AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Ni feu, ni charbon, ne sont aussi brûlants... (maman chérie)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Serdaigle
avatar
▌ Messages : 220
Humeur :
50 / 10050 / 100


QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois de peuplier, crin de licorne, 22.2cm
Camp: Neutre
Avatar: Michael Cera

Message#Sujet: Ni feu, ni charbon, ne sont aussi brûlants... (maman chérie)   Dim 11 Juin - 12:10

Ni feu, ni charbon, ne sont aussi brûlants qu'un amour secret que chacun ignore.
La dernière fois qu’Adrian était rentré de Poudlard pour un week-end, il était rentré chez les Dragonneau et avait retrouvé sa mère apprenant par la même occasion qu’elle venait vivre en Angleterre, qu’elle avait un appartement pour eux et donc qu’ils allaient continuer leur vie ici. Ça avait été une bonne chose, maintenant Adrian appréhendait son retour. Il rentrait, normalement c’était juste pour rentrer, parce qu’il avait envie de passer un week-end en compagnie de sa mère dans leur nouvel appartement. Même si les vacances de noël approchaient, ils avaient prévu qu’il rentre là parce qu’ils avaient simplement besoin de se voir. Sauf qu’en cet instant précis, Adrian ne savait plus vraiment s’il avait envie de voir sa mère. Enfin, si, il avait envie de la voir, dans le seul but de la mettre devant le fait accompli de ce qu’il venait de découvrir. Il était en colère, vraiment. Il avait donc quitté Poudlard un peu à reculons, n’oubliant surtout pas le miroir à double sens que Cassiopée lui avait offert pour son anniversaire, afin qu’ils puissent discuter pendant qu’il serait chez sa mère. Chez sa mère oui, non chez eux finalement, Adrian ne voyait plus les choses comme ça. Il ne savait pas vraiment comment il devait voir les choses en réalité. Il se sentait complètement perdu et ça n’allait clairement pas aider le dialogue.

Adrian n’en revenait vraiment pas ce qu’il avait découvert sérieusement… et de la part de son cousin en plus, même pas des « adultes » de leur famille. Ils avaient l’intention de lui en parler un jour ? Ou alors ils se contentaient simplement de se moquer de lui ? Après tout, visiblement, ils s’amusaient vraiment à lui cacher la vérité. Et Adrian devait reconnaître que si Hyppolite n’avait pas décidé de lui déballer ce qu’il avait découvert, ce qu’on lui avait caché, alors il serait encore dans le flou. Mine de rien, cela l’agaçait aussi profondément qu’il doit considérer qu’il avait une dette envers son cousin. Bon, en soit, ce n’était pas si grave, mais c’était quand même la personne avec qui il s’entendait le moins qui lui apprenait la vérité et c’était vraiment frustrant. Enfin, de toute façon, il ne pouvait pas revenir en arrière maintenant.

Il rentra donc chez sa mère, où celle-ci l’attendait sans doute. En même temps, il y avait peu de chance qu’elle ne le fasse pas. Il inspira longuement avant de passer le pas de la porte de l’appartement, dans le but de se donner du courage. Parce qu’en réalité, il n’avait aucune idée de comment les choses allaient se passer, de s’il voulait parler de tout cela avec sa mère, s’il voulait juste rester dans son coin. Mais il y avait peu de chance que la sorcière le laisse justement dans son coin. Ce n’était pas comme quand il rentrait chez les Dragonneau et que Tina acceptait de le laisser un peu seul dans sa chambre même pendant tout un week-end, se doutant qu’il n’allait pas très bien. Il inspira donc et passa la porte, ne sachant absolument pas comment les choses allaient se dérouler.
Code by Gwenn

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
avatar
▌ Messages : 877
Humeur :
50 / 10050 / 100

En couple avec : Jacob

QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois de rose, crin de licorne, 22,7 cm
Camp: Bien
Avatar: Alison Sudol

Message#Sujet: Re: Ni feu, ni charbon, ne sont aussi brûlants... (maman chérie)   Dim 11 Juin - 20:08


Ni feu, ni charbon, ne sont aussi brûlants qu'un amour secret que chacun ignore.
Q

ueenie ne l'aurait pas cru, elle qui avait tant attendu de pouvoir enfin retrouver son fils et de passer du temps avec lui, mais elle appréhendait, aujourd'hui, le retour d'Adrian chez eux. Pourtant, son enthousiasme à l'idée de passer du temps avec lui, son impatience à la perspective de pouvoir lui consacrer du temps qu'elle n'avait pas pu lui accorder pendant trop longtemps (au point d'insister pour qu'il passe le plus de week-ends possible chez eux quand bien même la plupart de ses camarades passaient généralement leur fin de semaine à Poudlard dans tous les cas), étaient toujours présents et intacts. Rien n'avait changé, si ce n'est une chose, une seule et unique chose, mais d'une importance capitale. Jacob était de retour dans sa vie, et donc, il devait finir par l'être dans celle d'Adrian également. Queenie était heureuse, elle filait le parfait amour avec Jacob, elle avait enfin retrouvé l'homme de sa vie, et elle était convaincue que plus rien ne les séparerait à présent... mais il y avait un mais. Il y avait leur fils. Si Jacob revenait dans sa vie à elle, il était également important qu'il fasse son retour (pour ne pas dire son entrée, en réalité) dans la vie d'Adrian... et Queenie ne savait vraiment pas comment ça allait se passer.

Elle avait convenu de parler tout d'abord seule à seul avec son fils avant de présenter officiellement le père et le fils. Sauf qu'elle ne savait pas par quoi commencer, ni comment faire pour qu'Adrian accepte la réalité. Car parler de Jacob, c'était avouer que son oncle et sa tante avaient continué de le fréquenter tout ce temps, c'était avouer que c'était son existence qui les avait séparés (quand bien même Queenie ne regrettait rien, vraiment rien)... C'était inviter Adrian à accepter plein de choses qu'il était complètement en droit de refuser (en tout cas, Queenie serait bien incapable de le lui reprocher, c'était à elle-même qu'elle faisait tous les reproches). Mais dans tous les cas, elle ne pouvait plus reculer. Ce week-end, elle allait tout lui dire... même si cette idée l'angoissait sincèrement... et sans se douter qu'en réalité, Adrian était déjà au courant de tout. C'était donc avec l'impatience de le revoir et l'anxiété de lui parler qu'elle le vit ouvrir la porte, elle l'accueillit tout de même avec son sourire de rigueur.

-Bonjour mon chéri !
Elle l'enlaça pour accompagner ses salutations. Elle avait tendance à se montrer trop tactile, sans doute, mais c'était dans sa nature, et avec son fils qu'elle n'avait pas pu serrer si longtemps dans ses bras, plus encore. Tu as fait bon voyage ? Comment tu vas ?

Pas très bien, certainement, mais puisque Queenie se faisait violence pour ne pas lire dans les pensées de son fils, elle ne s'en rendait pas encore compte.



code by Mandy


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Serdaigle
avatar
▌ Messages : 220
Humeur :
50 / 10050 / 100


QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois de peuplier, crin de licorne, 22.2cm
Camp: Neutre
Avatar: Michael Cera

Message#Sujet: Re: Ni feu, ni charbon, ne sont aussi brûlants... (maman chérie)   Dim 16 Juil - 18:40

Ni feu, ni charbon, ne sont aussi brûlants qu'un amour secret que chacun ignore.
Sans vraiment de surprise, Adrian fut accueillir chaleureusement par sa mère. Celle-ci vint le retrouver, le serrer dans ses bras, pour le saluer. En temps normal, Adrian aurait été heureux de se retrouver dans les bras de sa mère, mais la situation était vraiment compliquée en cet instant précis. Il sentait son cœur se briser sous l’étreinte de sa mère. Il aurait vraiment aimé se réjouir de son retour dans leur nouveau chez eux, mais en même temps il ne pouvait pas s’empêcher de sentir la trahison le ronger de l’intérieur. Il ne savait pas du tout s’il devait parler maintenant ou pas, s’il devait dire ce qu’il avait sur le cœur ou pas, mais en même temps il sentait bien qu’il n’allait pas pouvoir tenir bien longtemps sans le dire. Parce qu’il se sentait mal rien qu’en voyant sa mère, rien qu’en se disant qu’elle lui avait mentit. Son père était là, quelque part, sans doute chez son oncle. Est-ce qu’elle le fréquentait ? Est-ce qu’ils se fréquentaient depuis toujours, mais on l’avait gardé à l’écart pour une quelconque raison. Il ne comprenait vraiment plus rien.

Adrian afficha un léger sourire quand sa mère commença à lui poser plein de question. Comment il allait, s’il avait fait bon voyage, le jeune homme pouvait difficilement répondre. Bon, en soit il avait fait bon voyage. Mais on ne pouvait pas réellement dire qu’il allait bien. Bien au contraire, il allait vraiment mal. Pendant quelque seconde, Adrian ne répondit rien du tout et se contenta d’observer le visage de sa mère. Ce n’était évidemment pas le bon moment, le jeune homme en avait bien conscience, mais en même temps il savait qu’il n’allait pas pouvoir tenir comme ça pendant bien longtemps. Il savait qu’il avait besoin de parler à sa mère, de comprendre. Qu’elle prenne le temps de lui expliquer, même s’il se doutait d’avance que ça n’allait pas être facile. Finalement, il reprit la parole.

« Papa est là ? » D’accord, ce n’était clairement pas la bonne manière de s’y prendre. Il ne pouvait pas s’empêcher de se montrer quelque peu cynique, parce qu’il avait le sentiment d’être pris pour un idiot par tous les membres de sa famille (en dehors de son cousin, mais bon ça…). « Il se cache où ? Dans ta chambre ? Chez tante Tina ? »

Au moins, sa mère ne risquait pas d’ignorer le fait qu’il était au courant. Adrian ne pouvait vraiment pas se montrer plus clair. Quand bien même la sorcière se demanderait sans doute comment il serait au courant. Adrian ne manquerait pas de lui fournir toutes les explications possible le moment venu, pour l’heure il se contentait simplement de fixer le visage de sa mère dans le seul but de voir sa réaction. Il était évident en tout cas que les minutes à venir n’allaient vraiment pas être des plus agréables. Mais en même temps, c’était nécessaire. On ne pouvait pas vraiment dire qu’ils avaient le choix, il fallait mettre carte sur table.
Code by Gwenn

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
avatar
▌ Messages : 877
Humeur :
50 / 10050 / 100

En couple avec : Jacob

QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois de rose, crin de licorne, 22,7 cm
Camp: Bien
Avatar: Alison Sudol

Message#Sujet: Re: Ni feu, ni charbon, ne sont aussi brûlants... (maman chérie)   Dim 16 Juil - 19:01


Ni feu, ni charbon, ne sont aussi brûlants qu'un amour secret que chacun ignore.
Q

ueenie s'abstenait au mieux de lire dans les pensées de son fils, une promesse est une promesse, mais malgré tout, elle ne pouvait s'empêcher de ressentir que quelque chose n'allait pas, qu'Adrian était troublé par quelque chose, et cette pensée lui faisait du mal. Bon, elle ne pouvait nier l'éventualité qui voudrait que ce soit simplement ses appréhensions qui lui donnent de la réalité une vision faussée, mais elle avait quand même le sentiment qu'il y avait autre chose. Elle sentait quand elle le prenait dans ses bras que l'étreinte n'était pas complètement partagé, et son sourire manquait... de lumière... Et elle devait bien vite comprendre pourquoi. Ce qui la rongeait le rongeait également. Queenie ne sut s'empêcher d'afficher une mine stupéfaite, interdite, en entendant le propos d'Adrian : il savait que Jacob était ici... mais comment pouvait-il être au courant ? Elle voyait tout à coup ses beaux discours préparés d'avance étouffés dans l'oeuf... Il savait tout... Ou presque tout ? Queenie n'avait pas la moindre idée de ce qu'Adrian avait pu découvrir. Toute la vérité ? Une partie seulement ? Dans tous les cas, il savait à présent qu'on lui avait menti, tout au long de sa vie... Il y avait de la rancoeur dans sa voix, parfaitement dinstincte et compréhensible, et Queenie sentit son coeur se briser sous le choc. Ce n'est pas comme ça qu'elle avait voulu que les choses se passent.

-J'avais l'intention de t'en parler...,
dit-elle faiblement. Dans quelques minutes, même, elle avait bel et bien eu l'intention de lui en parler. Mais pourquoi la croirait-il, à présent ? Il aurait toutes les raisons du monde de penser qu'elle cherchait seulement à se dissimuler derrière de fausses excuses, en attendant, elle avait bel et bien caché à son fils la vérité pendant des années. Et elle ne pourrait en aucune façon se dédouaner de cela. Alors qu'elle l'avait enfin retrouvé, elle allait peut-être le perdre. Cette idée la terrifiait, la déstabilisait totalement. Il n'est pas ici, admit-elle alors, il est chez ton oncle et ta tante. Elle marqua une légère pause... elle ne savait même pas quoi dire. Elle se doutait que les questions devaient être légion dans l'esprit du jeune homme. Mais elle aussi s'en posait plus d'une. Je... Non, autant attendre qu'il l'interroge de lui-même, quitte à subir sa déception et sa rancoeur. Comment tu l'as appris ?

Ce comment impliquait d'autres questions encore, elle voulait savoir comment il avait découvert la présence de son père, mais aussi ce qu'il avait découvert précisément... Le fait qu'il lui demande si Jacob était ici lui imposait plus d'une réflexion... avait-il compris qu'ils étaient de nouveau ensemble. Peut-être qu'un de ses camarades les avait vus tous les deux ?


code by Mandy


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Ni feu, ni charbon, ne sont aussi brûlants... (maman chérie)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» ? Les monstres sont réels, les fantômes le sont aussi, ils vivent à l'intérieur de nous. Et parfois... Ils gagnent (micah)
» Les lieux sont aussi des liens. Et ils sont notre mémoire. ~ Gabrielle de Vendôme
» Liste compagnie grise
» (F/LIBRE) Crystal Reed ? j'ai deux amis qui sont aussi mes amoureux
» Mes amis sont ma famille, mais sont aussi les barreaux de ma prison.
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
T.rouble O.r M.isery (or both) ::  :: 
Les habitations
 :: Bienvenue chez vous ! :: Appartement des Goldstein
-