AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Ne jamais avoir honte de qui l'on est // Jacob

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
SORCIER
avatar
▌ Messages : 253
Humeur :
50 / 10050 / 100

En couple avec : /

QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois de houx, plume de phénix, 21 cm
Camp: Neutre
Avatar: Alisha Boe

Message#Sujet: Ne jamais avoir honte de qui l'on est // Jacob   Dim 7 Mai - 14:20




Ne jamais avoir honte de qui l'on est
Ft. Jacob & Carlotta
 
J'aurais dû prévoir une tenue plus chaude. Je commence à singulièrement grelotter sous mon pull en laine recouvert d'un simple imperméable, et surtout, mes mains mordues par un vent de mi-novembre auraient bien mérité que je porte des gants ou que je les garde dans mes poches. Mais tant pis. Je suis là depuis ce matin. Je me suis postée sur le chemin de traverse, à deux pas du Chaudron Baveur, sur les coups de huit heures, histoire d'être là avant l'ouverture des premières boutiques, et je resterai là jusqu'à ce que la rue ait été désertée, ou au moins jusqu'à ce que toute la pile de tracts que je tiens sous le bras soit passée dans d'autres bras. Je le reconnais, depuis le matin, et alors qu'il est quinze heures passées, malgré mes discours et mes harangues, elle n'a pas beaucoup diminué, mais je tiens bon. Le froid et l'impatience, ce ne sont pas mes luttes premières, mais elles sont indispensables, dans mon cas. Et quand on a fait un détour par les cellules d'Azkaban, j'ose croire que le froid finit par devenir un moindre problème. En tout cas c'est comme ça que je vois les choses. J'interpelle, je hèle le chaland, j'attends. Mes tracts, imprimés de frais la veille, n'attendent que de trouver un lecteur attentif. Ils se déclinent en ces termes.

Pour la vérité, pour l'égalité,

Pendant des années, des siècles, des millénaires, nous avons menti. Nous nous sommes cloitrés, par crainte de l'autre, par haine de l'autre, nous nous sommes tant et si bien isolés du monde moldu que non seulement les moldus nous ont changés en créatures légendaires terrifiantes, mais nous avons fini par considérer les moldus de la même manière.
Deux cultures, deux intelligences, deux humanités ne devraient ni se faire la guerre, ni s'ignorer. Aujourd'hui, il est grand temps que les choses changent. Le vent tourne, et c'est à nous de faire la différence.
Aujourd'hui, demain, toujours, pour la vérité, pour l'égalité, ne nous cachons plus aux yeux du monde moldu, vivons de concert. C'est maintenant que nous pouvons changer le monde de demain.


Le texte est plus complet, il s'appuie sur des exemples, des anecdotes historiques et des extraits des lois magiques comme moldues, mais je ne pourrais tout expliciter sans vous assommer de jargon bien vite rebutant. Dans tous les cas, au dos du tract, il y a une proposition de loi, qui offre de la modifier en profondeur. Et c'est cette proposition que je distribue en ce moment à tout-va. Le ministre de la magie est mort, c'est malheureux, mais à nouveau ministre, nouveau gouvernement. C'est maintenant que l'occasion se présente de changer les choses, je ne vais pas passer à côté.

Un homme rondouillet à la mine sympathique passe à côté de moi. Je tente ma chance une nouvelle fois, je lui tends mon tract, lui adresse un sourire, et n'oublie pas bien sûr de scander mon slogan.

"Tenez monsieur. Pour la vérité, pour l'égalité."

© Belzébuth
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Moldu
avatar
▌ Messages : 237
Humeur :
50 / 10050 / 100

En couple avec : Queenie

QUI SUIS-JE?
Baguette: Pas de baguette
Camp: Bien
Avatar: Dan Fogler

Message#Sujet: Re: Ne jamais avoir honte de qui l'on est // Jacob   Ven 30 Juin - 15:53

Ne jamais avoir honte de qui l'on est.
C’était fait, Jacob était pleinement installé en Angleterre et à aucun moment le boulanger ne regrettait les choses. Il était heureux, il avait le sentiment de ne pas s’être senti aussi heureux que depuis son retour dans ce pays (si on pouvait appeler ça un retour, mais puisque c’était la deuxième fois qu’il venait en peu de temps… bref). Il ne pouvait pas nier que sa boulangerie lui manquait un peu, que les clients réguliers lui manquaient aussi (parce qu’il avait eu ses habitudes), mais le no-maj ne reviendrait pas du tout en arrière. C’était hors de question, il était bien ici et il ne voulait pas que quelque chose change. Même si, en même temps, Jacob appréhendait un peu le moment où son fils (et il avait encore un peu de mal avec la perspective qu’il avait un fils) allait découvrir la vérité. Il savait que ça n’allait pas forcément être évident, mais en même temps il n’avait aucune envie de reculer. Parce qu’il était heureux. À quoi bon regretter une boulangerie alors qu’il avait retrouvé la femme de sa vie et qu’en plus, ici, il pouvait vivre son amour au grand jour.

C’était tellement différent des États-Unis, ils n’avaient pas besoin de se cacher et c’était vraiment plaisant. Jacob pouvait se rendre dans les lieux sorciers sans avoir de souci (ou presque, mais bon il préférait rester positif… et en journée il n’avait aucune raison de craindre quelque chose). Donc, comme en cet instant précis, où il était en train de se promener sur le chemin de traverse. Il devait trouver quelque chose pour Norbert… il avait tout noté sur une feuille d’ailleurs, parce que les sorciers avaient de ces appellations. Il aimait l’idée de se rendre dans une boutique sorcière et d’acheter quelque chose, en utilisant la monnaie sorcière que son meilleur ami lui avait donné pour la peine. Bon en même temps, il n’était pas plus habitué à la monnaie des non sorciers de Grande Bretagne, donc pour le coup ça ne changeait pas grand-chose. Alors qu’il était en train de marcher dans la rue, une jeune femme lui tendit alors un tract en le saluant et précisant qu’elle militait « pour la vérité, pour l’égalité ». Sur le moment, Jacob ne comprit pas tout de suite de quoi elle parlait, mais il tourna son regard vers le tract, le lisant avec une grande curiosité. Et ce qu’il comprenait dedans – mine de rien, c’était vraiment plein de jargon qu’il ne connaissait pas entièrement – elle souhaitait que les moldus (il avait bien compris que les moldus était les no-maj de chez lui) soient au courant pour le monde sorcier.

« Vous voulez que les sorciers arrêtent de se cacher ? »

Lui demanda-t-il vivement, ne pouvant pas s’empêcher d’être légèrement surpris. Il croyait que dans ce monde, c’était l’envie de tous d’être caché. Il savait bien qu’il y avait des différences, que Norbert ne s’était jamais restreint dans ses relations avec les moldus contrairement à Tina et Queenie. Mais en même temps, ils se cachaient tous.
Code by Gwenn

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
avatar
▌ Messages : 253
Humeur :
50 / 10050 / 100

En couple avec : /

QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois de houx, plume de phénix, 21 cm
Camp: Neutre
Avatar: Alisha Boe

Message#Sujet: Re: Ne jamais avoir honte de qui l'on est // Jacob   Lun 3 Juil - 9:37




Ne jamais avoir honte de qui l'on est
Ft. Jacob & Carlotta
 
Distribuer des tracts, je fais ça presque tous les jours, et je sais très bien comment ça se passe les trois quarts du temps,  j'ai eu l'occasion d'y assister en direct, puisque généralement, les personnes dont je vais donner l'exemple ne s'en cachent même pas. Souvent, ils refusent mes tracts sans même chercher de prétexte pour la peine, et le reste du temps, ils s'en emparent sans les lire avant de les jeter dans la poubelle la plus proche. Certains ont même le culot de rouler le tract en boule et de le balancer sur la voie publique, à mes pieds, en toute décontraction. Je trouve ça hallucinant d'indélicatesse, mais je me suis fait une raison. Composer et imprimer ces tracts (sans parler de les distribuer) me demande beaucoup de temps et encore plus d'argent. Je ne veux pas les gaspiller inutilement. Je me dis souvent que tous ces efforts ne servent à rien, mais je me dis qu'il suffit aussi qu'une personne, une seule, soit sensible à mon message pour que tout ceci n'ait pas été vain. Et c'est ce qui est en train de se produire.

Cet homme m'avait immédiatement inspiré de la sympathie, ce sentiment se confirme, tandis qu'il lit avec attention le tract que je lui ai tendu. Je reconnais me sentir fière, sur le moment, et là, plus rien n'a l'air vain. Si ces heures passées dans la rue à distribuer des bouts de papier peuvent servir à sensibiliser ne serait-ce qu'une seule personne, alors je sais que je n'ai pas perdu mon temps et que j'ai fait tout ça pour une bonne raison. Après avoir jeté un œil attentif aux mots que j'ai soigneusement choisis pour les regrouper dans ce pamphlet, il lève les yeux vers moi. Je hoche la tête pour répondre à sa question. Il a parfaitement cerné où je voulais en venir, effectivement.

"Bien sûr", je lui réponds avec aplomb. Et pour cause, c'est un discours que je défends depuis bien assez longtemps, malgré mon jeune âge, pour savoir le prononcer dans les moindres détails, et sans l'ombre d'une hésitation. C'est exactement ça, mon combat, je ne veux plus que les sorciers se cachent, je ne veux plus que Sorciers et Moldus aient peur les uns des autres. Je sais que ça va demander du temps et plus que quelques tracts distribués çà et à, mais j'y crois dur comme fer. "Cette situation est absurde, elle entretient la peur et l'animosité entre deux communautés qui ont énormément à apprendre l'une de l'autre." Je parle de ma cause avec passion, comme à chaque fois qu'il en est question, parce que je ne fais jamais dans la demi-mesure à ce sujet. "Il y a beaucoup de travail à faire, mais avec du soutien, je suis sûre qu'on peut y parvenir."

© Belzébuth
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Moldu
avatar
▌ Messages : 237
Humeur :
50 / 10050 / 100

En couple avec : Queenie

QUI SUIS-JE?
Baguette: Pas de baguette
Camp: Bien
Avatar: Dan Fogler

Message#Sujet: Re: Ne jamais avoir honte de qui l'on est // Jacob   Lun 21 Aoû - 12:15

Ne jamais avoir honte de qui l'on est.
Jacob avait bien compris le message que la jeune femme sous ses yeux avait envie de faire passer du coup, elle ne voulait plus que les sorciers se cachent. Et comment dire que c’était quelque chose que le boulanger aimerait bien que ça arrive. Bon, en soit, il n’avait pas besoin de se cacher en Angleterre, mais il savait bien que le monde magique se cachait des no-maj. Pour se protéger en grande partie et mine de rien, Jacob le comprenait bien. Même s’il regrettait la manière dont les choses se passaient dans son pays. À ses yeux, ils étaient parfaits en Angleterre parce qu’ils n’empêchaient pas les no-maj et les sorciers de vivre ensemble. Une sorcière pouvait parfaitement s’enticher d’un no-maj par exemple… un boulanger par hasard comme ça, au pif. Ils pouvaient avoir une vie normale, avoir des enfants sorciers. Même si bien sûr, ils devaient quand même se cacher dans le monde non sorcier. Mais c’était quand même bien mieux que dans son pays, alors qu’il n’y avait aucune relation autorisée. Et que cela avait poussé Queenie à le quitter en découvrant qu’elle était enceinte… mais bon. Il s’avérait que les choses allaient un peu – je précise bien le un peu – s’arranger pour lui, sans qu’il ne soit encore au courant.

Quand la jeune femme parlait, Jacob arrivait sans mal à lire la détermination sur son visage, dans sa voix et dans son discourt. Cela se voyait qu’elle croyait en ce qu’elle disait. En un sens, ça lui rappelait un peu Norbert avec ses créatures. Et Jacob ne pouvait évidemment qu’adhérer à tout cela. Bon, il n’avait que son point de vue et il ne savait pas que les sorciers avaient beaucoup souffert à cause des no-maj, mais quand même. Il se disait que tout cela serait bien mieux si leurs mondes étaient réunis. Ça serait tout simplement incroyable. Déjà Jacob trouvait ça incroyable quand il se trouvait là. Bon, après, évidemment, il savait que ça ne serait pas le cas pour tout le monde. Il avait vu des exemples dans son pays, avec ceux qui voulaient s’en prendre aux sorciers. Mais en même temps, Jacob savait qu’il y avait des sorciers qui s’en prenaient à ceux qui n’avaient pas de pouvoir magique.

« Je ne suis pas un sorcier. » Dit-il alors, pour préciser les choses. Parce que la jeune femme sous ses yeux devait surement croire que c’était le cas. « Et je vis aux États-Unis. » Logiquement, si elle savait comment ça se passait de l’autre côté de l’océan, elle comprendrait peut-être. « Alors je ne peux qu’être d’accord avec tout ce que vous dites ! »

Et c’était le cas, il était vraiment d’accord. Bon, il savait que ça risquait d’être compliqué, mais à ses yeux les deux mondes pouvaient quand même s’apporter beaucoup et ça changerait la vie de beaucoup de monde de ne plus avoir besoin de se cacher. Même si c’était sans doute en partie utopiste.

« Vous pensez que c’est vraiment possible ? »
Code by Gwenn
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
avatar
▌ Messages : 253
Humeur :
50 / 10050 / 100

En couple avec : /

QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois de houx, plume de phénix, 21 cm
Camp: Neutre
Avatar: Alisha Boe

Message#Sujet: Re: Ne jamais avoir honte de qui l'on est // Jacob   Mer 23 Aoû - 17:25




Ne jamais avoir honte de qui l'on est
Ft. Jacob & Carlotta
 
Je m'attendais à tout sauf à la réponse que me fit mon interlocuteur, et très franchement, c'est la meilleure chose que j'ai entendu de ma journée : quand mon interlocuteur m'apprend qu'il est un moldu, mon regard s'illumine. Quelles étaient les chances pour que je croise un moldu sur le chemin de traverse ? Très minces, pour ne pas dire quasiment nulles, et justement, c'est ce pourquoi je me bats, pour ne plus être surprise de croiser des non-sorciers sur mon chemin, je veux que ça fasse partie de mon quotidien, tout simplement. Mon interlocuteur est donc un moldu et,
comble du comble, il vit en Amérique. Je m'intéresse de très près à la situation de la réglementation magique dans le reste du monde,
je considère que c'est important, au sens où je peux me servir de certaines lois un peu moins rétrogrades de mise à l'étranger (même si aucun pays n'est parvenu à atteindre l'idéal auquel j'aspire,
pourtant, il en suffirait d'un seul, et ce serait effet domino, le reste suivrait directement). Donc je sais comment les choses se passent de l'autre côté de l'Atlantique, et c'est sur que la situation est pire là-bas qu'ici. Des lois qui empêchent au moldus et aux sorciers de ne serait-ce que se cotoyer... Non-sens. Recevoir l'approbation de Jacob me fait chaud au coeur, l'entendre me demander si je pense que c'est possible me ravit.

-Si je croyais que c'était impossible, je ne me donnerais pas tant de mal, je réplique dans un grand sourire. Et je ne dis rien que je ne pense pas. Je pense qu'on y arrivera, oui, ça va juste demander du temps... et de pas forcément agir selon les règles, j'ajoute avec un peu de fierté. Je marque une pause, ça me fait du bien de pouvoir parler à quelqu'un d'aussi sensible à ma cause, même si je sais que je prêche un converti. Cet homme n'a pas besoin d'être convaincu,
il sait pourquoi je fais ce que je fais. Qu'est-ce qui vous amène en Grande-Bretagne ?

Je devrais peut-être continuer à distribuer mes tracts, tout simplement, mais je sais déjà que ça va être peine perdue, et j'apprécierais d'avoir une conversation avec quelqu'un qui me comprenne parfaitement. De plus, si je défends les moldus becs et ongles, je n'ai que de rares occasions de les côtoyer. Je ne vais pas m'épargner un conversation avec l'un d'eux, tout de même. Du moins s'il le veut bien.

© Belzébuth
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Moldu
avatar
▌ Messages : 237
Humeur :
50 / 10050 / 100

En couple avec : Queenie

QUI SUIS-JE?
Baguette: Pas de baguette
Camp: Bien
Avatar: Dan Fogler

Message#Sujet: Re: Ne jamais avoir honte de qui l'on est // Jacob   Lun 9 Oct - 20:28

Ne jamais avoir honte de qui l'on est.
Forcément, quand on affirmait à Jacob que le monde non magique et le monde magique pouvaient se lier, pouvait vivre ensemble sans plus aucun secret, le no-maj ne pouvait qu’approuver. Comment ne pourrait-il pas l’approuver en même temps. Depuis qu’il avait connaissance du monde magique, le boulanger avait le sentiment d’être aux anges. Bon, tout n’avait pas été parfait et pendant de nombreuses années, il avait bien trop vécu loin de son meilleur ami et de la femme qu’il aimait. Mais quand même, il ne regrettait pas une seule seconde d’avoir découvert le monde magique, bien au contraire. Jacob ne pouvait pas affirmer qu’il aurait regretté de ne pas le connaître… parce que s’il ne l’avait pas connu, il n’aurait aucune raison de regretter quelque chose dont il ne soupçonnait pas du tout l’existence. Cependant, il était vraiment heureux de faire partie de tout cela maintenant, surtout quand on pensait au fait que ça n’avait rien d’évident pour l’endroit où il venait. Bref, autant dire qu’il ne pouvait qu’approuver l’idée que ces deux mondes puissent se rejoindre, quand bien même Jacob n’était pas naïf au point de croire que tout le monde le prendrait bien. Il savait que certains sorciers n’avaient aucune bonne intention envers les personnes comme lui et il en avait déjà fait les frais.

Elle pensait donc qu’ils pouvaient y arriver, même si ça allait forcément demander du temps et des actes hors-la-loi. Jacob se doutait que ça n’avait rien de concrètement dangereux, c’était simplement que les règles des sorciers pouvaient être vraiment trop dures par moment. Après tout, quand Jacob et Queenie s’étaient fréquentés pendant une période à New-York, ils n’agissaient absolument pas selon les règles. Queenie avait été une hors-la-loi quand elle était venue le retrouver dans sa boulangerie, lui permettant de retrouver la mémoire. La sorcière lui demanda alors ce qui l’amenait en Grande-Bretagne, ce que Jacob ne lui reprochait en aucun cas. Après tout, Jacob devait bien avouer qu’il avait bien envie de continuer de discuter avec la jeune femme, parce que c’était la première fois qu’il rencontrait quelqu’un militant pour que les deux mondes ne se cachent plus.

« J’ai décidé de venir m’installer ici pour rejoindre la femme que j’aime. » Évidemment, il y avait aussi le fait d’aider Norbert avec ses créatures, pouvoir passer du temps avec son meilleur ami et accessoirement faire la connaissance avec son fils. Mais pour le moment, le no-maj se contenta de résumer sa situation de la sorte. « Nous nous fréquentions à New-York il y a plus de seize ans. Mais nous devions nous cacher. Quand elle est tombée enceinte, elle a décidé de couper les ponts pour protéger notre fils. » L’homme avait encore un peu de mal par moment à dire « notre » quand il était question d’Adrian. Il le voyait un peu trop comme le fils de Queenie encore. « Elle est venue vivre ici, alors j’ai décidé de la rejoindre pour qu’on puisse avoir un nouveau départ. »

Bon, Jacob racontait sa vie, mais ça n’avait jamais été un souci pour lui.
Code by Gwenn
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Ne jamais avoir honte de qui l'on est // Jacob

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» réveil en retard ou l'art d'avoir la honte (libre)
» Nul sentiment pire que la honte (Herbert)
» Heu... J'ai jamais bu de bière, mais pourquoi pas ! [PV Silver]
» Les aventuriers vont jamais tout droit...
» l'etudiant haitien typique est une honte nationale:
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
T.rouble O.r M.isery (or both) ::  :: 
Londres
 :: Chemin de Traverse
-