AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 La folie, c'est la mort avec des veines chaudes. (James)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
SORCIER
avatar
▌ Messages : 498
Humeur :
90 / 10090 / 100

En couple avec : un démon

QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois d'If, nerf de cœur de dragon, assez souple, 23,5cm.
Camp: Bien
Avatar: Alison Lohman

Message#Sujet: La folie, c'est la mort avec des veines chaudes. (James)   Sam 2 Sep - 18:28

La folie, c'est la mort avec des veines chaudes.
Il se passait quelque chose, forcément, Gabrielle n’en avait plus aucun doute. Cela ne pouvait pas juste venir d’elle, cela venait de quelque part. De quelqu’un peut-être ? Elle n’en savait rien, mais la jeune sorcière se doutait que là, il y avait quelqu’un qui lui voulait du mal. Ou alors du mal à son enfant ? C’était possible non ? Parce qu’il était le fils d’un mangemort, parce qu’il était le petit fils d’un mangemort, parce qu’on attendrait d’elle qu’il devienne un mangemort. Sauf que non, il ne deviendrait pas un mangemort, ce n’était pas possible. Même si elle devait tout faire pour l’empêcher. Ou pas… Gabrielle se sentait de toute façon complètement perdue, complètement hors d’elle d’ailleurs aussi. Elle se rendait bien compte qu’elle avait un souci quand même, parce qu’elle passait son temps à oublier des choses, à perdre des affaires. Mais en même temps, elle ne pouvait pas s’empêcher de se demander (ou plutôt, elle avait fini par se convaincre) si quelqu’un ne lui voulait simplement pas du mal. Son état ne s’arrangeait pas en tout cas, c’était une évidence même. Elle ne se sentait plus bien du tout. Elle avait tenté de se convaincre pendant très longtemps qu’elle se faisait des idées, qu’elle allait bien, mais maintenant ce n’était plus possible. Quand bien même, elle ne parvenait pas à croire que cela puisse venir d’elle.

Elle était devenue paranoïaque et la soirée d’halloween n’avait pas arrangé les choses, de toute évidence. Gabrielle ne pouvait pas s’empêcher de penser aux mangemorts, au fait que Raziel était un mage noir et qu’il s’était peut-être retrouvé dans ceux qui s’en étaient pris aux innocents. Oh, elle savait que son époux n’avait pas envie de faire du mal aux autres, mais est-ce qu’il avait le choix ? Est-ce que son fils ou sa fille allait avoir le choix de son côté également ? Sans doute pas non. Et Gabrielle commençait à se demander si elle n’était pas un obstacle. Elle doutait de tout, d’elle-même en premier lieux, mais également de tout le monde autour. Peut-être moins Raziel, mais Evi y passait clairement. Cela faisait donc plusieurs jours qu’elle n’était pas sortie de chez elle, elle tentait de faire bonne figure quand son époux rentrait de Poudlard, mais autrement ça devenait difficile. Et elle ne faisait presque plus rien chez elle, en dehors de rester dans son coin. Elle ne mangeait presque plus non plus d’ailleurs. Evi tentait de temps en temps de l’approcher, mais la jeune femme l’envoyait balader à coup sûr. Elle ne voulait plus la voir. En fait, elle n’avait envie de voir personne de toute façon. Elle était aux aguets, craignant qu’on vienne s’en prendre à elle. C’était parfaitement illogique, bien évidemment, mais Gabrielle ne comprenait juste plus rien du tout. Au point qu’elle sursauta quand quelqu’un sonna à la porte. Elle vit l’elfe de maison s’approcher de la porte pour ouvrir, elle eut envie de l’empêcher de le faire, mais elle n’agit pas assez vite. Elle se retrouva donc devant James.

« James ? » Demanda-t-elle, presque comme si elle ne réalisait pas vraiment qu’il se trouvait devant elle.
Code by Gwenn

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
avatar
▌ Messages : 1336
Humeur :
50 / 10050 / 100

En couple avec : Ethan Malwing

QUI SUIS-JE?
Baguette: bois de genévrier, 22 cm, ventricule de dragon
Camp: Neutre
Avatar: Ben Whishaw

Message#Sujet: Re: La folie, c'est la mort avec des veines chaudes. (James)   Dim 3 Sep - 13:17


La folie, c'est la mort avec des veines chaudes.
A

dmettre devoir passer son réveillon de Noël sans Gabriel n’avait pas été simple à accepter pour James, mais en même temps, ce n’était pas comme s’il ne s’y attendait pas. Au vu de la situation, il n’avait pas eu dans l’idée que Lindsay lui confierait si aisément son fils, leur fils… Heureusement, il avait pu compter sur la compagnie d’Ethan, qui avait très bien su lui remonter le moral et lui faire passer le meilleur réveillon dont il ait pu profiter depuis des années. Après cela, le retour à la réalité, bien qu’indispensable, avait été difficile… mais bon, c’était une routine comme les autres, et ce n’était sans doute pas du luxe, à la vérité, car c’étaient ce genre d’habitudes solides et irréversibles qui lui permettait de conserver tous ses repères. Pour la peine, il avait donc repris le chemin du travail, et ce jour-ci, tandis qu’il quittait Fleury & Botts, il décida de faire un crochet par chez Gabrielle. Il savait que ça n’allait pas forcément très bien pour elle ces derniers temps, elle avait besoin de repères, elle était fatiguée, sans doute un peu angoissée par rapport à la naissance de son enfant, bref, elle avait besoin de soutien, et il avait la ferme intention d’être le meilleur ami possible pour lui, afin que cette période un peu compliquée passe comme une lettre à la poste. Mais il allait peut-être bien vite regretter d’avoir un comportement si spontané pour une fois dans sa vie. Parce que pour la peine, Gabrielle n’allait pas lui adresser l’accueil qu’il aurait imaginé. Quand il frappa à la porte, ce fut l’elfe de maison des Rookwood qui l’accueillit dans le salon, où il se retrouva nez à nez avec une Gabrielle qu’il trouva… changée, diminuée. Elle avait perdu de son habituelle… lumière. C’était assez étrange à voir, elle qui était en temps normal si radieuse.

-Salut
, dit-il, un peu mal à l’aise, se disant qu’il arrivait peut-être au mauvais moment et qui regrettait plus que jamais de ne pas s’être annoncé au vu de l’accueil de la jeune femme. Ou bien il la réveillait peut-être. Désolé, j’aurais sûrement dû prévenir de ma visite, mais je t’avais dit que je passerai te voir plus souvent, et j’avais du temps devant moi. Il força un sourire à se déposer sur ses lèvres... Il ne voulait pas s’imposer auprès d’elle. Ca ne lui allait définitivement pas de pallier à ses vieilles habitudes, manifestement. Tu vas bien ?

Il espérait de tout cœur que la réponse soit positive, mais il était bien loin, très loin même, d’en être convaincu. Bien au contraire, elle lui donnait sentiment d’être moins bien que la dernière fois qu’ils s’étaient vus. Peut-être que ça venait de lui, parce qu’elle s’était confiée à lui et qu’il s’inquiétait tout naturellement pour elle. Mais non, il pensait tout de même qu’il y avait autre chose, et ce quelque chose n’avait absolument rien d’engageant ou de rassurant. Tout au contraire, même. Mais une fois encore, il se trompait peut-être.



code by Mandy



_________________


Ce que l'amour peut faire, l'amour ose le tenter.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
avatar
▌ Messages : 498
Humeur :
90 / 10090 / 100

En couple avec : un démon

QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois d'If, nerf de cœur de dragon, assez souple, 23,5cm.
Camp: Bien
Avatar: Alison Lohman

Message#Sujet: Re: La folie, c'est la mort avec des veines chaudes. (James)   Mar 17 Oct - 15:40

La folie, c'est la mort avec des veines chaudes.
Gabrielle observait James, se demandant si c’était bel et bien son meilleur ami qui se trouvait là. Pourquoi est-ce que ça ne serait pas lui ? Eh bien, parce qu’elle savait que par moment, des sorciers pouvaient prendre une autre apparence. Ou juste, parce qu’elle serait capable de voir des choses irréels non ? Il ne savait pas, elle ne savait plus… Elle observa donc attentivement James alors que ce dernier la saluait, avant de lui dire qu’il était désolé, qu’il aurait dû prévenir qu’il passerait. Qu’il lui avait promis de venir la voir plus souvent, ce qu’il faisait maintenant donc parce qu’il avait du temps. Cela se tenait oui. Il le lui avait dit ça ? Elle ne savait plus… Oh, la jeune femme se souvenait qu’elle était allée voir James dans sa boutique il y a quelque temps, qu’ils avaient parlé des menaces qu’il avait reçu. Et si… et si ce n’était pas James parce quelqu’un s’en était pris à lui et avait pris sa place ?

« Ça va. »

Dit-elle simplement, d’une voix rapide, avant de s’approcher un peu de la porte d’entrée et de l’ouvrir afin de regarder à l’extérieur pendant quelques secondes, refermant ensuite la porte. Non, concrètement, la jeune femme n’allait pas bien du tout, mais elle n’avait pas l’intention de le dire à James. Ou à celui qui se trouvait là et qui se faisait passer pour James. Evi vint rapidement déposer des tasses de thé sur la table basse du salon, avant de disparaître en vitesse, n’aillant aucune envie de se retrouver en compagnie de sa maitresse sans doute.

« Tu es venu seul ? » Demanda-t-elle alors, ne pouvant pas s’empêcher de regarder autour d’elle, comme si elle allait découvrir qu’il y avait quelqu’un d’autre dans la maison. Par instant, elle avait même presque le sentiment de voir des choses bouger. « Pourquoi tu es là ? »

Il le lui avait dit, il venait la voir parce qu’il lui avait promis qu’il viendrait la voir plus souvent. Mais ce que Gabrielle avait envie d’entendre, c’était la vraie raison de cette visite. Pourquoi cet homme se trouvait dans son salon et qui il était ? Est-ce que c’était vraiment son meilleur ami ? Non parce qu’on avait très bien pu s’en prendre à lui. Elle savait qu’il était en danger, qu’on avait menacé James. Et peut-être qu’elle avait justement la personne qui voulait faire du mal au libraire sous ses yeux. Elle le regardait intensément, comme pour chercher le moindre indice qui pourrait trahir son visiteur. Un signe qui pourrait la pousser à croire que ce n’était définitivement pas James sous ses yeux. Ou alors, c’était simplement une personne qui voulait s’en prendre à elle, s’en prendre à son bébé, et qui avait pris l’apparence de James pour lui faire baisser sa garde. Mais il n’était pas question qu’elle baisse la garde non, il n’était pas question qu’elle se laisse avoir par le premier venu.
Code by Gwenn

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
avatar
▌ Messages : 1336
Humeur :
50 / 10050 / 100

En couple avec : Ethan Malwing

QUI SUIS-JE?
Baguette: bois de genévrier, 22 cm, ventricule de dragon
Camp: Neutre
Avatar: Ben Whishaw

Message#Sujet: Re: La folie, c'est la mort avec des veines chaudes. (James)   Mar 17 Oct - 22:13


La folie, c'est la mort avec des veines chaudes.
G

abrielle avait beau dire qu'elle allait bien, James avait bien du mal à le croire. Définitivement, quelque chose clochait dans son attitude. Elle n'allait pas bien, il en était convaincu. Elle le fit rentrer, non sans regarder derrière, comme s'il s'attendait à ce qu'elle soit suivie ou va savoir quoi d'autre... ou bien à ce qu'il soit suivi, lui ? Il n'en savait rien, mais pour la tout première fois, quand il mit un premier pied chez elle, il eut envie de faire demi-tour et de fuir... mais non. La jeune femme n'allait manifestement pas bien, raison de plus pour rester et comprendre ce qui lui arrivait exactement... Une fois à l'intérieur, il lui demanda s'il était venu seul, puis pourquoi il était là. Hein ? Quoi ? Il n'y comprenait définitivement rien. Pourquoi serait-il venu accompagné ? A qui pensait-elle ? Ethan, peut-être ? Mais elle était bien placée pour savoir qu'il ne serait pas de bon ton qu'ils soient vus ensemble. Et pourquoi lui demander les raisons de sa présence ? ll le lui avait déjà dit. Non, vraiment, quelque chose clochait. Et c'était plus grave que ce qu'il s'était imaginé. En même temps, comment pourrait-il vraiment comprendre ce qui se tramait vraiment ?

-Bien sûr que je suis venu seul,
répondit-il, intrigué, avec qui voulais-tu que je vienne ?

Il commençait à espérer être en train de déranger son amie tant son comportement l'inquiétait. Peut-être qu'elle était juste fatiguée, qu'il l'avait prise au dépourvu, qu'elle n'avait pas envie de le voir, qu'elle était préoccupée par autre chose... Il préférerait ça, sinon, il ne savait vraiment pas comment expliquer ce qui se passait.

-Et je te lai dit, je voulais juste te rendre visite...
Il hésita une seconde. Mais si j'arrive au mauvais moment, tu peux me le dire, tu sais, je peux comprendre. Il marqua une légère pause. Tu es sûre que tout va bien ? Tu as l'air... Il marqua un nouveau temps de silence. Il ne savait pas quel adjectif employer qui ne vexe pas son interlocutrice. Il ne voulait pas la braquer, mais en même temps, il ne se voyait pas faire comme si de rien n'était. ... étrange.

Voilà, ça lui avait semblé un peu moins violent que de dire qu'elle était bizarre, qu'il ne la reconnaissait pas, que son comportement lui faisait un peu peur. Maintenant il espérait que ses propos n'allaient pas la blesser ou la braquer. Ca y est, il en était au point de craindre son comportement, c'était dire si quelque chose qu'il n'aurait jamais imaginé. Gabrielle était la personne la plus douce, la plus sympathique, la plus conciliante qu'il connaisse, et maintenant, il craignait d'être face à une bombe à retardement. Ca n'allait pas, ça n'allait vraiment, vraiment pas.


code by Mandy



_________________


Ce que l'amour peut faire, l'amour ose le tenter.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
avatar
▌ Messages : 498
Humeur :
90 / 10090 / 100

En couple avec : un démon

QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois d'If, nerf de cœur de dragon, assez souple, 23,5cm.
Camp: Bien
Avatar: Alison Lohman

Message#Sujet: Re: La folie, c'est la mort avec des veines chaudes. (James)   Ven 8 Déc - 14:36

La folie, c'est la mort avec des veines chaudes.
Gabrielle ne sut pas réellement si elle devait croire James sur paroles alors qu’il lui affirmait qu’il était venu seul. Quand il lui demanda avec qui elle voudrait qu’il vienne, elle se contenta simplement de hausser les épaules. Elle ne savait pas, personne. Mais rien ne pouvait lui dire qu’il ne décidait pas d’un coup de venir accompagner, ou qu’il soit simplement suivi. Mais Gabrielle décida de ne pas relever, c’était idiot, James était venu seul et tout allait bien. Il lui redit qu’il était venu lui rendre visite, c’était normal. Ils étaient amis après tout, c’était normal qu’il vienne la voir, peut-être qu’il s’inquiétait pour elle. C’était sans doute ça. En tout cas, il n’y avait rien d’anormal à ce que James vienne la voir, comme elle venait le voir par moment dans sa boutique quand elle avait besoin de parler à quelqu’un. Et peut-être que James avait simplement besoin de parler à quelqu’un, sa situation était loin d’être facile en ce moment, avec Lindsay, son fils, Ethan… tout ça. C’était ça, tout allait bien, James était juste venu la voir et c’était une bonne chose.

Gabrielle observa simplement James quand ce dernier reprit en affirmant qu’il la dérangeait peut-être et que si c’était le cas, elle pouvait le lui dire. En un sens, la jeune femme ne pouvait pas nier qu’elle se sentirait peut-être moins stressée si son ami n’était pas là, mais elle était quand même contente de le voir.

« Non, tout va bien. » Dit-elle alors, par mécanisme quand il affirma qu’il l’a trouvé un peu étrange. « Je ne vois pas de quoi tu parles. »

Se contenta-t-elle de dire en affichant un sourire. Elle était étrange vraiment ? Ce n’était pas lui qui était étrange plutôt, à lui poser des questions comme ça ? Pendant quelques secondes elle continua d’observer James, cherchant un détail sur son visage qui pourrait peut-être lui dire qu’il n’était pas celui qu’elle pensait qu’il était. Après tout, quelqu’un avait pu prendre sa place, pour mieux l’approcher. Mais non, c’était James, ça ne pouvait qu’être James. Et James ne lui voulait pas de mal. Ce n’était pas possible, il était son ami. Son meilleur ami, même, elle pouvait avoir confiance en lui.

« Tu veux du thé ? Je vais nous faire du thé. » Dit-elle alors vivement avant de se diriger dans la cuisine, pour leur préparer du thé. Elle utilisa sa baguette pour mettre à bouillir de l’eau dans sa théière, avant de sortir deux tasses du placard. Elle y jeta un œil, se demandant s’il n’y avait rien à l’intérieur. Peut-être que quelqu’un avait mis quelque chose dans les tasses ? Et quand elle pensait à quelqu’un, elle pensait surtout à l’elfe de maison qui rodait toujours autour d’elle. Alors, dans le doute, elle se mit à nettoyer les tasses quand bien même elles semblaient propres. On n’était jamais prudent, il valait mieux les nettoyer au cas où. Et alors qu’elle lavait les tasses, elle entendit le bruit caractéristique de Evi qui apparaissait dans la pièce. Elle se tourna vivement vers la petite créature qui semblait terrorisée, ce que Gabrielle ne constata pas réellement. « Va-t’en de là, sale bête ! »
Code by Gwenn

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
avatar
▌ Messages : 1336
Humeur :
50 / 10050 / 100

En couple avec : Ethan Malwing

QUI SUIS-JE?
Baguette: bois de genévrier, 22 cm, ventricule de dragon
Camp: Neutre
Avatar: Ben Whishaw

Message#Sujet: Re: La folie, c'est la mort avec des veines chaudes. (James)   Sam 9 Déc - 9:14


La folie, c'est la mort avec des veines chaudes.
G

abrielle pouvait bien lui répéter que tout allait bien, plus les minutes passaient, plus James avait du mal à y croire. Son attitude était loin, bien loin d'être celle de quelqu'un en pleine disposition de ses moyens, bien dans sa peau et saine d'esprit. Cela faisait un peu de mal à James de l'admettre, mais là, Gabrielle lui semblait un petit peu... folle ? Mais il s'en voulait de penser cela. Elle était peut-être seulement très fatiguée, ce qui serait sans doute logique vu sa condition, et si elle ne voulait pas le vexer en disant le contraire, il avait sans doute débarqué au mauvais moment, tout simplement, et ne pouvait le reprocher qu'à lui-même. Par ailleurs, il se pouvait qu'elle soit aussi juste stressée par la prochaine naissance de son enfant, après tout, l'échéance approchait, et même si cela devait la rendre impatiente, le fait de devenir parent devait également lui donner son lot d'anxiété. Il en savait quelque chose pour sa part.. même s'il angoissait de savoir tenir un rôle qu'on ne voulait de toute manière pas lui confier... Bref, laisser à Gabrielle le bénéfice du doute, elle allait peut-être un peu plus détendue une fois qu'ils seraient posés ensemble, à discuter de tout et de rien. Il en doutait un peu, mais bon, qui sait. Il hocha la tête quand elle lui proposa du thé. Le thé, c'était une excellente idée, en effet. Rien de mieux pour bien commencer une conversation que de partager un bon thé bien chaud. Enfin, du moins, sur le principe, ça ne semblait pouvoir que fonctionner.

Gabrielle tira deux tasses de son placard et décida de les nettoyer. Même si Gabrielle était quelqu'un de très soigné, tant de maniaquerie ne lui ressemblait pas, mais il ne lui en tint pas rigueur, peut-être avait-elle vu un grain de poussière au milieu d'une des tasses ? Bref, tout en s'asseyant, il la regarda faire et vit l'elfe de maison des Rookwood s'approcher. James s'était habitué à la présence de la créature au cours de ses visites à Gabrielle, même si pour lui, le fait d'avoir un elfe de maison était un concept véritablement venu d'un autre monde (auquel il ne pourrait très clairement pas prétendre pour sa part). Ce qui le surprit très clairement, par contre, ce fut la réaction de son amie, qui envoya très violemment balader l'elfe de maison. Et ça, définitivement, ça ne lui ressemblait pas. A la voir faire, il avait le sentiment de se retrouver face à une personne totalement différente, et cette personne-là n'était clairement pas de celles que le libraire était susceptible d'apprécier, qu'est-ce qui lui arrivait.

-Gabrielle !
ne sut-il s'empêcher de protester, sous le choc de l'attitude de son amie. Qu'est-ce qui te prends ?...


code by Mandy



_________________


Ce que l'amour peut faire, l'amour ose le tenter.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
avatar
▌ Messages : 498
Humeur :
90 / 10090 / 100

En couple avec : un démon

QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois d'If, nerf de cœur de dragon, assez souple, 23,5cm.
Camp: Bien
Avatar: Alison Lohman

Message#Sujet: Re: La folie, c'est la mort avec des veines chaudes. (James)   Lun 1 Jan - 15:55

La folie, c'est la mort avec des veines chaudes.
Gabrielle ne voulait pas voir cette elfe de maison dans les parages, elle ne la supportait pas. Quand bien même, la petite créature se montrait toujours très agréable avec elle et qu’elle ne faisait concrètement rien contre elle, qu’elle finissait même par la craindre. Mais Gabrielle ne le voyait pas, elle ne le voyait plus. Quand son regard se posait sur celui de la créature, la sorcière avait l’impression d’y voir de la malice, d’y voir du complot. Alors que définitivement, il n’y avait que de la crainte et de la culpabilité. Rapidement, l’elfe avait quitté la cuisine quand Gabrielle lui avait crié dessus, dans le même pop caractéristique de d’habitude. Et rapidement après son départ, on put entendre des bruits dans l’étage… des coups. La petite créature devait être en train de se punir. En temps normal, Gabrielle aurait trouvé ça horrible, elle aurait arrangé les choses, elle n’aurait pas laissé une telle chose arriver. Sauf que maintenant, elle était incapable de voir quoi que ce soit. Elle ne remarqua rien, elle n’écoutait rien et se contentait simplement de détester Evi. Alors qu’elle n’avait aucune raison de le faire.

Le regard de la sorcière se tourna vers James quand ce dernier reprit la parole, d’une manière visiblement choquée, en lui demandant ce qu’il lui prenait. Pendant quelques secondes, la sorcière observa durement son meilleur ami. Il lui posait vraiment la question ? Il voulait défendre cette créature ? Mais Gabrielle ne put que se rendre à l’évidence qu’il ne voyait rien, qu’il ne se rendait pas compte de ce qui était en train d’arriver et qu’elle devait donc se montrer plus explicite.

« Tu ne l’as pas vu ? » Demanda-t-elle alors, délaissant le thé en préparation pour s’approcher de James, reprenant la parole d’une voix basse. « Elle complote contre moi James… elle veut me faire du mal. » Par réflexe, Gabrielle tourna son regard autour d’eux, comme pour vérifier qu’ils n’étaient pas surveillés. Mais au vu des bruits venant toujours de l’étage, Evi se trouvait encore là-haut. Sauf que ça ne suffisait pas pour Gabrielle, elle avait constamment l’impression d’être surveillé. « Je suis sur qu’elle est au service des mages noirs. » Ce qui était le cas en un sens, puisqu’elle servait Raziel et que ce dernier était un mage noir. « Elle veut me faire du mal. Elle veut s’en prendre à mon bébé. » Dit-elle alors en plantant son regard dans celui de James. « Raziel ne voit rien, il passe son temps à la défendre. » Ce qui n’était pas le cas en réalité, elle se contentait juste d’imaginer tout cela. « Mais je le sais, je la vois toujours roder autour de moi. Elle tente de me faire du mal. Elle doit m’empoisonner. Elle me veut du mal… » Gabrielle attrapa vivement le bras de James. « Ils veulent me faire du mal, pour me prendre mon bébé. »

Gabrielle ne cherchait même plus à prétendre que tout allait bien, peut-être qu’elle pourrait compter sur James.
Code by Gwenn

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
avatar
▌ Messages : 1336
Humeur :
50 / 10050 / 100

En couple avec : Ethan Malwing

QUI SUIS-JE?
Baguette: bois de genévrier, 22 cm, ventricule de dragon
Camp: Neutre
Avatar: Ben Whishaw

Message#Sujet: Re: La folie, c'est la mort avec des veines chaudes. (James)   Lun 1 Jan - 16:14


La folie, c'est la mort avec des veines chaudes.
N

on, vraiment, définitivement, James n'y comprenait absolument rien. Gabrielle, la douceur et la gentillesse incarnée, s'en prenait avec violence à son elfe de maison, une créature qui semblait au-delà d'inoffensive... Et en plus de cela, quand le libraire osait faire remarquer à sa meilleure amie que son attitude était pour le moins choquante, cette dernière avait l'air de se braquer. Le regard qu'il posa sur elle... il espérait bien qu'elle ne le regarderait plus jamais de cette façon-là, ça lui avait glacé le sang. Le tout pour reprendre ensuite plus posément, ce qui aurait peut-être dû rassurer James, sauf que non, pas du tout, parce que ses explications alambiquées et étranges ne pouvaient pas tenir la route à ses yeux. Qu'est-ce qu'elle racontait, exactement ? Ce qu'elle disait n'avait pas le moindre sens... Il avait le sentiment de voir sa meilleure amie perdre la raison, et ça lui déplaisait d'autant plus que ce n'était pas un phénomène méconnu, pour lui. Il était déjà passé par là, dans d'autres proportions et circonstances, avec Nemesis et Angus. Il ne voulait pas qu'il arrive quelque chose de similaire à Gabrielle, surtout pas.

-Gabrielle...,
dit-il doucement, comme si répéter son nom comme il le faisait pouvait conjurer l'espèce de mauvais sort qui semblait s'abattre sur elle.

Il savait combien il pouvait être frustrant d'être sapé dans ses convictions, de s'exprimer sans être entendu des personnes à qui l'on tient. Mais en aucun cas il ne parvenait à tenir pour acquis les propos de son interlocutrice. Son elfe de maison à la solde des mages noirs ? C'était absurde. Et Raziel, qui la voyait au quotidien, avait certainement toutes les raisons de ne pas croire sa femme. James voudrait vraiment pouvoir se ranger du côté de sa meilleure amie, mais il ne le pouvait pas. Et par ailleurs, d'ailleurs, cela ne ferait pas beaucoup de sens à ses yeux, il ne voulait que son bien, et elle, elle s'imaginait le pire. Etait-ce l'angoisse de l'accouchement qui la rendait à ce point paranoïaque ? Il n'aurait su le dire... En même temps, si James avait aidé Lindsay dans sa grossesse, peut-être en aurait-il su davantage. Bref...

-Personne ne veut de mal à ton bébé.
Et c'était une phrase qu'il ne devrait pas prononcer si vite. Certes, l'accusé n'était pas le bon, mais la vérité, c'était que la jeune femme avait effectivement raison de craindre pour la vie de son enfant. Ce dernier était bel et bien convoité par les mages noirs. Mais pas pour les mêmes raisons. Mais ça, James ne s'en rendait pas compte. Enfin, pourquoi ton elfe de maison s'en prendrait à toi ? Pourquoi est-ce que les mages noirs chercheraient à prendre ton enfant ? Tu es fatiguée, c'est tout. Il faut que tu te reposes.

code by Mandy



_________________


Ce que l'amour peut faire, l'amour ose le tenter.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
avatar
▌ Messages : 498
Humeur :
90 / 10090 / 100

En couple avec : un démon

QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois d'If, nerf de cœur de dragon, assez souple, 23,5cm.
Camp: Bien
Avatar: Alison Lohman

Message#Sujet: Re: La folie, c'est la mort avec des veines chaudes. (James)   Jeu 22 Fév - 13:28

La folie, c'est la mort avec des veines chaudes.
Gabrielle espérait que James allait comprendre ce qu’elle voulait lui dire, parce qu’elle avait besoin du soutien de quelqu’un. Elle avait bien compris qu’elle ne pouvait pas réellement compter sur le soutien de son époux, parce qu’il était clairement pas objectif. Sans doute parce qu’il appréciait un peu trop son elfe de maison – un comble pour un sorcier qui en avait un d’ailleurs, mais en même temps c’était une des choses qui lui avaient plu chez lui – et donc qu’il n’avait pas envie de croire qu’elle était machiavélique. Mais elle l’était, c’était évident. Au fond, la jeune sorcière ne pouvait pas réellement dire pourquoi cet elfe de maison voulait lui faire du mal, pourquoi les mages noirs avaient l’intention de s’en prendre à elle et à son bébé, mais en même temps, elle savait que c’était le cas. Et elle voulait que James croie en ses propos, elle voulait qu’il ait confiance en elle… mais ce n’était visiblement pas le cas.

Juste par la manière dont il prononça son prénom, Gabrielle sentit que ce n’était pas si évident que ça. La manière dont il prononça son prénom, ça lui donnait le sentiment qu’il ne la comprenait pas et la jeune femme avait forcément envie de se braquer. Parce qu’elle se sentait déçue, parce qu’elle voulait bien mieux. Et quand James affirma que personne n’en voulait à son bébé, c’était bel et bien la confirmation qu’il ne la comprenait pas. Il lui posa des questions, se demandant pourquoi son elfe de maison lui ferait de mal, pourquoi les mages noirs voudraient s’en prendre à son bébé… mais ça l’agaçait parce qu’elle n’avait pas envie de répondre à ces questions. Elle avait envie qu’il le comprenne sans qu’elle ait besoin de quoi que ce soit.

« Non ce n’est pas ça. »
Répliqua-telle alors, quand James lui affirma qu’elle était fatiguée et qu’elle devait se reposer. Elle n’avait pas envie d’entendre ces propos, elle avait envie d’avoir le soutien de son meilleur ami parce qu’il semblait être la dernière personne en qui elle pouvait avoir confiance. Même plus que Raziel d’ailleurs… elle commençait à croire qu’il aurait pu l’aider plus que son époux. Mais non, visiblement, elle s’était trompée. « Tu ne comprends pas, tu ne veux pas comprendre ! » Elle ne chercha pas pour autant réellement à le lui expliquer non plus, soit-dit en passant. Mais tout de suite, la jeune femme ne voulait pas répondre à ses questions parce que les réponses lui semblaient bien trop évidentes pour qu’elle prenne la peine de rentrer dans les explications. « C’est… » Elle marqua une pause, regardant durement son interlocuteur. Elle fit même un pas en arrière, alors qu’elle semblait voir différemment James. C’était un peu comme si en cet instant précis, elle voyait pour la première fois le visage de son meilleur ami… ou de cet homme qu’elle n’avait donc pas connu du tout depuis le début. « Tu es avec eux c’est ça ? » Demanda-t-elle gravement. « Tu es là pour les aider ? »
Code by Gwenn

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
avatar
▌ Messages : 1336
Humeur :
50 / 10050 / 100

En couple avec : Ethan Malwing

QUI SUIS-JE?
Baguette: bois de genévrier, 22 cm, ventricule de dragon
Camp: Neutre
Avatar: Ben Whishaw

Message#Sujet: Re: La folie, c'est la mort avec des veines chaudes. (James)   Jeu 22 Fév - 14:00


La folie, c'est la mort avec des veines chaudes.
J

ames avait envie de mettre le comportement de Gabrielle sur le compte de sa grossesse, du stress, de la fatigue, de bouleversements hormonaux qu'elle rencontrait... mais plus la conversation progressait, plus il lui était difficile de lui trouver des excuses et des circonstances atténuantes... Il n'avait pas la moindre envie de l'admettre, ça lui faisait mal de devoir le reconnaître... mais... il avait le sentiment qu'elle était folle... Il n'aimait pas avoir à l'admettre, mais comment interpréter les choses autrement. Elle tenait des propos incohérents, se montrait totalement paranoïaque, et refusait même d'adresser sa confiance aux vrais amis qu'elle possédait encore. Elle remettait en cause sa bonne foi et le fait qu'il ne veuille que son bien. Ce constat lui faisait du mal, et lui faisait peur, également... parce qu'il n'avait pas la moindre idée de ce qu'il pourrait bien faire pour lui faire comprendre qu'il était présent pour elle et ne voulait que son bien. Même si là, il ne voyait vraiment pas ce qu'il pourrait bien faire pour elle. Il fallait absolument qu'il parle à Raziel de la situation... mais en même temps, ce dernier était forcément aux premières loges, il devait bien savoir ce qui se passait sous son toit, il ne pouvait que constater combien son épouse perdait pied. Est-ce que c'était juste de la fatigue ? Une angoisse irrationnelle née de ce qu'elle prenait conscience du fait que sa vie allait être bouleversée ? Difficile de le savoir, ce qu'il devinait en revanche, c'est qu'un tel comportement n'était usuel chez les femmes enceintes. Certes, il n'avait pas été présent pour la grossesse de Lindsay (et elle le lui répétait bien assez pour qu'il ne risque pas de l'oublier), mais il devinait qu'elle n'avait pas vécu les choses ainsi.

-Aider qui ?
répondit-il alors, totalement désemparé.

Il cherchait à comprendre son amie, car il n'y avait qu'en la comprenant qu'il serait capable de l'aider, de la sortir de l'impasse où elle paraissait se trouver... mais elle ne lui facilitait pas aisément la tâche dans tous les cas. Il craignait fort qu'il n'y ait pas d'interprétation cohérente à cette situation. Elle perdait l'esprit, et il ne savait pas quoi faire pour l'encourager. Elle avait un peu peur, en entrant dans son délire, de l'alimenter plutôt que de le juguler. Mais il était démuni face à cette situation. Il ne savait comment réagir, de fait, si ce n'est en témoignant de sa plus totale incompréhension.

-Gabrielle, qu'est-ce qui t'arrive ?

Déjà qu'elle s'inventait des ennemis imaginaires, si elle décidait de se mettre à dos les personnes qui essayaient vraiment de l'aider, ils n'arriveraient à rien. Malheureusement, il craignait fort de ne pas obtenir de réponse à ses questions. Ou pas la bonne réponse.


code by Mandy



_________________


Ce que l'amour peut faire, l'amour ose le tenter.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
avatar
▌ Messages : 498
Humeur :
90 / 10090 / 100

En couple avec : un démon

QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois d'If, nerf de cœur de dragon, assez souple, 23,5cm.
Camp: Bien
Avatar: Alison Lohman

Message#Sujet: Re: La folie, c'est la mort avec des veines chaudes. (James)   Sam 28 Avr - 10:57

La folie, c'est la mort avec des veines chaudes.
Gabrielle avait le sentiment de se retrouver devant un inconnu, une personne qu’elle ne connaissait pas… un ennemi. C’était ça. Est-ce que c’était James sous ses yeux ? Elle n’était même plus sûre. La magie pouvait tout faire, comme permettre à quelqu’un d’avoir l’apparence d’une autre personne. Alors, peut-être que quelqu’un avait pris l’apparence de James dans le but de s’approcher d’elle et de lui faire du mal, puisque son elfe de maison ne parvenait pas à le faire de son côté ? Ou alors, c’était bel et bien James et son meilleur ami, l’homme qui avait été son témoin à son mariage, s’était simplement moqué d’elle pendant tout ce temps et qu’il s’était approché d’elle dans le but d’en arriver là un jour ? Clairement, la jeune femme était incapable de connaître la vérité, incapable de savoir ce qu’elle devait penser, ce qu’elle devait faire. Elle avait le sentiment de se retrouver devant un inconnu et elle avait simplement envie de se défendre.

Quand James lui demanda qui elle pensait qu’il aidait, Gabrielle fronça des sourcils. Comme s’il ne le savait pas. Évidemment qu’il le savait, puisqu’il se trouvait ici dans le but de les aider. Son ami – s’il était réellement son ami – se jouait simplement d’elle et jouait les innocents pour taire sa méfiance, maintenant qu’elle avait commencé à se douter qu’il était aussi dans le coup. Mais la sorcière n’allait pas se laisser faire, il était hors de question qu’elle baisse sa garde. Elle ne répondit rien sur le moment, laissant à James le temps de lui demander ce qui lui arrivait. Il le savait parfaitement !

« Tu le sais ! »
Répondit-elle vivement en se montrant particulièrement agressive dans le ton de sa voix, mais pas seulement. Son regard était rempli d’une haine que Gabrielle n’aurait jamais cru ressentir pour James, mais elle voyait enfin son vrai visage. Elle se rendait compte de qui il était vraiment. À moins que ça soit quelqu’un qui ait pris son apparence, mais ça revenait dans tous les cas au même. Cet homme sous ses yeux était une menace. « Tu es là pour aider ces mages noirs ! » Ajouta-t-elle tout de même afin d’apporter un peu d’éclaircissement, mais ce n’était pas réellement dans le but de répondre à la question de son interlocuteur, plus pour se le confirmer à elle-même. James était un ennemi, il était là pour lui faire du mal, pour s’emparer de son enfant. « Je sais ce que vous mijotez, j’ai compris votre manège. Mais je ne vous laisserais pas faire. »

Sur ces mots, la jeune femme attrapa sa baguette magique et la pointa vers James. Les tasses qui se trouvaient là s’envolèrent pour foncer vers son interlocuteur. Il était hors de question qu’elle laisse quelqu’un lui faire du mal et encore moins faire du mal à son enfant. Elle ne laisserait personne s’en prendre à son bébé, elle devait le protéger, c’était son rôle.
Code by Gwenn
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
avatar
▌ Messages : 1336
Humeur :
50 / 10050 / 100

En couple avec : Ethan Malwing

QUI SUIS-JE?
Baguette: bois de genévrier, 22 cm, ventricule de dragon
Camp: Neutre
Avatar: Ben Whishaw

Message#Sujet: Re: La folie, c'est la mort avec des veines chaudes. (James)   Sam 28 Avr - 11:25


La folie, c'est la mort avec des veines chaudes.
J

ames était totalement perdu, décontenancé. Il tentait de prendre sur lui, de ne pas se sentir blessé par les propos de Gabrielle alors que cette dernière semblait vouloir l'accuser de tous les noms, ce qui était quand même assez blessant au sens où il avait toujours tout fait pour elle, et ne pensait pas avoir failli à la tâche. Il tentait de ne pas laisser parler son égo. Gabrielle était sans doute fatiguée et sur les nerfs, elle ne pensait certainement pas ce qu'elle disait... Oui, sauf que plus leur conversation avançait, plus elle se montrait déplaisante et agressive, et plus il devenait difficile à James de trouver des circonstances atténuantes à sa meilleure amie. Elle devenait complètement folle, c'était absolument tout ce qui parvenait à résulter de cet échange. Il n'avait pas envie de penser ainsi, il ne voulait pas croire que sa meilleure amie perdait la raison, mais comment interpréter autrement la paranoïa latente de son interlocutrice. Il ne reconnaissait rien de Gabrielle dans ses paroles et dans son attitude, qu'avait-il bien pu se passer ? James eut bien l'intention d'esquisser une énième tentative de la ramener à la raison, mais alors, la situation dégénéra au-delà de ce qu'il avait bien pu soupçonner.

Il n'eut rien le temps de voir venir, trop désarçonné par ce qu'elle lui affirmait comme une certitude, qu'il travaillerait pour il ne savait quel mage noir. Il ne chercha même pas à s'emparer de sa baguette quand elle se servit de la sienne, incapable de s'imaginer un seul instant, même dans cette situation, qu'elle serait capable de l'attaquer autrement que verbalement, qu'elle serait capable de lui faire du mal. Ce qui se produisit donc. Il vit voler les tasses dans sa direction, et elles s'écrasèrent sur lui en débris de porcelaine qui lui entaillèrent violemment la peau du visage. Trop décontenancé, il ne fut pas tant pris de court par la douleur qu'il éprouva alors que par la froideur avec laquelle Gabrielle s'en était pris à lui sans se poser plus de questions. James se toucha le visage d'une main tremblante. Il serait simple de riposter, d'attaquer à son tour, mais jamais, lui, il ne serait capable de faire du mal à Gabrielle... Et elle avait besoin d'aide, ce n'était pas elle, clairement, il ne la reconnaissait pas.

-Je... je vais m'en aller, d'accord ? Je vais écrire à Raziel... Et dès qu'il sera là...

Il fallait impérativement que Raziel revienne auprès de son épouse et prenne les mesures nécessaires. De toute évidence, il fallait qu'elle soit prise en charge. Il pourrait partir tout de suite avant qu'elle ne l'agresse de nouveau, mais c'était impossible, qui sait quel mal elle serait capable de se faire en restant toute seule dans cet état ? Ou pire encore, à son enfant à naître.


code by Mandy



_________________


Ce que l'amour peut faire, l'amour ose le tenter.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
avatar
▌ Messages : 498
Humeur :
90 / 10090 / 100

En couple avec : un démon

QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois d'If, nerf de cœur de dragon, assez souple, 23,5cm.
Camp: Bien
Avatar: Alison Lohman

Message#Sujet: Re: La folie, c'est la mort avec des veines chaudes. (James)   Mar 3 Juil - 16:29

La folie, c'est la mort avec des veines chaudes.
Elle devait se protéger, elle devait protéger son bébé, elle devait le protéger parce que c’était ce qu’une mère devait faire. Même contre des mages noirs, Gabrielle savait qu’elle serait capable de tout pour le faire. Et si elle devait s’en prendre à ceux qui attendaient le bon moment pour lui faire du mal, alors elle le ferait. Que ça soit cette elfe de maison, ou encore ce mage noir devant elle. Ce fut pour cette raison qu’elle envoya ces tasses au visage.

Mais alors qu’elle tendait le bruit strident des tasses se fêlant, qu’elle vit du sang couler du visage de cet homme… de James, ce fut un peu comme si le voile noir qui s’était installé sur le visage de son ami avait disparu. C’était bel et bien James qui se trouvait là et elle l’avait blessé, elle lui avait fait du mal. Gabrielle lâcha sa baguette au sol, posant ses mains sur sa bouche en retenant du mieux qu’elle pouvait les larmes qui commençaient déjà à couler. Elle se sentait clairement perdu… et le pire c’était qu’elle n’avait aucune idée de ce qui arrivait vraiment. James n’aurait pas pu lui faire du mal, bien sûr, mais elle… elle lui en faisait. Et ça c’était de la faute de ces mages noirs, de cette elfe de maison… ils étaient en train de la rendre dingue. À cause d’eux, elle ne savait même plus faire la moindre différence. Peut-être qu’ils avaient déjà tout programmé, qu’ils s’étaient dit qu’ils allaient pouvoir s’en prendre à James par son biais. Ça devait être ça. Ils avaient tout manigancé. C’était de leur faute…

Gabrielle sentit un frisson parcourir son échine quand elle entendit James affirmer qu’il allait écrire à Raziel et qu’une fois qu’il serait là, il allait s’en aller sans doute. En un sens, Gabrielle avait envie qu’il s’en aille, pour qu’il soit en sécurité il devait quitter cette maison. Pour qu’elle soit en sécurité, James devait s’en aller. Mais il ne fallait pas qu’il prévienne Raziel… non, il ne fallait pas.

« Non je t’en prie, ne fais pas ça. Ne dis rien à Raziel, il ne comprendra pas, il ne doit pas savoir. »
Raziel ne devait pas savoir, il ne fallait pas. Parce qu’il était trop proche des mages noirs. Si jamais James lui disait quelque chose, qu’est-ce qui allait se passer. « Je suis tellement désolée James, je ne voulais pas. » Reprit-il de plus belle, toujours avec cet air de panique. « Mais je t’en supplie, ne lui dit rien. Ça va être pire que tout s’il est au courant. Tu ne peux pas comprendre, tout ça, c’est… » C’était quoi tout ça ? Elle ne pourrait même pas le dire en fait. Elle était incapable d’avoir l’esprit un tant soit peu posé pour réfléchir deux secondes. La seule chose qu’elle savait, c’était que James ne devait rien dire à son époux. « Il ne faut pas que tu lui dises quoi que ce soit ! »
Code by Gwenn
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
avatar
▌ Messages : 1336
Humeur :
50 / 10050 / 100

En couple avec : Ethan Malwing

QUI SUIS-JE?
Baguette: bois de genévrier, 22 cm, ventricule de dragon
Camp: Neutre
Avatar: Ben Whishaw

Message#Sujet: Re: La folie, c'est la mort avec des veines chaudes. (James)   Mar 3 Juil - 19:29


La folie, c'est la mort avec des veines chaudes.
M

ais qu'est-ce qui se passait, à la fin, avec Gabrielle ? Cela faisait un moment que James sentait que son amie n'était plus exactement dans son état normal, mais là, ça dépassait l'entendement. Au vu de ce qu'elle venait de lui faire, comment savoir si elle n'allait pas s'en prendre à son fils, à un moment ou à un autre. Il ne voulait surtout pas penser une telle chose de la jeune femme, mais le fait est qu'il ne la reconnaissait tout bonnement plus, et à ce stade, il ne savait pas ce qu'il conviendrait ou non de faire pour ramener Gabrielle à la raison. La seule personne que James estimait capable de l'aider (en dehors de médicomages compétents... ça le tuait de le penser, mais il le pensait vraiment), c'était Raziel, et il était donc déterminé à le contacter, même si Gabrielle, de son côté, faisait plutôt des pieds et des mains pour empêcher cette prise de contact. Qu'est-ce que Raziel ne pouvait pas comprendre ? Qu'est-ce qu'il ne devait pas savoir ? James avait très envie de poser la question. Malheureusement, il se doutait bien qu'il n'obtiendrait en retour aucune réponse...ou aucune réponse cohérente, plutôt, ce qui n'était bien évidemment pas beaucoup mieux.

Au moins, Gabrielle semblait se radoucir et comprendre qu'il n'était pas l'ennemi. Cela devrait rassurer James, mais ça ne le faisait qu'en partie, car cela ne changeait au fond rien à sa crise de paranoïa, ni à ses blessures au visage desquelles il ne s'était pas encore soucié mais qui commençaient très clairement à l'élancer terriblement. Gabrielle avait beau le supplier de toutes les façons possibles de ne pas contacter son époux, c'était trop tard, la décision de James était prise, et elle se voulait irrévocable. Il devait faire ce qui était le mieux pour son amie, et ce même si, en cet instant, cette amie en question devait s'imaginer que c'était pourtant la pire chose possible au monde. Raziel aimait Gabrielle, et James était convaincu qu'il était quelqu'un de bien, bien assez pour faire son possible pour la protéger.

-D'accord, d'accord, je ne lui dirais rien,
promit James, mentant, par la même, effrontément.

Il n'aimait pas mentir (même si sa situation l'obligeait à le faire beaucoup trop souvent), il détestait ça, même, mas il avait le sentiment de ne pas avoir le choix. Il devait parler à Raziel, et Gabrielle ne le laisserait pas faire. On ne pouvait pas faire entendre raison à quelqu'un que la raison avait déserté.

-Il faut... que je nettoie ça
, dit-il en désignant son visage d'un geste de la main.

S'il réussissait à s'isoler, même quelques secondes, il pourrait en profiter pour avertir Raziel avant d'essayer d'apaiser Gabrielle du mieux qu'il le pourrait de cette manière.


code by Mandy



_________________


Ce que l'amour peut faire, l'amour ose le tenter.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

Message#Sujet: Re: La folie, c'est la mort avec des veines chaudes. (James)   

Revenir en haut Aller en bas
 

La folie, c'est la mort avec des veines chaudes. (James)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Ryan Miller pointé du doigt par Ruff
» Détente après avoir frôlé la mort avec un psychopathe... [Josh" et Viva']
» Suis un chemin de bonté et tu voyageras avec un esprit clair - James J. Hartley
» Un lien avec la mort ? C'est par ici.
» L'oubli, la mort, ou la folie...
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
T.rouble O.r M.isery (or both) ::  :: 
Les habitations
 :: Bienvenue chez vous ! :: Manoir des Rookwood (Godric's Hollow)
-