AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Il est temps de dire au revoir (Zelda)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
RÉSISTANCE
avatar
▌ Messages : 1387
Humeur :
50 / 10050 / 100

En couple avec : ...

QUI SUIS-JE?
Baguette: roseau, 23,2 cm et crin de licorne
Camp: Bien
Avatar: Carey Mulligan

Message#Sujet: Il est temps de dire au revoir (Zelda)   Dim 9 Sep - 19:17

Pomona poussa un léger soupir. Elle n'était pas quelqu'un de profondément nostalgique, elle n'avait généralement pas de mal à aller de l'avant, sans s'appesantir sur le passé... Mais elle devait tout de même dire qu'elle n'avait pas que de l'impatience à l'idée de quitter Poudlard.

Entrer dans la vie active aurait pu lui sembler particulièrement stimulant et intéressant, mais puisque le projet de ses parents était de la marier le plus tôt possible (et avec Morgan, qui plus est), elle se doutait qu'il n'y aurait aucune stimulation à tout cela.

Abandonner Poudlard, ce n'était pas seulement dire au revoir à ses professeurs et à une gigantesque bibliothèque, c'était se faire à l'idée qu'elle verrait encore moins Miyria qu'elle ne la voyait déjà, qu'elle ne parlerait plus à Yuûki que par lettres... et qu'elle ne pourrait plus assister Mrs Sparkley à l'infirmerie.

Ce pouvait sembler étrange, mais c'était effectivement l'une des choses qui lui manquerait le plus. Même si, finalement, elles ne parlaient que peu à chaque fois : ne plus assister l'infirmière de l'école. Le travail pouvait sembler ingrat, mais il lui avait beaucoup plus.

C'est pour cela qu'elle ne pouvait résolument pas quitter Poudlard sans aller dire au revoir à l'infirmière de l'école. Car quand bien même elle savait qu'elle resterait en contact avec Miyria (surtout) et Yuûki, sans d'autres prétextes que celui de l'assister, elle n'aurait plus de raisons de contacter celle qu'elle considérait comme son mentor.

Ses examens avaient fini la veille. Les élèves ne tarderaient plus à rentrer chez eux. La plupart avaient déjà fait leurs valises, elle y compris. Quand certains organisaient des soirées d'adieux, se serraient dans les bras, se promettaient de ne pas perdre contact (ce qu'ils feraient quand même), Pomona, elle, se contentait d'observer la chose de loin. Elle n'était pas suffisamment expansive pour témoigner à ceux qu'elle appréciait son affection et admettre qu'ils allaient lui manquer. De toute façon, ils seraient peu à lui manquer, et parmi eux, elle ne pouvait pas vraiment voir Miyria, puisqu'elles étaient supposées être en froid... C'était d'un pratique !

Après avoir mis ses dernières affaire dans sa malle, elle se rendit donc au troisième étage, jusqu'à cette infirmerie dans laquelle elle s'était rendue si souvent, quand bien même elle n'était presque jamais malade.

Elle toqua à la porte, sans trop savoir ce qu'elle allait lui dire. Elle n'irait sans doute pas au-delà 'au revoir', admettre qu'elle la considérait comme un modèle, que son assistanat allait lui manquer... ce serait pour elle aller beaucoup trop loin.

Elle attendit qu'on lui ouvre, les bras croisés. Si ça se trouve, elle ne serait même pas là...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ysbridion
avatar
▌ Messages : 398
Humeur :
50 / 10050 / 100

En couple avec : mon travail. ça suffit.

QUI SUIS-JE?
Baguette: 24, 163 cm, bois de houx et plume de sombral.
Camp: Bien
Avatar: Melanie Laurent

Message#Sujet: Re: Il est temps de dire au revoir (Zelda)   Mer 19 Sep - 22:27

Ça y est, la fin de l'année scolaire approchait, et pour l'infirmière de Poudlard, c'était un véritable soulagement. Elle n'avait qu'une envie : voir tous ces ignobles gamins disparaître de son champ de vision durant les deux mois à venir. Enfin, elle allait pouvoir se reposer, enfin elle allait pouvoir profiter de la présence de sa fille (même s'il y avait 99 chances sur 100 pour que sa fille ne veuille pas profiter de sa présence à elle). C'était bien là l'avantage d'un travail aussi contraignant que celui qu'elle faisait. Elle n'avait presque jamais de répit, dans l'année, car les élèves de l'école pouvaient la voir à n'importe quelle heure (il n'y a malheureusement pas d'heure pour tomber malade), les mois de juillet et d'août, c'était son moment de répit, ce moment où elle pouvait se détendre, histoire d'être fraîche et dispo pour l'année suivante. Oui, peut-être plus encore que les élèves, Zelda avait hâte d'être en vacances. Enfin, pour l'instant, en tous cas... car Zeld' ne supportait pas d'être inactive, et elle ne tarderait pas à s'ennuyer et à vouloir retrouver son boulot fissa, même si elle ne cesserait jamais de s'en plaindre auprès du directeur de l'école (qui l'était encore, miraculeusement).

Comme tous les élèves de l'école, elle avait donc fait ses bagages, prête à retrouver son ridicule appartement de Sheffield. Et elle s'afferait à présent à tout remettre en ordre, histoire de ne pas avoir à s'en charger durant la rentrée. Le travail n'était pas si laborieux, du fait que Zeld' était assez scrupuleuse et savait s'organiser. Quand on toqua à sa porte, Zeld' avait presque fini, ce pourquoi elle ne s'exaspéra pas d'être dérangée, même si elle n'était pas très enthousiaste à l'idée de devoir s'occuper d'un malade de la dernière heure. Dans sa tête, elle était déjà en vacances. L'infirmière écrasa sa cigarette dans son cendrier (oui, elle avait toujours une clope en bouche quand il n'y avait pas d'élèves dans le coin), et alla ouvrir. Elle était agréablement surprise de voir Pomona.


"Pomona. Entre. Je ne m'attendais pas à ta visite. Tu te doutes que je n'ai plus beaucoup de travail à te confier."

En fait, Zeld' se doutait que Pomona venait lui dire au revoir, mais, et c'était encore un de leur point commun, elle n'était pas plus capable d'être expansive que la jeune élève, et elle avait la conviction que le ton qu'elle employait leur épargnerait à toutes les deux certains discours embarrassants. Car oui, évidemment, la vert et argent allait manquer à l'infirmière. Elle lui avait été d'une aide précieuse et était d'un naturel appréciable, que possédaient malheureusement trop de personnes. Il serait étrange de ne plus la voir toquer régulièrement à sa porte. L'infirmière s'était déjà promis de prendre des nouvelles de sa protégée (de façon détournée, évidemment), pour s'assurer qu'elle suivait un chemin qui lui convienne. Dans ce monde d'homme, il serait dommage, déplorable, qu'une personne comme elle finisse mesestimée, et ses capacités gâchées.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
RÉSISTANCE
avatar
▌ Messages : 1387
Humeur :
50 / 10050 / 100

En couple avec : ...

QUI SUIS-JE?
Baguette: roseau, 23,2 cm et crin de licorne
Camp: Bien
Avatar: Carey Mulligan

Message#Sujet: Re: Il est temps de dire au revoir (Zelda)   Mar 25 Sep - 11:29

Pomona. Entre.

Difficile de dire si Mrs Sparkley était heureuse de la voir ou non. L'infirmière se montrer aussi inexpressive qu'à l'accoutumé. Pomona osait supposer qu'elle était heureuse qu'elle ait daigné venir la voir, même si elle n'en montrait rien.

Le comportement de l'infirmière était d'autant plus simple à décrypter pour Pomona qu'elles avaient des comportements et une façon de penser similaires.

La vert et argent s'exécuta. Elle entra dans la pièce, adressant un mince sourire à celle qu'elle considérait comme un modèle.


Je ne m'attendais pas à ta visite.

Pomona ne répondit rien à cela. Il n'y avait rien à répondre. La jeune femme n'étant pas des plus expansives, il n'y avait rien d'étonnant à ce que Mrs Sparkley n'ait pas forcément imaginé que la serpentard voulait la voir avant de partir...

Et pourtant, pour Pomona, il était inconcevable de partir sans voir l'infirmière une dernière fois. Peut-être Mrs Sparkley n'aurait-elle pas tant de regrets à l'idée de ne plus pouvoir lui parler. Pomona ne l'en blâmerait pas.

Tu te doutes que je n'ai plus beaucoup de travail à te confier.

La jeune femme se doutait que l'infirmière ne faisait cette remarque que pour la forme, une façon comme une autre de lui demander le motif de sa visite, certainement.


"Oui, je ne suis pas venue pour ça."
confirma-t-elle bien qu'elle n'avait pas vraiment besoin de le faire. "Je voulais vous dire au revoir, en fait."

Phrase pour le moins banale, mais qui avait demandé à la jeune femme un certain effort. Pomona n'était jamais à l'aise quand il s'agissait de montrer à quelqu'un qu'elle était attachée à cette personne, même si elle ne faisait que le manifester subtilement, et sans expansion (elle n'appréciait pas les grandes effusions, à qui cela aura-t-il échappé?).

Il y aurait plus à dire qu'un simple au revoir, à vrai dire, elle aurait pu lui manifester son admiration, ou au moins la remercier pour tout ce qu'elle avait appris auprès d'elle.

Mais non, elle se contentait d'un au revoir, espérant que tout ce qu'il sous-entendait n'échapperait pas à son interlocutrice...

Elle supposait juste que, de toute façon, Mrs Sparkley préférerait une conversation faites de non-dits qu'elles n'étaient pas obligées d'expliciter pour savoir ce que l'une pensait de l'autre plutôt que de grands discours embarrassants.

Pomona se permit de s'asseoir sur un lit à proximité, préférant donc ne rien ajouter et attendre la réponse de l'infirmière.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ysbridion
avatar
▌ Messages : 398
Humeur :
50 / 10050 / 100

En couple avec : mon travail. ça suffit.

QUI SUIS-JE?
Baguette: 24, 163 cm, bois de houx et plume de sombral.
Camp: Bien
Avatar: Melanie Laurent

Message#Sujet: Re: Il est temps de dire au revoir (Zelda)   Mer 3 Oct - 0:02

Pomona était venu pour lui dire aurevoir... ce que Zeld' avait supposé, au fond. Jamais l'infirmière de Poudlard ne l'aurait admit de vive voix (toutes deux avaient en commun cette manie de garder les choses pour elles et de ne jamais rien dévoiler de ce qu'elles pensaient ou ressentaient vraiment), mais le fait que la vert et argent soit venue la voir avant de s'en aller la touchait beaucoup. Zeld' développait généralement une sorte d'antipathie à l'égard des élèves de l'école. Il était plus simple de les détester que de s'attacher à chacun d'entre eux, mais Pomona avait accompli cet exploit de parvenir à se faire apprécier de l'infirmière de l'école. Et pour cela, elle n'avait eu qu'à la respecter... et à lui ressembler, bien évidemment. Oui, c'est vrai, Pomona allait manquer à Zelda, et pas seulement parce que l'aide qu'elle lui avait apporté à l'infirmerie lui avait grandement servi au cours de l'année et des précédentes. Zeld' ressentait cette obligation presque maternelle de voir la jeune femme réussir, s'en sortir, et la rendre fier. Bien sûr, le degré d'attachement qu'elle avait pour elle n'égalait pas celui qu'elle avait pour Louisa (et pourtant, la chaire de sa chaire lui témoignait moins de respect que son interlocutrice), mais il était suffisamment important pour que Zeld' se soit promis de suivre l'évolution de Pomona hors de Poudlard, et de lui donner un coup de main si le besoin s'en fait sentir. Discrètement, bien sûr.

"ça me fait plaisir que tu passes me voir."


Prononcer ce genre de phrases n'était pas bien naturel, pour elle, mais autant que les choses soient au moins au quart dites, puisqu'elles n'auraient sûrement plus l'occasion de se parler avant un long moment, après cela.

"Je te prépare un café ?"

Sans attendre la réponse de Pomona, l'infirmière mit la cafetière en route. Car oui, elle en avait une dans son bureau, si elle privilégiait celle de la salle des professeurs, c'était uniquement pour passer un peu de temps en dehors de son lieu de travail, où elle n'était déjà que trop souvent. La magie aidant, le café fut préparé facilement, Zelda fit apparaître deux tasses sur son bureau, et en tendit une à la vert et argent.


"Alors, tu as une idée de ce que tu comptes faire après Poudlard ?"


Plus que tout (et la grande féministe qui sommeillait en Zelda parlait pour elle), l'infirmière espérait vraiment que Pomona ferait carrière, qu'elle ne se laisserait pas avoir par ce monde totalement phallocrate, qu'elle ne deviendrait pas la mère de famille et femme au foyer qu'on attendait d'elle qu'elle devienne. Et elle avait bon espoir. Elle ne pensait pas sa protégée capable de supporter les contraintes du mariage. D'accord, Zeld' était passée par là, elle aussi, et elle avait même aimé son mari, qui lui avait offert la chose la plus précieuse qu'elle possédait : Louisa. Mais il n'empêche que Zeld' voyait trop d'indépendance et d'intelligence en Pomona pour accepter que son potentiel soit gâché.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
RÉSISTANCE
avatar
▌ Messages : 1387
Humeur :
50 / 10050 / 100

En couple avec : ...

QUI SUIS-JE?
Baguette: roseau, 23,2 cm et crin de licorne
Camp: Bien
Avatar: Carey Mulligan

Message#Sujet: Re: Il est temps de dire au revoir (Zelda)   Mar 9 Oct - 12:52

"ça me fait plaisir que tu passes me voir."

Le ton de l'infirmière n'avait pas changé. Il ne s'était pas fait plus sympathique ou moins distant, et c'était à prévoir. C'était bien comme ça. Cela arrivait souvent pour Pomona aussi, les mots se substituaient aux véritables émotions. De fait, c'était... mois gênant, et nettement plus gérable.

Pomona était tout de même contente d'entendre l'infirmière lui dire qu'elle appréciait sa visite, d'autant plus qu'il s'agissait de la dernière qu'elle puisse lui faire. Merlin savait quand elles auraient à nouveau l'occasion de se parler, si cette occasion se représentait un jour, ce que celle qui ne serait bientôt plus une vert et argent espérait, bien sûr.


"Je te prépare un café ?"

Pomona approuva d'un signe de tête, geste au fond inutile, puisque Mrs Sparkley n'attendit pas son approbation pour lui préparer une tasse de café noir. Un peu de caféine ne lui ferait pas de mal.

La jeune femme attrapa la tasse que son mentor lui tendit, et avala une première gorgée de café, fort juste ce qu'il fallait. Elle allait en boire une deuxième, la tasse était presque portée à ses lèvres, quand l'infirmière l'interrogea sur ses perspective.

"Alors, tu as une idée de ce que tu comptes faire après Poudlard ?"


Pomona baissa les yeux sur sa tasse. Là était toute la question. Qu'allait-elle faire ? Pomona avait une idée très précise de ce qu'elle avait envie de faire, mais entre l'avenir qu'elle envisageait et celui qui s'offrait à elle, il y avait un fossée.

Ses parents voulaient faire d'elle une parfaite femme au foyer et mère de famille, elle n'avait, selon eux, pas besoin de réfléchir au fait de trouver, potentiellement, le moindre travail. Son mariage était même déjà décidé, et même si elle avait encore un an de répit (Morgan avait encore une année à passer à Poudlard, en théorie...), elle doutait que ces douze mois puissent suffir à lui permettre de trouver un plan d'évasion. Elle devrait sûrement se plier au choix de sa famille, quand bien même cela lui déplaisait...

Mais ce n'était pas cela, que Pomona voulait répondre, elle ne voulait pas lire la déception sur le visage de son interlocutrice, alors elle préféra partager ses ambitions, plutôt que les projets peu appréciables qu'on avait fait pour elle.


"J'aimerais devenir anthropologue. Ce ne sera sans doute pas très rémunérateur, mais..."


Mais elle aurait ce mari qu'on lui forçait à épouser, pour subvenir à ses besoins. Elle se retint de finir sa phrase, car cette perspective, vraiment, faisait tout sauf franchement l'enchanter. Pomona bu une nouvelle gorgée de café, faisant mine de ne plus réaliser qu'elle n'avait pas fini sa phrase, sachant qu'elle ne voyait pas comment la terminer sans sembler défaitiste, ou décevoir l'infirmière de Poudlard.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ysbridion
avatar
▌ Messages : 398
Humeur :
50 / 10050 / 100

En couple avec : mon travail. ça suffit.

QUI SUIS-JE?
Baguette: 24, 163 cm, bois de houx et plume de sombral.
Camp: Bien
Avatar: Melanie Laurent

Message#Sujet: Re: Il est temps de dire au revoir (Zelda)   Mar 16 Oct - 0:13

Anthropologue... La réponse de la demoiselle n'étonnait pas du tout Zelda, qui connaissait le goût prononcé de la jeune femme pour l'ethnologie, et l'étude des microcosmes sociaux. Voilà, pour une fois, un point sur lequel elle ne se rejoignait pas vraiment. Zeld' avait depuis si longtemps perdu foi en l'humanité qu'elle ne voyait aucun intérêt d'examiner à la loupe ses congénères. Ils n'étaient qu'une bande de primates parfaitement stupides, pour elle... Elle avait du mal à comprendre l'acharnement de sa protégée à noter les faits et gestes de ses camarades dans un carnet, quand elle aurait catalogué tout ce petit monde en deux temps trois mouvements. Mais même si elle ne comprenait pas, elle n'en appréciait pas moins son initiative. Au moins, elle voulait faire quelque chose d'intelligent de sa vie. Et Zeld' était persuadée que, quoi que Pomona fasse, elle le ferait brillamment, ainsi qu'elle le faisait toujours.

"Très bien. Ceci dit, si jamais tu changes d'avis et décide de t'orienter vers la médecine, je serai ravie de t'écrire une lettre de recommandation."


Oui, Zeld' avait toujours nourri le léger espoir que Pomona suive ses traces, et décide, par conséquent, de devenir médicomage. Elle l'avait vu procéder, lorsqu'elle venait l'assister à l'infirmerie, et elle était convaincue qu'elle ferait un parfait guérisseur. Elle avait pour elle la minutie, le sang-froid, l'intelligence... Soyons francs, elle aurait plus de chances de gagner sa vie en soignant des gens qu'en les examinant sous toutes les coutures, et Zeld' était certaine que Pomona appréciait plus ce corps de métier qu'elle ne voulait bien l'admettre. Évidemment, l'infirmière de Poudlard n'allait pas forcer l'ancienne élève à marcher sur ses pas, n'empêche que cette voie lui serait allée comme un gant.

… Elle n'aurait qu'à y réfléchir. Pomona le disait elle-même, devenir anthropologue ne serait pas bien rémunérateur. Et Zeld' l'imaginait mal accepter de dépendre financièrement de qui que ce soit, encore moins d'un éventuel mari. Si elle voulait gagner sa vie et être indépendante, Sainte-Mangouste était l'endroit idéal. Enfin, elle disait ça, elle disait rien... Après tout, chacun était libre de choisir sa voie... il n'empêchait que quelques mots élogieux de la part de l'infirmière de l'une des plus prestigieuses écoles de sorcellerie du monde (comment ça, elle se la raconte ? À peine, voyons!) pouvait être un plus que très peu d'élèves pourraient se vanter d'avoir en leur possession (en fait, elle serait bien la seule qui pourrait se vanter de cela). Zeld' but une nouvelle gorgée de son café, elle connaissait suffisamment son interlocutrice, avec laquelle elle partageait une même fierté mal placée, pour savoir que ces quelques mots ne suffiraient pas à la convaincre. Malgré tout, elle espérait que l'idée qu'elle venait de lui soumettre ferait son chemin de l'esprit de l'ancienne vert et argent.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
RÉSISTANCE
avatar
▌ Messages : 1387
Humeur :
50 / 10050 / 100

En couple avec : ...

QUI SUIS-JE?
Baguette: roseau, 23,2 cm et crin de licorne
Camp: Bien
Avatar: Carey Mulligan

Message#Sujet: Re: Il est temps de dire au revoir (Zelda)   Ven 19 Oct - 11:39

"Très bien."

Pomona crut lire une certaine déception sur le visage de son interlocutrice, et cela ne la surprit pas outre mesure. Elle était habituée à ce que ses projets professionnels soient accueillis avec beaucoup de scepticisme.

… Mais ce n'était pas pour cela que l'infirmière de Poudlard montrait un peu de déception, et celle qui abandonnerait bientôt son uniforme des verts et argent savait parfaitement quel était l'autre raison.

Plus d'une fois, Mrs Sparkley avait sous-entendu à Pomona qu'elle serait parfaite dans le domaine de la médecine... et il est vrai que, à force de l'entendre le lui dire, elle avait fini par songer qu'elle n'avait peut-être pas tort.

Aider l'infirmière dans toutes ses tâches n'avait non pas été une corvée mais plutôt un plaisir. Cependant, Pomona persistait dans l'idée que là n'était pas sa voie. Elle avait toujours voulu être anthropologue, d'aussi loin que remontaient ses souvenirs, elle ne changerait pas d'avis à ce sujet...

La jeune femme n'ignorait pas qu'il serait très difficile d'atteindre ses objectifs. Mais est-ce que ça voulait dire qu'elle n'y parviendrait pas ? Non, Pomona avait suffisamment de confiance en elle pour ne pas admettre cette possibilité.

Bien sûr, à certains moments, l'idée de se lancer dans la médecine l'avait effleuré, mais à présent que la vie active n'était qu'à quelque pas d'elle, c'était une option qu'elle ne voulait même plus envisager.


Ceci dit, si jamais tu changes d'avis et décide de t'orienter vers la médecine, je serai ravie de t'écrire une lettre de recommandation.

Pomona l'avait vu venir.Il était agréable pour elle de ressentir tant de confiance de la part d'une personne qu'elle respectait tant, mais pour autant, elle resterait campée sur ses positions...

...Cela étant, il était plutôt agréable pour elle que de savoir qu'elle avait un moyen de replis le cas échéant, et l'appui de la personne pour qui elle avait le plus d'estime en ce bas-monde.


"Merci beaucoup".
répondit la jeune femme, sans ajouter que ce serait sûrement inutile. Elle n'avait aucune envie de parlementer avec l'infirmière.

Pomona finit le contenu de sa tasse de café. Elle n'avait pas particulièrement envie de prendre congé de son interlocutrice, mais elle savait qu'elle ne pouvait pas accaparer son temps trop longtemps. Elles n'auraient de toute façon bientôt plus grand chose à se dire.

C'était là l'étrangeté de leur relation. Elle parlaient toujours avec beaucoup de retenues. Mais si leurs conversations s'étaient faites à cœur ouvert, combien auraient-elles pu être passionnantes !

"Je ne vais pas abuser plus longtemps de votre temps. » dit-elle, un peu à contrecoeur."

Pomona se leva, déposa la tasse de café désormais vide sur le bureau du professeur, et tendit à l'infirmière une main qu'elle puisse serrer.


"J'ai été ravie de vous assister ces dernières années."

Le ton de sa voix était... presque trop solennel, mais Pomona n'aurait pu, ni su, réagir différemment. Elle savait parfaitement analyser et décrypter les comportements d'autrui, elle avait davantage de mal à adopter ces mêmes comportements... et au fond, elle ne s'en portait pas plus mal.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ysbridion
avatar
▌ Messages : 398
Humeur :
50 / 10050 / 100

En couple avec : mon travail. ça suffit.

QUI SUIS-JE?
Baguette: 24, 163 cm, bois de houx et plume de sombral.
Camp: Bien
Avatar: Melanie Laurent

Message#Sujet: Re: Il est temps de dire au revoir (Zelda)   Ven 26 Oct - 23:50

Pomona avait beau la remercier pour son éventuelle recommandations, Zelda savait déjà qu'elle n'écouterait pas ses conseils (pourtant avisés, vous pensez bien), ce qui était fort dommage, bien sûr. La vert et argent aurait été une parfaite infirmière... Mais bon, elle n'allait pas forcer son destin. Qui sait ? Peut-être qu'un jour, elle réaliserait son erreur, et changerait son avis. Ou peut-être s'épanouirait-elle dans la voie qu'elle avait choisi ? -Ce que Zeld', au fond, ne pouvait que lui souhaiter. C'était égoïste que de vouloir que Pomona fasse comme elle. Zeld' agissait comme une mère abusive qui tenait à tous prix à ce que sa fille suive ses traces... C'était révélateur. Pour l'infirmière de Poudlard, Pomona était comme une seconde fille. D'accord, elle y était moins attachée qu'à Louisa, mais tout de même... suffisamment pour avoir du mal à la lâcher dans la nature sans ressentir un pincement au cœur, et pour ressentir une certaine crainte à l'idée qu'elle ne réussisse pas.

Mais plutôt que de le lui dire, tout ça, elle préféra un silence seulement interrompu par quelques remarques des plus banales. Elle ne su qu'approuver d'un signe de tête quand la jeune femme lui fit comprendre qu'elle allait prendre congé d'elle. C'était bizarre, de se dire qu'elle ne serait plus là l'année prochaine, et qu'elle allait bientôt refermer derrière elle la porte de l'infirmerie pour la toute dernière fois. Pomona affirma qu'elle avait été heureuse d'assister l'infirmière ces dernières années. Pour la peine, et parce que ces propos la touchaient vraiment, Zeld' (accrochez vous, vous ne verrez plus jamais ça dans toute votre vie) accorda à Pomona... un sourire (oui, un vrai sourire, je vous jure qu'elle était capable d'en faire!) avant de prendre la parole.


"Et moi j'ai été ravie que tu me viennes en aide."
répondit Zelda tout en serrant la main que Pomona lui tendait.

Sur ces mots, Zeld' reconduisit sa protégée jusqu'à la porte. Quand celle-ci se referma derrière celle qui ne serait bientôt plus une élève de Poudlard, l'infirmière se sentit... est-ce que c'était possible ? Oui, elle se sentait nostalgique. Quel sentiment idiot, la nostalgie. Mais bon, elle n'y pouvait rien. Avec cette porte, une page se refermait. Peut-être qu'après quelques mois, Pomona serait de nouveau un simple nom sur la liste des élèves qu'elle avait vu défiler dans son ântre. Zeld' en doutait un peu. Un peu beaucoup, même.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Il est temps de dire au revoir (Zelda)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Je suis en retard mais je prends le temps de dire au revoir !
» C'est dur de dire au revoir....quand on sait qu'on les reverra un jour
» Il est temps de dire au revoir...
» Il faut parfois savoir dire au revoir ...
» Tu aurais au moins pu dire "au revoir"...
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
T.rouble O.r M.isery (or both) ::  :: 
Rez-de-chaussée et étages
 :: Troisième étage :: Infirmerie.
-