AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Bloody Mary & Bloody Games [PV Gwendall] -16

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Poupée capricieuse et explosive
avatar
▌ Messages : 586
Humeur :
22 / 10022 / 100

En couple avec : Tristan Mayfair

QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois de houx contenant un cheveu de Vélane et mesure 34,5 cm
Camp: Mal
Avatar: Natalia Vodianova

Message#Sujet: Bloody Mary & Bloody Games [PV Gwendall] -16    Mar 28 Mai - 2:57


Bloody Mary & Bloody Games



La jeune femme remonta d'un geste gracieux le col de ce long manteau qui couvrait et réchauffait son corps de liane. Ses cheveux blonds comme les blés virevoltaient au vent tandis que ses prunelles se levaient vers cette voûte céleste qui semblait avoir étiré son plus sombre édredon, plongeant Londres et ses environs dans une pénombre qui fit frissonner la promeneuse solitaire. Ses lèvres s'étirèrent en un sourire amusé tandis qu'elle reprenait paisiblement sa route. Tout semblait si parfaitement calme et serein ici. Les bords de la Tamise étaient pour ainsi dire déserts comme si la nuit en avait chassé les dernières âmes errantes susceptibles de s'y aventurer encore. Seules quelques personnes, tout juste des ombres fuyantes, frôlaient encore ces murs contre lesquels elles glissaient avant de disparaître. Seul le bruit des talons si haut perchés de la bien téméraire demoiselle résonnaient encore sur ce sol. Nemesis n'était pas de ce genre de filles qui aimaient à courir l'aventure ou le danger en osant ainsi se promener seule, à une heure plus que tardive, dans un quartier dont tout le monde, moldus comme sang purs, s'accordaient à dire qu'il était dangereux. Combien de légendes urbaines, de mythes étaient nés de ces histoires atroces où des hommes et des femmes avaient disparu, un beau soir, leurs cadavres découverts quelques jours après, dérivant sur les eaux sombres et sales du fleuve ? Que des légendes ! Des racontars tout juste bon à effrayer les enfants trop audacieux ou les adultes un peu trop curieux. Des balivernes auxquels elle ne prêtait pas le moindre crédit ni encore moins la plus petite importance. Nemesis le savait : les monstres ne se cachaient pas dans l'ombre ou dans les pages d'un livre pour enfant ! Non, les vrais monstres marchaient au grand jour, tout comme elle. Ils souriaient, riaient, aimaient et savaient libérer leur terrifiante fureur que lorsque les circonstances le permettaient. Les véritables monstres étaient impulsifs mais savaient se dominer, se dompter pour mieux foncer et foudroyer leur proie au moment propice. Ou au moment où le monstre rugissait bien trop pour être encore retenu. Les montres, les plus dangereux, étaient des êtres apparemment normaux. Des êtres comme elle... Des êtres comme celui qu'elle s'empressait de rejoindre.

Alors qu'elle poussait la porte crasseuse de ce bar où nul nom ne venait s'inscrire sur la façade défraîchie et poussiéreuse, un léger doute envahit son coeur. Tout était allé tellement vite depuis ce soir où Gwendall et elle avaient parlé. Enfin depuis qu'il avait parlé et elle s'était contenté de tenter d'assimiler la si troublante réalité que son aîné venait de lui révéler. Comment avait-elle réagi d'ailleurs ? Nemesis ne s'en souvenait même plus. La seule certitude qu'elle conservait était qu'elle n'avait pas eu peur. Aussi atroce et horrible les propos et les idées que son frère adoré lui avait énoncés, exposés, la jeune femme était demeurée parfaitement calme et sereine. Si Gwendall lui assurait que la voie sur laquelle il s'était engagé était la seule possible, alors cela lui suffisait. La confiance que l'avocate portait à son grand frère était telle que personne ne pouvait pas même la comprendre. Elle n'était ni rationnelle, ni logique. Elle n'avait pas de cause et une seule conséquence : les deux héritiers Colloway ne faisaient qu'un ! Et ce que l'un voulait, l'autre le désirait aussi. Ce que l'un faisait l'autre aussi. Et même si cela pouvait paraître être à sens unique, la demoiselle étant généralement la suiveuse, Nemesis savait que cette relation était la plus équilibrée qui était. Sans Gwendall elle mourrait. Et cela n'était pas que des mots ! Il était sa vie encore bien plus que ne le serait jamais cet homme qu'elle épouserait bientôt. Si Dieu ou le Diable le voulait Et si Kieran ne... Kieran... Pourquoi pensait-elle encore à lui ? A cause de leur retrouvailles , officielles cette-fois, dans le salon de cette petite boutique ? Elle se mordilla les lèvres en réalisant que, pour la toute première fois de sa vie, elle avait un secret qu'elle n'avait pas encore partagé avec son aîné. Peut-être parce qu'elle savait que celui-ci ne comprendrait, et n'approuverait certainement pas non plus, cet état de fait. Kieran était de retour et, même si pour l'instant tout était encore confus dans l'esprit de la demoiselle, Nemesis savait que cela aurait des incidences. Sur son couple, bien évidemment, mais aussi sur sa relation fusionnelle avec Gwendall mais peut-être aussi envers son engagement dans le mouvement qu'elle avait rejoint il y avait peu. Soupirant tout en se frayant un passage au milieu de cette faune qu'elle méprisait, elle chercha du regard la silhouette familière de son Dieu vivant. Lorsqu'elle le vit elle courut à sa rencontre avant de sauter littéralement à son cou et de l'embrasser longuement. Adressant un regard enfantin et complice au jeune homme elle garda les bras pendus à son cou avant de lui murmurer de sa voix claire et musicale

- Quel drôle d'idée que de me donner rendez-vous ici ! Si jamais mes clients ou associés venaient à me voir dans un tel bouge ma réputation serait bien vite écornée. D'avocate respectée je passerai immédiatement au rang de gourgandine en manque de mâle en rût ! Et je doute que même ce si cher Tristan apprécie de me savoir ici.
puis se détachant enfin de l'Auror, elle s'accouda au bar et commanda deux Bloody Mary avant de reprendre, le regard perdu dans le vague Je suppose que tu ne m'as pas faite venir ici pour une petite balade au clair de lune. Que puis-je pour toi ? Pour vous ? se saisissant des consommations qu'on leur apportait elle alla droit au but, comme toujours avec Gwendall Quel est le programme des réjouissances ? Quoique ce puisse être tu sais que je te suivrais... Mais... Gwendall... Il faut aussi que je te parle... Plus tard... Quand l'alcool aura fini de me brûler la gorge et que de délier ma langue. Là, je ne suis pas prête...

Non, Nemesis ne pouvait rien cacher à son aîné. Malheureusement pour elle...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://s-eve-n.forumactif.org/
MANGEMORT
avatar
▌ Messages : 967
Humeur :
50 / 10050 / 100

En couple avec : Sasha

QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois de hêtre, ventricule de dragon, 21,38 cm
Camp: Mal
Avatar: Aaron Tveit

Message#Sujet: Re: Bloody Mary & Bloody Games [PV Gwendall] -16    Mer 29 Mai - 1:08

Bloody Mary and bloody Games
U
ne enseigne miteuse pour un bar qui l'était tout autant, le tout prenait la poussière, dans le climat d'illégalité le plus total. Ce lieu oublié des mieux lotis, des grands de ce monde (et, de toute évidence, des services de l'hygiène) n'était pas de ceux que Gwendall chérissait en temps normal. Mais au nom des plus grandes causes, il fallait parfois savoir faire quelques sacrifices... Il y consentait avec d'autant plus de bonne grâce que, à ses yeux, l'odeur de l'alcool mêlée à celle du plus parfait renfermement, la parfaite austérité de ces lieux et leur obscurité manifeste se muaient en antichambre de son paradis (et de l'enfer de beaucoup), puisqu'il germait en lui, et brûlait d'être assouvi à nouveau, ce désir, cette soif de sang, qu'il tentait de contrôler au mieux, la mettant au service de ce qu'il considérait aveuglément comme une juste cause, celle qui méritait qu'il mette sa vie en danger et condamne impunément celle d'autres personnes. Et qu'il ne mette pas que sa vie en danger, d'ailleurs... Celle de Nemesis, sa soeur qu'il adorait plus que tout, pourtant, risquait de l'être également, pour peu qu'il perde à ce jeu dangereux qu'il avait décidé de faire sien.

Il avait conscience des risques qu'il faisait encourir à sa soeur. Et par moments, même, il se disait qu'il aurait dû la laisser à l'écart de tout cela. Mais le fait est qu'il était incapable de garder un secret pour elle. Elle était trop importante à ses yeux pour qu'il laisse cela se produire. Trop importante également pour qu'il ne l'invite pas à rejoindre ce qui devait devenir la cause de toute une vie. Oui, le danger était réel, mais s'il était là pour veiller au grain, alors il ne lui arriverait rien. Jamais, d'ailleurs, Gwendall ne laisserait quoi que ce soit arriver à sa soeur. Elle était la prunelle de ses yeux, et même maintenant, alors qu'il lui avait donné rendez-vous dans l'un des lieux les plus sordides de Londres, il jurait ne vouloir que sa sécurité et son bonheur. Et le pire, c'est qu'il était sincère.

Plusieurs regards se tournèrent dans sa direction quand elle entra dans le bar. C'est logique. Jamais ils n'avaient vu de beautés pareilles fouler le sol recouvert de bière desséché de ce rade miteux. À quiconque osait poser des regards trop insistants sur elle, Gwendall les menaçait des yeux. Elle lui demanda ce qu'elle lui voulait, il ne répondit pas de suite, finissant cul-sec le contenu de son verre, l'entendant alors lui dire qu'elle avait quelque chose à lui dire. Il n'en fallait pas plus pour attiser la curiosité et une légère angoisse chez l'aîné des Colloway. Pour qu'elle fasse tant de manière à l'idée de lui apprendre la vérité, il fallait bien que celle-ci lui soit très difficile à avouer.

-Tu m'obliges donc à te souler? Ce n'est pas ce qu'est supposé faire un grand frère digne de ce nom.


Ceci dit, un grand frère digne de ce nom ne poussait pas sa soeur chérie à des activités criminelles des plus répréhensibles. Et cela ne l'empêcha pas de commander deux verres de whisky. Après avoir posé l'un d'entre eux devant lui, puis bu une gorgée de son propre verre, il reprit.

-Nous sommes ici pour retrouver l'un de mes collègues. Il a fait partie de la brigade qui s'est opposée à Grindelwald lors de son dernier combat. Il ne devrait plus tarder.


... Allez savoir pourquoi il fréquentait ce rade miteux. Son divorce avec sa femme l'avait apparemment mal arrangé. Eh bien... il le serait encore moins après le passage de la fratrie Colloway. C'était l'épreuve des flammes, pour l'un comme pour l'autre, mais en ressortir victorieux leur permettrait de s'imposer auprès des néo-grindelwaldiens. Et oui, Gwendall y tenait.

-Enfin, il me laissera peut-être le temps de te tirer les vers du nez?



code by Mandy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Poupée capricieuse et explosive
avatar
▌ Messages : 586
Humeur :
22 / 10022 / 100

En couple avec : Tristan Mayfair

QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois de houx contenant un cheveu de Vélane et mesure 34,5 cm
Camp: Mal
Avatar: Natalia Vodianova

Message#Sujet: Re: Bloody Mary & Bloody Games [PV Gwendall] -16    Mer 29 Mai - 19:56


Bloody Mary & Bloody Games



Le regard de la jeune femme se fit plus perçant que jamais alors que la porte du bar s'ouvrait à la volée, laissant apparaître un trio dont les mises défraîchies et les mines patibulaires ne lui inspiraient que le plus parfait des dédains et des dégoûts. Son petit minois de poupée mondaine afficha une moue des plus boudeuses tandis que l'un des hommes, qui semblait avoir perdu sa sobriété quelque part en chemin, la regarda avec insistance tout en se léchant les babines et en portant, de façon ostentatoire, sa main sur son entre jambes. Quelle manque de classe ! Quelle vulgarité ! Les poings de la jeune femme se serrèrent et, son frère et elle n'auraient-ils eu d'autre plans, que Nemesis ne se serait certainement pas gênée pour donner une petite mais bien cuisante leçon de savoir-vivre. Mais elle sut se retenir et, soupirant profondément, elle se détourna et préféra reporter son attention sur celui qui demeurerait, à jamais et quoiqu'il puisse bien advenir ce soir, son soleil à elle seule. Gwnedall... Alors qu'elle était arrivée la jeune femme éprouvait un bien profond, et violent, ressentiment envers celui qui, elle en avait la certitude à présent, avait osé la trahir en lui mentant. Il s'était servi de l'affection indéfectible et sans bornes que Nemesis lui portait pour mieux endormir sa méfiance naturelle et l'amener, si doucement, à adopter son point de vue. Et, en l'occurrence, à rejeter hors de sa vie et hors de son cœur le seul homme qu'elle pourrait jamais aimer. Oui, alors qu'elle était arrivée, la rancoeur et l'envie de vengeance étreignaient son cœur. Mais, à peine ses yeux de poupée s'étaient-ils posés sur la silhouette de son aîné que Nemesis avait su qu'elle ne pourrait jamais lui en tenir la moindre rigueur. Non, peu importait même son amour fou et dément pour le jeune O'Connell, jamais rien ni personne ne l'éloignerait de Gwendall.

Il y a tant de choses qu'un grand frère digne de ce nom ne devrait pas faire. Pousser sa cadette à s'enivrer, l'entraîner sur une pente des plus glissantes... Mentir et briser ses rêves et amours d'adolescente aussi d'ailleurs... Ne penses-tu pas Gwendall adoré ?


Avait-elle répondu toujours aussi calmement mais avec une pointe d'ironie des plus acerbes. Que son frère, qui était l'homme au monde la personne la connaissant le mieux, ne pouvait que percevoir. Pourtant, et malgré l'envie qui lui picotait la langue de poursuivre plus avant une conversation qui ne pourrait que mal finir, Nemesis se contenta de sourire avec une tendresse non feinte. Prenant délicatement le verre qui lui fut donné, la jeune femme le vida d'un trait. Le liquide lui brûlait la gorge, emplissant d'une chaleur bienvenue. Alors qu'elle écoutait, silencieuse et attentive, son frère lui expliquer, de façon bien concise, ce qu'il se passerait ce soir, Nemesis ne put s'empêcher de grimacer légèrement. Finalement un verre ne suffirait certainement pas. Commandant directement une bouteille au barman qui, lui aussi, ne put s'empêcher de la dévorer des yeux, l'avocate attendit que celle-ci lui fut servie. Une fois ceci fait elle se versa un second verre. Remuant doucement se liquide dans lequel ses yeux se perdirent pendant de longues minutes, elle réfléchit. Nemesis comprenait parfaitement bien ce qui était sur le point d'arriver. Le moment était venu, pour Gwendall comme pour elle, de prouver leur allégeance à ce mouvement qui, elle le sentait, dévorerait leurs vies et se délecterait de leurs âmes. Mais avait-elle le choix ? Oui, bien sûr.... Mais, ce choix était biaisé. Elle adulait tellement le jeune Auror sanguinaire que perdre son âme pour lui lui semblait, somme toute, dérisoire. Mais serait-elle capable de passer à l'acte ? Elle vida son verre avant d'acquiescer d'un léger mouvement de la tête.

Je vois... Il semblerait donc que cette nuit promette d'être longue. Et quelque chose me dit que, lorsque nous aurons fini de converser avec ton si cher collègue, la lune sera plus écarlate que rouge. Bien... Très bien même...
murmura-t-elle avec un sourire mutin et sadique avant de se ressaisir un verre. Toisant de haut la faune qui les cernait, elle se serra un peu plus contre son frère avant de dire, sur un ton froid et sec qui semblait en parfaite harmonie avec cette détermination qui était dorénavant la sienne. Nemesis était allée bien trop loin pour faire machine arrière. Alors autant se lancer Tu as conscience que les lieux ne se prêtent guère à une discussion intime n'est-ce pas ? As-tu prévu de nous replier en un autre endroit ? Ou... Ou préfères-tu que nous rayons définitivement de la carte ce bouge infâme de la carte ? Quitte à bien faire les choses, autant assouvir nos ambitions ! Tu me connais, je ne fais jamais les choses à moitié. Et qui plus est, depuis quelques jours, j'éprouve comme une furieuse envie de tout détruire ! Mais laissons cela pour l'instant... Il sera bien temps d'en reparler plus avant un peu plus tard. Tu n'y échapperas pas Gwendall : je veux la vérité et je l'obtiendrais ! Même si, et autant te le dire dès à présent, quoique tu puisses me dire ne changeras rien à ma décision. Ni aux sentiments qui agitent mon cœur.

Puis la jeune femme se tut. De nouveau la porte s'ouvrit et, usant de son don de Legilimens, elle sourit en comprenant que leur invité venait d'arriver. D'après ce que lui avait appris son frère, cet homme -plutôt banal et gauche dans sa démarche- était du genre à apprécier les belles femmes. Malicieuse comme jamais, elle laissa tomber son manteau et découvrit son corps de sylphide à peine couvert d'un mince morceau d'étoffe qui mettait la moindre de ses courbes alléchantes en avant. Souriant à son frère, consciente qu'il allait détester ce qui allait suivre, la demoiselle alla à la rencontre de celui qui venait de devenir leur proie. Sans même qu'elle ait eu a faire le moindre geste ou prononcer la moindre parole l'homme vint à elle. La jeune femme minauda comme une gazelle prête à se rendre au chasseur et, lorsque celui-ci se pencha vers elle, l'oeil lubrique et les mains baladeuses, elle ne fit rien pour l'en empêcher. Au contraire, rentrant dans son jeu pervers, elle posa sa main sur sa joue, feignit à la perfection d'être sous le charme et, l'instant d'après, elle l'emmenait dans un coin reculé où elle s'assit à une table. Le futur supplicié, très loin de se douter de ce qui allait lui arriver, commanda des verres et eut la très mauvaise idée de commencer à laisser ses mains se poser sur la peau de son invitée. Nemesis ne se retira pas même préférant feindre une surprise exagérée alors qu'elle regardait, sans jamais le lâcher, son frère qui se tenait derrière l'homme.

Gwendall ! Alors ? Dis-moi tout ? Trouves-tu que je fasse une jolie chèvre ? N'est-ce pas ce que tu voulais ? Parler à ton ami en toute intimité ? Je pense que toutes les conditions sont à présent réunies.
puis, se retournant vers l'Auror stupéfait, pointant sa baguette sur ses côtes sous la table elle murmura à son oreille Un conseil mon ami... Nous ne voulons que discuter... Alors ne joues pas au héro... Cela me navrerait de devoir te tuer avant même de t'avoir entendu chanter. Même si, crois-moi, je n'hésiterais pas une seule seconde si tu me forçais à le faire.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://s-eve-n.forumactif.org/
MANGEMORT
avatar
▌ Messages : 967
Humeur :
50 / 10050 / 100

En couple avec : Sasha

QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois de hêtre, ventricule de dragon, 21,38 cm
Camp: Mal
Avatar: Aaron Tveit

Message#Sujet: Re: Bloody Mary & Bloody Games [PV Gwendall] -16    Sam 1 Juin - 12:44

Bloody Mary and bloody Games
"M
entir et briser ses rêves et amours d'adolescentes"? S'il semblait à Gwendall voir à quoi Nemesis faisait référence (à quoi d'autre pouvait-ce être, il faut dire ? ), il ne comprenait pas pourquoi elle venait aborder le sujet maintenant. Depuis le temps, il y avait prescription, tout de même ! Ce sang-de-bourbe Kieran O'Connell était et ne se devait d'être qu'un lointain souvenir, un point noir dans leur passé commun qui ne devait plus jamais d'être mentionné. Oui, Gwendall, à l'époque, avait menti à sa propre soeur, mais si elle l'avait fait, c'était dans le seul et unique but de sauver l'honneur de la personne qui, au monde, lui était la plus précieuse. Gwendall avait une vision si étriquée, si tranchée de ce qui devait être juste ou ne pas l'être, qu'il ne lui arrivait jamais de culpabiliser pour ce qu'il avait fait. Tout cela, c'était pour le bien de sa soeur, pour rien d'autre, et il lui semblait qu'elle l'avait comprit (quand bien même il ne savait pas à quel moment elle avait pu apprendre qu'il lui avait menti)... À quoi bon ressasser le passé? Nemesis était fiancée, maintenant, et à quelqu'un qui était parfait pour elle (si Tristan avait daigné accepter qu'il fréquente Nemesis, c'était bien qu'il le trouvait parfait), il n'y avait aucune raison de revenir sur le mariage avorté de la belle jeune femme. Mais puisque le sujet était lancé, il ne pouvait être laissé en suspens... Pas tant que Gwendall n'aurait pas eu le fin mot de cette affaire, car si sa soeur en faisait mention, c'est qu'il y avait une raison... Et il fallait qu'il tire les choses au clair. Il ne supportait pas d'entendre de la rancoeur transpercer dans le son de sa voix quand elle s'adressait à lui. Elle l'aimait trop pour tolérer que ce qui aurait dû être oublié crée entre eux des tensions telles qu'il en ressentait maintenant. Ils étaient plus forts que cela, tout de même.

Plus il l'entendait, plus Gwendall se demandait ce qui avait bien pu lui arriver pour qu'elle s'adresse à lui ainsi. Autant dire que le ton qu'elle employait, et les énigmes qu'elle disséminait dans ses propos n'étaient pas de nature à le rassurer ou à lui plaire. Il fallait qu'il en apprenne plus... Non pas parce qu'il comptait soutenir les élans du coeur de sa soeur adorée (il demeurerait campé sur ses positions quoi qu'il arrive), mais parce qu'il n'appréciait pas les sous-entendus, il préférait de loin que tout soit rapidement mit sur le tapis, quitte à ce que la situation ne devienne pas seulement explosive pour les pauvres âmes qui se trouvaient là... Car oui, aucune d'elle ne se tirerait des projets vengeurs de la fratrie Colloway. Sur ce point, Nemesis avait raison. Le meilleur moyen d'agir (et le plus satisfaisant) était bel et bien de rayer ce bouge de la carte. Mais d'abord, avoir une petite conversation avec son "collègue".

Nemesis le repéra avant lui, et autant dire que la manière qu'eut sa soeur de l'aborder fut tout sauf au goût de Gwendall, elle était une femme extrêmement séduisante, c'est certain... mais il ne tolérait pas qu'elle use de ses charmes avec autrui. Tout homme, à vrai dire, qui avait le malheur de poser ses yeux trop longtemps sur elle risquait fort de s'attirer ses foudres. S'il se contrôlait à cet instant, c'était uniquement parce qu'elle avait ainsi attiré l'homme à l'écart... Son heure viendrait. Et, c'était encore plus évident qu'auparavant, il allait lui faire subir les pires souffrances avant que d'y mettre un terme des plus définitifs.
Le regard du futur supplicié se posa sur Gwendall, il n'y comprenait rien.

-Gwendall ? Qu'est-ce...

-La ferme. Tu parlera quand je t'y autoriserai, pas avant
, lui glissa-t-il à voix basse avant que de planter sa baguette dans son dos. Te souviens-tu du soir du soir du 30 avril? Tu t'es trompé de camp, ce soir-là... et aujourd'hui, tu va payer pour ça. Il enfonça plus profondément encore sa baguette contre sa colonne vertébrale.
-Traître ! fit l'homme, comprenant enfin, mais bien trop tard. L'avant-bras de Gwendall pressait déjà contre la gorge de son interlocuteur.
-Ce n'est pas trahir que d'agir au nom de ce qui est juste. Son regard se tourna vers sa soeur. Ou de mentir pour le bien d'autrui.


code by Mandy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Poupée capricieuse et explosive
avatar
▌ Messages : 586
Humeur :
22 / 10022 / 100

En couple avec : Tristan Mayfair

QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois de houx contenant un cheveu de Vélane et mesure 34,5 cm
Camp: Mal
Avatar: Natalia Vodianova

Message#Sujet: Re: Bloody Mary & Bloody Games [PV Gwendall] -16    Lun 3 Juin - 11:10



Bloody Mary & Bloody Games



Pendant de très longues secondes, qui devinrent même des minutes, le regard de l'avocate n'avait pas quitté celui de son aîné, cherchant à y lire ce que la bouche du jeune homme se refusait apparemment à avouer pour le moment. Nemesis aurait pu aisément pénétrer dans les pensées du sorcier. Son don de Legilimens le lui permettait. Mais elle s'y refusait. Lire dans les pensées d'autrui était l'un de ces jeux qu'elle affectionnait tout particulièrement, l'un de ces petits passe-temps très loin d'être innocents dont elle se régalait et n'hésitait jamais à se servir dans le cadre de sa profession. Après tout quel mal pouvait-il y avoir à user de cette faculté qu'une Dame Nature, visiblement bien généreuse, lui avait octroyé dès sa naissance ? Aucun bien évidemment ! Et surtout pas pour une femme qui, à l'instar de la demoiselle Colloway, n'était jamais étouffée par le moindre scrupule ni remords ! Sauf envers Gwendall. Il était l'exception à toutes ces règles que Nemesis s'étaient fixées et auxquelles elle était fière de n'avoir, du moins jusqu'à présent, jamais dérogé. Oui, elle aimait son frère peut-être même bien plus qu'elle n'avait ou n'aimerait jamais aucun autre homme sur Terre. Et même si, aujourd'hui plus que jamais, Tristant et Kieran se livraient une bataille aveugle et sournoise pour être celui qu'elle prendrait dans sa couche et comme mari, le seul homme dans la vie de Nemesis resterait à jamais Gwendall. Voilà pourquoi la jeune femme avait tant besoin de l'entendre lui confesser ce qu'elle venait de découvrir et pesait si lourdement sur son coeur perdu et tourmenté. Nemesis savait pertinemment qu'aborder ce sujet risquait de mettre, de façon bien temporaire, la si forte relation qui les unissaient, Gwendall et elle. Non, cela ne pourrait jamais les détruire mais... Et pour une fois, la jeune femme était déterminée à défendre ses opinions et, plus encore, ses intérêts. Oui, aujourd'hui, Nemesis était prête à s'opposer à son frère. Pour Kieran...

- Sais-tu seulement à quel point je peux t'aimer Gwendall ?
avait-elle demandé tout en reposant son verre pour venir se camper devant le jeune homme et en plongeant au fond de son regard. Passant négligemment une main dans ses cheveux avant de se hisser sur la point des pieds pour lui voler un bien chaste baiser elle murmura au creux de son oreille Aucun homme ni aucune femme ne nous séparera jamais... Je te le promets ! Je t'aime... puis, se reculant et reprenant un autre verre elle en but une gorgée avant de lancer avec son air de petit angelot candide Savais-tu que Kieran officiait au Magenmagot lui aussi ? Nous envisageons même de fusionner nos deux cabinets : bonne nouvelle, non ?

Puis la jeune femme s'était de nouveau murée dans un mutisme et une légèreté pervers dont elle ne daigna sortir que pour mieux fondre sur celui qu'elle savait être leur proie, du moins la première, de leur longue soirée. Nemesis ne pouvait ignorer que ces méthodes, quelque peu aguicheuses et entreprenantes, dont elle usa pour mieux soumettre l'Auror à sa volonté ne pouvaient que déplaire à son frère. Oui, le lien qui les unissait était si fort et si intense qu'il pouvait arriver, pour qui ne les connaissait pas, qu'on les prenne pour des amants. Et, cela ne la choquait pas. La jeune femme était possessive envers son frère, plus jalouse qu'une tigresse et, jusque là, aucune femme n'avait eu l'honneur, et la chance, de lui plaire suffisamment pour qu'elle la laisse approcher son frère. D'un autre côté celui-ci ne s'aventurait guère non plus à lui présenter des conquêtes dont, et l'avocate en était la plus heureuse qui soit, n'étaient jamais que de passage. Et, elle, n'avait jamais aimé que deux hommes. Les deux avec l'accord de Gwendall. Alors que Nemesis appâtait ce libidineux et aviné Auror, alors qu'elle ne le laissait la toucher que pour mieux exacerber la fureur de son frère, elle ne pouvait s'empêcher de se demander ce qu'il se serait passé si jamais Gwendall, à l'époque, avait d'emblée rejeté Kieran. Se serait-elle autorisée à l'aimer en dépit de cela ? Ou l'aurait-elle, elle aussi, ignoré ? Peut-être cela aurait-il été plus simple... Car, aujourd'hui, Nemesis était une femme de caractère. Et, malgré tout l'amour qu'elle portait à son aîné et la peur de créer la moindre tension entre eux, elle savait que son coeur et ce désir qui brûlait son corps ne pourraient pas longtemps être muselés. Elle voulait Tristan... Mais elle voulait encore plus Kieran ! Et ce que Nemesis voulait, elle l'obtenait toujours. C'était ainsi !

- Vous ne devriez pas user de si vilains mots ! Traître ? Que cela est laid ! Qui plus est... Cela est aussi, et surtout, totalement faux.
murmura doucement Nemesis tout en se levant et en venant se poster près des deux hommes. Passant sa main sur la joue de son frère elle lui sourit à sa dernière réflexion avant de lui répondre Ce que l'on fait pour le bien d'autrui est comme ce que l'amour vous pousse à accomplir : toujours juste. Jamais le coeur ne se trompe ! Et, s'il a ses raisons que la la raison elle-même peine parfois à comprendre, je pense que nous serons tous d'accord pour dire que le coeur finit toujours par l'emporter, non ?

Puis la jeune femme s'éloigna quelque peu. Autour d'eux l'atmosphère devenait un peu plus électrique à chaque instant qui passait. Comme si la fureur et les pulsions sadiques et perverses de la fratrie Colloway s'étaient propagées, les clients de ce bouge infâme commençaient à s'énerver et des bagarres éclataient un peu partout. Nemesis rit doucement tout en applaudissant pareille à une enfant qui se réjouit du spectacle. Même si, en l'occurrence, le spectacle ne faisait que commencer ! S'assurant que personne ne pouvait la voir, la demoiselle dressa sa baguette et s'empressa d'ôter à tous ces jouets en devenir, la moindre occasion de s'échapper. Les portes et les fenêtres, sous l'effet de la magie, se scellèrent de la plus hermétique des manières. Et, histoire de leur accorder encore un peu de temps, la demoiselle joua encore de la baguette. L'instant d'après le poing d'un client innocent -du moins sur ce coup là- atterrit sur le nez du gérant qui, bien évidemment, ne tarda pas à répliquer. Et une bagarre de plus ! Une ! Se retournant vers son frère et leur invité elle s'assit sur la table crasseuse et, croisant les jambes bien haut tout en agitant sa baguette d'un air boudeur et impatient elle soupira avant de demander

- Gwendy... Quand commencerons-nous à vraiment jouer ? S'il-te-plaît ! Il me semble évident que ce gros porc ne comprendra jamais les raisons pour lesquelles il est sur le point de crever alors... Fais-le parler et occupons nous des autres ! Je veux jouer ! Maintenant !
la voix de l'avocate se faisait plus mélodieuse, plus douce et charmeuse que jamais. Oui, Nemesis aimait charmer son frère, user de ses charmes envers lui. Après tout n'était-il pas l'homme de sa vie lui aussi ? Et s'il te fallait une raison supplémentaire de laisser ton ire flamboyer en voici une excellente. Kieran O'Connell m'aime encore. Et lui aussi dit ne vouloir que mon bien... Que d'hommes qui prétendent ne vouloir que mon bien !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://s-eve-n.forumactif.org/
MANGEMORT
avatar
▌ Messages : 967
Humeur :
50 / 10050 / 100

En couple avec : Sasha

QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois de hêtre, ventricule de dragon, 21,38 cm
Camp: Mal
Avatar: Aaron Tveit

Message#Sujet: Re: Bloody Mary & Bloody Games [PV Gwendall] -16    Mar 4 Juin - 23:54

Bloody Mary and bloody Games
A
insi donc, le fait que Nemesis évoque ainsi avec lui cet homme qui n'aurait jamais dû qu'appartenir à un passé aussi lointain que révolu, n'était pas fortuit. Gwendall s'en était malheureusement douté. Ce n'était pas le genre de Nemesis que de lancer ce genre de remarques sans qu'elles sous-entendent d'autres sortes de vérités, qui n'étaient pas toujours des plus agréables à entendre. Kieran O'Donnell était donc reparu dans la vie de sa soeur. Et, par la même, il réapparaissait dans la sienne. Cet ancien ami devenu ennemi mortel... Cet nouvel inspirait à Gwendall un rage et un agacement sans précédent. Croyait-il qu'il pouvait ainsi revenir dans la vie de Nemesis, et qu'il le laisserait faire ? Il avait été rayé de la vie des Colloway à l'instant où les motifs de la rupture de ses fiançailles lui avaient été appris. Il lui interdisait formellement de revenir. Encore moins pour troubler le coeur de sa soeur, qui devait seulement filer le parfait amour avec son futur mari, sans que rien et surtout personne ne la détourne d'une union qui devait faire réellement son bonheur. Gwendall ne put s'empêcher de tiquer quand sa soeur décréta que ce que le coeur nous inspirait de faire était toujours juste. Avait-il donc seulement fallu que Kieran revienne dans sa vie pour qu'elle en oublie tout sens logique ? Elle était, de toute évidence, retombée sous son charme en moins de temps qu'il n'en faut pour le dire. Et justifier la légitimité de son attitude par ce que lui avait dicté sa passion était loin de suffir à Gwendall. Il devait disparaître de la vie de cette soeur qu'il chérissait tant, une deuxième fois, puisqu'il le fallait. Et s'il devait en être l'instigateur, eh bien soit, il le ferait sans le moindre regret.

-Ce que nous dicte notre coeur est toujours erroné, il n'est jamais bon d'écouter son coeur au mépris de la raison.
répliqua-t-il, ignorant complètement sa victime en devenir. Peut-être n'était-ce pas le lieu idéal pour les règlements de compte fraternels, mais qu'importe. Bien sûr, négliger l'importance des choix que l'on faisait strictement par amour était tout à fait hypocrite de sa part, puisque s'il s'emportait tant à cette seconde, c'était du fait de l'amour inconditionnel qu'il portait à sa soeur.

Détournant son regard de celle qu'il ne laisserait pas lui échapper au profit d'un ancien ami qui ne devait être qu'un souvenir dans leurs esprits, il daigna à nouveau s'occuper de son "collègue". Il ne faudrait pas que ce dernier perde patience ou pense qu'on le négligeait. Tandis que Nemesis isolait les lieux et semait la discorde, afin qu'ils puissent se livrer sans mal à un jeu auquel Gwendall prenait vraiment goût, il comptait cuisiner celui qui, à ses yeux, était le véritable traître. Mais quand il entendit Nemesis lui avouer que Kieran avait encore des sentiments pour elle, l'accès de rage qu'il ressentit se répercuta immédiatement sur l'auror dont il arracha la peau du dos à grands renforts de sortilèges de découpe. Si seulement il pouvait s'agir de lui... à l'heure actuelle, un entaille profonde au creux de sa gorge lui ferait cracher de délicieux flots de sang.
Il n'apprendrait rien de lui. Tant pis. L'essentiel, au final, était de l'éliminer, après tout.

-Je t'interdis de le revoir, tu m'entends ?
obligea Gwendall en se tournant vers sa main, les mains largement recouvertes de sang.

code by Mandy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Poupée capricieuse et explosive
avatar
▌ Messages : 586
Humeur :
22 / 10022 / 100

En couple avec : Tristan Mayfair

QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois de houx contenant un cheveu de Vélane et mesure 34,5 cm
Camp: Mal
Avatar: Natalia Vodianova

Message#Sujet: Re: Bloody Mary & Bloody Games [PV Gwendall] -16    Mer 5 Juin - 15:13



Bloody Mary & Bloody Games



Si l'adage voulait que toute vérité ne soit pas bonne à dire il oubliait sciemment de préciser que, en réalité, la vérité n'était qu'une douce illusion dont les gens aimaient tant à se bercer ! La vérité, cette réalité absolue et indéniable après laquelle tant de gens se lançaient dans une quête aussi folle que vaine , non, cette vérité n'existait pas ! La vérité n'était qu'une garce parmi tant d'autres, une putain sans nom et sans aucune morale qui se travestissait selon les proies qu'elle choisissait de séduire, de faire succomber à ses charmes vénéneux. Montrant à chacun ce qu'il voulait voir, et rien que cela. Dissimulant le reste... Nemesis était l'une des mieux placées pour le savoir ! Après tout son métier d'avocate ne consistait, lui aussi, qu'en cela : travestir, tronquer et modeler une vérité pas toujours des plus arrangeantes pour en faire une toute autre. Oui, la jeune femme était une menteuse. Pire : on la payait grassement pour cela ! Mais, il était quelques rares êtres sur Terre, à qui elle ne pouvait ni même ne voulait mentir. Gwendall arrivant, bien évidemment, en tête de liste. Même si, en ce moment présent, le regard de l'ombrageuse demoiselle en disait très long sur ce qu'elle pensait. Nemesis se mordillait la lèvre, jouant avec ses cheveux dorés comme à chaque fois qu'elle était énervée, profondément agacée. Elle comprenait, mais ne supportait pas pour autant, l'attitude si froide et implacable de son frère. Pendant tout le temps où elle lui avait confessé, de façon aussi directe que provocatrice, sa douce et trop tendre inclinaison, elle ne l'avait pas lâché du regard. Si les lèvres pouvaient professer les pires des mensonges, les yeux, eux, étaient souvent bien plus sincères ! Et ce qu'elle avait lu au fond des océans de son frère lui avait donné des frissons le long de son échine délicate. Jamais Gwendall n'accepterait ce qui était pourtant un état de fait ! Qu'il le veuille ou non... Qu'il le supporte ou non... Kieran était bel et bien de retour ! Et, cette fois, Nemesis ne se laisserait pas aussi aisément manipuler. Elle voulait cet homme ! Par amour ou par caprice ? Peut-être la réalité se trouvait-elle à mi chemin entre ces deux vérités trop absolues pour être exactes. Alors que Gwendall relevait, et réfutait bien sûr, sa pique sur les raisons du coeur, Nemesis sentit la colère l'envahir. Approchant son visage si proche de celui de son frère que leurs lèvres se frôlaient en de bien peu chastes baisers, la jeune femme sourit de cette façon sibylline qui n'appartenait qu'à elle

- Le coeur se trompe alors ? Alors quand je pensais aimer sincèrement ton si cher ami Tristan je me trompais ? Lorsque mon coeur me supplie de croire que le seul véritable homme de ma vie est celui que la loi et la décence m'interdisent d'aimer jamais, à savoir toi, alors il se trompe aussi ?
dit-elle tout en osant, pour la toute première fois de sa vie, voler à son aîné ce baiser langoureux qu'elle s'était toujours interdit de seulement imaginer. Electrique, violent et tellement doux... Troublante émotion que celle-ci... Se reculant, caressant doucement la joue du sorcier en colère, elle finit Que crains-tu donc Gwendall ? Que Kieran ne me vole, cela je peux le comprendre... Mais qu'il me vole à qui ? A ce cher et si amoureux Tristan ? Ou ne craindrais-tu pas plutôt que Kieran ne me vole à toi ? Dis moi Gwendall... Est-ce ta raison ou ton coeur qui dicte tes paroles ou tes actes ?

Puis elle se recula, réalisant soudainement, et avec une once de frayeur, qu'elle était sur le point de franchir une frontière qu'elle savait taboue et interdite. Que les Hommes et leurs lois en pensent ce qu'ils voulaient cela ne l'atteignaient pas plus que cela. Grâce à Gwendall elle avait appris à se jouer des lois, à les réduire à l'état de suite de mots qui, pour qui savait les apprivoiser, pouvait refléter mille et une vérités ! Les lois voulaient tout dire, et encore plus leur contraire ! Quant à la morale... Etre fiancée et brûler de désir et de passion pour un autre homme... Etre, là dans un bouge minable et crasseux, et se réjouir à l'idée de bientôt le réduire en cendres... Rien de très moral dans tout cela non plus ! Pourtant... Là... Cette pensée et cette subite envie qui avait assailli la demoiselle était bien plus qu'elle-même ne pouvait comprendre. Pour la première fois de sa vie elle avait vu en Gwendall un homme. Charmant et charismatique. Fort et protecteur. Possessif et jaloux. Un homme qui la séduisait plus que de raison. La raison ! Elle haïssait la raison ! Se reculant, effrayée par ses propres actions, elle buta contre un homme aviné qui, bien loin de s'en plaindre, commençait déjà à l'attraper par la taille, laissant ses mains glisser sur le reste de son corps tandis que ses lèvres étirées en un radieux sourire laissaient s'écouler des tas de propositions plus indécentes les unes que les autres. La jeune avocate, très loin d'être d'humeur pour ce genre de grosse farce libidineuse ne perdit pas de temps. Sa baguette se pointa directement sur l'entrejambe du grossier personnage et en fit exploser ce qui ne lui servirait plus jamais de bijoux de famille. L'homme ouvrit de grands yeux et, lorsque l'information de la douleur et de sa castration parvint enfin à son cerveau imbibé il hurla. Heureusement l'agitation et le chaos qui régnaient dans les lieux étaient telles que personne ne sembla y prêter la moindre attention. Sauf Nemesis qui, elle, eut les tympans vrillés. Furieuse et frustrée sans qu'elle comprenne bien pourquoi, elle se retourna et laissa son ire se déverser. Les sorts fusaient encore plus rapidement que ses arguments lors d'un plaidoyer et bientôt son corps ne fut plus qu'une masse informe et difforme nageant dans une mare de sang. La demoiselle se retourna pour voir son frère, lui aussi, se déchaîner. Son ancien collègue subissait des foudres qui, elle le devinait aisément, ne lui étaient pas même destinées. Et si elle eut le moindre doute à ce sujet la phrase dont se fendit son aîné lorsqu'il la regarda, les mains maculées de sang, eut vite fait de les dissiper. Pointant sa baguette sur le jeune homme, se contrefichant éperdument d'être vue ou non, elle s'approcha, plus tentatrice et séduisante que jamais ainsi drapée dans sa colère, et se tint devant son frère. Ne jetant pas même le moindre regard à la victime de celui-ci qui, loin d'être mort, s'étouffait dans son propre sang elle soutint le regard de cet homme dont elle ne pouvait rêver et lui murmura d'une voix rageuse

- Tu m'interdis ? Pardon ? J'ai du mal entendre là ! De quel droit oses-tu ainsi m'interdire quoique ce soit ? Comment oses-t après m'avoir déjà brisé le coeur une première fois !
puis faisant exploser le meuble derrière Gwendall elle ajouta Non seulement je compte bien revoir Kieran mais, tu sais quoi ? Je compte bien rattraper l'erreur que les parents et toi avez commise il y a huit ans de cela. Je vais rompre avec Tristan et épouser Kieran ! Que tu le veuilles ou non !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://s-eve-n.forumactif.org/
MANGEMORT
avatar
▌ Messages : 967
Humeur :
50 / 10050 / 100

En couple avec : Sasha

QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois de hêtre, ventricule de dragon, 21,38 cm
Camp: Mal
Avatar: Aaron Tveit

Message#Sujet: Re: Bloody Mary & Bloody Games [PV Gwendall] -16    Mer 5 Juin - 23:30

Bloody Mary and bloody Games
S
es actes et ses propos étaient-ils dictés par la raison ? Sans doute pas. Et Nemesis était bien loin d'avoir tord lorsqu'elle affirmait que ce qui dictait à cet instant sa conduite était davantage son coeur que sa raison. S'il agissait vraiment par sang-froid, au nom de ses seules convictions, et sans aucun autre motif, il ne serait pas à l'heure actuelle dans un tel état de colère, au point de n'avoir laissé aucune chance de survie à une victime qu'il n'avait même pas laissé parler, et qu'il laissait à présent agoniser sans songer la moindre seconde à abréger ses souffrances. S'il avait été la raison de sa venue, il était à présent le cadet de ses soucis. Oui, c'était bien son coeur, cet amour inconditionnel qu'il avait pour sa soeur qui le rendait si violent dans ses propos et dans ses actes plutôt que toute autre chose. Si elle refusait à sa soeur la possibilité de revoir son ancien fiancé, ce n'était pas tant parce qu'il songeait au déshonneur que cela serait pour sa famille, ou à ce que le comportement de Nemesis pouvait avoir d'amoral à ses yeux (d'autant que, étant donné ce qu'il venait de faire, il n'avait pas vraiment de leçons à donner en termes d'amoralité), c'était bel et bien pas rage, possessivité... amour. C'était du pareil au même.

Oh, mais qu'importait ce qui dictait sa conduite, il avait raison. Nemesis, se remettre avec Kieran, tout cela parce que son coeur s'emballait pour un bête amour de jeunesse ? C'était stupide. Sa vie était parfaite ainsi qu'elle l'était. L'irruption de l'avocat dans sa vie ne devait pas la détourner de ce qui était bon pour elle. Et oui, il se considérait comme étant le plus à même de savoir ce qui pouvait convenir ou non à sa soeur.

-Fais, je t'en prie.
déclara-t-il froidement, ne se départissant en rien de sa colère. Évidement, ce n'était pas une véritable invitation, davantage un avertissement. Déshonore ta famille, ruine ta réputation. Abandonne tout au nom d'une passion stupide que tu oubliera aussitôt que tu pourras l'assouvir, je ne peux pas te retenir.

Au milieu de ce qui était devenu le lieu d'une rixe gigantesque, leur dispute pouvait passer totalement inaperçue. Ce même si Gwendall n'avait pas manqué de hausser le ton.

-Mais si tu le fais. Considère que je ne suis plus ton frère.


Ce n'était pas une menace en l'air même si, rien qu'à la prononcer, il se sentait au plus mal. Il comptait sur le fait que rien, encore moins un amour adolescent, ne pourrait jamais le séparer de la personne qui, à ses yeux, comptait le plus au monde. Kieran devait disparaître de leurs vies, et si Nemesis n'y consentait pas d'elle-même, alors Gwendall forcerait le destin. Quitte à mettre un terme définitif à la vie de Kieran, comme il l'avait fait avec son ancien collègue. Qui ne devait pas être le seul à quitter le monde des vivants ce soir là, d'ailleurs... car l'on s'approchait d'eux.

code by Mandy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Poupée capricieuse et explosive
avatar
▌ Messages : 586
Humeur :
22 / 10022 / 100

En couple avec : Tristan Mayfair

QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois de houx contenant un cheveu de Vélane et mesure 34,5 cm
Camp: Mal
Avatar: Natalia Vodianova

Message#Sujet: Re: Bloody Mary & Bloody Games [PV Gwendall] -16    Mer 3 Juil - 15:20


 
Bloody Mary & Bloody Games



La température ne cessait de grimper dans ce cloaque où les esprits, eux aussi, commençaient sérieusement à s'échauffer. Si seulement la jeune avocate s'en était donnée la peine alors elle aurait pu voir, admirer peut-être même, ces disputes qui éclataient un peu partout autour d'eux et ne tardaient pas à dégénérer en violentes bagarres. Les insultes, noms d'oiseaux et autres coups pleuvaient de toutes part et dans les airs des effluves nauséabondes de sueur et de sang venaient se mêler aux relents d'alcool frelaté. Mais Nemesis ne voyait rien, n'entendait pas même les plaintes et les suppliques de cet homme que son frère et elle étaient supposés interroger mais qui se mourrait à leurs pieds. Non, le monde autour d'elle avait comme cessé d'exister au moment où Gwendall avait laissé s'échapper ces mots qui venaient de la poignarder en plein coeur. Plus son frère... Certes elle avait su que ces révélations qu'elle venait de lui faire ne seraient pas sans conséquences mais, elle le réalisait maintenant, jamais Nemesis ne s'était attendue à pareille chose. Et elle n'était pas le moins du monde préparée à encaisser un tel choc. Plus son frère... Son regard, d'ordinaire si limpide, se voila avant que ne commencent à y luire ces larmes qu'elle s'efforçait encore de refouler. Gwendall n'était pas un homme des plus loquaces et la jeune femme le savait, il pensait ce qu'il venait de lui jeter à la figure. Si jamais elle s'entêtait à vouloir revoir Kieran alors il sortirait de sa vie. A tout jamais, cela Nemesis en prenait aussi conscience. Avec effarement, terreur et une tristesse insondable. Ses yeux ne pouvaient quitter ceux de son aîné, de cet homme qui lui avait toujours été le plus proche au monde... Gwendall... Depuis toujours ils avaient été inséparables, fusionnels ! Trop même... Mais Nemesis ne savait pas comment faire autrement : il était tout à ses yeux et elle ne pouvait s'imaginer ne serait-ce que respirer sans lui. Là où Kieran en prenait ombrage, trouvant cela parfois même suspect, Tristan, lui, s'en amusait. Comme si tout cela n'était que bien normal entre un frère et une sœur.  Deux hommes, deux visions des choses et, comme toujours, tout les opposait ! Lequel avait raison ? La jeune femme le savait : Kieran était celui qui voyait juste. Non, sa relation avec Gwendall n'avait rien de normal ni même de sain. Et, si Nemesis avait poussé le raisonnement jusqu'au bout, alors sans doutes se serait-elle aperçue qu'il ne lui fallait pas choisir entre seulement deux hommes. Il manquait une donnée à son équation amoureuse et celle-ci n'était pas des moindres. Il lui manquait Gwendall ! Celui qui, maintenant, la menaçait sans même chercher à s'en cacher, de l'abandonner sans jamais se retourner si jamais elle osait seulement ne pas lui céder. Pendant une pincée de secondes la jeune femme sentit son cœur se serrer au point presque d'imploser. Gwendall... Elle aurait aimé pouvoir lui dire ce qu'il désirait entendre. Oui, Nemesis aurait sincèrement aimé pouvoir lui dire qu'elle ne reverrait jamais plus Kieran, que cet homme ne comptait pas et qu'elle n'avait pas besoin de lui... Mais cela aurait été mentir et, aussi difficile et onéreux que cela soit, Nemesis ne voulait pas mentir à son frère. Elle ne l'avait jamais fait et ne commencerait pas aujourd'hui... Quoiqu'il lui en coûte...

Déshonneur et réputation ? Deux mots que tu as beau jeu d'employer Gwendall ! Te souviens-tu seulement de ce qu'ils signifient ? Toi qui y as renoncé bien avant moi il me semble ! Que deviendrait donc la réputation des nôtres si jamais tes penchants et engagements politiques extrémistes venaient à être connus ? Et qu'en serait-il donc de ta réputation à toi ?
argua-t-elle tout en haussant le ton elle aussi. Puis, s'approchant de lui, se retenant de lui sauter au cou et d'implorer son pardon, elle le regarda fixement avant de lui jeter, de la plus glaciale des façons à la figure Un frère qui m'aurait vraiment aimé m'aurait écoutée et conseillée sans me juger ni me condamner. Un frère digne de ce nom aurait su lire la détresse et le trouble en moi... Et ce frère là m'aurait soutenue et aidée, quoiqu'il ait bien pu en penser ! Tout comme, de mon côté, je ne lui ai jamais demandé la moindre explication quant à ses choix ou la moindre justification quant à ses actes assassins ! Ce frère là je l'aimais et j'aurais toujours tout fait pour lui. Même cela … dit-elle tout en se retournant vers l'Auror agonisant et en l'achevant d'un sort aussi cruel que précis. Puis, se retournant une ultime fois vers Gwendall elle soutint quelques secondes encore son regard avant de lâcher, d'une voix tremblante Oui, ce frère là je l'aimais … Cet homme qui se tient devant moi et qui me menace, je ne le connais pas. Alors puisque tu veux que je choisisse entre cet inconnu et Kieran... Je choisis celui qui, lui, ose me montrer son désir et son amour....

Puis la jeune femme détourna les talons et s'éloigna. Nemesis était en colère, elle pleurait aussi. Pour la première fois de son existence elle ne savait plus où elle en était ni même qui elle était. Ce que la tentation de se retourner et de courir vers Gwendall était grande ! Si elle le faisait maintenant elle aurait peut-être une chance de réparer les choses ? Non ! Il était trop tard... Elle avait dépassé l'ultime limite. Mais... Mais elle ne l'avait fait que parce qu'il l'y avait forcée ! Comment avait-il ainsi osé lui demander de choisir ? Comment pouvait-elle seulement choisir ? Jamais elle ne lui aurait fait pareil chantage, elle ! Enfin, si, bien sûr qu'elle l'aurait fait, mais avec bien plus de subtilité et de tact ! Jamais elle n'aurait commis l'erreur de l'attaquer de façon aussi brutale ! Pourquoi ? Pourquoi, par Merlin, s'était-il montré aussi dur avec elle ? Elle avait besoin de lui ! Comme elle avait besoin de Tristan et de Kieran ! Mais il l'avait poussée au-delà même de ses limites ! Il l'avait blessée, plus que personne ne le pourrait jamais ! Et, pas plus que Gwendall ne l'était, Nemesis n'était un être qui se laissait dicter sa conduite ! Elle était libre et entendait bien le demeurer ! Furieuse, le cœur en miettes, elle courut, tentant d'éviter les verres, chaises et même ces tables qui volaient autour d'elle. Alors qu'elle parvenait à atteindre la sortie , sa main sur la porte, déjà prête à aller se perdre dans les ténèbres londoniennes, elle se figea. Là, non loin de l'endroit où se tenait encore son frère, un petit groupe attira son attention. Là, au milieu de toute cette agitation, eux semblaient parfaitement calmes. Et leurs regards ne quittaient pas la silhouette de Gwendall. Nemesis haussa les épaules : cela ne la regardait plus ! Déjà elle ouvrait la porte. Mais, sans même chercher à comprendre elle referma la porte violemment avant de courir vers ces hommes. Et, plus elle approchait d'eux plus leurs pensées lui parvenaient . Et celles-ci étaient aussi sanglantes que celles que pouvait nourrir son aîné.  Ainsi donc leur victime n'était pas venue seule ? Intéressant mais aussi inquiétant. Se doutait-il de quelque chose ? Quelqu'un soupçonnait-il les activités douteuses de Gwendall ? Si cela était vrai alors bientôt le jeune homme serait en danger ! Et Nemesis pouvait bien dive ce qu'elle voulait elle ne laisserait personne faire du mal à son frère ! Alors que les hommes se décidaient enfin à bouger et se dirigeaient vers Gwendall, elle brandit sa baguette et lança un Incarcerem. L'un des hommes tomba à terre. Et, si cela en faisait un momentanément hors jeu cela avait aussi attiré l'attention des autres sur elle. Magnifique ! Dans quelle galère était-elle encore allée se fourrer elle ? L'instant d'après elle parvint à éviter de justesse un sort. Mais ce ne fut hélas pas le cas pour le second qui atteignit la jeune fille. Nemesis hurla avant de voler et de s'effondrer, inconsciente au sol.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://s-eve-n.forumactif.org/
MANGEMORT
avatar
▌ Messages : 967
Humeur :
50 / 10050 / 100

En couple avec : Sasha

QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois de hêtre, ventricule de dragon, 21,38 cm
Camp: Mal
Avatar: Aaron Tveit

Message#Sujet: Re: Bloody Mary & Bloody Games [PV Gwendall] -16    Ven 5 Juil - 19:57


Bloody Mary and bloody Games
S

Gwendall peinait à soutenir le regard que sa soeur plantait dans le sien, lui qui, d’ordinaire, n’avait pourtant aucun mal à toisait ceux des plus suspicieux ou méprisants. Il détestait lire ainsi autant de déception, de tristesse et de colère dans les yeux de Nemesis, il haïssait sentir qu’elle allait mal, lui qui ne vivait presque que pour la voir heureuse, et il haïssait encore plus savoir qu’il était la cause de ses maux... Sachant que ce qu’il faudrait dire pour les résoudre et les soulager étaient autant de mots qu’ils ne prononceraient pas. Elle ne s’en rendait sans doute pas compte, non, elle ne le réalisait de toute évidence pas, mais tout ce qu’il faisait, il ne le faisait jamais que pour son bien, et si elle ne pensait pas y trouver dans l’immédiat son compte, il avait l’infime conviction qu’elle ne pourrait que le remercier un jour pour ses mises en garde. Il ne demandait qu’à l’aider, à la protéger, et la protéger d’elle-même si il le fallait (car oui, à ses yeux, ses élans du coeur pourraient lui être plus aisément fatals que ces convictions vers lesquelles il avait choisi de guider Nemesis). Mettre ses menaces à exécution serait plus qu’un déchirement pour lui, ce serait comme s’arracher lui même le coeur et le déchirer en multitude de miettes. Ne plus la voir, lui parler, faire comme si elle n’existait plus ? Ça le tuerait. Et pourtant, il y consentait, il y consentait car il estimait que l’enjeu le nécessitait, il y consentait pour elle. Pourvu que ses menaces la fassent plier ! À cette seconde, il était suspendu à sa réponse, si bien qu’il en oubliait l’agitation alentours.

Vint la réponse de Nemesis, qu’il accueillit avec autant de douleur que si une dague venait de lui être plantée en plein coeur. Il entendait les arguments de sa soeur... et s’il faisait preuve d’un peu moins de mauvaise foi, il devait bien admettre qu’elle avait raison. À cette seconde même, ses activités avaient toutes les chances du monde de déshonorer son nom et sa famille. Et pourtant, il ne considérait pas leurs deux situations comme comparables. À ses yeux d’endoctriné, il faut dire, la cause qu’il défendait dépassait même les notions d’honneur et de famille... et pour cette raison, elle ne pouvait pas être mise sur le même piedéstal que la relation de Nemesis avec Kieran qui aux yeux de Gwendall n’était qu’un feu de paille qui ne mettrait pas longtemps à s’éteindre. Et ce constat ne faisait d’ailleurs qu’amplifier sa colère et son incompréhension : pouvait-elle vraiment sacrifier ce lien du sang qui les faisait si proches l’un de l’autre au nom d’une amourette nourrie de nostalgie ?

Apparemment oui, et ça le détruisait. Elle l’accusait de ne pas l’aimer. Comment osait-elle alors que tout ce qu’il faisait et disait, il le faisait par amour pour elle ?
Peu importe comment, elle osait. Et ça le détruisait. Il avait vraiment cru que quelque soit la personne face à laquelle on le mettrait, Nemesis le choisirait, lui. Tout comme lui, n’hésiterait jamais à la choisir elle. Mais lui, n’aimait pas.
Pas encore.

Il ne prononça pas le moindre mot, la laissa tourner les talons. Alors qu’il la regardait s’éloigner, il fut tenté à plusieurs reprises de la retenir. Mais il n’en fit rien. Trop de fierté. Il laissa enfin son regard s’attarder sur cette scène. Dans le tumulte, personne ne semblait avoir remarqué qu’il se trouvait encore là, immobile, planté comme un piquet. Du moins, il crut qu’on ne l’avait pas remarqué, pourtant, derrière lui, trois silhouettes attendaient de fondre sur lui. Il ne les remarqua que lorsque Nemesis le fit aussi, faisant demi tour, et lançant un sort au plus proche de ses futurs agresseurs. Gwendall se retourna, et sans avoir le temps ou l’occasion de remercier Nemesis de l’avoir défendu, et plus simplement d’être revenu, il songea tout d’abord à sauver leurs peaux. Les sorts fusèrent, peu atteignaient leur cible, ils savaient, d’un côté comme de l’autre, parfaitement bien se défendre. Gwendall parvint malgré tout à stupefixier l’un de ses adversaires... pendant que, de son côté, Nemesis se prenait un sort de plein fouet. Abandonnant toute prudence, le premier réflexe de Gwendall fut de se précipiter vers elle, afin de s’assurer qu’elle allait bien. Elle était inconsciente. Gwendall utilisa tous les sortilèges de sa connaissance pour la faire revenir à elle.

-Réveille-toi, s’il te plaît. Déteste-moi si tu veux, mais réveille-toi.


À cette seconde, il devenait évident qu’il ne pourrait jamais totalement se détourner d’elle comme il l’avait menacé de le faire. Ce pouvait sembler parfaitement excessif, mais elle lui était essentielle.
Dans son dos, l’ennemi revenait à la charge, mais Gwendall ne le voyait plus...

code by Mandy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Poupée capricieuse et explosive
avatar
▌ Messages : 586
Humeur :
22 / 10022 / 100

En couple avec : Tristan Mayfair

QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois de houx contenant un cheveu de Vélane et mesure 34,5 cm
Camp: Mal
Avatar: Natalia Vodianova

Message#Sujet: Re: Bloody Mary & Bloody Games [PV Gwendall] -16    Lun 15 Juil - 16:19


 
Bloody Mary & Bloody Games



La colère étreignait son cœur, envoyait les lambeaux de son âme se perdre dans des limbes sombres et profondes. Et au moment même où elle avait asséné cette réponse à la question de son aîné adoré, la jeune femme avait senti comme une partie d'elle-même hurler à l'agonie. En faisant cela, en se détournant de Gwendall comme elle l'annonçait si violemment, c'était à une partie d'elle-même qu'elle renonçait, qu'elle assassinait purement et simplement. Mais l'amour était un sentiment insidieux et fourbe qu'elle avait cru oublier, enterrer pour de bon il y avait huit longues années. Non, elle n'aimait plus. Elle aimait bien et le seul amour qu'elle avait encore en elle, qu'elle s'autorisait à éprouver était entièrement dédié à celui qu'elle venait si bien de poignarder. Gwendall... Son frère, son sang... Son idéal et son interdit aussi... Pourtant elle s'était éloignée de lui pensant naïvement que la distance physique aiderait à mettre aussi de la distance entre leurs deux cœurs. Mais cela était ridicule et il ne lui avait pas fallu plus de quelques centièmes de secondes pour le comprendre et le réaliser dès lors que, comme mue par son instinct, elle s'était retournée une fois de trop. Elle ne voulait que le voir encore une fois. Espérant sans doutes le voir courir vers elle comme l'aurait fait un amant éconduit qui aurait préféré faire taire son trop grand orgueil et laisser son cœur le guider. Mais il ne l'avait pas fait et Nemesis en avait été autant déçue que furieuse. A ce moment là elle lui en avait voulue, oubliant un peu vite qu'elle était quand même l'unique responsable de ce marasme. Mais se retourner fut une erreur. Pour ces convictions et ces décisions qu'elle avait prises de façon aussi hâtive qu'inconsidérée mais qui volèrent en éclats au moment où elle avait compris le danger qui menaçait Gwendall. Personne ne pouvait s'en prendre à son frère sans en affronter les conséquences ! Kieran et Tristan avaient beau énormément compter pour elle nul ne compterait jamais autant que Gwendall pour elle. Jamais...

Alors elle avait agi, sans réfléchir, et foncé sur ces hommes qui se rapprochaient dangereusement et comptaient bien profiter de ce moment d'égarement et d'absence de Gwendall pour lui faire payer la mort de leur ami. Lire dans les pensées des autres l'avait toujours amusée, et l'avocate Legilimens ne se gênait guère pour user de ce don lors de l'instruction des procès ce qui lui permettait de contrer bien des attaques. Mais, lorsqu'elle avait perçu celles de ceux devenus ses ennemis, cela l'avait faite frissonner d'horreur et de peur. Non ! Ils ne toucheraient pas à Gwendall ! Alors elle avait franchi cette frontière qu'il lui demeurait encore à franchir pour, pleinement cette fois, enterrer à jamais la femme juridiquement innocente et pure qu'elle avait toujours été. Donner des informations, espionner ou couvris les méfaits de son frère et des siens était une chose répréhensible mais dont elle s'accommodait plutôt bien. Là, alors qu'elle lançait son premier sort, elle transgressait toutes ces lois qu'elle était supposée servir. Et, le plus ironique, fut que l'horreur, bien qu'elle fut violente fut aussi bien éphémère. Très vite elle fut submergée par un plaisir, une excitation étrange. Voir ce que sa baguette et son sort pouvaient produire, le mal qui pouvait en naître était un plaisir indicible. Et Nemesis souriait lorsqu'elle commença à entrer dans cette altercation qui, bien évidemment, ne tarda pas à tourner au combat pur et simple. A un instant son regard croisa celui de son frère et, bien qu'elle ne s'en vendit pas compte : Nemesis souriait. Oui, elle était revenue vers lui. Pour lui. Mais la joie ne fut que de courte durée. Lorsque le sort la toucha elle sentit son corps recevoir une violente décharge avant de voler et de finir lourdement sa course sur ce sol où elle perdit connaissance. Alors qu'elle ouvrait de nouveau les yeux, le regard hagard et tout aussi brumeux que ses pensées, elle le vit pencher sur elle. Elle aurait voulu se laisser aller à cette tendre douceur qui les avait toujours unis mais elle ne le pouvait pas. La situation ne le permettait pas. Et, d'autre part, Gwendall était très loin d'avoir le monopole de la fierté chez les Colloway. Son frère l'avait blessée et elle ne lui pardonnerait certes pas aussi aisément ! Ah ça non ! Il venait de la secourir, certes, mais si elle était blessée, si son sang chaud coulait de cette plaie sur son front pour venir maculer son visage, c'était aussi de sa faute à lui ! Alors, non, le pardon n'était pas encore acquis !

Sois content : je ne suis pas encore morte... Pour le reste, par contre...


Sans même achever sa phrase, Nemesis le repoussa violemment avant de brandir sa baguette une nouvelle fois et de la pointer dans sa direction. Le sort Impardonnable fusa venant toucher en plein cœur l'homme sur le point de s'attaquer à Gwendall. Puis, se redressant, sale et courbaturée autant qu'affaiblie elle essuya ce sang qui teintait maintenant ses lèvres avant que celles ci n'esquissent le plus cruel des sourires de satisfaction lorsqu'elle regarda, le visage dur et fermé, sa victime s'effondrer, morte. Tuer demandait si peu d'efforts pour tellement de … satisfaction ? Peut-être bien en effet... Peut-être bien... Mais l'avocate n'eut pas le temps de s'attarder plus avant sur cela car il demeurait encore deux adversaires à affronter. Se tournant vers son aîné elle lui dit d'une voix froide où perçait cependant une pointe de cet amour qu'elle ne pouvait cacher malgré tout ce qu'elle pouvait bien prétendre.

- Et, oui, je te hais Gwendall ! Je te haïrai toute ma vie pour m'avoir trahie en me mentant ! Je te détesterai toujours pour avoir osé me manipuler, moi ! Mais tu es mon sang... Et pour cela je ne laisserai jamais personne te menacer... Et, pour cela et bien d'autres choses, une partie de moi te demeurera toujours fidèle. Amour et haine sont parfois si proches, non ?



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://s-eve-n.forumactif.org/
MANGEMORT
avatar
▌ Messages : 967
Humeur :
50 / 10050 / 100

En couple avec : Sasha

QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois de hêtre, ventricule de dragon, 21,38 cm
Camp: Mal
Avatar: Aaron Tveit

Message#Sujet: Re: Bloody Mary & Bloody Games [PV Gwendall] -16    Mer 17 Juil - 23:41


Bloody Mary and bloody Games
G

wendall ressentit un incroyable soulagement en voyant Nemesis se réveiller. Durant cette fraction de seconde où il avait cru la perdre, son coeur s'était déchiré en tant de morceaux que ces fragments éparpillés avaient tout le mal du monde à se rejoindre à présent que sa soeur semblait hors de danger. S'il venait à la perdre pour de bon, jamais il ne s'en remettrait, c'était une certitude. Elle était son sang, une part de lui-même, le fruit d'une affection peut-être trop forte et intense pour être comprise de la plupart des frères et soeurs, qui jamais ne connaissaient d'affection telle. Si elle était morte, il l'aurait sûrement suivi presque aussitôt. De ce court laps de temps au cours duquel il avait cru la perdre, il n'avait pu imaginer sa vie sans elle. Nemesis lui était tout simplement essentielle, et se dire que leurs différends pourraient les séparer le torturait. Et pour autant, il ne pouvait renoncer à ses convictions, il ne pouvait lui pardonner, il ne pouvait accepter qu'elle se jette dans les bras de cet homme qui était autrefois sorti de leurs vies pour le meilleur. N'aurait-il tout simplement pas pu disparaître à tout jamais de son existence ? De leur existence. Tout était si bien, si simple, avant qu'il ne s'immisce à nouveau dans leurs vies.

... Du moins, c'était ce dont il cherchait à se convaincre, en dépit d'une situation qui lui prouvait tout le contraire. Qu'il y ait eu Kieran ou non, ils se seraient tout de même retrouvés où ils étaient, aux prises avec des ennemis violents et dangereux, à risquer leurs vies au nom d'une cause que beaucoup devaient trouver absurde. Qu'il y aurait eu Kieran ou non, elle aurait manqué d'y passer... Il la mettait plus en danger que ne le faisait celui qui aurait dû être son époux. C'était un fait. Mais un fait qu'il refusait d'admettre. Toute sa rage, à cet instant, n'était pas concentrée sur lui-même, mais contre cet ami passé devenu ennemi à abattre. Et cette rage n'allait qu'en augmentant, alors qu'elle lui disait le détester. D'accord, elle admettait avoir trop d'amour envers lui pour le haïr complètement, mais cela ne suffisait pas à Gwendall. Il voulait qu'elle l'aime, il ne voulait pas lire de rancoeur ou de haine dans son regard. C'était une chose qu'il serait incapable de supporter, il en était convaincu. Et pourtant, son incommensurable fierté l'empêchait d'admettre auprès de sa soeur que chaque mot qu'elle prononçait était un véritable supplice. S'il fallait qu'ils en arrivent là, qu'ils se détournent l'un de l'autre, même s'ils devaient en souffrir tous les deux, alors il en serait ainsi.

Passé l'instant de l'intense soulagement, il sentit tout son ressentiment reprendre le dessus et choisit d'en user sur ce qui leur restait d'agresseurs. Le premier fut transpercé de diverses plaies, toutes plus profondes les unes que les autres, qui baignèrent l'homme d'un sang qu'il jugeait impur. Le deuxième subit à plusieurs reprises l'assaut de doloris parfaitement maîtrisés avant de s'effondrer inconscients au sol. Ce ne fut qu'une fois ses deux ennemis à terre que son attention se reporta sur sa soeur.

-Va-t'en.


code by Mandy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Poupée capricieuse et explosive
avatar
▌ Messages : 586
Humeur :
22 / 10022 / 100

En couple avec : Tristan Mayfair

QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois de houx contenant un cheveu de Vélane et mesure 34,5 cm
Camp: Mal
Avatar: Natalia Vodianova

Message#Sujet: Re: Bloody Mary & Bloody Games [PV Gwendall] -16    Mar 24 Sep - 9:06


 
Bloody Mary & Bloody Games






- Non.


Voilà le seul mot qu'elle prononça en réponse à cette injonction qui venait de lui être faite de s'en aller. Elle avait offert à son aîné un regard où luisait la même froide détermination que celle qu'elle voyait luire dans les yeux du jeune homme. Et bien que l'envie de le planter là, de l'abandonner à sa trop grande fierté -si grande même qu'elle le poussait en ce moment même à la rejeter- fut grande Nemesis n'en fit rien. Gwendall et elle pouvaient bien se dire les plus cruelles des vérités et même quelques mensonges mouillés d'acide, la jeune femme ne pouvait l'abandonner. Jamais. Hier il était celui qu'elle aurait choisi entre tous si on le lui avait demandé. Ce soir elle le choisissait encore. Demain... Demain et s'ils étaient encore en vie, elle déciderait. Peut-être même son choix était-il fait. Nemesis n'avait jamais voulu choisir dans sa vie. Et elle ne commencerait pas aujourd'hui ! Après tout pourquoi le devrait-elle ? Kieran et Gwendall comptaient plus que tout pour elle et, s'il lui fallait mentir de la plus éhontée des façons pour avoir le droit à un bonheur que la sincérité tuerait, alors elle mentirait. Et les scrupules qu'elle avait pu éprouver s'étaient évanouis même où son dieu de frère avait, à demi-mots, reconnu lui avoir menti lui aussi. A cette simple pensée le coeur de Nemesis se serra. Si seulement il lui avait dit la vérité ! S'il lui avait simplement dit la vérité sur les origines de son fiancé d'alors... Alors, elle le réalisait, elle aurait pliée. Cela lui aurait fait mal à en crever mais elle l'aurait fait. Et, aujourd'hui, toute cette histoire n'aurait pas pris une importance démesurée à ses yeux. Nemesis aurait pansé ses plaies et, avec le temps, elle aurait fini par aller de l'avant. Peut-être même aurait-elle fini par sincèrement aimer Tristan et oublier Kieran pour de bon. Mais le côté inachevé, avorté de cette histoire d'amour la retenait. Il fallait qu'elle aille au bout. Seule. Et que, seule, elle décide ce qui était le mieux. Pour elle et non pour sa famille ou même son frère. L'égoïsme avait parfois du bon !

- Je suis venue parce que tu me l'as demandé ! Nous avions une mission a remplir, te souviens-tu ? Ou ta fierté parfois si mal placée t'aurait-elle fait oublier cela aussi ?
dit-elle d'une vois parfaitement sereine avant de se baisser vers les victimes de son frère et de prendre leurs pouls. Ils respirent encore... Peut-être consentiras-tu à ce que nous les interrogions avant de les éliminer pour de bon cette fois ?

Puis son regard délaissa les deux hommes à terre pour se porter sur tous ces autres, encore debout eux, qui n'avaient pu que voir ce qu'il venait de se passer. Bien que l'idée que certains puissent assister à leurs grands débuts de tortionnaires en herbe ne fut pas pour lui déplaire elle savait que ni Gwendall ni elle ne pouvaient se le permettre ! Leurs carrières, leurs réputations et leur nom était en jeu. Et, en conséquence, les deux hommes ne seraient pas les seuls à périr. Levant sa baguette elle jeta une pluie de sorts. Les fenêtres et les portes étaient maintenant définitivement closes. A eux de faire le reste

- Même si cela doit être la première et dernière fois où nous travaillons ensemble je tiens à aller au bout de mes engagements. Je ne suis pas du genre à me dédire et je ne suis pas encore suffisamment folle pour affronter le courroux de ceux que tu nous as choisis comme Maîtres !
puis, avisant la panique qui commençait à gagner les clients du bar, elle persifla Pourquoi ne pas s'occuper d'eux en premier ensuite nous pourrons toujours transplaner et faire parler ces deux loques. Ou en plus de me rejeter moi entends-tu rejeter mes idées même les plus judicieuses ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://s-eve-n.forumactif.org/
MANGEMORT
avatar
▌ Messages : 967
Humeur :
50 / 10050 / 100

En couple avec : Sasha

QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois de hêtre, ventricule de dragon, 21,38 cm
Camp: Mal
Avatar: Aaron Tveit

Message#Sujet: Re: Bloody Mary & Bloody Games [PV Gwendall] -16    Mer 25 Sep - 17:27


Bloody Mary and bloody Games
G

wendall ne savait trop s'il devait se montrer soulagé ou agacé de voir sa soeur, définitivement aussi butée que lui (ils n'étaient pas de Colloway pour rien) décider de rester envers et contre son opinion. D'un côté, il aimait la savoir à ses côtés, cela lui permettait de penser que cette brèche qui venait de s'ouvrir au coeur de leur relation pouvait encore être comblée, il savait parfaitement qu'il avait besoin d'elle à ses côtés, qu'il ne s'en sortirait pas dans cette vie s'il ne l'avait pas auprès d'elle, qu'importe leurs erreurs respectives. D'un autre côté, si elle s'en était allé, il eut pu aller jusqu'au bout de ce que lui dicter son comportement bien trop orgueilleux... et puis... maintenant que la situation devenait de plus en plus dangereuse, il eut pu s'assurer qu'il ne lui arriverait plus rien de mal. Il avait bien cru qu'elle allait mourir entre ses bras, tout à l'heure, il n'avait aucune envie de renouveler l'expérience, il n'y survivrait pas. Mais elle avait choisi de rester, et il avait bien conscience que, quoi qu'il fasse, il ne saurait la convaincre de s'en aller. Alors il allait faire avec. Au fond, d'ailleurs, son aide ne serait pas de trop pour leur permettre de se tirer de là sans avoir à subir un séjour à Sainte-Mangouste.

Elle avait raison, son idée était judicieuse, ainsi que l'affirmait si bien Nemesis. Bien sûr, Gwendall, encore en colère contre sa soeur (et ça ne risquait pas de s'améliorer avant un moment, aux vues de la situation), était loin d'être prêt à daigner admettre que sa soeur avait raison. Au lieu de lui concéder le fait que son plan était ingénieux, et que son application était la meilleure manière de s'en tirer le plus parfaitement possible, en bref, au lieu d'admettre que Nemesis avait de bien meilleures idées que lui, dont l'esprit échaudé ne laissait pas grande place à une réflexion véritablement judicieuse, il préféra passer par des voies détournées afin d'enfin admettre qu'il était d'accord avec elle.

-Je ne rejette tes idées que lorsqu'elles sont mauvaises.


Autrement dit, cette idée oui, celle de fuir avec ce bâtard de Kieran, non. Cette dernière idée était la pire des erreurs, la plus ignoble des inepties, il était tout à fait hors de question qu'il y concède. Et s'il était agacé, voire même attristé de voir que le chantage affectif ne prenait pas avec Nemesis, cela n'y changeait rien. Il agissait avant tout pour son bien, même si, de toute évidence, elle ne s'en rendait pas compte.

Joignant finalement le geste à la paroles, il ligota d'un coup de baguette les deux hommes à terre, afin de s'assurer que, une fois réveillés, il ne leur causerait pas le moindre ennui puis il lança les hostilités contre les trop nombreux témoins qui venaient d'assister à la scène. Certes, un simple sortilège d'amnésie aurait pu faire l'affaire, mais l'ambition des neo-grindelwaldiens était de faire parler d'eux, de créer ce genre de scènes horrifiques et de les signer afin de semer la terreur et de rappeler leur présence à une communauté sorcière qu'ils ne voulaient plus voir dormir que d'une oreille... Alors mettre les lieux à feu et à sang semblait le mieux à faire, une bonne façon, également, d'acquérir une réputation appréciable dans ce groupe qu'il n'avait que très récemment intégré.
Commençons par le feu, donc, un feudeymon (léger néanmoins) qui se plaisait déjà à créer quelques torches humaines et à inonder les lieux de cris de terreur et de souffrance.

code by Mandy

_________________

If I can't love her
Long ago I should have seen all the things I could have been
No pain could be deeper no life could be cheaper
No point anymore, if I can't love her

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Poupée capricieuse et explosive
avatar
▌ Messages : 586
Humeur :
22 / 10022 / 100

En couple avec : Tristan Mayfair

QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois de houx contenant un cheveu de Vélane et mesure 34,5 cm
Camp: Mal
Avatar: Natalia Vodianova

Message#Sujet: Re: Bloody Mary & Bloody Games [PV Gwendall] -16    Jeu 26 Sep - 13:15


 
Bloody Mary & Bloody Games






- Peut-être n'avons nous pas, sur ce sujet, la même conception du bon et du mauvais mon cher...
ne put-elle s'empêcher de murmurer tout en soutenant le regard de son aîné. Elle aurait souhaité le haïr pour ce qu'elle avait appris et qui lui brisait le coeur mais elle ne le pouvait pas. Pas réellement du moins. Son frère demeurerait à jamais l'homme de sa vie, le seul en un sens. Et même si elle se sentait prête à déjà lui pardonner Nemesis savait qu'elle n'oublierait, en revanche, jamais. Oublions cela, tu veux bien dis Gwendy chéri ? Je ne veux pas te perdre. Pas toi. Et jamais.

Puis elle se tut estimant qu'elle en avait suffisamment dit. Bien plus qu'elle ne pensait seulement en être capable en fait ! Nemesis était une femme orgueilleuse qui n'entendait pas se laisser marcher sur les pieds par qui que ce fut. Au Magenmagot elle était réputée pour son sang froid et sa pugnacité à toute épreuves. Et, dans le domaine privé et malgré des manières plus douces, ses proches savaient que mieux ne valait pas lui tenir tête. Même Tristan, pourtant rompu aux bras de fer éreintant, préférait bien souvent lui céder plutôt que de s'engager sur un terrain où il savait qu'il ne gagnerait pas. Et puis lui, de toutes façons, l'amour le rendait aveugle. Au nom de ces sentiments qu'il lui portait il faisait toujours preuve d'une clémence et d'une bienveillance là où d'autres auraient depuis longtemps jeté l'éponge. Ou aurait administré à la jeune femme une retentissante gifle qui, soyons honnête, ne lui aurait pas fait de mal ! Non, personne ne pouvait longtemps tenir tête à Nemesis. Personne sauf lui. Cet homme qu'elle regardait de nouveau avec une tendresse et un amour des plus sincères. Ce frère qu'elle aimait tant qu'elle ne pouvait supporter l'idée qu'il ait seulement osé lui mentir, la trahir. Mais si la jeune femme savait pouvoir surmonter cela elle savait aussi qu'elle ne se remettrait en revanche jamais si jamais elle venait à le perdre définitivement. Gwendall lui était aussi essentiel et vital que cet air qui, sous l'action du Feudeymon de son aîné, commençait à se raréfier.

Sans bouger, sa baguette au bout de sa main, la jeune femme observait, fascinée ce brasier au milieu duquel des jolies petites allumettes humaines périssaient lentement en un concert de hurlements angoissés mais certes pas angoissant. Elle sautilla et applaudit comme une enfant que l'on aurait pour la première fois emmené au cirque ! Nemesis s'amusait follement. Venant en courant vers son frère, oubliant de façon aussi volontaire que momentanée leur énorme contentieux, elle lui sauta au cou et l'embrassa encore et encore. Pendant ce temps sa baguette se libérait des entraves de toute morale et de tout tabou, laissant enfin s'exprimer une violence que la jeune femme avait tenue muselée trop longtemps. Les sortilèges impardonnables eurent sans doutes été les plus rapides et les plus cléments pour délivrer de leur pathétique existences ces êtres que la fratrie Colloway entendait bien sacrifier sur l'autel de leurs propres ambitions. Et puisque cela servirait à merveilles les plans de ces Maïtres dont elle ignorait encore tout ou presque, Nemesis n'en était que plus heureuse. Alors qu'elle lançait les plus douloureux des Diffindo ou des Sectumsempra la jeune femme riait de plus belle. Nemesis versait dans une folie sanguinaire mais, curieusement, elle se sentait aussi emprunter une voie qui l'épanouirait bien plus qu'aucune autre.  

- Le feu est un élément dévastateur mais vite lassant, non ?
dit-elle en souriant à son frère avant de faire s'effondrer le sol au milieu du bar. Les hurlements de ses nouvelles victimes lui arrachèrent le plus serein des sourires puis, elle agita sa baguette une nouvelle fois, noyant tous ces pauvres humains sous des trombes d'eau où ils ne tarderaient pas à se noyer. L'eau aussi c'est bien ! Et en plus j'ai toujours aimé les aquariums !


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://s-eve-n.forumactif.org/
MANGEMORT
avatar
▌ Messages : 967
Humeur :
50 / 10050 / 100

En couple avec : Sasha

QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois de hêtre, ventricule de dragon, 21,38 cm
Camp: Mal
Avatar: Aaron Tveit

Message#Sujet: Re: Bloody Mary & Bloody Games [PV Gwendall] -16    Ven 27 Sep - 23:19


Bloody Mary and bloody Games
O

ublier n'était malheureusement pas une option envisageable, et Gwendall était convaincu que sa soeur, quand bien même elle pourrait peut-être se convaincre un temps du contraire, le savait elle aussi. Ils pourraient, un temps, faire l'impasse sur ce qu'ils venaient de se dire et de s'apprendre, il était même nécessaire qu'ils le fassent, mais jamais il ne leur serait possible de tourner la page, pas tant, du moins (ou plutôt était-ce l'opinion - forcément subjective - de l'Auror) que Kieran n'aurait pas définitivement disparu de leurs vies et de leurs mémoires à tous les deux. Espoirs insensés ? Oui, sans doute, oui. Mais il serait toujours temps d'y revenir à un autre moment. Pour le moment, leur priorité devait résider ailleurs en ces personnes destinées à devenir la victime, dont il était hors de question qu'ils négligent la présence, sous peine de le payer de leur propre vie. Tant mieux, en un sens. Ils lui offraient une trêve. Une trêve violente, certes, mais une trêve malgré tout, et Gwendall ne désirait ni n'osait escompter rien de plus. Il ne voulait pas la perdre non plus. Il avait prétendu, plus tôt, en être capable, mais il n'en était rien. Nemesis comptait plus que toute autre chose aux yeux de Gwendall, plus que toute autre chose. Non, il ne pourrait jamais que faire semblant de l'abandonner. Il l'aimait trop. Bien trop.

Et peut-être plus encore alors qu'il la voyait partageait cette passion qu'il aurait peut-être fini par qualifier de lubie honteuse s'il n'avait trouvé personne pour la partager avec lui, et surtout pas une communauté toute entière. Elle se plaisait et se complaisait dans ce spectacle d'une violence inouïe, le sang paraissait provoquer en elle une sorte d'incontrôlable euphorie que Gwendall trouvait des plus réjouissantes. Si, plus tôt, ils n'auraient pas pu se sentir plus éloignés l'un de l'autre, voilà que l'Auror considérait qu'ils n'avaient jamais été aussi proches, comme s'ils venaient d'atteindre un nouveau degré de compréhension mutuelle. Les sortilèges d'attaque, tous plus cruels les uns que les autres fusaient depuis leurs baguettes. Gwendall se sentait parcouru d'une telle frénésie, d'une telle euphorie, qu'il n'avait plus qu'en partie conscience de ce qu'ils faisaient. Une chose était certaine : le spectacle était en train de s'achever en apothéose alors que ceux encore en vie s'apprêtaient à mourir noyés. Spectacle auquel ils ne pourraient assister que de loin, néanmoins, s'ils ne voulaient pas subir le même sort. L'amusement était une chose, par ailleurs, mais le devoir les appelait par ailleurs. Ils pouvaient s'en aller sereinement, le résultat était sublime, sans qu'il y ait pour autant le moindre survivant, le moindre témoin compromettant qui ait des chances de survie. Il était donc temps d'embarquer ces deux imbéciles et de transplaner en des lieux plus calmes... Là, cette violence ennivrante dont ils avaient su faire preuve.

-Il est temps de passer à la suite, non ?
demanda-t-il à sa soeur, l'invitant à transplaner à sa suite, en emportant avec elle l'une de leurs deux victimes en devenir.

code by Mandy

_________________

If I can't love her
Long ago I should have seen all the things I could have been
No pain could be deeper no life could be cheaper
No point anymore, if I can't love her

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Poupée capricieuse et explosive
avatar
▌ Messages : 586
Humeur :
22 / 10022 / 100

En couple avec : Tristan Mayfair

QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois de houx contenant un cheveu de Vélane et mesure 34,5 cm
Camp: Mal
Avatar: Natalia Vodianova

Message#Sujet: Re: Bloody Mary & Bloody Games [PV Gwendall] -16    Lun 30 Sep - 20:03


 
Bloody Mary & Bloody Games





Voilà bien longtemps que la jeune femme n'avait éprouvé pareille ivresse ! Pendant ces huit dernières années Nemesis n'avait fait que se contenter de survivre, ou plutôt de se raccrocher à tout ce qu'elle pouvait pour ne pas sombrer dans une dépression où elle avait bien souvent rêvé de se laisser couler ! Mais elle avait tenu bon, se raccrochant à cette image d'elle que ses si chers parents et son si cher frère avaient d'elle. Une image de papier glacé ! De simples apparences dénuées de tous sens ou de toute profondeur. Nemesis avait survécu mais à quel prix ? Toutes ces émotions et ces sentiments qui l'avaient animée pendant son adolescence bénie elle les avait oubliées, enterrées ! Et la jeune femme était devenue un parangon de froideur : sourires et mots aimables mais rien à l'intérieur... Juste un vide que, aujourd'hui et grâce à la furie que son frère avait su éveiller en elle, elle comblait pour la première fois ! redécouvrant une ivresse des sens qu'elle n'espérait plus même éprouver !

Là, dans ce bar en flammes où il lui devenait difficile de respirer, la jeune femme se sentait étrangement épanouie. Comme si sa vie venait de trouver un sens à une existence qui en manquait singulièrement. Sa baguette semblait avoir sa propre volonté, lançant des sortilèges de plus en plus violents sans que la jeune avocate ne s'en émeuve un seul instant ! Au contraire, le spectacle de ces humains innocents en train de périr sous les assauts de la fratrie la faisait jubiler. Tous ces corps prisonniers des flammes ou de cet aquarium qu'elle avait créé allumaient dans ces yeux une étincelle de joie qui lui allait à ravir. Oui, Nemesis découvrait le Chaos et elle adorait cela ! Mais son frère la ramena brutalement à la réalité. Tous les jeux avaient hélas une fin et celui-ci n'avait que trop duré. Acquiesçant muettement à son aîné, elle se saisit de sa proie et s'apprêta à transplaner. Juste avant de le faire elle s'amusa néanmoins à faire s'effondrer le plafond déjà craquelé sur les têtes des derniers survivants.

L'endroit où ils atterrirent lui sembla comme un magnifique havre de paix et de sérénité ! Ici le silence et les ténèbres régnaient. Nemesis s'accorda quelques secondes pour récupérer un souffle qui était bien court puis elle dressa sa baguette et lança un Lumos de façon mieux voir ce qui les entouraient. Ce lieu elle y était déjà venue. Ce soir où Gwendall lui avait demandé de le rejoindre au sein de ce mouvement dont elle ne savait toujours pas si elle devait y adhérer par amour pour son aîné ou par réelle adhésion à leur cause. Encore une fois ses pensées dérivèrent vers cet homme qui l'obnubilait depuis qu'ils s'étaient revus. Si jamais les Néo Grindelwaldiens allaient au bout de leurs ambitions alors même les êtres comme Kieran, ceux dont le sang n'était pas pur, seraient parmi les victimes. Et, cela, Nemesis ne le supporterait pas. Peut-être la limite à ses engagements contractés, un peu trop vite sans doutes, était-elle là... Kieran... Mais la jeune femme ne pouvait pas non plus se permettre, pour l'instant, à tant de mollesse ou de mièvrerie sentimentale ! Si Kieran était sa limite , Gwendall, dans l'autre sens, en était une autre. Jamais elle le supporterait de le perdre. Et jamais elle ne le décevrait plus. Faisant apparaître deux chaises elle y déposa sa victime et l'y ligota solidement. Puis, comme soudainement inspirée, elle fit apparaître une petite table où reposaient des ustensiles de chirurgie elle murmura tout en venant se blottir dans les bras de son frère

- Avec nos baguettes nous les tuerions trop vite ! Que dirais-tu de jouer au docteur ?
puis, s'emparant d'un trépan, elle ajouta Ce jouet là c'est le mien !


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://s-eve-n.forumactif.org/
MANGEMORT
avatar
▌ Messages : 967
Humeur :
50 / 10050 / 100

En couple avec : Sasha

QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois de hêtre, ventricule de dragon, 21,38 cm
Camp: Mal
Avatar: Aaron Tveit

Message#Sujet: Re: Bloody Mary & Bloody Games [PV Gwendall] -16    Mar 1 Oct - 22:29


Bloody Mary and bloody Games
I

l était réjouissant de voir à quel point Nemesis savait s'amuser à ces jeux morbides. Quand Gwendall s'était senti pour la première fois envahi de cette euphorie sublime, celle qui succède au moment où l'on prive un homme de sa vie, et qu'il avait expérimenté alors qu'il était seulement Auror, que Grindelwald vivait encore et que jamais il n'avait pensé pouvoir proférer de tels massacres au nom d'une cause en laquelle il ne pensait jamais croire. À ce moment là, alors qu'une vie s'éteignait sous ses yeux par sa faute, il s'était surpris à ne ressentir aucun remord, aucun regret, rien d'autre qu'un sentiment intense de satisfaction qu'il avait tout d'abord gardé pour lui comme un secret honteux, mais ô combien de fois réitéré, au point qu'il espérait certaines bavures, lors de leurs opérations, pour pouvoir l'expérimenter, encore et encore. S'il devait être tout à fait honnête, cela avait été l'une des raisons premières pour lesquelles il avait rejoint les neo-grindelwaldiens, pour donner à sa violence une légitimité qu'il n'avait pas jusqu'alors. En invitant Nemesis à les rejoindre, il avait craint qu'elle ne puisse pas comprendre ses aspirations. Pire, même, qu'elle les craigne ! C'était un véritable bonheur que de constater qu'il n'aurait pu se tromper davantage à ce sujet. Elle expérimentait, il le savait, ce même frisson qu'il avait connu lui-même à son premier massacre, elle éprouvait ce qu'il éprouvait. Ils n'étaient pas du même sang pour rien ! Et voilà qu'elle prenait même les plus douces (mais ô combien douloureuses pour leurs victimes) des initiatives, en faisant apparaître tout ce qui pouvait leur être nécessaire à la plus délicieuse des tortures. Si Gwendall avait à l'égard des moldus le plus total des mépris, il devait admettre que pour ce qui était de se confectionner des moyens de faire du mal à autrui, ils étaient plus que doués. Pour une fois, il tolérait sans trop de mal de jouer selon leurs règles.

Il approuva son initiative d'un sourire qui en disait long, tout en la gardant blotti contre elle le temps qu'il le put. Et dire que le destin voulait rompre leur complicité qui dépassait même à ses yeux celle que savaient atteindre la plupart des frère et soeur ! Impossible, positivement impossible.
Son regard se retourna ensuite vers leurs victimes en sursis qui, ligotés à leurs chaises, attendaient avec une appréhension certaine de savoir à quelle sauce ils allaient être mangés. Piquante, à coup sûr.

-Est-ce que j'ai seulement besoin de préciser ce que je veux savoir de vous ?
demanda-t-il tout en se saisissant d'un scalpel des plus tranchants. Qui êtes vous ? Qu'est-ce que vous faisiez là ? Ils ne faisaient pas partie du département des Aurors, comme c'était le cas pour ce collègue dont il avait fait sa victime (et tant mieux, d'ailleurs). Mais qui étaient-ils, alors, eux qui avaient voulu très spécifiquement s'en prendre à lui ?

La lame de l'instrument chirurgical vint s'écraser sur l'une des phalanges de l'homme qu'il avait prit pour cible en premier s'y enfonçant profondément jusqu'à la sectionner tout à fait, dans un flot continu de sang.



code by Mandy

_________________

If I can't love her
Long ago I should have seen all the things I could have been
No pain could be deeper no life could be cheaper
No point anymore, if I can't love her

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Poupée capricieuse et explosive
avatar
▌ Messages : 586
Humeur :
22 / 10022 / 100

En couple avec : Tristan Mayfair

QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois de houx contenant un cheveu de Vélane et mesure 34,5 cm
Camp: Mal
Avatar: Natalia Vodianova

Message#Sujet: Re: Bloody Mary & Bloody Games [PV Gwendall] -16    Ven 4 Oct - 15:32


 
Bloody Mary & Bloody Games





Là, blottie au creux des bras de son aîné, Nemesis se sentait pleinement heureuse. Peu lui importaient bien ces mots si âpres qu'ils avaient bien pu se jeter, si violemment, à la figure quelques instants plus tôt. Peu lui importait même ce mensonge pour lequel, demain, elle le haïrait de nouveau... Non, là et maintenant, le frère et la soeur étaient de nouveau unis. Comme avant ? Encore plus se surprit-elle à penser alors que Gwendall lui échappait pour mieux s'en aller passer à la question ces pauvres hommes qu'ils n'avaient sauvés du brasier que pour mieux les faire souffrir. L'Auror dévoyé s'était saisi d'un scalpel et suppliciait un homme qui, autant sous le choc de la surprise que de la douleur, se mit à hurler. Nemesis, elle, ne bougeait pas d'un pouce. Elle ne regardait pas même ce sang gicler, préférant se concentrer sur cet homme qui la faisait chavirer dans bien plus de sens qu'elle ne l'aurait jamais imaginé. Gwendall et elle avaient toujours été proches. Bien plus proches que ne le seraient jamais un frère et une soeur. Bien plus proches aussi que ne l'étaient les plus épris des amants. Ce qui les unissait il n'y avait pas un mot au monde qui puisse le décrire. Fusionnels, passionnels, excessifs ? Tout cela semblait tellement fade en comparaison d'une réalité qu'elle admirait en ce moment même. La violence de son frère faisait écho à la sienne, éveillant en elle les plus charnelles des pulsions. Elle aimait, raffolait de le voir ainsi menacer et trancher. Elle aimait le voir faire souffrir autrui sachant que, elle, jamais il ne la blesserait ! Il était son dieu vivant. Elle était son joyau. Et, eux, ils n'étaient que des jouets dont ils se débarrasseraient aussitôt leurs buts atteints.

- A ton avis sale con !
pesta l'homme en soufflant comme le gros porc suintant qu'il était avant de cracher au visage de son ravisseur. Tu penses peut-être pouvoir nous impressionner ? puis glissant le plus méprisant des regard à la jeune femme il ajouta Toi et ta petite pute vous n'êtes pas à la hauteur de vos ambitions ! Et vos petits copains non plus...

Il fallut à Nemesis bien des efforts pour parvenir à se contrôler. Déjà elle s'était élancée et, arrachant le scalpel déjà ensanglanté des mains de son complice elle posait celui-ci sur la gorge de l'homme. La lame s'enfonçait, entaillant les chairs et faisant perler le sang. Ce qu'elle mourrait d'envie de lui trancher la gore là maintenant et tout de suite ! Mais elle s'arrêta à temps. Ils savaient ? Que savaient-ils exactement ? Ce type bluffait certainement en espérant sauver sa vie mais la jeune femme le savait : il y avait hélas du vrai dans ses dires. Ils n'étaient pas venus par hasard. Et ce n'était pas non plus un hasard s'ils s'en étaient pris à eux ! S'ils n'étaient ni Aurors ni Néogrindelwaldiens alors qui étaient-ils ? Jetant un regard entendu à Gwendall la jeune femme soupira. Qui était donc cette autre force dont elle n'avait même jamais entendu parler ? C'était quoi ce bordel à la fin ! Nemesis ne supportait ni qu'on l'insulte ni qu'on la menace ! Giflant une cinglante gifle au gros porc elle l'agrippa par les cheveux avant de lui cracher au visage à son tour

- Au lieu de faire le coq tu ferais mieux de parler et de nous dire qui vous envoie ! Si tu n'es pas avec nous alors tu es contre nous !
puis le relachant pour se diriger vers l'autre homme, elle agrippa ses cheveux d'une main et le scalpel de l'autre. Si ton propre sort ne t'émeut pas peut-être celui de ton ami compte-t-il plus ?

Mais l'homme demeurait muet. Agacée Nemesis laissa sa fureur s'exprimer. Quelques secondes après et dans des hurlements terrifiants, elle se tournait vers le porc. Ses mains et ses vêtements étaient maculés de sang. D'un coup de baguette elle pansa les plaies de son jouet. Il ne fallait pas qu'il meure aussi vite. Le jeu ne faisait que commencer ! Nemesis rit. Dans ses mains, une oreille et un oeil. Ceux qu'elle venait d'arracher à un homme qui suppliait maintenant qu'on l'achève. Pas de chance pour lui... Il n'en serait rien !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://s-eve-n.forumactif.org/
MANGEMORT
avatar
▌ Messages : 967
Humeur :
50 / 10050 / 100

En couple avec : Sasha

QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois de hêtre, ventricule de dragon, 21,38 cm
Camp: Mal
Avatar: Aaron Tveit

Message#Sujet: Re: Bloody Mary & Bloody Games [PV Gwendall] -16    Sam 5 Oct - 11:22


Bloody Mary and bloody Games
S

i le meurtre était un jeu violent et fascinant, la torture, quant à elle, était quelque chose de plus jouissif encore, le pendant artistique du crime. Car après tout, qu'est-ce qui importait dans le meurtre en lui-même ? Ce n'était pas tant la quantité de sang susceptible de couler, ce n'était pas forcément davantage le résultat fini, quand bien même la vue d'un cadavre dont l'existence passée avait été gênante demeurait réjouissante, c'était plutôt, aux yeux de Gwendall, du moins, ce moment où la vie de votre victime reposait complètement entre vos mains, et ne tenait plus qu'à votre bon vouloir. Le sentiment qui en résultait, celui d'une infini supériorité, d'un pouvoir délicieux et indéfectible obtenu sur autrui... et la torture prolongeait cet infini sentiment de puissance. Plus que jamais, l'on avait pouvoir de vie ou de mort sur autrui, et les supplications finissaient par résonner comme des chants à la gloire des tortionnaires de talent que se révélaient être le frère et la soeur. Plus qu'un simple secret, c'était un même talent, une même folie meurtrière, un même goût immodéré d'une violence à laquelle, pourtant, ni l'un ni l'autre n'avait envisagé de goûter il n'y a pas si longtemps... Que de temps perdu, au final.

D'accord, il y avait un but, un enjeu, ce n'était pas le seul plaisir qui entraînait ces actes violents que Gwendall considérait comme n'étant pas gratuit, mais l'Auror aurait presque eu tendance à l'oublier tandis que Nemesis réparait l'affront verbal qui venait de leur être fait à tous les deux d'une façon parfaite. Forte de ses trophées de chair, Nemesis semblait si bien dans son élément, que Gwendall, au final, n'était pas si impatient que cela de voir leurs victimes passer aux avoeux. Pourquoi vouloir que ce moment s'achève trop vite ? Ils s'amusaient follement, et dans le sang, ils avaient retrouvé cette complicité qu'un contentieux qu'ils n'oubliaient que temporairement avait failli briser. Mieux encore, il semblait à l'aîné des Colloway qu'ils n'avaient même jamais été aussi complices qu'à cet instant. Il avait eu raison de la mêler à ses activités macabres, il en était à présent convaincu. Elle était faite, tout comme lui, pour cette cause qu'il ne fallait pas qu'ils perdent de vue, néanmoins. Leurs deux victimes, toutes pleurnichardes qu'elles étaient, n'avaient toujours pas avoué les raisons qui les avaient mené jusque dans ce bar, et par conséquent jusqu'ici, il était donc temps d'y venir.

-Tu penses qu'il te suffit de geindre et de supplier pour que ça s'arrête ?
souffla-t-il à l'oreille de celui qui n'en possédait plus qu'une. En fait, la solution est tout aussi simple, et je suis sûr que tu sais très bien de quoi il s'agit. À quoi vous servira de conserver toute votre intégrité s'il ne vous reste plus de votre corps que le strict minimum pour survivre ? Et croyez-moi... il vint s'emparer d'une longue paire de ciseaux largement aiguisés, qu'il pointa sur l'entrejambe du moins mutilé des deux. Il n'est pas besoin de rester grand chose.

code by Mandy

_________________

If I can't love her
Long ago I should have seen all the things I could have been
No pain could be deeper no life could be cheaper
No point anymore, if I can't love her

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Poupée capricieuse et explosive
avatar
▌ Messages : 586
Humeur :
22 / 10022 / 100

En couple avec : Tristan Mayfair

QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois de houx contenant un cheveu de Vélane et mesure 34,5 cm
Camp: Mal
Avatar: Natalia Vodianova

Message#Sujet: Re: Bloody Mary & Bloody Games [PV Gwendall] -16    Mer 9 Oct - 2:14


 
Bloody Mary & Bloody Games





Jamais une relation, quelle que soit sa nature ou son intensité, ne pourrait égaler celle qui les unissait Gwendall et elle. Nemesis le réalisait avec une pointe d'amertume dont elle ne pouvait se défaire. Tout était si parfait en ce moment précis ! Certes le cadre était bien loin de toutes ces luxueuses salles de bal où le frère et la soeur avaient l'habitude d'évoluer. Eux qui semblaient être nés pour la lumière et le faste semblaient s'épanouir et s'accomplir dans le plus pur dénuement des ténèbres. Ici la noirceur régnait et enveloppait de ses bras intangibles ces crimes atroces qu'ils accomplissaient avec une cruauté dont Nemesis ne se serait même jamais crue capable ! Et pourtant... Pour lui, pour Gwendall, elle avait voulu outrepasser la frontière d'une morale qui avait pourtant dicté sa vie. Mais, alors qu'elle y était allée sans savoir ce qui l'attendait, maintenant Nemesis savait y avoir trouvé une vérité des plus inattendues : la sienne. La leur même. Car la jeune femme en était persuadée : Gwendall et elle seraient à jamais unis par cet engagement politique extrême que, ce soir, ils scellaient dans le sang et les viscères de leurs premières victimes.

- Je t'avais pourtant laissé le choix il me semble, non ?
dit-elle à la victime avec un doigt en moins et en se penchant au-dessus de son visage mouillé de peur. Puis, lui déliant la langue, elle ajouta Est-ce que ta vie vaut d'être ainsi sacrifiée sur l'autel des ambitions d'un autre ? Qui que soient vos employeurs ils ne sont pas là ! Ils ne vous aideront pas et je suis prête à parier qu'ils ne verseront pas une seule larme si jamais l'on venait à découvrir vos corps flottant demain sur la Tamise !

- Tu ne comprends rien pauvre conne !
rit l'homme en soutenant le regard de la blonde. Puis, un rictus plein d'assurance sur ses lèvres il lui murmura comme sur le ton du secret Voilà la différence entre vous et nous ma belle ! La mort ne nous effraye pas le moins du monde ! La cause que nous servons est au-delà des intérêts personnels ! Si tu nous tues d'autres viendront, encore et encore... Bientôt nous serons des légions à servir un Maître qui n'est pas le vôtre mais qui est le seul et unique ! C'est écrit ! Il viendra et lui seul dominera notre monde ! Vous n'êtes que des idiots !

- La ferme ! Par Merlin fermes la !
avait grincé la blonde sanguinaire.

Puis son scalpel s'était de nouveau dressé et s'était abattu sur les chairs du visage de l'homme qui, comme possédé, riait comme un dément. Nemesis fulminait devant autant de mépris pour l'oeuvre qu'elle s'efforçait de créer. Alors sa main tenant le scalpel s'abaissa pendant que l'autre pointait sa baguette sur la gorge de l'homme. De nouveau sa langue fut bloquée et l'homme endura plusieurs Doloris d'affilée. Plus rien ne semblait pouvoir stopper la fureur de la jeune femme. Pourtant, soudainement, Nemesis cessa. Elle recula, les yeux hagards. Titubant sur ses jambes elle se retourna vers son frère occupé à menacé l'autre homme déjà bien mutilé. Il menaçait à présent de le priver de ses plus intimes parties. Acte si horrible que la petite sorcière en aurait presque souri. Si seulement elle l'avait pu. Sa main se tendit en direction de son frère semblant l'appeler à l'aide. Quelques fractions de secondes. Il avait suffit de quelques centièmes de secondes pour que la situation ne lui échappe de la pire des façons. Toute occupée qu'elle était à laisser son ire s'exprimer Nemesis avait commis l'erreur de baisser sa garde. Et l'homme jadis ficelé sur sa chaise en avait profité. Quelques secondes... Tout juste quelques secondes...

- Gwendall... Je... Pardonnes-moi... Pardon...


- Nous sommes préparés à mourir ! A ton avis mon pote : la poupée l'est-elle aussi ? Et toi ? Es-tu prêt à me voir la saigner sous tes yeux sans broncher ? Ou la cause que tu défends ne vaut-elle pas la vie de ta pute ?


L'homme au visage boursouflé et au corps meurtri se tenait debout, libre de toute entrave. Dans l'une de ses mains la baguette qu'il avait arrachée à Nemesis. De son autre main, il enserrait la nuque de sa geôlière devenue proie. Il pressait de toutes ses forces, déjà prêt à lui briser les os de la trachée. La jeune femme ne se débattait pas même. Une main sur son flanc elle appuyait sur cette plaie que le scalpel avait profondément entaillé. Et dans ses yeux luisait une peur indicible. Celle de mourir. Nemesis refusait de mourir. Elle n'y était pas prête !



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://s-eve-n.forumactif.org/
MANGEMORT
avatar
▌ Messages : 967
Humeur :
50 / 10050 / 100

En couple avec : Sasha

QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois de hêtre, ventricule de dragon, 21,38 cm
Camp: Mal
Avatar: Aaron Tveit

Message#Sujet: Re: Bloody Mary & Bloody Games [PV Gwendall] -16    Ven 11 Oct - 10:44


Bloody Mary and bloody Games
T

out affairé qu'il était à une torture des plus immondes, prêt à redoubler de cruauté, il n'imaginait pas que, du côté de Nemesis, les choses étaient en train de se gâter. Certes, tandis qu'il menaçait si bien sa propre victime, il avait entendu par bribes les propos donnés par cet homme qui feignait ne pas avoir peur mais que Gwendall avait vu suer d'angoisse quelques instants plus tôt... et c'est pour cette raison, d'ailleurs, qu'il pensait que sa soeur maîtrisait parfaitement la situation, sans quoi il aurait, c'est l'évidence, immédiatement réagi. À la place, il s'était laissé surprendre, et quand la voix de Nemesis retentit à nouveau à son oreille, au timbre si différent de celui qu'elle avait porté plus tôt, il sentit un frisson lui parcourir l'échine. Délaissant sa victime mutilé, le regard de Gwendall se posa sur celle qui, plus que sa soeur, était la personne qui lui importait le plus au monde. Et on la menaçait de mort. L'Auror sentit son sang ne faire qu'un tour lorsqu'il entendit ce sombre crétin insulter si crument sa cadette, et laisser entendre, qui plus est, qu'un prétexte, quel qu'il soit puisse inviter Gwendall à sacrifier sa cadette. Pauvre idiot.

Il le connaissait mal, c'est certain. Oui, Gwendall voulait défendre sa cause bec et ongles. Il y était très impliqué, et surtout, avait à coeur de trouver sa place auprès des néo-grindelwaldiens, de gagner ce titre honorifique qui prouverait à ses pairs que, en dépit de son statut d'Auror qui faisait que plus d'une personne se méfiait de lui, il avait toute sa place et toute sa légitimité au sein de ce mouvement des plus extrêmes. Mais quand bien même il était prêt à presque tout pour servir ses desseins, il y avait bel et bien une chose, ou plutôt une personne, que jamais il ne mettrait en péril. Oui, c'est vrai, il était en partie responsable. Sans lui, elle ne se retrouverait même pas à cet endroit. Mais ce n'était pas lui qui la menaçait aussi directement. Et non, jamais il ne la sacrifierait au nom de cette cause à laquelle il croyait pourtant plus que toute autre chose. Daigner faire mine de l'abandonner comme il l'avait fait plus tôt était une chose (et une chose infiniment douloureuse), mais la perdre, et d'une si horrible manière, c'était différent. À quoi lui serviraient ses belles convictions si Nemesis n'était plus ? À quoi lui servirait sa propre vie, si Nemesis n'était plus ?

-C'est toi que je vais saigner.


L'esprit obnubilé par une rage telle qu'il en avait rarement ressenti. Il ne réfléchit pas la moindre seconde à ce qu'il faisait, armé de la seule volonté de protéger sa soeur. se précipitant sur lui, ses ciseaux toujours en main, il le propulsa au sol, l'obligeant à se dégager de l'emprise qu'il avait sur Nemesis, et planta leur pointe aiguisé dans sa gorge. Animé d'une colère incontrôlable, tel qu'il en avait rarement ressenti, il poignardait sans relâche, ignorant les mouvements amples de sa victime, qui se débattait comme un beau diable. À mesure que les ciseaux s'enfonçaient dans la chair, Gwendall se voyait tout entier recouvert de vermeille, mais il s'en fichait. Un dernier coup en plein coeur, et l'homme cessa de se débattre. L'auror, le visage, les mains et les vêtements maculés de rouge, se redressa, se sentant comme légèrement étourdi, comme s'il reprenait ses esprits après avoir été plongé dans un état complètement second.
Puis son regard se tourna vers sa soeur, saine et sauve.

-Est-ce que ça va ?


code by Mandy

_________________

If I can't love her
Long ago I should have seen all the things I could have been
No pain could be deeper no life could be cheaper
No point anymore, if I can't love her

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Poupée capricieuse et explosive
avatar
▌ Messages : 586
Humeur :
22 / 10022 / 100

En couple avec : Tristan Mayfair

QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois de houx contenant un cheveu de Vélane et mesure 34,5 cm
Camp: Mal
Avatar: Natalia Vodianova

Message#Sujet: Re: Bloody Mary & Bloody Games [PV Gwendall] -16    Sam 12 Oct - 17:38


 
Bloody Mary & Bloody Games





Le froid qui envahissait son esprit et son corps n'était pas celui de cette peur, insidieuse et perfide, qui l'avait assaillie quand cet homme avait osé venir poser ses sales pattes sur elle et ainsi menacer sa vie. Pendant quelques secondes Nemesis avait perdu pieds, se noyant presque dans un océan de doutes et d'incertitudes. Alors elle s'était vue mourir. Là dans ce lieu minable et crasseux. Maintenant et de la main de cet illuminé qui ne la connaissait même pas et ne voyait en elle qu'une ennemie à abattre. C'était étrange... La peur de tout perdre l'avait envahie, la poussant aux bords de ces larmes qu'elle ne versa pourtant jamais. Nemesis n'avait pas vu sa vie défiler devant ses yeux mais avait vu tout ce qu'elle désirait si ardemment vivre sans en avoir eu le temps. Des moments privilégiés où son frère et elle retrouveraient cette complicité qui les unissaient depuis toujours ou presque. Des soirées mondaines dont elle prétendait si souvent être lasse mais qui lui plaisaient énormément. Ces nuits de plaisirs aussi sulfureux qu'interdits entre les bras de son amour d'enfance... Tellement de choses à vivre encore en effet ! La mort rôdait... Il lui faudrait choisir une autre victime car Nemesis, elle, refusait de mourir !

Et le froid avait alors changé. De peur il était devenu ire. Et ce ne fut plus les yeux apeurés mais teintés de fureur qu'elle chercha, et trouva, le regard de son frère. Gwendall... En eut-elle jamais douté que la froide et terrifiante fureur qu'elle lut dans ses yeux l'aurait rassurée. Si elle en avait eu besoin ce qui était très loin d'être le cas. Jamais son aîné ne l'abandonnerait. Il était son tout, son univers. Elle l'aimait et il le lui rendait bien... A ce moment précis où elle lut dans ses yeux ses intentions Nemesis eut la tentation d'oublier tout le reste, Kieran y compris. Les amoureux allaient et, dans le cas du jeune O'Connell, revenaient. Mais ils étaient remplaçables. Elle l'avait déjà fait en se fiançant à Tristan. Mais un frère... Personne ne pourrait jamais remplacer Gwendall à ses yeux. C'était d'ailleurs pour lui, bien plus encore que pour cette cause insensée dont elle ne savait décidément pas quoi penser, qu'elle en était là maintenant... Pour lui elle avait tué et manquait de mourir. Et cela ne l'effrayait pas. D'autant plus qu'elle fut délivrée de la menace par l'intervention, ô combien délicieusement violente, de Gwendall.

Tombant au sol, se relevant doucement et ayant le plaisir de se constater quasiment indemne elle soigna ses quelques plaies et admira le spectacle. Son frère était comme possédé, frappant autant pour tuer que pour faire mal. Il laissait sa fureur se déverser et c'était juste sublime. L'Auror corrompu par la cause montrait une autre des facettes de sa personnalité et sa cadette en frissonnait de plaisir. Il était magnifique ! Parfait ! Il était cet homme idéal dont elle avait besoin dans sa vie... Et jamais elle ne pourrait le voir s'éloigner d'elle. Pas plus qu'elle ne pourrait renoncer à lui... Kieran craignait Tristan. Il se trompait. Le seul véritable rival que le sang mêlé ait était Gwendall. Celui auquel Nemesis avait juré fidélité et loyauté bien avant même qu'elle ne songe à se marier. Les liens du sang prévalaient toujours. Du moins était-ce ce qu'elle pensait sincèrement alors qu'elle allait rejoindre son aîné et se blottissait dans ses bras.

- Je vais bien... Grâce à toi.
puis, regardant les jouets défunts, elle grimaça et lâcha d'une voix sourde Nous avons un problème... Il semblerait que les néo grindelwaldiens ne soient pas les seuls à vouloir semer le Chaos... Et, je ne sais pas pour toi, mais l'idée que cet ennemi sache tout de nous et nous rien de lui ne me rassure pas ! Pas du tout même !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://s-eve-n.forumactif.org/
 

Bloody Mary & Bloody Games [PV Gwendall] -16

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Bloody Mary
» Le mot pour rire
» 02.03/18.Sc. Sous-sols minés
» [F] Ebba Zingmark - Mary Read/Bloody Mary (Barbe Noire)
» BLOODY MARY VS MOJITONG
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
T.rouble O.r M.isery (or both) ::  :: 
Londres
-