AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Un amour adultère et un amour conjugal... [pv Bonnie <33]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
RÉSISTANCE
avatar
▌ Messages : 1031
Humeur :
90 / 10090 / 100

En couple avec : Marié à l'ô combien délicieuse Bonnie

QUI SUIS-JE?
Baguette: 21,2 cm, bois de meurisier et poil de doxy
Camp: Neutre
Avatar: Robert Sheehan

Message#Sujet: Un amour adultère et un amour conjugal... [pv Bonnie <33]   Mar 1 Nov - 18:25


Un amour adultère et un amour conjugal sont comme deux jumeaux que la vie n'a pas pareillement comblés.
U

n mari plus soupçonneux (et surtout plus intéressé) aurait peut-être constaté que quelque chose avait changé chez Bonnie, dernièrement, mais Clyde avait été parfaitement imperméable aux potentiels indices. Il n'avait rien constaté de neuf chez son épouse. Certes, elle sortait beaucoup, mais cela ne lui semblait pas forcément bien différent de d'habitude, elle restait rarement dans leur appartement, et Clyde ne se demandait pas pourquoi, il savait qu'elle avait la bougeotte et que lorsqu'ils restaient trop longtemps dans la même pièce, il venait toujours un moment ou l'un ou l'autre devait prendre la porte pour échapper à l'autre (et généralement c'était elle parce que Clyde n'était pas capable d'un tel effort). Il s'était interrogé, il est vrai, quand elle s'était absenté plusieurs jours durant, avant de revenir en lui expliquant seulement qu'elle était partie en vacances. Seulement, ce n'était pas la première fois qu'elle le faisait, Clyde ne se voyait pas empêcher quoi que ce soit à sa femme de toute manière. C'était l'accord tacite qu'ils avaient passé ensemble quand ils s'étaient passés la bague au doigt. Ils étaient libres de faire ce qu'ils voulaient... mais c'était quand même mieux si ça pouvait échapper à la connaissance de l'autre.

Ces derniers temps, la jeune femme s'absentait donc beaucoup sans que Clyde sache exactement où elle pouvait bien disparaître. Il ne lui posait pas la question. Elle pouvait bien avoir ses secrets, il avait les siens, après tout, notamment en ce qui concernait la Résistance et dont il ne lui avait jamais parlé, Résistance qui prenait plus d'importance dans son existence qu'il n'aurait pu le présumer au départ. Désintéressé, il n'interrogeait effectivement pas... mais en même temps, l'hypothèse qu'elle puisse s'être trouvé un amant ne l'avait pas effleuré. Ça avait bien pu lui traverser l'esprit, notamment après sa conversation avec Septimus, mais il reléguait toujours cela à l'ordre des suppositions qui n'avaient pas de raisons de se confirmer. Allez savoir pourquoi, il ne parvenait pas à imaginer Bonnie capable d'adultère, alors même qu'il l'invitait presque à aller voir ailleurs en demeurant indifférent à la moindre de ses activités, en se satisfaisant uniquement de leurs joutes verbales lorsqu'ils étaient ensemble et en ne souhaitant à aucun moment s'imposer comme un mari vraiment digne de ce nom.

Une fois n'est pas coutume, donc, ce soir-là, quand il revint du travail (car oui, parfois, il lui arrivait d'aller "travailler", je sais, c'est fou), l'appartement était vide. Clyde ne s'en formalisa pas et fit sa vie comme si de rien n'était, si bien qu'il fut en réalité surpris quand la porte de l'appartement s'ouvrit finalement et que son épouse apparut sur le pas de la porte. En fin de compte, Clyde l'attendait plus tard que cela.

-Déjà rentrée ?
demanda-t-il sans (évidemment) bouger du fauteuil où il s'était englué comme à son habitude.

Ce n'était pas un reproche, à peine un constat.

code by Mandy


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
avatar
▌ Messages : 302
Humeur :
50 / 10050 / 100

En couple avec : Mariée avec le "merveilleux" Clyde et amoureuse d'un autre...

QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois d'If, 22.2cm, crain de licorne
Camp: Neutre
Avatar: Jennifer Lawrence

Message#Sujet: Re: Un amour adultère et un amour conjugal... [pv Bonnie <33]   Jeu 29 Déc - 23:47

Clyde & Bonnie
Un amour adultère et un amour conjugal sont comme deux jumeaux que la vie n'a pas pareillement comblés.
Les vacances en Espagne avaient tout simplement été merveilleuse et Bonnie avait eu le cœur léger pendant ces quelques jours passé rien qu’en compagnie de Joshua. Depuis qu’elle était rentrée, depuis qu’ils avaient dû reprendre le cours de leurs vies respectives, la jeune femme ne désirait plus que de repartir en compagnie de l’homme qu’elle aimait… l’homme qu’elle aimait. C’était presque étrange de dire les choses comme ça et pourtant c’était bel et bien le cas. Joshua était l’homme qu’elle aimait, celui qui faisait battre son cœur et frissonner sa peau rien qu’en se trouvant à ses côtés. Celui qu’elle aimait embrasser, celui avec qui elle avait envie de passer le plus de temps possible. Malheureusement, ce n’était pas celui qu’elle avait épousé. Sa relation avec Joshua aurait pu être juste belle, parce qu’ils s’aimaient tous les deux, s’il n’y avait pas ce mariage… s’il n’y avait pas Clyde. Parce que Bonnie était mariée et que techniquement, elle ne pouvait pas faire grand-chose concernant ce détail. Ce détail qui était finalement loin d’en être qu’un de détail. Tant que Bonnie n’était pas amoureuse, son mariage lui suffisait bien. Elle aimait se plaindre de Clyde, parce qu’il n’était qu’un fainéant qui passait son temps sur le canapé à boire et qu’il était loin d’être l’homme de ses rêves, mais en soit il n’était pas un si mauvais mari que ça. Pour la simple et bonne raison qu’il la laissait vivre sa vie comme bon lui semblait, sans trop lui poser de question ou lui demander des comptes. Elle n’avait donc pas eu vraiment de raison de se plaindre. Sauf que maintenant, la jeune femme ne voyait en lui qu’un obstacle entre elle était Joshua. Elle était adultère, elle avait une relation hors mariage… elle aimait un homme qui n’était pas son mari et elle ne faisait rien pour rester fidèle à son époux. Bonnie n’avait aucune idée de comment tout cela allait se terminer, de ce qu’elle pouvait faire. Elle ne pouvait pas divorcer, pas comme ça. Elle n’osait même pas imaginer les conséquences d’un divorce en tout cas, ses parents allaient la renier, ses frères allaient la détester… Mais ce qu’elle demandait elle, c’était simplement d’aimer l’homme qui faisait battre son cœur.

Depuis son retour, la jeune femme passait le plus de temps possible auprès de Joshua. Mais on ne pouvait pas dire qu’ils pouvaient vraiment se voir comme il le voulait. Et la réalité finissait toujours par revenir à la charge. Après plusieurs heures passées ensemble, Joshua et Bonnie avaient donc dû se quitter. C’était bien trop tôt au goût de la volcanique blonde, mais elle n’avait pas eu le choix. C’était donc le cœur lourd qu’elle avait quitté Joshua et qu’elle avait repris le chemin de l’appartement qu’elle partageait en compagnie de son mari… Quand elle passa le pas de la porte, Clyde était là – comme à son habitude, englué dans son fauteuil – et ne manqua pas de faire remarquer qu’elle rentrait tôt.

« Ça t’intéresse ? »

Répliqua-t-elle plus sèchement qu’elle ne l’aurait voulu, le cœur serré. Elle ne savait pas du tout comment elle allait supporter cette situation.
Code by Gwenn

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
RÉSISTANCE
avatar
▌ Messages : 1031
Humeur :
90 / 10090 / 100

En couple avec : Marié à l'ô combien délicieuse Bonnie

QUI SUIS-JE?
Baguette: 21,2 cm, bois de meurisier et poil de doxy
Camp: Neutre
Avatar: Robert Sheehan

Message#Sujet: Re: Un amour adultère et un amour conjugal... [pv Bonnie <33]   Ven 30 Déc - 10:54


Un amour adultère et un amour conjugal sont comme deux jumeaux que la vie n'a pas pareillement comblés.
Q

ue Bonnie se montre assez acerbe et relativement peu amène, ce n'était pas entièrement pour déranger Clyde. Au contraire, on pouvait même affirmer qu'il en avait l'habitude, sans l'ombre d'un doute. Et il le lui rendait bien, au passage. Ils n'avaient jamais été du genre à se lancer des fleurs et à s'adresser des mots tendres (et encore heureux)... il n'empêche que là, Clyde avait le sentiment que quelque chose clochait. Il savait bien que son attitude l'exaspérait totalement, et cela en règle générale... Mais là, c'était tout autre chose. C'était lui ou elle était... limite agressive, là ? Ça le décontenançait un peu, pour tout dire. Peut-être qu'il se faisait des idées, après tout, même lui n'était plus tout à fait lui, avec la résistance et toutes ses implications. Certes, il restait quand même la grosse masse de flemme engluée dans son fauteuil qu'il avait toujours été, mais maintenant, il était une grosse masse de flemme engluée dans son fauteuil avec un semblant de sens commun et de conscience morale. Enfin, un minimum, en tout cas, ce qui n'était sans doute pas grand-chose encore, mais qui était déjà quelque chose après tout. Oui, il avait été surpris par la réaction de son interlocutrice. Il releva la tête - pas trop quand même, juste ce qu'il fallait pour pouvoir mieux la regarder - et lui adressa un regard intrigué. Il avait le sentiment que quelque chose clochait, et - ça ne surprendra personne - il était infichu de savoir qui exactement, malheureusement. Il ne répondit pas tout de suite à sa question, laissa passer un temps de silence qui devait passer pour un temps de réflexion. Ce qui n'était pas exactement le cas. Ce n'était pas vraiment une question qui nécessitait la moindre réponse de sa part, après tout.

-Pas spécialement, non,
admit-il dans un léger haussement d'épaules.

Et c'était le cas. C'est vrai, en soi, ça ne l'intéressait pas réellement. Elle pouvait bien faire ce qu'elle voulait, elle était libre, du moment que ce qu'elle faisait n'avait pas d'incidence sur lui (et ça risquait fort d'arriver, en réalité, mais c'était une chose dont il ne se rendait pas compte. Il se contentait de constater qu'elle était rentrée plus tôt que d'habitude, c'est tout. Puisqu'elle était là, il n'y avait pas de mal à faire la conversation, si ? Si.

-Si j'ai même plus le droit de poser une simple question...
observa-t-il, ce qu n'était à nouveau pas un reproche, juste une manière de chercher un peu Bonnie, puisque c'était là-dessus que se portait leur relation de manière générale. C'était une habitude, chez eux, de se lancer constamment des piques. Mais il avait dans l'intuition que sa charmante épouse n'était pas le moins du monde d'humeur, encore moins réceptive à son humour (pourtant ravageur, bien sûr). T'es mal lunée, ce soir, dis donc.

code by Mandy


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
avatar
▌ Messages : 302
Humeur :
50 / 10050 / 100

En couple avec : Mariée avec le "merveilleux" Clyde et amoureuse d'un autre...

QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois d'If, 22.2cm, crain de licorne
Camp: Neutre
Avatar: Jennifer Lawrence

Message#Sujet: Re: Un amour adultère et un amour conjugal... [pv Bonnie <33]   Dim 1 Jan - 19:47

Clyde & Bonnie
Un amour adultère et un amour conjugal sont comme deux jumeaux que la vie n'a pas pareillement comblés.
Bonnie n’avait pas besoin de la réponse de Clyde à sa question, d’ailleurs au fond elle préfèrerait encore qu’il décide de l’ignorer et qu’il se contente de faire… son Clyde. Ce qu’il faisait d’habitude, sans s’occuper d’elle, sans la regarder comme il la regardait maintenant. C’était parfaitement injuste, mais la jeune femme se sentait encore plus agacé maintenant par la présence du jeune homme dans sa vie. Il n’y était pour rien en soit, il n’était pas plus responsable de tout cela qu’elle en fait. Mais ça n’empêchait pas, rien de se poser son regard sur lui, lui rappelait qu’elle avait un mari et qu’elle n’était pas si libre qu’elle le voudrait. Elle voulait, pourtant, être libre, être seule… pouvoir juste aimer l’homme qu’elle aimait sans avoir besoin de se cacher, sans être considérer comme adultère. Mais Clyde n’y était pour rien à la base, il était autant victime qu’elle de cette situation. La jeune femme se rendait bien compte qu’elle ne se comportait pas bien en « l’agressant » de cette manière, qu’elle devait prendre sur elle. Mais c’était bien plus facile à dire qu’à faire au final. Parce que dès qu’elle le voyait, son cœur se serrait et elle ne pouvait pas s’empêcher de se dire qu’elle aimerait se trouver en présence de Joshua.

Clyde finit par reprendre la parole, après ce qui sembla être une éternité pour Bonnie (et qui ne l’aidait pas vraiment à calmer ses nerfs un peu trop à vif là), en affirmant que ça ne l’intéressait pas. Bah tient, comme si elle avait pu douter une seconde de sa réponse. La jeune femme leva les yeux au ciel à la remarque de son cher et tendre, quand ce dernier joua les victime en affirmant qu’il ne pouvait même plus poser une simple question. Bah tient… Évidemment, l’homme ne faisait que la chercher, comme il le faisait constamment. Comme ils s’amusaient à le faire tout le temps, l’un envers l’autre, pour passer le temps, pour rendre ce ménage un peu plus piquant, un peu intéressant. C’était amusant quand il n’y avait eu qu’eux… maintenant, Bonnie trouvait ce jeu complètement stupide. Mais elle fit le maximum pour ne pas trop se laisser déborder par ses sentiments, ce qui n’était pas vraiment évident pour elle.

« Mais qu’est-ce qui peut bien te faire penser ça mon cœur ? » Répondit-elle avant de s’installer lourdement sur l’un des fauteuils du salon. « J’ai aucune raison d’être mal lunée, j’ai une vie de rêve dans un appartement de rêve, avec un mari de rêve… quoi demander de plus hein ? »

Bon, d’accord, elle ne parvenait vraiment pas à faire comme si de rien n’était, à prendre sur elle et à ne pas se laisser déborder par le fait qu’elle était triste. Triste de ne pas pouvoir être avec Joshua, triste de devoir supporter la présence de Clyde et juste… de ne pas être amoureuse de la bonne personne. Et il était évident qu’elle pouvait difficilement donner le chance au vu du ton qu’elle employait et qui était bien plus dur que celui qu’elle aurait utilisé d’habitude pour taquiner Clyde.
Code by Gwenn

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
RÉSISTANCE
avatar
▌ Messages : 1031
Humeur :
90 / 10090 / 100

En couple avec : Marié à l'ô combien délicieuse Bonnie

QUI SUIS-JE?
Baguette: 21,2 cm, bois de meurisier et poil de doxy
Camp: Neutre
Avatar: Robert Sheehan

Message#Sujet: Re: Un amour adultère et un amour conjugal... [pv Bonnie <33]   Dim 1 Jan - 20:21


Un amour adultère et un amour conjugal sont comme deux jumeaux que la vie n'a pas pareillement comblés.
B

on d'accord, c'était définitive, quelque chose clochait. Non pas que l'attitude de Bonnie soit radicalement différente de ses habitudes (l'envoyer chier, ça faisait pour ainsi dire partie de ses attributions, et c'était en partie ce sur quoi se fondait leur relation, pour peu qu'on puisse la qualifier ainsi), mais il y avait quelque chose de différent. Il était assez habituel qu'ils se cherchent et se montrent désagréables ou ironiques plus en mots qu'en substance (ou plutôt, il n'était pas rare que Bonnie se plaigne et que Clyde fasse son Clyde indifférent, flegmatique et désaxé), mais là, si la base était la même, quelque chose différait. Les réflexions de Bonnie ne pouvaient qu'être entendues comme de l'ironie, mais ce n'était pas celle qu'elle employait d'ordinaire quand elle supportait sa vie du mieux possible et compensait l'absence d'amour conjugale par une relation conflictuelle qui - normalement - dissimulait un fond de sympathie mutuelle. Car même si Clyde ne le montrait pas vraiment, il appréciait son épouse, c'est juste qu'il ne l'aimait pas et aurait préféré rester célibataire. Et jusqu'ici, il avait pensé que Bonnie l'appréciait également. Sauf que le fond d'agressivité qu'il décelait dans son propos ne laissait pas imaginer la moindre complicité entre eux. Est-ce qu'il avait fait quelque chose ? Possible, possible... même si c'était contradictoire avec l'idée largement répandue (et vérifiée) qui voulait que Clyde ne fasse jamais rien. Et s'il avait fait quelque chose, est-ce que ça avait de l'importance, est-ce que ça allait l'inviter à changer d'attitude ? Pas spécialement, non... Bon, donc aucune raison de se demander s'il était responsable du comportement de Bonnie. N'empêche qu'il était quand même intrigué. L'attitude de Bonnie semblait vraiment surgir de nulle part. Ou c'était juste Clyde qui était nul pour déceler les signes avant-coureurs. Ah oui, il était nul pour ça.

-C'est vrai que t'as tout pour être heureuse, mon ange
, répondit-il de son habituel ton quiet. Non, parce que si Bonnie était mal lunée, elle serait bien gentille de ne pas lui gâcher le... enfin, l'absence de truc qu'il était en train de... ne pas faire, par conséquent. Il n'avait pas envie de jouer les psychologues de bas étage, il voulait juste s'assurer que rien n'était arrivé à Bonnie. Déjà parce que ça pourrait lui retomber sur la tronche, ensuite, parce que quand même, il appréciait suffisamment Bonnie pour ne pas vouloir qu'il lui arrive quelque chose. Tu pourrais avoir un mari qui passe ses nerfs sur toi sans savoir pourquoi, à la place, t'imagines comme ce serait déplaisant.

Contrairement à son interlocutrice, il n'avait pas employé un ton sec, ce ton n'était pas plus accusateur, c'était juste une manière comme une autre de faire comprendre à Bonnie qu'il apprécierait de savoir ce qui lui valait une telle attitude.

code by Mandy


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
avatar
▌ Messages : 302
Humeur :
50 / 10050 / 100

En couple avec : Mariée avec le "merveilleux" Clyde et amoureuse d'un autre...

QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois d'If, 22.2cm, crain de licorne
Camp: Neutre
Avatar: Jennifer Lawrence

Message#Sujet: Re: Un amour adultère et un amour conjugal... [pv Bonnie <33]   Jeu 16 Fév - 14:21

Clyde & Bonnie
Un amour adultère et un amour conjugal sont comme deux jumeaux que la vie n'a pas pareillement comblés.
Une vie de rêve, tu parles… Bonnie était loin d’avoir la vie qu’elle désirait vraiment, en même temps ça faisait un moment qu’elle le savait. Elle le savait qu’elle ne pouvait pas avoir une vie comme elle le voulait, parce qu’elle n’avait pas pu prendre certain choix qui avaient eu énormément de conséquence dans sa vie. Comme le fait qu’elle se trouvait mariée à Clyde, ce flemmard de service qui se trouvait dans le canapé à côté d’elle. C’était idiot, mais rien que le fait de le voir, ça l’agaçait. C’était parfaitement injuste, mais elle se sentait agacé par sa simple présence. Alors qu’il n’y était pour rien, du moins pas plus qu’elle. On ne pouvait pas dire que Clyde avait choisi leur situation non plus, il la subissait tout autant qu’elle. Mais rien que de l’entendre ouvrir la bouche pour lui dire quelque chose, comme maintenant quand il confirmait en la gratifiant d’un délicat nom comme ils le faisaient tout le temps qu’elle avait une vie de rêve. C’était ironique après tout, comme à chaque fois, dès qu’ils se parlaient ils le faisaient. C’était un peu la base de ce qui ressemblait à une relation entre eux. Ils ne s’aimaient pas, ils se supportaient, mais ils avaient quand même un genre de relation. Qui était donc basé sur le fait qu’ils s’amusaient à se taquiner, à s’insulter parfois, à râler l’un contre l’autre, mais sans non plus se détester. Bonnie passait son temps à se plaindre, à Clyde ou à d’autre personne, elle cassait constamment du sucre sur le dos de son époux, mais au fond elle savait bien qu’elle aurait pu tomber sur pire. Parce qu’au fond, Clyde ne lui demandait pas grand-chose en soit, il la laissait quand même vivre sa vie comme elle l’entendait. Elle avait quand même passé plusieurs jours en Espagne avec Joshua, tous les maris ne l’auraient pas autorisé à partir aussi longtemps. Même si bien sûr, Bonnie se gardait bien de donner les détails de son voyage à son époux. Mais cela ne l’empêchait pas d’être agacé, de se sentir énervé contre lui.

Et puis, il lui affirma qu’elle pourrait avoir un mari qui passait ses nerfs sur elle sans aucune raison, sans qu’elle ne sache pourquoi. Bonnie comprit évidemment le message, puisqu’il parlait d’elle. C’était difficile à accepter, mais Clyde voyait juste pour une fois. Comme quoi… il pouvait se montrer un peu intelligent.

« Touché. »
Se contenta-t-elle d’affirmer, agacée parce qu’elle devait reconnaître que Clyde avait raison. Ce n’était pas évident, parce qu’elle n’aimait pas ça, mais pour le coup elle ne pouvait quand même pas faire autrement. Bonnie était particulièrement énervée, sur les nerfs, la simple présence de Clyde l’agaçait parce que ça lui rappelait qu’elle ne pouvait pas avoir la vie qu’elle voulait. Mais en même temps, il n’y était pour rien. Ça ne serait pas très juste pour lui. « C’est la première fois que je t’entends dire quelque chose de censé. » Reprit-elle parce qu’elle n’avait pas non plus l’intention d’être trop gentille avec lui, il fallait qu’elle se rattrape. « Comme quoi, je dois avoir une bonne influence sur toi. »
Code by Gwenn

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
RÉSISTANCE
avatar
▌ Messages : 1031
Humeur :
90 / 10090 / 100

En couple avec : Marié à l'ô combien délicieuse Bonnie

QUI SUIS-JE?
Baguette: 21,2 cm, bois de meurisier et poil de doxy
Camp: Neutre
Avatar: Robert Sheehan

Message#Sujet: Re: Un amour adultère et un amour conjugal... [pv Bonnie <33]   Jeu 16 Fév - 18:35


Un amour adultère et un amour conjugal sont comme deux jumeaux que la vie n'a pas pareillement comblés.
C

lyde afficha un sourire empreint d'une fierté qui n'avait absolument rien de nécessaire quand Bonnie admit qu'il avait présentement marqué un point en lui faisant remarquer que, tout mari déplorable qu'il était, il ne lui faisait pas subir la situation qu'elle-même lui faisait subir en se montrant désagréable sans l'ombre d'une raison, sauf peut-être l'accumulation d'un tout. Il est vrai que si leur vie au quotidien n'était pas l'enfer, elle n'était pas un rêve éveillé non plus, Clyde s'en accommodait sans mal parce qu'il n'avait pas des standards très élevés de toute manière (ça lui demanderait beaucoup trop d'énergie, en même temps) mais il pouvait très bien comprendre que, de son côté, Bonnie l'accepte plus difficilement. Sauf qu'il n'avait pas spécialement envie qu'elle lui prenne la tête pour autant. Ce n'était quand même pas de sa faute, s'ils n'étaient pas le charmant couple uni et amoureux que l'on voulait qu'ils soient... paradoxalement sans avoir demandé leur avis à ce sujet, ce qui semblerait pourtant être la moindre des choses, à bien y réfléchir, mais Clyde avait le sentiment que ses parents n'avaient jamais été très doués pour la réflexion... Et il voulait bien parier que ceux de Bonnie ne l'étaient pas davantage (déjà, ils l'avaient accepté pour gendre - "accepter" au sens large du terme -, ça voulait tout dire).

Le sourire de Clyde s'agrandit encore quand Bonnie lui fit remarquer que c'était la chose la plus censée qu'il lui disait depuis un moment, si ce n'est depuis toujours. Bon, il avait toujours le sentiment que son épouse était tendue, mais il avait déjà un peu plus le sentiment de la retrouver, à ce moment-là. C'était le genre de vacheries dont il avait déjà un peu plus l'habitude de sa part, et qu'il lui rendait bien, au passage. Bien sûr, il ne s'offusqua pas de sa remarque. Il était habitué, et il avait l'habitude (globalement et à quelques exceptions près) de ne pas se vexer quoi qu'on puisse lui dire. S'il avait dû se vexer à la moindre remarque depuis le jour où il avait commencé à respirer, il aurait été très mal, en même temps, il faut dire. Il se permit néanmoins de lever les yeux au ciel quand Bonnie ajouta que son sursaut d'intelligence devait être le fruit de l'influence qu'elle avait sur lui. Il ne fallait pas abuser non plus.

-Tu es un exemple pour moi, chérie,
répliqua-t-il, j'espère qu'un jour, tu pourras aussi profiter de mon influence bénéfique. T'as l'air stressée, t'es constamment sur ressorts, ça te ferait du bien de juste.. tu sais... ne rien faire, de temps en temps.

Si ça pouvait la détendre un peu... Il avait quand même toujours le sentiment qu'elle n'allait pas bien.

code by Mandy


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
avatar
▌ Messages : 302
Humeur :
50 / 10050 / 100

En couple avec : Mariée avec le "merveilleux" Clyde et amoureuse d'un autre...

QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois d'If, 22.2cm, crain de licorne
Camp: Neutre
Avatar: Jennifer Lawrence

Message#Sujet: Re: Un amour adultère et un amour conjugal... [pv Bonnie <33]   Ven 7 Avr - 10:42

Clyde & Bonnie
Un amour adultère et un amour conjugal sont comme deux jumeaux que la vie n'a pas pareillement comblés.
Bonnie tentait de se détendre le plus possible, parce qu’elle savait bien qu’elle n’avait aucune raison de passer ses nerfs sur Clyde. Bon… il était finalement la source de ses tensions et s’il n’était pas là, elle ne s’en porterait que mieux, mais il n’y était pour rien dans la situation non plus. Il n’avait pas plus demandé qu’elle qu’ils se marient, de devoir la supporter comme femme à longueur de temps. C’était leurs parents les responsables. Des parents qui n’avaient clairement pas beaucoup de jugeotes, mais bon. C’était eux qui étaient responsables de cette emmerde. Alors, cela ne servait à rien que Bonnie passe ses nerfs sur Clyde, même si c’était quand même tentant. Surtout qu’il était si… si lui-même au final, si différent d’elle. À se demander vraiment ce que ses parents avaient eu en tête quand ils avaient décidé de lui faire épouser le jeune homme, ils n’avaient vraiment rien en commun. Bon… Joshua n’était pas comme Clyde, mais il n’était pas non plus comme Bonnie en un sens. Les opposées s’attiraient parfois. Si seulement ses parents n’avaient pas eu envie de la marier si rapidement après Poudlard.

La jeune femme adressa un sourire moqueur à Clyde quand il affirma qu’elle était un exemple pour lui, surfant sur la remarque qu’elle avait dit précédemment. Évidemment, Bonnie n’y croyait pas une seconde, mais elle n’avait pas cru non plus elle-même au fait qu’elle puisse déteindre un peu sur ce cher et tendre mari qu’elle devait se coltiner. Mais bon, ces petites piques, remarques, c’était devenu un peu leur quotidien. La jeune femme aurait bien aimé avoir un quotidien tout autre, mais elle n’avait pas le choix de faire avec ce qu’elle avait. Et à choisir, elle préférait les taquineries avec Clyde qu’une vraie dispute. Ce qui aurait très bien pu arriver, si elle ne se détendait pas un peu. Ce qui pouvait donc encore arriver, parce que malgré tout, Bonnie ne se sentait vraiment pas bien.

« J’ai vraiment trop peur de finir comme toi chéri. » Répliqua-t-elle alors, sur le ton de la plaisanterie maintenant, plus aussi sèchement qu’avant. « Ça doit être vraiment désagréable de se fondre comme ça au fauteuil. » À force, la jeune femme se demandait sérieusement si Clyde n’était vraiment pas en train de devenir une extension du fauteuil. « Et puis, crois-moi, tu n’as aucune envie que je ne fasse rien. » Ce qu’elle serait, concrètement, incapable de faire. « À moins que ton désir secret serait que je passe toutes mes journées à côté de toi, à te parler encore et encore… et encore. »

Parce que quand elle s’ennuyait, Bonnie parlait. Et elle n’avait pas besoin de s’ennuyer pour parler. Quelle vision d’horreur cette situation, il n’était pas question pour Bonnie de se contenter de faire sa Clyde et de se perdre dans le fauteuil à ne rien faire du tout de sa journée. Et elle était persuadée qu’il n’avait aucune envie qu’elle vienne déranger sa « cool » attitude.
Code by Gwenn
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
RÉSISTANCE
avatar
▌ Messages : 1031
Humeur :
90 / 10090 / 100

En couple avec : Marié à l'ô combien délicieuse Bonnie

QUI SUIS-JE?
Baguette: 21,2 cm, bois de meurisier et poil de doxy
Camp: Neutre
Avatar: Robert Sheehan

Message#Sujet: Re: Un amour adultère et un amour conjugal... [pv Bonnie <33]   Ven 7 Avr - 22:02


Un amour adultère et un amour conjugal sont comme deux jumeaux que la vie n'a pas pareillement comblés.
Q

uand Bonnie reprit la parole, Clyde sentit qu'elle était déjà un peu plus disposée à se montrer agréable. Enfin, "agréable", tout était relatif, bien sûr. Quiconque entendrait leur conversation depuis le début ne ferait sans doute aucune différence et se contenterait de se dire que les piques et les sarcasmes de son interlocutrice étaient une nouvelle manière de faire montre d'agressivité à son égard. Mais Clyde, lui, pensait savoir reconnaître que la pique en question était déjà un tantinet plus bienveillante que les précédentes, et il préférait largement ça. Il n'attendait absolument pas de la situation qu'elle devienne amicale ou apaisée, loin s'en faut, mais dans la sorte de routine agrémentée de piques diverses et variées qu'ils étaient parvenus à créer, ils trouvaient généralement leur compte, alors à choisir, Clyde préférait que rien ne vienne envenimer la situation. Il se permit donc de sourire quand Bonnie affirma qu'elle craindrait trop de devenir comme lui. Ceci dit, il se doutait qu'il y avait un fond de vérité pour ce propos. Et tant mieux, en même temps. Parce que ce n'était pas comme s'ils allaient lutter contre la divergence de leur caractère. Il se contenta de s'étirer plaisamment quand Bonnie affirma que c'était désagréable de se fondre au fauteuil... Quelle drôle de façon de penser, que de s'imaginer que ce n'était pas agréable ? Au contraire, il ne voyait pas meilleure perspective d'avenir. S'il pouvait véritablement ne faire plus qu'un avec son canapé, il en serait ravi. Mais parfois, il fallait bien se lever et... vivre. Pas de bol. Non, il ne risquait pas de s'offusquer du propos de son interlocutrice (en même temps, il fallait y aller pour le voir s'offusquer de quoi que ce soit). Et sa grimace, quand elle évoqua l'idée que si elle restait cloitrée là pour parler encore et encore et encore, n'avait rien de bien sincère, même si c'était quand même un fait qu'il trouverait rapidement épuisant que d'entendre parler son interlocutrice. Mais il ne doutait pas du fait que bien d'autres personnes trouvaient grâce à ses yeux et étaient ravis d'écouter tout ce qu'ils pouvaient bien avoir à en dire.

-Tu sais, il y a plein d'autres fauteuils très confortables en ce bas monde qui n'attendent que d'accueillir ton auguste postérieur, tu n'as pas besoin de rester en ma compagnie pour autant. Même si j'imagine que la moindre seconde passée loin de moi doit fendre ton pauvre petit coeur.


Ou pas. En fait, clairement non, étant donné qu'elle pouvait passer des jours et des jours loin de chez eux sans donner signe de vie. Mais bon, ce n'était pas comme s'ils prétendaient faire preuve de sincérité depuis les débuts de leur conversation, et depuis les débuts de leur relation, en fait.

code by Mandy


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
avatar
▌ Messages : 302
Humeur :
50 / 10050 / 100

En couple avec : Mariée avec le "merveilleux" Clyde et amoureuse d'un autre...

QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois d'If, 22.2cm, crain de licorne
Camp: Neutre
Avatar: Jennifer Lawrence

Message#Sujet: Re: Un amour adultère et un amour conjugal... [pv Bonnie <33]   Dim 28 Mai - 0:36

Clyde & Bonnie
Un amour adultère et un amour conjugal sont comme deux jumeaux que la vie n'a pas pareillement comblés.
Bon, les piques que Bonnie lançaient à présent à Clyde étaient bien plus « cool » que celles qu’elle avait pu lui dire avant. Même si, en même temps, sa situation était loin d’être arrangée pour autant. La jeune femme se sentait toujours aussi mal de ne pas pouvoir vivre son idylle avec Joshua en toute tranquillité parce que ses parents avaient décidé de la marier à Clyde. Elle se sentait mal d’être mariée, de ne pas avoir le droit de choisir sa vie et de ne pouvoir justement rien faire. Oh, si, elle pouvait sans doute faire quelque chose, mais c’était difficile quand même. Parce que si elle décidait de quitter Clyde, de divorcer, ça allait avoir de grandes conséquences. Et pas seulement sur elle, mais aussi sur Joshua, sur Clyde même. Et quand bien même son époux avait tendance à rapidement lui taper sur les nerfs et l’agacer, elle n’avait pas spécialement envie de lui faire du mal non plus. Quand bien même, elle n’avait pas manqué de se montrer désagréable. Mais elle savait qu’il n’appréciait pas plus la situation qu’elle, il la subissait autant qu’elle. Leur conversation était donc plus légère, mais ce n’était pas pour autant que la jeune femme se sentait si bien quand même.

Preuve en était de ce qu’elle ressentit quand Clyde affirma qu’elle pouvait très bien mettre ses fesses dans un autre fauteuil, sans avoir besoin de rester près de lui, comme elle l’avait dit précédemment, ajoutant ensuite qu’elle devait souffrir de rester loin de lui. C’était dit en plaisantant, évidemment. Comme toujours, Bonnie n’avait même pas besoin de se poser la question. Elle savait qu’il n’était pas sérieux, comme elle n’était pas sérieuse la plupart du temps. C’était leur manière, bien particulière, de se supporter. Mais alors qu’il affirmait ça, Bonnie ne pouvait justement pas s’empêcher de penser à Joshua. C’était bête sans doute, mais depuis leurs vacances, depuis leur rapprochement, chaque instant justement passé loin de lui, lui fendait le cœur. Mais elle n’y pouvait rien. Et malgré le fait que les propos de Clyde lui fendaient justement le cœur, elle tenta du mieux possible de prendre sur elle. Elle n’avait pas envie de recommencer à passer ses nerfs sur son époux. Mais elle devait vraiment, vraiment prendre sur elle quand même.

« Tu n’imagines même pas à quel point mon sucre d’orge. » Oh, non, il ne s’imaginait même pas à quel point son cœur était fendu en effet et à quel point elle parvenait aussi à se sentir heureuse quand elle était loin de cet appartement, de ce salon, et surtout en bonne compagnie. « Je suis vraiment une femme comblée. Je suis si heureuse que tu passes le plus clair de ton temps vautré ici, comme ça j’ai tout le loisir de profiter de ta présence salvatrice. »

Et bien sûr, il n’y avait pas besoin de le préciser, mais la jeune femme ne pensait pas une seule seconde ce qu’elle venait de dire. Et puis quoi encore ?
Code by Gwenn
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
RÉSISTANCE
avatar
▌ Messages : 1031
Humeur :
90 / 10090 / 100

En couple avec : Marié à l'ô combien délicieuse Bonnie

QUI SUIS-JE?
Baguette: 21,2 cm, bois de meurisier et poil de doxy
Camp: Neutre
Avatar: Robert Sheehan

Message#Sujet: Re: Un amour adultère et un amour conjugal... [pv Bonnie <33]   Lun 29 Mai - 23:40


Un amour adultère et un amour conjugal sont comme deux jumeaux que la vie n'a pas pareillement comblés.
O

ui bon, Clyde savait bien que son attitude exaspérait globalement Bonnie, mais il était qui il était, il n'allait certainement pas changer pour une épouse qui ne l'était que de convenance, de manière générale. Il se fichait bien de ce que faisait Bonnie en dehors de leur appartement, tant que ça ne lui posait pas de problèmes à lui. Ca ne le dérangeait pas davantage qu'elle se plaigne, surtout quand elle le faisait avec humour et sans forcément de rancoeur. Même si dernièrement, il avait un peu de mal à démêler ce qui tenait de la rancoeur et ce qui tenait de la simple plaisanterie. La frontière était moins ténue au début de leur mariage, mais depuis quelque temps, avait changé, et il trouvait plus difficile de savoir ce qu'elle pensait réellement de la situation... Non pas que cette situation lui soit insoutenable, mais elle était inédite, et Clyde lui préférait de très loin sa bonne vieille routine, il devait bien le reconnaître... Enfin bon, il allait faire avec. C'était davantage son problème à elle que le sien à lui, après tout. Mais s'il devait se coltiner sa mauvaise humeur, ça pouvait bien finir par devenir son problème effectivement.

-Qu'est-ce que tu ferais sans moi, hein, déclara-t-il en croisant les bras au-dessus de sa tête, faisant mine de prendre son propos au sérieux quand bien même il savait pertinemment qu'elle était ironique. Comme presque tout le temps dans ce genre de situation. Mais tu sais que si tu passes autant de temps en ma compagnie, c'est que toi aussi tu ne fais pas grand-chose, dans ce cas, déclara-t-il alors, qui n'avait pas la moindre difficulté à faire preuve de mauvaise foi dans des situation de ce genre. En même temps, c'est vrai, techniquement, elle était autant dans le salon à ne rien faire que lui quand ils se retrouvaient dans cette situation. C'était juste que quand Bonnie partait, lui était toujours là, bien ancré dans son canapé une bonne fois pour toutes. Ceci dit, profiter de ma présence incandescente doit être tellement stimulant pour toi, logique que tu ne veuilles rien faire d'autre.

Et bientôt, il allait prétendre que sa présence était si incandescente que lui-même était totalement irradié par elle. Ce serait peut-être une bonne excuse pour manquer un ou deux jours de boulot, tiens (même s'il faut bien admettre qu'il n'essayait plus tellement, là)... Il essaierait, la prochaine fois, ne serait-ce que pour voir la tête de son patron (puis de son père quand il le lui répèterait). Ahlala, aucun sens de l'humour, ces gens. En attendant, c'était Bonnie qui avait commencé en disant que sa présence était salvatrice. Il n'en fallait pas plus à Clyde pour broder autour d'une simple remarque cynique.

code by Mandy


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
avatar
▌ Messages : 302
Humeur :
50 / 10050 / 100

En couple avec : Mariée avec le "merveilleux" Clyde et amoureuse d'un autre...

QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois d'If, 22.2cm, crain de licorne
Camp: Neutre
Avatar: Jennifer Lawrence

Message#Sujet: Re: Un amour adultère et un amour conjugal... [pv Bonnie <33]   Jeu 27 Juil - 13:15

Clyde & Bonnie
Un amour adultère et un amour conjugal sont comme deux jumeaux que la vie n'a pas pareillement comblés.
Qu’est-ce que Bonnie ferait sans Clyde sérieusement ? Cette conversation avait pris un ton bien plus de plaisanterie que précédemment, mais ça n’empêchait pas que la jeune femme sentît son cœur se serrer à chaque fois. Elle n’avait rien contre Clyde concrètement, elle n’avait aucune raison d’avoir quelque chose contre lui, parce qu’il se trouvait dans la même situation qu’elle au final. Mais ça ne l’empêchait pas pour autant de souffrir lors de ces propos, qui étaient normalement là juste pour leur taquinerie habituelle. Bonnie prenait sur elle, parce qu’elle se rendait bien compte qu’elle n’avait pas besoin de s’en prendre à Clyde, qu’il n’y était pour rien. Même si elle bouillonnait quand même, qu’elle avait envie de rétorquer que sans lui, elle serait sans doute dans les bras de Joshua, qu’elle n’aurait pas besoin de se cacher avec lui. Qu’elle n’aurait pas à se retenir d’aimer quelqu’un, simplement parce que sa famille avait décidé de la marier. Même si, bien sûr, sans Clyde ses parents lui auraient trouvé quelqu’un d’autre. Et sans doute un mari quand même bien moins conciliant que Clyde. Sans doute beaucoup moins fainéant et moins « mollusque » … une personne qui ne resterait donc pas toute la journée dans un fauteuil à ne rien faire. Mais bon, au moins, Clyde ne lui demandait pas de compte, il n’attendait rien d’elle. Il ne cherchait pas à la forcer d’être une bonne femme au foyer, une épouse convenable, une personne répondant au devoir conjugale. Il ne lui disait rien quand elle partait une semaine en vacances par exemple. Et sans ça… eh bien, elle n’aurait pas pu passer cette semaine merveilleuse avec Joshua. Ça pourrait être pire oui.

Bonnie afficha une grimace un peu forcée quand Clyde affirma qu’en restant en sa compagnie, ça signifiait qu’elle ne faisait rien non plus. Contrairement à lui, la jeune femme n’appréciait effectivement pas spécialement de ne rien faire, elle avait besoin de s’occuper. Ce qu’elle ne faisait pas réellement tout de suite effectivement, même si parler avec Clyde était quand même un effort. Raison pour laquelle, puisqu’elle savait que Clyde disait ça pour la chercher, elle accentua donc la grimace qu’elle afficha.

« C’est vrai que je suis tellement éblouie par toi, c’est incroyable ! » Ça ne servait à rien qu’elle se prenne la tête de toute façon, donc autant qu’elle joue le jeu. Bonnie tourna son regard vers son époux, ouvrant aussi grand les yeux que possible, avant de reprendre. « Je suis incapable de faire autrement que de te regarder encore et encore. Je crois que je vais rester là tout le temps vraiment, à te regarder. »

Ou pas bien sûr, il était évident qu’il n’y avait aucune raison de prendre au mot ses propos. Là, elle discutait avec Clyde, mais rapidement elle retournerait à ses propres activités. Et dès que possible, elle quittera cet appartement, simplement parce qu’elle en aurait marre de tourner en rond. Il n’y avait définitivement pas plus différent qu’eux.
Code by Gwenn
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
RÉSISTANCE
avatar
▌ Messages : 1031
Humeur :
90 / 10090 / 100

En couple avec : Marié à l'ô combien délicieuse Bonnie

QUI SUIS-JE?
Baguette: 21,2 cm, bois de meurisier et poil de doxy
Camp: Neutre
Avatar: Robert Sheehan

Message#Sujet: Re: Un amour adultère et un amour conjugal... [pv Bonnie <33]   Jeu 27 Juil - 21:16


Un amour adultère et un amour conjugal sont comme deux jumeaux que la vie n'a pas pareillement comblés.
C

lyde afficha un sourire qui témoignait de tout sauf d'une quelconque humilité quand Bonnie affirma être totalement éblouie par sa présence incandescente. Bien sûr, elle mentait, il est certain qu'en termes d'irridescence, le jeune homme repasserait, en même temps, avoir une personnalité lumineuse comme pouvait l'être celle de Bonnie quand la solaire jeune femme n'avait pas les nerfs en pelotte, ça avait l'air particulièrement fatigant, alors tant pis. Bien sûr aussi, Clyde savait bien qu'elle ne pensait pas un seul des mots qu'elle venait de prononcer, faire preuve d'ironie, cela faisait partie de leurs habitudes, de leur rituel, même, pourrait-on dire. C'était de cette manière qu'ils fonctionnaient, c'était de cette façon qu'ils permettaient à leur "couple" pour le moins dysfonctionnel de marcher. Bon, d'accord, ils n'étaient pas vraiment un couple et ça ne marchait pas vraiment, mais disons que, au moins, les deux époux étaient capables de se supporter au quotidien en dépit de leurs manifestes divergences de caractère, et clairement, c'était déjà beaucoup, vraiment beaucoup.

-Quelle horreur, pitié,
répliqua-t-il, un sourire amusé aux lèvres quand son interlocutrice suggéra de ne faire que le regarder, comme si cette seule occupation était capable de la combler et de la rendre heureuse. Il était convaincu qu'elle craquerait avant lui si elle devait s'y risquer, mais elle ne le lui souhaitait pas malgré tout... et elle ne se le souhaitait pas non plus, c'est évident, cette perspective n'avait rien de bien agréable pour l'un comme pour l'autre. J'imagine combien ce spectacle doit être incroyable, mais je suis quelqu'un de pudique, tu comprends...

Cette remarque avait de quoi la faire doucement rire. Car, clairement, Clyde n'avait rien de pudique. C'était ça, que de se foutre de tout, il se foutait aussi du jugement des autres, du regard que l'on pouvait poser sur lui, et pour la peine, le jeune homme n'avait pas de honte à s'exposer sous toutes les coutures aux autres. Bon, ce n'était pas au point qu'il se balade à poil non plus dans l'appartement (enfin si, ça lui arrivait, mais il faisait quand même l'effort d'être un minimum habillé quand sa femme se trouvait elle aussi chez eux), mais clairement, on faisait plus pudique que lui. Mais clairement, ils n'étaient pas là pour partager une conversation à coeur ouvert, ils n'étaient pas là pour se dire dans le blanc des yeux des vérités qui allaient changer leurs vies pour toujours. Non, leurs conversations n'étaient d'ailleurs jamais vraiment profondes. Ils avaient leurs problèmes, leurs états d'âme, leurs démons (oui oui, même Clyde), mais ils ne se les partageaient pas, leur relation n'était pas ainsi faite tout simplement.

code by Mandy


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
avatar
▌ Messages : 302
Humeur :
50 / 10050 / 100

En couple avec : Mariée avec le "merveilleux" Clyde et amoureuse d'un autre...

QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois d'If, 22.2cm, crain de licorne
Camp: Neutre
Avatar: Jennifer Lawrence

Message#Sujet: Re: Un amour adultère et un amour conjugal... [pv Bonnie <33]   Sam 9 Sep - 23:43

Clyde & Bonnie
Un amour adultère et un amour conjugal sont comme deux jumeaux que la vie n'a pas pareillement comblés.
Quelle horreur, c’était à peu près comme cela que Bonnie qualifierait aussi le fait de rester constamment à regarder Clyde. Non pas qu’elle finisse par avoir les yeux en sang à force d’observer le visage de son époux, mais elle finirait simplement par devenir dingue si elle ne faisait que cela. Rien que maintenant, le peu qu’elle l’observait – dans le seul but de lui donner un avant-goût qui ne pouvait que lui donner envie qu’elle arrête – elle se sentait sur le point de craquer. C’était impossible pour elle de juste s’assoir et d’observer quelqu’un, Clyde ou non, elle avait besoin de bouger, de parler, de faire quelque chose. Elle ne pouvait pas ne rien faire, elle ne savait pas s’ennuyer, elle détestait s’ennuyer. C’était bien la plus grande différence qu’il y avait entre les époux Hornby d’ailleurs. Quand Clyde pouvait passer la journée affalée sur son canapé à ne rien faire (ou presque, mais boire de l’alcool ça ne comptait pas), Bonnie s’installait peu souvent sur ce canapé. Sauf quand Clyde était dans les parages et qu’ils pouvaient se laisser aller aux taquineries et autres moqueries dont ils avaient le secret. Elle pourrait, peut-être, rester un moment sur un canapé, dans les bras de Joshua par exemple. Même si ce n’était pas du tout une bonne idée de sa part de penser à son amant – si on partait du principe qu’elle était en couple avec Clyde et que Joshua était son amant donc – mais elle n’y pouvait rien. En tout cas, elle se disait vraiment qu’elle pouvait peut-être parvenir à rester tranquille sur un canapé dans les bras de Joshua, parce que le jeune homme parvenait à la calmer un peu, à la pondérer un peu. Comme quoi, tout pouvait arriver.

« Pudique ? Qu’est-ce qu’il ne faut pas entendre. » S’exclama Bonnie, en riant. Elle appréciait, finalement, le don qu’avait Clyde pour la détendre un peu. Si on pouvait appeler ça comme ça. Bon, rien n’enlevait le fait qu’elle se sentait mal, parce qu’elle était mariée avec lui, qu’elle aimait un autre et que le poids du secret commençait à lui peser. Mais en même temps, quand ils allaient de taquinerie, en taquinerie, finalement Bonnie arrivait un peu à se changer les idées. Non parce que même si elle n’aimait pas Clyde, elle ne le détestait pas non plus. Malgré ce qu’elle ne pouvait pas s’empêcher de dire par moment, parce qu’elle adorait se plaindre. « Si toi tu es pudique, moi je suis une bonne sœur. »

Et elle ne l’était pas, loin de là même. Et puisqu’elle avait un amant, disons-le clairement, il était clair qu’elle était loin d’être digne d’un seigneur tout en haut qui avait scellé son destin à celui de Clyde. Elle ne méritait qu’un tour direct en enfer. Mais ça ne lui dérangeait pas, parce qu’elle n’échangerait pas cela pour le moins du monde. Même si elle n’était pas si heureuse qu’elle le voudrait, elle ne supportait pas de ne pas avoir Joshua dans sa vie.
Code by Gwenn
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
RÉSISTANCE
avatar
▌ Messages : 1031
Humeur :
90 / 10090 / 100

En couple avec : Marié à l'ô combien délicieuse Bonnie

QUI SUIS-JE?
Baguette: 21,2 cm, bois de meurisier et poil de doxy
Camp: Neutre
Avatar: Robert Sheehan

Message#Sujet: Re: Un amour adultère et un amour conjugal... [pv Bonnie <33]   Dim 10 Sep - 10:29


Un amour adultère et un amour conjugal sont comme deux jumeaux que la vie n'a pas pareillement comblés.
P

rogressivement, la situation se détendait, s’apaisait, entre eux, et Clyde devait bien reconnaître qu’il préférait largement ça. Bonnie et Clyde n’étaient clairement pas voués à devenir les meilleurs amis du monde, encore moins à s’aimer comme il arrivait que certains maris et femmes s’aiment (même si c’était quand même moins fréquent pour ceux qui étaient de leur sang), mais il voulait croire qu’il pouvait quand même y avoir entre eux une certaine complicité, dissimulée derrière leurs piques à n’en plus finir. C’est sûr que Bonnie trouverait toujours Clyde beaucoup trop mou et que Clyde, pour sa part, trouverait toujours qu’elle était beaucoup trop agitée, mais ce n’était pas pour autant que le fait qu’ils puissent s’apprécier et vivre en bonne entente puisse être inconcevable. Ils pouvaient bien faire de leur mariage quelque chose d’un tant soit peu supportable, faute d’être réellement enviable. Car, très clairement, ça ne l’était pas. Là, voir que Bonnie souriait, et qu’elle ne se forçait pas à le faire, ça le rassurait. Déjà qu’ils devaient se supporter au quotidien, si, à chaque fois, Bonnie devait tirer la tronche, ce serait clairement insupportable. Là, au moins, ils pouvaient plaisanter de nouveau. Bon, d’accord, ils plaisantaient, effectivement, mais en se lançant toujours des piques, mais ça, ça faisait partie de leur dynamique à tous les deux… Et ça ne fonctionnait pas si mal que ça, en fin de compte. C’était mieux que de s’ignorer, mieux que de prétendre s’adorer. Clyde y trouvait son équilibre… Et s’ils devaient s’éviter, s’ignorer ou il ne savait quoi d’autre, il lui manquerait un peu quelque chose, même s’il savait très bien vivre quand Bonnie n’était pas là, et il est vrai qu’elle s’absentait très régulièrement, sans qu’il ne s’interroge vraiment. C’est sûr que l’air devait quand même être plus respirable ailleurs que dans cet appartement.

-Et si cet appart est un couvent, le patron là-haut a du souci à se faire, répliqua Clyde avec un sourire égal, quand Bonnie se compara (sans le penser) à une bonne sœur.

Non, clairement, Bonnie n’en était pas une, elle n’était pas coincée, elle n’était sans doute même pas croyante, elle allait et venait, était ‘, faisait sa vie… Bref, elle n’était pas du tout une bonne sœur… Quoi qu’il imaginait qu’elle était chaste malgré tout, mais par défaut. Parce que le couple n’avait jamais consommé son mariage et n’avait pas l’intention de le faire en dépit de l’insistance de leurs parents respectifs, qui tenaient absolument à ce que les Hornby leur donnent des petits enfants (ils étaient mal barrés, vraiment). Et il n’imaginait pas, il ne devinait pas, qu’elle allait voir ailleurs. Non pas qu’il ne la pensait pas capable d’avoir un amant. Elle était très belle, très attirante, en plus de toutes ses autres qualités, si elle voulait trouver un homme meilleur que lui, elle n’avait pas à se fouler, mais il ne pensait pas que ce soit le cas pour autant. Parce qu’il était convaincu du fait que, si c’était le cas, elle lui en parlerait. Il était naïf, parfois.


code by Mandy


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Un amour adultère et un amour conjugal... [pv Bonnie <33]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Almira le prophète de l'amour
» Amour sucré, l'amour qui est poudré (et pas avec du sucre)
» [NOUVELLE] L'amour est un jeu auquel tout le monde est perdant.
» l’Amour Courtois
» Pour l'amour d'une blonde... [Pv Aaron]
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
T.rouble O.r M.isery (or both) ::  :: 
Les habitations
 :: Bienvenue chez vous ! :: Appartement des Hornby
-