AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Un ami est un autre nous-mêmes. (Hyppolite)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
GUILDE
avatar
▌ Messages : 726
Humeur :
3 / 1003 / 100

En couple avec : personne, mais le destin à déjà décidé pour lui.

QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois d'If, nerf de dragon, 22.5cm
Camp: Bien
Avatar: Isaac Hempstead-Wright

Message#Sujet: Un ami est un autre nous-mêmes. (Hyppolite)   Mar 14 Mar - 12:50

Hyppolite & Rhian
Un ami est un autre nous-mêmes.
Ces derniers temps, Rhian tentait tant bien que mal de prendre sur lui, de faire des efforts, mais c’était loin d’être vraiment évident. Au final, sa situation ne s’arrangeait pas vraiment. Du moins, le jeune garçon n’avait pas le sentiment qu’elle s’arrangeait. Un taré avait toujours envie d’en finir avec lui pour éviter qu’il se marie avec celle qu’il considérait encore il y a peu comme juste sa meilleure amie (aujourd’hui, il n’avait aucune idée de comment il devait la considérer en fait) et qu’il ait des enfants (enfin, un enfant, mais Rhian ne connaissait pas tous les détails non plus). La situation avec Louisa justement était particulière, même si Rhian comme dit précédemment faisait des efforts pour prendre un peu sur lui. Et puis Purdey Potter était toujours en convalescence. Bon, elle allait mieux quand même, puisqu’elle était réveillée, mais ça n’enlevait pas le fait qu’elle était quand même encore mal en point. En tout cas, Rhian savait qu’il n’allait pas retrouver sa mère en forme tout de suite, mais au moins elle était vivante. Au final, sa situation aurait pu être pire. Même si concrètement, le jeune garçon avait quand même un peu de mal à voir les choses de la « bonne » manière.

Le week-end que Rhian venait de vivre avait été horrible donc, même si en soit, il ne s’était pas passé grand-chose. C’était quelque chose qu’il devrait apprécier, mais quand il ne se passait rien, quand il ne faisait rien, le rouge et or avait trop tendance à ressasser tout ce qui était en train de lui arriver. Au final, Rhian ne parvenait même plus à croiser quelqu’un dans les couloirs de Poudlard sans se demander si c’était un de ces mages noirs aux ordres de ce Voldemort, ou des membres de la résistance. Puisqu’apparemment, il y avait quand même quelque résistant dans les murs de l’école de magie et certain devaient même veiller à ce qu’il ne lui arrive rien, et qu’il n’arrive rien à Louisa non plus. Bon, Rhian savait que Luna s’en chargeait en grande partie… mais ça avait quand même tendance à le rendre carrément paranoïaque. Même dans la salle commune des Gryffondor le jeune garçon ne pouvait pas s’empêcher de se poser des questions, alors quand il était question d’aller en cours. Mais quand il arriva en classe ce jour-là, il fut ravi parce que c’était un cours en commun avec les Poufsouffle. Il avait deux raisons d’être content d’être en cours avec les deuxièmes années des jaunes et noirs, parce qu’il y avait sa sœur et Hyppolite. Sa sœur était assise à côté d’une de ses camarades, ça lui allait, il s’installa près de son meilleur ami.

« Salut ! » Lui dit-il alors, profitant que le cours n’était pas encore commencé. « Comment s’est passé ton week-end ? »

Le rouge et or savait que son meilleur ami était rentré chez lui ce week-end. Rhian espérait que ça s’était bien passé, puisqu’il savait que Hyppolite n’était pas plus chanceux concernant sa propre famille, avec son père constamment en voyage. Et bien sûr, Rhian ne se doutait pas que ce dernier s’apprêtait à partir de nouveau d’ailleurs.
Code by Gwenn

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
POUFSOUFFLE
avatar
▌ Messages : 184
Humeur :
50 / 10050 / 100


QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois de roseau, Crin de licorne, 18,3 cm
Camp: Neutre
Avatar: Jacob Tremblay

Message#Sujet: Re: Un ami est un autre nous-mêmes. (Hyppolite)   Jeu 16 Mar - 9:42





 

Hyppolite & Rhian

“ Un ami est un autre nous-mêmes.  ”
A
ujourd'hui, j'ai eu un mal vraiment fou à quitter mon lit, je vous raconte même pas. Bon si, d'accord, je vous raconte. Même s'il n'y a pas grand-chose à dire, tout compte fait. Je me suis réveillé avec l'envie de rien et le désir impénétrable de ne faire plus qu'un avec ma couette. De base, j'étais content d'être rentré pour le week-end, mais à mon retour à Poudlard, je me suis senti... j'sais pas. Déprimé. Pas dépressif, hein (on se calme, là-bas, au fond), juste déprimé... Et la déprime, ça aide pas à vouloir sortir de son lit. En plus, il fait moche dehors. Ça n'a pas beaucoup de rapport, mais je pense que c'est bien de le préciser. Je déteste vraiment l'automne. Ça aussi, vous vous en fichez sans doute, mais je vous garantis que c'est le cas. Bref, c'est vraiment à contrecoeur que je me suis décidé à aller en cours. Faut dire qu'après la petite convocation du corps professoral adressé à mes parents, ma petite rébellion toute fière, là, je l'ai un peu rembarré, et je sais que j'ai plutôt intérêt à filer  droit. Pour un petit moment, en tout cas. Donc je m'exécute. Au pire, je vais me servir du cours d'histoire de la magie pour finir d'émerger. Sérieusement, vous avez déjà vu un cours aussi barbant, vous ? Moi pas. Et en plus, il faut apprendre plein de dates. Je déteste apprendre des dates...

Le pas traînant, je prends place un peu vers le fond de la salle, mais pas trop loin non plus, parce que j'ai remarqué qu'on aimait bien, en général, interroger les "cancres du fond", et si je peux réussir à me faire oublier, je préfère largement, ne nous le cachons pas. En m'installant, je passe devant la table où est installée Cenlyn et lui adresse un petit sourire timide. Je crois que, sur le moment, mes joues ont dû devenir si rouge que j'aurais pu rivaliser avec la bannière de Gryffondor. Enfin bon. Je suis en train de tirer mes affaires de mon sac quand Rhian me rejoint. Bon, si j'ai Rhian à côté de moi, ce cours sera pas totalement ennuyeux.

« Salut. »
Je hausse les épaules avant de répondre plus précisément à sa question. Mon week-end ? Pourri. Mais en présence de Rhian, j’ai toujours un peu honte de me plaindre. « Bof. Mon père s’en va de nouveau. » OK. Je sais, j’ai pas résisté à l’envie de me plaindre. Mais c’est dur de se retenir, vous savez. Je me rattrape comme je peux en tournant mon regard vers mon meilleur ami. « Ça va, toi ? »

Je m'en veux toujours de me plaindre des absences de mon père avec lui. Après tout, Rhian a perdu le sien, lui. Et par-dessus le marché, sa mère a été entre la vie et la mort très longtemps, je sais bien que j'ai pas le droit de tirer la couverture à moi, comme ça (Mmm couverture). Donc je me rattrape. Surtout que je vois bien que Rhian est pas très bien en ce moment. Et ce qui m'agace, c'est que je ne sais pas pourquoi. Sa mère est tirée d'affaire, il devrait être heureux, non ? Mais y a autre chose, je le vous bien. Et j'aime pas qu'on me cache des trucs.




         
(c) Fiche by WILD BIRD, textures by Dayanna & gifs: Tumblr

       
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
GUILDE
avatar
▌ Messages : 726
Humeur :
3 / 1003 / 100

En couple avec : personne, mais le destin à déjà décidé pour lui.

QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois d'If, nerf de dragon, 22.5cm
Camp: Bien
Avatar: Isaac Hempstead-Wright

Message#Sujet: Re: Un ami est un autre nous-mêmes. (Hyppolite)   Ven 12 Mai - 13:27

Hyppolite & Rhian
Un ami est un autre nous-mêmes.
Rhian avait tendance à vraiment déprimer ces derniers temps, mais l’idée de pouvoir passer une heure de cours avec Hyppolite lui redonnait un peu de baume au cœur. Le jeune garçon appréciait de pouvoir discuter un peu avec son meilleur ami, afin de pouvoir oublier un peu les tracas qu’il avait. Et qu’il ne pouvait même pas en parler avec son ami. Non pas qu’il n’en avait pas envie, mais moins de personne était au courant, mieux c’était. Quand Hyppolite haussa les épaules, le jeune garçon comprit tout de suite que son week-end ne s’était pas très bien passé. Le rouge et or savait que la situation n’était pas idéale pour son ami chez lui, à cause de son père souvent absent et de son cousin qui en plus prenait sa place. Le jeune garçon ne savait pas comment il supporterait que quelqu’un arrive chez lui et prenne l’affection de sa mère. Autant dire que Rhian comprenait que ça ne soit pas évident pour son ami dernièrement, surtout encore plus quand il entendit ce qu’il lui affirma.

« Encore ? »

Demanda-t-il, même s’il n’avait pas besoin de précision. Mais c’était plus une manière pour lui de montrer son étonnement, parce qu’il savait que son père n’était pas rentré depuis bien longtemps. Justement, il avait un peu le sentiment que le père de son ami était rentré très récemment. Bon, Rhian ne suivait peut-être pas complètement les détails, mais c’était ce qu’il avait cru suivre. En tout cas, Rhian comprenait bien que son meilleur ami soit quelque peu dérangé par cette situation. À sa place, il était évident que le rouge et or ne manquerait pas de montrer son mécontentement, ce qu’il faisait déjà beaucoup trop dernièrement d’ailleurs. Mais ce n’était pas juste. À se demander si ses parents savaient prendre un peu soin de leurs enfants ? Bon, d’accord, le rouge et or faisait un peu trop le rapprochement avec sa mère qui avait promis de ne plus retourner au front et qui pourtant avait quand même réussi à se faire blesser lors d’une mission. Tu parles d’une promesse, elle n’avait rien fait du tout. Elle s’était contenté de leur mentir, comme elle savait malheureusement trop bien. Et pas que sur ça… Enfin bon, ça ne servait à rien qu’il tourne en boucle sur ça.

« Ça va. » Dit-il en haussant les épaules à son tour. « Comme d’habitude. »

Bon, donc en réalité il n’allait pas trop bien. Ça se comprenait avec le fait que sa mère avait failli mourir, qu’elle avait été entre la vie et la mort. Ce n’était plus le cas maintenant, mais de toute façon Rhian ne pouvait pas parler d’autre chose avec son meilleur ami. Ça le frustrait énormément, en réalité il avait envie de tout dire à Hyppolite, mais il ne pouvait vraiment pas se permettre de le faire. Il n’avait aucune envie de mettre en danger le jaune et noir… puisque c’était ça le truc. C’était une question de vie ou de mort.
Code by Gwenn

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
POUFSOUFFLE
avatar
▌ Messages : 184
Humeur :
50 / 10050 / 100


QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois de roseau, Crin de licorne, 18,3 cm
Camp: Neutre
Avatar: Jacob Tremblay

Message#Sujet: Re: Un ami est un autre nous-mêmes. (Hyppolite)   Lun 15 Mai - 15:06





 

Hyppolite & Rhian

“ Un ami est un autre nous-mêmes.  ”
J
e hoche la tête pour répondre à Rhian et confirmer que oui, encore, mon père est parti en vadrouille, en prévenant à peine et sans être fichu de préciser quand il reviendrait (bon, j'ai pas été si précis dans mon propos tout à l'heure, mais Rhian est mon meilleur ami, il sait ce que ça implique de toute façon). Je sais bien que je devrais pas me plaindre, je le sais, oui, mais c'est agréable de se plaindre à Rhian. Quand je parle à d'autres de mes camarades, je sais qu'ils me prennent pour un gamin pourri-gâté qui fait un caprice, comme si le fait d'avoir un paternel un tant soit peu célèbre vous retirait le droit d'être malheureux (mais j'exagère un peu en me qualifiant de malheureux, ça c'est vrai), quand je parle à maman, forcément, elle prend sa défense, mais Rhian, oui, a au moins le bon goût de trouver aussi que la situation n'est pas normale et que je suis en droit d'avoir marre que mon père soit un courant d'air sur pattes (enfin, sur jambes, les pattes, c'est pour ses fichues créatures). Je pourrais insister encore plus, expliquer comment j'ai découvert ça en le voyant faire ses valises, à se demander s'il comptait réellement en parler, et je pourrais ajouter encore plein d'autres choses, parce que si je dois vraiment me plaindre de tout ce que j'ai sur le cœur, alors on peut en avoir jusqu'à la saint Glin-Glin. Mais j'ai préféré retourner la question à Rhian. Par moments, c'est pas mal aussi de laisser aux autres l'occasion de se plaindre.

Sauf que Rhian ne se plaint jamais vraiment, au final. Pas autant que moi, en tout cas, et pas avec moi. Forcément, quand il me dit qu'il va bien, j'ai du mal à le croire, il hausse les épaules et moi je vois bien qu'il y a un truc qui cloche. Comme d'habitude, il ajoute, sauf qu'il ne me laisse pas forcément non plus l'occasion de savoir comment il va d'habitude. J'aime pas qu'on me fasse des secrets, j'aime pas qu'on me mette à l'écart, c'est pas pour rien que ma famille m'énerve autant, ces derniers temps... mais en ce moment, j'ai l'impression que Rhian, mon meilleur ami, ne me dit pas tout. Et ça m'énerve, ça m'énerve tellement...

-Et ça va comment, d'habitude ?

C'est peut-être que je suis un peu sur les nerfs, mais je pense que je n'ai pas forcément posé la question en faisant mine d'être très conciliant. Mais en même temps, je ne sais pas, moi, comment il va d'habitude, comme d'hab, j'ai l'impression qu'on ne veut jamais rien me dire.

-Enfin, si tu veux pas en parler, tu fais comme tu veux...

Voilà, comme ça c'est dit, je suis vexé. Ça doit bouillonner depuis un moment en fin de compte, parce qu'il n'a rien dit de particulier, mais je suis parti au quart de tour. Marre des cachoteries.



         
(c) Fiche by WILD BIRD, textures by Dayanna & gifs: Tumblr

       
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
GUILDE
avatar
▌ Messages : 726
Humeur :
3 / 1003 / 100

En couple avec : personne, mais le destin à déjà décidé pour lui.

QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois d'If, nerf de dragon, 22.5cm
Camp: Bien
Avatar: Isaac Hempstead-Wright

Message#Sujet: Re: Un ami est un autre nous-mêmes. (Hyppolite)   Ven 14 Juil - 15:45

Hyppolite & Rhian
Un ami est un autre nous-mêmes.
Rhian n’eut pas de mal à comprendre qu’Hyppolite n’avait pas spécialement apprécié ses propos quand il reprit la parole, quand il lui demanda comment il allait d’habitude. Le jeune garçon n’eut pas spécialement le sentiment que son meilleur ami se soit montré très… agréable en lui rétorqua ça. Pas plus quand il affirma ensuite que s’il n’avait pas envie d’en parler, il faisait comme il voulait. Rhian se trompait peut-être, mais il avait le sentiment d’avoir vexé son ami. En même temps… il savait bien qu’il lui cachait des choses et peut-être que le Poufsouffle comprenait quelque chose. Ou alors, Rhian était simplement trop paranoïaque, parce qu’il ne savait pas vraiment comment faire concernant tout cela et son meilleur ami. Depuis qu’il connaissait la vérité, il avait envie d’en parler à Hyppolite, il avait envie de partager ce qu’il vivait avec lui. C’était normal non ? Hyppolite pouvait tout lui raconter, il lui parlait souvent de son père qui ne manquait pas d’être clairement un mauvais père (bon, ça c’était parce qu’il se rangeait évidemment du côté de son ami), mais lui… eh bien en quelque sorte, il ne lui disait vraiment rien. Ce n’était pas contre le jaune et noir évidemment, Rhian avait envie de lui en parler. Mais il ne savait pas s’il pouvait le faire, il ne savait pas s’il pouvait se permettre de le mettre dans la confidence. Après tout, il était quand même en danger, il y avait un taré dehors qui avait envie de le tuer dans le seul but de ne pas le laisser avoir de descendance avec Louisa…

« C’est pas ça. » Se justifia-t-il tant bien que mal, ne répondant sans doute pas du tout de la bonne manière. Mais il n’y pouvait rien, le jeune garçon se sentait particulièrement mal à l’aise. Il leva un instant son regard vers le professeur, avant de le baisser vers le parchemin où il était censé prendre quelques notes. « Tu sais bien, avec ma mère, tout ça… c’est pas facile. »

Bon, sa mère avait clairement bon dos dans la situation, même si c’était bel et bien compliqué pour lui en ce moment à cause de ce qui arrivait à Purdey. Rien n’enlevait le fait que sa mère était entre la vie et la mort et que donc, ce n’était pas évident. Mais s’il n’y avait eu que cela en même temps… Pendant une fraction de seconde, le jeune garçon hésita à en dire plus à son meilleur ami. Il avait vraiment envie de se confier, mais il ne pouvait pas prendre un tel risque. Surtout que cela ne concernait pas seulement lui. Ça touchait directement Louisa, ainsi que Cenlyn aussi par ricochet. Il ne pouvait peut-être pas prendre la décision de tout révéler à Hyppolite tout seul. Et quelque chose lui disait que la résistance n’aimerait peut-être pas ça non plus. Encore une fois, Rhian avait un peu le sentiment de ne plus avoir le moindre contrôle sur sa vie.
Code by Gwenn

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
POUFSOUFFLE
avatar
▌ Messages : 184
Humeur :
50 / 10050 / 100


QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois de roseau, Crin de licorne, 18,3 cm
Camp: Neutre
Avatar: Jacob Tremblay

Message#Sujet: Re: Un ami est un autre nous-mêmes. (Hyppolite)   Sam 15 Juil - 12:40





 

Hyppolite & Rhian

“ Un ami est un autre nous-mêmes.  ”
R
hian a beau me dire que c’est pas ça, que c’est pas du tout qu’il n’a pas envie de me parler, ça change rien au sentiment que j’ai… celui que mon meilleur ami va super mal et qu’il n’a pas suffisamment confiance en moi pour en parler. Je dis pas que je suis toujours un ami exemplaire. Je le reconnais moi-même, je me plains beaucoup, donc beaucoup trop, et ça tourne en boucle, toujours sur les mêmes sujets, mais c’est pas pour autant que je m’intéresse pas aux problèmes de Rhian… Je vois bien qu’il y a quelque chose, quelque chose de vraiment important, et ça me rend complètement malade de faire comme si je le remarquais pas ou comme si ça me blessait pas qu’il me laisse dans l’ignorance. Bon, d’accord, il a peut-être assez de problèmes comme ça pour supporter mes crises de parano, mais c’est plus fort que moi. J’ai l’impression que ma vie entière se résume à ça : être mal estimé par des personnes auxquelles je tiens. Je le cherche peut-être un peu, avec mon sale caractère, je vais pas prétendre l’inverse, mais quand même, à côté de ça, il continue de m’assurer que je suis son meilleur ami. Alors je dois comprendre quoi, moi, du coup ? J’en sais trop rien, mais ce que je sais, c’est que ça me plaît pas du tout, mais alors pas du tout. Même si je suis sans doute injuste avec lui, au fond.

Je sais bien qu’il y a une chose qui le blesse, je sais que sa mère est dans le coma et que c’est vraiment dur pour lui. Si un de mes parents (oui, même mon père) devait finir dans un état végétatif à Sainte-Mangouste, je deviendrais dingue, complètement dingue, et je me réjouirai franchement de rien… mais… c’est bête, je sais, parce que j’arrive pas à l’expliquer, mais j’ai quand même l’impression qu’il y a quelque chose d’autre, et que ce quelque chose d’autre, qu’il est capable de partager avec Cenlyn ou même avec Louisa mais pas avec moi, est en train de nous éloigner beaucoup trop l’un de l’autre. C’est peut-être mon caractère qui est en cause ? C’est vrai que je passe mon temps à râler pour un oui ou pour un non, et que je me plains sans arrêt de mon père alors que Rhian n’a même pas la chance d’en avoir un, lui… C’est bien possible… mais forcément, j’aime pas cette idée. C’est peut-être ça, le truc, en fait, il en a marre de moi. Mais comme il est du genre super sympa, il ose pas me le dire. Je devrais peut-être faire avec et prendre mes distances, mais avec qui je traînerais, alors ? Oui, j’ai d’autres amis, de type Lauraleen, par exemple, mais c’est lui, mon meilleur pote. J’ai pas envie d’en changer par convenance ou je sais pas quoi.

-Ouais, je sais, je réplique, dépité. Désolé… Je suis lourd, quand je m’y mets.

Et même quand je m’y mets pas. Je fais mine d’oublier l’affaire, mais j’ai du mal en fait…





         
(c) Fiche by WILD BIRD, textures by Dayanna & gifs: Tumblr

       
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Un ami est un autre nous-mêmes. (Hyppolite)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Mais, si tu m'apprivoises, nous aurons besoin l'un de l'autre.Tu seras pour moi unique au monde. Je serai pour toi unique au monde... [Livre I - Terminé]
» Chambre de Nina et Marina - Une autre personne veut nous rejoindre ? :)
» Un nouveau depart [avec Ryu Shingen, si quelqu'un veut nous rejoindre il peut]
» Pourquoi les nuages vont dans un sens et nous dans l'autre ?
» (Magyar) + Nous aurions pu être amis...dans une autre vie.
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
T.rouble O.r M.isery (or both) ::  :: 
Rez-de-chaussée et étages
 :: Troisième étage :: La salle du cours d'histoire de la magie.
-