AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Une mauvaise nouvelle n'arrive jamais seule

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Ysbridion
avatar
▌ Messages : 194
Humeur :
50 / 10050 / 100


QUI SUIS-JE?
Baguette: 21,48 cm, bois d'if, ventricule de dragon
Camp: Bien
Avatar: Mark Harmon

Message#Sujet: Une mauvaise nouvelle n'arrive jamais seule   Jeu 3 Nov - 17:13

Je ne sais pas vraiment ce que je fais, en ce moment, mais tout indique que je ne le fais pas forcément très bien. Oh, envers et contre tout, je suis et resterai quelqu'un d'infiniment consciencieux. C'est dans ma nature, et je n'ai pas l'intention de changer cette dernière sous le prétexte que le moral ne suis pas, mais je vois bien que le coeur n'est à rien, ces derniers temps, sans doute pour une raison très simple, d'ailleurs, il a trouvé son objet sur le tard et le regretterait presque. L'état de Purdey ne s'est toujours pas amélioré. Bon, je pourrais me rassurer en me disant qu'il n'a pas empiré non plus, mais ça ne m'aide pas vraiment, en vérité. En fait, ça ne m'aide pas du tout. Des semaines et des semaines que cela dure, je ne peux m'empêcher de penser que cette période de latence n'aura jamais de fin. Aucune fin. Et il arrivera bien un moment où l'espoir deviendra une hérésie. Et à côté de ça ? Eh bien pas grand-chose, justement, le mal grandit, et même si Caelan se révèle totalement prompte à remplacer Purdey au pied levé, son absence pèse sur le groupe, et nous manquons pour le moment d'informations pour agir directement. Passé cela, il y a quelques autres aléas. Voilà plusieurs semaines que je cherche à avoir des nouvelles d'Andrew, mon fils, mais mes courriers me sont toujours retournés les uns après les autres. Notre entente n'a jamais été des plus cordiales, c'est vrai, ou en tout cas, elle a cessé de l'être après la mort de mon épouse. Mais malgré la froideur et la distance de ces dernières, j'avais d'habitude toujours le droit à une réponse. Là, plus rien. Il a sans doute dépassé l'âge que je m'inquiète pour lui mais cela ne m'empêche pas de le faire, ce n'est pas vraiment la période de mon existence où je me sens capable d'être quiet pour quoi que ce soit, là, il faut dire. On va lui reconnaître que c'est plutôt la mauvaise période pour moi... Et ça ne va pas s'arranger. Je ne le sais pas encore, mais le désastre me guette... Il va franchir le pas de cette porte. Trois... Deux... Un.

-Entrez, je vous prie.


Mon regard se lève des dossiers sur lesquels je travaillais jusque maintenant et se pose sur le nouveau venu, je n'avais pas de rendez-vous, je n'attendais personne, et ce qui est sûr, c'est que je ne m'attendais pas à la venue de l'homme qui me fait face. Il s'agit d'Herbert Beery. Je ne le connais pas tant que ça, mais suffisamment pour m'inquiéter de sa venue. Pas pour lui en particulier, Herbert est vraiment un type bien, ce n'est pas du tout le souci, mais s'il vient me voir, c'est qu'il y a un truc, et là, je ne le sens pas du tout. Herbert Beery est le meilleur ami de mon fils. Mon fils qui ne donne aucune nouvelle. Vous saisissez les motifs de mon inquiétude ?

-Herbert ! Quel plaisir de te revoir, ça faisait longtemps. Que viens-tu faire ici ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
avatar
▌ Messages : 215
Humeur :
50 / 10050 / 100


QUI SUIS-JE?
Baguette: bois de chêne, crin de licorne, 27,2 cm
Camp: Neutre
Avatar: Matthew Morrison

Message#Sujet: Re: Une mauvaise nouvelle n'arrive jamais seule   Ven 4 Nov - 16:07

★ Une mauvaise nouvelle n'arrive jamais seule ★

Tout allait mieux, depuis quelques semaines, pourtant ! Herbert avait vraiment l'impression de remettre sa vie sur les bons rails, et il se permettait d'être de nouveau la personne optimiste qu'il n'avait jamais voulu cesser d'être. Mais la vie aurait dû le lui apprendre sans que cela fasse le moindre doute, quand tout donne l'impression d'aller trop bien, c'est que quelque chose voit mal, et même le plus bleu des ciels peut être caché par un nuage. Gris foncé, là, le nuage, au passage. Oui, jusqu'à il y a peu, tout allait effectivement plutôt bien pour Herbert. Après avoir décroché un petit rôle dans une pièce de théâtre (mal payé, le rôle) dans une toute petite salle londonienne (là où son ancien élève, Steve, était venu le trouver avant qu'on ne vienne les interrompre... pour la bonne cause), il avait été débauché par l'AADS, l'Académie d'Art Dramatique des Sorciers, là où il avait lui-même étudié avant de changer totalement de voie en acceptant de succéder au professeur de botanique Terwilliger, ce qui ne lui avait pas particulièrement rendu service, avouons. Il était donc, depuis le mois de septembre, officiellement professeur dans son ancienne école et... il adorait son boulot. Il n'avait pas oublié ses rêves de scènes et de grands spectacles, non, mais là, au moins il travaillait dans son domaine de prédilection. Et il adorait l'idée de peut-être être celui qui dénicherait les talents de demain, même s'il aimerait bien en devenir un avant ça. Professionnellement, ça allait donc plutôt bien, et ça compensait le vide abyssale, d'un point de vue sentimental.

Depuis deux mois, il vivait en colocation avec Andrew McDowell, ami de longue date qui avait accepté de partager avec lui son loyer le temps que Herbert mette suffisamment de côté pour avoir son propre appartement, histoire d'être bien installé. Ça avait l'air de leur convenir à tous les deux. L'entente était bonne entre eux, et le studio qu'ils partageaient était suffisamment grand pour qu'ils ne se marchent pas sur les pieds. C'était idéal... mais depuis plusieurs semaines, Andrew n'était pas rentré. Herbert ne s'était pas alarmé d'abord, parce que le travail d'Andrew l'invitait à voyager beaucoup, et qu'il lui avait supposée une amie chez qui il passerait la plupart de ses nuits. Mais il dut bientôt voir qu'il y avait autre chose. Cette disparition était suspecte. Et puis, voilà que les courriers de son père s'accumulaient sans qu'il y réponde. C'est en découvrant une nouvelle lettre de lui que Herbert avait décidé d'aller trouver Christopher McDowell pour lui parler directement. Même s'il aurait préféré le retrouver en d'autres circonstances. Quand Christopher l'invita à entrer dans son bureau, Herbert se sentit aussitôt mal à l'aise. Ce n'était pas simple.

-Je suis heureux de vous revoir aussi.
Il marqua une pause, se racla la gorge avant d'ajouter. Je viens au sujet de votre fils.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ysbridion
avatar
▌ Messages : 194
Humeur :
50 / 10050 / 100


QUI SUIS-JE?
Baguette: 21,48 cm, bois d'if, ventricule de dragon
Camp: Bien
Avatar: Mark Harmon

Message#Sujet: Re: Une mauvaise nouvelle n'arrive jamais seule   Mar 13 Déc - 14:35

Je ne sais pas si Herbert est vraiment sincère quand il me dit qu'il est heureux de me revoir. Il n'a pas forcément de raisons de l'être. Même si je l'apprécie totalement et honnêtement, je sais que je dois faire à ses yeux figure de cette autorité pas forcément très engageante, la figure paternelle dont le fils n'a pas dû dire que du bien au passage. Mais bon, la politesse n'a jamais tué personne, même si cette formule déférente arrive presque à m'agacer, en l'occurrence. Herbert n'y est pour rien, pourtant, c'est seulement mon inquiétude qui prend le pas sur le reste de mes émotions. Je m'inquiète. Sincèrement. Je sais très bien que quel que soit le motif de la venue d'Herbert, il ne peut être innocent. Cela signifie forcément qu'il s'est passé quelque chose, et s'il s'est passé quelque chose, cela ne peut malheureusement qu'avoir un rapport avec mon fils. Je ne me demande pas s'il lui est arrivé quelque chose, j'en suis convaincu, et mon instinct m'en avait persuadé avant même la venue d'Herbert. Je veux seulement savoir quoi, mais pour cela, il faut que mon interlocuteur me parle, que la parole se libère et qu'il m'explique de but en blanc de quoi il s'agit.

Parce qu'il me le confirme finalement, même si je n'en avais pas vraiment besoin. Cette conformation augmente d'un cran mon inquiétude même si j'affiche une mine imperturbable, même dans les situations les plus terribles et les plus inquiétantes, ce n'est pas pour rien, c'est pour garder un certain contrôle sur ce qui me dépasse pourtant vraiment, je le reconnais bel et bien. Je hoche la tête pour faire comprendre à mon interlocuteur que cela n'a rien pour me surprendre. Mais que cela ne me suffit pas, aussi. J'ai besoin d'en savoir davantage que cela. Je ne veux pas qu'il tourne autour du pot, qu'il passe par quatre chemins avec moi. J'ai besoin d'une réponse nette et précise, qui s'épargne des détours confortables. Plus Herbert hésitera et se perdra en conjectures, plus je vais m'inquiéter, c'est plus qu'évident. Je n'ai pas franchement besoin de m'inquiéter plus que je ne le suis déjà. Et pas seulement pour mon fils, d'ailleurs. C'est un tout, et j'ai peur de tout perdre en même temps, malheureusement.

-Que lui est-il arrivé ?


Je n'ai pas besoin de lui demander s'il lui est arrivé quelque chose. Je le sais, je le sens, c'est une certitude dans mon esprit, une information que mon esprit a envie de rejeter mais dont il a trop conscience pour l'ignorer, malheureusement. Je dois accepter le verdict quoi qu'il puisse être.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
avatar
▌ Messages : 215
Humeur :
50 / 10050 / 100


QUI SUIS-JE?
Baguette: bois de chêne, crin de licorne, 27,2 cm
Camp: Neutre
Avatar: Matthew Morrison

Message#Sujet: Re: Une mauvaise nouvelle n'arrive jamais seule   Mar 17 Jan - 13:49

★ Une mauvaise nouvelle n'arrive jamais seule ★

Herbert vit de l'inquiétude luire dans le regard de son interlocuteur et il se sentit aussitôt encore plus mal qu'il ne l'était déjà avant même de franchir le pas de son bureau. Il s'était douté que ça allait se passer comme ça, les lettres qui s'accumulaient chez elle laissaient facilement supposer qu'il n'était au courant de rien, qu'il ne viendrait pas lui dire que, lui, avait eu des nouvelles de son fils et qu'il n'y avait pas lieu de s'inquiéter. Le jeune homme n'aimait vraiment pas la tournure qu'étaient en train de prendre les choses, surtout que jouer les oiseaux de mauvais augure, ce n'était pas sa tasse de thé. Il n'avait rien demandé à personne, lui. Aux dernières nouvelles, il se contentait de mener sa petite vie. Mais les choses s'étaient gâtées quand Andrew avait fini par en faire partie. Bon, Andrew, c'était un super pote, vraiment, et même s'il était un peu à la ramasse question ménage et tout ce qui s'en suit, il faisait vraiment des efforts malgré tout, et les choses se passaient bien. Cette absence, ça semblait ne pouvoir vouloir que dire qu'il s'était passé quelque chose de grave. C'était ça le souci, c'était ça le noeud du problème. Et comment le résoudre ? L'expert en criminologie serait sûrement mieux placé que lui pour le savoir, au fond.

-Que lui est-il arrivé ?

Au moins, McDowell n'y allait pas de main morte. Il ne faisait pas comme s'il y avait une chance qu'ils se montent le bourrichon et que les choses aillent bien, il s'exprimait bien clairement au sujet de la situation. Il ne lui demandait pas s'il s'était passé quelque chose avec son fils, mais ce qui lui était arrivé exactement. Herbert trouvait ça direct mais ce n'était pas plus mal. Si l'inquiétude était déjà présente, le jeune homme n'allait pas complètement tomber des nues non plus. Il prit une grande inspiration avant de larguer la bombe. Ça irait mieux quand il lui apprendrait ce qui se passait réellement. Même si ça ne changeait rien au fait qu'Herbert était incapable de dire ou de savoir où était Andrew en ce moment. Est-ce qu'il allait bien ? Est-ce qu'il était en sécurité ? Est-ce qu'il était parti sur un coup de tête ou est-ce qu'il y avait autre chose.

-Je ne suis pas sûr...
, répondit-il avec un peu d'hésitation dans la voix. Il n'était en effet pas sûr de ce qui allait se passer. Ça fait plusieurs semaines qu'il n'est pas revenu à l'appartement, personne ne sait où il est allé. Il marqua une pause. Vous n'avez pas de nouvelles de lui ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ysbridion
avatar
▌ Messages : 194
Humeur :
50 / 10050 / 100


QUI SUIS-JE?
Baguette: 21,48 cm, bois d'if, ventricule de dragon
Camp: Bien
Avatar: Mark Harmon

Message#Sujet: Re: Une mauvaise nouvelle n'arrive jamais seule   Ven 10 Fév - 13:38

Il n'est pas sûr... Une fois encore, je ne suis malheureusement pas surpris d'entendre mon interlocuteur prononcer de tels mots. Je me doute bien, oui, qu'il n'est pas sûr de ce qui lui est arrivé. S'il en savait quoi que ce soit, il aurait commencé par là. S'il venait me voir, c'était en désespoir de cause, parce qu'il avait exploré toutes les pistes et qu'il ne lui en resterait plus aucune en réserve. Il est venu me trouver moi en tant que père mais aussi en tant qu'Auror. Il est venu me trouver dans l'espoir que je résolve ce qu'il n'a pas réussi à résoudre, et aussi parce qu'il est important que je sois informé, puisqu'il s'agit de mon fils. Est-ce que je saurais mieux comprendre ? Je n'en sais rien. Mais si mon fils a réellement disparu, je compte bien faire tout mon possible de le retrouver, quels que puissent en être les moyens. Je me sens responsable, je me suis toujours senti responsable de lui. Et là, je me dis que sa vie va peut-être dépendre de mon savoir-faire. Mais j'extrapole peut-être. Il est très probable que je me laisse emporter par mon imagination. Quand il s'agit de mes proches, je peux parfois agir au quart de tour. On pourra dire que c'est là le moindre de mes défauts. Il n'empêche que j'ai toutes les raisons du monde de m'angoisser. Voilà plusieurs semaines qu'il a disparu, qu'il n'a plus donné signe de vie, manifestement, personne n'a de nouvelles. Clairement, je n'ai rien pour me sentir rassuré pour l'heure. Je fais non de la tête quand mon interlocuteur me demande si j'ai eu des nouvelles de lui. Non, bien sûr que non. Et il doit sans douter. Il a dû voir tous les courriers sans réponse qui arrivaient à leur appartement.

-Non, aucune,
je lui avoue en frottant le plat de mon index contre ma tempe, comme à chaque fois que je suis contrarié ou qu'une situation fait obstacle à mon champ de réflexion (que je pense pourtant plus étendu que la moyenne).

Je ne veux pas donner à Herbert le sentiment d'être trop décontenancé. Après tout, lui aussi, doit être inquiet. Qu'au moins l'un de nous deux puisse donner l'impression d'avoir la situation en main, même si ça doit être totalement faux.

-Ça doit faire deux mois qu'on ne s'est pas parlés,
je reconnais alors, ce qui malheureusement est assez courant, dans notre cas. Je vais faire tout mon possible pour le retrouver. Ma voix se veut ferme et rassurante. Comment il était, la dernière fois que tu l'as vu ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
avatar
▌ Messages : 215
Humeur :
50 / 10050 / 100


QUI SUIS-JE?
Baguette: bois de chêne, crin de licorne, 27,2 cm
Camp: Neutre
Avatar: Matthew Morrison

Message#Sujet: Re: Une mauvaise nouvelle n'arrive jamais seule   Mer 15 Mar - 15:38

★ Une mauvaise nouvelle n'arrive jamais seule ★


-Non, aucune. Ça doit faire deux mois qu'on ne s'est pas parlés.

Herbert ne savait même pas vraiment pourquoi il avait demandé au père s'il avait des nouvelles de son fils tant la réponse était évidente. S'il en avait la moindre idée, ils ne se parleraient pas comme en cet instant, eux qui n'avaient pas eu l'occasion de se revoir depuis une bonne éternité, et qui ne se voyaient généralement pas en l'absence d'Andrew (pour quoi faire, en même temps). Donc non, il ne savait pas où il était passé, personne ne le savait, et Herbert comprit bien vite à l'attitude de son interlocuteur qu'il l'avait contrarié, ce qui n'avait pas été du tout son intention. Il était dans ses petits souliers, à la fois gêné et inquiet. Pour le moment, ils pouvaient encore supposer que la situation n'était pas si terrible, mais... Mais s'il était vraiment arrivé quelque chose à Andrew ? Et quelque chose de grave, en plus ? ... En entendant que ça faisait deux mois que le père et le fils ne s'étaient pas parlé, il se sentit encore plus mal. Il voyait bien que M. McDowell regrettait cette distance que lui et Andrew avaient fini par prendre. Mais avec les années, les liens filiaux sont les plus difficiles à reconquérir.

- Je vais faire tout mon possible pour le retrouver. Comment il était, la dernière fois que tu l'as vu ?

Herbert se garda le temps de la réflexion. Il y aurait accordé plus d'attention s'il avait su que c'était la dernière fois qu'il devait voir Andrew, mais il n'avait rien vu, rien vu du tout. S'il en avait eu la moindre idée... Mais s'il avait eu la moindre idée de quoi que ce soit, il n'y avait pas que ça qu'il aurait fait différemment. Comment il était, la dernière fois ? Pour tout dire, Herbert n'en savait rien, il n'avait pas fait gaffe. Et puis, il avait été empêtré dans ses propres problèmes. Il s'était montré égoïste, il n'avait pas compris, il n'avait pas imaginé... Pas une seule seconde... Alors il n'était pas sûr de savoir quoi répondre. Il y avait sûrement eu des indices, mais il n'avait rien vu, rien vu du tout. Ça le rassurait de savoir ça, mais il sentait qu'il n'allait pas forcément être d'une aide précieuse pour Christopher, malheureusement.

-Je ne sais pas trop,
avoua-t-il, penaud. Je veux dire... il avait l'air normal. Il poussa un léger soupir. Je n'ai rien remarqué de spécial, en tout cas. Désolé.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ysbridion
avatar
▌ Messages : 194
Humeur :
50 / 10050 / 100


QUI SUIS-JE?
Baguette: 21,48 cm, bois d'if, ventricule de dragon
Camp: Bien
Avatar: Mark Harmon

Message#Sujet: Re: Une mauvaise nouvelle n'arrive jamais seule   Mer 19 Avr - 11:39

Immédiatement, je devine que la réponse de mon interlocuteur ne va ni me convaincre, ni me satisfaire, mais il faut bien que je trouve une piste, n'importe laquelle, un indice quel qu'il soit pour me permettre de retrouver mon fils. Je le sais très bien pour le dire à assez de personnes dont les proches ont disparu comme Andrew est aux abonnés absents, il ne faut pas s'alarmer trop vite, dans la plupart des cas, l'inquiétude s'avère prématurée et inutile. Quoi qu'il en soit, c'est toujours plus simple de prodiguer des conseils aux autres que de les appliquer pour soi-même. Fais ce que je dis, pas ce que je fais, comme on dit. On est en plein dedans, vraiment. Malheureusement, je pense que je ne peux pas vraiment compter sur mon interlocuteur, en tout cas pas pour me rassurer. Il n'a rien vu de particulier, Andrew lui avait semblé normal. C'était logique, il n'avait pas dû penser, à ce moment-là, que le jeune homme allait tout bonnement disparaître. La dernière fois qu'il l'avait vu, ça avait dû être un jour comme un autre, rien à signaler, rien à l'horizon. Rien tout court. Et en fait si. Souvent, c'est dans ce qu'il y a de plus indécelable qu'on trouve réellement son compte. Et je suis passé maître dans l'art de déceler l'indécelable. Sans me vanter. Mais c'est toujours plus difficile de mettre une distance raisonnable entre soi et son enquête quand on y était impliqué émotionnellement. Et c'est le cas, c'est ce qui arrive. Impliqué émotionnellement, je le suis, j'ai terriblement peur pour mon fils. Par les temps qui courent, en sachant tout ce que je sais, je peux difficilement me montrer rassuré.

-Ce n'est rien, je réplique à Herbert dans un vague geste de la tête.

Je me doute qu'il s'en veut, mais il n'a pas vraiment de raisons de le faire, en vérité. Aucune raison, même. Il n'est pour rien dans ce qui se passe, ça je peux le gager à cent pour cent. Il est autant que moi décontenancé par les circonstances. Et il a fait ce qu'il devait faire, il m'a prévenu. C'est maintenant à moi de mettre les bouchées doubles pour dénouer cette histoire, en espérant qu'il ne soit pas trop tard malgré tout.

-Merci d'être venu m'en parler. Je ne vais pas t'ennuyer plus longtemps. Même si c'est lui qui est venu en premier, mais c'est ma manière de lui faire prendre congé et de lui faire entendre que j'ai la situation bien en main, même si rien n'est moins sûr en réalité. Je te tiendrai au courant si je trouve quoi que ce soit.

Et je le ferai, pour la peine, même si son inquiétude m'importe moins que la mienne.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Une mauvaise nouvelle n'arrive jamais seule

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» une mauvaise nouvelle n'arrive jamais seule ? Tobias & Tess
» Parce qu'une mauvaise nouvelle n'arrive jamais seule [PV SARAH]
» Une mauvaise nouvelle n'arrive jamais seule
» Mauvaise nouvelle (pv Davros)
» Lettre et mauvaise nouvelle [PV]
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
T.rouble O.r M.isery (or both) ::  :: 
Londres
 :: Ministère de la Magie :: Niveau 2
-