AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Nothing changed, they said... (Walby)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Serpentard
avatar
▌ Messages : 54
Humeur :
50 / 10050 / 100


QUI SUIS-JE?
Baguette: If, 28 cm, crin de licorne
Camp: Mal
Avatar: Ezra Miller

Message#Sujet: Nothing changed, they said... (Walby)   Lun 28 Mar - 11:49

En temps normal, j’attends toujours les grandes vacances avec une vive impatience, pas parce que je suis un tire-au-flanc qui a l’école en horreur, non, mais… sincèrement… Y a-t-il un seul élève en ce bas monde qui préfère rester assis sur les bancs de l’école plutôt que de profiter à l’air libre du soleil d’été ? Pas que je sache. Bref, donc oui, j’avais eu vraiment hâte d’être aux vacances d’été, mais mon enthousiasme s’était vite émoussé. Ce n’était pas vraiment une surprise, qu’on m’ait trouvé une future épouse. C’était couru d’avance. Cela faisant quelques mois que ça se murmurait, que mes fiançailles auraient lieu à ma sortie de Poudlard, et puisqu’il ne me reste plus qu’une année à tirer. Je n’irais pas jusqu’à dire que j’étais enthousiaste, mais je n’étais du moins pas surpris. Mais bon, l’échéance étant arrivé à son terme, je dois quand même avouer que cette situation me laisse un arrière-goût étrange. Ils auraient pu me trouver une épouse bien moins belle, brillante et intéressante, c’est sûr, Lexie est sûrement tout ce qu’on pouvait espérer d’une fiancée digne de ce nom. Et même si je ne la connais pas vraiment, je me dis qu’on pourrait finir par s’entendre. Mais en attendant, il y a toujours ce goût étrange et amer. Peut-être parce que mon avenir me semblait être quelque chose de très lointain, jusque-là. Ma vie d’adulte, c’était comme une entité inaccessible que je découvrirais bien le jour venu, mais on m’y préparait déjà. Le poids de toutes ces responsabilités me pèse sur les épaules. Ça finira par passer, une fois que je serai habitué, je suppose. En attendant, mon été a démarré sur des chapeaux de roue, et je reviendrais bien plusieurs mois avant pour ne pas tout de suite avoir à me confronter à ces responsabilités qu’on m’a fourré sous le nez sans aucune forme de détours (« Tiens, voilà ta femme, fais avec, maintenant », en gros).

Il n’y a qu’une seule chose qui pourrait me remonter le moral, je le savais bien, une seule personne, en fait, qui me permettrait de relativiser un peu, de me remettre les idées en place, et me rappellerait que, après tout, on doit tous passer par là. Dès que l’occasion se présenta, je rendis donc visite à Walburga, ma cousine. Pas seulement ma cousine, ma meilleure amie entre toutes, celle sur laquelle je m’appuie parfois même trop, quand le doute m’assaille, ou juste quand j’ai un coup de blues (eh oui, ça arrive, hein). Alors on s’est donnés rendez-vous dans la boutique d’article de Quidditch, l’occasion de faire du lèche-vitrine (le genre de boutique où tu regardes mais où tu n’achètes jamais rien), loin des oreilles indiscrètes de nos parents respectifs, qui aiment trop les occasions de se montrer intrusifs (dixit le type dont ses parents lui ont imposé sa future épouse, évidemment qu’ils sont trop intrusifs). Dans un sourire, j’accueille l’arrivée de Walby quand elle me rejoint enfin. Même si la dernière fois qu’on s’est vus remonte à il y a peu, elle a trouvé le temps de me manquer, la bougresse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Serpentard
avatar
▌ Messages : 93
Humeur :
22 / 10022 / 100


QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois de merisier, plume de phénix, 18,43 cm
Camp: Neutre
Avatar: Kaya Scodelario

Message#Sujet: Re: Nothing changed, they said... (Walby)   Mer 20 Avr - 14:01

★ Nothing changed, they said. ★


Il n'était pas rare, durant les vacances scolaires, que Walburga et Orion se retrouvent, uniquement pour le plaisir de passer du temps ensemble. D'ailleurs, le seul défaut que la jeune femme trouvait aux grandes vacances (autrement, elle les adorait complètement), c'était qu'elle pouvait passer moins de temps avec son cousin. Le jeune homme étaient comme les dix doigts de la main, inséparables, les meilleurs amis du monde, alors forcément, ils se sentaient toujours un peu seuls quand ils n'étaient pas l'un sans l'autre. Ou, en tous cas, Walby se sentait toujours un peu seule quand Orion n'était pas comme ça. Ils avaient donc dès qu'ils l'avaient pu trouvé un prétexte pour se retrouver. Pas difficile pour Walby de convaincre ses parents de se rendre sur le chemin de traverse, elle avait dit qu'elle avait des achats scolaires à compléter, et elle savait bien que ces courses ennuyaient ses parents. Ils étaient forcément ravis de pouvoir s'en dispenser. Même si en fait, elle avait déjà ce dont elle avait besoin. L'avantage de son habile mensonge, c'est que la jeune femme avait eu le droit à quelques allions pour la peine. L'occasion pour elle et Orion de se payer deux ou trois folies. Il l'attendait bien sagement quand elle se rendit sur les lieux, devant la boutique de Quidditch devant laquelle ils adoraient baver sans jamais rien acheter. Walburga aimait le Quidditch. Pas en faire, mais assister aux matchs. L'euphorie du public. Et bien sûr, elle était toujours pour les verts et argent (elle n'avait jamais assisté à d'autres matchs qu'à ceux de Poudlard).

-Salut !
La jeune femme adressa un large sourire à son interlocuteur. Je t'ai pas fais attendre, au moins ? Elle le regarda, elle hésitait. Elle lui aurait demandé comment il allait en d'autres circonstances, mais vu les dernières nouvelles, ce serait faire comme si elle n'était au courant de rien. Et ce n'était pas le cas. Alors... J'ai appris les dernières nouvelles... Elle le regarda attentivement, elle essayait de lire un indice dans son regard, un indice de son état. Est-ce que tu préfères que je te félicite où que je tresse une corde de mes propres mains pour que tu te la passes au cou ?

Elle faisait mine de prendre la situation avec humour, mais en vérité, elle n'était pas vraiment à l'aise avec toute cette histoire. Elle en éprouvait un sentiment qu'elle faisait mine d'ignorer, mais ne pouvait qu'assimiler à de la pure et simple jalousie. Qu'on leur trouve un(e) fiancé(e), à l'un et à l'autre, ça allait de soi, mais maintenant que c'était fait, là... elle se surprenait à vouloir que ce soit une mauvaise blague, et surtout à espérer qu'Orion ne soit pas plus enthousiasmé qu'elle par la nouvelle, même si c'était injuste de sa part de vouloir son malheur.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Serpentard
avatar
▌ Messages : 54
Humeur :
50 / 10050 / 100


QUI SUIS-JE?
Baguette: If, 28 cm, crin de licorne
Camp: Mal
Avatar: Ezra Miller

Message#Sujet: Re: Nothing changed, they said... (Walby)   Mar 3 Mai - 14:12

Le sourire de la jeune femme avait le don de directement alléger le poids que j'avais sur la conscience. Je n'étais vraiment pas au top de ma forme, dernièrement, avec tout ce qui m'est tombé dessus (ou plutôt LA CHOSE qui m'est tombée dessus, mais suffisamment énorme pour me travailler la conscience), et je savais qu'il n'y aurait que la compagnie de ma cousine et meilleure amie pour me remonter le moral. Ça avait l'air bien parti. Sa seule présence me permettait de me sentir mieux, j'avais l'impression que tout était comme avant, que rien n'avait changé, et ça m'allait très bien. Le simple sourire, ma foi rayonnant, qui ornait ses lèvres semblait savoir chasser directement, d'un revers de manche, tout ce qui pourrait bien être susceptible de me troubler ou de m'appesantir. Même si on ne pouvait pas non plus prétendre à cent pour cent que les choses allaient mieux dans mon esprit juste parce que Walburga était là, mais si quelqu'un était capable de mettre un peu d'ordre dans le bordel qui s'y trouvait en ce moment précis, il est sûr que c'était bel et bien elle. De toute façon, je pouvais difficilement être plus perturbé que ces derniers temps, cela même si je donnais l'air (et le faisait quand même) d'accepter la situation avec une indifférence totale et la plus grande des nonchalances. La force de l'habitude, que voulez-vous ! C'est que j'ai été élevé comme ça, moi, vous savez...

Je fis non de la tête quand elle me demanda si je l'avais fait attendre. Même si ça avait dû être le cas, elle aurait eu le droit à la même réponse. Jamais je ne reprocherais à Walby le moindre de ses comportements, pas même ses retards (et pourtant, parfois, franchement, elle abuse sérieusement). Je songeai à prendre la parole, à lui demander comment elle allait, afin, très clairement, d'éviter les sujets fâcheux. Si l'on pouvait se concentrer sur elle plutôt que sur moi, voilà qui ne manquait pas de m'arranger, mais elle me fit bien rapidement comprendre que je n'obtiendrais pas gain de cause. C'était sans doute normal, qu'on en parle, en fait. Même, c'était sans doute primordial. Il fallait que je libère ma conscience, moi qui avait tendance à tout garder pour moi, et Walby était la meilleure confidente que je connaisse. Je sais bien qu'à aucun autre membre de ma famille, je n'aurais ainsi pu faire part de mon trouble. Je souris à sa réflexion. La jeune femme avait toujours eu sa façon bien à elle de ne pas y mettre les formes, et en vérité j'adorais ça. Le mariage, c'était une perspective angoissante, et elle devait bien deviner que j'étais sens dessus dessous.

-Félicite-moi, s'il te plaît.
fis-je sans perdre mon esquisse de sourire. J'ai l'estomac noué. avouai-je ensuite. J'ai envie d'entendre que tout va bien se passer.

Même si j'appartenais à ce qu'on nomme communément le sexe fort, j'ai toujours considéré que Walburga était bien plus forte que moi. Et j'ai besoin de cette force, pour ne pas avoir le sentiment d'avance à tatons dans ma propre vie.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Serpentard
avatar
▌ Messages : 93
Humeur :
22 / 10022 / 100


QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois de merisier, plume de phénix, 18,43 cm
Camp: Neutre
Avatar: Kaya Scodelario

Message#Sujet: Re: Nothing changed, they said... (Walby)   Sam 4 Juin - 15:26

★ Nothing changed, they said. ★


-Félicite-moi, s'il te plaît.


Ouais. Bien sûr. En plus, elle ne pouvait pas lui souhaiter tous les malheurs du monde et prétendre être sa meilleure amie. Un jour, on choisirait aussi à Walburga un fiancé dont elle ne voudrait pas le moins du monde, et ce jour là, elle préfèrerait recevoir les encouragements d'Orion plutôt que de le voir tirer une tête de six pieds de long. Enfin si, elle le pensait effectivement, mais ce n'était pas sûr. Peut-être qu'elle aimerait entendre Orion être jaloux comme elle-même se sentait l'être de Hepburn, qui du fait de sa propre expérience, savait que ce sentiment néfaste la rongeait en ce moment de l'intérieur.

-J'ai l'estomac noué.


Elle se retint de sourire et à la place, prit la peine d'afficher une mine compatissante. Elle n'aimait pas l'idée qu'il se sente mal, mais elle était quand même heureuse qu'il ne prenne pas si bien que ça ces fiançailles. S'il avait sauté au plafond, ou même si ça ne lui avait rien fait du tout. Si il s'était sentie carrément résignée, aussi. Elle l'aurait vraiment mal pris. Il n'était pas le seul à avoir l'estomac noué, c'était son cas à elle aussi, depuis l'annonce de ces fiançailles qui l'avaient bouleversée plus qu'elle ne l'aurait cru. Elle avait sentit le monde s'écrouler sous ses pieds, c'était complètement aberrant, d'un seul coup, elle avait pris conscience de l'importance qu'elle devait accorder à son amitié pour son cousin, qui n'était peut-être pas juste qu'une simple amitié, en fin de compte.

- J'ai envie d'entendre que tout va bien se passer.


Mais Walburga, elle, n'avait pas envie de le lui dire. Profondément égoïste, elle avait très envie de l'envoyer paître en laissant s'exprimer toute sa mauvaise foi, mais ce serait injuste. Orion avait besoin de son soutien et non de sa jalousie, c'était donc ce que la jeune femme allait lui donner. En mettant de côté ses propres sentiments. Alors Walburga déposa doucement une main sur son épaule et lui adressa un regard aussi conciliant que possible.

-Tout va bien se passer, Orion.


Mais si certaines choses voulaient bien se passer un peu plus mal que prévu, franchement, elle n'était pas contre, même pas du tout. Mais elle allait laisser ça de côté. C'était pas comme si elle pouvait faire quelque chose à tout ça. Même si elle l'empêchait d'épouser Lexie, il y en aurait bien une autre pour lui mettre le grappin dessus.

-Bon, allez, viens, on change de sujet. Qu'est-ce que t'as envie de faire aujourd'hui ?



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Serpentard
avatar
▌ Messages : 54
Humeur :
50 / 10050 / 100


QUI SUIS-JE?
Baguette: If, 28 cm, crin de licorne
Camp: Mal
Avatar: Ezra Miller

Message#Sujet: Re: Nothing changed, they said... (Walby)   Jeu 14 Juil - 11:59

Je crois bien que je transfère mes angoisses sur Walburga, car quand elle m'affirme d'un ton apaisé et encourageant que tout va bien se passer maintenant que je suis officiellement fiancé, comme j'ai toujours su que ça allait se produire, je n'arrive pas vraiment à la croire. J'ai l'impression qu'elle est réticente, ou tout simplement qu'elle ne me dit pas ce qu'elle pense, mais je ne l'impute pas à elle. Walby est une amie, ma meilleure amie, même, normal qu'elle cherche à m'encourager de toutes les manières possibles, c'est logique. Mais quoi qu'on puisse me dire à ce stade, j'éprouverais toujours ce même sentiment de vide et d'inquiétude. Elle pourrait m'affirmer qu'elle a toujours su que Lexie était la femme de ma vie, qu'on formerait forcément un beau couple, que j'aurais vraiment pu plus mal tomber, je n'arriverai pas à m'en convaincre. Tout simplement parce que je sais que ma vie prend un nouveau tournant, et j'ai le même sentiment que lorsqu'on a un pied au-dessus du vide, qu'on sait qu'on est à deux doigts de basculer, et que personne ne sera là pour vous relever. Même Walby ne le pourra pas. Et ce n'est pas de sa faute. C'est juste que la situation dans laquelle je me trouve est tout bonnement inextricable.

Quand ma cousine décide de changer de sujet, j'en éprouve un soulagement réel et sincère. Oui, très bonne idée, vraiment, j'ai envie de parler de tout sauf de ça. Je sais que ça n'ôtera pas les pensées de mon esprit et que je ferai mieux de les protéger, mais c'est un choix que je fais sciemment afin de me préserver. Ça risque de revenir sur le tapis, mais pour le moment, j'ai bien envie de penser que cette journée est comme n'importe quelle autre, une journée qui me permettra de me vider la tête, de sourire, de me sentir léger. Je sais que je suis en présence de la meilleure personne possible pour ça. Avec Walby, je me sens toujours bien, plus serein. Son optimisme est communicatif. Auprès d'elle, j'ai vraiment l'impression de pouvoir soulever des montagnes, j'ai l'impression que rien ne m'est impossible. Je me dis que ça vaut mieux de planifier de notre journée que de ressasser sans cesse la nouvelle de mes futures noces, même si je n'ai pas beaucoup d'originalité, les premières choses qui me viennent à l'esprit n'ont rien de sensationnelles.

-Je sais pas trop.
Je marque une pause, le temps d'y réfléchir un peu. Tu as faim ? On pourrait aller manger un bout quelque part.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Serpentard
avatar
▌ Messages : 93
Humeur :
22 / 10022 / 100


QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois de merisier, plume de phénix, 18,43 cm
Camp: Neutre
Avatar: Kaya Scodelario

Message#Sujet: Re: Nothing changed, they said... (Walby)   Mar 23 Aoû - 15:11

★ Nothing changed, they said. ★

Il avait bien fallu qu'ils en passent par là, qu'ils évoquent le sujet qui fâche (même s'il ne devrait pas fâcher tant que ça, mais Walby n'était pas du tout au clair avec elle-même, c'est sûr), histoire de pouvoir au mieux passer à autre chose sans éluder complètement le sujet. Ce n'était pas comme s'ils pouvaient résoudre la question ou même comme s'il y avait une question à résoudre (me si là, franchement, Walby rêverait sincèrement qu'on lui dise que les fiançailles de son cousin étaient annulées, même si ce ne serait qu'un mince temps de répit avant qu'on ne lui trouve une autre future épouse, et elle le savait bien)... Alors autant... Pas faire comme si de rien n'était, mais essayer de vivre avec le mieux possible en gardant à l'esprit le plus positif. Tout ce que la vert et argent avait dans la possibilité d'accomplir, c'était d'apaiser et de rassurer son meilleur ami (mais vu les circonstances, elle voyait peut-être plus que ça en lui, ok), et pour ça, le mieux était encore de changer de sujet et d'essayer d'en trouver un plus soft et plus léger si possible.

-Je sais pas trop.


Bon, là, Orion n'aidait pas des masses. S'il se contentait de lui dire qu'il ne savait pas, ils n'étaient pas sortis de l'auberge, tous les deux. Walburga pouvait bien décider d'une activité à faire à leur place, oui, c'est vrai, mais elle préférait l'idée qu'il s'en charge lui-même, comme ça, elle serait sûre que ça lui plairait et que ça le détendrait, qu'il parviendrait à se vider l'esprit quelques instants. Et avec le plaisir que l'on éprouve quand on est suffisamment unique aux yeux de quelqu'un pour lui faire oublier tous ses soucis. Ah ! Ça, elle voulait croire que ce ne serait vraiment pas Lexie qui serait capable d'une chose pareille. Mais là, l'objectivité la concernant était partie en vrille depuis l'annonce de leur mariage la concernant. Alors qu'en fait, normalement, elle aimait vraiment bien cette fille, elle avait rien contre elle, vraiment. Finalement, Orion se décida et ça lui allait effectivement très bien. Elle avait en effet un petit creux.

-Tu as faim ?
On pourrait aller manger un bout quelque part.

Elle hocha vivement la tête. Même si elle n'avait pas eu faim, elle aurait prétendu que oui, uniquement pour le plaisir de faire quelque chose qui soit susceptible de lui plaire. Elle était de toute façon toujours partante quand il s'agissait de manger un bout. Elle ne faisait pas partie de ces filles qui s'affamaient pour rentrer dans leur robe.

-J'ai une faim de loup !
approuva-t-elle dans un sourire. Une glace chez Florian Fortarôme, ça te tente ? En plus, je meurs de chaud.

Et elle adorait ces glaces.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Serpentard
avatar
▌ Messages : 54
Humeur :
50 / 10050 / 100


QUI SUIS-JE?
Baguette: If, 28 cm, crin de licorne
Camp: Mal
Avatar: Ezra Miller

Message#Sujet: Re: Nothing changed, they said... (Walby)   Lun 5 Sep - 15:59

En réalité, non, je n'ai pas très faim, ni n'ai soif, ni n'ai envie de bouger, ni de faire les boutiques... Concrètement, je n'ai envie de rien, et je sais que ça ne se dit pas, ça ne se fait pas. Non pas que je sois au bord de la dépression ou de la rupture nerveuse, hein. Non, non, pas du tout, c'est juste que je cogite trop et que là, présentement, à part penser encore et encore et ressasser les mêmes choses, je n'arrive à rien. Mais je n'ai pas envie de répercuter ça sur Walby qui, elle, à l'inverse de moi, est vraiment un rayon de soleil. J'ai pas envie qu'elle se sente mal parce que je ne suis pas bien, j'ai envie qu'on arrive à passer un bon moment quand même. Si j'ai voulu voir ma cousine que je considère avant tout comme ma meilleure amie (ou peut-être même plus, mais ce n'est pas le genre de choses auxquelles je me suis autorisé à penser jusque-là), ce n'est pas pour sévèrement la déprimer avec mes états d'âme à la con, je n'ai pas envie de parler de ça, surtout plus envie d'évoquer mes fiançailles ou quoi que ce soit qui s'y rapporte. Donc à la place, j'espère un moment de détente, quitte à mentir un peu pour l'obtenir. Je ne sais pas vraiment si Walby a vraiment une faim de loup, comme elle le dit, ou pas, mais comme elle me facilite la tâche, je ne compte pas m'en plaindre. Grâce à elle, il va être bien plus simple de tourner la page de ma morosité pour juste profiter de l'instant présent. Je lui laisse totalement prendre les rênes et j'approuve son projet. Une glace, ça passe toujours, même quand on n'est pas en appétit, et en plus, par cette chaleur, ce n'est vraiment pas de refus. Je hoche donc la tête.

-Une glace, c'est parfait
, approuvé-je sans réussir à totalement feindre l'enthousiasme pour autant, il ne faut pas trop m'en demander non plus, c'est sûr. Mais ça va venir, je suis sûr que notre conversation et le temps qu'on passera ensemble vont me requinquer. Et c'est moi qui paye, évidemment, je précise directement, question de galanterie, mais aussi pour la remercier de sa présence. De toute façon, étant donné ce que je reçois d'argent de poche (tout comme Walby, au passage), ça ne fera pas la moindre différence pour moi.

Nous nous rendons donc chez le glacier réputé du chemin de traverse et nous installons à une table un peu tranquille.

-Bon alors,
dis-je avant même que nous soyons servis, soucieux de ne laisser aucun silence s'installer entre nous, et conscient qu'il me faut trouver un sujet de conversation simple et léger pour ne pas retrouver mes travers. Qu'est-ce que t'as prévu de faire pour le reste de tes vacances ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Serpentard
avatar
▌ Messages : 93
Humeur :
22 / 10022 / 100


QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois de merisier, plume de phénix, 18,43 cm
Camp: Neutre
Avatar: Kaya Scodelario

Message#Sujet: Re: Nothing changed, they said... (Walby)   Jeu 15 Sep - 13:14

★ Nothing changed, they said. ★


-Une glace, c'est parfait. Et c'est moi qui paye.


Un grand sourire s'afficha sur les lèvres de Walby à la réponse de son interlocuteur, c'était exactement ce qu'elle avait voulu entendre. La jeune femme avait envie qu'ils arrivent à passer un bon moment malgré les circonstances, elle voulait lui faire oublier les problèmes qui lui traversaient l'esprit. Si elle pouvait lui faire oublier jusqu'à l'existence de ses fiançailles et de Lexie, elle serait vraiment au comble du bonheur. C'était une pensée égoïste, mais elle assumait sans aucun mal de l'être. De toute façon, la perspective de partager tous les deux une bonne glace en parlant de tout et de rien, ça ne pourrait leur faire que le plus grand bien à tous les deux. Ça faisait un moment qu'ils ne s'étaient pas vu, tous les deux, ils avaient forcément beaucoup de choses à se raconter. Tous les deux n'étaient pas obligés de ne pas s'être beaucoup vu ou d'avoir à se changer les idées pour avoir des choses à se dire, de toute manière. Walby considérait Orion comme son meilleur ami (enfin, plus que ça, mais bon...), et elle voulait croire que l'inverse était tout aussi vrai, ils avaient toujours des choses à se dire.

-Si en plus tu payes
, répondit-elle d'un ton agréable et amusé.

Au fond, Walburga aurait très bien pu payer pour eux deux, elle avait bien assez d'argent de poche. Mais dans leur caste sociale, s'offrir l'un à l'autre à manger était plus une question de convention qu'un souci d'ordre financier, ça ne faisait même aucun doute. Ils se rendirent donc tous les deux en direction du fameux glacier, dont les glaces à la carte étaient toujours absolument excellentes. Ils s'installèrent à une table juste parfaite, suffisamment à l'écart pour qu'ils ne soient pas dérangés. Déjà, Walby se sentait mieux. En cet instant, elle avait Orion pour elle toute seule. Personne ne pouvait en profiter sinon elle-même. Et elle n'était pas peu fière de ça. De plus, ils parvinrent à engager une conversation bien loin des préoccupations d'Orion. Les vacances comme sujet de conversation, c'était vraiment une excellente idée.

-Bon alors.Qu'est-ce que t'as prévu de faire pour le reste de tes vacances ?

-J'ai rien prévu de spécial
, répondit-elle dans un sourire. J'ai bien envie de ne rien faire du tout de mes vacances, en fait. Elle aimait l'idée d'ignorer toute responsabilités pour simplement prendre du bon temps. D'ailleurs, t'as prévu quelque chose, toi ? On pourrait ne rien faire ensemble.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Serpentard
avatar
▌ Messages : 54
Humeur :
50 / 10050 / 100


QUI SUIS-JE?
Baguette: If, 28 cm, crin de licorne
Camp: Mal
Avatar: Ezra Miller

Message#Sujet: Re: Nothing changed, they said... (Walby)   Dim 25 Sep - 15:41

À cette époque d l'année, les tables du célèbres glacier Florian Fortorame étaient prises d'assaut, mais nous trouvâmes malgré tout une table un peu à l'écart, où personne ne nous dérangerait, où nous pourrions parler tranquillement sans se soucier des autres et des oreilles indiscrètes. Où nous pourrions nous imaginer que nous sommes seuls au monde... C'est ce que j'aime par-dessus tout, quand je suis avec Walby, elle me fait oublier le monde entier autour de moi. Il n'y a que nous deux, notre amitié inflexible (que je prends pour de l'amitié, en tous cas), et nos problèmes, le regard des autres, l'attitude des uns et des autres, tout ça arrive à nous passer au-dessus. Parce que nous n'avons besoin de rien d'autre que de nous-mêmes, dans ces moments là. C'était exactement ce qu'il me fallait pour supporter l'épreuve, pour dépasser tout ça, pour me dire que la vie continuera malgré tout, que les projets de mes parents sont une étape étrange, à laquelle j'ai du mal à me faire même si j'ai toujours su que les choses se passeraient ainsi. Je sais maintenant que certaines choses ne changeront pas, que, par exemple, je pourrais toujours compter sur Walby, quoi qu'il arrive. Les personnes de confiance, sont très rares, mais je sais qu'elle en fait indubitablement partie, que je pourrai toujours compter sur elle, peut-être même un peu trop.

Walby me parlait donc de ses vacances. Elle n'avait pas de projets particuliers. Ça ne m'étonne pas vraiment. C'est rare qu'elle parte où que ce soit en vacances, ses parents ont semble-t-il d'autres choses à faire. Comme les miens, d'ailleurs... qui semblent bien plus se soucier de préparer mes noces futures que de m'emmener quelque part au soleil pour profiter du ciel bleu et de plages de sable fin. Elle n'a donc rien prévu si ce n'est de rien faire. C'est un projet qui me convient parfaitement, et dans lequel je ne pouvais qu'entièrement me reconnaître, car moi-même, je n'avais absolument rien prévu pour mes vacances, et j'allai sans doute les passer à ne rien faire, dans la plus totale des passivités, rien d'autre. Ça n'a pas l'air palpitant comme ça, mais en ce qui me concernait, je n'en demandais pas plus. Ça m'allait très bien. Rester seule, ne rien faire, ne pas penser. Se taire, prétendre, oublier tout ce qui me ronge la cervelle, la tête et le regard plongés dans un livre d'une centaine de chapitres, pour ne plus penser à rien. Un sourire s'étira sur mes lèvres quand elle me proposa de ne rien faire ensemble. C'était un programme qui me plaisait beaucoup, en effet. J'aurais grand besoin de sa compagnie prochainement. Si elle devait être là pour me soutenir, mes vacances seraient sans doute bien moins pénibles.

-Non, j'ai rien de prévu du tout. Si tes parents sont d'accord, j'aimerais bien que tu passes les vacances chez moi, ou au moins quelques jours, ça me ferait vraiment plaisir.


L'inverse aussi... mais je ne pensais pas que mes parents apprécient de me voir partir, même chez Walby, ils allaient vouloir m'avoir sous leur toit pour parler encore et encore de ce mariage qui ne m'intéresse pas.

-Et ça me changera les idées
, me permis-je d'ajouter en guise de précision parfaitement inutile.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Serpentard
avatar
▌ Messages : 93
Humeur :
22 / 10022 / 100


QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois de merisier, plume de phénix, 18,43 cm
Camp: Neutre
Avatar: Kaya Scodelario

Message#Sujet: Re: Nothing changed, they said... (Walby)   Mer 5 Oct - 15:45

★ Nothing changed, they said. ★

-Non, j'ai rien de prévu du tout.

Walby afficha un sourire en entendant cette réponse. Ce n'était peut-être pas la réaction appropriée, qui sait. Elle devrait peut-être plaindre Orion de ne pas savoir quoi faire de ses vacances, elle devrait peut-être se sentir mal pour lui, elle devrait peut-être... ouais, faire comme tout le monde. Mais Walby se refusait d'être comme tout le monde et plus encore d'être considérée comme telle. Pour tout vous dire, elle considèrerait même plutôt cela comme une insulte, donc elle préférait réagir en affichant exactement ce qu'elle ressentait en exprimant ce qu'elle avait envie d'exprimer. Après tout, elle ne se réjouissait pas du fait que le jeune homme n'ait rien à faire de ses vacances à l'idée qu'il puisse se morfondre et s'ennuyer, elle se réjouissait parce qu'elle pensait qu'ils pouvaient palier à cet ennui, parce qu'elle pensait qu'ils allaient avoir là un bon prétexte pour passer du temps ensemble, et Orion était la personne avec laquelle Walby appréciait le plus de passer du temps, quelles que soient les circonstances.

-Si tes parents sont d'accord, j'aimerais bien que tu passes les vacances chez moi, ou au moins quelques jours, ça me ferait vraiment plaisir.


Sourire plus large encore de la part de la vert et argent, et pour cause, elle savait bien qu'elle aurait aucun mal à convaincre ses parents de lui permettre de passer plus de temps en présence de son cousin en allant chez lui. Leurs parents n'étaient pas seulement de la même famille (ce qui serait normalement un problème pour la suite, mais la consanguinité n'avait jamais vraiment été un souci chez les Black, pour tout dire, du moment que le sang reste pur), ils étaient également proches et amis, et ravis que leurs enfants, qui avaient ce mérite de faire honneur à la noble maison des Black (contrairement à certains traîtres à leur sang - on pensera surtout à Cedrella, qui restait au coeur des conversations ces derniers temps quand il fallait citer un exemple à ne surtout pas suivre) s'entendent si bien (encore une fois, peut-être trop bien, mais ce n'était pas encore le débat, le débat n'avait normalement pas droit de cité, même s'il tentait largement Walburga).

-Et ça me changera les idées.


Elle était sûre qu'en disant ça, il parlait de son mariage. Ils avaient beau s'être dits qu'ils allaient parler d'autre chose, ça continuait de le travailler, ça se voyait tout de suite, c'était normal après tout. Et cette fois, Walby, avec une certaine difficulté, étouffa son envie de sourire à l'idée qu'il ne semble définitivement pas enchanté par ses fiançailles avec Lexie Hepburn. C'est sûr, ça ne se faisait pas, mais ce n'était pas pour ça qu'elle ne se le permettait pas, c'était surtout pour ne pas manquer de respect à son meilleur ami.

-Tu sais que je suis toujours là quand il s'agit de te changer les idées. Son sourire était maintenant plus compatissant qu'autre chose. Mes parents seront ravis de se débarrasser de moi quelques jours. Et dans tous les cas... Elle marqua une pause, affichant une mine plus sérieuse, plantant son regard dans celui du jeune homme pour qu'il puisse y distinguer sa totale sincérité. Tu sais que tu pourras toujours compter sur moi, pas vrai ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Serpentard
avatar
▌ Messages : 54
Humeur :
50 / 10050 / 100


QUI SUIS-JE?
Baguette: If, 28 cm, crin de licorne
Camp: Mal
Avatar: Ezra Miller

Message#Sujet: Re: Nothing changed, they said... (Walby)   Lun 10 Oct - 13:47

Elle était toujours là quand il fallait me changer les idées. Oui, je le savais. Et je lui en étais reconnaissant, d'ailleurs. Elle était plus présente pour moi que personne ne l'avait jamais été. C'était une chose que j'avais toujours plus ou moins su, mais je le ressentais plus vivement que d'ordinaire ces derniers temps. Je ne savais pas exactement pourquoi d'ailleurs. Parce que ça avait toujours été le cas, au final. Elle avait toujours été la meilleure de mes amies, l'épaule sur laquelle je savais pouvoir me reposer... Mais il avait peut-être fallu attendre que je traverse une épreuve différente, une étape plus cruciale et déterminante de ma vie pour que je le comprenne. Aujourd'hui, et depuis que j'ai appris mes fiançailles, je n'ai plus de doutes quant au fait que c'est elle, mon pilier, celle qui me permettra de garder la tête hors de l'eau quoi qu'il arrive. Je pourrais supporter la vie que l'on avait choisi pour moi du moment qu'elle n'en disparaissait pas. Mais justement, ne devais-je pas m'attendre à ce que ces choix l'éloignent de moi, même si pour le moment, elle m'assurait tout son soutien ?

J'essayais de ne pas trop y penser. Pour ce faire, je me concentrai sur le moment présent. De quoi demain serait-il fait, je l'ignorais, mais en attendant, elle était là, bien présente, et avait l'intention de m'aider à franchir cette nouvelle étape de ma vie. Déjà, ne pas passer mes vacances tout seul à ruminer dans mon coin serait un bon moyen de ne pas m'abandonner à la morosité. J'étais heureux qu'elle accepte mon invitation à passer une partie de l'été chez moi, elle aurait pu trouver mieux à faire, après tout (mon absence de confiance en moi était en train de sévèrement me rattraper, je l'admets), elle choisissait malgré tout le temps qu'elle pourrait passer en ma compagnie. Je ne doutais pas du fait qu'elle parvienne à convaincre ses parents de la laisser venir chez nous. Après tout, nos parents se connaissaient suffisamment pour s'apprécier et surtout se faire confiance. Aucun souci à ce sujet, donc. Je hochai la tête quand elle me demanda si je savais que je pourrais toujours compter sur elle. Si j'avais eu le moindre doute à un moment donné (et ce n'était pas le cas), elle les aurait tous balayés d'un revers de manche, là.

- Mais oui, je le sais,
répondis-je d'un ton qui se voulait décontracté, comme si c'était elle qui était de nature à psychoter et pas moi. Mais arrête de faire comme si j'étais à l'article de la mort, je vais juste me marier, c'est pas exactement pareil.

C'était une plaisanterie. Pas forcément très drôle mais une plaisanterie quand même. Bien sûr.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Serpentard
avatar
▌ Messages : 93
Humeur :
22 / 10022 / 100


QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois de merisier, plume de phénix, 18,43 cm
Camp: Neutre
Avatar: Kaya Scodelario

Message#Sujet: Re: Nothing changed, they said... (Walby)   Ven 21 Oct - 22:49

★ Nothing changed, they said. ★

- Mais oui, je le sais.


Elle ne devrait pas douter. Walby et Orion étaient, en plus de cousins, les meilleurs amis du monde (bon, c'était plus complexe que ça en réalité, mais mettons que ce soit aussi simple, après tout), il était logique qu'ils puissent compter l'un sur l'autre en n'importe quelle circonstance. Ils l'avaient toujours fait, après tout, toujours, parce que c'était naturel, parce qu'ils ne se seraient pas imaginé agir différemment l'un vis-à-vis de l'autre, c'était tout naturel, somme toute. Mais il y avait des moments où Walby avait besoin d'être mise en confiance. Elle avait beau avoir toujours su qu'ils seraient un jour et logiquement promis à d'autres, elle avait beau avoir toujours cru que ça lui serait égal, qu'elle l'accepterait sans crainte parce que c'était comme ça, que c'était la vie. Mais non, elle ne l'acceptait pas. Elle se découvrait des sentiments qu'elle n'avait jamais admis auparavant pour Orion, et ces sentiments l'invitaient à vouloir s'assurer de l'affection de son cousin par tous les moyens. C'était plus fort qu'elle, elle n'y pouvait rien. Elle ne devrait pas faire un plat de tout ça, parce qu'ils ne pouvaient rien y changer de toute manière, mais c'était justement parce qu'ils ne pouvaient rien y changer que ça lui prenait le chou de cette manière. Elle était confronté à ses propres contradictions, à des problèmes qu'elle ne pouvait plus enfouir aussi bien qu'avant. Ce n'était pas très simple à gérer. Et elle était nulle dès qu'on en arrivait aux sentiments purs et durs. Ce n'était absolument pas son rayon, tout au contraire.

-Mais arrête de faire comme si j'étais à l'article de la mort, je vais juste me marier, c'est pas exactement pareil.


Orion lui donnait la confirmation de ce qu'elle devinait déjà : elle en faisait trop. Au final, peut-être qu'elle s'inquiétait encore plus qu'elle-même de ce qui attendait son cousin. Et peut-être qu'elle ne faisait que lui transmettre sa propre angoisse parce qu'elle n'était pas au clair avec ses sentiments. Oui, elle devait arrêter d'agir bizarrement. Effectivement, la nouvelle n'était pas si affreuse que ça non plus. On ne venait pas de détecter à son meilleur ami une maladie incurable dont il n'aurait pas la moindre chance de s'en remettre. Dans l'ensemble, il allait très bien, même. Tout ça, c'était psychologique. Et c'était sans doute plus au niveau de sa psychologie à elle qu'à celui de de sa psychologie à lui que quelque chose clochait. Fallait qu'elle se calme. C'était son cousin, quoi. Okay, dans des familles comme les leurs, c'était courant, entre cousins, mais jamais elle n'avait envisagé... enfin... et lui il devait s'en moquer royalement. Elle, elle était paumée. Mais lui, il allait juste se marier. Il lui avait assez dit qu'elle était sa meilleure amie pour qu'elle ne s'autorise pas vraiment à espérer autre chose.

-Mouais, j'ai des doutes. Je te connais, t'es une petite nature. Sans moi, tu serais en train de te morfondre tout seul en pleine crise existentielle, avoue.

Okay. Elle essayait de faire passer ça pour de l'humour. Mais bon.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Serpentard
avatar
▌ Messages : 54
Humeur :
50 / 10050 / 100


QUI SUIS-JE?
Baguette: If, 28 cm, crin de licorne
Camp: Mal
Avatar: Ezra Miller

Message#Sujet: Re: Nothing changed, they said... (Walby)   Jeu 3 Nov - 18:05

Même quand Walby plaisante ou se moque gentiment de moi, elle a la fâcheuse tendance à très bien me cerner, en fin de compte. En même temps, si je sais m'effacer suffisamment pour ne pas trop dévoiler de mon caractère à la plupart des gens, je ne sais pas dissimuler grand chose aux personnes que je côtoie et que je fréquente régulièrement. Alors autant dire que ma cousine et meilleure amie a toutes les raisons du monde de me connaître mieux que personne. Au-delà de ça, d'ailleurs, elle a un don, me concernant. Je crois que personne n'a jamais su me connaître mieux qu'elle. Elle me cerne en un rien de temps, et souvent, elle me prouve me comprendre bien mieux que je n'arrive à me comprendre moi-même. En somme, quand il est question de me décrypter, elle a toujours un temps d'avance sur moi, et là, je peux essayer de donner le change comme je veux, les faits sont les faits. Dans les faits, je ne vais pas bien, toute cette histoire me travaille, et je n'arrive pas à me l'ôter de la tête. Walby a bien raison, en effet, si j'avais dû me retrouver seul, là, maintenant, tout de suite, je serais sûrement en train de me ronger les sangs chez moi, à me poser encore et encore les mêmes questions. C'est comme ça, je suis un cérébral, et c'est vraiment en train de me causer du tort, là.

-Ça va, je suis pas aussi fragile que t'as l'air de croire,
je réplique.

Mais le sourire en coin que j'affiche est sans doute des plus éloquents. En fait, je suis peut-être plus fragile que ce que je veux bien admettre, et à elle, je veux bien l'avouer. À d'autres non. Je n'ai pas le droit d'avoir peur, je n'ai pas le droit de douter. Ce n'est pas de cette manière que l'on fait honneur à sa famille. Et l'honneur de ma famille a une grande importance pour moi, je ne le prends certainement pas à la légère.

-Mais d'accord, je reconnais que je préfère que tu sois là. Ça me fait pas du bien de rester seul, en ce moment.

La plupart des gens n'aiment pas rester seuls dans tous les cas. Ce n'est pas mon cas. D'habitude, j'aime bien être tranquille dans mon coin, me perdre dans ma bulle et j'ai même l'espoir qu'on ne m'y dérange pas. Mais ce n'est plus possible maintenant. Je pense trop, mes pensées explosent dans ma cervelle et me rendent totalement fou. Je n'aime pas ça. Je n'aime pas ça du tout. Avec Walby, les pensées se taisent, ou en tout cas, elles sont beaucoup plus agréables. Je ne vais certainement pas me passer de sa présence si elle veut bien de la mienne.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Serpentard
avatar
▌ Messages : 93
Humeur :
22 / 10022 / 100


QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois de merisier, plume de phénix, 18,43 cm
Camp: Neutre
Avatar: Kaya Scodelario

Message#Sujet: Re: Nothing changed, they said... (Walby)   Mer 23 Nov - 19:02

★ Nothing changed, they said. ★

-Ça va, je suis pas aussi fragile que t'as l'air de croire.


Elle ne croyait rien du tout, bien au contraire, et elle ne pensait absolument pas que son cousin était quelqu'un de fragile. Au contraire, il pouvait peut-être paraître un peu trop soumis au système, parfois, il pouvait sembler moins... déterminé que ce qu'un Black se devait d'être, mais Walby (qui n'était pas forcément très objective) lui trouvait une force de caractère hors normes, qui à ses yeux devait forcer le respect et rien d'autre. Non, vraiment, elle ne pensait pas qu'il était fragile. Elle pensait juste qu'il vivait une situation difficile, le genre de situations qui leur pendait aux nez, à tous ceux de leur famille, mais auxquels ils ne pouvaient pas être complètement préparés malgré tous leurs efforts. Tant qu'on n'était pas en situation, on ne pouvait vraiment pas savoir. Walby s'en rendait bien compte, elle-même se sentait particulièrement touchée par ce qui arrivait alors qu'elle n'était pas directement concernée... Enfin, elle faisait comme si elle n'était pas directement concernée, alors qu'elle réalisait bien que ça la touchait plus profondément que ce qu'admettaient normalement tous ses présupposés. Elle allait le lui dire. Enfin, pas que cette histoire la touchait plus qu'il ne fallait, mais qu'il n'était pas du tout quelqu'un de fragile.

-Mais d'accord, je reconnais que je préfère que tu sois là. Ça me fait pas du bien de rester seul, en ce moment.

Walby sourit, un sourire tout naturel et qui n'avait rien de forcé, tout simplement parce qu'elle appréciait que sa présence lui soit si bénéfique. S'il y avait bien un moment où elle voulait compter pour lui, c'était maintenant. Enfin non, c'était vraiment tout le temps. Mais puisqu'il allait mal, elle voulait être celle qui lui permettrait d'aller mieux... sauf qu'elle ne pourrait pas faire grand chose de plus. Ils étaient coincés. Enfin non, c'était lui qui étaient coincé, mais par ricochet, elle se sentait coincée aussi, en proie à une situation inextricable... Et ils étaient obligés de la supporter. À moins d'un retournement de situation inattendu... et dans lequel elle ne croyait pas du tout. Ce n'était en tout cas pas à ça que la vie l'avait habituée, bien au contraire.

-Bon ben sois tranquille, alors, parce que je vais pas te lâcher d'une semelle, tu vas en avoir marre en un rien de temps.


Elle plaisantait... presque. Pas totalement quand même. Parce que si elle le voulait, elle pourrait être au-delà de collante, elle deviendrait encombrante.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Serpentard
avatar
▌ Messages : 54
Humeur :
50 / 10050 / 100


QUI SUIS-JE?
Baguette: If, 28 cm, crin de licorne
Camp: Mal
Avatar: Ezra Miller

Message#Sujet: Re: Nothing changed, they said... (Walby)   Mer 14 Déc - 16:41

La solitude est un état que j'affectionne, d'ordinaire. Qui ne me pose aucun problème, en tout cas. Je sais que beaucoup l'appréhendent, la craignent par dessus tout, en souffrent même. Mais ce n'a jamais été le cas. En fait, c'est plutôt l'inverse. Je ne suis jamais totalement à mon aise quand je suis en public, même si je fais mine de rien, même si je sais faire bonne figure, évidemment. Mais depuis quelque temps, j'appartiens à la catégorie des gens qui appréhendent de se trouver seuls. Depuis quelque temps, depuis l'annonce des fiançailles, quoi. Depuis l'annonce de MES fiançailles, même. Ce n'est pas simple, comme situation, ça chamboule tout. En tout cas, pour moi, ça chamboule tout, ça remet en cause tout ce que je pensais acquis. Le Orion Black indifférent et désabusé que je pensais être a pris un coup dans l'aile. Je suis dépassé par une situation que je pensais connaître par coeur, pourtant, parce qu'elle fait partie de mon éducation. Mon éducation... j'en découvre les limites, à présent, et je m'en vois décontenancée. Par conséquent, je suis un peu paumé, et j'ai plus que jamais besoin d'une présence amie à mes côtés. Et Walburga est là, présente, fidèle au poste. Plus que ma cousine, c'est décidément ma meilleure amie. En fait, ça va peut-être même au-delà de ça. Mais je ne m'en rends pas compte. Comme pour tout dans ma vie, je me préserve, je mets des oeillères. J'en payerai chèrement le prix. Mais à la fin, à la toute fin, je n'aurais peut-être pas lieu de le regretter. De cette toute fin, malgré tout, nous sommes encore bien loin.

-Jamais je n'en aurais marre de toi,
je réponds à Walburga, avec toute l'honnêteté dont je suis capable avec elle (je ne crois pas que je lui ai jamais menti, pour tout vous dire).

Je le pense, je le pense vraiment. Comment pourrais-je un jour me lasser d'elle ? C'est impossible. Elle est mon pilier. Elle l'a toujours été, oui, mais c'est maintenant que je m'en rends réellement compte, que je ne peux en douter. Je ne sais pas vers qui je me serais tourné si elle n'avait pas été là. Je n'aurais sans doute pas su. Même là, il a fallu que la jeune femme vienne à moi pour que j'accepte de partager mes doutes et mes appréhensions avec elle. Je ne suis pas sûr que j'en aurais eu le courage, sinon. Elle a le don de me faire sortir de ma carapace, en fait.

-Même quand je serais marié, tout ça,
ajouta-t-il, n'aimant vraiment pas aborder ce moment, mais en même temps, il allait approcher à grands pas, à présent, donc je ne pouvais pas fermer les yeux dessus. De toute façon, c'est assez évident que je n'y arrivais pas. Tu m'oublieras pas, hein ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Serpentard
avatar
▌ Messages : 93
Humeur :
22 / 10022 / 100


QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois de merisier, plume de phénix, 18,43 cm
Camp: Neutre
Avatar: Kaya Scodelario

Message#Sujet: Re: Nothing changed, they said... (Walby)   Mar 17 Jan - 14:32

★ Nothing changed, they said. ★


-Jamais je n'en aurais marre de toi.


La jeune femme était bien contente de ne pas être trop impressionnable, et de savoir dissimuler ses émotions, ce que lui avaient permis de nombreuses années d'éducation made in family Black, car sinon, le rose lui serait sûrement monté aux joues. Jamais il n'en aurait marre d'elle. Elle aimait beaucoup entendre ça. Elle avait, même, besoin d'entendre ça, parce qu'elle avait vraiment peur qu'ils s'éloignent, tous les deux, quand le jeune homme serait marié. Elle se sentait vraiment soulagée. C'était bête, hein, leur amitié n'avait pas de raisons de ne pas survivre à un mariage, surtout qu'ils étaient cousins, ils se reverraient forcément, mais elle avait quand même peur de le perdre. En fait, cela s'expliquait sûrement très facilement. Parce qu'elle n'était une meilleure amie que de façade. En vérité, elle vendrait père et mère (sans regrets, vu ses parents) pour être à la place de Lexie Hepburn, mais ça arriverait pas. Alors elle ne devrait au moins pas perdre le peu qu'elle avait. Et le peu qu'elle avait, c'était cette amitié. Cette conversation lui prouvait qu'elle était très solide. Elle n'avait pas la moindre intention que ça change. En fait, sans qu'elle s'y attende, ce fut lui qui posa la question qu'elle avait gardé pour elle-même jusqu'ici, de crainte de voir les choses empirer.

-Même quand je serais marié, tout ça. Tu m'oublieras pas, hein ?

La question était absurde. Elle ne pouvait pas l'oublier comme ça ! C'était plutôt lui, qui pouvait l'oublier, quand il serait accaparé par son fameux mariage. Ils auraient peut-être beaucoup moins l'occasion de se voir. Et puis, à un moment ou à un autre, ce serait elle qui se ferait passer la bague au doigt, et les occasions manqueraient peut-être encore plus. Walby n'avait vraiment pas envie d'y penser. Elle le regarda quand même comme on regarde quelqu'un qui s'était pris un coup sur la tête. Elle avait bien l'intention de dédramatiser complètement la situation. Ce n'était pas le moment de craindre pour la suite. S'ils voulaient se voir, ils s'arrangeraient pour se voir, un point c'est tout. Ils n'allaient pas se gâcher la vie, quand même. Surtout qu'ils parlaient d'une situation qui n'avait pas encore lieu. Il serait toujours temps de s'en alarmer par la suite.

-Mais et puis quoi encore ?
répliqua-t-elle dans un sourire. Sérieusement, même si je le voulais, je le pourrais pas. Et elle le voulait forcément. Il ne manquerait plus que le contraire. De toute façon, c'est loin, tout ça, ajouta-t-elle plus légèrement. On a largement le temps d'y repenser.

Un an, c'était lointain. Et en même temps, c'était très proche.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Serpentard
avatar
▌ Messages : 54
Humeur :
50 / 10050 / 100


QUI SUIS-JE?
Baguette: If, 28 cm, crin de licorne
Camp: Mal
Avatar: Ezra Miller

Message#Sujet: Re: Nothing changed, they said... (Walby)   Ven 10 Fév - 14:19

C'est vrai que la question que je viens de poser à Walby doit sembler un peu défaitiste, elle doit même donner l'impression de venir de nulle part, mais je ne peux rien contre mon caractère anxieux, et la situation présente n'arrange pas les choses. Même si je savais que ça devait venir, l'imminence de mon mariage à tout remis en perspective, plus que ce que j'aurais bien pu imaginer, en fait. Alors j'essaie de m'appuyer sur les bases un tant soit peu solides qu'il me reste. ça ne fait pas grand-chose, au final, mais il faut que je m'en contente. La plus solide d'entre toutes, celle qui ne devrait pas changer, celle qui devrait m'aider et me rassurer le plus, je l'ai sous les yeux : c'est Walby. J'ai besoin d'elle, un vrai besoin, pour avoir le sentiment que je parviendrais à m'en sortir quoi qu'il arrive, que cette situation ne va pas me bouffer, que même dans tout ce fatras, je pourrais compter sur l'amitié totale et ancienne que je partage avec ma cousine. Sauf que ce n'est pas vraiment de l'amitié. Peut-être même que je m'en rends déjà compte, d'ailleurs, mais c'est le pire moment pour commencer à me laisser envahir par ce genre de pensées, alors j'arrive à faire passer mes sentiments pour autre chose. Pour combien de temps, ça... Va savoir.

Les propos de Walby me rassure. Elle prend le parti de plaisanter, mais je sais que je peux avoir entièrement confiance en elle, elle me dit toujours tout ce qu'elle pense (enfin, je crois), elle parle et elle est sincère, alors je peux tenir au moins ça pour acquis dans tout cet océan d'incertitude : nous pourrons compter l'un sur l'autre, quoi qu'il puisse arriver. Je préfère ça, et de très loin que d'imaginer que ma vie d'adulte va me déraciner de tout ce sur quoi, pour l'instant, je sais avoir prise. Walby ajoute que tout ça, c'est très loin, et que ce n'est donc pas la peine de s'appensantir là-dessus, le moment venu, ce sera suffisamment perturbant comme ça pour ne pas se laisser perturber dors et déjà maintenant. En soi, je suis d'accord avec elle, je devrais profiter de ces prochains mois pour vivre ma vie d'adolescent, laisser ces problèmes sur lesquels je n'ai pas prise à mon moi du futur, et en profiter tant que je peux. Malheureusement, je n'ai jamais été très doué pour profiter de l'instant présent, même quand je n'avais pas de souci particulier. Ça va peut-être plus simple maintenant, en fait, qui sait ?

-Ça va passer bien trop vite, si tu veux mon avis.
Je pousse un léger soupir, puis arrive à sourire légèrement. Mais t'as raison, c'est mieux de ne pas trop se prendre la tête avec ça. J'avale une dernière bouchée de ma glace. Bon, j'ai encore deux trois trucs à acheter, tu m'accompagnes ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Serpentard
avatar
▌ Messages : 93
Humeur :
22 / 10022 / 100


QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois de merisier, plume de phénix, 18,43 cm
Camp: Neutre
Avatar: Kaya Scodelario

Message#Sujet: Re: Nothing changed, they said... (Walby)   Mer 15 Mar - 14:46

★ Nothing changed, they said. ★

-Ça va passer bien trop vite, si tu veux mon avis.


Walby avait bien envie de donner tort à son cousin, parce que ce futur à la fois proche et lointain lui donnait un sentiment de boule au ventre à chaque fois qu'elle y pensait un peu trop précisément, qu'elle considérait la situation d'un peu trop près, et elle n'aimait pas ça du tout, mais alors vraiment pas du tout. Mais ils n'avaient pas le choix, de toute façon, il fallait anticiper ce moment, puisqu'il était inévitable. Mais ce n'était pas une raison pour y penser constamment et se gâcher la vie avec ça. Facile à dire... pas franchement facile à penser pour autant. La vert et argent était assez paumée, avec tout ça, elle avait jamais éprouvé cette angoisse de l'avenir. Avant, elle ne pensait pas à l'avenir, elle se contentait de vivre au jour le jour, et c'était tout ce qui comptait. La perspective d'être confrontée à de vrais choix, de devenir adulte, en fait, c'était pas franchement agréable, mais c'était par contre franchement angoissant. Si on lui laissait le choix (mais elle savait qu'elle ne l'avait pas), elle resterait bloquée dans le présent. Et pourquoi pas à ce moment précis, d'ailleurs. Elle était là, avec Orion, ils étaient bien. Pourquoi vouloir d'autre chose, au fond ?

-Mais t'as raison, c'est mieux de ne pas trop se prendre la tête avec ça.


Elle rétorquerait bien qu'elle avait toujours raison, mais elle savait déjà, en fait, à ce moment-là, que les faits allaient forcément lui donner tort, d'une manière ou d'une autre, et avec force fracas. Elle se contenta de sourire pour la peine, si elle avait pu insuffler même un tout petit peu d'optimisme à Orion, alors elle n'avait pas tout perdu et pouvait accepter d'être au moins un peu fière d'elle. Pas au point de faire péter les cotillons non plus, on est d'accord, mais déjà, c'était pas mal. Ils ne devaient pas déprimer par anticipation, sinon, ils n'allaient jamais arrêter de déprimer, au final. Mais bon, elle disait ça et elle voyait déjà l'ombre de la jalousie et de la déprime l'observer du coin de l'oeil en se frottant les mains. C'était déjà maintenant que plus rien ne serait pareil. Pas plus tard.

-Bon, j'ai encore deux trois trucs à acheter, tu m'accompagnes ?


Walburga finit ce qu'il lui restait de glace et se leva à son tour, complètement partante. Ça leur ferait du bien de bouger un peu, et même si elle pourrait en profiter pour partir de son côté, elle n'en avait aucune envie. Elle voulait encore profiter de la présence d'Orion. Peut-être que ça aussi, ça changerait. Ils ne se verraient plus autant qu'avant.

-Je te suis !

Et sans dire un mot de plus, ils quittèrent donc les lieux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Nothing changed, they said... (Walby)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» You've changed [Anastasia] -Abandon
» 02. Because I knew you I have been changed for good.
» Cynydd ? And then her heart changed, or at least she understood it. The winter passed, and the sun shone upon her. [WIP]
» You say that your life has changed but it is you who has changed ours. • Dylan O'Brien présentation •
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
T.rouble O.r M.isery (or both) ::  :: 
Londres
 :: Chemin de Traverse
-