AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Home Sweet Home [pv Bonnie]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
RÉSISTANCE
avatar
▌ Messages : 1041
Humeur :
90 / 10090 / 100

En couple avec : Marié à l'ô combien délicieuse Bonnie

QUI SUIS-JE?
Baguette: 21,2 cm, bois de meurisier et poil de doxy
Camp: Neutre
Avatar: Robert Sheehan

Message#Sujet: Home Sweet Home [pv Bonnie]   Dim 10 Fév - 23:26

Home Sweet Home
L
es aiguilles de sa montre se mouvaient avec tant de lenteurs que Clyde se demanda à plusieurs reprises si son cadran n'était pas cassé. Malheureusement pour notre ancien jaune et noir, il n'en était rien. Il l'avait toujours dit, et cela se confirmait à présent, il n'était tout simplement pas fait pour le travail. C'était... physique. L'ennui le guettait dès lors qu'il mettait un pied dans le cagibi qui lui servait de bureau au ministère, et Clyde comptait les secondes qui le séparaient de la fin de son travail à la seconde où celui-ci commença. Qu'on lui donne ou non des tâches importantes à effectuer n'y aurait certainement pas changé grand chose, mais il faut tout de même admettre que le fait qu'on lui ai donné pour charge de trier tous les dossiers du personnel du ministère à longueur de journées n'aidait pas vraiment. Oui, au corps défendant de Clyde, il devait effectivement passer ses journées à faire ce qu'il haïssait le plus au monde : quelque chose. Son paternel lui avait trouvé un travail au ministère, et l'ancien poufsouffle avait malheureusement trop besoin de l'argent que ses parents lui versaient encore (en plus du maigre salaire qu'il touchait pour le moment) pour désobéir. Oh, en quelques mois de travail, il s'était déjà fait porter pâle plus d'une fois, et avait déjà été surpris en train de dormir sur ses dossiers par un « collègue » que le jeune homme avait dû soudoyer pour qu'il ne le cafte pas à la hierarchie, mais pour Clyde, c'était déjà faire trop d'efforts que tout cela.

Et qu'est-ce qui l'attendait, une fois de retour dans son appartement londonien ? Bonnie. Ç'aurait pu être comique. Ça ne l'était qu'à moitié. Il arrivait quelque fois à Clyde d'être impatient de retrouver sa femme, non pas parce que ses sentiments étaient si ardents qu'il ne pouvait pas passer la moindre minute loin d'elle, mais parce qu'e les joutes verbales qu'ils s'échangeaient presque à chaque fois qu'ils s'obligeaient à partager la même pièce avaient le don de l'amuser et de le remettre d'applomb après une journée de travail qu'il trouvait forcément éreintante... quand bien même il glandait énormément, et que la masse de dossiers sur son bureau allait évidemment en grandissant.

Finalement, la montre indiqua 17 heures. C'était l'heure à laquelle on avait dit à Clyde qu'il pourrait disposer, et le jeune homme ne se faisait absolument pas prier. D'ailleurs, il lui arrivait souvent de partir avant l'heure dite, quand il s'était assuré de ne croiser aucun de ses collègues. Il pouvait bien ne pas avoir fini son travail, et l'abandonner tel quel, peu importe, Clyde était quelqu'un de ponctuel... quand il s'agissait de quitter son lieu de travail.

Selon les jours et son humeur, Clyde rentrait plus ou moins tard chez lui. Il s'attardait souvent dans quelques pubs londoniens avant de rentrer chez lui, non pas parce qu'il était un pochtron dans l'âme, juste pour s'accorder un temps de liberté. Cette fois, il décida de rentrer directement.

Dans le « crac » distinct de tout transplanage, il atterrit dans le couloir de l'appartement du jeune couple Hornby.


« Chérie, je suis rentré ! »


Clyde prononça cette phrase parfaitement cliché du ton le plus amusé du monde, juste pour voir la réaction de sa « dulcinée ».


code by Mandy

_________________


Dernière édition par Clyde Hornby le Sam 11 Mai - 11:30, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La tornade blonde
avatar
▌ Messages : 495
Humeur :
40 / 10040 / 100

En couple avec : Heureuse épouse de Clyde...

QUI SUIS-JE?
Baguette: 19 cm, Tilleul, Ventricule de dragon
Camp: Neutre
Avatar: Jennifer Lawrence

Message#Sujet: Re: Home Sweet Home [pv Bonnie]   Mer 20 Fév - 0:40

Quelle vie passionnante que celle d'une femme mariée ! Bonnie ne faisait plus rien de ses journées. Sérieusement, ça ne devrait pas être permis de s'ennuyer autant. La jeune femme ne s'attendait pas à une vie trépidante bien sûr, mais si elle avait au moins quelque chose à faire dans la journée elle n'en serait pas malheureuse... Ah non, non, il ne vaut mieux pas imaginer Bonnie affairée au rôle de femme d'intérieur qui range, nettoie, époussette ou qui prépare un délicieux repas pour son délicieux mari. Ça relèverait du comique ou de l'absurde, déjà parce qu'elle est incapable de cuisiner quelque chose de comestible mais aussi parce qu'elle n'est pas femme de ménage. En plus de ça, il était hors de question qu'elle joue la parfaite petite épouse pour Clyde.
Seulement, depuis leur mariage et l'entrée du jeune homme dans la vie active, Bonnie faisait face à l'un de ses pires cauchemars : la routine. Elle n'avait jamais connu ça et franchement elle s'en passerait bien. L'unique chose qui rythmait sa journée était le moment où Clyde rentrait à la maison, ou plutôt l'appartement. Comment en était-elle arrivée là ? Ces derniers mois étaient passés à la vitesse de l'éclair : l'annonce des fiançailles, son départ de Poudlard, son mariage... elle ne se reconnaissait pas. Elle était devenue une épouse. Oui, elle avait au moins accepté ça. Bonnie savait pertinemment qu'elle ne pourrait pas fuir cette vie qu'on avait choisi pour elle. Il ne restais plus qu'à s'en accommoder. Pour ça, elle essayait de rendre souvent visite à ses amis, bien que leurs emplois du temps de jeunes travailleurs réduisaient ces dernières. Elle les enviait. Elle les enviait parce qu'ils avaient le choix.
Enfin, sa vie n'était pas si terrible que ça. Il fallait juste qu'elle supporte la cohabitation avec son cher et tendre mari. Cohabitation était vraiment le mot juste car elle évitait souvent de se trouver dans la même pièce que Clyde. Le mariage ne l'avait pas transformé en homme actif malheureusement. Il prenait toujours un malin plaisir à l'énerver et la pousser à bout. Et Bonnie ne s'empêchait jamais de lui répondre. Leurs échanges avaient tout de même quelque chose d'amusant. Certains jours, pas tout le temps.

Aujourd'hui Bonnie avait choisi d'aller voir son frère. Le plus jeune des deux. Ils commençaient à s'entendre et l'ancienne Gryffondor profita d'un de ses jours de congés pour passer un peu de temps avec lui. Elle n'arrêta pas de parler, comme à son habitude. Mais ce n'était pas avec Clyde qu'elle pouvait étancher sa soif de discussion « normale ». Elle rentra aux alentours de 16 heures, après avoir acheté le journal. Elle s'était mise depuis peu à la lecture des revues sorcières. Chose qu'elle n'aimait pas lorsqu'elle était à Poudlard. Elle avait mieux à faire.
La jolie blonde s'était avachie sur le canapé vert que ses parents leur avait cédé lorsque les jeunes mariés avaient emménagé. Le transplanage de son époux l'a sortie de sa lecture.


« Chérie, je suis rentré ! »

Clyde avait choisi de rentrer tôt aujourd'hui. Bonnie savait très bien que ce n'était pas pour ses beaux yeux mais plutôt pour le plaisir de l'enquiquiner. À force elle apprendrait la patience et la maîtrise d'elle-même. Quoi que cela pourrait demander beaucoup de temps.

- Celle-là tu me l'as déjà faite la semaine dernière mon amour, et déjà je la trouvais pas drôle, lui répondit-elle sans lever les yeux du journal.

En langage codé cela voulait dire « Bienvenue à la maison », mais il fallait avoir de sacrés dons de traducteur pour le comprendre.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
RÉSISTANCE
avatar
▌ Messages : 1041
Humeur :
90 / 10090 / 100

En couple avec : Marié à l'ô combien délicieuse Bonnie

QUI SUIS-JE?
Baguette: 21,2 cm, bois de meurisier et poil de doxy
Camp: Neutre
Avatar: Robert Sheehan

Message#Sujet: Re: Home Sweet Home [pv Bonnie]   Lun 25 Fév - 23:58

Home Sweet Home
P
our le moment, être marié à Bonnie n'était pas la corvée que cela deviendrait forcément, à un moment ou à un autre. J'entend par la qu'il trouvait pour l'instant sa cohabitation avec celle qui était devenue Mrs Hornby contre son gré, plutôt plaisante. Il aimait qu'elle ait autant de répondant, sa répartie était tout simplement irrésistible... Malheureusement, il savait bien qu'il s'en lasserait. Il se lassait toujours. Il ne pourrait décemment pas jouer à ce petit jeu avec sa "douce épouse" des années durant sans finir par trouver cela ennuyeux, malheureusement... Enfin, tant qu'il y parvenait encore, autant qu'il en profite. Pour le moment, rendre Bonnie chèvre l'amusait, c'était tout ce qui importait. Et si elle se lassait avant lui, alors c'était encore mieux.

"Ne t'en fais pas, ma dulcinée, j'ai bien l'intention de prononcer cette phrase tous les soirs jusqu'à ce que tu admettes qu'il s'en dégage le plus subtil et le plus merveilleux des humours."
répliqua-t-il dans un sourire.

Tout en prononçant ces mots, il balança ses chaussures à l'autre bout de la pièce. Sans songer, bien sûr, à les ranger dans le placard prévu à cet effet, sans moins s'intéresser encore au bordel que tout cela engendrait, encore. Il faut s'avoir que si on laissait Clyde s'autogérer sans personne pour passer derrière lui, notre flemmard en chef vivrait dans un véritable dépotoir.

Après qu'il ait prononcé ces quelques mots charmants, qui s'entendaient comme un pari que Clyde se faisait à lui-même (oui, Bonnie n'était définitivement pas au bout de ses peines), il s'installa sur le canapé. Ici, le verbe "s'installer" pouvait s'entendre ainsi : se vautrer royalement telle une loque. Histoire d'en rajouter une couche, il s'étira ensuite de tous ses membres, ce dans le moins élégant des baillements, avant de poser à nouveau son regard sur la jeune femme qui était bien obligée de partager sa vie et son toit.

"Alors, tu nous as préparé quoi de beau pour le dîner?"


Phrase ô combien misogyne. Clyde l'était-il vraiment? Peut-être un peu, c'est vrai... Après tout, qui pouvait se targuer de ne pas l'être au moins un peu dans la société actuelles, où les femmes étaient très souvent reléguées au seul rôle de femmes au foyer sans que personne n'y voit le moindre mal? Cela dit, et même s'il ne niait pas ce qu'il pouvait y avoir de plus machiste dans sa personne, à cet instant, il voulait surtout pousser la jeune femme dans ses retranchements, pour le simple plaisir de la voir s'agacer à nouveau
.

...Cela dit, si elle avait effectivement préparé quelque chose à dîner, l'âme de feignasse de l'ancien jaune et noir ne s'en plaindrait pas. Rentrer chez soi, mettre les pieds sous la table (ou sur le canapé, en l'occurrence), se laisser nourrir par sa petite femme toujours au petit soin... que pouvait-on rêver de mieux? Mais Clyde avait tout de même dans l'intuition que la faim qu'il commençait à ressentir à la seule pensée d'avoir un délicieux dîner sous le nez n'allait pas être soulagée dans la seconde qui venait. Dommage...




code by Mandy

_________________


Dernière édition par Clyde Hornby le Sam 11 Mai - 11:32, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La tornade blonde
avatar
▌ Messages : 495
Humeur :
40 / 10040 / 100

En couple avec : Heureuse épouse de Clyde...

QUI SUIS-JE?
Baguette: 19 cm, Tilleul, Ventricule de dragon
Camp: Neutre
Avatar: Jennifer Lawrence

Message#Sujet: Re: Home Sweet Home [pv Bonnie]   Sam 9 Mar - 23:20

La jeune mariée allait devoir être préparée à encaisser sans broncher, encore une fois. Malgré sa répartie, Bonnie avait toujours du mal à garder son calme lorsque Clyde était là. Si encore c'était à cause de tout l'amour qu'elle pouvait ressentir pour lui tout serait plus simple, mais ce n'était pas le cas. Existait-il réellement une personne capable de tomber amoureuse de ce type, ça restait encore à prouver. Quoi que son amie Malory semblait pendant un temps intéressée, mais ce n'était pas le sujet pour l'instant.
Elle ne voulait tout simplement pas lui donner la satisfaction d'avoir gagné. Leur relation, malgré l'alliance qui les unissait, ne se basait que sur ça, le jeu. Pourquoi c'était comme ça ? Bonnie l'ignorait. Elle ne pouvait pas s'empêcher de répliquer quand on la cherchait et puis Clyde... c'était Clyde quoi. Au moins, ils ne passaient pas leur temps à s'ignorer ou à s'engueuler. C'était déjà ça.

"Ne t'en fais pas, ma dulcinée, j'ai bien l'intention de prononcer cette phrase tous les soirs
jusqu'à ce que tu admettes qu'il s'en dégage le plus subtil et le plus merveilleux des humours."


Sur ces mots, la jeune femme replia le journal qu'elle était en train de parcourir quelques minutes auparavant et l'envoya sur la table basse. Elle n'allait pas pouvoir se remettre à lire tranquillement. Qui plus est quand Clyde pouvait lui dire que son humour était « subtil » et « merveilleux ». Elle ne pouvait pas laisser passer ça, et son doux mari le savait pertinemment.

- Dans ce cas, attends toi à la répéter jusqu'à la fin de tes jours.

D'accord, la réplique était facile. De toute façon, Clyde trouverait quelque chose à redire, alors pourquoi se fatiguer ? Entre temps, il s'était installé à côté d'elle. Ou plutôt étendu sur le canapé avec autant d'énergie qu'une serpillière. Bonnie le regarda, tout en essayant de ne pas montrer toute l'exaspération qu'elle éprouva lorsque son époux se mit à bailler avec classe et élégance. Pourtant, elle mourrait d'envie de lui donner un coup de coude. Elle n'eût pas le temps d'y réfléchir puisque Clyde embraya aussitôt sur le menu du dîner. Évidemment, sa question était à nouveau une pique cachée à son égard. Comme si Bonnie allait lui faire la cuisine. Déjà elle ne savait même pas faire cuire un œuf et puis elle n'allait quand même pas lui concocter un bon petit plat !

- Normalement tu dois m'embrasser avant de me demander ce que j'ai cuisiné pour toi.

Tant qu'à continuer dans le cliché, autant y aller jusqu'au bout.
Et comme je ne prévois pas de me mettre aux fourneaux...

Bonnie haussa les épaules, innocemment. Depuis qu'ils partageaient le même toit, la jeune femme n'avait pratiquement jamais préparé de repas. Le réfrigérateur était pourtant bien rempli à chaque fois, mais elle ne voulait pas devenir une parfaite petite ménagère comme la plupart des femmes d'aujourd'hui. En plus, elle serait vraiment ridicule à regarder.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
RÉSISTANCE
avatar
▌ Messages : 1041
Humeur :
90 / 10090 / 100

En couple avec : Marié à l'ô combien délicieuse Bonnie

QUI SUIS-JE?
Baguette: 21,2 cm, bois de meurisier et poil de doxy
Camp: Neutre
Avatar: Robert Sheehan

Message#Sujet: Re: Home Sweet Home [pv Bonnie]   Dim 17 Mar - 18:49

Home Sweet Home
Q
u'il s'attende à répéter cela tous les jours ? Soit. C'était le genre de choses à ne pas dire à quelqu'un tel que Clyde Hornby, car son cerveau étrange interprétait tout de suite cela comme un défi qu'on lui demandait de relever... Elle voulait se lancer dans ce jeu ? (Non, elle ne le voulait pas). Eh bien, d'accord ! Clyde était partant, et jusqu'à sa mort s'il le fallait, il sortirait cette blague idiote à chaque retour au bercail... à moins qu'elle ne cède, bien sûr. Car au jeu de « qui jettera l'éponge en premier ? », l'ancien jaune et noir était intimement convaincu de gagner. Pourquoi était-il aussi sûr de lui ? Parce qu'il considérait sa patience comme étant proverbiale. Pour cause, il était très difficile, voire impossible de faire sortir le jeune homme de ses gonds tant ce dernier savait faire preuve du plus grand des je m'en foutisme en n'importe quelle circonstance. Oui, si quelqu'un devait se lasser, ou en tous cas s'énerver en premier, ce ne serait pas lui. Clyde ne répondit pas à cette première déclaration faite par Bonnie, se contentant d'un léger sourire qui en disait long au sujet de ce qu'il comptait bien faire à l'avenir.

Ce sourire ne l'abandonna pas quand Bonnie mentionna l'élément qu'il aurait naturellement dû ajouter à un tel rituel. Au contraire, ce sourire s'élargit, et Clyde perçut à nouveau un défi là où il n'y en avait pas. Ainsi, il aurait normalement dû l'embrasser ? Eh bien, qu'à cela ne tienne ! Clyde se redressa avec cette lenteur digne d'un mollusque qui lui était caractéristique et s'avança vers sa « dulcinée ».


« Tu as raison chérie, je manque à tous mes devoirs, je suis impardonnable. »


Toujours ce même sourire de futur conquérant accroché aux lèvres, il se rapprocha plus près encore de Bonnie, planta son regard dans le sien, l'agrippa par les omoplates, et l'embrassa. Il n'y avait pas à trop se forcer pour embrasser Bonnie Adams... enfin... Bonnie Horby, elle était, après tout, bien loin d'être repoussante à regarder. Sans ressentir l plus irrépressible des attirances pour elle, il admettait sans mal qu'on aurait pu l'affuble d'une épouse bien plus laide. Non, le problème de Bonnie aux yeux de Clyde ne résidait pas dans son physique, plutôt dans ce caractère aux antipodes du sien.


« Satisfaite ? »
demanda-t-il ensuite, l'air de rien, après que ses lèvres se soient détachées de celles de son épouse.

Bizarrement, Clyde était quasiment convaincu que ce baiser n'avait pas été du goût de l'ancienne rouge et or, et tant mieux ! S'il trouvait prétexte à mettre en rogne la demoiselle, il ne s'en privait pas, loin de là. Il s'attendait d'ailleurs à quelques représailles, connaissant le tempérament de Bonnie. Il l'imaginait très mal se laisser faire sans rien dire. Et c'était d'ailleurs justement parce qu'elle ne se laissait pas faire qu'il s'était permit d'agir ainsi. Il allait certainement se manger en retour un soufflet (faute d'un véritable dîner, il aurait au moins cela) mais Clyde assumait pleinement ce genre de risques. Il les attendait, même, et serait considérablement déçu s'ils n'advenaient pas. Elle ne pouvait décemment pas lui faire le pénible déshonneur de ne pas réagir, ce serait vraiment trop dommage, d'autant qu'on ne pouvait pas dire, là, qu'il n'ait pas donné de sa personne pour faire passer leur joute verbale au degré supérieur.



code by Mandy

_________________


Dernière édition par Clyde Hornby le Sam 11 Mai - 11:34, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La tornade blonde
avatar
▌ Messages : 495
Humeur :
40 / 10040 / 100

En couple avec : Heureuse épouse de Clyde...

QUI SUIS-JE?
Baguette: 19 cm, Tilleul, Ventricule de dragon
Camp: Neutre
Avatar: Jennifer Lawrence

Message#Sujet: Re: Home Sweet Home [pv Bonnie]   Mer 8 Mai - 16:17

Et dire qu'il y a encore quelques minutes, Bonnie était au calme. Elle se détendait tranquillement sur son canapé, oubliant presque qu'elle vivait avec la personne la plus détestable au monde. Autant elle adorait voir son époux partir travailler vaillamment au Ministère, parce qu'imaginer Clyde dans la vie active était tout à fait délectable, autant le voir revenir le soir... c'était beaucoup moins réjouissant. Malheureusement toutes les bonnes choses avaient une fin. Quoi que Bonnie avait commencé à trouver le temps bien long dans cet appartement.
Mais elle ne se serait jamais douté que Clyde allait pousser leur petit jeu un peu plus loin. La jeune femme l'avait certes bien cherché, elle devait l'avouer. Mais lorsque son cher mari s'avança vers elle, cela ne lui mit absolument pas la puce à l'oreille.


« Tu as raison chérie, je manque à tous mes devoirs, je suis impardonnable. »

Il allait vraiment le faire ? Non il n'oserait pas. Certaine qu'il ne faisait que bluffer, Bonnie ne cilla pas. Même lorsqu'il plongea ses yeux dans les siens. Il était difficile de la mettre mal à l'aise et Bonnie n'avait aucune difficulté à soutenir le regard du jeune homme.
Elle aurait dû se méfier pourtant. À la seconde où elle aurait pu le faire Clyde l'attrapa et... l'embrassa. Bonnie écarquilla les yeux sous l'effet de la surprise.


« Satisfaite ? »

La jeune femme n'arrivait toujours pas à le croire. Elle venait de se faire avoir par son époux, une
fois encore. Il savait exactement quoi faire pour la faire sortir de ses gonds. Il gagnait toujours, même si Bonnie refusait de s'avouer vaincue. Sans s'en rendre compte, son visage avait viré au rouge pivoine. L'effet de surprise sans doute. Mais ses yeux, eux, avaient pris la teinte d'un ciel orageux annonciateur du courroux de la jolie blonde. Oui rien que ça ! Sans réfléchir plus longtemps à la meilleure façon de se venger, Bonnie administra à Clyde la plus monumentale de toutes les gifles. Il l'avait vu venir, elle le savait bien, mais quel plaisir de lui laisser une belle trace rouge sur son visage ! Elle voulait le faire depuis si longtemps.


- Maintenant oui, lui répondit-elle sèchement.

Bonnie refusait d'y croire mais elle était gênée. Mais comment faisait-il pour réussir à la mettre dans tous ses états quand elle n'arrivait à rien pour obtenir une quelconque réaction ? En règle générale, elle parvenait à comprendre les gens, mais Clyde Hornby était vraiment une énigme à lui tout seul.
Bonnie voulut se relever du canapé et pour aller se camper devant la fenêtre. Cela aurait été une erreur. Clyde aurait tout suite remarqué qu'elle était mal à l'aise. Elle demeura silencieuse, se remémorant ce baiser encore et encore. Par Merlin, Clyde l'avait embrassée. Si on lui avait dit tout ça il y a quelques mois, elle aurait ri jusqu'à en avoir mal au ventre.
Elle réprima sa colère, Clyde ne devait pas avoir la satisfaction de la voir fulminer plus longtemps.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
RÉSISTANCE
avatar
▌ Messages : 1041
Humeur :
90 / 10090 / 100

En couple avec : Marié à l'ô combien délicieuse Bonnie

QUI SUIS-JE?
Baguette: 21,2 cm, bois de meurisier et poil de doxy
Camp: Neutre
Avatar: Robert Sheehan

Message#Sujet: Re: Home Sweet Home [pv Bonnie]   Sam 11 Mai - 12:17

Home Sweet Home
C
lyde caressa sa joue légèrement endolori, désormais naturellement maquillée d'une marque rouge qui avait prit la forme des doigts de la jolie blonde. Le moins que l'on puisse dire, c'est que la demoiselle n'y était pas allée de main morte. En même temps, il était évident que le jeune gomme avait mérité un tel soufflet de la part de sa chère et tendre, après qu'il l'ait ainsi embrassé par surprise. C'était encore un peu douloureux, oui, mais déjà, quoi qu'il en soit, un sourire satisfait s'était affiché sur le visage. Il estimait que le jeu en avait largement valu la chandelle. Profiter de ce regard que Bonnie lui avait adressé après que ses lèvres se soient décollées des siennes valait bien tout l'or du monde.

-Tu ne sais vraiment pas ce que tu veux, ma belle.


Évidemment, l'attitude de Bonnie était loin d'être incompréhensible, mais pour sa défense (s'il avait véritablement besoin de s'en trouver une), c'était l'ancienne rouge et or et non lui qui avait suggéré qu'il fallait qu'il l'embrasse s'ils voulaient respecter ce schéma traditionnel dans lequel on avait voulu les enfermer dès lors qu'on les avait obligé à se marier l'un à l'autre. Bien sûr, ni l'un, ni l'autre, ne tenait vraiment à jouer à la petite famille unie. De toute évidence, ils étaient destinés à se lancer dans cette sorte de joutes verbales auxquelles ils assistaient maintenant, jusqu'à ce qu'ils se lassent l'un l'autre, ne se parlent plus, vivent indépendamment avant de rentrer le soir à la maison pour ne toujours pas se parler. Jusqu'à ce que, un jour, l'un des deux ne rentre plus... Sinistre programme, pas vrai? Enfin, ils n'en étaient pas encore là. Ils pouvaient encore, pour le moment, s'embrasser, se gifler, et s'engueuler à loisir. Peut-être fallait-il qu'ils en profitent tant que cela durait? Peut-être. Ou pas...

-Bon, et du coup, tu cuisines, ou...?


Quand Clyde Hornby avait une idée en tête, autant dire qu'il était impossible de l'en sortir. Oui, oui, le jeune homme n'était pas de nature à se battre pour beaucoup de choses, il était davantage du genre à ne se soucier de quelque chose qu'une fois tous les mille ans... Néanmoins, joueur comme il l'était, quand il poursuivait l'un des buts ridicules qui faisaient le sel de son existence, il pouvait se montrer particulièrement obstiné. Son but, en l'occurrence était de faire une bonne fois pour toute sortir Bonnie de ses gonds. Il avait dans l'intuition qu'il n'en faudrait plus beaucoup pour qu'il parvienne à ses fins, le vase était déjà très plein, il ne fallait certainement pas grand chose pour qu'il déborde.

code by Mandy

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La tornade blonde
avatar
▌ Messages : 495
Humeur :
40 / 10040 / 100

En couple avec : Heureuse épouse de Clyde...

QUI SUIS-JE?
Baguette: 19 cm, Tilleul, Ventricule de dragon
Camp: Neutre
Avatar: Jennifer Lawrence

Message#Sujet: Re: Home Sweet Home [pv Bonnie]   Lun 20 Mai - 14:37

Bon c'est vrai, Bonnie l'avait bien cherché. Elle l'avouait volontiers. C'était bien elle qui l'avait provoqué en lui demandant de l'embrasser pour continuer dans le cliché du parfait petit couple. C'était sa faute. Elle aurait dû se souvenir que Clyde adorait les défi et qu'il ne reculait devant rien. Surtout pour la faire enrager. Et ça fonctionnait ! Bonnie était folle de rage. Mais la gifle qu'elle avait octroyée à son adorable mari l'avait un peu calmée. Accalmie de courte durée puisque Clyde recommençait à sourire bêtement, probablement heureux de la réaction de sa femme.
Et dire que ce serait comme ça tous les jours. Enfin ça ou de l'indifférence, car leur petit jeu ne serait pas éternel. Ils finiraient tous les deux par ne plus s'adresser la parole (elle serait sûrement la première à le faire). Ils seraient comme deux étrangers ayant seulement un lieu de vie en commun. Quel bel avenir pour Bonnie. Elle en avait toujours rêvé...


-Tu ne sais vraiment pas ce que tu veux, ma belle.


La jeune femme laissa couler. De toute façon, ce ne servait à rien de chercher à lui répondre. Elle finirait bien par lui rabattre le caquet, un jour ou l'autre. Peut être dans un moment de faiblesse. Ah non, impossible... Clyde étant dépourvu de sentiment humain, jamais cela n'arriverait.

-Bon, et du coup, tu cuisines, ou...?


Là c'était le coup de grâce. À croire qu'il aimait recevoir des baffes. Bonnie trouvait qu'il avait bien une tête à ça. Mais enfin, Clyde aurait été beaucoup trop heureux de la voir sortir de ses gonds. Il n'attendait que ça. La jeune femme dévisagea son interlocuteur, l'air complètement désespéré.
Elle attrapa l'un des coussins qui se trouvait à sa droite et lui envoya directement en pleine face. C'était complètement inutile et puéril, mais à défaut de lui lancer des assiettes en porcelaine... En plus il aurait fallu nettoyer. Vraiment pas envie.


- Demande à la voisine, tu auras peut être plus de chances qu'avec moi !

Bonnie se releva, toujours en colère, et attrapa vivement le journal qu'elle avait laissé valser quelques instants auparavant, pour s'installer sur la table de leur petite cuisine. Au moins, elle n'aurait plus le sourire idiot de son mari en sous ses yeux.
D'un seul coup, Bonnie se sentit enfermée, prisonnière de cet appartement. Elle aurait voulu claquer la porte pour aller ailleurs. Mais où ? Elle n'avait pas d'autre endroit pour se réfugier. Elle ne retournerait sûrement pas voir ses parents, et elle ne pensait pas aller déranger ses amis. À ce moment précis, elle juste avait envie de voir Joshua, le jeune homme qu'elle avait rencontré quelques jours avant son mariage. Il l'avait beaucoup intrigué. Plusieurs fois elle avait été tentée de le revoir ou de le contacter, mais à quoi bon... Il l'avait peut être déjà oubliée... Il devait connaître des gens plus intéressants qu'elle, une pauvre fille mariée de force sortant tout juste de Poudlard.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
RÉSISTANCE
avatar
▌ Messages : 1041
Humeur :
90 / 10090 / 100

En couple avec : Marié à l'ô combien délicieuse Bonnie

QUI SUIS-JE?
Baguette: 21,2 cm, bois de meurisier et poil de doxy
Camp: Neutre
Avatar: Robert Sheehan

Message#Sujet: Re: Home Sweet Home [pv Bonnie]   Jeu 23 Mai - 23:31

Home Sweet Home
L
a réponse de Bonnie ne se fit pas attendre, et évidemment, elle était négative. Logique en même temps. Il était évident qu'après la scène qui venait de se produire, la belle blonde n'allait pas se précipiter dans les bras de son époux et lui assurer de lui préparer le plus délicieux des repas. Même si l'on pouvait se demander parfois si Clyde ne disposait pas d'une intelligence en dessous de la moyenne, il n'était pas idiot au point de penser que sa charmante femme avait d'un seul coup changé d'avis et était prête à se mettre en quatre pour lui et pour son estomac. Oui, il aurait certainement plus de chances de se mettre quelque chose sous la dent en allant frapper chez la voisine qu'en restant là.
Dans un haussement d'épaule, il choisit donc, une fois de plus, de prendre les propos de son interlocutrice pour un défi.

-Ok.


Et, tout en sifflotant, il quitta cet appartement où était loin de régner la bonne humeur et la joie de vivre, et entreprit de toquer à l'appartement voisin. Il n'avait aucune idée de qui vivait là. Et croyez bien qu'il avait tout à fait conscience de l'absurdité de la situation... Il s'avérait juste qu'il s'en fichait. Clyde était quelqu'un de naturellement sans gêne, qui se fichait bien de respecter le satus quo ou ce qui était moralement admit. Quand une femme d'une soixantaine d'années, large comme une bonbonne, le cheveu grisonnant et l'air revêche vint lui ouvrir, il lui demanda, sans la moindre once de gêne, si elle avait (je cite textuellement) "quelque chose à grailler". Bien sûr, il se fit royalement rembarrer par cette pauvre retraitée dérangée en pleine sieste (ou pas, Clyde ne faisait que supposé - s'il était retraité, il passerait son temps à pioncer, et sa vie serait un éternel roupillon, à n'en pas douter). Alors qu'elle lui avait claqué la porte d'entrée, il pouvait encore l'entendre pester contre cette jeunesse insolente et sans le moindre avenir que, il est vrai, le jaune et noir incarnait à la perfection.

Un sourire satisfait, même s'il n'y avait pas de quoi l'être, ornait le visage du jeune homme tandis qu'il retournait, les mains dans les poches, l'air de rien, à son appartement, où la pauvre Bonnie devait se faire spectatrice de ses stupides allers et venus, dont en plus, il avait le toupet d'être fier.

-Bon ben, elle veut pas...
Il haussa les épaules. Y'a plus qu'à aller au resto.

Notons quand même, pour sa défense (une défense bien maigre, il est vrai) qu'il avait au moins la délicatesse de ne pas forcer son épouse à cuisiner. À sa manière, Clyde était clairement un mari insupportable, mais au moins, il n'était pas de nature à l'obliger à quoi que ce soit, et il ne se montrerait jamais violent avec elle (quand bien même il le voudrait, cela lui demanderait trop d'énergie de toute manière).
Bref, ce soir, donc, il mangerait au restaurant (à force de parler de dîner, il commençait vraiment à avoir faim)... sans Bonnie, sans doute. À moins qu'il ne lui découvre une tendance au masoshisme qu'il n'avait pas décelé jusqu'alors.

code by Mandy

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La tornade blonde
avatar
▌ Messages : 495
Humeur :
40 / 10040 / 100

En couple avec : Heureuse épouse de Clyde...

QUI SUIS-JE?
Baguette: 19 cm, Tilleul, Ventricule de dragon
Camp: Neutre
Avatar: Jennifer Lawrence

Message#Sujet: Re: Home Sweet Home [pv Bonnie]   Mer 26 Juin - 0:59

La colère commença à redescendre. Peut être que c'était en rapport avec le fait que Clyde sortait de l'appartement qu'ils partageaient. Bonnie devrait davantage apprendre à relativiser. Bien sûr, elle ne supporter sa situation de femme au foyer (désespérée), mais toute sa vie aurait pu être bien pire. Steve avait bien tenté il y a quelques mois de lui faire comprendre qu'elle aurait pu tomber sur quelqu'un de plus mauvais. L'ex rouge et or était à ce moment-là trop furieuse pour pouvoir prendre le temps de... en fait elle ne prenait jamais le temps de faire quelque chose et cela aurait été vain.

Elle observa donc du coin de l’œil son époux, et son air éternellement nonchalant, quémandant un repas à leur voisine. L'odieuse Miss Pritchard. De tous les appartements qui existaient à Londres, Clyde et Bonnie étaient tombés sur la pire de toutes les vieilles peaux d'Angleterre. Cette femme aigrie par les années ne prenait jamais la peine de dire bonjour lorsqu'elle croisait Bonnie. Elle avait bien essayé d'ouvrir le dialogue mais en guise de réponse, elle avait eu le droit à ton un monologue sur son désir de vivre tranquille sans nuisibles pour l'embêter. Femme charmante.

Bonnie ne fût pas étonnée de la voir claquer la porte et d'entendre encore et toujours les mêmes mots qu'elle lui sortait sur les jeunes gens, leur immaturité, leur irrespect... Pour sa défense, Clyde n'avait pas été vraiment délicat. Son mari fît demi-tour et rentra à nouveau chez lui. Bonnie était réellement prête à lui crier qu'il était complètement stupide d'aller déranger les gens seulement pour l'énerver, mais dans l'immédiat, elle trouva la situation beaucoup trop comique pour lui dire quoi que ce soit.

- Bon ben, elle veut pas... Y'a plus qu'à aller au resto.

Bonnie ne répondit rien. Elle leva simplement les yeux vers Clyde. Le silence reprit ses droits dans l'appartement mais il se brisa instantanément au moment où la jeune femme éclata de rire. Oui, de rire. Jamais de sa vie elle ne serait allée sonner chez quelqu'un pour demander à manger. Clyde, lui, l'avait fait comme si c'était la chose la plus naturelle du monde. Il avait le don de la surprendre. Bon, ce n'était vraiment en bien la plupart du temps. À part aujourd'hui. C'était sans doute la première fois que le jeune homme la faisait rire.

- La pauvre Madame Pritchard va mettre des mois à s'en remettre, réussit-elle à lui dire, une fois calmée.

Les choses s'améliorait-elles entre eux ? Pas vraiment. À ce moment précis, Bonnie n'avait plus envie de lui tordre le cou. C'était déjà ça.

- Tu invite ? Lui demanda t-elle en se levant.

D'ordinaire elle laissait Clyde y allait tout seul. Elle évitait toujours sa compagnie, surtout en public. C'était donc souvent que Bonnie mangeait seule dans sa cuisine. Elle avait tellement eu l'habitude quand elle vivait chez ses parents. À croire que sa présence était insupportable pour eux.

Elle savait pertinemment que le repas se terminerait sur un drame bien avant le plat de résistance. Bonnie n'était pas patiente pour deux mornilles, mais elle pourrait faire un petit effort.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
RÉSISTANCE
avatar
▌ Messages : 1041
Humeur :
90 / 10090 / 100

En couple avec : Marié à l'ô combien délicieuse Bonnie

QUI SUIS-JE?
Baguette: 21,2 cm, bois de meurisier et poil de doxy
Camp: Neutre
Avatar: Robert Sheehan

Message#Sujet: Re: Home Sweet Home [pv Bonnie]   Lun 1 Juil - 21:37


Home Sweet Home
M

ême si souvent, pour ne pas dire tout le temps, l'humour de Clyde Hornby était plus que stupide et d'un niveau digne du pire des sales gosses, l'ancien jaune et noir trouvait souvent son public. Il n'était pas difficile en la matière, il faut dire, que les rires qu'ils provoquait soient ceux d'idiots aussi bêtes que lui, ou ceux d'individus se foutant très clairement de lui, il prenait tout du moment qu'il faisait rire. Son objectif était, bien sûr, de décocher un sourire aux plus difficiles de tous, même si la tâche lui semblait impossible pour certains, et parmi ceux qu'il pensait ne jamais parvenir à dérider, il y avait Bonnie, Bonnie qui, pourtant, accueillit son épique visite à leur voisine par un éclat de rire que, de toute évidence, elle ne contrôlait pas, car jamais la chère et tendre épouse de Clyde ne pourrait avoir dans l'idée de rire aux bêtises de son mari dans le seul but de lui faire plaisir. Obtenir une telle réaction de la part de la jeune femme, alors que d'elle il n'attendait absolument rien, eut pour effet de faire s'afficher un sourire triomphal sur le visage du jeune homme. Voilà un objectif qu'il ne pensait pas atteindre aujourd'hui, ni jamais d'ailleurs, et une victoire qu'il devait savourer, car il ne se représenterait sûrement pas de si tôt, le moment où la tornade blonde lui ferait l'immense plaisir de rire à l'une de ses blagues.

Cette réaction à la fois inattendue et hautement satisfaisante eu le don de faire la soirée de Clyde mieux que ne l'aurait fait n'importe quelle bonne nouvelle. Bonnie venait d'éclairer sa soirée en laissant ses zygomatiques admettre qu'elle pouvait par moments le trouver drôle (même si le reste du temps, elle le trouvait évidemment extrêmement exaspérant). Il était si satisfait qu'il acceptait sans mal, pour ce soir, ou pour la minutes qui suivait en tous cas, de se reposer sur ses lauriers et sur ses acquis et de ne pas balancer tout de suite à son interlocutrice l'une de ses remarques profondément immatures et désespérantes.

-Je te laisse même choisir le restaurant.


Oui, toute cette affaire l'avait vraiment mit de très bonne humeur. Et il était prêt, pas tant pour combler son appétit ou satisfaire son épouse que pour célébrer sa victoire sur l'impassibilité de Bonnie, à sacrifier les quelques gallions que son dur labeur (ou pas) lui avait permit de gagner pour un bon repas.
Il ouvrit à nouveau la porte de leur appartement, cette fois pour inviter Bonnie à sortir avec elle en quête d'un endroit où se remplir la panse.

Bien sûr, s'il se sentait prêt à beaucoup de choses tant cette anecdote l'avait conforté dans la brillante (et incompréhensible) image qu'il avait de lui-même, et se sentait même prêt à laisser Bonnie respirer un peu en cessant de la "taquiner" (taquiner était à comprendre dans un sens très large, avec Clyde). il risquait fort de changer d'avis d'ici à ce qu'ils se soient assis à une table ensemble.
Mais n'était-ce pas là ce qui faisait son charme ? Non, pas du tout. Et quel charme, d'ailleurs ?

code by Mandy


[HJ : je pense qu'on peut bientôt cloturer ce rp, non ? ]

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La tornade blonde
avatar
▌ Messages : 495
Humeur :
40 / 10040 / 100

En couple avec : Heureuse épouse de Clyde...

QUI SUIS-JE?
Baguette: 19 cm, Tilleul, Ventricule de dragon
Camp: Neutre
Avatar: Jennifer Lawrence

Message#Sujet: Re: Home Sweet Home [pv Bonnie]   Mar 1 Oct - 21:47

Le début de soirée avait été très riche en émotions. Jamais Bonnie n'aurait imaginé ce matin en se levant que son époux l'aurait embrassé (cette phrase semble tellement curieuse), qu'elle l'aurait ensuite giflé puis rire aux éclats à l'une de ses loufoqueries pour au final, terminer la soirée au restaurant avec lui. Si elle avait tenu un journal, et par Merlin heureusement qu'elle n'en tenait pas un, elle aurait pu en écrire des pages et des pages. Cela aurait même pu faire l'objet d'un cahier entier. Bonnie avait tellement de choses à dire qu'écrire ne lui serait pas vraiment bénéfique. Elle pourrait y mentionner la moindre de ses pensées et elles étaient très nombreuses. La bibliothèque d'Alexandrie n'aurait pas été assez grande pour loger tout ça ! Et en plus, Bonnie écrivait très mal. Elle laissait ce talent à Joshua qu'elle ne cessait pas d'admirer depuis leur rencontre à Londres. Jamais elle ne se sentirait à sa hauteur. Bon d'accord, elle n'avait jamais rien lu de lui, mais le voir écrire était déjà impressionnant en soi. Et il en fallait peu pour impressionner Madame Hornby.
-Je te laisse même choisir le restaurant.
Était-ce encore une de ses blagues bien vaseuses dont il avait le secret ? Pour une fois, Bonnie n'avait pas l'impression qu'il se fichait d'elle. Pour une fois, Clyde était d'excellente humeur. Il y avait de quoi en même temps. Jamais il ne l'avait faire rire aussi sincèrement. Oui, il avait de quoi être fier. Même si ce petit air satisfait qu'il affichait était assez agaçant pour la jeune femme. Pour lui, il avait gagné. Soit, autant le laisser dans cette illusion. Si en plus elle pouvait choisir le restaurant où ils allaient manger, elle n'allait quand même pas tout gâcher !


- Monsieur est trop bon.


Allez, pour une fois, Bonnie essaierait d'être agréable (enfin dans la limite de son possible). Elle ne se mettrait pas en colère. Ils étaient quand même capables de passer une soirée à peu près normal. Ce n'était pas sorcier, beaucoup de gens y arrivaient, pourquoi pas eux ? Si Bonnie faisait abstraction des remarques de son époux, cela pourrait marcher...  
Elle sortit donc de l'appartement après une petite révérence en direction de Clyde. Oui, elle aime être théâtrale. Il fallait maintenant qu'elle décide de l'endroit où ils iraient. Le problème, c'est que Bonnie n'avait pas l'habitude d'aller au restaurant. Aucun garçon ne l'avait invité quelque part, pour un vrai dîner. Clyde serait t-il son premier rendez-vous ? Ah ah ah quelle ironie...


RP terminé

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

Message#Sujet: Re: Home Sweet Home [pv Bonnie]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Home Sweet Home [pv Bonnie]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Fan club Chi sweet home ! SWEEEEEET ! =D
» Home Sweet Home [pv Bonnie]
» [Kawa - Ishigaki] Home, sweet home...
» 07. Home Sweet Home
» Home sweet home. — Heaven & Tala
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
T.rouble O.r M.isery (or both) ::  :: 
Les habitations
 :: Bienvenue chez vous ! :: Appartement des Hornby
-