AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Quel plaisir de se retrouver... (Clyde :3)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
SORCIER
avatar
▌ Messages : 302
Humeur :
50 / 10050 / 100

En couple avec : Mariée avec le "merveilleux" Clyde et amoureuse d'un autre...

QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois d'If, 22.2cm, crain de licorne
Camp: Neutre
Avatar: Jennifer Lawrence

Message#Sujet: Quel plaisir de se retrouver... (Clyde :3)   Ven 19 Juin - 0:18

Bonnie & Clyde
Quel plaisir de se retrouver...
Cela faisait plusieurs jours que Bonnie n’était pas rentré chez elle, une bonne semaine qu’elle n’avait pas mis les pieds dans cette demeure qui était normalement la sienne. Evidemment, elle n’avait même pas pris le temps de prévenir celui qui était son époux. Elle avait eu besoin de prendre l’air, alors elle était partie avec une amie. Elles avaient fait un petit voyage ensemble, loin de la météo morne de Londres. Ses parents s’étaient peut-être demandé pourquoi ils n’avaient pas eu des nouvelles de leur fille, ou alors ils avaient commencé à espérer qu’elle s’entendait enfin avec Clyde. Mais ce n’était pas le cas non, elle avait surtout voulu s’éloigner de ce dernier. Après ces quelques jours de vacances, Bonnie était donc de retour. Elle devait bien avouer qu’elle aurait aimé continuer son voyage, mais son amie avait des obligations au pays et il fallait bien qu’elle rentre un jour ou l’autre. Sauf que l’idée de retrouver sa vie si palpitante ne la rendait pas vraiment de bonne humeur. Elle était fatiguée, vraiment, comme quoi cela pouvait lui arriver de temps en temps. C’était presque à reculons qu’elle s’avançait vers chez elle, elle mit d’ailleurs plusieurs secondes avant de se décider à ouvrir la porte. Elle resta devant, son sac de voyage dans les mains, avant de finalement tourner la poigner et de rentrer en espérant que Clyde ne serait pas là.

Quand elle entra donc, elle ouvrit grand les yeux sur la pièce principale. Elle s’était attendu à tout, mais sans doute pas à cela au final. Il y avait des cadavres de bouteille un peu partout. Bonnie se demandait si Clyde n’avait pas fait une fête chez eux pour qu’il y ait tout ce bazar, avant de se rappeler qui était justement son « délicieux » mari. Elle ne le voyait vraiment pas s’ennuyer à faire une fête. A tous les coups, il avait consommé cet alcool tout seul. Sans doute à cause de la mort de sa sœur. Bonnie devait bien avouer qu’elle avait volontairement gardé son esprit bien loin de cette histoire, parce qu’elle ne connaissait vraiment pas celle qui était sa belle-sœur. Et comme elle n’avait aucune envie de jouer les épaules compatissantes avec Clyde, elle préférait ne pas penser à ça. Des bruits de pas lent se firent entendre ne laissant aucun doute à Bonnie de la personne qui approchait.

« J’espère que tu n’as pas l’intention de me laisser ranger tout ton bordel. » Lui lança-t-elle sans même prendre la peine de mettre de des formes dans sa façon de parler. « Parce que j’ai pas signée pour ça moi. En même temps, ce n’était pas comme si j’avais eu envie de signer quoi que ce soit en réalité. Devenir ta femme c’est une chose, mais il est hors de question que je devienne une femme de ménage. On ne peut vraiment pas te laisser seul, tu es désespérant. »

Elle n’était pas vraiment tendre non, même si au fond (et elle ne l’avouerait jamais), elle ne pouvait pas s’empêcher de se dire que Clyde avait quand même dépassé un seuil. Il n’avait vraiment pas l’air bien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
RÉSISTANCE
avatar
▌ Messages : 1031
Humeur :
90 / 10090 / 100

En couple avec : Marié à l'ô combien délicieuse Bonnie

QUI SUIS-JE?
Baguette: 21,2 cm, bois de meurisier et poil de doxy
Camp: Neutre
Avatar: Robert Sheehan

Message#Sujet: Re: Quel plaisir de se retrouver... (Clyde :3)   Sam 20 Juin - 18:01


Quel plaisir de se retrouver...
U

ne semaine. Une semaine entière que Bonnie n'avait pas mis les pieds à l'appartement. Le tout sans prévenir, bien sûr, cela va de soi, sinon ce n'est pas drôle. Il arrivait souvent à la demoiselle de disparaître, mais généralement, c'était un jour ou deux, et au final, elle revenait toujours au bercail. Là, Clyde devait bien reconnaître que c'était tout de même long, une semaine. Bon, ce n'est pas pour autant qu'il témoignait d'une véritable inquiétude, loin de là. D'autres maris bien plus soucieux et de leur épouse et de leur image auraient sûrement remué ciel et terre pour retrouver leur belle, auraient craint qu'il lui soit arrivé quelque chose, ou alors que la donzelle ait trouvé un amant. Clyde n'avait su s'embarrasser d'aucune de ces deux inquiétudes. Il se disait que s'il lui était arrivé un truc grave, il aurait fini par le savoir... quant à cette histoire d'amant... Il n'y croyait pas trop, mais si jamais... bah ! Il serait bien mal placé pour se montrer possessif ou quoi que ce soit. Si un amant pouvait lui détendre les neurones et la rendre moins... casse-... bref, c'était peut-être pas un mal. Et sa réputation ? Oh, ce n'est pas comme s'il en avait un jour eu quoi que ce soit à faire.

Non, il ne s'était pas vraiment inquiété. Ceci dit, il devait quand même (potentiellement) reconnaître qu'elle lui avait manqué. Enfin, pas elle, plutôt leurs joutes verbales constantes qui, l'air de rien, ajoutaient un peu de sel à son quotidien. Quotidien qui autrement se résumait à sécher le travail (d'ailleurs, son père saturait très franchement quant au fait d'encore et toujours protéger ses arrières), se vautrer sur le canapé du salon, et boire. Boire beaucoup. Il devait reconnaître que cet excès-là lui était devenu coutumier depuis la mort d'Olive, et qu'on avait sans doute vu façon plus digne de lui rendre hommage. Bon, il avait rejoint la résistance, déjà, on ne pouvait pas non plus trop lui en demander d'un coup. Pour lui, c'était dors et déjà un effort énorme. D'ailleurs, c'était bel et bien à cela qu'il avait occupé sa journée. Une fois n'est pas coutume, il n'avait pas jugé utile de foutre le moindre pied au ministère... Et s'il n'était présentement pas sur le canapé, affalé comme d'ordinaire, c'était uniquement parce qu'il avait eu un besoin tout naturel à satisfaire.

Il n'y crut pas de suite, quand la porte s'ouvrit. Bonnie l'avait si bien habituée à son absence que la voir revenir n'était plus franchement attendue. Et quel retour, vraiment ! À peine avait-elle mit un pied à l'intérieur que la demoiselle - charmante au demeurant - se mettait déjà à râler comme pas deux... Bon, il faut dire qu'il avait laissé l'appartement dans un état tout à fait désastreux. Lui ? Ne serait-ce que songer à faire le ménage ? Et puis quoi encore, franchement ! Il attendit qu'elle achève sa longue tirade réprobative, un fin sourire au coin des lèvres, une sérénité insolente dans le regard. Puis, quand elle eut fini, il daigna enfin lui répondre, d'un ton tranquille et indifférent, comme s'il n'éprouvait pas une seule once de culpabilité vis à vis de tout ce foutoir... Bon, ok... il n'en éprouvait pas, en même temps.

-Moi aussi, je suis ravi de te revoir, ma douce.
Bien sûr, tout surnom affectueux entre eux deux était à entendre avec ironie. Ces mots prononcés, il alla retrouver sa position avachie sur le canapé. Il me semble que je ne t'ai jamais obligée à faire quoi que ce soit ici. Et en effet, on pouvait lui faire tous les reproches de la terre, mais pas celui d'être un mari exigeant. De manière générale, il laissait à son épouse tout le loisir de vivre sa vie comme bon lui semblait, preuve en était de sa petite escapade d'une semaine. Rien ne t'oblige à faire le ménage. Ce qui ne signifiait pas qu'il avait l'intention de le faire pour sa part. Lui vivait très bien dans ce joyeux bordel, si ça l'incommodait, c'était son problème à elle, certainement pas le sien. T'étais où ?

Ouais, juste comme ça, pour savoir, sait-on jamais.











code by Mandy


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
avatar
▌ Messages : 302
Humeur :
50 / 10050 / 100

En couple avec : Mariée avec le "merveilleux" Clyde et amoureuse d'un autre...

QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois d'If, 22.2cm, crain de licorne
Camp: Neutre
Avatar: Jennifer Lawrence

Message#Sujet: Re: Quel plaisir de se retrouver... (Clyde :3)   Sam 11 Juil - 12:22

Bonnie & Clyde
Quel plaisir de se retrouver...
Elle avait beau râler, cela ne semblait pas avoir d’impact sur Clyde. Ce dernier restait fidèle à lui-même, comme s’il prenait tout par-dessus la jambe. Ce qu’il faisait en fait clairement. Elle était en train de lui reprocher son bordel ambiant et il se contentait de l’observer avec un fin sourire au coin des lèvres. Il n’y avait pas mieux pour l’énerver encore plus, pour la faire sortir de ses gonds. Même si à force, elle devrait être habituée de l’attitude de son tendre mari. Cela faisait quelques seconde qu’elle était rentrée, qu’elle avait déjà envie de repartir. Bonnie lança un regard noir au jeune homme quand il se contenta de lui dire qu’il était ravi de la revoir, ne manquant pas de l’appeler par ce petit nom affectueux dont il avait l’habitude. Une chose était certaine, il n’avait pas changé. Et elle poussa un long soupire quand il mentionna le fait qu’il ne lui avait jamais demandé de faire le ménage. Ce n’était pas faux, d’une manière générale la jeune femme avait le droit de faire ce qu’elle voulait de sa vie sans que son époux ne lui impose quoi que ce soit. Elle venait après tout de s’absenter une semaine sans même avoir pris le temps de le prévenir, elle ne pouvait pas lui retirer cette qualité (même si elle n’allait évidemment pas le lui dire à haute voix). Mais pour autant, la jeune femme n’avait aucune envie de vivre dans une porcherie, comme pouvait faire Clyde. Si elle le laissait un mois seul dans cet appartement qu’ils partageaient, il était évident qu’elle allait retrouver de gros amas d’ordures à chaque coin de la pièce.

« Non c’est vrai mon amour. » Reprit-elle, la mâchoire légèrement serrée, insistant bien sur le petit nom affectueux (qui ne l’était pas du tout en réalité) qu’elle lui donnait. « Mais je n’ai pas non plus envie de vivre dans une porcherie. Je veux qu’on prenne un elfe de maison, maintenant. Pourquoi on en a pas déjà pris un d’ailleurs ? Je suis sûr que nos parents n’auraient aucun mal à faire cet effort pour nous, ça va leur faire tellement plaisir de voir qu’on s’investie dans cette vie qu’on a la chance incroyable de partager. »

Encore une fois, la jeune femme avait tendance à se laisser aller aux paroles. Elle était comme ça et en prime, elle devait avouer qu’elle le faisait un peu exprès avec Clyde. Parce que ça avait le don de l’exaspérer, alors c’était forcément une bonne chose. Ce n’était pas drôle si elle ne pouvait pas casser les pieds de ce mari qu’on lui avait imposé après tout. Les deux sorciers s’entendaient bien pour se casser mutuellement les pieds d’ailleurs. En fait, Bonnie était persuadée qu’elle s’ennuierait bien plus si elle n’avait pas la possibilité d’être ainsi avec son époux. C’était ça qui lui manquait quand elle n’était pas chez eux, les joutes verbales qu’ils avaient entre eux.

« Je suis partie prendre un peu le soleil avec une amie, ça m’a fait un bien fou tu n’imagines même pas. » Bonnie vint s’installer dans un fauteuil, après avoir laissé tomber au sol ce qui le jonchait, avant de reporter son attention sur Clyde un grand sourire sur le visage. « Je t’ai manqué chéri ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
RÉSISTANCE
avatar
▌ Messages : 1031
Humeur :
90 / 10090 / 100

En couple avec : Marié à l'ô combien délicieuse Bonnie

QUI SUIS-JE?
Baguette: 21,2 cm, bois de meurisier et poil de doxy
Camp: Neutre
Avatar: Robert Sheehan

Message#Sujet: Re: Quel plaisir de se retrouver... (Clyde :3)   Dim 12 Juil - 11:00


Quel plaisir de se retrouver...
T

iens, c'est vrai, ça, pourquoi est-ce qu'ils n'avaient pas d'elfes de maison ? Leurs parents avaient beau être d'immense crevards devant l'éternel qui mariaient leurs enfants sans l'ombre d'un scrupule, ils devaient quand même veiller à leur train de vie, non ? Et ils avaient les moyens. D'aussi loin que Clyde s'en souvienne, il n'avait jamais mis la main à la pâte quand il s'agissait de faire le ménage (il n'avait jamais mit la main à la pâte pour quoi que ce soit, en vérité). Leur elfe de maison avait toujours fait le sale boulot, alors oui, il était peut-être temps qu'ils en réclament un. Bon, pour tout dire, Clyde aurait pu le faire depuis bien longtemps, mais comme il se fichait royalement de vivre au milieu de ses propres ordures, et puisqu'il avait totalement la flemme d'aller quémander auprès de ses parents, il n'avait jamais fait cet effort. Est-ce que satisfaire sa "chère et tendre" épouse suffirait à lui faire se bouger les miches ? Il fallait parier que non. De toute façon, Bonnie le lui prouvait bien assez au quotidien (ne serait-ce qu'en s'absentant ainsi sans le prévenir), elle était une femme indépendante, elle pouvait bien prendre ses décisions par elle-même.

-Vas-y, je t'en prie, demande-leur. Tu sais bien que je ne peux rien te refuser, mon ange.


Ou plutôt, il avait la flemme de lui refuser quoi que ce soit. Il n'agissait vraiment pas de sorte à lui faire plaisir outre mesure, il se contentait de vivre avec elle parce qu'il le fallait bien, et de vivre sa vie en admettant à peine sa présence, tout comme il lui laissait vivre la sienne tout en sachant que sa présence à lui était forcément très difficile à admettre, sans l'ombre d'un doute. De sorte qu'elle s'absentait de plus en plus souvent. Clyde ne jouait pas les maris jaloux ou intrusifs avec elle. Il se pouvait bien qu'elle le "trompe" (quoique ce terme lui paraissait un peu absurde, il aurait fallu qu'il se sente trahi, pour cela), du moment qu'elle le faisait discrètement, Clyde n'en avait que faire (même si, à la vérité, il préférait ne rien savoir de cet éventuel amant, il risquerait de se sentir possessif sans véritable raison de l'être - enfin si, être mariés était une bonne raison, techniquement, mais pas spécialement pour Clyde)... Ceci dit, il était quand même un peu curieux de savoir où elle avait bien pu filer tout ce temps. Elle s'absentait rarement aussi longtemps.

-Tu m'as manqué atrocement, chéri.
répliqua-t-il dans un sourire qui en disait long sur l'ironie qu'il employait à cet instant. Sans toi je deviens un véritable déchet. répliqua-t-il toujours sur le même ton, prenant à témoin leur appartement qui, en vérité, aurait tout autant été en bordel si elle avait été là tous les jours à moins de passer derrière tous les vêtements et emballages de nourriture qu'il laissait traîner négligemment par terre. Bon, on s'ouvre une bouteille et on boit à ton retour ?

Puisqu'elle était là, autant faire ce qu'il faisait d'habitude, mais en sa présence. Et dernièrement ce qu'il faisait c'était... forcer sur la bouteille.










code by Mandy


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
avatar
▌ Messages : 302
Humeur :
50 / 10050 / 100

En couple avec : Mariée avec le "merveilleux" Clyde et amoureuse d'un autre...

QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois d'If, 22.2cm, crain de licorne
Camp: Neutre
Avatar: Jennifer Lawrence

Message#Sujet: Re: Quel plaisir de se retrouver... (Clyde :3)   Mer 5 Aoû - 18:48

Bonnie & Clyde
Quel plaisir de se retrouver...
Bonnie n’allait pas avoir d’autre choix que d’aller elle-même quémander un elfe de maison à leurs parents. Heureusement que c’était pour la bonne cause et qu’elle avait vraiment envie d’en avoir un, sinon ça l’agacerait encore plus de devoir encore faire le sale travail. Comme d’habitude, Clyde ne levait pas le petit doigt pour faire le moindre effort. Si elle partait pendant un mois, il était clair qu’elle le retrouverait assit sur ce canapé entouré de ses déchets, sans que cela ne lui pose le moindre problème. Si elle voulait donc obtenir son elfe de maison, la jeune femme savait qu’elle n’avait pas le choix que de faire la démarche elle-même. Et en même temps, elle avait plus confiance en elle qu’en celui qui se trouvait être son mari. Alors, même si elle préférait effectivement faire la démarche elle-même, cela ne l’empêchait quand même pas de râler un coup. Juste par principe, elle ne pouvait pas laisser passer cette chance.

« Encore une fois, c’est toujours à moi de tout faire hein. Je vais aller passer du temps avec ta mère, mon amour, je suis sûr qu’elle va adorer ça. »

Elle oui, Bonnie beaucoup moins c’était clair. Au fond, la jeune femme ne savait pas si elle préférait voir sa propre mère ou celle de Clyde. En même temps, elle préférait surtout ne croiser aucune des deux femmes. Mais là c’était différent, c’était pour la bonne cause. Il fallait bien que ces familles qui avaient décidé de marier leurs enfants ensemble se montre généreux avec eux, ils avaient besoin de cet elfe de maison et Bonnie savait parfaitement comment elle pouvait s’y prendre pour obtenir ce qu’elle voulait. En attendant, elle était donc de retour et elle allait devoir supporter la présence de Clyde. En même temps, à force, elle devait bien avouer qu’elle trouverait étrange cet endroit sans la présence du jeune homme. Il faisait un peu partie des meubles en fait…

Ce qu’elle aimait surtout, c’était la curiosité qu’elle sentait chez Clyde alors qu’il l’a questionnait sur petit voyage. Normalement, ça ne devrait rien lui faire, mais ça l’amusait vraiment en fait. Elle espérait qu’il se soit vraiment posé des questions sur son départ et son absence, qu’elle n’avait évidemment pas pris soin de lui apprendre. Quand elle lui demandait si elle lui avait manqué, Bonnie savait parfaitement qu’il ne répondrait pas sérieusement mais elle espérait quand même que c’était un peu le cas. Juste comme ça, pour l’embêter un peu plus. C’était bien le seul intérêt de ce mariage arrangé, qu’elle puisse ennuyer Clyde (même si elle se demandait si c’était quelque chose de possible ça).

« Je suis tellement désolée de t’avoir causé autant de trouble. » Répondit-elle à sa remarque, accentuant le plus possible l’ironie de la voix. « Je te promet, je recommencerais ça le plus vite possible. » Et elle n’était pas complètement ironique avec cette dernière phrase. Ces derniers temps, elle s’absentait quand même de plus en plus souvent et sans jamais prévenir d’ailleurs. En même temps, ce n’était pas parce qu’elle était mariée qu’elle devait vivre avec une laisse autour du cou. « Puisque je suis là, allons-y. Je n’ai rien de mieux à faire de toute façon. »

Après tout, ça ne lui ferait pas de mal de partager une bouteille avec Clyde.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
RÉSISTANCE
avatar
▌ Messages : 1031
Humeur :
90 / 10090 / 100

En couple avec : Marié à l'ô combien délicieuse Bonnie

QUI SUIS-JE?
Baguette: 21,2 cm, bois de meurisier et poil de doxy
Camp: Neutre
Avatar: Robert Sheehan

Message#Sujet: Re: Quel plaisir de se retrouver... (Clyde :3)   Sam 8 Aoû - 14:29


Quel plaisir de se retrouver...
P

eut-être Clyde devrait-il tenir compte des griefs de sa charmante épouse, un de ces jours, et tenter de s'améliorer en fonction, mais... non. Bonnie passait son temps à lui faire des reproches, comme son entourage avait pu le faire tout au long de sa vie, dans l'espoir que ça l'inviterait à se bouger une bonne fois pour toutes... Mais plus on lui demandait de se bouger, moins il avait envie d'en faire (quoiqu'il n'en aurait pas pu en faire plus dans tous les cas, parce que le simple fait de bouger le petit doigt lui demandait une énergie conséquente). Alors non, il n'avait aucun scrupule à demander à Bonnie de parler à ses parents, même si cela aurait été son rôle. Si elle ne le faisait pas, alors pas d'elfes de maisons, et si pas d'elfes de maison, eh bien... Bonnie devait s'attendre à retrouver leur appartement dans un état similaire à l'état actuel un bon paquet de fois. Pas le choix, elle devrait faire avec, et un point c'est tout. Il avait vaguement décidé de changer pour sa soeur, pour défendre son honneur et sa mémoire, mais c'était à peu près la seule chose susceptible de la motiver.

-Ma mère t'adore, chérie, qu'est-ce que tu veux que je te dise.
répliqua Clyde dans un léger haussement d'épaules et dans un fin sourire, comme s'il ne comprenait pas ce que Bonnie insinuait, alors que c'était plus que flagrant.

Quoique Mrs Hornby n'avait rien contre Bonnie, au contraire. Pour le nombre de fois où ses parents les avaient invités, tous les deux (et combien d'invitations il avait déclinées !), ils ne devaient pas trouver sa chère et tendre si détestable que ça (sans quoi ils ne l'auraient pas obligé non plus à l'épouser, au passage)... dommage, d'ailleurs, ça lui aurait donné un bon prétexte pour ne plus avoir ses parents dans les pattes, même si c'était grâce à son père que le jeune homme avait un travail... et surtout, qu'il n'en avait pas été encore viré.
À la remarque ironique de Clyde concernant son départ (quoi qu'elle lui avait quand même manqué un peu, sa présence était quand même bien distrayante, preuve en était de leur conversation à l'heure actuelle), il eut un sourire. Au moins, son épouse avait du répondant, s'il avait dû se coltiner un mollusque au mutisme navrant, qui aurait fait le ménage et la cuisine en se la fermant, là, vraiment, il se serait plaint de son sort avec moins d'ironie.

-Tu es vraiment trop aimable.
affirma-t-il en grognant légèrement tandis que, se levant de son séant trèèèès péniblement, il remettait pied à terre. Il se leva le temps d'agripper une bouteille de vinasse et deux verres qu'il remplit à rabords avant de tendre l'un des deux à son épouse. À nos émouvantes retrouvailles, ma chère et tendre, fit-il en l'invitant à trinquer avant de boire une large gorgée de son verre et de s'affaler de nouveau dans ce canapé qui lui avait manqué durant ces quelques secondes au cours desquelles son auguste postérieur l'avant abandonné. Alors, tu ne me demandes pas ce que j'ai fais en ton absence ?

Comme si ce n'était pas évident. Rien, bien sûr.








code by Mandy


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
avatar
▌ Messages : 302
Humeur :
50 / 10050 / 100

En couple avec : Mariée avec le "merveilleux" Clyde et amoureuse d'un autre...

QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois d'If, 22.2cm, crain de licorne
Camp: Neutre
Avatar: Jennifer Lawrence

Message#Sujet: Re: Quel plaisir de se retrouver... (Clyde :3)   Dim 6 Sep - 16:23

Bonnie & Clyde
Quel plaisir de se retrouver...
La mère de Clyde l’adorait, ça c’était bien vrai. Bonnie avait depuis bien longtemps compris que les parents de son bien-aimé l’aimaient, comme les siens appréciaient Clyde (elle se demandait vraiment comment ils pouvaient faire - quoi qu’elle ne le déteste pas tant que cela au final). De nombreuses fois, les sorciers les avaient invités à diner ou déjeuner, alors cela voulait bien dire qu’ils l’appréciaient. Bonnie se doutait bien que cela allait faire plaisir à sa belle-mère qu’elle lui rende visite du coup et ça allait lui faire plaisir de son côté d’obtenir un elfe de maison (qu’elle allait forcément avoir, il n’y avait pas de raison d’en douter). Encore une fois, elle ferait donc tous les efforts et Bonnie ne manquait pas de le souligner à l’homme qui avait eu la chance infini de l’épouser quand même. Ce qui ne le toucha pas spécialement, ce qu’elle n’avait pas imaginé en réalité. Ce n’était pas comme si elle avait l’espoir maintenant de changer quoi que ce soit chez Clyde, elle savait parfaitement qu’il était un cas désespéré. Mais au moins, ils ne s’ennuyaient pas trop. Bonnie avait la possibilité de râler sur ce mariage arrangé qu’elle ne pouvait que détester parce qu’elle avait été forcé de le vivre, sans aucun scrupule. Et ils étaient quand même sur la même longueur d’onde concernant ce mariage, Bonnie n’avait vraiment pas besoin de se forcer et de faire semblant.

« Je ne suis qu’une novice dans la matière comparé à toi. »

Répliqua-t-elle quand Clyde affirma qu’elle était trop aimable, comprenant parfaitement l’ironie de cette phrase et de cette conversation entière d’ailleurs. C’était comme cela entre eux et Bonnie devait bien avouer qu’elle n’avait pas envie de voir les choses changer. S’ils devaient se supporter en tant que mari et femme, elle préférait largement qu’ils fassent les choses de cette manière. C’était bien plus amusant et intéressant. Bonnie observa de ses grands yeux Clyde se lever (quel exploit) afin de récupérer une bouteille et deux verres, avant de s’affaler de nouveau sur le canapé. Elle était impressionnée qu’il ait réussit à se lever, mais en même temps il le faisait surtout pour l’alcool. Mais au moins, il s’était levé quand même et un fin sourire s’installa sur son visage, évidemment moqueur, quand il lui tendit un verre de vin remplit.

« A nous. » Trinqua-t-elle à son tour. C’était purement ironique, mais bon pourquoi pas. Le sourire de Bonnie ne manqua pas de s’amplifier quand Clyde reprit la parole. « Laisse-moi deviner, tu t’es installés sur ce canapé et tu as vidé toutes les bouteilles qui étaient à portée de ta main en prenant bien soin de sécher ton travail. » Elle but une gorgée de son verre sans lâcher ce qui lui servait d’époux des yeux. « Peut-être même que tu en a partagés un peu avec des camarades. » Son sourire s’agrandit avant de reprendre. « Peut-être même des… amies. »

Amies, sous entendant bien sûr des relations plus intimes avec des femmes. Cette phrase, c’était avant tout une sorte de question en fait. Bonnie ne pouvait pas s’empêcher d’être un peu curieuse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
RÉSISTANCE
avatar
▌ Messages : 1031
Humeur :
90 / 10090 / 100

En couple avec : Marié à l'ô combien délicieuse Bonnie

QUI SUIS-JE?
Baguette: 21,2 cm, bois de meurisier et poil de doxy
Camp: Neutre
Avatar: Robert Sheehan

Message#Sujet: Re: Quel plaisir de se retrouver... (Clyde :3)   Lun 7 Sep - 18:30


Quel plaisir de se retrouver...
U

n sourire on ne peut plus amusé se déposa sur le visage de Clyde quand sa "chère et tendre" épouse lui fit le résumé de ce qu'elle pensait avoir été le temps qu'il avait passé en son absence. D'autres se seraient peut-être offusqué du portrait tout sauf élogieux que la jeune femme faisait de lui, mais certainement pas le jeune homme qui, bien au contraire, s'en amusait. Et pour cause, il ne pouvait pas vraiment se sentir vexé par ce qu'elle présumait (outre le fait qu'il en fallait vraiment beaucoup pour vexer Clyde Hornby), puisqu'elle était loin de se tromper. En fait, elle avait dressé un portrait plus que fidèle de ce qu'étaient quotidiennement ses journées (et ses journées, elle les connaissait bien, la pauvre, elle les subissait au jour le jour quand elle faisait acte de présence au sein de leur "foyer", on ne pouvait pas dire qu'il était un homme plein de surprises de ce point de vue là, quoi qu'il pouvait bien en réserver certaine, vu que personne n'attendait quoi que ce soit de lui).

-Tu lis en moi comme dans un livre ouvert, mon coeur.
plaisanta-t-il alors sans songer un seul instant à se départir de son sourire.

En même temps, Clyde Hornby n'était de loin pas l'individu le plus difficile à cerner au monde. Il était des personnalités secrètes, indéchiffrables, et qui vous donnaient sérieusement du fil à retordre, desquelles vous ne savez jamais quoi penser. Ce n'était pas le cas de Clyde. Il n'y avait pas grand chose à dire de lui, mais il n'y avait pas grand chose à en savoir non plus. La seule chose qui, peut-être, sortait un tant soit peu du commun dans tout cela, c'était son appartenance à la résistance, et lui-même n'était pas encore certain de ce qui l'avait poussé en premier lieu à accepter la proposition de Pomona. Bon, Oly, bien sûr, mais toute cette... activité frénétique... (quoi qu'il faisait quand même le minimum vital) était aux antipodes de ce qu'il qualifiait comme étant ses convictions profondes. Mais bref, oui, Bonnie avait à peine ironisé en faisant le résumé de ses journées, et Clyde, fier d'être le procrastinateur qu'il était, ne cherchait pas une seule seconde à la dédire. Il ne voulait de toute manière pas s'attarder trop longtemps sur cette question-ci, car Bonnie en avait posé une autre, qui l'intéressait bien plus.

Venait-elle de lui demander, à mi-mot, s'il voyait d'autres personnes ? S'il la "trompait", somme toute, quoiqu'il n'était pas certain que le terme soit approprié. Ils n'avaient jamais vraiment abordé ce point, mais puisque, d'un commun accord, ils avaient chacun décidé de vivre leur vie sans empiéter sur celle de l'autre, il était certain que cela incluait qu'ils pouvaient aller voir ailleurs s'ils le voulaient. D'ailleurs, Clyde avait vraiment pensé qu'elle avait passé cette semaine d'absence avec un quelconque amant. Il comprenait sa curiosité, il avait la même vis à vis d'elle, mais vu qu'elle en avait parlé en premier, c'est elle qui aurait la primeur de se faire chambrer. Sur ce sujet là, du moins.

-Eh bien, dis moi. Tu ne serais pas jalouse, toi, par hasard ? Je comprendrais, tu sais. C'est dur de me résister.








code by Mandy


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
avatar
▌ Messages : 302
Humeur :
50 / 10050 / 100

En couple avec : Mariée avec le "merveilleux" Clyde et amoureuse d'un autre...

QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois d'If, 22.2cm, crain de licorne
Camp: Neutre
Avatar: Jennifer Lawrence

Message#Sujet: Re: Quel plaisir de se retrouver... (Clyde :3)   Jeu 1 Oct - 9:13

Bonnie & Clyde
Quel plaisir de se retrouver...
Bonnie aurait été plus qu'étonnée d'apprendre que celui qui était donc son mari avait fait autre chose de son temps que ce qu'elle avait décrit. En même temps, quand elle était là, il se contentait simplement de faire la même chose. Ce n'était pas pour rien que la jeune femme passait le plus clair de son temps à droite et à gauche au long de sa journée, pour éviter de passer trop de temps en compagnie de Clyde affalé sur le canapé justement. Elle aurait vraiment été surprise qu'il contredise donc ses paroles. Evidemment, Bonnie ne pouvait que le croire sur parole, elle se doutait qu'il ne prendrait pas la peine de la contredire s'il n'y avait pas une vraie raison pour cela. Le minimum d'effort était évidemment ce que Clyde faisait de mieux dans sa vie, cela en était parfaitement ennuyeux. Mais soit, l'homme avait donc effectivement passé cette semaine affalé sur son canapé à vider des bouteilles. Bonnie n'avait pas spécialement voulu qu'il ait fait autre chose (en fait il pouvait faire ce qu'il voulait, elle n'en avait que faire - ou presque), cependant elle ne pouvait pas s'empêcher de trouver son attitude pénible. Elle n'avait vraiment jamais connu quelqu'un d'aussi mou et forcément, il fallait qu'elle soit mariée avec.

Cependant, s'il y avait bien dans un domaine où Clyde ne ménageait pas ses efforts, c'était dans l'ironie qu'il pouvait lui adresser. Bonnie aurait dû se douter que l'homme ne manquerait pas l'occasion de la chambrer, puisqu'elle mentionnait l'éventualité qu'il se retrouve à la "tromper". Techniquement parlant, Clyde ne la tromperait pas vraiment tout comme Bonnie ne le ferait pas si l'occasion devait se présenter, puisqu'ils ne partageaient rien en dehors de cet appartement et de leur nom. Ils n'avaient vraiment pas une relation qu'un mari et une femme devaient normalement avoir (ce qui n'était vraiment pas pour déplaire à Bonnie). Même si au fil du temps, la jeune femme parvenait à mieux supporter un quotidien étrange avec Clyde (cela ne l'empêchait pas d'avoir besoin de respirer un long moment en dehors de leur foyer quand même), il était hors de question pour que les choses aillent plus loin avec lui. Et par chance, ils se trouvaient sur la même longueur d'onde tous les deux. Chacun faisait sa vie comme il l'entendait de leur côté. Ainsi donc, si Clyde avait passé du temps avec une femme, on ne pouvait pas vraiment dire qu'il l'aurait trompé. Mais en même temps, étrangement, Bonnie n'aimait pas tellement l'idée qu'il ait pu ramener une femme ici, chez eux.

« Moi jalouse ? Ne prends pas tes rêves pour des réalités, chéri. » Même si elle l'avait été, elle ne l'aurait pas avoué à Clyde de toute façon. « C'est certain, qui pourrait résister à un homme alcoolique, glandu et insupportable. Toutes les femmes doivent tomber à tes pieds. » Elle afficha un sourire, son ton étant remplit d'ironie. « Je souhaite simplement savoir si tu as porté ton dévolue sur une pauvre femme, que je la prévienne de ce que ça peut bien être de te supporter à longueur de temps. » Elle marqua une courte pause avant de reprendre. « Mais pour cela, il faudrait encore que tu sois capable de... satisfaire une femme. Excuse-moi, mais je ne peux m'empêcher d'avoir des doutes à ce sujet en te voyant. »

Cela risquait de lui demander bien trop d'effort après tout, de faire de l'exercice avec un autre être humain.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
RÉSISTANCE
avatar
▌ Messages : 1031
Humeur :
90 / 10090 / 100

En couple avec : Marié à l'ô combien délicieuse Bonnie

QUI SUIS-JE?
Baguette: 21,2 cm, bois de meurisier et poil de doxy
Camp: Neutre
Avatar: Robert Sheehan

Message#Sujet: Re: Quel plaisir de se retrouver... (Clyde :3)   Ven 2 Oct - 11:31


Quel plaisir de se retrouver...
U

n alcoolique, un glandu, et un type insupportable... Oui, c'était un bon début, elle aurait pu également ajouter flemmard, irreverenscieux et tête à claque à cette charmante petite liste. Et non, le jeune homme ne s'en offusquerait pas. C'était légitime. C'était de bonne guerre. Et pour tout dire, il ne se sentait pas une seule seconde vexée par cette situation, tout au contraire, il était habitué à être arrosé d'insultes en tous genres, toujours bien méritées au passage, et si elles pouvaient venir de sa "chère et tendre" au passage, c'était encore mieux. C'était, après tout, ce qui pimentait leur vie de couple qui, autrement, aurait été bien morose... Puisqu'il ne fallait pas comptait sur ce qui, généralement, pimentait justement la vie de couple, avec ces deux là. Ce à quoi faisait référence Bonnie, très exactement. Aussi étrange que cela puisse paraître, cet effort physique là, il lui arrivait de le faire, sisi, considérant que le jeu en valait la chandelle. Bon, certes, il s'en tenait au strict minimum, et il ne fallait pas attendre de lui qu'il se plie en quatre, au sens propre comme au figuré, pour satisfaire son ou sa partenaire. Ceci dit, personne n'avait jamais eu l'air de se plaindre de ses efforts dans ce mince domaine quoique, depuis qu'il était marié, il n'avait pas particulièrement eu l'occasion d'aller voir ailleurs. Pas par soucis de fidélité envers sa belle, non, ça se saurait s'il avait ce genre de scrupules, mais parce qu'il ne courait pas forcément après les aventures sexuelles si celles-ci ne se présentaient pas spontanément à lui (trop d'efforts, sinon), et puisqu'aucune occasion digne de ce nom ne s'était présentée... Pas sans raison, d'ailleurs, car si le jeune homme avait toujours été une loque sans nom, ce n'était pas une nouveauté, il ne s'améliorait absolument pas depuis la mort d'Oly. Bah ! Ce n'était pas une priorité pour lui, loin de là. Si l'envie lui prenait, il se bougerait peut-être l'arrière train, voilà tout. En attendant, Clyde Jr avait le droit de se reposer un peu, lui aussi.

-Crois-moi, tu serais surprise.
se plut-il à affirmer avec un sourire en coin. Il fit l'insigne et complexe effort de se redresser pour se rapprocher de son épouse et la regarder dans le blanc des yeux. Tu sais, t'es pas obligée de passer par autant de détours, si tu veux qu'on... remplisse nos devoirs conjugaux.

Bien sûr, il plaisantait. Il valait sans doute mieux qu'il plaisante, donc, car leur mariage fonctionnait "si bien" pour l'heure parce que, justement, ils ne faisaient rien de ce que devrait normalement faire un couple marié, heureux, et fier de l'être. S'ils dérogeaient à leurs très chères habitudes, ça bouleverserait l'équilibre étrange d'une relation qui lui convenait très bien comme ça. Certes, Bonnie était une très jolie jeune femme, Clyde aurait largement pu tomber sur pire, mais quand bien même. Tout ça n'était qu'un jeu, et un jeu qui amusait vraiment beaucoup l'aîné de la fratrie Hornby.







code by Mandy


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
avatar
▌ Messages : 302
Humeur :
50 / 10050 / 100

En couple avec : Mariée avec le "merveilleux" Clyde et amoureuse d'un autre...

QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois d'If, 22.2cm, crain de licorne
Camp: Neutre
Avatar: Jennifer Lawrence

Message#Sujet: Re: Quel plaisir de se retrouver... (Clyde :3)   Mar 27 Oct - 13:33

Bonnie & Clyde
Quel plaisir de se retrouver...
Plus le temps passait, plus Bonnie avait l’occasion d’apprendre à connaitre Clyde (en même temps, quand on vivait avec un homme avec qui on était mariée, c’était normal), cependant il y avait quand même toujours des choses un peu floue. Il était évident que Bonnie et Clyde ne prendraient pas la peine de respecter la fidélité qu’un mariage devrait créer, même si pour la jeune femme elle n’avait pas été voir ailleurs pour autant (non pas parce qu’elle n’avait pas eu envie, mais elle n’avait pas spécialement eu l’occasion non plus). Cependant, ça ne l’empêchait pas de se montrer curieuse vis-à-vis de Clyde, qu’elle imaginait très difficilement aller chercher des donzelles et encore moins tenter de les satisfaire. S’il parvenait à se relever de son canapé, Bonnie considérait déjà cela comme un miracle. Elle ne pouvait donc que trouver cela étrange de l’imaginer (quoi qu’elle n’ait aucune envie d’imaginer quoi que ce soit), faire un effort physique pour une femme. Mais visiblement, elle devrait être surprise par cela. Du moins, c’était les propos de Clyde qu’elle avait quand même bien du mal à croire. Mais soit, il était un homme après tout, avec des besoins physiques, peut-être qu’il se donnait la peine de bouger ses fesses pour ce genre de chose. Tant qu’elle n’y était pas mêlée, ça lui allait en tout cas. Parce qu’il n’était même pas envisageable une seule seconde qu’elle puisse faire quoi que ce soit avec l’homme qu’elle avait épousé. Ils avaient un certain équilibre après tout dans cette « vie à deux », autant ne pas gâcher ce qu’ils avaient réussi à mettre en place. Et par conséquence, elle goûta très difficilement à la plaisanterie de Clyde.

« Ca va pas non ! Je préfère encore embrasser une acromantula ! »
Lança-t-elle, fortement, sans cacher le fait qu’elle ne trouvait vraiment pas ça drôle. Elle leva un doigt vers le jeune homme qui s’était rapproché d’elle (quel effort), sans baisser son regard et le gardant toujours planter dans celui de Clyde. « Même pas en rêve tu ne poses une seule main sur moi, c’est compris ? »

Ils n’avaient pas parlé pendant mille ans de cette vie à deux qu’ils devaient partager, mais ils étaient tous les deux d’accord pour affirmer qu’ils faisaient ce qu’ils voulaient chacun de leur côté. Ils devaient partager ce lieu de vie, mais ça n’allait pas plus loin. C’était clair dans la tête de Bonnie depuis le début, jamais elle ne remplirait des devoirs conjugaux avec Clyde. Après tout, ils avaient été forcés de se marier, mais ce n’était pas une raison pour qu’ils se comportent comme des maris et femmes. C’était même pas du tout envisageable de toute façon. Et Bonnie ne goûtait vraiment pas à cette plaisanterie de la part de son cher et tendre, qu’elle trouvait particulièrement de mauvais goût. Et en même temps, c’était justement lui qui était capable de l’énerver à ce point, même s’il ne fallait souvent pas grand-chose pour mettre le feu aux poudres.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
RÉSISTANCE
avatar
▌ Messages : 1031
Humeur :
90 / 10090 / 100

En couple avec : Marié à l'ô combien délicieuse Bonnie

QUI SUIS-JE?
Baguette: 21,2 cm, bois de meurisier et poil de doxy
Camp: Neutre
Avatar: Robert Sheehan

Message#Sujet: Re: Quel plaisir de se retrouver... (Clyde :3)   Mer 28 Oct - 19:45


Quel plaisir de se retrouver...
C

lyde ne s'affligea pas de la réaction de sa "chère et tendre" épouse. C'était, à peu de choses près, la réaction qu'il espérait de sa part. Il aurait été en bien fâcheuse posture si la jeune femme avait décidé de corser le jeu et était entrée dans le sien. À la place, elle se braqua et l'insulta copieusement, et sa remarque lui décrocha un sourire. Bonnie avait du répondant. C'était une qualité plus qu'appréciable, vraiment. Si Bonnie n'avait été qu'une femme docile, écoutant ses blagues sans daigner riposter, Clyde l'aurait trouvé ennuyeuse et insipide. Il était engagé bien malgré lui - et pour le restant de ses jours - auprès de la jeune femme, alors autant que leurs joutes verbales en valent au moins la peine. Il ne prenait pas ombrage de sa remarque. Après tout, ce n'était pas la première fois qu'il se prenait un râteau (loin de là, même), il en avait vu d'autres, et il y avait longtemps qu'il avait négligé tout amour propre et toute dignité au profit d'un je m'en fouttisme et d'une procrastinations crasse.  

-Bwarf.
se contenta-t-il de répliquer. Tu me brises le coeur, mais je m'en remettrai.

Oui, il s'en remettrait d'autant mieux qu'il n'attendait rien de la part de Bonnie. Il n'avait jamais rien attendu d'elle. Il ne se le permettrait pas, étant donné les circonstances. Elle faisait sa vie, il faisait la sienne, et il se trouvait, incidemment, que tous les deux vivaient au même endroit, portaient le même nom, et seraient pour toujours associés l'un à l'autre. Mais Bonnie pouvait bien trouver son bonheur ailleurs, tant que ça ne se savait pas (quoi que ce scandale, qui éclabousserait sa famille, l'amusait pas mal, au fond, ce serait une bonne leçon adressée à ses parents, même si Bonnie ne méritait pas un tel déshonneur). Bon, quand même, il ne savait pas vraiment comment il réagirait si Bonnie se trouvait un homme qu'elle aurait préféré avoir pour mari, mais il n'avait pas pour autant envie de prendre ce genre d'hypothèses en considération. Il vivait le moment présent, et s'il devait y avoir des complications, il aviserait en temps voulu. Il aviserait. Ou pas. C'était fatigant, d'avouer.

-Mes mains resteront à leur place, c'est juré.
affirma-t-il alors avant de se curer le nez et de retrouver sa très juste place, c'est à dire complètement affalé sur le canapé, regagnant sa condition de larve amorphe. T'as l'intention de faire quelque chose, ce soir ? lui demanda-t-il alors comme si de rien n'était, par vague curiosité, alors que lui-même n'avait nulle autre solution que de creuser un trou profond dans le canapé.

S'intéressait-il vraiment à son emploi du temps ? Tout dépendait. De ce qu'elle avait l'intention de faire. Mais bon, un poil de curiosité de temps en temps pouvait ne pas être de trop, même si poser des questions pouvait déjà s'avérer être en soi un exercice fatigant.



code by Mandy


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
avatar
▌ Messages : 302
Humeur :
50 / 10050 / 100

En couple avec : Mariée avec le "merveilleux" Clyde et amoureuse d'un autre...

QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois d'If, 22.2cm, crain de licorne
Camp: Neutre
Avatar: Jennifer Lawrence

Message#Sujet: Re: Quel plaisir de se retrouver... (Clyde :3)   Mar 17 Nov - 11:41

Bonnie & Clyde
Quel plaisir de se retrouver...
La réaction de Bonnie était peut-être un peu trop vive, mais elle n’avait pas pu s’empêcher de rétorquer de la sorte à celui qui était par la force des choses son mari, mais avec qui elle n’avait envie de remplir aucun devoir conjugal. En même temps, c’était sans doute ce que Clyde attendait de sa part. Il avait le don de la faire sortir de ses gongs, sans aucun souci. Il lui suffisait de dire une ou deux phrases et elle s’emportait rapidement. Elle n’y pouvait rien, c’était dans son caractère et celui qu’elle devait supporter comme mari l’avait bien compris. En tout cas, il n’aurait pas pu avoir une autre réaction. Même si Bonnie pouvait par moment se montrer plus subtile et plus manipulatrice, elle pouvait difficilement taire ses sentiments premiers. Elle n’avait donc aucune envie d’envisager Clyde en train de poser ses mains sur elle, dans l’espoir de remplir leurs devoirs conjugales, que leurs parents devaient espérer les voir accomplir. Quand Clyde affirma qu’elle lui brisait le cœur mais qu’il allait s’en remettre, elle ne le croyait évidemment pas une seule seconde. Pas qu’il ne soit pas capable de s’en remettre, mais surtout qu’elle lui brise le cœur. Non, elle ne pouvait pas y croire une seule seconde. Encore moins quand il ajouta qu’il allait garder ses mains à leur place, avant de se curer ouvertement le nez.

« T’es vraiment dégueulasse… »

Souffla Bonnie en soupirant, alors que Clyde reprenait sa place initiale au fin fond du canapé. Heureusement que l’homme qu’elle avait sous les yeux n’avait aucune envie de l’ennuyer (en dehors de sa manie agaçante de se moquer d’elle et de la rendre chèvre) avec le rôle qu’ils devaient normalement avoir l’un pour l’autre. Elle appréciait sincèrement de pouvoir mener sa vie comme elle l’entendait, laissant Clyde en faire de même de son côté. Sauf concernant l’appartement qu’ils devaient partager et qu’elle en avait quand même plus qu’assez de voir dans un tel état. Et en même temps, la jeune femme devait bien avouer que ça lui ferait bizarre si jamais Clyde faisait vraiment sa vie à côté. Mine de rien, elle s’était habituée à cette larve qui se contentait de se fondre dans ce canapé, en buvant le plus d’alcool qu’elle pouvait.

« Rien… je suis fatiguée. » Et oui, c’était des choses qui arrivaient par moment. Mais en même temps Bonnie venait quand même de rentrer d’une semaine de vacances, c’était bien connu que ce n’était pas du tout reposant. « J’avais eu l’intention de manger quelque chose et de m’installer au chaud avec un bon bouquin avant de dormir… mais j’ai comme le sentiment que je ne vais rien trouvé de comestible. »

En même temps, elle se demandait bien comment elle avait pu croire retrouver l’appartement avec des placards remplit, alors qu’elle venait de laisser Clyde tout seul pendant une semaine entière. Elle avait eu bien trop d’espoir, elle se demandait bien comment elle pouvait en avoir encore quand elle posait son regard sur ce qu’elle devait se trimballer comme mari.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
RÉSISTANCE
avatar
▌ Messages : 1031
Humeur :
90 / 10090 / 100

En couple avec : Marié à l'ô combien délicieuse Bonnie

QUI SUIS-JE?
Baguette: 21,2 cm, bois de meurisier et poil de doxy
Camp: Neutre
Avatar: Robert Sheehan

Message#Sujet: Re: Quel plaisir de se retrouver... (Clyde :3)   Mer 18 Nov - 18:56


Quel plaisir de se retrouver...
C

lyde se contenta d'afficher un sourire en coin, des plus amusés, quand sa "chère et tendre" fit un commentaire des plus éloquent (et des plus justes au demeurant) sur son comportement, le qualifiant de "dégueulasse". Nul doute possible, l'adjectif était effectivement très bien choisi. Et Clyde n'avait même pas l'intention de se défendre d'une telle accusation, qui ne le plaçait pas, c'est sûr, au Panthéon des hommes désirables. C'est que c'était tout à fait vrai, Clyde n'était ni distingué, ni propre sur lui, comme si ces années d'éducation stricte durant lesquelles on avait voulu faire de lui un vrai gentleman n'avaient pu qu'aboutir à ce piètre résultat, parce que le vif esprit de contradiction du jeune Hornby ne someillait jamais. C'est sûr, question hygiène, les reproches pouvaient pleuvoir en ce qui concernait le jeune homme. Il ne lavait ses vêtement que lorsqu'approcher vos narines à moins d'un mètre d'eux pouvait déclencher en vous une syncope, il se lavait une fois tous les trois jours et, oui, il se curait le nez. Il suffisait, de toute façon, de voir l'état dans lequel il avait laissé l'appartement en l'absence de Bonnie pour comprendre que la propreté n'était pas au coeur de ses priorités. Pourrait-il faire un effort de ce point de vue là, pour plaire à Bonnie ? La réponse à cette question était toute trouvée. Non, il ne le pouvait pas. C'était très bien ainsi. Il la révulsait, cela évitait que leurs querelles ne vire un jour au redoutable sentimentalisme, de ce côté là, ils étaient pour de bon tranquilles.

Clyde ne répliqua rien à l'adresse de son épouse sur ce sujet précis. Ce n'était pas comme s'il y avait grand chose à en dire de toute manière, il préféra s'intéresser à ce qui allait être son programme pour la soirée. Un programme simple en soi, semble-t-il, se caler au chaud avec un bon livre et dodo. Beurk, un livre. Quelle perte de temps ! Non pas que s'enfoncer dans le canapé dans l'espoir d'y disparaître soit une activité plus stimulante, mais le jeune Hornby considérait que oui. Et apparemment, elle avait voulu manger, également. Peine perdue, dans cet appartement. Comment avait-elle pu croire une seule seconde que son époux y ait laissé quoi que ce soit de comestible. Il faudrait vite qu'elle déchante. Faire des courses, c'était le genre d'effort infini qui ne viendrait même pas une seule seconde à l'esprit qui était pour de bon le plus désespéré des cas désespérés.

-Rien ne t'empêche d'essayer de chercher.
répliqua Clyde. Mais sache que de plus vaillants et expérimentés que toi sont morts de faim avant d'avoir trouvé. ajouta-t-il en s'enfonçant encore plus profondément dans le canapé, si cet exploit appartenait vraiment au domaine du possible. Quand même, tu aurais pu penser à faire des courses. ajouta-t-il d'un ton faussement réprobateur.

Un peu de misogynie de temps à autres ne nuit pas. Ou presque pas. Après tout.



code by Mandy


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
avatar
▌ Messages : 302
Humeur :
50 / 10050 / 100

En couple avec : Mariée avec le "merveilleux" Clyde et amoureuse d'un autre...

QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois d'If, 22.2cm, crain de licorne
Camp: Neutre
Avatar: Jennifer Lawrence

Message#Sujet: Re: Quel plaisir de se retrouver... (Clyde :3)   Jeu 10 Déc - 22:00

Bonnie & Clyde
Quel plaisir de se retrouver...
Cela ne servait vraiment rien de revenir sur le côté dégueulasse de Clyde, c’était évident pour tout le monde qu’il était comme ça. Bonnie n’était pas la première à constater l’état que le jeune sorcier pouvait bien avoir, l’attitude qu’il avait. Il était vraiment dégueulasse et il suffisait de voir l’état de l’appartement des Hornby pour s’en rendre compte. Il se contentait de jouer les grosses larves quand Bonnie n’était pas là, mais même quand elle l’était en fait. A force, la jeune femme se disait qu’elle devait vraiment arrêter d’espérer quelque chose, même si elle se demandait si elle n’avait pas déjà arrêté en fait. Après tout, elle ne se leurrait pas une seule seconde sur le vide des placards. Même si elle n’avait pas réfléchit au fait qu’elle devrait sans doute s’arranger pour rentrer avec des vivres, elle n’avait pas imaginé une seule seconde son cher et tendre faire les courses. Déjà, elle l’imaginait difficilement lever son si précieux fessier de son canapé. Bonnie n’allait donc clairement pas perdre du temps à chercher de quoi manger, elle savait d’avance qu’elle n’allait rien trouver. Et Clyde ne manquait pas de le lui confirmer de toute façon, même s’il tournait ça à la dérision évidemment. Pour une fois, Bonnie devait bien avouer qu’elle n’avait pas la force de sortir de chez elle en quête de quoi remplir son estomac. Elle était débordante d’énergie, mais par moment elle appréciait quand même de pouvoir vivre une soirée tranquille chez elle (même si elle devait toujours se coltiner la présence de son époux). Elle adorait lire, même si ce n’était évidemment pas une activité très remuante, elle adorait de pouvoir se perdre dans la lecture (ce n’était pas pour rien qu’elle s’entendait si bien avec James alors qu’ils n’avaient clairement pas le même caractère). Bonnie aurait donc bien aimé s’installer au chaud dans son lit et bouquiner tranquille, mais avec un estomac dans les talons ça n’allait pas être si facile.

Clyde aurait très bien pu se contenter de sa remarque sur le fait que Bonnie pouvait toujours chercher de la nourriture comestible dans leurs placards, mais il ne perdit pas l’occasion d’en rajouter une couche. Bonnie n’était pas dupe au point de croire que celui qu’on l’avait forcé à épouser était vraiment sérieux en affirmant ça, mais elle n’appréciait vraiment pas cette remarque. Et quand elle n’appréciait pas quelque chose, elle n’était pas du genre à le cacher.

« Tu te fous de moi ? » Lança-t-elle d’un ton dur, avant d’attraper un coussin qui trainait sur le sol pour l’envoyer directement dans le visage de Clyde, sans aucune délicatesse évidemment. « Tu passes ton temps à ne rien faire sur ce fichu canapé et tu oses me faire ce genre de remarque ? Tu ne manques vraiment pas de toupet ! »

Bon, la jeune femme exagérait peut-être un peu en réagissant aussi vivement, mais en même temps elle avait beaucoup de mal à accepter la remarque de son cher et tendre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
RÉSISTANCE
avatar
▌ Messages : 1031
Humeur :
90 / 10090 / 100

En couple avec : Marié à l'ô combien délicieuse Bonnie

QUI SUIS-JE?
Baguette: 21,2 cm, bois de meurisier et poil de doxy
Camp: Neutre
Avatar: Robert Sheehan

Message#Sujet: Re: Quel plaisir de se retrouver... (Clyde :3)   Sam 12 Déc - 17:35


Quel plaisir de se retrouver...
B

ah oui, bien sûr qu'il se foutait d'elle. S'envoyer des saletés à la figure, n'était-ce pas là la pierre angulaire de leur couple (si tant est qu'on puisse vraiment les qualifier tous les deux de couple) ? Bon, il pouvait bien comprendre la situation, en vérité, parce que, s'il se mettait dix secondes à la place de Bonnie (ce qui était une perspective fatigante, cela dit, comme n'importe quelle perspective selon Clyde), il comprenait combien son exaspération était fondée. Elle revenait d'une semaine de voyage (bon, en même temps, c'était elle qui n'avait pas prévenu qu'elle partait - ça n'aurait rien changé à la situation, mais quand même), elle était peut-être affamée, et leurs placards étaient vides et elle n'avait pas envie de chercher de quoi se nourrir. Réaction légitime, mais le jeune homme n'avait pas la moindre intention de compatir pour autant. De toute façon, il ne compatissait pas avec ceux qui lui balançaient des coussins à la figure. Quoique, pour le coup, ça l'arrangeait bien, son geste. Il se saisit du coussin et le cala sous son dos avant de pousser un soupir d'aise. Ah ! C'est sûr que comme ça, il n'y avait pas la moindre chance pour qu'il décide de se bouger. Il était bien trop confortablement installé. Même s'il était en train de se dire que, s'il n'y avait effectivement rien de comestible à l'appartement, son estomac risquait fort de crier famine, à un moment ou à un autre.

-Tu en parles comme si tu venais de le découvrir.
répliqua-t-il sans la moindre gêne en adressant un sourire des plus éloquents à son interlocutrice, à sa chère et tendre. Je te laisse faire ce que tu veux, tu es libre de partir une semaine si tu veux, d'occuper tes journées comme tu l'entends, et de gérer tes achats comme tu le souhaites. Il marqua une pause, ses airs amusés ne quittant toujours pas son visage. Si ça te convient pas, je peux toujours t'enfermer à l'appartement et t'obliger à faire le ménage, la vaisselle, le linge, la cuisine...

Son sourire s'élargit encore. Le ton qu'il employait était amusé et léger, et pour cause, il parlait de la situation avec dérision. Néanmoins fallait-il peut-être reconnaître qu'il y avait un fond de vérité à cela. Clyde n'était un mari ni modèle, ni attentionné, il était flemmard et irrévérencieux, et il ne faisait rien au sein de son foyer. Mais le fait est que, en contrepartie, il lui laissait une liberté pleine et totale, comme peu d'autres femmes et épouses pouvaient apprécier au quotidien. Disons qu'il était la contrepartie désastreuse de cette grande liberté. Comme dit le fameux dicton, on ne peut pas tout avoir. Bon, il n'empêchait qu'il pourrait quand même faire des efforts, mais vraiment, faire des efforts, ce n'était pas son truc. D'ailleurs, dans l'expression "faire des efforts", il y avait le verbe "faire", et c'était déjà trop pour lui. Cela ne choquera sans doute personne, Clyde n'était absolument pas un homme d'action, bien au contraire.

-Un mari comme moi, ça se mérite, chérie.




code by Mandy


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
avatar
▌ Messages : 302
Humeur :
50 / 10050 / 100

En couple avec : Mariée avec le "merveilleux" Clyde et amoureuse d'un autre...

QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois d'If, 22.2cm, crain de licorne
Camp: Neutre
Avatar: Jennifer Lawrence

Message#Sujet: Re: Quel plaisir de se retrouver... (Clyde :3)   Mar 19 Jan - 22:31

Bonnie & Clyde
Quel plaisir de se retrouver...
Bonnie ne le découvrait pas non, comme elle savait parfaitement que son cher et tendre était en train de se foutre royalement de sa tête. Elle savait parfaitement qu’il n’était pas vraiment sérieux, mais elle était incapable de faire autrement que de réagir de cette manière. C’était dans sa façon d’être après tout, elle était entière. Après tout, Clyde s’ennuierait sans doute si jamais elle ne réagissait pas à ses remarques, ce n’était pas le but de la manœuvre ? C’était comme cela qu’ils s’entendaient au final, ils s’envoyaient mutuellement des piques et ils réagissaient plus ou moins violemment. La violence et l’énervement, c’était pour Bonnie. En même temps, Clyde devait sans doute trouver bien trop fatiguant de s’énerver contre elle, il faisait déjà l’effort de lui envoyer régulièrement des piques. Ou encore, comme maintenant, de lui déblatérer un lot de parole qui l’agaçait fortement. Bonnie n’avait pas spécialement besoin que son cher et tendre lui rappel tout ce qu’elle pouvait faire de ses journées, le fait qu’elle pouvait bien partir une semaine en voyage sans le prévenir, puisqu’elle savait tout ça. Tout comme le fait qu’elle avait de la chance de l’avoir pour époux, elle aurait pu tomber sur bien pire. Même si évidemment, elle n’exprimerait jamais cela à haute voix, il ne fallait pas lui demander trop non plus.

« Et parce que tu penses qu’une femme comme moi, ça ne se mérite pas peut-être ? » Rétorqua-t-elle vivement, en croisant ses bras. Clyde avait vraiment le don de l’agaçait, même quand elle lui lançait un coussin, il ne réagissait pas plus que cela. Il se contentait simplement de s’en servir de soutien supplémentaire. « Je pourrais très bien te botter les fesses pour que tu ailles travailler. » Ce qu’une femme normale ferait, une de ces femmes qui passaient son temps à faire le ménage et la cuisine et que Bonnie n’avait pas l’intention de devenir. « Et tu peux parler, tu n’arriverais même pas à me supporter une journée entière sur ton dos ! »

Et inversement, Bonnie aurait bien du mal à passer une journée toute entière en compagnie de Clyde. Déjà maintenant, alors que cela ne faisait pas si longtemps que ça qu’elle était rentrée, elle en avait déjà marre. Elle regrettait même d’être rentrée, mais elle ne pouvait de toute façon pas passer son temps en voyage. Surtout si c’était pour rentrer avec des placards vides de toute nourriture à chaque fois. Bonnie soupira longuement.

« Soit gentil un peu, je consentirais peut-être à te prendre à manger en allant en chercher. »

Après tout si Bonnie avait faim, elle se disait que c’était aussi le cas de Clyde même si ce dernier avait de quoi remplir son estomac de liquide. La jeune femme savait qu’elle n’avait de toute façon pas le choix et qu’elle allait devoir sortir de cet appartement pour se nourrir. Elle allait donc le faire et peut-être qu’elle pourrait éventuellement envisager de prendre quelque chose à celui qu’on l’avait forcé à épouser.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
RÉSISTANCE
avatar
▌ Messages : 1031
Humeur :
90 / 10090 / 100

En couple avec : Marié à l'ô combien délicieuse Bonnie

QUI SUIS-JE?
Baguette: 21,2 cm, bois de meurisier et poil de doxy
Camp: Neutre
Avatar: Robert Sheehan

Message#Sujet: Re: Quel plaisir de se retrouver... (Clyde :3)   Dim 24 Jan - 17:51


Quel plaisir de se retrouver...
B

onnie était bien loin d'avoir tort, en vérité (même s'il ne lui dirait sans doute pas cela de cette manière, il ne fallait pas abuser non plus, loin s'en faut), il est vrai qu'il se considérait comme un mari laxiste et donc facile à vivre, parce qu'il laissait Bonnie faire absolument tout ce qu'elle voulait de sa vie sans lui coller au train (et encore heureux), mais elle aussi, de son côté, n'était pas l'épouse la plus difficile à vivre que l'on puisse s'imaginer. Certes, ils passaient leur temps à s'envoyer des piques, leurs conversations étaient toujours très animées et bien rarement sereines, mais l'un dans l'autre, ils ne s'entendaient pas si mal, et surtout, ils savaient ne pas se priver de ce qui devait compter le plus à leurs yeux, c'est à dire leur liberté. Clyde deviendrait très clairement dingue avec une épouse qui lui mettrait des coups de pied dans le derrière à chaque fois qu'il rechignerait à aller travailler. Bonnie n'était pas forcément heureuse et enthousiaste de le retrouver vautré sur le canapé quand il devrait être au boulot, c'est sûr, mais elle était quand même bien plus cool avec lui que ne l'auraient été d'autres, des ménagères soi-disant parfaites.

-Tu oses sous-entendre que je ne suis pas la gentillesse incarnée ?
demanda-t-il, ne pouvait s'empêcher d'avoir un sourire au coin des lèvres.

Clyde n'était pas une mauvaise personne. En comparaison tout du moins de ceux qui l'on pourrait qualifier de vraiment mauvaises, comme celles que la Résistance s'appliquait à combattre, somme toute, mais ceci dit, il n'était pas quelqu'un de bien non plus. Il était dans une sorte d'entre deux, en somme. Ça faisait partie de lui et de sa personnalité. Il n'avait ni l'énergie d'être bon, ni celle d'être mauvais. Alors, forcément, on se retrouvait avec une sorte d'entre-deux indéfinissable, et on en faisait ce qu'on voulait. Chacun était à même d'interpréter cela comme il le voulait. Néanmoins, Clyde ne pouvait pas passer à côté de la proposition de sa "chère et tendre" épouse, surtout si cette-dernière pouvait lui permettre de se remplir l'estomac, qui n'allait pas tarder à crier famine, sous peu. Si Bonnie pouvait faire le travail à sa place et lui chercher à manger, il n'allait certainement pas dire non, tout au contraire. Tout dépendait de ce que devait être la gentillesse aux yeux de Bonnie, bien sûr.

-Promis, je serai sage comme une image.


"Sage comme une image", c'était loin d'être une expression qui pourrait convenir à Clyde Hornby, mais bon, quand il pionçait sur le canapé comme un bienheureux, on pouvait techniquement dire qu'il était sage, alors s'il lui suffisait d'attendre le retour de Bonnie en somnolant, il n'avait pas vrament de soucis à se faire. C'est ce qu'il pensait, en tous cas.



code by Mandy


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
avatar
▌ Messages : 302
Humeur :
50 / 10050 / 100

En couple avec : Mariée avec le "merveilleux" Clyde et amoureuse d'un autre...

QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois d'If, 22.2cm, crain de licorne
Camp: Neutre
Avatar: Jennifer Lawrence

Message#Sujet: Re: Quel plaisir de se retrouver... (Clyde :3)   Mer 24 Fév - 20:07

Bonnie & Clyde
Quel plaisir de se retrouver...
Bonnie était bien incapable, en réalité, de qualifier Clyde de bon ou de mauvaise personne. En même temps, il n'y avait pas qu'une seule forme de bonne personne. La jeune femme n'allait pas du tout aussi loin dans cette réflexion, se contentant simplement d'espérer - même si elle savait parfaitement que c'était inutile - que celui qu'elle devait se coltiner comme mari se montre un peu plus gentil avec elle. Bon, en réalité, il ne se montrait pas non plus méchant, même si elle n'allait pas s'amuser à lui faire cette remarque. Finalement, Bonnie et Clyde parvenaient vraiment à trouver une sorte d'équilibre dans leur "relation" (on ne pouvait pas vraiment qualifier ça comme une relation...). Ils passaient leurs temps à s'engueuler et à s'envoyer des piques, mais en même temps c'était quelque chose qui les amusait. Bonnie, toujours sans l'intention de l'exprimer à voix haute, devait bien avouer qu'elle se serait ennuyée à mort si elle s'était retrouvée la femme d'un homme propre sur lui. Même si son "cher et tendre" avait le don de l'agacer constamment et de lui faire sortir les yeux de la tête, elle savait parfaitement qu'elle n'était pas entièrement à plaindre. Et cela en grande partie parce que, même s'ils passaient leur temps à se critiquer et à s'engueuler, ils laissaient quand même la possibilité à l'autre de faire ce qu'il voulait. Evidemment, Bonnie préfèrerait largement ne pas rentrer et voir un Clyde se transformer de plus en plus en grosse larve dans le canapé, mais elle ne voulait pas non plus d'un homme qui attende de sa part qu'elle devienne une parfaite ménagère. Passer sa journée à la maison à faire le ménage et la cuisine, ce n'était vraiment pas pour la jeune femme. Alors, elle n'était pas entièrement à plaindre non, mais Clyde non plus. Mais ça n'empêchait pas Bonnie de râler, juste par plaisir.

« Bon, si je comprends bien, je dois donc faire tout le travail. »

Dit-elle en soupirant, avant de se lever. Bonnie avait faim, elle regrettait vraiment de ne pas être rentrée en aillant l'estomac plein (qu'est-ce qu'elle avait imaginé ?). Elle aurait pu aller se coucher et laisser Clyde se débrouiller pour son propre repas. Ce qu'elle pouvait faire encore, mais en vérité si elle devait sortir pour chercher quelque chose à se mettre sous la dent, elle ne se voyait pas rentrer sans en avoir quand même pour celui dont elle portait à présent le nom. En plus si ça pouvait le rendre un peu sympa. La jeune femme attrapa donc ses affaires, sans cacher son mécontentement pour autant. En s'approchant de la porte, elle se tourna vers Clyde.

« Si jamais tu as la possibilité de crever dans ton canapé... surtout ne te prive pas pour moi. Je m'en voudrais de gâcher une telle opportunité. »
Lui affirma-t-elle dans un sourire, avant de reprendre rapidement. « Je te promets, je ferais semblant d'être triste à ton enterrement. »

Après tout, pourquoi pas devenir veuve hein ? Elle pourrait être bien plus tranquille comme ça. C'était une idée qu'elle devrait peut-être exploiter finalement. Quoi que, elle pourrait sans doute bien trop s'ennuyer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
RÉSISTANCE
avatar
▌ Messages : 1031
Humeur :
90 / 10090 / 100

En couple avec : Marié à l'ô combien délicieuse Bonnie

QUI SUIS-JE?
Baguette: 21,2 cm, bois de meurisier et poil de doxy
Camp: Neutre
Avatar: Robert Sheehan

Message#Sujet: Re: Quel plaisir de se retrouver... (Clyde :3)   Jeu 25 Fév - 17:51


Quel plaisir de se retrouver...
C

lyde se contenta d'afficher un sourire - en soi des plus éloquents - en guise de réponse à sa "chère et tendre" quand cette-dernière ne manqua pas de conclure, étant donné son attitude, qu'elle irait seule "chasser" la nourriture et qu'il ne se joindrait pas à la fête. Eh quoi ? Il était bien, là, à l'intérieur, il préférait encore se laisser mourir de faim (bien que son appétit allait pour tout dire bon train) que de bouger de ne serait-ce quelques millimètres son très auguste postérieur. Pour sa défense, quoi qu'elle décide de leur ramener de nourriture (et il osait croire que, malgré son évidente mauvaise humeur, elle aurait une petite pensée pour lui et ne le laisserait pas mourir de faim), il faudrait bien qu'elle le paye avec son argent à lui (même si techniquement, liens du mariage oblige, ce qui était à lui était à elle). D'accord, on ne pouvait pas franchement affirmer qu'il ait gagné ces gallions à la sueur de son front et au prix de nombreux sacrifices et d'heures à rallonge de travail acharné. Mais quand même.

Clyde la regarda prendre ses affaires sans esquisser pour autant le moindre mouvement. Pour quoi faire ? Il n'allait pas se magner le train pour ses beaux yeux. Pour ce que ça lui apporterait... plus de sympathie et de considération de sa part ? Oui, peut-être. Mais dans ce cas, ce serait quand même moins drôle. Clyde appréciait quand même que leurs prises de bec viennent ponctuer son morne quotidien. Tenez, elle lui aurait presque manqué durant son absence (elle, leurs prises de bec, c'était du pareil au même quoi qu'il en soit). Franchement, au nom de quoi s'épargnerait-il des remarques telle que celle qu'elle lui asséna alors, évoquant l'idée qu'il finisse par crever de la sorte, affalé dans son canapé. En effet, c'était une option parfaitement envisageable, il devait bien le reconnaître. En fait, il ne s'imaginait pas vraiment mourir d'une autre manière qu'avachi et sans dignité, même si son implication miracle dans la Résistance laissait supposer qu'il pourrait potentiellement être en danger un jour ou l'autre. Comme Olive avant lui.

-Je ne me fais aucun souci pour ça, je suis absolument convaincu que tu es une impeccable simulatrice, mon cœur.


Voilà, c'était complètement gratuit. D'un autre côté, des deux, ce n'était pas lui qui avait émis la possibilité de se réjouir de la mort de l'autre. Sur ces mots qu'il ne regretta pas un seul instant, donc, il se contenta de s'enfoncer un peu plus profondément dans ce haut lieu du salon qu'était pour lui son très cher canapé, avec la satisfaction de ne pas avoir à en sortir avant un bout de temps (ne serait-ce que parce que Bonnie risquerait fort de l'empêcher de rejoindre leur lit, qui n'avait de conjugal que le nom, cette nuit).



code by Mandy


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Quel plaisir de se retrouver... (Clyde :3)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Quel plaisir de se retrouver... (Clyde :3)
» Quel plaisir de se revoir... Ou pas [Livre 1 - Terminé]
» Quel plaisir de te voir [Pv Narudgi] - [Fini]
» Jeunesse haitienne: Quel espoir??? Quel avenir???
» Episode 5: Bonnie and Clyde.
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
T.rouble O.r M.isery (or both) ::  :: 
Les habitations
 :: Bienvenue chez vous ! :: Appartement des Hornby
-