entrée du restaurant où je lui ait donné rendez-vous. Elle n’est pas encore là. Il ne me reste plus qu’à l’attendre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La rebelle
avatar
▌ Messages : 1513
Humeur :
50 / 10050 / 100


QUI SUIS-JE?
Baguette: 20cm, bois d'if, ventricule de dragon
Camp: Mal
Avatar: Jennifer Love Hewitt

Message#Sujet: Re: Can't fake the feeling   Sam 24 Mar - 12:23

    Contrairement aux autres jours grisés de cette fin de semaine, le soleil rayonnait de son plein grès et rendait alors le sourire à des élèves levés du pied gauche ou encore de mauvaises humeurs pour diverses raisons. On pouvait donc croiser en ce jour de beau temps, des petits groupes d'élèves riant tranquillement, ou bien bavardant joyeusement dans la cours, le parc mais de manière plus générale à l'extérieur afin de profiter de la chaleur. Cependant, on ne pouvait pas aller jusqu'à dire que tout le monde était fait ainsi et suivait ce même rythme car cela aurait été mentir, vu qu'évidemment il y avait toujours des cas particuliers, tels ceux qui restaient cloitrés dans leurs chambres, leurs salle commune ou alors dans la bibliothèque. Ce qui faisait alors distinctivement sortir de la bouge des autres cette expression de quelques mots : « il n’y a pas idées ». Mais chacun était libre de penser et de faire ce qui lui plaisait en dehors des cours bien sûr (même si certain prenait la fâcheuse habitude de louper ou plutôt devrais-je dire sécher les cours qu’ils aimaient le moins…n’allez surtout penser que je vise quelqu’un^^). En tout cas ce que j’essaye à cet instant de vous dire, c’est que tout élève avait alors la liberté de s’organiser comme il le désirait pour le weekend. Il y avait ainsi les travailleurs et les flemmards si l’on devait les trier en deux catégories.

    D’ailleurs en ce qui concerne Ashley, elle avait choisi de bénéficier du soleil matinal tout en s’installant à proximité d’un endroit calme dans le but de travailler un peu, sans pour autant s’avancer énormément dans ses devoirs scolaires. Puis après avoir déjeunée assez légèrement afin ne pas se charger le ventre pour l’entrainement de Quidditch de son équipe, elle se dirigea en direction du terrain où déjà quelques membres étaient présents. Et lorsque l’équipe fut au complet, l’entrainement pu débuter, se déroulant alors sans rien d’exceptionnel mais assez vite du point de vue de Golse qui ne voyait pas le temps passer pour une des raisons qu’elle appréciait ce jeu/sport où elle faisait preuve d’efforts constants. Enfin, quand l’exercice de préparation fut terminé, Caleb, le petit-ami de Ash en profita pour la rejoindre afin lui rappeler leur rendez-vous de tout à l’heure. La Serpentard ne l’avait pas oublié, mais elle l’avait tout de même noté au cas où elle n’y penserait plus sur un petit carnet qu’elle gardait précieusement dans un coin.

    Plus tard, quand elle fut rafraichit, elle quitta discrètement le parc de Poudlard pour se rendre dans les rues de Pré-au-lard à travers lesquelles elle comptait se promener en attendant l’heure prévu à laquelle elle devait retrouver le jeune homme. Elle allait donc de boutique en boutique en gardant une allure assez lente, prenant plaisir à marcher dans les rues. Elle surveillait l’heure pour ne pas être en retard, jusqu’à ce qu’elle tombe en face d’une librairie. Certes elle était loin d’être la plus grande lectrice de tous les temps mais comme toute personne elle avait au fond d’elle quelques satisfactions à lire. Elle entra donc dans le petit commerce ou elle finit par dénicher un livre qu’elle jugea bon de prendre pour son petit-ami. D’après elle, Caleb devait aimer la littérature pour s’être rendu de nombreuses fois à la bibliothèque du château. Mais cet achat lui fit perdre un temps fou pour une raison des plus banales : il y avait une foule monstre à la caisse. Peut-être les gens avait-il décidés par ce merveilleux temps de tous sortir de chez eux ? En tout cas ce petit inconvénient assurait à la jeune fille de ne pas être ponctuelle au point de rendez-vous. Alors accélérant sa démarche dès qu’elle eut payé, elle se dirigea directement vers le restaurant. Le ciel s’était assombrit et quelques gouttes commençaient à tomber.

    Arrivé et ne voyant pas Caleb dehors, elle s’adressa à un des serveurs et demanda poliment si le Serpentard était déjà présent. Celui-ci lui fit signe que oui et lui montra alors la table auquelle était déjà installé le jeune homme. S’avançant vers l’endroit indiqué Ashley fit alors face à Caleb, pour s’exclamer :
    « Désolé pour le retard, j’ai été retenue. » Dit-elle avant de reprendre, peu de temps après avoir fouillé dans son sac, et en tendant le bouquin: « Mais j’ai pris ce livre pour toi, j’espère qu’il te plaira. »Elle s’assit alors en face de lui.



PS: je m'excue de t'avoir fait attendre ma réponse, j'essayerais d'etre plus rapide pour les prochains postes
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MANGEMORT
avatar
▌ Messages : 582
Humeur :
50 / 10050 / 100

En couple avec : Elena

QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois de houx, ventricule de dragon, 20,2 centimètres, souple et facilement maniable
Camp: Mal
Avatar: Nicholas Hoult

Message#Sujet: Re: Can't fake the feeling   Dim 25 Mar - 17:15

Le ciel s’assombrit. Difficile de savoir si c’est parce que le soleil se couche, ou parce que d’épais nuages ont fait leur apparitions depuis que j’attend. Dommage, il a fait beau toute la journée, mais le mauvais temps reprend déjà ses droits. Ça n’a pas grand-chose d’étonnant. La Grande-Bretagne est connue pour sa météo humide. Comme tout écossais, je suis habitué à la pluie. Ce n’est pas pour autant que j’aime particulièrement cela, mais j’accepte ce changement de temps avec un certain fatalisme. Ashley a du retard. Même si elle est ponctuelle d’habitude, je ne m’inquiète pas outre mesure. C’est une jeune femme très fiable, je lui fais entièrement confiance. Elle ne m’a jamais faux bond, et je doute qu’elle le fasse un jour. Quelques gouttes de pluie se mettent à tomber. Je décide d’attendre à l’intérieur, pour ne pas me mouiller. D’ailleurs, Ashley m’attend peut-être déjà dedans…
Il s’avère que non. Je m’en rend compte lorsque je rentre dans le restaurant. Je jette un coup d’œil aux différentes tables. Aucune où elle se trouve.

-Vous avez réservé? Me demande un serveur, plateau à la main. Je suppose qu’il a remarqué mon air un peu égaré. J’acquiesce.
-Oui, une table pour deux, au nom de Lestrange.
Aussitôt, le serveur opine du chef.
-Suivez moi, monsieur.
Le serveur me conduit vers une petite table, près d’une fenêtre. La place est parfaite. Il n’y a personne encore aux tables autour de nous (ce que je préfère, voir trop de monde est une chose qui m’insupporte). Un bouquet de fleurs fraiches embaume la table. Les couverts en argent sont déjà installés. C’est un restaurant plutôt luxueux, mais je ne m’en rend pas du tout compte. J’ai toujours été habituée à manger dans des endroits comme celui-ci, et puisque j’en ai les moyens, je ne vois pas pourquoi je m’en priverais. Qui plus est, ça me déculpabilise un peu de ne pas aimer Ashley quand je l’emmène dans des endroits luxueux comme celui-ci.
-Mon amie ne va pas tarder.
J’ajoute, en faisant comprendre de cette manière au serveur de bien vouloir l’orienter vers lui quand elle arriverait, et de m’amener plus tard le menu. Il m’amène malgré tout une carafe d’eau et une corbeille de pain.

Plus pour patienter que par véritable faim, je pioche dans la corbeille et mord dans un morceau de baguette. Je regarde par la fenêtre. La pluie commence à pleuvoir à plus grosses gouttes. Quel temps! Je réalise que, très optimiste, je ne porte qu’une simple chemise et n’ait pas pris de parapluies avec moi. Enfin, le temps est si inconstant à cette période de l’année qu’il refera sans doute beau à notre sortie du restaurant. Perdu dans mes pensées, observant les gouttes glisser sur les carreaux, je ne vois pas Ashley s’approcher et je manque de sursauter quand elle vient m’adresser la parole.

-Désolé pour le retard, j’ai été retenue.

Je veux lui dire que ce n’est pas grave, et que je ne lui en veux pas, mais Ashley ne m’en laisse pas le temps, à vrai dire, j‘ai à peine le temps de lui sourire. Elle poursuit immédiatement, tout en mettant un livre entre les mains.

-Mais j’ai pris ce livre pour toi, j’espère qu’il te plaira.

J’observe le volume en détail. Un livre d’un romancier actuel, encensé par les critiques, que je n’ai pas encore lu. Il me semble avoir parlé à Ashley du fait que je voulais le lire plus d’une fois. C’est pour des attentions comme celle-ci que je sais que je fais le bon choix en sortant avec la vert et argent. On ne s’aime peut-être pas, mais c’est certain, on s’apprécie. Et on est heureux de passer du temps ensemble, comme maintenant.

-Merci! Il ne fallait vraiment pas…

En guise de remerciement, je dépose un baiser sur ses lèvres par-dessus notre table. Je meurs d’envie de feuilleter le livre en détail. La lecture a toujours été mon violon d’ingre. Mais je me retiens. Je ne veux pas manquer de respect à Ashley, et surtout, j’ai envie de profiter de sa présence. Je n’ai pas à me forcer pour apprécier le temps qu’on passe ensemble. J’y prend vraiment plaisir.

Le serveur revient vers nous et nous tend nos menus.
-Merci.
J’inspecte le menu, surtout pour la forme, je dois dire. Je connais bien ce restaurant, j’y suis souvent allé avec mes parents, et je prend toujours la même chose. Je tiens à mes petites habitudes.

-Alors, comment tu vas, depuis cette après-midi? Je lui demande en reposant le menu devant moi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La rebelle
avatar
▌ Messages : 1513
Humeur :
50 / 10050 / 100


QUI SUIS-JE?
Baguette: 20cm, bois d'if, ventricule de dragon
Camp: Mal
Avatar: Jennifer Love Hewitt

Message#Sujet: Re: Can't fake the feeling   Jeu 12 Avr - 18:39

    Dès qu’Ashley fut au sec, elle sentit ses cheveux humides (mouillés par cette soudaine averse qui avait pris par surprise la jeune fille) mais particulièrement ses mèches brunes d’ordinaires légèrement bouclées se lisser par les gouttelettes d’eau qui continuèrent par la suite leur chemin sur son visage pale. Par reflexe, elle s’essuya alors le front de sa main moite ce qui ne put sécher complètement l’eau, mais ce n’était pas très gênant puisqu’elle n’était pas non plus trempé sachant que la pluie était fine et peu abondante.

    Ayant retrouvé son petit-ami, elle expliqua vaguement son retard et lui la remercia de son présent par un délicat baiser déposé sur ses lèvres; entre temps chacun s’était assis d’un côté de la table de manière à être l’un en face de l’autre. En ce qui concerne le bouquin offert par la demoiselle, il devait surement le tenter car il y jeta au départ plusieurs petits coup d’œil en sa direction mais il s’abstient ensuite surement pour ne pas paraitre impoli et resté respectueux de la Serpentard. D’ailleurs celle-ci fit de même pour ce qui concerne la beauté du restaurant auquel elle s’était peu à peu habitué à force des réguliers rendez-vous que se donnait les deux Serpentard. Cependant elle admirait toujours un peu lorsqu’elle était en avance car lors de sa plus jeune enfance, elle avait été entourée par la misère et la pauvreté. Ainsi appréciait-elle la contemplation d’une salle aussi luxueuse, et se laissait parfois envouter par le rêve. Malgré cela, elle prenait toujours garde à détacher son regard de cette merveille lorsqu’elle était en compagnie.

    Quelques temps plus tard, après leurs retrouvailles, le serveur vint leur apporter les menus. Par politesse Ashley laissa sortir un
    « merci » . Puis quand le serveur se fut éloigné, elle débuta sa quête à la recherche d’un repas. Observant ou comparant des plats à d’autres, elle hésitait sur le plat qu’elle voulait, lorsqu’elle sentit les yeux du jeune homme posés sur elle. Elle abaissa alors à son tour la carte du restaurant afin de mieux pouvoir discuter.

    « Alors, comment tu vas, depuis cette après-midi? » questionna alors Caleb, dans le but d’entamer la conversation.

    « Bien, j’ai passé une agréable après-midi à parcourir les rues sous le soleil qui d’ailleurs s’est éclipsé sous la pluie…mais dis-moi plutôt ce que toi tu as fait de ton après-midi. » répondit ensuite la verte et argent.

    Continuant ainsi à bavarder de tout et de rien, de leur journée par exemple, Ashley s’aperçut bien plus tard, en remarquant le menu encore dans ses mains, qu’elle n’avait toujours pas fait son choix pour la commande qu’ils devraient passer. Elle prit donc l’initiative de demander à son petit-ami quel plat lui conseillait-il, se doutant alors que le serveur n’allait pas tarder à revenir pour connaitre la décision qu’ils avaient pris.



PS:je m'excuse encore pour l'attente m^me si je sais que j'avais dit que je serais plus rapide aux autres postes^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MANGEMORT
avatar
▌ Messages : 582
Humeur :
50 / 10050 / 100

En couple avec : Elena

QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois de houx, ventricule de dragon, 20,2 centimètres, souple et facilement maniable
Camp: Mal
Avatar: Nicholas Hoult

Message#Sujet: Re: Can't fake the feeling   Lun 16 Avr - 10:39

-Bien, j’ai passé une agréable après-midi à parcourir les rues sous le soleil qui d’ailleurs s’est éclipsé sous la pluie…

J’esquisse un léger sourire. Ce que je ne donnerais pas pour pouvoir retourner en sixième année! Je sais que beaucoup s’en dispenseraient volontiers, mais ce n’est pas mon cas. Cette année intermédiaire que beaucoup déprécient, je la trouve… tranquille. Angoissée par les examens et par mon avenir en général comme je le suis, cette année de flottement représente un moment parfait, inestimable. On est soulagés par les résultats de ses BUSE, on ne s’inquiète pas encore des ASPIC… et en résumé, on peut passer une après-midi d’avril à flâner dans les rues de Pré-au-lard sans ressentir une once de culpabilité. Bien sûr, j’exagère. Beaucoup d’élèves de ma classe profitent pleinement de ces quelques jours de soleil, et ne prennent pas la peine d’établir un programme de révision aussi complet que le mien. Je suis stressé, je n’y peux rien, c’est plus fort que moi. Je veux obtenir mes ASPIC haut la main, en ressortir avec les honneurs, et trouver un travail qui, faute d’être vraiment stimulant, me plaise un tant soit peu.

-Mais dis-moi plutôt ce que toi tu as fait de ton après-midi.

Mon sourire se mue en grimace, Ashley me connaît bien, elle est sûrement l’une des personnes qui me connaît le mieux, d’ailleurs, mais malgré tout, passer pour un rat de bibliothèque à ses yeux ne me plaît beaucoup. Être passé pour un petit intello au cours de mes premières années d’étude à Poudlard n’a pas été la chose la plus agréable du monde, pour moi, et j’en ai beaucoup souffert. Mon maître m’a sauvé de cette image, a sauvé ma réputation, mais on ne lutte pas contre sa nature, et maintenant qu’elle me rattrape, j’ai peur que mon interlocutrice me juge, se moque, que sais-je. Et pourtant, je sais qu’elle ne le fera pas. La verte et argent peut être une véritable peste, mais elle ne l’a jamais été avec moi. Je n’arrive pas à la voir comme cette jeune fille méprisante que ceux des autres maisons n’apprécient guère. Pour moi, elle est Ashley, voilà tout. Une petite amie que je n’aime peut-être pas, mais que j’apprécie, sans conteste, et sans qui ma vie aurait un peu moins de saveur.

-J’ai progressé dans mes révisions…
je répond, évasif.

Que ce semble ennuyeux! Et pourtant, en vérité, tout cela, moi, ça ne m’ennuie pas. Au contraire, je prend même plaisir à travailler, ce que peu de gens sont à même de comprendre. Mais je n’entrerai pas dans ce genre de débats, je ne veux pas sembler plus soporifique que je le suis déjà, si du moins, ce n’est pas trop tard.

-Oh, et j’ai croisé Edward… J’ajoute d’un ton légèrement taquin en lui adressant un sourire entendu.

Je connais très bien les sentiments d’Ashley à l’égard d’Edward. Lorsque nous avons décidé de nous mettre ensemble, nous ne sommes pas caché que ce ne serait pas vraiment par amour, mais nous avions tous les deux un intérêt à nous engager dans cette relation. Ashley espère ainsi attirer l’attention d’Edward Loiyd et le rendre jaloux, et l’a admis…elle sait que moi-même j’ai mes raisons, mais je ne lui ai pas parlé de Pomona. Ça aurait été plus franc, mais je n’ai jamais voulu le dire à qui que ce soit, pas même à Daniel, à qui je confie pourtant à peu près tout le reste et vis versa. Le dire, l’admettre, ce serait comme rendre tout ça si… vrai? Je ne suis pas prêt, je ne le serai jamais et ne tiens pas à l’être. Peut-être qu’à quatre-vingts ans, je rirais en songeant à ce que j’appellerai alors mon « béguin » pour Pomona Fitz. Mais pour l’instant, la plaie est ouverte, et elle fait mal à crever. Quel intérêt aurais-je à en rajouter?

L’air de rien, je guette sa réaction derrière mon menu. J’aime beaucoup la charrier en lui parlant d’Edward. D’une certaine manière, c’est un moyen plutôt efficace de mettre une certaine distance entre nous deux. Remplacer tout embryon d’amour par une saine complicité, c’est ce que je recherche. Bien que, d’une certaine manière, tomber amoureux d’Ashley me faciliterait grandement la vie. J’en suis incapable cependant, ou pour l’instant, je ne peux tout simplement pas l’envisager, ce serait comme la trahir, elle, mon inaccessible.

-Vous avez fais votre choix?
Nous demande le serveur en revenant à nous.

Je regarde successivement Ashley et mon menu, avant de réaliser que je n’ai même pas commencer à regarder la carte des repas.

-Euh… cette onomatopée inutile est suivi d’un silence infiniment long. Je manque d’exploser de rire tant ma réaction est ridicule. Le menu du jour, ça te va, Ashley?

Je n’ai même pas lu ce que contient le menu du jour, mais il faut croire que mon cerveau a assez travaillé pour aujourd’hui. Tout est bon, dans ce restaurant, de toute façon.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La rebelle
avatar
▌ Messages : 1513
Humeur :
50 / 10050 / 100


QUI SUIS-JE?
Baguette: 20cm, bois d'if, ventricule de dragon
Camp: Mal
Avatar: Jennifer Love Hewitt

Message#Sujet: Re: Can't fake the feeling   Mer 9 Mai - 22:20

    Le sourire du Serpentard apparut lorsqu’Ashley contait son après-midi, disparut aussitôt sous une grimace quand elle lui demande ce qu’il avait fait de son côté. Celui-ci ne semble pas particulièrement très enthousiaste à lui répondre, cependant il évoqua rapidement ses révisions. La verte et argent en déduisit alors qu’il n’avait pas spécialement envie de s’étendre sur le sujet. Mais elle connaissait suffisamment Caleb pour savoir que le jeune homme était un élève travailleur, et qu’il craignait les moqueries ou les surnoms comme « l’intello ». Pourtant, il avait surement conscience que la Serpentard le respecte trop pour s’abaisser à ce niveau, même si elle pouvait régulièrement s’avéré telle une teigne avec certain élève.

    Enfin, lorsqu’elle se décida finalement à l’encourage dans ses révisions ; Caleb l’interrompue dans son élan en ajoutant qu’il avait croisé Edward. Elle savait parfaitement qu’il cherchait simplement à la titiller à présent qu’il connaissait la raison qui l’avait poussé à se mettre ensemble (en même temps, vous me direz ce n’était pas compliqué à trouver). Ashley ne connaissant pas la sienne, ne pouvait contrattaquer, elle lui lança alors à son tour, avec moue une grimace en guise de réponse. C’était donnant, donnant, quoi ? Cependant elle aurait bien voulu détourner le sujet par une pirouette mais rien ne lui venue à l’esprit. Elle se sentait ainsi mal à l’aise face au jeune homme lorsqu’on évoquait ses sentiments pour Edward, car elle avait l’impression de n’être pas honnête en vers lui, malgré qu’ils se soient dit dès le début que ce ne serait pas de l’amour propre entre eux deux (comme on trouve d’ordinaire dans un couple), mais seulement de l’amitié pur. Une amitié dont tenait la jeune fille, puisque Caleb faisait partie des garçons qu’elle appréciait et avec qui elle aimait bavarder.

    Elle releva alors son menu dans le but que son petit-ami ne puisse pas apercevoir des signes de gênes. Heureusement, quelques minutes plus tard revint le serveur qui les questionna sur leur choix. Ne s’étant toujours pas décidée, Ashley était un peu prise au dépourvu ; ainsi dans la panique, elle acquiesça donc naturellement au moment où Caleb lui proposa le menu du jour. De toute manière, elle lui faisait confiance. Maintenant, elle espérait seulement que le sujet de la conversation serait tout autre que celui avant l’arrivée du serveur.




Hs: je n'ais pas vraiment avancer dans la suite des événements car je n'avais aucune idée de quoi il pourrait parler, donc je te laisse le choix.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MANGEMORT
avatar
▌ Messages : 582
Humeur :
50 / 10050 / 100

En couple avec : Elena

QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois de houx, ventricule de dragon, 20,2 centimètres, souple et facilement maniable
Camp: Mal
Avatar: Nicholas Hoult

Message#Sujet: Re: Can't fake the feeling   Lun 14 Mai - 19:30

Ashley est aussi muette qu’une tombe. C’est étrange. Oh, je ne dis pas qu’en temps normal, elle est des plus loquaces ou bavarde, mais nous n’avons généralement pas la moindre difficulté à nous trouver un sujet de conversation. J’ai presque l’impression qu’elle est intimidée, et cela me surprend au plus haut point : on ne peut pas dire qu’elle soit du genre à se laisser démonter, quelle qu’en soit la raison. Pourtant, elle ne prend même pas la peine d’ouvrir la bouche, ne serait-ce que pour dire qu’elle est d’accord avec le menu du jour, se contentant d’un hochement de tête. Le serveur s’en va après nous avoir affirmé que nous ne tarderions pas à être servis, et moi je m’interroge : ai-je dit quelque chose que je n’aurais pas dû? Peut-être ma remarque concernant Edward n’avait-elle pas été la plus pertinente du monde, je le conçois aisément. Mais ce n’est pas la première fois que je lui fais ce genre de remarques, et jusqu’ici, elle n’avait pas l’air de s’en formaliser… Peut-être qu’en vérité, cela la gêne, mais qu’elle le dissimule. En matière de dissimulation, je connais un rayon, je peux parfaitement comprendre. Je ne pensais pas avoir heurté ses sentiments par cette simple boutade. Mais je dois bien me remettre en question, à présent. Serait-il possible qu’Ashley ne trouve pas leur situation aussi confortable qu’avant? Elle a peut-être peur que cela l’éloigne définitivement de celui qu’elle aime vraiment. Je peux le comprendre, sa situation est en un sens plus complexe que la mienne : moi, j’essaye tout simplement de l’oublier… elle, elle essaye de le conquérir. Nos états d’esprits sont bien différents. Edward et Ashley feraient un bien joli couple… Pomona et moi…. Ce serait une erreur, une aberration, le simple fait que je perde tellement de temps à seulement l’envisager est d’une stupidité sans nom. Je ne peux juste pas m’en empêcher. Je peux donc comprendre qu’Ashley ait changé d’avis, qu’elle ne veuille plus de tout cela… mais je ne l’espère pas, au fond. La jeune fille est ma parade idéale. Avec elle à son bras, personne ne peut se douter qu’une autre hante mon esprit. Et puis, je me suis habitué à nos tête à tête. Ma petite amie par défaut est d’une compagnie charmante. Elle me manquerait, sans aucun doute possible, si je ne l’avais plus auprès de moi. Voyant, et entendant surtout qu’elle ne prononce toujours pas mot, je me décide à rompre le silence.

-Quelque chose ne va pas? Après tout, faute de nous aimer comme se doit de le faire un véritable couple (bien qu’à notre époque, ceux qui se choisissent et se marient par amour soient bien rares), nous sommes au moins de vrais amis, en tous cas j’ose le croire. Tout comme j’ose penser qu’Ashley me confiera ce qu’elle a sur le cœur, si réellement quelque chose ne va pas (car j’affabule peut-être, je ne renie pas cette hypothèse). Si c’est à cause de ce que j’ai dit à l’instant, je suis désolé, ce n’était pas très malin.

Je n’ai vraiment pas la moindre envie de la mettre mal à l’aise. Peut-être pourtant que j’en rajoute encore en insistant sur les propos que j’ai tenu plus tôt. Mais s’il doit y avoir le moindre malaise, je veux y mettre un terme tout de suite. Ashley peut tout me confier. Je me targue d’être un confident de poids. J’écoute, je ne juge jamais. Je sais que ce n’est pas très juste d’accepter les confidences de ceux avec lesquels nous ne sommes pas totalement honnêtes, mais mon secret, je ne peux tout simplement le dire à personne. Ce serait faire beaucoup de bruit pour bien peu de choses. Et ce n’est pas ainsi que je mettrais fin à cette obsession si… plaisante, quand elle n’est pas douloureuse. Oui, mon interlocutrice peut tout me dire… après tout, je dois bien être l’un des seuls (si ce n’est le seul) à savoir ce qui se trame vraiment et à connaître un détail de sa vie sentimentale qui aura sûrement échappé à beaucoup.
Le serveur revient avec une corbeille de pain et une carafe d’eau qu’il dépose sur la table. Je lui adresse un léger signe de tête en guise de remerciement, bien que je sois quelque peu contrarié par le fait qu’il arrive à point si mal nommé. Heureusement, il s’éloigne un moment. Pourvu qu’Ashley ne s’en serve pas comme prétexte pour ne pas me répondre. C’est son droit le plus ultime, certes, mais j’aimerais qu’elle ait en moi la confiance nécessaire pour me confier ce qui ne va pas si jamais quelque chose la taraude.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La rebelle
avatar
▌ Messages : 1513
Humeur :
50 / 10050 / 100


QUI SUIS-JE?
Baguette: 20cm, bois d'if, ventricule de dragon
Camp: Mal
Avatar: Jennifer Love Hewitt

Message#Sujet: Re: Can't fake the feeling   Mer 13 Juin - 22:44

    Cependant il se trouve que son compagnon semblait avoir remarqué son embarras. Elle n’avait donc pas dû être assez discrète, ou en tout cas pas dans le sens qu’il aurait fallu, car ce calme étrange avait surement suscité la curiosité du jeune homme. Celui-ci cherchait alors à comprend ce qui la rendait si silencieuse et muette ce qu’elle n’était pas d’ordinaire. Cela devait l’intriguer puisque dès que le serveur se fut éloigné, il l’interrogea soudainement.

    « -Quelque chose ne va pas? »

    Cette fois, elle pouvait le nier…il avait compris et aucune échappatoire ne s’offrait à elle. Elle ne pouvait fuir et devait trouver les mots justes pour s’expliquer même si cela était un peu délicat pour elle; car oui, elle ne savait pas trop comment s’y prendre et appréhendait de bégayer devant lui. Elle craignait surtout de faire un faut pas qui pourrait le vexer. Mais d’un autre côté, elle voyait que Caleb était prêt à l’écouter et qu’il l’encourageait à ce lancer en disant : « Si c’est à cause de ce que j’ai dit à l’instant, je suis désolé, ce n’était pas très malin. »
    « Non, bien sûr que non. Tu n’as pas à t’excuser, tu n’as rien fait de mal. »

    Il fallait qu’elle lui dise que ce n’était pas à cause de lui, ou en tout cas pas directement, c’est pourquoi elle avait tout de suite enchainé. Elle ne voulait surtout pas qu’il se remette en cause.
    A présent le plus difficile pour elle était à venir. Comment lui expliquer qu’elle avait l’impression de le manipuler (alors que ce n’était guère dans ses intentions, de plus elle avait de l’affection pour le Serpentard) en essayant de rendre jaloux Edward ? Elle essaya donc d’y aller en douceur en priant pour que le jeune homme ne s’impatiente pas pour le coup.


    « J’ai juste l’impression de n’être pas complètement fidèle. C’est comme si je me servais de toi pour atteindre mon désir. Mais je veux que tu sache que même si j’en aime un autre, je serais toujours là pour t’aider quelques soit ta raison personnelle. »

    Le but de son explication ne demandant pas pour autant qu’ils mettent un terme à leur soit disant couple, car je pense que les rendez-vous auraient manqués aux deux. Elle voulait simplement être rassurée.



HS: J'espère que ma réponse te conviendra à peu près, car ça à pas donné exactement ce que j'aurais voulu...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MANGEMORT
avatar
▌ Messages : 582
Humeur :
50 / 10050 / 100

En couple avec : Elena

QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois de houx, ventricule de dragon, 20,2 centimètres, souple et facilement maniable
Camp: Mal
Avatar: Nicholas Hoult

Message#Sujet: Re: Can't fake the feeling   Ven 15 Juin - 15:14

Non, bien sûr que non. Tu n’as pas à t’excuser, tu n’as rien fait de mal.

Elle a beau le dire, elle a beau avoir l'air sincère et ne pas me mentir. Je ne peux m'empêcher de penser que quelque chose cloche. Même si nous sommes un faux couple, nous nous côtoyons suffisamment pour savoir reconnaître les faiblesses et les tics de l'autre. En fait, nous nous connaissons sûrement mieux mutuellement que la plupart des couples de personnes qui s'aiment sincèrement. Nous avons moins à craindre de décevoir l'autre, car nous ressentons le fait que nous avons moins à perdre. C'est vrai, je m'en voudrais éternellement si nous finissions par être en froid l'un et l'autre, mais le fait qu'il n'y ait pas d'« amour » entre nous fait que ça risque plus difficilement d'arriver. Je me targue donc de bien la connaître... même si, bon... c'est vrai, on ne se dit pas tout (moi en tous cas. Je ne lui ai parlé ni des chevaliers, ni de Pomona, et je ne compte pas le faire). J'attends donc patiemment, me demandant si elle va admettre son problème ou non. Je pressents que oui. J'ai appris à décrypter ses gestes, les tremblements dans sa voix, si minimes soient-ils. Je suis presque certain qu'elle va me dire ce qu'elle a sur le cœur. Après tout, on se dit (presque) tout, elle surtout. Ses sentiments pour Edward, par exemple. Effectivement, elle mit carte sur table.

J’ai juste l’impression de n’être pas complètement fidèle. C’est comme si je me servais de toi pour atteindre mon désir.


D'accord. C'est totalement vrai. Ce n'est pas qu'une impression de sa part, c'est la vérité. Mais contrairement à ce qu'elle pense, je ne le prends pas mal et lui en veut encore moins. C'est même tout le contraire. Je me sentirais mal si j'apprenais qu'Ashley m'annonçait qu'elle commençait à avoir des sentiments pour moi. J'aurais sûrement tout arrêté, alors. Ou non. Pomona, je ne l'aurais jamais, alors il faut bien que je me résigne à marcher aux côtés de quelqu'un d'autre. Enfin... quoi qu'il en soit, mes parents me choisiront sûrement une fiancée à ma place. Je m'étonne qu'ils ne l'aient pas encore fait, d'ailleurs. C'est vrai, Ashley ne m'est pas complètement fidèle, mais peu m'importe, j'apprécie les bons moments que je passe avec elle. Elle est mon amie avant toute autre chose. Et si il devait s'avérer qu'Edward réalise enfin quelle fille merveilleuse elle était, je m'effacerai. Un peu à contrecoeur, car j'aime bien la situation confortable dans laquelle on se trouve maintenant, mais je m'effacerai. Ça ne nous empêcherait pas de redevenir amis, après tout.

Mais je veux que tu sache que même si j’en aime un autre, je serais toujours là pour t’aider quelques soit ta raison personnelle.

Je la regarde, lui adresse un sourire rassurant, et attrape sa main par dessus la table. Son propos me touche. C'est sûrement l'amie la plus attentionnée que je possède. Je suis quasiment certain qu'elle serait prête à tout pour moi... tout comme je serais prêt à tout pour elle. Notre situation est délicate, c'est vrai. Il faut faire attention à ne pas dépasser certaines limites, à éviter les ambiguités, et ce n'est jamais simple lorsqu'on est un faux couple. Mais on en est capables, et jusqu'ici, on s'en sort plutôt bien. Elle mieux que moi, tout de même. Elle ne court pas après une chimère, elle, son vœu est réalisable. Je devrais peut-être lui parler de Pomona, afin qu'elle comprenne mes raisons, et qu'elle n'ait plus ce genre de craintes. Après tout, elle avait été honnête avec moi... Mais je ne peux pas, je ne pourrais pas. Cette odieuse vérité reste inscrite en moi, restera gravée pour toujours, mais comme un secret, un secret honteux qu'il m'est interdit de partager.

-Hey...
  je marque une pause. Tout va bien ! Je te jure que tout va bien. Tout est très clair entre nous, et pour ma part, ça me convient parfaitement, il ne faut vraiment pas que tu t'en fasses. Mais si tu veux qu'on arrête, si ça te mets mal à l'aise, je peux comprendre...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La rebelle
avatar
▌ Messages : 1513
Humeur :
50 / 10050 / 100


QUI SUIS-JE?
Baguette: 20cm, bois d'if, ventricule de dragon
Camp: Mal
Avatar: Jennifer Love Hewitt

Message#Sujet: Re: Can't fake the feeling   Jeu 5 Juil - 19:03

    Le jeune homme était réellement un ami précieux qui savait être à l’écoute en temps voulu. La preuve, il avait l’air d’être assez compréhensif par rapport aux angoisses d’Ashley et ne prit pas du tout mal sa réflexion.

    « -Hey... Tout va bien ! Je te jure que tout va bien. Tout est très clair entre nous, et pour ma part, ça me convient parfaitement, il ne faut vraiment pas que tu t'en fasses. Mais si tu veux qu'on arrête, si ça te mets mal à l'aise, je peux comprendre... »

    Il l’accepta tout simplement en lui assurant que ce n’était rien. Il ne voulait pas qu’elle s’inquiète pour ça, et il donnait l’impression d’être sincère en lui disant (du moins qui qu’onques le connaissant aussi bien que la Serpentard s’en aurait rendu compte). Ainsi il réussit rapidement à la rassurer et à calmer ses inquiétudes.
    Par faute d’avoir dérouler ces cartes sur le tapis, elle se sentait alors plus sereine, n’ayant plus de poids qui lui pesait sur la conscience. Elle était soulagée et plus décontracte.

    Elle reprit alors en faisant bien attention de mettre un peu d’humour dans sa phrase:
    « Non, il n’est pas nécessaire qu’on termine maintenant ; tous nos efforts seraient réduit au néant, et puis on s’amuse à ce jeu-là, non ? »

    C’est vrai ils se plaisaient bien à se faire passer pour un couple, alors quel avantage y aurait-il à y mettre une fin immédiatement ?
    La verte et argent avait retrouvé le sourire et était décidé à ne pas s’attarder sur la précédente mise au point, lorsque revint le serveur avec les plats précédemment commandés. Rien que de les voir, ils semblaient appétissant, mais malgré son impatience à les déguster Ashley fit preuve de manière et ne se jeta pas dessus dès que le serveur se fut éloigné à nouveau. Elle souhaita tout simplement bon appétit à son compagnon avant de commencer à savourer le repas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MANGEMORT
avatar
▌ Messages : 582
Humeur :
50 / 10050 / 100

En couple avec : Elena

QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois de houx, ventricule de dragon, 20,2 centimètres, souple et facilement maniable
Camp: Mal
Avatar: Nicholas Hoult

Message#Sujet: Re: Can't fake the feeling   Dim 8 Juil - 22:12

Je dois l'avouer, à un moment, j'ai eu peur. Peur qu'elle veuille tout arrêter. Il serait si simple pour nous deux de mettre un terme à tout ce que nous avons décidé de vivre ensemble. Il suffirait que l'un de nous dise Stop, et l'autre se plierait aussitôt à sa décision. Je sais que si Ashley me demandait à ce que notre relation cesse, je ne m'y opposerais pas. Notre situation est confortable, il est vrai, mais nous savons l'un comme l'autre que ce n'est pas fait pour durer. Nous sommes tous les deux destinés à nous séparer, puisque nous n'étions pas destinés à être ensemble. Quand je vois Ashley et Edward se tourner autour, je ne doute pas une seule seconde du fait que ces deux là sont un peu idiots, ou aveugles, ou les deux, mais qu'ils feraient le couple parfait, et jamais de la vie je ne dirais ou ne ferais quoi que ce soit pour les empêcher de vivre ce qu'ils doivent inévitablement vivre ensemble. Non, je ne suis pas fait pour être avec Ashley. Elle est faite pour être avec Edward. Et moi ? Moi... je doute d'être fait pour qui que ce soit. Je cours après une chimère, par définition inaccessible. Qu'y cherche-je ? Mon propre malheur, je crois bien. Et je dois être un peu masoshiste, car je m'en satisfais finalement très bien. Si, par j'ignore quel miracle, quelque chose devait être possible entre elle et moi, la flemme s'éteindrait sûrement aussitôt que je m'en approcherais. Pas parce qu'elle serait moins merveilleuse, mais parce qu'on ne désire jamais rien aussi intensément que ce que l'on sait ne jamais pouvoir posséder. Je ne peux l'aimer que plus en ne l'ayant jamais, oui, je crois que j'aime souffrir. Mais dans mon ciel gris, je trouve maints rayons de soleil, et c'est des personnes comme la jeune fille que j'ai sous les yeux qui me les apporte. Que ferais-je à ce moment inévitable où nos chemins se sépareront ? Pour nous deux, il vaut mieux, sans nul doute, que je m'en aille à la fin de l'année. Je lui simplifierai la vie quand je ne serais plus là.

- Non, il n’est pas nécessaire qu’on termine maintenant ; tous nos efforts seraient réduit au néant, et puis on s’amuse à ce jeu-là, non ?


C'est non sans un certain soulagement que je l'entend prononcer ces quelques mots qui remettent à plus tard notre inévitable rupture. Elle n'a pas tort, d'ailleurs, quand elle dit que tous nos efforts seraient réduits à néant. Nous nous utilisons mutuellement et nous le savons, c'est l'accord parfait. Alors il ne faut pas que ça se termine, pour notre bien à tous les deux. Quand je suis avec elle, je peux donner à tous l'illusion de ne pas en aimer une autre, quand elle est avec moi, elle a la possibilité de rendre vert de jalousie celui qu'elle convoite des secrets. Nous sommes des sortes de fugitifs, et nous trouvons refuge l'un auprès de l'autre. Quel mal y'a-t-il à cela ? Tant que nos propres règles sont respéctés, nous ne risquons pas d'en souffrir après tout. Sans compter qu'en effet, le terme de jeu sied parfaitement à la situation. Nous nous amusons, et si nous sommes d'accord sur ce point, alors nous pouvons tout simplement profiter du fait que nous sommes ensemble, sans nous poser davantage de questions.

-Tu me rassures, je m'en serai voulu de te faire fuir notre table alors qu'on vient à peine d'entamer notre dîner.
Sur ces mots, je bois une gorgée de bierraubeurre, et retourne à mon interlocutrice. Bon, puisque j'ai le chic pour plomber l'ambiance, je te laisse choisir le prochain sujet de conversation, ça te va ?

D'accord, c'est également une feinte parce que je ne sais pas exactement vers quoi amener les choses, juste après qu'une bombe ait été désamorcée. Je fais confiance à Ashley pour trouver quoi dire. Nos conversations ne manquent jamais ni d'intérêt ni de piquant, cette fois ne fera pas exception à la règle, j'en suis sûr et certain.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La rebelle
avatar
▌ Messages : 1513
Humeur :
50 / 10050 / 100


QUI SUIS-JE?
Baguette: 20cm, bois d'if, ventricule de dragon
Camp: Mal
Avatar: Jennifer Love Hewitt

Message#Sujet: Re: Can't fake the feeling   Mer 29 Aoû - 17:55

    « Tu me rassures, je m'en serai voulu de te faire fuir notre table alors qu'on vient à peine d'entamer notre dîner. Bon, puisque j'ai le chic pour plomber l'ambiance… »

    Aussitôt, en entendant ses derniers mots, elle posa une main compréhensive sur la sien, qui semblait vouloir signifier ce n’est rien, ne t’en fait pas ; car d’après elle, il n’avait rien fait de mal : il s’était juste soucier à son attention en la voyant troublé. Vraiment charmant comme jeune homme.
    Continuant alors sa phrase, il lui proposa afin de réparer sa soit disant faute de choisir elle-même le sujet de conversation. Ce qu’elle fit immédiatement, à la suite de quelques courtes minutes de répit.

    Elle connaissait assez ses préférences pour savoir quel thème aborder ou non. Par exemple elle se doutait qu’il fallait mieux éviter de lui parler de ses BUSES pour lesquels il était surement angoissé, même si elle était certaine qu’il les aurait vu le temps qu’il réservait à ses révisions. Bien sûr elle savait aussi qu’elle pouvait parfaitement débattre du quidditch ensemble comme ils l’avaient déjà fait de nombreuses fois, sans éprouver le moindre ennuie étant tous les deux des joueurs de l’équipe et de plus un passionné. Mais une idée subite lui vint alors qu’elle songeait au livre récemment offert.


    « Pourquoi ne me parlerais-tu pas de ta famille ou bien de certains souvenirs d’enfances à présent?» lança-t-elle tout à coup.

    C’est vrai, ils n’avaient jamais cherché à en connaitre d’avantage sur le passé ou l’entourage de l’autre, et c’était l’occasion pour elle d’en savoir plus. Peut-être espérait-elle par ce biais trouver un passé ou une famille qu’elle aurait préféré avoir.
    Elle n’avait simplement pas pensé qu’il pourrait lui retourné la question, et qu’elle serait certainement contrainte d’avouer une partie de sa vie qui avait forgé son caractère et qu’elle n’avait compté jusqu’alors à personne, si ce n’est à sa famille adoptive, la famille Golse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MANGEMORT
avatar
▌ Messages : 582
Humeur :
50 / 10050 / 100

En couple avec : Elena

QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois de houx, ventricule de dragon, 20,2 centimètres, souple et facilement maniable
Camp: Mal
Avatar: Nicholas Hoult

Message#Sujet: Re: Can't fake the feeling   Lun 3 Sep - 18:16

- Tu me rassures, je m'en serai voulu de te faire fuir notre table alors qu'on vient à peine d'entamer notre dîner. Bon, puisque j'ai le chic pour plomber l'ambiance…

Je lui adresse un sourire pour lui faire comprendre que je ne lui tiens absolument pas rigueur de ce dont nous venons de parler. Et c'est vrai. C'était nécessaire, après tout, qu'on en parle. Avoir mit les choses à plat ne peuvent que nous faire du bien à tous les deux.

-Pourquoi ne me parlerais-tu pas de ta famille ou bien de certains souvenirs d’enfances à présent?

C'est drôle, quand j'ai proposé à Ashley de choisir notre prochain sujet de conversation, je ne m'attendais pas à ce qu'elle décide d'aborder celui-là. C'est peut-être étrange, mais notre enfance, nos souvenirs, notre famille, ce genre de choses assez banales sur lesquelles débattent souvent les couples, nous n'en n'avons jamais parlé. Nos sujets de conversations sont souvent les mêmes, en fait : on se raconte des anecdotes sur ce qui s'est passé dans notre journée, on parle Quidditch, je lui raconte mes dernières lectures, elle me parle des derniers potins. Nos conversations n'ont jamais, jusqu'ici, dépassé le domaine du général, nous ne sommes jamais aventuré sur un terrain plus personnel, peut-être de crainte de voir la distance nécessaire entre nous disparaître. De la difficulté de sortir avec quelqu'un sans vraiment sortir avec. Il n'y a que nous deux pour nous fourrer dans ce genre de situations un peu étranges, il faut croire. J'adresse un sourire à Ashley, je trouve l'idée bonne, même si je ne sais pas trop de quoi je vais pouvoir lui parler. J'avoue être quelque peu impatient de pouvoir, en contrepartie, en apprendre davantage au sujet de mon interlocutrice.

-D'accord, allons-y, alors...


Je marque une pause, le temps de réfléchir à la question. Je ne suis pas sûr qu'il y ait grand chose d'intéressant à dire un mon sujet. Rien qui ne me semble bien palpitant, en tous cas. Lui faire ma biographie a des fortes chances de rebuter ma pseudo petite amie mais après tout, c'est elle qui l'aura voulu.

-Alors, en ce qui concerne ma famille... Mes parents sont sorciers tous les deux, comme tout le reste de ma famille. Je ne suis pas peu fier de ce détail, j'ai hérité de ma famille cette volonté de voir le sang pur instauré comme suprématie. Ma mère est potionniste, elle travaille à la maison. Elle s'est spécialisé dans la recherche médicale, elle a des contrats avec Sainte Mangouste, de temps en temps. Mon père est directeur du département des mystères au ministère de la magie, mais ça je suppose que tu le sais... Je me vante à peine. En même temps, les faits sont les faits, ce n'est pas comme si je mentais histoire de me rendre intéressant. Pour ce qui est de mon enfance... J'ai pas de frère, pas de sœur... je suis pas allé à l'école avant Poudlard, j'avais un précepteur donc bon... la chose la plus palpitante que j'ai fait dans mon enfance c'est lire dans son intégralité une série de livres de 5000 pages. 

J'esquisse un sourire. Dit comme ça, mon enfance pourrait sembler un peu triste, mais je me satisfaisais largement de ce que j'avais (en même temps, avoir des parents riches et une immense bibliothèque aidait), c'est cette enfance qui a fait de moi ce que je suis aujourd'hui, et je n'en suis pas peu fier.

-Et toi alors, raconte moi tout.


Je me dis que je suis sûrement plus curieux d'en apprendre plus sur elle qu'elle peut l'être d'en savoir plus sur moi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La rebelle
avatar
▌ Messages : 1513
Humeur :
50 / 10050 / 100


QUI SUIS-JE?
Baguette: 20cm, bois d'if, ventricule de dragon
Camp: Mal
Avatar: Jennifer Love Hewitt

Message#Sujet: Re: Can't fake the feeling   Mar 4 Sep - 20:59

    Il lui paraissa assez étonné quand elle demanda à en savoir plus sur lui mais il se prit au jeu, et après un temps de réflexions il lui exposa le statut de ses parents qui était le même que ceux des autres membres de sa famille. D’ailleurs la Serpentard sentit dans sa façon de s’exprimer qu’il était assez fier de ça. Puis le jeune homme lui expliqua en quoi consistait le métier de ses parents. Elle hocha alors simplement la tête lorsqu’il supposa qu’elle connaissait la profession de son père.

    « Pour ce qui est de mon enfance... J'ai pas de frère, pas de sœur... je suis pas allé à l'école avant Poudlard, j'avais un précepteur donc bon... la chose la plus palpitante que j'ai fait dans mon enfance c'est lire dans son intégralité une série de livres de 5000 pages. » Reprit-il ensuite.

    Ashley sourit à cette dernière réplique ; elle n’était pas surprise…c’était réellement un passionné de lecture. La question ne se posait pas. Même les énormes livres avec des milliers de pages ne l’impressionnait pas.
    Par contre elle découvrait tout à coup qu’il était fils unique, comme elle avant d’être adoptée. Elle n’avait jamais songé qu’il pouvait l’être aussi.
    Puis vint la question inattendue par la jeune fille…


    « Et toi alors, raconte-moi tout. »
    Ashley resta perplexe, allait-elle lui dire ou non comment elle avait fini par être adopté ? Mais finalement, elle se décida tout bonnement de ne rien dire sauf s’il s’y intéresserait par lui-même, peut-être. Et puis elle pouvait toujours lui dire qu’elle avait été adoptée puisqu’aucun de ses camarades de Poudlard ne semblait le savoir. A vrai dire Johny et elle semblaient tellement proche que personne n’aurait pu se douter qu’il n’était pas frère et sœur par le lien du sang, mais par adoption.

    « Eh bien, il n’y a pas grand-chose à dire à mon sujet… (Elle marqua une courte pose) …j’ai été adopté par la famille Golse à l’âge de sept ans qui m’a accueilli tel que j’étais les bras ouverts. Je porte également le nom de Walson que j’ai voulu garder pour des raisons personnelles (au son de ce nom elle eut intérieurement un air de dégout). Et je vis actuellement avec Johny et sa mère car son père a été assassiné. Son nom te dira peut-être quelque chose. Albert Golse, il était Juge. »

    Elle s’arrêta avant d’ajouter : « Sinon je n’ai aucun souvenir bien intéressant de mon enfance à l’exception des moments passés avec Johny»
    Puis, attendant une réponse elle porta une fourchette de son plat à sa bouche.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MANGEMORT
avatar
▌ Messages : 582
Humeur :
50 / 10050 / 100

En couple avec : Elena

QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois de houx, ventricule de dragon, 20,2 centimètres, souple et facilement maniable
Camp: Mal
Avatar: Nicholas Hoult

Message#Sujet: Re: Can't fake the feeling   Ven 7 Sep - 16:21


Eh bien, il n’y a pas grand-chose à dire à mon sujet… 

Elle marque une pause. Je suis sûre qu'elle ment, je suis persuadé que sa vie est intéressante, et même si elle lui semblait fade, elle le serait à mes yeux, puisque ça m'intéressait. Qui plus est, il n'est pas difficile de faire plus passionnant que ma vie. Parce que bon... autant dire qu'elle n'a rien de bien fascinant. Tout ce qui a pu m'arriver de palpitant au cours de mon existence, c'est mon intégration auprès des chevaliers de Walpurgis, c'est à peu près tout. J'allais rapidement comprendre que je ne me suis pas trompée, Ashley a une vie étonnante, fascinante, même.

 …j’ai été adopté par la famille Golse à l’âge de sept ans qui m’a accueilli tel que j’étais les bras ouverts. Je porte également le nom de Walson que j’ai voulu garder pour des raisons personnelles

Première nouvelle. J'ai honte de l'admettre, mais j'ignorais jusqu'alors qu'Ashley avait été adoptée. Je m'en veux vraiment de ne pas en savoir plus au sujet de mon interlocutrice, elle mérite plus d'attention que je ne lui en accorde, preuve en est faite. Ashley est donc une enfant adoptée. Adoptée à 7 ans, ce qui veut dire qu'elle a vécu une partie de son enfance ou dans un orphelinat, ou auprès de ses vrais parents (ou les deux). J'opte pour la seconde solution, sinon, comment expliquer qu'elle connaissait le nom de famille de ses parents ? Ce qui doit vouloir dire que ses parents génétiques sont morts. À cette nouvelle, je sens mon cœur se serrer légèrement. Si je m'étais douté que ma question remuerait de mauvais souvenirs chez mon interlocutrice, je me serai abstenu de la lui poser. On venait seulement de réussir à alléger la conversation, ce n'était pas pour la rendre à nouveau pesante.

 Et je vis actuellement avec Johny et sa mère car son père a été assassiné. Son nom te dira peut-être quelque chose. Albert Golse, il était Juge.

Johnny Golse. Je ne connais ce garçon que de nom. Je sais qu'il appartient à notre maison, je l'ai toujours tenu pour être le frère d'Ashley (je n'ai jamais pensé une seule seconde qu'il pouvait être son frère par adoption), mais c'est à peu près tout. Quand j'apprends que son père et assassiné, mon visage se décompose encore plus qu'avant : non seulement Ashley n'avait pas connu (ou très peu) ses parents biologiques, mais en plus, son beau-père était mort, et pas de mort naturelle : assassiné. Le nom d'Albert Golse me dit effectivement quelque chose, je comprends mieux quand elle me dit qu'il est juge. Sa mort avait fait la une de la gazette à une période.

Sinon je n’ai aucun souvenir bien intéressant de mon enfance à l’exception des moments passés avec Johny.

Et elle ose me dire ça comme ça, après ce qu'elle vient de me raconter ! Eh bien... Ashley est décidément surprenante.

-J'm'excuse... je voulais pas réveiller de mauvais souvenirs. Je ne savais même pas que tu avais été adoptée, je me sens bête...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La rebelle
avatar
▌ Messages : 1513
Humeur :
50 / 10050 / 100


QUI SUIS-JE?
Baguette: 20cm, bois d'if, ventricule de dragon
Camp: Mal
Avatar: Jennifer Love Hewitt

Message#Sujet: Re: Can't fake the feeling   Sam 8 Sep - 11:35

    Lorsqu’elle lui parla d’elle, la jeune fille vit l’expression de son ami se changé. Il était surpris car il ne s’attendait pas à ce genre de réponse et Ashley le comprit rapidement…Elle était certaine qu’il ne s’était pas imaginé ne serait-ce qu’une seconde qu’elle est pu être adopté. Cependant ça ne la vexa en rien, car elle savait qu’aucun de ses camarades n’auraient songé à cela. En fait ce qui la gênait le plus c’était l’expression qui suivit, il semblait troublé et désolé. Elle supposa qu’il avait dû s’imager le pourquoi du comment elle avait ensuite été adopté. Et à vrai dire elle n’était pas loin de la réflexion du Serpentard qui pensait qu’elle avait été adoptée pour la raison que ces parents devaient être décédés, ce qui était faux évidemment mais le jeune ne pouvait pas le deviner en un claquement de doigt. Et puis quand on pense que les parents de son amie sont décédé, on n’ose pas poser la question pour être sûr, de peur remuer de mauvais souvenirs et c’est ce que croyait Caleb. La preuve…

    « -J'm'excuse... je ne voulais pas réveiller de mauvais souvenirs. Je ne savais même pas que tu avais été adoptée, je me sens bête...
    -Tu n’as rien à te reprocher, après tout il faut bien poser des questions pour en connaitre d’avantage sur l’autre, non ? »

    Elle avait voulu automatiquement le rassurer, mais ne sachant pas de quels mauvais souvenirs (bien qu’elle en ait connu) il voulait parler vu qu’elle n’en avait précisé aucun ; elle ne pouvait pas beaucoup l’aider.

    « Tu sais, tu dois bien être le premier dans cette école à qui je confie que j’ai été adopté » remarqua-t-elle.

    Cela faisait toujours du bien de s’ouvrir aux autres et le fait qu’il le sache en plus des Golses, semblait enlever un poids à la demoiselle, plus légère à présent.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MANGEMORT
avatar
▌ Messages : 582
Humeur :
50 / 10050 / 100

En couple avec : Elena

QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois de houx, ventricule de dragon, 20,2 centimètres, souple et facilement maniable
Camp: Mal
Avatar: Nicholas Hoult

Message#Sujet: Re: Can't fake the feeling   Mar 11 Sep - 10:44

-Tu n’as rien à te reprocher, après tout il faut bien poser des questions pour en connaitre d’avantage sur l’autre, non ?

Une chance pour moi qu'elle n'ait pas l'air de le prendre mal, car aucun moment je n'ai voulu la blesser, l'offenser, ou quoi que ce soit d'autre (quelle drôle d'idée). Je ne sais pas où elle en est avec cette histoire de famille, si elle souffre beaucoup de l'absence de ses parents, si elle les a seulement vraiment connu, si elle a été affectée par la mort de son beau-père. Il y aurait beaucoup de questions que je pourrais lui poser à ce sujet, et beaucoup de questions, d'ailleurs (toutes assez indiscrètes) me taraudent, mais je m'abstiens de les poser. Je sais qu'Ashley ne m'en tiendrait pas rigueur si je m'y risquais, mais je préfère y aller par étapes, inutile de mettre la charrue avant les hyppogriffes, si elle souhaite, à un moment ou à un autre, m'en apprendre davantage, alors je serai là pour l'écouter. C'est à ça que servent... les amis. Puisque c'est ce que je suis pour elle. Un ami devenu confident, visiblement. Quoi de plus normal, dans le fond ? Oui, je crois qu'en une soirée, j'en ai appris bien plus sur elle que durant toutes les heures qu'on a déjà pu passer ensemble. Tant mieux. J'apprécie ce climat de confiance qui s'est installé ensemble. Certes, je ne m'imagine toujours pas lui parler de Pomona, il n'empêche que plus j'y pense, et plus je me dis que si je compte en parler un jour, ce sera avec Ashley. Daniel et Emmet peuvent être là pour moi, mais je doute qu'ils comprennent aussi bien la situation que mon interlocutrice. Déjà parce qu'elle... disons que son avis est peut-être moins tranché et aussi, tout simplement, parce que c'est une fille. Et dans certains cas, avoir une fille pour confidente peut s'avérer surprenamment salutaire.

- Tu sais, tu dois bien être le premier dans cette école à qui je confie que j’ai été adopté.

Ah oui ? Je suis... plutôt ravi de l'apprendre. D'un côté, ça me rassure. Je me dis que je ne suis pas complètement ignorant et ne suis pas passé à côté d'un pan aussi important de la vie de ma petite amie d'emprunt juste pas égoïsme, d'un autre ça me flatte. La confiance qu'elle met en moi me touche beaucoup, et je veux qu'elle sache que j'en suis effectivement digne. Je ne suis pas du genre à répéter un secret ou à me montrer insistant à ce sujet. J'apprécie juste les marques de confiance. Et celle-ci est l'une des plus grandes que j'ai jamais reçu.

-Eh bien, je suis honoré d'être le premier, dans ce cas. Je marque une pause. Je ne veux pas te sembler lourd ou quoi que ce soit, mais si jamais tu as besoin d'en parler, tu sais que je suis là, et que tu peux me faire confiance.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La rebelle
avatar
▌ Messages : 1513
Humeur :
50 / 10050 / 100


QUI SUIS-JE?
Baguette: 20cm, bois d'if, ventricule de dragon
Camp: Mal
Avatar: Jennifer Love Hewitt

Message#Sujet: Re: Can't fake the feeling   Dim 16 Sep - 21:18

    « - Tu sais, tu dois bien être le premier dans cette école à qui je confie que j’ai été adopté.
    -Eh bien, je suis honoré d'être le premier, dans ce cas. »

    Ashley répondit par un sourire timide.
    Son camarde vert et argent semblait être enchanté de le savoir…il devait certainement apprécier le fait que la jeune fille lui ait fait part d’un de ses secrets, car ça montrait qu’elle portait de l’estime en lui et supposait que ce n’était pas son genre de les révéler à tout le monde. Ce qui était le cas évidemment, elle ne se serait pas jetée dans la gueule du loup non plus.

    Puis, après une courte pause son ami reprit :
    « Je ne veux pas te sembler lourd ou quoi que ce soit, mais si jamais tu as besoin d'en parler, tu sais que je suis là, et que tu peux me faire confiance. »
    La Serpentard eut alors l’impression qu’elle avait réveillé la curiosité et le désir d’en savoir plus sur elle chez le jeune homme qui pourtant, voulait certainement juste l’aider à aller mieux. Mais elle ne savait exactement ce à quoi il s’attendait. Est-ce qu’il voulait qu’elle lui parlait de sa vie maintenant ou bien ce qu’il l’avait poussé à s’échapper de son ancien chez elle ? En tout cas s’il voulait en apprendre plus sur ce qui lui était arrivé avant, elle n’était pas encore prête pour le confier à quelqu’un. Il lui fallait du temps. Et puis elle se demandait s’il saurait la comprendre…comment réagirait-il ? Elle n’avait aucune réponse à cela, même s’il y avait de forte chance pour qu’il prenne son partit. Alors elle jugea bon, de ne rien dire d’autre pour le moment, de peur de regretter quoique ce soit en partageant son passé. Non pas qu’elle n’avait pas confiance en lui (la preuve elle venait quelques instant plutôt de lui avouer l’une des choses dont personne de l’école ne savait sur elle), mais tout simplement pour pas qu’il prenne pitié d’elle ou que sais-je encore.

    « Oui, je le sais. Merci, mais ne t’inquiète pas ça va. »

    Comme ça pouvait s’avérer utile les mensonges, lorsqu’on voulait se sortir d’un pétrin ou l’on s’était mis sois même. Ash’ s’était mis en tête qu’elle ne devait plus plombé les soirées avec ces histoires, et avait tiré un trait dessus. Après tout le passé était le passé, et il fallait mieux qu’il reste ou il était pour l’instant…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MANGEMORT
avatar
▌ Messages : 582
Humeur :
50 / 10050 / 100

En couple avec : Elena

QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois de houx, ventricule de dragon, 20,2 centimètres, souple et facilement maniable
Camp: Mal
Avatar: Nicholas Hoult

Message#Sujet: Re: Can't fake the feeling   Mar 18 Sep - 16:36

- Oui, je le sais. Merci, mais ne t’inquiète pas ça va.

Je hausse les épaules. Je ne mens pas, je veux l'aider. Mais je ne suis pas pour autant de nature à insister. Je pense, je suis sûr, même, qu'elle ne va pas aussi bien qu'elle aimerait le faire croire... Qu'importe, s'il lui vient un jour l'envie de parler, je serai là, en attendant, je fais mine de croire à son mensonge manifeste. Une chance pour elle, je ne suis ni fondamentalement altruiste, ni foncièrement curieux, même si j'ai tendance à revoir mon jugement quand il s'agit de personnes auxquelles je tiens vraiment.

Je zyeute mon assiette. Nous passons sans cesse, au cours de notre conversation, de moments agréables à des moments beaucoup plus tendus. J'aurais préféré que ce ne soit pas tendu du tout... mais après tout, c'est normal d'aborder les sujets qui fâchent, ou des sujets plus personnels. Normal... pour un couple... ce drôle de couple que nous formons. Ou du moins que nous formons pour le moment, car je pense que nous avons conscience, l'un comme l'autre, du fait qu'une fois que j'aurais quitté Poudlard, notre petit manège n'aura plus aucun sens, et que nous arrêterons tout. Ce ne seront pas des ruptures douloureuses, je pense, étant donné que quoi qu'il en soit, nous serons toujours amis, ce sera peut-être même plus simple pour elle , pour moi... ou plus sain tout du moins.

Le dîner se poursuit puis, peu à peu, touche à sa fin, j'essaye, dans le temps qu'il nous reste à passer ensemble, de détendre l'atmosphère. Je m'y prends plus ou moins bien. Je parle de ces sujets qui peuvent nous intéresser tous les deux, et surtout ne mettre aucun de nous mal à l'aise. Je discute donc Quidditch, me permet quelques critiques que je veux amusantes (quand bien même je n'ai pas le moindre humour) au sujet de nos professeurs. Finalement, nous sommes sans doutes plus doués pour parler des choses du quotidien que pour parler de ce qui est vraiment important ou nous touche de plus près. Je sais que ça ne signifie pas pour autant que nous sommes moins proches ou quoi que ce soit d'autre, bien au contraire, nous ne sommes juste pas des personnes démonstratives... Ce que je garde pour moi, je ne le confie à personne, ça n'a rien de personnel. Et je pense qu'Ashley fonctionne à peu près de la même manière que moi. C'est sûrement pour cette raison qu'on arrive à bien s'entendre et que notre arrangement de faux couple, si absurde peut-il sembler être, fonctionne particulièrement bien.

Nous sortons du restaurant, j'attrape la main d'Ashley. C'est un réflexe avant tout autre chose, d'autant plus qu'il n'y a pas de raisons pour rencontrer qui que ce soit de notre connaissance à cette heure-ci. De retour à Poudlard. En dépit de ce qui a été dit, ou peut-être à cause de cela, j'ai la sensation d'avoir passé une plutôt bonne soirée. Peut-être la dernière que je passerai en « amoureux » avec Ashley.

HJ:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Can't fake the feeling

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Fake
» Elfix 3.74 (fake OS)
» 07. It's a new day, a new start, and I'm feeling good!
» Générique FAKE LOVER™ chapitre deux, saison deux.
» oh sometimes i get a good feeling[17/05 à 13h46]
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
T.rouble O.r M.isery (or both) ::  :: 
Pré-au-lard
-