AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Quand il n'y a pas de père, il y a un oncle. (Henry)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
HYDRE
avatar
▌ Messages : 558
Humeur :
50 / 10050 / 100

En couple avec : ...

QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois d'hêtre, 21.2 cm, crin de licorne
Camp: Mal
Avatar: Eddie Redmayne

Message#Sujet: Quand il n'y a pas de père, il y a un oncle. (Henry)   Ven 21 Juil - 16:40

Quand il n'y a pas de père, il y a un oncle.
Ça n’avait rien de réellement évident pour Seth de venir travailler en ce moment. Mais en même temps, ce n’était évident de ne rien faire ces derniers temps. Ce n’était pas réellement dans son caractère de se laisser désemparer de cette manière, il avait toujours réussi à se relever quoi qu’il avait pu arriver. Il ne se laissait pas distraire, il ne laissait pas le hasard ou le destin s’occuper de sa vie. Et pourtant... et pourtant, il en était là aujourd’hui. Le simple fait de se rendre au bureau des Aurors était une épreuve maintenant. En même temps, en temps normal, Seth ne laissait pas la moindre femme prendre une telle importance dans sa vie. Et si quand elle avait tout découvert concernant ses allégeances ça avait été particulièrement compliqué, maintenant c’était clairement le coup de grâce. Seth n’avait aucune idée de comment il allait faire maintenant, même s’il ne devait normalement rien en montrer. S’il tentait du mieux possible de ne rien montrer. Sauf que son comportement commençait sérieusement à devenir dangereux. Parce qu’il se sentait complètement dériver. La preuve avec ce qu’il avait fait avec la tante d’Elena Lestrange...

Enfin, là, tout de suite, Seth devait se rendre au bureau pour techniquement travailler même s’il n’avait clairement pas la tête à ça. Normalement, le travail avait l’habitude de lui vider l’esprit et de lui faire du bien. Quand il travaillait beaucoup, d’habitude, il ne se laissait pas autant aller à la noirceur de ses pensées. Sauf que là, il n’y arrivait pas. Pour la simple et bonne raison qu’il y avait tout dans le bureau des Aurors pour lui rappeler Pomona. En même temps, par moment, il ne pouvait pas s’empêcher de s’attendre à la voir sortir de son bureau, alors qu’il savait parfaitement que c’était impossible. Parce qu’elle était morte. Enfin, presque, mais c’était tout comme. C’était même pire d’ailleurs. Et en parlant du bureau, en passant à côté, Seth ne put s’empêcher de remarquer que la porte était entre ouverte. Sans vraiment de gêne, le jeune homme s’approcha de la porte pour voir qui se trouvait dans le bureau et il tomba donc sur un homme, qu’il ne connaissait pas. Il aurait peut-être pu se douter de qui était cette personne en fait, mais ce n’était pas le cas. Parce qu’il ne prenait pas la peine de réfléchir autant qu’il ne le devrait.

« Qu’est-ce que vous faites là ? » On ne pouvait clairement pas dire que le ton de Seth était vraiment amical, il le regretterait sans doute. Mais là, tout de suite, il se demandait vraiment ce que ce type foutait dans le bureau de Pomona. Même si c’était idiot, parce que techniquement – même s’il y avait encore les affaires de la jeune femme, autant dire que ce n’était pas joyeux – cet endroit n’était plus à la jeune femme, parce qu’elle n’avait plus sa place dans le bureau des Aurors. Mais quand même, ça l’agaçait de voir un inconnu mettre les pieds ici.
Code by Gwenn
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
avatar
▌ Messages : 112
Humeur :
50 / 10050 / 100

En couple avec : Célibataire

QUI SUIS-JE?
Baguette: Meurisier, ventricule de dragon, 31 cm
Camp: Neutre
Avatar: Tom Hanks

Message#Sujet: Re: Quand il n'y a pas de père, il y a un oncle. (Henry)   Lun 24 Juil - 17:18





  

Henry & Seth

“ Quand il n'y a pas de père, il y a un oncle. ”
J
e n'ai rien vu venir, je n'ai rien senti, je n'ai rien compris. Je rentre d'Inde, je retrouve ma nièce après des mois d'absence (en vrac), et après quelques semaines à peine, j'apprends que Pomona a été accusée d'un meurtre improbable, qu'elle a été condamnée au pire, au baiser du détraqueur. La veille, nous prenions le temps ensemble tous les deux, chez moi. Le lendemain, elle est une enveloppe sans âme dans une cellule d'Azkaban. La nouvelle a été un choc, vraiment douloureux, qui a remis bien des choses en perspective, à commencer par mon récent livre, dont le contenu me paraît maintenant abstrait et inutile. Pomona est morte (tout comme en tout cas), j'ai perdu ma seule famille, et à l'idée de ne plus jamais la revoir, j'ai le cœur en morceaux. Rentrer chez moi, dans un appartement maintenant vide... c'est difficile. Cela fait longtemps que cet appartement ne m'appartient plus. C'est le sien, c'était le sien... Je dois faire le tri... peut-être que je vais repartir... Je ne sais pas trop.

Je suis allé voir Christopher, je ne sais pas trop ce qu'il pense de tout ça, il m'en a dit trop peu, mais je pense que ça doit être aussi douloureux pour lui que pour moi. Il n'a rien pu me dire, si ce n'est qu'il est vraiment désolé, qu'il n'était au courant de rien, qu'il n'a rien pu faire. Il m'a laissé accès au bureau de Pomona, je suis sûrement le mieux disposé à aller récupérer ses affaires, en effet... C'est pour ça que je suis là, d'ailleurs. Fouler le bureau où elle a travaillé et où elle ne travaillera plus, c'est douloureux. Tout dans cette pièce porte l'identité de Pomona, son caractère travailleur, acharné, tenace. Elle n'a pas laissé beaucoup d'effets personnels sur place, mais je les entasse malgré tout dans un seul et même carton, sans avoir la moindre idée de ce que je vais en faire. Je devrais peut-être parler de tout ça à mon frère, mais cet idiot sera capable de croire sa fille coupable... Je préfère ne pas mêler les autres Fitz à tout ça, je ne veux pas salir la mémoire de Pomona... Affairé à la tâche, quelqu'un entre dans le bureau et me réserve un accueil... fort déplaisant.

-Je vous demande pardon ?
je réponds d'un ton équivalent. Je n'aime pas être agressé d'emblée, par quelqu'un que je n'ai jamais vu, en plus. Je suis venu récupérer les affaires de Pomona, je suis son oncle. Si vous avez un problème avec ça, vous n'avez qu'à en discuter avec votre supérieur.

Christopher, donc, qui se rangera forcément de mon côté.



          
(c) Fiche by WILD BIRD, textures by Dayanna & gifs: Tumblr

        
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
HYDRE
avatar
▌ Messages : 558
Humeur :
50 / 10050 / 100

En couple avec : ...

QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois d'hêtre, 21.2 cm, crin de licorne
Camp: Mal
Avatar: Eddie Redmayne

Message#Sujet: Re: Quand il n'y a pas de père, il y a un oncle. (Henry)   Sam 9 Sep - 16:43

Quand il n'y a pas de père, il y a un oncle.
Avec un peu de réflexion, si Seth en était capable donc, il aurait compris que l’homme dans la bureau de Pomona et qui était en train de ranger ses affaires, n’était autre que son oncle. Après tout, qui d’autre viendrait récupérer ses affaires ? Mais il n’était pas capable de réfléchir correctement et il avait tendance à partir au quart de tour. Il n’aimait pas l’idée que ce bureau ne serait plus jamais visité par Pomona, qu’elle ne reviendrait plus au bureau des Aurors afin de travail, que quelqu’un d’autre allait prendre sa place. C’était idiot, mais c’était comme ça. Il ne parvenait définitivement pas à se faire une raison et voir quelqu’un ranger les affaires de la jeune femme, ça ne pouvait que tourner un peu plus le couteau dans une plaie déjà bien béante. Et si cet homme était en plus celui qui allait s’installer maintenant dans ce bureau ? Il n’y avait aucune raison logiquement, parce qu’il ne connaissait pas cet personne et c’était forcément un Auror qui allait prendre sa place. Seth osait croire qu’il connaissait tous les Aurors du bureau au moins de vu. À moins que ça soit un étrange, un Auror d’un autre pays ? Bref, toutes ces pensées lui traversaient l’esprit et forcément, il ne pouvait pas s’empêcher de s’emporter. Il n’avait aucune envie de voir les affaires de la jeune femme disparaître de son bureau et quelqu’un d’autre s’installer à sa place.

Visiblement, l’homme n’apprécia pas plus que cela ce qu’il lui dit et la manière dont il l’accueillit. Logique en même temps, Seth n’aurait pas plus apprécié si jamais une personne était venu le trouver comme il venait de faire. Cependant, l’Auror n’apprécia pas plus que cela la manière qu’il eut de lui répondre de la même façon. Jusqu’à ce qu’il reprenne la parole et explique ce qu’il était en train de faire. Il récupérait en effet bien les affaires de Pomona – ce qu’il n’appréciait pas, parce qu’il avait envie que ce bureau reste celui de la jeune Auror – mais ça c’était parce qu’il était son oncle. Évidemment, Seth aurait du s’en rendre compte, il aurait dû le deviner. Parce qu’il n’y avait bel et bien que son oncle le plus disposé à récupérer ses effets. Seth eut le sentiment de se sentir idiot (et ce n’était clairement pas le genre de chose qu’il appréciait), alors que l’homme lui affirmait que s’il avait un souci avec cela, il pouvait aller en discuter avec McDowell. Ce qu’il ne ferait pas non, parce que ça n’avait pas d’intérêt.

« Non. »
Répondit-il alors, pour confirmer qu’il n’avait pas de problème avec la situation. Ce qui était le cas, enfin concrètement avec le fait que l’homme rassemble les affaires de sa nièce. Le sort de sa nièce c’était encore autre chose. « Je suis désolé, je ne savais pas que vous étiez son oncle. »

Autant dire qu’il ne prendrait pas toujours la peine normalement de s’excuser, mais là c’était le cas. Et le ton de sa voix avait radicalement changé également.
Code by Gwenn
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
avatar
▌ Messages : 112
Humeur :
50 / 10050 / 100

En couple avec : Célibataire

QUI SUIS-JE?
Baguette: Meurisier, ventricule de dragon, 31 cm
Camp: Neutre
Avatar: Tom Hanks

Message#Sujet: Re: Quand il n'y a pas de père, il y a un oncle. (Henry)   Dim 10 Sep - 15:10





  

Henry & Seth

“ Quand il n'y a pas de père, il y a un oncle. ”
J
e reconnais que je n’ai pas fait preuve de plus d’amabilité que mon interlocuteur, mais tout comme ce dernier en fin de compte, je ne suis pas dans les meilleures dispositions possibles ces derniers temps. Je n’ai pas envie de me justifier de ma présence ici, surtout que si cela ne tenait qu’à moi, je préfèrerais ne pas être là. Je comprends vite que l’agressivité latente de mon interlocuteur n’est peut-être que le fruit de sa propre incompréhension, de son propre deuil subit et inachevé. Parce que dès qu’il apprend que je suis, le ton de sa voix et son attitude changent du tout au tout. Au fond, je peux comprendre, j’aurais trouvé un inconnu dans ce bureau, en train de fouiller dans les affaires de ma nièce, je n’aurais pas été spécialement aimable non plus. Je n’ai pas envie de me prendre la tête, dans tous les cas, alors je me contente d’un geste, comme je balaierai un insecte imaginaire d’un mouvement de la main. Au fond, il ne sert à rien de discuter cent ans à ce sujet, il s’est excusé, et moi, je ne suis pas rancunier, encore moins en présence d’une personne qui semble tout aussi affecté que moi par la perte de Pomona, en fin de compte. Enfin, si je lis entre les lignes convenablement, et ce n’est pas toujours sûr.

-C’est rien, je finis par dire, parce que oui, même si on s’est emportés tous les deux, il n’y a aucune raison pour que je n’accepte pas ses excuses, d’autant que l’intervention de ce jeune homme me rend curieux, vraiment très curieux. Sa réaction n’est tout de même pas anodine, je me demande si elle ne dissimule pas quelque chose. Vous la connaissiez bien ? ne puis-je m’empêcher de demander alors.

Non, je ne saute pas directement à la conclusion que ce jeune homme puisse être celui qui avait fait battre le cœur de ma nièce puis l’avait brisé dans la foulée, mais j’ai des yeux pour voir, et je ne peux que constater que sa réaction, si vive, n’a pas été celle d’un homme indifférent, et j’ai bien remarqué le changement soudain dans son attitude quand il a compris que j’étais l’oncle de Pomona. Je ne dis pas que c’est forcément lui, mais je suis quand même convaincu qu’il a dû tenir à elle. Je le sens sincèrement affecté par la perte de Pomona, et moi, j’ai peut-être juste besoin de parler d’elle a quelqu’un qui l’a bien connue.. même si ça ne va sans doute pas faire beaucoup de bien à mon moral. Je n’ai pas juste perdu une nièce ou une colocataire, j’ai perdu une fille. Et le choc est difficile à supporter.


          
(c) Fiche by WILD BIRD, textures by Dayanna & gifs: Tumblr

        
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
HYDRE
avatar
▌ Messages : 558
Humeur :
50 / 10050 / 100

En couple avec : ...

QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois d'hêtre, 21.2 cm, crin de licorne
Camp: Mal
Avatar: Eddie Redmayne

Message#Sujet: Re: Quand il n'y a pas de père, il y a un oncle. (Henry)   Sam 28 Oct - 0:05

Quand il n'y a pas de père, il y a un oncle.
Seth n’aimait pas spécialement se retrouver dans cette position en cet instant précis, mais il ne pouvait pas vraiment reculer à présent. L’homme qui était donc dans le bureau de Pomona n’était autre que son oncle, autant dire que le jeune homme n’avait aucune raison de dire quoi que ce soit sur sa présence dans cette pièce. Il n’avait pas vraiment pour habitude de s’excuser, même quand il avait tort et qu’il devrait le faire. Sauf que… eh bien, Seth se retrouvait devant l’oncle de Pomona et forcément, ça faisait quelque chose. La jeune femme avait eu le don tout de même de changer quelque chose en lui, de le pousser à avoir des sentiments pour une autre personne et ce n’était pas rien. Quand il l’avait perdu après qu’elle ait découvert qu’il était un mangemort, le jeune homme avait eu le sentiment de tout perdre. Mais maintenant qu’elle était morte, c’était pire que tout. Et jamais le jeune homme n’aurait pu imaginer avoir une telle sensation un jour. Il ne pensait pas que sa vie aurait pu dépendre à ce point d’une autre. Mais c’était le cas et ça le poussait donc à s’excuser auprès de cet homme, dont il avait entendu parler plus d’une fois. Pas seulement parce que Pomona vivait chez lui – même si ce dernier était souvent absent – mais parce qu’il faisait partie de la vie de son ex petite amie. Qu’elle avait trouvé sa place chez lui, qu’elle lui avait parlé de son histoire. Bref, il connaissait cet homme de la bouche de Pomona et mine de rien… c’était un peu comme s’il y avait une part d’elle dans cette pièce ici et maintenant.

« Oui. »
Répondit-il à la question de l’homme, cachant du mieux possible le trouble qu’il pouvait ressentir. S’il y parvenait d’habitude – même s’il n’était pas sûr de faire illusion auprès de tout le monde – il se sentait plus perturbé maintenant. Est-ce qu’il la connaissait bien ? Et comment… Même s’il savait qu’il y avait des choses chez elle qu’il ignorait. « Nous avons souvent travaillé ensemble. » Ajouta-t-il, sans savoir si c’était une bonne idée. Il ne pouvait pas dire la vérité. Non pas parce qu’il n’avait pas envie mais puisqu’ils avaient tenu leur relation secrète quand elle avait lieu, il n’y avait aucune raison qu’il la dévoile même si Pomona était morte aujourd’hui. « J’étais son coéquipier quand elle a résolu l’enquête qui lui a permis d’être officialisé Auror. »

Parce que non, Seth n’avait en aucun cas résolu l’enquête sur la mort de Colloway. C’était Pomona qui s’en était chargée entièrement, qui avait trouvé la solution (même si ce n’était pas la réelle solution). Il y avait eu d’autre chose, bien sûr, Seth pourrait peut-être ajouter que McDowell lui avait demandé de soutenir Pomona dans ses premiers pas en tant qu’Auror officiel. Mais non, il se contenta de ça. Du moins il ne rajouta pas plus concernant leurs coopérations au bureau des Aurors, mais autre chose.

« Je m’appelle Seth Beresford. »
Code by Gwenn
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
avatar
▌ Messages : 112
Humeur :
50 / 10050 / 100

En couple avec : Célibataire

QUI SUIS-JE?
Baguette: Meurisier, ventricule de dragon, 31 cm
Camp: Neutre
Avatar: Tom Hanks

Message#Sujet: Re: Quand il n'y a pas de père, il y a un oncle. (Henry)   Lun 30 Oct - 11:56







Henry & Seth

“ Quand il n'y a pas de père, il y a un oncle. ”
I
l me confirme avoir bien connu Pomona, en même temps, je l'aurais parié, personne d'indifférent à elle ou à son sort n'aurait réagi de la sorte à la perspective que l'on dérange ainsi son bureau. Après tout, si je n'avais pas été son oncle, j'aurais pu être la personne qui allait la remplacer, aussi, l'attitude du jeune homme n'aurait pas été davantage bienvenue, mais je ne le lui reproche pas. Je sens dans son regard, dans le ton de sa voix, dans son attitude, qu'il est surtout affecté par sa disparition, et comme je suis bien placé pour savoir ce qu'il ressent, je me vois mal lui faire davantage de reproches.

Avoir perdu Pomona si brutalement, sans avoir pu m'y attendre, sans avoir pu comprendre, m'a fait observer au moins une chose, je ne la connaissais pas aussi bien que je l'aurais souhaité. Et j'y suis pour quelque chose. Je l'ai certes soutenue, quand le reste de sa famille lui a tourné le dos, mais j'ai aussi été très absent. Je pensais que c'était pour son bien, j'en doute un peu à présent. En fait, il est même évident que je me suis trompé. Je ne savais rien de sa vie, tout ce que je grapillais d'informations, je le tenais de Christopher, et lui-même n'obtenais pas grand-chose. C'est sur la fin, lors de notre dernière vraie conversation, que j'ai commencé à entrevoir la Pomona que j'avais été trop aveugle pour connaître avant cela... mais il était trop tard. Il est trop tard. Si j'ai l'occasion de découvrir un nouveau pan de sa vie grâce à mon interlocuteur je ne me vois pas m'en priver. Il a travaillé avec elle, c'est avec lui qu'elle avait mené l'enquête qui l'avait promue Auror, forcément, cela crée des liens. Il s'appelait Seth Beresford... Et si c'est un nom que je n'avais alors entendu qu'une fois sans pouvoir l'associer jusqu'à aujourd'hui à aucun visage, c'est aussi un nom que je n'ai pas oublié.

-Oh, c'est donc toi le briseur de coeur.

Je le dis sans aucune forme d'animosité. Je m'avance beaucoup, c'est vrai. Je cherchais l'identité de l'auteur du premier (et pour la peine du dernier) chagrin d'amour de Pomona, Christopher ne la savait proche que de lui, qui de toute évidence témoignait maintenant qu'il avait été proche d'elle. Je ne suis sûr de rien mais je prétends savoir, seulement pour connaître sa réaction, sans que ce soit un reproche. Dans cette pièce, je ne suis pas le seul à souffrir du départ de la jeune femme, c'est une évidence, alors je ne lui ôterais pas ça.


(c) Fiche by WILD BIRD, textures by Dayanna & gifs: Tumblr

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Quand il n'y a pas de père, il y a un oncle. (Henry)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Quand les beaux-parents débarquent....
» Quand haiti pourra-t-elle exporter vers RD?
» Décès d'Éval Manigat, père de la musique du monde québécoise
» Quand l’État est en faillite, la Nation est en péril
» Tommy Yugurei serpentard de père en fils [Validée]
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
T.rouble O.r M.isery (or both) ::  :: 
Londres
 :: Ministère de la Magie :: Niveau 2
-