AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Le meilleur pain est celui de la maison. (Wilhelmina)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Moldu
avatar
▌ Messages : 349
Humeur :
50 / 10050 / 100

En couple avec : Queenie

QUI SUIS-JE?
Baguette: Pas de baguette
Camp: Bien
Avatar: Dan Fogler

Message#Sujet: Le meilleur pain est celui de la maison. (Wilhelmina)   Ven 25 Aoû - 21:10

Le meilleur pain est celui de la maison.
La boulangerie de Jacob et de Queenie n’était pas encore ouverte. Ils avaient trouvé le local, mais ils avaient besoin de temps avant que tout soit parfait afin d’accueillir la boulangerie. Parce qu’évidemment, ils avaient quand même besoin d’aménager les fourneaux, d’aménager l’endroit de vente, d’aménager tout ce qui allait donc être utile pour la boulangerie. Autant dire que ça demandait donc un peu de temps, mais ça avançait. De toute façon, tout avançait doucement, mais sûrement. Sauf concernant Adrian cependant, mais Jacob ne perdait quand même pas espoir que son fils allait finir par accepter sa présence, le fait qu’il fréquente de nouveau sa mère. Ce qui n’était pas sûr et certain au vu de la manière dont il se comportait, mais en même temps il savait qu’il devait lui laisser du temps. Jacob était quelque peu perturbé de son côté d’apprendre sur le tard qu’il avait un fils, alors que ce dernier était quand même presque majeur. Alors forcément, il se doutait que c’était compliqué pour Adrian d’accepter qu’il soit son père. Enfin bon, ils devaient prendre leur temps, autant concernant Adrian, concernant la boulangerie ou encore le mariage qui devait l’unir avec Queenie. Heureusement que Jacob était d’un naturel patient.

Norbert n’avait pas eu besoin de lui particulièrement ce matin-là, alors Jacob avait décidé d’investir un peu la cuisine des Dragonneau dans le but de faire quelques pains. Ce n’était pas grand-chose, mais en même temps le boulanger n’avait pas spécialement envie de perdre la main. Non pas qu’il puisse perdre son savoir-faire comme ça, mais ça lui manquait de faire des brioches et autres petits pains. Donc il avait l’intention d’en faire et il en fit. Sauf qu’il n’avait pas eu la main légère et que par conséquence, il y en avait un sacré nombre dans la pauvre cuisine de Norbert et Tina. Après avoir tout nettoyer, le no-maj se demandait à présence ce qu’il allait faire de tout ça. Il pouvait en laisser à ses amis, en donner à Queenie également, mais il y en avait quand même beaucoup et ils allaient se perdre.

Alors Jacob prit la décision de rassembler tout cela dans un panier et de sortir dans Londres afin de les vendre. Il ne faisait pas très chaud, alors Jacob décida de sélectionner les brioches et pains les plus chauds, en espérant qu’ils n’allaient pas refroidir de trop dans la rue. Il avait tout couvert pour augmenter le temps. Il ne savait pas ce que ça allait donner et même s’il allait gagner quelques livres, mais en même temps il n’avait pas forcément besoin d’en gagner, mais il avait quand même envie d’essayer. Il jouait donc le commercial dans la rue, ce qui était assez simple pour lui. Parce qu’il n’avait aucun mal à se « vendre » et à vendre ses pains. Il s’était donc installé dans un coin et il invitait les personnes qui le croisaient à venir goûter ses pains. Ce qui marchait pas trop mal, Jacob en avait déjà vendu quelqu’un.
Code by Gwenn

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Moldu
avatar
▌ Messages : 531
Humeur :
50 / 10050 / 100


QUI SUIS-JE?
Baguette: Aucune
Camp: Neutre
Avatar: Zendaya Coleman

Message#Sujet: Re: Le meilleur pain est celui de la maison. (Wilhelmina)   Ven 25 Aoû - 23:35


Le meilleur pain est celui de la maison.
W

ill avait beau se dire qu'elle avançait sans doute plus vite qu'elle ne l'aurait soupçonné à l'instant où elle avait décidé de se mettre sur la piste de la mort de ses parents, elle se sentait tout de même très frustrée par la tournure que prenait la situation. C'est qu'en prenant connaissance du monde de la magie, elle s'était retrouvée confrontée à tout un pan de l'existence qu'elle n'aurait jamais pu soupçonner de son propre chef. Alors oui, elle en avait découvert beaucoup en moins de temps qu'il n'en aurait fallu à beaucoup pour savoir tout cela, mais elle avait quand même le désagréable sentiment de traîner sévèrement la patte. C'est qu'elle était pas forcément du genre patiente, comme fille, alors ça n'aidait pas... Mais bon, il fallait faire avec, un point c'est tout, et en attendant, Will absorbait un maximum de ce nouvel univers, de ces us et coutumes qui allaient lui devenir familiers, à force, pour pouvoir se mêler au commun des sorciers le plus innocemment du monde.

Elle était tant et si bien focalisée sur cet objectif, d'ailleurs, qu'elle fréquentait de moins en moins les lieux moldus où elle avait eu ses habitudes. Elle n'avait plus mis les pieds à l'université depuis des semaines (même si elle y était techniquement toujours inscrite), elle avait démissionné du restaurant où elle était employée en tant que serveuse... La plupart du temps, elle se contentait de parcourir le lieu magique le plus simple d'accès qu'elle ait décelé jusqu'alors, à savoir le chemin de traverse. Elle en revenait tout juste, d'ailleurs. Elle venait de se changer dans l'inconfort exigu d'une cabine de toilettes publique afin de troquer sa robe de sorcière achetée pour la forme (il faudrait qu'elle investisse dans d'autres) pour une tenue plus classique, et elle arpentait à présent les rues de Londres, constatant l'immense contraste qu'il pouvait y avoir entre deux lieux si proches l'un de l'autre. Et dire qu'un mensonge de si grande ampleur se déployait ainsi à l'insu de tous les civils et que personne n'y voyait rien. C'était bien improbable et c'était le cas malgré tout, indéniablement. Et Will s'en exaspérait.

Elle avait rendez-vous chez son notaire d'ici une petite demi-heure, elle n'était pas vraiment pressée. Trois mois que ses parents étaient morts, et les formalités administratives, elles, s'accumulaient à n'en plus finir. Elle avait en horreur toute cette paperasse, ça ne la décidait que d'autant plus à déménager et à tout recommencer dans l'anonymat le plus total. Mais elle n'en était pas encore là, malheureusement. En cours de route, les mains enfoncées dans ses poches, elle croisa la route de cet homme, un étal improvisé de pain bien cuit face à lui. Elle devait bien reconnaître que l'odeur qui s'échappait de son petit commerce mettait l'eau à la bouche. Et tout bien considéré, elle avait faim, elle n'avait rien mangé de la journée, encore.

-Ca sent rudement bon
, observa-t-elle. C'est combien ?



code by Mandy


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Moldu
avatar
▌ Messages : 349
Humeur :
50 / 10050 / 100

En couple avec : Queenie

QUI SUIS-JE?
Baguette: Pas de baguette
Camp: Bien
Avatar: Dan Fogler

Message#Sujet: Re: Le meilleur pain est celui de la maison. (Wilhelmina)   Mar 10 Oct - 14:40

Le meilleur pain est celui de la maison.
Jacob devait bien avouer qu’il trouvait ça très agréable de pouvoir vendre ces petits pains et brioches dans les rues de Londres. Cela lui rappelait un peu son commerce à New-York. Bientôt, le no-maj savait parfaitement qu’il allait pouvoir vendre des pains et des pâtisseries dans sa boulangerie à Pré-au-Lard (et en compagnie de Queenie en plus), mais ce n’était pas encore le moment. Donc, autant qu’il en profite pour le faire, pour se rappeler son métier d’origine. Non pas qu’il n’aimait pas aider Norbert avec ses créatures, bien évidemment, mais il aimait les deux. Il avait envie de faire les deux. Il avait tellement hâte d’ouvrir son établissement avec sa fiancée, dès qu’il sera prêt. Ses pains marchaient en tout cas, Jacob devait bien avouer qu’il se sentait plutôt fier de pouvoir en vendre autant. Au point que sa petite étale de fortune était même presque vide à présent. Comme quoi, les anglais parvenaient quand même à avoir du goût par moment. Ça ne faisait que lui dire qu’il pouvait avoir du succès ici aussi, que sa boulangerie allait marcher.

Même si ça n’avait rien à voir, parce que le boulanger se trouvait présentement dans le côté non magique de Londres. Ce n’était pas comme s’il vendait ses pains à des sorciers. Il espérait que ces derniers allaient avoir les mêmes goûts que les siens. Il fallait dire que mine de rien, Jacob n’avait pas passé beaucoup de temps dans le côté non magique de Londres, comparé au côté magique. Mais en même temps, le no-maj passait son temps avec des sorciers qui vivaient dans le monde des sorciers, c’était normal qu’il ne passe pas beaucoup de temps avec les no-maj. Et concrètement, il préférait largement le monde magique quand même. À chaque fois, il était tout simplement émerveillé par ce qu’il voyait. Une jeune femme s’approcha de Jacob, affirmant que ça sentait rudement bon. Forcément, Jacob l’accueillit avec un grand sourire dont il avait le secret.

« C’est cinquante pence. »
Dit-il aimablement, le même sourire sur son visage.

Le no-maj n’avait aucune idée de si c’était cher ou pas pour les pains qu’il vendait, il avait quand même un peu de mal avec la valeur de la monnaie de Londres, il n’était pas du tout habitué. En plus, le boulanger devait quand même s’adapter à deux monnaies différentes, puisque les sorciers n’avaient pas la même manière de payer. Heureusement qu’il pouvait compter que Queenie et ses amis pour l’aider sur ce point, même si présentement il prenait une initiative tout seul et qu’il n’avait aucune idée donc de la réelle valeur des pains qu’il vendait. Mais bon, puisqu’il voyait son stock diminuer, Jacob se doutait que ça ne devait pas être trop cher. Et si ça ne l’était pas assez, très franchement ça ne le dérangeait pas spécialement. Parce qu’il ne faisait pas ça pour gagner de l’argent au fond, juste vendre des pains de sa création. Il pourrait les donner, le no-maj en serait tout autant heureux d’ailleurs.
Code by Gwenn
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Moldu
avatar
▌ Messages : 531
Humeur :
50 / 10050 / 100


QUI SUIS-JE?
Baguette: Aucune
Camp: Neutre
Avatar: Zendaya Coleman

Message#Sujet: Re: Le meilleur pain est celui de la maison. (Wilhelmina)   Mer 11 Oct - 18:49


Le meilleur pain est celui de la maison.
C

inquante pence ? Eh bien, à ce prix, c'était donné, et Will, dont l'estomac s'était singulièrement réveillée en savourant l'odeur de ce pain frais, n'allait clairement pas se faire prier pour en acheter. Elle fouilla dans son sac et chercha quelques pièces dans son portefeuille. Elle mit plus de temps que prévu, car à plusieurs reprises, ses mains agrippèrent quelques noises. Il faudrait qu'elle trouve un moyen de séparer sa monnaie moldue de sa monnaie sorcière. Ceci dit, pour un moment, elle n'aurait sans doute plus besoin de monnaie moldue dans tous les cas. Même si elle ne voulait pas mettre sa vengeance à exécution dans dix ans non plus. Mais Rome ne s'est pas faite en un jour, elle savait qu'elle allait devoir faire preuve de patience. La jeune femme déposa finalement la pièce dans la paume de son interlocuteur. Si elle pouvait contribuer à son travail en plus du reste, elle n'allait pas dire non. Même si, au final, elle ne pensait pas qu'il pourrait faire grand-chose de ces cinquante pences. C'était tellement rien.

-Je vous en prends un !
affirma-t-elle, toujours souriante.

Elle se saisit du pain qu'il lui proposa et, satisfaisant à son appétit, elle arracha un bout de pain et mordit dedans. C'était peut-être une absence de gêne, elle ne savait pas trop. L'absence de gêne, c'était un peu l'une de ses marques de fabrique dans tous les cas. Et quoi qu'il en soit, elle pensait juste faire honneur à son interlocuteur. En tout cas, ce qui est sûr, c'est qu'elle allait faire un honneur à son travail. Son pain était juste... excellent. Elle n'en avait jamais goûté de tels. C'était bien au-delà des standings auquel elle était habituée, ici, en Grande-Bretagne. Peut-être parce que l'homme n'était pas anglais ? Elle pensait lui avoir discerné un léger accent américain.

-Délicieux !
affirma-t-elle avant de se servir d'une nouvelle bouchée de pain. Elle le pensait réellement. Elle pouvait faire des compliments sans rien penser, mais elle préférait généralement être franche. En l'occurrence, elle n'avait aucune raison de mentir, bien au contraire, même. Elle était franche, très franche, même. Vous devriez les faire payer plus cher que ça. Non pas qu'elle ait des conseils à donner à son interlocuteur, elle n'avait pas la fibre commerciale pour un sou. Mais elle trouvait que son travail valait beaucoup plus. Dites-moi que vous avez votre propre boulangerie, quand même, ce serait du gâchis de vous contenter de ce stand.

Elle y mettrait sa main à couper, du pain comme celui-là se vendrait... eh bien, comme des petits pains, à Londres. L'homme n'aurait même pas à vraiment faire d'efforts pour cela. Encore fallait-il avoir les moyens d'ouvrir son commerce, c'est sûr. Mais Will détestait voir des talents gâchés.


code by Mandy


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Moldu
avatar
▌ Messages : 349
Humeur :
50 / 10050 / 100

En couple avec : Queenie

QUI SUIS-JE?
Baguette: Pas de baguette
Camp: Bien
Avatar: Dan Fogler

Message#Sujet: Re: Le meilleur pain est celui de la maison. (Wilhelmina)   Mar 5 Déc - 22:09

Le meilleur pain est celui de la maison.
Une fois que Jacob ait donné le prix des petits pains à la jeune femme, celle-ci ne tarda pas à lui en prendre un. Parfait, ça lui plaisait. Il prit donc les pièces qu’elle lui tendit, les cinquante pence qu’elle lui devait, et lui tendit un petit pain. Rapidement, la jeune femme mordit dedans et forcément, la boulanger ne put s’empêcher de l’observer afin de savoir si ça lui plaisait. Pour le moment, Jacob avait quand même vendu quelques petits pains et cela sembla plaire aux personnes à qui il les avait vendus. Mais en même temps, ils n’étaient pas restés faire de commentaire, se contentant pour la plupart de continuer leur chemin. L’inconnue resta alors tant qu’à faire, Jacob jugea sa réaction. Après tout, le but était quand même de vendre quelques pains, pour qu’ils ne soient pas perdus, mais aussi surtout pour juger un peu le goût des anglais. Ce n’était pas contre Queenie ou encore Tina et Norbert, mais ils n’étaient pas forcément objectifs. Surtout que les deux sorcières étaient américaines et qu’elles n’avaient clairement pas le même palais que les anglais. Jacob avait besoin de voir ce que ça donnait avec des inconnus, des inconnus anglais. Visiblement, son pain plu à la jeune femme, qui affirma qu’il était délicieux. Sans se retenir, l’homme afficha alors un grand sourire. Son sourire se fit même plus grand quand la jeune femme affirma qu’il devrait les faire payer plus cher.

Forcément, Jacob n’avait pas réellement la valeur de la monnaie anglaise en tête et il ne savait pas vraiment si cinquante pence étaient cher ou pas. Visiblement, ça ne l’était pas. Ce n’était pas un souci en soit, Jacob avait surtout envie de vendre tous ses pains, sans chercher à s’enrichir. Non pas qu’il ne puisse pas avoir besoin d’argent, mais il avait quand même réussi à avoir pas mal d’économie avec la vente de sa boulangerie à New-York. Une bonne partie avait déjà été dépenser afin d’acheter le local à Pré-au-Lard afin d’ouvrir sa nouvelle boulangerie, mais il lui en restait encore. Heureusement, parce que les travaux n’étaient pas terminés.

« C’est gentil. » Affirma Jacob donc, juste avant que la jeune femme ne reprenne la parole pour lui demander s’il avait une boulangerie. Le sourire de Jacob ne disparu pas sous ce compliment, alors qu’elle affirmait que ça serait du gâchis de se contenter de ce stand. Jacob devait bien avouer qu’il ne s’attendait pas à une telle réaction, mais ça lui plaisait vraiment. En même temps, ça ne pouvait qu’être bénéfique pour lui d’entendre ce genre de propos. C’était toujours agréable de comprendre que son travail plaisait, visiblement au point que la jeune femme regretterait de ne pas pouvoir venir dans sa boulangerie. Sauf que malheureusement, Jacob ne pouvait pas juste lui dire que sa boulangerie allait se trouver à Pré-au-Lard, elle ne comprendrait pas. Ou si trop bien, mais ça il ne pouvait pas le savoir. « C’est en cours de projet. » Dit-il alors, ne mentant pas réellement. « Je viens à peine de m’installer en Angleterre, j’avais une boulangerie à New-York. Je voulais surtout savoir comment mon travail était apprécié ici. »
Code by Gwenn
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Moldu
avatar
▌ Messages : 531
Humeur :
50 / 10050 / 100


QUI SUIS-JE?
Baguette: Aucune
Camp: Neutre
Avatar: Zendaya Coleman

Message#Sujet: Re: Le meilleur pain est celui de la maison. (Wilhelmina)   Mer 6 Déc - 21:03


Le meilleur pain est celui de la maison.
W

ill afficha un sourire en réponse à son interlocuteur, même si elle n'avait pas spécialement le sentiment de mériter le compliment. Et pour cause, quand bien même il lui arrivait de savoir l'être, elle n'avait pas cherché à être gentille en complimentant son interlocuteur, elle s'était contentée de dire ce qu'elle pensait, tout simplement, et pour elle, ça n'avait rien à voir avec de la gentillesse, ce n'était ni plus ni moins que de l'honnêteté. Et l'honnêteté, c'était une qualité qui avait une immense valeur à ses yeux, même si elle-même avait tendance à ne pas être des plus franches ces temps derniers. C'était pour la bonne cause, bien sûr, et il y avait des choses qui ne s'obtenaient jamais qu'avec force mensonge et plus de manipulation encore. Mais mentir à des personnes qui à ses yeux ne méritaient d'office aucun égard ne lui posait de toute manière aucun problème. Avec tous les autres, elle se révélait en revanche très expansive, bavarde si et quand il le fallait, et plus sociable encore. Et son interlocuteur, bien que plus âgé qu'elle, mais manifestement passé maître dans l'art de faire du pain, méritait bien ce compliment.

D'ailleurs, au sujet de cet art qu'il maîtrisait si bien, il ne manqua pas de lui apprendre qu'il avait bel et bien l'intention d'ouvrir son commerce, et même qu'il en possédait déjà un, avant, à New York (donc c'était ça, son accent, elle n'avait pas su le définir jusqu'alors). Cela expliquait que ce pain semble être tout sauf un pain d'amateur. En tout cas, Will n'exagérait rien, elle n'en avait jamais goûté un autre qui soit aussi bon (en même temps, elle vivait en Angleterre, et le pain et les Anglais... ça faisait deux. Heureusement que cet homme providentiel venait à la rescousse du bon goût, certainement). En tout cas, oui, Will n'avait rien besoin de feindre, elle était emballée, et elle se disait qu'elle avait peut-être trouvé une de ses nouvelles adresses de prédilection.

-En tout cas, vous avez déjà trouvé votre première cliente,
affirma-t-elle avec enthousiasme.

Enfin, si tout allait bien, mais si jamais Jacob exerçait pas loin de chez elle (où que puisse être ce futur chez-elle, et il allait s'avérer, grâce à Carlotta, qu'il n'allait effectivement pas se trouver très loin), elle viendrait sans doute très régulièrement dans sa boutique. En plus, en tant que première cliente fidélisée, elle pourrait bien réclamer une ristourne ou deux, non ? Bon, ceci dit, au prix, que ça coûtait et si ça restait comme ça, ce n'était rien qu'elle ne puisse s'offrir. Mais oui, encore fallait-il que ce ne soit pas trop loin. Parce que bon, la ville était grande. Et Will, elle, ne savait pas transplaner.

-Vous comptez vous établir où ? Et quand ?


code by Mandy


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Moldu
avatar
▌ Messages : 349
Humeur :
50 / 10050 / 100

En couple avec : Queenie

QUI SUIS-JE?
Baguette: Pas de baguette
Camp: Bien
Avatar: Dan Fogler

Message#Sujet: Re: Le meilleur pain est celui de la maison. (Wilhelmina)   Sam 27 Jan - 18:51

Le meilleur pain est celui de la maison.
Jacob ne se retint pas d’afficher un grand sourire quand la jeune femme affirma qu’il avait trouvé sa première cliente. C’était toujours très agréable de savoir que son travail plaisait autant. Même si en soit, le no-maj savait déjà qu’il avait un certain succès avec ses pains, il ne savait pas si ça allait être la même chose en Angleterre. Ce n’était pas parce que Queenie, Tina ou Norbert appréciaient ce qu’il faisait que ça allait plaire au plus grand nombre. Bon, en même temps, ce n’était pas parce que la jeune inconnue devant lui affirmait qu’elle adorait et qu’elle était donc sa première cliente, que ça allait marcher non plus. Parce que l’homme ne se retrouvait pas du côté sorcier du monde, bien au contraire. Il était du côté des non sorciers et le boulanger ne pouvait donc pas savoir comment les choses allaient être prises par les sorciers. Bon, Queenie était là pour apporter la part magique qu’il lui manquait pour réellement s’intégrer au monde magique, mais il ne savait pas exactement comment les choses allaient se passer. Mais bon, Jacob décidait d’être optimiste. Ça n’avait rien de mal de l’être d’ailleurs.

L’inconnue lui demanda alors quand et où il avait l’intention de s’établir. Le no-maj venait de lui dire qu’il avait l’intention d’ouvrir son établissement, que c’était en court de conception. Sauf que maintenant que la jeune femme posait des questions, Jacob se retrouvait quand même dans une position délicate, il ne pouvait pas lui dire qu’il avait l’intention d’ouvrir sa boulangerie dans le village de Pré-au-Lard, alors que c’était un village sorcier. Et que par définition, elle n’avait rien à y faire et qu’elle ne devait pas le connaître tout court. Le boulanger ne se rendait pas compte qu’en réalité, la jeune femme avait de bonne raison de connaître ce village, parce qu’il ne pouvait pas deviner qu’elle connaissait l’existence des sorciers. Il pourrait se dire qu’elle était peut-être une sorcière en un sens, parce qu’il savait que nombreux sorciers vivaient parmi les no-maj comme si de rien n’était, mais en même temps s’il commençait à voir en toutes personnes qu’il croisait un sorcier, il ne s’en sortirait clairement pas. Bref, il était donc dans une position délicate.

« Eh bien, en réalité, ce n’est pas encore décidé. » Dit-il, alors. Par chance, le no-maj n’était pas trop entré dans les détails quand il avait dit que l’ouverture de sa boulangerie était en cours de projets. Il pouvait donc revenir un peu sur les déclarations qu’il avait faites quelques temps plus tôt, sans réellement y revenir. « Donc je n’ai aucune idée de quand, ou où je vais ouvrir mon établissement. »
Code by Gwenn
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Moldu
avatar
▌ Messages : 531
Humeur :
50 / 10050 / 100


QUI SUIS-JE?
Baguette: Aucune
Camp: Neutre
Avatar: Zendaya Coleman

Message#Sujet: Re: Le meilleur pain est celui de la maison. (Wilhelmina)   Dim 28 Jan - 13:15


Le meilleur pain est celui de la maison.
W

ill réalisait qu'elle était sans doute allée trop vite en besogne en demandant à son interlocuteur où il allait installer sa boulangerie alors qu'il lui avait bien affirmé que tout ceci était encore en projet. Certes, le fait qu'il ait pris l'initiative d'installer son étal ici en disait long sur sa détermination, mais ce n'était pas si simple de s'installer et d'établir son négoce. Sur certains points, la jeune femme, du haut de ses vingt ans, manquait parfois de... sens pratique. Elle avait dû, par la force des choses, prendre conscience de certaines choses c'est vrai (notamment concernant toutes les responsabilités administratives qui lui avaient incombé à la mort de ses parents), mais elle restait une jeune fille qui n'avait pas quitté le lycée il y a si longtemps que cela et qui avait trop longtemps dépendu de ses parents. Elle était débrouillarde, ce n'était pas le problème, mais elle n'avait pas la moindre idée de la difficulté que représentait le fait d'ouvrir son propre commerce et de le faire prospérer. De toute évidence, son interlocuteur avait plus d'expérience qu'elle dans ce domaine, puisqu'il avait déjà sa propre boulangerie à New York (parvenir à prospérer dans une si grande ville était impressionnant, Londres, en comparaison, ce n'était pas grand-chose). Alors il devait savoir ce qu'il faisait, et elle, elle était allée trop vite en besogne.

-Dommage,
répondit honnêtement Will qui n'avait pas menti en affirmant qu'elle serait ravie de devenir la meilleure cliente de son interlocuteur... ou plutôt la première faute d'être la meilleure, car elle se doutait bien que ce n'étaient pas avec ses maigres revenus qu'elle changerait la vie du boulanger dont rien ne semblait pouvoir saper le communicatif enthousiasme. Vous savez peut-être au moins comment vous allez l'appeler ? J'aurais peut-être des chances de vous retrouver comme ça.

Non pas qu'elle soit capable non plus de traverser tout Londres pour un bon petit pain, elle avait de toute manière de nombreuses choses à faire, des considérations d'un autre ordre qui exigeaient de sa part une constante attention et toute sa détermination. Ceci dit, l'homme qui lui faisait face lui était sympathique, et elle aimait bien bavarder avec lui, alors elle aimait trouver un prétexte, n'importe lequel, à le faire. Elle lui trouvait un certain charisme, à sa manière, une réelle simplicité d'esprit qui manquait à beaucoup de gens et que Will avait tendance à chercher chez les autres, parfois volontairement, souvent inconsciemment.

-Je peux être indiscrète et vous demander pourquoi vous avez quitté New York ?
demanda-t-elle avec le sourire. En dehors de la nécessité de refaire notre éducation gustative, je veux dire.

Car clairement, les Anglais avaient des lacunes à ce titre, dont Will préférait plaisanter. jacob, bien sûr, n'avait nul besoin de répondre s'il ne le voulait pas.


code by Mandy


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Moldu
avatar
▌ Messages : 349
Humeur :
50 / 10050 / 100

En couple avec : Queenie

QUI SUIS-JE?
Baguette: Pas de baguette
Camp: Bien
Avatar: Dan Fogler

Message#Sujet: Re: Le meilleur pain est celui de la maison. (Wilhelmina)   Ven 23 Mar - 15:16

Le meilleur pain est celui de la maison.
Jacob appréciait d’entendre la sincérité de la jeune femme sous ses yeux quand elle affirma que c’était dommage qu’il ne sache pas déjà où il allait ouvrir sa boulangerie. Mais en même temps, le no-maj s’en voulait un peu de ne pas pouvoir se montrer parfaitement sincère avec son interlocutrice. Celle-ci semblait sincère, de son côté, mais lui devait lui mentir. Après tout, il n’avait pas le choix, il ne pouvait pas lui dire qu’il avait l’intention d’ouvrir sa boulangerie dans le monde magique, alors qu’il se retrouvait devant une no-maj. Il était loin de se douter que Will connaissait parfaitement le monde magique, qu’ils avaient plus de point commun tous les deux qu’ils ne le pensaient. Jacob aimerait vraiment pouvoir répondre sincèrement à la jeune femme, mais ce n’était pas possible.

« Elle portera sans doute mon nom. » Dit-il, même s’il savait d’ores et déjà que c’était le cas. « Kowalski. »

Il ne pensait pas nécessaire de lui mentir là-dessus et puis, en un sens, le no-maj se disait qu’elle ne la trouverait sans doute jamais. Parce que si elle s’ouvrait à Pré-au-Lard – et c’était ce qui allait arriver – il n’y avait aucune raison qu’une non sorcière (même si en réalité, ça ne se voyait pas sur le visage des personnes qu’ils étaient sorciers ou non) la trouve. Enfin, dans tous les cas, il ne comptait pas mentir, même s’il était quand même obligé de le faire un peu. Par chance (parce que Jacob considérait que c’était vraiment une chance), la jeune femme décida de changer un peu de sujet. Elle lui posait encore des questions de sa vie, se montrant en un sens un peu indiscrète mais ce n’était pas du tout pour déranger Jacob. Bien au contraire. Il n’avait aucun intérêt à cacher sa vie après tout, à cacher les motivations de son arrivé ici. Même, s’il ne pouvait pas dire tout ce qui se passait réellement, il ne pouvait pas parler du fait que sa fiancée était une sorcière et qu’à New-York, ils avaient été obligé de se séparer à cause des lois.

« C’est vrai que vous avez beaucoup à apprendre niveau nourriture. » Affirma-t-il en riant, ne pouvait pas vraiment dire le contraire donc. « Mais ce n’est pas pour ça que je suis venu ici. » S’il n’y avait eu que cela, Jacob n’aurait pas tout abandonné en Amérique, pour venir ici. Même s’il considérait que les anglais avaient beaucoup à apprendre. « En réalité, j’ai tout quitté pour retrouver la femme que j’aimais… qui venait s’installer ici. »

Il n’allait pas entrer dans les détails. Il pourrait bien parler d’Adrian, avec qui il avait envie quand même de fonder une relation père/fils, même s’il ne savait pas si c’était possible. Il pourrait aussi parler de son meilleur ami avec qui il aimait passer plus de temps. Mais non, il se concentra seulement sur Queenie, parce qu’il ne fallait pas le nier, c’était principalement pour elle qu’il avait fait ce voyage.
Code by Gwenn
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Moldu
avatar
▌ Messages : 531
Humeur :
50 / 10050 / 100


QUI SUIS-JE?
Baguette: Aucune
Camp: Neutre
Avatar: Zendaya Coleman

Message#Sujet: Re: Le meilleur pain est celui de la maison. (Wilhelmina)   Ven 23 Mar - 19:10


Le meilleur pain est celui de la maison.
G

râce à sa question, la jeune femme décrochait au passage le nom de famille de son interlocuteur, ce qui pourrait toujours servir. Rien ne garantissait que leurs chemins se recroisent un jour, c'est sûr, il était même très probable que non, mais dans le cas inverse, elle apprécierait de savoir à qui elle avait eu affaire. Dans tous les cas, elle appréciait de le savoir, même. Elle aimait bien savoir à qui elle s'adressait. C'était son côté naturellement curieuse qui voulait ça. Ce n'est pas que ça lui rendait toujours service, mais parfois oui. En tout cas, la jeune femme se promettait de conserver précieusement en mémoire le nom de son interlocuteur, c'est qu'elle ne plaisantait pas quand elle lui disait qu'il s'était peut-être déniché une future cliente. La demoiselle était gourmande, alors il n'était pas difficile de l'appater avec de la bonne boulangerie, bien au contraire, c'était même la manière la plus simple de faire. En tous les cas, c'est sûr que son interlocuteur avait su s'attirer sa sympathie et sa curiosité, sans quoi elle ne se serait pas donné la peine de lui poser des questions, quel qu'en soit l'ordre, sur sa vie. Elle avait bien conscience du fait que c'était indiscret, peut-être un peu trop personnel, mais en même temps, rien n'obligeait son interlocuteur à répondre, il pouvait bien se dérober à la question si cela le dérangeait. Ce qu'il ne fit pas, à son grand plaisir.

Et d'autant plus à son grand plaisir que cet homme ne faisait pas semblant d'avoir une histoire intéressante à raconter. Et encore, il ne lui apprenait que le gros de l'histoire, l'intégralité de celle-ci était bien plus romanesque encore (mais Will, si elle devait découvrir que la fiancée de cet homme était une sorcière, perdrait d'office toute estime pour le sujet, c'est certain). Il avait décidé d'abandonner son commerce à New York et de traverser l'Atlantique pour rejoindre la femme qu'il aimait. C'était beau, et atypique... D'ordinaire, on attendait plutôt des femmes qu'elles adoptent ce genre d'attitude à l'adresse des hommes qu'elles aimaient. Ce boulanger ne se contentait pas de faire du bon pain, apparemment, c'était aussi un parfait chevalier servant.

-Votre compagne a bien de la chance,
considéra-t-elle honnêtement. Non seulement vous traversez un océan pour la rejoindre, mais en plus vous pouvez lui mitonner les meilleurs petits déjeuners de Londres.

Bon, passé son travail, cet homme n'avait sans doute pas à coeur de cuisiner encore, et de toute façon, c'est bien connu que les boulangers sont des lève-tôt qui ne sont déjà plus à la maison à l'heure du petit déj. Mais bon, il comprendrait l'intention derrière ses propos, pas vrai ? En tout cas, c'était ce qu'elle se disait.


code by Mandy


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Moldu
avatar
▌ Messages : 349
Humeur :
50 / 10050 / 100

En couple avec : Queenie

QUI SUIS-JE?
Baguette: Pas de baguette
Camp: Bien
Avatar: Dan Fogler

Message#Sujet: Re: Le meilleur pain est celui de la maison. (Wilhelmina)   Lun 21 Mai - 12:22

Le meilleur pain est celui de la maison.
Jacob ne pouvait pas parler de son histoire dans sa globalité, mais en même temps le no-maj avait l’habitude de ne jamais trop entrer dans les détails de sa vie. C’était comme ça, il y avait des choses qu’il ne pouvait pas dire. Et en cet instant précis, il était évident qu’il ne pouvait pas mentionner le fait que sa fiancée était une sorcière, que quand ils vivaient tous les deux aux Etats-Unis, ils ne pouvaient pas être ensemble parce que les lois magiques leur interdisaient d’avoir une relation et que par conséquence, il avait découvert sur le tard qu’il avait un fils. Dis comme cela, sa vie et sa relation avec Queenie étaient encore plus particulières, mais en même temps Jacob n’avait aucun mal à garder le secret. La question que la jeune femme lui posait se portait essentiellement sur le fait qu’un boulanger américain cherche à s’installer en Angleterre et c’était juste parce que Queenie vivait ici maintenant. Bon, en même temps, le no-maj ne pouvait pas nier qu’il y avait aussi pour Norbert qu’il était venu et que sans son meilleur ami, le boulanger n’aurait peut-être pas envisagé de tout quitter justement pour sa fiancée. Mais Jacob se voyait mal affirmer qu’il devait en plus de retrouver la femme qu’il aimait aider son meilleur ami avec ses créatures magiques... il ne pouvait pas tout dire.

Jacob afficha un sourire quand la jeune femme affirma que sa compagne avait de la chance, parce qu’en plus de la rejoindre en traversant tout un océan, elle avait la chance de pouvoir profiter de ses petits déjeuners. Jacob espérait en effet que Queenie s’estimait chanceuse, chanceuse de pouvoir reprendre où ils s’étaient arrêtés, de pouvoir se retrouver, de pouvoir s’aimer au grand jour. Même si rien n’était simple, parce qu’il y avait Adrian, mais puisque la jeune femme ignorait ce détail, elle ne pouvait pas le deviner. Jacob pourrait bien en parler, mais pour cela il faudrait sans doute qu’il entre un peu trop dans les détails. Et comment expliquer que Queenie ait pris la décision de lui cacher l’existence de son fils pour les protéger ? Il faudrait qu’il entre vraiment trop dans les détails.

« Croyez moi, je suis surtout le plus chanceux des hommes. » Dit-il alors, sans perdre son sourire, parfaitement sincère. Oh oui, le boulanger était le plus chanceux des hommes, parce qu’il avait énormément de chance d’avoir sa fiancée dans sa vie. D’avoir une telle femme capable de l’aimer au travers des années. Jacob s’était toujours considéré vraiment chanceux qu’une femme comme Queenie se retourne sur lui, puisse l’aimer. Mais c’était sans doute parce qu’il ne pouvait que la considérer parfaite, tant il l’aimait. « Et elle est bien meilleure cuisinière que moi. » Reprit-il pour continuer sur le sujet de la nourriture. « Ses plats sont les meilleurs que je n’ai jamais mangé. »

Encore une fois il était sincère, Queenie était une cuisinière hors pair. Ils formaient un bon duo, c’était sans doute pour cela que malgré les années, ils étaient toujours capable de s’aimer aussi fortement que ça. Parce qu’ils étaient complémentaire, des âmes soeurs tout simplement.
Code by Gwenn
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Moldu
avatar
▌ Messages : 531
Humeur :
50 / 10050 / 100


QUI SUIS-JE?
Baguette: Aucune
Camp: Neutre
Avatar: Zendaya Coleman

Message#Sujet: Re: Le meilleur pain est celui de la maison. (Wilhelmina)   Lun 21 Mai - 19:55


Le meilleur pain est celui de la maison.
C'

était beau, d'être amoureux comme ça. Will ne pouvait s'empêcher de se sentir touchée par le discours de son interlocuteur sans pourtant rien savoir de son histoire - ou si peu, au final. Quand il parlait de cette femme qu'il avait rejoint ici, abandonnant sa vie à New York, son regard s'illuminait. Il semblait vouer une véritable admiration pour cette femme, et c'était beau. Cette dévotion lui faisait pense à celle qu'elle-même reconnaissait dans l'attitude de ses propres parents. Will avait eu la chance de grandir auprès de deux parents qui s'étaient aimés d'un amour fou... ce qui n'avait rendu que plus déchirant leur départ. S'il était des individus en ce monde qui ne méritaient pas de mourir, c'était bien eux, mais les sorciers se moquaient royalement de ce genre de considération. Oui, au fond, Jacob lui faisait un peu penser à son père, et la vision qu'il lui donnait de l'amour redonnait foi à Will dans le romantisme... Même si elle avait bien d'autres considérations à l'esprit que celles qui avaient trait aux sentiments, et pour son propre bien, elle savait qu'elle devait s'abstenir de changer cet état de fait. L'ennui, c'est que ça ne serait pas à elle d'en décider. Mais son chemin n'avait pas encore croisé celui de Terrence. Elle n'avait pas conscience encore de ce qui l'attendrait, inévitablement.

-Vous devriez vous associer, dans ce cas
, affirma-t-elle en souriant, même si elle savait très bien qu'elle n'avait aucune opinion à donner à ce sujet.

Ceci dit, c'était un fait, elle avait du mal à concevoir qu'on puisse cuisiner encore mieux que ça. Peut-être qu'elle était biaisée par des références de trop faible intérêt, mais en attendant, elle estimait que l'homme à qui elle faisait la causette était un véritable cordon bleu, et elle espérait bien que la vie lui sourirait comme il se doit. Elle espérait bien qu'elle aurait l'occasion de retrouver le boulanger quand il aurait ouvert son commerce, même si elle se devait d'avoir d'autres considérations à l'esprit. Elle n'imaginait pas à quel point leurs chemins avaient des chances de se recroiser, et elle s'abstenait de justesse de s'inviter directement à la table de son interlocuteur. Ce serait malvenu, n'empêche que ce serait tentant. Juste pour tester les compétences culinaires du boulanger et de sa chère et tendre, bien sûr.

-J'espère que la chance continuera de vous sourire, en tout cas.

En tout cas, elle y croyait, même si son expérience personnelle devait l'inviter à plus de pessimisme. Elle était bien placée, après tout, pour savoir que les meilleures personnes du monde, les individus les plus méritants, n''étaient pas toujours ceux que la vie récompensait. C'était injuste, bien sûr, mais c'était le cas.


code by Mandy


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

Message#Sujet: Re: Le meilleur pain est celui de la maison. (Wilhelmina)   

Revenir en haut Aller en bas
 

Le meilleur pain est celui de la maison. (Wilhelmina)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Au fond de la foret se cache une maison en pain d'epice... [LIBRE] [An 1, Fin de l'été]
» Mange ton pain et si tu peux, celui de ton voisin. [Eden & Eryne]
» Infos officielles de la maison Serdaigle
» Maison de combat XY
» Maison de Nara
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
T.rouble O.r M.isery (or both) ::  :: 
Londres
-