AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 « They don't really care about us. » | Lena & Calou |

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
MANGEMORT
avatar
▌ Messages : 865
Humeur :
50 / 10050 / 100

En couple avec : Mariée à Caleb

QUI SUIS-JE?
Baguette: Saule & Corbeau
Camp: Mal
Avatar: Lauren Conrad

Message#Sujet: « They don't really care about us. » | Lena & Calou |   Dim 16 Sep - 17:20

« They don't really care about us. » | Lena & Calou |
A
ssise au bord, du lac, à l'endroit le moins accessible, un jeune femme blonde s'était cachée dans l'espoir que personne ne sache jamais qu'à cet instant précis et surement pour la première fois depuis son entrée à Poudlard, elle pleurait. Ce n'était pas des larmes comme celles incontrôlables qui montent aux yeux quand on se prend le pied dans le coin d'un meuble, ni celles qui remontent à la surface sous le coup de la joie. Elle écrasait inlassablement ses mains sur ses joues et sous ses yeux pour tenter de fermer les vannes et d'effacer les traces noires qui trahissaient son émotion. Elle ne se souvenait même pas comment elle s'était retrouvée là, elle se souvenait juste qu'elle avait couru, sans regarder où elle allait, sans songer au cours qu'elle allait rater en restant sous le saule-pleureur au bord de l'eau. Toujours forte et insensible, tel avait été son code d'honneur le plus précieux, car rien n'importait plus aux yeux d'Elena Gordon que sa fierté et son honneur. Oui, cette fille c'était moi. Que penserait ma tante Pearl si elle apprenait que j'avais séché mon cours d'astronomie pour aller pleurer après un amour perdu au fin-fond du parc de l'école ? Et pourtant même si je savais que j'étais ridicule, je ne pouvais m'arrêter. Les rares fois où j'avais failli craquer, IL avait toujours été là pour me soutenir, pour me dire de rester calme, de ne pas céder à mes faiblesses. Et où était IL aujourd'hui ? Surement au bras d'une superbe petite peste avec laquelle il aura une relation d'environ deux semaines avant de se lasser et d'en changer.

Je pris une grande inspiration et tendit mes mains pâles devant moi pour voir dans quel état elles étaient. Mauvaise idée, puisque ces dernières tremblaient violemment comme prises de spasmes. Je me précipitais de croiser les bras pour cacher cette nouvelle preuve du manque que je ressentais. Quelle idiote, d'avoir pensé de façon si naïve que Vincent était l'homme de ma vie. Ce type n'avait jamais aimé qu'une seule personne : lui-même. Ce froussard avait fui devant le sérieux de notre relation comme un champ de blé devant une invasion de sauterelles. Il m'avait abandonnée là, au beau milieu du hall d'entrée, perdue, sans se demander un instant si j'allais tenir le coup. Il s'en fichait. Et en temps normal ça n'aurait pas du m'atteindre, moi non plus. Seulement voilà, je prenais seulement conscience de l'importance qu'il avait eu dans ma vie, même si j'avais toujours refusé de l'admettre. Merlin, si Tom me voyait dans cet état, je serais capable de me tuer pour ne pas affronter sa déception. Les perspectives d'avenir s'étaient toutes éloignées vers l'horizon, ne laissant aucun chemin à parcourir pour fuir mon chagrin. Que me restait-il à présent, à part ma soif égoïste de vengeance ? Je n'avais plus d'amis, plus de copain, plus de parents... Dans un sens je l'avais bien cherché, mais jamais je n'aurais cru que cela me manquerait à un moment. Aujourd'hui, la stupidité et la naïveté de ma mère ne me semblait plus si désespérante. Et je l'avais tuée. Je l'avais tuée sans hésiter, sans verser une larme, sans jamais me dire " je n'ai plus ma maman ". La culpabilité ne m'assaillait que maintenant, des mois après. Trop tard.

J'étais si absorbée par mes sanglots et mes états-d'âme parfaitement justifiés, que je ne remarquais pas un instant que je n'étais plus seule. Mes larmes roulaient sur mes joues en laissant de longues traces noires jusqu'à tomber sur mes genoux que j'avais remontés sous mon menton. Les bras autour de mes jambes repliées, je me balançais d'avant en arrière comme une arriérée dans un hôpital psychiatrique. Je devais faire pitié ainsi, mais je m'en fichais un peu. Jamais je n'aurais pu imaginer que quelqu'un d'autre aurait l'idée, le même jour que moi, à la même heure, de venir à cet endroit le plus isolé et inaccessible du lac. Pourtant, il était là, à quelques pas, sans que je le sache.
code by Mandy

_________________
- Keep calm and burn it to the ground -
We are the followers of He-Who-Must-Not-Be-Named and we got the dark mark to prove our loyalty unashamed. We are your neighbors and your teachers in your school and your streets. We are the purity of something powerful and elite.


Dernière édition par Elena Gordon le Ven 14 Déc - 12:12, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MANGEMORT
avatar
▌ Messages : 598
Humeur :
50 / 10050 / 100

En couple avec : Elena

QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois de houx, ventricule de dragon, 20,2 centimètres, souple et facilement maniable
Camp: Mal
Avatar: Nicholas Hoult

Message#Sujet: Re: « They don't really care about us. » | Lena & Calou |   Mer 19 Sep - 17:22

Les examens sont dans quatre jours. C'est la dernière ligne droite, comme on dit. Est-ce que je me sens prêt ? Oui. Ou du moins, en quelque sorte. J'ai respecté mon planning de révision à la lettre, alors oui, autant dire que je suis prêt. Dailleurs, il m'a suffisamment occupé l'esprit, ce planning, pour que je n'ai pas eu le temps de penser à quoi que ce soit d'autre au cours des dernières semaines. Ce n'est pas une mauvaise chose, en soi. Je n'ai pas particulièrement envie de laisser mes préoccupations reprendre le dessus, et pourtant, il y en a beaucoup. Lire ouvrages sur ouvrages afin d'approfondir mes connaissances m'évite ainsi de penser aux chevaliers de Walpurgis, et à ce à quoi tout cela pourrait nous mener. Je sais parfaitement que j'ai fais le meilleur choix possible, mais quand je commence à songer aux conséquences, aux limites morales et éthiques que, je le sais bien, je vais finir par franchir, j'avoue avoir un frisson dans le dos. Et ce n'est pas la seule de mes préoccupations. Comme beaucoup de mes camarades, j'appréhende évidemment mon arrivée dans la vie active, et tout ce que ça implique : les personnes que je ne verrais plus, les choix qu'il faudra que je fasse, la vie qui m'attend... Je sais que ce ne sont pas des soucis terribles, mais ils ne m'empêchent pas de me faire me sentir mal quand je m'y attarde trop longtemps. En cela, j'admets que les révisions sont un plutôt bon prétextes, même si elles ont tendance à m'isoler de ces personnes que je ne verrai plus sous peu (d'un côté, ça m'arrange, j'apprécie davantage la solitude à la compagnie d'autrui, et je préfère me détacher dès maintenant des personnes avec lesquelles je vais inévitablement perdre contact). Tant que je réfléchis à autre chose, je ne réfléchis pas à ça. Bien sûr, je veux avoir les résultats les plus excellents possibles, mais je sais bien, si je dois être honnête avec moi-même, que ce n'est pas l'unique motif de ce travail acharné.

Ne suivant pas le cours d'arithmancie, ayant abandonné cette matière après mes BUSE, j'ai fini ma journée plus tôt que la plupart de mes camarades. J'en ai, bien sûr, profité pour travailler. Je sais bien que ma vie peut sembler profondément ennuyeuse, mais à moins, cela convient, je n'ai que faire des grandes aventures dont beaucoup d'autres ont soif. Moi, tout ce que je veux c'est en savoir toujours davantage. Je viens seulement d'achever mes révisions d'étude des runes. Je décide d'entamer ma lecture d'un livre qui traite du même sujet, et de le faire au bord du lac, puisque le temps est clément. Livre en main, je quitte donc la salle commune des verts et argent, et me dirige vers le parc. Sur place, je recherche un endroit à l'écart où je pourrais entamer ma lecture sans être interrompu.

Recherche qui me sort immédiatement de l'esprit quand mon regard tombe sur une silhouette familière. Cette silhouette, je crois bien qu'il s'agit de celle d'Elena Gordon, bien que je n'ose parier là-dessus, tant son attitude est différente de celle qu'elle a d'habitude. Elena Gordon, cette jeune femme si forte, si volontaire... en train de pleurer ? Je n'y aurais pas cru si je n'assistais pas en direct à ce spectacle. J'hésite un moment sur la façon dont je dois réagir. Je songe à l'ignorer, en fait. Après tout, elle et moi ne sommes pas vraiment proches, c'est à peine si nous nous sommes un jour parlé en sept années d'étude passées à Poudlard, d'ailleurs. Pourtant, je ressens une certaine proximité avec elle, depuis peu. Comme avec tous les autres chevaliers, à vrai dire. Depuis que nous nous sommes reconnus les uns les autres, que nous ne formons plus qu'une unité au service d'une même cause, j'ai l'impression qu'il doit se créer une sorte de solidarité, entre nous. C'est plus facile à dire qu'à faire, mais j'ai l'intime conviction que c'est en créant une dynamique de groupe qu'on parviendra à être efficace... et peut-être suis-je le mieux placé pour la créer, cette dynamique. Si asocial puis-je être, je suis le seul avec lequel s'entendent tous les autres chevaliers... enfin... je ne garantis rien concernant Elena, puisque nous ne nous connaissons pas vraiment. C'est peut-être l'occasion... ça ne coûte rien de lui proposer mon aide, après tout. Si elle décide de la refuser, je m'en irai, et voilà tout.

Je m'avance donc vers elle, et dépose délicatement ma main sur son épaule, dans un geste qui se veut apaisant. J'avoue que je suis loin d'être doué quand il s'agit de consoler les gens... Ma foi, je fais ce que je peux.

-Hey... ça va aller ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MANGEMORT
avatar
▌ Messages : 865
Humeur :
50 / 10050 / 100

En couple avec : Mariée à Caleb

QUI SUIS-JE?
Baguette: Saule & Corbeau
Camp: Mal
Avatar: Lauren Conrad

Message#Sujet: Re: « They don't really care about us. » | Lena & Calou |   Sam 22 Sep - 10:36

    Je m'étais isolée pour que personne ne me voit dans cet état-là, la simple idée que Caleb ai pu me surprendre en train de pleurer comme une gamine plaquée par son premier amoureux me rendait folle de rage contre moi-même. Comment avais-je pu être assez stupide pour craquer dans un endroit public ? J'aurais du fuguer du château et rentrer à la maison où ni Caleb ni personne d'autre n'aurait pu assister à ce spectacle désespérant. Au contact de sa main sur mon épaule, je sursautais parce que j'étais loin d'avoir perçue sa présence jusqu'à ce qu'il se déclare. D'habitude, j'avais de sacrés réflexes et un sixième sens plutôt développé si bien que me surprendre était presque impossible. Pourquoi ne l'avais-je pas entendu arriver ? La réponse était simple, je n'étais pas dans mon état normal. Mais alors pas du tout. Alors que je m'attendais à ce qu'il se moque ouvertement de moi, il fit usage d'une voix douce et apaisante.

    « Hey...ça va aller ?
    - Je...je n'en sais rien. C'est nouveau pour moi, ce genre d'émotion. »


    D'un geste vif je passais mes mains sous mes yeux pour effacer les traces noires laissées par mon mascara. Déjà qu’apparaître comme une poupée fragile n'était pas bien agréable, alors pas question d'avoir une tronche de clown triste par dessus. Quand même, y avait des limites à ce que je pouvais endurer comme humiliation. Après quelques secondes à observer le visage de Caleb, je me mis à penser que c'était la première discussion que j'avais avec le Serpentard, alors que nous nous fréquentions plus ou moins depuis 7 ans. Aujourd'hui un même destin nous unissait et pourtant il existait toujours cette terrible gène entre nous. Peut être était-ce l'occasion de changer la donne.

    « Tu ne fais pas arithmancie ? J'étais persuadée que tu suivais ces cours. Bizarre. »

    L’élastique bleu accroché à mon poignet me rappela alors que mes cheveux devaient être dans un sale état, avec le vent quand j'avais couru jusqu'ici et toutes ces larmes. Je fis glisser l'élastique sur mes doigts et remonta mes longs cheveux blonds en queue de cheval. J'ajustais finalement mon pull en cachemire et m'appuyais contre le tronc de l'arbre pour pouvoir papoter. Ce n'était pas tous les jours qu'il me prenait l'envie d'avoir une discussion avec quelqu'un, mais Caleb m'avait vue dans cette situation et je devais m'assurer que je pouvais lui faire confiance.

    « Je suis désolée que tu aies assisté à ça... Je suis pathétique. »

_________________
- Keep calm and burn it to the ground -
We are the followers of He-Who-Must-Not-Be-Named and we got the dark mark to prove our loyalty unashamed. We are your neighbors and your teachers in your school and your streets. We are the purity of something powerful and elite.


Dernière édition par Elena Gordon le Ven 14 Déc - 12:02, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MANGEMORT
avatar
▌ Messages : 598
Humeur :
50 / 10050 / 100

En couple avec : Elena

QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois de houx, ventricule de dragon, 20,2 centimètres, souple et facilement maniable
Camp: Mal
Avatar: Nicholas Hoult

Message#Sujet: Re: « They don't really care about us. » | Lena & Calou |   Lun 24 Sep - 16:56

J'avoue que ma question est un peu maladroite, « ça va aller ? », c'est simple et passe-partout, et n'importe qui qui pose cette question s'attend évidemment ou à un mensonge hypocrite, ou à une réponse négative qui va de soi. Elena n'a heureusement pas l'air de s'offusquer de la stupidité de ma question, au contraire, au lieu de me rembarrer, elle accepte de me répondre franchement, preuve qu'elle doit être au plus mal. Si elle accepte de laisser de côté sa carapace, auprès de quelqu'un qui reste un inconnu à ses yeux, c'est qu'elle doit vraiment être au plus mal. J'avoue que j'ai beau avoir un cœur de pierre, sa peine ne me laisse pas complètement insensible.

- Je...je n'en sais rien. C'est nouveau pour moi, ce genre d'émotion.


Je hoche légèrement la tête. Je veux bien la croire. En sept années d'études, je ne l'ai jamais vu verser la moindre larme. Elena m'a toujours semblé particulièrement forte, sûre d'elle, le genre de personnes qui ne craque jamais. J'ai à présent la preuve que personne n'est immunisé contre quelques moments de faiblesse. Je peux parfaitement comprendre la bleue et bronze, je suis comme elle, du genre à intérioriser mes sentiments, à ne jamais montrer mes (nombreuses) failles à qui que ce soit. Jamais je ne pleure, et si ça devait arriver, si je devais être surpris à le faire, je n'accepterai de consolation de la part de personne, je le sais bien, je me contenterais de rembarrer sérieusement quiconque s'approcherait de moi. J'hésite à demander à Elena ce qui ne va pas... encore une question bateau. Je crains qu'elle ne se referme comme une huître si je m'y risque. Je ne suis pas sûr que ça aurait servi à quoi que ce soit, puisque je devine la cause de son chagrin : elle et Vincent ont rompu, je l'ai appris au même titre que beaucoup de verts et argent. Je ne connais pas les circonstances de cette rupture. En fait, j'étais persuadé qu'Elena avait choisi de rompre... maintenant je n'y mettrais plus la main au feu.

- Tu ne fais pas arithmancie ? J'étais persuadée que tu suivais ces cours. Bizarre.

Je me contente de hausser les épaules, répondre à cette question me semble inutile en la circonstance. Après tout, l'arithmancie, ce n'est de loin pas le sujet le plus passionnant qui soit... et je parle en connaissance de cause. J'ai arrêté cette matière après les BUSE, c'est la seule matière qui m'ait fait défaut à cet examen (j'ai eu un A), alors évidemment, je n'ai pas continué une fois en sixième année.

-Je suis désolée que tu aies assisté à ça... Je suis pathétique.

-Tu n'es pas pathétique.

Et je le pense. Ce n'est pas parce que, pour une fois, la jeune femme se laisse aller à quelques larmes que je pourrais la qualifier de pathétique. Même si je le pensais (ce qui n'est pas le cas), je ne lui dirais pas. Je reste convaincu du fait que les chevaliers de Walpurgis doivent se serrer les coudes, je n'en démordrais pas.

-ça arrive à tout le monde d'avoir des instants de faiblesse, il n'y a pas de honte à avoir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MANGEMORT
avatar
▌ Messages : 865
Humeur :
50 / 10050 / 100

En couple avec : Mariée à Caleb

QUI SUIS-JE?
Baguette: Saule & Corbeau
Camp: Mal
Avatar: Lauren Conrad

Message#Sujet: Re: « They don't really care about us. » | Lena & Calou |   Ven 5 Oct - 12:00

    Je ne fus pas surprise en voyant Caleb hocher la tête quand j'annonçais que ces émotions étaient nouvelles pour moi. Après tout je m'étais toujours montrée plus que frigide, sadique, sans la moindre culpabilité ou hésitation face aux choix monstrueux que je faisais dans la vie. J'avais tué pour pas grand chose, alors pourquoi une simple rupture pourrait me blesser autant ? Peut être parce que je m'étais trop attachée à Vincent alors que je savais que c'était une mauvaise idée. Nous n'étions pas compatibles, je le savais dès le début et comme la grande masochiste que j'étais, j'avais foncé droit dans le mur. Je ne pouvais finalement m'en prendre qu'à moi-même. Quelle idée de tomber amoureuse d'un poltron pareil ! Il n'avait même pas sa place parmi les chevaliers, il fuirai sans hésiter dès que le premier danger serai en vue. C'était à n'en pas douter. Même si nous n'étions pas proches, je me sentais apaisée par la présence de Caleb, comme si la peur d'être surprise s'était évanouie. A présent qu'il savait la vérité, il n'y avait plus rien à cacher. Enfin, presque rien. Je glissais ma main dans ma poche et faisais tourner entre mes doigts la baguette que je venais de voler à Luna. Tôt ou tard elle allait se rendre compte de la disparition et ça me mettait en première ligne des suspects potentiels. Surtout depuis que j'avais tombé le masque devant la blondinette. Encore une lamentable erreur que j'allais devoir régler avant que ça porte préjudice au groupe et à Tom. Au moins, j'avais accomplie ma mission avec succès.

    Je tirais de mon sac à main en cuir un mouchoir avec lequel je fis disparaître les dernières preuves de mon petit relâchement. Que Caleb sache la vérité était une chose, mais le fait que Tom puisse l'apprendre en était une autre. Lentement, je me tournais vers le serpentard qui n'avait pas forcément l'air très à l'aise dans son rôle de témoin / confident. Pas étonnant, c'était jamais simple de consoler une inconnue. Je le jaugeais du regard, cherchant à comprendre ses pensées les plus profondes, comprendre ce qui le tracassait. Finalement il affirma que je n'étais pas pathétique, que tout le monde avait ses faiblesses, mais je n'étais pas vraiment d'accord avec cette idée. Je n'avais pas le droit d'avoir des faiblesses, j'étais un roc.

    « Et pourtant j'ai terriblement honte. Je savais que ça arriverai, le jour même où il m'a draguée. Mais comme je suis stupide je l'ai laissé me faire ça. C'est pas honteux, ça ? »

    Après quelques instant, je regardais bien aux alentours pour vérifier que nous étions bien seuls. Rien du tout, personne autour de nous pour entendre ce que j'allais dire. Tant mieux.

    « Nous avons un rôle important maintenant, nous devons prendre soin les uns des autres. Pourtant je sais que Vincent n'est pas vraiment un bon chevalier. C'est un froussard, il nous abandonnera quand il aura trop peur. Nous ne pouvons pas lui faire confiance. J'essaierai d'en parler avec Voldemort. Il nous met tous en danger, donc il doit y avoir une autre raison de le garder, tu ne crois pas ? »

    Je parlais trop, comme à chaque fois que mon esprit tournait à toute vitesse. J'étais une fille avec un esprit vif qui analysait parfaitement les éléments les plus simples. Parfois rien qu'en observant quelqu'un je pouvais retracer ce qu'il avait fait lors des cinq dernières heures, rien qu'en observant proprement les détails auxquels personne d'autre ne faisait attention. Caleb avait de l'encre sur les doigts, comme d'habitude, parce qu'il passait son temps à travailler. Son sac était légèrement plus lourd que ce matin ce qui signifiait surement qu'il était passé à la bibliothèque depuis pour prendre un livre. Il portait des manches longues, comme nous tous, pour cacher la même chose que nous cachions tous.

    « Il commence à faire chaud, ça va être les vacances. Tu crois qu'on pourra arrêter de porter des manches longues ? J'en ai marre de me cacher. »

_________________
- Keep calm and burn it to the ground -
We are the followers of He-Who-Must-Not-Be-Named and we got the dark mark to prove our loyalty unashamed. We are your neighbors and your teachers in your school and your streets. We are the purity of something powerful and elite.


Dernière édition par Elena Gordon le Ven 14 Déc - 11:54, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MANGEMORT
avatar
▌ Messages : 598
Humeur :
50 / 10050 / 100

En couple avec : Elena

QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois de houx, ventricule de dragon, 20,2 centimètres, souple et facilement maniable
Camp: Mal
Avatar: Nicholas Hoult

Message#Sujet: Re: « They don't really care about us. » | Lena & Calou |   Mar 9 Oct - 18:34

- Et pourtant j'ai terriblement honte.

Je hoche légèrement la tête. Je ne peux que la comprendre. Quand on a prit pour habitude de ne jamais rien dévoiler de ses émotions, d'être un roc, l'idée même que quelqu'un puisse nous voir en proie à la faiblesse est insupportable. Je ressentirais la même chose, si cela devait m'arriver. D'autant plus que j'aurais la crainte que la personne me surprenant aille le répéter. Mais Elena peut être rassurée, je ne dirai rien à personne de notre conversation, je n'ai aucun intérêt à le faire.

-Je savais que ça arriverai, le jour même où il m'a draguée. Mais comme je suis stupide je l'ai laissé me faire ça. C'est pas honteux, ça ?


J'avais raison, le chagrin d'Elena est bien un chagrin d'amour. Il n'y a que ce sentiment, après tout, qui puisse rendre n'importe lequel d'entre nous aussi faible et vulnérable, j'en sais quelque chose.... enfin, presque n'importe lequel d'entre nous. Il y a une exception à cette règle, et elle force mon admiration. Elena parle évidemment de Vincent, et je n'ose pas faire de commentaire au sujet de leur relation. Je ne les connais pas suffisamment bien, ni l'un ni l'autre, pour me permettre d'émettre le moindre jugement. Vincent est connu pour être un séducteur, mais en fait, je ne pensais pas que lui et Elena se sépareraient. Elena était la seule fille avec qui il soit jamais sorti à avoir un caractère aussi fort, elle osait lui tenir tête, leur couple avait l'air de fonctionner... Enfin, on est jamais à l'abri des déconvenues. Et la fin de l'année scolaire n'arrange rien, elle est souvent synonyme de rupture, pour beaucoup de couples. Ce serait le cas pour moi et Ashley, par exemple... mais bon, ce n'est pas comme si on s'aimait vraiment.

- Nous avons un rôle important maintenant, nous devons prendre soin les uns des autres.


J'approuve d'un signe de tête. C'est ce que je pense aussi. Il nous faut être unis dans l'adversité. Il faut qu'on parvienne à former un groupe soudé et stable. Malheureusement, ce n'est pas gagné... mais si Elena est de mon avis aussi, peut-être me facilitera-t-elle la tâche ? Quoique... son ressentiment envers Vincent est sûrement trop grand. Elle me le confirme lorsqu'elle enchaîne en disant :

- Pourtant je sais que Vincent n'est pas vraiment un bon chevalier. C'est un froussard, il nous abandonnera quand il aura trop peur. Nous ne pouvons pas lui faire confiance. J'essaierai d'en parler avec Voldemort. Il nous met tous en danger, donc il doit y avoir une autre raison de le garder, tu ne crois pas ?


Je ne suis pas de cet avis. Je veux dire... je pense, oui, que la peur est l'un des moteurs qui fait agir Vincent, mais je ne pense pas que ce soit si mal, ou dangereux. À vrai dire, je pense tout simplement que ce que mon maître fait, mon maître sait. Je ne veux pas douter de ses choix ou de sa parole. Si on commence à avoir des doutes à ce sujet, alors nous sommes perdus.
Je m'apprête à répondre à Elena, afin de partager avec elle mon sentiment, mais elle enchaîne aussitôt, sur un sujet totalement différent.

- Il commence à faire chaud, ça va être les vacances. Tu crois qu'on pourra arrêter de porter des manches longues ? J'en ai marre de me cacher.


Et c'est là que le fait qu'être un homme est pratique. En hiver comme en été, je ne porte que des chemises, la marque des ténèbres qui orne mon avant-bras reste donc sans arrêt à l'abri des regards indiscrets.

-Je suppose qu'il va falloir attendre encore un peu. Au moins jusqu'à ce qu'il quitte Poudlard. Je marque une pause. En ce qui concerne Vincent... s'il est avec nous, s'il l'a choisi, ce n'est pas pour rien. On ne peut pas se permettre de remettre en doute ses décisions.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MANGEMORT
avatar
▌ Messages : 865
Humeur :
50 / 10050 / 100

En couple avec : Mariée à Caleb

QUI SUIS-JE?
Baguette: Saule & Corbeau
Camp: Mal
Avatar: Lauren Conrad

Message#Sujet: Re: « They don't really care about us. » | Lena & Calou |   Mer 31 Oct - 12:24

    J'observais Caleb avec un tout nouveau regard. Peu à peu le rat de bibliothèque que je respectais devenait un garçon doux et plutôt canon que j'admirais. Bien sûr je n'étais pas sans savoir qu'il était très demandé par les filles de l'école mais aujourd'hui je comprenais mieux pourquoi. Là où un autre se serait moqué ouvertement de moi, lui s'était montré réconfortant et avait bien insisté sur le fait que c'était normal de lâcher prise de temps en temps et que je n'avais aucune honte à avoir. Aussi étrange que ça puisse paraître, ce Serpentard n'avait rien de roublard ou agressif ou vaniteux comme la plupart des autres. Surtout à l'âge de 17 ans. Malgré toutes ces qualités, je pouvais sentir que quelque chose n'allait pas, il n'était pas joyeux par rapport à la fin de l'année. N'aspirait-il donc pas à un peu de liberté ? Moi, j'avais déjà préparé mon avenir comme assistante de la bibliothécaire, ce qui me donnerait la possibilité de rester aux côtés de Tom et d'être son bras armé secret parmi le corps enseignant.

    Sa remarque à propos du choix de Tom pour intégrer Vincent à l'équipe ne me plaisait pas trop, même si mon côté logique comprenait bien qu'il avait raison. J'avais probablement encore trop de rancœur à son égard pour me faire une opinion objective. De toute façon, ce qui était fait était fait et je ne pouvais rien y faire. Les chevaliers devaient garder une confiance aveugle en leur maître et douter de ses décisions n'était pas une bonne idée. Une fois de plus, Caleb me sortait d'un sacré pétrin.

    « Tu as raison, après tout il sait ce qu'il fait. »

    Cette phrase sonnait bien fade et inutile dans cette discussion. Pouvait-on seulement appeler ça une discussion ? Je ne pouvais pas m'empêcher de rester méfiante et Caleb restait distant. Surement parce qu'il ne donnait aucun intérêt à la pauvre fille que j'étais. Je commençais à me dire qu'après tout ce serait pas mal de me détendre un peu, apprendre à le connaître, m'en faire un ami peut être. Je réfléchis un instant à ce que je pourrais sortir comme ânerie pour briser la glace. Décidément je n'étais pas douée pour les relations humaines. Détruire des villes me semblait être un passe-temps bien plus simple et relaxant. Néanmoins, je me dis que je n'avais plus rien à perdre.

    « Tu ne veux pas t'assoir ? Je me rend soudain compte qu'on a jamais appris à se connaître réellement et ce serait mieux de créer un lien, non ? Après tout nous sommes dans le même camp, toi et moi. »

    Je me laissais même aller à sourire sincèrement. Ce garçon avait des yeux vraiment charmants qui ne me laissaient pas indifférente. Après tout, pourquoi n'essayerais-je pas d'entrer dans la compétition ? J'avais mes chances pour gagner le cœur de ce beau ténébreux. Et honnêtement, j'avais une qualité que n'avaient pas les autres : une capacité à réfléchir.

_________________
- Keep calm and burn it to the ground -
We are the followers of He-Who-Must-Not-Be-Named and we got the dark mark to prove our loyalty unashamed. We are your neighbors and your teachers in your school and your streets. We are the purity of something powerful and elite.


Dernière édition par Elena Gordon le Ven 14 Déc - 11:43, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MANGEMORT
avatar
▌ Messages : 598
Humeur :
50 / 10050 / 100

En couple avec : Elena

QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois de houx, ventricule de dragon, 20,2 centimètres, souple et facilement maniable
Camp: Mal
Avatar: Nicholas Hoult

Message#Sujet: Re: « They don't really care about us. » | Lena & Calou |   Jeu 8 Nov - 16:17


-Tu as raison, après tout il sait ce qu'il fait.


J'approuve d'un léger signe de tête. Peut-on seulement se permettre de penser différemment? Je ne crois pas. En dépend l'avenir et la perrenité des chevaliers de Walpurgis. Si nous ne nous fions pas les uns aux autres, si nous remettons en cause la parole et le jugement de notre maître, alors tout pourrait s'achever avant même d'avoir pas commencé. Et ce n'est pas ce que je désire. Ni ce qu'elle désire non plus, je pense. Laisser son avenir entre les mains de quelqu'un d'autre la dérange peut-être plus que moi, mais dans le fond, je pense qu'elle sait tout comme moi où se trouve son intérêt, notre intérêt. Voldemort peut nous mener loin. Très loin. Il faut juste lui faire confiance. Aveuglément, peut-être. Dans le fond, être aveugle et se fier à cent pour cent à une valeur aussi certaine que Tom Jedusor n'est rien d'autre qu'un moindre risque.

-Tu ne veux pas t'assoir ? Je me rend soudain compte qu'on a jamais appris à se connaître réellement et ce serait mieux de créer un lien, non ? Après tout nous sommes dans le même camp, toi et moi.


J'approuve d'un signe de tête, approbation générale à tout ce qu'elle vient de dire. Je suis d'accord, apprendre à se connaître ne peut être qu'une bonne chose. Je persiste à penser que c'est notre union dans l'adversité qui nous permettra de faire des grandes choses, et pour le moment, il s'avère que nous sommes un peu trop dispersés et divisés. Je persiste à croire que c'est une erreur, et que notre maitre le pense aussi. Je persiste également à croire que je suis le plus à même de régler les différends, et d'appaiser les tensions. Elena est la seule des chevaliers dont, au fond, je ne sache pas grand chose. Je pense qu'il est grand temps d'y remédier. Par ailleurs, j'avoue ne pas trouver déplaisante sa compagnie. Elena est une jeune femme intelligente, de caractère, en plus d'être très belle. Passer du temps en sa compagnie est loin d'être un fardeau ou une punition pour moi.

Je m'assois donc à ses côtés. J'avoue me sentir plus à l'aise avec elle à présent que je sais que je n'aurais plus à la consoler (du moins je le crois). Je songe à la façon dont il conviendrait que nous poursuivions cette conversation. Nous nous connaissons si peu... et pourtant nous savons sur l'autre la chose la plus importante. Alors comment savoir par quoi commencer afin d'apprendre à mieux se connaître? Je décide d'en venir à une question qui semblerait étrange à quiconque surprendrait notre discussion, mais qui ne me semble pas négligeable à poser.

-Comment est-ce qu'il t'as... choisi?

J'avoue que je suis curieux. À présent que je connais le visage et l'identité de tous mes congénères, je m'interroge. Je m'interroge sur ce moment si singulier qui a fait basculer leur vie, ce moment où il a fait d'eux ses disciples. Dans le cas d'Elena, je suis d'autant plus curieux que la jeune femme est à serdaigle, ce qui n'est pas, à l'origine, la maison de prédilection de Tom Jedusor.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MANGEMORT
avatar
▌ Messages : 865
Humeur :
50 / 10050 / 100

En couple avec : Mariée à Caleb

QUI SUIS-JE?
Baguette: Saule & Corbeau
Camp: Mal
Avatar: Lauren Conrad

Message#Sujet: Re: « They don't really care about us. » | Lena & Calou |   Dim 18 Nov - 12:44

    Mon sourire s'élargit lorsque Caleb s'installa à côté de moi dans l'herbe verdoyante. Je me sentais déjà plus proche de lui et plus détendue. Le simple fait d'être tous les deux nonchalamment installés en tailleur par terre offrait une proximité amicale que n'avait pas le serpentard lorsqu'il se tenait debout comme un piquet. Mes doigts se mirent à tresser mes cheveux pour m'occuper, histoire de faire passer le temps pendant que je cherchais comment répondre à la question qu'il me posa.

    « Comment est-ce qu'il t'as... choisie ? »

    Je m'attendais plutôt à ce qu'il me demande quelle était ma couleur préférée ou si je préférais la montagne ou le bord de mer. La surprise me fit hausser un sourcil, mais après tout je pouvais comprendre cette curiosité quand au choix de Tom. Je n'étais pas à première vue une recrue de choix pour les chevaliers de Walpurgis, mais je connaissais une partie des raisons pour lesquelles j'avais été choisie parmi tant d'autres. Je me souvenais avec précision chaque étape de ma rencontre avec cet étrange adolescent au regard ténébreux qu'était Jedusor, et de la directe sensation de devoir que j'avais ressentie envers lui.

    « C'est à la fois simple et compliqué à dire. Je l'ai rencontré devant la cabane du garde-chasse, il attendait quelque chose ou quelqu'un. Dès ses premières paroles, je me suis sentie bizarre, comme si j'avais trouvée une voie à parcourir. On a discuté et il a appris ma haine inconditionnelle des moldus, à cause de mes parents. »

    Je fis une pause, le temps de détailler les traits sur le visage de Caleb. Petit à petit j'avais pivoté pour lui faire face, parce que j'aimais voir les humeurs et les émotions passer sur les visages des gens avec qui je parlais. J'attachais distraitement ma tresse à l'aide d'un élastique, puis je reprenais mon explication pour le moins originale.

    « Pendant qu'on parlait, j'ai vu un corbeau qui volait au dessus de nous. Rien de bien surprenant étant donné l'endroit où on se trouvait, mais il y avait quelque chose qui me gênait dans l'attitude de ce piaf. J''ai fini par comprendre qu'il allait..euh...se lâcher sur Voldemort. Je ne sais pas comment c'est arrivé, ça a été très rapide, instinctif. J'ai jeté un sort et le corbeau s'est écrasé sur le sol. »

    Hors de question que je prononce à haute voix quel genre de sortilège j'avais utilisé ce jour-là. Je n'avais pas forcément peur de choquer Caleb avec mon passé de meurtrière mais je craignais que quelqu'un n'entende notre discussion. Même si personne n'était dans les environs, je ne laissais jamais ce genre de détail s'échapper de ma bouche au hasard. Je ne pu par contre pas m'empêcher de rire nerveusement en baissant les yeux sur les brins d'herbe. Dite à haute voix, la scène de ma rencontre avec Tom semblait encore plus ridicule.

    « Désolé, c'est un peu pathétique comme histoire. Enfin voilà, après ça il a du songer que je serai un bon élément et j'ai été " engagée ". »

    Une vague de curiosité passa dans mon regard que j'avais de nouveau planté dans celui de Caleb. Il n'avait pas la tronche du mec qui tue un corbeau pour l'empêcher de faire sa fiente à un endroit peu approprié. Quelle raison avait pu pousser un garçon discret et intelligent comme lui à se joindre au groupe ? Que cachait-il derrière son calme et sa douceur constante ?

    « Arrête moi si je me trompe, mais tu as l'air tellement calme et doux que je ne t'imaginais pas rejoindre ses rangs. Qu'est-ce-qui t'as motivé ? Tu aurais pu te concentrer uniquement sur tes études, puisque tout comme moi tu aimes apprendre et travailler. »

    Mes joues prirent une légère teinte rose alors que je sous-entendais que lui et moi avions des points en commun en dehors des chevaliers de Walpurgis. J'avais beau me dire que cette discussion était banale entre deux collègues, je ne pouvais cacher qu'il me plaisait beaucoup. Je déraillais complètement. Heureusement que je savais bien cacher mes émotions.

_________________
- Keep calm and burn it to the ground -
We are the followers of He-Who-Must-Not-Be-Named and we got the dark mark to prove our loyalty unashamed. We are your neighbors and your teachers in your school and your streets. We are the purity of something powerful and elite.


Dernière édition par Elena Gordon le Ven 14 Déc - 11:35, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MANGEMORT
avatar
▌ Messages : 598
Humeur :
50 / 10050 / 100

En couple avec : Elena

QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois de houx, ventricule de dragon, 20,2 centimètres, souple et facilement maniable
Camp: Mal
Avatar: Nicholas Hoult

Message#Sujet: Re: « They don't really care about us. » | Lena & Calou |   Mar 20 Nov - 23:25

Le regard d'Elena change un peu quand je lui demande comment Voldemort lui a demandé de rejoindre ses rangs. Je devine qu'il ne s'agit pas là de la question qu'elle s'était attendue à ce que je lui pose. C'est vrai que de la part de quelqu'un qui cherche à faire connaissance, on pourrait s'attendre à des interrogations plus légères... Mais nous ne pouvons pas faire comme si nous partions de zéro. Même si je ne connais pas grand chose de mon interlocutrice, j'ai conscience de ce qui nous lie, de ce qui fait que nous sommes actuellement en train de parler ensemble. Je ne peux pas ignorer cela, et il me semble important que l'on en parle, car rien ne peut nous rapprocher plus, au final, que ce qui a déjà construit notre proximité actuelle en premier lieu. Je l'écoute donc me faire le récit de son « initiation ».

-C'est à la fois simple et compliqué à dire. Je l'ai rencontré devant la cabane du garde-chasse, il attendait quelque chose ou quelqu'un. Dès ses premières paroles, je me suis sentie bizarre, comme si j'avais trouvée une voie à parcourir. On a discuté et il a appris ma haine inconditionnelle des moldus, à cause de mes parents.

Je l'invite à poursuivre d'un signe de tête, me gardant bien de l'interrompre, même si quelques questions, déjà, me traversent l'esprit. Je me demande, par exemple, qui sont ces parents que la demoiselle à côté de moi abhorre tant, et ce qu'ils ont bien pu lu faire pour qu'elle développe une haine (en soi légitime) envers les moldus. Ces derniers sont-ils moldus eux-même et l'ont-ils déçu ? Ou y'-a-t-il autre chose ? Je ne pense pas, en tous cas, qu'elle soit dans le même cas de figure que moi. Ma haine des moldus me vient de mon éducation, très simplement. Mes parents ne m'ont pas bercé de ces illusions qui ont nourri trop d'imbéciles, convaincus que cette sous-espèce vaut les sorciers de sang pur. Il n'y a rien de plus à dire à ce sujet. À en juger parce qu'Elena me dit, il n'en est pas de même pour elle. Il y a autre chose. Mais je devine qu'il vaut mieux garder ce genre de questions pour plus tard.

-Pendant qu'on parlait, j'ai vu un corbeau qui volait au dessus de nous. Rien de bien surprenant étant donné l'endroit où on se trouvait, mais il y avait quelque chose qui me gênait dans l'attitude de ce piaf. J''ai fini par comprendre qu'il allait..euh...se lâcher sur Voldemort. Je ne sais pas comment c'est arrivé, ça a été très rapide, instinctif. J'ai jeté un sort et le corbeau s'est écrasé sur le sol.


Je ne peux m'empêcher de lui décocher un sourire (ce qui m'arrive ma foi rarement) en entendant son récit. J'admets que je ne m'étais absolument pas attendu à ce que les choses aient pu se passer ainsi. Enfin, je suppose que sous l'aspect comique que revêt pour moi cette scène, Voldemort savait déjà avant qu'elle ne se produise. Il est aisé de voir quelle force de caractère possède ma camarade. Une force de caractère que j'avoue lui envier. Les choses auraient sans doute toujours été plus simple pour moi si j'avais cette capacité à m'affirmer que, sans conteste, possède la bleue et bronze. Cette jeune femme semble posséder toutes les qualités, en plus d'être très séduisante, elle est intelligente, ambitieuse, audacieuse, rien ne semble pouvoir l'atteindre. Ou presque... Apparemment, les chagrins d'amour sont le lot quotidien de tous. J'en sais malheureusement quelque chose.


-Désolé, c'est un peu pathétique comme histoire. Enfin voilà, après ça il a du songer que je serai un bon élément et j'ai été " engagée ".


Je fais « non » de la tête à Elena, afin de lui faire comprendre que je ne trouve en rien son récit pathétique. Surprenant, sans aucun doute. Mais pathétique, assurément pas. En fait, voilà bien un adjectif qui ne sied définitivement pas à la serdaigle : « pathétique ».

-Arrête moi si je me trompe, mais tu as l'air tellement calme et doux que je ne t'imaginais pas rejoindre ses rangs. Qu'est-ce-qui t'as motivé ? Tu aurais pu te concentrer uniquement sur tes études, puisque tout comme moi tu aimes apprendre et travailler.


C'est donc à mon tour de m'exprimer. J'admets sans mal avoir été toujours plus doué pour écouter que pour m'exprimer, mais soit, c'est un effort auquel je me dois de consentir. Je constate rapidement que la jeune femme m'a bien cerné. Oui je suis calme, studieux... un véritable rat de bibliothèque, ce qui m'a valu plus d'une fois les quolibets de mes camarades de classe, je n'étais pas prédestiné à rejoindre ses rangs. Seul mon nom, certainement, semblait m'en octroyer ce droit. Et c'est par ce nom, d'ailleurs, qu'il m'a trouvé et est venu à moi. Me permettant de devenir autre chose que ce pauvre intello assis au fond de la classe, dont tout le monde se moque.

-J'aurais pu, oui. Mais je voulais quelque chose de plus grand, tu vois ?
De plus grand que moi, même, c'est souvent comme ça que j'envisage ma vie au service de Voldemort. J'avais besoin de devenir quelqu'un. Et je crois que oui, c'est ce qu'il va me permettre d'accomplir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MANGEMORT
avatar
▌ Messages : 865
Humeur :
50 / 10050 / 100

En couple avec : Mariée à Caleb

QUI SUIS-JE?
Baguette: Saule & Corbeau
Camp: Mal
Avatar: Lauren Conrad

Message#Sujet: Re: « They don't really care about us. » | Lena & Calou |   Dim 2 Déc - 10:54

    Mon cerveau était en ébullition alors que j'analysais les mouvements presque imperceptibles de Caleb pendant que je parlais. Je savais que j'étais dotée d'un grand sens de l'observation qui m'avait d'ailleurs surement donnée ma place chez ces prétentieux de serdaigle. En revanche, je ne savais pas qu'il me serait si facile de l'utiliser sur le jeune homme qui me tenait compagnie. Ses yeux bougeaient de façon très rapide vers la gauche et la droite, sans vraiment se fixer sur moi comme si tenir mon regard lui était pénible. C'était un signe de timidité et en même temps un peu flatteur. Je ne pouvais m'empêcher d'apprécier le fait de l’impressionner, lui qui me semblait trop malin et trop calme pour se laisser perturber par les charmes d'une femme. Toute idée de conquête n'était donc pas perdue.

    Mes doigts dansaient sur mes cheveux dorés, faisant de petites nattes bien serrées qui brillaient dans les quelques rayons de soleil qui perçaient la cime de l'arbre sous lequel nous étions assis. Sans me vanter, je me savais physiquement avantagée à cet instant précis. Lui plaire ne serait pas trop difficile pour peu que son regard veuille bien se plonger dans le mien au lien d'aller et venir à droite et à gauche. Je devinais au froncement de ses sourcils que des questions étaient en train de naître dans son esprit et j'avais un peu peur de ne pas pouvoir répondre à nombre d'entre elles. Pourtant je ne faisais aucune remarque, me contentant de narrer mon histoire un peu étrange.

    A la fin du récit, il se contenta de secouer la tête négativement. Il ne me trouvait pas pathétique, et pourtant il en aurait eu parfaitement le droit. Cette histoire n'avait rien de bien normal, et puis j'aurais mérité qu'il se moque de moi. Mais non, au contraire. Bon bien sûr il avait un peu souri, comme n'importe qui l'aurait fait, mais il avait ce respect pour moi que d'autres n'avaient pas. Vincent m'aurait tournée en ridicule. Enfin de toute façon ce crétin n'était vraiment pas une référence, hein.

    Sa réponse à ma question me fit sourire aussi. Je comprenais son sentiment, cette envie d'être plus que ce que la vie avait décidé pour nous, devenir capable de grandes choses, de prendre des décisions pour nous-même, de prendre le chemin que nous désirions et pas celui que d'autres voulaient pour nous. Lentement, je me baissais et allongeait mon dos dans l'herbe verte et grasse, mes yeux mi-clos. J'étais calme et joyeuse, ce qui était assez rare ces derniers temps. Je découvrais petit à petit la joie de pouvoir parler à quelqu'un sans avoir peur d'être jugée ou ridiculisée. Un véritable ami, un confident, un garçon avec lequel j'avais des points communs.

    « Je comprends ta volonté à devenir plus qu'un rat de bibliothèque. Là-bas, dehors, c'est tout un monde qui s'offre à nos pieds. »

    Sans vraiment comprendre pourquoi je faisais une chose aussi stupide, ma main alla se poser sur la sienne. C'était la première fois que je touchais ce garçon, même du bout des doigts. La sensation fut incroyable. Je pouvais sentir la douceur de sa peau, la tiédeur de sa chair et le rythme de son sang qui battait dans ses veines. Il y avait quelque chose de rassurant dans le fait d'avoir ce contact contre moi. J'ignorais alors à quel point j'étais encore loin d'imaginer ce qui était en train de m'arriver. Contre toute attente, je revins à moi et à ma conscience de fille qui ne voulait plus s'attacher à quelqu'un. Ma main s'évada rapidement pour retrouver la fraîcheur de l'herbe.

    « Désolé, j'ai eu... un moment d'égarement. »

_________________
- Keep calm and burn it to the ground -
We are the followers of He-Who-Must-Not-Be-Named and we got the dark mark to prove our loyalty unashamed. We are your neighbors and your teachers in your school and your streets. We are the purity of something powerful and elite.


Dernière édition par Elena Gordon le Ven 14 Déc - 11:34, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MANGEMORT
avatar
▌ Messages : 598
Humeur :
50 / 10050 / 100

En couple avec : Elena

QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois de houx, ventricule de dragon, 20,2 centimètres, souple et facilement maniable
Camp: Mal
Avatar: Nicholas Hoult

Message#Sujet: Re: « They don't really care about us. » | Lena & Calou |   Mar 4 Déc - 19:01

-Je comprends ta volonté à devenir plus qu'un rat de bibliothèque.

Je retiens une remarque désagréable, de celles que j'ai l'habitude d'adresser à ceux qui osent me qualifier de rat de bibliothèque et que j'ai pris l'habitude, au fil du temps, d'envoyer largement balader. Je sais qu'Elena ne pense pas à mal, quand elle me dit ça, elle a dû employer cette expression de même qu'elle aurait pu en employer n'importe quelle autre. Et elle n'a pas tort. J'admets moi même en être un, un rat de bibliothèque. Je préfère d'ordinaire la compagnie des livres à celle des êtres humains. Eux, au moins, ne vous déçoivent jamais, ou en vous faisant moins de mal, en tous cas. Je serai bien ingrat d'en vouloir à mon interlocutrice pour avoir fait une remarque ce qu'il y a de plus véridique. Et puis, je sens que quand elle dit qu'elle me comprend, elle ne le dit pas que pour la forme, elle me comprends vraiment. Elle sait ce que c'est que de rêver au delà de sa condition, et d'effleurer du bout des doigts un rêve qui jusque là semblait ne devoir appartenir qu'aux monde oniriques.

-Là-bas, dehors, c'est tout un monde qui s'offre à nos pieds.


C'est ce que je pense également. J'approuve d'un léger signe de tête. J'ignore de quoi l'avenir sera fait, mais je sais qu'auprès des chevaliers de Walpurgis, et avec Voldemort à notre tête, nous ferons du chemin, nous irons loin. Il ne peut en être autrement. C'est vrai, ce qui m'attends en dehors des murs de cette école m'angoisse un peu. Mais quoi qu'il m'attende, en tout cas, je suis certain, à présent, que je suis voué à un destin autre qu'insignifiant.

Elle s'allonge dans l'herbe. Avec ces quelques rayons de soleil qui illuminent ses cheveux de paille, je dois bien admettre que je la trouve très jolie. Simple constat. Je pense qu'il n'échapperait à personne. Elena Gordon est une demoiselle ravissante, et je suis certain qu'elle en a pleinement conscience.
Je m'apprête à lui répondre quand je sens sa main se poser sur la mienne. Je reste un moment interdit. L'instant dure trop longtemps pour qu'il puisse être qualifié d'accident. C'est agréable. C'est... étrange...
Sa main se retire, elle s'excuse.

-Désolé, j'ai eu... un moment d'égarement.

J'ignore pourquoi, je me sens coupable.. Comme si je venais de commettre une trahison. Idiot, n'est-ce pas? Et qui aurais-je trahi, d'ailleurs? Ashley, ma petite amie qui n'en est pas vraiment une et avec laquelle je me suis séparée quoi qu'il en soit? Pomona? Que... qui reste une sorte de fantaisie absurde qui ne quitte pas mon cerveau? Au fond, je n'ai aucune raison d'être gêné.

-T'en fais pas, c'est pas grave. je réplique, tout de même un peu décontenancé. Il n'y a pas de mal.

Je me doute de ce qui se passerait si on brisait quelques barrières invisibles. Mais je ne le ferais pas. Il y a quelques minutes, elle pleurait sa rupture avec son ex petit ami, de quel droit viendrais-je profiter de sa faiblesse? Alors que mon coeur... à mon corps défendant... appartient à une autre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MANGEMORT
avatar
▌ Messages : 865
Humeur :
50 / 10050 / 100

En couple avec : Mariée à Caleb

QUI SUIS-JE?
Baguette: Saule & Corbeau
Camp: Mal
Avatar: Lauren Conrad

Message#Sujet: Re: « They don't really care about us. » | Lena & Calou |   Ven 7 Déc - 15:05

    Je ne soignais jamais vraiment ma façon de parler aux autres, tout simplement parce que je n'en avais rien à foutre de ce qu'ils pouvaient bien penser de moi. Pourtant je l'avais vue, cette douleur au fond du regard de Caleb lorsque j'avais utilisée l'expression " rat de bibliothèque ". Pourtant je ne pensais pas à mal pour une fois, je ne voyais pas ça comme un surnom péjoratif, puisque j'en étais un moi-même. Il y avait même des chances pour que Dippet m'accepte comme assistante de la bibliothécaire de Poudlard l'année prochaine. Il n'y avait aucune honte à vouloir se cultiver, apprendre en travaillant. Si l'idée de blesser quelqu'un ne me faisait d'ordinaire ni chaud ni froid, je n'aimais pas savoir que je l'avais fait à Caleb. Il avait quelque chose d'agréable dans son attitude, son sourire timide, son regard fuyant et son silence profond. Je tirais de son calme une impression de plénitude intérieure. Il ne riait pas aux éclats quand je disais une bêtise, il ne se mettait pas en colère quand je laissais échapper un propos blessant, il m'écoutait sans m'interrompre et semblait concerné par ce que les Chevaliers de Walpurgis devenaient. En fait, Caleb était tout simplement le parfait opposé de Vincent et cela jouait plutôt bien en sa faveur.

    * Ça aurait joué en la faveur de n'importe qui. *

    Au contact de ma main, je le sent se crisper un peu. Son regard est surpris, décontenancé. Il ne s'attendait surement pas à cette proximité. A vrai dire moi non plus. La sensation qui venait de me traverser était unique, originale, complètement nouvelle pour moi. Pourquoi mes joues étaient-elles devenues rouges aussi brutalement ? J'étais pourtant du genre à bien cacher mes émotions. Ma main de nouveau posée sur mon ventre se crispa à son tour légèrement sur le tissu de mon haut. Une nouvelle inondation monta jusqu'à mes yeux mais elle resta bloquée sur mon visage impassible. Qu'est-ce-que j'étais en train de faire ? Vincent venait de me larguer comme une chienne de bas étage et je faisais déjà des avances à un autre garçon qui n'en avait strictement rien à faire. Mon visage ne montrait plus aucune émotion mis à part l'humidité de mes pupilles impossible à dissimuler. Je fixais sans grand intérêt les branche de l’arbre qui dansaient au gré du vent comme les esclaves d'une force supérieure et invisible.

    « T'en fais pas, c'est pas grave. Y a pas de mal. » me dit-il.

    Un sourire amusé s'étira sur mes lèvres. Il y avait pourtant dans ce rictus quelque chose de triste, comme si je savais déjà que répondre ne servirait à rien. Je le fis quand même.

    « Tu as raison, ce n'est pas grave. Ça n'arrivera plus. »

    Mais en avais-je vraiment envie ? Me couper du monde, me refuser toute nouvelle relation avec qui que ce soit serait la solution à bon nombre d'ennuis. Mais quel ennui de passer sa vie toute seule ! Ne pas avoir d'amis comportait l'avantage de ne jamais être trahie, mais l'inconvénient, c'était de ne pouvoir jamais compter sur personne.

    * Serais-je vouée à la solitude ? *

_________________
- Keep calm and burn it to the ground -
We are the followers of He-Who-Must-Not-Be-Named and we got the dark mark to prove our loyalty unashamed. We are your neighbors and your teachers in your school and your streets. We are the purity of something powerful and elite.


Dernière édition par Elena Gordon le Ven 14 Déc - 11:33, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MANGEMORT
avatar
▌ Messages : 598
Humeur :
50 / 10050 / 100

En couple avec : Elena

QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois de houx, ventricule de dragon, 20,2 centimètres, souple et facilement maniable
Camp: Mal
Avatar: Nicholas Hoult

Message#Sujet: Re: « They don't really care about us. » | Lena & Calou |   Lun 10 Déc - 21:24

-Tu as raison, ce n'est pas grave. Ça n'arrivera plus.

"ça n'arrivera plus"... pourquoi, au fond de moi, je me dis que ce serait dommage, que cela n'arrive plus. Dans les secondes qui viennent, peut-être pas, bien sûr, Elena et moi nous connaissons à peine. Je veux dire... avant tout à l'heure, nous n'avions jamais prit la peine de parler ensemble. Alors, il n'est pas question, de toute manière, d'aller plus vite que la musique... Il n'empêche que je reste un homme, et qu'en ce nom, je n'ai évidemment pu que constater qu'Elena Gordon est une très jolie jeune femme. Est-ce pour autant que je dois me ruer sur elle comme un vulgaire primate? J'ai un minimum de dignité. Je me targue même d'en avoir beaucoup. Et jamais je ne profiterais de la faiblesse de ma camarade. Je l'apprécie, je la respecte, le temps m'apprendra peut-être à vouloir faire d'elle autre chose qu'une amie précieuse (allez savoir pourquoi, je sens que vous avez tous compris que l'avenir de ces deux personnages est plus que prévisible).

Je découvre sur son visage un sourire plutôt triste. Surprenant... Je ne l'avais jamais vu pleurer avant ce jour, pas plus que je ne l'avais vu tirer une mine aussi maussade. Je n'apprécie pas la voir comme ça. D'instinct, j'ai envie de la protéger, de lui faire comprendre que tout ira pour le mieux, parce que je le pense. Elena est une jeune femme indépendante, fière, disposant de beaucoup de qualités qui, à moi, me manquent beaucoup. Je me demande si cette mine et ce constat défaitiste ne s'adressent qu'à moi ou bien si, dans une impasse sentimentale, la demoiselle est en train de perdre espoir. C'est idiot. Elle peut avoir tous les hommes qu'elle veut. Et tous ne sont pas aussi peu galants que Dawnley avait pu l'être. Elle n'a vraiment pas à craindre pour son avenir sentimental. Tout le monde n'est pas voué aux déboires affectifs. Comme je le suis à force de ne savoir me séparer de mon obsession pour Pomona.

-Hey... ne déprime donc pas. Je ne te rejette pas et ne te rejetterai jamais. Je veux juste apprendre à te connaître.

Viens-je d'avouer en filigrane que le fait qu'un élan d'affection comme celui qui venait de se produire ait à nouveau lieu à l'avenir ne me dérangerait pas? Je crois bien que oui. enfin, elle le prend comme elle le souhaite. Ce que j'ai dit n'ait pas excessivement ambigu non plus... Et avant tout, c'est sincère. Je crois bien que la jeune femme est l'une des personnes les plus intéressantes que j'ai jamais eu l'occasion de rencontrer, et de ce fait, j'ai vraiment envie de faire plus ample connaissance avec elle, d'en découvrir plus à son sujet. Elle est de ces personnes qui sont plus complexes que ce qu'elles paraissent, de celles qui demandent que l'on gratte sous la surface pour prendre le temps de les découvrir, et j'ai vraiment envie de la découvrir. D'une certaine manière, et sans trop pouvoir dire pourquoi, je pense qu'elle peut m'apporter beaucoup.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MANGEMORT
avatar
▌ Messages : 865
Humeur :
50 / 10050 / 100

En couple avec : Mariée à Caleb

QUI SUIS-JE?
Baguette: Saule & Corbeau
Camp: Mal
Avatar: Lauren Conrad

Message#Sujet: Re: « They don't really care about us. » | Lena & Calou |   Ven 14 Déc - 11:32

    Le pire, je crois que c'était cette sensation de solitude qui m'envahissait. J'étais presque nostalgique des années que je venais de passer à Poudlard. Voilà, je venais de comprendre ce qui me rendait aussi triste. Loin de moi l'idée de me mettre dans de pareils états pour Vincent ( il ne méritait pas mes larmes ). J'avais tout simplement peur de quitter l'école. Même si je ne partais pas vraiment ( Dippet avait accepté que je revienne assister la bibliothécaire l'année prochaine ), l'idée de ne plus être une élève me déprimait complètement. Et puis tous mes proches allaient partir, eux. Bien sûr ma décision de rester était la meilleure, j'allais être le seul membre des Chevaliers de Walpurgis toujours présent dans l'établissement, capable de donner des renseignements très précieux à Tom. Néanmoins la terrible solitude qui me guettait me serrait le coeur. Je n'avais pas de réels amis à qui dire " tu vas me manquer " ou bien " on se reverra ". Avec le temps, Gwen et Bérénice se sont lassées de mon comportement et sont parties. Qui se souviendra alors que j'étais là en dehors des autres chevaliers ? Personne.

    « Hey... ne déprime donc pas. Je ne te rejette pas et ne te rejetterai jamais. Je veux juste apprendre à te connaître. »

    Cette phrase me fait sourire un peu. Je réalise que je peux toujours compter sur les Chevaliers de Walpurgis, même si la plupart d'entre-eux ne m'ont toujours pas acceptée. Je ne suis pas une serpentard, et même s'ils ne se permettront pas de remettre en question le choix de Voldemort, je reste à leurs yeux une intruse. Cette drôle de déclaration dissimulée me fait plaisir. Dans un sens, je sais que je pourrai compter sur Caleb. Il n'est pas comme les autres, il ne me juge pas sur ma maison, il est le seul à avoir compris que quelqu'un se cache derrière la coquille que je présente aux gens. Finalement, je lève mes yeux vers les siens. C'est étrange, je n'avais jamais regardé quelqu'un de cette manière, avec autant de respect et de sincérité. Pendant une minute, la carapace disparaît et c'est la véritable Elena qui brille au fond de mon regard. J'ai conscience que je suis en train de dévoiler ma plus grande faiblesse à un garçon que je ne connais que très peu, mais j'ai l'intuition que c'est ce qu'il fallait faire. Je laisse apparaître mon côté " petite fille perdue ". Je n'ai pas toujours été cruelle, froide et capable de tuer avec sang-froid. Ma voix est plus douce. Je ne me souvenais même pas que je pouvais avoir ce timbre-là.

    « Je n'ai pas toujours été telle que tu me connais. Mais tu es le seul à avoir senti qu'il y a autre chose en moi qu'un monstre... Merci. »

    Et puis la coquille réapparaît. C'est trop dur, je ne peux pas rester cette fille niaise qui se laissait marcher dessus. Non, je ne serais plus jamais la victime que j'étais. Plus jamais je ne laisserai quelqu'un me frapper ou me rabaisser. Je n'ai plus peur du regard des gens ni d'affirmer ce que je pense juste. Je suis une toute autre personne aujourd'hui. Je me racle alors la gorge et détourne mon regard. il s'assombrit de nouveau, masquant mes défauts, mes failles les plus profondes. Je suis un roc, je suis indestructible.

    « Ça va me manquer de ne plus vous voir l'année prochaine. L'école va me sembler vide à mon retour des vacances sans les Chevaliers. J'ai reçu le poste d'assistante bibliothécaire. »

    Un petit sourire amusé s'étire sur mes lèvres. N'importe quel garçon m'aurait répondu qu'il s'en fichait, mais je sais que Caleb sera intéressé par cette information. D'abord parce qu'il est assez intelligent pour comprendre l'avantage que ça offre aux Chevaliers, et ensuite parce qu'il est un amoureux des livres tout comme je le suis depuis toujours.

_________________
- Keep calm and burn it to the ground -
We are the followers of He-Who-Must-Not-Be-Named and we got the dark mark to prove our loyalty unashamed. We are your neighbors and your teachers in your school and your streets. We are the purity of something powerful and elite.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MANGEMORT
avatar
▌ Messages : 598
Humeur :
50 / 10050 / 100

En couple avec : Elena

QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois de houx, ventricule de dragon, 20,2 centimètres, souple et facilement maniable
Camp: Mal
Avatar: Nicholas Hoult

Message#Sujet: Re: « They don't really care about us. » | Lena & Calou |   Sam 22 Déc - 23:24

-Je n'ai pas toujours été telle que tu me connais.

à ces mots, je ne peux empêcher une multitude d'interrogations de traverser mon esprit. J'ignore par laquelle il conviendrait de commencer tant celles-ci sont nombreuses, et je réalise au final qu'aucune d'elles ne méritent d'être formulées à haute voix. La seule chose que j'ai envie de lui répondre (et que je ne répondrais pas), c'est que je ne me targuerais certainement pas de la connaître ou de l'avoir jamais connu. Je suis d'avis qu'il faut bien plus d'un regard pour saisir ce qu'est réellement quelqu'un. On est la somme de nos actes mais également celle des actes que nous avons subis, sans avoir eu sur eux la moindre main-mise. Elena est sans conteste une jeune femme remarquable, c'est ce que je vois en elle, et c'est ce que je pense qu'elle fut, est, et sera, quel que soit l'image qu'elle ait pu renvoyer un jour ou renvoie aujourd'hui. Je suis certain qu'il est arrivé quelque chose dans sa vie (autre que Voldemort, je veux dire) qui l'a fait devenir ainsi qu'elle est, mais je ne lui poserais pas la question. Je ne pense pas mériter tant de confiance de sa part. Si elle doit un jour se confier, je veux qu'elle vienne à moi de son plein gré, et ne pas lui avoir forcé la main, surtout.

-Mais tu es le seul à avoir senti qu'il y a autre chose en moi qu'un monstre... Merci.

Je lui adresse un léger sourire en guise de "de rien". Il m'est si évident qu'elle est plus qu'un monstre. Je trouve cruelle qu'elle puisse se considérer ainsi alors que, moi-même, je pense qu'elle a bien plus à offrir au monde. Non, elle n'est pas en monstre. Et il y a une grande beauté en elle, j'en suis certain. De cette beauté qui s'harmonise avec celle qu'elle dégage de l'extérieur. Elle n'est pas un monstre. Personne n'est, d'ailleurs, monstrueux par essence.
Quand l'on peut croire, d'ailleurs, que notre maître à tous les deux est un monstre, je pense tout le contraire. Je me jette à corps perdu dans l'obscurité mais je crois en notre part de lumière.
Comme pour m'épargner l'occasion de lui signifier qu'elle n'a pas à me remercier et que je suis sincère, elle embraye. Sur un sujet certes plus léger, mais qui ne manque pas pour autant de pesanteur.

-Ça va me manquer de ne plus vous voir l'année prochaine. L'école va me sembler vide à mon retour des vacances sans les Chevaliers.


Même à ce stade de notre conversation, je doute encore de pouvoir manquer à Elena, nous ne nous connaissons que depuis si peu...
...et d'un autre côté, je pense qu'elle me manquera.
C'est ce constat fait que je réalise qu'elle vient de parler de rester à Poudlard. Je n'avais pas percuté. Je comprends mieux son propos quand elle l'éclaircit.

-J'ai reçu le poste d'assistante bibliothécaire.


Un nouveau sourire éclaircit mon visage, ce pour diverses raisons : déjà parce que je pense que ce poste m'aurait convenu à merveille à moi aussi, et qu'il est agréable de côtoyer quelqu'un qui chérisse les livres autant que moi, ensuite parce que ce poste est une opportunité sans pareil pour les chevaliers. Voldemort a besoin que quelques uns de ses partisans demeure à proximité.

-J'ignorais même que tu avais postulé, félicitations. C'est une bonne chose que tu puisses rester à Poudlard, il appréciera.
Je n'ai pas besoin de préciser de qui je parle. J'aurais fait de même si j'en avais eu l'occasion.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MANGEMORT
avatar
▌ Messages : 865
Humeur :
50 / 10050 / 100

En couple avec : Mariée à Caleb

QUI SUIS-JE?
Baguette: Saule & Corbeau
Camp: Mal
Avatar: Lauren Conrad

Message#Sujet: Re: « They don't really care about us. » | Lena & Calou |   Sam 29 Déc - 12:04

    D'un simple hochement de tête, je montre que je comprends ce qu'il veut dire. Oui, il appréciera sûrement, d'autant plus que ma villa deviendra très probablement notre petit QG. Le sentiment de prendre une place importante dans notre groupe me gonfle de fierté par moments, mais je sais bien que Tom se fiche complètement de moi, il a simplement l'esprit pratique. Chez moi, il n'y aura pas d'adultes pour nous espionner, il y a de la place et pas mal de protections magiques installées par ma tante Pearl. Une vraie forteresse à la hauteur des besoins des Chevaliers de Walpurgis. La fin de sa phrase me fait sourire. Bien sûr qu'il aurait fait pareil que moi. J'avais même envisagé de la compétition pour obtenir cette place mais finalement Caleb n'avait pas du tout postulé. Peut être n'avait-il pas eu le choix, ou bien peut-être n'y avait-il tout simplement pas pensé.

    « Mais pourquoi tu... » commençais-je.

    Je ne pu compléter ma question car le calamar géant du lac venait de faire un mouvement brusque de tentacule près de la surface. Rien de dangereux bien sûr, mais il projeta de ce fait un grande gerbe d'eau sur moi. J'étais trempée. Intégralement trempée. Ma première réaction fut la honte et la colère. Ce foutu mollusque, quel empoté ! Puis finalement, mon regard croisa celui de Caleb et je pris conscience du ridicule que je devais représenter. Je ne pu retenir un rire joyeux, doux, assez rare. Je ne riais jamais comme ça d'habitude, mais je n'avais pas tellement honte d'être dans cet état devant le serpentard. Il pouvait rire un peu pour se moquer ( faut dire que c'était assez désopilant à voir ), mais je savais au fond de moi que ce n'était pas un manque de respect.

    « Bon... Ben au moins je vais arrêter d'avoir trop chaud. » riais-je.

    Mes mains défirent mes cheveux attachés et entreprirent de les essorer. Heureusement que j'avais déjà perdu tout mon maquillage en pleurant, sinon je ressemblerait à un clown triste à présent. Quand même, je n'avais pas beaucoup de chance aujourd'hui. J'aurais donné 20 gallions pour voir Vincent se faire arroser par le calamar géant. Dommage que ça ne soit que dans mon imagination. Après un bon moment de rires, je du me remettre à penser de façon logique et neutre. Je savais de quoi je devais parler avec Caleb, seulement aborder ce sujet n'était pas simple. Pourtant j'avais besoin d'en parler à quelqu'un avant que ça n'arrive.

    « Le troisième jeudi des vacances, il viendra chez moi pour inspecter les lieux. Il y a de fortes chances que nos petites réunions " entre amis " s'y déroulent à chaque fois. Ce sera une sorte de...QG. »

    A ces mots, je tendis ma main vers mon sac qui n'avait pas été mouillé ( heureusement ) et en sortit un petit bout de parchemin. A l'aide d'une plume, je griffonnais mon adresse ainsi d'un petit mot en bas de la page. A l'aide d'un sortilège de cammouflage, je fis disparaitre ce dernier petit ensemble de lettres.

    « Voilà, ainsi tu trouvera plus facilement ma villa. J'ai caché le mot de passe dessus, il te suffira de le dire devant la grille du jardin pour qu'elle s'ouvre. »

    Au moins, si les réunions avaient bien lieu chez moi, Caleb ne ferait pas partie des personnes grillées par mon système de sécurité légèrement stricte.

_________________
- Keep calm and burn it to the ground -
We are the followers of He-Who-Must-Not-Be-Named and we got the dark mark to prove our loyalty unashamed. We are your neighbors and your teachers in your school and your streets. We are the purity of something powerful and elite.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MANGEMORT
avatar
▌ Messages : 598
Humeur :
50 / 10050 / 100

En couple avec : Elena

QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois de houx, ventricule de dragon, 20,2 centimètres, souple et facilement maniable
Camp: Mal
Avatar: Nicholas Hoult

Message#Sujet: Re: « They don't really care about us. » | Lena & Calou |   Dim 6 Jan - 11:56

-Mais pourquoi tu...

J'ignore quelle question elle veut me poser, je ne peux que la deviner car je n'en entendrait jamais la fin. J'imagine qu'elle veut me demander pourquoi je n'ai pas postulé au poste de bibliothécaire si celui-ci m'intéresse. Auquel cas je lui aurais répondu que ce n'est pas vraiment moi qui choisit mon avenir professionnel, même si j'aimerais pouvoir dire le contraire. Mes parents trouveraient dégradants que je me contente d'un simple poste d'assistant bibliothécaire quand mon père peut m'ouvrir toutes les portes que je veux au ministère de la magie. Eh oui, je vis sous la coupe de mes parents, et le seul motif suffisant pour que je défie leur autorité serait un ordre de Tom. Enfin, qu'importe. Elena sera parfaite au poste qu'elle a réussi à obtenir, et je suis ravi pour elle. De toute façon, je n'ai pas à répondre à une question qu'elle ne posera sans doute jamais puisqu'elle est interrompue par un mouvement dans le lac.

Le calamar géant, dont j'avais jusque là parfaitement oublié l'existence, vient d'éclabousser la bleue et bronze dans les grandes largeurs : elle est trempée de la tête au pied. Moi, j'échappe de justesse à ces trombes d'eau. Seules mes chaussures ne sont pas épargnées et elles sont détrempées à présent au point que je pourrait en faire des bocaux à poissons rouges. J'observe Elena, me demandant comment elle va réagir. Etant une demoiselle très digne, je m'attend à ce qu'elle s'empare de sa baguette, se sèche, et fasse comme si rien ne s'était passé. Mais non, à la place, elle rit de bon coeur. Je crois que je ne l'ai jamais vu rire jusque là. Je réalise que c'est dommage, son rire est tout à fait irrésistible. Je ne peux d'ailleurs m'empêcher de sourire en la voyant ainsi. J'hésite à lui "porter secours" en lançant sur ses vêtements un sortilège de séchage, mais je me dis que la fierté de la belle l'inviterait à ne pas accepter ma proposition. Par ailleurs, la phrase qu'elle prononce ensuite achève de me convaincre que je fais bien de m'abstenir de toute action.

- Bon... Ben au moins je vais arrêter d'avoir trop chaud.


Du rire, Elena passe ensuite à un ton plus sérieux. Je suis surpris de la voir si aisément passer d'une émotion à l'autre... mais dans le fond, je pense que c'est l'un de ses nombreux atouts, elle ne se laisse pas contrôler par ses émotions, c'est elle qui en est la maîtresse. Elle peut ainsi passer d'un sentiment à l'autre l'air de rien. C'est une qualité que j'apprécie beaucoup.

-Le troisième jeudi des vacances, il viendra chez moi pour inspecter les lieux. Il y a de fortes chances que nos petites réunions " entre amis " s'y déroulent à chaque fois. Ce sera une sorte de...QG.

Sa maison va donc servir de QG? J'admet que je suis bluffé. Et je comprend la fierté qu'elle ressent. La même m'envahirait sans doute si je pouvais également offrir aux chevaliers un lieu de rassemblement. Ce n'est malheureusement pas le cas... Enfin, qu'importe, c'est une excellente chose que nous ayons un endroit pour nous réunir.

-C'est une excellente initiative! J'ai hâte de découvrir les lieux.


Elle sort un papier et de quoi écrire de son sac et note l'adresse de la maison en question, je la lis, plis précautionneusement le papier, et le glisse dans ma poche.

- Voilà, ainsi tu trouvera plus facilement ma villa. J'ai caché le mot de passe dessus, il te suffira de le dire devant la grille du jardin pour qu'elle s'ouvre.

-Merci beaucoup. Il me tarde de découvrir ta villa.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MANGEMORT
avatar
▌ Messages : 865
Humeur :
50 / 10050 / 100

En couple avec : Mariée à Caleb

QUI SUIS-JE?
Baguette: Saule & Corbeau
Camp: Mal
Avatar: Lauren Conrad

Message#Sujet: Re: « They don't really care about us. » | Lena & Calou |   Mer 9 Jan - 12:51

    Le sourire de Caleb était craquant, et je voyais bien à sa façon de me regarder que je ne le laissait plus tellement indifférent. Cette idée me plaisait bien, mais je ne voulais pas me faire d'illusions. Sa copine était un obstacle que je ne pouvais ignorer, tout comme le fait que je n'étais pas prête à faire de nouveau pleinement confiance à un homme. J'avais beau rire, parler de tout et de rien avec liberté, je sentais encore la présence de Vincent un peu partout autour de moi, son odeur enveloppait encore mes souvenirs, je pouvais encore sentir la douceur de sa main sur mon épaule quand il voulait me rassurer ou me consoler. C'était une réaction stupide et puérile mais je ne pouvais pas oublier que malgré mon sale caractère et sa lâcheté titanesque nous avions eu plusieurs mois d'une relation merveilleuse. Les paroles de mon camarade me tirèrent hors de mes sombres rêveries.

    « Merci beaucoup. Il me tarde de découvrir ta villa. »

    J'aurais pu lui répondre qu'il me tardait de la lui faire découvrir, mais l'idée de me montrer encore plus vulnérable que je ne l'étais déjà maintenant me déplaisait. Je n'était tout de même pas stupide, car même si nous étions du même côté et partagions les mêmes idées ne signifiait pas qu'il respecterait ma vie privée. Il n'avait pas l'air bien méchant, mais rien n'était plus important que la sécurité. Peut être qu'un jour une confidence serait possible, mais pas aujourd'hui. Ce serait trop tôt. Pensive, je hochais de la tête et sortis ma baguette de ma poche pour finalement me sécher. La sensation de mes vêtements collés sur ma peau était désagréable, bien que rafraîchissante. Une question me trottait dans la tête mais n'osait franchir la barrière de mes lèvres entrouvertes. Qu'y avait-il vraiment entre Ashley et Caleb ? Leur relation piquait ma curiosité, tout simplement parce que je ne les voyait presque jamais ensemble. Et puis il était évident que chacun préférait une autre personne. A force d'arpenter les couloirs et de prêter l'oreille aux commérages, il m'était devenu évident que Ashley couvait Edward des yeux.

    « Excuse moi, c'est surement très déplacé comme question mais... Pourquoi sors-tu avec une fille que tu n'aimes pas ? »

    Je m'attendais bien entendu à de la surprise, puisque cette information était certainement supposée être secrète. Avec moi leur petit jeu était bien gardé, mais peut être que Caleb allait vouloir garder cette histoire pour lui voire démentir le fait que leur relation n'était basée que sur un plan pour rendre les autres jaloux.

_________________
- Keep calm and burn it to the ground -
We are the followers of He-Who-Must-Not-Be-Named and we got the dark mark to prove our loyalty unashamed. We are your neighbors and your teachers in your school and your streets. We are the purity of something powerful and elite.


Dernière édition par Elena Gordon le Dim 13 Jan - 16:40, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MANGEMORT
avatar
▌ Messages : 598
Humeur :
50 / 10050 / 100

En couple avec : Elena

QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois de houx, ventricule de dragon, 20,2 centimètres, souple et facilement maniable
Camp: Mal
Avatar: Nicholas Hoult

Message#Sujet: Re: « They don't really care about us. » | Lena & Calou |   Dim 13 Jan - 16:06

Spoiler:
 

Elle ne fait aucune remarque. Je ne m'attendais pas à une réaction différente. Même s'il me semble que nous gagnons une certaine forme de proximité, tous les deux, il nous faudra un certain temps avant de nous sentir vraiment proche l'un de l'autre. Il y a forcément des choses que nous ne pouvons pas encore nous dire, des secrets que nous pouvons, ou devons garder pour nous... Et en parlant de secrets... Elena est en train de s'aventurer sur un terrain des plus dangereux.

- Excuse moi, c'est surement très déplacé comme question mais... Pourquoi sors-tu avec une fille que tu n'aimes pas ?


Je ne m'attendais absolument pas à une question de ce genre. D'ailleurs, je n'ai pas la moindre idée de comment elle a pu traverser l'esprit de ma camarade. Ce n'est pas comme si ce que nous faisions ou disions jusqu'alors avait un lien avec nos relations sentimentales respectives. Certes, j'ai trouvé une Elena dévastée par sa rupture avec Vincent, mais depuis, le corps de notre conversation avait beaucoup évolué. Enfin, je dois imaginer (c'est du moins la seule interprétation que je parviens à faire) que même si elle ne donne l'air de rien, son esprit est encore accaparé par la pensée de son ancien petit ami.

La question est délicate, et j'ai effectivement tendance à la trouver quelque peu déplacée. Je n'apprécie guère que l'on porte un jugement sur mes fréquentations ou sur ma vie sociale, même quand cela peut prêter à interrogations. Bien sûr, la bleue et bronze a raison, je n'aime pas Ashley. Ou du moins je ne l'aime pas d'amour. L'amour est d'ailleurs, au fond, une émotion que je me garderais bien de ressentir. Je n'ai pas choisit de l'éprouver, d'ailleurs, c'est elle qui s'est imposée en moi, et depuis, c'est comme la gangrène : c'est douloureux, ça se répand... ça pourrait bien finir par me tuer. Je ne demande qu'une chose : enfouir à jamais ce sentiment, six pieds sous terre, et ne plus jamais le ressentir. Ne plus rien ressentir du tout... J'aimerais être comme lui, et en être capable. Mais pour l'instant, ce sont les émotions qui ont tendance à me dominer plutôt que l'inverse. Ma faiblesse. Elle. Je n'ai pas envie d'en parler, ni à Elena, ni à qui que ce soit d'autre. Je ne l'ai jamais fait, ne le ferait jamais. Même Ashley ne sait pas, et c'est mieux ainsi. Je ne veux pas que quiconque l'apprenne. Pour moi, ce serait la fin de tout. Et comment oublier, d'ailleurs, si en parler m'oblige encore à penser à elle.

-J'aime Ashley. Je marque une légère pause. Je ne suis pas amoureux d'elle, mais je l'aime. Comme une soeur. Je n'ai envie d'aimer personne plus que cela. Je me garderais bien d'aimer tout court, d'ailleurs.
Je hausse légèrement les épaules. On va se séparer. J'ajoute d'un ton neutre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MANGEMORT
avatar
▌ Messages : 865
Humeur :
50 / 10050 / 100

En couple avec : Mariée à Caleb

QUI SUIS-JE?
Baguette: Saule & Corbeau
Camp: Mal
Avatar: Lauren Conrad

Message#Sujet: Re: « They don't really care about us. » | Lena & Calou |   Mar 15 Jan - 9:26

Spoiler:
 

    Comme je m'y attendais, Caleb est tout d'abord surpris par le fait que je connaisse le secret d'Ashley sans pour autant avoir passé la moindre minute en sa compagnie. Pour une raison que j'ignore, cette fille reste transparente à mes yeux, ses émotions restent trop simple à analyser. Peut être que cette impression vient de ma capacité à cacher mes émotions voire parfois à jouer avec. Passer du sourire aux larmes n'a jamais été un exploit dans ma famille, nous sommes doués pour les mensonges, le chantage affectif et la manipulation des êtres vivants. Cependant, je ne souhaite pas en faire usage avec mon camarade, parce que lui s'est montré sincère avec moi. C'est une faveur qui marche à double sens, n'est-ce-pas ? Finalement, mon ami m'explique la situation.

    « J'aime Ashley. Je ne suis pas amoureux d'elle, mais je l'aime. Comme une soeur. Je n'ai envie d'aimer personne plus que cela. Je me garderais bien d'aimer tout court, d'ailleurs. On va se séparer. »

    Je hausse les sourcils, réellement surprise par la nouvelle. Je savais que ce petit cinéma allait devoir prendre fin entre eux maintenant que Caleb devait quitter l'école, mais je ne pensais pas qu'il me le dirait aussi directement. Une certaine déception se diffusa en moi alors qu'il venait d'affirmer qu'il ne voulait aimer personne plus qu'une soeur. C'était dommage, il ne voyait sûrement pas à quel point il était charmant. Ou peut être le savait-il tout en portant cette information comme un fardeau sur ses épaules. De toute façon, ça n'était pas mon problème, pas vrai ? Plus froide que lors de notre discussion, je répondis sur un ton neutre, le regard fixé sur la surface du lac. Je n'avais pas envie de croiser son regard.

    « C'est sûrement mieux pour vous deux, j'imagine. »

    Au loin, à l'autre bout du parc, j’aperçus brièvement la silhouette de Vincent passer, un bras enroulé autour des épaules d'une jeune fille portant le blason de la maison Gryffondor. J'eu presque un haut-le-coeur à cette vision. Ne reculait-il donc devant rien pour élargir son tableau de chasse ? Ma main glissa sur l'herbe et en arracha nerveusement quelques brins. Je n'avais aucune raison d'être fâchée ou jalouse après tout, ça ne me concernait plus. Alors d'où venait cette terrible douleur dans ma poitrine ? Après un soupir, je fis un sourire rassurant ( bien que faux ) à Caleb.

    « Alors, du coup tu vas faire quoi ? Bosser au Ministère de la Magie ? »

    C'est vrai que pour le moment je ne savais rien de ce que mon ami voulait faire de sa vie, pas plus que ses goûts musicaux, sa couleur préférée ou quoi que ce soit d'autre. Il restait un mystère pour moi et rien ne m'intriguait plus que les mystères...

_________________
- Keep calm and burn it to the ground -
We are the followers of He-Who-Must-Not-Be-Named and we got the dark mark to prove our loyalty unashamed. We are your neighbors and your teachers in your school and your streets. We are the purity of something powerful and elite.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MANGEMORT
avatar
▌ Messages : 598
Humeur :
50 / 10050 / 100

En couple avec : Elena

QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois de houx, ventricule de dragon, 20,2 centimètres, souple et facilement maniable
Camp: Mal
Avatar: Nicholas Hoult

Message#Sujet: Re: « They don't really care about us. » | Lena & Calou |   Mar 22 Jan - 20:23

-C'est sûrement mieux pour vous deux, j'imagine.

J'approuve d'un léger signe de tête. J'avoue ne pas trop savoir comment interpréter ces propos : une invitation à faire ce que je m'apprêtais à faire en tous les cas ? Une simple observation ? Ou cela décelerait-il un autre sens, de ceux que je me trouve dans l'incapacité d'interpréter ? Je n'en sais trop rien, son ton s'est fait plus froid, elle-même plus glaciale. Je reconnais davantage en elle Elena Gordon telle que je me l'imaginais avant de faire plus ample connaissance avec elle. Je pense que cette froideur n'est qu'une façade, un masque qui lui permet de demeurer imperméable aux émotions, à ce susceptible de la faire souffrir. À cet instant, j'ai l'impression que le masque est retombé, après qu'il se soit relevé juste pour moi. Je le regrette un peu, mais je me dis que je ne peux rien tirer de bon à surinterpréter la situation. Si cela se trouve, Elena n'est ni contrariée, ni moins amène que tout à l'heure, ou alors elle ne l'a jamais été et j'ai supposé qu'elle s'était mise à nu (métaphoriquement parlant, bien sûr, n'allez pas imaginer n'importe quoi... Elena peut sans conteste être source de fantasme, mais la beauté physique n'a jamais été ce qui m'importait le plus chez une demoiselle – pour preuve, je ne trouve rien d'agréable physiquement à Pomona, et pourtant, je ne peux m'empêcher de penser à elle), je suppose et analyse souvent trop, je dois dire. Allez, je préfère croire qu'elle se contente de faire un constat. Et ce constat est plus que véridique, ma foi. Que nous nous séparions est le mieux que nous puissions faire. Je reste convaincue qu'Ashley a ses chances avec Edward, je dois dire que je l'ai jusque là freiné assez égoïstement. Car quand elle voulait rendre le vert et argent jaloux, moi je voulais préserver mon cœur et ma pensée de celle que je n'aurais jamais. À bien y réfléchir... Elena est plus efficace en la matière que ne l'est Ashley. Avant que ma relation avec Ashley ne vienne sur le tapis, je n'avais pas une seule fois pensé à Pomona (en soi, c'est plutôt miraculeux).

Un léger silence prend place. Ne trouvant quoi répondre à sa remarque (puisque, j'en conviens aisément, elle est judicieuse), je me contente d'un pâle sourire, et cela nous enferme dans une dynamique silencieuse qui ne me plaît guère. Si notre conversation s'arrêtait maintenant, j'en serai... fâché. J'aime la compagnie d'Elena. Et je ressens ce besoin de lui plaire. Je n'ai pas envie d'être seulement en bons termes avec ele, je veux que ces termes soient excellents. J'essaie donc de trouver un sujet de conversation, n'importe lequel... mais quand mes yeux cherchent à croiser ceux de la joli blonde, ces derniers sont attirés ailleurs. Plus loin, Vincent est en charmante compagnie. Je ressens sans trop savoir pourquoi un élan de rage à son égard. Je n'ai jamais rien eu contre Vincent. Nous ne sommes certes pas amis, mais nous ne nous détestons pas pour autant. À présent... Je ne sais pas, j'ai vu les larmes qu'il a fait couler sur le visage d'ordinaire imperturbable de mon interlocutrice, et j'admet que cela fait plus que m'agacer. Elena fait comme si elle n'avait rien vu, ou comme si elle s'en moquait, mais j'ai l'impression de voir son cœur se serrer. Moi-même, je décide dans un premier temps de faire comme si je n'avais pas suivi son regard, et de répondre à sa question le temps de faire illusion.

-Alors, du coup tu vas faire quoi ? Bosser au ministère de la magie ?

J'approuve d'un signe de tête.
-Mon père m'a trouvé un stage là-bas...
je répond, sans aucune forme d'enthousiasme ? Pourquoi feindre la motivation alors que je n'en ressens aucune, après tout ?

Je trouve mon propos tout sauf passionnant. Je veux y ajouter quelque chose qui me rende un peu plus intéressant. Un vain besoin de plaire ? Certainement. Mais je n'arrive pas à me concentrer sur ce que je peux dire. De loin, j'entends le rire de Vincent, j'ai presque le sentiment qu'il s'exprime de la sorte, si peu discrètement, uniquement pour mettre Elena dans l'embarras.

-Tu sais...
je dis, perdant subitement toute cette partialité dont je m'étais promis de faire preuve envers chaque chevalier. Il ne te méritait pas. Tu es belle, brillante, intelligente... bref, il n'en vaut pas la peine.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MANGEMORT
avatar
▌ Messages : 865
Humeur :
50 / 10050 / 100

En couple avec : Mariée à Caleb

QUI SUIS-JE?
Baguette: Saule & Corbeau
Camp: Mal
Avatar: Lauren Conrad

Message#Sujet: Re: « They don't really care about us. » | Lena & Calou |   Ven 25 Jan - 12:39

    Si le silence qui s'était installé entre Caleb et moi était gênant, c'était encore pire maintenant que le rire bruyant de Vincent y résonnait. En cet instant, j'aurai payé cher pour que le calamar du lac décide de bouffer ce crétin prétentieux. Pourtant ( ça me faisait mal de l'avouer ) les Chevaliers de Walpurgis avaient besoin de lui. Impossible de comprendre en quoi il était utile, mais ce n'était pas à moi d'en juger comme l'avait si bien souligné mon camarade. Même si je le trouvais con et idiot, je ne pouvais empêcher mon coeur de se serrer douloureusement dans ma poitrine à la vue de la jolie Gryffondor pendue à son bras. Elle avait de magnifiques cheveux longs, noirs et brillants. Sa peau était légèrement halée et ses yeux pétillaient quand elle riait aux éclats. Elle était belle. Peut être même plus que moi ( pourtant c'est dur ). Nul doute que mon ex avait amenée sa nouvelle proie ici pour me prouver qu'il pouvait me remplacer aisément. Cette cruauté gratuite lui ressemblait bien. Lorsque Caleb répondit à ma question, je sortis brutalement de mes songes. Depuis combien de temps avais-je le regard rivé sur le couple qui traînait sur l'autre rive ? Est-ce-que ça s'était vu ?

    « Mon père m'a trouvé un stage là-bas... » me dit mon ami.

    Je ne sens aucune motivation dans cette explication. Pas besoin d'être un génie pour comprendre ce qu'il se passait chez Caleb. Son père avait visiblement un plein pouvoir sur la vie du jeune homme et le fait qu'il soit majeur n'y changeait rien. Je pouvais comprendre que ça l'agace énormément, même si j'avais personnellement réglé ce problème de mon côté. De façon définitive. Je ne fis aucune remarque à ce sujet, n'étant pas vraiment pressée de dire à mon ami que j'avais moi-même mis fin aux jours de mes parents. En fait moins il y avait de personnes au courant et mieux c'était. Alors que je m'attendais à continuer la discussion sur notre avenir, je sentis l'ambiance autour de nous changer. Mon regard croisa le sien et s'y accrocha subitement. Quelque chose avait changé chez lui, il semblait plus proche.

    « Tu sais... Il ne te méritait pas. Tu es belle, brillante, intelligente... bref, il n'en vaut pas la peine. »

    Un peu surprise, j'ouvris d'abord grand les yeux, cherchant une raison à tous ces compliments inattendus. Il avait pris un coup sur la tête pendant que je regardais pas ou quoi ? Quelques minutes avant il se montrait distant et maintenant il essayait de me réconforter en me charmant ? Bizarre. Finalement mon visage se radoucit et je fis un sourire un peu gêné. Bien entendu, je savais déjà tout cela, mais c'était agréable de se l'entendre dire. Je maudis intérieurement ces maudites joues d'ordinaire inexpressives qui ne pouvaient pas s'empêcher de rosir. L'effet que Caleb avait sur moi était effrayant. Comment pouvait il me changer en cette poupée guimauve ? Mystère.

    « C'est juste dommage qu'il ne soit pas capable de se montrer respectueux. Un jour ça lui coûtera sûrement cher... »

    Dans un nouvel élan affectif qui semblait sortir de je ne sais où, ma main se reposa sur la sienne dans l'herbe pour ne plus en bouger. Cette fois, ce n'était pas une erreur et j'assumais ce geste " amical ". Un petit rire étouffé s'échappa d'entre mes lèvres.

    « En tout cas, j'apprécie les compliments. Tu sais... T'es vraiment un garçon à part. »

_________________
- Keep calm and burn it to the ground -
We are the followers of He-Who-Must-Not-Be-Named and we got the dark mark to prove our loyalty unashamed. We are your neighbors and your teachers in your school and your streets. We are the purity of something powerful and elite.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MANGEMORT
avatar
▌ Messages : 598
Humeur :
50 / 10050 / 100

En couple avec : Elena

QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois de houx, ventricule de dragon, 20,2 centimètres, souple et facilement maniable
Camp: Mal
Avatar: Nicholas Hoult

Message#Sujet: Re: « They don't really care about us. » | Lena & Calou |   Lun 28 Jan - 18:01

-C'est juste dommage qu'il ne soit pas capable de se montrer respectueux. Un jour ça lui coûtera sûrement cher...

Je ne peux qu'être d'accord avec les propos de ma belle interlocutrice. J'ai dû mal à comprendre l'attitude de ceux qui se pavanent et roulent des mécaniques. Certes, je comprend qu'ils ne font que cela dans le but un peu vain de se sentir exister, mais le tout demeure tout de même un véritable mystère à mes yeux. Je ne pourrais jamais agir ainsi que le fait Vincent. J'ai trop de dignité et de respect envers mes pairs, pour accepter de me donner ainsi en public sans comprendre ce que cela a de stupide et d'irrespectueux. Elena ne mérite vraiment pas le traitement que son ex petit ami lui inflige. Il y a une chose sur laquelle je me suis toujours montré intransigeant : le respect. J'ai toujours eu pour coutume d'en faire preuve, même auprès de ceux qui le méritent le moins. Pour cette raison, j'en montrerais à Vincent, même s'il ne le mérite pas. Je considère que c'est en traitant autrui avec politesse et toujours beaucoup d'égard qu'on parvient à déstabiliser même celui qui y arrive le mien. C'est ainsi que fait Voldemort avec tout le monde, et je considère que c'est efficace. Et c'est pour cette raison, d'ailleurs, que j'estime le jeune homme à ce point. Qu'il ait décidé de joindre à ses rangs des personnes aussi peu subtiles et indélicates que Vincent... ou même Daniel (je l'apprécie beaucoup, mais il faut tout de même voir les choses en face), cela m'échappe un peu... mais je suis certain qu'il sait ce qu'il fait, je suis sûr qu'il a ses raisons. Il nous est de toute manière interdit de douter.

-En tout cas, j'apprécie les compliments. Tu sais... T'es vraiment un garçon à part.

J'en doute vraiment fortement. J'ai toujours eu tendance à me trouver d'une affligeante modestie, et je ne dis pas cela par pure modestie. Je reconnais être intelligent , oui, mais c'est à peu près la seule qualité que je m'accorde. Et encore, je ne me considère pas comme étant l'être le plus intelligent qui soit il l'est plus que moi, cela ne fait pas le moindre doute à mes yeux. Cela dit, difficile de demeurer de marbre quand une demoiselle aussi charmante qu'Elena Gordon déclare que vous êtes un garçon à part. En ce qui me concerne. Je suis à la fois flatté et soulagé à l'idée qu'elle puisse peut-être me trouver intéressant. Cette fille me fascine, c'est un fait. Elle n'exerce pas sur moi la même attraction que Pomona, personne ne le peut je le crains, mais je ne peux malgré tout nier que plus je passe de temps avec elle, plus j'ai envie d'en passer davantage.

-J'en doute fort mais j'apprécie également le compliment.
Je fais, dans un léger sourire. Tu es différente de ce que j'imaginais, Elena. Tu ne ressembles à personne que je connaisse. Je marque une légère pause. Et je suis sûr que je n'ai fais qu'effleurer la surface, pourtant. J'ai vraiment envie d'apprendre à mieux te connaître...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MANGEMORT
avatar
▌ Messages : 865
Humeur :
50 / 10050 / 100

En couple avec : Mariée à Caleb

QUI SUIS-JE?
Baguette: Saule & Corbeau
Camp: Mal
Avatar: Lauren Conrad

Message#Sujet: Re: « They don't really care about us. » | Lena & Calou |   Mer 6 Fév - 11:49

    J'aurais été surprise si Caleb s'était empressé d'acquiescer au compliment que je venais de lui faire. Bien entendu, il n'en fit rien. J'ignore si c'était par simple modestie ou bien parce qu'il faisait partie de ces gens qui se rabaisse continuellement, mais il ne sembla pas partager mon avis. Pourtant, il était rare que je fasse un compliment aussi sincère que celui-ci. Son absence de réaction quand au contact de nos mains me rassura, puisque tout de même il n'avait pas l'air d'un garçon qui se laisse facilement attendrir. Au fond, j'espérais un peu qu'il me trouve quelque chose de spécial, d’intéressant. Bien sûr il venait de me dire tout plein de choses très gentilles, mais je ne voyais là que sa nature polie et distinguée. Certes il en faisait rarement l'usage avec les Chevaliers de Walpurgis, mais je l'avais déjà vu avoir cette même attitude avec d'autres élèves.

    « J'en doute fort mais j'apprécie également le compliment. Tu es différente de ce que j'imaginais, Elena. Tu ne ressembles à personne que je connaisse. Et je suis sûr que je n'ai fais qu'effleurer la surface, pourtant. J'ai vraiment envie d'apprendre à mieux te connaître... »

    Cette brusque déclaration me coupa un peu le souffle bien que cela ne se montra pas sur mon visage toujours plus ou moins impassible. Même si je n'étais pas avare de compliments envers moi-même, il était par contre rare que cela vienne d'une autre personne. L'ambiance aurait pu devenir vraiment douce et agréable si Vincent ( qui avait du nous apercevoir ) ne s'était pas mis à rire encore plus fort et à serrer la pauvre Gryffondor dans ses bras. Oui, la pauvre, parce qu'elle n'avait pas du tout conscience qu'elle n'était qu'un objet dans les bras de ce vil serpent. Elle devait se sentir importante et adorée comme moi à l'époque où il semblait si gentil. Mon corps se crispa un peu mais je fis de grands efforts pour ne pas laisser mon ex gâcher ce moment agréable avec Caleb. Je me raclais la gorge et repris petit à petit une contenance.

    « Je suis surprise, parce que jusqu'à aujourd'hui je pouvais me contenter d'être celle que les autres attendaient que je sois. Tu es le premier à chercher à savoir qui je suis. Tu es un savant comme moi, donc je comprends qu'apprendre te fasse plaisir. Si c'est ce que tu veux, j'essayerai d'être davantage moi-même en ta compagnie... »

    Je fis un petit sourire doux. Je n'avais pas fait cette tête depuis longtemps. En fait, je ne me souvenais même pas l'avoir tout simplement faite. Ce garçon que je venais de rencontrer me faisait plus d'effet que Vincent après plusieurs mois de vie de couple. Peut être venais-je de comprendre ce que signifiait le terme d'amitié. Au fond, j'espérais même arriver à un stade plus qu'amical avec Caleb, mais seul le temps pourra m'offrir cette chance. D'autant plus que les précédentes paroles du jeune homme tournaient dans ma tête, me rendant un peu triste. Il ne voulait aimer personne plus qu'une soeur. Il ne s’intéressera surement jamais vraiment à moi.

_________________
- Keep calm and burn it to the ground -
We are the followers of He-Who-Must-Not-Be-Named and we got the dark mark to prove our loyalty unashamed. We are your neighbors and your teachers in your school and your streets. We are the purity of something powerful and elite.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

« They don't really care about us. » | Lena & Calou |

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» 03. We don't care about our bad intentions
» i'll take care of you + (pétronille)
» Astrid ? I love gossip and I don't really care about the environment.
» I love gossip and I don't really care about the environment.
» Les ONG, instruments des gouvernements et des transnationales ?
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
T.rouble O.r M.isery (or both) ::  :: 
L'extérieur de l'école
 :: Le lac.
-