AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Il était confortable, ce placard, pourtant [pv Angus ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
SORCIER
avatar
▌ Messages : 1123
Humeur :
50 / 10050 / 100

En couple avec : Ethan Malwing

QUI SUIS-JE?
Baguette: bois de genévrier, 22 cm, ventricule de dragon
Camp: Neutre
Avatar: Ben Whishaw

Message#Sujet: Il était confortable, ce placard, pourtant [pv Angus ]   Lun 10 Nov - 16:34


Il était confortable, ce placard, pourtant
J

ames ne cessait de regarder sa montre avec appréhension, voyant les minutes défiler sur le cadran, ne sachant se décider : ces aiguilles avançaient-elles trop vite, ou au contraire bien trop lentement ? Il était arrivé avec beaucoup trop d'avance, comme à chacun des rendez-vous décisif qu'il avait pu donner au cours de sa vie... Et Merlin sait que celui-ci en était un... Il était en avance sur l'heure de leur rendez-vous, mais il n'avait pas pris d'avance sur ses révélations, ceci dit. La conversation qu'il s'apprêtait à avoir, il aurait dors et déjà dû l'avoir bien plus tôt. Aussitôt qu'il avait comprit. Mais il n'avait pas réussi à s'y résigner. Chaque excuse était meilleure que la précédente, et au final, il s'était contentée de prétendre encore et encore, auprès de l'une des personnes à qui il lui était le plus douloureux de mentir, pourtant. Il ne pouvait plus se le permettre, désormais, les choses avaient bien trop évoluée, et bien trop vite, maintenir encore Angus à l'écart, mentir effrontément encore serait comme le maintenir à l'écart de sa vie, à présent. Et c'était une chose à laquelle il lui était tout simplement impossible de se résigner. Angus était son meilleur ami, celui avec qui, dans l'idéal, il aurait toujours dû tout partager, il était temps...

Il avait été temps à l'instant où son regard s'était posée sur Ethan, plus encore lors de cette première fois tout sauf anodine, plus encore après ses disputes incessantes avec Lindsay. Et à présent qu'il était séparé définitivement de son épouse, en instance de divorce... parler à Angus, tout lui avouer, n'était pas seulement un devoir, mais une nécessité. Et c'est pour cette raison, donc, que le libraire lui avait donné rendez-vous au Chaudron Baveur, à l'un de ces horaires où il n'était pas vraiment fréquenté. Il s'y était rendu directement après son travail, quand bien même il aurait eu tout le temps de flâner dans les rues du chemin de traverse en attendant... Il était trop anxieux pour qu'une quelconque promenade lui fasse du bien. Il tournait et retournait la scène dans sa tête, et il n'y trouvait jamais de dénouement à cent pour cent satisfaisant. Il imaginait son meilleur ami lui en vouloir de lui avoir mentir, ou pire, le rejeter au nom de cette nature que James lui-même avait mis du temps à ne plus observer comme monstrueuse... et pour lui, c'était pire que tout. Il était à la fois impatient de revoir Angus, ne serait-ce que pour se débarrasser pour de bon de ce poids sur sa conscience, quelles qu'en soient les conséquences, et aussi parce qu'il n'avait pas revu le jeune homme depuis longtemps, finalement, et en même temps, il avait envie de repousser l'échéance au plus tard possible. Contradiction. Au final, il s'avéra qu'Angus entra dans le Chaudron Baveur parfaitement à l'heure. L'estomac de James était noué alors qu'il lui faisait signe d le rejoindre à la table à laquelle il s'était installé. Il fit au mieux pour afficher un sourire quand il s'adressa à lui. Pas la peine d'afficher une mine de déterré par dessus le marché.

-Je suis vraiment content de te revoir. Comment vas-tu ?





code by Mandy

_________________


Ce que l'amour peut faire, l'amour ose le tenter.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
avatar
▌ Messages : 671
Humeur :
20 / 10020 / 100

En couple avec : Mon ombre

QUI SUIS-JE?
Baguette: Noyer noir et plume de Phénix, 26,9cm
Camp: Neutre
Avatar: Chris Hemsworth

Message#Sujet: Re: Il était confortable, ce placard, pourtant [pv Angus ]   Dim 16 Nov - 16:00

Il était confortable, ce placard, pourtant

Les jours et les semaines passaient à une vitesse folle ces derniers temps. Cela faisait une éternité – tout du moins c'était l'impression que ça donnait à Angus – qu'il n'avait pas eu de vie sociale en dehors du boulot et des bars qu'il fréquentait tous les soirs. Certes, ces deux endroits pouvaient généralement et normalement entraîner des discussions avec autrui, mais ce n'était pas avec son humeur exécrable – celle qu'il enfilait comme protection tous les jours depuis plus d'un mois maintenant pour s'empêcher de faire face à cette merdeuse de vie – que les gens qui l'entouraient étaient tentés de l'approcher. Au boulot, ses collègues de bureau se contentaient du strict minimum et les diverses missions avaient perdu de leur saveur. Certains de ses collègues faisaient même tout pour ne pas être affiliés aux mêmes missions que lui, c'était dire... Dans les pubs, seul le comptoir, et éventuellement les serveurs, étaient autorisés à lui adresser la parole. Enfin, les traits étaient sans doute légèrement exagérés, mais c'était bien ainsi que le principal concerné voyait sa situation sociale actuelle et, à vrai dire, il n'en avait pas grand chose à faire et cela lui convenait plutôt bien. La tranquillité et l'alcool, c'était tout ce qui lui avait permis de continuer à trouver le courage d'avoir ne serait-ce qu'un semblant de vie. Le passé avait tendance à refaire surface dans les moments de vulnérabilité, c'était bien connu. C'était sans doute aussi un peu pour ça qu'il en voulait tant à Sasha. Enfin, lui en vouloir était sans doute ici encore un bien grand mot. A vrai dire, l'excuse de leur engueulade – une engueulade qui datait déjà bien d'ailleurs – avait bon dos. Ce semblant de déprime, il s'y sentait bien pour le moment.

Pour autant, lorsqu'il avait reçu des nouvelles de James, il n'avait pas hésité une seule seconde à répondre à la positive à sa proposition de rendez-vous. Il ne savait pas vraiment pourquoi il n'avait pas songer à le voir plus tôt puisqu'il était certain que sa compagnie allait lui faire un bien fou. James n'était pas seulement un ami, il était aussi un grand frère et un confident. Le genre de personne qui reste dans notre vie jusqu'à ce que l'on dise au revoir à cette dernière. Au lieu de ça, il avait préféré s'enfermer dans cet espèce de routine malsaine et il était d'ailleurs assez étrange de passer le pas de la porte du Chaudron Baveur dans de toutes autres circonstances que ses coups du soir habituels. Apercevant son ami installé sur un table un peu plus loin, il s'empressa de le rejoindre, pressant légèrement son épaule au passage – c'était sa façon à lui de lui dire bonjour – avant de s'asseoir à son tour en face de lui.

- Ça me fait vraiment plaisir aussi, répondit-il dans un sourire. Ton hibou est arrivé à point, il était temps que je sorte un peu de ma caverne, au risque de finir tout décrépi, ajouta t-il sur le ton de l'humour. Un humour feint, bien évidemment, mais ça, il n'avait pas besoin de le préciser. Surtout que, de toute manière, son interlocuteur était tout à fait à même de déceler les véritables émotions de l'oubliator. Il préféra d'ailleurs ne pas répondre directement à sa question. Il n'était pas venu ici pour se plaindre et il ne voyait pas ce qu'il pouvait bien lui raconter d'autre que ces soucis actuellement. Comment tu vas toi depuis le temps ? répondit-il plutôt.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
avatar
▌ Messages : 1123
Humeur :
50 / 10050 / 100

En couple avec : Ethan Malwing

QUI SUIS-JE?
Baguette: bois de genévrier, 22 cm, ventricule de dragon
Camp: Neutre
Avatar: Ben Whishaw

Message#Sujet: Re: Il était confortable, ce placard, pourtant [pv Angus ]   Dim 16 Nov - 20:22


Il était confortable, ce placard, pourtant
J

ames avait le sentiment qu'Angus n'était pas au meilleur de sa forme. Dans sa plaisanterie (qu'il reconnut pour en être une, certes), il lui sembla déceler comme un fond de vérité... Angus n'avait pas dû sortir beaucoup dernièrement, et il devait s'être dit que boire un verre avec James, même s'il n'était pas le plus grand fanfaron que cette terre ait jamais porté, allait lui changer agréablement les idées... Pour le coup, le libraire n'était franchement pas sûr que ce qu'il avait à annoncer à son meilleur ami allait franchement l'aider à passer une bonne soirée et à se changer l'esprit mais bon, il fallait en passer par là. Il était son meilleur ami, il était normal qu'il lui apprenne ce qui se passait actuellement dans sa vie. Au moins en ce qui concernait son divorce, qui ne tarderait pas à lui venir aux oreilles s'il ne se chargeait pas de le lui apprendre lui-même (ce n'était pas un secret d'état, après tout), et s'il lui apprenait de Lindsay, il se voyait mal ne pas lui expliquer pourquoi. Mais par Merlin, qu'est-ce qu'il angoissait à cette simple idée ! Quand Angus lui demanda comment il allait, il hésita vraiment au sujet de la réponse qu'il allait formuler. Au final, est-ce qu'il allait bien ? À cet instant, pas trop, il appréhendait trop, il avait l'estomac en vrac, alors il est clair qu'il avait été mieux. Et en même temps, depuis qu'il avait emménagé chez Ethan, il avait l'impression de revivre et de n'avoir jamais été aussi bien de toute son existence. Alors l'un dans l'autre...

-Je vais bien.
C'était, au final, la première réponse qui avait voulu franchir la barrière de ses lèvres, donc certainement la plus honnête. Enfin... Oui, parce qu'il était clair qu'il fallait nuancer quand même. C'est compliqué, en ce moment... "Compliqué" était un doux euphémisme. Angus, certes, savait que les choses n'étaient pas toutes roses entre Lindsay et James, les deux mariés qui ne le seraient bientôt plus, mais James supposait qu'il ne s'attendait pas un seul instant à cette histoire de divorce, d'autant que sa future ex épouse était enceinte, et que lui-même n'était pas du genre à vouloir abandonner sa routine, même s'il ne l'appréciait pas. Lindsay et moi... on a décidé de divorcer. "On" signifiait plutôt "je", en l'occurrence, mais chaque chose en son temps. D'abord lui apprendre cette première nouvelle, puis passer à la suite. La suite, qui serait définitivement le plus compliqué.

Déjà là, il avait l'impression de venir de larguer une bombe. Il avait songé, bien sûr, à laisser se passer un peu de temps, attendre qu'ils aient bu quelques verres pour lâcher tout ça, mais il avait craint de ne plus avoir le courage, s'il ne commençait pas directement par cela. Alors tant pis. Ça allait peut-être plomber leur soirée alors qu'ils n'avaient pas eu l'occasion de se voir depuis très longtemps, mais il fallait en passer par là.
Et encore, là, ce n'était rien.



code by Mandy

_________________


Ce que l'amour peut faire, l'amour ose le tenter.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
avatar
▌ Messages : 671
Humeur :
20 / 10020 / 100

En couple avec : Mon ombre

QUI SUIS-JE?
Baguette: Noyer noir et plume de Phénix, 26,9cm
Camp: Neutre
Avatar: Chris Hemsworth

Message#Sujet: Re: Il était confortable, ce placard, pourtant [pv Angus ]   Dim 23 Nov - 16:57

Il était confortable, ce placard, pourtant

Comme il l'avait prédit, ne serait-ce que voir le visage de son ami apaisa Angus. Il sentit les muscles de ses épaules, sans cesse tendu ses derniers temps, s'affaisser légèrement. Il savait pertinemment pourquoi il n'avait pas chercher à voir James plus tôt, il ne voulait juste pas s'avouer à lui même qu'il s'était volontairement enfermé dans cette petite déprime. Une déprime qui, grâce à ce rendez-vous, touchait peut-être à sa fin ou, tout du moins, n'allait plus aller en s’aggravant. Le monde continuait de tourner, se morfondre trop longtemps ne servait à rien, et le rendait bien égoïste au passage. Dans son absence de vie sociale, l'oubiator était apparemment passé à côté de grands chamboulements dans la vie de son meilleur ami, des chamboulements face auxquels il aurait dû se trouver à ses côtés pour le soutenir. Mais mieux valait tard que jamais et maintenant qu'il était mis dans la confidence, il comptait bien réparer cela. Prit au dépourvu, son visage ne témoigna rien de particulier, hormis de l'attention et, peut-être oui, une légère compassion. Non pas parce que la révélation de James avait l'air de le faire souffrir, loin de là même, mais parce qu'il se doutait bien que ce genre de situation n'était pas ce qu'il y avait de plus agréable à vivre.

Un long temps de silence s'installa suite à cette nouvelle, il fallait le dire, particulièrement déconcertante. Que le couple battait de l'aile était loin d'être une nouvelle, certes, mais que la « mésentente » se concrétise ainsi dans les actes était une réelle surprise. James ne l'avait pas habitué à de si gros changements. Si son aîné avait prit une telle décision et si, de surcroît, il lui en parlait aussi « solennellement » en cet instant, c'est qu'il ne serait pas question d'un quelconque retour en arrière. Les dés étaient jetés pour le couple Hopkirk et , quand bien même Angus appréciait Lindsay, il ne pouvait qu'être favorable à ce changement. James n'avait jamais véritablement été heureux aux côtés de la jeune femme et ce n'était pas ce que l'on pouvait souhaité à un ami. Pour autant, il préférait s'assurer de ne pas mettre les pieds dans le plat avant d'exprimer le fond de sa pensée, même si les deux hommes avaient déjà vécu quelques prémices à cette discussion et que, par conséquent, James connaissait déjà plus ou moins son avis sur la chose.

- Vous avez décidé cela d'un commun accord ? finit-il par demander, tout en faisant signe au serveur pour qu'il leur amène une deuxième tournée. Vu dans quelle direction se tournait la conversation de leurs retrouvailles, ils en auraient bien besoin. Et encore, Angus n'était pas au bout de ses peines, mais ça, il n'en avait bien évidemment pas la moindre idée. Comment est-ce que vous allez vous organiser, pour le logement, les affaires... le bébé... ? Hou... Il commençait peut-être un peu fort là. Encore une fois, il n'avait pas prit le temps de tourner sa langue dans sa bouche avant de parler. Fort heureusement, James le connaissait suffisamment à présent pour savoir que c'était l'un de ses principaux défauts et pour, il l'espérait, ne pas s'offusquer de ses paroles si directes et maladroites.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
avatar
▌ Messages : 1123
Humeur :
50 / 10050 / 100

En couple avec : Ethan Malwing

QUI SUIS-JE?
Baguette: bois de genévrier, 22 cm, ventricule de dragon
Camp: Neutre
Avatar: Ben Whishaw

Message#Sujet: Re: Il était confortable, ce placard, pourtant [pv Angus ]   Lun 24 Nov - 19:05


Il était confortable, ce placard, pourtant
C'

est là que les choses devenaient réellement plus délicates, le moment où il devait s'expliquer, le moment où il devait donner à Angus les clés pour comprendre comment lui et Lindsay en étaient arrivé là. Le pire moment, donc. Car annoncer son divorce, c'était une chose, en expliquer les raisons, c'était ce qui la compliquait. Il voulait croire qu'Angus comprendrait, ou en tous cas tenterait de comprendre, au nom d'une amitié qu'il savait véritable et solide, cela ne rendait pas les choses plus simples à avouer. Il apprécia de voir Angus commander une nouvelle tournée... Clairement, ce ne serait pas de trop, surtout que, comme il fallait s'y attendre, l'oubliator ne tarda pas à poser toutes ces questions que James s'était attendu à l'entendre prononcer... Il avait une réponse pour chacune d'entre elles, il s'était même entraîné à les formuler (et ça une bonne demi-douzaine de fois)... N'empêche qu'il ne se sentait pas prêt pour autant.

-À vrai dire... c'est moi qui ai décidé de rompre.


Il fallait bien qu'il assume la responsabilité de cette décision, même si ce n'était pas franchement agréable, d'autant plus que les aveux qu'il s'apprêtait à faire nécessitaient qu'il soit parfaitement honnête... Enfin, vu la bombe qu'il songeait à lâcher, il pouvait bien sortir toutes les vérités avant ou après ça. Il avait répondu aisément à cette première question, parce que la réponse était simple, mais pour le reste...

-On ne peut pas dire que Lindsay l'ait vraiment bien pris... Je lui ai promis de m'occuper de l'enfant malgré tout, mais tu la connais... elle refuse.


Et ce soucis n'était pas encore réglé, était loin de l'être, James le savait bien, mais il ne renonçait pas. La perspective de devenir père l'avait angoissé, et il avait longtemps été convaincu de ne pas avoir un commencement de fibre paternelle... mais à présent qu'il risquait d'être séparé de son fils ou de sa fille, son point de vue avait complètement changé. Il ne supporterait pas de ne jamais avoir la moindre nouvelle de son enfant. Il avait bien l'intention d'insister, mais il préférait attendre que les choses se tassent, que le divorce soit prononcé pour de bon, et que Lindsay se calme un peu...

-J'ai quitté l'appartement...
Et dans l'urgence, il n'aurait pas supporté de vivre trop longtemps avec une Lindsay à la frontière entre les larmes et la colère. Ils n'en avaient même pas parlé, James avait dit qu'il partait, point barre. C'était lui qui choisissait de s'en aller, il était normal qu'il lui laisse l'appartement, et il acceptait même de payer sa part de loyer en attendant qu'elle puisse trouver un logement plus abordable. Et puisqu'il avait l'occasion de passer toutes ces nuits auprès d'Ethan, c'est évident, il avait saisi l'occasion. À ce sujet... Il marqua une pause à rallonge. J'ai rencontré quelqu'un.

Voilà, ça c'était dit... mais une fois de plus, il retardait l'échéance de quelques secondes encore. Il savait que sous peu, il n'aurait plus le choix, il passerait sur le grill.





code by Mandy

_________________


Ce que l'amour peut faire, l'amour ose le tenter.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
avatar
▌ Messages : 671
Humeur :
20 / 10020 / 100

En couple avec : Mon ombre

QUI SUIS-JE?
Baguette: Noyer noir et plume de Phénix, 26,9cm
Camp: Neutre
Avatar: Chris Hemsworth

Message#Sujet: Re: Il était confortable, ce placard, pourtant [pv Angus ]   Mar 16 Déc - 22:32

Il était confortable, ce placard, pourtant

Il n'y avait pas à dire, James n'avait jamais pris ainsi Angus par surprise par le passé. L'oubliator s'était habitué à la tranquillité du quotidien (presque) morose de son ami et c'était généralement lui même qui en avait de biens bonnes à raconter – enfin, concernant le « biens bonnes », tout était relatif car la plupart du temps, ce qu'il avait à dire le faisait râler – il avait toujours aimé ça, râler... – Quelque part, et pour autant, aussi perturbante que soit cette nouvelle, il était heureux de ne pas être le centre de l'attention cette fois ci. C'était probablement une pensée égoïste mais il ne voulait vraiment pas revenir sur cette stupide et pitoyable déprime dans laquelle l'un de ses pieds traînait encore. En y réfléchissant bien, c'était la première fois depuis ce qui lui semblait être des lustres qu'il n'avait pas eu des nouvelles fraîches, et surtout suffisamment importantes à se mettre dans le crâne. C'était une excellente façon de se changer les idées et de se sortir complètement de la boue monstrueuse dans laquelle il s'était empêtré. Encore une fois, c'était là sans doute une preuve d'égoïsme, mais ceux qui osaient prétendre être parfait ne pouvaient être que l'opposé, c'était bien connu. Non ? Quelque soit les pensées qui lui passaient par la tête, James savait pertinemment que son ami aux apparences bourrues gardait un cœur suffisamment tendre pour que l'intérêt, l'inquiétude et la compassion ne possèdent pas l'ombre d'une feinte. Angus garda de nouveau un moment de silence, faisant glisser sa pinte de bière entre ses doigts, cherchant les mots justes.

- Oui, le contraire m'aurait étonné venant d'elle, glissa t-il avant de boire une gorgée de son breuvage. Mais peut-être que c'est pour le mieux, non ? Je veux dire, dis moi si je me trompe mais la décision d'avoir un enfant n'est jamais réellement venu de toi. Je vais peut-être me montrer brutal, pour pas changer hein, mais mieux vaut que cet enfant n'ait pas de père plutôt qu'un homme qui ne fait que passer de temps à autre dans sa vie et qui n'en a finalement pas grand chose à foutre de lui. Il était très clair qu'Angus s'appuyait sur son propre géniteur. Ce dernier n'avait bien entendu rien à voir avec son meilleur ami, c'était même de parfaits opposés, mais l'amour d'un père ne pouvait être forcé, sans quoi il risquait de dégénérer et de foutre en l'air plus d'une vie. Il se rendit compte néanmoins que ces mots n'avaient pas été aussi pesés qu'il l'aurait voulu. Rien d'étonnant à cela en soit, mais tout de même, la situation exigeait de remettre un peu de poids sur le côté délaissé de la balance. Après, tout dépend de ce que tu souhaites toi, bien entendu. Tu étais peut-être réellement prêt à devenir père, ajouta t-il d'une voix légèrement interrogative, et dans ce cas, elle n'a pas le droit de t'en priver. Enfin, je parle, je parle, mais qu'est-ce que j'y connais au final hein ?!

Son visage s'habilla d'un sourire à la fois moqueur – envers lui même, cela allait de soit – et nostalgique. Dans les faits, il avait connu beaucoup de choses en ce qui concernait les femmes, mais il n'avait en vérité rien connu puisqu'il ne s'était pas réellement permis de vivre. Jusqu'à présent, ça ne lui avait jamais posé de souci, bien au contraire, mais peut être les choses étaient-elles en train de changer. Quoique... Si c'était pour vivre tout ce merdier dans lequel James s'était fourré... Quelle histoire !

- Je dois bien avouer que j'étais loin de m'attendre à ça en venant te voir. C'est un sacré changement de vie, tu ne m'en as jamais trop donné l'habitude, ajouta t-il dans un léger sourire taquin dans l'espoir de détendre l'atmosphère.

Non, ce n'était en effet pas ce à quoi il s'était attendu en venant boire un verre aux côtés de son meilleur ami, mais, quand bien même la nouvelle était déstabilisante de par sa soudaineté, elle ne méritait pas d'amener autant de tension. Ce qu'Angus ignorait, c'est que c'était ce qui allait très prochainement suivre qui en était véritablement la cause, la dernière phrase de James venant d'enclencher le compte à rebours. Et le voilà qui courrait à pleine vitesse dans le gouffre, sans s'attendre la moindre seconde à qu'il allait rencontrer au fond de ce dernier.

- Bah dis donc, tu perds pas ton temps. Qui est l'heureuse élue ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
avatar
▌ Messages : 1123
Humeur :
50 / 10050 / 100

En couple avec : Ethan Malwing

QUI SUIS-JE?
Baguette: bois de genévrier, 22 cm, ventricule de dragon
Camp: Neutre
Avatar: Ben Whishaw

Message#Sujet: Re: Il était confortable, ce placard, pourtant [pv Angus ]   Mer 17 Déc - 17:10


Il était confortable, ce placard, pourtant
C'

est sûr, Angus était quelqu'un de très franc, et il n'y allait pas avec le dos de la cuillère... mais James serait bien loin de le lui reprocher. C'était même exactement ce qu'il attendait de lui, une réaction honnête, qui ne se teinte pas d'une hypocrisie qu'il n'aurait pas supporté, en la circonstances. Il y avait des chances, d'ailleurs, que cela lui fasse mal, mais c'était pour le mieux. l n'avait pas envie qu'Angus se contente de lui dire ce qu'il avait envie d'entendre. Il avait besoin de connaître sa véritable opinion quant à la situation. Et il l'obtint en effet. Ce n'était pas forcément plaisant d'entendre son meilleur ami lui parler de sa paternité, et du fait qu'au fond, il n'était peut-être tout simplement pas fait pour assumer son rôle de père auprès de cet enfant que, c'est vrai, il n'avait jamais voulu. C'était brutal, en effet, comme façon d'exprimer les choses, mais James ne pouvait pas lui donner tort. Cet enfant, c'est triste mais c'est ainsi, ne naîtrait pas de l'amour de ses deux parents, et seraient le fruit d'un chantage affectif qui, au final, n'avait même pas su fonctionner. Oh, James était sûr que Lindsay l'aimerait tendrement. Elle avait l'instinct maternel, elle ferait une mère admirable, mais lui... Il ne s'était jamais montré plus distant qu'après avoir appris que son épouse était enceinte, et ce n'était pas seulement à cause d'Ethan. Il s'était interrogé longtemps, et pendant un bon moment, il s'était dit effectivement qu'il n'était pas fait pour ça, qu'il n'y arriverait pas, que c'était impossible,qu'il serait un père médiocre, qu'il serait incapable de l'aimer, comme il était incapable d'aimer Lindsay. Mais depuis, et même si sa situation restait un bordel sans nom, il était plus en paix avec lui-même, et bien sûr, alors qu'on lui refusait à présent d'assumer son rôle de père, il se sentait prêt. Un vrai bordel, je vous dis !

-C'est vrai, je pensais que je serais le pire père du monde, je ne me sentais pas prêt... Mais tu vois, maintenant, à l'idée de ne pas pouvoir m'occuper de mon propre enfant, de ne pas pouvoir le voir grandir, je... bref, je ne le supporterais pas.


Il n'en rajouta pas davantage... S'appesantir sur ce sujet là, ce ne serait jamais qu'en occulter un autre, le plus important... Oui, il avait l'intention de devenir un père pour son fils, même s'il ne savait pas comment s'y prendre encore... Il espérait seulement réussir à entretenir de meilleurs rapports avec Lindsay, ce serait déjà un bon début... Mais ce n'est pas là ce qu'il devait avant tout apprendre à Angus. Et il était temps, à présent que son meilleur ami lui demandait l'identité de l'heureuse élu... Qui était, en vérité, un heureux élu. James prit une grande inspiration.

-Ethan... Il avait parlé d'une voix si faible, autant par crainte d'être entendu par les personnes autour que... par crainte qu'Angus l'entende, sans doute. Il s'appelle Ethan. reprit-il un peu plus distinctement, sans oser soutenir le regard de son interlocuteur.





code by Mandy

_________________


Ce que l'amour peut faire, l'amour ose le tenter.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
avatar
▌ Messages : 671
Humeur :
20 / 10020 / 100

En couple avec : Mon ombre

QUI SUIS-JE?
Baguette: Noyer noir et plume de Phénix, 26,9cm
Camp: Neutre
Avatar: Chris Hemsworth

Message#Sujet: Re: Il était confortable, ce placard, pourtant [pv Angus ]   Dim 28 Déc - 17:21

Il était confortable, ce placard, pourtant

L'idée d'avoir des enfants un jour n'avait jamais réellement traversé l'esprit d'Angus. A quoi bon, quand on voyait qu'il était à peine capable de prendre correctement soin de sa propre sœur, quand serait-il d'un gosse à qui il faudrait tout apprendre ? Pour autant, il pouvait comprendre ce que vivait James en ce moment. Maintenant qu'il existait bel et bien un être vivant dans le ventre de Lindsay et quand bien même tout partait à volo avec cette dernière, ce devait être difficile de se contenter de l'ignorance et de pas s'attacher un tant soit peu à ce qui était après tout son fruit à lui aussi.

- Alors bats-toi pour que ce ne soit pas le cas. C'était radical, certes, mais il n'avait pas l'intention de voir son ami se morfondre sur son enfant perdu. S'il était prêt à être père et si toute cette histoire allait jusqu'à le rendre malade, alors il était hors de question qu'il le laisse baisser les bras sur cette affaire. Comme il avait toujours essayer de le faire, et surtout comme son meilleur ami l'avait fait pour lui, il avait bien l'intention de rester à ses côtés et de l'épauler jusqu'à ce que tout cela se règle. Tu voudrais que je parle avec elle ? demanda t-il pour confirmer cette pensée.

Puis vint le sujet de cette nouvelle rencontre encore mystérieuse pour l'oubliator. Boire une gorgée de sa bière au moment de l'annonce du prénom de « cette dernière » s'avéra être la pire idée qui lui soit venue à l'esprit tant il eut du mal à reprendre contenance. Cela devait bien faire une minute entière à présent qu'il toussait comme un dégénéré, le tout après avoir recraché la totalité de ce qui se trouvait dans sa bouche sur le sol déjà bien crasseux du Chaudron Baveur. Enfin, pas tout à fait la totalité puisqu'il avait trouvé le moyen d'en avaler un peu de travers également, un fait dont le pub tout entier pouvait apprécier les sonorités gutturales. Il fallait dire que ce qu'il venait d'entendre le prenait cette fois-ci complètement au dépourvu. La séparation définitive du couple, ça, il savait depuis longtemps que ça planait dans l'air, mais que James soit... Ou plutôt que la nouvelle personne qui partageait apparemment sa vie ne soit pas... Les mots lui manquait et son esprit avait bien du mal à calmer le bordel monstrueux qui venait de s'y installer. Il finit par emmètre son ultime toussotement, bien contraint à présent de faire sortir quelque chose d'audible d'entre ses lèvres.

- Hum... Excuse moi... finit-il par lâcher avant de marquer un court instant de silence, n'osant pas croiser le regard de son interlocuteur. Non pas parce qu'il avait honte d'être en sa présence, jamais, mais parce qu'il avait honte de sa réaction disproportionnée à lui et, il le savait parfaitement, totalement irrespectueuse. Décidément, tu es... plein de surprise aujourd'hui, finit-il par lâcher dans un léger rire forcé, toujours sans chercher le contact visuel. Que dire de plus ? Il avait peur de ce qui pouvait sortir de sa bouche, de blesser James, de tout foutre en l'air. Il choisit finalement de poser la question essentielle. Et... tu es heureux ? Ses yeux, toujours rivés sur sa chope de bière, s'obstinaient à ne pas vouloir reprendre le contact. C'est qu'eux aussi avait une information d'une importance assez capitale à digérer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
avatar
▌ Messages : 1123
Humeur :
50 / 10050 / 100

En couple avec : Ethan Malwing

QUI SUIS-JE?
Baguette: bois de genévrier, 22 cm, ventricule de dragon
Camp: Neutre
Avatar: Ben Whishaw

Message#Sujet: Re: Il était confortable, ce placard, pourtant [pv Angus ]   Ven 2 Jan - 17:18


Il était confortable, ce placard, pourtant
J

ames avait préféré ne rien répondre quand Angus avait suggéré d'aller parler à Lindsay. Il appréciait l'attention, vraiment, et très sincèrement, mais c'était tout de même la pire idée que l'on puisse imaginer. Lindsay ne se laisserait entendre raison par personne. James n'avait peut-être jamais su aimer son épouse de la bonne manière, mais il avait tout de même vécu à ses cotés suffisamment longtemps pour bien la connaître et savoir à quel point il lui était possible de se montrer bornée, extrêmement bornée, même... Peut-être, oui, accepterait-elle, à un moment ou à un autre, de reconsidérer la situation, de revenir sur son interdiction, mais dans l'immédiat, il n'y croyait pas franchement... Et puis, ils avaient plus important.. et plus délicat à aborder, aussi, et quand James lâcha ce que l'on pouvait bien assimiler à une bombe, la réaction d'Angus ne se fit pas attendre... Aucun rapport avec celle qu'il s'était imaginé, mais tout de même... C'était une réaction aussi violente que ce qu'il s'était imaginé.

Il venait de recracher une bonne partie de sa gorgée, avait avalé de travers ce qui restait, et bien sûr, sa quinte d toux n'était pas le moins du monde passée inaperçue, une bonne partie des occupants du pub avaient tourné le regard dans leur direction. Pour la discrétion, on repassera. Mais en même temps, il ne pouvait vraiment pas blâmer son meilleur ami d'agir de la sorte. Il avait une réaction des plus naturelles, aux vues des circonstances. De fait, James ne savait pas exactement sur quel pied danser, d'autant qu'Angus évitait désormais obstinément son regard. Son "tu es plein de surprises aujourd'hui" pouvait vouloir tout et rien dire... Il pouvait être simplement sonné par la nouvelle, un peu choqué, ce qui était normal, mais c'est tout, ou bien il pouvait être horrifié et dégoûté... Ce que James avait envie de savoir, c'est s'il allait perdre pour de bon son amitié, ou s'il accepterait de le soutenir, passé l'instant de la surprise. Pour le moment, il ne savait vraiment pas à quoi s'en tenir. Il n'avait pas envie de perdre son meilleur ami. Il n'y avait pas beaucoup de personnes pour avoir autant d'importance à ses yeux, alors y renoncer au nom de son histoire nouvelle serait une véritable épreuve... qu'il affronterait tout de même, parce qu'il ne pouvait plus nier qui il était, et encore moins renoncer à Ethan, mais une épreuve tout de même, et qui ne manquerait pas de lui faire grand mal. Était-il heureux ? James se sentait presque offensé par cette question, mais une fois de plus, il mentirait en affirmant qu'il ne comprenait pas. Il n'aurait sans doute pas eu une réaction différente il n'y a pas si longtemps que cela, et si les situations avaient été inversées.

-Je n'ai jamais été aussi heureux de ma vie.


Et il était on ne peut plus sincère. La situation n'était évidemment pas simple, entre Lindsay, sa famille, et tout ce qu'il devait remettre en question au sein de sa propre vie, mais il ne s'était pas pour autant jamais senti à ce point en paix avec lui-même. Il avait envie qu'Angus comprenne que sa décision n'était pas un coup de folie mais le rendrait sincèrement heureux...

-Tu... hum... Tu m'en veux ?
demanda-t-il, évidemment très maladroitement.





code by Mandy

_________________


Ce que l'amour peut faire, l'amour ose le tenter.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
avatar
▌ Messages : 671
Humeur :
20 / 10020 / 100

En couple avec : Mon ombre

QUI SUIS-JE?
Baguette: Noyer noir et plume de Phénix, 26,9cm
Camp: Neutre
Avatar: Chris Hemsworth

Message#Sujet: Re: Il était confortable, ce placard, pourtant [pv Angus ]   Lun 5 Jan - 23:33

Il était confortable, ce placard, pourtant

Angus aurait volontiers arrêté le temps pour trouver la meilleure façon de réagir face à une telle bombe, même si, à bien y réfléchir, il n'y en avait sans doute pas, de bonne manière de dire les choses. Au lieu de cela, il s'était juste montré grossier et ses maigres compétences en discrétion venaient une nouvelle fois d'être démontrées. Le pub tout entier avait porté son attention sur leur table à la seconde où James avait prononcé le nom de la nouvelle personne qui partageait sa vie tant ça quinte de toux avait rendu inaudibles les diverses discutions qu'il pouvait y avoir autour d'eux. Tout  ce qui avait pu se dire concernant le bébé, le divorce et Lindsay n'avait plus la moindre importance dans l'esprit de l'oubliator. Quel piètre ami il faisait... Alors que James risquait de ne jamais pouvoir voir son propre enfant, tout ce qui tournait dans sa tête était ce nom masculin qui n'avait rien à faire là, qui résonnait dans son crâne comme un marteau sur une cloche rouillée. Il aurait eu tout un tas de question à lui poser s'il avait osé parler sur le vif, des questions déplacées qui n'avaient pas lieu d'être, des questions qui n'aurait pas d'autre effet que de le faire passer pour un abominable con tout en blessant l'une des personnes qui lui étaient les plus chères sur cette foutue planète. Celle au top de la liste : T'as déjà eu envie de moi ? Quelques mots qui ne faisaient que témoigner de la tendance de l'homme à se croire le centre du monde. Plus il y pensait, plus il se donner lui-même envie de rendre son repas. James était comme un frère pour lui, il n'aurait jamais du y avoir de la place pour toutes ces pensées, pas même l'espace de quelques minutes... Et pourtant, Angus ne parvenait toujours pas à rejoindre les yeux de son meilleur ami. Il s'en voulait pour cette réaction, il s'en voulait d'être aussi con et, surtout, il s'en voulait de ne rien avoir réussi à sortir de mieux que cette pauvre phrase. Pour autant, c'était sa façon à lui de lui montrer que l'important à ses yeux était qu'il soit heureux. Oui, c'était bien ça, quand bien même le chemin qu'il avait décidé de prendre ne lui réserverait, ils le savaient tous les deux, pas que des bonnes surprises, loin de là. Mais après tout, n'avait-il pas eu une vie semée d'embûches jusqu'à présent, aux côtés d'une femme qu'il ne pouvait même pas aimer ? Quand enfin il eut la réponse à sa question, Angus parvint à redresser les yeux vers ceux de son ami. C'était tout ce qu'il souhaitait savoir. Mais cela ne signifiait pas pour autant qu'ils en avaient terminé avec cette discution.

- Non, répondit-il presque choqué à la question de James. Bien sur que non. C'est plutôt moi qui devrait te poser cette question. Je suis là, comme un con, dans tous mes états pour un simple nom inattendu. Il marqua une courte pause. Tu sais, je ne suis pas sur de comprendre, je veux dire, je n'ai jamais été face à ce genre de p... Un long soupir s’échappa d'entre ses lèvres. Et puis merde ! Tout ce qui m'importe c'est que tu sois heureux, ok ? Alors quoiqu'il arrive, je serais toujours derrière toi. Enfin... ajouta t-il en se rendant compte du double sens que pouvait avoir sa dernière phrase, avant de lâcher un petit rire face au comique de la situation. Le moins que l'on pouvait dire, c'est que sa langue lui était revenu et il espérait ne pas avoir dit trop de conneries cette fois.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
avatar
▌ Messages : 1123
Humeur :
50 / 10050 / 100

En couple avec : Ethan Malwing

QUI SUIS-JE?
Baguette: bois de genévrier, 22 cm, ventricule de dragon
Camp: Neutre
Avatar: Ben Whishaw

Message#Sujet: Re: Il était confortable, ce placard, pourtant [pv Angus ]   Mar 6 Jan - 16:57


Il était confortable, ce placard, pourtant
J

ames retint un soupir de soulagement de s'échapper de ses lèvres quand Angus lui répondit que non, il ne lui en voulait pas. Au fond, il n'avait techniquement pas de raisons de lui en vouloir, mais si cette situation était inédite pour son meilleur ami, elle l'était également pour lui. Peu étaient ceux qui avaient eu le droit à ces révélations, et c'était la première fois que c'était aussi délicat... Parce qu'Angus était un homme, tout simplement, et que cela rendait forcément la situation plus... ambiguë... Pourtant, il n'y avait jamais eu d'ambiguité dans la relation entre James et Angus, ni dans ce que le libraire ressentait pour son meilleur ami. Angus était pour James le frère qu'il n'avait jamais eu. Il n'avait jamais rien vu d'autre en lui, ne pensait pas y voir quoi que ce soit d'autre un jour. Très objectivement, il reconnaissait qu'Angus était bel homme, mais il ne s'était jamais senti attiré par lui. En fait, il n'avait jamais pensé qu'aucun homme ne pourrait l'attirer avant de croiser le chemin d'Ethan. Ce pouvait sembler surprenant, mais il n'avait tout simplement jamais éprouvé d'attirance envers qui que ce soit, homme ou femme, avant de rencontrer son collègue devenu son petit ami. Il le lui avait dit, le jour où tout avait pour de bon basculer, James ne savait pas exactement s'il aimait les hommes, il savait simplement qu'il aimait Ethan... C'est tout.

James ne pouvait pas blâmer l'attitude d'Angus. Il n'y a pas si longtemps, si les situation avaient été inversées, la réaction de James n'aurait pas été belle à voir... Il était fort possible qu'il se serait montré bien moins tolérant à l'égard de son meilleur ami. Angus faisait des efforts, James le voyait bien, et il lui était reconnaissant. Il savait bien que ce ne devait pas être simple, et que ce ne serait pas simple non plus dans les prochains temps. Forcément, il se demanderait sans doute, à chaque geste, à chaque parole, s'il faudrait y lire un sous-entendu, il ne fallait pas s'attendre à ce que, du jour au lendemain, les choses s'améliorent, mais avec du temps, les choses pourraient peut-être s'arranger. Au moins, Angus privilégiait son bonheur à ses préjugés, et ça, c'était au-delà de ce que James avait espéré. Il se serait fait engueuler qu'il ne se serait sans doute pas défendu. James ne pu s'empêcher d'esquisser un léger sourire face au choix de mots maladroits d'Angus, qui témoignaient du trouble dans lequel il se trouvait tout de même... mais l'intention prévalait sur le reste. Et dans l'intention, Angus lui apportait son soutien. C'était plus que ce qu'il n'avait attendu de lui, alors.

-Merci...
répondit-il doucement. Il avait bien envie d'ajouter quelque chose, qui lui apporterait la certitude que ça n'allait rien changer entre eux. Forcément, ça allait changer quelque chose. C'était comme ça, malheureusement... Il ne pouvait pas demander de miracles non plus. T'imagines pas à quel point c'est important pour moi.

Faute de pouvoir complètement dissiper le malaise, autant accentuer sa gratitude.





code by Mandy

_________________


Ce que l'amour peut faire, l'amour ose le tenter.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
avatar
▌ Messages : 671
Humeur :
20 / 10020 / 100

En couple avec : Mon ombre

QUI SUIS-JE?
Baguette: Noyer noir et plume de Phénix, 26,9cm
Camp: Neutre
Avatar: Chris Hemsworth

Message#Sujet: Re: Il était confortable, ce placard, pourtant [pv Angus ]   Dim 25 Jan - 23:10

Il était confortable, ce placard, pourtant

Les mots... Angus n'avait jamais été douée en la matière. Si quelqu'un devait mettre les pieds dans le plat, c'était la majeure partie du temps lui le coupable. Il ne marchait pas dans la délicatesse, cherchait très rarement à mâcher ses mots et considérait que tout ce qu'il avait besoin de dire devait être dit. Il avait beau s'être amélioré avec le temps, ce n'était pas encore ça. Pour autant, il faisait en ce moment un effort monumentale pour ne pas tout foutre en l'air, pour ne pas froisser James et, surtout, pour ne pas perdre par la même occasion son meilleur ami. Il lui faudrait très certainement du temps pour digérer l'information capitale dont il venait de lui faire part, c'était même certain, mais il finirait par ne plus en sentir le goût. C'était peut-être s'avancer beaucoup mais c'était une chose qu'il souhaitait ardemment et qu'il se donnerait donc les moyens d'atteindre. Il n'avait jamais auparavant été confronté à l'existence d'un amour entre deux personnes du même sexe, ou tout du moins pas aussi frontalement. Il savait que c'était possible, bien entendu, il avait beau être un véritable ours, il ne vivait pas pour autant dans une grotte. Il ne fallait juste pas se leurrer : pour quelqu'un qui éprouvait déjà quelques difficultés à appréhender l'amour entre deux personnes de sexes opposés, élargir le champ des possibilités s'avérait compliqué. Mais pas impossible. D'autant moins impossible face aux remerciements de James, dont le soulagement n'était pas un secret. S'était-il attendu à ce qu'il explose littéralement et qu'il ne souhaite même plus se retrouver en sa présence ? Angus ne doutait pas que ce genre de réaction n'était pas rare mais, à vrai dire, se mettre en colère ne lui était même pas passé par l'esprit, son cerveau avait été bien trop accaparé par la surprise, pour ne pas dire le choc.

Angus n'allait bien évidemment pas rentrer chez lui dans le même état d'esprit qu'il en était sorti, ce qui aurait également été le cas si James s'était contenté de lui annoncer la séparation définitive du couple Hopkirk, soit dit en passant. Quand bien même il s'était attendu à ce que le couple batte réellement de l'aile à un moment ou à un autre, tout cela faisait beaucoup d'informations à digérer d'un seul coup. Avec une seule bière pour faire passer la pilule qui plus est. Enfin, une bière en partie vidée par le crachat de la surprise. Ce serait plus fort que lui, il n'allait plus pouvoir regarder son meilleur ami comme avant. Tout du moins, pas pour le moment. Il suffisait parfois d'un détail pour changer la donne. James n'avait pas changer, non, il restait le même homme, celui qui lui avait tendu la main et qui avait été là pour lui dans l'un des moment les plus difficiles de sa vie, celui qu'il considérait comme un frère. C'était ce qui gravitait à présent autour de lui qui était nouveau. Il n'était plus question de Lindsay, de maison, de bébé ; il était question... d'Ethan, un individu totalement inconnu au bataillon, de sexe masculin.

- Quand est-ce que tu me le présentes ? demanda t-il après s'être raclé la gorge pour se donner un peu de courage. Ne fallait-il pas embrasser les nouveautés qui gravitaient autour de James pour qu'elle se transforment rapidement en quotidien ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
avatar
▌ Messages : 1123
Humeur :
50 / 10050 / 100

En couple avec : Ethan Malwing

QUI SUIS-JE?
Baguette: bois de genévrier, 22 cm, ventricule de dragon
Camp: Neutre
Avatar: Ben Whishaw

Message#Sujet: Re: Il était confortable, ce placard, pourtant [pv Angus ]   Mar 27 Jan - 21:37


Il était confortable, ce placard, pourtant
J

ames ne se considérait certainement pas comme un individu dénué de défaut, moins encore comme une personne pour ainsi dire parfaite. Pour ce qui était de ne pas avoir foi en ses capacités, même les plus réelles, le libraire était champion, entravé par une timidité maladive et une humilité qui confinait au dénigrement de soi, par moments. Mais il était une qualité qu'il pensait pouvoir se reconnaître, c'est qu'il choisissait parfaitement bien ses amis. Il en avait très peu, c'est un fait. En fait, de véritablement proches, il n'en avait que trois (et avec le décès prochain de Nemesis, ce nombre allait être plus restreint encore, mais fort heureusement pour lui, il n'avait pas conscience de cela encore), à tous les trois, il avait fait l'aveu de ses sentiments pour Ethan et de ses penchants "hors-normes", et tous les trois avaient eu des réactions certes différentes, mais toujours respectueuses. De la surprise en premier lieu, mais au final une volonté sincère de le comprendre et le soutenir. À n'en pas douter, il était chanceux sur ce point particulier, et les efforts d'Angus le touchaient plus encore que ceux  qu'avaient faits pour lui Nemesis et Gabrielle. Ne serait-ce que parce qu'il était un homme, et que ça pouvait donc rendre la suite plus délicate, et aussi parce que de ses amis, il était le meilleur. James considérait Angus comme un frère. Le perdre aurait été un véritable crève-coeur. À la place, il tentait d'agir comme il l'aurait fait si James lui avait appris avoir rencontré une autre femme. Même s'il faisait sûrement beaucoup d'efforts, et qu'il faudrait du temps pour que l'information soit bel et bien assimilée, il appréciait vraiment ce qu'Angus acceptait de faire pour lui. C'était une nouvelle vie, qui s'ouvrait à James, et lui-même ne réalisait pas encore complètement ce qui lui arrivait (même s'il appréciait chaque seconde de cette vie nouvelle), il savait que ça prendrait du temps, mais si, en définitive, lui, James et Ethan, pouvaient se retrouver autour d'un verre, sans malaise, sans problèmes, alors ce serait une véritable victoire, et il se promettait de la savourer à sa juste valeur.

-Hum... je suppose que ça pourra se faire.


Il ne donnait pas plus de détails. Il est évident qu'ils n'allaient pas fixer une date et un horaire là, maintenant, tout de suite. Déjà, ce serait pas mal qu'il avertisse auparavant Ethan qu'il avait parlé de leur situation à quelqu'un d'autre. En toute logique, moins de gens savaient, mieux c'était pour eux et leurs réputations respectives. Mais s'il pouvait accepter mentir même à sa famille pour les préserver, il y avait des personnes, comme Angus, qu'il ne pouvait simplement pas regarder dans les yeux en leur mentant allègrement, il n'en avait pas envie par ailleurs. Alors oui, quand tout serait au clair et qu'Angus aurait encaissé la nouvelle, pourquoi pas. James se sentait frustré de ne pouvoir partager son bonheur qu'avec un nombre restreint de personnes, pouvoir faire quelque chose d'à ce point banal - mais pourtant interdit - que de présenter sa moitié à ses amis était par conséquent d'autant plus important à ses yeux, quand l'occasion se présentait.





code by Mandy

_________________


Ce que l'amour peut faire, l'amour ose le tenter.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Il était confortable, ce placard, pourtant [pv Angus ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Il était une fois... Carrefour!
» Le placard !
» je croyais que c'était terminer...
» Ce n'était pas le moment de me déranger ! || PV Ginny Weasley
» Le moment était mal choisi [PV Robin-Edward]
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
T.rouble O.r M.isery (or both) ::  :: 
Londres
 :: Chemin de Traverse :: Le chaudron baveur
-