AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 La peur d'un nom ne fait qu'accroître la peur... (Dumby)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Voyageur Temporel
avatar
▌ Messages : 1040
Humeur :
10 / 10010 / 100

En couple avec : Ginny
Nouveau nom (voyageurs temporels) : William Black

QUI SUIS-JE?
Baguette:
Camp: Bien
Avatar: Daniel Radcliffe

Message#Sujet: La peur d'un nom ne fait qu'accroître la peur... (Dumby)   Mar 1 Nov - 0:54

Dumbledore & Harry
La peur d'un nom ne fait qu'accroître la peur de la chose elle-même.
Cela faisait maintenant un moment que Ginny avait quitté la maison que les voyageurs temporels squattaient le temps de trouver quelque chose de mieux. Cela faisait un moment qu'elle était partie et pire, qu'elle n'avait pas donné signe de vie. Au final, Harry n'avait vraiment aucune nouvelle de la rouquine (qu'il ne pensait pas vraiment judicieux de continuer de considérer comme sa petite-amie, puisqu'elle ne l'était sans doute pas, malgré le fait qu'il l'aimait toujours bien évidemment) et ne savait donc pas du tout où elle se trouvait. Pas plus si elle allait bien, évidemment. Le survivant commençait quand même sérieusement à s'inquiéter, mais il ne parvenait pas à savoir où elle se trouvait. Et vu la situation avec les autres membres de leur groupe, il était un peu évident qu'il ne se voyait pas partir à sa recherche en leur compagnie. En même temps, Harry était sans doute la dernière personne habilité à la rechercher, puisque c'était à cause de lui qu'elle était partie. Soit, Hermione aussi avait pris la décision de cacher le fait de pouvoir rentrer aux autres voyageurs, mais il était normal - au vu de la situation - qu'elle lui en veuille plus à lui. Autant dire, donc, qu'il était la dernière personne qu'elle aurait envie de voir et la dernière personne surtout capable de la ramener. Même si, en même temps, Harry avait vraiment envie de pouvoir s'expliquer avec elle. De pouvoir tenter de réparer un peu les pots cassés, même s'il y avait peu de chance que cela puisse arriver un jour. Au fond, le jeune homme ne savait pas trop quoi penser de la situation, mais il se doutait qu'elle n'allait pas s'arranger très rapidement. Et pour le coup, il ne savait pas quoi faire.

Malheureusement, il ne pouvait pas que se contenter de penser à Ginny. Il devait aussi se concentrer sur sa formation d'Auror, tenté d'en apprendre un maximum pour pouvoir arrêter Jedusor. Et donc, aussi, se concentrer sur trouver un moyen de l'arrêter justement. Harry n'avait pas envie de rester indéfiniment dans cette époque, il avait envie de pouvoir rentrer lui aussi (quoi que puisse penser ses amis, s'ils étaient encore des amis). Mais il était évident qu'il ne pouvait pas rentrer sans avoir arrêté Tom et donc, il devait trouver une solution. Sans savoir, pour autant, s'il en existait une. Autant dire que la situation était loin d'être évidente. Et le survivant avait un peu le sentiment d'être dans une impasse, ne sachant pas du tout ce qu'il pouvait faire pour l'améliorer. Et puis Ginny lui manquait...tout ça, ça commençait sérieusement à être difficile. Il se trouvait à Pré-au-Lard, sans vraiment de raison. Le jeune homme avait terminé sa journée au bureau des Aurors, alors il avait pu rentrer chez lui. Sauf qu'il ne s'était pas vraiment senti d'humeur de rentrer chez lui, au vue de la tension qui régnait là-bas. Même s'il avait pu s'expliquer avec tout le monde, c'était encore bien trop tendu. Parce qu'ils allaient continuer à lui en vouloir et ils n'allaient plus pouvoir lui faire confiance, ce qu'il comprenait parfaitement d'ailleurs. Alors qu'il marchait sans grand but dans les rues du village, une silhouette apparu un peu plus loin. Il ne reconnut pas de suite la personne, mais il ne tarda pas à comprendre qui se trouvait en face de lui. Il se rapprocha un peu, ne sachant pas vraiment ce qu'il devait faire. Depuis qu'il était arrivé, Harry devait bien avouer qu'il évitait quand même énormément cet homme, mais la situation avait changé maintenant.

« Bonsoir Professeur. »
Dit-il alors, en se retrouvant devant le professeur Dumbledore.
Code by Gwenn

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
avatar
▌ Messages : 103
Humeur :
70 / 10070 / 100


QUI SUIS-JE?
Baguette: La baguette de sureau *itself*
Camp: Bien
Avatar: Michael Gambon

Message#Sujet: Re: La peur d'un nom ne fait qu'accroître la peur... (Dumby)   Lun 7 Nov - 12:41



“La peur d'un nom ne fait qu'accroître la peur de la chose elle-même.”

Avec Harry Potter

Le hasard entre rarement en ligne de compte dans notre quotidien. C'était ce que Dumbledore pensait, en tout cas. Le hasard était une jolie illusion, mais un nombre conséquent de preuves empêchaient de théoriser son existence, à commencer par le jeune homme qui venait de saluer le directeur d'une voix où il pensa reconnaître une certaine indécision. Pourtant, on pourrait se dire que c'était le hasard qui les avait placés sur les chemins l'un de l'autre. Dumbledore aurait bien pu trouver un prétexte pour se retrouver au même endroit que le jeune homme, et au même moment. Il en avait peut-être même eu l'intention, mais plus tard. Il n'y avait pas de hasard, par contre, aux actions qui les avaient l'un et l'autre menés à se retrouver ici finalement. Disons que le libre arbitre se situait plutôt à un autre niveau. Harry aurait pu éviter Dumbledore, s'épargner un conversation qui, accordons-le lui, n'aurait pas forcément que des aspects plaisants, mais il avait choisi de lui parler. Il restait donc un espace de liberté chez tout être humain, là où se loge la conscience. Mais cet action en engendrerait d'autres en chaînes, et celles-ci ne pourraient pas être évitées.


« Bonsoir Harry. »
, le salua Dumbledore à son tour, avec jovialité.

Il avait choisi de l'appeler par son vrai prénom, il n'est de secret à trahir que ceux qui ne sont pas déjà dévoilés. Un secret de polichinelle tenait de l'énigme la plus impossible à décrypter en comparaison de celui des voyageurs temporels, qui n'était plus à cacher de ceux qui auraient dû le moins le connaître.


« Charmante soirée, n'est-ce pas ? Quoi qu'un peu frisquette, je le reconnais. »
, ajouta-t-il banalement en observant au-dessus de sa tête le ciel d'octobre. « J'aime venir ici à cette période de l'année. », poursuivit-il légèrement songeur. Avant de poser ses yeux pétillant de malice sur celui qui fut deux années durant son élève. « Le jus de citrouille est toujours meilleur quand les fruits sont de saison. »

Et comme si ces simples propos avaient été comme une invitation explicite, il poursuivit sa marche. Il n'invitait Harry à le suivre que par la démarche, rien dans ses mots ni ses gestes ne révélait forcément qu'il voulait voir cette discussion se poursuivre et souhaitait que le jeune homme marche à ses côtés, c'était le cas, pourtant. Il n'y avait peut-être que le sourire encourageant sur ses lèvres pour en donner l'indice.


« C'est moi qui offre, évidemment. »
, ajouta-t-il comme pour dissoudre tout malentendu alors que ses pas les rapprochaient des Trois Balais.

Quel dommage serait-ce effectivement que d'errer dans Pré-au-Lard à cette période de l'année et de ne pas s'arrêter là pour prendre un verre ! Outre le fait que s'asseoir autour d'un verre était toujours une bonne manière d'encourager la conversation.

Code by Joy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Voyageur Temporel
avatar
▌ Messages : 1040
Humeur :
10 / 10010 / 100

En couple avec : Ginny
Nouveau nom (voyageurs temporels) : William Black

QUI SUIS-JE?
Baguette:
Camp: Bien
Avatar: Daniel Radcliffe

Message#Sujet: Re: La peur d'un nom ne fait qu'accroître la peur... (Dumby)   Sam 7 Jan - 18:49

Dumbledore & Harry
La peur d'un nom ne fait qu'accroître la peur de la chose elle-même.
Harry aurait très bien pu éviter cette conversation et au fond, il aurait aimé l’éviter peut-être un peu. Et peut-être pas… il ne savait plus trop ce qu’il devait penser de tout cela. Pendant ces deux ans qu’il avait passé dans cette époque, le jeune homme avait évité le plus possible les conversations avec le professeur Dumbledore. Non pas qu’il n’ait pas envie de lui parler, bien au contraire, leurs conversations lui manquaient cruellement, mais parce qu’il savait que c’était compliqué, qu’ils ne pouvaient pas parler si ouvertement qu’ils le voudraient. Dumbledore manquait à Harry oui, mais pas celui qui se trouvait devant ses yeux – quand bien même l’homme n’avait pas si vieillit que cela en cinquante ans au final, du moins pas plus que certains sorciers (Tom avait pris un sacré coup de vieux lui, et coup de serpent aussi en quelque sorte) – c’était son professeur à lui qui lui manquait, celui qu’il avait souvent tendance à considérer comme une image paternelle depuis qu’il était entré à Poudlard. L’homme avec qui il avait discuté devant le miroir de Riséd par exemple, entre autres moment qu’ils avaient partagé ensemble. Mais Harry n’avait pas évité cette conversation et il observa le professeur le saluer à son tour, l’appelant par son prénom. Harry apprécia, il n’aurait pas aimé qu’il l’appel par le nom qu’il empruntait dans cette époque. Il avait envie que ça soit Harry et non William qui parle à son professeur.

Le jeune homme écouta le professeur affirmer que la soirée était charmante, quand bien même un peu frisquette à son avis. Le survivant ne put s’empêcher d’afficher un léger sourire à sa remarque, l’homme avait cette tendance à sembler toujours dire des choses étranges, mais en réalité il y avait constamment une raison. Harry l’écouta donc affirmer qu’il aimait cette période de l’année et que le jus de citrouille était meilleur quand les fruits étaient de saisons. Harry vit où l’homme voulait en venir, quand ce dernier reprit la marche, il l’invitait donc à boire un verre pour qu’ils puissent discuter. Harry commença donc à marcher auprès de l’homme, n’aillant pas l’intention de refuser de boire un verre en sa compagnie au Trois Balais. S’il n’acceptait pas de parler avec l’homme, il l’aurait évité avant de lui parler.

« Merci professeur. »

Répondit Harry quand l’homme précisa qu’il l’invitait. En soit, Harry était tout à fait capable de payer son verre de jus de citrouille, puisqu’il avait un salaire dans sa formation d’Auror. Mais si Dumbledore décidait de lui payer cette consommation, il n’allait pas lui dire non. Les deux hommes entrèrent donc dans les Trois Balais, s’installant à une table et commandant un verre de jus de citrouille chacun. Harry se sentait quelque peu mal à l’aise, ne sachant pas vraiment quoi dire à son ancien professeur, qui était au final bien plus que cela à ses yeux. Mais il ne pouvait pas vraiment s’attarder sur ces détails. Le jeune homme prit donc la décision de ne rien dire de plus, se contentant juste de laisser l’homme lancer la conversation.
Code by Gwenn
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
avatar
▌ Messages : 103
Humeur :
70 / 10070 / 100


QUI SUIS-JE?
Baguette: La baguette de sureau *itself*
Camp: Bien
Avatar: Michael Gambon

Message#Sujet: Re: La peur d'un nom ne fait qu'accroître la peur... (Dumby)   Jeu 12 Jan - 10:39



“La peur d'un nom ne fait qu'accroître la peur de la chose elle-même.”

Avec Harry Potter

Le nouveau directeur de Poudlard savait beaucoup de choses (reconnaissons-le, non sans l'humilité légendaire qui caractérisait, bien évidemment, Dumbledore), il en savait même souvent bien plus que ce qu'il daignait exprimer, le laissant simplement deviner. Malgré tout, il n'était pas oracle, il ne savait pas de quelle manière son destin était lié à celui du jeune homme à qui il avait proposé de boire un verre. Il savait qu'il avait de l'importance, il devinait qu'il avait un grand rôle à jouer, mais son rôle dans l'histoire en général ne clarifiait pas celui qu'il pouvait bien avoir dans son histoire particulière. Il l'entrevoyait mais ne le saisissait pas entièrement. C'était pour cette raison en partie, d'ailleurs, qu'il tenait à cette entrevue, au-delà du fait qu'il pensait qu'il ne ferait pas de mal au jeune homme non plus qui traversait, il le devinait, un phase délicate. Au-delà de ce que pouvait avoir de délicat toute sa situation, depuis les débuts de son voyage temporel (et, en fait, même avant).

Dumbledore adressa un sourire à son interlocuteur quand il le remercia de lui payer son verre. C'était la moindre des choses, il n'avait pas réellement à le remercier, mais peu importe, la politesse était toujours une qualité très appréciée. Le jeune homme n'ajouta rien, il laissait son ancien professeur prendre les rennes de la conversation. Dumbledore ne le lui reprochait pas, c'était même, après tout, normal, qu'il reste silencieux et attende que son interlocuteur prenne la parole. C'était lui qui lui avait proposé de boire un verre, et si quelqu'un devait briser la glace (au sens figuré, pour ainsi dire, s'il est besoin de le préciser), mieux valait qu'il s'agisse de lui, même si des deux, le nouveau directeur de Poudlard tenait à ce que ce soit Harry qui finisse par mener la discussion. Pour découvrir de lui ce qu'il ne savait pas encore, et parce qu'il avait dans l'esprit que le jeune homme avait peut-être besoin de s'exprimer. Pour cela, il fallait simplement que le langage se libère, et pour cela, Dumbledore gageait qu'une simple conversation pouvait suffire.


« Alors, Harry », dit-il en prenant toujours grand soin de l'appeler par son prénom, il avait le sentiment que son interlocuteur y tenait, et c'était normal. Prétendre est un exercice épuisant. Il méritait quelques instants de répit. « Dis-moi, comment vas-tu ? »

La question était simple, et il n'en posa pas d'autres. Il aurait pu se perdre en d'autres conjectures comme cela lui arrivait parfois, mais cette simple question pouvait déjà engager une multitude de réponse, pour peu que Harry y réponde sincèrement. Ce serait déjà suffisant pour fonder les bases d'une conversation. Et au demeurant, la question l'intéressait vraiment.


Code by Joy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Voyageur Temporel
avatar
▌ Messages : 1040
Humeur :
10 / 10010 / 100

En couple avec : Ginny
Nouveau nom (voyageurs temporels) : William Black

QUI SUIS-JE?
Baguette:
Camp: Bien
Avatar: Daniel Radcliffe

Message#Sujet: Re: La peur d'un nom ne fait qu'accroître la peur... (Dumby)   Lun 6 Mar - 15:49

Dumbledore & Harry
La peur d'un nom ne fait qu'accroître la peur de la chose elle-même.
Harry ne se voyait vraiment pas prendre la parole en premier, il avait envie de laisser le directeur de l’école de magie prendre en main cette discussion. Parce qu’au fond, il ne savait pas du tout de quoi l’homme avait envie de lui parler. Bon, il s’en doutait quand même un peu, dans les grandes lignes, mais il ne savait pas du tout comment aborder les choses. C’était idiot, sans doute, mais le survivant se sentait toujours mal à l’aise quand il se trouvait en présence de Dumbledore. Peut-être parce que l’homme n’était pas aussi différent de sa version future que ceux qu’il rencontrait autrement dans cette époque et qu’il ne pouvait pas s’empêcher d’avoir envie de lui parler, de se confier, de lui demander ses conseils, mais qu’il ne pouvait pas se permettre de le faire. Dumbledore ne voulait pas trop en savoir, c’était normal.

Harry attendait donc qu’il prenne la parole et qu’il lance la conversation, qu’il avait voulu avoir après tout puisque c’était lui qui lui avait proposé qu’ils partagent un verre tous les deux. Ce dernier prit donc la parole, lui demandant comment il allait. Le survivant ne put s’empêcher de se montrer quelque peu surpris, par la généralité de la question du professeur/directeur de l’école de magie. Mais cela faisait un moment qu’il savait qu’il devait arrêter de se poser des questions, qu’il ne devait pas trop chercher à comprendre le vieil homme. Il était énigmatique, il savait juste où allait sans en donner l’air. Du moins, c’était ainsi que le survivant avait décidé de considérer leurs discussions passées et celles qu’ils avaient depuis son arrivé dans le passé (même si en réalité, Harry avait quand même plus évité le professeur qu’autre chose depuis son arrivé). Harry décida donc de répondre à la question de Dumbledore, sans trop se poser de question.

« Je vais bien. »

Bon, c’était peut-être un peu court cependant. Mais en soit, il allait bien. Bon… peut-être pas si bien que ça en réalité, mais le jeune homme avait pris l’habitude de ne pas vraiment répondre à cette question autrement. Il n’aimait pas s’attarder sur ses sentiments, enfin il faisait en sorte pour ne pas trop le faire, parce qu’il était un peu trop fier par moment. Enfin… il reprit la parole.

« Du moins, je vais aussi bien que je puisse être. »
Parce qu’au fond, le jeune homme n’allait pas bien depuis qu’il avait fait ce voyage dans le temps. Et même avant ça en réalité. Sa vie n’était pas qu’un désastre non plus, mais toutes les emmerdes qu’il avait connues étaient beaucoup plus nombreuses que les moments agréables. Depuis sa première année à l’école de magie, Harry avait connu tant et tant de soucis. « J’ai… j’ai fait une grave erreur. »

Ajouta-t-il finalement, décidant soudainement de se montrer un peu plus explicite encore. Il parlait évidemment du fait qu’il avait, avec Hermione, décidé de cacher la possibilité pour les voyageurs de rentrer chez eux, ce qui avait entraîné toutes les derniers ennuis qu’ils rencontraient.
Code by Gwenn
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
avatar
▌ Messages : 103
Humeur :
70 / 10070 / 100


QUI SUIS-JE?
Baguette: La baguette de sureau *itself*
Camp: Bien
Avatar: Michael Gambon

Message#Sujet: Re: La peur d'un nom ne fait qu'accroître la peur... (Dumby)   Ven 17 Mar - 15:20



“La peur d'un nom ne fait qu'accroître la peur de la chose elle-même.”

Avec Harry Potter


Dumbledore jaugea son interlocuteur de ses yeux perçants, ce regard qui lui était caractéristique et qui pouvait donner l'impression à ses interlocuteurs que ses yeux les passaient au rayon X, quand le jeune homme lui assura qu'il allait bien. Il ne contesta pas, il ne dit rien, il se contenta de l'observer. Il était loin de penser que Harry allait aussi bien qu'il le prétendait. Et si d'ailleurs, il avait cru que tout allait bien dans le meilleur des mondes pour son interlocuteur, il ne lui aurait pas posé la question, il n'aurait pas forcément non plus pris la peine de partager ce verre à son interlocuteur, même si cette conversation, quelle qu'en soit l'issue, ne risquait pas d'être inutile. Leurs vies étaient intrinsèquement liées. Il était normal que leurs chemins se croisent, et que le directeur de Poudlard adresse à son ancien élève l'attention qu'il méritait.

Faute de dire quoi que ce soit, Dumbledore attendit donc que le jeune homme reprenne la parole, ce qu'il fit effectivement, reconnaissant par conséquent qu'il n'allait peut-être pas si bien que ça, en affirmant qu'il avait fait une grave erreur. Et Dumbledore - qui, il le reconnaîtra avec toute l'humilité qui le caractérise, était la plupart du temps très bien informée. Plus encore quand c'était sur un sujet qui le concernait de près - savait exactement à quoi il faisait référence, et appréciait par ailleurs que le voyageur temporel se sente la confiance nécessaire pour aborder immédiatement le sujet. La nécessité d'en parler était bien présente. Et c'était une chose - entre autres nombreuses autres - que Dumbledore avait su, bien sûr.


« Les seules erreurs graves sont celles qui ne peuvent être réparées. », répondit-il d'un ton rassurant, un sourire complice aux lèvres. Il marqua une légère pause. « Miss Weasley finira par revenir  », ajouta-t-il, convaincu que c'était ce qui le préoccupait le plus. Et c'était bien normal. « J'admets que je sous-estimais son... impétuosité. En attendant... Une simple erreur n'est pas synonyme d'échec. L'essentiel, c'est d'en tirer les bons enseignements. »

Et dans ce cas précis, les enseignements qu'il pouvait tirer de cette expérience étaient essentiels, et lui serviraient concrètement dans un avenir proche, et même en temps normal. Tout devait se reposer sur l'unité de chacun. Prétendre que l'union faisait la force pouvait sembler assez... naïf, mais c'était le cas, surtout dans leur cas précis. Dumbledore ne pouvait que donner des conseils dont son interlocuteur connaissait sûrement déjà la nature, mais ce n'était pas grave. Il avait l'intuition qu'il cherchait plus de soutiens que de conseils.

Code by Joy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Voyageur Temporel
avatar
▌ Messages : 1040
Humeur :
10 / 10010 / 100

En couple avec : Ginny
Nouveau nom (voyageurs temporels) : William Black

QUI SUIS-JE?
Baguette:
Camp: Bien
Avatar: Daniel Radcliffe

Message#Sujet: Re: La peur d'un nom ne fait qu'accroître la peur... (Dumby)   Mar 16 Mai - 6:41

Dumbledore & Harry
La peur d'un nom ne fait qu'accroître la peur de la chose elle-même.
Harry au fond ne savait pas si c’était le regard que son ancien professeur lui adressa, ou simplement sa présence et le fait que mine de rien les conversations avec Dumbledore lui manquait, qui le poussa à se confier, mais il le fit. Enfin, le jeune homme se contenta d’abord d’affirmer qu’il avait fait une grave erreur, ce qu’il pensait. Du moins, c’était ce qu’il pensait maintenant, parce que sur l’instant il n’avait clairement pas réagir comme ça. Et il était évident que si Ginny n’avait pas décidé de claquer la porte (et le claquer d’ailleurs au passage), il ne le penserait sans doute pas. D’ailleurs, finalement, c’était surtout par rapport à la rouquine qu’il culpabilisait surtout, plus que ses autres amis. Harry avait bien conscience qu’il aurait dû leur faire confiance et qu’il avait clairement un manque de ce côté-là les concernant, mais au final, il ne savait pas vraiment s’il aurait fait autrement en aillant en tête le fait qu’ils allaient mal le prendre. Par contre, savoir que Ginny allait partir et qu’elle ne donnerait plus signe de vie pendant si longtemps, ça l’aurait peut-être fait un peu plus réfléchir. En tout cas, Harry se rendait quand même compte qu’il avait fait une grave erreur et qu’il aurait dû parler de tout cela aux autres voyageurs au lieu de prendre la décision seul. Il le savait… ce n’était pas évident, mais il le savait. Il avait agi comme un chef de groupe ne prenant même pas la peine de consulter ses « subordonnés ». Et cette simple pensée ne faisait que le ramener encore et toujours à ce sentiment détestable qu’il pouvait ressembler à Jedusor.

Dumbledore affirma qu’il n’y avait de graves erreurs, que si elles ne pouvaient pas réparer. Harry hésita une seconde à lui dire que c’était le cas, qu’il ne pensait pas qu’il puisse réparer le coup. Mais en même temps, il n’avait même pas dit au nouveau directeur de l’école de magie ce qui le tracassait. Sauf que… visiblement l’homme était bien informé. Harry ne cacha pas vraiment sa surprise quand le sorcier lui parla de Ginny, affirmant qu’elle allait revenir. Cela ne devrait pas l’étonner à force qu’il soit au courant, mais quand même. S’il était facile de l’accepter quand ils étaient dans leur époque, c’était différent ici. Parce qu’ils avaient moins de contact avec l’homme, mais il se tenait visiblement au courant. Et au final, ça n’était pas plus mal, Harry appréciait en tout cas.

« J’ai compris que je ne faisais pas assez confiance à mes amis. »
Dit-il alors quand Dumbledore lui parla d’enseignement. Ça, il était clair qu’il l’avait compris. « Mais… » Harry marqua une pause, cherchant ses mots. C’était vraiment bizarre d’avoir une conversation avec le sorcier, ça faisait si longtemps au final. « Je ne sais pas si je suis capable de ne pas commettre la même erreur. »

C’était ce qu’il se disait oui, que si la situation se représentait, il n’était pas certain de faire un choix différent.
Code by Gwenn
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
avatar
▌ Messages : 103
Humeur :
70 / 10070 / 100


QUI SUIS-JE?
Baguette: La baguette de sureau *itself*
Camp: Bien
Avatar: Michael Gambon

Message#Sujet: Re: La peur d'un nom ne fait qu'accroître la peur... (Dumby)   Mar 23 Mai - 10:40



“La peur d'un nom ne fait qu'accroître la peur de la chose elle-même.”

Avec Harry Potter


Dumbledore hocha la tête en guise d'approbation quand son interlocuteur affirma qu'il avait compris la leçon, ce qu'il devait retirer de la situation où il se trouvait. Il avait compris qu'il fallait qu'il accorde plus de confiance à ses amis, qu'il apprenne à se fier à leurs instincts et à leurs opinions. Il aurait tout à gagner d'agir de cette façon, le directeur de Poudlard en était convaincu. L'amitié, comme l'amour, étaient des sentiments puissants, qui recelaient une magie qu'aucun sortilège ne saurait contrer, et si Harry devait l'oublier, alors il courait à sa perte. Le jeune homme comprenait bien qu'il avait mal agi, il savait ce qu'on lui reprochait, il le comprenait et il en prenait la responsabilité. Bien, très bien. Mais Harry n'en avait pas fini. Comme bien souvent, il y avait un "mais". Ce "mais", en l'occurrence, accompagnait un constat implacable, et qui pourrait bien causer du tort à son interlocuteur, mais au moins avait-il l'honnêteté d'admettre les choses et de les dire comme il les pensait. Tout le monde n'était pas capable d'une telle façon d'agir. Dumbledore fixa son interlocuteur quelques instants sans rien dire, se contentant de l'observer derrière ses lunettes en demi-lune, comme s'il cherchait à sonder le fond de son âme, ce qui était peut-être le cas, car en vérité, Dumbledore devait comprendre Harry, s'il voulait l'aider du mieux possible. Et Harry avait sûrement besoin d'être compris, lui aussi.

Le directeur de Dumbledore ne pouvait que deviner la nature de leur relation dans l'avenir, il ne la connaissait pas pour autant, mais il sentait que Harry aspirait à retrouver ce lien qui, en toute logique, n'avait jamais existé, comme Dumbledore acceptait de reprendre un rôle qui, en toute logique, n'avait jamais été le sien. Il se contenta de poser une simple question qui devrait suffire à inviter Harry à se livrer. Il avait commencé à parler mais il n'avait pas tout dit encore, et c'était ce que Dumbledore attendait d'entendre encore, à présent.

« Pourquoi ? »

Harry ne le savait peut-être pas lui-même. Il devait faire confiance, et apparemment il n'avait pas confiance encore. Est-ce que c'était à tort ou à raison, c'était une chose qui restait à déterminer. Il voulait surtout inviter Harry à s'interroger lui-même sur les raisons qui faisaient que les doutes subsistaient encore et toujours. Il restait des non-dits, des incertitudes, des zones de flou qu'il ne décelait pas lui-même. Dumbledore pouvait bien tenter de lui apporter une certaine lumière. À sa manière, en tout cas. Si cela pouvait l'aider à se sentir mieux, et à se concentrer sur ses objectifs, surtout, alors tout serait pour le mieux.

Code by Joy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Voyageur Temporel
avatar
▌ Messages : 1040
Humeur :
10 / 10010 / 100

En couple avec : Ginny
Nouveau nom (voyageurs temporels) : William Black

QUI SUIS-JE?
Baguette:
Camp: Bien
Avatar: Daniel Radcliffe

Message#Sujet: Re: La peur d'un nom ne fait qu'accroître la peur... (Dumby)   Lun 24 Juil - 16:36

Dumbledore & Harry
La peur d'un nom ne fait qu'accroître la peur de la chose elle-même.
C’était la première fois qu’Harry exprimait ainsi les choses. Ses amis lui faisaient de nombreux reproches et ils avaient parfaitement raison de le faire. Ginny avait décidé de s’en aller, elle avait ses raisons et clairement le jeune homme ne pouvait pas le lui reprocher. Il s’était excusé auprès de ses amis, il avait tenté de recoller les morceaux. Ça avait marché avec certain, moins avec d’autre, encore moins avec Ginny... mais il avait quand même réellement cherché à se faire pardonner parce qu’il avait conscience du fait qu’il avait particulièrement mal agit. Sauf qu’en même temps, les doutes qu’il exprimait étaient bien réels et c’était la première fois qu’il les mettait sur la table. Le fait de se retrouver devant Dumbledore l’y aidait évidemment. Cela faisait plus de deux ans maintenant qu’Harry et les voyageurs étaient dans cette époque et depuis le début, le jeune homme avait cherché à éviter le professeur du mieux qu’il pouvait (du moins, il avait évité ce genre de conversation, en tête à tête). Parce qu’il ne voulait pas changer le passé, parce qu’il ne voulait pas trop en dire sur son avenir, sur le lien qui les unissait tous les deux. Sauf que de toute façon... le passé était différent, il y avait déjà eu de nombreux changements. Au point où ils en étaient donc... et clairement, Harry avait besoin de ses conseils.

Sauf que pour le moment, le professeur/directeur de Poudlard n’avait visiblement pas l’intention de lui donner ses conseils. Pendant de longues minutes – c’était peut-être moins, mais les secondes lui avaient semblé longues à couler – l’homme se contenta de l’observer à travers ses lunettes en demi-lune. Finalement, il se contenta de lui demander pourquoi. Si c’était si facile de le savoir.

« Eh bien... » Harry baissa son regard pendant un temps sur le jus de citrouille qui se trouvait sur la table, réfléchissant à pourquoi. Il venait d’exprimer ses doutes sur le fait qu’il ne savait pas être capable de ne pas refaire la même erreur, parce que même s’il identifiait son erreur, il savait pourquoi il avait pris cette décision. Mais pourquoi est-ce qu’il ne pourrait pas empêcher ça ? « Ils ont envie de rentrer, c’est normal, on a tous envie de retrouver notre monde. » Dit-il alors en levant son regard doucement vers le professeur. Il mentait peut-être un peu en disant qu’ils avaient tous envie de rentrer chez eux. « Du moins, ils ont sincèrement envie de rentrer et ils sont prêts à tous pour ça. » Harry avait le sentiment que c’était la première fois qu’il le disait à voix haute, alors qu’il le pensait depuis énormément de temps. « Moi je n’ai rien là bas, rien qui m’attende. » Il exagérait un peu sans doute, parce qu’il y avait Sirius quand même et il ne savait pas que normalement il devait le perdre. Il y avait l’homme sous ses yeux aussi, qui finirait par mourir à son tour. « Pas si je n’arrange pas les choses ici. »
Code by Gwenn
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
avatar
▌ Messages : 103
Humeur :
70 / 10070 / 100


QUI SUIS-JE?
Baguette: La baguette de sureau *itself*
Camp: Bien
Avatar: Michael Gambon

Message#Sujet: Re: La peur d'un nom ne fait qu'accroître la peur... (Dumby)   Mer 2 Aoû - 17:04



“La peur d'un nom ne fait qu'accroître la peur de la chose elle-même.”

Avec Harry Potter


D'une simple question pouvaient découler de nombreuses choses, que l'esprit humain devait à peine soupçonner. Une question n'est jamais anodine, et une réponse ne l'est jamais non plus. Une question, même la plus simple, peut déterminer réflexions, remises en questions, travail sur soi-même. Et il n'y avait pas de question plus précise et utile qu'un simple "Pourquoi ?" Justement parce que le questionnement paraît bien trop simple, manque de précision et de contours. C'est dans ces moments-là qu'un vrai dialogue peut se créer. C'était du moins là l'opinion de Dumbledore, et comme ce dernier doutait difficilement de ses talents d'orateur, il s'accordait le droit de la considérer comme acquise, n'en déplaise à ses potentiels détracteurs (et il en avait plus d'un. N'était-ce pas là le lot de tous les grands hommes, après tout ?). Et son interlocuteur n'allait, semble-t-il, pas lui donner tort, car il acceptait de se livrer, avec une facilité qui pourrait paraître aussi déconcertante pour l'un que pour l'autre.

Le directeur de Poudlard pouvait bien souvent donner le sentiment d'être un démiurge omniscient, et ne nous leurrons pas, il l'était bien souvent, mais il avait ses failles, en l'occurrence, il ne pouvait pas savoir dans sa globalité la complexité du lien qui devait le lier au survivant. Il ne faisait que deviner, et cette conversation lui en donnait un nouvel éclairage. Il écouta attentivement son jeune interlocuteur, son regard le passant scrupuleusement au crible, tandis que le jeune homme développait ses arguments. La réponse en soi était attendue, mais Dumbledore se doutait que Harry n'avait pas eu l'occasion de l'exprimer si librement, si sincèrement jusqu'alors, et pour cause, il avait effectivement raison, et son propos se comprenait totalement. La motivation n'était pas du tout à remettre en cause, les méthodes, c'était une autre affaire.


« Je vais te faire une confidence, Harry. », répondit finalement le directeur de Poudlard quand l'ancien élève eut fini de parler, d'exprimer entièrement le fond de sa pensée.
« Je pense que tu as fait le bon choix. Certaines situations nécessitent de tronquer un peu la réalité. Il n'était pas temps pour vous de repartir. Mais... » Il y avait un mais, bien sûr, ça ne pouvait pas être si simple, et il était sûr que Harry le savait d'avance, car son attitude, si cela se pouvait, aurait dû être corrigé. Mais on ne peut pas toujours revenir sur le passé, à la grande exception près qu'avait été, qu'était le jeune homme face à lui, c'est vrai. « Et j'insiste sur ce point, il faut que tu apprennes à faire confiance aux personnes qui t'entourent. Elles pourraient agréablement te surprendre. »
Code by Joy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Voyageur Temporel
avatar
▌ Messages : 1040
Humeur :
10 / 10010 / 100

En couple avec : Ginny
Nouveau nom (voyageurs temporels) : William Black

QUI SUIS-JE?
Baguette:
Camp: Bien
Avatar: Daniel Radcliffe

Message#Sujet: Re: La peur d'un nom ne fait qu'accroître la peur... (Dumby)   Dim 17 Sep - 14:35

Dumbledore & Harry
La peur d'un nom ne fait qu'accroître la peur de la chose elle-même.
Au final, c’était bien la première fois qu’Harry exprimait ce fond de sa pensé. Il le pensait depuis un moment, depuis qu’il savait que le moment de rentrer était proche. C’était ce qui l’avait motivé à mentir à ses amis, parce qu’ils ne pouvaient pas rentrer. Outre le fait que maintenant, Rhian et Louisa (ainsi que d’autres personnes qu’ils connaissaient et appréciaient) étaient en danger, que Voldemort en avait après eux, Harry avait surtout l’espoir de pouvoir changer le passé et de pouvoir retrouver ses parents. Non. Plutôt de les trouver, parce qu’il ne savait finalement d’eux que ce qu’on lui avait raconté au fil de sa vie (et les dix ans passés en compagnie de son oncle et de sa tante n’avaient été qu’un tissu de mensonge). Il ressemblait à son père, il avait les yeux de sa mère... c’était bien joli, mais le jeune homme avait envie de voir à quel point il ressemblait à son père de lui même. Il avait envie de se tenir en face de son père, il avait envie de pouvoir être pris dans les bras de sa mère. Réellement. Pour de vrai. Il avait envie que Sirius ne soit jamais en prison et qu’ils puissent passer du temps ensemble. Il avait envie que sa famille soit heureuse, il avait envie d’être heureux avec ses parents, son parrain, vivant dans le monde magique. Et pour cela, il avait une chance... il devait arrêter Voldemort dans le passé. Maintenant donc. Mais pour autant, il ne pouvait pas réellement l’exprimer. Parce que même si Harry se disait que Neville pouvait le comprendre, les autres avaient envie de retrouver leurs familles.

Il l’exprimait donc pour la première fois en compagnie de Dumbledore et il avait l’impression que ce dernier le sondait avec ses yeux. C’était une sensation étrange à chaque fois, comme si le professeur pouvait plonger dans son esprit, pouvait tout savoir de lui. Forcément, quand l’homme reprit la parole, Harry l’écouta très attentivement. Il n’avait aucune envie de ne pas boire ses paroles. Il fut cependant légèrement surpris quand il entendit Dumbledore lui dire qu’il avait fait le bon choix, que dans certaine situation, il fallait tronquer un peu la réalité et qu’il n’était pas encore temps pour eux de s’en aller. Le jeune homme ne fut cependant pas réellement surpris quand il ajouta le fameux « mais », ça aurait été trop beau. Quand bien même, rien que cela lui faisait énormément du bien. Mais donc, Harry devait apprendre à faire confiance aux personnes qui l’entouraient. Le survivant n’avait pas réellement de raison de mettre en doute les propos de son ancien professeur, mais quand même.

« Ce n’est pas... vraiment facile. » Harry le savait, il devait vraiment faire confiance à ses amis, surtout qu’au final... ils auraient peut-être pu comprendre. Et sans cela, Ginny n’aurait pas décidé de partir et la plupart de ses amis ne lui ferait pas la tête. Mais en même temps, ce n’était quand même pas facile. « C’est à moi de faire quelque chose. »

Parce qu’il était le survivant, parce qu’il devait arrêter Voldemort. Harry se doutait qu’il ne devait pas penser comme ça, mais en même temps, tout cela lui était tombé sur les épaules. Combien de fois n’avait-il pas du agir contre Voldemort depuis le début de ses études à Poudlard.
Code by Gwenn

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
avatar
▌ Messages : 103
Humeur :
70 / 10070 / 100


QUI SUIS-JE?
Baguette: La baguette de sureau *itself*
Camp: Bien
Avatar: Michael Gambon

Message#Sujet: Re: La peur d'un nom ne fait qu'accroître la peur... (Dumby)   Ven 29 Sep - 9:38



“La peur d'un nom ne fait qu'accroître la peur de la chose elle-même.”

Avec Harry Potter


Harry observa que ce n'était pas facile, et Dumbledore le savait (que ne savait-il pas, en vérité ?). C'était en partie pour cela que le directeur de Poudlard avait voulu rencontrer "de manière fortuite" son ancien élève, parce qu'il connaissait l'indécision et les difficultés qu'il rencontrait. Parce qu'il avait besoin de ses conseils. Cela semblait couler de source, bien sûr, que d'affirmer que le jeune homme devait se fier à ses amis, se reposer sur eux, accepter de lâcher du leste pour leur accorder une part de responsabilité. Ce semblait, en même temps, faire partie intégrante de la notion même d'amitié, ce semblait aller de soi. Mais ce qui va de soi, en certaines circonstances, ne s'applique pas à d'autres... L'attitude de Harry était pour certains points contestables (pour beaucoup, même), mais elle était pour d'autres plutôt admirables au regard des responsabilités qui lui incombaient... Ou plutôt, qu'il s'était attribué à lui-même. Oh, le directeur de Poudlard était convaincu que Harry devait jouer un rôle-clé dans l'éviction de Jedusor, et il considérait que le voyage temporel dont il était l'un des acteurs fondamentaux n'était pas le seul fruit du hasard et des circonstances... Mais il n'avait pas fait ce voyage seul. Tous autant qu'ils étaient, ils avaient leur rôle à jouer. Et négliger la responsabilité des autres pour la laisser reposer tout entière sur ses épaules, ce pourrait difficilement être une stratégie payante, d'autant que l'ennemi, de son côté, s'abreuvait de la division, de la zizanie. Indirectement, il semait le trouble parmi ses ennemis et en tirait avantage. Cela ne pouvait pas aboutir à quoi que ce soit de bon.

« C'est tout à fait honorable de ta part de vouloir à toi seul apaiser tous les maux de ce monde », répondit-il sans le quitte des yeux. « Mais tu n'as pas à porter ce fardeau tout seul. » Et il ne le devait pas. Il avait tout intérêt à bénéficier de tout le soutien nécessaire, à commencer par celui de Dumbledore lui-même, bien évidemment, qui n'avait pas l'intention d'abandonner le survivant à ce qu'il considérait être son devoir, son unique responsabilité. « Ce qui nous distingue de l'ennemi », ajouta-t-il en toisant son interlocuteur comme il avait l'habitude de le faire, pas tant pour le soumettre au crible de ses yeux pétillants que pour jauger sa réaction, sa réponse, son comportement. C'est qu'à certains égards, Harry lui faisait penser à Jedusor, parfois... à la différence immense qu'il renfermait une humanité que lui ne possédait guère. Mais tirer un trait sur ses amitiés "pour le plus grand bien", c'était appliquer des méthodes qui n'étaient pas différentes de celles de l'antagoniste. « C'est notre aptitude à tenir compte des autres. »
Code by Joy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

La peur d'un nom ne fait qu'accroître la peur... (Dumby)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Zoya Vicktorya Romanov ? La peur d'un nom ne fait qu'accroître la peur de la chose elle-même.
» Harry Potter ? La peur d'un nom ne fait qu'accroître la peur de la chose elle-même
» ? nuit tu me fais peur, nuit tu n'en finis pas.
» Les jeux pc qui font (vraiment) peur
» Un truc qui fait peur...
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
T.rouble O.r M.isery (or both) ::  :: 
Pré-au-lard
-