AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Just for one night } Linds'

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
SORCIER
avatar
▌ Messages : 273
Humeur :
50 / 10050 / 100

En couple avec : /

QUI SUIS-JE?
Baguette: 34 cm de bois de Noyer et Crin de Licorne
Camp: Neutre
Avatar: Zachary Quinto

Message#Sujet: Just for one night } Linds'   Mar 15 Oct - 19:02




« Just for one night.  »




    C'était chiant. Vraiment. Je crois bien que c'était l'une des choses qui m'agaçaient le plus. Ou du moins, l'une des choses qui m'agaçaient qui revenaient le plus puisque je m'arrangeais d'ordinaire pour éviter la plupart des choses qui m'agaçaient un peu trop. Le fait était que si je voulais éviter cette chose en particulier, il allait falloir que je démissionne. Et ça, c'était hors de question.

    D'une part, j'adorais réellement mon métier et je considérais que j'étais vraiment chanceux d'avoir mis la main sur ce job qui collait à merveille avec ma personnalité, tout en me fournissant sans cesse de nouveaux défis et m'incitant sans cesse à me dépasser. Intellectuellement. Car il faut bien dire que les métiers physiques, ce n'était pas trop ma tasse de thé. J'étais bien dans mon bureau, et si par hasard il fallait que je m'hasarde à l'extérieur pour quelques recherches, il faut avouer que c'était rarement dangereux. Et ça me plaisait.

    De deux, cela me permettait de conserver une certaine autonomie vis à vis de mes parents, ce que je considérais comme un luxe non négligeable. Oh, certes, M. et Mrs. Hoover n'hésiterait pas à aider l'un u l'autre de leurs fils s'ils en ressentaient le besoin. Il n'empêche que je ne pouvais m'empêcher de considérait cela comme une fierté personnelle, ainsi qu'un gage de maturité. Je n'étais plus ce fils à papa qui s'accrochait aux poches de ses parents, et n'avais plus de compte à leur rendre sur ce sujet.

    Et de trois, je ne saurais pas quoi faire d'autre, bien que je n'ai jamais pris le temps d'y réfléchir. Cela ne m'avait jamais vraiment traversé l'esprit. Ou si. La première fois où il m'était arrivé d'échouer et où je m'était retrouvé dans un état de déprime lamentable pendant une semaine entière...

    Aujourd'hui, la chose m' était de nouveau arrivée. Et si cela revenait inévitablement de temps en temps, c'était toujours aussi désagréable. J'avais dépassé depuis longtemps l'état de déprime dans lequel mes premiers échecs m'avaient conduits, mais ce genre de chose occasionnaient toujours une baisse sensible de mon moral, que j'avais décidé de noyer allègrement ce soir en compagnie d'une bonne vieille bouteille de Whisky pur feu. Avachi sur le canapé de son appartement, je sentais une longue gorgée descendre lentement, brûlant un peu ma gorge au passage. Qu'il se casse les dents lui aussi sur cette stupide énigme tiens ! A qui Cloudman avait-il refilé le dossier d'ailleurs ? Bon, même si j'apprécie globalement tous mes collègues, je ne vous cache pas qu'il y en a certains que j'apprécie plus que d'autres... Et qu'il règne une espèce de petite compétition amicale dans le service. On ne se gênera pas de m'envoyer la réponse en pleine face dès que quelqu'un aura mis le doigts dessus...

    Lâchant un nouveau soupir, je porte le goulot à mes lèvres une nouvelle fois. Ethan va me retrouver dans un état lamentable demain... Tant pis.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
avatar
▌ Messages : 285
Humeur :
50 / 10050 / 100

En couple avec : Christian Walsh

QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois de roseau, crin de licorne, 19 cm
Camp: Bien
Avatar: Zooey Deschanel

Message#Sujet: Re: Just for one night } Linds'   Ven 18 Oct - 8:58

Elle ne devrait pas faire ça. Ce n'était ni décent, ni approprié à sa condition, ni à celle de n'importe quelle femme ayant un tant soit peu de fierté et d'amour propre...

Mais la fierté et l'amour propre commençaient à devenir le cadet de ses soucis, dernièrement. Lindsay en avait marre, vraiment marre d'être cette parfaite épouse, attentive et propre sur elle, bonne apparemment, qu'à faire de bons petits plats à son mari et à faire acte de présence à la maison sans jamais devoir s'interroger sur les raisons qui poussaient ce dit mari à se comporter (partiellement) comme un crétin égoïste.

Pourquoi, après tout, si James se permettait d'aller se taper la première venue, elle ne pourrait pas, elle, de son côté, rendre très innocemment visite à l'un de ses amis, si masculin soit-il ?

C'est vrai, elle ne devrait pas, ce n'était pas conventionnel, mais elle s'en moquait, au point où elle en était. Elle avait besoin de compagnie, de trouver une présence amie, et, c'était comme ça, c'était Jacob qu'elle voulait voir. Sans raison particulière, si ce n'est qu'il savait écouter, et qu'il savait pas ailleurs ce que c'était que de se faire éconduire par la personne que l'on aime.

Elle ne voyait pas à qui d'autre aller confier ses états d'âme. Si elle ne l'avait pas fait auprès de lui, elle aurait sans doute tout déballé au premier inconnu croisant son chemin tant elle ressentait le besoin de parler... Alors bon, ce serait Jacob.

Les raisons de tant de contrariété ? Faut-il seulement le demander ? Il s'agissait de James, bien sûr, d'une façon ou d'une autre, il s'agissait toujours de lui. Ils s'étaient vu en coup de vent il n'y a pas quelques minutes, le tout pour qu'il lui apprenne qu'il repartait, et qu'il ne rentrerait que tard, sans plus d'explications, comme si ça ne devait pas lui poser de problème. Comme s'il n'essayait même plus de faire l'effort de lui dissimuler la vérité.

À tous les coups, c'était elle qu'il était allé retrouver. “Elle” alias la salope (Lindsay prononçait peu de grossièretés mais beaucoup lui venaient en tête quand elle pensait à la maîtresse de son mari) qui voulait lui voler James. Sûrement cette bêcheuse de Colloway.

Alors oui, elle avait besoin de parler, de compagnie... et d'alcool. Lindsay n'avait pas manqué de prendre dans son sac  une bouteille d'hydromel, tiré du bar des Hopkirk avant de faire chemin jusque chez Jacob.

Elle hésita un temps avant de toquer à la porte, quand ce fut fait, elle afficha d'abord un sourire d'usage, qui se modifia rapidement quand Jacob lui ouvrit la porte.

Apparemment, il ne l'avait pas attendu pour boire. En même temps, il ne savait pas qu'elle viendrait (elle avait décider de lui rendre visite sur un coup de tête, tant pis si il avait mieux à faire).

"Salut Jacob. Je voulais te proposer qu'on prenne un verre, mais apparemment, tu as déjà de l'avance sur moi. Je peux entrer ?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
avatar
▌ Messages : 273
Humeur :
50 / 10050 / 100

En couple avec : /

QUI SUIS-JE?
Baguette: 34 cm de bois de Noyer et Crin de Licorne
Camp: Neutre
Avatar: Zachary Quinto

Message#Sujet: Re: Just for one night } Linds'   Jeu 31 Oct - 17:49




« Just for one night.  »




    Ca sonne. C'est déjà lui ? Peut être que oui. Ce fait combien de temps depuis ça dernière visite ? Une semaine ? Deux ? Oh, n'allez pas croire je ne sais pas quoi. Ce n'est typiquement pas le genre de voisin embêtant ou quoique ce soit d'autre. Au contraire, il est même très serviable. Et je sais que je peux compter sur lui. S'il vient régulièrement c'est que... Disons que, très clairement, je n'ai pas toujours le sens des priorités. Et que lorsque mes placards sont vides... Ils ont tendance à le rester. L'état de mes placards est d'ailleurs un très bon indicateur du temps qu'il me reste avant la prochaine visite de mon voisin de pallier. A croire qu'il a lancé un sort dessus.

    J'ouvre donc le battant de la porte sans aucune gêne la bouteille à la main, prêt à voir le visage d'Ethan de l'autre côté. Sauf qu'Ethan est bien féminin pour le coup. Car au lieu de mon voisin, c'est Lindsay que j'ai en face de moi, et je ne suis pas encore suffisamment bourré pour ne pas les différencier, tout de même.

    - Salut Jacob. Je voulais te proposer qu'on prenne un verre, mais apparemment, tu as déjà de l'avance sur moi. Je peux entrer ?

    J'avoue qu'il me faut un court moment pour me remettre de cette surprise. J'ouvre mécaniquement la porte, et la laisse entrer en la suivant du regard. Je dois avoir l'air emprunté... Et puis, finalement, je m'adapte à la situation en refermant la porte derrière elle.

    - Lindsay ! Attend, je vais te chercher quelque chose, assis toi.

    Je l'abandonne dans le salon alors que je passe de l'autre côté du bar, cherchant dans la cuisine de quoi étancher sa soif (en l'occurrence, les bouteilles de Whisky Pur Feu du seul placard dont les réserves sont a peu près stables). J'en pose une sur la table basse devant elle avant de reprendre ma place originelle sur le canapé, à la différence qu'à présent je ne suis plus seul dessus.

    - Tiens, t'as plus qu'à rattraper ton retard maintenant, je déclare en lui adressant un sourire.

    Peut être qu'elle n'aime pas le whisky. C'est vrai que j'ai complètement oublié de le lui demandé. Oh, bien sûr, je dois avoir d'autres choses dans les placards. En cherchant bien. Mais la bouteille qui se trouve devant elle est ouverte à présent. Et le whisky des Trois Balais, ça ne se gâche pas...

    - Ça te va au fait ? Je t'ai même pas demandé, désolé...




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
avatar
▌ Messages : 285
Humeur :
50 / 10050 / 100

En couple avec : Christian Walsh

QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois de roseau, crin de licorne, 19 cm
Camp: Bien
Avatar: Zooey Deschanel

Message#Sujet: Re: Just for one night } Linds'   Sam 9 Nov - 11:27

- Lindsay ! Attend, je vais te chercher quelque chose, assis toi.

L'avantage, avec Jacob, c'est qu'il n'est ni très difficile, ni trop curieux. Venir ainsi à l'improviste comme elle le faisait était contraire aux moeurs mais il ne lui en tenait pas rigueur, il prenait les faits bruts pour ce qu'ils étaient : elle avait besoin d'une compagnie amicale, elle avait besoin d'un verre. Alors il lui procurait les deux.

Peut-être que son absence de questionnement venait de cette espèce de délicatesse naturelle que Lindsay avait toujours reconnu en lui. Peut-être venait-elle tout simplement du fait qu'il avait plusieurs verres d'avance sur elle. Allez savoir.

Elle s'en moquait, dans le fond. Il l'invitait à entrer, alors elle ne se fit pas prier, tout comme elle ne tarda pas à s'asseoir sur le confortable canapé de son salon sans demander son reste.

Lindsay s'empara immédiatement de son verre quand Jacob le remplit généreusement de whisky pur feu.


- Tiens, t'as plus qu'à rattraper ton retard maintenant.


Sans problèmes. Lindsay tenait extrêmement mal l'alcool, mais peu importe, elle avait envie de se noyer dans cette multitude de verres, jusqu'à ce que ses pensées se fassent définitivement incohérentes et aussi éloignée que possible de ses tracas habituels. Récurrents et si nombreux.

À la première gorgée d'alcool, elle grimaça. Oh, ce n'était pas la première fois qu'elle buvait du whisky pur feu, mais ça lui faisait le même effet à chaque fois : il lui fallait un évident temps d'adaptation avant de cesser de ressentir cette brûlure dans sa gorge. Qu'importe, du moment que l'effet désiré était là.


- Ça te va au fait ? Je t'ai même pas demandé, désolé...

C'était très bien. Peu lui importait l'alcool, vraiment, du moment que c'en était. Celui ferait aussi bien l'affaire qu'un autre, même si Lindsay devait admettre qu'elle n'était certainement pas apte à apprécier ce cru comme il se devait.

"C'est parfait."
lui assura-t-elle dans un sourire.

Et comme pour confirmer ses dires, elle but d'une traite son verre, ne l'appréciant sûrement pas à sa juste valeur, avant de s'en resservir immédiatement un.

Ce ne fut que cela fait que son regard vint chercher celui de son interlocuteur.


"Alors, dis moi, tout va bien ? Quelque chose te tracasses, pour que tu te retrouves à boire seul dans ton coin, je me trompe ?"


Lindsay ne faisait pas seulement semblant de s'intéresser aux problèmes de son ami, elle se sentait véritablement concernée. Elle espérait que rien de trop grave n'était arrivé à Jacob.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
avatar
▌ Messages : 273
Humeur :
50 / 10050 / 100

En couple avec : /

QUI SUIS-JE?
Baguette: 34 cm de bois de Noyer et Crin de Licorne
Camp: Neutre
Avatar: Zachary Quinto

Message#Sujet: Re: Just for one night } Linds'   Dim 1 Déc - 21:22




« Just for one night.  »




    - C'est parfait.

    Parfait. Tant mieux. Le sourire qui fleurit sur les lèvres de Lindsay se répercuta aussitôt sur les miennes. Depuis combien de temps ne m'a t-on pas adressé ce mot? Mon travail est loin d'être parfait en ce moment...  Et ce n'est pas quelque chose que j'ai l'habitude d'entendre dans mes conversations de tous les jours. Parfait. Ce mot sonne agréablement à mes oreilles, bien plus qu'il ne l'aurait fait en temps normal. Lorsque je boit, toute chose devient bien plus importante. A davantage d'impact sur moi. Que ce soit positif ou négatif. Un échec ou un compliment. Qu'importe. Amplifié est le bon mot.

    Je regarde mon invitée se resservir, effectuant mécaniquement les mêmes gestes qu'elle. Le liquide coule dans ma gorge, et une agréable sensation de chaleur s'empare à nouveau de mon corps. Par dessus mon verre, je vois le regard de Lindsay se poser sur moi. D'un froncement de sourcil, je lui adresse une question muette. Quoi? Que veut-elle?

    - Alors, dis moi, tout va bien ? Quelque chose te tracasses, pour que tu te retrouves à boire seul dans ton coin, je me trompe ?

    Ah. J'imagine que c'est le retour du bâton. J'avoue que me saouler dans mon appart et l'inviter à entrer dans ce même appart' ne doit pas se faire sans déclencher des interrogations de sa part... Je termine mon verre cul-sec et le repose sur la table basse. Je me rends compte que j'ai un peu trop bu lorsqu'un sourire apparaît sur mes lèvres lorsque je me rends compte que le verre est en parfait équilibre sur la table, et qu'il n'a pas fini par terre ou quoi que ce soit. Sur le coup, je me dit que je maîtrise la situation, et que j'en suis fier. Parce que mon verre est à présent bien posé sur la table. Stupide. C'est ce que je penserais de moi plus tard, sûrement. Je m'avachis dans le canapé tout en soupirant.

    - Bof, le travail. J'ai dû refiler ce ... Ce sur quoi je bossais à un collègue. J'avançais pas...

    Mon buste s'incline vers la droite, et mon épaule se retrouve collée à celle de mon amie, alors que ma tête vient sagement se nicher dans le creux que forme son cou et son épaule. Dans un murmure, je ne peux m'empêcher d'ajouter:

    - C'est... tragique...

    Oui, tragique. C'est surtout mon état qui est tragique. Je rouvre doucement les paupières que j'avais fermées lorsque je m'étais rapproché de Lindsay. Et en partant en direction de la table et de la bouteille, mon regard ne peut s'empêcher de glisser sur la poitrine de Lindsay. Oups. C'est en rougissant un peu que mon bras se tend vers la bouteille posée sur la table, sans toutefois réussir à l'atteindre. Elle vient par tomber mollement sur le canapé alors que je soupire. Pourquoi les sortilèges d'attraction ne peuvent-ils pas fonctionner sur une simple demande du cerveau? Je soupire et arrange un peu ma position en gigotant, pour être pour confortablement installé.

    - Et toi? C'est encore James ?

    Et un peu plus bas, je murmure pour moi-même :

    - Y te mérite pas...






HJ / Désolé pour le retard, j'espère que ca te conviens Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
avatar
▌ Messages : 285
Humeur :
50 / 10050 / 100

En couple avec : Christian Walsh

QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois de roseau, crin de licorne, 19 cm
Camp: Bien
Avatar: Zooey Deschanel

Message#Sujet: Re: Just for one night } Linds'   Mer 4 Déc - 17:56

- Bof, le travail. J'ai dû refiler ce ... Ce sur quoi je bossais à un collègue. J'avançais pas...


Oh ! Si ce n'était que le travail, ce n'était pas si grave alors, ou du moins, c'était plus facilement oubliable que d'autres soucis plus graves, en tous cas aux yeux de Lindsay, la jeune femme préférait en tous cas entendre ça plutôt qu'autre chose.

Bien sûr, il ne fallait pas minimiser la situation pour autant. Lindsay savait que son travail était une chose très importante pour Jacob, mais l'avantage, c'est qu'il s'agissait à ses yeux de ce genre d'ennuis qu'un bonne bouteille de whisky pur feu parvenait à raidement résoudre. D'ailleurs, elle allait se resservir un verre.

Affalée sur le canapé, elle n'esquissa pas le moindre geste quand Jacob vint déposer sa tête sur son épaule. Elle aurait pu mettre le hola, mais elle n'en avait pas l'envie, ni les capacités mentales (ces dernières étant profondément altérée par sa consommation en grande quantité d'un alcool qu'elle supportait mal). Il faut dire qu'il y avait longtemps que personne n'avait eu à son adresse un geste un tant soit peu affectueux. Mine de rien, ça lui faisait beaucoup de bien.


- C'est... tragique...

Le terme était bien sûr trop fort. Personne ne pouvait dire de quelque chose que c'était tragique s'il n'avait pas au moins vu toute sa famille se faire décimer sous ses yeux. Enfin, le vocabulaire n'était jamais qu'une question d'acception. Tragique, ça lui convenait bien, elle s'en fichait.

Je vous l'ai dit : ce soir, elle ne réfléchissait pas. Elle réfléchirait le lendemain. Et quelles réflexions !

Lindsay s'amusa à voir Jacob chercher en vain à attraper sa bouteille. Ce fut finalement elle qui l'agrippa, abandonnant la bienséance pour boire la bouteille en question au goulot, alors que sans problèmes, Jacob devinait les raisons qui l'avaient poussé à sonner à sa porte.


- Et toi? C'est encore James ?

Bien sûr, que c'était encore James. Les pensées, et la vie de Lindsay étaient accaparés par ce mari qui se fichait complètement d'elle, et qui, à coup sûr, lui faisait des infidélités sans l'ombre d'un scrupule.

Elle hocha vigoureusement la tête dans un soupir bruyant. Elle en avait marre de ne pas savoir quoi faire d'autre, si ce n'est se plaindre sans arrêt de ses déboires conjugaux, mais ils l'accaparaient, qu'est-ce qu'elle y pouvait ?


- Y te mérite pas...

Le regard de Lindsay vint rencontrer celui de Jacob, d'abord interrogateur, puis finalement reconnaissant. C'était terrible que d'avoir à dire cela, mais c'est ce qu'elle pensait de plus en plus dernièrement.

C'était la première fois que, alors qu'elle parlait de ses problèmes, on ne lui disait pas de laisser le temps au temps, ou des autres lieux communs, c'était la première fois qu'on se rangeait directement de son côté, et ça lui faisait un bien fond. D'autant que Jacob était autant l'ami du mari que de la femme, il était donc objectif. Objectif et alcoolisé.


"Tu sais quoi ?"
dit-elle en lui tendant la bouteille. "Je crois bien que t'as raison. C'est vrai, quoi ! Je me plie en quatre pour recoller les morceaux, et lui, il s'en tape royalement. Ils doivent bien se foutre de ma gueule, lui et la conne qui lui sert de maîtresse." Elle poussa un nouveau soupir. "J'aurais dû m'en douter, en fait. J'aime James, mais il est si.... lui répète pas, mais il est d'un ennui à mourir, parfois, et si discret... impossible de savoir ce qu'il pense. Parfois, je me dis que j'aurais été mieux loti avec un mari plus fiable, tu vois, pas cachottier, en tous cas." Elle récupéra la bouteille des mains de Jacob pour en boire une nouvelle gorgée, se lovant contre son interlocuteur. "Un gars un peu comme toi, en fait."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
avatar
▌ Messages : 273
Humeur :
50 / 10050 / 100

En couple avec : /

QUI SUIS-JE?
Baguette: 34 cm de bois de Noyer et Crin de Licorne
Camp: Neutre
Avatar: Zachary Quinto

Message#Sujet: Re: Just for one night } Linds'   Dim 9 Fév - 15:31




« Just for one night.  »




    Je me préparai à faire une nouvelle tentative. Il me fallait juste... Un peu de temps pour regrouper ma motivation et mon courage pour me redresser et enfin attraper cette fichue bouteille. Le doux brouillard qui enveloppait mon esprit avait quelque chose de rassurant en cet instant, qui me détachais de la réalité des choses. Quelque chose de subtil et d'intriguant, qui me poussait à continuer dans cette voie, à sentir de nouveau ce liquide chaud descendre le long de ma gorge, laissant au passage cette douceâtre trainée chaude et ce goût suave et légèrement fruité. Sauf que Lindsay, la belle Lindsay fut plus prompte que moi, et la bouteille de la table disparut entre ses mains. Suivie par mon regard embrumé, son goulot finit entre ses lèvres le temps de quelques gorgées.

    Je n'aurais alors peut être pas dû prendre la parole. D'abord parce que le sujet en question n'avait pas l'air de lui plaire (en même temps, c'était légèrement normal...) et ensuite parce que je me rendit compte qu'elle avait entendu ma remarque au regard qu'elle me lança. Et qu'alors, je trouvais ma phrase bien déplacée. Qui étais-je pour juger les autres? A plus forte raison quelqu'un que je considérais comme un ami ? J'ouvris la bouche pour me rattraper, mais rien ne vint et je la refermais en baissant légèrement le regard, confus et un peu honteux.

    - Tu sais quoi ? Je crois bien que t'as raison. C'est vrai, quoi ! Je me plie en quatre pour recoller les morceaux, et lui, il s'en tape royalement. Ils doivent bien se foutre de ma gueule, lui et la conne qui lui sert de maîtresse.

    La bouteille était arrivée dans mon champ de vision, et je l'avais mécaniquement serrée dans mes mains, puis portée à mes lèvres. Je n'avais compris qu'ensuite le sens des paroles de mon amie. Après un laps de temps durant lequel elle poussa un soupir qui me révolta. James la trompait ? Je me redressais d'un coup, tanguant légèrement sur le canapé, complètement indigné par la chose. Le regard révolté que je lui lança dû parler pour moi, car elle continua alors que les mots que je voulais sortir restaient dans ma gorge, mon esprit enivré n'arrivant pas à les démêlés, tous s'étant précipités en même temps, se mêlant à mes pensées outrées en un joli brouhaha.

    - J'aurais dû m'en douter, en fait. J'aime James, mais il est si.... lui répète pas, mais il est d'un ennui à mourir, parfois, et si discret... impossible de savoir ce qu'il pense. Parfois, je me dis que j'aurais été mieux loti avec un mari plus fiable, tu vois, pas cachottier, en tous cas. Un gars un peu comme toi, en fait.

    Je cligne des yeux quelques fois, légèrement perdu, et la laisse me reprendre la bouteille sans opposer de résistance. Je l'accueille agréablement lorsqu'elle se love contre moi, passant mon bras derrière son cou, mes doigts se mettant à caresser le haut de son épaule en un léger aller retour.

    - Tu devrais pas dire ça... laissais-je échapper en un murmure hésitant.

    Je doute un court instant, ne pensant non pas à James mais à la femme qui se tient contre moi, appréhendant sa réaction. J'aime sentir son corps contre le mien, nos chaleurs qui se mêlent, passant à travers nos vêtements. Je ferme les paupières, et laisse mes inquiétudes derrière moi. Je me pense vers elle, et le chemin qui nous séparait jusqu'alors me semble ridicule. Mes lèvres se posent sur son cou en un baiser léger.

    - Lindsay... Je n'ai pu m'empêcher de chuchoter son prénom, d'une voix caressante, hésitante.

    Le nez enfoui entre son cou et sa chevelure, je me sens encore à l'abri. En sécurité. Je ne vois pas sa réaction, je ne peux que la deviner. Et l'appréhension se mêle à l'excitation que cette situation génère, laissant l'adrénaline se répandre dans mon corps. Je laisse un autre baiser sur sa mâchoire avant de me figer doucement, attendant une réaction quelconque de sa part, un brin anxieux. Et un doute vicieux s'insinue dans mon esprit...




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
avatar
▌ Messages : 285
Humeur :
50 / 10050 / 100

En couple avec : Christian Walsh

QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois de roseau, crin de licorne, 19 cm
Camp: Bien
Avatar: Zooey Deschanel

Message#Sujet: Re: Just for one night } Linds'   Dim 16 Fév - 15:25

- Tu devrais pas dire ça...

Non, effectivement, elle ne devrait pas. La raison, la décence, la morale, il y avait un milliard de préceptes colportés par les bien-pensants qui auraient dû la dissuader de dire ce qu'elle avait dit, et d'insinuer ce qu'elle avait insinué.

Mais à quoi bon se conformer sans cesse à la bienscéance, à ce que tout le monde reconnaissait comme étant indéniablement juste ? À quoi cela l'avait-il mené jusque là ? À rien qu'on puisse lui envier, selon elle. Elle avait tout fait pour être l'épouse modèle, de celles qu'on invite toutes les petites filles à devenir sitôt qu'elles avaient trouvé un époux.

Elle avait toujours fait ce qui était juste, ce qui était bon, toujours fait ce qu'on lui disait de faire, et au final, qui était le mieux loti, hein ? Le mari qui trompait allègrement sa femme sans l'ombre d'un scrupule, ou ladite femme qui courait après une absurde chimère ?

Non, vraiment, au diable ce qu'elle était supposée dire, ou ce qu'elle aurait dû faire. Elle en avait marre de soigneusement suivre le chemin que l'on avait tracé pour elle. Elle n'en retirait aucune joie, aucune satisfaction, elle était malheureuse comme les pierres, qui pouvait dire qu'agir selon le grand dessein était la voie d'accès au bonheur. La personne qui avait affirmé cela un jour avait menti, et avec une effronterie monstrueuse.

Quand Jacob déposa un baiser au creux de son cou, elle ressentit un frisson. Le frisson de l'interdit, le frisson de l'inconnu, elle qui ne s'était jamais laissée embrasser que par un seul homme. Un froid agréable la traversa, mélange de peur et d'envie.

Il ne fallait pas... Il ne fallait pas... Mais pourquoi avoir encore des scrupules ? Il n'en avait sûrement eu aucun, lui, en se précipitant dans les bras d'une autre. L'alcool annihilait ses pensées, faisait s'effondrer le mur d'interdit qu'elle aurait autrement dressé autour de cette situation. Que la culpabilité aille prendre des vacances ailleurs. Lindsay ne voulait plus entendre parler d'elle.


- Lindsay...

Ce vocatif eut raison d'elle. elle ne pouvait nier l'attirance et l'envie, elle n'avait pas envie de faire semblant. Ce serait sans conséquences, après tout. Ce serait leur secret, personne n'en saurait jamais rien, et l'espace d'une nuit, elle aurait eu le sentiment d'avoir obtenu vengeance. Elle aimait le regard qu'il portait sur elle, elle aimait se sentir désirée, elle qui n'avait pas vu une telle étincelle luire dans le regard de son mari depuis tant d'année, si elle avait vraiment existé un jour.

Interrompant le cours de ses réflexions les plus sensées et raisonnables, Lindsay déposa alors un baiser sur les lèvres de Jacob, un baiser au goût de liqueur et d'adultère. C'était loin d'être désagréable. Elle parcourait son dos de caresses alors qu'elle cherchait à le débarrasser de l'étoffe qui recouvrait encore ce corps dont elle voulait ressentir la chaleur tout contre la sienne.


"Dis-moi que tu m'aimes. Même si tu mens. Juste pour cette nuit."
dit-elle entre deux baisers. Une injonction qui lui ressemblait si peu... mais qui illustrait clairement sa pensée actuelle. Elle voulait être aimée, désirée.... rien de plus, rien de moins.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Just for one night } Linds'

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Wednesday Night Raw # 60
» Perfect night ♪
» Snow Night [F, Clan de Glace]
» Monday Night Raw #46 - Carte
» Friday Night Smackdown - 23 Décembre 2011 (Carte)
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
T.rouble O.r M.isery (or both) ::  :: 
Les habitations
 :: Bienvenue chez vous ! :: Appartement de Jacob Hoover (Angleterre, Londres)
-