AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Le papa courant d'air

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
POUFSOUFFLE
avatar
▌ Messages : 226
Humeur :
50 / 10050 / 100


QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois de roseau, Crin de licorne, 18,3 cm
Camp: Neutre
Avatar: Jacob Tremblay

Message#Sujet: Le papa courant d'air   Mar 14 Mar - 11:23





 

Hyppolite & Norbert

“ Le papa courant d'air ”
J
e le reconnais, je suis de ces enfants… bon, on va dire adolescents, parce que j’aime pas qu’on me voie comme un gamin (même si ça va avoir l’air contradictoire avec ce que je m’apprête à dire), qui ont du mal à couper le cordon. Je sais que pour plein de mes camarades, c’est super facile de ne voir que leurs parents à chaque vacances, mais moi, ça me pèse. Et c’est d’autant plus idiot, quelque part, que ce n’est pas comme si je n’étais pas habitué à être tout seul chez moi ou autre. C’est pas rare que mes parents ne soient pas à la maison et je suis suffisamment autonome pour me débrouiller seul. Mais quand même. J’aime bien pouvoir rentrer sur l’un ou l’autre week-end, même si je pourrais bien rester à Poudlard, et je trouve que ces week-ends passent toujours beaucoup trop vite et qu’ils ne sont pas nombreux du tout… Ce n’est jamais moi qui demande à rentrer. C’est pas l’envie qui m’en manque, mais c’est mon esprit de contradiction, ça. Comme ça, si mes parents mettent trop longtemps à me proposer de rentrer, je peux le leur reprocher.

Et je dois admettre que là, ce week-end, j’ai pas spécialement envie de taire mes reproches. Pour deux raisons : d’une, je sais qu’Adrian est rentré il y a quelques week-ends de ça, alors que moi je suis resté à Poudlard. J’en suis encore vert de jalousie. Et puis, je sais très bien pourquoi mes parents m’ont proposé de venir, je le sens venir gros comme une maison. Parce que c’est très souvent le cas : papa va de nouveau partir je sais pas où, pour je sais pas combien de temps, et il veut me voir avant de partir. Je sais même pas pourquoi, d’ailleurs. Pour se donner bonne conscience, peut-être ? J’ai l’impression qu’il s’en fout complètement, de moi. Je sais, je sais, il va me dire le contraire. Et tout le monde va me dire le contraire. Mais ça change rien.

Bon, je râle, je râle (vous allez découvrir avec bonheur que je râle très souvent, j’adore ça), mais je suis quand même bien content de pouvoir rentrer et profiter un peu de la maisonnée. Surtout qu’Adrian, lui, rentrera pas (et vu que le moldu sorti du placard est encore chez nous, j’ai pas trop de mal à deviner pourquoi, mais j’ai pas l’intention de m’en plaindre, au contraire). Il faut juste que j’arrive à mettre un peu de rancœur de côté pour bien savoir profiter. Et au moment de penser ça, je quitte ma chambre et je passe à côté de celle des parents : des valises ouvertes, des bagages qu’on prépare. J’adore et je déteste avoir raison en même temps. Je regarde papa s’affairer à faire ses valises, et c’est après quelques minutes que je décide de signaler ma présence en prenant la parole.

-Je savais que t’allais de nouveau partir, je dis sans cacher ce que ça m’inspire.

Des fois, j’adore avoir raison, mais là, j’aime pas spécialement ça.




         
(c) Fiche by WILD BIRD, textures by Dayanna & gifs: Tumblr

       
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
avatar
▌ Messages : 399
Humeur :
50 / 10050 / 100

En couple avec : Porpentina Dragonneau

QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois de houx, 31 cm, plume de phénix
Camp: Bien
Avatar: David Tennant

Message#Sujet: Re: Le papa courant d'air   Mar 14 Mar - 21:27


Le papa courant d'air
S

a décision avait été prise, en toute dernière minute il est vrai (ce qui lui arrivait assez régulièrement, mais rarement de manière aussi précipitée tout de même, il devait bien l'avouer), mais sûre et irrévocable, d'autant plus que Tina l'encourageait dans son initiative : il allait accompagner Jacob aux États-Unis, pas tant pour peaufiner l'écriture de son prochain livre, comme il l'avait soutenu auprès de son éditeur pour se voir autoriser à se rendre de l'autre côté de l'Atlantlique, que pour soutenir son meilleur ami (et l'inviter au passage à revenir) sans le lui exprimer en ces termes, bien évidemment. Le tout s'était décidé précipitamment, si bien que même pour Norbert, qui était habitué à agir dans l'urgence, le temps manquait un peu. Il avait réglé autant qu'il pouvait les affaires qu'il ne pouvait pas laisser traîner en Angleterre (sachant qu'il ne savait pas combien de temps exactement allait durer son séjour à New York), et au final, il n'avait pas même eu le temps de prévenir le principal intéressé, à savoir Jacob, de sa décision.

De même qu'il n'en avait pas parlé à Hyppolite. Mais dans son cas, c'était autre chose. Si Norbert tardait tant à lui en parler, c'était bien davantage parce qu'il appréhendait la réaction de son fils que pour quelque autre raison. Ils avaient convenu avec Tina qu'il passerait le week-end à la maison, afin qu'ils puissent se voir avant son départ, et il s'était servi de cette excuse pour justifier de ne pas lui parler directement de ce nouveau voyage, qui n'allait sans doute pas le réjouir. Mais à trop attendre, il avait pris le risque qu'Hyppolite découvre ses intentions avant qu'il n'ait eu le temps de les lui dire de lui-même, et ce fut, bien sûr ce qui se passa. Occupé qu'il était à préparer ses affaires, il n'avait pas entendu son fils derrière lui (et bien sûr, distrait qu'il était, il n'avait même pas remarqué que la porte de la chambre était restée ouverte), et il ne remarqua sa présence que quand il prit la parole. Norbert se retourna, sans doute un peu trop brusquement, pas plus innocent qu'un criminel prit sur le fait. Bon, au moins là, il n'avait plus à se demander de quelle manière il allait annoncer au garçon qu'il s'en allait une nouvelle fois.

-Hyppolite... J'allais t'en parler. Je dois me rendre en Amérique. Mais je ne vais pas y rester longtemps, tu sais.


Il anticipait les questions de son fils avant qu'il ne les lui pose, cet air coupable toujours fiché au visage. Et encore... Il avait beau dire qu'il ne comptait pas partir longtemps, il n'avait en vérité pas la moindre idée du temps qu'allait prendre ce voyage. Et pendant ce temps, il ne verrait pas Hyppolite. Et Hyppolite croirait qu'il s'en moquait, alors que laisser Tina et son fils lui était un peu plus difficile à chaque voyage.





code by Mandy

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
POUFSOUFFLE
avatar
▌ Messages : 226
Humeur :
50 / 10050 / 100


QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois de roseau, Crin de licorne, 18,3 cm
Camp: Neutre
Avatar: Jacob Tremblay

Message#Sujet: Re: Le papa courant d'air   Lun 20 Mar - 8:45





 

Hyppolite & Norbert

“ Le papa courant d'air ”
C'
est moi le gamin, mais là, tout de suite, c'est lui qui joue aux gosses (bon, moi aussi, mais j'ai une bonne excuse. Je suis un gosse). Il est là, pris sur le fait, et il m'explique à rebours qu'il avait l'intention de m'en parler. Bon, je me doute que c'est vrai. Il n'est jamais parti sans prévenir du tout, l'ennui, c'est qu'il prévient toujours à la dernière minute. Bon, je sais, il ne planifie jamais ses voyages très à l'avance, mais c'est pas pour autant qu'il ne nous le dit pas. Et ça ça m'agace aussi. Il vient de rentrer, il repart déjà. Quand on lui demande de partir en dernière minute, il pourrait refuser, non ? Il a sa notoriété et tout, moi je pense que s'il voulait vraiment rester, il pourrait, c'est juste qu'il préfère être n'importe où ailleurs sauf ici. C'est comme ça que je le comprends. Je sais même pas comment maman le supporte, franchement...

Moi je crois qu'il nous fuit, c'est comme ça que je le comprends. Et c'est pour ça qu'il a l'air si coupable, il l'assume pas. Ça doit bien l'arranger, que je sois à Poudlard, mais c'est pas pour autant que je le sais pas, qu'il est absent. Et c'est pas pour autant qu'il me manque pas. J'aime pas ne pas savoir où il va exactement, et quand il va revenir. C'est pas juste que je lui en veux de pas être là, c'est que je m'inquiète quand il est pas là. Mais ça, je le lui dirais pas tel quel. Il faut pas abuser non plus.

-C'est ce que tu dis à chaque fois...,
je marmonne, bougon.

Je me fiche complètement du fait qu'il soit désolé de partir ou je sais pas quoi, ou qu'il revienne bientôt (à tous les coups, il sait même pas quand il sera de retour de toute façon...). Je pousse un profond soupir, les bras croisés. J'aime pas voir ses affaires empaquetées, comme ça, ça me met le moral à plat.

-Si t'as juste envie de partir, il suffit de le dire, j'ajoute, en rogne. Je suis incapable de réagir calmement. Cette situation m'énerve beaucoup trop. J'étais content de rentrer, mais là, savoir que papa s'en va de nouveau, ça me met le moral complètement à plat. Tu vas faire quoi, là-bas ?

C'est bien joli de dire qu'il DOIT aller aux Etats-Unis, mais j'aimerais bien savoir pourquoi, personnellement. Il va me dire que c'est pour le boulot, je sais bien. Mais c'est un fait, ça va pas me suffire, pas du tout. J'ai juste pas envie qu'il parte, c'est tout.


         
(c) Fiche by WILD BIRD, textures by Dayanna & gifs: Tumblr

       
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
avatar
▌ Messages : 399
Humeur :
50 / 10050 / 100

En couple avec : Porpentina Dragonneau

QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois de houx, 31 cm, plume de phénix
Camp: Bien
Avatar: David Tennant

Message#Sujet: Re: Le papa courant d'air   Lun 20 Mar - 17:43


Le papa courant d'air
N

orbert aurait bien aimé contredire Hyppolite quand ce dernier affirma qu'il ne faisait que répéter un propos qu'il lui adressait à chaque fois qu'il repartait en voyage, pas pour le plaisir de contredire son fils mais pour se déculpabiliser un minimum. Malheureusement, il avait effectivement raison, à chaque fois, il lui apprenait qu'il s'en allait pour une destination étrangère et lointaine, et faisait de son mieux pour le rassurer en lui disant qu'il reviendrait vite, sans connaître exactement la date de son retour, au final. Voir son fils réagir ainsi lui serrer le coeur, il voyait la rancoeur d'Hyppolite augmentait au fil des semaine et des mois, et il avait le sentiment que plus le temps passait, moins Norbert arrangeait les choses. Il n'était vraiment pas doué pour ça. Plus ça avançait, plus le magizoologiste constatait qu'il était peut-être incapable d'être un bon père. Pourtant, il adorait son fils, il lui sacrifierait sa propre vie s'il le pouvait, s'il le fallait. Mais il ne suffisait pas de le dire, il fallait le montrer. Hyppolite avait le sentiment qu'il l'abandonnait, Norbert le voyait bien, et il était incapable de faire quoi que ce soit qui puisse le convaincre du contraire. Son coeur se serra plus encore quand Hyppolite affirma que s'il avait simplement envie de partir, il n'avait qu'à le dire.

-Je resterais si je pouvais,
affirma-t-il très sincèrement.

Et c'était le cas. En l'occurrence, il n'était pas particulièrement impatient d'y aller. Il avait à peine posé ses valises, et pour tout dire, il aurait apprécié de rester un petit moment en Angleterre, comme il avait pensé le faire au dépar, pouvoir profiter de Tina, d'Hyppolite... Mais il ne le pouvait pas. Il repartait pour une bonne cause, pas pour lui-même, cette fois, mais pour Jacob... et pour Queenie et Adrian, également. Peut-être que si Norbert le lui expliquait, il comprendrait (ou pas)... mais il ne le pouvait pas... Il se devait de cacher à son interlocuteur une vérité que, en fait, il connaissait déjà (mais bien sûr, Norbert ne s'en rendait pas compte). Le magizoologiste allait devoir mentir à son fils, et il n'aimait pas du tout devoir en arriver là. À l'heure où leur relation n'était déjà pas au meilleur fixe, ce n'était sans doute pas la bonne chose à faire, mais il n'avait pas le sentiment d'avoir le choix, pour le moment. Alors il lui servit la même excuse qu'à son éditeur, qu'à Jacob, aussi, qui n'était pas au courant des vraies raisons qui feraient qu'il l'accompagnerait à New York.

-Je dois peaufiner mes recherches sur certains êtres de l'eau
, répondit-il en sachant qu'Hyppolite ferait sans doute mine de ne pas s'en rendre compte. Mais je ne serai pas long.

Bon, d'accord, il l'avait déjà dit, ça, mais il n'y pouvait rien, il voulait se justifier, il ne voulait pas qu'il lui en veuille... mais bon.





code by Mandy

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
POUFSOUFFLE
avatar
▌ Messages : 226
Humeur :
50 / 10050 / 100


QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois de roseau, Crin de licorne, 18,3 cm
Camp: Neutre
Avatar: Jacob Tremblay

Message#Sujet: Re: Le papa courant d'air   Lun 27 Mar - 9:35





 

Hyppolite & Norbert

“ Le papa courant d'air ”
I
l resterait s’il pouvait, qu’il me dit. Ouais, ouais, c’est facile, très facile de dire ça, peut-être même qu’il arrive à s’en convaincre parce que c’est plus facile pour lui que d’avouer qu’il passe son temps à vouloir nous fuir. Là, présentement, je lui en veux. En ce qui me concerne, je pense qu’il n’a aucune excuse valable, il n’y a rien qui justifier qu’il s’en aille aussi vite, surtout qu’il vient juste de revenir. Alors ouais, je sais, il a son nouveau bouquin à publier, mais qu’il ne me la fasse pas, avec la réputation qu’il a, je suis sûr qu’il peut décider des dates de ses voyages. Je ne me rends pas vraiment compte de ce qui se trame, je me rends pas compte qu’il y a toute une histoire derrière tout ça, ou si, je connais l’histoire, mais je ne pige pas vraiment de quoi il est question malgré tout, je ne comprends pas tous les tenants et aboutissants de cette affaire, et que mon père ne part pas par égoïsme, pour une fois (mais en vrai, il n’est jamais égoïste, je ne réalise juste pas), mais pour rendre service à quelqu’un d’autre. Peut-être que si je savais tout ça, je le laisserai certainement partir, encore que… j’en sais rien, ça me dépasse, tout ça. Moi, je ne veux qu’une seule chose : mon papa. Rien d’autre. C’est si difficile à comprendre ? Il m’explique alors son excuse, et je m’en fiche un peu.

À une époque, j’aurais été passionné par tout ce qu’il avait à dire sur son boulot. Mais j’ai changé. J’ai une dent contre son travail, parce que j’ai le sentiment qu’il compte plus que moi et maman pour lui. Je lui en veux, j’en veux à son boulot, et quand il m’en parle, je suis vraiment agacé, j’ai envie de lui cracher toute ma rancœur au visage, mais j’attends d’abord qu’il ait fini de parler. Il m’agace vraiment quand il me dit qu’il ne sera pas long. Alors ouais, peut-être qu’il le pense, mais je reste convaincu qu’il n’en sait rien. Il est déjà à peine fichu de nous apprendre ses départs alors il ne faut pas attendre de lui qu’il sache quand revenir, il n’en a sûrement pas la moindre idée. Alors ça m’énerve qu’il parle comme ça. Je préfèrerais qu’il me dise la vérité. Mais bon, c’est pas comme si mon opinion comptait pour lui. Là-dessus, je me fais aucune illusion.

« Tu dis tout le temps ça… Fais pas semblant d’y croire. » L’amertume prend le pas sur le reste. C’est peut-être le dernier moment qu’on passe ensemble tous les deux, et je le gâche. Mais au fond, j’ai un malin plaisir à l’idée qu’on en reste  à une dispute. J’ai envie que ça le travaille et que ça le culpabilise durant tout le temps de son travail. Ouais, j’ai atteint ce degré de cruauté. Mais ça me vient pas de rien. « Ils pouvaient bien attendre, tes êtres de l’eau. La vérité, c’est que t’en as déjà marre, d’être ici. »



         
(c) Fiche by WILD BIRD, textures by Dayanna & gifs: Tumblr

       
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
avatar
▌ Messages : 399
Humeur :
50 / 10050 / 100

En couple avec : Porpentina Dragonneau

QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois de houx, 31 cm, plume de phénix
Camp: Bien
Avatar: David Tennant

Message#Sujet: Re: Le papa courant d'air   Lun 27 Mar - 18:28


Le papa courant d'air
L

es mots de son fils n'étaient pas spécialement agréables à entendre, loin s'en faut, mais ce serait mentir que d'affirmer qu'il ne les avait certainement pas volés. Non pas que les accusations d'Hyppolite soient vraies, mais elles ne se fondaient pas sur du vide non plus, le garçon avait malheureusement de bonnes raisons de croire que son père cherchait à fuir sa famille en partant à l'étranger sans arrêt. Norbert ne pouvait pas prétendre le contraire, il aimait partir. Quand il restait trop longtemps au même endroit, il s'ennuyait, et il ne demandait qu'à partir découvrir d'autres horizons. Sa vie était faite de voyages incessants, ça avait été cela avant qu'il rencontre Tina, et ça continuait encore maintenant, à cette différence près qu'il avait davantage le sentiment d'avoir un foyer à présent qu'il avait une vraie raison de revenir chez lui chaque fois qu'il retournait en Angleterre (qui restait tout de même sa patrie d'origine, et une patrie dont il était très fier). Tina avait accepté cette situation, mais Hyppolite, lui, avait du mal, et c'était normal. Sauf que même si Norbert comprenait cela, ce n'était pas pour autant qu'il se voyait changer son mode de vie. Alors oui, Hyppolite avait de bonnes raisons de lui faire des reproches. Parce que Norbert pourrait bien tout arrêter, en réalité, s'il le voulait. Mais le fait est qu'il ne le voulait pas. Il n'y tenait pas. Même s'il tenait moins encore à perdre l'estime et l'affection de son fils.

Le garçon lui fit remarquer que les êtres de l'eau qu'il était supposé observer auraient très bien pu attendre. C'était vrai, et ils auraient attendu si c'était vraiment ce qu'il cherchait à faire. Mais il s'en allait pour une tout autre raison. Oui, peut-être que Jacob pouvait attendre, lui aussi, mais Norbert n'en était pas si sûr. Il ne se voyait pas le laisser repartir seul quoi qu'il en soit. Sa décision était prise, il ne changerait pas d'avis. Il allait repartir pour l'Amérique. Mais les reproches d'Hyppolite, tout de même, lui donnaient envie d'oublier tous ses projets, d'abandonner l'idée d'aller à New York et de le rassurer en restant là, même s'il ne verrait pas forcément la différence, puisqu'il était la plupart du temps à Poudlard. Mais non, Hyppolite devait se faire une raison. De toute manière, Norbert ne pouvait pas vraiment changer ses habitudes, pas plus que sa nature, au final.

-C'est la période de leur mue, plus tard, il n'y aura plus rien à voir, alors ils ne peuvent pas attendre, non,
se justifia-t-il maladroitement. "Et je n'en ai pas marre du tout."

Ce n'était pas ce qui allait apaiser les choses entre eux, mais Norbert avait toutes les peines du monde à avoir avec Hyppolite la conversation père-fils qu'il attendait de lui.






code by Mandy

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
POUFSOUFFLE
avatar
▌ Messages : 226
Humeur :
50 / 10050 / 100


QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois de roseau, Crin de licorne, 18,3 cm
Camp: Neutre
Avatar: Jacob Tremblay

Message#Sujet: Re: Le papa courant d'air   Jeu 6 Avr - 14:28





 

Hyppolite & Norbert

“ Le papa courant d'air ”
L
a réponse de mon père me déplaît, mais alors complètement. Franchement, je veux juste qu'il s'excuse, qu'il reconnaisse que sa vie de famille vaut plus que son travail. Mais à la place, il me sort tout un satané pamphlet au sujet de ces créatures de l'eau qui ne peuvent prétendument pas attendre. Je t'en foutrais, moi, des périodes de mue. OK, c'est peut-être le seul moment de l'année, mais il aura qu'à y retourner l'an prochain, un point c'est tout. Franchement, c'est la pire réponse qu'il pourrait lui donner. Qu'il ajoute dans la foulée qu'il n'en a pas marre, je trouve que c'est du joli foutage de gueule, une bonne fois pour toutes. Il n'a pas d'excuses.

C'est juste ça, que je voudrais qu'il reconnaisse. Mais non, c'est trop lui en demander. Je suis énervé, je suis vraiment, vraiment énervé. Pour chaque mot qu'il prononce, j'ai envie de les lui faire ravaler. Je suis fatigué de courir après mon papa courant d'air. Je crois que le pire, dans le tout, c'est que je sens bien qu'il est sincère, il doit y croire dur comme fer, au fait que ses satanées créatures de l'eau ne peuvent pas attendre, tout comme il doit avoir réussi à se convaincre qu'il n'en a pas assez. Ce qui ne veut pas dire que c'est pas le cas. Ça veut juste dire que sa mauvaise foi est si grande qu'il finit par gober ses propres mensonges, tout simplement. Avec moi, ça ne prend pas. Ou en tout cas, ça ne prend plus. J'ai grandi. Je ne me fais plus avoir.

- Mais si, avoue-le, à la fin ! je réplique, en montrant bien mon agacement pour qu'il ne puisse pas du tout lui échapper. Parce qu'il est souvent à l'ouest, mon papa. On peut trouver ça marrant, de manière générale, mais il arrive toujours un moment où ça devient franchement très très agaçant. Si tu savais que tu devais repartir aussi vite, pourquoi tu nous l'as pas dit tout de suite ?

Son voyage me semble impromptu, j'ai pas le sentiment que c'était prévu d'avance. De toute façon, il prévoit jamais rien en avance, et ça, ça m'énerve, mais qu'est-ce que ça m'énerve ! Je le sens bien capable de me pondre une excuse de derrière les fagots, juste comme ça. Et ça va m'énerver ! Bon, en fait, ça m'énerve déjà. Je n'ai pas l'intention de faire des concessions. Je ne suis pas d'humeur.



         
(c) Fiche by WILD BIRD, textures by Dayanna & gifs: Tumblr

       
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
avatar
▌ Messages : 399
Humeur :
50 / 10050 / 100

En couple avec : Porpentina Dragonneau

QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois de houx, 31 cm, plume de phénix
Camp: Bien
Avatar: David Tennant

Message#Sujet: Re: Le papa courant d'air   Ven 7 Avr - 20:51


Le papa courant d'air
I

l ne mentait qu'à moitié, mais un demi-mensonge s'avérait déjà être un mensonge de trop, malheureusement, et il n'appréciait vraiment pas de devoir jouer à ce jeu-là avec Hyppolite, d'autant que s'il aurait pu être dupe à une époque ce n'était clairement pas le cas aujourd'hui, et Norbert avait vraiment le sentiment de trahir sa confiance au pire moment possible. Il savait combien la situation était difficile pour son fils, et s'il voulait être un père exemplaire, il choisirait de le privilégier plutôt que Queenie et Jacob. D'accord, il partait pour une bonne raison, sans doute la meilleure raison qu'il ait jamais eu de partir, mais si en contrepartie, il finissait par perdre la confiance de son fils, alors à quoi bon ? Il n'avait pas voulu que les choses prennent cette tournure, mais force lui était tout de même de constater que ça commençait à être le cas, et que son départ, auquel il ne comptait pas changer quoi que ce soit, allait engendrer une fracture qui s'avèrerait peut-être bien plus difficile à colmater que toutes ces autres légères fissures qui, progressivement, avait fragilisé leur relation à grands renforts de doutes, de regrets, et de non-dits. Ce serait bien plus simple de tout dire à Hyppolite, mais non, il ne comprendrait pas (même si, en véirté, il était déjà au courant d'une grande partie de la situation, ce qui ne manquerait pas de compliquer les choses dans l'avenir. Non, il n'avouerait pas qu'il voulait partir, parce que ce n'était pas le cas. En cet instant, il était convaincu que si seuls des êtres de l'eau étaient responsables de son nouveau départ, il annulerait tout quitte à attendre un an de plus. Mais là... l'affaire avait certes attendu plus de seize ans. Mais elle ne saurait pas en attendre davantage. Pour planter le clou encore plus profondément, Hyppolite ne manqua pas par ailleurs de lui adresser ensuite une question ce qu'il y a de plus pertinente. Beaucoup trop pertinente, sans doute. Une question piège à laquelle Hyppolite ne savait que répondre. D'ailleurs, il resta un moment interdit, sans rien dire, conscient qu'il ne trouverait pas de réponses à donner à son fils qui n'aggrave leurs cas. Et dire qu'ils risquait fort de partir en laissant leur situation dans cet état.

-Je... je n'y ai pas pensé
, répondit-il avec la plus absurde des maladresses. Ben oui, c'est sûr, c'était ça qui allait calmer le jeu entre eux. Non mais, vraiment... Trop tard pour revenir en arrière. Le pire, c'est qu'en certaines circonstances, ce cas de figure aurait pu se présenter. Mais là, en l'occurrence, le fait est seulement qu'il avait été pris au dépourvu par les circonstances. Mais ça ne justifiait rien, d'autant que ce n'était pas sa maladresse d'aujourd'hui que son fils lui reprochait spécifiquement, c'était toutes les autres. Mais ce ne sera vraiment pas long. Il se répétait, oui. Je serai là pour les prochaines vacances, on passera toutes les fêtes ensemble.

Et il s'enfonçait, et il s'enfonçait...






code by Mandy


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
POUFSOUFFLE
avatar
▌ Messages : 226
Humeur :
50 / 10050 / 100


QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois de roseau, Crin de licorne, 18,3 cm
Camp: Neutre
Avatar: Jacob Tremblay

Message#Sujet: Re: Le papa courant d'air   Mer 12 Avr - 11:17





  

Hyppolite & Norbert

“ Le papa courant d'air ”
N
on mais, il est sérieux, vraiment ? C'est ça, son excuse, vraiment ? Il n'a pas pensé à nous prévenir qu'il allait rapidement repartir ? Je veux bien qu'il soit parfois un peu à côté de la plaque, mais là, quand même... La plaque, il s'est étalé dedans jusqu'à se faire un trauma crânien. Je ne le crois pas. En fait, c'est mon plus gros souci avec mon père. Je ne le crois plus. Tout le monde goûte à ses récits d'aventure avec les yeux brillants (bon, je suis sûr qu'il les a vécus, c'est pas le souci), et moi, je me dis qu'au lieu de ça, il devrait plutôt parler de tous les moments où il n'a pas été là, de toutes les vacances que j'ai passées sans lui, de tout le temps qu'il passe enfermé dans son bureau, à soigner ses créatures... Elles comptent beaucoup plus que nous. Il peut dire ce qu'il veut mais je suis sûr de ça. Il les fait toujours passer en priorité. Ça m'énerve et ça me blesse. Et qu'il n'ait pas l'air de comprendre que c'est la moindre des choses de prévenir à l'avance de ses différents voyages, ça en rajoute encore une couche supplémentaire. Et ça m'énerve, qu'il me dise que ce sera pas long, comme ça, là... Il a beau me le répéter, comment je suis supposé y croire, moi, exactement ? C'est pas la première fois que je l'entends, cette phrase, mais ça veut tout et rien dire. Et quand il me parle de passer les fêtes tous ensemble, j'ai bien envie d'exploser... Les fêtes de fin d'année ? C'est dans super longtemps, enfin ! Ça veut vraiment dire que je le verrai pas d'ici là ? ...

-Encore heureux
, je marmonne dans ma barbe, agacé.

Les fêtes, c'est sacré quand même. Il peut passer son temps à courir dans tous les coins, ça n'empêche que si y a bien un moment qu'il n'a pas le droit de ne pas passer en famille, c'est Noël et le Nouvel An. Je suis sûr qu'il préfèrerait être ailleurs, il doit détester ça, les fêtes de famille, en vrai... Mais en même temps, j'ai l'impression que c'est la famille tout court, qu'il déteste, vu qu'il passe vraiment tout son temps à la fuir. Encore que bon... Je dis ça, mais visiblement, Adrian, qui est son neveu par alliance et donc de sa famille (si on veut), il a l'air de vouloir passer le plus de temps possible avec lui... Vraiment, j'aime pas cette situation.

-En fait, je sais pas si je vais rentrer pour les fêtes
, je rétorque alors, plus par défi que par conviction.

J'ai aucune envie de passer Noël tout seul à Poudlard. Mais ceci dit, il saurait ce que ça fait d'attendre après quelqu'un qui décide de ne pas être là.


          
(c) Fiche by WILD BIRD, textures by Dayanna & gifs: Tumblr

        
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
avatar
▌ Messages : 399
Humeur :
50 / 10050 / 100

En couple avec : Porpentina Dragonneau

QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois de houx, 31 cm, plume de phénix
Camp: Bien
Avatar: David Tennant

Message#Sujet: Re: Le papa courant d'air   Ven 14 Avr - 20:42


Le papa courant d'air
I

l arrivait bien fréquemment à Norbert de se montrer assez maladroit, et ce surtout quand il entrait dans un rapport social, lui qui était tout sauf à l'aise avec les autres, personne n'était épargné par sa difficulté chronique à communiquer avec le genre humain, les personnes qui lui étaient chères, qu'il s'agisse de Tina, de Jacob ou de Queenie, il avait dû apprendre à les apprivoiser, avec le temps, et à se laisser apprivoiser, ce qui n'était pas une mince affaire non plus. Mais avec Hyppolite, il ne pouvait pas se permettre d'agir de la même manière, et c'était bien le problème, il se disait que certaines choses qui devraient peut-être être innées pour lui ne l'étaient pas, et ça le mettait mal à l'aise. Est-ce que tous les pères avaient autant de difficultés à communiquer avec leur enfant ou était-il le seul ? S'il était une chose d'innée chez lui, c'était l'amour qu'il avait pour son fils, car en effet, son affection pour lui avait été réelle et instantanée, comme il ne pensait pas qu'il soit possible de s'attacher autant à un être humain dont on vient à peine de faire la connaissance. Une évidence née quand il l'avait pris pour la première fois dans ses bras. Mais le petit Hyppolite avait bien grandi, il se forgeait ses opinions en même temps qu'un caractère, et Norbert se sentait démuni, désarmé face à cet adulte miniature. Il avait le sentiment que le moindre mot qu'il prononçait aggravait son cas un peu plus, et il était fort à parier que ce ne soit pas juste un sentiment, comme ça, à la vérité, mais plus une vérité inaltérable. Bien sûr, qu'il tenait à être auprès de sa famille pour les fêtes, mais le simple fait qu'il ait à l'affirmer semait le doute, laissait entendre que la situation inverse pourrait bien se produire. Mais ça, il l'avait compris à retardement, bien sûr, après qu'Hyppolite ait marmonné un "Encore heureux" dans sa barbe. Avant d'ajouter qu'il n'était pas sûr de rentrer pour le fêtes.

-Bien sûr que tu vas rentrer, pourquoi tu ne rentrerais pas ?
répliqua Norbert tout en priant pour ne pas entendre les contre-arguments de son fils (ce qui était certainement peine perdue, et en vérité il le savait déjà).

Il le provoquait, il cherchait seulement à lui rendre la monnaie de sa pièce, mais résultat des courses, le magizoologiste ne savait pas vraiment s'il devait prendre cette menace au sérieux ou pas, si elle était sincère ou si le garçon cherchait seulement, et avec une désinvolture certaine, à le pousser dans des retranchements où lui-même avait dû avoir trop souvent le sentiment de se trouver. À tort ou à raison, le jeune homme ne saurait le dire.





code by Mandy


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
POUFSOUFFLE
avatar
▌ Messages : 226
Humeur :
50 / 10050 / 100


QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois de roseau, Crin de licorne, 18,3 cm
Camp: Neutre
Avatar: Jacob Tremblay

Message#Sujet: Re: Le papa courant d'air   Mer 3 Mai - 14:25





  

Hyppolite & Norbert

“ Le papa courant d'air ”
A
pparemment, mes petites menaces pas franchement très justes ont eu leur petit effet sur mon père, et il les prend au sérieux. Tant mieux, tant mieux, parce que je veux qu'il les prenne au sérieux, je veux qu'il craigne que je les mette à exécution, ces menaces, qu'il s'inquiète de perdre son fils. Ce n'est pas ce qui arrivera, je pense pas en tout cas, parce que je tiens beaucoup trop à ma famille pour ça, mais je veux qu'il pense que ça peut arriver quand même. Je me dis que s'il se rend compte qu'il pourrait bien me perdre, il fera plus d'efforts, il se montrera plus présent pour moi. Est-ce que ça suffira, j'en sais rien, mais j'aime bien l'idée qu'il s'inquiète, qu'il me prenne au sérieux. Je me dis que ça me changera quand même sacrément de d'habitude. J'abuse, c'est vrai, je ne sais pas du tout ce qu'il pense de moi au quotidien, mais le fait qu'il me consacre si peu de temps, qu'il s'intéresse bien plus à Adrian qu'à moi quand mon fichu cousin est dans les parages, ça m'encourage pas à penser de façon différente. Les bras croisés, je fais comprendre à mon interlocuteur que je suis très sérieux.

-Parce que j'en ai marre de toi, je répondis sans mâcher mes mots. J'ai pas envie de faire semblant de passer de super fêtes si je dois supporter de voir Adrian te lécher les bottes et de te voir faire semblant d'être content d'être avec nous alors que tu voudrais être n'importe où ailleurs. Je pousse un profond soupir. Alors ouais, je serai peut-être mieux tout seul dans mon coin.

J'exagère, évidemment. J'ai aucune envie de passer mes fêtes de Noël tout seul dans mon coin, c'est même hors de question. Je déprimerais trop, et mon envie de rébellion a quand même ses limites, faut pas croire, mais quand même, je pense une partie de ce que je dis, et pour celle-là, je n'en démordrais pas... Je pousse un soupir et, de crainte qu'il ne me laisse pas le dernier mot, je reprends la parole aussitôt, sans la moindre hésitation.

-Laisse tomber, de toute façon, tu me comprends pas.

S'il me comprenait, il bouleverserait ses plans, il ne repartirait pas dès demain à l'autre bout du monde, mais c'est trop lui demander, ça. Il comprend rien, il ne voit rien. Sans rien ajouter, je lui tourne le dos et claque la porte derrière moi, je ne veux pas lui laisser l'occasion de me rattraper ou d'ajouter quelque chose. Fierté mal placée, je vous le fais pas dire, en tout cas je veux avoir le dernier mot.



          
(c) Fiche by WILD BIRD, textures by Dayanna & gifs: Tumblr

        
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Le papa courant d'air

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Petit besoin (d'un Courant) d'air
» Réflexion sur papa Dessalines
» Host papa
» Papa lui m'affirmait qu'existait son étoile .
» Décès de la maman de papa Brixhe
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
T.rouble O.r M.isery (or both) ::  :: 
Les habitations
 :: Bienvenue chez vous ! :: Maison des Dragonneau
-