AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 La chance aide parfois, le travail toujours. (Pomona)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Voyageur Temporel
avatar
▌ Messages : 1052
Humeur :
10 / 10010 / 100

En couple avec : Ginny
Nouveau nom (voyageurs temporels) : William Black

QUI SUIS-JE?
Baguette:
Camp: Bien
Avatar: Daniel Radcliffe

Message#Sujet: La chance aide parfois, le travail toujours. (Pomona)   Mer 17 Aoû - 14:24

Harry & Pomona
La chance aide parfois, le travail toujours.
C’était le jour J. Harry s’était préparé du mieux qu’il pouvait pour pouvoir commencer sa formation d’Auror. Le jeune homme aurait aimé commencer cette formation dans son époque, mais ce n’était de toute façon pas encore le moment pour lui (pour eux) de rentrer dans son époque. Et avec cette formation, le survivant espérait pouvoir obtenir des outils afin d’avoir une avance sur Tom. Harry ne savait pas vraiment ce que ça allait pouvoir donner, s’il allait vraiment pouvoir gagner du terrain, mais c’était de toute façon mieux que rien. Après tout, avoir ses entrés dans le bureau des Aurors, même en tant que stagiaire, ce n’était pas rien. Et même au ministère de la magie. C’était donc une bonne chose, en soit, même si la situation aurait pu être bien plus appréciable. Jedusor avait trop d’avance encore, ils ne savaient pas encore comment complètement l’arrêter et la dernière réunion de la résistance n’avait pas manqué de leur prouver le fait qu’ils avaient encore énormément de pain sur la planche. Mais bon, en même temps, ils avaient pu confirmer le fait qu’ils avaient aussi du monde avec eux. La résistance se faisait de plus en plus grande, avec un peu de chance ils allaient vraiment atteindre leur but prochainement. De toute façon, maintenant, ils n’avaient plus que moins d’un an pour arriver à leur but. Parce qu’en mai prochain, ils devaient avoir trouvé une solution pour arranger le futur et pouvoir rentrer chez eux. Ils ne pouvaient quand même pas décider de rester encore plus, il y avait peu de chance que ça arrive. Ils avaient encore le temps devant eux, mais les deux dernières années étaient bien la preuve que le temps pouvait passer très rapidement.

Enfin bon, dans tous les cas, Harry était dans le bureau des Aurors. C’était un peu étrange de ne pas aller à Poudlard, comme d’habitude. Cela faisait sept ans – même s’il y avait eu un voyage dans le temps – qu’il se rendait à l’école de magie à chaque début de septembre. Cette fois ci, c’était au ministère de la magie. Il avait eu toutes les informations nécessaires, il avait commencé la formation et maintenant il se trouvait concrètement au bureau des Aurors. Il n’avait pas encore grand-chose à faire, mais cela viendrait à coup sûr. En tout cas, Harry devait bien avouer qu’il avait hâte de pouvoir mettre un peu de ses mains à l’ouvrage. Surtout au vu de l’actualité de ces derniers temps, les mangemorts étaient vraiment de plus en plus actifs. Enfin, bon, pour l’heure, il n’était pas grand-chose qu’un jeun sortie de l’école de magie qui commençait sa formation, il ne devait être rien pour les « vrais » Aurors. D’ailleurs, Harry n’avait pas le sentiment qu’il était vraiment vu par les personnes qu’il croisait. Jusqu’à ce qu’il arrive dans la zone de pause (de ce qu’il avait compris) et qu’il croisa Pomona. Enfin un visage qu’il connaissait bien et qu’il était heureux de rencontrer.

« Bonjour Pomona. » Dit-il en s’approchant, un léger sourire sur le visage. « Tu vas bien ? »
Code by Gwenn

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
RÉSISTANCE
avatar
▌ Messages : 1405
Humeur :
50 / 10050 / 100

En couple avec : ...

QUI SUIS-JE?
Baguette: roseau, 23,2 cm et crin de licorne
Camp: Bien
Avatar: Carey Mulligan

Message#Sujet: Re: La chance aide parfois, le travail toujours. (Pomona)   Jeu 25 Aoû - 16:44

Voilà, c'était officiel, Pomona Fitz était un membre à part entière du bureau des Aurors. Elle était fière d'elle, de son parcours, et heureuse d'avoir son propre bureau et ses propres affaires à traiter, même si celles-ci lui demandaient un temps certain.. Et pourtant, elle en consacrait déjà beaucoup (sans doute beaucoup trop d'ailleurs) quand elle n'était qu'une simple stagiaire de ce bureau.

Elle n'avait pas eu trop de mal à prendre ses marques et à s'imposer... Elle avait toujours eu le défaut (qui parfois pouvait être une qualité) d'avoir la force de ses opinions, si bien qu'elle n'avait pas vraiment de mal à les imposer. Au fond, ce n'était pas bien différent que lorsqu'elle était stagiaire, son travail était sensiblement le même. La différence, c'était qu'elle avait (enfin) un salaire en conséquence, et que sa parole était considérée avec un peu plus d'égard.

En bref, elle ne chômait pas un seul instant, et ça lui plaisait, vraiment... Même si, par instants, un temps de pause agrémenté de caféine n'était pas de refus. C'était pour cette raison qu'elle s'était rendue dans la pièce destinée à la pause pour se servir une grande tasse de café.

D'ordinaire, à cet endroit, elle ne prononçait pas un mot, n'adressait la parole à aucun de ses collègues (sauf si cela concernait une affaire en cours... ou si elle était en présence de Seth), elle se contentait de se plonger dans ses pensées, de boire le contenu de sa tasse et de se remettre à l'ouvrage.

Mais cette fois, il y eut une différence, car elle fut rejointe par une personne connue. Pomona daigna adresser un léger sourire à Harry quand il s'approcha d'elle (et c'était un grand effort social de sa part).


« Bonjour Pomona. Tu vas bien ? »


"Je vais bien"
, répondit Pomona.

Et c'était, en soi, sincère. En effet, elle allait bien dans l'ensemble. Elle était surmenée et fatiguée, mais elle ne pouvait pas dire que ça allait mal, au contraire, elle avait enfin obtenu le poste qu'elle convoitait tant, la Résistance progressait certes trop lentement encore mais progressait quand même, et il y avait sa relation avec Seth, qui représentait un sacré bouleversement dans sa vie, mais qui la rendait heureuse en vérité.


"Je suis contente de te voir ici"
, ajouta-t-elle. Elle savait que le jeune homme aspirait à intégrer le bureau des Aurors (ce qui ne l'étonnait pas étant donné son tempérament, mais c'était la première fois qu'elle le croisait sur son lieu de travail). "Tout se passe bien ?"

Elle parlait de sa formation au sein du bureau, bien sûr, mais de sa vie en général également, qui sur des points très importants était forcément liée à la sienne puisqu'ils luttaient pour la même cause tous les deux. Elle pensait aussi à la discorde qui avait éclaté entre les voyageurs. Elle se doutait que, en ces circonstances, tout ne devait pas être simple à gérer pour lui non plus ces derniers temps.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Voyageur Temporel
avatar
▌ Messages : 1052
Humeur :
10 / 10010 / 100

En couple avec : Ginny
Nouveau nom (voyageurs temporels) : William Black

QUI SUIS-JE?
Baguette:
Camp: Bien
Avatar: Daniel Radcliffe

Message#Sujet: Re: La chance aide parfois, le travail toujours. (Pomona)   Jeu 20 Oct - 23:33

Harry & Pomona
La chance aide parfois, le travail toujours.
Harry devait bien avouer qu’il appréciait de voir un visage familier devant lui. Il était content de pouvoir croiser Pomona en sein du bureau des Aurors. Le jeune homme lui adressa un sourire en réponse au sien, quand la jeune femme affirma qu’elle allait bien. Harry était content de le savoir, tout comme il apprécia les propos de la jeune femme. Même si la situation était loin d’être facile pour le survivant, il devait bien avouer qu’il était ravi de se trouver en formation au bureau des Aurors. S’il s’était retrouvé dans son époque, c’était la voie qu’il aurait choisi aussi. Ici, ça lui permettait en plus d’en apprendre plus, d’en savoir plus, pour son combat contre Jedusor. Et ainsi, il avait un pas dans le ministère de la magie. Même si Pomona avait évidemment plus d’influence que lui chez les Aurors, Harry préférait largement y être aussi plutôt que de ne rien faire. En soit, les voyageurs n’avaient pas rien à faire puisqu’ils devaient trouver une solution pour arrêter Voldemort et que le temps était compté, mais c’était mieux de travailler quand même. Du moins, c’était l’avis du jeune homme. Et de toute façon, combat contre le mal ou non, le groupe de voyageur avait besoin d’argent.

« La formation se passe bien. » Répondit-il alors, à la question de la jeune femme. Il venait à peine de commencer, mais pour le moment ça se passait assez bien. Il ne savait pas vraiment si ça allait durer longtemps, mais il allait tout faire pour que ça se passe bien de toute façon. « Ça me fait juste bizarre de ne pas me retrouver à Poudlard. »

C’était la première fois depuis qu’il avait appris être un sorcier qu’il ne faisait pas de rentrée à l’école de magie. Que ça soit maintenant ou à son époque, il avait passé tout son temps dans le château de Poudlard. Il s’y était attendu bien sûr, il savait parfaitement qu’il n’allait pas faire de rentrée à l’école cette année, mais c’était quand même un peu étrange. Il entrait pleinement dans la vie d’adulte, même si on ne pouvait pas vraiment dire qu’il prenait la peine de vivre vraiment. En même temps, il n’avait pas d’intérêt à avoir une vie dans cette époque, puisqu’il allait rentrer. Du moins, normalement, si tout se passait bien. Mais pour l’heure, Harry se concentrait sur le début de sa formation, qui se passait bien, comme il venait de répondre à Pomona. Se doutant, cependant, qu’elle ne lui avait pas demandé si tout se passait bien simplement pour le bureau des Aurors.

« Sinon… Je n’ai toujours pas de nouvelle de Ginny. »

Les autres voyageurs lui reprochaient toujours son attitude et il le comprenait, mais celle qui avait réagi le plus violemment c’était la rouquine. Elle était partie et depuis, le jeune homme n’avait plus du tout de nouvelle d’elle. Autant dire qu’il avait peu d’espoir qu’elle finisse par lui pardonner un jour. Ce qui ajoutait un peu à la tension entre les voyageurs.
Code by Gwenn
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
RÉSISTANCE
avatar
▌ Messages : 1405
Humeur :
50 / 10050 / 100

En couple avec : ...

QUI SUIS-JE?
Baguette: roseau, 23,2 cm et crin de licorne
Camp: Bien
Avatar: Carey Mulligan

Message#Sujet: Re: La chance aide parfois, le travail toujours. (Pomona)   Lun 31 Oct - 15:23

« La formation se passe bien. »

La question de Pomona était plus générale que cela et ne demandait pas de réponse si spécifique, mais la jeune femme devinait sans mal pourquoi son interlocuteur préférait se focaliser sur cette information précise plutôt que d'aborder d'emblée le reste : parce que si la formation se passait bien, le reste n'était peut-être pas autant reluisant.

Pomona n'était pas surprise d'apprendre que la formation d'Auror en elle-même plaisait à Harry, et que tout se passait bien pour lui. Même s'ils ne se côtoyaient pas depuis si longtemps que ça, ils avaient tout de même largement appris à se connaître (et les circonstances y avaient largement contribué également) tous les deux. Leur combat commun y avait largement aidé.

Alors oui, elle le connaissait très bien. Et elle savait qu'il devait largement s'épanouir dans une telle formation. Il avait le courage, le souci de justice, autant de qualité auxquelles ne pourrait être insensible aucun Auror digne de ce nom.

« Ça me fait juste bizarre de ne pas me retrouver à Poudlard. »

Une esquisse de sourire accompagna cette remarque. Pour être passée par là, Pomona croyait sans mal son interlocuteur. Poudlard prenait une telle importance dans votre vie quand vous étiez étudiants, que c'était un peu passer de tout à rien que de s'adapter à un tout nouveau rythme, à de tous nouveaux objectifs, au fait d'affronter la vie des "adultes".

Mais on s'y faisait vite. Pomona avait seulement quitté Poudlard depuis un peu plus d'un an mais elle avait malgré tout le sentiment d'être partie depuis bien plus longtemps que cela. Le temps se distord en fonction de la perception. Mais ce n'était pas à Harry qu'elle allait faire un long laïus sur le temps qui passe. Le voyageur temporel qu'il était était mieux placé que quiconque pour savoir tout cela.

« Sinon… Je n’ai toujours pas de nouvelle de Ginny. »


Voilà... Quand Pomona demandait si tout allait bien, elle pensait effectivement, entre autres, à Ginny. Elle adressa à Harry un regard compatissant. Cette nouvelle, malheureusement, ne la surprenait pas vraiment.

Elle se doutait que si Ginny était revenue, Pomona aurait été informée de cette information, mais la rouquine demeurait aux abonnées absentes. Cette nouvelle était difficile, mais pour Harry sûrement plus encore que tous les autres. Après tout, ils étaient ensemble... Et cela commençait à faire vraiment longtemps... Beaucoup trop longtemps, en fait.

"Je m'en doutais"
, répondit Pomona honnêtement, parce que c'était bien le cas, elle ne s'était pas fait beaucoup d'illusions à ce sujet, même si elle aurait honnêtement préféré se tromper. "Ça m'inquiète..." ajouta-t-elle.

Elle devrait peut-être plutôt rassurer Harry, lui affirmer qu'elle finirait par revenir, mais il n'était pas dans la nature de Pomona d'être conciliante pour être conciliante. Elle préférait dire franchement ce qu'elle pensait, même si ça ne devait pas être agréable à entendre.

"Je commence à me demander s'il ne lui est pas arrivé quelque chose..."


C'était vague dit comme ça, mais elle ne pouvait pas vraiment se montrer explicite en ces lieux. N'empêche qu'il comprendrait sans doute ce qu'elle voulait dire. Et si son absence prolongée n'était pas totalement volontaire ? Si Jedusor y était pour quelque chose ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Voyageur Temporel
avatar
▌ Messages : 1052
Humeur :
10 / 10010 / 100

En couple avec : Ginny
Nouveau nom (voyageurs temporels) : William Black

QUI SUIS-JE?
Baguette:
Camp: Bien
Avatar: Daniel Radcliffe

Message#Sujet: Re: La chance aide parfois, le travail toujours. (Pomona)   Ven 30 Déc - 22:24

Harry & Pomona
La chance aide parfois, le travail toujours.
Harry avait emmené le sujet de Ginny sur le tapis avec Pomona, se doutant que la jeune femme avait envie d’avoir des nouvelles de ce côté-là. En dehors de sa formation, c’était surtout la disparition de Ginny la « grande » nouvelle du moment. La rouquine n’avait pas du tout apprécié ce qu’Harry et Hermione avaient fait dans son dos et elle était partie. Depuis, aucun des voyageurs n’avaient de nouvelles d’elle. Pas même Ron, alors qu’il était quand même son frère et ce dernier ne semblait pas avoir plus d’idée qu’eux sur l’endroit où elle pourrait se trouver – alors qu’en réalité, peut-être qu’il pourrait le deviner, du moins il était surement le mieux placé pour le deviner au vu de l’endroit où elle avait trouvé refuge – personne ne savait où elle se trouvait. Pomona s’en était doutée donc qu’ils n’avaient toujours pas de nouvelle d’elle. En même temps, s’ils en avaient eu, elle aurait été au courant rapidement. La résistance et les voyageurs étaient vraiment proches, ils communiquaient énormément. Pomona aurait donc été au courant si elle était revenue, mais comme ce n’était pas le cas il n’y avait rien qu’elle ne doive savoir de plus qu’avant…

Quand Pomona affirma que tout cela l’inquiétait, Harry ne put s’empêcher de serrer quelque peu des dents. Il s’inquiétait aussi pour Ginny, il ne pouvait pas s’empêcher d’espérer qu’elle allait bien. Qu’elle n’avait simplement pas envie de lui pardonner, qu’elle se cachait quelque part, qu’elle avait simplement trop de colère pour revenir et qu’elle n’avait plus du tout envie de le voir. En fait, Harry préférait largement qu’elle décide de ne jamais lui pardonner et ne plus jamais lui parler, plutôt qu’il lui soit arrivé quelque chose. Malheureusement, dans leur condition, ils ne pouvaient que craindre un danger. Et si Jedusor s’en était pris à elle ? Il y pensait oui, bien sûr qu’il y pensait. Ce n’était pas parce qu’il avait mentit à sa petite amie qu’il ne l’aimait pas, qu’il ne s’en faisait pas pour elle. Il craignait qu’elle soit en danger sans qu’ils ne le sachent, mais malheureusement il était tout simplement impuissant.

« Moi aussi… »

Dit-il alors, la gorge légèrement serrée pour répondre à Pomona. Lui aussi commençait à se dire qu’il était arrivé quelque chose à Ginny, mais il avait envie d’espérer que ça ne soit pas le cas. Parce que si ça l’était, malheureusement ils ne pouvaient pas le savoir. Ils avaient beau chercher, ils ne parvenaient vraiment pas à trouver sa trace, nulle part. Et Harry savait parfaitement que si elle allait bien, que si elle se contentait juste de continuer de faire la gueule (à juste titre évidemment), il était la dernière personne qu’il aimerait bien voir.

« On a beau la chercher, on n’arrive pas à la trouver. » Autant dire qu’ils n’étaient vraiment pas avancés pour le coup. Harry n’avait aucune idée de comment ils allaient pouvoir faire… même de ce qu’il pouvait faire d’ailleurs. Il regrettait tellement ce qu’il lui avait dit avant qu’elle parte en plus.
Code by Gwenn
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
RÉSISTANCE
avatar
▌ Messages : 1405
Humeur :
50 / 10050 / 100

En couple avec : ...

QUI SUIS-JE?
Baguette: roseau, 23,2 cm et crin de licorne
Camp: Bien
Avatar: Carey Mulligan

Message#Sujet: Re: La chance aide parfois, le travail toujours. (Pomona)   Mar 3 Jan - 20:39



« Moi aussi… »


Pomona n'avait pas envie d'inquiéter ou de démoraliser Harry, et elle s'en voulait un peu de ce qu'elle venait de dire quand elle entendait la voix du jeune homme se briser légèrement comme elle venait de le faire. Mais elle ne pouvait pas prétendre le contraire de ce qu'elle pensait, et elle avait la devise de se montrer honnête tant que les circonstances n'exigeaient pas le contraire, le seul souci, c'est qu'elle avait toujours tendance à manquer singulièrement de tact quand elle s'exprimait, et elle n'avait pas fait exception cette fois-ci.

Elle ne reviendrait pas sur ses paroles pour autant, elle pensait qu'il était quand même important que les choses importantes, même quand elles étaient déplaisantes, soient dites, et Pomona avait bien trop d'estime pour son interlocuteur pour se contenter de simples cajoleries et d'encouragements qu'elle tiendrait pour des mensonges.

Bien sûr, il était possible que Ginny aille bien, il était possible qu'elle se terre juste dans son coin en attendant d'assimiler les révélation qu'on lui avait faites, le temps d'évacuer sa colère et sa frustration, mais l'autre option, l'option la plus déplaisante, n'était pas à écarter pour autant. Il pouvait lui être arrivé quelque chose, c'est vrai, à plus forte raison qu'elle avait forcément des ennemis, à l'instar de tous les voyageurs temporels.

Elle voulait malgré tout n'accorder que peu de crédit à l'hypothèse que Jedusor s'en soit pris à elle. Andreï aurait sans doute réussi à apprendre quelque chose, d'une façon ou d'une autre, et s'en prendre à Ginny, ce serait forcément pour Jedusor un moyen de s'en servir comme appât pour s'en prendre à Harry (elle pensait commencer à connaître son ennemi et surtout ses méthodes, depuis le temps). Alors si elle était entre ses griffes, ils le sauraient sans doute.

« On a beau la chercher, on n’arrive pas à la trouver. »


C'était malheureusement un fait. Tous, ils l'avaient cherchée, et personne n'avait réussi à avoir un commencement de piste. Il faut dire que sa destination était un véritable mystère. Où était-elle partie en premier lieu ? Qu'avait-elle cherché à faire, c'était une énigme. Mais il ne fallait pas baisser les bras, maintenant moins que jamais, même si la solution n'était pas très engageante.

"Nous continuerons de chercher quoi qu'il en soit. Je veux croire que nous la retrouverons."


Elle ne parlait pas directement au futur parce que les grands messages d'espoir n'étaient pas sa tasse de thé. Elle n'allait pas assommer Harry de beau discours, elle préférait les actes aux mots.

"Je vais chercher parmi tous les dossier en cours. Je peux peut-être même réussir à mettre l'un de mes collègues sur le coup s'il le faut."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Voyageur Temporel
avatar
▌ Messages : 1052
Humeur :
10 / 10010 / 100

En couple avec : Ginny
Nouveau nom (voyageurs temporels) : William Black

QUI SUIS-JE?
Baguette:
Camp: Bien
Avatar: Daniel Radcliffe

Message#Sujet: Re: La chance aide parfois, le travail toujours. (Pomona)   Ven 24 Fév - 16:46

Harry & Pomona
La chance aide parfois, le travail toujours.
Harry n’avait vraiment pas envie de se laisser abattre, de se laisser aller à la panique concernant Ginny, mais il ne pouvait pas non plus taire complètement son inquiétude. Après leur dernière conversation qui n’avait pas du tout était une partie de plaisir, la jeune femme était partie et ils ne savaient pas du tout où elle se trouvait. Pourtant, ils l’avaient cherché. Harry avait quand même cru que Ron aurait pu deviner où sa sœur avait pu se rendre, parce qu’elle était bien quelque part. Il était bien placé pour ça non ? Du moins, peut-être le mieux placé puisque lui il était clair qu’il ne l’était pas. Mais ils n’avaient pas du tout trouvé l’endroit où elle pouvait être et forcément, ils se demandaient s’il ne lui était pas arrivé quelque chose. C’était normal après tout, ils ne pouvaient qu’avoir peur pour elle. Mais le survivant espérait quand même qu’il n’était rien arrivé, que Jedusor ne s’en était pas pris à elle, sinon il serait au courant. Il osait croire que Tom ne se serait pas gêné pour fanfaronner si jamais il avait mis la main sur elle. Mais bon quand même…

Pomona affirma qu’ils allaient continuer de chercher et qu’elle espérait qu’ils allaient la retrouver. Harry n’avait pas envie de perdre espoir, qu’elle allait finir par rentrer. Il ne savait pas quand, sans doute quand la jeune femme aurait décanté tout ce qu’elle avait dû apprendre. Quand elle aurait fini par digérer ce qu’il avait fait, sans pour autant le lui pardonner. Harry ne parvenait pas espérer qu’elle lui pardonne un jour, parce qu’il ne voulait pas espérer pour rien. La rouquine n’avait aucune raison de lui pardonner.

« Tu ferais ça ? » Non, il ne mettait pas en doute la parole de Pomona. Cependant, il était un peu surpris par la proposition de la jeune femme, agréable surpris. En soit, l’Auror n’avait aucune raison de fouiller dans les dossiers en cours et encore moins demander à l’un de ses collègues de se pencher sur le coup. « Ça serait bien… » Harry n’avait vraiment aucune envie de se laisser envahir par la panique, mais quand même le fait que la rouquine ne donne pas de signe de vie était particulièrement angoissant. « Mais il ne faudrait pas que ça t’apporte des ennuis. »

Parce qu’en soit, ils n’avaient pas vraiment de raison valable de faire rechercher Ginny. Elle avait disparu, certes, mais cela venait d’elle. Elle avait choisi elle-même de partir et de ne plus donner signe de vie. Autant dire qu’ils n’avaient donc pas de raison de demander une vraie enquête. Harry n’avait pas envie que Pomona ait des ennuis, alors qu’elle était devenue Auror titulaire et que pragmatiquement, le survivant se disait qu’ils avaient besoin de sa place pour combattre Jedusor. Comme ils avaient besoin de Ginny aussi bien sûr. En tout cas, Harry avait besoin de Ginny… mais elle n’avait surement plus besoin de lui de son côté.
Code by Gwenn
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
RÉSISTANCE
avatar
▌ Messages : 1405
Humeur :
50 / 10050 / 100

En couple avec : ...

QUI SUIS-JE?
Baguette: roseau, 23,2 cm et crin de licorne
Camp: Bien
Avatar: Carey Mulligan

Message#Sujet: Re: La chance aide parfois, le travail toujours. (Pomona)   Dim 26 Fév - 10:20


« Tu ferais ça ? »
Pomona hocha la tête. Oui, bien sûr qu'elle ferait ça, elle n'avait pas attendu leur conversation pour y songer, d'ailleurs. Elle était de plus en plus préoccupée par cette situation, et elle ne pensait pas que le groupe parviendrait à se remettre de la disparition de Ginny si celle-ci ne devait jamais revenir (oui, elle restait tout de même pragmatique même dans cette situation).

Pomona n'était pas aussi... investie émotionellement par le départ de Ginny, en fait, elle n'avait pas vraiment d'affinités avec la rouquine, au final, mais ce n'était pas qu'une question d'affinité. Peut-être que Ginny était en danger, peut-être qu'elle courait de véritables risques, ou peut-être qu'elle était juste partie et qu'elle n'était pas encore prête à revenir... dans tous les cas, les esprits ne seraient pas apaisés tant qu'ils n'auraient pas le fin mot de cette histoire...

Alors elle comptait faire son possible avec les nouveaux outils à sa disparition pour retrouver Ginny, donc, même si c'était un peu risqué, dans sa situation.


« Ça serait bien… »
Pomona devinait que le jeune homme pesait ses mots. Il tenait à Ginny, il faudrait être aveugle pour ne pas le voir. Il l'aimait et il avait peur pour elle, il avait mal agi, mais ses sentiments n'étaient pas en cause, et si Pomona n'avait pas réellement d'affinités avec elle, elle avait de l'estime, pour Harry, il était peut-être ce qui se rapprochait le plus d'un ami pour elle, dans son entourage, même si leurs conversations n'avaient jamais dépassé le stade de leur objectif commun (et ce n'était peut-être pas plus mal).

Pour Harry et pour le groupe, donc, elle ferait tout son possible. Il se pouvait que cela ne mène à rien, mais cela ne coûtait rien d'essayer... ou bien si, il pourrait lui en coûter beaucoup, mais elle pensait réellement que le jeu en valait la chandelle. Beaucoup trop de temps avait passé de toute manière. Il devenait impératif qu'ils la retrouvent.


« Mais il ne faudrait pas que ça t’apporte des ennuis. »
Oui, il y avait de fortes chances pour qu'elle rencontre en effet des ennuis si l'on comprenait à quel jeu elle jouait, mais elle serait prudente, et elle pensait pouvoir agir sans qu'il y ait de retombées déplaisantes pour elle. Bien sûr, ce n'était pas le plus prudent, mais il y avait longtemps que Pomona avait compris que la seule prudence ne suffirait pas à affronter les réalités de la vie dans la forme qu'elle avait prise pour elle.

Elle ferait attention, mais elle le ferait. Elle n'avait de toute façon pas d'autre proposition à l'esprit. C'était celle qu'elle avait de plus concrète et de plus susceptible d'aboutir à des résultats.

"Je ne suis plus à un ennui près", observa-t-elle simplement, ce qui était loin d'être faux. "Je saurais ne pas m'attirer de problèmes. Ne pas nous attirer de problèmes. Ne t'en fais pas."

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Voyageur Temporel
avatar
▌ Messages : 1052
Humeur :
10 / 10010 / 100

En couple avec : Ginny
Nouveau nom (voyageurs temporels) : William Black

QUI SUIS-JE?
Baguette:
Camp: Bien
Avatar: Daniel Radcliffe

Message#Sujet: Re: La chance aide parfois, le travail toujours. (Pomona)   Ven 21 Avr - 15:19

Harry & Pomona
La chance aide parfois, le travail toujours.
Harry devait bien avouer qu’il appréciait vraiment que Pomona les aide à retrouver Ginny. Le survivant avait un peu l’impression d’avoir exploité toutes les pistes possibles, mais il était évident que ce n’était pas le cas puisqu’il ne l’avait pas trouvé. Il ne savait pas du tout où elle se trouvait et il s’inquiétait de plus en plus. Parce qu’au début, il s’était simplement dit qu’elle avait de toute façon plus envie de le voir – et elle avait de bonnes raisons pour ça – mais à force, le jeune homme se demandait surtout s’il ne lui était pas arrivé quelque chose. Sauf que bien sûr, il ne pouvait pas le savoir. Comment pourrait-il le savoir en même temps ? Il n’avait vraiment aucune nouvelle de Ginny, rien du tout. Il ne pouvait même pas savoir si elle était encore à Londres, ou si elle se trouvait ailleurs. Et tout cela, ça commençait sérieusement à l’inquiéter. Même si, en même temps, le jeune homme savait qu’il n’avait aucun droit sur sa… son ex petite amie. Parce que si elle était partie, c’était à cause de lui. Parce qu’il lui avait menti, parce qu’il avait été incapable de dire la vérité. Il ne pouvait pas revenir en arrière et il se doutait qu’avec ça, plus tout ce qu’ils s’étaient dit avant que Ginny parte, il y avait peu de chance qu’il ait encore une légitimité la concernant. Mais cela ne l’empêchait pas de s’inquiéter énormément. Parce que même si ses actes ne le prouvaient pas vraiment, le jeune homme tenait sincèrement à la rouquine. Il n’avait simplement pas su se prendre correctement avec elle. Mais avec les autres non plus en fait. Tout ça, c’était si compliqué…

Harry afficha un léger sourire, qui n’avait rien de très joyeux, quand Pomona affirma que de toute façon, elle n’était pas à un souci près. Ça, le jeune homme le savait parfaitement. Tous les deux savaient à quel point l’autre avait des soucis. En même temps, ils étaient tous dans la même galère. Mais Harry ne voulait pas que Pomona risque sa place pour autant. Parce que mine de rien, s’il arrivait des problèmes au survivant, ainsi qu’aux autres voyageurs, il osait croire que ça n’aurait pas beaucoup de conséquences puisqu’ils repartiraient dans leur époque ensuite (quand ils auraient arrêté Jedusor évidemment). Enfin… cela dépendait des ennuis, mais en l’occurrence, le jeune homme n’imaginait pas à quel point ils allaient avoir des problèmes.

« Je pense surtout à toi. » Dit-il alors quand Pomona précisa qu’elle saurait ne pas leur attirer des ennuis. « Merci beaucoup, j’espère que ça va donner quelque chose. »

Mais en même temps, Harry se disait que c’était peut-être trop facile. Il ne savait pas… de toute façon, autant qu’ils tentent le tout pour le tout. Et si ça leur permettait de retrouver Ginny, alors c’était une bonne chose. Qu’ils sachent au moins si elle allait bien. Parce que quand même… elle pourrait juste donner un petit signe de vie, même si elle ne souhaitait pas revenir. Ne serait-ce qu’aux autres voyageurs, si elle ne voulait plus du tout lui parler.
Code by Gwenn
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
RÉSISTANCE
avatar
▌ Messages : 1405
Humeur :
50 / 10050 / 100

En couple avec : ...

QUI SUIS-JE?
Baguette: roseau, 23,2 cm et crin de licorne
Camp: Bien
Avatar: Carey Mulligan

Message#Sujet: Re: La chance aide parfois, le travail toujours. (Pomona)   Sam 22 Avr - 17:19


« Je pense surtout à toi. »

Et elle appréciait cette attention, même si elle ne l'estimait pas forcément méritée, pour tout dire. Elle avait longuement été individualiste, pour ne pas dire nihilliste. Se soucier à ce point des autres comme c'était le cas à présent (au point même de devenir son métier), c'était encore assez nouveau pour elle, et elle ne s'attendait pas forcément, par conséquent, à ce qu'on se soucie d'elle, tout comme elle ne s'attendait pas à se soucier d'autrui.

Mais ce n'était pas désagréable de savoir que l'on pouvait compter sur d'autres. Et alors qu'elle pensait toute notion d'amitié morte et enterrée pour elle au départ de Miyria, la Résistance finissait par lui donner tort. Et Harry était encore un cas à part. Il se rapprochait sans doute le plus de ce qu'elle pourrait considérer comme un ami proche pour elle.

Peut-être du fait de leur position de leaders respectives (même si celle de Harry était plus que désavouée dernièrement), qui lui donnait le sentiment de ne pas être la seule à faire figure d'autorité, ce qui n'était pas pour lui déplaire. Dans tous les cas, son intention de soutenir Harry et de l'aider était sincère, et elle appréciait de pouvoir penser sans trop douter que la volonté de Harry qu'il ne lui arrive rien l'était tout autant.

Quoi qu'il en soit, elle haussa les épaules, elle pensait pouvoir sans mal faire preuve de suffisamment de prudence pour que sa proposition n'ait pas de retombées sur elle ou encore sur ses fonctions.

« Merci beaucoup, j’espère que ça va donner quelque chose. »

"Je l'espère aussi.", répondit Pomona.

Elle ne pouvait qu'être du même avis, d'autant plus qu'elle considérait que cette situation avait vraiment assez duré. Ils pouvaient attendre patiemment le retour de Ginny tant que ce dernier ne s'éternisait pas et tant qu'on pouvait le croire certain. Maintenant, elle appréhendait qu'elle ne revienne pas.

Elle se sentit presque l'envie et l'intention de rajouter quelque chose pour rassurer encore son interlocuteur, mais elle ne le fit pas. Ce n'était pas dans sa nature que de donner de faux espoirs quand elle-même éprouvait quand même certaines réticences, n'était pas sûre du tout que les choses allaient se dérouler de la manière qu'ils escomptaient. Il fallait aussi admettre la possibilité que Ginny ne reviendrait peut-être jamais.

"En tout cas, j'admire ton sang-froid", reconnut-elle, se permettant d'adresser à son interlocuteur un compliment, ce qu'on entendait rarement de sa part. "J'ignore si j'aurais été capable du même à ta place."

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Voyageur Temporel
avatar
▌ Messages : 1052
Humeur :
10 / 10010 / 100

En couple avec : Ginny
Nouveau nom (voyageurs temporels) : William Black

QUI SUIS-JE?
Baguette:
Camp: Bien
Avatar: Daniel Radcliffe

Message#Sujet: Re: La chance aide parfois, le travail toujours. (Pomona)   Mer 21 Juin - 17:07

Harry & Pomona
La chance aide parfois, le travail toujours.
Harry aurait vraiment aimé que la situation soit quand même plus optimiste, mais le jeune homme savait que de toute façon il n’avait pas (plus) son mot à dire sur la question. Il aurait quand même aimé qu’ils puissent avoir plus que de l’espoir, mais ce n’était pas le cas. Malheureusement, ils ne pouvaient que se contenter d’espérer que la situation allait s’arranger, qu’ils allaient pouvoir retrouver Ginny ou qu’elle allait rentrer. Qu’elle allait se décider à revenir vers eux, si jamais elle allait bien et qu’il ne lui était rien arrivé (et à choisir, le jeune homme préférait largement ça), ou alors qu’ils allaient trouver ce qui s’était passé pour la ramener, pour la sauver peut-être même. Harry ne savait plus trop, la seule chose qu’il savait, c’était qu’il commençait vraiment à s’inquiéter pour sa petite amie et qu’il n’avait aucune idée d’où elle était. Enfin… si on pouvait encore dire qu’elle était sa petite amie, évidemment il y avait ça aussi. Harry ne savait pas quoi penser de leur relation au final, il ne savait pas si Ginny allait lui pardonner un jour ou non. Même s’il comprendrait, au final, qu’elle ne lui pardonne jamais.

Harry fut un peu étonné quand Pomona affirma qu’elle admirait son sang-froid, qu’elle aurait été incapable d’en faire de même à sa place. Honnêtement, le survivant ne savait même pas si c’était vraiment du sang-froid qu’il avait. En fait, il ne savait pas exactement ce qu’il faisait en réalité. Il ne le réalisait pas. Mais en même temps, il appréciait le compliment de la jeune femme. Il savait que Pomona n’était pas le genre de personne à donner des compliments, alors Harry appréciait le geste.

« Je n’ai pas vraiment le choix non plus. »
Et il était sincère, il pensait vraiment qu’il n’avait pas le choix. Les choses étaient comme ça, il ne pouvait pas changer grand-chose. Il ne pouvait rien faire pour changer le fond de la situation, simplement pour changer les choses dans le sens où il pouvait se battre afin de changer les évènements, d’arrêter ceux qu’ils devaient arrêter. Mais dans le fond de la situation, dans leur voyage temporel, dans les conflits entre les voyageurs, Harry ne pouvait pas faire grand-chose. « Si je devais perdre mon sang-froid, je ne servirais à rien. » Harry voulait croire qu’il servait à quelque chose oui, qu’il allait pouvoir arranger les choses. Que tout cela allait servir, qu’ils allaient arrêter Voldemort et que le futur ne serait pas celui qui les attendait. Qu’une fois qu’ils seraient chez eux, ils allaient tous avoir une vie bien meilleure. « Jusqu’à ce que tout soit terminer, faut qu’on tienne bon. »

Même si ce n’était pas facile, mais tant pis. Harry se forçait à se dire qu’il devait simplement tenir le temps que ça durait et qu’après tout allait être terminé et tout allait être plus facile. Même si ça pouvait mettre du temps.

« Et je suis sûr que tu serais capable d’avoir autant de sang-froid. »

Code by Gwenn
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
RÉSISTANCE
avatar
▌ Messages : 1405
Humeur :
50 / 10050 / 100

En couple avec : ...

QUI SUIS-JE?
Baguette: roseau, 23,2 cm et crin de licorne
Camp: Bien
Avatar: Carey Mulligan

Message#Sujet: Re: La chance aide parfois, le travail toujours. (Pomona)   Mar 27 Juin - 16:21

« Je n’ai pas vraiment le choix non plus. Si je devais perdre mon sang-froid, je ne servirais à rien. »

Pomona ne pouvait pas donner tort à Harry sur ce points. C'est sûr, il n'avait pas le choix, la situation était telle qu'elle était, et puisque tous leurs efforts pour retrouver Ginny ne menaient à rien, il fallait bien réussir à garder la tête froide pour faire face aux enjeux qui se présentaient à eux.

C'est vrai, la disparition de Ginny était alarmante, et on ne pouvait exclure l'hypothèse qu'elle soit directement liée aux mangemorts, maiis faite d'informations complémentaires, fautes d'éléments probants, ils n'avaient pas franchement le choix : ils devaient poursuivre leur combat.

L'enjeu était de taille, et il dépassait forcément une simple considération individuelle. C'était vrai, mais ce n'était pas pour autant que c'était si simple que d'oublier ses problèmes personnels pour se vouer entièrement à la cause collective. Ils passeraient tous par là à un moment ou à un autre, sans doute.

« Jusqu’à ce que tout soit terminer, faut qu’on tienne bon. »

Jusqu'à ce que tout soit terminé... et ça pourrait bien être long. Pomona avait bon espoir d'être de ceux, avec la Résistance, qui parviendraient à changer en bien le cours de l'histoire, mais elle restait malgré tout réaliste. Quand bien même ils devaient finir par y parvenir, ça ne se ferait pas sans difficultés.

Mais il fallait tenir bon malgré tout, une fois encore, la destination primait sur le chemin à parcourir, qu'importe qu'il soit ou non parsemé d'embuches.

« Et je suis sûr que tu serais capable d’avoir autant de sang-froid. »

Pomona appréciait le compliment, même si elle ne tenait rien pour acquis. Elle n'était pas du tout certaine de ce qu'aurait été sa réaction si les rôles avaient été inversés. Impossible à savoir, oui.

"Peut-être.", répondit-elle avec une certaine réserve.

Alors quelque part, ça avait déjà été le cas. Elles avaient été deux à fonder la Résistance, et quand Miyria était partie sans plus donner de nouvelles, Pomona s'était sentie désemparée, elle avait été convaincue qu'elle n'y arriverait pas seule.

Et pourtant, ils en étaient là... au point où personne ne savait même quel rôle Miyria avait joué dans la Résistance (mis à part les voyageurs, qui au moins profitaient de sa maison)... Elle avait tenu bon, et, oui, elle avait fait preuve de sang froid.

Mais ça ne voulait pas dire qu'elle y parviendrait de nouveau si la situation se représentait. Et elle allait être mise à l'épreuve, de ce point de vue-là, plus tôt qu'elle n'aurait pu le supposer.

"Comment vont les autres ?"

Autant profiter de cette occasion pour prendre des nouvelles des autres voyageurs. Qui sait ce qu'elle pourrait bien apprendre.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Voyageur Temporel
avatar
▌ Messages : 1052
Humeur :
10 / 10010 / 100

En couple avec : Ginny
Nouveau nom (voyageurs temporels) : William Black

QUI SUIS-JE?
Baguette:
Camp: Bien
Avatar: Daniel Radcliffe

Message#Sujet: Re: La chance aide parfois, le travail toujours. (Pomona)   Mer 16 Aoû - 17:18

Harry & Pomona
La chance aide parfois, le travail toujours.
À choisir, Harry aurait vraiment aimé que la situation soit différente, qu’ils n’aient pas besoin de se prendre la tête avec des histoires personnelles… mais en même temps, le jeune homme savait surtout qu’il ne pouvait que prendre les choses sur lui-même. Après tout, si Ginny avait décidé de s’en aller, c’était simplement parce qu’il lui avait menti. Simplement… c’était dingue à dire, mais au final c’était assez simple en effet. Harry n’avait pas eu confiance en ses amis, il avait caché la vérité sur leur potentiel départ, et ces derniers lui en voulaient. Il n’y avait pas plus simple que ça, Ginny avait de bonne raison de s’en aller. Ron et Neville avaient aussi de bonnes raisons de lui en vouloir… Comme il était normal qu’ils se prennent à ce point la tête. Sauf que le jeune homme n’avait pas spécialement envie de se laisser complètement distraire. Même s’il ne pouvait pas juste occulter le fait que Ginny n’était pas là, qu’il ne savait pas où elle était, il devait aussi se concentrer sur ce qu’ils devaient faire. Et une fois que Tom sera arrêté – parce qu’il ne fallait pas que les choses se passent différemment… ils devaient absolument arrêter Tom, il était hors de question que Voldemort puisse obtenir la place qu’il devait normalement avoir – les choses allaient forcément rentrer dans l’ordre. Harry ne pourrait pas forcément se faire pardonner, mais au moins ils allaient pouvoir rentrer chez eux et reprendre le court de leurs vies.

Harry se contenta d’afficher un léger sourire quand Pomona affirma que, peut-être, elle serait capable de faire preuve d’un même sang-froid que lui. Le jeune homme en était conscient, il savait que c’était le cas, il suffisait de voir de quelle manière elle menait d’une main de fer la résistance. Alors qu’elle n’était pas seule au début et que maintenant, elle l’était quand même. Non, il n’y avait aucun doute à avoir, elle agirait de la même manière qu’eux, parce qu’elle n’avait pas le choix. C’était bien ça le truc, ils se trouvaient dans une position où ils n’avaient pas le choix.

« Hermione va bien, elle a trouvé un travail au ministère. »
Dit-il quand Pomona lui demanda alors comment allait les autres. Bon, bien sûr, encore une fois, ils ne sautaient pas réellement de joie constamment. Ginny n’était donc pas là, Hermione et Ron étaient en froids après ce qu’ils avaient fait, donc non ça n’allait pas si bien que ça. Mais en même temps, la situation pourrait être pire. Pragmatiquement, ils n’allaient pas trop mal en tout cas. Ça pourrait être pire… « Luna va bien aussi, même si ce n’est pas évident pour elle de retourner toute seule à Poudlard. » Mais en même temps, ils avaient de la chance qu’elle ait accepté de retourner à l’école de magie. « Pour Ron et Neville… je n’en sais rien, ils ne me parlent toujours pas. » Ce qui allait finir par revenir, même si ça n’allait pas vraiment changer grand-chose. « Mais bon, dans l’ensemble, ça va. »
Code by Gwenn
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
RÉSISTANCE
avatar
▌ Messages : 1405
Humeur :
50 / 10050 / 100

En couple avec : ...

QUI SUIS-JE?
Baguette: roseau, 23,2 cm et crin de licorne
Camp: Bien
Avatar: Carey Mulligan

Message#Sujet: Re: La chance aide parfois, le travail toujours. (Pomona)   Lun 21 Aoû - 16:40


« Hermione va bien, elle a trouvé un travail au ministère. »


Oui, Pomona avait vaguement entendu parler de cela, même si elle n'avait pas pris le temps de s'y intéresser plus avant. Un poste au ministère ne garantissait pas pour autant qu'Hermione soit au meilleur de sa forme, d'autant qu'elle était aussi responsable que Harry avait pu l'être de l'épisode du retourneur de temps, mais soit, si elle était en mesure de travailler et de se dévouer à l'essentiel, on pouvait considérer qu'elle allait bien. Harry et Hermione avaient en commun cette force évidente de caractère.

Ce n'était pas pour rien qu'ils s'étaient imposés comme les leaders parmi les voyageurs temporels, même si dans la pensée commune, tous ses membres ne l'admettaient peut-être pas.


« Luna va bien aussi, même si ce n’est pas évident pour elle de retourner toute seule à Poudlard. »


Pomona hocha la tête quand il lui donna cette information. Elle s'en doutait, effectivement, que ce ne devait pas être simple... ou en tout cas, elle imaginait très bien que ça ne devait pas l'être pour tout individu normalement constitué.... Mais elle avait bien du mal à admettre que Luna soit effectivement normalement constituée.

Même après tout ce temps, elle continuait de garder comme une sorte de distance de sécurité avec la bleue et bronze. Ce n'était pas contre elle en soi, c'était juste assez... déconcertant, quand on prenait soin de cerner au mieux toutes les personnes qui nous entouraient, de se retrouver face à une personne qu'on se trouvait totalement incapable de décrypter. C'était le cas, pour Luna. Elle voudrait, vraiment, mais c'était ainsi, elle était juste... dans l'incapacité totale de la comprendre et de déterminer sa manière de penser. Elle serait, pour le coup, bien incapable de savoir quelle était son opinion concernant la situation, pour la peine.


« Pour Ron et Neville… je n’en sais rien, ils ne me parlent toujours pas. Mais bon, dans l’ensemble, ça va. »


Pomona regrettait d'apprendre l'attitude de Ron et de Neville. Quelque part, elle pourrait bien évidemment de le comprendre, mais d'instinct, elle se rangeait du côté de Harry et d'Hermione. D'accord, le fait qu'elle ait plus d'affinités avec eux y était sûrement pour beaucoup, mais il n'y avait pas que ça.

D'accord, elle comprenait qu'ils aient été blessé dans leur ego parce qu'ils n'avaient pas été informés, mais Pomona leur était gré d'avoir mis toutes les chances de leur côté pour se garantir de rester. Ils avaient simplement géré leurs priorités du mieux qu'ils le pouvaient... Et à certaines occasions, cela impliquait inévitablement de faire des concessions, c'était un fait. C'était assez égoïste, mais quand l'égoïsme rejoignait le bien commun, est-ce que c'était encore de l'égoïsme.


"Je pourrais tenter de leur parler, si tu veux", suggéra-t-elle en tournant son regard vers lui. Si cela pouvait les convaincre de sortir de leur mutisme, après tout. "Je doute fort qu'ils m'écoutent, mais sait-on jamais."

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Voyageur Temporel
avatar
▌ Messages : 1052
Humeur :
10 / 10010 / 100

En couple avec : Ginny
Nouveau nom (voyageurs temporels) : William Black

QUI SUIS-JE?
Baguette:
Camp: Bien
Avatar: Daniel Radcliffe

Message#Sujet: Re: La chance aide parfois, le travail toujours. (Pomona)   Sam 7 Oct - 17:21

Harry & Pomona
La chance aide parfois, le travail toujours.
Dis comme cela, on ne pouvait pas vraiment dire que les voyageurs étaient vraiment au meilleur de leur forme. Mais la « trahison » de Harry et Hermione ne manquaient pas de faire beaucoup de mal. Outre le fait que Ginny avait décidé de se barrer tout simplement, sans qu’ils n’aient la moindre idée d’où elle se trouvait, Ron et Neville avait décidé de ne plus parler au survivant. En même temps, au fond, Harry se disait que c’était sans doute mieux parce qu’il n’avait pas spécialement envie d’accuser encore et encore les reproches de ses amis. Il avait eu tort, d’accord, il le reconnaissait. Mais il se doutait que son meilleur ami et Neville n’allaient pas manquer de lui rappeler encore et encore qu’il avait fait un mauvais choix. Bon, le jeune homme ne pouvait pas nier qu’il était un peu lâche pour le coup, mais tant pis. En tout cas, ce qui était sûr, c’était que les voyageurs n’avaient rien du groupe unis qu’ils devraient être dans la lutte contre Voldemort. Cela reviendrait peut-être bientôt – ils n’allaient pas avoir d’autre choix que de mettre leurs soucis de côté pour se battre quand même – mais pour l’heure, ce n’était pas du tout le cas.

« Si tu as envie d’essayer, je ne vais pas te retenir. » Répondit Harry quand Pomona suggéra d’aller leur parler, quand bien même elle ne pensait pas qu’ils allaient l’écouter. Harry ne pouvait pas dire non à l’aide de la jeune femme, bien au contraire. Même s’il savait de son côté qu’il devrait peut-être faire le premier pas aussi, aller voir ses amis, s’excuser. « On ne sait jamais. Ils t’apprécient plus que moi en tout cas. »

Harry n’avait aucune envie de s’apitoyer sur son sort – même s’il n’était pas forcément le dernier pour le faire – il se contentait simplement d’annoncer une vérité. En cet instant précis, il était clair que Ron et Neville devaient apprécier plus Pomona à lui, parce qu’ils lui en voulaient amèrement (et à raison) d’avoir caché la vérité sur leur potentiel retour.

« Mais je vais aller les voir bientôt. » Il ne savait juste pas encore quand, dans quelle occasion, de quelle manière. Il devait bien avouer qu’il retarder un peu l’instant, parce qu’il n’avait aucune envie de se retrouver confronter encore et encore aux reproches. Qu’il comprenait, qu’il assumait, mais quand même. En attendant, cela ne servait à rien de tourner l’histoire en boucle, ils ne pouvaient rien y faire pour le moment. La seule chose qu’ils devaient faire, c’était se concentrer sur la fin de Voldemort. « Tu sais, avec Ron, on a l’habitude de pas mal se disputer. »

Combien de fois Hermione avait dû jouer les hiboux entre eux, parce qu’ils se prenaient la tête et qu’ils étaient incapable de prendre un peu sur eux pour aller voir l’autre et résoudre le souci en quelques mots. Il n’y avait pas une année à Poudlard qui n’avaient pas été jonché de leurs disputes. Avec Neville, c’était différent, mais une bonne discussion ne pouvait pas faire de mal (ou pas).
Code by Gwenn
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
RÉSISTANCE
avatar
▌ Messages : 1405
Humeur :
50 / 10050 / 100

En couple avec : ...

QUI SUIS-JE?
Baguette: roseau, 23,2 cm et crin de licorne
Camp: Bien
Avatar: Carey Mulligan

Message#Sujet: Re: La chance aide parfois, le travail toujours. (Pomona)   Mer 11 Oct - 12:16



« Si tu as envie d’essayer, je ne vais pas te retenir. »


Pomona hocha la tête. Elle allait donc tenter sa chance, même si elle n'envisageait aucun résultat particulier. Le reste des voyageurs temporels n'avaient aucune raison de l'écouter. Elle les estimait, et elle avait l'impression que c'était réciproque, oui, mais ça ne voulait pas dire grand-chose. Elle n'avait jamais parlé à titre trop personnel avec eux, et ils considèreraient peut-être que toute cette histoire ne la regardait pas.

Quelque part, il est vrai qu'elle ne la regardait pas complètement... C'était une histoire d'amitié trahie et d'orgueil blessé. Mais il n'y avait pas que cela. Ce qui les concernait la concernait ainsi que le reste de la Résistance, car s'ils étaient désunis, ils perdaient une partie considérable de leur avantage. Elle avait un intérêt tout particulier à les aider.

« On ne sait jamais. Ils t’apprécient plus que moi en tout cas. »

Pomona était convaincue du contraire, même si elle ne chercha pas à en convaincre Harry. Celle qu'il aimait avait fui à cause de ses décision (à cause de ses décisions, pas à cause de lui), et ça ne devait pas aider sa confiance en lui, mais si les autres voyageurs lui exprimaient tant de déception, ce n'était pas du tout parce qu'ils ne l'appréciaient plus, mais parce que, justement, ils l'appréciaient et ne s'attendaient pas à cela de lui. Le temps apaiserait ces tensions. L'ennui, c'est qu'ils n'avaient pas vraiment beaucoup de temps.

Dans tous les cas, Harry finirait bien par s'en rendre compte, elle ne lui ferait pas l'affront de lui ouvrir des yeux qui en soi n'étaient pas fermés. Ils ne regardaient pas dans la bonne direction, c'est tout.


« Mais je vais aller les voir bientôt. Tu sais, avec Ron, on a l’habitude de pas mal se disputer. »
Pomona n'avait aucun mal à le croire, en tout cas. Elle avait pu jauger les caractères de Harry et de Ron (elle les avait analysés comme tout le monde à une époque, elle avait encore ses notes sur eux quelque part dans son carnet oublié depuis un moment), et elle comprenait aussi bien les raisons qui faisaient d'eux les meilleurs amis que celles qui pouvaient aisément les séparer en certaines occasions. Fierté dissimulée, complexe d'infériorité et impulsivité ne font pas toujours bon ménage.

"Eh bien", répondit-elle simplement. "Ce n'est pas si mal, parfois, de tordre le cou à certaines de ses habitudes." Et elle parlait d'expérience. "L'ennemi n'attend que de nous diviser. Et on est plus intelligents que ça."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

La chance aide parfois, le travail toujours. (Pomona)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Le travail ... Toujours le travail ... ( Pv Hermione )
» Une aide est toujours apportée à ceux qui la demandent. Avec Caroline Sangster.
» HAITI-JOBS-HAITI-TRAVAIL-HAITI TRABAJO-HAITI EMPLOIE-EMBAUCHAGE
» Haiti: Liberté, "aide" et corruption
» Plan d'action: ministere des Affaires Sociales et du Travail
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
T.rouble O.r M.isery (or both) ::  :: 
Londres
 :: Ministère de la Magie :: Niveau 2
-