AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Can't fake the feeling

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
MANGEMORT
Caleb I. Lestrange
▌ Messages : 693
Humeur :
50 / 10050 / 100

En couple avec : Elena

QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois de houx, ventricule de dragon, 20,2 centimètres, souple et facilement maniable
Camp: Mal
Avatar: Nicholas Hoult

Message#Sujet: Can't fake the feeling   Dim 11 Mar - 19:09

Il fait beau, très beau même. Depuis plusieurs jours, maintenant, le mauvais temps semble avoir plié bagages, on oublie qu’il pleuvait quelques semaines plus tôt, et on respire, avec en nous l’espoir que le soleil ne disparaîtra plus dans son antre nuageuse. Je suis peut-être du côté obscur, cela ne m’empêche pas de préférer le soleil à la pluie. La météo a toujours beaucoup influencé mon humeur. Quand le ciel est gris et fait tomber des cordes sur le sol humide, je me sens souvent passablement déprimé et démotivé, je n’ai l’envie de rien, et même si je ne suis pas d’un tempérament dépressif, il arrive que cela me fasse broyer du noir. Un ciel gris est comme une invitation au repliement sur soi-même et aux grands questionnement philosophiques. Quand il fait beau, par contre, je me sens plus en phase avec moi-même, l’air du beau temps dégage un parfum singulier, entêtant, mais agréable. Aujourd’hui, comme le soleil est haut dans le ciel, qu’il n’y a pas l’ombre d’un nuage, et qu’on entend même le chant de quelques oiseaux, je me sens donc de parfaite humeur. Ce matin, pour la première fois de cette année 1945, j’ai pu troquer ma veste contre une chemise fine. Je me sens aussi léger que les vêtements que je porte. Je pressens que la journée va être bonne.

Nous sommes samedi. Et en ce début de week-end, le planning de ma journée est déjà tout tracé, et bien chargé. Ça ne me dérange pas, au contraire. Je suis pragmatique, j’aime prévoir les choses à l’avance, je n’aime pas vraiment me laisser surprendre, c’est même une chose que je déteste. Ma matinée était réservée à mes devoirs et révisions des BUSE, je reste toujours aussi décidé à exceller à mes examens, je tiens à de brillants résultats, même si je ne compte pas faire un travail d’exception, c’est une sorte de principe, de vision de la vie que je m’impose, et je ne la pense pas mauvaise. J’ai bien su m’avancer dans ce que je devais faire, j’ai terminé ma dissertation de métamorphose, et commence à bien maîtriser mon cours d’histoire de la magie, à part les points soulevés au dernier cours, où mon retard et ma proximité avec Pomona m’avaient induits dans un état de déconcentration totale. C’est plutôt fier de moi que je me suis rendu dans la grande salle pour prendre un copieux déjeuner, copieux parce que je devais prendre des forces pour l’entraînement de Quidditch qui avait lieu dans l’après-midi.

Par ce beau temps, s’entraîner sur nos balais était une véritable partie de plaisir, même si avec l’absence abrupte de notre capitaine, Arthur, qui avait des chances de s’éterniser, nous devions trouver de nouveaux repères. Notre capitaine remplaçant s’en sort très bien, mais il est toujours étrange et un peu perturbant d’avoir à repartir sur de toutes nouvelles bases, lorsqu’on a été habitué à quelque chose. L’entraînement s’est bien déroulé, l’équipe s’est montrée plus combative que jamais. Ce n’est pas parce que nous avons perdu contre les gryffondors que nous nous laissons abattre, bien au contraire. Nous avons la ferme intention de nous rattraper lors de notre prochain match. Serpentard peut encore gagner la coupe de Quidditch, notre maison le mérite bien plus qu’aucune autre car elle est la plus noble. Je me suis dépassé cette après-midi, et je suis plutôt fier de moi. Lorsque je suis sur un balai, j’oublie tout, y compris les regards des gens sur les gradins, qui me gêneraient en temps normal. Je me sens libre, dans les airs, comme si mon esprit se détachait de mon corps, et j’ai l’impression, la certitude, que rien ne peut m’attendre.

Avant de me rendre aux vestiaires et de me changer (ce ne sera pas du luxe, j’ai beaucoup transpiré), je vais voir Ashley et lui rappelle de ne pas oublier notre rendez-vous à Pré-au-lard. Ashley est poursuiveuse (très douée, d’ailleurs) dans l’équipe, tout comme moi, mais aussi et surtout, elle est ma petite amie. C’est grâce à des entraînements comme celui-ci que nous avons réellement fait connaissance et que nous nous sommes liés d’amitié. De fil en aiguille, notre relation a évolué, et aujourd’hui, nous sommes officiellement en couple. Je passe de bons moments avec elle, mais je ne l’aime pas. Du moins si je l’aime, mais pas de cette dévotion pétrarquiste qui me fait tristement désirer Pomona quand je sais que rien au monde ne me permettra jamais de l’avoir. Je la trouve très intelligente, autonome… très séduisante, aussi, je trouve très agréable de me promener à son bras, et si je ne connaissais pas la douleur de l amour véritable, celui qui, incroyablement puissant, se mue en obsession croissante et en folie, je pourrais croire que j’aime Ashley. La vérité, c’est qu’elle est ma troisième petite amie, et que comme les précédentes, je l’aime mal. Ma foi, elle m’aime mal aussi, ce qui nous rend quittes, je suis parvenu à lui faire admettre qu’elle sortait avec moi dans le but de rendre jaloux Edward, un serpentard de sixième année. Ça ne me dérange pas. Au contraire, je préfère savoir qu’elle n’attend rien de moi. J’avoue cependant que si elle m’abandonnait pour Edward, s’il se déclarait à elle, je me sentirai vexé. Je me sens bien avec elle, et nous passons de bons moments ensemble. Enfin, ce n’est pas à l’ordre du jour, pas encore.

Après avoir fait en sorte d’être à nouveau présentable, je m’installe à une table de la salle commune une petite heure, afin de travailler encore un peu. C’est parce que je voulais encore m’avancer un peu que je n’ai pas proposé à Ashley qu’on aille au village sorcier ensemble. Comme ça, elle pourrait profiter de cette heure pour flâner dans le village si elle le voulait. Après avoir mit un point final à mon devoir, je me rends à Pré-au-lard. Ce n’est pas une journée de sortie organisée par Poudlard, je ne devrais donc pas y aller, mais personne ne prend garde à ceux qui disparaissent à travers le parc, surtout quand tant de personnes, profitant du beau temps, s’y trouve. Ça m’arrange, je n’aime pas quand toute l’école se retrouve dans ce petit village, cela provoque en moi un sentiment d’agoraphobie.
La nuit est presque tombée lorsque j’arrive à l’entrée du restaurant où je lui ait donné rendez-vous. Elle n’est pas encore là. Il ne me reste plus qu’à l’attendre.

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La rebelle
[Last]Ashley Walson Golse
▌ Messages : 1513
Humeur :
50 / 10050 / 100


QUI SUIS-JE?
Baguette: 20cm, bois d'if, ventricule de dragon
Camp: Mal
Avatar: Jennifer Love Hewitt

Message#Sujet: Re: Can't fake the feeling   Sam 24 Mar - 12:23

    Contrairement aux autres jours grisés de cette fin de semaine, le soleil rayonnait de son plein grès et rendait alors le sourire à des élèves levés du pied gauche ou encore de mauvaises humeurs pour diverses raisons. On pouvait donc croiser en ce jour de beau temps, des petits groupes d'élèves riant tranquillement, ou bien bavardant joyeusement dans la cours, le parc mais de manière plus générale à l'extérieur afin de profiter de la chaleur. Cependant, on ne pouvait pas aller jusqu'à dire que tout le monde était fait ainsi et suivait ce même rythme car cela aurait été mentir, vu qu'évidemment il y avait toujours des cas particuliers, tels ceux qui restaient cloitrés dans leurs chambres, leurs salle commune ou alors dans la bibliothèque. Ce qui faisait alors distinctivement sortir de la bouge des autres cette expression de quelques mots : « il n’y a pas idées ». Mais chacun était libre de penser et de faire ce qui lui plaisait en dehors des cours bien sûr (même si certain prenait la fâcheuse habitude de louper ou plutôt devrais-je dire sécher les cours qu’ils aimaient le moins…n’allez surtout penser que je vise quelqu’un^^). En tout cas ce que j’essaye à cet instant de vous dire, c’est que tout élève avait alors la liberté de s’organiser comme il le désirait pour le weekend. Il y avait ainsi les travailleurs et les flemmards si l’on devait les trier en deux catégories.

    D’ailleurs en ce qui concerne Ashley, elle avait choisi de bénéficier du soleil matinal tout en s’installant à proximité d’un endroit calme dans le but de travailler un peu, sans pour autant s’avancer énormément dans ses devoirs scolaires. Puis après avoir déjeunée assez légèrement afin ne pas se charger le ventre pour l’entrainement de Quidditch de son équipe, elle se dirigea en direction du terrain où déjà quelques membres étaient présents. Et lorsque l’équipe fut au complet, l’entrainement pu débuter, se déroulant alors sans rien d’exceptionnel mais assez vite du point de vue de Golse qui ne voyait pas le temps passer pour une des raisons qu’elle appréciait ce jeu/sport où elle faisait preuve d’efforts constants. Enfin, quand l’exercice de préparation fut terminé, Caleb, le petit-ami de Ash en profita pour la rejoindre afin lui rappeler leur rendez-vous de tout à l’heure. La Serpentard ne l’avait pas oublié, mais elle l’avait tout de même noté au cas où elle n’y penserait plus sur un petit carnet qu’elle gardait précieusement dans un coin.

    Plus tard, quand elle fut rafraichit, elle quitta discrètement le parc de Poudlard pour se rendre dans les rues de Pré-au-lard à travers lesquelles elle comptait se promener en attendant l’heure prévu à laquelle elle devait retrouver le jeune homme. Elle allait donc de boutique en boutique en gardant une allure assez lente, prenant plaisir à marcher dans les rues. Elle surveillait l’heure pour ne pas être en retard, jusqu’à ce qu’elle tombe en face d’une librairie. Certes elle était loin d’être la plus grande lectrice de tous les temps mais comme toute personne elle avait au fond d’elle quelques satisfactions à lire. Elle entra donc dans le petit commerce ou elle finit par dénicher un livre qu’elle jugea bon de prendre pour son petit-ami. D’après elle, Caleb devait aimer la littérature pour s’être rendu de nombreuses fois à la bibliothèque du château. Mais cet achat lui fit perdre un temps fou pour une raison des plus banales : il y avait une foule monstre à la caisse. Peut-être les gens avait-il décidés par ce merveilleux temps de tous sortir de chez eux ? En tout cas ce petit inconvénient assurait à la jeune fille de ne pas être ponctuelle au point de rendez-vous. Alors accélérant sa démarche dès qu’elle eut payé, elle se dirigea directement vers le restaurant. Le ciel s’était assombrit et quelques gouttes commençaient à tomber.

    Arrivé et ne voyant pas Caleb dehors, elle s’adressa à un des serveurs et demanda poliment si le Serpentard était déjà présent. Celui-ci lui fit signe que oui et lui montra alors la table auquelle était déjà installé le jeune homme. S’avançant vers l’endroit indiqué Ashley fit alors face à Caleb, pour s’exclamer :
    « Désolé pour le retard, j’ai été retenue. » Dit-elle avant de reprendre, peu de temps après avoir fouillé dans son sac, et en tendant le bouquin: « Mais j’ai pris ce livre pour toi, j’espère qu’il te plaira. »Elle s’assit alors en face de lui.



PS: je m'excue de t'avoir fait attendre ma réponse, j'essayerais d'etre plus rapide pour les prochains postes

_________________