AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Lies are not an option anymore [Andreï]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
RÉSISTANCE
avatar
▌ Messages : 578
Humeur :
25 / 10025 / 100

En couple avec : Andreï

QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois d'orme et plume d'hippogriffe, 23,7cm
Camp: Neutre
Avatar: Sarah Bolger

Message#Sujet: Lies are not an option anymore [Andreï]   Jeu 24 Juil - 1:47



Lies are not an option anymore

Une nouvelle année avait débuté et elle portait, pour certains tout du moins, le goût amer de la solitude. Malgré son immonde caractère, June comptait quelques amis dans son entourage, dont certains, très rares cependant, lui étaient même vital, mais ces derniers avaient une famille, eux, et tous s'étaient enfuit du château au son des cloches annonçant les vacances, quelques semaines plus tôt. Qu'ils soient maintenant de retour ne changeait rien à la grande claque qu'elle avait reçu, seule devant le feu de cheminée de la salle commune des gryffondors. Les fêtes de noël n'avaient jamais été une partie de plaisir pour la jeune fille. Elle n'avait jamais cessé de penser qu'une autre chaise que la sienne et celle de son père aurait dû être occupée, que des cadeaux portant le nom d'une femme, ou tout simplement celui de « Maman », auraient dû se trouver au pied du sapin... Tous ces noël là, June n'avait pas su mesurer la chance qu'elle avait de posséder un foyer chaleureux et un père aimant. Elle avait rendu à ce dernier son amour, oui, mais maintenant qu'elle ne l'avait plus à ses côtés, maintenant qu'elle se retrouvait à passer noël en solitaire, elle se rendait compte à quel point elle n'avait pas été assez reconnaissante et combien il avait dû être difficile pour son père de voir sa propre et unique fille broyer du noir à longueur d'années. N'avait-elle pas finalement gâché purement et totalement la vie de son paternel, en plus de l'avoir privé de femme ?

Deux semaines, c'était bien suffisant pour se monter la tête d'idées moroses et farfelues. Alors que son désir de vengeance avait plus ou moins été mis en stand-by le temps de tisser des liens solides avec Andreï – la vérité étant bien entendu que, plus les jours passaient, plus June s'attachaient réellement et sincèrement à ce garçon qui lui ressemblait tant, et plus elle rechignait à l'utiliser comme un vulgaire pion –, la claque du soir de noël avait réveiller le tigre en hibernation et ce dernier était maintenant plus énervé que jamais. Ce père qui avait tenté à chaque instant de la rendre heureuse, il était plus que temps de lui rendre justice. Seulement pour cela, elle s'en rendait bien compte, elle allait devoir être sincère avec Andreï. Sans cela, elle se savait, elle serait incapable de continuer sa mission comme il se devait. Restait maintenant à savoir comment ce dernier allait bien pouvoir réagir à ce qu'elle comptait lui annoncer...

Depuis cette première fois où June s'était incrustée à la table du serpentard à la bibliothèque, les liens entre les deux jeunes étudiants n'avaient eu de cesse de se renforcer. Intriguée comme jamais elle ne l'avait été par quelqu'un, June avait eu l'impression d'être devenue un aimant, sans cesse attiré par une surface qu'elle voulait explorer et qui s'était, de son côté, montrée réceptive à cela. Robin était irremplaçable, c'était un fait indéniable, mais Andreï avait prit, sans qu'elle ne s'en rende vraiment compte, une place importante dans sa vie et elle se sentait apaisée par sa présence. C'était sans doute malsain quand on y réfléchissait bien, il restait malgré tout le fils de la meurtrière de son père, mais il existait des sentiments incontrôlables et celui là en faisait clairement partie. Alors elle s'était laissée emportée par ce nouveau courant et ils avaient tous les deux rapidement prit l'habitude de se retrouver au bord du lac, quelques soirs par semaine. Ce soir n'allait pas faire exception. Seulement, elle craignait qu'il soit le dernier de cette longue et agréable liste...

A peine les cloches avaient-elles sonné pour annoncer la fin des cours de la journée qu'elle s'était précipitée dans le parc, emplissant ses poumons d'air frais. Il allait lui falloir du courage, beaucoup de courage. Hésitante, elle tourna une bonne dizaine de minutes en rond entre les nombreux arbres qui jonchaient les lieux avant de descendre jusqu'à la rive de lac. Andreï s'y trouvait déjà. Elle vint s'asseoir à ses côtés, tourna sa tête dans sa direction et lui offrit un sourire timide mais chaleureux. Tu as passé une bonne journée, lui demanda t-elle naturellement. La suite, elle, allait être plus corsée...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://camelot-age-sombre.forumactif.org/
RÉSISTANCE
avatar
▌ Messages : 1080
Humeur :
50 / 10050 / 100

En couple avec : June

QUI SUIS-JE?
Baguette: Ébène, 25,2 cm, écaille de dragon
Camp: Bien
Avatar: Freddie Highmore

Message#Sujet: Re: Lies are not an option anymore [Andreï]   Jeu 31 Juil - 14:02


Les are not an option anymore
A

ndreï n'était pas vraiment doué en matière de relations humaines. Il faut dire qu'il n'avait jamais fait beaucoup d'efforts non plus. La plupart du temps, il se contentait de ce qu'il avait, ils ne courrait ni après la popularité, ni après la foule d'amis qui l'aurait coupé d'une solitude qui lui plaisait, au fond... Pourtant, ces derniers temps, il s'était surpris à redéfinir ce qu'il avait considéré comme acquis au niveau de sa vie sociale. Il s'éloignait progressivement de ceux qu'il pensait pouvoir aimer toujours, et sans la moindre retenue, et se rapprochait de ceux qu'il ne pensait que pouvoir supporter. Il avait placé sa mère au centre de son univers, et voilà qu'elle lui était apparue pour ce qu'elle était, ni plus ni moins qu'une sorte de monstre, à la fois fascinant et terrifiant, dans tous les cas capable du pire, ayant déjà commis le pire. Son pilier, celle sur qui il avait toujours cru pouvoir compter était désormais celle qu'il s'efforçait à haïr, puisqu'il lui semblait que cela était la meilleure solution envisageable. Et celle qu'il aurait voulu aimer inconditionnellement, à la place, Anna, avait su le décevoir, elle aussi. Dans une moindre mesure en comparaison de ce qu'avait fait sa sœur, certes, mais le mal était fait, dans tous les cas... À côté de ça, il se découvrait des amitiés et des affinités qu'il n'aurait jamais soupçonné. Comment aurait-il pu deviner le moindre instant, par exemple, qu'il apprécierait la compagnie du professeur Mathews, au point même de regretter son internement et de songer à lui rendre visite ? Comment aurait-il pu deviner qu'il naîtrait une amitié sincère et véritablement entre lui et Katherine... ou encore qu'il passerait tant de temps avec June...

Ah, June ! Andreï n'était pas certain d'avoir réussi à complètement la cerner. Elle lui semblait par le moment sombre, secrète... mais ces moments-là faisaient si bien écho à sa propre situation qu'il ne songeait pas un seul instant à le lui reprocher, d'autant qu'il appréciait véritablement sa présence. Elle avait le don d'éloigner ses démons en moins de temps qu'il n'en faut pour le dire, elle avait sur lui un pouvoir apaisant qu'il ignorait réciproque, et la retrouver comme ce soir là en bord de lac était loin une plaie pour lui... plus un moment qu'il se surprenait à attendre avec impatience. Et ce soir là plus encore que les autres, il avait été ravi de la voir arriver quand elle l'avait finalement rejoint. Pour répondre à sa question, il avait haussé les épaules. Non, sa journée n'avait pas été franchement fameuse.

-J'ai de nouveau été convoqué par Slughorn.

Les professeurs se bousculaient au portillon pour identifier la cause de son mal-être et, pour la plupart, le vert et argent s'appliquait à les envoyer balader, mais il devait admettre que dans ce domaine, l'enseignant de potions devait bien être le pire, aussi collant qu'un chewing-gum accroché à vos basques.

-Mais autrement, ça a été, ouais. Et toi ?


Question d'usage, mais qu'il ne posait pas uniquement pour la forme. June, et ce qui la concernait de façon générale, avait tendance à l'intéresser plus même qu'il n'était capable de l'admettre.





code by Mandy


_________________
Poison, running through my veins

Runnin' deep inside my veins. Burnin' deep inside my brain. Poison.
And I don't want to break these chains.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
RÉSISTANCE
avatar
▌ Messages : 578
Humeur :
25 / 10025 / 100

En couple avec : Andreï

QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois d'orme et plume d'hippogriffe, 23,7cm
Camp: Neutre
Avatar: Sarah Bolger

Message#Sujet: Re: Lies are not an option anymore [Andreï]   Mer 20 Aoû - 22:20



Lies are not an option anymore

June se rendait bien compte qu'elle s'était imposé à elle même des difficultés supplémentaires concernant la quête qui, jusqu'à ce qu'elle croise réellement le chemin d'Andreï, régissait sa vie toute entière. Elle aurait dû s'y tenir, ne rien laisser entraver ses plans, n'être animée que par le besoin de vengeance et rien d'autre. Malheureusement – ou peut-être devrait-on dire heureusement – elle avait un cœur. Quoiqu'elle en dise, ce dernier n'avait pas totalement été dévasté par la mort de son père. Au contraire même. L'arrivée du serpentard dans sa vie avait fait office de pansement et la plaie semblait se refermer un peu plus chaque fois qu'elle passait du temps avec lui. Rien de tout cela n'était prévu bien entendu. Pour autant, June n'avait pas réellement tenté de fuir les nouveaux sentiments qui l'habitaient. Elle était apaisée et cela lui faisait un bien fou. Elle avait fini par se laisser emporter en se disant qu'après tout une barrière à franchir en plus ou en moins, ça ne changerait pas grand chose. Mais, maintenant que l'heure était venue de la faire tomber, elle redoutait de perdre celui qui, sans qu'elle ne s'en rende encore réellement compte, effaçait, doucement mais sûrement, son désir de mourir.

Tout juste installée aux côtés d'Andreï, June tenta de préparer le terrain, subtilement. Son sourire timide ne venait pas de nul part. Même s'il était très clair que son visage ne s'illuminait que très rarement, elle avait prit l'habitude de gratifier son ami d'un peu plus de joie, ou tout du moins de quelque chose qui y ressemblait à peu près. Seulement, étant donné ce qui allait suivre, elle doutait que rien de tout cela ne soit de circonstance. Mais mieux valait de toute manière commencer par les habituelles questions, auxquelles elle apportait curieusement un véritable intérêt. Habituellement, elle ne se donnait même pas la peine de les poser ou bien, quand c'était le cas, ses oreilles ne percevaient qu'à moitié les réponses qu'on lui fournissait. Tout ce que pouvait lui dire Andreï avait son importance. Tout ce qu'il était en fait. Comme une évidence.

- Ce qu'ils peuvent être casse-pieds ces satanés profs, répondit-elle en fronçant les sourcils. Qu'ils s'occupent un peu de leurs fesses, ça leur ferait pas de mal.

June y avait le droit également à toutes ces convocations pleines d'inquiétudes. Oui, elle était orpheline, elle le savait déjà très bien et tout ce que ces foutus profs réussissaient à faire c'était de le lui rappeler sans cesse, comme un marteau piqueur frappant sur la partie douloureuse de son cerveau – autrement dit son cerveau tout entier. Pensaient-ils réellement que leurs inquiétudes oppressantes allaient les réconforter ?

- J'ai réussi à être invisible aujourd'hui. Journée sans encombre, personne n'est venu me déranger, dit-elle presque victorieuse. Elle marqua une courte pause, le temps de prendre son courage à deux mains. A deux bras même. Ses doigts, dirigés par le stress qui l'habitait, jouaient entre eux jusqu'à se tordre. Elle était terrorisée à l'idée que la conversation qui allait suivre tourne au vinaigre. Bien plus qu'elle ne l'aurait souhaité. Dis, il faudrait que je te parle de quelque chose mais... j'aimerai que tu me promettes de ne pas t'énerver... Sur ces derniers mots, elle plongea ses yeux dans ceux d'Andreï, consciente que son regard en disait long sur ses craintes. Curieusement, faire part de cette faiblesse au serpentard ne la dérangea pas outre mesure.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://camelot-age-sombre.forumactif.org/
RÉSISTANCE
avatar
▌ Messages : 1080
Humeur :
50 / 10050 / 100

En couple avec : June

QUI SUIS-JE?
Baguette: Ébène, 25,2 cm, écaille de dragon
Camp: Bien
Avatar: Freddie Highmore

Message#Sujet: Re: Lies are not an option anymore [Andreï]   Ven 22 Aoû - 23:49


Lies are not an option anymore
U

n fin sourire ornait le visage d'Andreï alors qu'il écoutait la rouge et or lui compter son exploit, qui aux yeux de certains aurait été loin d'en être un, mais qui pour des personnes vivant des situations comme les leurs signifiait beaucoup. Être invisible, n'attirer l'attention de personne, c'est ce à quoi le vert et argent été parvenu bien avant d'en éprouver la nécessité. Solitaire dans l'âme, il n'avait jamais recherché la compagnie, et se fondre dans le décor, détourner l'attention de lui, ça n'avait jamais été pour lui déplaire. Sauf que ses crises et sautes d'humeur n'avaient pu passer inaperçu, et il avait désormais l'impression que trop de projecteurs étaient braqués sur sa misérable personne. Il ne voulait pas que les regards se posent sur lui. Ou du moins... le moins de regards possible. Quand c'était les yeux de June, qui venaient se poser sur lui, étrangement, ça ne le dérangeait pas. Au contraire, il se sentait bien, vraiment bien. Pour preuve, ce sourire que peu d'autres pouvaient lui faire décocher, et qu'elle lui soutirait sans vraiment de mal, par sa simple présence, et par ses remarques toujours agréables. Car oui, ça faisait du bien, et pour de bon, de pouvoir parler à quelqu'un qui semblait susceptible de le comprendre, lui et son état d'esprit, même si elle ne savait pas tout. Cependant, il constatait bien que quelque chose la tracassait. Il n'était pas extrêmement observateur, mais tout de même, June lui paraissait vraiment nerveuse, pour cette fois. Et contrairement à beaucoup d'autres, quand il la savait nerveuse, cela lui déplaisait, et il s'en souciait sincèrement. Apparemment, il avait visé juste (pour une fois), et étant donné les gants que prenait la demoiselle pour lui apprendre ce qu'elle avait à lui dire. Apparemment, les mots qu'elle s'apprêtait à prononcer n'allaient pas lui plaire. Mais elle en avait trop dit et pas assez en même temps. À présent, le vert et argent voulait à tous prix savoir. Même s'il ne se sentait pas d'humeur à faire une promesse qu'il ne pourrait jamais tenir.

-Je peux pas te promettre, June... mais je te jure d'essayer de comprendre.
Parce que si elle pensait qu'il allait s'énerver, c'est qu'elle supposait qu'il aurait du mal à comprendre ce qu'elle s'apprêtait à lui dire. Qu'est-ce qui se passe ?

Il espérait que sa demi-promesse n'empêcherait pas la jeune femme de lui dire la vérité. Parce qu'à présent qu'elle avait éveillé sa curiosité, il tenait vraiment à en savoir plus, d'autant qu'il était convaincu que ce qu'elle avait à lui dire était grave, en tous cas tout sauf anodin. Dans son esprit, toujours un peu trop foisonnant, il s'imaginait mille choses qu'elle pourrait bien lui dire. Et aucune de ces choses, même si elles étaient très loin d'une vérité qu'il était tout à fait incapable d'envisager, ne lui plaisait vraiment. C'est qu'Andreï manquait terriblement de confiance en lui. Pour lui, qu'une fille comme June passe du temps avec lui pouvait aisément dissimuler quelque chose. Il avait voulu se tromper, mais il craignait que la suite lui donne tort.




code by Mandy


_________________
Poison, running through my veins

Runnin' deep inside my veins. Burnin' deep inside my brain. Poison.
And I don't want to break these chains.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
RÉSISTANCE
avatar
▌ Messages : 578
Humeur :
25 / 10025 / 100

En couple avec : Andreï

QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois d'orme et plume d'hippogriffe, 23,7cm
Camp: Neutre
Avatar: Sarah Bolger

Message#Sujet: Re: Lies are not an option anymore [Andreï]   Dim 24 Aoû - 11:48



Lies are not an option anymore

Comment trouver les mots ? Maintenant qu'elle se trouvait là, assise aux côtés d'Andreï à se tordre les mains de panique, elle ne pouvait clairement plus faire marche arrière. Et quand bien même elle aurait tenter de se défiler, elle était persuadée que le serpentard ne l'aurait pas laissé faire. C'est qu'elle venait de lui tendre la pomme sans lui laisser savoir qu'elle goût elle pouvait bien avoir. Peu importait ses craintes, maintenant qu'elle était lancée, elle se devait de continuer. Cette conversation devrait de toute manière avoir lieu à un moment ou à un autre et le plus tôt serait le mieux, pour elle comme pour Andreï, et ce même si cela nécessitait de faire disparaître le fin sourire des lèvres de ce dernier. Ce sourire qui avait le don de faire s'envoler tout le poids qui pesait sur son âme, à chaque fois. Il était temps de faire avancer les choses, de ne plus se tourner les pouces en attendant que sa vengeance lui tombe du ciel. Etait-il temps également de rejoindre son père ? Non. La jeune fille ne l'acceptait, inconsciemment, pas encore, mais ce dernier point n'était plus tout à fait d'actualité. Trop de facteur s'était ajoutés depuis, pour ne pas dire un seul et immense facteur.

Alors qu'elle cherchait la meilleure façon – s'il en existait réellement une – d'amener le sujet, les yeux de June quittèrent ceux de son interlocuteur pour venir se planter dans les eaux calmes du lac. Elle tira sur la grosse écharpe qu'elle portait autour du cou, comme pour mieux respirer, ouvrit la bouche une première fois avant de la refermer dans un soupir, puis, après un court moment de silence, se lança enfin.

- Oui, bien sûr, pardonne moi, commença t-elle en réponse à ses quelques mots. Quand bien même il aurait accepté de lui faire une telle promesse, aurait-il réellement réussi à la tenir. Ce qui n'allait pas tarder à être dit risquait fort d'être perçu comme un véritable tremblement de terre... Quand je suis venue te voir la première fois à la bibliothèque, j'avais... j'avais une idée derrière la tête.

Elle fit tomber son menton contre son cou, honteuse. Cette partie de la révélation était sans doute celle qui lui faisait le plus de mal. Elle ne pouvait s’empêcher de se mettre à la place d'Andreï et tout cela n'était, en définitive, ni plus ni moins qu'une trahison. Merlin seul savait à quel point elle était radine lorsqu'il s'agissait de sentiments amicaux, mais lorsqu'elle accordait ces derniers, elle le savait, elle installait du même coup un taux de vulnérabilité important en elle. Seuls ceux qui se trouvaient dans son cœur était à même de la briser et elle avait bien l'impression de partager ce trait de caractère avec le serpentard. Pour autant, par peur de ne pouvoir rien dire de plus et de voir ce dernier lui tourner le dos sans qu'elle n'ait pu lui faire part de l'information qui, égoïstement, lui permettrait de se justifier, elle prit son courage à deux mains et s'empressa de continuer.

- Je voulais t'approcher parce que... Ta mère... J'en suis persuadée... Est celle qui a tué mon père. Comme un boulet de canon, cette phrase qu'elle avait tellement de fois tourner en boucle dans sa tête pour se donner le courage de la vengeance n'était à présent plus son secret. Mais, aveuglée par le soulagement de l'avoir enfin dit, elle ne se rendait pas totalement compte de l'impact qu'une telle nouvelle pouvait avoir sur Andreï. Il ne lui avait jamais parlé de sa mère en de très bons termes, mais tout de même... La panique reprit rapidement le dessus sur le court instant de soulagement et, après s'être une nouvelle fois tournée vers son interlocuteur de façon à lui faire face, elle tenta une dernière phrase désespérée. Mais je te jure que tout ça, je veux dire... nous... ce n'est pas un mensonge, ça ne l'a jamais été... Mais comment pourrait-il la croire à présent...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://camelot-age-sombre.forumactif.org/
RÉSISTANCE
avatar
▌ Messages : 1080
Humeur :
50 / 10050 / 100

En couple avec : June

QUI SUIS-JE?
Baguette: Ébène, 25,2 cm, écaille de dragon
Camp: Bien
Avatar: Freddie Highmore

Message#Sujet: Re: Lies are not an option anymore [Andreï]   Dim 24 Aoû - 14:55


Lies are not an option anymore
D

ès l'instant où June avait concédé avoir un aveu à lui faire, Andreï avait redouté le pire. C'est que, c'est derniers temps, dès lors que l'on s'apprêtait à lui asséner une vérité gênante, terrible ou blessante, cette dernière s'avérait ne pas l'être à moitié, entre les cruelles révélations de sa mère concernant ses différents pères, ou encore ce frère jumeau qu'il n'avait jamais connu et les révélations de sa tante, qui se plaisait à adopter à tout va sans prévenir personne, il était plus ou moins préparé aux pires scenarii envisageables. Ce qui ne rendait pas forcément, précisons le, la pilule plus évidente à avaler quand il devenait temps de se confronter à la réalité.

En une fraction de secondes, il avait déjà réussi à fissurer son coeur trop fragile, lui apprenant qu'elle n'était vers lui en premier lieu que pour une raison spécifique, sans rapport avec la volonté d'établir entre eux une quelconque amitié. Il aurait dû s'en douter. Il avait souffert plus d'une fois d'amitié factice, et c'était en partie parce qu'il avait bien trop donné pour recevoir si peu qu'il était devenu à ce point asocial, récalcitrant quand il s'agissait d'aller vers les autres. Seulement, à la différence de ces autres, le prétexte qui avait décidé la rouge et or à l'aborder n'avait rien de ce que l'on est à même de concevoir normalement. Le pire, c'est que lorsque June lui apprit sa conviction quant au fait que sa mère à lui avait tué son père à elle, le jeune homme ne parvint même pas à être entièrement surpris, ni ne fut animé de défendre l'intégrité de sa génitrice. Sa mère était une criminelle, il le savait à présent. Supposer qu'elle avait tuer le père de June, c'était... clairement envisageable. Non, au fond, ce n'était pas tant cette accusation - sur quoi se fondait-elle, il n'en savait rien - que cette amitié à remettre en cause qui faisait à ce point de mal au vert et argent. Elle demandait son pardon, et quelque part, il voulait la croire honnête quand elle disait que leur relation n'avait rien de factice, mais le mal était fait. Désormais, il douterait. Il ne pourrait pas s'en empêcher.

-Ça l'a forcément été.
dit-il d'une voix lugubre. Si je ne m'étais pas appelé Armyanski, tu te serais complètement moqué de qui je suis... Il leva les yeux vers elle, tentant de dissimuler la déception qui voulait être lue sur chaque trait de son visage. Je suis désolé de ce que ma mère a fait à ton père, ok. Mais j'y suis pour rien, moi ! Tu crois que ça m'amuse, de voir les cadavres s'entasser, de voir le sang sur ses mains et de tout garder pour moi ? T'attendais quoi, de moi, en venant me voir, c'était quoi ton intention ?

Les reproches, les questions, le tout s'écoulait de ses lèvres en un flot à peine contrôlable, tant il se sentait à la fois saisi de rage et de déception. Fallait-il que l'une des seules belles choses qui lui soit arrivé depuis des mois soit un autre canevas de mensonges ?




code by Mandy


_________________
Poison, running through my veins

Runnin' deep inside my veins. Burnin' deep inside my brain. Poison.
And I don't want to break these chains.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
RÉSISTANCE
avatar
▌ Messages : 578
Humeur :
25 / 10025 / 100

En couple avec : Andreï

QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois d'orme et plume d'hippogriffe, 23,7cm
Camp: Neutre
Avatar: Sarah Bolger

Message#Sujet: Re: Lies are not an option anymore [Andreï]   Sam 6 Sep - 0:25



Lies are not an option anymore

Voilà, c'était dit... Et par Merlin, il était absolument impossible de suivre le rythme de son cœur en cet instant tant il battait vite. De peur, de stress, de colère envers elle même. D'amitié aussi... Et sans doute d'amour. Mais ce dernier point n'était encore logé que dans le cœur et le cerveau n'en avait pas encore conscience. Mais peu importait. Elle avait avouer la pire des choses que l'on pouvait entendre à l'un des êtres à qui elle tenait curieusement le plus et l'idée de la réaction qu'il allait avoir face à cela la tétanisait sur place. C'était d'ailleurs cela qui l'avait si longtemps empêché de tout lui avouer mais, elle en était consciente à présent, attendre n'avait fait qu'empirer les choses et l'explosion risquait de faire bien plus de carnage que si la franchise avait d'emblée été de mise. Comment réussir à lui faire croire à la sincérité de ses sentiments envers lui à présent ? Comment pourrait-il seulement croire au moindre de ses prochains mots ou ne serait-ce qu'avoir l'envie de passer du temps avec celle qui devait ressembler à une traîtresse à ses yeux en cet instant précis … ? Tout aurait été tellement plus simple si June s'en était tenu au plan initial. Plus simple, oui... mais bien moins apaisant. Qu'allait-il rester de tout cela ?

L'impression qu'énoncer cette vérité à voix haute lui avait enlevé un poids ne dura qu'une fraction de seconde, car déjà le poids de ce qu'elle venait sans aucun doute de faire ressentir à Andreï, bien plus gros encore, s'installait en elle. Les larmes lui montaient aux yeux. En avait-elle seulement le droit ? C'était elle qui avait tout gâchée, depuis le début. Elle ne savait faire que ça, gâcher la vie des gens autour d'elle, à commencer par son défunt père qu'elle avait privé de femme. Elle secoua la tête et se força à ne pas cligner trop fort les yeux. Là, tout de suite, pleurer ne lui était pas permis. Elle aurait voulu tout effacer et tout recommencer. Croiser le chemin d'Andreï dans de toutes autres circonstances et ne surtout jamais voir tant de déception et de colère sur ce visage qui lui était habituellement ouvert et chaleureux. Quand le flot de paroles du serpentard cessa, elle prit rapidement le relais, d'une voix qui retenait bien plus difficilement les larmes que ses yeux.

- Je le sais bien que tu n'y ais pour rien, je le sais... Et je suis désolée d'apprendre que mon père n'est pas le seul à être mort des mains de ta mère, ajouta t-elle sincèrement, sans que cette nouvelle ne l'ai choquée outre mesure, avant de reprendre. Mais... Je veux me venger. Depuis l'instant où je me suis retrouvée orpheline je ne souhaite que cela. Je sais que ça peut paraître complètement fou et tu as tout à fait le droit de me haïr pour ça... C'était un fait. June voulait ardemment la mort de la mère d'Andreï. Triste sort que d'être eux deux en cet instant. Elle baissa la tête, son regard concentrée sur ses genoux, eux même repliés tout contre elle. Tu étais... Tu étais mon unique moyen de l'atteindre en toute discrétion. Voilà pourquoi je suis venue te voir ce jour là. Ses yeux vinrent de nouveau rencontrer ceux de son interlocuteur. J'aurais pu ne jamais t'en parler Andreï, c'est ce qui était prévu à la base, mais je n'en pouvais plus de te mentir. Je n'en pouvais plus parce que, contre toute attente, tu as tout de suite pris une place aussi importante que mon envie de vengeance dans mon esprit. Sans toi, j'aurai sans doute déjà tenté d'atteindre ta mère. Et je... Je ne sais plus ce que je veux à présent. Cette fois, les larmes n'attendirent pas d'être bloquées pour couler. June détourna aussitôt la tête et l'enfonça un peu plus dans son écharpe. Pardonnes-moi, murmura t-elle ensuite.



Dernière édition par June Gallagher le Jeu 11 Sep - 20:19, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://camelot-age-sombre.forumactif.org/
RÉSISTANCE
avatar
▌ Messages : 1080
Humeur :
50 / 10050 / 100

En couple avec : June

QUI SUIS-JE?
Baguette: Ébène, 25,2 cm, écaille de dragon
Camp: Bien
Avatar: Freddie Highmore

Message#Sujet: Re: Lies are not an option anymore [Andreï]   Dim 7 Sep - 11:07


Lies are not an option anymore
A

ndreï avait l'impression de ne plus connaître la jeune femme qu'il avait à côté de lui. La June de maintenant, celle qui lui faisait ses aveux terribles, ne semblait pas avoir grand rapport avec celle à qui il avait finit par s'ouvrir, celui à qui il avait accordé une confiance vacillante, qu'il s'était pourtant juré de ne plus donner à personne. Le vert et argent n'avait jamais été très sociable, avait toujours été farouche, et, avec tout ce qui lui était arrivé dernièrement, il en était arrivé à se montrer plus méfiant avec tout le monde. La rouge et or était parvenu à lui faire baisser sa garde, et à présent... à présent, il ne savait pas s'il devait le regretter ou non. Il ne parvenait plus à distinguer le vrai du faux, à distinguer ce qui avait été pure comédie, mensonge éhonté, de ce qui avait été sincère. Avait-elle seulement été sincère avec lui ? C'est vrai, le ton de sa voix, ses yeux, où les larmes semblaient menacer de poindre, l'invitaient à croire qu'elle ne l'avait pas baladé sur toute la ligne... Mais peut-être était-elle seulement une excellente actrice, après tout ? Ça n'avait rien d'improbable. Il découvrait la June avide d'une vengeance qu'il pouvait certes comprendre, pour la ressentir également, mais qu'il n'était pas sûr d'accepter. L'amitié était une chose sacrée, pour lui, il ne supportait pas qu'on le trahisse... et c'était plus délicat encore dans le cas de June... car il se pouvait qu'il s'y soit attaché bien plus que ce que lui-même était tout à fait capable de comprendre.

-Si... Si je te demandais d'abandonner tes projets de vengeance pour moi, est-ce que tu le ferais ?


Était-ce véritablement ce qu'il voulait ? Qu'elle n'assouvisse pas sa vengeance légitime à l'égard de sa mère ? Pas forcément, en vérité... Il était bien placé pour savoir que sa haine envers Anya Armyanski était fondée... et, qui sait, Andreï avait peut-être besoin de cela, de quelqu'un qui puisse le comprendre, savoir quel genre de femme était sa mère, pour enfin agir en conséquences. Mais pour l'instant, ce n'était pas ce qui le troublait ni ne l'attristait. Ce n'était pas les accusations qu'elle portait à l'encontre de sa génitrice qui lui faisait mal, à la vérité. C'était qu'elle ait pu lui mentir aussi effrontément, qu'elle ait pu lui faire du mal au-delà de ce qu'il aurait pu l'imaginer, parce qu'il se sentait trahi, parce qu'il doutait à présent de tout. Il voulait avoir la confirmation que tout ce qu'ils avaient pu partager, ces longues conversations, leurs moments de complicité... n'avaient pas été qu'un grand ramassis de conneries hypocrites. Il avait besoin d'entendre qu'elle avait été sincère, et comme si elle se contentait de dire ces mots, cela ne suffirait pas, il la mettait au défi de choisir entre elle et sa vengeance. Andreï appréhendait de ne pas remporter sa faveur... Il se retrouverait peut-être démuni, le coeur brisé, à constater qu'on s'était servi de lui une fois de plus, mais au moins, il serait fixé.




code by Mandy


_________________
Poison, running through my veins

Runnin' deep inside my veins. Burnin' deep inside my brain. Poison.
And I don't want to break these chains.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
RÉSISTANCE
avatar
▌ Messages : 578
Humeur :
25 / 10025 / 100

En couple avec : Andreï

QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois d'orme et plume d'hippogriffe, 23,7cm
Camp: Neutre
Avatar: Sarah Bolger

Message#Sujet: Re: Lies are not an option anymore [Andreï]   Jeu 11 Sep - 21:25



Lies are not an option anymore

June ignorait encore comment elle était parvenu à tout déballer sans se rétracter une seule seconde. Tout était dit, il ne manquait aucune information à cette grande nouvelle digne d'un raz de marée. Hormis peut-être de l'insistance sur le fait que cette amitié imprévue et spontanée était absolument sincère. La jeune gryffondor aurait bien voulu le répéter encore et encore, pour que ce détail qui n'en était pas un s'encre bien dans l'esprit du serpentard, mais elle commençait à connaître le garçon et elle savait très bien que c'était inutile. Il l'avait entendu et il ne restait maintenant plus qu'à attendre une nouvelle fois sa réaction. De toute cette situation, c'était très précisément cette dernière qui lui faisait le plus peur. Allait-il se lever, lui tourner le dos et s'en aller loin de sa vie ? Aussi neuneu que cela puisse être, Andreï était la plus belle chose à avoir débarqué dans sa vie depuis la mort de son père et le perdre lui aussi achèverait de la guider vers son envie de rejoindre ses parents. Pour autant, le simple fait qu'il soit resté à ses côtés tout au long de ses explications était un signe assez prometteur. Tout du moins, c'était ce qu'elle s'évertuait à se répéter dans sa tête pour ne pas flancher. Ses yeux embuées étaient déjà bien assez suffisant et elle s'en voulait d'ailleurs d'avoir laissé quelques larmes s'échapper de ces derniers.

Le long silence qui s'installa fut plus parlant que tout ce qu'elle avait pu dire au cours des minutes précédentes tant il laissait place à de multiples questions et remarques dans son cerveau. Elle doutait d'avoir pris la bonne décision en lui avouant tout cela mais se sentait dans un même temps soulagée de ne plus garder ce secret en elle. L'unique raison qui la faisait douter était celle qui tendait actuellement chacun de ses muscles à tel point que certains commençait à lui faire sérieusement mal : avait-elle mis fin à leur amitié naissante ? Cette même amitié qui cachait, sans qu'elle n'y ait encore réellement fait fasse, un sentiment plus fort encore... Elle avait tellement peur que, lorsqu'enfin Andreï rompit le silence pesant, elle lâcha un léger soupire de soulagement. Il ne lui criait pas dessus, ne la couvrait pas de reproche, ne lui montrait aucune haine et, surtout, n'esquissait pas un seul geste de repli. Pour autant, les mots qu'ils venaient de prononcer la décontenança. Qu'il lui demande d'abandonner sa vengeance, ça, elle s'y était attendue, mais pas une seconde elle n'avait songé à trouver une réponse à cela.

- Je... Elle marqua un silence avant de jeter son regard vers l'horizon du lac. Cette femme, toute meurtrière qu'elle était, restait la mère d'un être qui, – contre toute attente, certes – lui avait permis de remonter cette pente au bout de laquelle elle avait jusqu'alors pensé se laisser mourir. June ne connaissait pas les rapports exacts qu'Andreï entretenait avec sa mère, mais si mettre fin au jour de cette dernière, ou tout du moins tenter de le faire, inversait la tangente et le poussait à son tour tout en bas de cette pente abrupte, elle l'y rejoindrait d'emblée tant elle serait rongée par une culpabilité incurable. Oui, se contenta t-elle alors de répondre d'une voix ferme, mais je crois que ça voudrait dire abandonner une partie de moi-même également. Ses yeux vinrent une nouvelle fois se poser dans ceux d'Andreï. Si je suis encore là aujourd'hui, je veux dire, vivante, c'est parce que l'envie de vengeance a été plus forte que tout le reste. Nouveau silence. Jusqu'à ce que tu débarques dans ma vie. Tout ça est tellement contradictoire que je ne sais pas vraiment moi-même ce qu'il se passe dans ma tête... Mais oui, si tu me le demandes vraiment, je mettrai ce projet au cachot. A condition qu'il reste auprès d'elle à jamais, mais ça, elle n'en prononça pas un seul mot.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://camelot-age-sombre.forumactif.org/
RÉSISTANCE
avatar
▌ Messages : 1080
Humeur :
50 / 10050 / 100

En couple avec : June

QUI SUIS-JE?
Baguette: Ébène, 25,2 cm, écaille de dragon
Camp: Bien
Avatar: Freddie Highmore

Message#Sujet: Re: Lies are not an option anymore [Andreï]   Sam 13 Sep - 10:49


Lies are not an option anymore
L

e temps que prit June avant de lui répondre sembla infiniment long au jeune homme. En fait, cela n'avait dû durer que quelques secondes à peine mais, par Merlin, ces secondes avait eu des aspects d'immensité à Andreï, il attendait, fébrile, effrayé, une réponse qui, si elle n'était pas celle qu'il espérait, lui ferait un mal de chien. Il peinait à savoir comment réagir. Il ne pouvait pas en vouloir à June d'éprouver tant de haine à l'égard de sa mère, lui-même en ressentait plus qu'à son compte, et si la veuve noire s'avérait plus grande criminelle encore qu'il ne l'avait cru, elle méritait plus encore cette haine, on qu'on choisisse de venger les morts qu'il y avait dans son placard. Pour cela, il ne parvenait même pas à lui en vouloir. Pour le reste, c'était une toute autre paire de manche. Il voulait, comprendre, savoir s'il y avait quoi que ce soit de sincère dans cette amitié qui avait tant d'importance à ses yeux. Sa question, son ultimatum, c'était le moyen le plus simple d'être fixé. Et le vert et argent sentit un léger poids s'ôter de son coeur en l'entendant répondre par l'affirmative. Il ne se sentait toujours pas complètement sûr ou soulagé, mais au moins, il avait le sentiment que cette relation, à laquelle il avait donné tant d'importance, n'était peut-être pas factice.

Andreï ne pourrait peut-être pas complètement comprendre June, mais il lui semblait disposer de certaines pistes. Ils avaient tout de même plusieurs points communs non négligeables. Et le fait de placer sa vengeance au coeur de toutes ses pensées et de tous ses projets pour avoir une raison de vivre, c'était une chose qu'il concevait parfaitement. Seulement, ses sentiments aussi entraient dans l'équation, et ceux qu'il éprouvait pour June étaient peut-être plus forts que ce qu'il avait bien pu soupçonner, ou même songé à éprouver un jour.

-D'accord, je te crois.
dit-il doucement. Puis ce fut à son tour de laisser un long silence planer sur la situation. Il la croyait effectivement, mais à présent, il n'imaginait pas leur conversation reprendre son cours normal, comme s'il ne s'était rien dit. Il ne pouvait pas lui demander de renoncer à sa vengeance pour lui. Il ne pouvait pas lui demander d'abandonner ce qui avait été sa raison de vivre. D'autant qu'il aurait été assez hypocrite de lui reprocher ses projets de vengeance alors que lui-même, et un peu plus à mesure que les jours passaient, nourrissait les mêmes. Au fond, ça ne leur faisait jamais qu'un point commun de plus. Ils avaient la même ennemie. June... Je ne veux plus que tu me caches quoi que ce soit, d'accord ? Et il tenait à cette promesse, vraiment. Nouveau silence... Tu comptais faire quoi ? Pour te venger de ma mère, tu comptais faire quoi ?

Curiosité malsaine ? Peut-être un peu... Mais c'était également autre chose, en fait, qu'il avait derrière la tête. Après tout, si elle avait voulu se rapprocher de lui, ce n'était pas pour rien. Il voulait rompre le silence... et l'aider, qui sait ?




code by Mandy


_________________
Poison, running through my veins

Runnin' deep inside my veins. Burnin' deep inside my brain. Poison.
And I don't want to break these chains.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
RÉSISTANCE
avatar
▌ Messages : 578
Humeur :
25 / 10025 / 100

En couple avec : Andreï

QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois d'orme et plume d'hippogriffe, 23,7cm
Camp: Neutre
Avatar: Sarah Bolger

Message#Sujet: Re: Lies are not an option anymore [Andreï]   Mer 17 Sep - 23:38



Lies are not an option anymore

Le poids du secret avait beau avoir disparu de la poitrine de June, celui du mensonge restait bel et bien présent. Cette relation d'amitié sincère avec Andreï n'avait pas été prévue au programme, certes, mais cela n’empêchait pas le fait qu'elle s'était imposée à elle sans qu'elle ne puisse rien y faire et qu'elle l'avait d'ailleurs accueillie avec une ouverture de bras qui ne lui était pas habituelle. Elle ne se pardonnerait sans doute jamais complètement d'avoir aussi longtemps retardé le moment de vérité et de s'être menti à elle même en tentant de se convaincre que ça n'avait pas réellement d'importance, que mettre sa vengeance de côté pour privilégier cet étrange lien qui se tissait peu à peu avec le serpentard était amplement suffisant. Celui qu'elle avait eu l'intention de manipuler pour arriver à ses fins était devenu essentiel à sa vie, – même s'il était encore difficile d'admettre qu'une présence extérieure, autre que celle de Robin, lui était devenue indispensable –, et elle avait bien failli le perdre aujourd'hui, elle le savait. Tout cela parce que la sincérité n'avait été présente qu'au sein de ses sentiments... Et voilà qu'un nouveau mensonge naissait en elle. Oh, elle était tout à fait sincère lorsqu'elle disait qu'elle abandonnerait ses idées de meurtre si Andreï me lui demandait, mais serait-elle réellement capable de mettre au cachot ce qui lui avait permit de se lever et de vivre ces derniers mois ? Que le serpentard se soit ajouté à l'adéquation ne changeait rien au fait que son père était mort et qu'elle ne pourrait jamais plus le revoir...

Cette conversation, elle le sentait, ne faisait que commencer, mais, pour l'heure, seuls les mots « je te crois » résonnaient dans son esprit, lui permettant de faire totalement abstraction de cette promesse qu'elle s'était faite à elle même et qu'elle venait de contrer par la promesse inverse. Il la croyait, il ne remettait pas en cause ses paroles, il la croyait par merlin, et c'était en ce moment même tout ce qui comptait. Si la situation avait été appropriée, son visage se serait sans doute illuminé d'un sourire sincère, chose qui ne lui était pas arrivé depuis si longtemps, et si rarement au delà de cela. En guise de remplacement, elle hocha vivement la tête lorsqu'il lui demanda de ne plus avoir de secret pour lui. Bien entendu. Maintenant que cet unique mais énorme secret avait été sorti du placard, elle comptait bien condamner ce dernier. Elle ne voulait plus lui mentir, elle n'en avait plus la force et, elle s'en rendait compte petit à petit, elle allait même jusqu'à désirer qu'il sache tout d'elle. C'en était finit des secrets. Le moment était bien mal choisi pour s'en assurer, mais elle espérait vivement que la réciproque était vraie elle-aussi.

Le temps mort s'acheva là et déjà Andreï remettait cette vengeance qu'elle avait promit d'oublier sur le tapis. Face à sa question, June tourna sa tête vers lui, son visage exprimant à la fois la gêne et la perplexité.

- C'est ta mère... Je veux dire... Je suis d'accord pour ne plus rien te cacher, évidemment, mais je ne vais pas te déballer tous les plans macabres que j'ai imaginé pour venger mon père. Ce serait comme t'enfoncer volontairement un couteau dans la poitrine... Même si c'est déjà ce que je viens de faire, ajouta t-elle honteuse, presque dans un murmure.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://camelot-age-sombre.forumactif.org/
RÉSISTANCE
avatar
▌ Messages : 1080
Humeur :
50 / 10050 / 100

En couple avec : June

QUI SUIS-JE?
Baguette: Ébène, 25,2 cm, écaille de dragon
Camp: Bien
Avatar: Freddie Highmore

Message#Sujet: Re: Lies are not an option anymore [Andreï]   Lun 22 Sep - 20:39


Lies are not an option anymore
A

ndreï ne savait trop s'il devait apprécier la réserve de June ou plutôt s'en exaspérer. Le fait est que oui, elle était sa mère, et il était normale que la rouge et or éprouve quelques difficultés à avouer ses projets au jeune homme, d'autant que, Andreï pouvait nier autant qu'il le voulait, il était loin de détester sa génitrice, en réalité, elle pourrait faire toutes les horreurs de la terre, elle resterait à jamais celle qui lui avait donné ce nom, et en ce sens, il semblerait qu'il devait l'aimer toujours, comme une malédiction. C'était touchant que, en dépit de sa haine, elle choisisse quand même de préserver Andreï... Mais exaspérant dans le même temps, parce que le jeune homme ne voulait plus qu'on le préserve, certainement pas. Il en avait soupé, de tous ces mensonges, de tous ces non dits, sous le prétexte de le protéger. Il ne voulait plus jamais qu'on lui cache quoi que ce soit, les conséquences, il les assumerait, tant pis. Oui, évidemment, ça allait lui faire du mal que d'entendre la jeune femme, à laquelle il s'était attaché plus encore que ce qu'il voulait bien reconnaître, lui parler de tout ce qu'elle avait pu planifier à l'encontre de sa mère, sans doute aussi mal qu'un couteau en plein coeur, oui. Mais il l'acceptait. C'était un mal nécessaire. Et ce ne serait jamais qu'une révélation douloureuse de plus.

-Tu n'as pas à me protéger, June. Cette femme, cette meurtrière... Ce n'est pas ma mère...
Il marqua une pause, afficha un air sombre. Je n'ai plus de mère.

Et il arrivait presque à s'en convaincre. Il ne voulait pas considérer cette femme qui se délectait de la souffrance d'autrui, qui séduisait les hommes pour mieux les tuer, comme la mère qui l'avait élevé, bercé, embrassé, aimé, il ne leur découvrait aucun point commun. Mais si elles étaient deux personnes distinctes, elles ne pouvaient pas vivre sur le même plan d'existence. L'une s'effaçait forcément au bénéfice de l'autre. Et en l'occurrence, la mère aimante et douce avait été remplacé par la sorcière froide, cruelle et calculatrice. Elle lui en avait donné la preuve définitive quand elle l'avait viré du manoir, action aux conséquences lourdes, puisqu'Andreï voyait les choses ainsi : une rupture définitive. Ils avaient coupé les ponts. Anya Armyanski, à l'heure actuelle, était un monstre, ni plus ni moins, et les monstres se doivent d'être éradiqués. Pour le bien commun.

-Vas-y, dis-moi ce que tu avais en tête.


Et il attendait d'elle qu'elle n'omette aucun détail. À ce stade de la conversation, il était vraiment prêt à tout entendre. Et puisqu'il envisageait très clairement le pire, il pensait ne pouvoir être choqué ou horrifié par rien.
Une idée, par ailleurs, émergeait lentement dans son esprit. Mais pour l'heure, il préférait la garder pour lui. Tant que June ne lui aurait pas répondu, en tous cas.




code by Mandy


_________________
Poison, running through my veins

Runnin' deep inside my veins. Burnin' deep inside my brain. Poison.
And I don't want to break these chains.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
RÉSISTANCE
avatar
▌ Messages : 578
Humeur :
25 / 10025 / 100

En couple avec : Andreï

QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois d'orme et plume d'hippogriffe, 23,7cm
Camp: Neutre
Avatar: Sarah Bolger

Message#Sujet: Re: Lies are not an option anymore [Andreï]   Ven 3 Oct - 0:08



Lies are not an option anymore

June était bien consciente que, quoi que puisse lui demander Andreï à présent, elle se devait de lui répondre. Elle lui avait menti – ou plutôt avait omis certaines informations, mais le moment était bien mal choisi pour jouer sur les mots – pendant trop longtemps pour se plonger dans un mutisme nouveau. Mais ça... Ce qu'il voulait savoir à présent... Le vase déjà bien plein n'allait-il pas se mettre à déborder ? Et le serpentard n'allait-il pas alors revenir sur ses pas et décider, en fin de compte, de la supprimer de son existence ? Vouloir se venger de quelqu'un était une chose ; que cette idée de vengeance soit aussi radicale que l'était celle de la jeune gryffondor en était une autre. Il ne s'agissait pas ici d'une simple et pathétique vengeance d'étudiant, une vie avait été mise en jeu, et Merlin seul savait à quel point le jeu en question était meurtrier. Mais qu'elle décide de ne pas dire un mot de plus ou de passer de nouveau aux confessions reviendrait de toute manière au même. Dans les deux cas, elle risquait de perdre Andreï – oui, le soulagement qu'elle avait éprouvé quelques minutes auparavant avait été de courte durée –, alors autant que ce soit en étant totalement sincère avec lui.

- Ce n'est pas que je veux te ménager, c'est que... Elle s'arrêta là. Il ne servait à rien de chercher à se justifier, si ce n'était de reculer encore un peu plus l'instant des révélations. Elle alla puiser une nouvelle dose de courage dans une longue inspiration avant de se lancer enfin. Je voulais qu'elle disparaisse de la surface de la terre, comme mon père. Je voulais que le monde oubli jusqu'à son existence et qu'aucun au revoir ne lui soit accordé. Je veux... Elle se ravisa. Le présent venait de refaire naturellement surface dans ses propos, hors, face à la promesse qu'elle venait de faire à son interlocuteur, il n'était très clairement plus de mise – bien que la question à laquelle elle répondait actuellement ne laissait pas entendre un désintérêt total de la part du serpentard. D'après ce qu'elle venait d'entendre, June doutait que ce ne soit que de la curiosité malsaine. Elle n'osait pour autant pas demander ce qui avait bien pu se passer entre sa mère et lui pour qu'il en parle en des termes aussi négatifs. Son statue de tueuse l'avait-elle empêcher d'embrasser son devoir de mère aimante ? C'était une question qu'elle gardait pour plus tard, si, et seulement si, elle sentait qu'elle pouvait se le permettre. Elle se racla la gorge avant de reprendre. Je voulais la tuer pour avoir osé m’ôter tout ce qu'il me restait de famille. Voilà ce que je voulais faire : lui rendre la monnaie de sa pièce. Et je n'espérais pas survivre à tout cela, ajouta t-elle un peu plus bas.

Il n'y avait rien à rajouter de plus, Andreï savait tout. S'il ne lui avait pas coupé l'herbe sous le pied quelques mois plus tôt, elle aurait certainement eu des plans plus élaborés à exposer, mais les faits restaient là. Une mort pour un mort, tout simplement. Une vendetta qui n'avait pas une seule seconde pris en compte l'entourage de la meurtrière, elle s'en rendait compte à présent. Ses pensées n'avaient été animées que par la haine et le chagrin. Des sentiments qui, si elle s'était mise en action, se seraient probablement emparé d'Andreï. Quoique... Pouvait-on réellement pleurer une mère que l'on ne considérait plus sienne ? S'il lui demandait de renoncer à ses pensées morbides, c'est que ce devait être le cas, non ?

- Mais comme je viens de te le dire, tout ça, je suis prête à l'enterrer. Sincèrement. Une dernière tentative de prouver son attachement sincère au garçon ? Sans aucun doute.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://camelot-age-sombre.forumactif.org/
RÉSISTANCE
avatar
▌ Messages : 1080
Humeur :
50 / 10050 / 100

En couple avec : June

QUI SUIS-JE?
Baguette: Ébène, 25,2 cm, écaille de dragon
Camp: Bien
Avatar: Freddie Highmore

Message#Sujet: Re: Lies are not an option anymore [Andreï]   Sam 4 Oct - 12:41


Lies are not an option anymore
S

i Andreï avait cru que personne ne pouvait avoir plus de haine en son coeur à l'adresse d'Anya Armyanski que lui-même, c'était avant d'entendre June lui parler de sa génitrice. Il y avait tant de mépris, de volonté de faire du mal, dans son propos. Et tout cela était légitime. Oui, Andreï entendait l'une de ses amies les plus proches, peut-être même plus qu'une amie à ses yeux, lui raconter les pires horreurs concernant sa mère, et vouloir lui faire subir une torture, un enfer, des supplices inimaginables, et il l'écoutait avec une sorte de calme et de distance qui pourrait presque faire oublier que c'est de sa mère, de celle qui lui avait donné la vie, que l'on parlait. Son voeu, son ambition était légitime. Oui, il l'avait aimé, et même, il l'aimerait toujours, il n'y pouvait rien, mais très objectivement, Anya Armyanski était une criminelle, un assassin, et elle méritait de mourir. Anya Armyanski devait disparaître de la surface de cette terre. Et même si c'était un constat douloureux pour lui, c'était une nécessité. Elle ne devait plus faire de mal à personne. Le vert et argent écouta à peine June quand cette dernière lui dit qu'elle était prête à abandonner tous ses projets si il le lui demandait. Il la croyait. Il était convaincu de sa sincérité. Mais il ne comptait pas lui interdire de faire quoi que ce soit.

-Je te crois.
Il marqua une pause. Son ton était d'une incroyable neutralité, comme s'il n'était plus qu'un acteur extérieur à la situation alors qu'il y était profondément lié, plus que personne d'autre. Je n'ai pas l'intention de t'empêcher de détruire ma mère. Et ils parlaient bien de la même chose, autrement dit ni plus ni moins que la planification d'un assassinat. En fait, je veux même t'aider.

Toujours la même neutralité de ton, avec une détermination très claire dans le regard. Il ne changerait pas d'avis. C'était bien là sa décision. Et elle était irrévocable.

Cette réflexion ne datait pas de leur conversation, depuis qu'Anya l'avait viré de sa maison et de sa vie après une nouvelle dispute. Là, avait eu lieu le déclic. Sa mère avait beau être sa mère, elle était avant tout une femme dangereuse, une véritable menace. Et s'il fallait s'en débarrasser, ce n'était pas seulement par vengeance, mais par nécessité. C'est sûr, ce serait difficile de mettre ses sentiments personnels de côté, et c'est d'ailleurs pour cette raison qu'il sentait que l'appui de June ne lui serait pas inutile. Seul, il n'y parviendrait jamais. Mais avec elle, il se sentait bien plus déterminé, bien plus sûr de lui. Cette discussion était difficile et douloureuse, mais elle avait du bon. Sans elle, Andreï n'était pas vraiment certain qu'il serait allé jusqu'au bout de ce qui était comme... son devoir moral, en vérité.

-Enfin, si tu me promets de survivre à tout ça.


Elle avait dit n'avoir pas voulu survivre à sa vengeance. Mais ça, bien sûr, aux yeux d'Andreï, c'était totalement hors de question. Ils feraient ça correctement, personne ne les inculperait. Ils survivraient. Elle mourait.




code by Mandy


_________________
Poison, running through my veins

Runnin' deep inside my veins. Burnin' deep inside my brain. Poison.
And I don't want to break these chains.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
RÉSISTANCE
avatar
▌ Messages : 578
Humeur :
25 / 10025 / 100

En couple avec : Andreï

QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois d'orme et plume d'hippogriffe, 23,7cm
Camp: Neutre
Avatar: Sarah Bolger

Message#Sujet: Re: Lies are not an option anymore [Andreï]   Lun 27 Oct - 23:30



Lies are not an option anymore

Toute cette vérité macabre et vengeresse que June avait gardé au fond d'elle durant toutes ces semaines venait d'être libérée. Sans trop de surprise, la jeune gryffondor se sentait vide et fatiguée. Le poids du secret s'était certes envolé, mais non sans laisser des traces de son passage. Malgré tout, la réaction d'Andreï face aux révélations qu'elle venaient de lui livrer n'aurait pas pu être meilleure. L'atmosphère était très clairement tendue mais il croyait en sa sincérité et ne semblait pas réellement lui tenir rigueur pour ses sombres sentiments à l'égard de sa mère, ainsi que de l'absence de sincérité à ce sujet au sein de leur relation. June en était terriblement soulagée, bien que légèrement surprise. Son amitié envers Andreï était tout à fait réelle et le voir la comprendre et lui pardonner lui montrait – il lui semblait du moins – que c'était réciproque. Pour autant, June ne pouvait s'empêcher de se demander comment elle aurait réagi si les rôles avaient été inversés. Aucune réponse ne semblait vouloir se présenter à elle. De son père ou d'Andreï, il lui était impossible d'exiger à son cœur de faire un choix.

Troublée par cette pensée, les paroles que prononça alors le serpentard vinrent résonner dans ses oreilles. De toutes les situations qu'elle s'était imaginé avant de trouver enfin le courage de tout lui avouer, cette dernière ne lui avait absolument jamais effleuré l'esprit. Les yeux de June, plongés sur ses pieds, s'arrondirent de surprise. Elle redressa doucement la tête afin de se concentrer sur le visage de son interlocuteur. Il lui semblait n'avoir encore jamais vu un air aussi grave sur ce dernier et, quelque part au fond d'elle, ça lui faisait un peu peur. Qu'avait-il donc vécu de son côté pour avoir le désir de voir sa propre mère mourir... ? Sa propre haine envers Anya Armyanski lui avait toujours paru couler de source. Elle avait mis fin à la vie de l'être qui lui était le plus cher, sa seule et unique famille. Mais Andreï, qu'est-ce qui pouvait bien le pousser à ce genre de pensée et de désir ? Elle qui n'avait jamais eu la chance d'avoir une mère, et qui en avait souffert la majeure partie de ses jours, avait bien du mal à trouver une réponse à cette question. Se rendant compte qu'elle fixait sans rien dire le serpentard depuis déjà prêt d'une minute, elle secoua légèrement la tête et s'empressa de trouver ses mots.

- Tu es sûr de toi ?

Question quelque peu idiote lorsqu'on prenait en compte le regard déterminé du serpentard, mais c'était les premiers mots qui lui étaient venus à l'esprit. Un léger doute l'assaillit soudain : était-ce un test ? Toute cette situation était en définitive tellement étrange qu'il n'était pas évident de mettre de l'ordre dans son cerveau. Elle décida d'ignorer ce doute et de faire pleinement confiance à Andreï. Pour autant, elle se devait d'exprimer une dernière fois sa pensée avant qu'ils ne se lancent tous les deux à corps perdus dans cette mission.

- Je ne ferais jamais rien qui pourrait te faire du mal, alors je veux que tu m'assures que c'est bien ce que tu veux... Et... Elle marqua un court silence. Je dois bien avouer que j'aimerai comprendre pourquoi. Ses yeux plongés dans ceux de son interlocuteur ne reflétait pas la curiosité mais bel et bien la volonté de connaître et de comprendre de qu'il avait bien pu vivre. Puis, répondant à la dernière remarque d'Andreï, une légère pointe de timidité dans la voix : A condition qu'on survive tous les deux. Il est hors de question que je perde un nouvel être cher dans la bataille. C'était dit. A présent que le serpentard faisait partie de sa vie, mourir à la fin du combat n'était plus réellement une option pour June.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://camelot-age-sombre.forumactif.org/
RÉSISTANCE
avatar
▌ Messages : 1080
Humeur :
50 / 10050 / 100

En couple avec : June

QUI SUIS-JE?
Baguette: Ébène, 25,2 cm, écaille de dragon
Camp: Bien
Avatar: Freddie Highmore

Message#Sujet: Re: Lies are not an option anymore [Andreï]   Mer 29 Oct - 20:32


Lies are not an option anymore
J

une était visiblement surprise. Andreï le comprenait parfaitement. La jeune femme n'avait effectivement aucune raison de s'attendre à sa proposition. Après tout, on parlait de sa mère, on parlait de la femme qui l'avait mise au monde. Mais le vert et argent s'en moquait bien, il avait été extrêmement sérieux, et à aucun moment il ne changerait d'avis. Cette décision était la bonne, cette décision était la meilleure à prendre. Cela faisait un moment que le jeune homme avait compris qu'il n'y avait qu'un seule moyen pour arrêter Anya Armyanski, et ce moyen était forcément radical. Il n'avait pas pensé avoir la force d'y arriver seul, cependant, mais à présent qu'il savait la rouge et or de son côté, qu'il savait qu'elle serait là pour dissiper ses doutes et l'inviter à aller jusqu'au bout, la donne avait changé, il était bien plus sûr de lui. Ils allaient pouvoir passer à l'action, tous les deux. Et pour lui prouver qu'il serait inflexible, que c'était bel et bien, résolument son choix, qu'il ne ferait pas marche arrière, il comptait bien faire à June le récit de ses reproches à l'égard de sa génitrice. Ainsi, elle comprendrait mieux, et ainsi, ils seraient l'un et l'autre sur un pied d'égalité. Elle avait mis carte sur table, elle lui avait avoué un secret que, il le devinait, elle n'avait autrement jamais révélé ou à bien peu de personne, à son tour à présent d'en faire de même.

-Anya Armyanski...
il ne l'appelait plus "ma mère", et il ferait cet effort le plus possible (qui sait, un jour, il en aurait peut-être le réflexe ? ). Plus il saurait mettre la distance entre sa génitrice et lui, mieux ce serait, il s'en rendait bien compte... n'a pas tué que ton père. Elle a aussi tué les miens. C'est une veuve noire. Elle épouse les hommes, elle vole leurs richesses, et elle les assassine sans l'ombre d'un remords. Moi, dans tout ça, j'étais un... dommage collatéral, je suppose.]

Difficile, pour Andreï, de croire qu'il ait pu être un enfant désiré en considérant quels rapports cette femme entretenait avec les hommes... Mais ce n'était de toute manière pas la question, même si elle avait voulu de son existence, ça n'ôtait rien au fait qu'elle n'était rien d'autre qu'une criminelle et une manipulatrice. Et encore, il ne savait jamais que le centième de ses méfaits, s'il en savait davantage... il serait encore plus déterminé.

-Elle est nocive... On y survivra... pas elle.
Il marqua une pause. Tu as une idée... de comment s'y prendre ?

C'est que c'était la première fois (encore heureux) qu'il planifiait de tuer quelqu'un, ce n'est pas comme s'il savait vraiment comment s'y prendre. Et évidemment, la seule personne de son entourage auprès de qui il aurait pu récolter quelques conseils avisés était celle-là même qu'il comptait bien mettre à mort. Bah, ils se débrouilleraient malgré tout. Andreï était certain que June avait déjà quelques idées derrière la tête. Et dans le cas contraire, leurs deux intelligences combinées feraient forcément merveille.




code by Mandy


_________________
Poison, running through my veins

Runnin' deep inside my veins. Burnin' deep inside my brain. Poison.
And I don't want to break these chains.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
RÉSISTANCE
avatar
▌ Messages : 578
Humeur :
25 / 10025 / 100

En couple avec : Andreï

QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois d'orme et plume d'hippogriffe, 23,7cm
Camp: Neutre
Avatar: Sarah Bolger

Message#Sujet: Re: Lies are not an option anymore [Andreï]   Dim 2 Nov - 13:06



Lies are not an option anymore

Sacré retournement de situation, c'était le cas de le dire. Quelques minutes plus tôt encore, le secret de June se terrait bien au chaud et voilà qu'à présent, en plus de l'avoir révélé à Andreï, ce dernier se rangeait de son côté. Cet aveu qui aurait pu mettre fin à cette amitié à laquelle elle tenait tant avait finalement réuni les deux jeunes gens sur une mission qui, il était fort à parier, les rapprocherait encore d'autant plus. De sa révélation ou de celle du serpentard, elle ne savait pas laquelle était la plus... horrible. Elle avait, en tout premier lieu, eu l'intention de se servir de lui pour commettre un meurtre ; il venait de décider de l'accompagner dans sa tache alors même que la cible visée était sa propre mère. On vivait dans une drôle d'époque tout de même, une époque où la souffrance et la haine semblait surplomber le ciel et les cœurs. Pour autant, l'une des souffrances de June venait de s'estomper. Avoir Andreï à ses côtés à présent supprimait le conflit qui s'était installé dans son cerveau à partir du moment où elle avait commencé à voir en lui autre chose qu'un moyen d’accéder à sa vengeance. Ça avait été dur sur le moment, certes, mais dire la vérité, surtout lorsque cette dernière était aussi... inattendue, ne lui avait sans doute jamais été aussi bénéfique.

Sa curiosité quant aux raisons qui poussait Andreï à commettre l'irréparable envers sa famille la plus proche fut très vite nourrie. Elle n'était apparemment pas la seule à avoir décidé de jouer la carte de la totale sincérité et elle fut heureuse de le voir lui livrer la partie sombre de sa vie – et sombre était un bien maigre mot. Ce qu'elle entendit alors ne la surprit pas tellement – elle avait prit l'habitude de diaboliser au maximum la mégère en question pour se donner plus de courage – mais le ton dans la voix du vert et argent ainsi que ses tous derniers mots la peinèrent énormément. Elle se rendait compte qu'avoir une mère ne remplissait pas forcément le vide qu'elle pouvait avoir de son côté. Une nouvelle vérité sur le monde et l'humanité qui faisait froid dans le dos. Si même la famille n'était qu'un leurre... Elle baissa les yeux sans trop savoir quoi dire. Y avait-il seulement des mots capables de rebondir là dessus sans tomber dans le cliché ou sans rendre la blessure encore plus profonde ? Elle se contenta d'attraper la main d'Andreï et de la serrer dans la sienne quelques longues secondes, durant lesquelles elle fut en revanche incapable de le regarder dans les yeux. Puis vint la question fatidique, mettant fin à ce geste qui avait fait naître un contact jusqu'alors inexploré entre les deux jeunes gens. Curieusement, June fut envahi par un mélange de soulagement et de légère déception.

- Ok... Alors je vais être totalement franche avec toi. Elle prit une profonde inspiration avant de poursuivre. Ce que j'aurai sincèrement voulu faire, c'est lui arracher le cœur de mes propres mains. Là, dans l'immédiat, elle passait très certainement pour une psychopathe, mais elle n'était plus à ça prêt maintenant. Clairement, ça va pas être possible alors je pense que le poison est la solution la plus radicale, mais aussi et surtout la plus discrète. En se débrouillant bien, personne ne pourra jamais remonter jusqu'à mo...nous. Quand bien même l'idée d'avoir Andreï à ses côtés à présent lui faisait un bien fou, elle avait encore du mal à se faire à l'idée et à intégrer le pluriel dans le plan. Elle plongea ses yeux dans ceux du serpentard. Qu'est-ce que tu en penses ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://camelot-age-sombre.forumactif.org/
RÉSISTANCE
avatar
▌ Messages : 1080
Humeur :
50 / 10050 / 100

En couple avec : June

QUI SUIS-JE?
Baguette: Ébène, 25,2 cm, écaille de dragon
Camp: Bien
Avatar: Freddie Highmore

Message#Sujet: Re: Lies are not an option anymore [Andreï]   Dim 2 Nov - 13:54


Lies are not an option anymore
J

une avait serré la main d'Andreï, et il en éprouvait une sorte de réconfort et d'apaisement qu'il n'avait pas éprouvé depuis un bon moment. Il savait que le moment était crucial, et que ce qu'il s'apprêtait à faire était terrible, mais elle lui insufflait le courage nécessaire, et une sorte de sérénité qu'il n'aurait jamais pensé avoir dans de telles circonstances. Il le savait par avance, il douterait plus d'une fois, mais il osait croire à présent qu'il lui suffirait de trouver June pour se retrouver conforté à nouveau dans ses certitudes. C'était une perspective agréable, et qui faisait de quelque chose d'aussi moralement inacceptable et difficile qu'un assassinat une chose nécessaire et tout à fait légitime. Il ne restait plus savoir comment mettre ce plan en place, et c'était là que les choses se gâtaient. Andreï pour les quelques romans à suspense qu'il avait pu lire, ne connaissait que ces sortes de méthodes pour mettre fin aux jours de quelqu'un. En ce qui les concernait, il était évident qu'il fallait qu'ils puissent faire passer le meurtre pour une maladie ou un accident. Le vert et argent s'imaginait mal, tout de même, enterrer le corps de sa mère au fin fond de la forêt interdite. Entre l'intention de tuer et le passage à l'acte, il y avait toujours quelques détails techniques à résoudre.

Un léger frisson traversa l'échine du jeune homme quand la rouge et or parla d'arracher le coeur de sa mère, rien que ça. Certes, Andreï voulait la mort de sa mère, mais c'était bien là le genre de choses qu'il n'aurait jamais pu faire... C'est dire la haine féroce que June avait à l'égard d'Anya... Mais le jeune homme ne songeait pas même à le lui reprocher, il était seulement satisfait qu'elle renonce à ce projet-ci, au nom de méthodes peut-être plus classiques, mais qui aurait le mérite de les laisser blancs comme neige les deux criminels en herbe. L'idée de June était bonne, très bonne, même. Le poison, c'était une très bonne idée, excellente, même. C'était clairement le meilleur moyen d'en finir avec la menace qu'elle représentait, très clairement. Il serait plus facile de lui faire ingérer le poison que n'importe quelle autre méthode qui l'inviterait à s'approcher de trop près. Et en effet, s'ils ne commettaient aucun impair, personne ne saurait jamais qu'ils étaient derrière tout cela. Et puis - ça, c'était une chose qu'il ne répèterait pas à June, Andreï considérait que la mort par poison était une mort digne, il voulait au moins accorder ça à génitrice, faute de vouloir la garder en vie.

-Ce serait parfait.
affirma-t-il. Tu sais où on pourrait se procurer ça discrètement ? Un poison intraçable ? Ou comment en fabriquer un... ?

Il n'était pas mauvais en potions, de là à dire qu'il serait capable de fabriquer un poison efficace, et surtout indétectable, il y avait un monde. Et s'ils devaient songer à se procurer le produit fini... il n'avait pas la moindre idée d'à qui il faudrait s'adresser. Bien sûr, instinctivement, il songeait à l'allée des embrumes. Mais il doutait fort que sa présence puisse y passer inaperçue s'il prenait la décision, tout à coup de s'y rendre pour faire ces emplettes d'un goût... particulier.




code by Mandy


_________________
Poison, running through my veins

Runnin' deep inside my veins. Burnin' deep inside my brain. Poison.
And I don't want to break these chains.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
RÉSISTANCE
avatar
▌ Messages : 578
Humeur :
25 / 10025 / 100

En couple avec : Andreï

QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois d'orme et plume d'hippogriffe, 23,7cm
Camp: Neutre
Avatar: Sarah Bolger

Message#Sujet: Re: Lies are not an option anymore [Andreï]   Lun 10 Nov - 12:51



Lies are not an option anymore

De l'honnêteté, June venait certainement d'en avoir un peu trop à l'égard d'Andreï, mais elle avait tant de fois rêvé d'étrangler celle qui l'avait privée de famille, de la faire souffrir de ses propres mains, que les mots s'étaient glissés entre ses lèvres avec naturel. Un naturel on ne peut plus sombre, certes. Tous les ados n'avaient pas la chance d'avoir une vie facile – ils en étaient la preuve tous les deux – mais de là à ce que des envies de meurtre concrètes et sanglantes ne germent dans leurs esprits... June était parfaitement consciente d'avoir grandi trop vite, d'avoir perdu une innocence qu'elle n'avait jamais réellement eu, de ne pas avoir attendu l'adolescence pour avoir la tête rempli d'idées noires. C'était ce qu'elle était, il était impossible de revenir en arrière. Grâce à Andreï, elle commençait à trouver le courage d'accepter cette nature. Grâce à lui, elle ne se sentait plus seule, et encore moins à présent qu'il partageait son secret et qu'il souhaitait pleinement en faire partie. Que serait-elle devenue s'il était passé à côté de son chemin ? Elle aurait probablement déjà mis fin à ses jours à l'heure qu'il était. C'était étrange et déconcertant. Chaque fois qu'elle y pensait, le rouge lui montait aux joues et ses mains devenaient moites. Elle n'aimait pas vraiment l'idée de perdre ainsi le contrôle de son corps, alors elle avait décidé d'ignorer au maximum ce détail. Fort heureusement, pour l'heure, ils avaient tous les deux de quoi occuper leur esprit.

- Je ne sais pas si tu vois qui est Marcia Loyd, mais elle est le prodige de la potion de Poudlard. Elle est en septième année à gryffondor et Slughorn se mettrait presque à genou à ses pieds tant elle est prête à dépasser son maître. C'est l'une de mes camarades de chambrée et c'est avec elle que je m'entends le mieux dans ce foutu dortoir. Il ne servait à rien d'en dire plus à ce sujet, Andreï était tout à fait capable de voir où elle voulait en venir. Elle préféra tout de même ajouter une précision. La matière me plaît pas mal à moi aussi, j'apprendrais vite ce qu'elle pourra m'apprendre. Il était bien entendu évident qu'il n'était pas question de mettre la demoiselle dans la confession. Personne d'autre qu'eux deux ne devrait jamais être au courant de ce qu'ils s’apprêtaient à présent à préparer avec sérieux et acharnement. June jeta un regard vers la lune qui se trouvait déjà bien haut dans le ciel et se rendit compte que cela faisait un bon moment qu'ils discutaient près du lac et que plus aucun autre élève ne se trouvait dans les parages. Le buffet du soir, elle n'en avait pas grand chose à faire, les heures de colle en présence de Russard en revanche... On ferait peut-être mieux de retourner au château, tu ne crois pas ? Avant d'entamer le moindre mouvement cependant, la gryffondor plongea une nouvelle fois ses yeux dans ceux du serpentard. Je... Je m'attendais pas vraiment à ce que ça se passe comme ça mais... je suis contente de t'avoir à mes côtés...malgré tout. Un fin sourire se déposa sur son visage avant que la pénombre de la nuit ne rende ce genre de détails invisibles. Andreï avait rendu tout cela possible, de la mise en marche concrète d'une vengeance ruminée depuis des mois à l'affichage d'un sourire on ne peut plus sincère sur son visage habituellement si renfermé.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://camelot-age-sombre.forumactif.org/
 

Lies are not an option anymore [Andreï]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Lies are not an option anymore [Andreï]
» don't you trust me anymore? le 14/2/12 à 20h23
» "White Lies." [A.]
» Harper ~ Tu ne sais jamais à quel point tu es fort, jusqu'au jour où être fort reste ta seule option~
» (oseady) ? We don't talk anymore like we used to do.
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
T.rouble O.r M.isery (or both) ::  :: 
L'extérieur de l'école
 :: Le lac.
-