AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Ça faisait un bail

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
SORCIER
avatar
▌ Messages : 66
Humeur :
50 / 10050 / 100

En couple avec : Célibataire

QUI SUIS-JE?
Baguette: Meurisier, ventricule de dragon, 31 cm
Camp: Neutre
Avatar: Tom Hanks

Message#Sujet: Ça faisait un bail   Ven 12 Mai - 10:15





 

Christopher & Henry

“ Ça faisait un bail ”
M
on rendez-vous avec mon éditeur ne s'est pas trop mal passé, ça me soulage d'un poids. Je sais pourtant que, puisqu'on peut me classer dans la catégorie des auteurs "à succès", ou des auteurs qui fonctionnent un minimum en tout cas, je ne devrais plus avoir d'appréhensions. Mon nom est sur la couverture, le livre se vend, ça devient plus ou moins mathématique, mais je ne suis jamais totalement serein pour autant. J'ai confiance dans mon travail, mais je suis perfectionniste, je n'aime pas l'idée que mon travail finisse par être à peine zyeuté avant d'être publié, parce que je ne mérite plus qu'on jette à mon ouvrage un œil attentif. Heureusement pour moi, Sloane n'est plus juste mon éditeur mais également un ami attentif, qui prête attention à la moindre ligne, tatillon à l'extrême, ce qui m'énerve aussi passablement parfois, mais qui ne me déplaît pas la plupart du temps. Il a des conseils avisés, et au moins, je sais qu'il ne considère pas mon travail comme un acquis. Verdict, ce que je lui ai appris de mon manuscrit pour le moment l'emballe assez, même s'il attend d'en lire plus. Parfois, il me menace de cesser de faire affaire avec moi si je poursuis d'être subversif ou pas assez conventionnel, mais c'est juste un coup de pression comme un autre. Assez efficace quand même, je dois dire.

Je sors de mon rendez-vous relativement satisfait, donc, et pour la peine, je décide de profiter d'être dehors pour ne pas directement m'enfermer dans le café où j'ai mes habitudes mais plutôt pour aller rendre visite à un ami de longue date, qui doit se demander où j'ai disparu, depuis le temps qu'il ne m'a pas vu pointer le bout de son nez. Nous nous sommes écrits assez régulièrement, au cours de mon voyage, pas tant pour raconter nos vies que parce que je voulais qu'il me donne des nouvelles de Pomona, et que je ne voulais pas les demander directement à la principale concernée de crainte d'avoir l'air trop intrusif. Je suis quand même impatient de lui parler de vive voix. L'amitié de Christopher est... inspirante, je dois bien le dire. Elle a toujours eu tendance à me tirer vers le haut. Et j'en bénéficierais bien en cet instant. C'est pour cette raison que je prends le risque de le déranger dans son travail. Il trouvera bien quelques secondes à m'accorder, non ?

Je me rends donc au ministère de la Magie et descend jusqu'au niveau 2, département de la Justice magique. Je suis déjà venu plusieurs fois ici, je n'ai donc aucun mal à repérer le bureau où officie Christopher. Je toque à la porte mais n'attends pas qu'il m'invite à entrer pour m'inviter de moi-même à l'intérieur.

-L'atmosphère est beaucoup trop studieuse, par ici. Il est grand temps que tu fasses une pause.



         
(c) Fiche by WILD BIRD, textures by Dayanna & gifs: Tumblr

       
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ysbridion
avatar
▌ Messages : 180
Humeur :
50 / 10050 / 100


QUI SUIS-JE?
Baguette: 21,48 cm, bois d'if, ventricule de dragon
Camp: Bien
Avatar: Mark Harmon

Message#Sujet: Re: Ça faisait un bail   Jeu 25 Mai - 14:37

En ce moment, le moins qu'on puisse dire, c'est que le travail ne manque pas, bien au contraire, et je ne serait pas contre une petite période d'accalmie alors que la tempête souffle de tous les côtés. Mais je ne me fais pas d'illusions, bien sûr. Je sais très bien ce qu'on attend de moi, et ce que j'attends de moi-même aussi, et je me dois de me montrer efficace et performant en toutes circonstances. J'ai tout intérêt à être au meilleur de mes performances, car notre département est assailli, dernièrement. Il faut dire aussi que l'épisode du Manoir des téméraires et le décès du ministre de la Magie n'ont rien arrangé du tout. Comme si la situation n'était pas assez complexe comme cela, je me suis retrouvé dans la position délicate de dire qu'on n'avait pas pu prévoir l'attaque parce que ces attaques étaient imprévisibles. D'autant plus que la marque à la tête de mort n'a pas brillé dans le ciel, cette fois, ce qui a laissé tout le monde un peu circonspect, moi le premier. Le nombre de nos ennemis augmente de jour en jour. Je compte bien me montrer à la hauteur, mais comment m'assurer que je le sois ? Sans compter que, à titre personnel, je ne suis pas ménagé non plus. Depuis la visite d'Herbert dans mon bureau, et bien que j'ai essayé mille fois de le contacter, je n'ai toujours pas la moindre nouvelle de mon fils, Andrew, qui se dérobe définitivement à ma vigilance et j'ai bien peur qu'il lui soit arrivé sort terrible. Et à côté de ça, le sort de Purdey n'a pas l'air de s'améliorer. Caelan donne très bien le change, et sa jeunesse est un atout dans la situation actuelle, mais ce n'est pas suffisant, bien sûr. Je ne suis pas vraiment ménagé, en ce moment, mais je ne ménage pas mes efforts. Il le faut. Les situation les plus graves exigent les mesures les plus drastiques. Cette maxime a fonctionné en tout temps, et personne n'oserait affirmer qu'elle n'est pas d'actualité en ce moment.

Concentré sur mes dossiers, je n'ai pas entendu la porte de mon bureau s'ouvrir. En fait, je ne constate la présence de mon vieil ami que lorsque sa voix résonne dans mon bureau parfaitement rangé. Je relève la tête et un sourire sincère se découvre sur mes lèvres. Voilà une visite inattendue qui va me réconcilier avec une journée qui a très mal commencé.

-Henry ! Déjà de retour ?


Je le charrie un peu, il a l'habitude de disparaître un moment, et on ne sait jamais vraiment quand on le reverra. C'est une situation au sujet de laquelle j'aime bien le charrier, gentiment bien sûr.

-Va pour une pause, alors. Tu m'offres un café ?


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
avatar
▌ Messages : 66
Humeur :
50 / 10050 / 100

En couple avec : Célibataire

QUI SUIS-JE?
Baguette: Meurisier, ventricule de dragon, 31 cm
Camp: Neutre
Avatar: Tom Hanks

Message#Sujet: Re: Ça faisait un bail   Mar 30 Mai - 15:21





 

Christopher & Henry

“ Ça faisait un bail ”
Q
uand Christopher me fait "subtilement" remarquer que j'ai une fois n'est pas coutume disparu de la circulation pendant un bon moment (c'est effectivement le cas), je fais mine de ne pas relever. En même temps, je sais qu'il ne me le reproche pas vraiment. Je le connais, à force, on se connaît depuis très longtemps, tous les deux, beaucoup trop longtemps pour que ce soit réellement avouable, parce qu'on peut clairement dire que ça ne nous rajeunit pas, cette affaire, il sait bien qu'il est dans mes habitudes de disparaître ainsi longuement, mais dans tous les cas je finis toujours par revenir. Et aussi, je ne le laisse jamais sans nouvelles. Nous avons régulièrement correspondu, tous les deux, pas tous les jours, bien sûr, mais assez pour que je lui parle du développement de mon prochain roman, pour qu'il me parle de sa vie, pour que nous échangions aussi au sujet de Pomona, puisque j'ai un peu le sentiment de l'avoir confié à ses soins en la circonstance. Je n'ai seulement pas pris soin de le prévenir que je rentrais. Déjà parce que je me suis décidé à le faire à la dernière minute, ensuite parce que j'aime ménager l'effet de surprise, et j'ai l'impression d'avoir bien réussi mon coup, il est surpris, non content d'être surpris, il l'est agréablement, donc c'est parfait.

-Je suppose que tu ne vas pas te contenter du café de la salle de pause du ministère, n'est-ce pas ?
je lui demande sur un faux ton de reproche.

Mais moi non plus je n'ai pas envie d'aller dans cette fichue salle de pause, vraiment. J'y ai déjà bu plus d'un jus de chaussette, et si je dois passer un moment avec Christopher, je préfère que ce soit dans un café londonien un peu plus convivial, un terrain neutre, si l'on puis dire, même si je n'ai pas non plus des choses excessivement confidentielles à lui apprendre, c'est juste que quitte à passer un peu de temps avec mon vieil ami, j'ai envie que l'on fasse ça bien, et de toute manière, je ne lui laisse pas le choix. Puisqu'il accepte de prendre une pause, il peut bien consentir à le faire ailleurs qu'ici.

-Allez viens, je connais l'endroit idéal.

Sans lui laisser le choix, j'ouvre donc la marche et je le conduis jusqu'à un agréable café où j'aime bien passer du temps pour écrire, car on est rarement dérangé. Les serveurs sont discrets et sympathiques, c'est parfait. Une fois installés et nos commandes passées, je reprends la parole.

-Alors, qu'as-tu à me raconter, depuis tout ce temps ?





         
(c) Fiche by WILD BIRD, textures by Dayanna & gifs: Tumblr

       
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ysbridion
avatar
▌ Messages : 180
Humeur :
50 / 10050 / 100


QUI SUIS-JE?
Baguette: 21,48 cm, bois d'if, ventricule de dragon
Camp: Bien
Avatar: Mark Harmon

Message#Sujet: Re: Ça faisait un bail   Jeu 8 Juin - 10:34


Pour être tout à fait honnête, je serais parfaitement capable de me contenter du café de la salle de repos du département de justice magique, puisque c'est de lui que je m'abreuve quasi constamment quand je suis à mon travail, moi qui fonctionne complètement au ralenti quand je n'ai pas suffisamment de caféine dans mon organisme. Le café n'est pas si dégueulasse que ça, d'ailleurs, il l'était beaucoup plus avant que je devienne directeur du département de criminologie, en tout cas. Maintenant, je veille au grain, du mieux possible. si je dois carburer au café toute la journée, je tiens à ce que ce soit le meilleur café possible. Mais je n'insiste pas. Je préfère largement quitter le ministère le temps de me poser dans un café, tranquillement, avec mon ami de longue date, à qui j'ai vraiment beaucoup de choses à dire, puisque nous ne nous sommes pas vus depuis très longtemps tous les deux. Je n'aime pas forcément abandonner mon poste, mais je partirai plus tard, c'est tout. Je ne me fais donc pas prier et suis Henry jusqu'au café où j'ai bien l'intention de le voir m'inviter. L'endroit est agréable, en même temps, je savais que Henry ne nous emmènerait pas n'importe où. Ce doit être l'un de ces endroits où il a l'habitude d'écrire. Je le comprendrais facilement, un tout cas, dans des lieux comme ça, il n'y a sans doute pas besoin de chercher l'inspiration, l'inspiration vient naturellement à vous, tout simplement. Une fois que nous sommes installés, Henry me demande quoi de neuf. Beaucoup de choses. Tellement de choses. Je ne sais même pas par quoi commencer. Avec Henry, je sais que je peux parler de tout, mais je n'ai pas envie de l'accabler trop vite avec mes problèmes.

-Eh bien... comme tu dois t'en douter, le travail ne manque pas, en ce moment. Même s'il a été en Inde ces dernières semaines, je pense qu'il n'a pas manqué de se renseigner malgré tout, alors il doit savoir, en fin de compte, qu'en ce moment, la Grande-Bretagne sorcière connaît des bouleversements très malvenus. J'ai envie de parler à Henry de l'Ysbridion, mais c'est encore trop personnel. Et... J'hésite un peu, mais bon, en même temps, Henry est un peu le seul à qui je peux en parler. Purdey est à l'hôpital. Elle est dans le coma...

Henry a toujours soupçonné mes sentiments à son adresse, il les a mieux cernés que moi-même, qui ait dû me prendre cette claque en pleine figure pour enfin ouvrir les yeux. Je sais, je ne suis pas très malin, quand je m'y mets. Je m'arrête là. Je pourrais aussi lui parler de l'absence d'Andrew, mais même si Henry est peut-être l'unique confident que je possède, je ne veux pas ouvrir le bureau des larmes non plus.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
avatar
▌ Messages : 66
Humeur :
50 / 10050 / 100

En couple avec : Célibataire

QUI SUIS-JE?
Baguette: Meurisier, ventricule de dragon, 31 cm
Camp: Neutre
Avatar: Tom Hanks

Message#Sujet: Re: Ça faisait un bail   Jeu 15 Juin - 9:56





 

Christopher & Henry

“ Ça faisait un bail ”
J
e ne suis pas du tout surpris d'apprendre (et donc je ne l'apprends pas vraiment, en fin de compte, d'accord, mais on ne va pas s'amuser à jouer avec les mots non plus) que le travail ne manque pas pour Christopher. En même temps, si je devais entendre de sa part qu'il se tourne les pouces, je me poserais de très sérieuses questions. C'est que je le connais bien, quand même, je sais comment il est, un vrai bourreau de travail, ça a toujours été comme ça, mais encore plus depuis le décès de son épouse, il se réfugie dans ses enquêtes. Il a fait de son boulot un pansement, et je serais le dernier à le juger pour ça, il en a bavé, il fait un travaille dans lequel il excelle, le reste est un peu accessoire. Bien sûr, que Christopher bosse sans compter ses heures, c'est même l'évidence. S'il devait bosser dans la ville au plus faible taux de criminalité au monde, déjà ce serait grâce à lui, mais ensuite, ce n'est pas pour autant qu'il se ménagerait, prendrait des vacances ou des jours de congé. On trouve toujours du boulot quand on le cherche, surtout quand comme lui, on lutte contre le crime, et les pulsions criminelles font partie de nous, je n'apprends cela à personne, à mon humble avis. Il n'empêche que je ne doute pas qu'il a du pain sur la planche, en ce moment. En même temps, il y a de quoi, avec tout ce qui se passe en Grande-Bretagne en ce moment. J'ai été absent plusieurs mois, c'est vrai, mais je n'ai pas mis d'œillères pour autant. Le monde va mal, malheureusement, ce n'est pas une nouveauté...

-Oh non...

Je suis sincèrement sous le choc quand Christopher m'apprend que Purdey est dans le coma. Je ne la connais pas bien, mais par contre, je connais mon ami. Je sais qu'ils ont combattu ensemble quand les Wardens existaient toujours. Je sais ce qu'il ressent pour elle, je l'ai deviné avant même qu'il ne le reconnaisse lui-même, et je sais pourquoi. Tous deux ont perdu leur partenaire à la guerre, tous deux ont des enfants. Pas facile de faire abstraction de ça et de se reconstruire, ensemble. Et maintenant, elle est dans le coma. La nouvelle est terrible. Christopher fait de son mieux pour garder la tête froide, je le reconnais bien là, mais à moi, il ne la fait pas, et il le sait. Ce n'est pas pour rien qu'il m'en parle. Il doit avoir un poids immense sur la conscience et sur le cœur, et il se confie si peu...

-Qu'est-ce qui lui est arrivé ?

Je m'en veux presque d'être aussi pragmatique, mais je me demande s'il ne veut pas parler de la situation dans son ensemble. Peut-être que ça l'aidera à exorciser, qui sait ?


         
(c) Fiche by WILD BIRD, textures by Dayanna & gifs: Tumblr

       
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ysbridion
avatar
▌ Messages : 180
Humeur :
50 / 10050 / 100


QUI SUIS-JE?
Baguette: 21,48 cm, bois d'if, ventricule de dragon
Camp: Bien
Avatar: Mark Harmon

Message#Sujet: Re: Ça faisait un bail   Mar 4 Juil - 13:59


La réaction, la compassion de Henry sont sincères, je le vois bien, et j'apprécie qu'il sache faire preuve de cet empathie dont j'ai vraiment besoin, présentement. Je fais mine de rien, je garde contenance parce que je sais que l'on compte sur moi et qu'il n'est donc pas temps de faiblir, je n'ai pas le temps pour ça. Mais ce n'est pas pour autant que ça ne m'affecte pas, malgré tout. On voudrait être un roc, on voudrait être de glace, pour faire face à toutes les situations envisageables, y compris les pires... surtout les pires, en fait. Mais quand on est humain, on ne le peut pas... Et être humain, c'est ce qui nous distingue de l'ennemi, après tout. Enfin... je ne veux pas m'appesantir, mais ça me fait du bien, quand même, de parler de mes problèmes à un ami, un véritable ami... Je ne veux pas accaparer toute la conversation avec ça, mais tout de même, aborder le sujet librement me rassure un peu. Pour le reste, on verra plus tard.

-Un mage noir... C'est une longue histoire. Je ne peux pas vraiment en parler.

Déjà là, j'en dis beaucoup trop. Depuis la disparition des Wardens, je suis suupposé à être le seul à ne pas avoir complètement délaissé le bureau des Aurors et le combat contre le mal. Par cet aveu, je reconnais que Purdey n'avait pas vraiment baissé les armes. En même temps, je pense que ça ne surprendra pas spécialement Henry, qui connaît mon tempérament autant que celui de Purdey, même s'il la connaît moins. Il sait bien que nous ne sommes pas du genre à abandonner si facilement.

-Je n'étais pas là... j'ai rien pu faire.

J'essaie de participer à la grande majorité des opérations de l'Ysbridion, mais je ne peux pas abandonner mon poste aussi facilement que les autres. Et par conséquent, je n'étais pas présent, cette fois-là, et je le regrette. Je ne peux m'empêcher d'éprouver des remords alors même que je sais bien, très objectivement, que je n'aurais rien pu faire dans tous les cas. Purdey est la meilleure combattante d'entre nous tous, si elle n'a rien pu faire, je n'aurais sans doute pas pu en faire davantage. La culpabilité demeure, malgré tout... et je m'en veux de laisser Henry en subir les répercussions. Le pauvre joue le bureau des pleurs depuis son retour, plus que je l'imagine.

-Enfin... Raconte-moi plutôt ton voyage ! Comment c'était ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
avatar
▌ Messages : 66
Humeur :
50 / 10050 / 100

En couple avec : Célibataire

QUI SUIS-JE?
Baguette: Meurisier, ventricule de dragon, 31 cm
Camp: Neutre
Avatar: Tom Hanks

Message#Sujet: Re: Ça faisait un bail   Sam 15 Juil - 14:18





 

Christopher & Henry

“ Ça faisait un bail ”
J
Un mage noir… Christopher n’a pas vraiment besoin de m’en dire plus, je comprends d’office que la situation est épineuse et qu’elle exige de la discrétion de sa part. Je reconnais n’être qu’à moitié surpris d’apprendre qu’un mage noir est responsable de cela, il faut au moins ça pour faire sombrer lune femme aussi forte et volontaire dans un coma profond et alarmant. Je pensais qu’elle avait jeté les armes, pourtant, mais j’imagine que dans ce genre de combat, on ne renonce jamais complètement, on ne baisse jamais les armes, on ne fait jamais que prétendre. Et même sans avoir repris les armes, il n’est peut-être pas illogique qu’on s’en soit pris à elle, parce qu’il faudrait être de considérablement mauvaise foi pour affirmer qu’elle n’est pas une sorcière puissante et par conséquent dangereuse. Je pense en tout cas qu’elle pouvait consister une menace quoi qu’il en soit. En tout cas, je comprends le souci de discrétion de mon ami et je le respecte totalement. Je ne cherche pas à insister, je me refuse à le mettre dans l’embarras. Je me conforme à son souhait et j’accepte que nous changions de sujet. Ce qui ne veut pas dire, après tout, que nous n’y reviendrons pas à un moment ou à un autre malgré tout, c’est juste qu’il faut savoir articuler nos priorités de la bonne manière, voilà tout. Je pense qu’il saura se confier à moi quand il voudra me parler de Purdey, et je considère que c’est ce qui importe. Pour ma part, je ne veux rien brusquer autrement, je pense que ce serait une très mauvaise initiative, et Christopher serait parfaitement en droit de me le reprocher le cas échéant. Mais je vais quand même éviter que ça arrive, tant qu’à faire, on est bien d’accord. Je pense que changer de sujet lui fera le plus grand bien d’ailleurs. Ce que ça peut me faire du mal de le voir culpabiliser ainsi ! Il n’a rien pu faire, qu’il me dit, parce qu’il n’était pas là. Mais il n’aurait peut-être rien pu faire non plus s’il avait été là, et ça aurait pu être pire encore. Non, vraiment, il n’a aucun reproche à se faire. Il a fait de son mieux, et il l’a fait avec foi et dévotion, maintenant, le sort de Purdey est entre les mains des médicomages, et qui sait, ils parviendront peut-être à la ramener. Christopher détourne le sujet de la manière la plus logique possible, il me demande comment s’est passé mon voyage. Je l’aurais entendue, celle-là.

-Bien, très bien, même. J’ai d’ailleurs très envie d’y retourner. L’Inde est de loin l’un des meilleurs pays que j’ai visités au fil de mes très nombreuses pérégrinations, et j’ai bien envie d’y revenir. Mais je ne suis pas mécontent de retrouver mes repères ici. Je marque une légère pause, mêlée d’un léger sourire. Je pense qu’il était grand temps que je rentre. Je crois bien qu’on a besoin de moi ici. Je dépose une main fraternelle sur l’épaule de Christopher. J’ai parlé un peu à Pomona l’autre jour… Je crois qu’elle ne va pas bien du tout.

Non, à vrai dire, je ne le crois pas, je le sais, mais je ne veux pas alarmer complètement Christopher non plus, vu les circonstances. Je vois bien qu’il n’a pas besoin de ça.




         
(c) Fiche by WILD BIRD, textures by Dayanna & gifs: Tumblr

       
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Ça faisait un bail

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Il faisait trop froid, dehors. ||KELMARIA
» Ça faisait longtemps... [Rei]
» Sa faisait bien longtemps qu'on s"tait pas vu [feat Christopher& Helena]
» lbd, le bon bail
» Le tonnerre gronde, la pluie tombe, j'en suis heureuse....[Légende Japonnais]
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
T.rouble O.r M.isery (or both) ::  :: 
Londres
 :: Ministère de la Magie :: Niveau 2
-