AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Il faut penser au futur

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Voyageur Temporel
avatar
▌ Messages : 1052
Humeur :
10 / 10010 / 100

En couple avec : Ginny
Nouveau nom (voyageurs temporels) : William Black

QUI SUIS-JE?
Baguette:
Camp: Bien
Avatar: Daniel Radcliffe

Message#Sujet: Il faut penser au futur    Ven 18 Déc - 23:49

Minerva & Harry
Il faut penser au futur.
Puisque la fin de l'année était arrivée, puisqu'ils ne rentraient pas chez eux encore pour le moment (parce qu'Harry était incapable de partir sans avoir changé au moins un peu la situation concernant Tom Jedusor), il était sans doute temps de trouver du travail. Le jeune homme ne s'était pas trop penché sur ce détail vraiment avant maintenant, mais il se rendait bien compte qu'il devait le faire. Ils ne pouvaient plus compter sur Poudlard pour subvenir en grande partie à leurs besoins. Avant, ils n'avaient qu'à venir dans la Grande Salle pour manger un bon repas. Harry se rendait bien compte donc qu'il devait faire un effort de ce côté-là. Il ne pouvait évidemment pas se contenter de se concentrer entièrement sur Jedusor. Il avait bien envie de le faire, mais il ne pouvait pas. Cela, même si le jeune homme savait de sources sure qu'ils allaient pouvoir rentrer chez eux d'ici quelque temps (quand ils allaient être prêt). Les autres voyageurs (en dehors d'Hermione bien sûr) ne savaient pas qu'ils pouvaient rentrer, ils pensaient que le ministère continuait de chercher un moyen de les ramener. Alors qu'ils l'avaient trouvé, mais que deux d'entre eux avaient pris la décision de rester pour tout le monde. Harry n'avait donc pas cette crainte de ne jamais pouvoir rentrer dans le futur, il ne se disait pas qu'ils allaient terminer leurs vies ici. Si cela devait être le cas, ce serait parce qu'Harry serait mort dans un combat contre Jedusor. Mais dans tous les cas, Harry savait qu'il devait quand même songer à se trouver un travail, vraiment.

Depuis presque toujours, le jeune homme avait envie de devenir Auror. Il savait parfaitement qu'il ne pouvait pas entrer dans le bureau des Aurors comme cela, qu'ils devaient faire ses preuves. Mais il avait peut-être un coup d'avance contre les autres. L'ancien rouge et or ne savait pas vraiment ce que cela allait donner, mais il se souvenait parfaitement de la proposition de Minerva McGonagall concernant son aide pour le futur. Pourquoi elle avait fait ça ? Le survivant ne savait pas vraiment s'il devait croire aux paroles de la jeune femme (qu'il avait vraiment du mal à considérer comme jeune, il continuait d'avoir l'image de sa vieille professeur de métamorphose), mais il ne pouvait quand même pas ignorer son aide. Et il avait décidé de la contacter pour lui donner rendez-vous, afin de discuter de tout ça. Harry devait trouver un travail de toute façon, il n'avait pas vraiment d'autre choix. Et il n'avait pas spécialement envie de faire n'importe quoi. Harry avait donc donné rendez-vous au futur professeur de Poudlard au Chaudron Baveur. Le survivant ne savait pas vraiment ce qe cela allait donner, mais de toute façon il ne perdait rien à avoir une petite conversation avec elle. Un peu avant l'heure du rendez-vous, le jeune homme s'était donc rendu au chemin de traverse pour faire un rapide tour, avant de rejoindre le Chaudron Baveur un petit peu avant l'heure du rendez-vous. Il s'installa tranquillement à une table au fond, dans le but d'être tranquille. Evidemment, le pub était remplit comme souvent, mais il espérait qu'ils allaient pouvoir discuter sans que des oreilles indiscrètes ne trainent. Même si la conversation qu'ils allaient avoir était plus que normal, Harry n'aimait pas quand on se montrait trop curieux comme ça.
Code by Gwenn
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
avatar
▌ Messages : 138
Humeur :
50 / 10050 / 100


QUI SUIS-JE?
Baguette: Sapin et ventricule de dragon, 23,75 centimètres, rigide
Camp: Bien
Avatar: Maggie Smith

Message#Sujet: Re: Il faut penser au futur    Mar 19 Jan - 11:06

Il faut penser au futur



Cela fait plusieurs jours, plusieurs semaines, même, déjà, que Minerva réfléchit à la meilleure façon de tenir sa promesse envers Dumbledore. Elle avait réussi à aborder le jeune William Black sur un coup de poker, c'était une première approche, cela leur avait permis de faire connaissance, mais la jeune femme sait bien que cela va en-deçà des attentes du professeur de métamorphose. Elle doit voir plus loin. Elle doit accomplir au mieux sa tâche, mais comment faire ? Provoquer une rencontre hasardeuse lui semblait être la meilleure solution, mais à présent que les vacances d'été ont commencé, la situation s'en voit compliquée, où le trouver ? Elle n'en a pas la moindre idée. Elle était dans l'impasse... puis, elle reçut un hibou. Un courrier inespéré de la part du jeune homme, qui demandait à ce qu'ils se rencontrent. Minerva ne l'espérait plus. Elle lui avait donné son adresse à tout hasard, mais elle ne pensait pas qu'il ferait ce nouveau pas vers elle. C'est plutôt encourageant. Très encourageant, même. Cela signifie que le jeune homme l'a trouvée digne de confiance, malgré la teneur étrange de leur discussion. Ou alors il a tout simplement vraiment besoin d'aide. Elle lui avait dit pouvoir lui apporter son aide de par son poste au ministère de la magie, maintenant que ses études sont achevées, il voit sans doute en elle une opportunité de trouver une place, un travail. Elle ne va pas lui reprocher son ambition, elle a eu la même (et elle l'a toujours, d'ailleurs), et cela lui donne une occasion en or de renouer contact avec lui.

Elle avait donc accepté son rendez-vous au Chaudron baveur. C'est un endroit plutôt informel. Tant mieux, il sera plus simple de parler que dans un endroit plus austère, même s'ils risquent d'être incommodé par les bavardages incessants de leurs voisins de table, car ce lieu était rarement vide. Le jour venu, elle remplit donc son sac de plusieurs dossiers qui seraient peut-être utiles à leur conversation. Si elle ne se trompait pas au sujet de ce qu'allait être la nature de leur rendez-vous, ce pourrait lui être utile. Quand elle se rend dans le pub sorcier, il est, comme bien souvent, loin d'être vide, mais elle ne met pas bien longtemps à trouver celui qu'elle cherche, à une table un peu à l'écart, une place parfaite pour ne pas trop être dérangée. Elle lui adressa un léger sourire quand elle croisa son regard.

-Bonjour William.
Elle s'installe à la même table que lui. Pourquoi voulais-tu me voir ? demande-t-elle alors, même si elle pense avoir une bonne idée de ce dont il va être question exactement.

CRÉDIT - CSS
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Voyageur Temporel
avatar
▌ Messages : 1052
Humeur :
10 / 10010 / 100

En couple avec : Ginny
Nouveau nom (voyageurs temporels) : William Black

QUI SUIS-JE?
Baguette:
Camp: Bien
Avatar: Daniel Radcliffe

Message#Sujet: Re: Il faut penser au futur    Sam 20 Fév - 14:45

Minerva & Harry
Il faut penser au futur.
Cela ne faisait pas très longtemps qu'Harry attendait, assit à une table du Chaudron Baveur, quand il vit Minerva McGonagall arriver. Comme la première fois, le jeune homme fut un peu perturbé quand il la vit arriver, se faisant une image d'elle comme elle était dans le futur. Il savait pourtant qu'il aurait à faire avec une jeune femme pas beaucoup plus vieille que lui, mais c'était quand même étrange. Il n'y pouvait rien, pour lui McGonagall était son professeur de métamorphose. Celle qui avait des cheveux gris, des lunettes et un air suffisamment sévère pour qu'on ne veuille pas lui chercher des noises. Enfin, Harry devait mettre de côté ce détail pour se concentrer pleinement sur la raison de cette visite. Il avait besoin de l'aide de la femme afin de trouver un travail au ministère de la magie (et plus précisément au bureau des Aurors si c'était possible, mais il prendrait ce qu'il pourrait avoir de toute façon). Cependant, il n'y avait pas que cela. Harry devait aussi savoir si elle avait provoqué cette rencontre ou si c'était une simple coïncidence. En discutant avec Hermione - ce qu'il faisait tout le temps, plus qu'avec ses autres camarades au final - il n'avait pas pu s'empêcher de se dire que c'était peut-être Dumbledore qui lui avait demandé d'avoir un œil sur lui. Sans doute que les voyageurs étaient trop paranoïaque, mais ils n'avaient pas d'autre choix que de se poser mille questions. Le jeune homme espérait donc pouvoir soutirer la vérité à son futur professeur, même s'il n'avait pas l'intention de commencer par cela.

« Bonjour. » Dit-il quand elle le salua, avant de s'assoir en face de lui. Il s'était retenu de l'appeler Professeur, comme il le faisait toujours. Heureusement, son physique lui permettait aisément de faire la part des choses et de ne pas se tromper de cette manière. Ce n'était pas le moment d'apprendre à McGonagall qu'elle allait effectivement devenir professeur à Poudlard dans le futur. Il aurait pu l'appeler Minerva, puisqu'elle le saluait en tant que William, mais c'était de nouveau un exercice trop compliqué pour lui. Il n'arrivait pas à appeler cette jeune femme par son prénom. Enfin, heureusement, ils allaient pouvoir entrer dans le vif du sujet. « J'ai repensé à ce que vous m'aviez dit lors de notre conversation à Poudlard. » La tutoyer n'était pas possible non plus, malgré le fait qu'ils n'avaient que peu d'année de différence en termes d’âge dans le passé. Il n'y arrivait pas, tout simplement. « Si cela ne vous dérange pas, j'aimerais beaucoup que vous m'aidiez à trouver du travail. »

La situation était assez urgente pour les voyageurs. Puisqu'ils allaient officiellement rester au moins un an de plus dans le passé - chose que les trois quart de ce groupe n'avait pas connaissance, pour le moment - il devait trouver du travail. Ils étaient maintenant cinq adolescents dans la nature, devant travailler pour se loger et se nourrir. Même s'ils avaient, pour l'instant, un toit sur leurs têtes, ils ne devaient pas se reposer sur leurs lauriers. Il fallait que certains d'entre eux travail, même si ça devait évidemment leur faire perdre du temps par rapport à leur combat contre Tom (et ils n'avaient pas de temps à perdre, ils n'avaient qu'un an). Mais Harry se disait qu'avec un peu de chance, une place au ministère pourrait largement l'aider dans ce sens. Enfin, il devait de toute façon travailler pour se nourrir et il espérait pouvoir compter sur McGonagall.
Code by Gwenn
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
avatar
▌ Messages : 138
Humeur :
50 / 10050 / 100


QUI SUIS-JE?
Baguette: Sapin et ventricule de dragon, 23,75 centimètres, rigide
Camp: Bien
Avatar: Maggie Smith

Message#Sujet: Re: Il faut penser au futur    Mer 2 Mar - 10:30

Il faut penser au futur



À peine William prend-il place face à elle qu'il entre dors et déjà dans le vif du sujet. Pas plus de détours ou de formules de courtoisie, il faut dire qu'elle non plus n'en avait employé aucune. Elle ne voyait pas d'intérêt à passer par autant de détours alors qu'il est évident que ce rendez-vous n'en est pas un de courtoisie. Ils ne sont pas là pour se raconter leur vie respective. Peut-être finiront-ils par s'apprécier et se respecter, en attendant, il est surtout question dans cette conversation d'apporter chacun à l'autre ce qu'il souhaite. Minerva une occasion de respecter sa parole envers Dumbledore (même si son interlocuteur n'en connaît absolument pas la nature), Harry, l'occasion de voir Minerva respecter la proposition qu'elle lui a faite. Car c'est bien pour cela qu'il est là, et il le lui fait rapidement comprendre. Lui rappelant l'offre qu'elle lui a faite lors de leur première rencontre, dans l'espoir qu'elle puisse belle et bien lui venir en aide comme elle a proposé de le faire.

La réaction du futur professeur de métamorphose reste impassible, mais derrière ce voile assez neutre se cache une certaine satisfaction. Elle n'avait pas été certaine de savoir comment garder contact avec William et veiller sur Harry comme elle l'avait promis au futur directeur de Poudlard, il avait saisi l'opportunité au vol. Il est vrai que, au sortir de l'école de magie, quelque opportunité que ce soit de trouver du travail ne peut être oubliée ou négligée, il faut accepter toutes les mains tendues. Minerva en sait quelque chose. Elle hoche doucement la tête. Elle n'a pas le pouvoir d'embaucher qui elle veut à volonté, bien sûr, mais elle peut influencer le choix de son supérieur. Il est évident qu'Urquart, son supérieur, serait prêt à lui adresser n'importe quelle faveur, surtout que William a l'air d'être un jeune homme sérieux. Elle ne prend pas vraiment de risque à lui offrir d'intégrer le ministère de la magie.

-Ça ne me dérange pas, bien au contraire. Si tu m'adresses une lettre de motivation en bonne et due forme, je pourrais soutenir ta candidature auprès de mon supérieur.
Elle marqua une pause. Quels sont les résultats de tes ASPIC ? Je peux interférer en ta faveur pour te permettre de rejoindre la formation au métier d'Auror. Les candidats - pour ceux qui n'abandonnent pas avant la fin - reçoivent une compensation financière tout au long de la formation.

Et elle a le bras suffisamment long au département de la justice magique, d'autant qu'elle est en charge de la gestion de ce genre de paperasse pour permettre à William d'exaucer son souhait de devenir Auror. Pour peu tout de même qu'il en ait les capacités. Minerva reste quelqu'un de très intègre dans son travail. Mais si le jeune homme intéresse tant Dumbledore, c'est qu'il ne doit pas être comme les autres, non ?

CRÉDIT - CSS
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Voyageur Temporel
avatar
▌ Messages : 1052
Humeur :
10 / 10010 / 100

En couple avec : Ginny
Nouveau nom (voyageurs temporels) : William Black

QUI SUIS-JE?
Baguette:
Camp: Bien
Avatar: Daniel Radcliffe

Message#Sujet: Re: Il faut penser au futur    Mar 12 Avr - 13:31

Minerva & Harry
Il faut penser au futur.
Harry appréciait d’entendre Minerva lui affirmer que cela ne la dérangeait pas de l’aider à trouver ce travail. En même temps, le jeune homme devait bien avouer qu’il ne s’était pas attendu à une autre réponse de sa part, puisqu’elle lui avait proposé de l’aider quand ils s’étaient parlé la dernière fois. Et si Hermione avait raison, il n’était pas question pour elle de ne pas l’aider si elle avait une bonne raison de se « veiller » sur lui. Le survivant avait trouvé cela étrange qu’elle décide de lui proposer son aide, mais il n’avait pas vu de plan derrière tout cela avant sa discussion avec Hermione. La coïncidence était trop grande pour qu’elle soit vraie, Minerva devait avoir une bonne raison de lui proposer son aide. Au fond, Harry avait envie de le savoir, mais pour l’heure il se contentait simplement d’assurer un minimum son avenir. Le jeune homme n’aimait pas trop l’idée de rentrer dans la vie professionnelle dans les années passées, mais il n’avait pas le choix de toute façon. Il devait assurer des revenues afin de pouvoir vivre avec les voyageurs, qu’ils puissent quand même survivre un peu. Ils ne pouvaient plus compter sur Poudlard pour subvenir à leurs besoins. Harry aurait bien aimé se contenter simplement de traquer Voldemort, mais il ne pouvait pas le faire. Entrer dans le bureau des Aurors était quand même un bon compromis. Il pouvait travailler, apprendre un métier (ce qui n’était quand même pas négligeable) et peut-être travailler en avançant dans son combat contre Tom Jedusor. Et Minerva McGonagall semblait vraiment apte à l’aider, il n’aurait pas pu rêver mieux. Harry voulait être considéré vraiment comme apte, mais il ne pouvait pas négliger le moindre coup de pouce pour arriver à ses fins.

« J’ai déjà une lettre avec moi. »
Dit-il en sortant de ses affaires une lettre de motivation. Oui, il avait prévu le coup et c’était en grande partie parce qu’Hermione l’avait poussé à se préparer pour le rendez-vous avec le futur professeur de métamorphose. Elle avait quand même une bonne influence sur lui en tout cas. Et maintenant, il était temps qu’il donne ses résultats aux ASPICs. On ne pouvait pas vraiment dire que les examens avaient été au cœur de son esprit à la fin de l’année, mais il les avait passés. Il avait donc des notes, qui auraient pu être bien plus impressionnante s’il s’était donné plus de mal dans son travail, mais il avait des notes quand même. « J’ai eu un optimal en défense contre les forces du mal. » Pour le coup, le jeune homme devait bien avouer qu’il était fier, mais il n’avait pas besoin de grand-chose pour avoir de bonnes notes en cette matière. « Acceptable en soin aux créatures magiques et en astronomie. Piètre en histoire de la magie. » Ca c’était le moins bien. « Effort Exceptionnel pour le reste. »

En soit, le jeune homme trouvait quand même qu’il ne se débrouillait pas trop mal et il se demandait même comment il y était arrivé. Mais tant mieux, si ça lui permettait de rejoindre la formation d’Auror et donc ce stage rémunéré.
Code by Gwenn


Dernière édition par Harry Potter le Jeu 26 Mai - 19:14, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
avatar
▌ Messages : 138
Humeur :
50 / 10050 / 100


QUI SUIS-JE?
Baguette: Sapin et ventricule de dragon, 23,75 centimètres, rigide
Camp: Bien
Avatar: Maggie Smith

Message#Sujet: Re: Il faut penser au futur    Lun 2 Mai - 10:51

Il faut penser au futur



Minerva récupère la lettre de motivation que lui tend le jeune homme et ajuste ses lunettes de vue, qu'elle ne porte pas encore en toutes occasions, mais qu'elle a visiblement bien fait de prendre avec elle ce jour-ci. Elle apprécie de voir la motivation de son interlocuteur. Une motivation suffisante pour qu'il ait songé de lui-même à rédiger une lettre en bonne et due forme pour la lui transmettre. C'est appréciable. À la demande de Dumbledore, Minerva se serait sentie l'obligation de venir en aide à William dans tous les cas, mais elle n'a en rien à forcer sa nature. Son souhait d'aider ce jeune homme est sincère, car elle conçoit sans mal qu'il le mérite bel et bien. Il fait preuve d'une motivation honnête, elle pense que son envie d'intégrer la formation des Aurors entièrement fondée et réelle. Elle aimerait mieux comprendre à qui elle a affaire, savoir pourquoi Dumbledore a tenu à le placer sur son chemin... Mais en attendant, elle se contente d'apprécier que le contact ne passe pas trop mal entre eux et de réaliser avoir affaire à un jeune homme raisonnable et visiblement sérieux, qui prend son offre (une offre qui n'est pas donnée si souvent, au passage) avec tout l'intérêt nécessaire.

Elle parcourt rapidement la lettre de motivation du regard. Elle ne fait que la survoler, demeurant attentive aux propos du jeune Black, mais en tous cas, le courrier lui paraît impeccable sous tous rapports. De ce qu'elle en voit, il n'y a rien à redire. L'écriture et soignée et le vocabulaire choisi (peut-être le résultat d'un coup de pouce de Miss Granger, mais cela, le futur professeur de métamorphose n'est pas en mesure de le savoir, tout comme elle n'a jamais eu le loisir de rencontrer la meilleure amie du jeune homme, avec lequel elle aurait de fortes chances, en fait, de posséder des atomes crochus). William lui fait donc l'inventaire de ses différentes notes aux ASPIC. Optimal en défense contre les forces du mal, c'est bien sûr excellent, s'il y a une matière au-delà de toutes les autres qui nécessite des compétences propres au métier d'Auror, c'est bien celle-ci. Ses notes en astronomie, soin aux créatures magiques et histoire de la magie n'ont rien de valorisantes, mais une chance pour lui, ce ne sont pas les résultats dans ces matières qui intéressent les recruteurs, même si des résultats excellents dans absolument tous les domaines sont forcément un bonus. Sur le terrain, on ne sait jamais quelles compétences vont vous être demandées. Parfois, on peut se révéler surprise. Quoi qu'il en soit, les matières où il est nécessaire d'exceller sont très clairement la défense contre les forces du mal, les potions, la métamorphose et les sortilège. Ayant obtenu un O à la première et un E aux autres, les compétences de William est plus que conforme.

-Tes résultats sont tout à fait compatibles avec la formation que tu souhaites. Je ne devrais pas avoir le moindre mal à appuyer ton dossier auprès de mes supérieurs.
Elle esquisse un fin sourire. Tu devrais recevoir ta lettre d'admission et ta brochure d'information au mois d'août, la formation au métier d'Auror. Si tu n'as pas de nouvelles d'ici le milieu du mois, n'hésites pas à me contacter. La formation débute en septembre.

CRÉDIT - CSS
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Voyageur Temporel
avatar
▌ Messages : 1052
Humeur :
10 / 10010 / 100

En couple avec : Ginny
Nouveau nom (voyageurs temporels) : William Black

QUI SUIS-JE?
Baguette:
Camp: Bien
Avatar: Daniel Radcliffe

Message#Sujet: Re: Il faut penser au futur    Jeu 26 Mai - 20:38

Minerva & Harry
Il faut penser au futur.
Alors que Minerva McGonagall parcourait du regard sa lettre de motivation, Harry remerciait intérieurement Hermione de l’avoir aidé à la faire. Heureusement qu’elle était là, parce que c’était elle qui avait pensé au fait qu’il devait venir avec ça à son rendez-vous avec le futur professeur de métamorphose. Elle avait vraiment eu une bonne idée et heureusement qu’elle avait été là aussi pour l’aider à la rédaction de cette dernière. Parce qu’ainsi, Harry était presque certain que ça allait le faire. Il n’y avait pas de raison qu’une lettre de motivation qu’il avait écrite avec l’aide de sa meilleure amie ne passe pas. Le jeune homme observait donc Minerva McGonagall pendant qu’elle lisait la lettre, avant de lui donner ses notes reçu à ses examens. Des notes qu’il considérait plutôt bien d’ailleurs, alors qu’on ne pouvait pas dire qu’il avait été particulièrement assidu en cours pendant les deux dernières années. Il n’avait pas vraiment imaginé qu’il avait besoin de se concentrer dessus, parce qu’il avait espéré en finir avec Jedusor avant la fin de son temps à Poudlard. Mais Harry ne pouvait que se rendre à l’évidence, ce n’était pas possible et il n’avait pas d’autre choix que de penser à son futur métier et donc la formation que Minerva pouvait lui offrir. C’était ce qu’il avait eu envie de faire même dans son présent qui était le futur de l’époque où ils se trouvaient maintenant, dans tous les cas il n’avait pas l’intention de perdre son temps. Parce que dans tous les cas, ça pourrait même sans doute l’aider pour continuer ses actions contre Voldemort.

Harry apprécia donc d’entendre que ses notes étaient satisfaisantes. Il avait de la chance pour le coup en effet, parce qu’il pouvait intégrer la formation et surtout que le futur professeur allait appuyer sa candidature. Au moins, le survivant était presque certain d’avoir une place. Et si jamais il n’avait pas de nouvelle, il pouvait très bien la contacter pour qu’elle se renseigne. C’était vraiment un atout pour lui de l’avoir en allié, elle était vraiment bien tombée. Comme de par hasard.

« Merci beaucoup ! »

Qu’est-ce que le jeune homme pouvait dire d’autre de toute façon ? Elle faisait énormément pour lui, il lui en était vraiment reconnaissant. Surtout que normalement, elle n’avait aucune raison de le faire. Normalement oui, mais Harry se posait de plus en plus de questions. La coïncidence était quand même troublante. Harry ne pouvait qu’appréciait le coup de pouce que la femme lui offrait et il n’avait aucune envie qu’elle revienne en arrière, mais il ne pouvait pas s’empêcher d’avoir envie d’en savoir plus. D’ailleurs, Hermione lui avait bien demandé de l’interroger sur ce sujet quand ils se verraient. C’était sans doute le moment.

« J’apprécie vraiment beaucoup ce que vous faites pour moi, c’est une grande chance. » Et il était vraiment sincère en disant ça. « Est-ce que… quelqu’un vous a demandez de m’aider ? »

Il était peut-être un peu direct, mais il ne voyait pas vraiment comment aborder le sujet autrement.
Code by Gwenn
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
avatar
▌ Messages : 138
Humeur :
50 / 10050 / 100


QUI SUIS-JE?
Baguette: Sapin et ventricule de dragon, 23,75 centimètres, rigide
Camp: Bien
Avatar: Maggie Smith

Message#Sujet: Re: Il faut penser au futur    Lun 27 Juin - 10:38

Il faut penser au futur



Minerva se contente d'un léger signe de la tête quand son interlocuteur la remercie, que l'on peut interpréter comme un "de rien", même si elle ne considère pas qu'il ne s'agisse de rien. En soi, le jeune homme a les compétences et la volonté nécessaire pour intégrer la formation au métier d'Aurore, elle a ainsi moins le sentiment de tricher, mais en appuyant sa candidature, elle ne peut pas prétendre ne pas le pistonner un tant soit peu. Ce genre de méthodes n'est pourtant pas dans ses habitudes, même pas du tout. La jeune femme est quelqu'un de droit et d'intègre, elle considère que chacun doit mériter la voie qu'il choisit d'emprunter, elle a le sens du mérite et de l'honneur, et elle agit peut-être un peu différemment de ses habitudes, mais le jeune William semble malgré tout le mériter. Et elle ne peut par ailleurs pas oublier sa promesse envers Dumbledore. Si elle ne sait toujours pas pour quelle raison l'homme cherche à ce point à ce qu'elle surveille le jeune homme du coin de l'œil, mais Minerva a confiance en Albus et elle décèle chez son interlocuteur un potentiel certain, cela lui suffit pour ne pas en demander davantage. Après tout, elle ne fait que l'aiguiller. Sa réussite ne dépendra ensuite que de lui quoi qu'il arrive. Au moins, elle ne peut pas dire que William ne lui manifeste pas toute la reconnaissance que mérite son geste. Elle s'abstient de tout commentaire alors qu'il considère son intervention comme une chance. La chance, pour Minerva, n'est pas différente de la divination, elle rassure l'être humain, mais ce ne sont que des fadaises. La chance n'existe pas. Minerva croit en la détermination de l'être humain. Chaque acte a ses conséquences, et rien n'arrive par hasard. Elle finira potentiellement par être surprise de découvrir le contraire, mais pour le moment, elle est bien trop pragmatique pour s'abandonner à ces réflexions. La preuve, après tout : ce n'est pas la chance qui avait placé William sur son chemin, elle était venue le trouver à dessein. Et finalement, le jeune homme ne semble pas complètement dupe non plus, elle aurait dû s'en douter.

-Bien sûr que non
, répond-t-elle d'un ton qu'elle veut ferme et sans appel. Qui donc aurait pu me demander une telle chose ?

Elle aurait pu se contenter d'un "non" ferme et définitif et ne pas laisser la porte ouverte à plus d'interrogations encore, mais elle ne le fait pas. Sa curiosité l'emporte sur sa raison, qui l'invite, elle, à se protéger de la moindre insinuation. Peut-être sait-il quelque chose ? Et dans ce cas, elle voudrait savoir quoi, elle qui elle-même ne sait pas exactement pourquoi il lui a été demandé de se soucier du sort de ce jeune garçon.

CRÉDIT - CSS
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Voyageur Temporel
avatar
▌ Messages : 1052
Humeur :
10 / 10010 / 100

En couple avec : Ginny
Nouveau nom (voyageurs temporels) : William Black

QUI SUIS-JE?
Baguette:
Camp: Bien
Avatar: Daniel Radcliffe

Message#Sujet: Re: Il faut penser au futur    Mar 26 Juil - 23:30

Minerva & Harry
Il faut penser au futur.
Harry se montrait peut-être un peu direct dans sa question, mais en même temps il n'avait aucune idée de comment lancer le sujet autrement. C'était direct, mais au moins ça avait le mérite d'être efficace. Le survivant ne pouvait pas s'en aller de cette conversation sans avoir au moins posé la question. Est-ce que la futur professeur de métamorphose avait décidé de l'aider de son plein gré, ou suivait-elle une demande d'un autre professeur. La coïncidence était quand même bien trop grande pour qu'il ne puisse pas se poser la question et Hermione ne lui pardonnerait pas s'il n'en avait pas eu le coeur net. Est-ce que quelqu'un lui avait donc demandé de l'aider. Quand McGonagall reprit la parole, ce fut pour lui répondre que non. La manière dont elle lui répondait ne semblait pas laisser place au doute, mais Harry n'était pas dupe au point de croire qu'elle était forcément sincère. Cette femme avait plus d'un tour dans son sac à l'époque de ses études, elle en avait sans doute déjà maintenant. Alors non, le jeune homme ne prenait pas ses paroles au sérieux, encore moins quand la jeune femme lui demanda qui aurait pu lui faire une telle demande. Demandait-elle ça juste comme ça, ou attendait-t-il qu'il entre dans les détails. Le jeune homme mit quelque seconde avant reprendre la parole, se disant qu'il devait quand même réfléchir un peu aux propos qu'il allait tenir.

"Je ne sais pas." Dit-il dans un premier temps, sans lâcher du regard la jeune femme sous ses yeux. Il l'observait oui, dans le but de pouvoir déceler le moindre signe qui pourrait lui donner un indice sur ce qu'elle pensait. Si jamais elle lui répondait que l'homme n'était pour rien dans sa soudaine envie de le pistonner (puisque c'était quand même ça ce qu'elle faisait), il voulait arriver à voir si elle mentait. Évidemment, il n'était pas fou au point de croire qu'il parviendrait à déceler le moindre signe de mensonge, il n'avait pas encore entamé sa formation d'Auror après tout. "Peut-être le professeur Dumbledore, quand vous êtes venu à Poudlard." Harry marqua une nouvelle pause avant de reprendre. "Je trouve ça un peu étrange que vous aillez besoin d'une visite de l'école que vous aviez à peine quitté."

Ce qui était vrai, il s'était vraiment posé la question. Bon, le jeune homme se trompait peut-être, mais quand même. La coïncidence était beaucoup trop grande et le professeur (et futur directeur) de l'école de magie était au courant de la situation un peu particulière dans laquelle les voyageurs se trouvaient. Il savait donc qu'il fallait les garder à l'oeil et il aurait pu avoir envie de confier à Minerva McGonagall cette tache. Cela lui ressemblait beaucoup en tout cas, de ce qu'Harry osait penser connaître le vieil homme.
Code by Gwenn
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
avatar
▌ Messages : 138
Humeur :
50 / 10050 / 100


QUI SUIS-JE?
Baguette: Sapin et ventricule de dragon, 23,75 centimètres, rigide
Camp: Bien
Avatar: Maggie Smith

Message#Sujet: Re: Il faut penser au futur    Lun 22 Aoû - 17:51

Il faut penser au futur



Minerva aurait préféré que William continue de faire mine de ne pas trouver son attitude suspecte, malheureusement, l'absence de subtilité dont elle a fait preuve lors de leur dernière rencontre a ses conséquences, et le futur professeur de métamorphose doit à présent y faire face du mieux qu'elle le peut. Les questions auxquelles elle pensait avoir réchappé lui tombaient dessus d'un coup, et même si elle fait de son mieux pour ne rien y laisser paraître, elle est tout de même particulièrement déstabilisée. Elle ne s'attendait plus à ça. Elle ne sait pas vraiment quoi répondre. Sa réponse naïve ne suffit en tous cas pas à convaincre son interlocuteur. Logique, pour le peu qu'elle sait de lui, il est malin (Dumbledore ne s'intéresserait pas à quelqu'un qui ne le serait pas un tant soit peu de toute façon, non ? C'est ce qu'elle croit en tous cas). Même un peu trop, en fait. La jeune femme a du mal à dissimuler sa surprise quand il émet l'hypothèse que Dumbledore lui-même lui avait demandé de garder un œil sur lui. Oui, c'est bel et bien le cas. Mais comment a-t-il pu le savoir ? Décidément, les mystères qui entourent ce jeune homme sont de plus en plus intrigants. Elle aimerait savoir. Elle aimerait comprendre. Pour l'heure, elle est aussi intriguée que déstabilisée. Elle peine à ne pas le montrer. Oui, c'était étrange qu'elle ait eu besoin de revoir Poudlard alors qu'elle y était élève il y a peu. Peut-elle prétendre le contraire ? Avec beaucoup de mauvaise foi, alors ? Minerva choisit une parade. Répondre à ces questions par d'autres, qu'elle ne manque pas de bel et bien se poser d'ailleurs.

-Pourquoi Dumbledore aurait-il jugé nécessaire de t'apporter de l'aide par mon intermédiaire ?
demande-t-elle donc avec une grande neutralité. Sa question peut témoigner d'une certaine incrédulité. Même si en fait, c'est plus de curiosité qu'autre chose qu'il s'agit. Elle a envie de savoir ce qui peut bien rendre son interlocuteur si spécial au point que le futur directeur de Poudlard ait impérativement voulu que l'on veille au grain à son sujet. Si William doit vraiment la démasquer, alors, autant qu'elle sache également ce dans quoi elle s'était engagée. Même si ce ne serait peut-être pas si simple que cela. Pourquoi mériterais-tu un tel privilège ?

Elle ignore si le jeune homme allait décider de lui répondre franchement ou non, elle voulait s'y croire gagnante dans un cas ou bien dans l'autre. Si l'ancien rouge et or devait refuser de lui parler sincèrement, elle ferait de même et nierait en bloc. Dans le cas contraire... elle n'en sait trop rien, pour tout dire, elle se déciderait en temps voulu.

CRÉDIT - CSS
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Voyageur Temporel
avatar
▌ Messages : 1052
Humeur :
10 / 10010 / 100

En couple avec : Ginny
Nouveau nom (voyageurs temporels) : William Black

QUI SUIS-JE?
Baguette:
Camp: Bien
Avatar: Daniel Radcliffe

Message#Sujet: Re: Il faut penser au futur    Mer 19 Oct - 18:10

Minerva & Harry
Il faut penser au futur.
Le jeune homme venait d’émettre une hypothèse et il avait besoin de réponse de la part de la future professeur de métamorphose. Harry n’avait que des soupçons, il ne savait pas si ce qu’il avançait était juste ou non. Il trouvait simplement cette situation un peu étrange, surtout depuis qu’il en avait discuté avec Hermione. Tous les deux, ils avaient convenu qu’il y avait quelque chose quand même derrière tout cela. Cela n’allait pas changer grand-chose pour Harry de savoir la vérité, de savoirs si Minerva McGonagall avait vraiment eu une demande de la part du professeur Dumbledore de garder un œil sur lui, mais il avait envie de savoir. Parce qu’au fond, il ne pouvait pas s’empêcher de se dire que c’était pour cette raison qu’elle l’aidait. Elle n’avait peut-être pas vraiment de raison de lui venir en aide, de le mettre sur la piste de cette formation. Sans elle, le survivant aurait peut-être quand même pu y participer, mais peut-être pas aussi facilement. Enfin, dans tous les cas, McGonagall l’aidait et il avait envie de savoir si on lui avait demandé de le faire ou pas. La jeune femme qu’elle était encore ne répondit cependant pas à sa question, elle se contenta de lui poser une question en retour. Harry vit là une manière d’éviter sa question. Forcément, il n’était donc pas vraiment satisfait. La femme lui demanda alors pour quelle raison Dumbledore lui aurait demandé une telle chose. Pourquoi est-ce qu’il méritait un tel privilège. Lui ou un autre, tout concernait indirectement les voyageurs. Dumbledore était au courant, mais il ne savait quand même pas tout de la situation. Du moins, pas trop. Malheureusement, au vu des derniers évènements, il avait bien fallu le mettre un peu plus au courant qu’ils n’avaient prévu au début.

« Je ne sais pas. » Répondit-il alors, prenant le partie de mentir. Ce n’était pas contre le futur professeur, il n’avait rien contre elle. Mais il était évident qu’il ne pouvait pas lui dire directement ce qu’il en était. Si Dumbledore avait eu envie qu’elle soit au courant, il lui en aurait parlé lui-même. Même si le secret n’était plus vraiment un secret, que beaucoup de personne était dans la confidence, Harry ne pensait pas qu’il pouvait quand même prendre le partie de révéler la situation à McGonagall. « Parfois le professeur Dumbledore prend certaine décision, sans que cela ne nous sembles très clair. »

Harry décida de ne pas répondre directement aux questions de la femme sous ses yeux. Il ne pouvait pas s’empêcher de croire qu’elle en savait plus que ce qu’elle ne disait, il voulait savoir si elle avait vraiment eu une demande de la part du prochaine directeur de l’école de magie. Peut-être que si elle lui en disait plus, il lui en dirait plus ? Il ne savait pas vraiment, parce que le jeune homme ne pouvait quand même pas prendre la partie de trop dire à Minerva. Il l’appréciait – même s’il restait quand même perturbé – mais il ne pouvait pas prendre une décision seul (encore une fois).
Code by Gwenn
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
avatar
▌ Messages : 138
Humeur :
50 / 10050 / 100


QUI SUIS-JE?
Baguette: Sapin et ventricule de dragon, 23,75 centimètres, rigide
Camp: Bien
Avatar: Maggie Smith

Message#Sujet: Re: Il faut penser au futur    Mer 26 Oct - 14:59

Il faut penser au futur



Minerva s'était hasardée à interroger son interlocuteur sans véritablement espérer que ce dernier se livre à elle, lui apprenne la vérité sur les mystères qui l'entouraient, lui permette de comprendre ce qu'il pouvait bien dissimuler et pour quelle raison Dumbledore lui avait confié la mission qu'il lui avait confiée... Et ses attentes avaient été malheureusement comblées. Au bout du compte, elle ne sait toujours rien, elle n'a toujours pas la moindre idée de qui est véritablement le jeune homme qu'elle a face à elle, elle ignore pourquoi il mérite un traitement particulier... Ce n'est pas une épreuve pour elle que de l'aider et de le guider dans sa voie professionnelle, cela dit. Au fil de leurs quelques conversations, elle a appris à l'apprécier sincèrement, et elle pense vraiment qu'il mérite l'opportunité qu'elle lui offre. Mais tout de même, elle voudrait comprendre pourquoi. Sauf que le jeune homme ne laisse rien transparaître, et sa réplique soulève finalement plus de questions qu'elle n'apporte de réponse. Minerva n'est pas plus avancée, et a, pire encore, le sentiment que elle-même, de son côté, s'englue, est prise à son propre jeu. Piégée. Elle n'a rien avoué à son interlocuteur, mais ce dernier semble avoir vu clair en elle malgré tout. Et quoi qu'elle dise maintenant, elle n'est pas certaine de pouvoir faire illusion. Est-ce si grave si, finalement, il découvre que Dumbledore est l'instigateur même de leur rencontre ? Elle n'en sait rien. Dumbledore s'est bien gardé de lui dire si elle pouvait se permettre ou non de trop en révéler. Dans le doute, elle préfère ne rien dire, mais c'est de plus en plus difficile. Il est logique pour elle de s'imaginer que si elle fait un pas vers William, ce dernier pourrait bien en faire un vers elle et ainsi de suite. Mais elle préfère demeurer sur sa réserve tant qu'elle n'en sait pas plus. Il allait vraiment devenir nécessaire pour elle d'avoir une conversation avec Dumbledore. Et au plus vite.

-Je ne peux te contredire là-dessus,
admet-elle quand Harry lui fait remarquer qu'il arrive souvent à Dumbledore de prendre des décisions particulières, sans que ce semble forcément compréhensible.En l'occurrence, Minerva vit ce cas de figure pleinement à l'instant présent, et elle ne peut pas dire que la transparence honore vraiment Dumbledore. La sagesse et l'intelligence sont ses deux vertus maîtresses, mais elles s'accompagnent très nettement d'une aura mystérieuse fort difficile à décrypter. Tu sembles bien connaître Dumbledore, remarque-t-elle alors, choisissant un nouvel angle d'approche, souhaitant qu'il porte davantage ses fruits. Pourtant, tu n'as pas été longtemps à Poudlard, si je ne m'abuse. Comment cela se fait-il ?

L'approche n'est pas forcément subtile, mais c'est une manière pour elle d'essayer de mieux comprendre son interlocuteur, de cerner les informations qui lui échappent encore. Ce manque encore d'être entièrement concluant.

CRÉDIT - CSS
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Voyageur Temporel
avatar
▌ Messages : 1052
Humeur :
10 / 10010 / 100

En couple avec : Ginny
Nouveau nom (voyageurs temporels) : William Black

QUI SUIS-JE?
Baguette:
Camp: Bien
Avatar: Daniel Radcliffe

Message#Sujet: Re: Il faut penser au futur    Mar 27 Déc - 23:28

Minerva & Harry
Il faut penser au futur.
Au final, Harry ne savait pas plus de chose qu’avant malgré la conversation qu’il avait avec McGonagall. Le jeune homme n’avait pas eu de réponse vraiment claire, mais en même temps il comprenait qu’il n’avait pas vraiment tort de croire que Dumbledore avait bien quelque chose à voir avec le fait qu’ils se retrouvaient ensemble en cet instant précis. Comme quoi, Hermione avait eu raison de se méfier en apprenant que le futur professeur de métamorphose était venu le trouver. Dumbledore avait donc un rapport avec tout cela, même si la femme ne le confirmait pas directement. Mais Harry comprenait les sous-entendus de leur discussion, comme elle se doutait surement qu’il y avait quelque chose d’étrange de son côté aussi. Harry n’avait aucune envie de rentrer dans les détails de son côté non plus, parce qu’il ne pouvait pas trop en dire sur son sujet. Il ne pouvait pas raconter au futur professeur qu’il venait du futur et que c’était justement pour cette raison qu’il connaissait aussi bien le futur directeur de l’école de magie.

Ce qu’elle précisa d’ailleurs en cet instant précis, après qu’il ait affirmé que parfois le professeur prenait des décisions sans qu’on puisse le comprendre. Effectivement, Harry n’avait pas passé assez de temps à Poudlard pour connaitre à ce point Dumbledore, même si deux ans étaient sans doute suffisants pour comprendre qu’il ne fallait justement pas vraiment essayer de comprendre l’homme. Harry prit le temps de réfléchir à la manière de répondre après la question de la jeune femme (qu’il avait un peu de mal à considérer comme jeune d’ailleurs), parce qu’il ne voulait pas du tout faire d’erreur. C’était un peu le problème depuis que lui et ses amis se trouvaient dans le passé, ils devaient constamment faire attention à ce qu’ils disaient, afin de ne pas faire de gaffe. Quand bien même leur simple présence dans le « présent » actuel était déjà une gaffe en elle-même.

« Je ne pense pas qu’il faille beaucoup de temps pour comprendre que le professeur Dumbledore est quelqu’un de très énigmatique. »

Dit-il alors, décidant de rester à son tour très énigmatique. Il n’avait pas d’autre choix de toute façon, parce qu’il ne pouvait pas répondre aux questions de Minerva McGonagall. Tout comme elle n’avait pas pris la peine de répondre à la sienne d’ailleurs. Mais le jeune homme, quand bien même considérait déjà avoir deviné la vérité, n’avait pas envie d’en démordre. Parce que s’ils pouvaient se concentrer sur la raison de la femme de l’aider – et heureusement qu’elle l’aidait d’ailleurs – ça lui permettrait d’éviter les questionnements vers lui.

« Est-ce que c’est lui qui vous a demandé quelque chose ? »

Demanda-t-il alors, décidant d’y aller plus directement. Si elle ne prenait pas la peine de lui répondre, ça ne serait pas très grave en soit. Parce que le jeune homme allait considérer dans tous les cas qu’il avait raison. Il cherchait simplement un moyen de détourner un peu la conversation pour que McGonagall ne se concentre pas sur lui.
Code by Gwenn
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
avatar
▌ Messages : 138
Humeur :
50 / 10050 / 100


QUI SUIS-JE?
Baguette: Sapin et ventricule de dragon, 23,75 centimètres, rigide
Camp: Bien
Avatar: Maggie Smith

Message#Sujet: Re: Il faut penser au futur    Mar 3 Jan - 11:02

Il faut penser au futur



Oui, c'est vrai, il n'y a pas besoin de connaître Dumbledore très personnellement pour savoir qu'il est énigmatique. Mais cela n'ôte rien au fait que quand le jeune homme parle du futur directeur de Poudlard, il lui semble qu'elle lui en parle comme quelqu'un qu'il connaît au-delà de sa réputation. De toute façon, cela se tient. Après tout, pourquoi William la soupçonnerait-elle d'être de connivence avec Dumbledore s'ils ne se connaissaient pas plus que ça ? Et pourquoi Dumbledore lui aurait-il demandé de veiller sur William s'il n'y avait rien à en tirer ? Minerva se sent un peu perdue. Elle ne sait trop que penser de toute cette histoire. Elle aimerait que son interlocuteur lui apporte un semblant de réponse, mais à l'instar de Dumbledore, justement, l'ancien élève de Gryffondor reste indéchiffrable. Minerva se sent mêlée à une affaire qui la dépasse, parce que personne ne la lui explique. Et qu'il s'agisse du jeune homme ou de son ancien professeur de métamorphose, elle se voit confrontée à des murs, à des parangons de mystère et d'énigmes. Minerva n'a rien contre les énigmes, du moins tant qu'elle arrive à les déchiffrer. Mais là, elle a la nette impression que c'est au-dessus de ses moyens, et ça l'agace un peu, à vrai dire. Et voilà qu'il l'interroge de nouveau. Et Minerva ne sait pas quoi répondre. Est-ce qu'elle ne devrait pas lever le mystère pour inviter le jeune homme à parler davantage ? Elle en a bien envie oui. Mais elle ne sait pas ce que Dumbledore attend d'elle, et elle est loyale. Elle ne veut pas trahir son metor sous le prétexte d'avoir cédé à la pression. Elle hésite. Et décide de ne pas vraiment répondre. Puisqu'ils refusent l'un comme l'autre de faire preuve de transparence, ils n'allaient pas aller bien loin. Il faut vraiment que Minerva parle au professeur Dumbledore, elle n'a pas le choix.

-Quoique je te réponde maintenant, tu t'es fait ta propre opinion sur la question, non ?
demande-t-elle en regardant le jeune homme droit dans les yeux. C'est un aveu à mi-mot, et rien de plus, mais c'est déjà ça. William est intelligent. Elle ne peut pas le duper comme si de rien n'était. Alors sans assumer totalement, elle baisse un peu les armes. Qu'est-ce que cela change, pour toi, que Dumbledore m'ait demandé quelque chose ou non ?

Elle veut comprendre l'importance qu'il revêt aux yeux de l'homme qu'il estime tant, elle veut savoir à quoi elle s'est engagée. C'est assez frustrant de ne pas pouvoir observer la situation dans sa globalité. À un moment ou à un autre, elle voulait croire que la lumière serait complètement faite sur la situation. Mais ce n'est visiblement pas pour aujourd'hui.

CRÉDIT - CSS
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Voyageur Temporel
avatar
▌ Messages : 1052
Humeur :
10 / 10010 / 100

En couple avec : Ginny
Nouveau nom (voyageurs temporels) : William Black

QUI SUIS-JE?
Baguette:
Camp: Bien
Avatar: Daniel Radcliffe

Message#Sujet: Re: Il faut penser au futur    Mar 21 Fév - 16:27

Minerva & Harry
Il faut penser au futur.
Finalement, cette conversation n’allait peut-être pas les mener quelque part. Harry ne voulait pas prendre le risque de dire quoi que ce soit sur son histoire, sur la raison qui poussait le professeur Dumbledore à garder un œil sur lui. Mais en même temps, il avait vraiment envie de savoir si l’homme avait demandé un tel service au futur professeur, qui ne savait pas encore qu’elle était un futur professeur. Sauf que s’il ne répondait pas clairement, la jeune femme qu’était encore Minerva McGonagall n’avait pas vraiment de raison de le faire non plus. D’ailleurs, quand elle lui répondit finalement, ce ne fut que pour lui dire que quoi qu’elle dise, il s’était fait sa propre opinion. Le jeune homme ne dit rien, mais il décidait de prendre cela comme un aveu. De considérer que cette phrase voulait bien dire que l’homme lui avait demandé ce service, qu’elle n’avait pas fait tout cela par hasard. Le professeur Dumbledore lui avait donc bel et bien demandé de le garder à l’œil, Hermione avait raison. Et qu’est-ce que ça allait changer ? La question de la jeune femme était tout aussi légitime que la sienne, mais Harry n’avait pas vraiment de réponse. En soit, il ne savait pas exactement ce que ça allait changer, ce que ça changeait pour lui. Rien sans doute, parce que cela faisait un moment qu’il s’était dit que Dumbledore avait un rapport avec tout cela, alors ce n’était pas comme s’il tombait de haut. Mais en même temps, il n’avait pas pu s’empêcher de vouloir le savoir.

« Pas grand-chose je suppose, j’avais juste besoin de savoir. »
Et maintenant, il considérait qu’il le savait. Même si McGonagall n’avait pas répondu clairement à sa question, il décidait de croire ce qu’il avait envie de croire. Il n’avait donc pas spécialement besoin de laisser sous-entendre ce qu’il considérait comme être vrai. « Comme vous avez besoin de savoir pourquoi il vous a demandé ça. »

Harry comprenait bien que son interlocutrice n’était pas beaucoup plus avancé que lui à ce sujet. En soit, le jeune homme se doutait que le professeur et futur directement de Poudlard avait surtout eu envie qu’on garde un œil sur lui, pour une raison ou une autre, mais ça avait forcément un rapport avec le voyage dans le temps. Tout avait un rapport avec leur venu du futur.

« Peut-être que si vous lui demandez, il vous répondra. » Dit-il alors, comme pour préciser à la jeune femme qu’il n’allait rien pouvoir lui dire de toute façon. En soit, ce n’était pas ce qu’il voulait, mais il ne prendrait pas le risque de parler du secret des voyageurs. Il préférait, si elle devait être au courant, qu’elle le soit via quelqu’un d’autre. « Mais je voudrais savoir. » Harry hésita une seconde, avant de reprendre la parole. « Si le professeur Dumbledore ne vous avait rien demandé. » Parce qu’il lui avait demandé quelque chose donc. « Est-ce que vous m’auriez quand même aidé pour ma formation ? »
Code by Gwenn
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
avatar
▌ Messages : 138
Humeur :
50 / 10050 / 100


QUI SUIS-JE?
Baguette: Sapin et ventricule de dragon, 23,75 centimètres, rigide
Camp: Bien
Avatar: Maggie Smith

Message#Sujet: Re: Il faut penser au futur    Sam 25 Fév - 17:25

Il faut penser au futur



Si l'intention de Dumbledore avait été que Minerva fasse preuve de la plus grande discrétion et ne laisse rien paraître des raisons pour lesquelles elle avait approché William, elle doit bien constaté qu'elle a échoué. D'un autre côté, Dumbledore ne lui a jamais dit de garder ce secret, peut-être même espérait-il (ce serait bien son genre) qu'ils en arrivent là, que le jeune homme découvre les choses de lui-même. En tout cas, elle ne nierait plus. Elle ne confirmerait rien non plus, mais ils tourneraient en boucle, à ce rythme. Au final, il lui affirme que le fait que Dumbledore ait interféré ou non dans leur rencontre n'a que peu d'importance, qu'il veut simplement savoir. Et il a raison de supposer qu'elle aussi avait besoin de savoir pourquoi lui incombait une telle mission. C'est le cas. Cette question la taraude, elle ne comprend pas, et pourtant, elle devine que c'est important. Elle aimerait que son interlocuteur lui en apprenne plus. Car si Minerva elle n'a rien de plus à révéler que ce que William devine déjà, la jeune femme, elle, a le sentiment que tout lui échappe. Il y a dans toute cette affaire une part de mystère, et ce dernier s'épaissit à chaque minute de leur conversation. Malheureusement, elle comprend bien que ce n'est pas la part de William qu'elle trouvera satisfaction. Elle va devoir faire avec. Le temps d'avoir une conversation avec le futur directeur de Poudlard, en tout cas. Elle n'a visiblement pas le choix. Car une fois encore, William a raison, elle ne voit pas ce qu'elle pourrait faire d'autre sinon interroger directement son mentor. Le fait que le jeune homme le suggère est assez encourageant, en fait, elle choisit de prendre ça pour un signe, celui que toute cette histoire ne lui échappera peut-être pas indéfiniment. Mais elle n'a pas la moindre idée des conséquences que cela va engendrer. Alors, William pose une nouvelle question. Plus personnelle. Elle n'y a même pas pensé. Il se sent peut-être un peu manipulée. Comme Minerva en a un peu le sentiment elle-même... Ils sont chacun les instruments des circonstances, et acteur de quelque chose, mais qu'ils ne comprennent pas forcément. Minerva décide de lui répondre sincèrement. C'est inutile de mentir encore.

- Je n'aurais jamais fait ta connaissance, alors je n'aurais pas pu cerner ton potentiel. Mais je ne t'aurais pas proposé mon aide si j'avais pensé que cette formation n'était pas faite pour toi.
Elle marque une pause. Je ne détiens pas à moi seul le pouvoir d'intégrer qui je le souhaite dans une formation si élitiste, si tu as rejoint le bureau des Aurors, c'est parce que tu as toutes les qualités requises. Par ailleurs, je ne risquerais pas mon emploi pour une personne que je ne connais finalement que très peu et qui ne me semblerait pas méritante.

Même si son emploi au ministère s'apprête à toucher à sa fin.

CRÉDIT - CSS
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Voyageur Temporel
avatar
▌ Messages : 1052
Humeur :
10 / 10010 / 100

En couple avec : Ginny
Nouveau nom (voyageurs temporels) : William Black

QUI SUIS-JE?
Baguette:
Camp: Bien
Avatar: Daniel Radcliffe

Message#Sujet: Re: Il faut penser au futur    Mer 19 Avr - 22:30

Minerva & Harry
Il faut penser au futur.
Harry ne pouvait pas s’empêcher d’avoir envie de savoir si au fond, Minerva McGonagall lui avait permis d’avoir cette formation simplement parce que le professeur Dumbledore le lui avait demandé. Il avait bien compris que la jeune femme était venue le voir sous le demande du futur directeur de l’école de magie, mais il ne savait pas si la formation venait de lui ou pas. Ça le perturbait, il ne pouvait vraiment pas s’empêcher d’y penser, de se poser la question depuis qu’il avait compris que McGonagall était venu le voir dans un but précis, qu’ils ne s’étaient pas croisés par hasard. Parce qu’au final, il espérait quand même qu’il avait mérité cette formation. Oh, bien sûr, le jeune homme se doutait que s’il n’avait vraiment pas été fait pour la formation, on ne l’aurait pas laissé la faire. Mais quand même, il avait vraiment besoin de savoir, sans exactement savoir pourquoi. C’était juste qu’il avait besoin d’être sûr, de savoir. Minerva McGonagall affirma alors que si le professeur Dumbledore ne lui avait pas demandé de le rencontrer, elle ne l’aurait donc sans doute jamais croisé et elle n’aurait pas pu lui faire une telle proposition.

Sur le coup, Harry crut entendre que c’était donc bel et bien Dumbledore qui lui avait demandé ce service, avant qu’elle ne continue en affirmant qu’elle ne lui aurait pas proposé cette formation si elle ne l’avait pas su capable. Qu’elle n’avait pas le pouvoir de faire ou défaire la formation et qu’il devait donc sa place à lui seul. Ainsi donc, il avait bel et bien mérité sa formation. C’était sans doute idiot, mais cela le soulageait quand même énormément. Parce qu’il avait cru qu’il n’était là que parce qu’on avait fait en sorte qu’il le soit. Non pas que ça ne soit pas une bonne chose, Harry savait qu’il allait apprendre énormément avec la formation. Et justement, il appréciait de savoir qu’il avait mérité tout cela, qu’on n’avait pas fait en sorte que ça arrive simplement au vu des circonstances. Simplement parce qu’il était un voyageur du futur et qu’ils devaient arrêter Voldemort avant de rentrer chez lui.

« Merci pro… » Le jeune homme stoppa sa phrase avant d’appeler la jeune femme se trouvant sous ses yeux professeur. Même si elle n’avait pas du tout le physique qu’elle avait dans cinquante ans, qu’Harry ne pouvait pas vraiment confondre McGonagall d’ici et du futur, mais en même temps il avait encore un peu de mal avec le fait de ne pas l’appeler professeur. « Merci beaucoup. » Reprit-il l’air de rien. « Ça me rassure de savoir que vous avez vraiment jugé que j’avais les compétences. »

C’était sans doute idiot, mais en même temps c’était important pour lui. Parce qu’il avait envie de croire qu’il était vraiment fait pour le métier d’Auror, quand bien même il espérait ne pas l’exécuter dans le passé, mais dans le futur, puisque c’était le seul métier qu’il avait envie d’exercer. Harry ne se voyait vraiment pas faire autre chose.
Code by Gwenn
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
avatar
▌ Messages : 138
Humeur :
50 / 10050 / 100


QUI SUIS-JE?
Baguette: Sapin et ventricule de dragon, 23,75 centimètres, rigide
Camp: Bien
Avatar: Maggie Smith

Message#Sujet: Re: Il faut penser au futur    Jeu 4 Mai - 16:09

Il faut penser au futur




Le jeune homme la remercie, et s'apprête à ajouter quelque chose ensuite. "Merci pro..." ou était-ce "Merci pour" ? C'est difficile à déterminer, et ce n'est pas grand-chose, sans doute, il n'empêche que ça a titillé sa curiosité, et qu'elle est bien tentée de l'interroger davantage. Mais il reprend la parole, et elle garde ses interrogations pour un peu plus tard. Mais pas beaucoup plus tard. Elle lui laisse juste le temps d'exprimer ce qu'il a à dire. Et qu'a-t-il à dire ? Qu'il est heureux, soulagé, même, de savoir qu'elle l'a recommandé au nom de ses compétences et non pour satisfaire aux exigences de Dumbledore. C'est le cas. Même si elle ne le connaît très peu, elle pense avoir suffisamment pu juger de sa motivation et de son potentiel pour ne pas prendre beaucoup de risques à appuyer sa candidature au sein du bureau des Aurors. Par ailleurs, si Dumbledore a sa confiance, alors il a la sienne. C'est un raccourci un peu trop rapide, c'est vrai, et elle-même sait qu'on ne doit pas se fier à ce point, aveuglément, au jugement d'une seule et unique personne. Mais la jeune femme est incapable de ne pas accorder toute son estime et toute sa confiance à Dumbledore, qu'elle considère comme son maître et mentor.

-Tu n'as pas à te poser de questions à ce sujet, confirme la jeune femme. Et en effet, il n'a pas vraiment d'inquiétudes à avoir, selon elle. Elle ne peut pas savoir, pas complètement, mais elle s'en doute, en tout cas. Tout dans l'attitude du jeune homme lui laisse entendre qu'il est quelqu'un d'investi et de complètement sérieux. Elle marque une légère pause. Elle ne sait pas si ça a de l'importance, s'il n'est pas préférable d'éluder le sujet et de faire comme si elle n'avait rien entendu ? Non. Elle est curieuse. Et puisque ce n'est sans doute rien du tout, autant en avoir le cœur net. Une bonne fois pour toutes. Au pire, ce ne sera pas bien grave. Tu allais dire quelque chose, je crois, non ? Quand tu m'as remerciée... Puis tu t'es ravisé.

Elle ne pose pas la question plus clairement, elle guette la réaction de son interlocuteur, elle attend de savoir ce qu'il peut avoir à lui dire, s'il y a bel et bien quelque chose qu'elle doit savoir, quelque chose qui lui échappe, elle veut l'entendre, elle veut le comprendre. Ils ont sans doute cela en commun : la nécessité de comprendre. En même temps, c'est sûrement logique, puisque les éléments qu'ils cherchent à comprendre les concernent tous les deux.

CRÉDIT - CSS
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Voyageur Temporel
avatar
▌ Messages : 1052
Humeur :
10 / 10010 / 100

En couple avec : Ginny
Nouveau nom (voyageurs temporels) : William Black

QUI SUIS-JE?
Baguette:
Camp: Bien
Avatar: Daniel Radcliffe

Message#Sujet: Re: Il faut penser au futur    Mar 27 Juin - 13:53

Minerva & Harry
Il faut penser au futur.
Harry se sentait vraiment soulagé, mine de rien, d’apprendre que ce n’était pas seulement parce que Dumbledore avait mis son grain de sable dans la machine qu’il se trouvait au bureau des Aurors. En soit, Harry n’aurait pas pu refuser dans tous les cas, parce qu’ils avaient besoin de cette formation. Ils oui, lui bien sûr, mais aussi les autres voyageurs, les résistants. Bon, c’était légèrement présomptueux de penser cela sans doute – mais en même temps, Harry avait plus d’un défaut – mais il pensait vraiment que sa formation pouvait servir leur cause. Que le fait qu’il puisse avoir la formation d’Auror, qu’il puisse aussi avoir un pied dans le bureau des Aurors (comme Pomona donc), ça allait forcément les aider. Ça allait leur donner un peu plus d’avantage sur Voldemort. Quand bien même… ils avaient vraiment besoin de plus que cela. Autant dire, donc, que le jeune homme n’avait pas vraiment de raison de refuser la main tendue vers lui, que ça soit simplement pour ses qualités et ses talents (présomptueux on a dit), ou simplement parce qu’ils avaient besoin de quelqu’un. En tout cas, Harry était soulagé donc et pas seulement pour ça.

Aussi pour le fait que la jeune femme qui se trouvait sous ses yeux n’avaient pas vraiment remarqué son fourchage de langue. Du moins, c’était ce qu’il pensait, puisqu’il avait repris la parole suffisamment rapidement pour qu’elle ne réagisse pas. Sauf qu’elle ne manqua pas de réagir après coup. Harry se sentit mal à l’aise quand il comprit qu’elle parlait de son petit lapsus précédent. Elle avait raison en affirmant qu’il s’était ravisé.

« Eh bien, non rien de particulier. » Dit-il alors, ne sachant pas vraiment comment il allait pouvoir expliquer son lapsus, de manière crédible. Bon, en même temps, une explication le plus simple était sans doute la meilleure, la plus crédible. « Merci pour tout, tout simplement. »

En un sens, peut-être que la jeune femme allait connaître la vérité bientôt en discutant avec Dumbledore, ou pas, mais en tout cas Harry ne pouvait pas prendre le risque de parler et de dire à Minerva la vérité. Dans le doute, il préférait vraiment ne rien dire et cela signifiait que le jeune homme devait éviter d’appeler Minerva McGonagall « Professeur », comme il avait l’habitude de le faire. Même si la jeune femme sous ses yeux n’avait vraiment rien à voir avec le professeur qu’il connaissait dans son époque.
Code by Gwenn
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
avatar
▌ Messages : 138
Humeur :
50 / 10050 / 100


QUI SUIS-JE?
Baguette: Sapin et ventricule de dragon, 23,75 centimètres, rigide
Camp: Bien
Avatar: Maggie Smith

Message#Sujet: Re: Il faut penser au futur    Sam 15 Juil - 18:28

Il faut penser au futur



Minerva sait reconnaître les lapsus, et le plus souvent, ils sont révélateurs. Elle est en l'occurrence convaincue que son interlocuteur, inconsciemment, involontairement, en a dit un peu plus que ce qu'il a voulu exprimer. Mais même si elle doit se fourvoyer, elle n'en saura visiblement rien, puisque le jeune homme ne cherche pas à se justifier et préfère se dérober à sa question comme si ce n'était rien, peut-être parce que ce n'est rien, au fond, qui peut savoir ? Minerva, en tout cas, n'a pas entre ses mains les cartes suffisantes pour lire entre les lignes et véritablement comprendre (métaphore hasardeuse par ailleurs quand on sait le peu de crédit que la jeune femme accorde à la divination). Elle saura bientôt, et cela changera en de nombreux points sa perception des choses. Mais en attendant, elle ne peut rien faire de particulier si ce n'est accepter la potentialité du hasard et reconnaître qu'il serait de mauvais ton d'insister, surtout si cela doit s'avérer être pour rien, si elle se laisse effectivement dominer par son imagination. Elle va donc se contenter de ses remerciements, qui ne sont en soi pas grand-chose, mais auxquels elle accorde quand même une vraie considération.

-Tu n'as pas à me remercier, répond-t-elle quand même en toute humilité. Tu dois ta réussite à tes propres compétences et à rien d'autre, estime-toi fier de ce que tu as accompli.

Et c'est vrai, c'est à lui-même qu'il doit sa réussite, Minerva n'a fait que donner un coup de pouce au destin, sans savoir que ses efforts allaient être sapés par les circonstances et le piège qui allait irréversiblement se refermer sur son protégé. En attendant, elle est touché par sa gratitude mais ne tient pas à récolter des lauriers qui ne lui reviennent guère. Elle a certes joué son rôle, mais il n'est pas le plus important malgré tout. Et elle ne sait pas vraiment par ailleurs si elle s'acquitte raisonnablement de la tâche que Dumbledore lui a confiée. Elle éprouve une sympathie certaine pour son interlocuteur, et c'est cela avant tout qui l'a motivée à l'aider, mais en attendant, garder un œil sur lui, qu'est-ce que cela signifie, exactement ? Difficile à dire. Elle fait en tout cas ce qu'elle peut, et s'attirer la sympathie de William n'est sans doute pas une mauvaise chose, de fait, même si elle agit sans malice et sans stratégie malgré tout. Elle est sûrement trop... humaine, pour cela, il faut croire, au-delà de sa sévérité naturelle.

-Et si, dans un premier temps, tu as des doutes ou des questions, n'hésite pas à me parler.

CRÉDIT - CSS
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Voyageur Temporel
avatar
▌ Messages : 1052
Humeur :
10 / 10010 / 100

En couple avec : Ginny
Nouveau nom (voyageurs temporels) : William Black

QUI SUIS-JE?
Baguette:
Camp: Bien
Avatar: Daniel Radcliffe

Message#Sujet: Re: Il faut penser au futur    Jeu 31 Aoû - 21:39

Minerva & Harry
Il faut penser au futur.
Quand son ancienne/future (toutes ces manipulations temporelles avaient le don de retourner quand même la situation) professeur reprit la parole pour affirmer qu’il n’avait pas besoin de la remercier, Harry ne put s’empêcher de se dire qu’il avait réussi à la convaincre. Qu’elle ne pensait pas encore qu’il avait voulu dire quelque chose autre que les remerciements qu’il avait faits. Non pas que ça soit si grave que cela en soit que le jeune homme appelle Minerva McGonagall « Professeur », qu’elle découvre qu’elle allait devenir professeur de Poudlard, surtout que c’était quelque chose qui allait arriver très prochainement, mais Harry ne voulait vraiment pas jouer avec le feu. Pour le moment, le jeune homme ne voulait pas que le futur professeur découvre qu’il venait du futur. Il venait quand même de s’efforcer de ne rien lui dire concernant Dumbledore et la raison qui le poussait à demander à la jeune femme de le garder à l’œil. Ce n’était donc pas pour lui avouer maintenant que le jeune homme allait lui avouer qu’il venait du futur et qu’il avait pour habitude de l’appeler Professeur, quand bien même elle était bien différente de la femme qui était son professeur. Elle avait pris cinquante ans déjà, ce qui n’était pas rien. Au lieu de la vieille femme qui avait donné le sentiment d’être une figure de grand-mère à Harry, il se trouvait en face d’une jeune femme qui n’avait pas tant d’année d’écart avec lui. Un peu plus comme une grande sœur qu’une grand-mère.

En tout cas, la jeune femme affirma qu’il n’avait pas besoin de la remercier, qu’il devait sa réussite à son mérite. Harry avait bien envie de le croire pleinement, mais en même temps il savait que sans Minerva, il n’aurait peut-être pas pu intégrer la formation des Aurors. D’accord, s’il ne méritait pas la formation, peut-être qu’il n’aurait pas réussi à y entrer non plus, mais sans le coup de pouce de la jeune femme, ça n’aurait pas été aussi facile pour autant. Harry s’était bien rattrapé donc, ce n’était pas une mauvaise chose. Et Minerva confirma qu’elle était vraiment une aide précieuse pour lui. Le jeune homme ne savait pas vraiment ce que tout cela allait donner au final, mais il espérait que ça allait bien se passer et que son ancien professeur allait pouvoir l’aider encore dans le futur.

« Je ne vais pas y manquer. »
Et il était sincère en affirmant cela, il n’allait pas hésiter à venir lui parler si jamais il avait des questions ou encore des doutes. Même s’il ne pouvait pas se douter pour le moment que la situation allait clairement se dégrader pour lui prochainement. Qu’il n’allait pas pouvoir lui demander son aide prochainement. « Il va falloir que j’y aille. » Dit-il alors, à contre cœur, quand il constata l’heure qu’il était. Le jeune homme devait bien avouer qu’il avait apprécié cette discussion avec Minerva, même si c’était quand même toujours un peu bizarre. « Je vous tiendrais informé des avancements de ma formation. »
Code by Gwenn
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Il faut penser au futur

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Asse-Bordeaux (0-0) Faut penser a marquer mainant
» Bosco, ou "pourquoi ne faut-il jamais énerver un futur mâle Alpha"
» Faut choisir de pas y penser, choisir que ça existe pas, choisir de pas avoir de problèmes avec ça. Il faut sortir, faut voir ses amis. Et attendre que ça revienne.
» Parfois il faut savoir sacrifier son présent pour améliorer son futur
» Le futur d''Haiti selon l''homme d''affaire Mike Spinelli
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
T.rouble O.r M.isery (or both) ::  :: 
Londres
 :: Chemin de Traverse :: Le chaudron baveur
-