AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Nul sentiment pire que la honte (Herbert)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
SORCIER
avatar
▌ Messages : 286
Humeur :
50 / 10050 / 100

En couple avec : Christian Walsh

QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois de roseau, crin de licorne, 19 cm
Camp: Bien
Avatar: Zooey Deschanel

Message#Sujet: Nul sentiment pire que la honte (Herbert)   Mar 25 Déc - 18:06

Elle se sentait mal. Aussi bien physiquement que mentalement. Physiquement, cette fichue impression de se faire essorer le foie et les intestins ne la lâchait pas, de même que ce sentiment de s'être fait passer la cervelle sous un rouleau compresseur. Mentalement, sa honte était telle qu'elle aurait voulu disparaître six pieds sous terre, et s'y enfoncer encore plus profondément si possible.

Elle ne retrouvait que par bribes ses souvenirs de la soirée de la veille. La potion anti gueule-de-bois qu'on lui avait fait ingurgiter l'aidait à retrouver une contenance et un meilleur état, mais sa mémoire, elle, demeurait aux abonnées absentes.

Rien de plus désagréable et de décontenançant que d'être certain d'avoir fait quelque chose d'horrible sans savoir de quoi il retourne.

Quoi qu'elle ait pu faire la veille, Lindsay était au moins certaine d'une chose, elle avait mal agit. Et Merlin ce qu'elle avait honte. Elle avait l'impression que tous les regards se tournaient vers elle, et la toisaient pour mieux la juger.

Quelle femme respectable se conduisait-elle ainsi? Quelle épouse digne de ce nom adoptait-elle une telle conduite? Elle avait été déplorable. Si cela venait à se savoir... Lindsay n'osait même pas s'imaginer à quel point elle pâtirait de cette situation.

Mais que s'était-il passé la veille de ce jour, vous demanderez-vous peut-être? Rien d'anormal. Elle et James ne s'était pas disputé, ce n'était qu'une petite goutte d'eau qui avait fait déborder un vase vraiment trop rempli.

Depuis leur conversation au sujet de l'idée de Lindsay sur la possibilité d'agrandir la famille, James était encore plus distant si c'est possible, et il évitait le sujet avec un soin exaspérant.

Elle ne voulait pas remettre d'elle-même le sujet sur le tapis, elle voulait que l'initiative vienne de lui. Elle pouvait visiblement attendre encore longtemps.

Elle s'était sentie mal, elle avait décidé de prendre un peu l'air, elle était allée boire un verre à la tête de sanglier (là où il y avait peu de chances qu'on la connaisse et reconnaisse) et tout avait alors dérapé.

Lindsay n'avait jamais tenu l'alcool. Au bout d'un verre de liqueur, elle était déjà à ramasser à la petite cuillère. Là, noyée sous un océan de whisky pur feu, elle n'avait plus été maîtresse de ses actes, avait fini la soirée malade et effondrée, incapable de fournir son adresse, et on l'avait conduit à Sainte-Mangouste.

à son réveil, on lui avait fait boire cette potion immonde, qui faisait effet lentement, mais sûrement, et on lui avait demandé de communiquer le nom de la personne à contacter pour venir la chercher (au cas où la potion aurait des effets secondaires non désirés).

Lindsay avait songé à prévenir James, bien sûr, mais l'idée l'abandonna rapidement. Elle savait comment cela se passerait si elle venait la chercher. Alors elle fit prévenir Herbert. Son nom était le premier à lui être venu à l'esprit car elle lui avait promis de l'aider à préparer ses cours (lui qui angoissait à l'approche de la rentrée) ce jour même.

Elle l'attendait donc, tentant de savourer son petit-déjeuner malgré la culpabilité.

Qu'un autre homme que son mari vienne la chercher ferait peut-être jaser.

...Tant pis, un brin de jalousie ne ferait pas de mal à James.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
avatar
▌ Messages : 216
Humeur :
50 / 10050 / 100


QUI SUIS-JE?
Baguette: bois de chêne, crin de licorne, 27,2 cm
Camp: Neutre
Avatar: Matthew Morrison

Message#Sujet: Re: Nul sentiment pire que la honte (Herbert)   Dim 30 Déc - 12:20

★ Nul sentiment pire que la honte ★


La rentrée approchait à grand pas, et l'angoisse de notre comédien raté augmentait. Il n'avait pas la moindre idée de comment il allait s'en sortir. Il fallait préparer les cours de sept classes, et sur plusieurs mois si possible, histoire de ne pas être trop vite pris au dépourvu. Comment faisaient les autres professeurs ? Lui, il était totalement démuni, c'était juste une horreur. Heureusement, il pouvait compter sur des amis en or pour lui filer un coup de main lorsqu'il en avait besoin. Des amis en or comme Lindsay, qui le soutenait beaucoup depuis que Dippet avait offert à Herbert le poste de professeur d'herbologie. Elle lui avait même promis de l'aider à préparer ses cours, ce qui lui serait clairement d'une aide précieuse, vu les circonstances. Même si elle ne lui soufflait pas à l'oreille ce qu'il pouvait faire, il préférait avoir de la compagnie dans ce genre de situations au lieu de bûcher tout seul dans son coin comme un pauvre malheureux.

Il ne devait rejoindre Lindsay que dans l'après-midi, c'est pourquoi il fut étonné qu'on le contacte dans la matinée... Et plus surprit encore quand il entendit que la jeune femme était à Sainte-Mangouste, et avait besoin qu'on vienne la chercher. Bien sûr, Herbert se demanda pourquoi James n'était pas celui que l'on avait contacté, mais il se dit qu'il aurait tout le temps de poser la question plus tard (si ça se trouve, lui aussi était à Sainte-Mangouste). Il n'avait aucune idée de ce qui arrivait à la jeune femme, si c'était grave ou non (il supposait que non, sinon elle ne pourrait pas déjà partir), et son naturel n'aidant pas, il était inquiet.

Tout de suite après avoir eu le message, il s'était précipité à Sainte-Mangouste, où on lui apprit que la jeune femme prenait son petit-déjeuner au dernier étage. Bon, si c'était le cas, c'était que la situation ne devait tout de même pas être bien grave, qu'elle était debout, et dans l'état de manger. Il en eut la confirmation en la retrouvant. Elle n'avait pas l'air très bien, mais pas dans un état critique. Il la rejoignit, et lui adressa un sourire.

-Comment tu vas ? Qu'est-ce qui t'es arrivé ?


Le ton de sa voix était soucieux. Il n'avait pas à se forcer pour qu'il le soit. Très proche de ses amis de nature, il n'acceptait pas qu'il leur arrive quoi que ce soit de mal.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
avatar
▌ Messages : 286
Humeur :
50 / 10050 / 100

En couple avec : Christian Walsh

QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois de roseau, crin de licorne, 19 cm
Camp: Bien
Avatar: Zooey Deschanel

Message#Sujet: Re: Nul sentiment pire que la honte (Herbert)   Lun 7 Jan - 16:03

Lindsay décela une légère angoisse dans le regard d'Herbert, qui venait enfin d'arriver. Normal, il avait dû trouver alarmant d'être ainsi contacté par l'hôpital. La jeune femme s'en voulait quelque peu de lui avoir causé un tel soucis, mais elle n'avait pas su qui contacter d'autre.

L'angoisse qui animait ses yeux disparut un peu quand le futur professeur devina visiblement que son amie n'était pas dans un état critique.


"Comment tu vas ? Qu'est-ce qui t'es arrivé ?"

Afin d'achever de rassurer son interlocuteur, Lindsay adressa un sourire (un peu forcé mais qui ferait l'affaire) à Herbert, avant de lui répondre avec le plus de calme possible, afin qu'il arrête de s'inquiéter.


"Je suis désolée d'avoir dû te déranger. Je ne savais pas qui contacter, et je ne voulais pas que James me voit dans cet état."


Elle baissa les yeux, toujours honteuse de son attitude passée. Elle n'avait pas particulièrement envie de l'évoquer en compagnie de son ami.

En même temps, elle lui était redevable, plus que redevable, même. Quel ami dévoué il était, pour s'être précipité à Sainte-Mangouste pour elle.

En contrepartie, il était normal qu'elle lui explique ce pourquoi elle l'avait fait venir, mais cette perspective était loin de la satisfaire, elle avait honte, si honte... c'était terrible.

"Assieds-toi. Leurs pains au chocolat sont bons."


Comment dire quelque chose de profondément banal à un moment où elle aurait dû parler sérieusement, mais Lindsay voulait à tous prix détendre l'atmosphère.

Et pour se donner du courage, elle avala un morceau de pain au chocolat. Elle avait toujours préféré les petits déjeuners à la française, et ces pains étaient effectivement très bons. Même si elle n'avait pas franchement faim à l'heure actuelle.

"Je suis vraiment désolé..."
s'excusa-t-elle une nouvelle fois. "J'ai passé une mauvaise soirée. Très mauvaise... et j'ai..." elle marqua une légère pause, son teint virant au rouge vif. "...j'ai trop bu, voilà."

Le ton de sa voix avait largement baissé. Disparaître six pieds sous terre aurait été une excellente alternative à l'heure actuelle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
avatar
▌ Messages : 216
Humeur :
50 / 10050 / 100


QUI SUIS-JE?
Baguette: bois de chêne, crin de licorne, 27,2 cm
Camp: Neutre
Avatar: Matthew Morrison

Message#Sujet: Re: Nul sentiment pire que la honte (Herbert)   Ven 11 Jan - 19:10

★ Nul sentiment pire que la honte ★



-Je suis désolée d'avoir dû te déranger. Je ne savais pas qui contacter, et je ne voulais pas que James me voit dans cet état.


D'un geste de la tête, Herbert fit comprendre à Lindsay qu'il se moquait bien qu'elle l'ait dérangé. Et c'était la vérité. Il y avait plein de chose que le futur professeur n'était pas, mais un mauvais ami non. Il était toujours là pour rendre service à ses amis, qui étaient tous précieux à ses yeux (même ceux qui se fichaient bien de lui, dans le fond - oui, je parle de James, évidemment). ça ne l'avait pas dérangé de "courir au secours" de la jeune femme, et s'il devait le refaire, il le referait un jour. C'est vrai qu'il trouvait étonnant que Lindsay n'ait pas directement fait appel à son mari, mais il pouvait comprendre qu'il y ait des situations où une femme avait moins de facilités à s'adresser à son mari plutôt qu'à un ami. Il n'était pas marié, mais il imaginait bien que même si on a beaucoup de confiance en son partenaire, on a toujours son jardin secret. Comme Herbert ne savait pas encore trop ce qui arrivait à son interlocutrice, il ne savait pas trop ce que "dans cet état" était supposé signifier, mais il ne tarderait visiblement pas à l'apprendre.

-Assieds-toi. Leurs pains au chocolat sont bons.


Herbert s'exécuta et trouva place en face de Lindsay. Discrètement, mais trop maladroitement pour que cela passe inaperçu, il chercha à inspecter de plus près son visage afin de voir s'il arrivait à découvrir des séquelles physiques de ce qui avait pu lui arriver sur ses traits. Pas grand chose à signaler, pourtant, elle avait les traits tirés par la fatigue, mais le comédien raté se dit que c'était peut-être juste le contrecoup d'une soirée passée à l'hôpital.
Le professeur n'avait pas bien fin, mais il s'empara quand même d'un pain au chocolat, pour la forme et aussi pour savoir quoi faire de ses mains. Il en avala une bouchée. C'est vrai, ces mignardises étaient très bonnes.

-Je suis vraiment désolé... J'ai passé une mauvaise soirée. Très mauvaise... et j'ai...j'ai trop bu, voilà.


Herbert dissimula comme il le pouvait sa surprise. Lindsay? Boire jusqu'à l'excès dans un quelconque rade miteux? ça ne lui ressemblait absolument pas. Elle qui était toujours irréprochable, et semblait avoir trop de joie de vivre en elle pour avoir quoi que ce soit à noyer dans l'alcool. Mais la jeune femme n'était pas menteuse, et surtout, ne compromettrait pas son image au nom d'un mensonge pareil.

-T'excuses pas mais...
Il voulait lui montrer qu'il était décontenancé sans trop en ajouter. Qu'est-ce qui s'est passé pour que tu te mettes dans cet état?


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
avatar
▌ Messages : 286
Humeur :
50 / 10050 / 100

En couple avec : Christian Walsh

QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois de roseau, crin de licorne, 19 cm
Camp: Bien
Avatar: Zooey Deschanel

Message#Sujet: Re: Nul sentiment pire que la honte (Herbert)   Dim 20 Jan - 17:40

Lindsay savait qu'elle avait de la chance d'avoir un ami tel qu'Herbert. Beaucoup d'hommes, en apprenant que la jeune femme s'était humiliée en buvant trop, l'auraient sûrement sermonné, abandonné à son sort, et condamné pour ses mauvaises mœurs.

Herbert, lui, cherchait à comprendre avant d'accuser. Il possédait cette sorte de sensibilité que seuls avaient les artistes en leur possession. Cette sensibilité que Lindsay retrouvait en James, quelque fois... pas suffisamment souvent malgré tout, malheureusement...

Non seulement il s'était mit à sa disposition alors qu'il avait certainement mieux à faire, mais en plus, il aceptait de l'écouter (ce dont la jeune femme avait certainement le plus besoin), il était aux petits soins avec elle. C'était tout ce dont elle avait besoin.


"T'excuses pas mais..."

Herbert avait beau être une perle, Lindsay avait tout de même le sentiment de le gêner un peu. Il avait suffisamment de tact pour ne pas le lui montrer tel quel, mais il se serait sans doute épargné le fait de courir au secours d'une femme mariée qui décuvait après une soirée trop arrosée.


"Qu'est-ce qui s'est passé pour que tu te mettes dans cet état ?"

Il était évident qu'Herbert lui poserait cette question. Lindsay l'aurait fait, elle aussi, dans pareille situation, c'était humain, c'était normal, une question que l'on posait par habitude, par véritable inquiétude, par besoin d'aider l'autre...

La jeune femme aurait certainement fait la même chose dans cette situation. Et même si elle n'avait pas très envie de revenir sur les circonstances qui l'avaient mené à un tel embarras, elle savait qu'elle devait la vérité à Herbert, s'était la moindre des choses pour le service qu'elle acceptait de lui rendre.

Lindsay baissa les yeux en même temps que le ton de sa voix. Elle préférait éviter que des oreilles qui traînent lui fassent une terrible réputation.


"Eh bien... il te l'a peut-être dit..."
C'était l'inconvénient d'avoir un ami en commun. Elle savait qu'Herbert était fiable et n'irait pas tout répéter à son mari, mais il ne lui était pas facile d'inviter implicitement le futur professeur à prendre parti – même si, dans le fond elle avait envie qu'on lui dise qu'elle avait raison, et que lui avait tort. Entre James et moi... ça ne va pas très bien, depuis quelques temps... C'est peut-être de ma faute... je ne sais pas trop. J'ai juste l'impression qu'on évolue à deux vitesses différentes, dès que j'essaye de faire quelques pas en avant, lui recule.

Elle parlait bas, mais avec beaucoup de volonté, sa voix ne se brisait pas. Elle exposait juste les faits avec ce qu'il pouvait lui rester de dignité. Elle ne voulait pas sembler trop faible... elle avait déjà l'impression de s'être trop mise à nu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
avatar
▌ Messages : 216
Humeur :
50 / 10050 / 100


QUI SUIS-JE?
Baguette: bois de chêne, crin de licorne, 27,2 cm
Camp: Neutre
Avatar: Matthew Morrison

Message#Sujet: Re: Nul sentiment pire que la honte (Herbert)   Lun 28 Jan - 11:55

★ Nul sentiment pire que la honte ★


"Eh bien... il te l'a peut-être dit..."

Par “il”, Herbert comprit immédiatement que Lindsay faisait référence à son mari, James. Et non, James n'avait rien dit au futur professeur. D'ailleurs, James avait toujours été avare en confidences, maintenant que le comédien raté y réflechissait un peu. Quand ils se retrouvaient, c'était, le plus souvent, lui qui parlait, se confiait, et meublait la conversation, tandis que James écoutait. Et pour écouter et conseiller, le mari de Lindsay s'avérait infiniment doué. Même s'il pouvait parfois manquer d'un peu de tact. Alors non, James n'avait rien dit à Herbert, ou en tous cas rien qui puisse justifier que ce dernier retrouve son amie dans cet état. Il était totalement décontenancé par la situation. Ami commun du couple, il n'avait aucune idée de ce qu'ils pouvaient bien être en train de traverser.

"Entre James et moi... ça ne va pas très bien, depuis quelques temps... "


C'était un peu ce qu'Herbert avait craint au moment où il avait entendu le nom de James être prononcé. Craint parce qu'il ne connaissait pas de couple mieux assorti que les Hopkirk, pour lui, ils étaient l'exemple de ce que tous maris et femmes devraient être : heureux en ménage, positifs, sympathiques. Qu'il puisse y avoir de l'eau dans le gaz entre ces deux là ne lui aurait jamais effleuré l'esprit jusqu'à aujourd'hui. Et lui qui n'aimait pas que l'on rompe un bonheur parfait était fermement décidé à faire en sorte que les choses s'améliorent entre eux. Mais pour cela, il fallait comprendre ce qui se passait. Herbert était convaincu qu'il ne s'agissait que de trois fois rien. Une union aussi solide que la leur pouvait bien surmonter tous les obstacles. Tous les couples passaient par des hauts et des bas, c'était comme ça. Aucun pouvait prétendre n'avoir connu aucun bas. Mais James et Lindsay étaient suffisamment forts pour arriver à bout de cette situation.

"C'est peut-être de ma faute... je ne sais pas trop. J'ai juste l'impression qu'on évolue à deux vitesses différentes, dès que j'essaye de faire quelques pas en avant, lui recule."


Ce que disait Lindsay n'était peut-être pas bien amusant, mais cela rassurait Herbert tout de même. Ce qui leur arrivait ne semblait pas insurmontable, c'était le genre de discours qu'il avait déjà entendu, et James et Lindsay parviendrait à affronter cette mauvaise passe, c'était évident, ils avaient tout les deux bien assez de force de caractère pour cela.

-Et tu te mets dans cet état pour ça?
Fit-il d'un ton qui cherchait à tous prix la dédramatisation. C'est rien, ça... James et toi êtes faits l'un pour l'autre, ça crève les yeux, ce n'est pas quelques désaccords qui doivent te miner à ce point. Il marqua une légère pause. D'ailleurs, il y a dû avoir un plus gros désaccords au milieu de tout ça, non? Je te connais trop bien pour penser que je doive te récupérer à Sainte Mangouste uniquement parce que tu doutes de ton couple!
[/color]

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
avatar
▌ Messages : 286
Humeur :
50 / 10050 / 100

En couple avec : Christian Walsh

QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois de roseau, crin de licorne, 19 cm
Camp: Bien
Avatar: Zooey Deschanel

Message#Sujet: Re: Nul sentiment pire que la honte (Herbert)   Mar 5 Fév - 19:47

-Et tu te mets dans cet état pour ça?

Merci, Herbert! Ce n'étaient pas là les mots que Lindsay avait envie d'entendre. A l'instant où elle voulait qu'on la soulage de sa peine et de ses frustrations, qu'on lui dise qu'elle n'était pas en tort lorsqu'elle disait ressentir ce qu'elle ressentait, voilà que son ami insinuait qu'elle exagérait la situation.

En attendant, Herbert avait peut-être raison d'agir ainsi. Abonder dans le sens de la jeune femme n'aurait pas été la chose la plus productive à faire, loin de là, lui faire comprendre que tout n'était peut-être pas aussi grave qu'elle l'imaginait lui donnerait peut-être l'occasion de relativiser.

Peut-être... étant une femme entière, Lindsay peinait à faire les choses à moitié, même lorsqu'il s'agissait de sa situation amoureuse. Imaginer son couple dans une impasse avait donc pour elle été un réflexe premier et naturel. Et elle l'abandonnait difficilement. C'est pour cette raison, d'ailleurs, qu'elle ne pu s'empêcher d'adresser à son ami un regard noir en l'entendant prononcer ces mots.

-James et toi êtes faits l'un pour l'autre, ça crève les yeux, ce n'est pas quelques désaccords qui doivent te miner à ce point.


Faits l'un pour l'autre, destinés à être ensemble. C'était aussi ainsi que Lindsay avait toujours vu les choses, et ce depuis un bon moment, depuis Poudlard, en fait. Elle avait tout de suite eu un coup de coeur pour ce garçon timide et reservé, avait été aux anges quand il avait répondu à ses sentiments, et avaient tout naturellement pensé qu'ils étaient faits pour être ensemble, et que rien ne l'empêcherait.

Rien ne l'empêcherait... Lindsay était un peu fleur bleue, que voulez-vous. Et tout l'avait invité à y croire, en même temps.

Ils s'étaient tout de suite installé ensemble après la fin de leurs études, puis ils s'étaient mariés. La suite, logiquement, aurait dû être qu'ils aient beaucoup d'enfants et vivent heureux jusqu'à la fin de leurs jours. Logiquement...

Mais visiblement, les enfants allaient devoir attendre... Si enfants devaient arriver un jour...

-D'ailleurs, il y a dû avoir un plus gros désaccords au milieu de tout ça, non? Je te connais trop bien pour penser que je doive te récupérer à Sainte Mangouste uniquement parce que tu doutes de ton couple!

Herbert était perspicace. Et effectivement, il connaissait bien le couple. Il avait raison. Oui, Lindsay ne se mettait pas dans tous ses états pour rien.

James n'avait jamais été très expansif, et il lui était arrivé plus d'une fois de se montrer distant. Elle était habituée, en quelques sortes.

"Ben... C'est que... j'ai émis l'hypothèse de songer à avoir des enfants... Visiblement, il n'a pas apprécié l'idée."

Rien que le fait d'y penser... Elle se sentait amère.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
avatar
▌ Messages : 216
Humeur :
50 / 10050 / 100


QUI SUIS-JE?
Baguette: bois de chêne, crin de licorne, 27,2 cm
Camp: Neutre
Avatar: Matthew Morrison

Message#Sujet: Re: Nul sentiment pire que la honte (Herbert)   Jeu 7 Fév - 21:02

★ Nul sentiment pire que la honte ★



-Ben... C'est que... j'ai émis l'hypothèse de songer à avoir des enfants... Visiblement, il n'a pas apprécié l'idée.


Emettre l'hypothèse de songer à... dès le début de la phrase que prononça Lindsay, Herbert sentit venir les embrouilles. Il y avait trop de conditionnel dans une seule phrase pour que ça puisse annoncer quoi que ce soit de bon. Et en même temps, c'était obligé. Lindsay ne s'emballait pas pour rien, et on ne devait pas venir la récupérer à Sainte-Mangouste pour des choses qui n'avaient pas vraiment leur importance. Quand il entendit la fin de sa phrase, tout devint clair pour notre écrivain raté. Evidemment! C'était pour ainsi dire... logique. Le futur professeur ne s'étonnait pas que la possibilité que le couple ait des enfants soit mise sur le tapis. Lui-même s'attendait à tout moment à ce que ce jour arrive. Cela faisait déjà quelques années qu'Herbert se demandait quand la bonne nouvelle lui serait annoncer. Bien sûr, il n'avait jamais envisagé les choses de cette manière.

-Oh...

Il ne voulait pas aller trop vite en besogne, il choisit donc de bien réfléchir à ce qu'il allait dire avant de prendre la parole. Non, parce qu'il aimait beaucoup Lindsay, et qu'il avait envie de prendre sa défense en disant qu'il ne comprenait pas James, qu'il aurait dû approuver tout de suite, qu'il agissait comme un crétin... Mais d'un autre côté, James était un ami également. Herbert savait bien qu'être l'ami commun d'un couple entraînait pas mal de complications. Pour le coup, il préférait être précautionneux. Il n'entendait qu'un son de cloche. Il faudrait qu'il en parle à James, mais il attendait d'avoir les deux versions des faits pour se permettre... non pas de juger, mais essayer de porter conseil à ses deux amis comme il le pourrait.

-Tu sais, il a peur, c'est normal. Nous, les hommes on est totalement paniqués dans ce genre de situations. Enfin... il disait ça, mais il n'était pas certain qu'il aurait réagi de la même manière. En même temps, pour songer à avoir des enfants, encore fallait-il avoir une femme dans sa vie, et Herbert était en phase de devenir un célibataire endurci... mais pas spécialement par choix, malheureusement. Laisse lui du temps, et je suis sûr que vous pourrez en parler calmement. Il marqua une pause. Je suis certain que vous ferez de super parents. Mais laisse lui le temps de se faire à cette idée!

Oui, ça devait faire ça. James devait avoir fait une crise de panique, rien de plus. Mais une fois qu'il se serait fait à l'idée, celle-ci l'enchanterait forcément.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
avatar
▌ Messages : 286
Humeur :
50 / 10050 / 100

En couple avec : Christian Walsh

QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois de roseau, crin de licorne, 19 cm
Camp: Bien
Avatar: Zooey Deschanel

Message#Sujet: Re: Nul sentiment pire que la honte (Herbert)   Dim 17 Fév - 18:51

-Oh...
Cette onomatopée qui ne veut rien dire, et que l'on sort dans les moments où l'on se sent décontenancé parce que l'on entend.

Lindsay avait l'impression d'entendre le cerveau d'Herbert s'activer à toute vitesse dans son crâne. Il réfléchissait sûrement à la phrase la plus appropriée, aux mots qui conviendraient le mieux.

Lindsay avait l'impression de suivre le fil de ses tergiversations, comme si ses pensées défilaient à l'allure d'un train fou au-dessus de sa tête. C'était désagréable de l'imaginer.

Imaginer qu'il soit en train de se demander ce qu'il devait dire, qu'il était mal à l'aise... la rendait mal à l'aise elle aussi. Elle n'aurait jamais dû l'impliquer dans une situation de ce genre.


-Tu sais, il a peur, c'est normal. Nous, les hommes on est totalement paniqués dans ce genre de situations.

Là, Herbert n'apprenait rien de nouveau à Lindsay. Celle-ci savait que son mari était angoissé. Qui ne le serait pas face à la perspective de voir sa vie totalement chamboulée.

Mais il y avait une différence, tout de même, entre avoir peur et être complètement tétanisé. Et lui, il avait l'air d'angoisser mortellement.

Comme s'il ne s'était pas attendu à ce que cela lui arrive un jour, comme s'il n'avait jamais songé à fonder une famille alors que cette pensée occupait constamment son esprit à elle.

Jouer la carte des "hommes, tous les mêmes" c'était extrêmement simple. Simpliste, même. Lindsay ne ferait pas ce reproche à un homme qui tentait de la consoler, mais elle voyait les choses ainsi malgré tout.

Sans compter qu'Herbert, malgré toutes ses tentatives, ne pourrait pas comprendre. Il n'y avait pas de femme, dans sa vie. L'idée de fonder une famille ne devait pas l'effleurer... Ou si tel était le cas, elle avait vraiment dû se tromper de Jules.


-Laisse lui du temps, et je suis sûr que vous pourrez en parler calmement. Je suis certain que vous ferez de super parents. Mais laisse lui le temps de se faire à cette idée!

Si seulement... Elle aussi avait cru qu'ils seraient les meilleurs parents du monde, mais à présent, elle doutait grandement.

Peut-être que toute cette période d'incertitude signifiait quelque chose, peut-être qu'ils n'étaient pas ce couple parfait auquel elle avait absolument voulu croire.

Comment savoir? Et comment admettre s'être trompé dans une société qui le désapprouverait quoi qu'il en soit? James et Lindsay devaient être faits l'un pour l'autre. S'ils ne l'étaient pas, ce serait une catastrophe, une véritable catastrophe. Il avait l'interdiction formelle de douter.

Mais le fait que son mari, lui, s'accorde cette opportunité, la frustrait et l'agaçait. Pourquoi la vie ne pouvait-elle pas être aussi simple que dans toutes les histoires.

"Oui, tu as sûrement raison. J'ai pas assez dormi et je dis des bêtises, ne fais pas attention." se résigna-t-elle, revenant à la "raison". "Tu veux bien qu'on s'en aille? Cet endroit me rend nerveuse..."

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
avatar
▌ Messages : 216
Humeur :
50 / 10050 / 100


QUI SUIS-JE?
Baguette: bois de chêne, crin de licorne, 27,2 cm
Camp: Neutre
Avatar: Matthew Morrison

Message#Sujet: Re: Nul sentiment pire que la honte (Herbert)   Jeu 21 Fév - 21:06

★ Nul sentiment pire que la honte ★


"Oui, tu as sûrement raison. J'ai pas assez dormi et je dis des bêtises, ne fais pas attention."

Herbert ne savait pas trop si cette réponse devait le soulager ou s'il devait continuer de s'inquiéter. Parce que même si le ton de Lindsay avait l'air sincère, il la connaissait suffisamment bien pour ne pas ignorer qu'elle savait mentir quand elle le voulait. Donc soit il l'avait ramené à la raison (pour une fois, il aurait été très doué), soit elle abondait dans son sens juste pour clore la conversation. En fait, même si Herbert aurait préféré que la première option soit la bonne, il craignait qu'il faille opter pour la seconde. Elle ne s'était pas mise dans cette situation pour dire, si peu de temps ensuite, qu'elle avait dramatisé les choses. Il ne pouvait pas se croire suffisamment doué pour réussir à consoler autrui comme ça, en un claquement de doigt. Et il avait raison de ne pas le croire, parce qu'il l'était pas.

Ceci dit, il se trouvait dans une situation un peu inconfortable, maintenant. Parce qu'il ne savait pas s'il fallait qu'il insiste ou bien laisse tout simplement couler. C'était sans doute vrai, qu'elle n'allait toujours pas très bien et avait des inquiétudes. Mais puisqu'Herbert n'arrivait visiblement pas à les calmer, le mieux était peut-être qu'il change radicalement de sujet. Il n'arriverait peut-être pas à la consoler totalement de son mal, mais il pouvait au moins le soulager un peu en lui changeant les idées. Ou alors, changer de sujets n'était pas la solution, et il fallait qu'ils en parlent un peu plus, même si ça faisait mal, parce que ce n'était pas en dissimulant les choses qu'on arrivait à panser les plaies... Raaa... il était paumé! Si seulement il savait être plus fin psychologue!! Mais ça, c'était lui demander la lune, bien sûr.

-Tu veux bien qu'on s'en aille? Cet endroit me rend nerveuse...

Bon ben, c'était elle qui avait rendu le verdict. Puisqu'elle avait l'air de ne plus vouloir insister, il n'insisterait pas. Ou au moins, il attendrait un peu. C'est vrai que la cafétéria d'un hôpital n'était pas le meilleur endroit du monde pour discuter de tout ça. C'était même le pire, en fait.

-Oui, t'as raison, allons ailleurs.
Il avala d'une traite ce qui restait dans son verre de jus d'orange et se leva. On peut aller chez moi, si tu veux. Aucun sous-entendu scabreux là-dedans, Herbert était trop naïf pour réaliser qu'on pouvait mal interpréter ses propos à certains moments. Il y a toujours un cours que tu dois m'aider à préparer, non?

Ben oui, ils étaient supposés se voir ce jour là pour ça à l'origine. Autant s'y mettre. ça l'aiderait, lui, à s'avancer, et elle, à penser à autre chose. C'est ce qu'on appelle joindre l'utile à l'agréable.
Ils quittèrent donc l'hôpital, en route pour Londres.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Nul sentiment pire que la honte (Herbert)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Nul sentiment pire que la honte (Herbert)
» l'etudiant haitien typique est une honte nationale:
» J'ai honte
» L'amitié d'Herbert Pagani.
» Les Perles Du Bac, Pire que le Débilitron, ou pareil XD
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
T.rouble O.r M.isery (or both) ::  :: 
Londres
 :: Hôpital Sainte-Mangouste :: Cinquième étage
-