AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 MORTICIA & LOUISA ★ Aurions-nous un point commun?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Serdaigle
avatar
▌ Messages : 719
Humeur :
50 / 10050 / 100


QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois de Frêne et crin de licorne.
Camp: Neutre
Avatar: Elle Fanning ♥

Message#Sujet: MORTICIA & LOUISA ★ Aurions-nous un point commun?   Mer 26 Juin - 14:17

★ Aurions-nous un point commun ? ★


Louisa claqua la porte de l'infirmerie avec violence. C'était en train de devenir un geste purement mécanique, le genre de geste qu'elle faisait sans même plus se rendre compte qu'elle le faisait. Cette porte était faite pour qu'elle la claque, point final, et elle s'en donnait à coeur joie. La mère et la fille auraient pu ne pas se disputer qu'elle se serait certainement barrée de la même manière, en donnant l'impression de donner à la porte la claque magistrale qu'elle rêvait de flanquer à sa génitrice. Mais la mère et la fille se disputaient toujours, il semblait donc impossible qu'elle puisse confirmer cette théorie un jour.

Et oui, une fois de plus, Louisa et Zelda Sparkley avaient échangé l'une de leurs conversations extrêmement houleuses, dont elles seules avaient le secret, faisant résonner le lieu de calme et de repos qu'était supposée être l'infirmerie de dizaines d'éclats de voix, de reproches et de noms d'oiseaux proches de l'insulte irréparable. La bleue et bronze n'aurait même pas su dire à quoi elles devaient cette nième disputes, elles devenaient si fréquentes, partaient toujours d'un rien, que leur motif tenait clairement du prétexte. Elles étaient incapable de se parler sans hausser le ton, incapable de se dire le moindre mot sans que l'une choisisse de mal interpréter ce que venait de dire l'autre, incapables... de communiquer, tout simplement. C'était comme ça depuis la mort du père de Louisa. Et plus le temps passait, plus la petite blonde se disait que ça ne changerait plus, à présent. Elles étaient peut-être condamnées à s'aimer... mais à se détester tout autant aussi longtemps que l'une et l'autre vivraient. Louisa avait beau être cynique, cette perspective lui serrait le coeur.

Elle avait en elle énormément de rancoeur, énormément de colère et d'amertume, et tout cela ne demandait qu'à exploser. À la place, incapable de se calmer, et se retenant de mettre un coup de poing dans un mur (ce qui n'aurait clairement pas arrangé les choses, on est bien d'accord), elle faisait les cent pas dans le couloir, marmonnant, jurant, pestant contre cette génitrice qui avait tant de peine à comprendre les tourments que traversait l'adolescente difficile.

-La prochaine fois je lui arrache les cheveux. La pire mère de l'univers...

Bien sûr, elle ne pensait pas ce qu'elle disait tout bas, mais le prisme déformant de la colère lui laissait croire le contraire. À cette seconde, à ce moment précis, elle avait vraiment l'impression de haïr la femme qui l'avait mise au monde, tout comme s'était éveillé en elle le sentiment (très discutable) que sa satisfaction et son soulagement à l'heure actuelle ne pouvaient passer que par le fait de faire le plus de mal possible à la pauvre infirmière dont le seul tort avait, au fond, été de tenter d'élever au mieux sa fille seule.
Elle était toute à ses ruminements quand une main vint se poser sur son épaule.

-Quoi encore?

Mais contrairement à ce qu'elle avait cru, ce n'était pas sa mère qui se trouvait derrière elle mais le professeur Mathews. Louisa ne changea pas d'attitude pour autant. Elle était bien trop énervée pour tenter d'être polie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

Message#Sujet: Re: MORTICIA & LOUISA ★ Aurions-nous un point commun?   Mer 26 Juin - 17:31

Une journée se succède à une autre et les jours défilent. Pourtant, Morticia avait l'impression que le temps ne passait pas. Ou au moins trop lentement. Elle en avait plus qu'assez d'enseigner toujours la même chose tous les ans. De plus, certains élèves commençaient à lui taper sur les nerfs. Le fait est qu'elle finissait par avoir tout le temps une humeur de chien. Tout le monde pense qu'elle est tout le temps impitoyable et d'un sadisme sans bornes. Même si ils ne sont pas loin de la vérité, c'était faux. Lorsqu'elle était seule, il lui arrivait même d'être humaine. Par là je veux dire sensible et parfois même triste. Dans les cas extrêmes il lui arrivait de regarder un film romantique avec un peau de glace à la main. Mais là c'était pour les gros coups de déprime. Ce qui au final n'arrivait pas souvent. Donc elle se trouvait dans un de ces jours où elle était juste désagréable.
Morticia marchait dans les couloirs sans but précis mis à part se plonger le plus vite possible dans un bon bouquin, les pieds en éventail sur son lit. Mais autre chose attira son attention. Quelqu'un grognait et piétinait plus loin dans le couloir. Trop contente d'avoir peut-être une personne à enquiquiner, elle suivi les bruits pour arriver devant Louisa Sparkley. Morticia n'eut aucun mal à comprendre ce qui s'était passé. Elle savait bien que la mère et la fille entretenaient une relation compliquée. Et elle savait ce que cela faisait. Tant de colère sans la moindre chance de l'expulser. Combien de fois Morty avait-elle fait les cent pas dans divers pièce après une discution basique avec ses parents. Les pires crises venaient lorsqu'ils parlaient mariage. N'oublions pas qu'à la base, les Mathews sont de sang pur. Dans ce cas, il arrivait qu'un vase s'écrase contre un mur.
Donc elle pensait. Adossée à un mur elle pensait à elle et à ce qu'elle pourrait faire avec de telles informations. Zelda était une des cibles principales de Morty et avoir sa fille remontée devant elle relevait de la chance pure et simple.

-La prochaine fois je lui arrache les cheveux. La pire mère de l'univers...

Là ça devenait cool. Tant de haine envers la même cible. Non, il fallait faire quelque chose de tout cela. Absolument. N'importe quoi pouvait fonctionner. Mais Morty avait une idée précise de ce qu'elle voulait. Elle s'approcha de la jeune fille et posa sa main sur son épaule pour l’interpeller.

-Quoi encore?

Morty essaya de faire pâlir l'étudiante en arborant un regard obscur dont elle avait le secret. Voyant que Louisa n'en avait strictement rien à faire, elle pris un sourire amusé bien moins habituel.

-Allons, ne vous énervez pas, je ne mord pas... du moins pas encore. Qu'y a-t-il pour vous mettre dans un état pareil?
Revenir en haut Aller en bas
Serdaigle
avatar
▌ Messages : 719
Humeur :
50 / 10050 / 100


QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois de Frêne et crin de licorne.
Camp: Neutre
Avatar: Elle Fanning ♥

Message#Sujet: Re: MORTICIA & LOUISA ★ Aurions-nous un point commun?   Jeu 27 Juin - 20:22

★ Aurions-nous un point commun ? ★


Louisa était une élève sérieuse, assidue et impliquée... ou la plupart du temps, du moins. Du coup, ses professeurs avaient rarement des reproches à lui faire (même si cela pouvait arriver). Elle n'avait, du coup, jamais eu l'occasion d'avoir affaire à la redoutable Mrs Mathews, dont la plupart des élèves se méfiaient comme la peste. Louisa ne l'appréciait pas outre mesure non plus. Son caractère bien trempé et son favoritisme évident vis à vis de certains élèves n'avaient pas spécialement eu le don de lui faire trouver la jeune femme agréable et sympathique. Elle ne la haïssait pas pour autant, contrairement à certains élèves, il lui arrivait même de trouver son attitude distrayante. Ça ne veut pas dire que le regard sombre qu'elle lui adressa la laissa indifférente, elle n'était pas forcément très à l'aise, mais il y avait tellement de colère en elle qu'elle parvenait à garder la contenance qui lui aurait peut-être manqué autrement. À la limite, ce qui était plus capable de la décontenancer, c'était le sourire qu'elle lui adressa ensuite. Parce que voir Morticia sourire, c'était pas courant (un peu comme pour elle),  et c'était plutôt inquiétant, pour tout dire.

-Allons, ne vous énervez pas, je ne mord pas... du moins pas encore. Qu'y a-t-il pour vous mettre dans un état pareil?


Elle ne mordait pas, ça, c'était à prouver. Si elle savait toutes les rumeurs qui couraient à son sujet. Entre ceux qui la soupçonnaient d'être un vampire et ceux qui supposaient que son arrière grand-mère avait été une goule féroce. Autant de rumeurs et d'observations qu'elle allait garder pour elle, hein ! À un moment, elle songea à l'envoyer sur les roses. Elle avait très envie de lui faire remarquer que ça ne la regardait pas et de la prier d'aller se faire voir. Mais elle eu la délicatesse et le bon sens de ne pas le faire. Il n'était jamais bon de tenter le diable. Et parmi les rumeurs, on disait en effet que le diable avait pu prendre les traits de Morticia Mathews. Alors elle répondit d'un ton blasé et avec mauvaise humeur, mais quand même un tout petit peu de politesse.

-C'est rien, je viens juste de me prendre la tête avec mon adorable génitrice.


Elle n'en revenait même pas d'avoir dit ça à un de ses professeurs, encore moins au professeur qui était peut-être le plus détesté de tout Poudlard (enfin, en la matière, les profs semblaient tous vouloir remporter la palme). Ça lui était venu d'un coup sans qu'elle y réfléchisse ou prenne le temps d'admettre que c'était déplacé. Faut la comprendre, elle était frustrée, agacée, énervée...  Elle avait besoin de canaliser sa frustration, et d'en parler à quelqu'un. Si ce quelqu'un devait être un professeur antipathique, alors tant pis. Tant pis, même si son interlocutrice s'en foutrait certainement et au mieux passerait son chemin.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

Message#Sujet: Re: MORTICIA & LOUISA ★ Aurions-nous un point commun?   Ven 28 Juin - 11:16

Morticia était... Morticia, tout simplement. Elle était particulière et particulièrement détestée. Pourtant ce n'était pas son but principale lorsqu'elle était petite. Mais c'était comme ça et elle s'en amusait aujourd'hui. Louisa n'avait rien fait pour lui déplaire mis à part être la fille de Zelda. Et cela suffisait à l'enseignante pour l'avoir loin de son estime. Mais en cet instant, elle était prête à reconsidérer la question. Non pas en portant Louisa dans son cœur, il ne faut pas rêver, mais en la mettant dans un coin de ses plans contre sa mère. Tout comme Morticia avait sa réputation, Louisa et l'infirmière avaient la leur. Une relation conflictuelle qui ne demandait qu'à exploser. De quoi motiver à fond Morticia et son sadisme légendaire.

-Allons, ne vous énervez pas, je ne mord pas... du moins pas encore. Qu'y a-t-il pour vous mettre dans un état pareil?

Elle aurait adoré connaître les rumeurs qui couraient à son sujet. Elle n'y prêtait pas une attention particulière mais apprendre que l'on se posait des questions quand à son sang l'aurait certainement amusé. Et tordue comme elle était, elle aurait été capable d'essayer d'en confirmer certaine. Mettre du blanc sur ses joues et montrer de fausses dents aux élèves qui l'énervaient l'aurait certainement amusé un temps. Mais non seulement elle n'en avait pas le droit, mais elle ne connaissait pas l’existence de cette rumeur. Quel dommage. Ces chers enfants ne savent pas ce qu'ils ratent.
Morticia s'attendait à ce que la jeune fille la remette gentiment (ou pas) à sa place. Elle trouvait cette réaction normal étant donné qu'elle avait l'air folle de rage. Mais non. Louisa était même à la frontière de la politesse. Décidément, cette jeune fille étonnait Morty. Elle devenait un défi intéressant. On pourrait qualifier Morticia de prédateur en perpétuelle recherche d'une nouvelle victime. Encore une rumeur qui pourrait traîner sans problème.

-C'est rien, je viens juste de me prendre la tête avec mon adorable génitrice.

Adorable? Alors ça c'était de l'ironie! Et de la forte. Morticia elle-même était impressionné de voir une élève si sérieuse faire preuve d'une telle animosité envers sa mère. Mais dans un sens elle en était contente. Cela allait être plus facile. Bon, elle ne savait pas encore quoi mais il y avait bien quelque chose à faire avec tant de haine, bon sang! Morticia pris une expression à la limite du dégoût et de la désillusion. Elles parlaient tout de même de Zelda Sparkley!

-Adorable? Nous ne devons pas parler de la même personne. Le jour où votre mère se montrera adorable il faudra que cela passe dans tous les journaux.

Et puis le déclic. Le sentiment qu'elle avait à l'égard de l'infirmière était des plus réciproques. Les deux femmes ne pouvaient pas se voir en peinture. Si Morticia s'entendait mieux avec Louisa que sa propre mère, cette dernière serait certainement dans une colère noire. Morty aurait gagné une partie et attendrait avec impatience la revanche! Oui, c'était une bonne idée. Elle allait faire cela. Se débrouiller pour que Louisa préfère sa compagnie plutôt que celle de sa mère. Bon, c'était pas gagné mais ça valait le coup d'essayer. Et puis, dans l'état où elle était, si Morticia continuait de taper sur Zelda elle finirait bien par s'entendre avec la jeune fille. Si en plus elle pouvait se lâcher un peu, cela ne lui ferait pas de mal non plus... Elle pris un air plus normal qui était encore moins connu que son sourire, presque compatissant. Si Herbert savait qu'une telle actrice se trouvait juste à côté de lui, il s'en mordrait les doigts. La folie a tout de même ses avantages.

-Je ne porte pas cette femme dans mon cœur mais j'imagine que cela ne doit pas être des plus facile même pour vous.

Une petite phrase par-ci, un petit regard par-là. Tout le génie de Morticia se mettait en œuvre pour amadouer son nouveau jouet. La tâche n'était pas facile mais elle était têtue. Elle finirait par l'avoir, d'une façon ou d'une autre.

-Mais vous savez certainement tout cela. Maintenant que j'ai ma réponse si vous souhaitez que je vous laisse...

Le gros classique. Elle attendait une opposition à son départ. Son regard ne trahissait en rien son trépignement intérieur. Morticia savait être une tout autre personne. Cela pouvait faire peur à certaines personnes et ils auraient raison!
Revenir en haut Aller en bas
Serdaigle
avatar
▌ Messages : 719
Humeur :
50 / 10050 / 100


QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois de Frêne et crin de licorne.
Camp: Neutre
Avatar: Elle Fanning ♥

Message#Sujet: Re: MORTICIA & LOUISA ★ Aurions-nous un point commun?   Ven 5 Juil - 10:13


★ Aurions-nous un point commun ? ★



-Adorable? Nous ne devons pas parler de la même personne. Le jour où votre mère se montrera adorable il faudra que cela passe dans tous les journaux.

Louisa ne savait pas ce qui était le plus amusant, que ce soit l'un de ses professeurs qui se plaise à casser du sucre sur une mère que la bleue et bronze s'appliquait à détester le plus possible,ou que ce soit un professeur qui elle-même pouvait se voir attribuer bien des adjectifs pour la définir, mais certainement pas l'adjectif "adorable". C'est une chose que Louisa aurait peut-être souligné si elle avait encore été un petit peu plus culottée et ne craignait pas les représailles. Mais elle préféra garder les remarques déplaisantes qui lui brûlaient les lèvres pour elle. Elle n'était d'humeur à détester qu'une seule personne aujourd'hui, et c'était sa mère. Alors puisque l'élève et le professeur avaient au moins en commun une même "ennemie", autant ne pas se montrer trop déplaisante.

-Je ne porte pas cette femme dans mon cœur mais j'imagine que cela ne doit pas être des plus facile même pour vous.

Tiens, à celle là, Louisa ne s'était pas attendue une seule seconde. Morticia Mathews serait-elle en train de... compatir? Non, cela semblait positivement impossible ! Il devait y avoir anguille sous roche. Ou baleine sous gravier, même. Qu'elle n'y voit aucune offense personnelle, mais la deuxième année n'imaginait pas Morticia capable d'empathie. Elle avait l'impression que la femme qu'elle avait à côté d'elle agissait et parlait toujours avec une intention précise en tête. En même temps, là, Louisa se fichait des intentions du professeurs. Tout ce qui accaparait son esprit, c'était cette rage qu'il y avait en elle, et qui lui donnait envie de déverser son venin auprès de la première personne venue. Si ça devait être le professeur Mathews, alors pourquoi pas. Elle avait besoin de quelqu'un à qui elle pourrait parler de sa génitrice sans que celle-ci soit mise sur un piédestal ou qu'on lui reproche d'être une enfant indigne.


-Mais vous savez certainement tout cela. Maintenant que j'ai ma réponse si vous souhaitez que je vous laisse...

Louisa hésita. Le bon sens aurait voulu qu'elle demande poliment à Morticia de la laisser seule, c'est certain, mais cette chose qui bouillonnait en elle, elle, semblait avoir déséspérément besoin de quelqu'un pour la canaliser. Même la personne la plus improbable au monde. Au final, la réponse qui franchit le seuil de ses lèvres ne lui sembla pas venir d'elle, comme si quelqu'un d'autre s'était exprimé à sa place.

-Non. Un seul mot qui semblait un peu trop impérieux et que la petite blonde se chargea de rattraper comme elle le pouvait le plus vite possible. Je veux dire... vous pouvez rester, ça me dérange pas. Même si je risque d'être aussi enthousiaste que le baron sanglant.

Elle n'osait pas, tel quel, admettre qu'elle avait besoin de parler. Sa fierté lui autorisait à peine à le reconnaître en pensée. Alors en paroles et en actes, pensez-vous ! Il pleuvrait des scroutts à pétard le jour où elle reconnaîtrait avoir besoin de quelqu'un d'autre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

Message#Sujet: Re: MORTICIA & LOUISA ★ Aurions-nous un point commun?   Sam 6 Juil - 10:11

Morticia contrôlait la situation. Elle contrôlait toujours la situation. Du moins, c'est ce qu'elle se disait toujours. La plupart du temps c'était vrai. Mais pour le coup, il y avait une petite différence. Et encore, petite n'est peut-être pas le bon mot. Louisa se trouvait dans une situation de Morticia avait bien connu. Son père se fichait pas mal de savoir ce qu'elle faisait et sa mère avait constamment quelque chose à lui reprocher. Du coup, c'était disputes sur disputes. Cela ne vous rappel rien? Bah si. Louisa et sa mère. Alors entre le sale caractère et la mauvaise volonté, Morticia avait un autre problème avec sa mère: l'adolescence. Cette période où l'on a besoin d'attention et de reconnaissance. Ce moment de la vie ou seul, on fonce droit dans le mur parce que c'est une route plus évidente. Voyez le résultat. Même si la situation n'était pas identique, il y avait trop de similitudes pour que Morticia ne les voient pas. Mais elle faisait comme si rien ne se passait et se concentrait sur son plan.

-Adorable? Nous ne devons pas parler de la même personne. Le jour où votre mère se montrera adorable il faudra que cela passe dans tous les journaux.

Premier sourire, première victoire. Si elle s'était douté qu'une partie de Louisa se moquait d'elle en ce moment, sa réaction aurait été toute autre. Mais elle n'y pensait pas et réfléchissait déjà à ce qu'elle pourrait dire pour percer les défenses de la jeune fille. En soit, rien de bien compliqué puisqu'elle était folle de rage. Cela ne la rendait que plus facile à manipuler. Tout l'art de Morticia résidait dans la manipulation et les provocations.

-Je ne porte pas cette femme dans mon cœur mais j'imagine que cela ne doit pas être des plus facile même pour vous.

Loin d'être de l'empathie, il ne s'agissait que d'une phrase type qu'avait élaboré Morticia pour tirer Louisa dans son sens. De toute évidence, cela l'avait plus choqué qu'autre chose. Tant pis, cela ne coûtait rien d'essayer. Ça, c'était ce que voulait bien admettre l'enseignante. Mais en réalité, loin, très loin dans l'esprit tourmenté de Morticia, il s'agissait réellement d'empathie. La petite fille qui sommeillait toujours en elle avait de la peine pour celle qui se trouvait devant elle. Cette petite fille était si loin que Morticia n'y prêtait plus aucune attention et restée axée sur son plan et la souffrance qu'elle pourrait causer à l'infirmière.

-Mais vous savez certainement tout cela. Maintenant que j'ai ma réponse si vous souhaitez que je vous laisse...

Cette phrase était en quelques sortes un test. Si il était positif, Morticia avait tout gagné et pouvait tester son nouveau pantin. Si il était négatif, alors elle devrait passer son chemin et guetter une nouvelle occasion. À force de faire des coups tordus, on arrive à avoir un certain nez pour déceler les attitudes à avoir. Là encore, c'était tout un plan d'attaque qui se préparait doucement mais sûrement. C'est comme à a pêche: si on est trop pressé, le dîner risque d'être maigre.

-Non.

Ce simple mot suffisait à annoncer un festin. Il pouvais signifier plusieurs choses mais toutes n'étaient que des variantes d'un menu gastronomique. Soit la jeune fille s'énervait contre Morticia, et dans ce cas elle prendrait un malin plaisir à se venger en lui retirant quelques points pour faire bonne mesure. Soit elle s'énervait contre un mur et Morticia admirerait de spectacle avec délectation en attendant la suite. Soit elle sur sa mère en lui parlant et en donnant certains détails croustillants qui pourraient toujours servir un jour ou l'autre. Inévitablement, parler à Morticia tisserait un lien entre les deux femmes, un lien qu'elle adorerait retourner contre son élève tôt ou tard.

-Je veux dire... vous pouvez rester, ça me dérange pas. Même si je risque d'être aussi enthousiaste que le baron sanglant.

L'enfant de tout à l'heure souffla un petit * La pauvre, elle est trop mignonne! Tu ne vas pas faire ça quand même?..*  Mais Morticia n'y prêta qu'une attention minime. Sa conscience lui fit prendre une approche plus douce que celle qu'elle avait prévue à la base. Mais son but n'avait pas changé. Elle voulait se servir de la fille contre la mère et elle y arriverait. Morty qui était toujours de dos ne réprima pas un sourire de satisfaction sadique avant de se retourner avec un air tout à fait neutre, bien qu'un peu amusé.

-Vous savez, j'apprécie la compagnie du baron. Un spectre plutôt charmant en fin de compte.

Bon, il ne faut pas oublier que nous parlons ici de Morticia. Mais cette phrase avait surtout pour but de détendre Louisa. Encore un geste qui avait des chances d'être mal pris.

-Allez-y, lâchez-vous un peu. J'en ai dit et entendu de belles dans ma vie. Même si je ne doute pas que vous ayez de grandes motivations à votre colère, vous ne me choquerez pas aujourd'hui. Tout retenir pour soi n'est pas une bonne chose et broyer du noir seul n'est pas recommandé non plus.

Là encore, c'était du vécu. Mais ça, il n'était pas nécessaire que son élève le sache.
Revenir en haut Aller en bas
Serdaigle
avatar
▌ Messages : 719
Humeur :
50 / 10050 / 100


QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois de Frêne et crin de licorne.
Camp: Neutre
Avatar: Elle Fanning ♥

Message#Sujet: Re: MORTICIA & LOUISA ★ Aurions-nous un point commun?   Ven 12 Juil - 11:03


★ Aurions-nous un point commun ? ★



-Vous savez, j'apprécie la compagnie du baron. Un spectre plutôt charmant en fin de compte.

Ça, Louisa en doutait fortement. Non pas qu'elle ait un jour décidé ou eut l'envie de se taper la discute avec le baron sanglant, mais elle n'avait pas besoin de ça pour comprendre que le fantôme des verts et argent était le genre de personnes qu'il valait mieux n'avoir pas fréquenté de son vivant, et ne pas fréquenter même maintenant qu'il était mort (ce n'était pas la pauvre dame grise qui l'aurait détrompé là-dessus). Mais bon, entendre le professeur Mathews, aka l'enseignante la plus tarée de Poudlard dire qu'elle appréciait le baron sanglant, aka le fantôme le plus flippant de Poudlard, ce n'était pas vraiment une grande surprise. Ils semblaient tous les deux aussi tordus que mauvais, ils étaient certainement faits pour s'entendre. Et rien qu'à deviner ce que pouvait être la teneur de leurs conversations, Louisa était convaincue qu'il valait mieux qu'elle n'en sache jamais le contenu. Enfin, si Morticia, ne lui avait pas raconté un gros bobard juste pour la forme. Oui, même si leur discussion se passait plutôt bien, Louisa continuait de tenir son professeur pour une créature détestable et diabolique. Ce qui pouvait toujours être amusant, tant que le diable ne se retournait pas contre elle, et choisissait de diriger sa fureur contre sa génitrice, ça lui allait plutôt bien.

-Allez-y, lâchez-vous un peu. J'en ai dit et entendu de belles dans ma vie. Même si je ne doute pas que vous ayez de grandes motivations à votre colère, vous ne me choquerez pas aujourd'hui. Tout retenir pour soi n'est pas une bonne chose et broyer du noir seul n'est pas recommandé non plus.

Louisa hésita. Oh elle avait très envie de déverser sa haine et sa colère contre la première personne venue, mais elle doutait quand même que ce soit une bonne idée de le faire en présence de Madame Génie du Mal en personne. Et en même temps, à force de ne pas parler, elle avait le sentiment qu'elle allait exploser. Bon allez, advienne que pourra.

-C'est juste que j'en ai marre de me la farcir H24, elle est pas fichue d'agir comme une mère normale, dès qu'elle essaye, elle est juste pitoyable, c'est à se demander si elle ne le fait pas exprès. Louisa marqua une pause. Elle crachait son venin au même titre que tout ce qu'elle avait sur le coeur depuis une bonne éternité. Et ça faisait un bien fou ! Plus qu'elle l'aurait soupçonné. Elle avait si longtemps pesté pour elle-même sans se confier à personne. D'accord, que le professeur Mathews soit celle qui recueille ses confidences restait quelque chose de très bizarre, mais et puis zut ! Au moins, ça faisait du bien. Depuis que mon père est mort, elle est devenue insupportable. Bon, elle aussi, mais ça c'était un détail. La bleue et bronze baissa les yeux sur ses chaussures. Elle a oublié comment être une bonne mère au moment où j'en avais le plus besoin.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

Message#Sujet: Re: MORTICIA & LOUISA ★ Aurions-nous un point commun?   Ven 12 Juil - 16:52

Louisa n'était pas à l'aise. Quoi de plus normal devant l'enseignante la plus tyrannique de Poudlard? Mais malgré tout, elle ne se méfiait pas assez pour partir alors qu'elle le pouvait encore. Erreur ou éclaire de génie. D'instinct, la plupart des gens auraient opté pour une pensée suicidaire. Pourtant c'était peut-être un mal pour un bien. Parler ne pouvait pas faire de mal à la jeune fille. En revanche, parler à Morticia Mathews n'était peut-être pas la meilleur chose à faire. Surtout qu'elle ne faisait jamais rien sans avoir une bonne raison. Et ses bonnes raisons finissaient bien souvent en catastrophes. Souvenez-vous de la tornade portative. Qui avait finit à l'infirmerie? C'était Morty. Et oui, parce que les conséquences ne tombent pas toujours sur les mêmes, il arrivait qu'elle paye aussi les pots cassés.

-Allez-y, lâchez-vous un peu. J'en ai dit et entendu de belles dans ma vie. Même si je ne doute pas que vous ayez de grandes motivations à votre colère, vous ne me choquerez pas aujourd'hui. Tout retenir pour soi n'est pas une bonne chose et broyer du noir seul n'est pas recommandé non plus.

Oui c'était Morticia, mais elle disait pas que des bêtises non plus. C'était une femme détestable mais il y avait bien pire qu'elle dans ce monde. Tomber dans ses filets n'était peut-être pas si terrible par rapport d'autres. Mais bon, pour le coup, cela restait une mauvaise idée d'ouvrir son coeur à une personne comme elle. Pourtant quelque chose sembler déterminer Louisa. Certainement cette colère aveuglante qu'elle avait contre sa mère et que Morticia disait partager. À ce moment, l'enseignante ne semblait pas être la pire personne à qui se confier parce que dans un sens, elle pourrait la comprendre. Elle imaginait que c'était cet ensemble de raisons qui menèrent Louisa à parler.

-C'est juste que j'en ai marre de me la farcir H24, elle est pas fichue d'agir comme une mère normale, dès qu'elle essaye, elle est juste pitoyable, c'est à se demander si elle ne le fait pas exprès.

Bon. Jusqu'ici, tout était normal. La plupart des adolescentes du monde entiers ont dit cela au moins une fois dans leur vie. Pourtant Morticia eut du mal à ne pas rire d'entendre tant de haine envers l'infirmière. Mais elle attendais. Elle laissait Louisa finir ce qu'elle avait à dire. Elle interviendrait après. Une séance de remontrances à distance telle que celle-ci ne se coupe pas.

-Depuis que mon père est mort, elle est devenue insupportable.

C'était déjà plus personnel. Morticia ne s'était jamais demandé ce que la mort de son père avait ut causer entre Louisa et sa mère. Elles avaient certainement té toute deux très tristes, c'était même évident. Mais après? Une fois le passage à vide franchit? Les réactions avaient sans doute changé, ne serait-ce qu'un peu. Elle se demandait aussi ce que cela aurait fait si son père était décédé. Aurait-on fait plus attention à elle? Certainement pas. Cela aurait même été pire. Et si son frère avait perdu la vie? Là tout aurait été différent. Ses parents 'auraient soit méprisé un peu plus, soit protégé comme un trésor inestimable. Mais le fil de sa pensée fut coupé par la dernière phrase de Louisa.

-Elle a oublié comment être une bonne mère au moment où j'en avais le plus besoin.

Là ça devenait carrément gênant, même pour elle. Que voulez-vous répondre à cela? Morticia n'en avait aucune idée. La jeune fille regardait ses chaussures, presque honteusement. Morticia eut un moment d'arrêt, très mal à l'aise elle voulut reprendre le cours de son plan qui semblait si génial. Mais cette phrase résonnait dans sa tête avec une puissance phénoménale. « Elle a oublié comment être une bonne mère au moment où j'en avais le plus besoin. » Tellement de vérité dans ces mots. Une sincérité frappante. Louisa elle-même devait se sentir mal en la prononçant. L'entendre après avoir pensé la même chose pendant des années faisait une peu bizarre à Morticia. Lorsqu'elle avait eu besoin de reconnaissance ou d'encouragements, personne n'avait répondu à ses appels. Elle qui avait tenu à rester si complice avec son frère s'était finalement trouvée abandonnée par lui. Par tout les autres d'ailleurs. Ils la prenaient pour une folle. Peut-être avaient-ils raison. Mais le fait est qu'ils l'avaient abandonné sans un sous et qu'elle avait du se dépatouiller comme elle l'avait put ces dernières années pour garder ce que l'on pouvait à peine appeler un logis.

-Bon, et bien voilà qui est dit. Il est vrai que je m'attendais à un autre type de discours mais il semble que celui-ci vous convenait mieux.

Tout simplement pitoyable. Juste de quoi meubler le silence le temps de trouver autre chose à dire. Morticia elle-même se réprimandait intérieurement. *Quoi? C'est tout ce que tu as à dire? Elle te sert tout un tas de méchancetés sur Zelda et c'est tout ce que tu trouves à dire?* Mais en effet, c'était tout. Mais elle finit par trouver. Ce n'était pas habituel de Morticia comme paroles mais c'était toujours mieux qu'avant.

-Les choses arrives souvent lorsque l'on en a pas besoin. Mais dès que l'on est heureux de les posséder, elles disparaissent.

*On dirait Dumbledore! Non mais ça va pas?! Si tu continus comme ça tu vas finir par porter des lunettes ridicules et tu vas aider tout le monde comme une bonne samaritaine! Reprends-toi et vite!*

-Mais j'imagine que cela vous a quelque peu soulagé. Je ne saurais vous dire si cette méthode est véritablement efficace: je ne l'ai jamais essayée.

Bon, il y avait du progrès. Là on retombait dans ce petit grain de folie qui suivait de près notre professeur de DCFM.

-J'imagine que c'est pour cela qu'on raconte partout que je suis folle. Mais je ne suis pas d'accord. Vous avez des problèmes avec votre mère et moi avec... Bon, Ok, avec presque tout le monde. Pourtant je ne pense pas que cela soit entièrement de notre faute. Comment pourrait-on apprécier ce que l'on ne comprend pas. C'est impossible. Alors je vous le dit, nous ne sommes pas le fond du problème. Si nous sommes comme cela c'est parce que nous sommes incomprises.

Le beau baratin. L'art de tourner les choses en sa faveur. Si tout marchait bien, Morty venait de mettre de l'huile sur le feu en accusant directement Zelda d'être la seule fautive dans les problèmes relationnels qu'elle avait avec sa fille. Il y en avait une qui s'amusait follement tout à coup!
Revenir en haut Aller en bas
Serdaigle
avatar
▌ Messages : 719
Humeur :
50 / 10050 / 100


QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois de Frêne et crin de licorne.
Camp: Neutre
Avatar: Elle Fanning ♥

Message#Sujet: Re: MORTICIA & LOUISA ★ Aurions-nous un point commun?   Mar 16 Juil - 10:43


★ Aurions-nous un point commun ? ★



C'était sorti tout seul. Et sur le coup, ça avait fait du bien. Toute sa rage et sa rancoeur enfin exprimées, sans retenue ni rien d'autre qui fasse passer plus aisément la pilule. Oui, sur le moment, elle s'était sentie comme libérée d'un poids qui lui pesait sur le coeur depuis bien trop longtemps. Mais le soulagement ne fit pas long feu, parce qu'aussitôt que Louisa prit conscience de s'être à ce point dévoilée, elle qui évitait au possible, généralement, de telles manifestations publiques, et pas en face de n'importe quel public, elle en mena moins large. Mais elle ne pouvait plus rien y faire à présent. Ce qui avait été dit avait été dit. Il ne servait à rien d'en faire une montagne ou de culpabiliser ad vitam. Même si en présence du professeur Mathews, perdre contenance n'était pas chose bien difficile.

-Bon, et bien voilà qui est dit. Il est vrai que je m'attendais à un autre type de discours mais il semble que celui-ci vous convenait mieux.


Sur ce point, elles ne pouvaient qu'être d'accord, Louisa elle-même ne s'était pas attendue à faire preuve d'autant de franchise, à étaler ses malheurs comme la pathétique petite chouineuse qu'elle ne voulait absolument pas être. Elle se promit de se rattraper à l'avenir, même si après un tel déballage, ça allait devenir compliqué.

-Les choses arrives souvent lorsque l'on en a pas besoin. Mais dès que l'on est heureux de les posséder, elles disparaissent.


Louisa ne put s'empêcher d'écarquiller grand les yeux en entendant ça de la bouche de la dernière personne de la part de laquelle elle se serait attendu à recevoir des leçons quasi-philosophiques sur le bonheur. Elle ne su même pas que répondre à ça. Pour le coup, elle était complètement décontenancée. N'était-ce pas la conversation la plus improbable qu'elles puissent avoir? Si, et pourtant cette discussion avait bien lieu, et dans un sens, elle faisait du bien à Louisa. Ce qui sortait du commun n'était jamais mal à prendre, même si elle risquait fort de regretter, à un moment ou à un autre, son élan de faiblesse.

-Mais j'imagine que cela vous a quelque peu soulagé. Je ne saurais vous dire si cette méthode est véritablement efficace: je ne l'ai jamais essayée.

Se laisser prendre au piège lorsqu'on se trouvait à une personne aussi imposante, voire effrayante que Mrs Mathews n'était pas bien difficile. En un rien de temps, elle avait su lui faire se poser des questions qui ne lui avaient jamais traversé l'esprit. Elle avait toujours vu son interlocutrice comme une entité monstrueuse et sans coeur. Mais après tout, elle était humaine elle aussi, et son attitude s'expliquait sûrement, en fait, par ce qu'elle avait pu vivre de traumatisant. Ce qu'elle lui dit ensuite semblait le confirmer.

-J'imagine que c'est pour cela qu'on raconte partout que je suis folle. Mais je ne suis pas d'accord. Vous avez des problèmes avec votre mère et moi avec... Bon, Ok, avec presque tout le monde. Pourtant je ne pense pas que cela soit entièrement de notre faute. Comment pourrait-on apprécier ce que l'on ne comprend pas. C'est impossible. Alors je vous le dit, nous ne sommes pas le fond du problème. Si nous sommes comme cela c'est parce que nous sommes incomprises.

Bien sûr, de tels mots prononcés par un adulte à l'adresse d'une pré-ado en pleine crise de rebellion ne pouvaient que faire mouche. Et Louisa avait envie d'y croire et de l'approuver complètement. Oui, elles étaient incomprises. Un point c'est tout. Et rien n'était de sa faute. C'était totalement faux mais il était tellement bon d'y croire. Surtout lorsqu'un adulte vous approuvait. Oui, Louisa, pensant naïvement que Morticia se dévoilait volontairement à elle, commençait à la trouver extrêmement sympathique. Un comble !

-Vous savez quoi ? Vous avez raison.
Bien sûr que non. Ma mère n'a jamais cherché à me comprendre, elle ne fait même pas l'effort. Elle croit tout savoir, elle se la joue avec ses patients. Mais elle est même pas fichue de s'occuper de sa propre fille !

Voilà, la machine était lancée, impossible de l'arrêter à présent. Louisa songea à demander à son interlocutrice ce qui avait pu lui arriver à elle. Mais elle restait son professeur. Elle n'osa pas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

Message#Sujet: Re: MORTICIA & LOUISA ★ Aurions-nous un point commun?   Ven 2 Aoû - 12:45

La première pierre était posée et le temple à la gloire du sadisme de Morticia prendrait forme. Louisa ne marchait pas, elle courait droit dans un mur. Penser comme cela la mènerait certainement au fond d'un gouffre où elle verrait sa mère la regarder de haut. Il y a bien des années, Morticia avait pensé que ses échecs n'étaient pas de sa faute. Mais puisque tout le monde s'appliquait à lui dire le contraire, cela lui était passé. Cela ne serait pas la même chose avec Louisa. Morty lui avait glissé une idée qu'elle s'appliquerait à faire germer.

-Les choses arrives souvent lorsque l'on en a pas besoin. Mais dès que l'on est heureux de les posséder, elles disparaissent.

Le regard qu'avait eu la jeune fille aurait certainement fait exploser de rire Morticia si la situation n'avait pas été aussi sérieuse. Entendre Morticia parler de façon un peu plus spirituelle pouvait surprendre. C'était même presque une obligation puisqu'on la voyait comme une saleté finie.
Cette femme était une peste et allait presque s'en venter. Elle savait manipuler aussi bien que sa première vipère. Morticia pouvait être aussi patiente que son python. En bref, c'était un serpent qui se glissait entre les pattes des agneaux.

-Vous savez quoi ? Vous avez raison. Ma mère n'a jamais cherché à me comprendre, elle ne fait même pas l'effort. Elle croit tout savoir, elle se la joue avec ses patients. Mais elle est même pas fichue de s'occuper de sa propre fille !

Elle ne montrait rien mais Morticia jubilait. C'était presque trop facile. Et puis ça marchait vraiment bien. On aurait dit Morty au même âge. Remontée contre les autres mais surtout contre sa mère. Elle était le serpent qui tentait Eve.
Le professeur de DCFM pris un air faussement compatissant des plus convainquant et alla jusqu'à poser sa main sur l'épaule de la jeune Sparkley.

-Votre mère n'a pas été la première à préférer s'occuper des autres plutôt que de son enfant, et elle ne sera certainement pas la dernière. Elle vous dira que c'est parce que ce n'est pas aussi simple et ne changera pas comme cela. En revanche, il n'appartient qu'à vous de vous protéger de ses histoires. Trouvez des alliés qui vous comprennent et laissez-la dire ce qui lui plaira. Vous savez ce que vous valez, vous ou votre mère.

De belles paroles qui ne représentaient rien pour Morticia mis à part un moyen tordu de toucher la jeune fille. La défense étant déjà percée, il ne restait plus qu'à devenir maître du navire. Les sous-entendus étaient placés et prendraient peut-être plus tard. Mais au moins, ils étaient rangés dans un coin de la tête de Louisa. Quand à ce que Morticia avait vécu, peu de gens le savaient avec précision. Parler d'elle ne lui avait jamais été demandé alors cela ne s'était jamais fait. Au fond, elle n'était pas aussi compliqué que cela. Néanmoins, si une personne avait l'audace de le faire, elle parlerait avec haine de sa famille et avec fierté de ce qu'elle a fait pour les mettre en rogne.
Revenir en haut Aller en bas
Serdaigle
avatar
▌ Messages : 719
Humeur :
50 / 10050 / 100


QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois de Frêne et crin de licorne.
Camp: Neutre
Avatar: Elle Fanning ♥

Message#Sujet: Re: MORTICIA & LOUISA ★ Aurions-nous un point commun?   Dim 11 Aoû - 21:52

★ Aurions-nous un point commun ? ★


-Votre mère n'a pas été la première à préférer s'occuper des autres plutôt que de son enfant, et elle ne sera certainement pas la dernière. Elle vous dira que c'est parce que ce n'est pas aussi simple et ne changera pas comme cela.

Louisa arqua un sourcil. Elle comprenait, malgré tout ce qui lui échappait et la rendait plus naïve et crédule que ce qu'elle avait l'habitude d'être (mais après tout, elle n'avait que douze ans), qu'il n'était pas que question de sa mère. Quand elle parlait, Morticia faisait des généralités. Peut-être avait-elle vécu une situation similaire à la sienne. Elle aussi, aurait eu des problèmes avec sa génitrice ? Possible... Ça pourrait expliquer sa rancoeur, et le comportement extrême qu'elle avait aujourd'hui (en plus que, à la base, elle devait avoir de sacrés problèmes psychologiques)... Ce qui était assez flippant, quand on y réfléchissait. Est-ce que ça voulait dire que Louisa était destiné à devenir comme Morticia dans le futur ? Cette perspective la faisait frissonner. Espérons qu'elle n'en arrive pas jusque là. Même si Morticia se présentait sous un nouveau jour, plus agréable et plus humain, Louisa n'oubliait pas ce qu'elle pouvait avoir de cinglée, quand elle s'y mettait.

-En revanche, il n'appartient qu'à vous de vous protéger de ses histoires. Trouvez des alliés qui vous comprennent et laissez-la dire ce qui lui plaira. Vous savez ce que vous valez, vous ou votre mère.

Des conseils insidieux, mais que l'influençable Louisa était bien décidé à suivre, et avait déjà commencé à suivre, avant même qu'on le lui demande. Prendre le plus de distance possible avec sa mère, ça lui semblait être le meilleur moyen de se protéger. Même si ça faisait mal quand même ... parce que oui, elle n'aimait pas l'admettre, mais elle aimait quand même sa mère. Les liens du sang ne s'effacent pas comme ça.

-Sauf que des alliés, je risque pas d'en avoir.

Ben oui, Louisa n'avait aucun ami. Ou presque. Et elle en était plutôt fière, d'ailleurs. Elle cultivait sa misanthropie avec beaucoup de soin et d'attention depuis la mort de son père. Elle ne voyait pas l'intérêt de s'attacher aux gens, surtout qu'on risquait fort de les perdre. Bien sûr, il y avait des personnes auxquelles elle était un peu plus attachée, comme Chris ou Darryl, mais leur amitié n'était pas d'une force exceptionnelle non plus, à cause de cette mise à distance, qui lui convenait bien, mais ne l'aidait pas à suivre les conseils de son professeur de défense contre les forces du mal.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

Message#Sujet: Re: MORTICIA & LOUISA ★ Aurions-nous un point commun?   Lun 12 Aoû - 14:41

    Le piège se refermait. La souris se laissait piéger presque volontairement. Quelle victoire. Plutôt facile finalement, mais une victoire quand même. Louisa pourrait se méfier à raison des intentions de son professeur. Mais même si elle ne voulait pas l'admettre, Morticia aurait aimé l'aider un peu. Maintenant, entre l'intention enfouie et la pensé réelle, il y avait des kilomètres. Elle ne cherchait qu'à atteindre Zelda et ne se préoccupait que très peu de sa fille. Louisa devait bien se douter que Morticia n'était pas très saine d'esprit. Et encore, si elle ne l'avait pas confirmé, c'était pas mal. Bien qu'improbable. Mais elle avait raison sur un point: ses propres aventures familiales n'avaient rien arrangé. Petite, elle était normale... ou très proche. Adolescente, elle devenait louche. Alors maintenant, c'était vraiment de la folie pure et simple. Imaginez dans vingt ans. Morticia se sera certainement suicidé dans vingt ans! Quand aux généralités, si vous lui demandiez, elle répondrait que c'était plus marquant que parler d'une personne précise. C'est cela. C'était juste pour ne pas dire directement que c'était elle, oui! Vouloir changer Morticia était une tâche bien trop pénible pour que qui que ce soit ne veuille s'y risquer.

    -Sauf que des alliés, je risque pas d'en avoir.

    Ah, on y arrivait. Finalement la jeune fille mordait à l’hameçon plus rapidement que prévu. Décidément, elle était douée Morty. Dommage que ce ne soit que pour de mauvaises actions... C'est donc sur le ton de l'évidence accompagné d'un regard angélique qu'elle répondit.

    -Et bien? Et moi alors? Je compte pour du beurre?

    L'argument de l'adulte bienveillant pouvait s'appliquer à beaucoup, mais pas à Morticia Mathews. Pourtant, sur le moment, elle se risquait à essayer avec Louisa. Elle ne la protégerait pas vraiment. D'ailleurs, elle n'en avait pas franchement besoin. Mais elle lui laisserait croire qu'elle était présente et attentionnée... en s'assurant que Zelda s'en rende compte alors que sa fille la laissait de côté. Comme quoi, elle savait taper là où ça faisait mal!

    -Alors oui, je sais, ça ne me va pas de dire ça. Mais quoi? Je ne suis pas juste sadique, psychopathe ou je ne sais quoi d'autre que l'on m’attribue.

    C'est cela, cause toujours. Dans le genre manipulatrice on se pose là. Sans blague. Dans d'autres circonstance, Louisa aurait certainement éclaté de rire ou se serait retenue par crainte des représailles. C'était peut-être même le cas. Mais Morticia se disait que dans l'état où était la jeune fille, elle avait une petite chance. Et puis, dans le pire des cas, le plus gros du travail était fait. Même si Louisa se méfiait d'elle, ses idées s'accrocheraient toujours férocement dans sa tête. Une victoire je vous dit!
Revenir en haut Aller en bas
Serdaigle
avatar
▌ Messages : 719
Humeur :
50 / 10050 / 100


QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois de Frêne et crin de licorne.
Camp: Neutre
Avatar: Elle Fanning ♥

Message#Sujet: Re: MORTICIA & LOUISA ★ Aurions-nous un point commun?   Mer 14 Aoû - 10:20

★ Aurions-nous un point commun ? ★



-Et bien? Et moi alors? Je compte pour du beurre?


Ah oui... Elle... Comment dire ? Même si plus il lui semblait en découvrir sur le professeur Mathews, moins elle lui semblait antipathique, il lui semblait très étrange de faire de l'un de ses professeurs son alliée contre sa génitrice, et encore plus de faire de Morticia Mathews son alliée. Le professeur de défense contre les forces du mal, elle l'imaginait plutôt... comment dire ? ... ne même pas savoir ce qu'était la notion d'alliance. Peut-être qu'elle se trompait ? Peut-être pas ? Elle avait un peu de mal à s'y retrouver dans toute cette affaire, et pourtant, elle devait bien avouer qu'avoir à ses côtés une adulte, si dingue soit-elle (ou justement parce qu'elle était dingue) ne lui déplaisait absolument pas. Elle se sentait une plus grande force de volonté, et plus d'aplomb à se dresser contre sa mère depuis qu'elles en avaient parlé toutes les deux. Entendre quelqu'un approuver à ce point sa position, ça lui faisait un immense plaisir, et la confortait plus que jamais dans ses positions. Ce qui devait donc faire du professeur psychotique son alliée, quand on y réfléchissait bien.

-Alors oui, je sais, ça ne me va pas de dire ça. Mais quoi? Je ne suis pas juste sadique, psychopathe ou je ne sais quoi d'autre que l'on m’attribue.


Au moins elle était lucide quant à l'image qu'elle véhiculait auprès des autres. En même temps, Louisa la soupçonnait d'entretenir soigneusement sa réputation, au point d'en rajouter uniquement pour faire jaser un peu plus les foules. Cette conversation avait l'air de le lui confirmer. Oui, elle n'avait pas l'air d'être seulement la psychopathe que tout le monde (Louisa y compris) disait qu'elle était. Il y avait plus d'humain en elle qu'elle le laissait croire. Mais bon... Ça n'empêchait pas quand même qu'elle restait une femme assez déraisonnable et très cinglée. Mais il lui fallait au moins ça pour tenir tête à sa mère, d'autant que sa génitrice, dans le genre cinglée, en tenait aussi une sacrée couche quand elle le voulait.

-Désolée... c'est juste... assez inattendu.
Elle marqua une légère pause. Et donc. Vous me suggérez de faire quoi, concernant ma mère ?

Demander conseil auprès de Morticia Mathews était loin d'être une bonne idée... Au fond, elle le savait bien. Mais si quelqu'un était capable de faire la misère à sa génitrice, c'était bien la femme qu'elle avait en face d'elle. Et il y avait en elle suffisamment de cruauté pour ne pas flancher.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

Message#Sujet: Re: MORTICIA & LOUISA ★ Aurions-nous un point commun?   Mer 14 Aoû - 19:03

Il était clair de Louisa en apprenait de belles sur son professeur. Bon, pas que des vérités mais quand même. Morticia elle-même ignorait si le jeune fille marchait vraiment dans sa combine ou si elle rentrait dans son jeu en sachant qu'il ne s'agissait que d'une mascarade. Mais aussi tordues que puissent être ses pensées, elle ne pouvait réfuter l'évidence: Louisa marchait dans la combine jusqu'au cou. Mais malgré tout ce que pourrait dire Morticia, ce petit manège pouvait aussi un peu aider la jeune fille. Après tout, le plan visait la mère, pas la fille. Même pire que cela, ce plan visait à toucher la mère tout en aidant la fille à se sentir mieux dans sa tête bah oui, parce que ça énerverait Zelda de voir son enfant se sentir mieux sans elle. Dans le genre pas sympa...

-Alors oui, je sais, ça ne me va pas de dire ça. Mais quoi? Je ne suis pas juste sadique, psychopathe ou je ne sais quoi d'autre que l'on m’attribue.

Bien sûre qu'elle le savait tout ça. Morty avait un grain c'est évident. Pourtant, elle ne pouvait pas être aussi particulière sans le faire un peu exprès. Mais bon, allez savoir le vrai du faux maintenant! Surtout qu'elle cachait bien son jeu. Sa nièce pourrait même la dire attentionnée. Mais c'était il y a déjà un certain temps. Le fait est que Louisa se laissait attraper avec une facilité presque déconcertante. Mais la vrai victoire serait la tête de Zelda une fois les pions avancés. Morticia rêvait de ce moment lorsqu'elle fut coupée par une réaction spontanée très appréciée.

-Désolée... c'est juste... assez inattendu.

En plus elle s'excusait la mignonne. Être désolée de ne pas voir Morticia comme une alliée était au moins aussi surprenant que la réaction elle-même. Ce qui arracha même un petit sourire à Morty. Comme quoi, quand on est dans l’inédit.

-Et donc. Vous me suggérez de faire quoi, concernant ma mère ?

Que Louisa l'écoute était un bon début. Qu'elle se confie était impressionnant. Alors de l'entendre lui demander des conseils était presque un miracle. Surtout qu'il s'agissait d'une très mauvaise idée. Décidément, c'était une affaire qui marchait pour Morticia.

-Et bien pour commencer, je vous conseil de garder vos distances. Si elle insiste laissez filer sans rien dire. C'est plutôt déstabilisant en général. Et rien ne vous empêche de venir cracher votre venin avec moi. Surtout que telle que je me connais, je risque d'en rajouter.

Déjà, ça devrait faire cogiter l'infirmière. Des conseils plus que douteux mais qui pouvaient faire leur effet. Et ce n'était pas fini!

-Si votre mère vous demande ce qu'il vous prend, vous n'aurez qu'à lui répondre que vous faites ce qu'elle ne fera jamais. Sous-entendu: prendre soin de vous. C'est une phrase qui a tendance à vite calmer.

Les bons conseil de Morty. Célibataire et sans enfants, ça vous étonne?
Revenir en haut Aller en bas
Serdaigle
avatar
▌ Messages : 719
Humeur :
50 / 10050 / 100


QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois de Frêne et crin de licorne.
Camp: Neutre
Avatar: Elle Fanning ♥

Message#Sujet: Re: MORTICIA & LOUISA ★ Aurions-nous un point commun?   Jeu 15 Aoû - 10:22

★ Aurions-nous un point commun ? ★


Louisa se lançait dans la pire entreprise possible, mais le pire, dans tout ça, c'est qu'elle le faisait en son âme et conscience. Bien sûr, une (grande) part d'elle considérait que c'était une énorme erreur que de se confier à Morticia Mathews et que d'accepter ses conseils, mais elle avait le sentiment qu'il lui fallait employer des méthodes radicales, si elle voulait se sortir de son bon vieux bourbier familial, et personne n'était plus à même de savoir comment bercer dans le radical que la femme qu'elle avait en face d'elle, connue pour ne pas savoir faire dans la demi-mesure. Tant mieux. Même si elle regretterait sûrement certains de ses choix, au moins elle aurait agit, et l'action, bien sûr, c'était une chose importante. Primordiale, même.

-Et bien pour commencer, je vous conseil de garder vos distances. Si elle insiste laissez filer sans rien dire. C'est plutôt déstabilisant en général. Et rien ne vous empêche de venir cracher votre venin avec moi. Surtout que telle que je me connais, je risque d'en rajouter.

C'était en soi un précepte qu'elle adoptait déjà. Il n'était pas rare que Louisa fasse preuve de la plus sublime indifférence pour accueillir sa mère. Mais généralement, elle finissait toujours par céder et par accorder à sa génitrice plus d'attention qu'elle n'en méritait en réalité. En fait, à ses yeux, elle n'en méritait pas la moindre, et elle payait cher ses instants de faiblesse passagers, car elle réalisait ensuite qu'elle cédait du terrain à l'infirmière en lui laissant miroiter des possibilités de réconciliation. Il allait falloir qu'elle se fasse plus ferme, qu'elle l'évite, qu'elle fasse mine de ne pas l'entendre quand elle lui parlerait. Bref, qu'elle soit radicale, afin de créer un électrochoc. Ce serait dur par moment, mais si elle pouvait ensuite se confier au professeur Mathews, ce serait plus simple. Très mauvaise idée, mais idée des plus séduisantes.

-Si votre mère vous demande ce qu'il vous prend, vous n'aurez qu'à lui répondre que vous faites ce qu'elle ne fera jamais. Sous-entendu: prendre soin de vous. C'est une phrase qui a tendance à vite calmer.


Ça, c'était vraiment vicieux. Hyper vicieux, même. Sa mère allait en souffrir. C'était une perspective qui lui plaisait bien. La violence verbale avait souvent plus d'impact que la violence physique, et aux vues de son petit gabarit, il valait mieux qu'elle compte sur la première plutôt que sur la seconde.

-Je vois. Merci.
Elle ne devrait sûrement pas la remercier, mais que voulez-vous ? Pour sa défense, elle était jeune. Elle marqua une légère pause. Avant de mettre effectivement tout cela à .... exécution, il y avait quelque chose qu'elle voulait savoir, quelque chose de plutôt indiscret, en fait. Elle se doutait que Morticia risquait fort de ne pas vouloir lui répondre. Je peux vous poser une question ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

Message#Sujet: Re: MORTICIA & LOUISA ★ Aurions-nous un point commun?   Jeu 15 Aoû - 14:14

Ce que Morticia conseillait risquait de faire de gros dégâts. C'était le but de l'opération me direz-vous. Pourtant, le peu de conscience de la jeune femme risquait aussi d'en prendre un coup. Mais pour le moment, ce n'était pas du tout un priorité. Toujours aussi sadique et folle à lier, elle donnait le consignes pour devenir une adolescente difficile. Elle commençait à bien voir que la jeune fille ne la suivait pas uniquement par naïveté. Cela lui rendait la tâche plus appréciable encore. Finalement, elle ne se servirait pas totalement de Louisa, elle n'aurait qu'à lui donner une direction. Vraiment, elle aimait son idée.
La première vague de conseil était finalement bien banale. De plus, avec un peu de motivation, Louisa n'aurait véritablement aucun mal à suivre. Morty aurait, certes, du temps à libérer pour les crises de son élève. Mais elle prenait tellement de plaisir à enquiquiner les autres qu'elle le ferait à distance. Zelda risquait d'avoir les oreilles qui sifflent!
La seconde intervention de Morticia risquait d'être la plus difficile à entendre pour l'infirmière. Et oui, des mots qui frappent et un silence lourd qui avait des chances de planer après. Morty s'imaginait déjà la réaction de Zelda. Elle se demandait combien de temps allait être nécessaire avant que l'infirmière ne la soupçonne d'être en partie responsable du changement de comportement de sa fille. Bien qu'elle pouvait tout aussi bien ne soupçonner personne d'autre. Mais cela serait moins amusant.

-Je vois. Merci.

Charmante enfant. Vraiment. Si elle avait eut un minimum de sensibilité, elle aurait put apprécier Louisa. Et oui, c'est comme ça. Morticia pensait que la conversation touchait à sa fin. D'ailleurs, il n'y avait pas grand chose à ajouter.

-Je peux vous poser une question ?

Ah. Et bien non. Cela pouvait être plusieurs choses. Soit Louisa comptait se renseigner un peu plus sur le plan personnel de Morticia, soit il s'agissait d'une question plutôt basique qu'elle pourrait poser à n'importe quel enseignant. Elle ne se posa pas la question, pensant que par habitude, Louisa n'oserait pas taper dans le personnel avec elle. Morty avait tout de même une réputation de cinglée finie! Qui était la plus naïve maintenant?

-Bien sûr, je vous écoute.
Revenir en haut Aller en bas
Serdaigle
avatar
▌ Messages : 719
Humeur :
50 / 10050 / 100


QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois de Frêne et crin de licorne.
Camp: Neutre
Avatar: Elle Fanning ♥

Message#Sujet: Re: MORTICIA & LOUISA ★ Aurions-nous un point commun?   Ven 16 Aoû - 12:04

★ Aurions-nous un point commun ? ★


Louisa n'aurait pas vraiment été étonnée si Morticia s'était contentée de lui dire qu'elle ne tolérait pas la moindre question de sa part. Face à une telle réponse, la bleue et bronze n'aurait pas été surprise, et ne se serait pas formalisée non plus. Elle aurait laissé couler et gardé ses questions pour elle-même, même si elles commençaient à la tarauder. Après tout, Morticia était une adulte et un professeur, elle représentait l'autorité, Louisa accepter de saper l'autorité des autres de temps en temps, mais elle n'était pas suicidaire au point de songer à faire de même avec le professeur de défense contre les forces du mal.

Elle ne savait pas ce qui aurait pu l'attendre en représaille si elle avait haussé le ton en sa présence, mais elle n'avait pas spécialement envie de le découvrir. Les élèves qui lui avaient tenu tête jusque là s'en étaient rarement sortis avec un simple blâme, et la serdaigle était convaincue que son professeur était tout à fait capable d'inventer les pires tortures possibles (dans l'extrême limite de la légalité) pour punir ses élèves récalcitrants. Bref, elle n'avait aucune envie de tenter le diable.

-Bien sûr, je vous écoute.


Louisa était heureuse de l'entendre accéder ainsi à sa requête, quoi qu'elle ferait peut-être volte-face en apprenant la nature de ses interrogations. Car elles avaient rien de banales et d'anodines. Elles touchaient au passé du professeur, qui s'était toujours montré très secrète à ce sujet. Personne n'appréciait qu'on fouille dans son passé. Même Louisa, même si elle était encore très jeune, n'aurait pas du tout aimé qu'on fasse ça avec elle, mais alors pas du tout.

-C'est plutôt indiscret, ne vous sentez pas obligée de répondre... Comme si elle allait prendre cette peine si elle n'avait pas envie de lui répondre de toute manière !
De ce que Louisa savait de Morticia, elle ne ferait preuve d'aucun tact à ce sujet, et c'était tant mieux. Les conseils que vous me donnez, les remarques que vous avez faites ... ça me laisse penser que vous avez vécu quelque chose de similaire, je me trompe ?

Au fond d'elle, Louisa espérait que Morticia lui dise oui. Pour elle, ce serait comme un gage de ses "bonnes" intentions, la preuve qu'elle avait raison de garder un minimum de confiance en elle, malgré la défiance que lui inspirait forcément, et plutôt logiquement son professeur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

Message#Sujet: Re: MORTICIA & LOUISA ★ Aurions-nous un point commun?   Ven 16 Aoû - 15:03

-Bien sûr, je vous écoute.

Mais quelle bêtise elle avait encore fait! Répondre aux questions en cours, ça, elle savait le faire. Mais lorsqu'elle intervenait après une discution aussi peu scolaire, ça devenait plus compliqué. Morticia aurait répondue sans bronché si il s'agissait encore de Louisa ou de son entourage. Sauf que de toute évidence, ce n'était plus le cas.

-C'est plutôt indiscret, ne vous sentez pas obligée de répondre...

Première vague de doutes. Que pouvait-elle bien vouloir lui demander? Ne pas se sentir obligée de répondre, c'était pas un problème et cela ne l'avait jamais été. Cependant cette affirmation n'inspirait rien de bien bon. Ce qui se confirma très vite.

-Les conseils que vous me donnez, les remarques que vous avez faites ... ça me laisse penser que vous avez vécu quelque chose de similaire, je me trompe ?

*Mais qu'est-ce qui t'as pris?!? Te voilà bien maintenant! Ça t'apprendra à vouloir viser trop haut. La prochaine fois fais le travail toi-même au lieu de déléguer. Pff. Bon, ça va aller. Oui mais si tu l’envoie bouler ça va la braquer. Allez, réfléchie un peu.*

En règle générale, Morticia n'avait aucun problème pour gérer son image. Cela posait un problème lorsque cela la touchait de trop près. Autant dire que la réaction ne se fit pas attendre. Elle se redressa d'un coup, commença à battre nerveusement des paupières et sa voix monta d'une octave sans le moindre problème.

-Vous dépassez la limite de votre droit de regard. Ma vie privée ne vous regarde en rien et mon passé en fait partie.

C'était un oui très mal caché, juste pour se donner bonne conscience. Histoire de pouvoir se dire qu'elle n'avait pas directement répondu affirmativement. Mais pour ce qui était de ne pas envoyer balader, ce n'était pas ça. Il fallait qu'elle se reprenne un minimum. Morticia se racla la gorge pour reprendre normalement. Juste au cas où il y avait moyen de se rattraper.

-Je me contenterais de dire que j'ai très vite appris à me débrouiller seule. Maintenant, si vous pouviez éviter de parler de notre petit arrangement, cela pourrait m'arranger.

Morticia ne voulait pas que son accès de bienveillance ne passe dans le domaine public. Bien entendu, Zelda en serait rapidement avertie. Mais elle voulait le faire elle-même. Le résultat n'en serait que plus appréciable.
Revenir en haut Aller en bas
Serdaigle
avatar
▌ Messages : 719
Humeur :
50 / 10050 / 100


QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois de Frêne et crin de licorne.
Camp: Neutre
Avatar: Elle Fanning ♥

Message#Sujet: Re: MORTICIA & LOUISA ★ Aurions-nous un point commun?   Jeu 22 Aoû - 18:01

★ Aurions-nous un point commun ? ★



-Vous dépassez la limite de votre droit de regard. Ma vie privée ne vous regarde en rien et mon passé en fait partie.


Logique. Extrêmement logique, même. Au moment même où Louisa s'était essayée à poser sa question, elle avait su qu'elle était allée trop loin. Si à elle-même, on lui demandait de rendre des comptes sur son enfance et son passé, elle enverrait certainement le quidam balader, alors pas étonnant que Morticia, qui excusez du peu, était professeur choisisse de ne pas lui répondre. C'est là que le mot "alliées" se découvrait dans toutes ses limites. Toutes "alliées" pouvaient-elles être, il y a des choses qu'elles ne se confieraient pas, des sujets de conversation qu'il ne fallait pas qu'elles abordent ensemble, des jardins secrets qui avaient tout intérêt à rester secret. C'était sûrement tant mieux. L'élève et l'adulte s'associaient peut-être contre l'infirmière de Poudlard, ce n'était pas pour autant une raison de devenir les meilleures amies du monde, loin de là. Et heureusement, d'ailleurs ! Louisa ne tenait pas outre mesure à devenir la BFF de la cinglée de service qui faisait trembler Poudlard jusque dans ses fondations dès qu'elle daignait prononcer le moindre mot.  La bleue et bronze était donc résignée. Elle ne saurait pas. Bah ! Ce n'était pas vraiment grave, au fond, quand on y réfléchissait. Elle n'avait pas besoin de savoir ce qui avait pu se passer dans l'enfance de Morticia pour faire d'elle ce qu'elle était. Même si la question et la curiosité la travaillaient quand même, et qu'elle aurait trouvé amusant de cerner un peu d'humanité en son interlocutrice. Elle aurait ainsi moins l'impression de passer un pacte avec le diable en personne histoire d'éliminer son sang et sa chaire.

-Je me contenterais de dire que j'ai très vite appris à me débrouiller seule. Maintenant, si vous pouviez éviter de parler de notre petit arrangement, cela pourrait m'arranger.


Après ce que le professeur de défense contre les forces du mal venait de dire, Louisa ne s'attendait même pas à ce qu'elle lui fasse une telle réponse. D'accord, c'était concis, des aveux en demi-mot, en quelque sorte, mais la bleue et bronze y devinait qu'elle avait vu juste concernant l'enfance de son professeur. Elle se contenterait de cela et se promit de ne pas demander davantage de détails. Elle avait déjà une mini preuve de son humanité, c'était mieux que rien ! À Morticia Mathews, il ne fallait pas en demander trop, tout de même. Avoir eu l'audace de demander quelque chose, c'était déjà trop.

Quand Morticia ajouta que cet arrangement ne devait pas s'ébruiter, la demoiselle approuva d'un signe de tête. Bien sûr qu'elle était d'accord avec cela. Elle n'avait pas plus intérêt que son professeur à ce que cette affaire s'ébruite, c'est certain.

-Ça va de soi.
admit-elle donc. Je ne vais pas vous déranger plus longtemps. Cette conversation n'irait pas plus loin, c'était l'évidence, mieux valait donc qu'elles filent chacune de leurs côtés. Encore merci.

Pauvre petite fille naïve qui se croyait pourtant si intelligente ! Sur ces mots, elle prit la direction de sa salle commune, comme si de rien n'était.

FIN.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

MORTICIA & LOUISA ★ Aurions-nous un point commun?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» MORTICIA & LOUISA ★ Aurions-nous un point commun?
» STEVE & LOUISA ★ Aucun service n'est gratuit
» HELENA & LOUISA ★ Esprit, es-tu là?
» Monina [Scribe]
» Alexandre & Hitler
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
T.rouble O.r M.isery (or both) ::  :: 
Rez-de-chaussée et étages
 :: Deuxième étage :: Le couloir de l'aile droite.
-