AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Pas de pitié pour les blessés (Morty)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Ysbridion
avatar
▌ Messages : 398
Humeur :
50 / 10050 / 100

En couple avec : mon travail. ça suffit.

QUI SUIS-JE?
Baguette: 24, 163 cm, bois de houx et plume de sombral.
Camp: Bien
Avatar: Melanie Laurent

Message#Sujet: Pas de pitié pour les blessés (Morty)   Sam 21 Juil - 0:09

Note au benêt : Ce rp a lieu pile après celui de la tornade portative.

La Guilde commençait sérieusement à lui taper sur le système. Zeld' en avait marre de payer les pots cassés à cause des conneries de ces pauvres gamins sans cervelle. Qu'ils lâchent des lutins au beau milieu du hall ou emmerdent Sluggy en pleine sauterie passait encore (d'ailleurs elle trouvait ce dernier point assez amusant), mais pour le reste. Elle avait ces gamins dans son colimateur, de toute façon, depuis qu'ils avaient touché à sa sacro-sainte infirmerie et bousillé pour une fortune de potions et de médicaments. Le coup de la salle des profs était la goutte d'eau qui faisait déborder le vase. Finalement, la mini tornade avait été maitrisée, mais elle mettait quand même en exergue l'incompétence crasse de tous ses collègues, entre ces imbécile de Slughorn et Dippet qui se contentaient de se regarder en chiens de faïence, Chesterfield qui faisait figuration et l'autre mâle de Montgomery qui préférait fuir plutôt que de se montrer utile, pour une fois. Comme d'habitude, c'était Dumbledore qui avait sauvé la situation. À se demander pourquoi Dippet était toujours directeur quand Dumbledore se contentait d'un bête poste de professeur de métamorphose. Résultat des courses : l'humiliation totale des professeurs et personnel du château, et une blessée sur les bras.

Et qu'elle blessée ! Zeld' aurait préféré se passer la rate au court-bouillon plutôt que de venir en aide à Morticia Mathews. Mais bon, elle avait une conscience professionnelle, et surtout, elle n'aurait pas apprécié qu'on lui dise qu'elle n'était pas fichue de guérir sa collègue. Zeld' guérissait sur demande tous ceux qui en avaient besoin, qu'elle les apprécie ou non. C'était son rôle, son métier, après tout. Une fois les choses calmées, elle conduisit donc le professeur de défense contre les forces du mal jusqu'à l'infirmerie. La pauvre (enfin, pauvre), avait été assomé par un livre qu'elle s'était prit à l'arrière de la tête. Zeld' allongea le professeur inconscient sur un lit près d'une fenêtre, appliqua sur son crâne un onguent médicinal, puis un bandage. Elle avait fait ça consciencieusement, malgré son envie de se rater par inadvertance. Voir sa collègue en position de faiblesse face à elle était particulièrement jouissif. Elle qui se prenait sans arrêt pour plus que ce qu'elle était.

Le temps que Morticia se réveille, Zeld' vaqua à ses propres affaires, elle s'était installée à son bureau, et examinait vaguement quelques dossiers, tout en s'allumant une cigarette, une fois n'est pas coutume. Il ne restait plus qu'à ce que la jeune femme quitte les bras de Morphée pour que l'infirmière puisse s'assurer que son traitement fonctionnait bien, sachant qu'il allait falloir qu'elle teste ses réflexes et sa réaction pour être sûre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

Message#Sujet: Re: Pas de pitié pour les blessés (Morty)   Sam 21 Juil - 11:02

    Si Morticia pouvait parler, elle ne dirait qu'une seule chose: Aïe. Bah oui, ça fait mal. Dans la salle des profs c'était un vrai désastre. Et pour une fois ce n'était pas complètement de sa faute. Et puis ce livre est arrivé et boom, plus rien pendent quelques secondes. Puis une vision qu'elle aurait volontiers évité. Le professeur Dumbledore était venu à son secours et avait arrêté la tornade. Non, vraiment, elle ne l'aimait pas cet homme. Il lui avait pris le peu de pouvoir qu'elle avait sur les Gryffondors. Et puis il agissait comme si rien ne s'était passé. Il était tout simplement venu la poser contre un mur et lui avait demandé comment elle allait. Bon, elle était momentanément en incapacité de lui répondre mais elle n'en pensait pas moins! Mais pour qui il se prenait! Pour le détenteur de la baguette de sureau? Bah oui, il l'était mais ça, Morticia n'arrivait pas à se le rentrer dans la tête. Et au fait, Aïe.

    Pour l'instant, elle était repartie dans le sommeil devenu de plus en plus léger. Et puis une odeur finit de la réveiller. Cette odeur elle la connaissait. Zelda Sparkley! Oh non! Là ça partait trop loin. Morty commençait à se demander si elle n'était pas maudite. Elle ne l'aimait pas et elle savait que Zelda ne l'affectionnait pas particulièrement non plus. En même temps ça se comprenait, même pour notre professeur. Morty lui envoyait très, voir trop souvent du travail. Sans parler du fameux cours dans la forêt où notre infirmière avait courut dans tous les sens en pleine nuit. C'est vrai que c'était peut-être un peu méchant... Attendez... Morticia se met à penser gentil? Mouai, elle avait très mal à la tête! Bon, quand il faut y aller, il faut y aller. Morticia ouvrit les yeux *La lumière! * et se redressa doucement. Encore une fois *Aïe* et puis elle se remis en position initiale. En plus elle avait le vertige et ça tournait à peu près de la même manière... En tout cas, il n'y avait plus de doute à avoir sur la présence de sa collègue infirmière. *Mais qu'est-ce qu'elle peut bien me faire pour rester là à attendre. C'est pas comme si elle m'appréciait de toute façon. *

    La compassion est une chose que Morticia connaissait plutôt mal. Pour elle, il était difficile de comprendre que l'on puisse venir en aide à une personne que l'on ne supporte pas. C'était là un de ses nombreux défauts. En plus de ça, personne ignorait qu'elle était une reine du sadisme. Bah oui mais pour une fois, c'était elle qui se retrouvait sur un lit. Une position qu'elle n'aimait pas du tout et qui commençait à l'inquiéter une peu. Surtout qu'elle connaissait Miss Sparkley assez bien pour savoir qu'elle ne pourrait pas sortir comme ça. D'ailleurs, c'est comment "comme ça"? D'après une autre odeur insupportable, Zelda lui avait mis au moins un onguent et une bandage. Super, Morticia se sentait très sérieuse comme ça... Et puis avec l'infirmière à côté elle commençait vraiment à se sentir en grande infériorité. *Et zut! *
Revenir en haut Aller en bas
Ysbridion
avatar
▌ Messages : 398
Humeur :
50 / 10050 / 100

En couple avec : mon travail. ça suffit.

QUI SUIS-JE?
Baguette: 24, 163 cm, bois de houx et plume de sombral.
Camp: Bien
Avatar: Melanie Laurent

Message#Sujet: Re: Pas de pitié pour les blessés (Morty)   Mar 24 Juil - 23:39

Zelda eut le temps de lire l'un de ses dossiers dans son entier, et également de s'allumer une nouvelle cigarette avant que du mouvement se fasse remarquer. Le professeur de défense contre les forces du mal était en train de se réveiller. L'infirmière l'observa sans bouger de sa chaise, attendant tout d'abord que sa gitane soit réduite à un simple mégot, dissimulant à peine la satisfaction qu'elle ressentait à l'idée de la voir tenter vainement de se relever, pour abandonner aussitôt. Comme c'était à prévoir, elle n'était pas encore en état de quitter l'infirmerie. Devoir rester aussi longtemps dans la même pièce que le professeur Mathews aurait certainement contrarié Zelda si elle n'avait pas eu en contrepartie ce plaisir de la sentir si inférieure à elle. L'infirmière n'était pas du genre expressive, sa joie se fit donc intérieure, elle n'éclata pas de rire ni ne manifesta ce sadisme qu'elle avait, elle aussi, à revendre, elle se contenta d'un fin sourire. Et une fois sa cigarette écrasée dans son cendrier, elle daigna enfin s'approcher de la jeune femme, prenant tout son temps, bien décidée à savourer la situation.

"J'éviterais de faire des mouvements trop brusques, si j'étais vous."
D'un coup de baguette magique, Zelda fit avancer une chaise jusque devant le lit où Morticia était allongée et s'installa dessus. "Votre nuque et votre tête ont reçu un sacré choc, si vous bougez trop, vous n'allez faire qu'empirer les choses."

Elle noircissait peut-être un peu le tableau, après tout, Morticia s'était seulement prit un livre en pleine tête, mais il fallait bien avouer que c'était particulièrement tentant.

"Lumos."


Elle pointa sa baguette au bout de laquelle brillait de la lumière et l'agita un moment sous les yeux du professeur, afin de vérifier son acuité visuelle. Le fait de pointer ainsi sa baguette sur cette femme qu'elle n'appréciait guère, et de voir la femme en question devoir la laisser faire sans broncher était particulièrement agréable. Zelda en aurait certainement joué plus longtemps si elle n'était pas professionnelle dans l'âme.


"Nox." Elle rangea sa baguette dans la poche de sa robe, la gardant à bonne distance d'elle. Elle avait tendance à se méfier du professeur, d'autant plus que depuis l'histoire de la forêt interdite, elle l'imaginait suffisamment folle pour être capable d'à peu près n'importe quoi (même de l'attaquer quand elle serait capable de se relever, surtout que Zelda profitait de l'avantage qu'elle avait actuellement sur elle) "Vos réflexes visuels sont apparemment bons." Son ton était tout à fait professionnel. Au moins savait-elle toujours agir en toute conscience de ses responsabilités lorsqu'elle exerçait le métier d'infirmière. "Quand vous avez essayé de vous redresser à l'instant, vous avez ressenti un certain vertige, des nausées, des tremblements ?"

Elle attendit la réponse de sa collègue tout en contrôlant le pouls et la tension de sa patiente, sait-on jamais. Bien que le choc ait été violent, il ne faudrait sûrement pas longtemps pour que Morticia soit à nouveau au meilleur de sa forme. Après tout, Zelda était une infirmière compétente, quand elle faisait quelque chose, elle le faisait bien (elle).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

Message#Sujet: Re: Pas de pitié pour les blessés (Morty)   Mer 25 Juil - 12:11

    L'infirmière s'était approché de Morticia ce qui ne lui avait pas forcement fait le plus grand plaisir du monde. Malgré tout elle avait pris tout son temps. Morticia avait le sentiment de s'être fait observé et elle n'aimait pas ça. En temps normal elle l'aurait pris comme de l'admiration ou de la crainte. Les deux lui convenaient assez bien. Mais là, qui admirerait une femme bandée qui ne peux se relever sans avoir le tournis? Et qui craindrait cette femme qui avait encore mal à la tête au moindre mouvement? Pas grand monde, et encore moins Zelda Sparkley!

    "J'éviterais de faire des mouvements trop brusques, si j'étais vous."

    *C'est bien ma chance. Si j'arrivais à faire des mouvements tout court ça serait fondé comme conseil!*

    De voir cette chaise se rapprocher n'annonçait rien de très bon pour notre professeur. Elle qui avait espérer qu'on la laisse un peu tranquille avant de se lever et de sortir. Tout simplement. Bah non, Zelda s'était assise à ses côtés et commençait ses examens.

    "Votre nuque et votre tête ont reçu un sacré choc, si vous bougez trop, vous n'allez faire qu'empirer les choses."

    *Alors ça c'est de l'info. Et moi qui me demandait encore ce que je faisait là. C'est incroyable! Et puis, c'est vrai qu'elle n'était pas du tout devant moi quand j'ai reçut cette saleté de bouquin!*

    Le pire dans tout ça, c'est que pour une fois Morty ne disait rien. Bien sûr elle le pensait très fort, mais elle n'avait encore rien dit à l'infirmière qui semblait prendre un malin plaisir à être son supérieur et à pouvoir lui dicter sa conduite. Cette école devient vraiment spéciale.
    Après ce qui devait être (d'après Morty) le scoop de l'année, Miss Sparkley s'était mise à agiter sa baguette devant les yeux de notre professeur. Comme Morticia reste malgré tout humaine avec un minimum de réflexes, elle ne se sentait pas très à l'aise devant cette femme qui ne l'aimait pas particulièrement et qui avait sa baguette pointée sur Morticia. Cependant cela lui donna une idée. Si elle paralysait sa collègue suffisamment longtemps pour pouvoir se relever et échapper à tous ces petits tests, elle serait bien plus tranquille. Un plan parfait... sauf qu'elle n'avait plus sa baguette et que la fameuse collègue venait de ranger la sienne hors de portée. Raté!

    "Vos réflexes visuels sont apparemment bons."

    *Suffisamment pour que je vous vois. Quel bonheur d'être aveugle parfois.*

    "Quand vous avez essayé de vous redresser à l'instant, vous avez ressenti un certain vertige, des nausées, des tremblements ?"

    *Parce qu'en plus tu l'avais vu que j'essayais de me lever. Sadique!*
    "Je me contenterais des vertiges pour cette fois. Même si je peux toujours mettre mes nausées sur le compte de ces choses infâmes que vous fumez. Personne ne vous a jamais dit que c'était très mauvais pour votre santé? Comme quoi, les cordonniers sont toujours les moins bien chaussés. "

    Elle n'avait pas résisté. Il ne faut tout de même pas trop lui en demander. Elle reste Morticia Morgane Mathews... même si pour l'instant elle ne pouvait le revendiquer que mentalement. Mais le physique allait suivre, plus tard, mais quand même!
Revenir en haut Aller en bas
Ysbridion
avatar
▌ Messages : 398
Humeur :
50 / 10050 / 100

En couple avec : mon travail. ça suffit.

QUI SUIS-JE?
Baguette: 24, 163 cm, bois de houx et plume de sombral.
Camp: Bien
Avatar: Melanie Laurent

Message#Sujet: Re: Pas de pitié pour les blessés (Morty)   Sam 28 Juil - 23:32


Morticia n'apprenait pas grand chose à Zelda quant à son état de santé. Il faut dire que la situation était suffisamment claire pour que l'infirmière, qui aimait clâmer ses grandes compétences, sache de quoi il retournait. Evidemment, le professeur de défense contre les forces du mal en profiter pour ajouter quelques piques à l'adresse de la jeune femme, qui portait sur le fait qu'elle fumait. Mais qu'elle se mêle de ses scroutts à pétards ! Fumer un peu ne ferait sûrement pas de mal à cette psycho-tarée, elle arrêterait peut-être d'en mettre plein la tronche à tous les pauvres gosses qu'elle avait pour élèves. Encore heureux qu'elle ne soit plus directrice de la maison des rouge et or ! Allez savoir comme Dippet avait un jour pu juger que c'était une bonne idée, d'ailleurs ! Bien sûr, Zelda était bien au courant du fait que fumer était une très mauvaise chose, gâchait sa santé et diminuait son espérance de vie. Même les sorciers n'avaient pas de remèdes au fléau du tabac. Mais elle avaiy décidé de s'en moquer. De s'en moquer royalement, même. En temps qu'infirmière, elle savait très bien ce qui attendait les personnes qui vieillissaient. Elle n'avait aucune envie de vivre les joies de l'arthrose. Elle vivrait suffisamment longtemps pour voir Louisa grandir et puis basta ! La mort ne l'inquiétait pas le moins du monde.


"La fumée vous a incommodé ? Désolée, c'était totalement involontaire."
  répliqua Zelda d'un ton mielleux qui ne lui était pas familier et ne pouvait convaincre personne.

D'accord, ce n'était pas volontaire, mais si elle avait pu déranger sa patiente, elle ne voyait pas matière à s'excuser.

L'infirmière, tout en parlant, poursuivit ses examens. Elle vérifiait les réflexes de la demoiselle, ses capacités sensorielles. Malheureusement, Morticia était apparemment plus victime du choc que de quoi que ce soit d'autre. Elle serait vite rétablie, et il n'y aurait pas de séquelles. Quel dommage !


"Vous avez mal, quand j'appuie là ?"


Elle appuyait sur le point qui devait logiquement être le plus douloureux à l'arrière du crâne de la jeune femme. Non, non, elle ne faisait pas ça uniquement pour la faire souffrir. C'était au nom de quelque chose de purement médical, qu'elle agissait. Jamais, ô grand jamais, elle ne se permettrait une attitude non professionnelle, loin d'elle cette idée ! Et si Morticia pouvait avoir l'impression qu'à l'instant, l'expression de son visage et le ton de sa voix semblaient teintés d'un brin de sadisme, c'était juste une illusion !
… Bon, d'accord. J'avoue, Zelda profitait totalement de la situation. En même temps, il lui faudrait sûrement attendre longtemps avant qu'une occasion si belle ne se représente, elle n'allait tout de même pas passer à côté ! Morticia, si les rôles étaient inversés, s'en donnerait à cœur joie, ça ne faisait aucun doute. Et elle prendrait sûrement beaucoup moins de pincettes que Zelda, qui n'en prenait déjà pas beaucoup.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

Message#Sujet: Re: Pas de pitié pour les blessés (Morty)   Dim 29 Juil - 12:12

    "La fumée vous a incommodé ? Désolée, c'était totalement involontaire."

    *Non mais de qui elle se moque celle-là! Complètement malade.*

    Bah ouai, elle n'avait pas aimé et avait simplement répliqué avec un petit sourire hypocrite dont elle avait le secret. Alors que l'infirmière continuait ses examens, Morty se demandait à quel point son interlocutrice avait besoin d'un médecin. Ses actions ne collaient pas toujours avec son métier ni même sa situation générale. Malgré ça, Morticia aimait une chose chez elle : Elle n'avait pas peur de dire ce qu'elle pensait. Cette femme était féministe et assumait pleinement. Elle ne prenait pas toujours la peine de cacher ses émotions. Une chose que Morty était tout simplement incapable de faire.

    Depuis toute petite, elle avait montré ce que ses parents pouvaient espérer. Le problème étant qu'elle était une fille dans une famille de sang-pur accompagnée d'un frère. Tout le monde sait que les garçons sont toujours ceux qu'on attend dans ce type de famille. Alors quand Morty faisait de son mieux, personne n'en tenait compte. Elle en était venu à en faire plus, prenant des risques, simplement pour leur montrer qu'elle valait autant que son frère. La conséquence de tous ces efforts? Ses parents la prenaient pour une folle, ce qu'elle était peut-être devenue finalement. Résultat, elle avait été reniée et son frère avait tout récupéré. Maintenant, elle s'entend plutôt bien avec son frère et essaye de s'occuper de sa nièce lorsqu'elle est à l'école. Elle fait toujours de son mieux mais il y a des traces qui ne disparaissent pas.
    Morty était donc partie dans une intense réflexion lorsque Zelda l’interrompit sans douceur.

    "Vous avez mal, quand j'appuie là ?"

    Une fois de plus, la fierté allait l'emporter sur la raison. Morticia agrippa les couverture et s'efforça de garder un visage calme, neutre. Elle voulait sortir alors autant éviter les problèmes.

    "Non. "

    C'est tout ce qu'elle avait réussit à dire sans desserrer les dents. Maintenant elle regardait Zelda en lui faisant comprendre que si elle le pouvait elle lui sauterait dessus et l'étranglerait. Ce n'était pas volontaire ce regard mais elle ne pouvait pas toujours tout contrôler. Il fallait qu'elle évite de montrer qu'elle avait très mal alors elle ne pouvait pas en plus s'empêcher de dévoiler ses envies de meurtre.
Revenir en haut Aller en bas
Ysbridion
avatar
▌ Messages : 398
Humeur :
50 / 10050 / 100

En couple avec : mon travail. ça suffit.

QUI SUIS-JE?
Baguette: 24, 163 cm, bois de houx et plume de sombral.
Camp: Bien
Avatar: Melanie Laurent

Message#Sujet: Re: Pas de pitié pour les blessés (Morty)   Ven 3 Aoû - 0:51

Zelda n'écoutait pas vraiment ce que Mathews avait à dire. Forte de ses certitudes, elle n'attendait pas vraiment de réponses de sa part, elle ne posait les questions que parce que le métier l'exigeait. Comme elle voyait le professeur de défense contre les forces du mal grimacer, l'infirmière voyait bien qu'elle avait mal, normal, mais la fierté de sa patiente l'avait invité à répondre un simple « non », ferme et catégorique. Zelda allait donc l'ignorer. C'était tout à son honneur que de vouloir garder une certaine contenance. Bien sûr, l'infirmière avait remarqué que la jeune femme mourait d'envie de l'étrangler et de lui faire payer la déférence dont elle faisait preuve. Zeld' savait bien qu'elle devait profiter de l'instant, car dès lors que Morticia serait à nouveau sur pied, la guerre entre elles serait déclaré, et pour l'avoir vu à l'oeuvre, l'infirmière avait conscience que Morticia pouvait être parfaitement redoutable. Elle imagina un moment leurs gueguerre arbitrée par Dippet, qui ne portait aucune d'elles dans son cœur. À tous les coups, elles finiraient virées toutes les deux. Elles n'avaient que ceci en commun, d'ailleurs : elles étaient toutes deux passées par le bureau du directeur de Poudlard, et avaient reçu des menaces de renvoi.

Bien qu'elle goûtait toujours sa satisfaction et sa supériorité, elle devait également bosser. Pour cette raison, elle se leva de sa chaise, ouvrit un placard en tira un flacon dont elle extraya une gellule, elle remplit également un verre d'eau, et tendit le tout à sa patiente.

"Buvez ça, ça atténuera la douleur."


Si ça n'avait tenu qu'à Zelda, elle aurait sûrement poussé le vice jusqu'à ne rien donner du tout à Morticia, et à la laisser souffrir sans le moindre anti-douleur, mais non, il y avait toujours cette fichue conscience professionnelle qui régissait l'existence de Zelda Sparkley et l'empêchait de commettre ce genre d'actions que certains pourraient trouver regrettables.


"Vous allez devoir rester alitée quelques heures."
ajouta Zelda après avoir aidé sa collègue à avaler son médicament. "Evitez de faire le moindre mouvement. Moins vous bougerez et parlerez, et plus vite vous serez sur pieds."

Quel douce sentence que celle-là. Obliger la jeune femme – pour son propre bien soi-disant – à ne rien faire et à ne rien dire ! Bien sûr, ce n'étaient pas des paroles en l'air, Zeld' avait trop de respect envers son propre travail pour se permettre de mentir (quoi qu'elle l'ait déjà fait en intimidant certains malades imaginaires à grand renfort de seringues géantes), l'immobilisme ferait en effet tout le bien du monde à Morticia, même si les bienfaits d'une telle prescription ne devaient pas lui sauter aux yeux pour le moment. Dans environ cinq heures, malheureusement, Morticia serait sûrement d'attaque, et à même de prendre sa revanche sur elle. Bah ! Zeld' ne craignait pas les représailles, pensez-vous ! Elle savait se défendre, et avait du répondant. Elle ne se laissait pas marcher sur les pieds, et encore moins par Morticia Mathews.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

Message#Sujet: Re: Pas de pitié pour les blessés (Morty)   Mar 13 Nov - 20:06

    Après avoir ignoré complètement la réponse de Morticia, Zelda était allé chercher une gellule que Morty avait identifié comme un anti-douleur ainsi qu'un verre d'eau. Pour ne rien vous cacher, même avec l'aide de Zeld', elle avait eu du mal à l'avaler. Ces truc son quand même de taille conséquente... bon, et puis elle ne voulait pas ouvrir la bouche parce que pour le moment elle avait mal. Et oui, on ne pouvait pas tout avoir dans la vie.

    "Vous allez devoir rester alitée quelques heures."
    *Bah tient. Quelle surprise! C'est vraiment n'importe quoi. C'était un anti-douleur ou pas. Si je n'ai plus mal ce n'est pas la peine que je reste ici. Et puis j'ai plein de choses à faire.*
    "Evitez de faire le moindre mouvement. Moins vous bougerez et parlerez, et plus vite vous serez sur pieds."

    Quelques heures? Mais ça voulait dire quoi quelques heures? C'était beaucoup trop vague pour Morticia. En plus de cela, elle ne voulait pas que notre professeur n'use de sa parole. Bien entendu elle n'allait pas suivre ces recommandations puisqu'elle ne croyait pas que Zeld' était très honnête avec elle. Et pour le faire comprendre, elle s'était mis à chercher le point sensible.

    « J'ai entendu dire que le directeur vous avait également menacé de renvoi. Quel dommage cela serait de vous perdre. »

    Jusqu'à maintenant, elle était plutôt sympa. Cela pouvait passer pour une conversation tout à fait banale entre collègue. Mais ne croyait pas qu'elle en est resté là.

    « Et puis je suis certaine que cela serait plus compliqué pour voir votre fille. Vous ne la voyez déjà pas si souvent... »

    En disant cela, elle n'avait pas réussit à faire abstraction de sa propre situation. Elle non plus ne voyait pas beaucoup Évangéline. Pourtant, elle l'aimait sa nièce. Mais il y avait aussi le fait que Dippet ne lui laissait pas vraiment le droit à l'erreur. Finalement, les deux femmes avaient vraiment des situations similaires.
Revenir en haut Aller en bas
Ysbridion
avatar
▌ Messages : 398
Humeur :
50 / 10050 / 100

En couple avec : mon travail. ça suffit.

QUI SUIS-JE?
Baguette: 24, 163 cm, bois de houx et plume de sombral.
Camp: Bien
Avatar: Melanie Laurent

Message#Sujet: Re: Pas de pitié pour les blessés (Morty)   Dim 18 Nov - 23:16

Zeld' s'était évidemment attendue à ce que le professeur de défense contre les forces du mal ignore ses conseils (pourtant avisés – comme toujours) et décide de l'ouvrir quand même, juste parce qu'elle savait que ça l'emmerderait royalement. Elle aurait dû la gaver de somnifère, tiens. Mais l'obliger au mutisme lui avait semblé bien plus amusant. Et évidemment, elle décidait d'aborder le sujet qui fâche : sa convocation dans le bureau du directeur de l'école... ou plutôt, ses nombreuses convocations. De vieux contentieux, existaient entre l'infirmière et Dippet, et ça depuis très longtemps... Pour cause, Zeld' avait toujours farouchement refusé de se laisser marcher sur les pieds, et ses méthodes de guérison étant parfois contestables, il lui arrivait d'être réprimandée... et réciproquement... Il arrivait également (bon nombre de fois) que ce soit Zeld' qui aille de son propre chef pousser sa gueulante. Craignait-elle pour son poste ? Il faut avouer qu'au cours de sa dernière discussion avec Dippet, elle avait eu un peu peur, mais à présent que les choses étaient revenues dans l'ordre, elle avait retrouvé cette éternelle conviction.

La remarque de Morticia n'atteint donc pas sérieusement Zelda, qui voyait là une pitoyable tentative pour l'atteindre... comme si elle croyait pouvoir se débarrasser de sa position de faiblesse alors que c'était elle qui était clouée au lit et n'avait strictement pas le droit d'en sortir... Sans compter que si quelqu'un avait été en danger vis à vis de Dippet, ce n'était certainement pas l'infirmière, mais plutôt Morticia. Zeld', au moins, n'avait jamais envoyé le moindre élève au casse-pipe, au contraire, elle s'arrangeait toujours pour que ses patients aillent au mieux. Qu'elle ne se montre absolument pas aimable en le faisant, ça, c'était un détail. Oui, si vraiment, Morticia voulait aller sur ce terrain là, Zeld' aurait bien des choses à dire. Mais très sincèrement, elle n'avait aucune envie de batailler inutilement sur le sujet, ce serait déjà donner à son interlocutrice l'illusion que celui-ci l'atteignait.

S'il lui était plus difficile, par contre, de faire abstraction d'un sujet, c'était bien celui de sa fille, et quand Morticia l'aborda, Zeld' ne put s'empêcher de grincer des dents. Le sujet « Louisa » était effectivement très sensible. C'est vrai, elles avaient beau vivre sous le même toit, la mère et la fille ne se voyaient presque pas. Et ce n'était pas par manque de temps, juste parce que la fille de l'infirmière s'avérait extrêmement fermée et difficile d'accès, et niait les tentatives de rapprochement de sa mère. L'infirmière fit quand même tout pour garder contenance. Exercice qui n'était pas trop difficile quand on avait pour habitude de garder un contrôle total sur ses sentiments.

"Ce serait regrettable. Mais tant que je ne ferais courir à aucun de nos étudiants une mort certaine, je doute fort d'être remerciée un jour."
référence à ce cours-suicide de la forêt interdite. "Je vous déconseille vraiment de parler, votre convalescence n'en sera que plus longue." ajouta-t-elle tout en affichant un léger sourire. "Je vais prendre un café, je vous en aurais bien proposé un, mais c'est déconseillé, dans votre état."

Et sur ces mots, elle attrapa sa baguette et quitta la pièce, prenant soin de verrouiller la porte de l'infirmerie derrière elle.


[hj : désolée de couper court un peu rapidement à notre rp, mais je pense qu'il est temps qu'on le conclue, non ?Smile ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

Message#Sujet: Re: Pas de pitié pour les blessés (Morty)   Lun 19 Nov - 15:09

[Oui, je suis d'accord. Et puis je ne savais plus quoi ajouter de toute façon. Morty manque un peu de variété...]

    Zelda semblait s'attendre à ce que Morticia ne se taise pas. Mais qui n'en aurait pas douté mis à part le directeur? Sauf que contrairement à Morticia, elle ne semblait pas non plus s'en faire de trop pour son travail. Au cours de sa dernière entrevue avec Dippet, le professeur de DCFM avait commencé à se dire que perdre ce travail n'était pas dans son intérêt. Cela serait même une très mauvaise chose. Cette perte risquait non seulement de lui rendre la vie difficile voir impossible mais aussi de couper les derniers liens qu'il existait entre elle et son frère. Morticia le savait,si elle perdait son salaire d'enseignante, elle aurait du mal à rester à flot et il était hors de question d'aller s’apitoyer sur son sort auprès de celui qui avait reçut la fortune familiale. Dans ce cas, elle n'irait pas non plus se montrer devant lui ou Éva dans sa pauvreté. Donc elle n'irait plus les voir non du tout.

    "Ce serait regrettable. Mais tant que je ne ferais courir à aucun de nos étudiants une mort certaine, je doute fort d'être remerciée un jour."

    Par là, elle avait évidemment fait allusion au test dans la forêt interdite ce qui glissa un petit sourire sur le visage de Morticia. Bien entendu, c'était un peu abusé que de parler de faire courir un tel risque que la mort à des élèves. Après tout, elle Hagrid et Zelda étaient dans cette même forêt pour limiter les risque. Et puis Morty avait tout de même délimité un périmètre bien précis et fournis aux élèves des fiches précises concernant les diverses créatures qu'elle avait fait importer pour l'occasion.

    "Je vous déconseille vraiment de parler, votre convalescence n'en sera que plus longue."

    Alors là Zeld' devenait presque comique. En plus de se répéter, elle devait se rendre compte que Morticia n'en avait rien à faire de ses recommandations. Mais le truc qui avait réellement beaucoup attiré son attention était la minuscule grimace en entendant Morticia parler de sa fille. Si elle lui déconseillait de parler, peut-être voulait-elle simplement éviter certains sujets. Mais ça, c'était la théorie de Morty bien sûr.

    "Je vais prendre un café, je vous en aurais bien proposé un, mais c'est déconseillé, dans votre état."

    Une réaction qui prouvait qu'elle avait fait mouche. Vraiment très drôle comme situation, vraiment.

    " Si vous croisez votre fille, transmettez-lui mes amitiés... Et demandez lui de ne pas trop traîner à me rendre son devoir! "

    puis Zeld' a pris sa baguette, est sortie et a enfermé Morticia. En la voyant l'ignorer et faire preuve de ce manque de confiance, elle se mit à rire. Un rire perverti par les médicaments, situé entre la joie et le sadisme. Un vrai rire à la Morty quoi!
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Message#Sujet: Re: Pas de pitié pour les blessés (Morty)   

Revenir en haut Aller en bas
 

Pas de pitié pour les blessés (Morty)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» [A.C] Personne n'aura de pitié pour personne...[PV Lei/Eiko]
» Pas de pitié pour les croissants
» Jeune artiste kidnappé , blessé par balle et laissé pour mort à Cité Soleil
» THEME - Une salle pour réviser pitié ! [PV]
» Un Animal Blessé
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
T.rouble O.r M.isery (or both) ::  :: 
Rez-de-chaussée et étages
 :: Troisième étage :: Infirmerie.
-