AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Rencontre... plus ou moins inopinée [pv Mimi]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
L'Elu entre tous, génie du balai, Brave parmi les braves...
avatar
▌ Messages : 477
Humeur :
80 / 10080 / 100

Nouveau nom (voyageurs temporels) : William Black

QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois de houx, plume de phénix
Camp: Bien
Avatar: Daniel Radcliffe

Message#Sujet: Rencontre... plus ou moins inopinée [pv Mimi]   Ven 18 Mai - 17:44

Désespérant. Voilà ce qu'avait envie de répondre Harry lorsqu'on lui demandait ce qu'il pensait à propos de l'arrivée de l'été. La météo allait en s'améliorant, tout comme les températures, et le jeune sorcier n'y voyait absolument pas matière à se réjouir, Au contraire, il observait avec circonspection les groupes d'élèves qui flânaient près du lac, discutant ou étudiant, insouciants. La seule chose susceptible de leur apporter un minimum de souci était la perspective des examens qui approchaient. Et justement, les examens de fin d'année étaient le dernier des soucis de Harry. L'été se rapprochant, il commençait à se demander où il allait passer les vacances, lui et ses amis. Si Dumbledore avait été directeur de Poudlard, les Voyageurs auraient pu espérer être hébergés à Poudlard, mais ce n'était pas le cas, et il était absolument hors de question de demander quoi que ce soit à Dippet. De plus, ils n'auraient plus Jedusor sous la main, ni aucun de ses sbires, donc aucun moyen de s'organiser, de récupérer la moindre information ou de contrer leurs plans, Or, l'Elu avait toutes les raisons de penser que le gratin de futurs mangemorts que son ennemi avait réuni ne resterait pas inactif pendant les vacances, bien au contraire, Il était rageant de songer que eux s'organiseraient tandis que Harry et ses amis passeraient leur temps à ne rien faire.

Désespérant, donc. D'autant plus que les Voyageurs étaient bien partis pour rater leurs examens, sauf miracle -à part Hermione, cela va sans dire. Et si le temps continuait de s'écouler dans l'époque de laquelle ils venaient, alors ils auraient bel et bien raté une année, ce qui n'avait rien de particulièrement génial. Le seul point positif que trouvait Harry à cette perspective estivale -et il était bien le seul parmi le petit groupe à s'en réjouir- était que, malgré les recherches acharnées des Voyageurs à la bibliothèque, ils n'avaient trouvé aucun début d'indice sur un éventuel moyen de rentrer chez eux. Plutôt maigre comme consolation, vous en conviendrez. Mais il était ravi d'avoir plus de temps pour empêcher Jedusor de devenir un mage noir, et donc de tuer ses parents dans un futur beaucoup trop proche à ses yeux. Le jeune homme ne cessait de se répéter qu'il était vain de penser qu'il parviendrait à sauver ses parents, mais il ne pouvait s'empêcher d'espérer. Et d'essayer, bien évidemment.

Bref, Harry cherchait donc un moyen d'agir, n'importe lequel. Et le seul qu'il avait trouvé était de parler avec Miyria Alliane. Difficile de trouver plus aberrant, étant donné que leurs relations étaient exécrables. Mais au moins, cela ne pourrait pas être pire.
Il avait cependant rapidement été confronté à un problème de taille : comment la contacter ? Envoyer un hibou directement à la volière aurait été stupide, et sans doute le meilleur moyen de permettre à Jedusor – ou à l'un de ses larbins – d'intercepter la missive. La solution trouvée par Harry avait donc été d'envoyer le hibou, chargé du message indiquant l'heure et le lieu du rendez-vous directement dans le dortoir de la Serpentard. Il était laconique :

Besoin de parler avant les vacances. Rendez-vous vendredi au lac à 18 heures.
Ne t'inquiète pas, je serai seul.
Will.


C'était ridicule, certes, mais il avait pris l'habitude de signer ses lettres par le diminutif du prénom qu'il s'était choisi en atterrissant à Poudlard avec les autres. Il s'était d'ailleurs dit qu'il n'avait rien à perdre, et que si Alliane ne s'en moquait pas, elle penserait peut-être -avec beaucoup de chance, vu son sale caractère – qu'il avait un minimum de confiance en elle.

C'est en voyant son hibou revenir tout ébouriffé et en panique que Harry s'était fait la remarque que, finalement, envoyer la missive directement dans le dortoir n'était peut-être pas une si bonne idée que ça. Le pauvre volatile, emprunté à la volière de l'école puisque le jeune homme n'avait pas Hedwige, semblait traumatisé et au bord de l'attaque cardiaque. La réponse lui parvint un peu plus tard, courte et cinglante. Ce n'était d'ailleurs pas de très bonne augure pour leur prochaine rencontre... Cette fille avait décidément un caractère imbuvable.

Dans un premier temps, Harry crut que la lettre était arrivée seule. Sans doute l'avait-elle ensorcelée pour qu'elle vole toute seule, se dit-il... Avant d'apercevoir une espèce de grosse mouche toute essoufflée derrière la missive. Sa première réaction fut de se demander comment un être aussi petit pouvait portait un objet aussi gros. Peut-être était-ce aussi la raison pour laquelle la réponse d'Alliane était si courte... Si elle lui avait rédigé quelque chose de plus long, la bestiole serait sans doute morte avant d'arriver à destination. Pourquoi diable n'utilisait-elle pas de hibou ?

Bref, malgré les problèmes de correspondance et le peu d'estime qu'il portait à la Serpentard, Harry était au lieu du rendez-vous, à l'heure du rendez-vous, et fut soulagé de voir Alliane débarquer elle aussi à l'heure.


- Salut. J'espère que ton... ta bestiole s'est bien remise. Ca existe, les rats qui volent?

Pas génial pour s'attirer la sympathie de son interlocutrice, certes, mais il n'avait rien trouvé de mieux.

[La fin est bâclée, c'est clair, mais je devais finir vite u_u]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Graphiste suprême.
avatar
▌ Messages : 3201
Humeur :
5 / 1005 / 100

En couple avec : ...Socrate

QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois d'if et crin de Sombral, 33 cm
Camp: Bien
Avatar: Kristen Bell

Message#Sujet: Re: Rencontre... plus ou moins inopinée [pv Mimi]   Sam 19 Mai - 4:02

La fin d'année. Et tout ce qui va avec, c'est-à-dire révision, préparation pour les deux mois qui vont suivre et tout ce qui va avec. Je ne m'inquiète pas trop pour les examens... Non en fait je ne m'inquiète pas du tout, pour moi ce n'est que formalité, rien de plus. Non, ce qui m'inquiète plus c'est le départ prochain de Pomona. Si je n'avais pas été a Serpentard, peut-être n'aurais-je pas été plus inquiète que cela, mais me retrouver seule dans ce nid de serpent. Je ne renie pas ma maison, juste mes camarades, ce n'est pas tout à fait la même chose. Bien sûr, nous ne sommes qu'en mai, mais l'un n'empêche pas l'autre, c'est à grands pas que se rapproche la fin de l'année. Et pour une fois, je ne suis pas pressée de la voir arriver. Quoi que, mon père ne sera pratiquement pas là pendant ses deux mois, je n'ai eu le droit qu'à des explications aussi brèves que froides, mais de ce que j'ai compris, c'est encore des histoires entre les différents ministères. Son boulot, en somme. Le coté positif est que je pourrais sortir quand bon me semble, celui qui l'est moins, c'est qu'il m'enverra un hibou... Toutes les semaines, et qu'il attendra une réponse... Réponse que Pip's sera incapable de lui apporter. La poisse.
En tout cas, je suis tranquillement en train de réfléchir à tous les changements qui vont arriver d'ici la fin de l'année quand... Le drame arrive. C'est d'abord le bruit d'aile, reconnaissable entre tous, qui m'alerte et, ouvrant grand les yeux, je me pétrifie un instant, attendant le moment fatidique, espérant intérieurement que non. Et pourtant si, un monstre ailé vole en ma direction. Je n'ai jamais poussé un cri aussi strident de toute ma vie.

Armée de ma baguette, je lance alors quelques sorts en informulé, les seuls me passant par la tête dans le but de faire fuir l'ignoble chose. Évidemment, perfide à souhait, il esquiva, ses yeux ronds fixés sur moi, et continua à voler dans ma direction avec un professionnalisme diabolique. Pas de pitié, je lui lance toute ma base de sort offensives, et après le troisième sorts, il finit par lâcher la lettre d'un coup et partir aussi vite qu'il est venu. J'ai vaincu la bête. Essoufflée mais victorieuse face à l'ennemi, je relève la tête, fière de moi et heureuse que mon dortoir soit vide à cette heure de la journée. Avec un peu de chance, les élèves dans la salle commune n'aurons pas trouvés d'où venait le cri. Avec un pur soupir de soulagement, je remets mes longs cheveux en arrière, cette bataille m'ayant décoiffée un peu plus qu'à l'ordinaire Qui a bien pu oser m'envoyer un courrier avec un HIBOU! Même Pomona n'oserait pas! J'ai une peur bleue de ces sales bestioles. Vous avez déjà regardés leurs yeux! C'est juste horrible ce regard fixe et rond... brrrr, hors de question qu'un de ces monstres m'approche. Je sais, c'est une peur stupide surtout quand on sait que c'est justement le blason de notre famille, et pour bien me rappeler l'absurdité de ma réaction, mon père ne m'envoie des courrier qu'avec son grand duc, et ce, tous les premiers mardi du mois. Je n'ai jamais vu un piaf plus terrifiant que celui-là... Je crois que dans le fond mon père est un sacré sadique. Et dire qu'il était à Serdaigle.
Quoi qu'il en soit, je ramasse enfin la lettre et là, je maudis Black sur dix générations... Non, vingts.

Mais quel...!

je ne finis pas ma phrase par décence, mais les insultes fusent de toutes part dans ma tête. M'envoyer un hibou juste pour ça?! Aaaaaah! Ni une, ni deux, je sors le premier parchemin que je trouve, en déchirant un morceau pour donner ma réponse aussi brève que vénéneuse.

N'utilises JAMAIS un hibou pour me contacter Black, le prochain je te le fais manger!
Un seul mot de travers, et tu finis dans le lac.

Et pas besoin de signer n'est-ce pas, il n'y a que moi ici qui envoie des courriers avec une chauve souris plus petite que la lettre en question. Je vais d'ailleurs jusqu'à mon armoire que j'ouvre, cherchant la petite chose qui dort dans un coin. Pip's ne sort que la nuit, et normalement il dort dans la forêt interdite, mais depuis qu'une étrange taupe limace a essayé de le manger, il refuse d'y aller avant que la nuit tombe. Résultat: il dort dans mon armoire depuis trois mois. Bon, ce n'est pas comme s'il faisait du bruit non plus. Le réveillant en prononçant son nom, la petite chauve-souris prend bien quelques minutes pour émerger, peu contente d'être éveillée de la sorte en pleine journée. C'est d'ailleurs à ce moment-là que je me rends compte que Black devra de toute façon attendre pour avoir sa réponse, Pip's est peut-être parfaitement agaçant, mais je refuse de le faire sortir en pleine journée juste pour les beaux yeux du gryffondor. Il attendra la fin d'après midi pour avoir sa réponse. Expliquant à Pip's ce qu'il aura à faire une fois l'heure venue, je pose mon morceau de papier sur une de mes robes de sorcière. Ainsi il pourra aller le livrer comme un grand à son réveil. Donnant une micro caresse à mon petit coursier (de peur de lui faire mal), je referme à moité l'armoire avant de quitter le dortoir pour de bon. Bien, direction la bibliothèque, il faut que j'aille lire quelque chose pour me calmer, après tout ça. Ce n'est que bien trop tard que je pris conscience d'avoir oublié, dans ma colère contre Black, de rétrécir le courrier. Pauvre Pip's ce fut sûrement la lettre la plus éprouvante de sa petite vie.

Malgré tout ça, vendredi , à dix-huit heures, je suis au bord du lac, et je ne prends pas longtemps avant de voir le gryffondor. Il a, au moins, eu l'intelligence de se poster près du saule pleureur, ça nous cachera un peu, au cas ou... Moi parano? Non, pourquoi? Prudente, c'est totalement différent. Et voilà qu'en plus, il insulte mon animal de compagnie pour commencer la conversation. Et après on s'étonne que je montre les griffes. Un merci d'être venue aurait amplement suffi. Décidant de garder, cependant, mon calme (histoire que la conversation dure plus de dix secondes), je soupire pour répondre à sa remarque avant de lui lancer un regarde indifférent.

Je présume que tu ne m'as pas fait venir pour parler de ma chauve-souris? A moins que tu tiennes à ce point à vérifier la température de l'eau du lac...

Un ton froid bien que moins cassant qu'à mon habitude. Je ne suis pas d'un naturel gentil et affable, c'est comme ça. Et OUI, le hibou m'est resté en travers de la gorge...

_________________




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
L'Elu entre tous, génie du balai, Brave parmi les braves...
avatar
▌ Messages : 477
Humeur :
80 / 10080 / 100

Nouveau nom (voyageurs temporels) : William Black

QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois de houx, plume de phénix
Camp: Bien
Avatar: Daniel Radcliffe

Message#Sujet: Re: Rencontre... plus ou moins inopinée [pv Mimi]   Mer 30 Mai - 12:12

Une chauve-souris ! Une fois n'est pas coutume, Harry maudissait son indélicatesse. Il aurait dû le deviner... Un rat qui vole, ben voyons. Avec ça, la discussion était bien engagée, c'était clair. Déjà qu'ils ne s'entendaient pas exactement à merveille, les chances de mener une conversation polie et civilisée étaient à présent proches de zéro. Et pas question de s'excuser, évidemment. Elle lui avait envoyé une réponse cinglante sans même prendre la peine de la signer, et il aurait dû demander pardon pour avoir confondu une mouche griffue avec une chauve-souris ? Plutôt sauter du haut de la tour d'astronomie. De toute façon, il avait certes débuté la conversation par une maladresse, mais elle, au lieu d'être indulgente, ou même de rectifier puis de passer à autre chose, répondait en le provoquant et en le menaçant ouvertement. Même si le temps était au beau fixe et qu'il ne cessait de faire de plus en plus chaud, Harry n'avait pas très envie d'un bain dans l'antre du calamar géant. Calamar qui restait très sympathique, au demeurant.

Bref, tandis qu'il accumulait mentalement les excuses pour pas tenter d'améliorer la situation, la fille attendait une réponse. Et surtout, elle semblait attendre qu'il lui explique le motif de ce rendez-vous. De la part de celle qui ne cessait d'étaler sa culture générale et sa vivacité d'esprit en public comme de la confiture, c'était plutôt gonflé. Si elle était tellement intelligente, pourquoi n'avait-elle pas deviné toute seule, comme une grande ? Bon d'accord, l'intelligence et la prédiction étaient deux domaines bien différents. Mais là, même Trelawney aurait...
Non, Trelawney n'aurait pas deviné. Elle était aussi douée en prophéties que l'était un hippogriffe. Mais bon, tout ça pour dire que même quelqu'un qui n'était pas très doué en divination aurait pu trouver, quoi.

Au fur et à mesure qu'il réfléchissait, Harry avait progressivement oublié ce que venait de dire Alliane. Il tenta de se rappeler le sens général du discours... Ah oui, le lac. Il décida qu'il était en droit de se sentir agressé, et qu'elle devrait lui poser la question elle-même si elle voulait savoir pourquoi ils étaient là. Autrement dit, parler de n'importe quoi sauf de ce dont ils étaient censés parler... Et ça, ce n'était pas trop compliqué.


- Charmant. Je te rappelle ta... chauve-souris... m'a transmis une lettre qui était davantage une menace qu'une réponse. Tu ne changes pas souvent de registre, à ce que je vois. C'est franchement...


Le jeune sorcier s'interrompit soudain. A vrai dire, lorsque la réponse à sa lettre était arrivée, il n'avait pas pris la peine de s'interroger sur le caractère agressif du billet. Cette fille était incapable de la moindre gentillesse, elle n'avait quasiment pas d'amis, il n'était donc pas étonnant qu'elle soit en permanence insupportable. Cela dit, le truc sur les hiboux... A la réflexion, ça n'avait pas l'air d'un simple prétexte pour lui balancer des menaces. D'ailleurs, la réponse tout entière ressemblait davantage à quelque chose d'écrit sans réfléchir, dans la précipitation, comme si celle qui l'avait rédigée avait été en colère. En colère, ou bien...

- Tu as un problème avec les hiboux ?

Si elle était huhulophobique, elle n'allait certainement pas le lui dire, mais apparemment, elle avait du mal à le cacher, donc... Il saurait au moins une chose sur elle, ce qui représenterait une belle avancée. En contrepartie, elle risquait fort de le haïr purement et simplement jusqu'à la fin des temps, mais il ne comptait pas s'en faire une amie de toute façon. Cependant, la réaction de la Serpy pourrait être dangereuse, c'est pourquoi Harry glissa la main dans la poche arrière de son jean -si Maugrey avait été là, il se serait fait incendier- pour vérifier la présence de sa baguette magique. Elle était bien là.

Il prit soudain conscience que la conversation tournait mal à une vitesse hallucinante. Ils étaient censés être alliés et combattre Jedusor ensemble, et gaspiller son temps à se battre sans arrêt ne ferait pas avancer les choses. L'apprenti sorcier se gifla mentalement et retira lentement la main de sa poche avant de soupirer.


- Ca n'a pas d'importance. Bon, écoute, j'adorerais m'engueuler avec toi, mais c'est bientôt les vacances, alors je voulais savoir...


Harry s'interrompit pour regarder autour de lui. Les rives du lac étaient pleines de buissons, arbres et autres éléments de verdure très pratiques si l'on souhaite espionner une conversation. De plus, un Gryffondor discutant avec une Serpy pouvaient facilement attirer le regard... Il n'y avait personne aux alentours, mais depuis qu'il connaissait Rita Skeeter et sa capacité à glaner des informations à la manière d'un serpent, il avait appris à se méfier. Il était essentiel de rester allusif autant qu'il était possible.

- Je voulais savoir ce que vous comptiez faire pour les vacances, termina-t'il avec un air dégagé.

Avec un peu de chance, quiconque passerait par là penserait qu'il était question de voyages en famille ou entre amis.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Graphiste suprême.
avatar
▌ Messages : 3201
Humeur :
5 / 1005 / 100

En couple avec : ...Socrate

QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois d'if et crin de Sombral, 33 cm
Camp: Bien
Avatar: Kristen Bell

Message#Sujet: Re: Rencontre... plus ou moins inopinée [pv Mimi]   Jeu 31 Mai - 4:46

Évidemment, aucune réponse de la part de Black. Bien sûr, il se doit d'être fidèle à lui-même. Et donc de m'agacer. Cette conversation commence décidément très bien. Parfaitement bien même. Quoi? S'attendre à un mot aimable de ma part après m'avoir envoyé un hibou? Autant croire que Tom est un bisounours*... Cependant, je n'ai pas envie d'épiloguer sur le sujet, je ne suis pas là pour ça, car en plus de nous faire perdre un temps fou, cela augmenterait les chances qu'on nous découvre. Et ça, je n'y tiens pas... Quoi que, théoriquement, il est moins risqué, pour moi, de voir Black que tous les autres. Il est de notoriété publique qu'on ne fait rien d'autre que se chamailler (à plus ou moins grande ampleur) à chacune de nos conversations. Alors, je doute qu'un passant devine la véritable nature de cette conversation. Mais quand même, dans le doute je préfère rester sur mes gardes, veillant à ce que personne ne nous approche de trop... Est-ce que Black a au moins pensé à mettre les sorts basiques? Je veux dire, quitte à parler dans un lieu aussi ouvert et public, soit, pourquoi pas, mais autant le sécuriser un peu... C'est une guerre miniature qui se prépare en Poudlard, une guerre d'influence et loin des yeux adultes, mais une guerre quand même. Nos erreurs d'aujourd'hui, c'est demain que nous les payerons... Allez, soyons optimiste pour une fois, Black à évidemment placé tous les sorts qu'il faut...C'est un sorcier heu... Sorcier.
Je laisse échapper un lourd soupir alors qu'il n'est même pas arrivé à la moitié de sa phrase, levant les yeux au ciel pour accentuer ma lassitude. Et c'est parti pour deux minutes de perdues pour rien. Soit, soit, si ça l'amuse, mais si dans cinq minutes cette discutions ne débouche pas quelque part, je m'en vais. Je déteste par-dessus tout perdre mon temps, surtout en période de révision. Raison pour laquelle nos engueulade me font si vite perdre patience...
Mais soudainement, Black s'arrête.

Si je m'y étais attendu, peut-être aurais-je paru moins surprise. Mais c'est Black, je n'attends pas la moindre prouesse mentale de sa part... Aussi je suis quelque peu surprise quand il arrive (enfin), a la conclusion que j'ai un "problème" avec les hiboux, pour reprendre ses termes. Un problème? Naaaaaan... Je crois qu'on est bien au-dessus du simple problème là, même si je ne sais pas trop d'où me vient cette peur. Je crois que cela a un rapport avec la fois ou Sey et moi étions partis à l'aventure, petites filles. Elle avait voulu visiter une maison qu'on disait hanté au fond d'une forêt (nous avions alors quitté Kyoto pour une semaine pour nous rendre dans une de ses maisons secondaires non loin d'Osaka, où elle m'avait traîné de force, comme bien souvent). On l'a jamais trouvée, sa maison hanté, par contre on a passé la nuit dehors dans cette dite foret... Et là, je ne sais pas pourquoi, mais une de ces sales bestioles m'a attaqué. Je n'ai jamais eu aussi peur de ma vie. Par chance, ma magie a fait des siennes et l'horrible monstre c'est retrouvé sous la forme d'une souris... L'ironie du sort veut que cette souris soit tombée dans mes cheveux, et qu'une chouette ai voulu l'attraper, voyant là une proie parfaite. J'ai passé un bon quart d'heure à crier et courir dans tous les sens alors que Sey explosait de rire jusqu'à en avoir mal aux cotes... Et après on s'étonne que ma vison de l'amitié soit un peu faussée.
Je crois que c'est le pire souvenir de ma jeunesse.

Me reprenant comme je peux, je me prépare à donner une réponse aussi cinglante que remontée pour démentir le fait que j'ai un quelconque problème avec les hiboux, mais voyant parfaitement le geste de Black, si proche de prendre sa baguette, je me coupe. Cela ne prouve qu'une chose : il ne me fait pas confiance. Certes, j'ai tendance à m'emporter, mais de là à attaquer un pseudo allié... Mais il ne me fait pas confiance quand même... Soit, on sera deux dans ce cas. Les voyageurs cachent trop de choses, et même si j'en cache probablement tout autant (et ne parlons même pas de Pomona), en tant qu'alliés, ils devraient nous en dire un peu plus... Ne serait-ce que comment ils ont récupéré ce journal et où? Mais je présume que la plupart des voyageurs sont comme Black, au final, ils disent nous faire confiance, alors qu'il n'en est rien. Tout ceci n'est donc fait que par nécessite? Vraiment? Ils nous ont confiés le journal par manque de choix? Parfois je me demande, mais je me sens si vexé (et blessé?) par la réponse que je préfère me dire que non, même si mon esprit rationnel continue d'en arriver à cette conclusion.
C'est vexant. Je refuse d'être un outil pour eux...

Je vais m'en aller. Je n'ai rien à faire ici et si je reste je pourrais avoir un geste inconsidéré et malheureux qui ruinerait les efforts de Pomona et Prudence. Sauf qu'au moment où je m'apprête à faire demi tour et partir, je vois le gryffondor ramener sa main devant lui. Comment dois-je le prendre? Je fronce les sourcils, mais ne fait aucune remarque. Après tout, on est censé être allié (j'aime à la rappeler, car c'est tellement improbable)... Je présume qu'il fait des efforts... Il n'empêche que, je suis bien contente que ce soit Pomona qui s'occupe de ce genre d'échange, d'habitude... J'écoute ce que Black a à me dire sans un mot, me contentant de le toiser de mon habituel regard quelque peu méprisant (juste un peu...). Puis, voyant Black surveiller les lieux, je soupire à nouveau. Je commence à me demander si je ne suis pas entourée de bras cassés, parfois. Mais au lieu d’exploser de colère, je lui fais un sourire rempli d'hypocrisie en répondant à sa question, le tout avec une fausse innocence dans la voix.

On va à la plage nager avec les sirènes. J'ai toujours rêêêêvé de faire ça. Pourquoi? Tu veux venir?

Je perds la seconde suivante ce sourire profondément horripilant. Les blagues les plus courtes, hein. Me pinçant l'arrêt du nez, je sors ma baguette en secouant la tête.

Sérieusement, à quoi tu penses?

Fis-je en me détournant de lui. Je ne sais pas, le premier réflexe à avoir quand on prend rendez-vous, surtout ainsi en extérieur, pour parler de choses que toutes les oreilles ne doivent pas entendre, c'est quand même de prendre ses précautions. Et parler en imagé n'est pas suffisant à mes yeux, je fais trop peu confiance à la chance et au hasard pour me baser sur quelque chose comme ça. Black qui me demande ce que je vais faire pour les vacances? A mes yeux c'est aussi suspect que si je voyais Jedusor danser la polka avec Daniel. Et c'est ça qui doit combattre à nos côtés? Je commence sérieusement à avoir peur quant à l'issue de tout ça. Soit William est un assisté de première, soit Prudence s'occupe de tout, ici. Dans les deux cas, on est mal partie.
Secouant la tête en maugréant tout bas contre la stupidité congénitale du gryffondor m'accompagnant, je fais quelques pas, lançant les informulés de bases pour être sûre d'avoir la paix, surveillant bien sûr avant cela que personne ne me regarde. Je me contente d'un cave inimicum dont je cible les limites par rapport aux branches les plus éloignés du saule. Amplement suffisant vu sa taille. J'ajoute à cela un sort basique pour éloigner un minimum les passants qui trouveront soudainement fort intéressant de faire un détour, et un sort de silence, pour qu'aucune oreille indiscrète trouve bon de nous écouter (bien que ce dernier sort est plus une sécurité au cas où, vu les deux premiers). Avec un petit hochement de tête content, je sens mon côté prévoyant (je vous interdis de dire paranoïaque) satisfait, et je peux donc retourner tranquillement à ma conversation avec Black.

Et là, je fais l'effort de toute une vie. Je retiens approximativement trois répliques forts peu amical du genre « on vous nourrit à quoi pour que vous soyez aussi crétins, les gryffondors? », ainsi qu'un « La bêtise est innée chez toi Back » et je vous passe le dernier.... A la place de quoi je me contente de répondre presque de façon neutre... Après un silence de cinq secondes pour empêcher les phrases citées ci-dessus de sortir...

Quand on donne rendez-vous à quelqu'un dans un lieu aussi visible, la moindre des choses c'est de le sécuriser... Non?

Je n'attends aucune réponse. Mais j'aimerais bien la prochaine fois (si prochaine fois il y a) qu'il choisisse un lieu plus discret. Je ne sais pas moi, Poudlard détiens au moins une centaine de salle, sans parler de celle où il n'y a pas cours, ALORS POURQUOI LE PARC? Non, ne t'énerve pas Miyria, tu peux le faire, reste polie, reste po-lie... Pour les autres voyageurs. Pour Pomona. Cette conversation promet d'être laborieuse. Si on n'en arrive pas aux baguettes, c'est un exploit.

Bref, pour te répondre, cette question n'a pas encore été abordée. Je présume cependant que Pomona sera probablement occupée avec ses premiers pas dans la vie active... Et vous? Ou allez-vous aller? Et qu'allez-vous faire?

S'il me sort qu'il retourne dans leurs familles fictives américaine, je m'en vais en le jetant préalablement dans le lac. Moi, quand on me pousse dans les filets du diable, généralement, je réagis assez mal.

*bouhahahaha, anachronisme

_________________




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
L'Elu entre tous, génie du balai, Brave parmi les braves...
avatar
▌ Messages : 477
Humeur :
80 / 10080 / 100

Nouveau nom (voyageurs temporels) : William Black

QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois de houx, plume de phénix
Camp: Bien
Avatar: Daniel Radcliffe

Message#Sujet: Re: Rencontre... plus ou moins inopinée [pv Mimi]   Jeu 5 Juil - 21:43

Harry était considérablement exaspéré. Et affligé dans le même temps. Malgré tous ses efforts -si si, il n'arrêtait pas d'en faire – pour paraître poli et surtout pour éviter d'étriper l'horrible Serpy qui se tenait devant lui -et qui était censée être son alliée, rappelons-le encore une fois-, elle semblait avoir à cœur d'empêcher tout début de prémisse de commencement d'embryon d'entente entre eux. Et c'était précisément horripilant. Lui qui avait renoncé à un sujet de discussion qui aurait été passablement inconfortable pour Alliane – à savoir sa phobie des hiboux – était bien peu récompensé de son geste charitable. Au contraire, elle semblait vouloir le punir de s'être montré magnanime et aimable.

On va à la plage nager avec les sirènes. J'ai toujours rêêêêvé de faire ça. Pourquoi? Tu veux venir?

Cette réponse était tellement empreinte de mesquinerie gratuite qu'il aurait été inutile d'être un legilimens accompli pour deviner les pensées de Harry à ce moment précis. Oh oui, il allait venir. Pour la précipiter dans l'océan et la regarder se noyer jusqu'à la dernière seconde avec délectation. Qui plus est, ce serait un excellent moyen de passer ses vacances, lui qui ne savait pas où il allait loger. D'ailleurs, pourquoi attendre ? Le lac noir convenait tout aussi parfaitement pour une noyade que l'océan le plus profond. Le jeune sorcier l'avait suffisamment exploré au cours de sa quatrième année à Poudlard pour savoir que bon nombre de saletés se cachaient sous cette surface bien tranquille. Si quelqu'un à l'école prétendait en savoir plus sur les créatures se promenant dans le lac qu’Harry Potter, ce quelqu'un mentait. A part bien sûr Dumbledore. Les gens capables de passer plus d'une heure sous l'eau se faisaient relativement rares ces temps-ci, il fallait bien le reconnaître.

La réponse de l'affreuse bonne femme qui se tenait devant lui, déjà incroyablement irrespectueuse en elle-même, avait été accompagnée du sourire le plus impitoyablement hypocrite de toute l'histoire des sourires impitoyablement hypocrites. Dionysos lui-même n'aurait pas su l'égaler. Le genre de sourire qu’on a envie de renvoyer d’où il vient à grands coups de…

Non. Inutile de s’énerver. Surtout que, jusqu’à maintenant, à part quelques incidents mineurs de courtoisie –tous déclenchés par la suffisance de la Serpy, bien entendu-, la conversation se passait incroyablement bien.
Incroyablement bien comparé à leur précédente rencontre.

Positivons, donc. De plus, il avait eu une excellente idée en renonçant à sortir sa baguette, car il était important de partir sur de meilleures bases, et se battre aurait été… Harry se figea soudain. Alliane, après s’être curé le nez, ou quelque chose dans le genre, faisait mine de sortir… Non, elle ne faisait pas mine, elle sortait sa baguette. N’avait-elle donc rien dans le crâne ? Son brillant esprit n’était-il pas arrivé à la conclusion qu’un duel au beau milieu du parc de Poudlard n’allait pas dans le sens d’une paisible collaboration ?

Sérieusement, à quoi tu penses?

A quoi il pensait ? Question très à propos… dont il valait mieux qu’elle ne connaisse jamais la réponse. Ne comprenant pas trop le sens de l’interrogation, le jeune homme la laissa tourner en rond autour de l’endroit où ils se tenaient, attendant un indice qui lui permettrait de savoir ce qu’elle fabriquait. Et c’est en voyant crépiter l’air autour de lui qu’il comprit que la verte et argent lançait des sorts en informulé. Son esprit supérieur en déduisit immédiatement qu’elle sécurisait le lieu, soit pour empêcher d’approcher quiconque n’était pas invité, soit pour empêcher d’écouter quiconque n’en avait pas le droit.
Soit les deux.

Quand on donne rendez-vous à quelqu'un dans un lieu aussi visible, la moindre des choses c'est de le sécuriser... Non?

Elle enfonce le clou, la garce. Comme si Harry ressemblait à quelqu’un qui réfléchit aux détails logistiques avant d’agir. Il était de ceux qui, ayant vécu bon nombre de situations totalement imprévues, pensait assez justement que planifier tout à l’avance n’était qu’un moyen vain et orgueilleux de se rassurer en se disant que tout se passera comme on l’a prévu. Car dans la vraie vie –et tous ceux qui sortent le nez de leurs bouquins le savent- dès que l’on prévoit quoi que ce soit, le destin semble prendre un plaisir fou à démolir tous les plans et à précipiter les évènements de manière improbable.

Bon, cela dit, ego mis à part, il fallait bien reconnaitre que protéger les lieux, au moins un minimum, n’aurait pas été du luxe. Harry n’aurait d’ailleurs pas été étonné de voir Hermione surgir en maugréant « il faut toujours que je fasse tout, quand t’occuperas-tu enfin de ta sécurité ? ». Son orgueil tout naturel d’adolescent mit quelques instants à admettre l’erreur, et le jeune homme réussit ainsi à garder son calme, reconnaissant de bonne grâce qu’il n’avait jamais été un grand intellectuel.

Cependant, Alliane ne semblait pas disposée à le laisser placer un mot, puisqu’elle enchaîna aussitôt avec une autre réplique. Et, cette fois-ci (comme si s’apercevoir de la médiocrité de son interlocuteur avait calmé son agacement), elle avait ravalé sa morgue. Au moins pour l’instant. Harry salua mentalement la performance.

Bref, pour te répondre, cette question n'a pas encore été abordée. Je présume cependant que Pomona sera probablement occupée avec ses premiers pas dans la vie active... Et vous? Ou allez-vous aller? Et qu'allez-vous faire?

Ah oui, détail important dont il devait se rappeler : l’an prochain, les Voyageurs perdraient leur alliée la plus sympathique. Ou plutôt la moins antipathique, à défaut d’avoir mieux sous la main. Cela n’arrangeait pas leurs affaires, et il songea dans le même temps qu’Alliane ne devait pas se sentir rassurée non plus, puisque, d’après ce qu’Hermione avait raconté, Fitz était l’une de ses rares amies. Sujet à aborder avec précaution, donc, qu’Harry choisit même de ne pas aborder du tout. Prudence est mère de sûreté, comme on dit.


- Désolé, c’est Prudence qui supervise d’habitude, moi je m’occupe plus de… De l’action, disons. Cela dit, j’ai rencontré pas mal de sorciers pour lesquels ce genre de protection ne serait pas un obstacle. Mais je suppose que c’est toujours mieux de les avoir…

Réplique mielleuse à souhait, comme vous pouvez le constater. Cependant, Harry était particulièrement fier d’avoir appelé Hermione par son nom d’emprunt sans la moindre hésitation. Et la deuxième phrase n’était pas une simple pique ou un sursaut d’orgueil : parmi la clique de Voldemort senior ou l’Ordre, ils auraient tous pu se débarrasser de ces sortilèges en moins de temps qu’il ne faut pour l’écrire.
Cependant, il fallait aborder le sujet le plus délicat, à présent. Car, même si Alliane était disposée à aider les Voyageurs, il y avait tout de même peu de chances pour qu’elle accepte de bon gré ce qu’Harry allait demander dans peu de temps. Voire qu’elle accepte tout court. Or, il était vital pour eux qu’elle soit d’accord.


- C’est un peu le problème, justement… Plus qu’un peu, en fait. On est vraiment mal, tu vois. Je pensais que Dumbledore nous fournirait un toit, mais c’est un peu délicat, il est très occupé, tu comprends, quelqu’un comme lui…

Harry avait souvent tenté de se débarrasser de cet air révérencieux qu’il utilisait dès qu’il mentionnait Dumbledore, mais rien n’y faisait. Enfin si, lorsqu’il était en colère contre lui, il était capable de tout, mais dans le cas présent, il ne pouvait raisonnablement attendre d’un professeur de Poudlard, eut-il été Albus Dumbledore, qu’il les loge pendant toutes les vacances d’été.

- Ca fait longtemps que je cherche une solution, mais on n’a pas eu l’occasion de se faire beaucoup d’amis cette année, et puis quelqu’un qui ait la place pour accueillir six personnes pendant deux mois, ça ne court pas les rues… En fait, il nous faudrait quelque chose de très grand, et plutôt tranquille.

Ce qui impliquait de trouver un élève vivant dans un château et dont les parents n’étaient jamais là. Et d’après la description qu’Hermione en avait faite, le manoir de la famille Alliane aurait été l’endroit idéal pour permettre aux Voyageurs de se cacher tout en poursuivant leurs nombreuses recherches.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Graphiste suprême.
avatar
▌ Messages : 3201
Humeur :
5 / 1005 / 100

En couple avec : ...Socrate

QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois d'if et crin de Sombral, 33 cm
Camp: Bien
Avatar: Kristen Bell

Message#Sujet: Re: Rencontre... plus ou moins inopinée [pv Mimi]   Ven 5 Oct - 10:10

Tiens, c'est amusant d'apprendre que c'est Prudence qui, d'habitude, s'occupe de superviser ce genre de choses, ce qui au fond, ne m'étonne guère. Sûrement parce que je n'imagine pas les choses autrement. Il ne faut pas être un génie pour comprendre que c'est elle le cerveau du groupe (ou tout du moins, l'encyclopédie). Black ne semble bon qu'à foncer tête baissée, avec son ami Striff et réfléchir ensuite.
Malgré tout, je ne fais aucune remarque pour répondre à son commentaire (des plus agaçants) sur mon besoin de sécuriser les lieux, car les seules qui me viennent son cassante et peu amicale. Prend sur toi Miyria, prend sur toi.
Je suis étonnée que Dumbledore ne leur fournisse pas de toit pour l'été, tout comme je suis étonnée qu'ils n'en aient pas. Plus je regarde la situation, plus j'ai l'impression qu'ils sont tous apparu un beau matin comme par magie. Stupide, n'est-ce pas? Je veux bien que le monde magique est le dos large, mais il est improbable qu'ils viennent de nulle part. Mais dans ce cas, d'où viennent-ils? Je ne peux m'empêcher de rester bloquée sur cette question. Mais je continue à l'écouter parler sans un mot, les bras croisés, alors que mon regarde ne le quitte pas.
Bon, j'ai quoi à voir dans l'histoire?

Par chance, je n'ai pas longtemps à attendre pour comprendre les raisons qui l'ont poussées à venir me voir, moi. Car oui, j'ai, coïncidence ô combien incroyable, un manoir bien assez grand et vide pour accueillir six personnes. Et, ô heureux hasard, mon père m'informe, il y a quelque jour de cela, qu'il ne sera pas là de toutes les vacances. La guerre étant terminée, les ministères et autres systèmes politiques magiques ont grand besoin de resserrer leur lien. Et ça, c'est son boulot.
Tant de coïncidences incroyables... Si tout cela n'est pas un signe que Merlin à mit devant nous à renfort de grands coups de pied.

Nous y voilà...

J'aurais dû deviner que Black ne viendrait pas me parler pour le simple plaisir de jouir de ma compagnie ô combien délicieuse. L'idée d'accueillir les voyageurs ne m'enchante qu'à moitié. Oh, bien sûr, cela donnera une chance pour moi et Pomona d'en apprendre plus sur eux, mais c'est moi, qui vais devoir supporter toute la joyeuse troupe pendant deux mois. Moi, qui aime le silence, la paix, la tranquillité... Or, j'ai du mal à associer la tranquillité à Miss Striff... Il faut que j'invite Pomona pour les vacances...

Si mon père l'apprend, je pense qu'il me reniera à vie. En théorie, je n'ai absolument pas le droit d'inviter qui que ce soit dans la maison, pour des raisons plutôt obscures. Déjà qu'il n'est absolument pas au courant de la visite de Pomona à noël, et des nombreuses autres de feu Perséphone en son temps, alors celle de six inconnus sortis de nulle part...
Les risques sont importants, c'est un fait... Mais nous devons à tout prix améliorer notre relation avec les voyageurs avant l'an prochain. J'ai l'impression que ce qui s'est passé cette année n'est rien, par rapport à ce qui nous attend l'an prochain. Or, pour l'instant, notre alliance est plutôt bancale: Striff est prête à sa jeter à notre gorge au moindre mot de trop, Aulne soigne tous ses mots et est sur la défensive, Auban fuit dès qu'il nous voit, et Black est suspicieux au possible. Si les choses restent comme ça, il ne faudra pas beaucoup d'effort à Jedusor pour faire voler en éclat notre petite alliance, quand il s'en rendra compte.
De toute façon, je suis coincée. Refuser sans raison valable ne serait pas dans notre intérêt. Nous serions en tort, et tout comme il faut. Tout au plus, cela créera des tensions. Au pire, on en entendra parler encore de nombreuses années, et le jour ou nous aurons besoin des voyageurs, c'est eux, qui nous tourneront le dos. C'est une certitude. Je commence déjà à trouver cette situation compliquée...

Tu n'avais pas besoin de tourner autour du pot comme ça, dis les choses clairement la prochaine fois au lieu de t'attaquer à Pip's avant.

Fis-je doucement, avant de hausser des épaules avec un petit soupir. Relativisons: le manoir est assez grand pour que je les évite les trois quarts du temps. Quoi que Prudence ne me dérangeait pas tant que cela, et j'ai appris toute cette année à supporter la ''différence'' de Aulne.
Mon seul réel problème, c'est Black, au final. Mais je pense que c'est réciproque. Pourvu qu'il opte pour la prudente indifférence alors, avant que je le jette dehors à coup d'avada.

Puisque je n'ai aucune raison valable pour vous refuser, vous pouvez venir au manoir, c'est bien assez grand pour six squatteurs de dernières minutes.

Et même plus encore. Je n'ai jamais compris pourquoi ma famille possédait un si grand domaine. Mon père n'invite jamais personne à séjourner à la maison, les Alliane ont la tradition de l'enfant unique, et mes grands-parent sont décèdes depuis des années déjà, sans parler du fait que mon père est très souvent en déplacement pendant les périodes de cours, ce qui veut dire que le manoir est inhabité les moitiés de l'année. Intéressant, n'est-ce pas?

_________________




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Rencontre... plus ou moins inopinée [pv Mimi]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» crotti et mimi les p'tites souris
» Interdit aux moins de 18 ans
» Mimi Geignarde
» Réglage du PC pour consommer moins
» Dagon Nysrock, démon, du moins pour le moment...
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
T.rouble O.r M.isery (or both) ::  :: 
L'extérieur de l'école
 :: Le lac.
-