AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 La vérité est dans l'imaginaire [pv Adrian <33]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Voyageur Temporel
avatar
▌ Messages : 3939
Humeur :
98 / 10098 / 100

En couple avec : oh, vous savez, moi... Tiens, un nargole!
Nouveau nom (voyageurs temporels) : Aulne Quibber

QUI SUIS-JE?
Baguette: 19,42 cm, bois de saule et griffe de botruc
Camp: Bien
Avatar: Evanna Lynch

Message#Sujet: La vérité est dans l'imaginaire [pv Adrian <33]   Lun 26 Sep - 20:14


La vérité est dans l'imaginaire
E

lle savait bien qu'elle avait des deux dernières années passées à Poudlard une vision biaisée. Elle savait bien que la situation n'avait pas été idyllique, que des conflits entre les voyageurs temporels éclataient souvent (et ça se confirmait encore aujourd'hui, très clairement), et qu'ils ne se réunissaient pas si souvent que cela, du moins pas tant avec elle (même si Ginny avait toujours fait plus d'efforts). Elle le savait bien, mais à tous les instants qu'elle passait seule, à présent, elle songeait qu'elle pourrait être en compagnie de ses camarades d'infortune, qu'en d'autres circonstances, elle se trouverait peut-être en leur présence, et ça lui faisait un léger pincement au cœur, même un gros, parfois. Pourtant, la solitude était un état habituel, chez elle, voilà longtemps qu'elle passait le plus clair de son temps seule, et qu'elle ne s'en plaignait pas. Elle appréciait la compagnie d'autrui quand autrui voulait bien la lui accorder, mais elle avait appris à s'en passer, aussi, elle ne considérait pas que c'était grave non plus. Mais avec les voyageurs, c'était différent. Parce qu'ils étaient ses amis. Le manque d'amis, ce n'est tout de même pas pareil que celui d'une éventuelle interaction sociale.

Oui, Luna se sentait nostalgique, mais elle savait bien que ce n'était pas dans cet état d'esprit qu'elle parviendrait à mener une année sereine. Elle ne devait pas penser à ça, elle ne devait avoir qu'une seule préoccupation : la sécurité de Rhian et de Louisa, s'assurer que rien ne leur arrive. Le reste était finalement assez accessoire. Même si elle n'arrivait pas à faire abstraction non plus, même quand elle cherchait à focaliser son attention sur ces lubies que très peu d'autres étaient à même de comprendre. Enfin... elle ne pouvait pas non plus être vingt-quatre heures sur vingt-quatre sur les talons des deux jeunes adolescents, sous peine d'être taxée de harcèlement. Et il y avait ces autres choses dont il fallait qu'elle se préoccupe... même si leur importance lui était toute relative au jour d'aujourd'hui, comme ses études, les ASPIC qu'elle était supposée passer à la fin de l'année. Ça ne changerait pas grand-chose, sûrement, Ginny avait sans doute raison de considérer que ça n'avait pas de valeur, mais Luna, elle, considérait que c'était une manière comme une autre de ne pas céder non pas à la nostalgie de ses amies, mais à celle, plus insidieuse, de son époque. Ça permettait de s'ancrer dans le temps présent (le présent passé) et de se dire qu'on y avait sa place. Même momentanément.

Pour cette raison, elle s'appliquait à faire sa dissertation, dans le confort de la salle commune des serdaigles, tentant de s'ôter de l'esprit les pensées qui convergeaient trop souvent pour ses camarades à des kilomètres d'elle. Heureusement, la dissertation portait sur un sujet qui la passionnait, une dissertation de soins aux créatures magiques, son domaine de compétence, en somme. Même si elle ne savait jamais composer un argumentaire conventionnel. On lui demandait de parler de botrucs, elle avait déjà fait une digression sur les joncheruines, mais ça c'était un détail. Concentrée, elle ne constata pas tout de suite la présence à côté d'elle.


code by Mandy


_________________
- Let's do the time warp again -

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Serdaigle
avatar
▌ Messages : 262
Humeur :
50 / 10050 / 100

En couple avec : Aulne Quibber

QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois de peuplier, crin de licorne, 22.2cm
Camp: Neutre
Avatar: Michael Cera

Message#Sujet: Re: La vérité est dans l'imaginaire [pv Adrian <33]   Mer 2 Nov - 21:13

Luna & Adrian
La vérité est dans l'imaginaire.
Adrian venait de recevoir un message de sa tante, concernant le week-end qui arrivait. Le jeune homme allait rentrer chez sa tante et son oncle, pour son anniversaire. Le bleu et bronze appréciait les efforts de Tina concernant sa présence chez elle, il appréciait qu’elle fasse tous ces efforts afin de remplir un peu l’absence de sa mère. Mais justement, ça ne faisait que rendre l’absence de sa propre mère encore plus présente. Adrian appréciait de rentrer chez son oncle et sa tante, de pouvoir passer un week-end en famille, même s’il venait à peine de reprendre les cours à Poudlard. Mais bon… même si Adrian avait envie de croire que sa mère allait venir ce week-end le voir et ne pas se contenter de lui envoyer un cadeau par hibou (si elle lui envoyait quelque chose déjà), il ne pouvait pas non plus garder entièrement espoir. Il ne pouvait pas s’empêcher de se dire qu’elle n’allait pas pouvoir venir, qu’elle n’allait pas pouvoir se libérer. Encore une fois…

Adrian rangea la lettre de sa tante, avant de passer le passage pour rentrer dans la salle commune des Serdaigles. Il allait travailler sur ses devoirs, parce qu’il avait quand même énormément de travail à faire. Les professeurs ne les ménageaient pas du tout cette année et ils avaient déjà énormément de travail à faire. Le bleu et bronze pensait qu’il allait passer une bonne partie de sa soirée à travailler, parce qu’il n’aimait pas laisser trop de temps avant de se charger de ses devoirs, c’était un coup à avoir encore plus de travail d’un coup. Autant qu’il prenne de l’avance donc, ce qu’il allait faire. Peut-être qu’il devrait se rendre à la bibliothèque pour être plus tranquille, mais Adrian décida de tenter le coup dans la salle commune. Et quand il arriva, il n’y avait pas grand monde. A part Aulne, une fille qui venait de Salem aussi, mais que le bleu et bronze n’avait jamais vu là-bas. Il ne pouvait pas s’empêcher de se poser des questions la concernant. D’ailleurs, avec beaucoup trop de curiosité, le jeune homme ne put s’empêcher de s’approcher un peu de la jeune femme et de regarder son parchemin.

« T’es en train de travailler sur un devoir pour le soin aux créatures magiques ? »

Demanda-t-il alors, sans se rendre compte qu’il n’avait même pas pris la peine de saluer Aulne et de montrer sa présence. Mais ça, c’était parce qu’il avait vu le devoir de la jeune femme et plus précisément la matière de ce devoir. Quand il était question de soin aux créatures magiques, de tout ce qui touchait les créatures en fait, il avait un peu tendance à ne plus vraiment penser à autre chose. Même si pour le coup, on ne pouvait pas vraiment dire que le jeune homme se montrait vraiment très polis. Mais il était vraiment curieux. En plus, Aulne était en septième année et donc, forcément, elle avait un an d’avance sur lui dans ce domaine, ça jouait encore plus sur sa curiosité.
Code by Gwenn
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Voyageur Temporel
avatar
▌ Messages : 3939
Humeur :
98 / 10098 / 100

En couple avec : oh, vous savez, moi... Tiens, un nargole!
Nouveau nom (voyageurs temporels) : Aulne Quibber

QUI SUIS-JE?
Baguette: 19,42 cm, bois de saule et griffe de botruc
Camp: Bien
Avatar: Evanna Lynch

Message#Sujet: Re: La vérité est dans l'imaginaire [pv Adrian <33]   Mer 2 Nov - 21:58


La vérité est dans l'imaginaire
L

una avait beau être généralement préoccupée, ces derniers temps, des "distractions" comme celle qu'elle s'était trouvée en rédigeant son devoir de soin aux créatures magiques savaient la couper complètement du fil de ses pensées. Elle était entièrement accaparée par ce qu'elle rédigeait, si bien que plus aucune pensée parasite ne venait dérangé son esprit un tantinet dérangé. Elle ne prêtait pas la moindre attention à ce qui se passait autour d'elle, aux échos de certaines conversations des autres élèves présents dans la salle commune des bleus et bronze, aux mouvements alentours, si bien que quand Adrian se rapprocha d'elle, elle ne le remarqua pas tout de suite, entièrement focalisée sur son ouvrage. Elle ne constata finalement sa présence que lorsque son camarade s'adressa directement à elle. Sans prendre la peine de la saluer, il se contenta de s'interroger sur ce sur quoi elle travaillait. La jeune femme leva ses grands yeux globuleux en direction d'Adrian et le toisa un instant, surprise de cette approche inattendue. De manière générale, les élèves de Poudlard, quelle que soient l'époque, avaient appris à l'ignorer quand ils ne choisissaient pas de faire d'elle une source de moqueries. À la limite, il aurait pu l'interroger pour obtenir de l'aide à son propre devoir (même si demander de l'aide à Luna, même en soin aux créatures magiques, n'était sans doute pas une bonne idée), mais puisqu'ils n'étaient pas dans la même année. Bien qu'il fasse l'effort de lui adresser la parole, il ne semblait pas appartenir à la seconde catégorie pour autant. Peut-être devait-elle envisager la troisième des catégories, celle des curieux... Un curieux avec bonus, dans ce cas, car il avait trouvé le parfait angle d'approche, avec elle.

-Oui,
répondit-elle alors avec un léger sourire. Sur les créatures sylvestres partiellement dangereuses, ajouta-t-elle avec l'enthousiasme que savait susciter en elle un tel sujet, ce qui ne devait pas être le cas chez bien d'autres. Parce qu'aborder un tel sujet, chez elle, c'était prendre le risque de devenir intarissable.

Elle marqua une légère pause, et durant ce temps, ne cessa de fixer son interlocuteur, sans réaliser que cela pouvait potentiellement le déranger. Finalement, elle reprit la parole.

-Si tu as quelque chose à me demander, tu peux le faire directement, tu sais, tu n'es pas obligé de trouver un prétexte pour ça,
ajouta-t-elle alors avec cette franchise toute désarmante qui la caractérisait.

Parce qu'elle s'interrogeait vraiment sur les raisons de sa présence. C'était sans doute triste à dire (même si elle ne le voyait pas forcément comme ça), mais elle n'était pas habituée à ce qu'on l'aborde sans arrière-pensée. En soi, ça ne la dérangeait pas tant que ça, elle avait juste envie de comprendre. Elle qui était curieuse n'irait certainement pas jeter la pierre à ceux qui l'étaient également, même si c'était à son propre sujet.


code by Mandy


_________________
- Let's do the time warp again -

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Serdaigle
avatar
▌ Messages : 262
Humeur :
50 / 10050 / 100

En couple avec : Aulne Quibber

QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois de peuplier, crin de licorne, 22.2cm
Camp: Neutre
Avatar: Michael Cera

Message#Sujet: Re: La vérité est dans l'imaginaire [pv Adrian <33]   Dim 20 Nov - 18:41

Luna & Adrian
La vérité est dans l'imaginaire.
Quand Adrian avait ainsi abordé Aulne, il s’était bien rendu compte qu’il ne s’était pas vraiment montré poli. Mais en même temps, on ne pouvait pas vraiment dire que le bleu et bronze était très doué en quand il était question de d’être sociable. Surtout pas quand il se montrait, tout d’un coup, intéressé par le devoir de quelqu’un. Sans doute que si Aulne n’avait pas travaillé sur la matière des soins aux créatures magiques, il n’aurait peut-être pas pris la peine de l’aborder. Mais il le fit. Et quand elle lui répondit, avec de l’enthousiasme, Adrian sentit le sien monter en flèche. Aulne était donc en train de travailler sur un devoir touchant les créatures sylvestres partiellement dangereuses. Adrian s’apprêtait à reprendre la parole, lancé comme il était, mais la manière dont la jeune femme le regarda le perturba un peu. Pendant plusieurs seconde, ils ne dirent rien et se contentèrent donc de se fixer. Jusqu’au moment où Aulne reprit la parole, pour lui dire que s’il avait quelque chose à lui demander, il pouvait sans trouver de prétexte. Ce fut à ce moment-là qu’Adrian comprit que la bleue et bronze mal interprétait complètement ses propos. Elle pensait qu’il avait une raison précise de l’aborder, ce qui n’était pas du tout le cas.

« Je n’ai rien à te demander. » Dit-il alors, légèrement mal à l’aise. Adrian n’était vraiment pas des plus doués quand il était question de relation humaine. C’était simple, il suffisait de voir le nombre de ses amis pour le comprendre. Il se sentait un peu déstabilisé du coup, gêné qu’Aulne ait cru qu’il avait une arrière-pensée en venant lui parler. Mais en même temps, il ne savait pas qu’elle avait l’habitude que ça soit le cas et que ça ne le concernait pas forcément directement. « Je… je suis désolé que tu l’ais cru. » Reprit-il, ne parvenant pas vraiment à contenir son malaise. « J’ai… juste vu que tu travaillais sur un devoir de soin et créature magique et comme… c’est ma matière préférée, je me suis montré trop curieux. »

Sa matière préférée, pour ne pas dire un peu ce qui l’entourait depuis quelque temps. Si pendant un temps, Adrian n’avait pas pu autant parler de créature magique avec son oncle que maintenant, puisqu’il vivait avec sa mère aux Etats-Unis pendant que Tina et Norbert avaient déménagé ici, mais il s’était rattrapé pendant ce temps où il avait vécu avec eux (et puisqu’il continuait de vivre avec eux, ne se doutant pas que sa mère préparait son arrivée prochaine). C’était une passion plus qu’une matière préférée, puisqu’il souhaitait suivre la même voie que son oncle.

« Je ne vais pas te déranger plus longtemps… »

Il valait mieux qu’il ne s’attarde pas non, qu’il ne dérange pas plus Aulne. Elle avait de toute façon bien mieux à faire que de parler de son devoir avec lui, ou même tout simplement de s’imposer sa présence. Il avait clairement mis les pieds dans le plat pour le coup.
Code by Gwenn
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Voyageur Temporel
avatar
▌ Messages : 3939
Humeur :
98 / 10098 / 100

En couple avec : oh, vous savez, moi... Tiens, un nargole!
Nouveau nom (voyageurs temporels) : Aulne Quibber

QUI SUIS-JE?
Baguette: 19,42 cm, bois de saule et griffe de botruc
Camp: Bien
Avatar: Evanna Lynch

Message#Sujet: Re: La vérité est dans l'imaginaire [pv Adrian <33]   Dim 20 Nov - 19:20


La vérité est dans l'imaginaire
L

una se voulait (et était globalement) d'un naturel doux, agréable, tolérant et sociable, pourtant, elle se rendait compte que son attitude avait été pour le moins rude avec le bleu et bronze. Alors qu'elle toisait Adrian depuis ses yeux si grands qu'ils devaient sembler écarquillés, elle lisait en lui tout sauf de la malice et de mauvaises intentions... au pire de la maladresse, et c'était tout... Elle regrettait de l'avoir jugé si hâtivement. Elle prenait d'ordinaire soin de ne pas se laisser atteindre par les propos et les actes de ceux qui voulaient lui nuire ou tout simplement s'en prendre à elle, mais avec son expérience temporelle, elle avait appris à faire preuve d'une distance qui n'était pas tant sienne autrefois, et qui faisaient parfois d'elle quelqu'un de réellement injuste. Bien sûr, il se pouvait qu'Adrian mente, qu'il lui veuille vraiment quelque chose et prétende l'inverse pour trahir sa confiance, mais la jeune femme n'y croyait pas la moindre seconde. Il suffisait d'observer Adrian quelques secondes pour comprendre qu'il était tout sauf une mauvaise personne. Il avait tout simplement voulu nouer contact avec elle parce qu'il l'avait vu travailler sur un sujet qu'il adorait. Est-ce qu'il y avait un mal à ça ? Non, bien sûr que non... Luna elle-même aurait pu adopter une attitude toute équivalente. Être habité par sa passion et daigner sociabiliser en son nom, faire preuve d'une curiosité sans failles et l'exprimer sans honte, c'était exactement ce qu'elle-même avait pour habitude de faire.

-Tu ne me déranges pas,
le retint Luna dans un sourire solaire.

Et c'était vrai, il ne la dérangeait pas du tout, bien au contraire, c'était justement rare qu'on l'aborde, encore plus à des fins désintéressés, alors elle ne pouvait pas rechigner une telle occasion. D'autant qu'Adrian semblait vraiment être un garçon sympathique. Elle n'allait pas le retenir contre son gré s'il voulait simplement s'en aller, bien sûr, mais dans le cas contraire, elle serait ravie de parler avec lui. À l'heure où elle se sentait diablement seule, depuis le départ des autres voyageurs temporels et alors que Ginny ne donnait toujours pas de nouvelles, une conversation amicale ne serait pas de refus, à vrai dire.

-Je n'ai pas l'habitude qu'on me parle, c'est tout,
ajouta-t-elle dans un léger haussement d'épaules, en toute franchise. C'est aussi ma matière préféré, tu sais, ajouta-t-elle, toujours souriante.

Ce qui était effectivement le cas, même si les créatures qui l'intéressaient le plus n'étaient pas de celles dont on trouvait soin dans les livres du genre. Ceci dit, elle aimait tout autant les créatures qu'elle pouvait voir et approcher... Elle aimait en prendre soin, elle y était attachée même quand elle les rencontrait à peine. Les bêtes étaient moins vicieuses, moins traîtres, moins menteuses, c'était peut-être ça qui les rendait plus attachantes.



code by Mandy


_________________
- Let's do the time warp again -

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Serdaigle
avatar
▌ Messages : 262
Humeur :
50 / 10050 / 100

En couple avec : Aulne Quibber

QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois de peuplier, crin de licorne, 22.2cm
Camp: Neutre
Avatar: Michael Cera

Message#Sujet: Re: La vérité est dans l'imaginaire [pv Adrian <33]   Dim 1 Jan - 16:57

Luna & Adrian
La vérité est dans l'imaginaire.
Adrian se sentait vraiment idiot d’avoir ainsi dérangé Aulne, alors qu’elle était en train de travailler sur son devoir. Du moins, il ne pouvait que comprendre qu’il la dérangeait, puisqu’elle lui avait demandé ce qu’il attendait d’elle. Le jeune homme n’était pas vraiment doué quand il était question d’aborder quelqu’un, de commencer à sociabiliser. Ce n’était pas son truc, il suffisait de voir qu’il n’avait pas non plus foule d’ami. Il n’était donc pas doué, contraire à sa mère qui parvenait bien plus à sociabiliser avec les autres. Par moment, Adrian se demandait un peu de qui il tenait ce trait de caractère. Peut-être son père ? Cela, il ne pouvait pas le savoir, puisque sa mère ne lui disait presque rien sur l’homme qui était son père. Par moment, Adrian ne pouvait pas s’empêcher de se comparer un peu à son oncle, mais il se doutait que c’était surtout parce qu’il avait envie d’une figure paternelle réelle, qu’il avait envie d’avoir un père…

Il s’apprêtait donc à partir, à laisser Aulne tranquillement travailler sur son devoir et ne pas la déranger plus longtemps. Mais la bleue et bronze prit alors la parole pour lui dire qu’il ne la dérangeait pas. Adrian aurait peut-être pu douter des paroles de la jeune femme, si elle n’était pas en train d’afficher un sourire énorme. Le jeune homme ne savait même pas s’il avait déjà eu l’occasion de voir quelqu’un sourire comme ça. En fait si… il le savait, sa mère avait tendance à sourire de la même manière. En tout cas, Adrian avait envie de croire qu’elle disait la vérité, qu’il ne la dérangeait pas du tout. Aulne précisa alors qu’elle n’avait en réalité pas l’habitude qu’on vienne lui parler, ajoutant ensuite que c’était aussi sa matière préférée. Le jeune homme prit cette remarque comme une invitation à poursuivre la conversation. Il afficha un sourire à son tour, avant de reprendre la parole.

« C’est vrai ? » Sa question était un peu idiote, Aulne n’avait aucun intérêt à lui dire que le soin au créatures magiques était sa matière préférée si ce n’était pas le cas. Elle n’avait aucun intérêt à ce qu’il pense ça si ce n’était effectivement pas la matière qu’elle préférait. « C’est quoi ta créature favorite ? »

Demanda-t-il alors, un peu plus d’enthousiasme dans la voix. Adrian se montrait encore une fois un peu trop curieux, mais il ne parvenait pas à s’en empêcher. Il ne savait pas vraiment d’où ça lui venait, mais il avait envie de discuter avec la jeune femme, encore plus maintenant qu’il savait qu’elle affectionnait la même matière que lui. En même temps, dès qu’il était question des créatures magiques, le bleu et bronze avait tendance à se montrer tout de suite bien plus intéressé, bien plus passionné même. Il espérait donc qu’Aulne n’allait pas mal prendre ses nouvelles paroles, le fait qu’il engage la conversation de cette manière. Mais puisqu’elle lui avait souri, il n’y avait pas de raison si ?
Code by Gwenn
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Voyageur Temporel
avatar
▌ Messages : 3939
Humeur :
98 / 10098 / 100

En couple avec : oh, vous savez, moi... Tiens, un nargole!
Nouveau nom (voyageurs temporels) : Aulne Quibber

QUI SUIS-JE?
Baguette: 19,42 cm, bois de saule et griffe de botruc
Camp: Bien
Avatar: Evanna Lynch

Message#Sujet: Re: La vérité est dans l'imaginaire [pv Adrian <33]   Dim 1 Jan - 17:13


La vérité est dans l'imaginaire
L

una se contenta de hocher doucement la tête, toujours le même grand sourire aux lèvres quand Adrian lui demanda si le soin aux créatures magiques étaient à elle aussi ses créatures préférées, en bref, en lui demandant la confirmation de ce qu'elle venait d'affirmer. Au fond, sa question n'exigeait pas de réponse, elle était tout simplement rhétorique, mais cela n'empêcha pas la bleue et bronze d'y répondre d'un geste, tout simplement parce qu'elle voulait se rattraper par rapport à la première impression qu'elle avait manifestement fait à son interlocuteur, alors qu'il n'avait vraiment pas été dans son intention de lui donner le sentiment d'être de trop. Elle appréciait la compagnie, même si elle était bien souvent seule, et elle appréciait plus encore celle de son interlocuteur en cet instant que de compagnie, elle en avait sûrement besoin plus que d'ordinaire, ces derniers temps. Et puis, le bleu et bronze avait l'air très sympathique, quand il parlait des créatures magiques, il semblait assez évident que le sujet le passionnait réellement, et il était suffisamment rare de trouver de véritables passionnés du sujet pour ne pas les traiter avec gentillesse et considération. Elle appréciait sincèrement l'enthousiasme de son interlocuteur, et il lui faisait d'autant plus de bien qu'elle-même manquait de matière à s'enthousiasmer ces derniers temps, et honnêtement, elle le regrettait. Tout devenait si grave autour d'elle, si sombre, que ne serait-ce que se permettre de s'isoler dans sa bulle, de s'abandonner à ce qui la fascinait, semblait déjà être une erreur, un détour. Tant pis, elle allait se le permettre pour cette fois. Adrian lui donnait envie de faire exception à ses habitudes, d'autant plus qu'elles n'étaient pas toutes bonnes à garder, ces habitudes.

-Je n'y ai jamais vraiment réfléchi,
reconnut-elle quand son interlocuteur lui demanda quelles étaient ses créatures préférées. Il est vrai qu'elle ne s'était pas vraiment interrogée là-dessus pour la simple et bonne raison que toutes les créatures, sans exception, avaient son attention et son intérêt, des plus rares jusqu'aux plus communes. Il y avait peut-être quelques exceptions tout de même, comme ces créatures dont on mettait en doute une existence à laquelle elle croyait dur comme fer, parce qu'il fallait les aimer pour qu'au moins une personne reconnaisse leur existence. Les ronflaks cornues, c'est de belles créatures, observa-t-elle d'un ton rêveur. J'aime beaucoup les sombrals, aussi, je vais les nourrir, de temps en temps. Elle planta ses grands yeux bleus et globuleux dans ceux de son interlocuteur, plus ils parlaient (même si leur conversation démarrait à peine), plus il l'intriguait. Et toi ?

Si il posait la question c'était qu'il devait lui-même avoir quelques préférences. Elle se demandait ce que pouvait apprendre ce genre d'informations d'une personne, beaucoup sans doute. Elle voulait apprendre à mieux connaître son interlocuteur, et c'était peut-être une bonne manière de procéder.



code by Mandy


_________________
- Let's do the time warp again -

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Serdaigle
avatar
▌ Messages : 262
Humeur :
50 / 10050 / 100

En couple avec : Aulne Quibber

QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois de peuplier, crin de licorne, 22.2cm
Camp: Neutre
Avatar: Michael Cera

Message#Sujet: Re: La vérité est dans l'imaginaire [pv Adrian <33]   Jeu 16 Fév - 22:28

Luna & Adrian
La vérité est dans l'imaginaire.
Adrian était peut-être trop curieux, mais il n’y pouvait rien. Quand il était question des créatures magiques, le jeune homme ne pouvait pas s’empêcher d’être curieux à l’extrême. Ainsi donc, il demanda à Aulne quelles étaient ses créatures préférées. La jeune femme commença par lui dire qu’elle n’avait pas trop réfléchit à la question. Au début, Adrian se dit alors qu’il aurait peut-être dû garder sa question pour lui-même, après tout ce n’était pas comme si ça le concernait. Mais il ne pouvait pas s’empêcher de la poser, sans savoir vraiment pourquoi en plus. Après tout, le jeune homme ne connaissait que peu Aulne, mais il aimait bien ce début de conversation qu’ils avaient. Bon, au début, elle avait cru qu’il voulait lui demander quelque chose, puisqu’il n’était pas vraiment capable de s’y prendre correctement, mais au final ils entamaient une vraie conversation et le jeune homme aimait ça. Surtout qu’ils parlaient de créatures magiques, il aimait forcément ça. Ça lui manquait un peu quand il était à Poudlard, ces heures et ces heures à parler des créatures magiques avec son oncle. Alors forcément, dès qu’il pouvait le faire un peu, il ne se retenait pas du tout.

Luna fini par répondre, affirmant que les Ronflak Cornues étaient de belles créatures. Adrian ne put s’empêcher d’ouvrir grand les yeux, devant ce nom qu’il ne connaissait pas. Il n’en avait jamais entendu parler, ni par son oncle, ni dans les livres. Adrian ne prétendait pas tout connaître, sinon il n’aurait pas besoin de son oncle par moment, mais il était à chaque fois étonné de tomber sur un nouveau nom. Aulne parla aussi des Sombrals, ça il connaissait, mais il ne pouvait pas les voir.

« Les Ronflak Cornues ? Qu’est-ce que c’est ? Je n’en ai jamais entendu parler. » Demanda-t-il alors, impossible de taire sa curiosité. Aulne lui avait retourné la question, mais sa réponse s’était perdu dans les limbes. Il était incapable d’y répondre avant d’en savoir plus sur ses propres interrogations. C’était comme ça, il avait besoin de tout savoir. « Tu vois les Sombrals ? » Demanda-t-il alors, sans avoir attendu la réponse de la jeune femme. Et il enchaîna encore, incapable de s’arrêter. « Si tu les nourris, ça veut dire que tu les vois forcément. Sinon tu ne pourrais pas le faire. » Affirma-t-il finalement plus pour lui que pour son interlocutrice, en repensant à ce qu’il avait appris sur ces créatures. « Ça veut dire que tu… » Adrian s’arrêta dans sa phrase, tournant son regard vers les yeux globuleux de la bleu et bronze. « Je suis désolé. »

Adrian se sentait bête, il s’était laissé entraîner dans ses propos sans réfléchir avant de parler. Si elle voyait les Sombrals, c’était qu’elle avait vu la mort. Le jeune homme n’aurait sans doute pas dû mentionner ce détail, ce n’était jamais joyeux. Même s’il ignorait tous des circonstances de la mort que la jeune femme avait vu bien sûr, mais il se sentait bête quand même.
Code by Gwenn
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Voyageur Temporel
avatar
▌ Messages : 3939
Humeur :
98 / 10098 / 100

En couple avec : oh, vous savez, moi... Tiens, un nargole!
Nouveau nom (voyageurs temporels) : Aulne Quibber

QUI SUIS-JE?
Baguette: 19,42 cm, bois de saule et griffe de botruc
Camp: Bien
Avatar: Evanna Lynch

Message#Sujet: Re: La vérité est dans l'imaginaire [pv Adrian <33]   Jeu 16 Fév - 22:46


La vérité est dans l'imaginaire
L

una n'était pas vraiment surprise d'entendre son interlocuteur l'interroger au sujet des ronflaks cornus. C'était tout à fait normal. Les ouvrages de soin aux créatures magiques faisaient toujours l'impasse sur ces animaux, tous ceux qu'affectionnaient la jeune femme, en fait : pas de joncheruines, pas de nargoles, pas de ronflaks. Ce n'était pas grave, c'était toujours un plaisir pour la bleue et bronze d'évoquer ces créatures bien trop méconnues, et qui devaient l'être d'autant plus à l'heure actuelle que son père n'était pas encore là pour révéler à tous ces vérités dissimulées de toutes parts. Le Chicaneur n'existait pas... Le lire à chaque parution faisait partie des rituels qui lui manquaient le plus... mais pas autant que son père, ceci dit. Enfin. Luna était prête à apprendre à son interlocuteur tout ce qu'elle savait de ces créatures dont elle n'avait malheureusement jamais croisé la route, elle avait vraiment le sentiment que, pour ce qui était peut-être la première fois, quelqu'un s'intéressait réellement à ce qu'elle avait à dire sur ce sujet qui la passionnait tant, mais elle n'en eut finalement pas le temps, car Adrian embraya immédiatement sur les sombrals, au sujet desquels il semblait bien renseigné.

Il déduisit de son propos une vérité à laquelle elle n'avait même pas songé en s'exprimant si légèrement sur le sujet. Si elle pouvait voir les sombrals, c'était parce qu'elle avait vu quelqu'un mourir. Luna allait à la rencontre de ces créatures depuis sa première année à Poudlard, elle les appréciait pour ce qu'elles étaient et non pour ce que le fait qu'elle parvenait à les voir pouvait bien signifier, si bien qu'elle les avait évoquées sans songer aux déductions que son interlocuteur pourrait en tirer. Est-ce que c'était si grave ? Pas spécialement, non, ce n'était pas grave. Même si Aulne Quibber, contrairement à Luna Lovegood, était supposée avoir encore ses deux parents. Mais elle pouvait bien inventer quelque chose. Ou au pire, ne rien dire du tout. Elle voyait bien qu'Adrian avait eu conscience d'être indiscret. Il ne lui reprocherait pas de se taire. Pourtant, elle voulut être sincère. Adrian lui donnait envie de l'être. Peut-être parce que lui-même semblait être quelqu'un de foncièrement honnête. Aussi parce qu'elle était fatiguée de mentir à tout bout de champ... Ça avait à peine du sens, encore, de toute manière, alors que ceux qui devraient le moins être au courant étaient le mieux renseignés au sujet de son identité secrète et de celle des autres voyageurs temporels.

-Tu n'as pas à être embarrassé,
répondit-elle simplement, avec douceur. Ma mère aimait faire des expériences... l'une d'elles a mal tourné. Elle esquissa un léger sourire. Mais c'était il y a longtemps, tu sais.

Elle avait fait son deuil, mais sa mère lui manquait bien souvent. Et maintenant, c'était ses deux parents qui lui manquaient.


code by Mandy


_________________
- Let's do the time warp again -

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Serdaigle
avatar
▌ Messages : 262
Humeur :
50 / 10050 / 100

En couple avec : Aulne Quibber

QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois de peuplier, crin de licorne, 22.2cm
Camp: Neutre
Avatar: Michael Cera

Message#Sujet: Re: La vérité est dans l'imaginaire [pv Adrian <33]   Mer 12 Avr - 14:06

Luna & Adrian
La vérité est dans l'imaginaire.
Adrian se sentait particulièrement mal à l’aise avec sa manière de parler des sombrals. Il n’y avait pas pensé tout de suite, avant de mentionner le fait que si la jeune femme voyait les sombrals, c’était parce qu’elle avait vu la mort de près, qu’elle avait vu quelqu’un mourir. Le jeune homme se sentait bête, il n’aurait pas dû aborder le sujet si légèrement. C’était que de son côté, il était bien incapable de voir les sombrals, même si c’était une créature (comme toutes les autres) qui avait le don de le fasciner. Le jeune homme aurait bien aimé les voir, mais en même temps il savait le prix à payer pour cela. Alors, en soit, c’était une bonne chose qu’il ne les voit pas. Et Aulne les voyait elle, contrairement à lui, il se sentait vraiment idiot. Mais la jeune femme le rassura alors, affirmant qu’il n’avait pas à être embarrassé. Bon, c’était plus facile à dire qu’à faire, mais il appréciait en tout cas qu’elle ne se mette pas en colère malgré ses propos. Même si, de ce qu’il avait pu voir déjà de Aulne, elle ne semblait pas être le genre de fille à se mettre en colère, même pour les choses graves. La jeune femme lui expliqua donc que sa mère avait l’habitude de faire des expériences et que l’une d’elle avait mal tourné. Adrian afficha un léger sourire, un peu triste, un peu gauche aussi sans nul doute, quand Aulne sourit à son tour, en précisant que c’était arrivé il y a longtemps. Même si c’était le cas, le jeune homme se sentait quand même un peu nul, mais puisqu’elle ne semblait pas mal le prendre, il ne devait sûrement pas trop se prendre la tête non plus. Il savait, pourtant, que parfois il devait faire attention à ce qu’il disait. Qu’il n’était pas forcément très doué avec les autres (à se demander de qui il tenait au final, quand on connaissait ses parents… mais justement, il ne les connaissait pas complètement et actuellement il s’identifiait bien plus à son oncle).

« Je suis désolé. »
Répéta-t-il alors, quand bien même il se doutait que ce n’était peut-être pas nécessaire. Mais le jeune homme était désolé d’apprendre que la jeune femme avait perdu sa mère. Il ne savait pas du tout comment il supporterait d’avoir perdu sa mère, mais en même temps il avait perdu le sien lui. « Je ne connais pas mon père. » Dit-il alors, comme un peu venu de nulle part. Mais il avait eu soudainement envie de se confier un peu, comme pour exprimer à la jeune femme le fait qu’il pouvait la comprendre. « Je n’ai pas eu la chance de le connaître, mais je comprends ce que c’est de pas avoir deux parents. »

Parce que du coup c’était le cas de la jeune femme, qui ne devait avoir que son père. Enfin, elle avait son père il l’espérait. Parce que sinon ça ferait quand même trop de boulette d’un coup.
Code by Gwenn
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Voyageur Temporel
avatar
▌ Messages : 3939
Humeur :
98 / 10098 / 100

En couple avec : oh, vous savez, moi... Tiens, un nargole!
Nouveau nom (voyageurs temporels) : Aulne Quibber

QUI SUIS-JE?
Baguette: 19,42 cm, bois de saule et griffe de botruc
Camp: Bien
Avatar: Evanna Lynch

Message#Sujet: Re: La vérité est dans l'imaginaire [pv Adrian <33]   Mer 12 Avr - 16:44


La vérité est dans l'imaginaire
L

una se contenta de sourire une nouvelle fois à Adrian quand ce dernier s'excusa de nouveau auprès d'elle, il n'avait vraiment pas de raison de réitérer ses excuses, outre le fait qu'il n'était pour rien dans sa propre histoire (en tout cas pour le moment), elle ne pensait pas qu'elle mérite que l'on s'y appesantisse trop. Elle était triste, certes, mais beaucoup d'autres l'étaient tout autant, et puis, elle était suffisamment lointaine à présent pour que la bleue et bronze puisse l'appréhender avec plus de nostalgie que de douleur, alors ce n'était pas si grave, en définitive. La jeune femme, néanmoins, trouvaient touchantes les sortes de condoléances à retardement que lui adressait le jeune homme, parce qu'elle avait le sentiment qu'elles étaient très sincères. Adrian semblait, oui, être un garçon ce qu'il y a de plus honnête, et l'air de rien, c'était une qualité qui importait beaucoup à Luna, d'autant plus qu'elle n'avait pas le loisir de l'observer chez grand-monde, à plus forte raison depuis les débuts de son voyage temporel, alors que les manigances et autres mensonges semblaient sans cesse de mise, et à certaines, pour son anonymat, il avait bien fallu qu'elle participe, par ailleurs.

Le jeune homme se confia alors sur sa propre histoire, et Luna comprit mieux pourquoi il savait faire preuve d'une telle compassion, d'une empathie à ce point sincère. Son histoire familiale à lui ne paraissait pas bien simple non plus. Il n'avait jamais connu son père, et cela avait dû laisser des séquelles. Elle appréciait que le hasard lui ait donné de se confier à quelqu'un dont la situation ressemblait à la sienne (et plus qu'elle ne le pensait, d'ailleurs). Elle s'abstint de préciser que son père était absent, lui aussi, expliquer cela ce serait avéré trop complexe sans doute (et interdit surtout), mais si elle s'y était hasardée, eh bien, il aurait compris. Parce que lui aussi vivait éloigné d'une mère qui l'avait finalement élevé seul, et il en souffrait, comme Luna souffrait de l'absence de son père. C'est parfois à ce genre de coïncidences que les âmes se rapprochent, en tout cas, du fait de ces confidences échangées alors qu'ils se connaissaient à peine, Luna avait le sentiment qu'Adrian lui était devenu plus proche que des personnes avec lesquelles elle parlait très fréquemment, sans pour autant jamais rien en retirer qui ne soit superficiel, en définitive.

-Pourquoi tu n'as jamais connu ton père ?


Sa question était indiscrète, mais elle la posait malgré tout avec une certaine désinvolture, sans réelle crainte de l'être. Oui, elle était probablement indiscrète, c'est un fait. Mais en attendant, elle pensait qu'ils avaient justement dépassé ce stade où utiliser des pincettes était la norme, elle s'était confié à lui, il s'était confié à elle, et ce qu'il pouvait lui apprendre de personnel l'intéressait bien plus que le prochain devoir qu'il lui faudrait rendre.


code by Mandy


_________________
- Let's do the time warp again -

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Serdaigle
avatar
▌ Messages : 262
Humeur :
50 / 10050 / 100

En couple avec : Aulne Quibber

QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois de peuplier, crin de licorne, 22.2cm
Camp: Neutre
Avatar: Michael Cera

Message#Sujet: Re: La vérité est dans l'imaginaire [pv Adrian <33]   Lun 1 Mai - 20:54

Luna & Adrian
La vérité est dans l'imaginaire.
Adrian comprenait ce que c'était de vivre avec un seul parent et mine de rien, ce n'était pas rien. En soit, l'histoire d'Aulne et la sienne ne se ressemblait pas tant que ça, parce que la mère de la jeune femme était morte sous ses yeux. Lui... bah il ne connaissait pas son père et il ne savait même pas s'il était vivant ou mort. Il n'avait jamais eu l'occasion de s'attacher à quelqu'un et le perdre. Il n'existait juste pas. Cela ne l'étonnerait pas tant que ça et ne changerait rien à son existence, s'il apprenait qu'il n'avait en fait aucun père. Bon, il en avait un parce qu'il fallait bien en avoir un, mais voilà. Ce qu'il savait par contre, c'était ce que c'était de vivre avec juste un de ses parents. Adrian ne savait rien du père d'Aulne, mais il se disait que ça ne devait pas être évident pour lui non plus d'élever sa fille sans sa femme. Comme sa mère à lui peinait à l'élever toute seule, raison pour laquelle il se trouvait là d'ailleurs. Il ne se doutait pas qu'en plus de tout cela, il avait plus de point commun avec Aulne. Qu'elle devait vivre loin de son père et donc qu'elle ne pouvait que comprendre ce qu'il vivait.

Quand Aulne l'interrogea sur son père, c'était quelque peu indiscret, mais ça ne dérangea pas Adrian. C'était normal qu'elle se montre curieuse et puis ce n'était pas comme s'il ne pouvait pas en parler. Elle s'était confiée à lui sur la mort de sa mère, il pouvait très bien parler de l'absence de son père. Ce n'était pas grand chose en plus à côté. Il afficha donc un sourire, avant de reprendre la parole en haussant les épaules.

« Mes parents se sont séparés avant ma naissance. »
De ce qu'il savait, en fait il ne connaissait pas du tout les détails. Sa mère ne lui parlait pas très souvent de son père en même temps. « Je sais juste que ma mère aimait mon père, mais je ne sais pas du tout qui il est. »

Pour le moment, parce qu'il ne se doutait pas en cet instant précis que son père était bientôt dans les parages, qu'il allait bientôt arriver dans sa vie. Pour lui, son père n'était finalement qu'une chose abstraite. Il venait bien de quelque part, mais il n'avait aucune idée de qui il était. En un sens, le jeune homme ne pouvait pas nier qu'il aimerait bien en savoir plus, connaître un peu son père, mais en même temps ce n'était pas quelque chose de vital. En cet instant précis, le jeune homme préférerait de toute façon retrouver sa mère qu'il ne voyait plus vraiment depuis qu'il vivait en Grande Bretagne. Ça aussi, le jeune homme ne se doutait pas que ça n'allait pas tarder à arriver, que sa mère préparait son arrivée. Que sa vie allait quand même quelque peu bouger. Que ça commençait même déjà à le faire maintenant.
Code by Gwenn
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Voyageur Temporel
avatar
▌ Messages : 3939
Humeur :
98 / 10098 / 100

En couple avec : oh, vous savez, moi... Tiens, un nargole!
Nouveau nom (voyageurs temporels) : Aulne Quibber

QUI SUIS-JE?
Baguette: 19,42 cm, bois de saule et griffe de botruc
Camp: Bien
Avatar: Evanna Lynch

Message#Sujet: Re: La vérité est dans l'imaginaire [pv Adrian <33]   Lun 1 Mai - 21:30


La vérité est dans l'imaginaire
L

una se doutait bien que sa question pouvait paraître indiscrète, mais elle l'avait posée sans vraiment s'en soucier, parce qu'il était dans sa nature d'être honnête, entière, intègre, loin d'elle l'idée de garder pour elle une pensée qu'elle avait envie de partager. Après, libre à ses interlocuteurs de considérer que ces pensées étaient pertinentes ou non, c'était encore une autre affaire. Le bleu et bronze ne sembla pas prendre ombrage de son indiscrétion et lui répondit avec la plus totale honnêteté. Son père et sa mère s'étaient séparés avant sa naissance, mais ses parents s'étaient aimés. C'était court, comme explications. La jeune femme se doutait qu'il y avait pour Adrian beaucoup de questions sans réponses. De son père, il ne savait finalement rien... Par exemple, pourquoi n'avait-il pas pris contact avec son fils après la séparation ? Peut-être que ce père ne savait même pas qu'il avait un fils ? Va savoir... pour autant, la bleue et bronze considérait quand même qu'Adrian savait le plus important : à savoir qu'il était né de l'amour sincère de ses deux parents. Et ça, c'était une chose dont beaucoup d'autres ne pouvaient pas se targuer un seul instant. C'était sa chance dans son malheur, il en fallait toujours, après tout.

-Je suis désolée,
répondit-elle simplement, qui était loin d'être insensible à l'information très personnelle que son interlocuteur venait de lui délivrer. Elle se doutait qu'il faisait avec cette situation et qu'il n'en souffrait pas forcément trop, il n'empêche qu'il avait dû, comme tout une chacun, s'interroger sur ses origines, et ne pas tout savoir, c'était un peu être dépossédé d'une partie de son identité. Ce n'était pas simple, en tout cas. Mais tu as de la chance, je pense. C'est mieux d'être né de parents qui se sont aimés et qui ne sont plus ensemble que de parents qui ne se sont jamais aimés et qui le sont toujours. Mais elle disait cela sans pouvoir en juger d'expérience, cette fois. Luna avait seulement tendance à chercher à prendre les choses avec le plus de philosophie possible. Et quand on finissait par se retrouver dans une situation telle que la sienne, il s'avérait finalement que ce n'était pas un moindre luxe. Et puis, tu as toujours ta maman.

Ce qui en soi pouvait être considéré comme une chance aussi, même si Luna ne devinait pas qu'en parlant de la mère d'Adrian, elle évoquait indéniablement un sujet sensible, qui la rapprochait de ses considérations sans qu'elle le devine encore. La mère d'Adrian était loin, trop loin pour qu'il puisse la voir autant qu'il le voudrait tout comme, après plus de deux ans sans pouvoir voir son père, qui techniquement n'était même pas né encore, Luna souffrait chaque jour un peu plus de son absence.


code by Mandy


_________________
- Let's do the time warp again -

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Serdaigle
avatar
▌ Messages : 262
Humeur :
50 / 10050 / 100

En couple avec : Aulne Quibber

QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois de peuplier, crin de licorne, 22.2cm
Camp: Neutre
Avatar: Michael Cera

Message#Sujet: Re: La vérité est dans l'imaginaire [pv Adrian <33]   Lun 8 Mai - 13:34

Luna & Adrian
La vérité est dans l'imaginaire.
Adrian adressa un sourire à Aulne quand elle lui affirma qu'elle était désolée. Elle n'avait pas du tout besoin de le faire normalement, mais le jeune homme appréciait quand même qu'elle lui dise ça. En soit, ça n'allait rien changer à la situation et en réalité Adrian ne souffrait pas tant que ça de ne pas avoir de père, mais il appréciait. Ce n'était pas vraiment quelque chose de dur de ne pas avoir de père non, parce qu'il n'en avait jamais eu et qu'il ne savait pas ce que cela faisait. En soit, le jeune homme savait qu'il souffrait moins que ceux qui avaient eu de la chance de connaître un parent et de l'avoir perdu ensuite, comme Aulne avec sa mère. Adrian se posait énormément de question sur son père, sur ses origines, mais sa mère ne lui disait jamais rien. Et au final, il avait juste commencé à faire avec et il continuait comme ça. Cela faisait des années après tout qu'il n'avait pas parlé de son père avec sa mère – pour ce qu'elle lui disait donc – parce qu'il avait grandit, parce qu'il ne ressentait plus autant ce besoin de savoir d'où il venait. Mais il ne se rendait pas compte que tout cela allait être chamboulé bientôt.

Adrian ne perdit pas son sourire quand Luna lui affirma qu'il avait de la chance d'être né de parents qui s'aimaient et séparés, plutôt que d'être né de parents qui ne s'aimaient pas, mais qui étaient encore ensemble. C'était une façon de voir oui. Adrian ne savait pas s'il pensait la même chose, mais en même temps il aimait bien le côté philosophique optimiste d'Aulne. C'était une bonne chose de tenter de voir les choses du bon côté, au lieux de se contenter de voir le négatif. Même si, en soit, Adrian avait tendance à plus ressasser qu'autre chose. Et quand la jeune femme parla de sa mère, ça ne pouvait que le lui rappeler.

« Oui. » Dit-il dans un soupir en baissant son regard un instant. Il avait sa mère oui. Oh, bien sûr qu'il l'avait, elle était toujours là, bien vivante, elle l'aimait... mais elle n'était pas là physiquement. « Enfin, là, elle est encore aux États-Unis donc... »

Bah donc, il ne pouvait pas la voir autant qu'il le voulait. Même s'ils conversaient par lettre, il ne pouvait pas la voir. Donc ce n'était pas vraiment comme si elle était là. Il l'avait toujours, bien sûr, mais elle n'était pas là. Elle était loin et il ne savait même pas si elle allait pouvoir venir pour son anniversaire. Alors qu'avant, sa mère n'aurait jamais raté le moindre de ses anniversaires. Mais bon, Adrian comprenait sa situation, le fait que c'était compliqué, qu'elle n'avait pas eu le choix... le souci c'était que lui non plus n'avait pas eu le choix au final. Mais bon, il ne pouvait rien y faire. Enfin, il était loin de se douter que bientôt, tout allait rapidement changer en ce qui concernait sa mère et même son père.
Code by Gwenn
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Voyageur Temporel
avatar
▌ Messages : 3939
Humeur :
98 / 10098 / 100

En couple avec : oh, vous savez, moi... Tiens, un nargole!
Nouveau nom (voyageurs temporels) : Aulne Quibber

QUI SUIS-JE?
Baguette: 19,42 cm, bois de saule et griffe de botruc
Camp: Bien
Avatar: Evanna Lynch

Message#Sujet: Re: La vérité est dans l'imaginaire [pv Adrian <33]   Lun 8 Mai - 13:56


La vérité est dans l'imaginaire
L

una, comme toujours, se montrait franche, peut-être un peu trop, même. Elle disait les choses comme elle les pensait, c'était tout, et avec d'autant plus de volonté, en définitive, qu'elle avait envie de le rassurer. C'était là le sentiment qu'il lui inspirait, une profonde sympathie, et l'envie de le voir sourire. Forcément, en évoquant le sujet de ses parents, elle n'avait pas choisi le meilleur moyen de lui apporter un semblant de bonne humeur, mais elle n'avait pas deviné que non seulement son père était absent, mais en plus, sa mère était loin, géographiquement parlant, en tout cas. Elle comprenait que cette information pesait beaucoup sur la conscience du jeune homme, et elle ne saurait dire si c'était ou non une bonne chose qu'elle l'ait invité à s'exprimer sur le sujet, elle devait ouvrir des blessures qui n'avaient même pas eu le temps de cicatriser. Mais peut-être qu'il avait besoin d'en parler malgré tout ? Libre à lui de choisir ou non de poursuivre la conversation sous cet angle. Elle ne lui en voudrait pas le moins du monde s'il devait préférer parler d'autre chose, ou même lui dire ne plus avoir envie de parler avec elle. Elle trouverait ça dommage, oui, parce que elle aimait parler avec lui, mais elle comprendrait. Et ce ne serait pas la première fois. Ni la dernière d'ailleurs.

-Oh...
dit-elle doucement. Elle attrapa doucement la main d'Adrian et la serra dans la sienne. Un geste peut-être équivoque, mais qui était seulement naturel pour la bleue et bronze, juste une façon de lui communiquer son soutien. Parce qu'elle savait très bien ce qu'il vivait et qu'elle ne pouvait que compatir. Elle ne prenait même pas en considération ce que ce geste pouvait avoir d'ambigu ou le fait qu'il pourrait potentiellement faire jaser autour d'eux. Elle agissait toujours très spontanément, et la spontanéité voulait qu'elle cherche à apporter son soutien à Adrian, qu'importe la manière. Désolée, je ne savais pas. En même temps, elle ne savait rien du tout. Les deux serdaigles se connaissaient à peine, en même temps, c'était par conséquent logique. Ils apprenaient seulement à se connaître, mais tout de même, Luna se sentait avec lui une proximité, une connexion réelle et immédiate. Peut-être due au fait qu'ils avaient des histoires par plusieurs aspects assez similaires, enfin de compte. Ou bien c'était autre chose. Je ne vois plus mon père non plus, dit-elle alors, non pas pour ramener le sujet à elle mais parce qu'elle se disait qu'il se sentirait peut-être un peu moins seul s'il apprenait que sa situation n'était pas vécue que de lui seul. Il est resté là-bas, lui aussi. Là-bas, les Etats-Unis, prétendument... Mais là-bas dans une autre époque, surtout, où elle ne pouvait pas le rejoindre. Il me manque beaucoup.


code by Mandy


_________________
- Let's do the time warp again -

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Serdaigle
avatar
▌ Messages : 262
Humeur :
50 / 10050 / 100

En couple avec : Aulne Quibber

QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois de peuplier, crin de licorne, 22.2cm
Camp: Neutre
Avatar: Michael Cera

Message#Sujet: Re: La vérité est dans l'imaginaire [pv Adrian <33]   Lun 8 Mai - 22:28

Luna & Adrian
La vérité est dans l'imaginaire.
Quand Aulne attrapa sa main, Adrian ne put s'empêcher de se sentir légèrement embarrassé. Non pas que le geste le dérange, bien au contraire, c'était simplement inattendu. Pas désagréable du tout, il appréciait ça même, mais c'était... c'était bizarre. C'était un peu la première fois qu'une fille (autre que Cassiopée, mais elle ne comptait pas elle, c'était pas genre juste une fille, c'était sa meilleure amie, ça n'avait rien à voir) lui prenait la main comme ça. Adrian sentit donc ses joues rosir, même s'il fit du mieux qu'il pouvait pour que ça ne se voit pas. Il lui adressa un léger sourire quand elle s'excusa parce qu'elle ne savait pas. C'était normal, au final ils ne s'étaient jamais vraiment parlé et du coup ils ne savaient rien l'un de l'autre. Adrian ne connaissait finalement rien de la vie d'Aulne, c'était normal qu'elle ne sache pas que sa mère était encore aux États-Unis. Le jeune homme ne lui en voulait donc pas, même si bien sûr le sujet était toujours un peu compliqué à aborder. Mais en même temps, ce n'était pas comme si Aulne pouvait y faire quoi que ce soit et que le bleu et bronze allait arrêter de penser au fait que sa mère lui manquait.

Adrian ne répondit rien donc, il ne chercha pas plus que cela à retirer sa main non plus d'ailleurs, il se contentait simplement d'apprécier le soutien que la jeune femme cherchait à lui apporter. Il ne savait pas vraiment pourquoi, mais le jeune homme avait un peu le sentiment qu'elle pouvait le comprendre. Il su pourquoi quand elle lui apprit alors que son père aussi était encore là-bas. Lui comprenait de l'autre côté de l'océan parce qu'il savait qu'Aulne venait aussi des États-Unis, mais ce n'était pas ça. Ce qu'il comprenait, cependant, c'était qu'ils vivaient finalement la même chose. Elle n'avait plus de mère, il n'avait pas de père. Et leur seul parent était loin.

« Je suis désolé. » Dit-il alors, en serrant à son tour un peu plus la main d'Aulne dans le but de lui communiquer le même soutien qu'elle lui avait donné avant. C'était vraiment étrange, mais il sentait une proximité avec la bleue et bronze et il trouvait que c'était vraiment facile de lui parler. Il n'était pas forcément doué avec les autres, il était parfois un peu trop timide, mais là il se sentait bien. Enfin, à peut-près, il restait quand même un peu gêné. « C'est dingue. » Reprit-il dans un fin sourire, non pas pour changer de sujet, mais simplement parce qu'il avait envie de le dire. « On a beaucoup de point en commun en fait. »

Et c'était un constat facile à faire. Outre le fait qu'ils avaient tous les deux un parents en moins et un qui se trouvait loin, qui leur manquait, ils aimaient aussi tous les deux le soin aux créatures magiques. En fait, Adrian avait envie de croire qu'il pouvait vraiment s'entendre avec Aulne. Il aimait bien parler avec elle, il l'a trouvait intéressante.
Code by Gwenn
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Voyageur Temporel
avatar
▌ Messages : 3939
Humeur :
98 / 10098 / 100

En couple avec : oh, vous savez, moi... Tiens, un nargole!
Nouveau nom (voyageurs temporels) : Aulne Quibber

QUI SUIS-JE?
Baguette: 19,42 cm, bois de saule et griffe de botruc
Camp: Bien
Avatar: Evanna Lynch

Message#Sujet: Re: La vérité est dans l'imaginaire [pv Adrian <33]   Lun 8 Mai - 22:53


La vérité est dans l'imaginaire
L

e sourire de Luna s'agrandit légèrement quand Adrian affirma à son tour qu'il était désolé de ce qu'elle vivait, tout en serrant un peu plus sa main dans la sienne. Ce geste, ce mot, venant du jeune homme avaient quelque chose d'apaisant, sans doute parce que en cet instant, elle avait le sentiment d'être sincèrement comprise, et elle avait l'impression que c'était la première fois depuis longtemps qu'elle l'était vraiment. Même auprès des autres voyageurs, qui étaient pourtant bien placés pour savoir ce qu'elle vivait, puisqu'ils la connaissaient bien et vivaient la même situation qu'elle, elle n'éprouvait pas ce genre de proximité, de compréhension mutuelle, peut-être parce qu'ils étaient de caractères trop différents, qui sait. Auprès des voyageurs, Luna pensait qu'elle passerait toujours pour la sympathique mais excentrique du groupe, et c'était ce qu'elle était, en effet, mais du coup pour un cas à part, qui ne pouvait qu'être un mystère au regard des autres. Mais Adrian ne la regardait pas comme une énigme à résoudre, elle n'en avait pas le sentiment, du moins. Il la regardait comme quelqu'un pour qui il pouvait éprouver une sincère empathie, parce que leurs situations, bien que différentes, demeuraient semblables. Il lui confirma d'ailleurs cette façon de penser quand il constata qu'ils avaient finalement beaucoup de points communs. C'était irréfutable. Leurs histoires (même si celle de Luna s'avérait un rien plus alambiqué, mais ce n'étaient pas là des choses qu'elle pouvait révéler au jeune homme), leur passion des créatures aussi. Depuis les débuts de leur discussion, ils étaient sur la même longueur d'onde, et c'était un fait très rare. Dans le cas de Luna en tout cas, elle qui avait davantage tendance à être sur une longueur d'ondes où personne n'arrivait jamais à la rejoindre. Personne à part son père, en fait, et Adrian, maintenant, si étonnant cela semblait-il.

-C'est vrai,
confirma Luna sans perdre son sourire, et oubliant un peu que sa main était restée posée sur celle d'Adrian, ce qui de toute manière ne la dérangeait pas, même s'il le faudrait peut-être. J'aime bien parler avec toi. Comme d'habitude, sans filtre, elle exprimait les choses comme elle les ressentait, ses pensées telles qu'elles lui venaient. Généralement les gens se lassent ou préfèrent ne pas discuter aussi longtemps avec moi. Ses yeux globuleux l'observaient avec un peu trop d'insistance, peut-être, sa manière à elle de lui faire comprendre qu'il pouvait encore trouver son excuse, sans quoi elle était tentée de faire durer cette discussion encore très longtemps. Puis elle détourna le regard. J'ai envie d'aller dehors. Tu veux m'accompagner ? Je pourrais te montrer où sont les sombrals, si tu veux.

Tant pis pour son devoir, elle n'avait plus du tout la motivation de le finir, elle avait bien davantage envie de profiter de la compagnie d'Adrian.


code by Mandy


_________________
- Let's do the time warp again -

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Serdaigle
avatar
▌ Messages : 262
Humeur :
50 / 10050 / 100

En couple avec : Aulne Quibber

QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois de peuplier, crin de licorne, 22.2cm
Camp: Neutre
Avatar: Michael Cera

Message#Sujet: Re: La vérité est dans l'imaginaire [pv Adrian <33]   Mar 9 Mai - 0:06

Luna & Adrian
La vérité est dans l'imaginaire.
Ils avaient vraiment beaucoup de point en commun oui, c’était vraiment bizarre. Pas dans le sens désagréable ou encore étrange. C’était juste, étonnant, parce qu’Adrian ne pensait pas qu’il avait autant de point commun avec Aulne. Bon, en même temps, il ne la connaissait pas vraiment non plus jusqu’à présent. Ils étaient dans la même maison, mais ça ne voulait pas dire qu’ils se connaissaient, surtout qu’ils n’étaient pas dans la même année. Ils ne s’étaient donc jusqu’à présent jamais parlé et en fait, Adrian découvrait qu’il appréciait vraiment discuter avec Aulne. Même si là, ils venaient quand même de parler de sujet un peu compliqué. Parce qu’ils avaient parlé des parents qu’ils n’avaient pas et ceux qui leur manquait parce qu’ils étaient loin, mais cela n’empêchait pas Adrian d’apprécier de discuter avec la jeune femme. Et justement, même s’il ne cachait pas aux autres le fait que sa mère lui manquait, il n’en parlait pas forcément avec tout le monde et surtout pas de cette manière. Le sourire d’Adrian s’agrandit quand Aulne confirma en effet le fait qu’ils avaient de nombreux points communs, ou encore quand elle lui dit qu’elle aimait bien parler avec lui. C’était réciproque vraiment, même si le jeune homme ne savait pas vraiment ce que ça signifiait encore. Ce qu’il savait, c’était qu’il appréciait sincèrement Aulne pour le peu qu’il la connaissait au final. Que le fil de la conversation s’était déroulé si facilement depuis le début.

Adrian trouva d’ailleurs étrange d’entendre Aulne dire que la plupart des personnes se lassaient de discuter avec elle ou préféraient ne pas le faire beaucoup. C’était quelque chose qu’il ne comprenait pas. Oh, il ne pouvait pas nier qu’Aulne semblait avoir un peu son univers, mais justement c’était ce qui faisait complètement son charme. Elle n’était pas comme les autres et c’était ça qui était bien. Les personnes qui ressemblaient à tout le monde, ça n’avait rien d’intéressant. Du moins, c’était ce qu’Adrian pensait et donc, il trouvait ça vraiment étrange qu’on puisse se lasser de parler avec Aulne. Quand Aulne détourna finalement son regard, le jeune homme récupéra sa main. Soudainement, sans trop savoir pourquoi, il se sentait encore plus mal à l’aise. Et puis, elle reprit la parole, ce qui le tira à nouveau un sourire.

« J’aimerais beaucoup. »
Affirma-t-il vivement quand elle lui proposa donc d’aller voir les sombrals avec elle. Même si, en soit, le jeune homme n’allait pas pouvoir voir les sombrals parce qu’il ne pouvait pas les voir. Ils seraient invisibles pour lui, mais ça ne voulait pas dire qu’il ne pouvait pas se rendre sur les lieux quand même. « On peut peut-être passer aux cuisines pour leur prendre quelque chose à manger ? » Quand il s’agissait de créature, il se laissait souvent déborder quand même. « Tu pourras me les décrire ? »

Il ne pouvait pas dire qu’il regrettait de ne pas les voir, parce qu’à choisir il préférait quand même ne pas être confronté à la mort. Mais quand même… ça allait être frustrant.
Code by Gwenn
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Voyageur Temporel
avatar
▌ Messages : 3939
Humeur :
98 / 10098 / 100

En couple avec : oh, vous savez, moi... Tiens, un nargole!
Nouveau nom (voyageurs temporels) : Aulne Quibber

QUI SUIS-JE?
Baguette: 19,42 cm, bois de saule et griffe de botruc
Camp: Bien
Avatar: Evanna Lynch

Message#Sujet: Re: La vérité est dans l'imaginaire [pv Adrian <33]   Mar 9 Mai - 22:20


La vérité est dans l'imaginaire
S

i Adrian avait refusé de l'accompagner dehors, Luna ne l'aurait pas mal pris, elle comprendrait parfaitement qu'il trouve mieux à faire que de passer plus de temps encore avec elle, comme c'était le cas pour beaucoup d'autres, mais elle reconnaissait qu'elle serait un peu déçue, parce qu'elle aimait parler avec Adrian, et qu'elle avait le sentiment que c'était réciproque. Mais il ne refusa pas du tout de l'accompagner, il sembla même très enthousiaste à l'idée de la suivre et d'aller voir les sombrals avec elle. C'était définitif, ils avaient beaucoup de points communs, elle n'avait jamais rencontré quiconque s'intéressant suffisamment aux créatures, étant aussi passionné qu'elle, mais c'était son cas. Il suggéra même de se rendre aux cuisines pour apporter de la nourritures aux sombrals. C'était son intention, à elle aussi. Ce serait plus simple de les approcher et de les amadouer, de cette manière. Le sourire de la jeune fille n'avait de cesse de s'élargir. Elle ne se rappelait pas la dernière fois où elle s'était sentie à ce point comprise, à ce point à sa place. Adrian, quelqu'un qu'elle connaissait finalement à peine, pourtant, avait ce pouvoir-là sur elle, et ça lui faisait du bien. Un bien fou, même. Elle hocha la tête quand Adrian lui demanda si elle accepterait de lui décrire les sombrals. Ce serait mieux, oui, il est sûr que le bleu et bronze apprécierait la situation différemment d'elle puisqu'il ne verrait pas les animaux qu'ils iraient trouver. Encore qu'il pourrait les toucher, ce qui lui permettrait de se faire une petite idée. Luna y comptait, en tout cas.

-Bien sûr,
assura-t-elle, très honnêtement, qui se ferait d'ailleurs un plaisir que de se rendre utile de cette manière. Est-ce qu'elle serait capable de décrire les choses convenablement, de sorte qu'Adrian puisse les deviner ? Ce n'était pas dit, mais cela valait le coup d'essayer. Elle se leva. Il n'y avait plus de temps à perdre, alors, et elle invita du regard Adrian à le suivre, sans perdre son sourire. Tu as raison, ajouta-t-elle quand ils eurent quitté la salle commune des bleus et bronze, on va passer par les cuisines. Les sombrals adorent la viande rouge.

Et tant qu'à faire, autant augmenter leurs chances d'approcher ces créatures qui, par instants, pouvaient se montrer un peu farouches. Elle était enthousiaste comme elle ne l'avait plus été depuis longtemps. Elle avait presque oublié ce que ça faisait, de faire juste ce qu'elle aimait, sans obligations ni contraintes, en se détachant de son rôle de résistante, qui avait promis de protéger Rhian et Louisa (auxquels elle ne pensait pas du tout en cet instant), et qui plus est de partager cela. Elle voulait bien voir s'éterniser longtemps le moment qu'elle passait avec Adrian. De toute évidence, sa présence, leurs conversations, lui faisaient du bien.


code by Mandy


_________________
- Let's do the time warp again -

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Serdaigle
avatar
▌ Messages : 262
Humeur :
50 / 10050 / 100

En couple avec : Aulne Quibber

QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois de peuplier, crin de licorne, 22.2cm
Camp: Neutre
Avatar: Michael Cera

Message#Sujet: Re: La vérité est dans l'imaginaire [pv Adrian <33]   Dim 14 Mai - 14:22

Luna & Adrian
La vérité est dans l'imaginaire.
Adrian afficha un nouveau sourire quand Aulne lui affirma qu'elle décrirait les sombrals pour lui. Le jeune homme ne pouvait pas vraiment affirmer qu'il aimerait les voir, parce que la condition était quand même particulière, mais en même temps il savait d'avance qu'il serait un peu frustré de ne pas pouvoir les voir. En temps normal, quand il se contentait de savoir que les sombrals tiraient sur les carrosses les conduisant jusqu'au château de Poudlard, il n'y pensait pas trop. Mais là, avec Aulne, ils allaient les voir pour les voir, sauf que lui serait incapable de les voir. Enfin, bon, ça n'allait pas l'empêcher de passer un bon moment quand même. Le bleu et bronze n'avait aucune envie de ne pas profiter de la situation, surtout qu'en plus il serait en bonne compagnie. Oui, il trouvait vraiment qu'Aulne était de bonne compagnie. Ce n'était pas comme ses autres camarades. Oh, il était très proche de Cassie, il appréciait sincèrement Lysandre, mais c'était différent avec Aulne. Il ne savait pas vraiment l'exprimer, il se contentait de le ressentir. Sans doute parce qu'ils se comprenaient mutuellement ? Ou autre chose. Il ne savait pas.

En tout cas, les deux bleus et bronzes sortirent donc de la salle commune des Serdaigle afin de se rendre dans les cuisines pour prendre à manger afin de nourrir les sombrals. Ces derniers, d'après Aulne, adoraient la viande rouge. Ce qu'il y avait de bien avec Aulne, c'était qu'Adrian avait le sentiment de pouvoir partager plein de chose et en apprendre tout autant. Donc ils se rendirent aux cuisines pour récupérer de la viande rouge et Adrian en profita pour prendre quelques sucreries pour eux deux. Parce qu'après tout, ce n'était pas parce qu'ils allaient nourrir les sombrals qu'ils ne pouvaient pas manger également de leur côté. Et au final, le jeune homme avait bien envie que ce moment dur encore un temps. Là, tout de suite, Adrian n'avait vraiment aucune envie de retourner à ses devoirs, ou encore de penser aux cours. Il se contentait d'apprécier l'instant passé avec Aulne.

Ils se rendirent donc ensuite dans la forêt, où se trouvait la colonie de sombrals. Évidemment, Adrian se contenta de suivre Aulne puisqu'il n'avait aucune idée d'où ils se trouvaient précisément et c'était impossible pour lui de les trouver par hasard puisqu'il ne les voyait pas. Le jeune homme comptait donc entièrement sur Aulne, mais il ne se faisait pas de souci. Puisque si la jeune femme n'était pas capable de les trouver, elle n'aurait pas proposé qu'ils s'y rendent tous les deux. Donc, il la suivit en toute confiance, n'aillant vraiment aucun souci à lui faire confiance justement. Jusqu'au moment où ils s'arrêtèrent.

« Ils sont là ? »

Demanda-t-il en murmurant, comme pour ne pas déranger la potentielle créature qui se trouvait là et qu'il ne pouvait évidemment pas voir. Il ne savait donc pas s'ils étaient arrivés au but, mais il pensait bien que oui tout de même. Il se contenta donc de tourner son regard vers Aulne, puisqu'il ne pouvait rien voir d'autre.
Code by Gwenn
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Voyageur Temporel
avatar
▌ Messages : 3939
Humeur :
98 / 10098 / 100

En couple avec : oh, vous savez, moi... Tiens, un nargole!
Nouveau nom (voyageurs temporels) : Aulne Quibber

QUI SUIS-JE?
Baguette: 19,42 cm, bois de saule et griffe de botruc
Camp: Bien
Avatar: Evanna Lynch

Message#Sujet: Re: La vérité est dans l'imaginaire [pv Adrian <33]   Dim 14 Mai - 16:27


La vérité est dans l'imaginaire
N

i une ni deux, les deux bleu et bronze se rendirent donc aux cuisines, où ils purent "emprunter" une dizaine de morceaux de viande rouge que Luna cala dans son sac sans prêter attention aux affaires et au sac en lui-même qu'elle pourrait bien tacher en se montrer si peu attentive. Ce n'était pas comme si ce genre de considérations avaient de l'importance pour elle. Adrian eut la bonne idée de son côté de récupérer quelques friandises, et Luna appréciait sincèrement l'initiative, non pas qu'elle ait particulièrement faim, mais elle appréciait l'attention, et l'idée que le jeune homme mette tant de coeur à l'idée de passer du temps en sa compagnie que ça n'avait pas du tout l'air d'être un fardeau pour lui. Ce cas de figure était bien loin d'être si fréquent, en définitive. La jeune femme entraîna alors son camarade dans la forêt, jusqu'à la clairière où les sombrals étaient établis. Elle hocha la tête quand Adrian lui demanda si les créatures étaient bel et bien présentes. C'était le cas, ou du moins, il y en avait quelques unes. La plupart, les entendant arriver, s'étaient semble-t-il repliées, mais elles reparaîtrait peut-être en découvrant le festin auquel les deux serdaigles les conviaient. D'un geste sûr, elle tira un premier morceau de viande dans son sac et le lança au sol avant de tourner son attention vers Adrian.

-Ils sont six en tout. Il y a deux petits, ils ne doivent avoir que quelques mois.


Elle sourit et reporta son attention sur les créatures. Elle trouvait ces animaux sublimes, quel dommage qu'ils soient si dépréciés. Après un moment, l'un des adultes se rapprocha timidement du morceau de viande et n'en fit quasiment qu'une bouchée. Luna s'approcha alors doucement, invitant Adrian à faire de même en le tirant par le poignet, une autre pièce de viande dans sa main vacante. L'animal eut un mouvement de recul, mais accepta tout de même cette nouvelle offrande. Luna put alors caresser la crinière de l'animal sans difficultés. Sa main qui n'avait toujours pas lâché le poignet d'Adrian l'invita à caresser lui aussi la créature. S'il ne pouvait la voir, il devait à présent sentir le contact de son crin contre ses doigts. Luna n'avait pas la moindre idée de ce que cela faisait, de toucher une chose qu'on ne peut voir. Elle n'avait jamais eu l'occasion de "voir" des sombrals avant la mort de sa mère, dès sa première rentrée, elle avait pu les admirer sous cette forme qui échappait à beaucoup. C'était l'une des chances qu'elle avait. Elle aurait préféré que sa mère soit en vie, bien sûr, mais elle avait l'impression de pouvoir partager avec ces créatures une relation privilégiée, sans doute parce qu'elles reconnaissaient qu'elle pouvait les reconnaître. Même si elle restaient difficiles à apprivoiser.


code by Mandy


_________________
- Let's do the time warp again -

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Serdaigle
avatar
▌ Messages : 262
Humeur :
50 / 10050 / 100

En couple avec : Aulne Quibber

QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois de peuplier, crin de licorne, 22.2cm
Camp: Neutre
Avatar: Michael Cera

Message#Sujet: Re: La vérité est dans l'imaginaire [pv Adrian <33]   Dim 14 Mai - 17:26

Luna & Adrian
La vérité est dans l'imaginaire.
Adrian ne pouvait pas s'empêcher d'observer attentivement la clairière, quand bien même il savait parfaitement qu'il ne verrait rien. Parce que ce n'était pas comme s'il pouvait apercevoir un mouvement, voir un crin de sombrals ou autre... il ne voyait rien du tout parce qu'il ne pouvait rien voir. Mais quand même, il ne pouvait pas s'en empêcher. Aulne sortie de son sac l'un des morceaux de viande qu'elle avait mis précédemment dedans, sans visiblement prêter guère attention à ses affaires. Mais ça n'étonnait pas spécialement Adrian en fait, quand bien même en réalité il ne connaissait pas tant que ça la jeune femme. Elle lança la viande, avant de tourner son regard vers lui, pour lui apprendre qu'ils étaient six. Adrian regrettait vraiment de ne pas pouvoir les voir, même s'il ne pouvait quand même pas souhaité voir la mort. C'était frustrant vraiment. Son regard se posa sur le morceau de viande, puisque c'était la seule chose qu'il pouvait voir présentement. Ils attendirent un peu et au bout d'un moment, ce dernier disparu. Adrian ne put s'empêcher de sursauter un peu, c'était particulier quand même de voir un morceau de viande disparaître comme ça, d'un coup. Mais ce fut bien moins bizarre quand Aulne lui attrapa son poignet pour l'inviter à avancer. Sans trop savoir pourquoi, encore une fois, ce contact le troubla un peu. Mais il se laissa faire, s'approchant donc du sombral donc puisque c'était ce qu'il comprenait. Aulne avait un nouveau morceau de viande dans l'autre main, celle qui ne tenait pas son poignet donc. Adrian ne le quitta pas du regard à son tour, avant de le voir disparaître de nouveau et de voir ensuite la main d'Aulne caresser le vide. Enfin, évidemment le bleu et bronze comprenait bien qu'elle n'était pas en train de caresser le vent. Et elle l'invita à en faire de même.

Adrian suivit donc le mouvement de la main de sa camarade jusqu'au moment où il sentit quelque chose. C'était vraiment étrange de sentir le crin d'un animal sous sa main, entre ses doigts même, sans pour autant le voir. Il se permit de bouger un peu sa main, sur la tête de l'animal, dans le but de sentir le contour de son corps sous sa peau. C'était... incroyable.

« Ouah. » Dit-il d'ailleurs, ne pouvant pas s'empêcher de s'exprimer de la sorte. Il tentait du mieux qu'il pouvait de s'imaginer l'animal sous ses doigts.

Jusqu'à ce qu'il sente un coup au niveau de sa cuisse. C'était un coup suffisamment léger pour qu'il pense que c'était un sombral qui devait avoir envie qu'il lui donne à manger aussi. Peut-être l'un de ces bébés qu'Aulne venait de parler, qui devait avoir que quelques mois. Il ne pouvait pas vraiment le savoir. Mais il se permit quand même d'attraper à son tour un morceau de viande du sac de la bleu et bronze pour le tendre dans la direction du coup qu'il avait reçu, même s'il ne voyait rien. Mais il sentit quelque chose tirer dessus et quand il le lâcha, ce dernier disparu à son tour.
Code by Gwenn
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Voyageur Temporel
avatar
▌ Messages : 3939
Humeur :
98 / 10098 / 100

En couple avec : oh, vous savez, moi... Tiens, un nargole!
Nouveau nom (voyageurs temporels) : Aulne Quibber

QUI SUIS-JE?
Baguette: 19,42 cm, bois de saule et griffe de botruc
Camp: Bien
Avatar: Evanna Lynch

Message#Sujet: Re: La vérité est dans l'imaginaire [pv Adrian <33]   Dim 14 Mai - 17:44


La vérité est dans l'imaginaire
L

es sombrals n'étaient pas les créatures les plus amènes et les plus sympathiques que l'on puisse bien imaginer, mais si on les traitait avec égard et respect, elles savaient pertinemment vous le rendre et se montrer plus sociable. Bien sûr, la reconnaissance du ventre aidait également. Ce n'était pas la première fois que Luna venait nourrir les sombrals dans cette clairière, ils étaient habitués à elle, alors ils se montraient moins farouches en dépit de la présence d'un garçon inconnu, et le fait qu'ils aient sur eux de quoi satisfaire leur appétit encourageait forcément leur proximité. Car c'était ce qui se produisait peu à peu, alors qu'Adrian caressait l'animal qu'il ne pouvait pas voir, visiblement impressionné et enthousiaste, les autres sombrals gagnaient en confiance et se rapprochaient significativement. d'eux, d'autres, qui étaient restés à l'écart, faisaient irruption également, Luna n'aurait pas assez de viande pour tout le monde... mais à dire vrai, l'adolescente, en cet instant, n'était plus tant focalisée que cela sur les créatures qui les entouraient. Son attention était bien davantage portée sur Adrian, qu'elle avait du mal à lâcher du regard, sans forcément de raison. Ou aucune qu'elle ne comprenne vraiment, tout du moins.

Elle aimait voir son sincère enthousiasme face à une situation qui aurait déplu à tant d'autres, elle aimait sa curiosité, son enjouement présent était communicatif, et elle avait presque l'impression de découvrir ces animaux pour la première fois, parce qu'elle les observait cette fois à travers le regard de son ami, un ami qui n'était qu'un nom et un visage parmi la foule il n'y a même pas quelques heures de cela mais qui lui paraissait à présent plus familier que n'importe qui d'autre. Elle avait ce sentiment certain d'être comprise et de le comprendre, et elle n'était pas certaine que cela soit déjà arrivé auparavant, pas même avec Ginny ou n'importe quel autre des voyageurs temporels. Elle se plaisait ainsi à découvrir cette rencontre entre le visible et l'invisible, et afficha un sourire attendri quand l'un des deux bébés sombrals frotter sa tête contre sa jambe, réclamant à son tour à la fois de l'attention et de la nourriture. Adrian, sans aucune réticence, nourrit l'animal affamé. Il se débrouillait parfaitement bien, à vrai dire, il ne semblait pas du tout inquiet, pas même un petit peu réticent. Il était totalement à l'aise, à croire qu'il avait fait cela toute sa vie. Rien d'étonnant à ce qu'il adore les soins aux créatures magiques, en effet, cette discipline paraissait totalement naturelle pour lui.

-Ils t'ont adopté,
observa Luna, rayonnante, tout en distribuant les morceaux de viande restants, qu'allaient à présent s'arracher les différents sombrals qui s'étaient attroupés autour d'eux, et qui disparaîtraient sans doute vite en découvrant qu'ils n'avaient plus de quoi les nourrir.


code by Mandy


_________________
- Let's do the time warp again -

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Serdaigle
avatar
▌ Messages : 262
Humeur :
50 / 10050 / 100

En couple avec : Aulne Quibber

QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois de peuplier, crin de licorne, 22.2cm
Camp: Neutre
Avatar: Michael Cera

Message#Sujet: Re: La vérité est dans l'imaginaire [pv Adrian <33]   Dim 14 Mai - 18:39

Luna & Adrian
La vérité est dans l'imaginaire.
Adrian n'en revenait pas vraiment de se retrouver en présence des sombrals, quand bien même il ne pouvait pas les voir. Mais il les sentait, que ça soit contre sa main parce qu'il cherchait à les caresser ou encore contre ses jambes. Le bleu et bronze ne pouvait pas s'empêcher de tourner de temps en temps ses yeux vers Aulne, un large sourire sur le visage. De ceux qui ressemblaient un peu à ceux que sa mère adressait très souvent, avec toute l'enthousiasme dont elle était capable. Il avait le sentiment que ça faisait longtemps qu'il n'avait pas vidé son esprit comme ça, qu'il ne pensait pas au fait que sa mère lui manquait. Parce que là, franchement, il trouvait le moment parfait. Adrian ne pouvait pas les voir, mais il tentait du mieux qu'il pouvait d'imaginer les sombrals autour d'eux, réclamant à manger. Comme ce bébé (du moins, il pensait que c'était un bébé au vu de la taille qu'il crut imaginer pour lui) qui s'était frotté contre lui pour lui réclamer un bout de viande. Il regrettait quand même énormément de ne pas pouvoir les voir, mais il faisait avec. Au pire, ça n'enlevait rien à ce qui se passait. Et comme d'habitude, le jeune homme prenait vraiment un grand plaisir avec les créatures. C'était encore mieux qu'en classe, c'était même mieux qu'avec Norbert. Non pas qu'il n'appréciait pas d'être avec son oncle et ses créatures dès qu'il le pouvait, bien au contraire, mais là c'était différent et il avait vraiment le sentiment que c'était mieux. Sans trop savoir pourquoi. Même si à cette pensée, il ne put s'empêcher de tourner une nouvelle fois son regard vers Aulne.

Il aima l'entendre dire qu'ils l'avaient adopté. En même temps, Adrian se doutait que puisqu'ils avaient de la nourriture avec eux, c'était plus facile de les « dompter ». D'ailleurs, Aulne ne manqua pas de distribuer ce qu'il restait de viande. Adrian ne pouvait pas voir combien il y avait de sombrals maintenant – il pensait qu'ils étaient plus nombreux, sans doute attiré par la viande – mais ce qu'il vu lui confirma qu'ils appréciaient les dons. Parce que les morceaux de viande ne mirent pas longtemps avant de disparaître comme les premiers.

« Comment ils sont ? » Demanda-t-il alors ne pouvant pas s'empêcher de se montrer curieux de nouveau, puisqu'il ne pouvait pas les voir. Il n'avait pas envie d'embêter Aulne avec ses questions, il espérait qu'elle accepterait d'y répondre et qu'elle n'en verrait pas d’inconvenant surtout. Mais puisqu'elle semblait adorer les sombrals, il se permettait. « Est-ce qu'ils sont si squelettique que ça ? » Il ne put s'empêcher de poser plusieurs questions d'ailleurs. « Leur pelage sont entièrement noir ? »

Ça le frustrait vraiment de ne pas pouvoir les voir au final, même si en un sens ça les rendait encore plus magique. C'était des créatures exceptionnelles après tout et c'était ce qui faisait leur charme. Même si Adrian, de ce qu'il avait lu sur eux, savait qu'ils avaient mauvaises réputations.
Code by Gwenn
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Voyageur Temporel
avatar
▌ Messages : 3939
Humeur :
98 / 10098 / 100

En couple avec : oh, vous savez, moi... Tiens, un nargole!
Nouveau nom (voyageurs temporels) : Aulne Quibber

QUI SUIS-JE?
Baguette: 19,42 cm, bois de saule et griffe de botruc
Camp: Bien
Avatar: Evanna Lynch

Message#Sujet: Re: La vérité est dans l'imaginaire [pv Adrian <33]   Dim 14 Mai - 19:02


La vérité est dans l'imaginaire
A

drian ne manqua pas de poser de nombreuses questions à Luna, et cette dernière en tint compte sans rechigner. La curiosité des autres n'était jamais pour la déranger, elle faisait parfaitement écho à la sienne propre, et elle appréciait de pouvoir renseigner un peu son interlocuteur, d'autant qu'elle se doutait que la situation devait être relativement frustrante pour lui. Certes, il pouvait approcher de près les sombrals, mais ce n'était pas pour autant qu'il pouvait les imaginer. En dépit de toutes les descriptions qui pouvaient en être faites, en dépit des quelques dessins que ceux qui pouvaient les voir avaient pu faire de ces animaux, il y avait tout de même une sensible différence entre le fait de voir et d'imaginer... même si imaginer était parfois mieux que voir. Imaginer permettait d'améliorer, d'embellir, de broder, la vision n'avait qu'elle-même, elle était porteuse d'un constat brut que la logique ne pouvait pas contester. Mais Luna, quoi qu'il en soit, avait bien envie d'offrir à son camarade, à ce nouvel ami qui était en train de prendre d'un coup d'un seul une insoupçonnable importance pour elle, l'occasion de voir à travers ses yeux. Et son regard n'était pas forcément celui qu'aurait eu quelqu'un d'autre. C'était peut-être là toute la beauté de la description. Elle ne se fit donc pas prier pour aider son interlocuteur à se faire une image mentale de ce qu'il ne pouvait directement observer.

-Ils sont gourmands mais ils n'ont que la peau sur les os. Attends..
. Se saisissant une nouvelle fois de son poignet (ce devenait une habitude, mais elle n'y prenait pas vraiment garde), elle orienta sa main pour qu'elle puisse suivre, vertèbre après vertèbre, le déroulé de l'ossature de l'animal, on sentait directement l'os sous une peau très fine. Les grands sont très noirs, les petits sont un peu plus clairs, mais leur peau va foncer, dit-elle alors. Celui que tu as nourri est presque gris. Mais c'était davantage une question de perspective, au final, tel qu'il se présentait à la lumière, il avait l'air plus clair que ses congénères, effectivement, mais il pouvait ne rien en être. Ils ont des yeux blancs, mais je les trouve expressifs quand même. Je crois que je commence à cerner leur caractère. Elle fit un mouvement de tête en direction de celui qu'Adrian était en train de caresser. Lui, je pense que c'est le meneur du groupe, c'est parce qu'il nous aime bien que les autres acceptent de nous approcher.

Mais là, son propos n'était plus au stade de la simple magizoologie. Cela tenait plus de la pure spéculation, ni plus ni moins, ça n'avait rien de scientifique, Luna parlait d'instinct et il arrivait bien évidemment que son instinct la trompe. Mais après tout, si elle devait se contenter de ce que l'on dit dans les livres, elle n'apprendrait rien à Adrian, qui semblait très bien renseigné.


code by Mandy


_________________
- Let's do the time warp again -

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

La vérité est dans l'imaginaire [pv Adrian <33]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Musiques de films de fantastique
» Dans l'imaginaire haïtien, Bouki n'est qu'un dindon, même quand il a raison
» Tu vis dans mon coeur, Qu’importe leurs discours, Tu vivras dans mon coeur, Toujours... [Adrian]
» Une punition méritée, vraiment? [Jane]
» Repos bien mérité dans une taverne.
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
T.rouble O.r M.isery (or both) ::  :: 
Les tours et sommets du château
 :: Salle commune des serdaigles.
-