AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Tu n’es pas fou, moi aussi je les vois (Luna)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Voyageur Temporel
avatar
▌ Messages : 1032
Humeur :
10 / 10010 / 100

En couple avec : Ginny
Nouveau nom (voyageurs temporels) : William Black

QUI SUIS-JE?
Baguette:
Camp: Bien
Avatar: Daniel Radcliffe

Message#Sujet: Tu n’es pas fou, moi aussi je les vois (Luna)   Mer 23 Juil - 21:53

Luna & Harry
Tu n’es pas fou, moi aussi je les vois.
Harry sortait à peine de cours, en cette soirée de février. S'il y avait une chose qui n'avait pas changé entre sa vie dans le futur et maintenant, c'était les cours auquel il participait. Au moins, pendant ces longs mois, il ne perdait pas le fil de son apprentissage. C'était la fin de sa cinquième année qu'il avait été envoyé dans cette vieille époque, il était à la moitié de sa septième maintenant. Autant dire qu'il avait quand même passé énormément de temps à l'époque où son ennemi jurée n'était qu'un adolescent comme lui. Et les prochains mois l'angoissait également. Le jeune homme ne voulait pas spécialement y penser, mais il se demandait bien ce que lui et ses amis allaient devenir une fois la fin de l'année scolaire arrivée. Cela allait être difficile pour eux de continuer, ils ne pouvaient pas indéfiniment rester dans cette époque. Du moins, ce n'était pas ce que désiré Harry et il espérait qu'ils trouvent bientôt un moyen de rentrer chez eux. Mais en attendant, il avait des choses à faire. Le jeune homme savait bien que c'était dangereux, qu'il ne pouvait pas faire n'importe quoi, mais il n'allait pas pour autant laisser Tom trop s'en sortir. Enfin pour le moment, Harry avait surtout trop de devoir à faire pour penser à une quelconque action contre le futur grand mage noir. Malheureusement, il restait un élève comme un autre et devait donc faire ses devoirs.

Le jeune Potter avait laissé Ron et Hermione partir avant lui vers la salle commune des Gryffondor. Il avait besoin de passer à la bibliothèque pour récupérer un livre pour son devoir. Il avait bien essayé de demander à Hermione de l'aider, c'était quand même plus rapide, mais elle n'avait pas voulu. Prétextant, comme d'habitude, qu'il devait travailler et chercher lui même. C'était donc pour cette raison qu'il avait donc prit la direction de la bibliothèque, alors qu'il désirait simplement aller se poser dans la salle commune. Il ne mit pas bien longtemps avant d'arriver à destination, il n'avait pas spécialement envie de traîner. Il voulait s'occuper de cela avant l'heure du dîner, pour ainsi être tranquille et pouvoir profiter pleinement de sa soirée en compagnie de ses amis. Harry passa un moment dans les rayons à la recherche de ce qu'il cherchait avant de mettre enfin la main dessus. Quand il se retourna, l'ouvrage dans ses mains, il sursauta en voyant une fille juste à côté de lui.

« Oh Lu... heu... Aulne. » Dit-il rapidement en reconnaissant la personne qu'il avait en face de lui. Il ne s'était pas du tout attendu à la voir. Elle était arrivée sans aucun bruit. « Tu vas bien ? »

Contrairement à Ron, Hermione, Ginny ou Neville, Harry avait moins l'occasion de voir Luna. Ils ne pouvaient pas se retrouver le soir tranquillement dans la salle commune pour discuter, puisqu'elle n'était pas dans leurs maisons.


Dernière édition par Harry Potter le Sam 2 Aoû - 14:03, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Voyageur Temporel
avatar
▌ Messages : 3953
Humeur :
98 / 10098 / 100

En couple avec : oh, vous savez, moi... Tiens, un nargole!
Nouveau nom (voyageurs temporels) : Aulne Quibber

QUI SUIS-JE?
Baguette: 19,42 cm, bois de saule et griffe de botruc
Camp: Bien
Avatar: Evanna Lynch

Message#Sujet: Re: Tu n’es pas fou, moi aussi je les vois (Luna)   Jeu 31 Juil - 13:43



Tu n'es pas fou, je les vois moi aussi
S

i, à l'inverse de la plupart de ses camarades bleu et bronze, Luna ne passait pas le plus clair de son temps à la bibliothèque, cela ne l'empêchait pas (on ne se refait pas, après tout, de s'y trouver souvent), encore plus, à vrai dire, depuis qu'elle s'était retrouvée dans cette époque qui, bien qu'ils y étaient à présent depuis plus d'un an, lui était aussi étrangère que familière. Il y avait ses habitudes que l'on prenait au fil du temps, on s'habituait à ce que l'horizon culturel de ceux de son âge ressemble à ceux de nos grands-parents, on s'habituait aux gaffes à ne plus prononcer, on s'habituait à tous les protocoles de discrétion profitable à un anonymat déjà en partie brisé par ce procès dont elle avait été la cible première... D'autres choses, cependant, demeuraient plus difficile à apprécier au quotidien et s'y faire n'était pas simple. Pour Luna, le plus difficile était cette séparation forcée d'avec son père, mêlée à la crainte de plus en plus présente qui lui serrait les entrailles, celle de ne plus jamais le revoir. Et plus le temps passait, plus la crainte terrible se transformait en déplaisante conviction. Il y avait également, depuis le début de cette année, le regard tantôt défiant, tantôt courroucé de ses camarades, qui ne se contentaient pas, non, de se moquer d'elle ou de la pointer du doigt en riant, mais qui, clairement, la considéraient comme une criminelle potentielle, malgré le fait qu'elle ait été innocentée. La rançon de sa folie était qu'elle donnait le prétexte parfait à beaucoup pour la qualifier d'assassin notoire sans l'ombre d'un doute. Pour ne pas supporter l'atmosphère pesante de son dortoir, oui, et par curiosité, tout simplement (car la blondinette n'en était clairement pas dénuée), elle passait donc de plus en plus de temps à la bibliothèque récemment, au point de ressembler à s'y méprendre aux plus studieux de ses camarades... sans forcément l'être, à la vérité, car ce qu'elle faisait, de manière générale, perdue au milieu des grimoires, n'était pas tant se documenter pour un devoir que d'étancher une soif de connaissances qu, à d'autres, aurait pu sembler terriblement superflue.

Elle avait, comme souvent, laissé ses yeux et ses mains traîner du côté du rayons où s'entassaient, dans un désordre organisé, les manuels concernant les créatures magiques. Aucune mention, encore, de celles auxquels quelques autres cinglés à part elle avaient prêté foi, et qui complétaient de nombreux articles du Chicaneur avec leurs théories que le commun des mortels aimait à qualifier de “fumeuses” sans jamais se justifier. Sous le prétexte qu'ils savaient tout mieux que tout le monde, certainement. Qu'importe, elle se contentait de ce qu'elle pouvait bien trouver, et elle s'était trouvée une lecture satisfaisante, assise à une table à l'écart. Quand elle leva le nez vers le ciel, songeuse, comme cela lui arrivait souvent, le regard de Luna tomba sur Harry, qui venait juste d'entrer. Ni une ni deux, presque d'un bond, elle se leva de sa place et alla le rejoindre, de ce pas feutré qui le surprit. Son but n'avait pas été de l'effrayer, mais l'empressement qu'elle avait eu à saisir l'occasion de lui parler avait pu prêter à confusion, elle le comprenait aisément.

-Bonjour William.
Fit-elle de sa si habituelle voix douce et cristalline. Elle ne s'habituait pas, même avec le temps, à l'appeler ainsi (et vu l'hésitation qu'il avait eu, Harry non plus), ces problèmes de prénoms s'associait, chez elle, à des problèmes d'identité qu'elle se serait aisément évité si cela lui avait été permis, mais il n'y était pour rien, bien évidemment. Au regard du monde, elle se devait de rester Aulne, un point c'est tout. Je vais bien. Ajouta-t-elle doucement, penchant doucement la tête sur le côté. Tu cherchais quoi ? Demanda-t-elle avec un ton où transperçait mystérieusement un rien de sérieux qui, quand on connaissait le personnage, pouvait déstabiliser à la vérité.


code by Mandy


_________________
- Let's do the time warp again -

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Voyageur Temporel
avatar
▌ Messages : 1032
Humeur :
10 / 10010 / 100

En couple avec : Ginny
Nouveau nom (voyageurs temporels) : William Black

QUI SUIS-JE?
Baguette:
Camp: Bien
Avatar: Daniel Radcliffe

Message#Sujet: Re: Tu n’es pas fou, moi aussi je les vois (Luna)   Sam 2 Aoû - 22:56

Luna & Harry
Tu n’es pas fou, moi aussi je les vois.
Harry ne s'était pas attendu à se faire surprendre par Luna de cette manière, elle n'avait fait aucun bruit en arrivant vers lui. Par conséquence, il sursauta quand il la vit, avant de lui demander comment elle allait. Il fit presque l'erreur de l'appeler par son vrai nom, celui qu'il devait taire normalement. Le jeune homme avait vraiment beaucoup de mal avec ces noms qu'ils s'étaient choisi pour passer inaperçu. Au bout de plus d'un an, les voyageurs auraient sans doute dû s'y faire, ne plus avoir ce genre de souci. Mais non, Harry n'y parvenait toujours pas. D'ailleurs, cela lui fit vraiment bizarre d'entendre Luna l'appeler par son autre prénom, celui qu'il avait emprunté. Même s'il avait eu peur en la voyant, puisqu'elle faisait toujours preuve d'une grande discrétion, il était quand même ravi de la voir. Luna n'appartenait pas à la même maison que les autres voyageurs, il ne pouvait donc pas la voir aussi facilement que les autres après les cours. Et on ne pouvait pas dire qu'elle avait été aidée ces derniers temps, avec le procès de cet été. Harry savait bien que de nombreux élèves continuaient de croire qu'elle était une meurtrière. Malheureusement, elle ne pouvait pas faire grand-chose de plus pour avoir une meilleure image aux yeux des autres, elle avait été innocenté mais ils ne la croyaient pas. Cela serait tellement plus simple pour tout le monde qu'ils puissent rentrer chez eux enfin, qu'ils puissent retrouver leur vie normale. Malheureusement, plus le temps passait, moins Harry y croyait.

Harry était content d'entendre Luna lui dire qu'elle allait bien. Cela ne devait pas être facile pour elle quand même, enfin si elle disait allait bien il la croyait. Elle savait qu'elle pouvait se confier à lui si jamais elle en avait le besoin. De toute façon, la conversation changeait radicalement puisque Luna lui demanda ce qu'il cherchait. Son regard se reporta sur l'étagère qu'il consultait avant que son amie ne vienne le voir, où il cherchait un ouvrage pour son devoir.

« Je suis à la recherche d'un livre pour m'aider à faire mon devoir de métamorphose. » Harry marqua une pause avant de retourner son regard vers Luna. « Her... Prudence ne veut pas m'aider. » C'était pénible, le jeune homme en avait assez de tous ces faux semblants. Pour lui, son amie était Hermione pas Prudence. « Je dois donc chercher par moi-même. » Harry reporta son regard vers l'étagère, où il vit enfin le livre qu'il cherchait. Sans attendre, il l'attrapa afin d'être sûr de ne pas l'oublier. « Le voilà. Je vais pouvoir travailler correctement. »

Au final, Harry se doutait bien que son amie allait finir par l'aider. Mais il devait avant tout faire preuve d'un peu de sérieux, pour qu’Hermione décide enfin de céder et de lui donner un coup de main. Au final, c'était mieux ainsi, mais il y avait des moments Harry regrettait le sérieux de son amie.

« Ça va bien pour toi les cours ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Voyageur Temporel
avatar
▌ Messages : 3953
Humeur :
98 / 10098 / 100

En couple avec : oh, vous savez, moi... Tiens, un nargole!
Nouveau nom (voyageurs temporels) : Aulne Quibber

QUI SUIS-JE?
Baguette: 19,42 cm, bois de saule et griffe de botruc
Camp: Bien
Avatar: Evanna Lynch

Message#Sujet: Re: Tu n’es pas fou, moi aussi je les vois (Luna)   Lun 4 Aoû - 16:48


Tu n'es pas fou, je les vois moi aussi
U

n sourire s'esquissa sur les lèvres de la demoiselle quand elle l'entendit exposer la situation. Il y avait les conflits, cette guerre interne et cachée à demi qui grondait, leurs noms dissimulés... mais si elle avait cru un temps qu'un nom pouvait suffire à subtiliser une identité, elle avait compris depuis qu'il n'en était rien, les situations, malgré tout ce qui se tramait, demeuraient identiques. Pas les mêmes noms, mais des moments qui restaient le même, et qui donnaient à la situation un petit goût de normalité qui ne lui déplaisait pas. Harry qui demande à Hermione de l'aider à faire ses devoirs et doit finalement le faire lui-même, ça à un petit goût de déjà-vu. On aurait pu croire qu'ils étaient revenus à la vie normale d'adolescents normaux. Sauf que, bien sûr, tout cela n'avait pas grand chose de normal, bien au contraire. Ce n'était pas la vie qu'ils auraient dû mener, juste un semblant qui s'ancrait beaucoup trop à mesure que les jours, les mois, les années, passaient. Allez savoir comment tout ça allait se terminer... Ça n'avait déjà pas commencé comme ils l'avaient présumé. Même leur conversation tenait du normal dans l'anormal, du banal dans l'innommable. Au fond, ça faisait du bien. Elle jeta un oeil curieux au livre que Harry venait de récupérer sans pour autant faire plus de commentaires. Puis elle haussa les épaules, et lui adressa un sourire.

-S'ils sont supposés, compter, ils se passent bien
. Compter, parce que, bien sûr, il n'était pas exclu qu'ils fassent cela pour rien, que cette année scolaire leur soit à refaire dans leur vie présente et non dans cette dimension passée. Suivre des cours supposés leur garantir un avenir alors même que leur avenir ne devait pas appartenir à leur temporalité était peut-être vain. Les autres élèves en ont assez de me jeter des choses dans les cheveux en cours, je crois. Ça fait une semaine qu'ils ne m'ont rien lancé.

Elle avait prononcé ces mots d'un ton terriblement anodin, comme si de rien n'était. C'est que subir les saillies de ses "camarades" de classe, elle y était habituée avant même d'être propulsée dans ce sinistre passé, ce n'était pas vraiment une nouveauté. On la condamnait parce qu'elle n'avait rien de conventionnelle ou de normale. En 96 comme en 46, c'était ainsi, le nombre des années n'y changeait absolument rien. Elle était habituée, c'était ainsi. La différence, c'est que certain se montraient bien plus virulents à présent qu'elle avait été accusé de Morgan Ciallmhar. Toute innocentée avait-elle été par la justice, cela ne suffisait en rien à certaines personnes. Son ton n'était pas triste, accablé, ou encore énervé, Luna avait le don de prendre ce genre d'"agressions" de la façon la plus calme et la plus pacifique possible, et elle employait avant tout le ton de l'anecdote, au point qu'il était complexe que de distinguer ce qui la touchait de ce qui ne l'affectait pas le moins du monde.



code by Mandy


_________________
- Let's do the time warp again -

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Voyageur Temporel
avatar
▌ Messages : 1032
Humeur :
10 / 10010 / 100

En couple avec : Ginny
Nouveau nom (voyageurs temporels) : William Black

QUI SUIS-JE?
Baguette:
Camp: Bien
Avatar: Daniel Radcliffe

Message#Sujet: Re: Tu n’es pas fou, moi aussi je les vois (Luna)   Mar 5 Aoû - 21:16

Luna & Harry
Tu n’es pas fou, moi aussi je les vois.
On pouvait très bien se demander pourquoi les voyageurs s'embêtaient à travailler, alors que cela ne leur servait sans doute à rien. Ils vivaient dans cette vieille époque, suivaient ces cours qui devaient ressembler à ceux de leur propre époque, sans être certain que cela leur serait utile. S'ils rentraient chez eux, ils allaient sans doute devoir tout recommencer. Sauf qu'au début, ils l'avaient fait pour s'intégrer parmi les autres élèves. Ils avaient fait cela pour sembler normaux, alors qu'ils n'avaient rien à faire dans cette époque. Au final, c'était surtout devenue une habitude, pour passer le temps. Au moins, quand Harry travaillait sur un devoir, il ne pensait pas à sa situation au fait qu'ils ne devraient pas être ici. Ils ne pensaient pas à tous ces ennuis qu'ils connaissaient. Cela lui permettait d'oublier un peu le fait qu'ils se retrouvaient de nombreuses années avant leur époque. Harry trouva enfin le livre dont il avait besoin pour son devoir, espérant quand même qu'Hermione allait l'aider pour finaliser son parchemin.

Luna parla de ses propres cours, après qu'Harry lui ait posé la question. Il n'avait pas l'occasion de la voir aussi souvent que les autres en classe, il ne pouvait donc pas savoir lui même. Cela se passait donc bien pour elle, si les cours comptaient. Comme les autres en somme, du moins ils n'étaient pas trop mal au niveau de l'enseignement. S'il n'y avait que cela pour compter dans leurs vies. Et puis comme à son habitude, Luna utilisa un ton particulièrement détaché pour mentionner les ennuis qu'elle avait avec les autres élèves. Harry la reconnaissait bien là, elle n'avait pas changé de ce côté. La première fois qu'il l'avait croisé à l'école de magie, c'était plus ou moins déjà la même chose. Elle ne semblait pas s'en faire quand les autres élèves se montraient odieux avec elle. Sans doute pour cette raison qu'ils en profitaient.

« C'est une bonne chose alors. »
Harry s'était tout de même toujours demandé si elle ne souffrait pas quand même de cette situation, il était impossible de le savoir en faite. « Tu n'as jamais essayé de te défendre des moqueries des autres ? » Il s'était toujours demandé comment elle faisait pour accepter tout cela, pour ne pas péter un boulon. Le Gyffondor savait bien qu'il ne pourrait pas tenir à sa place, il n'avait clairement pas assez de patience. Elle en voyait quand même des vertes et des pas mûrs, que ce soit dans n'importe quelle époque où elle se trouvait. Comme quoi, certaines choses ne changeaient vraiment pas. « Je veux dire... essayer de les arrêter. Tu ne devrais pas les laisser te jeter des choses dessus, ou te voler tes affaires. »

En même temps, Harry disait cela sans savoir si c'était forcément plus utile que de laisser couler. Peut-être qu'à force, les autres finissaient tout simplement par abandonner l'idée de l'ennuyer. Même si ce n'était pas vraiment flagrant pour le moment.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Voyageur Temporel
avatar
▌ Messages : 3953
Humeur :
98 / 10098 / 100

En couple avec : oh, vous savez, moi... Tiens, un nargole!
Nouveau nom (voyageurs temporels) : Aulne Quibber

QUI SUIS-JE?
Baguette: 19,42 cm, bois de saule et griffe de botruc
Camp: Bien
Avatar: Evanna Lynch

Message#Sujet: Re: Tu n’es pas fou, moi aussi je les vois (Luna)   Mer 6 Aoû - 22:40


Tu n'es pas fou, je les vois moi aussi
L

una laissa un fin sourire s'afficher sur son visage quand Harry lui fit cette remarque, lui posa cette question, qu'elle avait plus d'une fois entendu, parce qu'il y avait toujours de bonnes âmes pour se soucier de son sort. En très petit nombre, qui ne pouvait tenir la comparaison avec celui de ses assaillants, mais tout de même. Il pouvait sembler étrange, effectivement, qu'elle semble si détachée vis à vis de ce qui tenait presque du harcèlement moral, mais le fait est qu'elle laissait effectivement les quolibets, les insultes, et les agressions glisser sur elle comme si tout cela ne signifiait rien. En effet, oui, beaucoup arguait qu'elle devrait se défendre, les envoyer promener, ou au moins les dénoncer à des autorités plus compétentes... Mais le fait est qu'elle n'en avait jamais eu l'intention, ni même l'idée... Ce n'était pas parce qu'elle était trop timide ou qu'elle avait peur, c'était tout simplement parce qu'elle n'avait pas les mêmes considérations que le commun des mortels, ou encore les mêmes appréhensions. L'univers de l'imaginaire dans lequel elle se cloitrait souvent, cette bulle compacte et quasi increvable, savait la protéger de ce qui en auraient incommodé d'autres. Ce n'est pas qu'elle ne pouvait être blessée par ce qu'on lui faisait subir, elle y avait seulement, et de nature, une capacité de résistance au-delà de la moyenne.

-Ils me les rendent, la plupart du temps.
déclara-t-elle en mentionnant les affaires qu'on lui volait, occultant (volontairement ou non, rien n'était certain à ce sujet) la question qu'Harry lui avait posé. Et puis, ici, ils n'ont pas grand chose à me voler. constata-t-elle dans un léger haussement d'épaules.

Et ce n'était pas faux, cette époque lui avait subtilisé bien des choses matérielles, si ce n'est qu'il ne lui restait pas grand chose à dérober, et des choses spirituelles plus encore. Cette époque avait presque failli lui dérober son identité, et elle lui volait progressivement ce qu'elle avait eu pour seule famille, puisqu'elle ne pensait plus revoir son père un jour. Luna ancra ses yeux bleus, légèrement globuleux, dans ceux de son interlocuteur.

-Tu n'as pas à t'en faire pour moi, Harry. Il y en a d'autres qui ont bien plus besoin de te voir te soucier d'eux.


Son ton demeurait léger et cristallin, mais la vérité qu'elle énonçait lui semblait pour autant important. Oui, d'autres personnes méritaient bien plus que l'on se soucie d'elles. Ou surtout, que Harry se soucie d'elles. Et bien sûr, elle pensait à une personne en particulier : en bref, Ginny, qu'elle sentait terriblement fragile, ces derniers temps, et si Luna pouvait la soutenir de son côté, à sa manière, et que cela semblait fonctionner au moins en partie, la demoiselle, terriblement affectée par son voyage temporel, gagnerait sûrement à obtenir le soutien du rouge et or. Allez savoir si Harry cernerait le sous-entendu, qui n'était pas franchement explicite, mais Luna n'était jamais de ces personnes qui clarifiaient leur pensée. Parce que ses pensées n'étaient jamais bien claires, de toute façon, et que parvenir à y mettre de l'ordre tenait du miracle pur et simple.



code by Mandy


_________________
- Let's do the time warp again -

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Voyageur Temporel
avatar
▌ Messages : 1032
Humeur :
10 / 10010 / 100

En couple avec : Ginny
Nouveau nom (voyageurs temporels) : William Black

QUI SUIS-JE?
Baguette:
Camp: Bien
Avatar: Daniel Radcliffe

Message#Sujet: Re: Tu n’es pas fou, moi aussi je les vois (Luna)   Lun 11 Aoû - 19:03

Luna & Harry
Tu n’es pas fou, moi aussi je les vois.
Harry ne pouvait pas s’empêcher de s’en faire pour Luna, c’était le cas depuis qu’il l’avait rencontré. Il peinait à comprendre comment elle arrivait à être à ce point détaché du harcèlement qu’elle recevait des autres élèves. Il était impossible de ne pas répondre comme elle, il aurait réagi depuis bien longtemps à sa place. Mais c’était cela sans doute qui lui permettait d’être assez forte, parce qu’elle avait une énorme carapace. Harry devait bien avouer que dans un sens, il était un peu jaloux du détachement qu’elle avait. Il se doutait bien qu’elle ne montrait pas quand elle était touchée par quelque chose, mais elle semblait se faire assez bien à la situation. C’était difficile pour tout le monde, mais elle était l’un des piliers du groupe. Bien souvent, quand le jeune homme avait l’occasion de discuter avec Luna, il se retrouvait bien plus motivé à continuer. Elle avait cette force de caractère particulièrement impressionnante. Le Gryffondor ne pouvait cependant pas la laisser se faire marcher sur les pieds constamment quand même. Il lui posa une question à laquelle elle ne dénia pas répondre, se contentant de réagir simplement à l’une de ses remarques. Harry baissa légèrement la tête en entendant les paroles de son amie, en effet ils n’avaient pas grand-chose ici. Cette époque était en train de les bouffer, de prendre petit à petit leur existence. Harry était gêné, il ne savait pas bien ce qu’il pouvait répondre à Luna. Si seulement il n’avait pas emmener ce sujet sur le tapis, c’était toujours délicat. Il espérait vraiment pouvoir bientôt rentrer chez eux, qu’ils puissent enfin reprendre une vie normale. Si seulement, le jeune homme commençait sérieusement à douter que cela arrive un jour.

Ce ne fut que quand Luna reprit la parole qu’Harry releva son regard sur elle. Elle parlait souvent par énigme, le jeune homme peinait très souvent à cerner complètement ce qu’elle disait. Parfois, on pouvait croire qu’il n’y avait aucun sens dans ses mots et finalement si. Le Gryffondor commençait à la connaitre, il savait maintenant qu’il fallait se méfier quand une phrase qu’elle disait ne semblait pas avoir de sous-entendu. Il l’observa quelques secondes, se demandant bien si elle pensait à quelqu’un en particulier. Harry était bien souvent long à la détente, ce n’était pas rare qu’il ne voit pas vraiment ce qu’il y avait sous ses yeux. Alors, un petit coup de main de temps en temps, ce n’était pas de trop.

« Qui en a besoin ? »

Et le plus simple, c’était bien souvent d’y aller et de demander directement. Au moins, ainsi, il pouvait espérer comprendre si jamais Luna sous entendait quelque chose. Ce n’était peut-être pas le cas, mais au moins il aurait essayé. Ce n’était pas le moment d’avoir les yeux ailleurs, il se mettait sans doute trop la pression (et de l’importance), mais il devait tenir son rôle auprès de ses amis. Alors si quelqu’un avait spécifiquement besoin de lui, du moins qu’il se souci de lui, il voulait le savoir. Il n’avait pas envie que quelque chose les empêche de continuer d’espérer de s’en sortir, c’était déjà assez difficile comme cela.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Voyageur Temporel
avatar
▌ Messages : 3953
Humeur :
98 / 10098 / 100

En couple avec : oh, vous savez, moi... Tiens, un nargole!
Nouveau nom (voyageurs temporels) : Aulne Quibber

QUI SUIS-JE?
Baguette: 19,42 cm, bois de saule et griffe de botruc
Camp: Bien
Avatar: Evanna Lynch

Message#Sujet: Re: Tu n’es pas fou, moi aussi je les vois (Luna)   Mar 12 Aoû - 22:42


Tu n'es pas fou, je les vois moi aussi
L

una afficha un sourire amusé, alors qu'elle entendait son ami s'interroger sur la personne qu'elle avait évoqué plutôt, cette personne pour qui il devait se faire bien plus de soucis que pour elle-même. On la targuait souvent de ravissante idiote et de jeune fille bien naïve, sous le prétexte qu'elle était souvent dans la lune, logée au fin fond de ses rêves. Ils avaient tort, être rêveuse ne faisait pas quelqu'un de naïve, il lui semblait même voir mieux le fin mot des choses que ceux qui s'enfouissaient dans l'intellect au point d'en oublier le pouvoir salvateur de l'imaginaire. Non, bien sûr, Harry Potter n'était pas quelqu'un de naïf, loin de là, et jamais la bleue et bronze n'irait dire une chose pareille, mais parfois, il peinait à voir une vérité qui s'agitait pile sous ses yeux, presque immanquable. Ceux qu'on reprochait souvent à Luna, c'était de voir des choses que d'autres ne voyaient pas. Parce qu'ils ne voulaient pas le voir, souvent, ou tout simplement parce qu'il n'avaient pas envie d'avoir à supporter l'évidence. Dans le cas de Harry, il y avait clairement plusieurs évidences à côté desquelles il prenait soin de passer.

-Tu n'as pas regardé avec les bons yeux.
dit-elle comme si de rien n'était, comme si ce discours aberrant avait un sens profond, et dont il fallait impérativement tenir compte. D'ailleurs, ses yeux globuleux, étaient, à cet instant, profondément ancrés dans les siens. Ils ne cillaient presque pas, ce qui ne rendait pas la situation moins étrange ou dérangeante, tout au contraire. Ginny. dit-elle dans un souffle, mais sur le ton de l'évidence, sans lui offrir de cogiter plus longtemps sur la question.

Et elle ne pensait vraiment pas se tromper concernant la routine. Quand certaines personnes disaient qu'elles allaient bien, il fallait les croire et les écouter, mais pour d'autres, il fallait se méfier. L'agressivité actuelle de leur pauvre amie rouquine était proportionnelle à son mal-être. Et la clé de sa guérison, en définitive, n'était pas bien complexe à trouver, elle se résumait en une personne, qui comptait sûrement plus que toutes les autres à ses yeux. Et cette personne, Luna l'avait sous les yeux, et tentait de le lui faire comprendre, sans pour autant se justifier plus avant. Elle n'était pas de ces personnes qui se plaisent à expliquer les choses, à tout raisonner, théoriser, schématiser. Non, ce mode d'être et de pensée était à l'encontre de tout ce qu'elle était, et de tous ces principes que le commun des mortels peinait à comprendre parce qu'ils lui semblaient sans substance, ou encore incohérents. Grand mal leur fasse que de penser ainsi. Leur façon de pensée ne se calquerait jamais sur la sienne. Pour le moment, Luna avait seulement le mince espoir qu'Harry y adhère un tant soit peu. Pas seulement pour elle, non, mais également pour Ginny, si elle pouvait débloquer une situation qui l'attristait bien plus que les mauvais traitements qu'elle subissait, alors elle en serait enchantée.



code by Mandy


_________________
- Let's do the time warp again -

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Voyageur Temporel
avatar
▌ Messages : 1032
Humeur :
10 / 10010 / 100

En couple avec : Ginny
Nouveau nom (voyageurs temporels) : William Black

QUI SUIS-JE?
Baguette:
Camp: Bien
Avatar: Daniel Radcliffe

Message#Sujet: Re: Tu n’es pas fou, moi aussi je les vois (Luna)   Mar 19 Aoû - 12:15

Luna & Harry
Tu n’es pas fou, moi aussi je les vois.
Harry avait apprit à poser les bonnes questions à Luna, afin de comprendre un peu plus ce qu'elle voulait entendre. Parfois, elle se contentait de dire des choses comme cela, sans arrière pensée. D'autre fois, comme aujourd'hui, elle disait des choses précises. Le jeune homme ne voyait pas bien où elle voulait en venir et c'était pour cela qu'il prit les devants de le lui demander directement. Tout le monde avait besoin de tout le monde dans cette histoire, c'était en restant uni qu'ils pourraient aller loin. Sauf qu'il semblait bien que la situation était plus particulière, du moins c'était ce que les paroles de Luna semblait sous entendre. Harry avait justement besoin de cela pour ouvrir les yeux, parce qu'il n'avait évidemment rien vu. Parce qu'il ne voulait pas voir ? Peut-être, parfois ce genre de chose était difficile à cerner. La situation dans laquelle ils se trouvaient tous était particulière, Harry passait son temps à penser au futur. Ce qu'ils allaient pouvoir faire pour se protéger de Voldemort, pour rentrer chez eux. Au final, c'était tellement de parasite pour qu'il puisse réellement voir ce qu'il y avait sous les yeux. Et pour l'instant, ses yeux étaient plongés dans ceux de Luna attendant une réponse claire de sa part. Cela ne vint pas de suite, puisqu'elle s'attarda d'abord sur un détail. Harry garda le silence, attendant simplement en trouvant cette situation plus qu'étrange. Mais avec la jeune femme sous ses yeux, tous devenait assez étrange. Et puis finalement, elle devint plus clair (ou presque).

« Ginny ? »

Oui, il était étonné, il devait bien l'avouer. Il ne s'était pas attendu à entendre le prénom de la sœur de Ronald sortir de la bouche de Luna. Harry savait bien qu'elle n'allait pas très bien, elle supportait difficilement la situation dans laquelle ils se trouvaient. Comme tout le monde au final, mais c'était sans doute plus dur pour elle encore. Chose qu'elle ne montrait pas vraiment, sauf d'une manière assez agressive. Le jeune homme avait bien vu qu'elle avait changé depuis qu'ils se trouvaient à cet époque. Un peu comme tout le monde sans doute, mais cela se voyait bien avec Ginny. Enfin, Harry ne voyait toujours pas vraiment ce qu'il avait à voir là dedans. Cela devait être un peu de famille, ils avaient besoin de temps les Potter pour complètement ouvrir les yeux sur ce genre de situation. Le jeune homme ne pouvait pas nier le fait qu'il avait de l'affection pour la sœur de Ron, mais justement elle était la sœur de Ron. C'était compliqué, il était incapable de réellement savoir ce qu'il pouvait ressentir. De toute façon, il ne se penchait pas sur ce genre de chose depuis qu'ils se trouvaient dans cette époque.

« Je ne vois pas pourquoi elle aurait besoin de moi. »

Bah, il était borné parfois. Il ne savait pas bien ce qu'il pouvait faire pour Ginny de toute façon, sauf réussir à tous les ramener chez eux. Quand ils allaient pouvoir rentrer chez eux, tout allait rentrer dans l'ordre. Du moins normalement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Voyageur Temporel
avatar
▌ Messages : 3953
Humeur :
98 / 10098 / 100

En couple avec : oh, vous savez, moi... Tiens, un nargole!
Nouveau nom (voyageurs temporels) : Aulne Quibber

QUI SUIS-JE?
Baguette: 19,42 cm, bois de saule et griffe de botruc
Camp: Bien
Avatar: Evanna Lynch

Message#Sujet: Re: Tu n’es pas fou, moi aussi je les vois (Luna)   Mer 20 Aoû - 23:07


Tu n'es pas fou, je les vois moi aussi
L

una poussa un soupir amusé face l'incompréhension aveugle de son ami. Son intention n'était pas de jouer les entremetteuses de pacotille, ni même de faire comprendre à Harry ce qu'il valait mieux qu'il devine de lui-même quand la situation se serait un peu calmée, quand le cerveau ne serait plus noirci de ces préoccupations terribles qui reléguait tout, même et surtout le plus important, au second plan des seconds plans. C'était dommage, mais c'était ainsi, c'était naturel. La plupart des gens, même les plus doués et les plus ntelligents, surtout les plus doués et les plus intelligents ne savaient pas voir plus loin que le bout de leur nez, et c'était au prix d'efforts terribles qu'on parvenait à leur faire découvrir la vérité nue. On lui reprochait souvent de voir des choses que d'autres étaient incapables de voir, mais ces personnes si promptes à la juger, voire la condamner, avait déposer tant de filtres pernicieux à l'avant de leur regard, qu'elles étaient tout simplement incapable d'y voir clair.

-Tu te contentes de fixer les ombres projetées sur la caverne...
dit-elle doucement, et songeuse.

Mais ce n'était pas à elle de le guider vers cette lumière qui faisait voir les choses vraies, et non l'image projetée et forcément déformée qui se répandait en flaque obscure sur le mur d'en face. Tout ce quelle voulait, c'est lui soufflait la voix, pas le conduire directement. Elle n'avait pas de légitimité à le faire. Elle agissait juste par amitié envers Ginny, qui souffrait terriblement, et qui avait besoin d'une parole exacte et d'une seule pour se sentir mieux. Son mal reposait sur beaucoup, mais sa guérison n'était peut-être pas si complexe, en définitive. Juste un rien, un regard qui diffèrerait d'un peu.

-On a tous besoin de toi, d'une certaine manière...
Elle marqua une légère pause, un sourire énigmatique trônant sur son visage. Mais elle... Tu vois, je peux lui parler, et ça l'aide peut-être, mais si toi, tu lui parlais, ça changerait beaucoup de choses.

Bien plus que si c'était Neville, Hermione, ou même son propre frère. Il était des affaires obscures que finalement, seul le coeur savait résoudre. Et si Luna ne semblait rien y entendre, elle était pourtant ce qu'il y a de plus observatrice en ce genre de circonstances. Elle n'ajouta rien de plus, ses grands yeux se contentant de fixer doucement son interlocuteur. Elle n'attendait pas de lui qu'il courre jusqu'à la tour des rouges et or retrouver sa meilleure amie et la laisser en plan, elle tentait seulement de voir les choses dans ce qu'on pouvait encore leur trouver de beauté en dépit d'une situation chaotique, de moments difficiles, et de problèmes que même elle commençait à trouver insoluble.


code by Mandy


_________________
- Let's do the time warp again -

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Voyageur Temporel
avatar
▌ Messages : 1032
Humeur :
10 / 10010 / 100

En couple avec : Ginny
Nouveau nom (voyageurs temporels) : William Black

QUI SUIS-JE?
Baguette:
Camp: Bien
Avatar: Daniel Radcliffe

Message#Sujet: Re: Tu n’es pas fou, moi aussi je les vois (Luna)   Dim 24 Aoû - 13:10

Luna & Harry
Tu n’es pas fou, moi aussi je les vois.
Harry était du genre borné, quand il avait une idée en tête il était difficile de la retirer. Et il lui arrivait bien souvent de ne pas voir plus loin que le bout de son nez. Le pire dans tout cela, c’était qu’il ne s’en rendait pas compte. Avant tout cela, avant d’être enfermé dans cette vieille époque, il n’aurait jamais mis ses pensées en doute. Sa force, c’était cette confiance qu’il pouvait avoir sur ses décisions. Quand il décidait de foncer tête baisser pour entrer en bataille, il le faisait. Mais les années commençaient à lui faire comprendre que ce n’était pas toujours une bonne chose de sa part. S’ils étaient là, c’était de sa faute. Dans leur époque, il aurait dû se montrer plus prudent, moins entêté. Ainsi, ils ne se seraient pas tous rendu au ministère cette nuit-là et ne vivraient pas cet enfer. Même si c’était difficile pour lui, il se remettait en cause. De plus en plus ces derniers mois, parvenant même à se poser un peu plus. Il n’explosait par exemple plus à la simple remarque déplacé de la première personne venue, parce qu’il savait qu’il ne devait pas le faire. Et comme il était encore en pleine phase d’apprentissage, il prenait tout conseil qu’on lui donnait. Raison pour laquelle il écoutait sérieusement les paroles de Luna, qui mentionnait une Ginny qui avait besoin de lui. Il n’y croyait pas vraiment au fond, on ne pouvait pas dire que leurs conversations se passaient bien quand ils se voyaient. Mais sans doute qu’au moins l’un de deux devait faire un effort.

Encore une fois, Luna utilisa une phrase qui ne semblait pas vraiment très clair, qui en réalité ne l’était pas du tout. Harry savait qu’elle essayait de lui faire comprendre un truc, mais ce n’était pas vraiment évident pour lui de la cerner. Alors, il se contenta d’attendre la suite, tout simplement. Il ne la lâcha pas des yeux, alors que son explication se faisait plus clair. Ainsi donc, d’après Luna, si le Gryffondor allait parler à la sœur de son meilleur ami, cela l’aiderait plus que les autres. Encore une fois, Harry se montrait assez sceptique. Il ne pouvait pas nier le fait qu’il avait énormément d’affection pour la jeune femme, mais il ne comprenait pas encore ce que cette affection voulait dire. Parce que Ginny pouvait être celle qui le touche le plus, positivement et négativement. Ce qui devrait évidemment lui mettre la puce à l’oreille, mais comme d’habitude il était aveugle. Parce que son esprit était embrouillé par les ennuis qu’ils vivaient tous dans cette époque.

« Je… » Harry ne savait vraiment pas quoi penser des paroles de Luna. Il ne voyait vraiment pas la situation comme elle et malheureusement il avait tendance à penser que la jeune femme avait laissé son esprit divaguer un peu trop. Ce qui n’était pas spécialement étonnant avec la Serdaigle. « Je verrais bien. »

Qu’est-ce qu’il pouvait bien répondre de plus de toute façon ? Il ne pouvait pas croire complètement la jeune femme, mais il ne pouvait pas envoyer aux oubliettes ce qu’elle venait de lui dire. Alors, il verrait bien, quand il allait avoir l’occasion de recroiser Ginny. Ce qui n’allait d’ailleurs pas tarder.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Voyageur Temporel
avatar
▌ Messages : 3953
Humeur :
98 / 10098 / 100

En couple avec : oh, vous savez, moi... Tiens, un nargole!
Nouveau nom (voyageurs temporels) : Aulne Quibber

QUI SUIS-JE?
Baguette: 19,42 cm, bois de saule et griffe de botruc
Camp: Bien
Avatar: Evanna Lynch

Message#Sujet: Re: Tu n’es pas fou, moi aussi je les vois (Luna)   Dim 24 Aoû - 15:27


Tu n'es pas fou, je les vois moi aussi
L

una n'était pas certaine que son message ait exactement été compris par son interlocuteur, que ce soit parce qu'elle avait une façon toute singulière et bien à elle de le lui transmettre, ou tout simplement parce que les oreilles entendaient ce qu'elles avaient bien envie d'entendre, les esprits interprétaient ce qu'ils avaient bien envie d'interpréter. Et dans le cas de Harry, que le cerveau soit envahi de joncheruines ou non, leur sens de l'interprétation tout simplement d'une extrême divergences, la façon dont il répondit ne laissait pas entendre la limpidité de sa pensée. Dans tous les cas, il avait compris un minimum de l'essentiel. Il devenait important que de veiller sur Ginny, d'entendre ce qu'elle avait à dire, au-delà de ses railleries et de ce que son caractère était devenu de compliqué et, autant le dire tout net, plutôt désagréable, il est vrai. Il verrait bien, soit. Il verrait en effet quand ses yeux, les bons, sauraient voir, voir ce que d'autre, pas seulement Luna, cette dernière était prête à le parier, avaient déjà observé. Parfois, plus la chose est proche de nous, plus elle nous semble indistincte. S'il se retrouvait en compagnie de la rouge et or, ce qui ne pourrait que forcément arriver, il y penserait, au moins, c'était déjà bien en soi. Luna ne pouvait rien faire de plus. Ses conseils dépassaient déjà le stade de l'intervention nécessaire qu'elle avait dû faire.

-La patience est le meilleur remède à tous les problèmes.
déclara-t-elle en guise (?) d'approbation.

Enfin, sans doute, une fois de plus, elle seule était complètement à même de comprendre ce qu'elle souhaitait bien dire et ce qu'elle comptait bien transmettre. Car oui, ce que la patience venait faire là n'était pas forcément manifeste, sachant que le problème "Ginny en était peut-être un à gérer dans l'urgence". Qui ne demanderait pas moins de patience, en vérité.

-Tu as du travail.
ajouta-t-elle, d'un ton tout léger, qui effaçait presque tous les mots qui auraient pu être prononcés plus tôt par leur absence de pesanteur, portant son attention sur l'ouvrage que le jeune homme avait récupéré quelques instants plus tôt, et conservait entre ses mains. Je devrais te laisser...

Non pas qu'elle en ait forcément l'envie, même si cela ne serait pas pour déplaire aux quelques rats de bibliothèques qui, même si leur conversation s'était faite à voix très basse pour que les mots demeurent inintelligibles, n'avaient guère dû apprécier les chuchotements qui perduraient du côté du rayonnage de la bibliothèques, où les deux voyageurs temporels avaient commencé à parler. Le fait est que le lieu n'était pas forcément le plus approprié, en effet, surtout s'ils devaient parler de sujet un peu plus confidentiels que ceux qui peuplaient normalement les conversations adolescentes. Harry était venu là dans une optique particulière, terriblement studieuse pour sa personne, mais honorable, Luna n'allait pas l'empêcher. Pour sa part, elle avait presque, de toute façon, achevée sa lecture, et elle ne se sentait plus si prompte à cette activité quoi qu'il en soit.


code by Mandy


_________________
- Let's do the time warp again -

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Voyageur Temporel
avatar
▌ Messages : 1032
Humeur :
10 / 10010 / 100

En couple avec : Ginny
Nouveau nom (voyageurs temporels) : William Black

QUI SUIS-JE?
Baguette:
Camp: Bien
Avatar: Daniel Radcliffe

Message#Sujet: Re: Tu n’es pas fou, moi aussi je les vois (Luna)   Sam 30 Aoû - 22:08

Luna & Harry
Tu n’es pas fou, moi aussi je les vois.
Harry ne parvenait vraiment pas à suivre le raisonnement de Luna et se demandait vraiment où elle voulait en venir. Ce n'était pas nouveau qu'il était difficile de comprendre la jeune femme, c'était comme ça depuis le début. La première fois que le jeune homme avait eu à faire avec la Serdaigle, il avait cru qu'elle était complètement folle. Au fur et à mesure qu'il apprit à la connaître, il découvrit qu'elle n'était pas plus folle que les autres. Elle avait simplement une façon différente de voir les choses et de s'exprimer, mais Harry faisait confiance à sa déduction. Et pourtant, en ce moment précis, il se demandait bien s'il devait complètement croire en ses paroles. Sa relation avec Ginny était assez particulière, puisque la jeune femme n'était pas des plus facile à vivre depuis qu'ils étaient arrivé à cette époque. C'était normal, Harry la comprenait parfaitement, mais le caractère trempé des deux adolescents ne les aidaient pas à discuter calmement. Le Gryffondor ne savait même pas s'il avait eu une conversation normal avec la sœur de son meilleur ami depuis qu'ils avaient voyagé dans le temps. La prochaine fois qu'il allait avoir l'occasion de parler avec elle (et cela allait arriver très prochainement), il penserait aux paroles de Luna. Il ne pourrait de toute manière pas faire autrement. Harry ne prit pas la peine de réagit à la phrase un peu étrange que lui lança la Serdaigle, il ne comprenait pas vraiment ce qu'elle voulait dire par là. De toute manière, elle semblait décidé à le laisser tranquille. Avec cette conversation, Harry avait presque oublié qu'il avait du travail à faire. Il devait encore lire le livre qu'il avait dans les mains et travailler sur son devoir, c'était vraiment dommage qu'Hermione n'ait pas accepté de l'aider. Il allait donc devoir se pencher sur ce bouquin.

« D'accord. »
Cela ne l'aurait pas dérangé plus que cela de continuer de discuter avec Luna, bien au contraire, mais il devait bien avouer qu'il était temps qu'il se mette au travail. Il s'était rendu à la bibliothèque dans l'optique de travailler et il avait perdu un peu de temps. S'il ne s'y mettait pas maintenant, il n'allait pas finir avant tard le soir. « Il est temps que je m'y mette en effet. »

Et sur ces mots, le jeune homme s'installa à une des tables de la bibliothèque pour se mettre au travail. Il aurait très bien pu emprunter le livre et aller dans la salle commune, mais il se doutait qu'il allait être de nouveau distrait. Et il avait déjà assez perdu de temps, alors autant mettre toutes les chances de son côté. Il salua donc Luna, puisque leurs routes se séparaient pour le moment. Le jeune homme aimait bien quand il pouvait discuter avec la Serdaigle, c'était des moments assez rares malheureusement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Tu n’es pas fou, moi aussi je les vois (Luna)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» T'as toujours d'aussi beaux yeux ? Pabo
» Silsis => ma premiére image aussi...^^
» J'te déteste ! ... Moi aussi je t'aimerai toujours...
» . le business reste le business . aussi agréable soit-il . [Dess']
» ? Les monstres sont réels, les fantômes le sont aussi, ils vivent à l'intérieur de nous. Et parfois... Ils gagnent (micah)
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
T.rouble O.r M.isery (or both) ::  :: 
Rez-de-chaussée et étages
 :: Troisième étage :: La bibliothèque.
-