AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Le passé ne s'efface jamais totalement [PV Kieran][- 16 ans]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Poupée capricieuse et explosive
avatar
▌ Messages : 586
Humeur :
22 / 10022 / 100

En couple avec : Tristan Mayfair

QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois de houx contenant un cheveu de Vélane et mesure 34,5 cm
Camp: Mal
Avatar: Natalia Vodianova

Message#Sujet: Le passé ne s'efface jamais totalement [PV Kieran][- 16 ans]   Lun 23 Sep - 21:59

 
Le passé ne s'efface jamais totalement




La matinée avait été bien rude et les audiences ou réquisitions s'étaient enchaînées sans que, à un seul moment, la brillante avocate n'ait seulement eu le temps de respirer un peu. En temps ordinaire cela ne la gênait pas le moins du monde. Bien au contraire même. Elle appréciait ces heures où elle laissait le travail l'accaparer, la plonger dans des océans de problèmes qu'elle s'amusait à dénouer avec maestria. Oui, Nemesis aimait son métier et les énigmes complexes que son intelligence se devait alors d'explorer afin de mieux les résoudre. Mais, ce matin là, tout cela lui semblait fade, insipide et comme complètement dénué de sens ! Et, bien que ses clients n'aient pas manqué de la féliciter et le remercier pour ses bons et loyaux services elle n'en avait pas retiré la moindre satisfaction ! Pire, elle avait éprouvé un agacement tel qu'elle avait préféré prendre congé avant que ses propos ne dépassent, non pas ses pensées car ils en auraient été les plus parfaits reflets, mais cette bienséance et cette hypocrite politesse dont elle refusait de jamais se défaire ! Elle avait demandé à son assistante d'annuler ou de reporter tous ces vendez-vous et même, d'annuler son déjeuner avec son fiancé prévu pour...précisément maintenant en fait. A ce moment précis le pauvre Tristan devait certainement l'attendre et se demander ce qu'il avait bien pu faire pour mériter d'être ainsi délaissé...

Ce qu'il avait fait ? Absolument rien. Il existait et cela suffisait, aujourd'hui, à la mettre de fort méchante humeur ! Tristan... Depuis le jour où ils s'étaient rencontrés par l'entremise de Gwendall, tout était allé si vite ! Quand elle se laissait aller à y songer Nemesis sentait comme une pointe d'amertume patinée de colère monter en elle. Oh bien sûr Tristan était un homme délicieux et dont nombre de femmes seraient aisément tombées amoureuses. Beaucoup mais pas elle... Nemesis avait le coeur brisé et elle ne souhaitait absolument pas laisser un autre homme le lui piétiner de nouveau ! Mais Tristant avait su se montrer patient... Tellement patient même. Il l'avait courtisée, prenant son temps et laissant à la jeune femme le temps de se faire apprivoiser. De guère lasse et car nul autre espoir ne lui était offert, elle s'était laissée faire. Tristan était l'un des plus beaux partis du pays. Sa famille se réjouissait de voir leur fille chérie l'épouser. Et, surtout, Gwendall aimait Tristan comme un frère ! Ce qui n'était jamais arrivé. Ou plutôt pas depuis... Pas depuis Kieran... Ca y était. Elle l'avait dit. Pas seulement pensé mais bel et bien prononcé à voix haute comme elle le réalisa à ces regards que lui lançaient les gens aux alentours. Hâtant le pas et haussant les épaules, elle poursuivit son chemin. Pourquoi penser à lui ? Pourquoi s'infligeait-elle pareille souffrance après toutes ces années ? Tout ce temps passé à se demander ce qu'il avait bien pu se passer. Ce qu'elle avait bien pu faire pour mériter d'être ainsi abandonnée au pied de l'autel ou presque... Kieran, cet homme qu'elle aimait sincèrement et si passionnément, l'avait abandonnée, rejetée... Une larme coula avant qu'elle ne l'essuie d'un geste rageur ! Il n'était qu'un souvenir ! Une ombre qui planait dans son esprit plus souvent qu'elle ne l'aurait souhaité mais une ombre quand même ! Une ombre qui lui était apparue tellement réelle et tangible la veille, au Magenmagot, où elle avait cru l'apercevoir dans le prétoire. Kieran...

- Pardonnez-moi  ! Je suis désolée je ne vous avais pas... vu...


Perdue dans ses pensées la jeune et brillante avocate venait de percuter un passant. Prête à s'excuser elle ravala ses belles paroles au moment même où elle découvrit les traits de sa victime. Ce visage... Ce regard. Si c'était une hallucination celle-ci semblait terriblement réelle. Et cela n'avait pas vraiment non plus l'air d'une ombre. Incapable de réagir pendant quelques secondes elle ne put cependant réprimer sa pulsion. La gifle tomba, cinglante. Puis, la voix rendue tremblante par une émotion qu'elle ne pouvait dissimuler, elle chercha à passer outre le jeune homme.

- Cela ne te suffisait pas d'avoir brisé ma vie il y a des années Kieran ? Il a fallu que tu reviennes me torturer dans mon travail ? Laisses-moi passer ! Je doute que nous ayons quoique ce soit à nous dire ! Oh quoique si... Mes amitiés à ta femme ! J'espère au moins qu'elle en vaut la peine ! Quitte à avoir été humiliée j'aime autant me dire que ce le fut pour la meilleure des rivales !




Dernière édition par Nemesis E.Colloway le Mar 12 Nov - 7:56, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://s-eve-n.forumactif.org/
SORCIER
avatar
▌ Messages : 90
Humeur :
50 / 10050 / 100


Message#Sujet: Re: Le passé ne s'efface jamais totalement [PV Kieran][- 16 ans]   Jeu 26 Sep - 1:26

    Depuis qu'il l'avait revu au cours de cette misérable audience (dont il avait complètement oublié, le sujet), Kieran n'était plus vraiment lui-même. Nemesis... Leur histoire était supposé être loin derrière eux, elle lui avait brisé le coeur, elle avait trahi les sentiments profonds qu'il avait eu pour elle, il n'était supposé ressentir que de la rancoeur à son égard, il était supposé ne pas vouloir à ce point la revoir. Des suppositions, rien d'autre que des suppositions ! Dans la théorie, c'était beau, mais aussi et surtout, c'était simple. Dans les faits, c'était bien plus complexe et bordélique que ça. Il ne lui avait pas fallu une fraction de seconde pour la reconnaître, et moins encore pour sentir son coeur battre exactement comme autrefois. Il lui avait fallu un temps misérable pour avoir envie de la revoir et de lui parler. Tout comme il savait que ce serait complètement stupide et ne servirait à rien. En gros, il lui avait fallu un temps minime pour retrouver tous ces sentiments qu'ils avait essayé de refouler du mieux qu'il pouvait, il les sentait même être devenus plus forts, plus intenses. Nemesis était devenue une femme vraiment magnifique. Bien sûr, avant, elle était déjà belle mais... Bref. Que les sentiments enfouis puissent si facilement revenir à la surface était tout simplement... absurde. Ça faisait du bien. Ça faisait du mal. Kieran se sentait perdu. Et ce n'était pas supposé aller en s'améliorant.

    il le comprit en sentant son coeur s'emballer beaucoup trop en croisant une nouvelle fois son regard, en entendant sa voix pour la première fois depuis une trop longue éternité. Il l'aurait presque savouré si cette gifle qu'il venait de recevoir en plein visage ne l'avait pas un peu refroidi. Il se frotta machinalement la joue, son regard s'était durci. De quel droit ? De quel droit elle lui faisait ça ? Des deux, ce n'était pas lui qui l'avait laissé pour quelqu'un d'autre, avait rompu ses fiançailles pour lui préférer un autre homme ! Pourquoi cette amertume ? Pourquoi un ton à ce point désagréable ? Et c'était quoi, ce discours ? C'était comme si elle inversait les rôles. Sa... femme ? De quoi parlait-elle ? Elle délirait ou bien ? Kieran ne comprenait pas. Ou plutôt, il craignait de comprendre.

    "Ce n'est pas ainsi que j'imaginais nos retrouvailles."
    dit-il d'un ton désagréable. "Enfin, en même temps, quelles raisons avais-je d'imaginer nos retrouvailles alors que de toute évidence, tu n'avais jamais eu l'intention de me revoir, ou de m'apprendre en face que tu m'avais laissé pour un autre." Dans un rictus, il ajouta : "...et c'est toi qui oses me parler de rivale ! Si on t'as dit que j'étais marié, alors on t'as mal informé."

    Mais est-ce qu'il s'agissait juste de ça ? C'est sûr, c'était même très probable, Kieran s'avançait peut-être. Et peut-être aussi qu'il ne voyait dans la situation que ce qu'il avait envie d'y voir, mais il lui semblait quand même que l'attitude de Nemesis n'était pas celle d'une femme qui avait renoncé à lui pour épouser un autre homme. Quelque chose lui échappait comme elle avait échappé à Nemesis. C'était très désagréable, ce sentiment, ce sentiment de subir plutôt que d'agir. Et c'était bien ce qui se passait, Kieran subissait complètement une situation qu'il n'était pas sûr de vraiment saisir, tout comme il ne savait trop si elle la rendait... heureux. Ou simplement amer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Poupée capricieuse et explosive
avatar
▌ Messages : 586
Humeur :
22 / 10022 / 100

En couple avec : Tristan Mayfair

QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois de houx contenant un cheveu de Vélane et mesure 34,5 cm
Camp: Mal
Avatar: Natalia Vodianova

Message#Sujet: Re: Le passé ne s'efface jamais totalement [PV Kieran][- 16 ans]   Jeu 26 Sep - 4:05

 
Le passé ne s'efface jamais totalement




Les mots avaient toujours été les meilleurs amis de l'impétueuse demoiselle. Depuis sa plus tendre enfance elle avait appris à les apprivoiser, à en saisir les moindres nuances pour mieux en user ensuite. Puis le temps avait passé et les livres étaient entrés dans son univers. Nemesis les avait dévorés, les uns après les autres, s'imprégnant de la force et de la puissance de chacun des mots. Elle s'exprimait déjà avec une aisance tellement déconcertante que même ses parents et ses professeurs en avaient été bluffés ! Mais ce ne fut que pendant ses études de droit qu'elle acquit la science nécessaire pour qui voulait faire du mot même le plus innocent la plus létale des armes. Et, aujourd'hui encore c'était son sens suraiguë de la réthorique qui lui avait permis de se hisser à une place que peu de femmes pouvaient espérer atteindre un jour ! Oui, les mots étaient ses armes préférées et elle n'hésitait jamais à les utiliser. Et elle venait encore de le faire même si, cette fois, les choses lui paraissaient radicalement différentes. Cette fois elle avait blessé l'être qu'elle avait longtemps considéré comme le seul homme de sa vie... L'homme qu'elle avait giflé sans le moindre ménagement mais qu'elle regardait maintenant avec une tendresse et un amour infini.

Car il y avait une chose, une seule au monde, qui put effrayer la si brillante avocate. Les émotions. Ces sentiments qui jaillissaient sans même qu'elle sut pourquoi ni comment et que, malgré tous ses efforts elle ne pouvait ni endiguer ni encore moins contrer. Et au moment où Kieran prit la parole pour lui répondre elle comprit. Nemesis comprit pourquoi pendant ces huit si longues dernières années elle avait pu continuer à vivre et à avancer dans une vie qui ne lui apportait pourtant que l'illusion d 'un bonheur. Pendant tout ce temps où elle avait si stupidement pensé vivre elle n'avait, en réalité, fait que survivre. Elle se pensait vivante ? Elle n'était qu'une ombre. Une entité dénué de conscience et d'âme. Une machine dont le rouage essentiel, le coeur lui avait été ôté le jour où, et cela elle le comprenait aussi, on l'avait dupée. Elle avait toujours pensé que Kieran était le seul fautif, qu'il était le seul responsable de ce malheur qui avait presque failli l'anéantir. Mais, aux mots du jeune homme, elle sut qu'il n'en était rien. Tous les deux avaient été les jouets de traîtres et de fourbes ! On leur avait menti ! On leur avait sciemment brisé le coeur et coupé les ailes pour mieux les séparer.... Nemesis sentait des larmes lui monter aux yeux. Des larmes de tristesse ou de colère elle n'aurait su le dire. Mais, pour la première fois depuis des années, la jeune femme se sentait en vie. Terriblement en vie même. Et cela lui faisait un mal de chien !

- Que... Je ne... Je ne comprends pas ! Qu'insinues-tu ?
mais la réponse à sa question la demoiselle la connaissait. Elle voulut se détourner pour lui cacher son trouble mais en fut incapable. Son regard rivé à celui de cet homme qui faisait toujours battre son coeur elle murmura d'une voix tremblante Ils m'ont menti... Mes parents et Gwendall m'ont menti...Ils m'ont dit que tu rompais nos fiançailles pour en épouser une autre. Je... J'ai refusé de les croire mais comme tu ne répondais à aucun de mes hiboux... Deux semaines plus tard ils m'envoyaient en France...

Elle se tut, plus même capable de prononcer le moindre mot. N'ayant pas l'envie d'en prononcer un autre d'ailleurs. Elle leva ses yeux mouillés vers lui. Par Merlin ! Kieran... Il était encore plus beau que dans ses souvenirs... Il était déjà un homme quand ils s'étaient juré de s'aimer toute leur vie mais, aujourd'hui, il avait muri. Son visage possédait une aura sombre et torturée qui ne lui donnait que plus de charme encore. Oh Kieran... Nemesis se trouvait incroyablement dépourvue. Les mots ne lui étaient plus d'aucune utilité et les émotions la submergeaient de la plus douloureuses des façons. Et là, pour un instant, un instant seulement, elle aurait aimé pouvoir tout effacer. Cette duperie qu'elle ne pardonnerait jamais, ce qui en avait immanquablement découlé... Nemesis aurait tout donné, absolument tout, pour pouvoir remonter le temps et réécrire l'histoire. Leur histoire... Sa main se tendit vers cette joue qu'elle avait quelques instants auparavant heurtée. Nemesis trembla quand elle la caressa. Sans même s'en apercevoir elle s'était rapproché. Un pas. Puis un autre. Elle se tenait maintenant si près de lui qu'elle pouvait sentir sa chaleur. Proche, si proche même... Et le parfum de cette peau qui l'avait rendue folle... Qui la rendait encore folle... Kieran... Sa main toujours sur la joue du jeune homme elle sourit, de cette façon qu'elle avait de ne sourire qu'à lui.

- Kieran... Je suis désolée. Tellement désolée...
dit-elle ne sachant pas elle-même si elle parlait de la gifle ou du reste. Il était là, proche, si proche d'elle. Et si tout n'était pas perdu ? Et s'ils tenaient là uen chance unique de repartir de zéro ? Ils étaient libres, non ? Son sourire se fana subitement. Non, elle n'était pas libre. Tristan... Sa main se retira tandis qu'elle se détournait J'ai été manipulée... Toutes ces années il s'est joué de moi ! Me consolant en me disant à quel point tu avais été lâche ! Si j'avais été moins naïve et moins aveugle... Si je n'avais pas bu chacune de ses paroles alors ... Alors peut-être serais-je sur le point d'épouser le seul homme que j'ai jamais aimé et non l'homme que mon si cher frère à choisi pour le remplacer...Je ne me suis jamais mariée Kieran... Mais je devais l'être d'ici quelques mois... Maintenant... Je... Je ne sais plus...Ou plutôt si mais cela est fou... Je le dois, je n'ai pas le choix ! Je n'ai plus le choix n'en ait même jamais eu aucun... Mais... dit-elle en lui faisant de nouveau face son visage baigné de larmes Je ne veux plus me marier.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://s-eve-n.forumactif.org/
SORCIER
avatar
▌ Messages : 90
Humeur :
50 / 10050 / 100


Message#Sujet: Re: Le passé ne s'efface jamais totalement [PV Kieran][- 16 ans]   Mar 1 Oct - 0:39

C'était le genre de quiproquos qu'on ne découvrait généralement que dans les livres ou les pièces de théâtre, et auxquels personne ne croyait vraiment. Si bien que Kieran lui aussi mit un certain temps à y croire, et donc à comprendre ce qui se passait réellement. Nemesis comprit avant lui qu'ils avaient été manipulés. Lui, il n'avait pas imaginé une seule seconde qu'une telle supposition puisse être vrai. Après tout, pourquoi est-ce qu'on leur aurait seulement fait ça ? Pourquoi aurait-on fait croire à l'un que l'autre filait le parfait amour dans un mariage qui n'avait, en fait, jamais existé ? Ça n'avait pas de sens ! Ce n'était pas comme si leurs relations avait un jour été désapprouvée dans une famille ou dans une autre. Au contraire, ils avaient été si longtemps convaincus qu'ils s'épouseraient, en partie parce qu'ils étaient influencés par l'opinion de leurs parents respectifs. Que s'était-il donc passé ? Kieran avait cru qu'en son absence, alors qu'il était parti faire ses études, elle avait trouvé mieux que lui. Maintenant, il devait bien admettre qu'il se trompait. La réaction de Nemesis était sans équivoques, elle ne lui mentait pas. Et d'ailleurs, elle n'aurait eu aucun intérêt à mentir, si ce n'était pour le tourmenter, et il ne voulait pas croire qu'elle puisse être aussi cruelle. Même s'ils ne s'étaient pas vu et surtout parlé depuis une éternité, il la connaissait encore trop bien pour croire le contraire. Ces larmes, ces larmes qu'ils ne voulaient plus jamais voir couler sur son visage, ne mentaient pas.

Kieran sentit les espoirs les plus fous l'envahir quand la main de celle qu'il avait aimé comme un damné s'était posée sur sa joue. Ça faisait des années, il avait presque eu l'illusion d'avoir réussi à l'oublier, mais alors qu'elle se tenait si près de lui, tout ça volait complètement en éclat, comme si ces années passées loin d'elle n'avaient jamais existé, comme si ils étaient encore ces amoureux un peu naïfs qui, pas devant Dieu d'accord, mais en présence l'un de l'autre s'étaient jurés fidélité. C'était peut-être un peu insensé. Depuis le temps, ils avaient forcément changé, et l'émoi de leurs retrouvailles laisserait peut-être place à une amère déception, mais il n'y pensait pas du tout, à l'heure actuelle, il se disait juste qu'il leur était possible, qui sait, de reprendre là où ils s'étaient arrêtés.

Mais non, c'était une pensée stupide, elle le lui fit durement comprendre en lui apprenant que si elle n'était pas encore mariée, elle était tout de même fiancé. Gwendall... Il le tuerait ! Oh oui, vraiment, il le tuerait !
Il ne pouvait plus abandonner ou renoncer à elle. Ça avait déjà été dur la première fois, mais là... C'était évident qu'après l'avoir retrouvé, il n'avait pas du tout l'intention de la laisser lui échapper à nouveau. Elle ne voulait pas se marier ? Alors qu'elle ne se marie pas ! Qu'elle soit sienne ! Tant pis pour ce... Tristan. Et tant pis si c'était fou et égoïste.


"Alors ne te marie pas".
lui dit-il en essuyant ses larmes du bout des doigts. "Il n'est pas trop tard."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Poupée capricieuse et explosive
avatar
▌ Messages : 586
Humeur :
22 / 10022 / 100

En couple avec : Tristan Mayfair

QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois de houx contenant un cheveu de Vélane et mesure 34,5 cm
Camp: Mal
Avatar: Natalia Vodianova

Message#Sujet: Re: Le passé ne s'efface jamais totalement [PV Kieran][- 16 ans]   Mar 1 Oct - 10:26

 
Le passé ne s'efface jamais totalement




Un poète Moldu avait un jour écrit "Ô Temps suspends ton vol, et vous heures propices, suspendez votre cours : Laissez nous savourez les rapides délices de nos plus beaux jours"... Ces vers étudiés dans son enfance lui revenaient soudainement. Et il n'y avait rien que la jeune femme sur le point de se perdre ne désira plus que cela... Empêcher la Clepsydre de faire son office, retenir ces minutes et secondes qui déjà leur échappaient... Oh oui ! Que Chronos entende sa prière et retienne sa course ! Qu'il prenne sous son aile bienveillante ce couple que la vie voulait unir mais que des êtres si bien intentionnés avaient séparés... Que les erreurs du passées, sans être jamais pardonnées, puissent en ce moment s'effacer... La souffrance... Cette douleur tellement intense qu'elle avait éprouvée lorsqu'elle avait été éloignée de ce fiancé qu'elle aimait ! Toutes ces questions qu'elle s'était posées sans que jamais personne ne daigne lui réponde... Ou si mal. Kieran l'avait abandonnée pour une autre mais qu'attendre de plus de la part d'un homme qui n'avait pas même eu la décence de leur avouer l'impureté de son sang ? Telle fut la seule réponse qu'elle avait jamais obtenue. La seule qu'elle ait eue pour compagne ces huit dernières années... Celle qu'on lui avait martelée pour l'amener à haïr puis à oublier celui que sa famille jugeait indigne... Et Nemesis rougissait, pleurait de s'être aussi facilement laissée abuser. Sans ces improbables et inespérées retrouvailles, alors elle n'aurait jamais rien su ! Sans ces retrouvailles alors elle aurait épousé Tristan sans se poser la plus petit question. Peut-être même aurait-elle pu connaître le bonheur avec ce fiancé si parfait, lui... Mais, maintenant...

Ses yeux se perdaient dans ces autres si semblables. Ces océans qui lui avaient tellement manqué sans que, jamais, elle n'ose se l'avouer. Cette bouche, si proche de la sienne maintenant... Ces lèvres qui avaient été les premières à lui offrir un baiser. Les premières aussi à explorer les courbes de son corps jusqu'à faire naître en elle les plus indécents des gémissements... Si Nemesis avait pu se leurrer toutes ces années, se persuadant presque que tout cela n'avait jamais été qu'un bien beau rêve elle ne pouvait plus aujourd'hui. Kieran n'avait rien d'un fantôme ni même d'une illusion ! Il était vivant ! Et si terriblement séduisant aussi... Encore même plus qu'il ne l'était jadis. La jeune femme abaissa un moment son visage de poupée, ne pouvant plus soutenir cette vision qui la ravissait autant que l'effrayait. Elle ne pouvait rester ! Elle devait s'en aller, fuir tant qu'elle le pouvait encore ! Ce qu'ils avaient bien pu éprouver et vivre ensemble... Tous ces rêves qu'ils avaient caressé de vivre ensemble... Tout cet amour entre deux adolescents candides... Plus rien de tout cela n'existait ! Kieran et elle avaient grandi, s'étaient forgés grâce à ces meurtrissures qu'on leur avait infligées de façon cruelle. Ils ne pouvaient pas être les mêmes cela était insensé ! Ils ne pouvaient plus s'aimer... N'est-ce pas ?

- Nous ne sommes plus des enfants innocents et qui ont la vie toute entière devant eux... Nous avons finalement été contraints de devenir ces adultes que nous redoutions de devenir... Les enfants que nous étions s'aimaient... Ils en étaient libres... Je doute que les adultes que nous sommes aujourd'hui aient la même latitude. Nous le savons tous les deux Kieran. Il est trop tard...


La voix de Nemesis s'était élevée alors que sa peau s'embrasait sous le contact de ses doigts effleurant si simplement sa joue. Puis son visage s'était levée et son regard s'était de nouveau uni à celui dont, elle pouvait bien dire ou faire ce qu'elle voulait, la jeune femme savait qu'il continuerait de la hanter où qu'elle aille dorénavant. Si l'on oublie jamais un premier amour que faire quand celui-ci, tel un phénix, menace si bien de renaître de ses cendres ? Pourrait-elle seulement faire ce qu'elle voulait en ce moment même ? Et, d'ailleurs, que voulait-elle ? Le savait-elle seulement... Non, Nemesis ne le savait pas. Ou tremblait de le savoir. Elle avait une vie dont la majorité des femmes rêveraient. Dans une époque encore machiste elle s'était hissée au plus hautes places du Magenmagot et elle pouvait en être fière. Belle, intelligente et riche... Elle était promise à un politicien en vue auquel tout le monde prédisait le plus merveilleux des avenirs. Et Tristan l'aimait. Follement, passionnément. Que souhaiter de plus quand on avait déjà tout et même plus ? Nemesis frissonna quand elle trouva elle-même la solution à sa question. Elle ne désirait qu'une chose. Celle que la société et sa famille lui reniaient. Celle qui causerait sans nuls doutes sa perte si jamais elle l'obtenait. Mais une chose qu'elle voulait plus que tout. Aujourd'hui encore plus qu'hier... C'était lui qu'elle voulait. Kieran O'Connell. Elle le désirait qui qu'il puisse bien être, quelque fut son sang ou sa richesse... Nemesis ne désirait que cela : lui.

- Si je ne me marie pas alors je perdrais tout. Mon poste au Magenmagot, mes associés et amis... La société me mettra au ban et ma famille me reniera. Je ne serai plus rien ! Personne... Pourrais-tu aimer une telle paria Kieran ?
murmura-t-elle dans un souffle et en brisant l'ultime frontière qui séparait encore leurs corps. Laissant ses courbes épouser celles du jeune avocat, faisant ce pas de trop qui la condamnait déjà, Nemesis l'embrassa. Langoureusement, passionnément, longuement. Instant magique et presque irréel qu'elle ne brisa qu'à regret et pour mieux demander Un jour j'ai promis d'être tienne à jamais, t'en souviens-tu ? A cette époque nous n'avions pas besoin de prêtre ou de témoins pour faire ce qui, à nos yeux, était le plus sacré et solennel des serments... Puis les mensonges nous ont séparés, éloignés... Tu prétends qu'il n'est pas trop tard ? posant une main sur le torse de l'homme et l'autre sur sa joue elle murmura les joues rosies Juste toi et moi cette fois. Personne pour mentir ou tricher... Dis-moi ce que tu veux Kieran et je le ferai. Demandes-moi de partir et de t'oublier et, bien que j'en aurais de nouveau le coeur brisé, je respecterai ton choix... Ou... retiens moi et, cette fois, ne laisses plus jamais personne nous séparer... Choisis Kieran... Choisis.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://s-eve-n.forumactif.org/
SORCIER
avatar
▌ Messages : 90
Humeur :
50 / 10050 / 100


Message#Sujet: Re: Le passé ne s'efface jamais totalement [PV Kieran][- 16 ans]   Ven 4 Oct - 1:37

C'est vrai, Kieran avait parlé un peu vite, lorsqu'il avait si promptement déclaré à Nemesis qu'elle pouvait tout abandonner, que c'était simple, qu'il suffisait qu'elle choisisse de ne pas se marier pour qu'ils puissent reprendre où ils s'étaient arrêtés, comme si de rien n'était... mais non, les choses étaient beaucoup plus complexes que ça, et ce fut elle qui, en première, le ramena à une réalité qui ne lui plaisait pas du tout, vraiment pas du tout. Il n'était pas un rêveur dans l'âme, mais par moments, vivre dans un rêve était tellement plus simple et plus agréable. Confortable aussi. Mais à un moment donné, il fallait bien que le quotidien vous rattrape, et avec lui, tout ce fichu bordel qui faisait partie de la vie, mais une vie que Kieran n'avait pas du tout envie de vivre, puisqu'elle semblait le condamner à ne pas pouvoir être avec celle qui désirait vraiment, plus que n'importe qui d'autres au monde. Et pourtant, les obstacles étaient si nombreux. Pas tant de son côté, en fait (il n'était ni marié, ni fiancé, sa situation était stable, personne dans son entourage n'aurait trouvait que c'était se compromettre pour lui que d'épouser Nemesis) que du sien. Elle, sa réputation était en jeu, ainsi que sa famille, cette famille qui s'était joué de leurs deux coeurs pour les empêcher d'être heureux. Elle risquait de tout perdre, c'est vrai. Mais à la question "l'aimerait-il toujours si elle n'était plus qu'une moins que rien", la réponse était toujours et définitivement oui. S'il ne lui avait fallu qu'un regard et quelques paroles échangées pour retrouver toute l'intensité de sentiments qu'il croyait enfouis et enterrés, alors rien ne saurait lui faire cesser d'aimer la jeune femme qu'il avait en face de lui. Il voulut le lui dire en quelques mots, mais à ce moment là, elle prit les devants et leurs lèvres se joignirent. Un baiser intense et chargé d'électricité. Bordel, après ça, il était juste impossible qu'il la laisse lui échapper.

Le discours de Nemesis était contradictoire, mais délicieusement contradictoire. Elle lui apprenait ne pouvoir tout abandonner pour lui, et l'instant d'après, le supplier presque de lui demander de l'enlever à cette vie qui ne devait pas complètement la satisfaire, qui ne devait pas la satisfaire du tout, même. Il déposa un nouveau baiser sur ses lèvres avant de lui répondre.


"Je ne renoncerai plus jamais à toi, plus maintenant, c'est impossible. Mais..."
Parce que oui, il y avait un "mais", il y en avait forcément un. "Je refuse que tu mettes ta vie en jeu pour moi alors qu'on se retrouve à peine. on a beaucoup de choses à rattraper, tous les deux, tu ne crois pas qu'on devrait aller ailleurs... prendre le temps d'en parler posément ?"

Il n'en revenait pas d'être aussi raisonnable lui-même, surtout que chaque parcelle de son être lui hurlait de ne pas être raisonnable, de l'enlever immédiatement sur son fier destrier et de vivre immédiatement cette passion brûlante sans songer aux conséquences.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Poupée capricieuse et explosive
avatar
▌ Messages : 586
Humeur :
22 / 10022 / 100

En couple avec : Tristan Mayfair

QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois de houx contenant un cheveu de Vélane et mesure 34,5 cm
Camp: Mal
Avatar: Natalia Vodianova

Message#Sujet: Re: Le passé ne s'efface jamais totalement [PV Kieran][- 16 ans]   Ven 4 Oct - 16:41

 
Le passé ne s'efface jamais totalement




Si elle avait eu encore une seule once de raison en elle, Nemesis savait que celle-ci avait du voler en éclats au moment même où ses lèvres avaient su trouver celles de Kieran. Elle l'avait embrassé... Avec fougue et passion, timidité et respect... Elle lui avait offert ses lèvres mais, en réalité, c'était bien plus que cela. Bien pire aussi. Aucun baiser n'était jamais réellement innocent. Et si ce deuxième que les amants d'hier partageaient de nouveau n'avait rien de chaste, il possédait une magie sulfureuse qui faisait perdre tous sens commun à la poupée au visage d'ange. Ces baisers... Ils auraient pu n'être que cela justement. Des baisers que deux amoureux éconduits malgré eux s'offraient mais qu'ils oublieraient bien vite dès que la raison leur reviendrait. Mais de raison il n'était définitivement plus question. Du moins pas pour elle. Nemesis le savait : elle était en train de s'abandonner, de renoncer à tout ce qui avait jamais compté pour elle mais... Comment aurait-elle seulement pu faire autrement ? Elle l'avait toujours été, raisonnable. Ce fut sa raison qui lui fit accepter la rupture de ses fiançailles. Encore cette même fichue raison qui l'avait poussée à accepter la volonté de ses parents en s'éloignant de Londres. Et toujours au nom de cette satanée raison elle avait laissé Gwendall amener son ami Tristan jusque dans sa couche... La raison l'avait toujours guidée mais qu'en avait-elle retiré en fin de comptes ? Si peu pour ne pas dire rien ! Elle n'était qu'une jolie petite poupée polie et intelligente. Mais il avait fallu deux baisers pour que Nemesis se sente redevenir femme. Tellement femme même... Alors que la raison aille donc voir ailleurs si elle y était, elle ne l'écouterait plus jamais !

Alors que le jeune sorcier prenait la parole, elle se crut au paradis. Il ne la laisserait pas... Il ne renoncerait jamais à elle... Que ces mots étaient doux à son oreille ! Elle qui en avait presque oublié ce que c'était de rougir d'émotion se sentait doucement virer pivoine. Kieran... Nemesis n'avait pas su quoi penser en le voyant ainsi surgir devant elle quelques instants plus tôt. Il y avait eu la colère, la surprise et tant d'autres émotions aussi ... Elle qui avait tremblé qu'il ne la croit pas et la rejette durement... Mais il n'en avait rien fait et la jeune femme se prenait à espérer que, peut-être, il l'aimait encore. Tout comme... Tout comme elle aussi l'aimait encore. C'était dément et insensé ! C'était un rêve que la réalité finirait tôt ou tard par déchiqueter. Mais c'était ce qu'elle voulait. Ardemment. Peu lui importait bien ce que cela impliquerait demain ! Jamais plus elle ne laisserait qui que ce soit lui ravir cet homme que, par Merlin , elle désirait plus que tout au monde ! Elle allait le lui déclarer lorsque les mots qu'il prononça alors la stoppèrent dans son élan. Comme s'il lui avait administré la plus cinglante et méprisante des claques, elle se recula. Ses yeux grands ouverts le regardaient semblant ne pas comprendre ce que ces paroles signifiaient. Le doute... Etait-ce bien cela qu'elle sentait percer dans sa voix. Nemesis, toujours aussi susceptible et bien trop fière reculait déjà. Elle qui était déjà prête à renoncer à sa raison pour lui devait affronter la sienne ? Kieran lui demandait de parler de cela posément ? Elle lui avait ouvert de nouveau les portes de son coeur et de sa vie... Elle lui avait confessé être prête à renoncer à tout ce qu'elle avait jamais possédé pour lui... Et il voulait parler ? Elle était blessée et... déçue. Depuis quand était-il devenu aussi raisonnable ? Peut-être s'était-elle trompée... Peut-être avait-elle tort de vouloir ainsi sacrifier sa sécurité pour un bonheur qu'il semblait hésiter à saisir.

- Posément ? Tu veux que nous parlions posément ? Est-ce là tout ce que tu trouves à me proposer ?
dit-elle d'une voix tremblante de déception et de triste colère. Faisant un pas de plus en arrière elle ajouta Je pensais que tu... Je voulais nous offrir une chance d'oublier un passé qui nous a été volé pour mieux penser au futur et toi... Kieran...Je... Je t'ai...

- Nemesis ! Quelle heureuse rencontre !
l'interrompit une voix familière.

- Mrs... Mayfair ? Que...


Là c'était le pompom ! Nemesis devint blême tandis que, sans même s'en rendre compte, sa main était venue chercher celle de son amour de toujours. Devant eux, un sourire sibyllin sur les lèvres se tenait ni plus ni moins que la tante de Tristan. Quand le Destin décide de brouiller les cartes il n'y allait pas de main morte ! La femme sourit tout en venant déposer une bise amicale sur la joue de la jeune femme. Puis, jetant un regard à l'homme qui l'accompagnait elle sourit. Amélia Mayfair était une femme délicieuse mais quelque peu mise au ban de sa propre famille pour cause de moeurs un peu trop dissolues pour l'époque. Nemesis l'avait toujours appréciée pour son indépendance et sa force de caractère mais, en l'instant présent, elle ne savait trop quoi en penser. Elle avait le choix, mentir ou dire une vérité qui finirait certainement par revenir aux oreilles de son fiancé. Comme si elle l'avait devancée, la femme rit tout en les regardant Kieran et elle.

- Détendez-vous ma chère ! Vous n'êtes pas la seule à être Legilimens ici
murmura-t-elle doucement avant d'adresser un clin d'oeil entendue à la jeune femme qui en rougit plus encore mais n'en lâcha pas pour autant la main de son compagnon Vous savez l'affection que je porte à mon neveu... Et je sais à quel point il est impatient de vous épouser. Sans vous offenser jeune homme bien sur dit-elle cette fois à l'attention du sorcier. Puis, revenant à Nemesis Mais je préfère le savoir malheureux un temps que de le voir trompé et humilié. Vous me comprenez je suppose Nemesis ? glissant de nouveau son regard vers le rival de son neveu elle dit innocemment En amour la raison n'a jamais eu sa place mon cher... Lorsque la raison prend le dessus c'est que le coeur est sec. Nemesis doit parfaitement me suivre je pense... puis embrassant les deux jeunes gens stupéfaits, elle se détourna Quoique vous ayez comme intentions je vous conseille d'aller en discuter ailleurs les amoureux... On pourrait vous voir ou même simplement vous entendre. Et j'en connais qui seront moins discrets que moi... Au fait Nemesis : nous nous voyons la semaine prochaine lors de cette soirée que mon neveu et vous organisez ! Si bien sur vous décidez de vous y montrer ! Oh j'oubliais ! Evitez les salons du Savoy ! Ils sont superbes mais je doute que vous ayez envie de tomber nez à nez avec mon adorable neveu !

Puis elle s'en alla comme elle était venue. Nemesis était stupéfaite. La scène qui venait de se produire était des plus surréalistes mais elle avait au moins eu l'avantage de lui ouvrir les yeux. Nemesis savait ce qu'elle voulait à présent. Et cela n'avait pas changé : elle le voulait lui. Posant sur lui un regard empli de douceur elle lui murmura simplement

- Emmènes-moi chez toi Kieran... Si tu veux rattraper le temps perdu alors soit. Mais pour ce qui est d'en parler posément... Là, je ne te promets rien.
dit-elle avec une malice gourmande dans les yeux qui en disaient long sur ses intentions.

Kieran lui avait dit ne pas vouloir renoncer à elle. Plus jamais. Et c'était tout ce qui importait à Nemesis. Le reste ? Elle s'en contrefoutait !  

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://s-eve-n.forumactif.org/
SORCIER
avatar
▌ Messages : 90
Humeur :
50 / 10050 / 100


Message#Sujet: Re: Le passé ne s'efface jamais totalement [PV Kieran][- 16 ans]   Lun 14 Oct - 1:19

    Partagé entre des sentiments qu'il ne contrôlait de toute évidence plus du tout et l'envie de faire en sorte que la passion ne devienne pas une lubie, mais quelque chose qui puisse se construire sur l'avenir, Kieran avait un peu de mal à savoir quelle attitude adopter. S'il n'écoutait que son instinct, il se contenterait de la prendre dans ses bras, dans une étreinte qui durerait éternellement, et dans un baiser qui s'éterniseraient à tous jamais, leurs deux esprits seraient vides, infiniment vides, et leurs coeurs pleins. Mais dans la vie, rien ne fonctionne comme ça, et à chaque décision qu'il essayait de prendre pour garder Nemesis, la seule femme qu'il ait jamais aimé et aimerait jamais, il avait l'impression de s'y prendre au plus mal. Il le sentait dans l'attitude déçu qu'elle eut quand il parla de discuter de tout ça posément. Pourtant, s'il l'avait suggéré, c'était pour elle, et uniquement pour elle. Lui, il n'avait pas d'attaches, pas d'obligations, c'était elle qui avait tout à perdre, et il l'aimait trop pour accepter qu'elle lui en veuille de sacrifier pour lui ce qu'elle acceptait de sacrifier sur le moment. Il l'aimait, oui il l'aimait, il ne lui avait fallu que quelques secondes pour s'en souvenir et s'en convaincre, mais pouvait-il lui attribuer les sentiments qu'il ressentait lui-même ? Mince, l'amour le rendait cinglé, irrationnel, incapable de savoir. Il allait céder aux aveux de Nemesis quand une voix les interrompit.

    Cette bonne femme ne parla pas deux secondes que déjà, Kieran fut convaincu de la détester, et l'envie de lui mettre son poing dans la figure avait rapidement fait surface dans son esprit. Pour deux raisons : d'une, elle les interrompait au pire moment possible, et se mêlait de ce qui ne le regardait pas. De deux, elle portait le nom de Mayfair, ce nom que Nemesis devait logiquement porter un jour, et qu'il refusait qu'elle porte. Mais il devait reconnaître que, même si son intervention avait été vraiment étrange, au moins elle était plutôt encourageante, comme si elle leur donnait leur bénédiction pour ce qu'ils avaient été un peu réticents à faire. Kieran choisit d'oublier cette intrusion étrange pour se concentrer sur la seule qui l'intéressait vraiment. Qu'ils aillent chez lui, oui, et qu'ils restent seuls à seuls, il n'en désirait pas davantage.


    "D'accord, on y va."
    Dans un baiser, il la fit transplaner jusque chez lui, dans son appartement, toujours parfaitement nettoyé (heureusement) grâce aux soins d'une femme de ménage qui ses plus que corrects honoraires lui permettait de payer. "Fais comme chez toi." Si seulement ça pouvait être chez elle.

    Il alla leur chercher deux verres, qu'il remplit du vin de la meilleure cuvée qu'il trouva, il en tendit un à Nemesis. Il la regarda dans les yeux. Bordel, comment est-ce qu'il avait pu passer de ce regard ?


    "Alors ? À quoi tu veux qu'on trinque ?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Poupée capricieuse et explosive
avatar
▌ Messages : 586
Humeur :
22 / 10022 / 100

En couple avec : Tristan Mayfair

QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois de houx contenant un cheveu de Vélane et mesure 34,5 cm
Camp: Mal
Avatar: Natalia Vodianova

Message#Sujet: Re: Le passé ne s'efface jamais totalement [PV Kieran][- 16 ans]   Ven 18 Oct - 13:40

 
Le passé ne s'efface jamais totalement




Ses yeux étaient venus trouver celui qu'elle venait de retrouver et espérait déjà ne plus jamais perdre. Il lui avait tellement manqué ! Même si elle ne le réalisait que maintenant Nemesis comprenait enfin pourquoi elle avait toujours eu cette étrange impression qu'il lui manquait quelque chose dans sa vie pourtant idyllique. L'argent, la beauté, la réussite et même l'amour... Elle avait tout ce dont une personne pouvait rêver. Sans doutes même plus. Pourtant il y avait en elle comme un gouffre béant qu'elle s'était, pendant huit longues années, efforcée de combler. En se concentrant sur sa carrière, en se fiançant et en préparant des noces qu'elle rêvait maintenant d'annuler, en rejoignant ce groupe extrémiste où son frère avait si bien su la convaincre de le rejoindre. Mais tout cela était vain. Maintenant qu'elle découvrait l'intérieur de cet appartement où Kieran l'avait emmenée, elle savait. Rien n'avait pu combler ce gouffre parce qu'il n'y avait qu'un seul être qui le pouvait et le pourrait jamais. Celui qu'elle regardait à présent avec une timidité peu commune.

Ne trouvant, une fois de plus, pas les mots nécessaires pour exprimer au mieux tout ce flots d'émotions qui la submergeaient sans qu'elle ne cherche seulement à les endiguer, la jeune femme lui sourit avant d'accepter son invitation à évoluer dans ces lieux comme si elle eut été chez elle. Chez elle... Ces mots résonnaient douloureusement à ses oreilles. Si tout s'était passé comme elle le voulait alors ce lieu aurait pu être le leur. Et, aujourd'hui, ils seraient chez eux et non simplement chez lui. Fermant un instant les yeux, les lèvres frémissant et ses yeux refoulant des larmes qu'elle sentait trop bien lui monter, Nemesis se détourna du jeune homme. Elle était forte et refusait qu'il puisse la voir aussi troublée. Aussi perdue aussi... Avançant de cette démarche légère et dansante qui était la sienne elle partit à la découverte de cet appartement des plus charmants. Kieran avait du goût et cela se sentait dans l'agencement et la décoration des pièces. Tout semblait parfaitement en ordre. Un peu trop sans doutes même. Comme s'il ne s'agissait là que d'un lieu où il habitait en oubliant même d'y vivre vraiment. Alors qu'elle voyait une porte entrouverte, la jeune femme rougit, se demandant si c'était celle de sa chambre.

A cette pensée elle sentit le rose lui monter aux joues. Sa main se posait déjà sur la poignée quand elle renonça. Non, elle ne pouvait pas y aller. Elle ne voulait pas. Et si jamais elle y avait découvert les signes de l'existence d'une autre femme ? Elle soupira en baissant la tête. Kieran était devenu encore plus beau que celui dont elle était tombée follement amoureuse il y avait longtemps. Et il eut été étonnant qu'il n'ait eu personne dans sa vie. Non pas qu'elle soit jalouse, après tout n'avait-elle pas elle-même un fiancé qui, à l'heure actuelle, devait se languir de la voir ? Tristan... Toute à cette euphorie grisante de retrouvailles inespérées Nemesis en était venue à l'oublier. Complètement même... Ayant soudain froid elle enserra son buste menu de ses bras fins et s'en alla rejoindre le salon où son unique amour était en train de leur servir un verre de bon vin. Ne pouvant s'empêcher de le dévorer des yeux tandis qu'il s'approchait d'elle, Nemesis se mordilla la lèvre. Quand elle sentit leurs regards s'unir elle rougit, se sentant subitement intimidée. Instinctivement sa main alla se poser sur cette joue d'homme qu'elle caressa un moment avant de descendre le long de la nuque pour venir se placer sur cet emplacement où elle pouvait sentir son cœur battre. Levant son verre en un toast muet tout d'abord, elle le porta ensuite délicatement à ses lèvres avant de murmurer dans un sourire

- Au destin ? A un passé que l'on a volé et à un futur qui sera ce que nous, et personne d'autres je le jure devant Dieu, aurons décidé d'en faire ?
puis se détournant doucement, laissant son dos venir reposer contre le torse du jeune homme et sa tête doucement renversée contre son épaule, elle prit la main de libre du sorcier et la passa autour de sa taille. Ses yeux se perdaient dans ses paysages que la fenêtre devant eux leur dévoilait En fait non... Je veux juste boire à ce moment si précieux où nous pouvons enfin nous retrouver... J'ai cru mourir quand on m'a annoncé que nos noces étaient annulées et que tu en avais préféré une autre... J'ai cru mourir en défiant l'autorité de mes parents pour aller te voir chez les tiens et que ceux-ci m'ont proprement éconduite. Tu étais ma vie Kieran. se retournant pour lui faire face elle se glissa dans ses bras et levant vers lui son regard océan, lui volant un autre baiser, elle murmura Et tu l'es toujours. Je sais que bien des années sont passées et que nous avons tous les deux changés. Je sais aussi que je ferai souffrir quelqu'un et que je perdrai sans doutes tout mais... elle inspira profondément avant d'avouer, les yeux baissés, ce qu'elle n'avait pas eu le temps de dire dans la ruelle Je t'aime encore Kieran...

Les yeux de la jeune femme se relevèrent, accrochant les siens, semblant y chercher une réponse qu'elle tremblait d'entendre.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://s-eve-n.forumactif.org/
SORCIER
avatar
▌ Messages : 90
Humeur :
50 / 10050 / 100


Message#Sujet: Re: Le passé ne s'efface jamais totalement [PV Kieran][- 16 ans]   Mar 29 Oct - 0:17

Tant de sentiments se bousculaient chez Kieran à cet instant précis ! C'était à la fois fort, terrible, merveilleux, angoissant... Totalement contradictoire. Comment est-ce qu'il aurait seulement pu, la veille, imaginer que Nemesis, son amour d'enfance visiblement toujours violent et irréductible, qui l'avait reconquit en un regard après l'avoir hanté par son absence pendant des années, se retrouverait ici, chez lui, en ces lieux précis qui n'avaient jamais eu beaucoup d'attrait à ses yeux avant qu'elle n'y mette les pieds ? Elle était tellement belle. Il appréciait tant l'idée qu'elle puisse aimer à se trouver ici ! Il en venait même à s'imaginer qu'elle puisse y vivre pour de bon. Il savait bien qu'il pensait peut-être tout cela à tort, mais il voulait véritablement croire que quelque chose, entre eux, était possible. Que ce que leurs deux esprits pensaient à l'unisson n'était pas qu'un doux rêve auquel ils croyaient tant qu'ils étaient ensemble. Il y avait tant de promesses dans le regard de Nemesis, et tellement de beauté dans tous les mots qu'elle prononçait. Si elle n'était pas la première femme à fouler des pieds cet appartement, elle était la première qu'il voulait voir rester. Éternellement, si possible. Il l'avait retrouvé dans sa vie, il savait parfaitement quelle était la douleur de la perdre, il n'avait aucune envie de revivre ça. Surtout pas maintenant, là, alors qu'en le regardant dans les yeux, et même si c'était, au fond,  complètement fou, elle lui avouait l'aimer. Son cœur s'emballa comme lorsqu'il n'était que ce bête adolescent, déjà fou d'elle. Malgré tout le chemin parcouru, ses sentiments étaient bien la seule chose qui n'avait pas changé, et il n'aurait pas pu en être plus sûr qu'à ce moment précis, où elle venait de lui faire cette déclaration qu'il n'aurait pas espéré la veille. Il lui adressa un regard tendre, et un baiser qui l'était encore plus. C'était si agréable, de presser ses lèvres contre les siennes ! Et si difficile de s'en séparer.

“Je t'aime aussi.”


C'était très naturel, plutôt évident. Pourtant, deux adultes ne devraient peut-être pas se comporter si légèrement. Il y avait beaucoup d'interdits dans chacun de leurs baisers, et beaucoup d'obstacles qu'ils faisaient semblant de ne pas voir, juste pour se donner l'illusion de pouvoir être heureux toujours comme ils étaient heureux, là, maintenant. Aucune ombre au tableau, que du bonheur à l'état pur. Kieran en avait suffisamment vécu dans son existence pour savoir que ça ne durait jamais. Sauf que là, avec Nemesis entre ses bras, il se sentait si bien, qu'il finissait par croire à l'incroyable.


“Tu es sûre de toi, n'est-ce pas ?”
Il serra sa main vacante, celle qui ne tenait pas son verre, dans celle de Nemesis. Il la connaissait suffisamment bien, il savait qu'elle était quelqu'un d'entier, mais il avait encore du mal à croire à cette déferlante de sentiments. “Si tu es sûre de toi, on mettra tout en œuvre pour pouvoir être ensemble.” Il déposa leurs deux verres sur la table et la serra contre elle, lui soufflant à l'oreille : “je ne veux plus jamais être séparé de toi.”

Après l'aveu qu'elle lui avait fait, c'est sûr, il ne la laisserait plus jamais partir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Poupée capricieuse et explosive
avatar
▌ Messages : 586
Humeur :
22 / 10022 / 100

En couple avec : Tristan Mayfair

QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois de houx contenant un cheveu de Vélane et mesure 34,5 cm
Camp: Mal
Avatar: Natalia Vodianova

Message#Sujet: Re: Le passé ne s'efface jamais totalement [PV Kieran][- 16 ans]   Mar 29 Oct - 12:34

 
Le passé ne s'efface jamais totalement




Il n'avait fallu que quelques minutes, peut-être bien quelques heures à vrai dire... Le temps semblait s'être figé au moment même où leurs regards s'étaient croisés. La réalité semblait pareille à une peinture hideuse et grise dont la jeune femme amoureuse voyait la toile se disloquer en lambeaux. Si elle fermait les yeux alors Nemesis aurait presque pu jurer qu'elle se serait retrouvée huit ans en arrière. Oui, elle les revoyait, Gwendall, Kieran et elle. A cette époque bénie où ils ne faisaient qu'un. Les rires fusaient entre eux trois et dans ces regards qu'ils s'échangeaient il n'y avait que complicité, tendresse et amour. Un frisson vint mourir à son échine et une larme unique perla à son œil quand elle les revit, attablés à la table du salon de réception des Colloway, porter un toast à ces noces dont tous se réjouissaient alors. Gwendall était sincèrement heureux et le discours qu'il avait fait l'avait émue aux larmes. Quant à eux... Ils étaient si jeunes et tellement innocents ! Des étoiles plein les yeux, l'amour au bord des lèvres et la fièvre sensuelle chevillée à leurs corps. Ils étaient amoureux. Et heureux. Véritablement heureux. Nemesis avait cessé de croire en Dieu depuis mais, elle le reconnaissait, cette époque s'approchait de la Félicité la plus totale.

Puis le mensonge était né, s'échappant des lèvres des uns et des autres et éloignant de la plus injuste et cruelle des façons ceux qui n'auraient jamais du l'être. A cause d'un bien vilain secret de famille sur les origines de son aimé, Nemesis avait été manipulée et Gwendall avait été le pire de tous à ses yeux à présent voilés de la plus sombre des tristesses. Il s'était servi de cet amour inconditionnel et indicible pour mieux la trahir, la mettant plus bas que terre pour mieux la relever, la modeler selon ses envies et ses besoins. Pendant huit ans elle n'avait écoutée que lui, n'avait cru qu'en lui. Et lorsque Tristan avait commencé à la poursuivre de ses assiduités galantes, c'était encore Gwendall qui s'était arrangé pour qu'elle lui cède. Sans son frère adoré, Nemesis réalisait que jamais elle n'en serait là aujourd'hui. Où ça exactement ? Sur le point de renoncer à tout ce qu'elle avait eu tant de mal à gagner et sur le point, plus encore, sur le point de briser le cœur et les espérances d'un homme qui ne le méritait vraiment pas. Mais... Elle n'avait pas le choix. Demeurer fiancée à Tristan, lui mentir comme on leur avait menti à Kieran et elle, serait pire encore. Une rupture était douloureuse mais elle permettait au moins de se reconstruire un jour. N'est-ce pas ? Les mots tournaient dans sa tête mais ils ne parvenaient pas à la convaincre. Après tout, Kieran n'avait visiblement pas refait sa vie, lui... Mais, sur ce coup là, la jeune femme ne pouvait que s'en réjouir !

Lorsque les mots s'étaient enfin écoulés de la bouche de cet homme qu'elle ne s'imaginait pas même pouvoir quitter désormais, son cœur avait comme explosé en son sein fébrile. Il l'aimait aussi ! Il l'aimait... Après ces mots là peu importait bien ce qu'il pourrait arriver ensuite elle s'en fichait. Vents, marées, cataclysmes et même apocalypse... elle affronterait tout. Pour lui, pour cet homme qui buvaient ses lèvres et dont elle s'enivrait déjà de ce parfum qui lui avait tant manqué. L'odeur de sa peau, la caresse de sa main enserrant la sienne... La poupée se rendit compte que rien ne comptait plus pour elle que tout ceci. L'argent ne lui avait jamais apporté que le confort, jamais le bonheur. Et même cette carrière dont elle était tellement fière pouvait bien lui être reprise si jamais on lui accordait la grâce de pouvoir vivre éternellement ce moment de pur bonheur. Laissant un radieux sourire fleurir sur ses lèvres elle se laissa entraîner tout contre ce corps qu'elle effleurait de caresses encore bien chastes. Se noyant dans son regard avant de se hisser sur la pointe des pieds pour venir lui voler un autre baiser, plus langoureux et indécent que tous les précédents. Elle ne s'arrêta que lorsqu'elle sentit monter en eux un désir qu'elle craignait de ne pouvoir réprimer si elle se laissait trop aller. Il ne fallait pas. Pas encore. Elle devait lui dire, le rassurer... Se rassurer elle aussi.

Je n'ai jamais été aussi certaine de ce que je voulais. Pas depuis ce jour où je t'avais dit oui à ta demande en mariage. Te souviens-tu ?
puis elle rougit avant de se laisser aller à se glisser plus encore au creux des bras du jeune homme. Soupirant de langueur elle leva vers lui ses doux yeux et murmura Je ne désire que cela : être à tes côtés, vivre avec toi... Pas que pour une nuit, une semaine ni même quelques mois... Je... les mots qui suivirent la jeune femme les murmura à voix si basse qu'ils en étaient à peine audibles Je veux juste être ta femme Kieran.

Puis elle sembla se ressaisir et releva la tête, souriante et arborant une expression qui n'avait pas été sienne depuis longtemps. La femme de fer qu'elle était devenue s'effaçait, laissant renaître celle qui n'était qu'amour et douceur. Les choses ne seraient sans doutes pas aussi simples qu'elle voulait désespérément le croire en cet instant mais Nemesis ferait en sorte que cela fonctionne. Parce qu'il était trop tard pour seulement imaginer faire marche arrière. Ils étaient déjà allés trop loin, s'étaient avoué trop de douces choses et fait trop de serments aussi implicites que tacites. Désormais ils devaient aller de l'avant. Et advienne que pourra... Non, advienne ce qu'ils désiraient qu'il advienne ! Riant doucement, entraînant Kieran à sa suite, elle erra un moment à la suite de la salle de bains. Une fois celle-ci trouvée elle y pénétra et, se baissant, fit couler un bain chaud. Se rapprochant du jeune homme elle lui sourit avec malice avant de venir se poster juste derrière lui. Ses mains agiles commencèrent à faire glisser sa veste. Puis ce fut au tour des boutons de sa chemise de sauter, les uns après les autres. Une fois celle-ci complètement ouverte, Nemesis repassa devant le jeune homme Souriant doucement elle fit glisser lentement la bretelle de sa robe, dévoilant l'opalescence de son épaule. L'autre bretelle suivit et, maintenant, l'étoffe glissait sur son corps pour venir reposer au sol. Les mains croisées sur ses seins, les joues rosies, elle regarda l'homme qu'elle aimait. Puis sa main se tendit vers lui, l'invitant à la rejoindre.

Dans l'entrée quelqu'un frappait à la porte de chez Kieran.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://s-eve-n.forumactif.org/
SORCIER
avatar
▌ Messages : 90
Humeur :
50 / 10050 / 100


Message#Sujet: Re: Le passé ne s'efface jamais totalement [PV Kieran][- 16 ans]   Dim 10 Nov - 1:18

Bien sûr qu'il s'en souvenait, de sa demande en mariage, ça avait été le moment le plus angoissant et le plus merveilleux de sa vie. Angoissant, parce qu'il avait craint jusqu'au dernier moment que cette main qu'il demandait et chérissait tant lui soit refusée, merveilleux car il avait entendu ce mot, le plus beau de toute langue, ce "oui" salvateur. Il ne savait pas, alors, que ses rêves allaient être brisés, tous ses projets tués dans l'oeuf. C'est comme si rien n'avait changé depuis cette date. Même s'ils avaient muri, que leurs deux familles étaient parvenues à les séparer, que tout était compliqué, les sentiments, eux, étaient toujours là. Et en quelques minutes, ils savaient tous les deux qu'ils ne pouvaient pas se passer de la présence de l'autre. Quand il entendait Nemesis lui dire qu'elle le voulait pour époux, il ne pouvait s'empêcher de sourire presque béatement. C'était ce qu'elle voulait, alors elle obtiendrait. Les souhaits de Nemesis étaient faits pour être exaucés. Kieran s'y engageait, et était prêt à y mettre tout son être. Si elle était prête à affronter tous les obstacles, il l'était aussi. Il oubliait tous les obstacles pour ne plus se concentrer que sur elle.

Et quand elle l'embrassa de nouveau, plus langoureusement et sensuellement qu'avant, il oublia définitivement les problèmes pour se concentrer uniquement sur elle. Le désir qu'il avait su taire jusqu'alors se faisait plus ardent, et il était de plus en plus désireux de l'assouvir, de retrouver ce corps avec lequel il avait tant aimé être en parfaite harmonie, retrouver le contact de cette peau douce et dénuée d'imperfection, se laisser ennivrer de nouveau par cette odeur qui lui faisait perdre tous ses moyens... Les mots ne servaient plus à rien maintenant, et les gestes parlaient d'eux-mêmes. Il se laissa conduire sans rien dire jusqu'à la salle de bain, et laissa Nemesis commençait à le dévêtir tandis que l'eau du bain était en train de couler. Quand elle se dévêtit à son tour, il ne put qu'admirer ce corps qui avait tout de même changé depuis la dernière fois qu'il avait pu le voir dans toute sa nudité. Elle était sublime, bien sûr, et l'impatience se manifestait dans tout son être. Se rapprochant d'elle, il déposa un baiser au creux de son cou, ses mains venant caresser sa poitrine avec douceur.

Bien sûr, c'était ce moment que quelqu'un choisit pour toquer à la porte. La frustration et l'exaspération se lirent sur tous les traits de son visage. Qui que ce soit, il ne méritait pas son attention, elle seule en était digne. Non, que cet importun reste à la porte. Il avait retrouvé Nemesis, il brûlait d'être seul avec elle, le reste n'importait pas.


"Je ne suis là pour personne, je ne suis là que pour toi."
lui-glissa-t-il à l'oreille.

La personne de l'autre côté de la porte insistait un peu trop lourdement, mais il l'ignorait royalement. Ça pouvait être urgent, il s'en fichait, il n'avait pas de plus grande priorité que ces retrouvailles inespérées, plus belles que tout ce qu'il avait bien pu imaginer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Poupée capricieuse et explosive
avatar
▌ Messages : 586
Humeur :
22 / 10022 / 100

En couple avec : Tristan Mayfair

QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois de houx contenant un cheveu de Vélane et mesure 34,5 cm
Camp: Mal
Avatar: Natalia Vodianova

Message#Sujet: Re: Le passé ne s'efface jamais totalement [PV Kieran][- 16 ans]   Mar 12 Nov - 6:49

 
Le passé ne s'efface jamais totalement




Pouvait-on réellement renoncer à tout pour le simple plaisir, le si troublant bonheur, d'un amour retrouvé ? Nemesis, devenue ces dernières années si froide qu'on la prétendait de glace, aurait pu se gausser de ce sentimentalisme et de ce romantisme qui ne lui ressemblait pas mais auxquels elle s'abandonnait pourtant avec une sincérité et une envie sincères. Alors, oui, au moment où les mains de Kieran se posaient, avides mais tendres, sur ce corps qui n'avait jamais été qu'à lui et rien qu'à lui, oui la poupée blonde aurait pu jurer sur tous les dieux de tous les panthéons qu'elle renoncerait à tout. Pour ce moment d'une sensualité intense qui naissait entre eux, balayant d'un souffle chaud toutes ces années qui les avaient séparés. Pour ces lèvres qui s'emparaient, goûtaient le sucre de sa peau, faisaient bouillir son sang, éveillaient si bien le moindre de ses sens. Pour la chaleur de ces mains sur sa poitrine ferme et frémissante. Pour que Kieran lui dise encore, cette nuit, la suivante et toutes celles de leur vie qu'elle voulait déjà commune, qu'il l'aimait, elle. Pour être enfin sa femme, son épouse, Nemesis aurait tout abandonné, tout donné sans le moindre regret même. Comme si sa vie avait été mise en sommeil pendant toutes ces bien trop longues années et qu'elle s'éveillait enfin. Petite princesse au caractère aussi doux qu'intransigeant qui ne laisserait plus jamais rien ni personne se mettre en travers de leur chemin ! Elle le voulait, lui et personne d'autre. Et elle le voulait maintenant. En elle, et de façon ardente et charnelle. Le jour viendrait, elle l'espérait, où leurs vies ne feraient, devant ces hommes dont elle se foutait éperdument et devant ce Dieu qu'elle abjurait, qu'une mais, pour l'instant, c'était leurs corps qu'elle désirait voir ne plus faire qu'un.

Aimes-moi Kieran... Hier tu as fait de moi une femme. Aujourd'hui cette même femme te demande, humblement et le cœur palpitant à en exploser, de faire d'elle ta femme. Que cette nuit soit les prémisses de cette nouvelle vie que je veux notre et rien que notre. Epouses moi ce soir de la plus impures et charnelle des manières... Prends-moi et fais de moi ta femme. Ce soir amante et, un jour je le veux, ton épouse pour toujours.


Puis elle avait fermé les yeux, s'abandonnant aux caresses de cet homme dont elle était ivre, éprise jusque dans ses chairs, jusque dans les tréfonds de son âme. Parler encore ? Inutile et vain. Les mots n'avaient plus leur place dans cette pièce où la température ne cessait de grimper comme à l'unisson de ces deux corps brûlants de désir. Nemesis s'abandonnait et se faisait aussi conquérante, achevant de débarrasser Kieran de ces vêtements qu'elle haïssait pour la séparer de cette peau sucrée qu'elle se languissait, s'impatientait de retrouver. Dans un fou rire elle parvint à faire voler jusque dans le couloir les dernières pièces d'étoffe qui les couvraient. Lorsque quelqu'un était venu tenter d'interrompre leurs si sensuelles retrouvailles son regard s'était voilé de frustration et ses lèvres avaient pris cette moue boudeuse qu'elle avait toujours eu quand elle était contrariée. Mais les mots, si rassurants, de son presque amant, l'avaient rassurée, poussée à tenter de faire abstraction de cette présence malvenue qui tambourinait toujours à la porte. Qui que soit cette personne qu'elle aille au diable ! Ou, plutôt, au paradis puisque, eux, s'embrassaient déjà dans le plus ardent des enfers. Et Nemesis n'entendait pas que cela cesse de sitôt !

Ses mains se faisaient audacieuses mais aussi étrangement timides. Comme si elle redécouvrait, étonnée et émerveillée, ce corps qui la rendait ivre de désir. Lentement elle effleurait les moindres recoins de la peau de Kieran de ses doigts impatients, de ses lèvres humides de gourmandise. Le creux de sa nuque d'homme, les muscles de l'épaule... La puissance de ce torse. Lentement elle repoussa l'homme. Pendant quelques secondes elle s'éloigna, allant couper cette eau qui menaçait de déborder. Puis, se retournant, lui faisant face dans sa plus parfaite nudité, elle se fit aguicheuse. Le regard ancré à celui de son unique amour elle se mordilla la lèvre inférieure. Ses joues rosirent tandis que ses mains glissaient sur la délicatesse de ses courbes affolantes, soulignant le galbe parfait de ses seins, caressant son ventre si plat avant de se perdre sur ses cuisses fuselées et d'aller de façon impudique, trouver son trésor de féminité qu'elle rêvait d'offrir à Kieran. Puis, après que son corps se soit arqué sous la puissance de ce plaisir solitaire qu'elle s'était donné pour mieux l'exciter, lui, Nemesis, le souffle encore bien court, le regarda et, de son pas aérien, vint le retrouver. Leurs corps dénudés s'épousant à la perfection, elle l'embrassa passionnément avant de laisser sa main venir, avec gourmandise et amour, flatter et aiguiser un peu plus encore le désir qu'elle sentait palpiter dans l'endroit le plus sensible de l'anatomie du jeune homme.

J'ai envie de toi Kieran... Demandes et je serais à toi. Ordonnes et tu seras obéi. Aimes moi et je te comblerai.
un autre baiser puis, dans un gémissement de plaisir et de désir Je t'aime ! Je t'aime Kieran...

Dans l'entrée on ne frappait plus. Mais l'intrus, plus impatient que jamais, venait de parler et de décliner son identité. Nemesis trembla et ses yeux vinrent trouver ceux de Kieran. Son père ? Le père de son amant était là et il entendait bien entrer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://s-eve-n.forumactif.org/
SORCIER
avatar
▌ Messages : 90
Humeur :
50 / 10050 / 100


Message#Sujet: Re: Le passé ne s'efface jamais totalement [PV Kieran][- 16 ans]   Sam 16 Nov - 23:38

Jamais il n'avait éprouvé de désir pour aucune autre femme, avec elle, c'était purement et simplement chimique. Il la voulait à tout instant, à chaque heure, chaque minute, chaque seconde. À tout jamais. C'était au-delà de la raison et de la logique, au-delà de tout entendement. C'était cette alchimie qui justifiait que leur passion était si forte, et avait su traverser le temps, dépasser les ressentiments et les mensonges. Il la désirait encore plus qu'il ne l'avait désiré à l'époque, où il brûlait déjà pour elle, pourtant. Elle le rendait fou. Nemesis nourrissait et attisait ses pulsions les plus primales, mais sans qu'il oublie l'immense tendresse, l'amour profond qu'il avait pour elle.

Il voulait que leurs corps s'unissent avant que leurs vies ne le fassent, que l'union de leurs deux corps scelle l'union futur de leurs deux êtres. Qui pourrait bien dire encore qu'ils n'étaient pas faits l'un pour l'autre ? Ce stade d'harmonie et de perfection qu'ils atteignaient quand ils étaient ensemble, Kieran refusait catégoriquement de croire qu'il puisse en être de même pour Nemesis quand elle se trouvait avec Tristan. Il avait déjà du mal à s'imaginer que qui que ce soit, n'importe quel autre couple, puisse vivre et ressentir ce qu'ils vivaient et ressentaient. Elle avait su faire atteindre à son excitation son paroxysme, et il mourrait maintenant d'envie de l'avoir en elle... Mais de l'autre côté de la porte, on continuait de tambouriner. Et même si Kieran avait eu l'intention de l'ignorer encore, il fut bien contraint de tenir compte du visiteur quand il apprit son identité.


"Eh merde".
soupira-t-il, apprenant qu'il s'agissait de son père. Il fixa Nemesis dans les yeux. "Si je ne le fais pas entrer, il serait capable de défoncer la porte."

Kieran l'embrassa passionnément avant de s'éloigner d'elle, à regrets, et temporairement, ça c'est sûr. Rapidement, il réenfila ses vêtements.


"Reste ici, je me débarrasse de lui le plus vite possible."

À un moment ou à un autre, sa famille apprendrait forcément le retour de Nemesis dans sa vie, mais il était bien trop tôt, ce n'était absolument pas le moment idéal. Kieran doutait un peu de réussir à faire vite, mais il ferait de son mieux quand même pour se débarrasser de son père qui pouvait être gênant par moments, mais n'aurait franchement pas pu le déranger plus qu'à cet instant.

À contrecoeur, Kieran referma la porte de la salle de bain derrière lui, y laissant Nemesis seule, espérant ne pas avoir à la faire attendre trop longtemps, et il allait enfin ouvrir la porte d'entrée... sur son père, qui le sermonna d'emblée pour avoir mis autant de temps à lui ouvrir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Poupée capricieuse et explosive
avatar
▌ Messages : 586
Humeur :
22 / 10022 / 100

En couple avec : Tristan Mayfair

QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois de houx contenant un cheveu de Vélane et mesure 34,5 cm
Camp: Mal
Avatar: Natalia Vodianova

Message#Sujet: Re: Le passé ne s'efface jamais totalement [PV Kieran][- 16 ans]   Dim 24 Nov - 10:47


Le passé ne s'efface jamais totalement




Il y avait l'amour. Celui qui surprend toujours là et au moment où nul ne l'attend jamais. Celui qui fait palpiter un cœur au point parfois de le sentit prêt à exploser. Il y avait aussi la passion. Celle qui se fait brasier tellement ardent que ceux qui s'y abandonnent finissent souvent par s'y consumer. Et, désormais, il y aurait eux. Eux qui étaient plus que l'amour, plus que l'amour. Eux qui se retrouvaient après tant d'années où le destin et deux familles que Shakespear n'aurait sans doutes pas reniées, les eurent éloignés, séparés. Pour eux la vie avait été fleuve tranquille ou mer agitée et, oui, ils avaient changés. Lui avait plongé dans les affres d'une tristesse et sans doutes d'une colère qui l'avaient mené aux portes de la folie. Elle, avait perdu nombre de ses illusions et son cœur était devenu un joyau dont l'éclat n'avait d'égal que la dureté. Ils n'étaient plus ces enfants qui s'étaient aimés, adorés, juré l'éternité. Nemesis et Kieran avaient grandi mais, pourtant, ce lien si fort qu'ils avaient tissé, lui, demeurait intact. Ils s'aimaient. Sans raison mais avec passion. Eux, ils étaient bien plus encore. Comme en témoignaient si bien ces gestes, si parfaitement dénués de chasteté, qu'accomplissait la poupée de porcelaine alors que son regard s'animait, scintillant de cette flamme de désir que seul Kieran savait faire naître. Elle dévoilait son corps opalin, mettant plus encore à nu ce cœur qui tambourinait en ce sein qui se soulevait délicatement, impatient de retrouver ces caresses affolantes dont elle n'avait jamais oublié la douce violence. Nemesis le savait, le sentait dans les moindres de ses chairs : elle était encore sienne et, au fond des prunelles de l'homme sur le point de redevenir cet amant qu'il n'aurait jamais du cesser d'être, elle sut qu'il était aussi sien. L'amour pouvait s'étioler, la passion s'éteindre, eux ne changeraient jamais. Parce que, eux, étaient l'évidence, l'absolu. Ni plus, ni moins.

Mais même eux ne pouvaient empêcher la sombre réalité d'un monde qu'ils oubliaient un peu trop vite, de les rattraper. Et cet homme qui tambourinait à la porte de cet appartement devenu sulfureuse alcôve, fut comme l'ange déchu annonciateur de problèmes à venir. Alors qu'elle entendait sa voix s'élever et le nom de l'homme résonner dans l'air saturé de cette salle de bains, un frisson était venu mourir à l'échine de la poupée. Ses yeux s'étaient clos un moment, et oui, Nemesis avait prié un dieu auquel elle ne croyait pourtant pas pour que tout cela ne soit qu'une illusion. Mais les soupirs et les mots de son amant achevèrent de lui confirmer que, non, cela n'était pas un cauchemar. Ou alors le plus terrible d'entre tous. Déjà l'homme se rhabillait, s'apprêtant à la quitter. Nemesis ne voulait pas ! Non, Kieran ne devait pas y aller. Pas seulement parce qu'elle le voulait à elle -et en elle tout autant- et rien qu'à elle mais parce qu'elle savait aussi qu'il y avait bien trop de secrets, de vérités aussi , que Kieran ignorait encore. Sur lui, sur ces origines et sur ce sang impur qui coulait dans ses veines et qui fut la source de tous leurs malheurs. Elle voulut le lui dire mais il la fit taire d'un baiser. Les lèvres du jeune homme vinrent trouver les siennes et les possédèrent, plongeant de nouveau la petite poupée dans une mer de sérénité et de plénitude. Elle lui rendit son baiser, caressant doucement sa joue. Alors qu'il allait sortir sa main se posa sur le poignet du sorcier et, d'un souffle elle lui rappela

Je sais qui tu es, ce que tu es Kieran... Et je t'aime. Toi, dans toute ta complexité et dans tout ce que tu es. Je t'aime. Ne l'oublie pas. Jamais.
elle blêmit avant que de le relâcher en ajoutant, avec une pointe de tristesse Hier nous étions des enfants candides et innocents et ils en ont joué, abusé. Aujourd'hui nous sommes des adultes. Nous avons appris à nous battre et ils ne nous sépareront plus jamais. N'est-ce pas ? Ne les laisse pas nous faire du mal... Ne les laisse pas m'éloigner encore, s'il-te-plaît... Je t'aime Kieran et, te perdre encore, me tuerait... Je t'aime...

Puis elle l'avait laissé s'en aller retrouver ce père dont elle entendait déjà la voix retentir dans ce petit couloir. Kieran faisait de son mieux pour satisfaire aux exigences de ce père qu'elle savait être un menteur et un tricheur mais le père ne s'en laissait pas si aisément compter. Il tempêtait, s'offusquait d'avoir du attendre si longtemps avant d'être reçu chez son propre fils ! Il s'avançait déjà, passant devant cette porte contre laquelle Nemesis était adossée, les yeux clos et le cœur palpitant au ralenti. Kieran prétendait mille et une chose pour le faire partir gentiment mais rien n'y faisait. Déjà elle l'entendait se servir un verre et s'étonner de voir deux verres de vins pas même finis reposer sur la table. Et là ce fut le moment où tout bascula. Le père de Kieran tappait dans le dos de son fils, le félicitant d'avoir su trouver une femme pour le réchauffer la nuit. Au moins il avait compris qu'il dérangeait. Il allait partir quand il prononça la phrase de trop. Il riait tout en déclarant qu'il espérait que, cette fois au moins, il éviterait les garces comme son amour de jeunesse. Nemesis l'entendait l'insulter avec des mots si crus qu'elle en fut blessée. Salope, garce, fille perdue... Autant de poignards lancés en plein cœur. Elle serrait les poings, ses mâchoires étaient crispées et douloureuses mais elle était bien décidée à ne pas réagir quand elle entendit le père de Kieran évoquer ces deux années qu'il avait du passer à l'asile pour surmonter sa trahison à elle. Sa trahison ? Nemesis ne l'avait jamais trahi ! L'asile ? La jeune femme sentit ses jambes se dérober sous elle et elle chuta lourdement au sol, entraînant avec elle la petite étagère qui fit un bruit terrible en touchant le sol. Des flacons se brisèrent, les éclats venant s'enfoncer dans sa peau d'opaline tout en lui arrachant un gémissement étouffé.

Pas suffisamment étouffé cependant pour ne pas être entendus par les deux hommes qui accouraient. La porte s'ouvrit, laissant apparaître la silhouette du père de Kieran. Celui-ci posa son regard, d'abord étonné puis des plus sombres, sur celle qui se recroquevillait sur elle-même, tremblante dans cette serviette qui couvrait sa nudité. Le père de Kieran sembla perdre le contrôle et s'approchant si vite que son fils ne put l'en empêcher, il la saisit par le bras et la contraignit à se relever avant de lui asséner une gifle si forte que sa joue en rougit. La jeune femme ne dit rien, laissant ses larmes parler pour elle. Nemesis écouta sans broncher ces nouvelles insultes dont il l'abreuva, attendant que ce cauchemar finisse. La tête baissée elle gémit sous la douleur de son emprise avant que de lâcher un soupir de soulagement quand il daigna l'abandonner pour mieux se retourner vers ce fils sur lequel il dardait un regard furibond et pointant un doigt accusateur

Sa famille t'a rejeté, brisé vos fiançailles parce que tu n'étais pas à la hauteur de leur petite princesse ! A leurs yeux tu n'étais que le bâtard de ta mère ! Un fils honteux et au sang impur pas même digne d'un regard ! Ils ont brisé notre famille, t'ont fait enduré mille souffrances et toi... toi tu la ramènes dans nos vies ? Tu es fou Kieran ! Jamais les Colloway n'accepteront un sang mêlé comme gendre ! Tu ne comprends donc pas ! Tu n'es pas digne d'eux !


J'ignorais cela Monsieur ! Je me fichais pas mal de tout cela et j'aurais épousé votre fils si seulement ont m'en avait laissé le choix ! C'était ce que je voulais vous dire le jour où je suis venue vous trouver mais où vous m'avez renvoyée ! J'aimais et j'aime toujours Kieran ! Ne le voyez-vous donc pas ? Je l'aime !


Nemesis était tombée à genoux, la tête enfouie entre ses mains tremblantes. La père de Kieran les avait surpris mais, pire encore, il venait d'avouer une vérité que le jeune homme devait encore ignorer. Qu'il était issu des amours illégitimes de sa mère avec un moldu... qu'il était sang mêlé. Mais que Nemesis, elle, l'aimait. Pour tout ce qu'il était. Oui, elle l'aimait. Aujourd'hui encore plus que lorsqu'ils étaient enfants. Et lui ? L'aimerait-il encore après ce moment ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://s-eve-n.forumactif.org/
SORCIER
avatar
▌ Messages : 90
Humeur :
50 / 10050 / 100


Message#Sujet: Re: Le passé ne s'efface jamais totalement [PV Kieran][- 16 ans]   Lun 2 Déc - 1:31

Mr O'Connell n'aurait pas pu tomber à un pire moment. D'accord, il n'y avait pas vraiment de bon moment, pour recevoir la visite de son paternel, qui passerait certainement son temps à déblatérer les mêmes choses, que Kieran était lassé depuis longtemps d'entendre. Mais là, vraiment, ce n'était pas le moment. Nemesis et lui avait tant d'années perdues à rattraper, et lui, venait tout gâcher. Pire encore, il allait rendre ce moment qui aurait dû être paradisiaque et idyllique complètement cauchemardesque. Merci papa... À peine lui eut-il ouvert qu'il alla de réprimandes en réprimandes, pour le temps qu'il avait mit à ouvrir cette fichue porte. Kieran chercha par tous les moyens à le faire partir, mais rien n'y faisait. C'est qu'il insistait, le bougre, et l'avocat comprit rapidement pourquoi. Il n'était pas idiot, il avait deviné qu'il avait été si long à lui ouvrir, c'est qu'il était en charmante compagnie... Enfin, quand il saurait de qui il s'agissait, il ne la trouverait plus si charmante, ça c'est sûr. Pourquoi est-ce qu'il fallait qu'il lui parle d'elle maintenant, alors qu'elle entendait tout.... Il voulut la défendre, quand bien même il aurait du mal à justifier sa prise de position soudaine... Mais finalement, il n'y eut rien à dire, rien à faire... Nemesis avait été découverte, et subit cette humiliation qu'elle ne méritait pas.

Il ne pouvait pas la laisser dans un tel état. Il voulut intervenir, dire quelque chose, mais les mots se bloquèrent dans sa gorge quand il apprit de la pire manière cette vérité, ce secret de famille, qu'on avait prit grand soin de lui dissimuler jusque là. Un temps, il se déconnecta de la réalité, prenant pleinement conscience de ces révélations. Puis la réalité le rattrapa, et cette scène horrible lui sauta au visage : son père, débitant ses infâmes accusations, crachant au visage de sa bien aimée. Elle qui, à genoux, se lamentait. Non, elle n'avait pas à lui implorer son pardon. L'aidant à se relever, il la serra contre lui.

"Tu n'as pas à te justifier."
lui dit-il avec douceur à l'oreille.
Puis il déposa sur ses lèvres le baiser le plus doux, le plus tendre et le plus sincère qui puisse exister, se fichant de le prolonger en présence de son père, prenant même plaisir à accomplir cet acte qui lui prouvait que, cette fois, et pour la première fois, il n'avait pas le moindre contrôle sur sa vie. Un fois leurs lèvres détachées l'une de l'autre, il adressa à son père un regard assassin.

"Je me fiche de ton opinion. Je suis sien, elle est mienne."


De beaux mots que Mr O'Connell accueillit avec un profond mépris.
"Je te défends de perdre ton temps avec elle, tu m'entends ? Enfin, tu ne vois pas qu'elle te mène en bâteau ?"


"Alors selon toi, c'est elle qui me mène en bateau ? Ça c'est la meilleure, franchement ! Qui est à l'origine de toute cette mascarade ? Qui ment depuis le début ? Qui me ment depuis ma naissance ?"


Sa voix teintée d'émotions laissait transparaître une rage sourde. Cette fois, c'était trop.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Poupée capricieuse et explosive
avatar
▌ Messages : 586
Humeur :
22 / 10022 / 100

En couple avec : Tristan Mayfair

QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois de houx contenant un cheveu de Vélane et mesure 34,5 cm
Camp: Mal
Avatar: Natalia Vodianova

Message#Sujet: Re: Le passé ne s'efface jamais totalement [PV Kieran][- 16 ans]   Lun 2 Déc - 11:52

 
Le passé ne s'efface jamais totalement




Lorsque les mains d'un bien facétieux marionnettiste de Destin l'avaient poussée sur ce chemin qui lui avait fait retrouver son amour de jeunesse, Nemesis n'avait d'abord été que colère et amertume. Un peu à l'image de cet homme qui, debout devant elle, continuait de l'insulter, de déverser sur elle une rancoeur dont elle n'était en rien responsable. Non, la petite avocate si elle était coupable de bien des crimes, ne l'était certainement pas de celui-ci ! Dans toute cette histoire elle n'avait été, au même titre que Kieran, que la victime innocente d'enjeux, de secrets et d'idéaux familiaux qui les dépassaient l'un comme l'autre. Et s'il fallait leur faire endosser une responsabilité, un crime, alors que ce soit celui de s'être aimés avec toute la force et l'innocence possibles. Ces insultes, cette gifle qu'elle reçu et qui vint marquer la peau délicate de sa joue, tout cela était injuste. Pourtant elle l'aurait enduré, accepté sans broncher même si seulement l'homme avait su se taire et ne pas révéler à cet homme qui était son fils, la si cruelle vérité quant à ses origines soit disant honteuses. Mais e père de Kieran avait parlé, avoué de lui-même, ces horreurs que lui, son épouse et les parents de Nemesis avaient commises. Au nom du sang et de l'honneur bien plus qu'au nom de cet amour filial derrière lequel ils étaient aujourd'hui, les uns comme les autres, si prompts à se réfugier pour justifier des actes qui ne sauraient jamais l'être ! Rien ne pourrait jamais expliquer que l'on sacrifie ainsi le bonheur de deux innocents !

Bien sûr que si elle a à répondre de ses actes aujourd'hui comme hier ! Ne te leurres pas Kieran ! Si le sang qui coule dans tes veines n'est pas pur, celui qui coule dans les veines de cette traînée n'a de pureté que le nom ! Elle est comme ses parents, comme son frère ! Et, un jour ou l'autre, elle t'abandonnera une fois encore pour se ranger à leurs côtés ! Parce qu'il n'y a rien de plus fort que les liens du sang ! Rien !


Je l'ignorais ! J'ignorais tout cela et je m'en serai fichue hier comme je m'en contrefiche aujourd'hui ! Vous parlez du sang comme si seul cela importait ! Et l'amour dans tout cela ! Vous ne m'avez pas laissé la moindre chance de vous montrer que j'étais sincère ! Ni vous ni mes parents que je maudis et blâme autant que je vous blâme, vous et votre épouse ! Pourquoi avons nous du payer le prix de vos pêchés, de vos erreurs ? Pourquoi !
puis, se serrant au creux de ces bras puissants qui l'avaient aidée à se relever, la maintenant avec la plus douce et bienveillante des fermeté contre lui, elle releva son visage ruisselant de larmes vers le jeune homme Je dois me justifier... Pas auprès de ton père ni même de ma famille... Mais auprès de toi. Et rien que de toi... Parce que j'ai vécu trop longtemps avec ce poids en moi. Sans leurs mensonges et leurs traîtrises alors nos vies auraient été différentes ! Sans leurs erreurs alors toi et moi serions déjà mariés ! Et tu n'aurais pas eu à affronter cela seul jusqu'à te perdre toi-même... Et, moi, je n'en serai pas là aujourd'hui ! Sur le point de tout perdre et de détruire une autre vie pour pouvoir demeurer auprès du seul que j'aimerais jamais : toi Kieran.

Puis elle s'était tue, contrainte à garder le silence par la douceur de ces lèvres qui avaient pris possession des siennes comme pour mieux effacer toutes ces horreurs, toutes ces perfides vérités qui venaient d'éclater. Kieran l'avait embrassée et elle lui avait répondu, se fichant éperdument que son père ne les voit ou ne les juge. Ce qui, bien évidemment, ne manqua pas d'arriver. Pourtant, cette fois, la jeune femme, galvanisée par la présence réconfortante et aimante de son amant, de son unique amour, ne trembla pas et ne cilla pas même. Et les mots que prononça Kieran furent la plus belle des déclarations à son oreille. Il était sien et elle était sienne... Oh que oui ! Ils s'appartenaient, depuis toujours et personne, non personne ni rien, ne pourrait jamais plus changer cela. Elle se serra plus encore contre le jeune homme, trop bien consciente de la souffrance qui devait être sienne en ce moment. Apprendre comme ça qu'il n'était pas ce qu'il avait toujours pensé être... apprendre ue son père était un moldu inconnu... Nemesis versa une larme et agrippa la chemise de son amant tandis qu'elle posait ses lèvres sur les siennes pour le faire taire.

S'il-te-plaît... Je sais que ce que tu dois ressentir doit te bouleverser mais... Ne laisse pas la colère te dominer. Ne réagis pas à chaud car, demain ou dans huit ans, tu le regretteras. Je n'excuse en rien tes parents ni les miens... Mais ce qui compte, aujourd'hui...
avait-elle dit en prenant son visage en coupe entre ses mains tremblantes d'émotions et en lui souriant timidement Je suis là Kieran et, même si nous savons tous les deux que ce ne sera pas simple, je ne te quitterais plus jamais. Je ne laisserai jamais plus rien ni personne nous séparer. puis, se retournant vers le père du jeune homme elle acheva Vous feriez mieux de partir Mr O'Connell. Cela finira mal sinon...

Nemesis regarda celui qu'elle voulait à elle, et rien qu'à elle, semblant lui demander de faire partir son père qu'ils soient ensemble. Lui et elle. Eux et rien qu'eux. Enfin réunis.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://s-eve-n.forumactif.org/
SORCIER
avatar
▌ Messages : 90
Humeur :
50 / 10050 / 100


Message#Sujet: Re: Le passé ne s'efface jamais totalement [PV Kieran][- 16 ans]   Ven 6 Déc - 1:12

Il ne la connaissait pas. Il n'avait pas la moindre idée de ce qui les liait, cette alchimie si forte que même des années sans se voir n'avait pas réussi à altérer. Toutes ces histoires d'alliance liées à l'argent et à la pureté du sang, c'était si loin de ce qu'ils partageaient. Mêler ces histoires obscures à leur relation, c'était salir une chose bien plus belle, et qui dépassait la compréhension humaine. Décidément, Mr O'Connell décevait profondément son fils, vraiment. Non content de lui mentir, il laissait son jugement être complètement altéré par de vieilles histoires. Pourquoi ne les laissait-on pas tourner la page, tout simplement ? Pourquoi cet acharnement contre eux ? Parce qu'il était con, voilà. Kieran ne voulait plus entendre parler de lui. Il gâchait tout, salissait tout... Et que Nemesis s'acharne autant à vouloir lui faire comprendre qu'elle ignorait la machination de ses parents lui semblait vain et inutile. Il le lui avait dit, elle n'avait pas à se justifier, pas du tout. Il ne méritait pas ses explications, il ne méritait même pas de se trouver là et de porter un jugement sur leur relation. Ils n'étaient plus ces adolescents candides et innocents, manipulés par leurs parents. Ils étaient libres de leurs choix (ou presque). En tous cas, hors de question de répondre encore de leurs actes à cet homme qui, apparemment, n'était même pas son vrai père. Il comprenait le désir, ou plutôt même le besoin que ressentait sa belle de se justifier, mais cet homme en face de lui, cette homme qu'il ne voulait même plus reconnaître comme son père, avait dépassé toutes les limites, ne méritait même pas qu'on lui adresse la parole. Nemesis l'invita à s'en aller, elle avait bien raison. S'il ne quittait pas très vite cet appartement, pas sûr qu'il en ressorte en un seul morceau.

"Tu l'as entendu ? Dehors !"
"Mais... Kieran. "Il lui adressait un regard légèrement suppliant, mais Kieran l'ignorait sublimement. Sa colère ne laissait vraiment aucune place à la moindre forme de compassion. À la place, il se saisit de sa baguette et la pointa sur son père, le regard furieux.
"T'as entendu ce que je t'ai dis ? Dégages, fiches le camp de chez moi, et n'y refous jamais les pieds."
"Elle se fout de toi, fais toi une rais..."
Mr O'Connell n'eut pas l'occasion de finir sa phrase, un violent sortilège le manqua de justesse.

Oui, il avait vraiment intérêt à s'en aller. Kieran était quelqu'un de sanguin. Quand on le contrariait, il ne faisait pas que s'emporter, il pouvait se montrer particulièrement violent. Une rage sourde s'était emparée de lui. Il ressentait une irrepressible envie de reverser sa rage sur cet homme qui donc n'était pas de son sang, mais pensait encore pouvoir régir sa vie quoi qu'il en soit. S'il ne s'en allait pas, maintenant, tout de suite, il risquait fort de ne pas se relever. Il n'avait qu'une seule envie à l'heure actuelle, c'était rester seul avec Nemesis, loin de celui qui avait osé perturber ces retrouvailles.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Poupée capricieuse et explosive
avatar
▌ Messages : 586
Humeur :
22 / 10022 / 100

En couple avec : Tristan Mayfair

QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois de houx contenant un cheveu de Vélane et mesure 34,5 cm
Camp: Mal
Avatar: Natalia Vodianova

Message#Sujet: Re: Le passé ne s'efface jamais totalement [PV Kieran][- 16 ans]   Jeu 19 Déc - 2:20

 
Le passé ne s'efface jamais totalement




L'histoire n'était-elle donc qu'un éternel recommencement ? Les gens n'apprenaient-ils jamais, ne retenaient-ils jamais les leçons ? Pendant quelques secondes qui lui parurent une éternité, Nemesis sentit son souffle se suspendre, son cœur se figer. Et la peur l'avait assaillie... Là, devant cet homme qu'elle haïssait pour ce qu'il leur avait fait subir à Kieran et elle, la jeune femme se sentait terriblement démunie. Et, oui, elle n'était plus que cette toute jeune fille, candide et désespérément amoureuse qui était venue chercher des explications et de l'aide auprès de ceux qui ne lui en donnèrent jamais, la jetant hors de chez eux avec des mots et des regards courroucés qu'elle n'oublia jamais. Aujourd'hui, la scène était différente, radicalement même, mais pourtant Nemesis se sentait aussi perdue que huit ans plus tôt. Cet homme était celui qui, par ses mensonges, avait contribué à leur malheur ! Mais il était aussi celui qui avait aimé, protégé et veillé sur celui qui, bien qu'il ne partagea pas son sang, demeurerait son fils à jamais. L'avocate regardait cet homme sans plus mot dire à présent. Qu'il la regarde ! Qu'il lise au fond de ses prunelles et qu'il sache ! Elle qui maniait le mensonge encore mieux que la baguette lui ouvrait en grand les portes de son esprit et de son cœur. Pour qu'il y voit que , ce soir et pour son fils, elle était l'honnêteté faite femme. Des crimes, elle en avait commis plus d'un. Mais le seul pour lequel elle accepterait jamais d'être condamnée et châtiée était d'avoir manqué de confiance en cet homme qui, elle le comprenait, n'avait jamais cessé de l'aimer. Et, pour sa rédemption, il n'y avait rien que Nemesis ne soit prête à accomplir. Parce que, oui, elle aussi l'aimait. Et que, non, elle ne le quitterait plus jamais !

Ne nous punissez pas encore aujourd'hui pour un crime que nous n'avons jamais commis ! J'aime Kieran Mr O'Connell et, non, je ne suis ni mes parents ni mon frère. Vous prétendez le protéger par amour ? Je ne demande que ça moi aussi ! Je l'aime ! Et jamais plus je ne laisserai qui que ce soit, ou quoi que ce soit nous séparer ! Pas même vous...


Et elle le pensait. S'il l'avait fallu alors elle aurait été celle qui lui aurait jeté un sortilège d'expulsion. Il aurait du l'écouter, suivre ses conseils des plus avisés. Ce père aurait du sortir avant que son propre enfant ne le propulse hors de la pièce et, par là même, de sa vie toute entière. Les lèvres de la jeune femme s'entrouvrirent alors que ses yeux venaient trouver celui qui se tenait encore, baguette pointée, à ses côtés. Il avait eu le choix et l'avait choisie, elle. Kieran avait d'ors et déjà tourné le dos à sa famille, à son passé pour choisir cet avenir, pourtant plus que brumeux, qui serait dorénavant le leur. Nemesis posa sa main sur le bras armé de son amant et lui sourit. Puis, drapée dans sa serviette elle avança jusqu'à l'endroit où se tenait ce père médusé et interdit. Avec une compassion qui ne lui ressemblait guère elle tenta de le mener jusqu'à la sortie. L'homme, d'abord réticent, finit par accepter. Mais le regard noir et le doigt accusateur qu'il pointa sur elle avant qu'elle ne referme la porte glaça le sang de Nemesis. Elle était bouleversée. Sincèrement. Incapable de se retourner, elle laissa son front venir reposer contre le bois de la porte. Ses mains vinrent s'y accrocher comme pour mieux l'empêcher de tomber. Puis ses épaules tremblèrent alors que les larmes commençaient à rouler sur ses joues. La tête baissée, toujours dos tourné à celui qu'elle adorait, c'est à peine si elle trouva la force d'articuler

Je t'aime Kieran... Plus sans doutes que tu ne peux l'imaginer... Prends moi dans tes bras ! Prends moi et, s-il-te-plaît, ne me laisses plus jamais repartir ! Jamais ! Ce soir tu as renoncé à ton père pour moi. Moi, c'est à a vie entière que je renonce. Ma famille, mon métier, ce mariage dont je me contrefous... Prends moi et gardes moi Kieran... Gardes moi !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://s-eve-n.forumactif.org/
SORCIER
avatar
▌ Messages : 90
Humeur :
50 / 10050 / 100


Message#Sujet: Re: Le passé ne s'efface jamais totalement [PV Kieran][- 16 ans]   Jeu 16 Jan - 0:39

HJ : J'ai trop trop trop honte de mon temps de retard, vraiment désolée, ma belle :/

    Voilà, il était parti. Oh, il reviendrait sûrement, c'était son père, après tout, et les O'Connell étaient bien connus pour être particulièrement obstinés. Mais peu importe s'il revenait dans quelques heures, demain, dans une semaine, un an, dix ans, ses convictions resteraient les mêmes, il ne regretterait pas, pas une seule seconde, d'avoir tourné le dos à son père pour se consacrer uniquement à Nemesis. Oui, c'est vrai, ils se retrouvaient seulement, et ils ne s'étaient pas revus depuis une bonne éternité, mais qu'est-ce que ça pouvait faire ? Les sentiments n'étaient pas quelque chose de quantifiable, ce n'était pas quelque chose qui s'amenuisait avec le temps, c'était une réalité éternelle et intangible, un point c'est tout. Loin des yeux, loin du coeur, qu'on disait. Sauf que ça, c'était une véritable connerie. Le véritable amour savait parfaitement faire fi du temps et de la distance. Enfin, il suffisait de les regarder, tous les deux ! Lui et Nemesis. Il le ressentait comme une évidence, il l'aimait, il la voulait dans sa vie, et pour toujours, un point c'est tout. Rien n'aurait pu changer cet état de fait, et Nemesis, dans son attitude et dans tout ce qu'elle lui disait, lui laissait comprendre qu'elle pensait exactement la même chose. Alors au diable son père et ses idées conservatrices !

    Au diable les pensées réductrices de la famille Colloway, il se sentait prêt à gravir des montagnes, juste pour elle, et il s'en fichait bien, que c'était insensé, et que les conséquences pouvaient être graves. Il renonçait volontiers à sa famille, puisqu'elle, de son côté, voulait bien oublier tous ses projets de mariage, sa famille, et même son métier, qu'elle disait ! Merde, si ça c'était pas une preuve d'amour ! Ils étaient faits l'un pour l'autre, c'était clair, là, non ? À la demande de Nemesis, et sans se faire prier, il la serra dans ses bras. Il appréciait de sentir la chaleur de son corps contre le sien. Il pouvait presque oublier, dans ce moment là, toute la souffrance qui pouvait bien accompagner la décision qu'ils avaient l'air de prendre ensemble que d'envoyer tout balader pour avoir la chance de demeurer l'un avec l'autre, et presque oublier, aussi que rien n'était jamais simple. On ne vivait pas d'amour et d'eau fraîche, ce qui avait l'air aisé lui retomberait sur la tronche comme quelque chose d'ultra compliqué, au contraire. Mais c'était encore loin tout ça, bien loin. Heureusement loin. Si elle voulait qu'elle le garde, alors oui, il la garderait, et comme son bien le plus précieux, je vous prie. Puisque c'est ce qu'elle voulait, elle ne laisserait personne la lui enlever, un point c'est tout. Et il veillerait sur elle comme le plus important des trésors.


    "Je ne te laisserai plus jamais partir, plus jamais."


    C'était pas une promesse en l'air. Il le disait, il le ferait. Ce serait compliqué, ils rencontreraient beaucoup d'obstacles, mais tant pis, et même tant mieux en fait, il fallait toujours un peu de difficultés pour rompre la monotonie du quotidien, non ? Enfin, pour l'instant, il n'avait aucune envie de songer aux difficultés. À la place, il mit tout simplement son cerveau en veille, et embrassa Nemesis à pleine bouche puis déposa ses lèvres au creux de son cou. Son corps à peine dissimulé par le draps de bain qui le recouvrait en partie éveillait en lui un désir latent depuis trop longtemps, et qu'il voulait combler, maintenant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Poupée capricieuse et explosive
avatar
▌ Messages : 586
Humeur :
22 / 10022 / 100

En couple avec : Tristan Mayfair

QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois de houx contenant un cheveu de Vélane et mesure 34,5 cm
Camp: Mal
Avatar: Natalia Vodianova

Message#Sujet: Re: Le passé ne s'efface jamais totalement [PV Kieran][- 16 ans]   Sam 25 Jan - 23:45

 
Le passé ne s'efface jamais totalement





La raison avait toujours été ce roc auquel la jeune femme s'était accrochée, avec presque la force du désespoir quand la vie s'était chargée de la malmener de tenter de la perdre dans ces torrents d'aléas et d'imprévus que Nemesis s'était toujours fait une gloire de traverser sans jamais en être meurtrie ni même blessée. Mais c'était une illusion, un pieux mensonge qu'elle avait pris soin de se répéter en une tacite litanie pour ne pas avoir à se confronter à la blessure, l'unique mais si profonde blessure, qui était la sienne. Celle que ses retrouvailles avec Kieran venaient pourtant de mettre à nu. Il était sa blessure, depuis toujours. Il était aussi sa plus grande faiblesse et, elle se le jura tout en plongeant son regard dans le sien alors qu'elle laissait ses bras venir l'enlacer, il serait demain sa plus grande force aussi. Celle dont, elle le devinait sans mal, il lui faudrait se munir pour mieux affronter, comme elle venait si bien de le promettre, elle comptait tout quitter, tout abandonner pour demeurer aux côtés du seul qui ait jamais compter pour elle. Celui dont les mots la touchaient et la troublaient plus qu'elle ne l'aurait seulement cru possible.

Alors que le jeune homme lui promettait de toujours la garder, de la faire sienne pour cette éternité qui semblait commencer maintenant, Nemesis le laissa la ramener à lui et goûter à la saveur de sa peau. Sa tête se renversait, lui offrant et lui abandonnant cette gorge qu'il parcourait de baisers aussi tendres qu'empressés. Lorsqu'il s'éloigna, rien qu'un peu, Nemesis le repoussa, mutine et une étincelle gourmande au fond de l'océan de ses iris. Courant hors de cette salle de bains quelque peu en désordre maintenant, elle rit tout en le laissant la poursuivre, laissant tomber dans sa course cette étoffe qui n'avait que trop longtemps couvert son corps. Ayant trouvé le chemin menant jusqu'à cette seule pièce qui l'intéressait réellement, la chambre mais est-il vraiment utile de le préciser, elle feignit de s'abriter derrière le mur et, ne laissant que sa joie petite frimousse de poupée dépasser, elle ancra son regard à celui du jeune homme et l'invita à la rejoindre

Avant de ne me garder … Que dirais-tu déjà de m'attraper ? Viens... Viens et fais moi tienne... Comme avant toute cette histoire... Comme je le serai encore demain et tous les autres qu'il me sera donné de vivre...


Puis elle avait ri avant que de se dévoiler dans son plus simple appareil et, impatiente, venir se jeter au cou de celui qui n'attendait sans doutes que cela. Ses lèvres trouvèrent celles du jeune homme, et Nemesis vint s'abreuver à ce souffle qui lui avait tant manqué. Sa langue mutine franchit la barrière des lèvres de son aimé, trouvant la sienne et entamant avec elle la plus sensuelle et torride des danses. Puis, sans pour autant rompre ce baiser, elle entreprit de défaire, pour la seconde fois de la soirée, Kieran de ses vêtements, profitant pour refaire connaissance avec ce corps qui l'avait toujours rendue ivre d'un désir à nul autre pareil. Il était beau, il était intelligent et, plus que jamais, il était sien. Tout comme, en cet instant précis, Nemesis savait qu'elle avait toujours été, était, et serait à jamais sienne ! Lentement, elle glissa sa main dans celle du jeune homme et, avec une timidité qui lui seyait à ravir, le laissa la mener jusqu'à cette chambre, cette couche qu'elle considérait déjà comme étant la leur. Que demain et les problèmes afférents aillent au diable ! Pour l'instant Nemesis, elle, entrait au Paradis..
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://s-eve-n.forumactif.org/
SORCIER
avatar
▌ Messages : 90
Humeur :
50 / 10050 / 100


Message#Sujet: Re: Le passé ne s'efface jamais totalement [PV Kieran][- 16 ans]   Mer 5 Fév - 1:13

Kieran brûlait pour Nemesis d'un désir ardent, d'autant plus, en fait, qu'il lui avait fallu attendre tellement longtemps pour savoir à nouveau l'union de leurs deux corps. Il avait ressenti une immense frustration, quand son père les avait interrompu tout à l'heure, alors même que l'excitation et l'envie étaient à leur comble. Mais c'était une bonne chose, dans le fond, qu'il ait choisi ce moment précis pour intervenir. D'accord, cette histoire avait eu des allures de mauvaise comédie burlesque, de théâtre de boulevard. Le père qui débarque au mauvais moment, la maîtresse qu'on cache dans un placard (enfin, là, dans la salle de bain, en l'occurrence) ... ça aurait pu être drôle si ça n'avait pas eu de telles conséquences. Mais au fond, Kieran ne regrettait rien. C'était un mal pour un bien. Affronter son père lui avait permis de prendre conscience de beaucoup de choses, notamment de l'intensité des ses sentiments pour Nemesis. Les années n'avaient rien changé à ce qu'il ressentait, au contraire, même, il avait même l'impression que ses sentiments étaient plus forts. Pour Nemesis, il se sentait prêts à soulever des montagnes. Soulever des montagnes, oui, et c'était quelque chose d'équivalent, alors qu'il acceptait de tourner le dos à sa famille par amour...

Et c'est cet amour plus encore qu'un simple désir primaire qui lui donnait tant envie de s'emparer à nouveau du corps de Nemesis, voir ce dernier, nu comme un vers, l'étourdissait déjà. Est-ce qu'il pouvait exister une créature plus sublime dans cet univers ? Si quelqu'un le lui affirmait, il ne le croirait pas. Il était fou d'elle. Et il la voulait, rien qu'à lui, maintenant, pour toujours. La posséder pour de bon, ça demanderait un sacré travail, ça demanderait de renoncer, pour l'un et pour l'autre, à beaucoup de choses, pour laisser seulement parler leurs sentiments respectifs, mais en attendant, il prenait ce qu'il pouvait prendre, il acceptait de la posséder au sens propre du terme L'un comme l'autre en mouraient d'envie. C'est ce que chaque geste de Nemesis, qui le dévêtit à son tour complètement, laissait comprendre. Ils étaient à présent en tenue d'Adam et d'Ève, prêt de commettre leur propre variante du péché originel. Et quoi ? Quel péché ? Si c'était mal de faire ce qu'ils s'apprêtaient à faire, et bien il s'en fichait totalement, il voulait bien être mené tout droit aux flemmes de l'enfer. Ça lui était égal, tant qu'il avait Nemesis, son âme soeur, la femme de sa vie, avec lui, pour brûler au même bûcher.

La conduisant jusqu'à sa chambre, Kieran allongea son amour de toujours sur ce lit qui semblait l'avoir toujours attendu. Des caresses sensuelles vinrent flatter la moindre de ses courbes alors que leurs lèvres se joignaient l'une à l'autre dans des baisers gourmands, langoureux... comme autrefois. Ses caresses, un peu moins chastes à chaque seconde, s'attardaient sur l'intérieur de ses cuisses, avant de se montrer plus entreprenante. Il lui semblait avoir attendu ce moment depuis toujours, et il le savourait comme jamais.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Poupée capricieuse et explosive
avatar
▌ Messages : 586
Humeur :
22 / 10022 / 100

En couple avec : Tristan Mayfair

QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois de houx contenant un cheveu de Vélane et mesure 34,5 cm
Camp: Mal
Avatar: Natalia Vodianova

Message#Sujet: Re: Le passé ne s'efface jamais totalement [PV Kieran][- 16 ans]   Sam 8 Fév - 11:22

 
Le passé ne s'efface jamais totalement





La réalité s'était estompée au point finalement de disparaître dès lors que la porte s'était refermée derrière la silhouette du père de cet homme, le sien, qu'elle regardait ses prunelles limpides emplies de cette flamme de malice et de désir que Nemesis n'avait jamais éprouvés que pour lui. Que le Monde poursuive sa folle course ! Qu'il agite les âmes et bouleversent les vies de ces êtres dont elle se fichait éperdument ! Que le monde s'écroule même peu lui importait ! La réalité, elle n'en voulait pas, n'en voulait plus, préférant en oublier la cruauté et la perfidie pour en réinventer une bien plus sensuelle et charnelle version. La réalité, tout comme cette vie qu'elle espérait si candidement commune, Kieran et elle la réinventeraient ensemble ! Parce qu'ils le désiraient ardemment. Parce qu'ils le méritaient aussi ! Eux qu'on avait spolié d'un bonheur innocent, eux dont on s'était servis comme de vulgaires pions sacrifiés sur l'autel des egos et des mensonges des uns et des autres ! Puisqu'il fallait croire en cette justice qu'eux-même, en tant qu'avocats, avaient juré de servir, alors qu'elle soit, ce soir et tous ceux qui suivraient, leur alliée. Qu'elle les délivre de leurs scrupules et de leurs lambeaux de morale et qu'elle pardonne ce crime qu'ils étaient sur le point de commettre. Crime d'amour est-il seulement crime ? Au moment où elle le rejoignait, frémissant et brûlant déjà d'un désir sans commune mesure, Nemesis trouva à la réponse à sa propre question. Non, ce que l'on accomplissait par amour n'était pas condamnable... Et quand bien même cela le serait... La jeune femme accepterait sans mal d'être damnée si c'était avec lui !

Ils s'étaient enfin retrouvés et, alors qu'elle se laissait allonger avec tendresse et impatience sur cette couche, Nemesis laissa son regard errer sur ce corps qui lui avait tant manqué. Il était tellement beau ! Sa main diaphane s'éleva doucement pour venir, comme un sensuel écho, répondre à ces caresses que son amant lui prodiguait, ravivant en son corps tout entier un brasier dont Nemesis retrouvait la douce et enivrante morsure. Ses mains partaient à la découvertes de ce corps devenu terres à explorer, à conquérir de nouveau. Ils avaient déjà fait l'amour, avaient déjà laissé leurs corps s'unir dans les plus sulfureuses des étreintes. Et cela était déjà bien délicieux. Mais, ce soir ils se redécouvraient, adultes et amants aguerris. Ils avaient connus d'autres corps, avaient caressé d'autre peaux et s'étaient enivrés à d'autres parfums. Sans aucun doutes possible avaient-ils aussi joui dans d'autres bras. Mais rien, absolument rien ne pouvait remplacer ni même égaler ce qu'ils vivaient en ce moment même. Sa tête s'était renversée, sa gorge offerte, alors qu'elle rendait les armes, s'abandonnant à ces mains qui la rendait folle de plaisir, de désir. Ses yeux mi-clos elle laissa Kieran flatter sa peau, redessiner ses courbes, s'attarder sur les plus sensibles et intimes endroit de son corps en feu. Sa respiration se faisait plus courte et plus chaude, son cœur tambourinait en son sein brûlant.

C'était si fort, tellement puissant ! Jamais Nemesis n'avait imaginé pareil déferlante de plaisir, de bonheur et presque d'extase. Chaque fibre de son être semblait comme revenir à la vie sous les caresses de son amant. Combien de fois s'était-elle imaginé se soustraire avec espièglerie à ses caresses dénuées de toute chasteté comme elle le faisait maintenant ? Chaque nuit ou presque depuis qu'ils avaient été séparés. Mais, là, elle ne rêvait ni ne fantasmait. Et la chaleur de cette peau d'homme sur laquelle elle laissait ses lèvres et sa langue s'attarder, le lui rappelait de la plus exquise des façons. Le faisant basculer avec tendresse sous elle, la jeune amante se faisait féline et cavalière, laissant son regard s'ancrer au sien tandis qu'elle embrassait pour mieux embraser le torse de Kieran, poursuivant sa progression bas, toujours plus bas. Ses mains, taquines et audacieuses venaient flatter l'intimité du jeune homme, aiguisant et honorant ce désir qu'elle sentait palpiter sous ses doigts fins. Mais déjà la gourmandise se faisait trop forte et la jeune femme embrassait l'objet de son désir. Caresse aussi délicieuse que sulfureuse qui les mènerait, elle n'en doutait pas même, vers un premier Eden de jouissance. Le premier d'une longue liste, elle l'espérait. La nuit et leur vie ne faisait que commencer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://s-eve-n.forumactif.org/
SORCIER
avatar
▌ Messages : 90
Humeur :
50 / 10050 / 100


Message#Sujet: Re: Le passé ne s'efface jamais totalement [PV Kieran][- 16 ans]   Dim 9 Fév - 1:50

Que pouvait connaître de l'amour ceux qui n'avaient jamais vécu ce que tous les deux partageaient là, maintenant, dans ces draps qui étaient maintenant le lieu d'une impeccable luxure ? Kieran ne savait pas. En fait, il avait eu le sentiment d'avoir oublié, d'avoir oublié ce qu'était sincèrement le désir, ce qu'était concrètement la passion. Il y en avait eu, des femmes, qui s'étaient retrouvées dans ce même lit (et dont il ferait bien attention de ne pas mentionner l'existence à Nemesis, même si ce serait une juste vengeance pour la douleur qu'il ressentait à la simple idée qu'elle partage toutes ces nuits avec ce fiancé qu'il détestait déjà alors qu'il ne le connaissait même pas), mais rien n'était comparable avec ce qu'il ressentait, là, maintenant. Il avait gardé de ses nuits avec Nemesis un souvenir impérissable, il ne se rappelait pas que qui que ce soit lui ait jamais procuré autant de plaisir. Pourtant, ils avaient tous les deux gagnés en expérience depuis. Nemesis avait été sa première, et il était probable qu'à l'époque, ils savaient bien moins comment se donner du plaisir, mais c'était quand même de ses ébats avec elle qu'il gardait les souvenirs les plus intenses, et là, c'était à nouveau pareil. Il suffisait que ses mains s'appliquent à caresser sa peau pour qu'il se sente frêmir de tout son être. L'amour, la prédestination, il s'agissait forcément de ça, amplifiait chaque sentiment, les rendait plus intense, plus importants. Le moindre contact de sa peau contre la sienne lui donnait le vertige, et quand ses lèvres s'aventurait le long de son torse, c'est à peine s'il répondait de sa personne. Alors, quand elle embrassa et caressa son intimité, son dos se cambra naturellement, ses ongles s'enfoncèrent dans le matelas. Et après plusieurs râles de plaisirs entre de nombreux soupirs d'extases, il atteint une première fois cet état de jouissance qu'il voulait expérimenter, encore et encore, jusqu'à plus soif, s'épuiser de ses caresses, il ne s'en lasserait pas.

La ramenant à elle après qu'elle ait su lui donner du plaisir comme personne n'avait jamais su le faire, il lui offrit le baiser le plus tendre, langoureux et sensuel qu'on puisse imaginer. Ses doigts caressaient son dos, flattaient chacune de ses courbes. Son corps impatient la réclamait encore, se voulait en elle, et y demeurer pour l'éternité. Il l'avait désiré si longtemps, et ça sans plus croire qu'il finirait par l'obtenir, il se sentait enfin lui-même, accompli. Il rejoignait les anges, le septième ciel, le paradis... Ou non, en fait, c'était l'enfer. Mais si l'enfer était si luxurieux, si délicieux, il signait immédiatement un pacte avec Lucifer et acceptait de se laisser consumer par ses flammes pour l'éternité, sans l'ombre d'une hésitation, et même avec bonheur. Serrant son bassin contre le sien, il entama un mouvement de va et vient de plus en plus rapide, gardant son regard planté dans le sien, ses yeux se perdant dans ceux de celle qu'il ne pouvait pas nier aimer.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Le passé ne s'efface jamais totalement [PV Kieran][- 16 ans]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Le passé ne s'efface jamais totalement [PV Kieran][- 16 ans]
» Nikki ? On n'efface jamais totalement de son cœur les émois du premier amour.
» On est jamais totalement seul ... [Petit Cerisier & Petite Sabreuse]
» Oublie ce qui t'a blessé dans le passé, mais n'oublie jamais ce qu'il t'a appris
» « Les plaies du passé nous laissent des cicatrices dont certaines ne disparaissent jamais totalement. » † Camille M. Masewicz
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
T.rouble O.r M.isery (or both) ::  :: 
Londres
-