AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Quand on ne sait pas se mêler de ses affaires (Abraxas)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
MANGEMORT
avatar
▌ Messages : 79
Humeur :
50 / 10050 / 100

En couple avec : Caspar Croupton

QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois de houx, ventricule de dragon, 22 cm
Camp: Mal
Avatar: Eva Green

Message#Sujet: Quand on ne sait pas se mêler de ses affaires (Abraxas)   Mer 4 Oct - 9:31


Toute femme au foyer qu'elle était (et c'était un rôle qu'elle ne trouvait pas dégradant, elle avait malgré tout des responsabilités, un rôle à tenir, et tout cela lui tenait infiniment à coeur, très sincèrement à coeur), Charis restait une femme très occupée, à l'emploi du temps bien chargé.

Il n'en fallait pas moins pour respecter les codes, usages et moeurs de son héritage de naissance, celui des Black, et de son héritage par alliance, celui des Croupton. Et cela lui tenait très à coeur. Il n'en fallait pas moins non plus au passage pour être un mangemort digne de ce nom et respecter au doigt et à l'oeil les ordres de son nouveau maître. Elle devait jongler entre les différents pans de sa vie, et tenait à être irréprochable dans chacun d'entre eux.

Consacrer du temps à sa famille et à ses proches en dehors du cadre de ses pures responsabilités lui demandait du temps demandait de l'organisation, réellement... Plus qu'elle ne le souhaiterait pour consacrer du temps à certaines personnes qui lui étaient chères. Elle adressait la majeure partie de ce temps à son époux, il faut dire, qui le lui rendait sans enthousiasme. Chaque jour depuis les débuts de leur mariage venait lui rappeler qu'il n'était question entre eux que d'un ersatz d'union, des noces par défaut qu'elle avait le sentiment qu'il lui faisait payer, parfois.

Enfin, Caspar devait travailler tard, elle avait accompli toutes ses tâches de la journée, et son elfe de maison allait prendre en charge les tâches ménagères et le dîner, afin que le foyer soit impeccable au retour de son époux. Elle avait un peu de temps devant elle. Suffisamment pour payer une petite visite à Abraxas.

Cela faisait un moment qu'elle se disait qu'elle devait venir le voir. Dernièrement, ils n'avaient pas eu beaucoup d'occasions de vraiment se parler, ils se croisaient plus qu'autre chose, au cours des réunions des mangemorts ou de missions diverses et variées. Cela ne leur donnait pas vraiment l'occasion de se parler de vive voix.

Charis avait beaucoup d'affection pour Abraxas, elle le considérait un peu comme un petit frère, un petit frère qu'elle n'avait pas vraiment vu grandir, et qui était pourtant un adulte, maintenant. Il était un mangemort, lui aussi, et si ça ne la dérangeait pas de voir sa propre soeur prendre des risques au service de Lord Voldemort, elle ne pouvait s'empêcher d'avoir quelques réserves avec lui. Parce qu'il était jeune... Sauf que c'était un peu oublier que leur maître à tous les deux n'était pas moins jeune.

Elle avait donc quitté sa demeure, enfilé sa cape et décidé, avant de faire quelques courses de payer une petite visite à Abraxas. Elle se présenta à sa porte, frappa, et attendit donc qu'il lui ouvre.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MANGEMORT
avatar
▌ Messages : 794
Humeur :
50 / 10050 / 100


QUI SUIS-JE?
Baguette: 27cm, bois de peuplier, ventricule de dragon
Camp: Mal
Avatar: Mitch Hewer

Message#Sujet: Re: Quand on ne sait pas se mêler de ses affaires (Abraxas)   Ven 3 Nov - 23:07

Parce que je suis très intelligente, j'ai effacé ce poste


Dernière édition par Abraxas Malefoy le Mer 29 Nov - 6:00, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MANGEMORT
avatar
▌ Messages : 79
Humeur :
50 / 10050 / 100

En couple avec : Caspar Croupton

QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois de houx, ventricule de dragon, 22 cm
Camp: Mal
Avatar: Eva Green

Message#Sujet: Re: Quand on ne sait pas se mêler de ses affaires (Abraxas)   Lun 6 Nov - 14:38


« Charis, je ne t’attendais pas. Qu’est ce qui t’amène à t’aventurer jusqu’ici ? »

Charis comprenait sans mal la surprise d'Abraxas. Il est vrai qu'il n'était pas dans ses habitudes d'adresser ce genre de visite au jeune homme, et encore moins sans s'avertir avant. Elle avait un sens très aiguisé du protocole, généralement, elle faisait tout dans les règles de l'art, elle ne prenait personne au dépourvu parce qu'elle-même n'aimait pas qu'on la prenne, elle, au dépourvu.

Elle n'était par ailleurs pas spécialement impulsive, mais cela pouvait lui arriver tout de même quelques fois, et en l'occurrence, c'était le cas, elle tournait en rond chez elle, et elle avait un peu top tendance à broyer du noir depuis toute cette affaire qui concernait Cedrella et qui avait beaucoup trop tendance à accaparer l'esprit de son mari.

Alors elle avait juste voulu prendre des nouvelles, tout en ayant bien conscience du fait que ce n'était pas forcément la meilleure idée du monde. L'accueil que lui réserva Abraxas refroidit quelque peu son enthousiasme, en tout cas. Son caractère était sûrement inapproprié, au fond.

Enfin, quoi qu'il en soit, puisqu'elle était là, elle n'allait pas non plus s'excuser de sa présence et juste faire demi-tour, ce serait bien dommage.

"Eh bien, j'avais du temps libre et j'ai voulu te rendre visite."

Et ça n'allait forcément pas aider son instinct surprotecteur. Elle couvait beaucoup trop Abraxas, alors que ce n'était pas son rôle, et peut-être que c'était de nouveau ce qu'elle cherchait, indirectement, sans s'en être forcément rendu compte, d'ailleurs, garder un œil sur son petit frère de cœur, pour qui elle se faisait bien plus de mouron que nécessaire, il faut bien le dire.


"Mais si je te dérange, je peux repasser à un autre moment."

Elle pouvait bien faire volte-face, profiter d'être dehors pour faire quelques courses, et ne pas revenir, être spontanée ne lui réussissait pas forcément, de toute évidence. En même temps, spontanéité n'avait aucune chance d'être un maître mot pour elle.

En attendant, elle restait tout de même fidèle à ses principes, à cheval sur la déférence, et donc, elle n'avait pas l'intention de s'imposer du tout. Si elle dérangeait vraiment, ou si, tout simplement, Abraxas avait mieux à faire, elle s'éclipserait sans demander son reste.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MANGEMORT
avatar
▌ Messages : 794
Humeur :
50 / 10050 / 100


QUI SUIS-JE?
Baguette: 27cm, bois de peuplier, ventricule de dragon
Camp: Mal
Avatar: Mitch Hewer

Message#Sujet: Re: Quand on ne sait pas se mêler de ses affaires (Abraxas)   Mer 29 Nov - 6:00

Quand on ne sait pas se mêler de ses affaires
But I must explain to you how all this mistaken idea of denouncing pleasure and praising pain was born and I will give you a complete account of the system, and expound the actual teachings of the great explorer of the truth, the master-builder of human happiness. No one rejects, dislikes, or avoids pleasure itself, because it is pleasure, but because those who do not know how to pursue pleasure rationally encounter consequences that are extremely painful.
Il ne savait pas trop ce qui poussait les gens à lui rendre visite durant ces vacances de Noël. C’était déjà la troisième fois avec la venue de Charis. Certes, il appréciait la compagnie mais tout de même. Il n’avait pas autant de visites en temps normal. Quoiqu’il se serait bien passé de la visite de Caleb, il fallait bien l’avouer, il n’était même pas sûr qu’il s’en soit totalement remis. Enfin bon, il ne fallait plus qu’il y pense trop et qu’il laisse le temps passer. Si tant est que cela changera quoique ce soit à la situation. Dans tous les cas, en ce moment même c’était à Charis qu’il avait à faire. Même si cela ne le faisait pas sauter au plafond, il n’était pas non plus désabusé. Il fallait le reconnaître que malgré tout, il appréciait la jeune femme. Même si elle oubliait parfois qu’il avait déjà une famille, et plus particulièrement des parents, et que s’il était fils unique, cela ne voulait pas dire qu’il recherchait une grande sœur intrusive et un peu trop protectrice. Qu’elle s’inquiète parfois pour lui, il voulait bien l’accepter mais il ne fallait pas trop en faire non plus. Dans tous les cas, c’était dans les habitudes du blond de se montrer un peu ronchon quand elle se présentait, juste pour la forme.

"Eh bien, j'avais du temps libre et j'ai voulu te rendre visite."

Oui c’était logique… Elle ne venait sûrement pas faire le tour de la propriété pour chercher des idées afin de redécorer son jardin. En même temps, c’était de sa faute à lui, il posait des questions auxquelles il avait déjà des réponses. Il se contenta de hocher la tête distraitement, se demandant si la laisser entrer était une bonne idée, il n’était pas d’une humeur des plus charmantes ces derniers jours et ne voudrait pas la lui imposer, cela pourrait l’amener à croire que quelque chose ne va pas, et même si c’était le cas, il se voyait lui livrer ses histoires de coucherie et de trahison.

"Mais si je te dérange, je peux repasser à un autre moment."

En même temps, si ses parents apprenaient qu’il avait renvoyé Charis Croupton chez elle, il se ferait taper sur les doigts et aurait le droit au sermon habituels sur les attitudes à avoir et les valeurs Malfoy, autant dire que cela le ravissait beaucoup moins que de passer un moment avec Charis. Il haussa les épaules et s’éloigna de l’entrée en laissant la porte ouverte.

« Non c’est bon, tu peux entrer. »

Il retourna au salon pour se réinstaller dans son fauteuil, la laissant se débrouiller, après tout, elle connaissait la maison, elle n’avait pas besoin qu’on lui tienne la main pour quoi que ce soit. Il regarda le feu crépiter dans la cheminée, attendant qu’elle le rejoigne. Il ne savait pas trop quoi lui dire, il n’avait pas trop de sujet de conversation et n’était pas le meilleur des hôtes depuis quelques jours.

« Si jamais tu veux quelque chose, n’hésite pas à demander à l’elfe. »

Il pianota sur l’accoudoir de son fauteuil quelques instants pour traina son regard jusqu’à elle. Il se risqua un sourire taquin.

« Alors quoi, je te manquais trop ? »

black pumpkin
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MANGEMORT
avatar
▌ Messages : 79
Humeur :
50 / 10050 / 100

En couple avec : Caspar Croupton

QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois de houx, ventricule de dragon, 22 cm
Camp: Mal
Avatar: Eva Green

Message#Sujet: Re: Quand on ne sait pas se mêler de ses affaires (Abraxas)   Jeu 14 Déc - 14:16


« Non c’est bon, tu peux entrer. »

Il est certain que si Abraxas lui avait fermé la porte au nez, l'avait renvoyée chez elle ou déclaré bien froidement qu'il n'avait pas de temps à lui consacrer, Charis l'aurait mal pris.

Elle était bien placée, pourtant, pour savoir combien pouvaient être contraignantes les visites à l'improviste. D'ailleurs, elle était loin d'apprécier qu'on lui en fasse. Parce qu'il fallait garder l'image d'une perfection et d'un éclat digne de leur famille à chaque instant.

Il fallait donc toujours être paré aux apparences, même quand on se soupçonnait seul. Enfin, au moins était-ce un relativement bon entraînement, et si la froide et indifférente compagnie de son mari devait bien lui apprendre une chose, c'était combien sauver ces apparences était certes complexe mais avant tout (et surtout) indispensable.

Elle comptait sur les bonnes manières d'Abraxas et sur son éducation qui après tout n'était pas très différente de la sienne pour l'accueillir bel et bien chez lui, ce qu'il fit en effet. Très bien.

Elle s'installa à la suite d'Abraxas dans son salon une fois s'être débarrassée de son épais manteau d'hiver sur un porte-manteau de l'entrée avant de prendre place sur un fauteuil disponible. La présence d'Abraxas avait le mérite de ne pas saper son assurance, et c'était appréciable en la circonstance.


« Si jamais tu veux quelque chose, n’hésite pas à demander à l’elfe. »

Charis hocha la tête. Elle aurait apprécié qu'il le lui demande directement, même si par la suite, ils savaient tous deux que ce serait l'elfe, tout de même, qui s'affairerait à la tâche, mais elle n'en voyait pas l'intérêt.

De toute façon, elle n'avait pas besoin de quoi que ce soit de particulier, en soi (ce qui ne l'empêcha pas de demander à l'elfe de lui préparer une tasse de thé - puisqu'elle en était là), elle avait juste voulu parler à son interlocuteur, quitte à se montrer une fois de plus, fâcheuse habitude avec lui, intrusive à son adresse.


« Alors quoi, je te manquais trop ? »
Charis répondit au sourire de son interlocuteur par un autre. Au fond, il n'avait pas tort, c'est ce qui avait probablement motivé son intrusion, le fait qu'ils ne se soient pas parlé depuis longtemps.

"Et je suis certaine que c'est entièrement réciproque"
, répliqua-t-elle sans en croire un traître mot. "Alors, comment vas-tu ?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MANGEMORT
avatar
▌ Messages : 794
Humeur :
50 / 10050 / 100


QUI SUIS-JE?
Baguette: 27cm, bois de peuplier, ventricule de dragon
Camp: Mal
Avatar: Mitch Hewer

Message#Sujet: Re: Quand on ne sait pas se mêler de ses affaires (Abraxas)   Mar 30 Jan - 14:17

Quand on ne sait pas se mêler de ses affaires
But I must explain to you how all this mistaken idea of denouncing pleasure and praising pain was born and I will give you a complete account of the system, and expound the actual teachings of the great explorer of the truth, the master-builder of human happiness. No one rejects, dislikes, or avoids pleasure itself, because it is pleasure, but because those who do not know how to pursue pleasure rationally encounter consequences that are extremely painful.
Après tout, recevoir Charis ne devrait pas être si pénible, si elle lui épargnait les questions intrusives, tout le monde serait satisfait et heureux. Vous savez, mariage, bébé et compagnie. Tout ce qui donnait la nausée en soi. Ses parents le faisaient déjà assez, il n’était pas nécessaire d’en rajouter encore une couche avec elle, même si elle aimait souvent se prendre au jeu de la grande sœur. Quelle belle famille était-ce là… Et puis, il se voyait mal la foutre à la porte de toute façon. Ce serait des plus mal élevés, et il en entendrait parler jusqu’à sa mort sans rien exagéré. Maintenant qu’elle avait fait le déplacement jusqu’ici, autant qu’il la laisse entrer. A part du temps, cela ne lui ferait rien perdre, et vu qu’il n’avait rien à faire, c’était plutôt un gain.

Mais il ne fallait pas qu’elle s’attende à ce qu’il fasse l’hôte model, il n’en avait aucune envie, et puis avec elle, cela sonnerait vraiment faux. Ce n’était pas comme si elle ne le connaissait pas depuis longtemps. Elle l’avait connu alors qu’il était encore un truc baveux et gazouillant. Une chose horrible. Abraxas détestait les bébés, c’était plus emmerdant qu’autre chose et ça faisait que hurler pour un oui ou pour un non. Il n’était vraiment pas pressé d’en avoir un. Loin de là.

Il l’observa l’elfe du coin de l’œil qui filait en cuisine afin de préparer le thé. Il devait bien admettre que cet elfe était efficace. C’était toujours un plus, certains elfes étaient de véritables catastrophes. Enfin bon, ce n’était pas très important pour l’heure, mieux valait qu’il se concentre sur son invitée. Invitée, qui pouvait s’estimer heureuse qu’il soit de bonne humeur, ce qui n’était pas trop le cas depuis un petit temps. Sinon, cela aurait pu être une toute autre version. Mais heureusement pour tout le monde, il était dans ses bons jours et se sentait plutôt en forme. En fait, ce n’était pas forcément une bonne nouvelle pour elle quand on y réfléchissait un petit peu plus. Aussi, il décida de la taquiner un peu, sans être méchant, juste pour la dérider un peu et s’occuper. C’était un jeu auquel il était très doué, et devenait assez rapidement très agaçant.

"Et je suis certaine que c'est entièrement réciproque"

Il sourit un peu plus, amusé. Au moins, elle semblait réceptive, c’était une bonne chose. Au final, il savait qu’il n’avait pas besoin de beaucoup de formalités avec elle et c’était assez reposant. Parfois on avait du mal à savoir qui était sincère et qui ne l’était pas, dans ce monde d’hypocrisie et de faux semblants qu’était celui des sang-purs.

« Mais bien sûr. Tu sais bien que chaque seconde passée loin de toi est une véritable torture. Je me demande encore comment je peux être encore en vie après avoir passé autant de temps loin de ta délicieuse présence. »

Il essaya de prendre une mine sérieuse durant sa pseudo déclaration mais il savait tout de même que Charis ne le prendrait pas au sérieux quoiqu’il arrive.

"Alors, comment vas-tu ?"

Il retient un soupire, détestant cette question depuis un certain temps. Même si la plupart du temps, c’était une formule polie pour débuter une rencontre ou une conversation, mais très honnêtement, il s’en passerait bien.

« Ça va plutôt bien. Ça va bien mieux en fait. Et toi ? »

black pumpkin
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MANGEMORT
avatar
▌ Messages : 79
Humeur :
50 / 10050 / 100

En couple avec : Caspar Croupton

QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois de houx, ventricule de dragon, 22 cm
Camp: Mal
Avatar: Eva Green

Message#Sujet: Re: Quand on ne sait pas se mêler de ses affaires (Abraxas)   Ven 2 Fév - 15:23



« Mais bien sûr. Tu sais bien que chaque seconde passée loin de toi est une véritable torture. Je me demande encore comment je peux être encore en vie après avoir passé autant de temps loin de ta délicieuse présence. »
Pour un nombre conséquent de raisons, Charis savait très bien que le propos de son interlocuteur n'était pas à prendre au premier degré. Le jeune homme n'était bien sûr pas sérieux quand il affirmait ne pouvoir se passer de sa "délicieuse présence".

Ne serait-ce que parce que Charis le connaissait depuis toujours, au point de l'avoir vu en couches-culottes, alors elle trouverait une honnête tentative de séduction de sa part totalement dépassée. Non, ce n'était pas du tout ça, il se contentait de la taquiner comme elle le faisait à l'inverse. Charis concernait Abraxas comme une sorte de petit frère, elle osait penser que lui aussi la voyait comme une grande soeur. Du genre chiante, et trop constamment sur son dos, mais c'était bien un truc de grandes soeurs, ça, non ? En tout cas, à sa connaissance, oui... Et elle avait Callidora pour en certifier.

En attendant, Charis se disait qu'avec sa belle gueule et son discours bien rôdé, il devait faire des ravages auprès des donzelles de son âge. Et pourtant, toujours pas causé. Même pas de mariage arrangé à sa connaissance. Mais dans leurs familles, c'était le genre de choses qui pouvaient aller vite. Elle était bien placée pour le savoir, elle qui avait remplacé sa cadette au pied levé auprès de Caspar pour unir tout de même les Black aux Croupton.

« Ça va plutôt bien. Ça va bien mieux en fait. Et toi ? »


Ah, Charis appréciait de l'entendre, ça ! Surtout qu'il avait vraiment l'impression que le jeune homme était sincère avec lui. Sa visite, qui n'était évidemment pas "accidentelle" n'était pas sans raison non plus, elle s'était fait un peu de mouron pour lui, dernièrement, elle avait le sentiment qu'il filait un mauvais coton, sans savoir exactement ce qui se passait précisément. Le "bien mieux" en disait long sur le fait que ça n'avait pas été la grande forme, même si elle ne savait pas exactement pourquoi.

Elle haussa les épaules en réponse à sa question. Elle était intrusive, à toujours vouloir s'intéresser à son état, mais beaucoup moins quand il s'agissait de s'épancher sur son cas.


"Oh tu sais, la routine, rien de très passionnant."
Ce qui était finalement vrai. La routine était une partie du problème... qui ne devrait pas en être un. "Qu'est-ce qui te met d'aussi bonne humeur, dis-moi ? Si ce n'est ma visite, bien sûr."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MANGEMORT
avatar
▌ Messages : 794
Humeur :
50 / 10050 / 100


QUI SUIS-JE?
Baguette: 27cm, bois de peuplier, ventricule de dragon
Camp: Mal
Avatar: Mitch Hewer

Message#Sujet: Re: Quand on ne sait pas se mêler de ses affaires (Abraxas)   Ven 16 Fév - 6:18

Quand on ne sait pas se mêler de ses affaires
But I must explain to you how all this mistaken idea of denouncing pleasure and praising pain was born and I will give you a complete account of the system, and expound the actual teachings of the great explorer of the truth, the master-builder of human happiness. No one rejects, dislikes, or avoids pleasure itself, because it is pleasure, but because those who do not know how to pursue pleasure rationally encounter consequences that are extremely painful.
Charis avait sûrement de la chance d’être passée ce jour-là. Même si ce n’était peut-être pas vraiment de la chance. Quoiqu’il en soit, Abraxas était assez bonne humeur. Assez pour en retrouver son humeur taquine et malicieuse. Ce qui n’avait pas été le cas les derniers jours, malheureusement. Toute cette histoire avec le nouveau couple Lestrange l’a fortement ébranlé, plus qu’il n’aurait pu le croire. Et même si cela n’était pas encore réglé, le blond essayait de s’en détacher un peu pour ne pas penser qu’à ça et se recentrer sur lui-même.

Si elle était passée en d’autres circonstances, il se serait montré beaucoup moins agréable et lui aurait peut-être fermer la porte au nez, c’est pour dire. Mais bon, même si elle le collait et le maternait beaucoup trop, il est vrai qu’il appréciait tout de même sa présence quand il était d’humeur à la supporter. Il y avait certaines fois où cela s’annonçait un peu compliquer, et il était bien heureux d’être né fils unique, et surtout sans grande sœur. Il n’aurait pas pu supporter cela depuis sa naissance. Le pire c’était surtout quand Callidora se joignait aussi à la partie. Une Black trop maternelle c’était bien assez, même si aujourd’hui, elles étaient toutes deux mariées et une des deux, mère. Etre tout seul, cela lui allait très bien. Au moins, il n’avait rien à partager avec personne et aurait tout l’héritage de sa famille pour lui seul. La question de sa propre succession serait abordée plus tard, pour le moment il n’était ni marié ni fiancé et cela allait très bien pour le moment. Certes, il n’en réchapperait pas, il le savait, mais quand il regardait ce que ça donnait autour de lui, que les mariages soient arrangés ou non, cela ne donnait pas du tout envie de sauter le pas.

Au moins, il pouvait profiter de sa vie de célibataire comme il se le devait. Quoiqu’il en soit et pour en revenir à Charis, il se doutait bien que sa question n’était pas sans raison. Elle avait sans doute remarqué qu’il n’était pas plein d’énergie ces derniers temps et un peu déprimé. Il n’avait pas vraiment eu le cœur à jouer la comédie, mais cet état totalement apathique lui était passé et il réfléchirait à comment arranger les choses avec Caleb plus tard. Autant le laisser se calmer et réfléchir un peu à tout ça, que les choses se tassent et s’apaisent d’elles-mêmes, c’était sans doute le plus intelligent à faire.

"Oh tu sais, la routine, rien de très passionnant. Qu'est-ce qui te met d'aussi bonne humeur, dis-moi ? Si ce n'est ma visite, bien sûr."

Il sourit légèrement. La vie de femme au foyer ne devait pas être très excitante, il voulait bien l’admettre, surtout dans un mariage arrangé dans lequel on avait récupérer le fiancé de sa petite sœur qui avait trouvé mieux ailleurs. Certes. Mais au moins elle avait de quoi s’occuper parfois avec les missions qu’ils avaient à faire. Et puis, il ne connaissait pas vraiment Caspar Croupton mais il n’était peut-être pas si mal.

« Rien de spécial. J’ai arrêté de ruminer et de ressasser mes problèmes et j’essaye de ne plus trop y penser pour le moment, je les règlerai en temps voulu. Je suppose que tout ceci est ma punition de toute façon, je n’aurai pas dû être aussi con. Enfin bref, ce qui est fait est fait. Si tu t’ennuies tant que ça pourquoi tu n’essaierais pas de trouver un emploi ne serait-ce qu’à mi-temps ? C’est ton mari qui ne veut pas ? »

black pumpkin
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MANGEMORT
avatar
▌ Messages : 79
Humeur :
50 / 10050 / 100

En couple avec : Caspar Croupton

QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois de houx, ventricule de dragon, 22 cm
Camp: Mal
Avatar: Eva Green

Message#Sujet: Re: Quand on ne sait pas se mêler de ses affaires (Abraxas)   Ven 23 Fév - 16:46


Rien de spécial. J’ai arrêté de ruminer et de ressasser mes problèmes et j’essaye de ne plus trop y penser pour le moment, je les règlerai en temps voulu. Je suppose que tout ceci est ma punition de toute façon, je n’aurai pas dû être aussi con. Enfin bref, ce qui est fait est fait.
Cette réponse, si complète en un sens, donnait à Charis l'irrepressible envie de poser plus de questions que Abraxas ou n'importe qui de normalement constitué accepterait d'en répondre. Elle aimerait en savoir davantage sur ces problèmes, mais elle se disait que contraindre le jeune homme à se livrer davantage serait courir le risque de le braquer.

Il le disait lui-même, il avait été con. Ce n'était pas un adjectif que Charis emploierait un jour pour qualifier le jeune Malefoy, qu'elle était loin de trouver con (au-delà du fait qu'elle veillait toujours à modérer son langage, même si elle n'en pensait pas moins parfois), mais elle se disait qu'il était agréable d'entendre un homme assumer ses erreurs. Il ne s'agirait pas de faire des généralités, bien sûr, mais tout de même, Charis apprécierait que son mari se donne cette même peine avec elle quelques fois, mais elle n'y croyait pas une seule seconde.

De ce qu'elle comprenait, donc, Abraxas avait tout simplement commis une erreur, le genre d'erreur qui ne peuvent se réparer, et puisqu'il avait laissé les remords le ronger suffisamment longtemps, il décidait de passer à autre chose et de ne plus y penser. La jeune femme trouvait l'initiative admirable, et bien évidemment, elle ne pouvait que l'encourager. C'était aussi pour cette raison qu'elle n'insista pas. Si son intention était de tourner la page, alors autant l'y aider à sa manière. En déposant un voile pudique sur la situation, donc.


Si tu t’ennuies tant que ça pourquoi tu n’essaierais pas de trouver un emploi ne serait-ce qu’à mi-temps ? C’est ton mari qui ne veut pas ?

La question d'Abraxas décontenança un peu Charis. Trouver un emploi ? Elle n'y avait même pas songé. On ne lui permettait pas d'y changer. Les femmes Black n'avaient jamais travaillé, pourquoi le feraient-elles ? Elles n'avaient qu'un rôle, assurer la pérennité de la famille et s'assurer de la bonne réputation de leur noble maison en étant de parfaites hôtesses de réceptions et des épouses qu'il plaisait à leurs maris d'afficher en public.

Alors non, pas de travail pour Charis, et d'ailleurs, comment ferait-elle ?


"Caspar s'y opposerait certainement, mais ce n'est quoi qu'il en soit pas... acceptable."
, observa-t-elle, un peu décontenancée quand même. "Et puis, je n'aurais plus l'occasion de prétendre m'ennuyer quand je deviendrai mère."

Ce qui était évidemment prévu au programme, même si pour le moment, l'heureuse nouvelle n'était pas encore au rendez-vous. Mais cela ne saurait tarder.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MANGEMORT
avatar
▌ Messages : 794
Humeur :
50 / 10050 / 100


QUI SUIS-JE?
Baguette: 27cm, bois de peuplier, ventricule de dragon
Camp: Mal
Avatar: Mitch Hewer

Message#Sujet: Re: Quand on ne sait pas se mêler de ses affaires (Abraxas)   Lun 19 Mar - 17:27

Quand on ne sait pas se mêler de ses affaires
But I must explain to you how all this mistaken idea of denouncing pleasure and praising pain was born and I will give you a complete account of the system, and expound the actual teachings of the great explorer of the truth, the master-builder of human happiness. No one rejects, dislikes, or avoids pleasure itself, because it is pleasure, but because those who do not know how to pursue pleasure rationally encounter consequences that are extremely painful.
Abraxas se disait qu’il faisait peut-être une erreur en lui disant cela tout en restant évasif. Mais il n’avait pas envie de lui donner des détails, il en avait déjà parler à Walburga, tout le monde n’était pas obligé de le savoir. Et même s’il ne donnait pas de noms, Charis était assez intelligente pour faire le lien avec Caleb, vu qu’ils ne se parlaient ni se regardaient plus à présent. Pour des prétendus meilleurs amis, ce n’était pas des plus courants. Et malgré tout, il ne voulait pas donner une mauvaise réputation à Caleb. Cocu ce n’est jamais un statut sympa à porter, quoiqu’il aurait bien terni celle d’Elena. Enfin bref, Charis savait être des plus curieuses dès que cela le concernait et il craignait qu’elle ne le questionne pendant un moment. De toute façon c’était trop tard, tout était déjà dit.

Il était honnête de comprendre qu’il ne devait pas rester figé sur cette histoire pendant trop longtemps. Certes, il regrettait et cela s’était très mal terminé mais c’était fait. Tout ce qu’il pouvait faire c’était laisser Caleb se calmer et peut-être réessayer une approche vers lui plus tard. Evidemment, il avait une partie de lui qui était très en colère, certain qu’Elena s’en était très bien tirée et qu’il avait le rôle du connard qui avait profité des choses. Mais bon, pour le moment il ne pouvait rien faire, il lui fallait prendre son mal en patience, ce qui n’était pas évident tous les jours. Quoiqu’il en soit, Abraxas avait décidé de passer à autre chose, d’arrêter de ressasser cette histoire encore et encore. L’histoire était passée et il ne pouvait plus rien y changer à présent. Mieux valait qu’il passe à autre chose et tente d’avancer. Il avait été plutôt morose et déprimé ces derniers temps et il avait envie que tout cela change, ça avait assez duré de toute manière. Il était à présent, dans de bien meilleures dispositions.

Néanmoins, il fut agréablement surpris de constater que Charis ne l’assommait pas de questions ou du moins, ne se montrait pas plus curieuse que cela en ce qui concernait les détails de ce qui avait pu se passer pour lui. Mais il n’allait pas s’en plaindre, au contraire. S’il pouvait éviter de se perdre en explications, il n’allait pas faire de commentaires là-dessus. A la place, il préféra s’intéresser à elle. Il voulait bien croire qu’une vie de femme au foyer n’était pas des plus palpitantes, c’est pourquoi il lui proposait l’idée du travail. Ce n’était pas vraiment habituelle pour une femme de son rang, mais il y en avait quelques-unes qui occupaient tout de même des postes importants ou non.

"Caspar s'y opposerait certainement, mais ce n'est quoi qu'il en soit pas... acceptable. Et puis, je n'aurais plus l'occasion de prétendre m'ennuyer quand je deviendrai mère."

Ouais… Honnêtement, il ne pouvait pas dire qu’il l’enviait beaucoup. Il ne connaissait pas vraiment son mari mais il savait bien que leur mariage était arrangé, comme la plupart des mariages entre familles sang-pur. Il ne savait pas si cela se passait bien entre eux, mais il n’aurait pas parié dessus franchement.

« Cela se fait de plus en plus pourtant. Mais bon, tu fais comme tu veux après tout. Ou plutôt comme ton mari veut. Bon courage avec les gosses en tout cas. »

black pumpkin
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MANGEMORT
avatar
▌ Messages : 79
Humeur :
50 / 10050 / 100

En couple avec : Caspar Croupton

QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois de houx, ventricule de dragon, 22 cm
Camp: Mal
Avatar: Eva Green

Message#Sujet: Re: Quand on ne sait pas se mêler de ses affaires (Abraxas)   Jeu 22 Mar - 16:58

« Cela se fait de plus en plus pourtant.Ou plutôt comme ton mari veut. »

Oui, c'est vrai, ça se faisait de plus en plus, mais ce n'était pas parce que les choses se faisaient de plus en plus qu'il fallait suivre le mouvement. Au sein de sa famille, en tout cas, c'était totalement impensable. Une femme qui travaille, pour les Black, c'était nécessairement une femme dont le mari n'avait pas les moyens de subvenir aux besoins de son foyer, et donc, c'était un motif de honte. Que Cedrella décide de se mettre au travail passerait pour la suite logique de la misérable condition qu'elle avait adoptée en s'acoquinant avec Weasley, mais Charis n'était pas faite de ce bois-là.

Elle défendait sa place depuis longtemps, et elle n'avait pas la moindre intention de tout gâcher par caprice. Elle était assez surprise qu'Abraxas ne soit pas à même de le comprendre. Ils avaient reçu des éducations sensiblement similaires, elle aurait pensé que cela aurait fait plus naturellement sens pour lui.

Dans tous les cas, elle n'était pas là pour s'entendre discuter ses choix de vie, car rien ne pourrait la faire changer d'avis. D'ailleurs, dans quelle branche travaillerait-elle s'il devait lui venir cette idée qui lui semblait absurde ? Ce ne pouvait pas coller... Pour pallier à l'ennui, il y avait d'autres façons de faire, mais travailler n'était pas une option, tout simplement.

Elle ne se contentait pas de faire ce que Caspar voulait, elle faisait ce qu'elle souhaitait également, et elle n'était pas peu fière de le faire d'ailleurs. Il n'y aurait pas que de son mari qu'elle aurait à redouter les foudres si elle déviait du droit chemin que l'on avait tracé pour elle. Cedrella en avait fait les frais, et il était hors de question pour Charis de subir une humiliation similaire.


« Bon courage avec les gosses en tout cas. »

"Tu n'as pas à te montrer si désobligeant"
, répondit-elle, un peu piquée au vif, il est vrai. Elle appréciait Abraxas pour son franc-parler, mais la vérité n'est pas toujours agréable à entendre malgré tout. "Et avoir des enfants n'a rien d'une corvée, tu sais." C'était une obligation familiale, soit, ça n'empêchait pas Charis d'avoir hâte de donner la vie. "Tu réviseras peut-être ton jugement quand tu te marieras et aura des enfants à ton tour."

Comment mettre les pieds dans le plat sans le vouloir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MANGEMORT
avatar
▌ Messages : 794
Humeur :
50 / 10050 / 100


QUI SUIS-JE?
Baguette: 27cm, bois de peuplier, ventricule de dragon
Camp: Mal
Avatar: Mitch Hewer

Message#Sujet: Re: Quand on ne sait pas se mêler de ses affaires (Abraxas)   Dim 22 Avr - 23:09

Quand on ne sait pas se mêler de ses affaires
But I must explain to you how all this mistaken idea of denouncing pleasure and praising pain was born and I will give you a complete account of the system, and expound the actual teachings of the great explorer of the truth, the master-builder of human happiness. No one rejects, dislikes, or avoids pleasure itself, because it is pleasure, but because those who do not know how to pursue pleasure rationally encounter consequences that are extremely painful.
Abraxas voulait bien reconnaitre que cela avait été maladroit de sa part de lui soumettre l’idée de trouver un emploi même à mi-temps. Il connaissait bien les codes sang-purs après tout, et il savait que Charis faisait partie de ceux qui mettaient du cœur à les respecter et leur faire honneur. Et ce n’était pas une mauvaise chose, loin de là. Cela faisait plaisir de voir que leurs traditions étaient encore respectées et perpétuées parmi les différentes générations. C’était toujours ça de pris. Même si les sangs impurs tenaient à s’étendre et à prendre de plus en plus de confiance, au moins il restait les grandes familles pures et puissantes. En espérant que dans les prochains temps, ils reprennent leur place au sein de la hiérarchie.

Toutefois, il avait dit ça comme ça, parce qu’elle prétendait parfois s’ennuyer et qu’il était habitué à voir de plus en plus de femmes travailler autour de lui, surtout de sa génération. Il n’avait pas vraiment réfléchi, parce qu’Abraxas parlait beaucoup avant de réfléchir, c’était souvent comme ça. Mais il le faisait surtout avec des gens qui le connaissaient bien et en qui il avait confiance et pouvait agir avec une certaine décontraction donc ça ne créait jamais de problème important. En tout cas, Charis le connaissait assez bien pour savoir comment il fonctionnait. En tout cas il avait bien compris, pas de travail pour Charis, à par son emploi de femme au foyer et bientôt mère de famille. C’est fou comme il ne lui enviait pas sa place, il était plus que content d’être né du sexe masculin.

Aussi bien pour le mariage que pour les enfants. Même si pour le moment il en était épargné, cela ne durerait pas toujours. Surtout qu’il avait failli être père il n’y a pas si longtemps que ça… L’enfant n’avait pas survécu, et c’était sûrement mieux comme ça. Sinon il n’osait imaginer ce que cela aurait engendré. Déjà qu’il ne s’en sortait pas si bien que ça de cette histoire…

"Tu n'as pas à te montrer si désobligeant. Et avoir des enfants n'a rien d'une corvée, tu sais."

Il l’avait semble-t-il un peu vexée, ce n’était pas son intention. Mais bon en même temps encore une fois, il disait les choses sans filtre, comme il les pensait et il n’y faisait attention qu’après.

"Tu réviseras peut-être ton jugement quand tu te marieras et aura des enfants à ton tour."

Il ne put retenir une légère grimace, il avait subitement l’impression d’entendre sa mère. Il n’avait pas hâte du tout. Encore le mariage, il pensait pouvoir gérer mais les gosses… ça ne lui faisait pas envie du tout. Il n’avait que dix-huit ans, il en voulait pas s’enchaîner tout de suite. Puis les machins qui crient et qui puent toute la journée… très peu pour lui.

« Le plus tard sera le mieux. Pour le moment mon père me laisse tranquille, en même temps, il est assez occupé comme ça avec la nouvelle Ministre donc je pense qu’il n’y réfléchit pas trop. Même si je sais que je ne vais passer à travers les mailles. Le mariage encore, pourquoi pas mais les enfants j’en ai aucune envie. »

Même s’il ne voulait pas se l’avouer, sa fille mort-née lui avait laissé un goût amer sur la question de la paternité.

black pumpkin
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MANGEMORT
avatar
▌ Messages : 79
Humeur :
50 / 10050 / 100

En couple avec : Caspar Croupton

QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois de houx, ventricule de dragon, 22 cm
Camp: Mal
Avatar: Eva Green

Message#Sujet: Re: Quand on ne sait pas se mêler de ses affaires (Abraxas)   Mar 1 Mai - 9:11


« Le plus tard sera le mieux. Pour le moment mon père me laisse tranquille, en même temps, il est assez occupé comme ça avec la nouvelle Ministre donc je pense qu’il n’y réfléchit pas trop. Même si je sais que je ne vais passer à travers les mailles. Le mariage encore, pourquoi pas mais les enfants j’en ai aucune envie. »

Charis sourit. La réaction d'Abraxas n'avait rien d'anormale, en soi. Abraxas était encore bien jeune. Certes, dans son milieu, sa génération se faisait régulièrement passer la bague au doigt, mais il était normal qu'il ne soit pas encore pressé de... se faire passer la corde au cou, comme on dit.

Charis ne pouvait même pas encourager Abraxas avec l'exemple de son propre mariage tant il était évident que ce mariage en question n'était pas épanoui, elle qui n'avait pas seulement été l'épouse imposée, mais l'épouse par défaut. Cela dit, il n'y couperait pas, personne n'y coupait. Mais ans le meilleur des cas, et sans s'en douter, l'amour lui tomberait dessus, et ça changerait tout un tas de choses.

En attendant, son père devait effectivement avoir beaucoup trop de travail pour s'intéresser de trop près aux histoires de sa progéniture, qui pouvaient sûrement bien attendre au regard de l'investiture de la nouvelle ministre de la Magie, et lui, avec son joli minois de jeune premier, devait avoir tout le succès possible avec la gent féminine. Pas étonnant qu'il ne veuille pas se caser dans l'instant. Mais il évoluerait, on changeait vite à cet âge, elle ne se faisait aucun souci là-dessus.

"Tu dis ça maintenant, mais tu verras que tu changeras vite d'avis dès que tu te mettras en ménage."

C'était ce qui était arrivé à Charis (même s'il y avait certainement une différence entre les hommes et les femmes de ce point de vue-là). Elle n'espérait pas devenir mère seulement pour préserver leur héritage familial, même si c'était une obligation en ce sens, mais tout simplement parce qu'elle voulait devenir mère. En même temps, faute d'avoir un mari attentif et prévenant, avoir un petit être à choyer et protéger, ce serait miraculeux, à ses yeux. Mais cette perspective était égoïste.

"Mais tu as raison, profite de ta jeunesse, puisque tu le peux"
, ajouta-t-elle ensuite.

Et elle était sûre que ça ne durerait pas très longtemps.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MANGEMORT
avatar
▌ Messages : 794
Humeur :
50 / 10050 / 100


QUI SUIS-JE?
Baguette: 27cm, bois de peuplier, ventricule de dragon
Camp: Mal
Avatar: Mitch Hewer

Message#Sujet: Re: Quand on ne sait pas se mêler de ses affaires (Abraxas)   Lun 14 Mai - 23:54

Quand on ne sait pas se mêler de ses affaires
But I must explain to you how all this mistaken idea of denouncing pleasure and praising pain was born and I will give you a complete account of the system, and expound the actual teachings of the great explorer of the truth, the master-builder of human happiness. No one rejects, dislikes, or avoids pleasure itself, because it is pleasure, but because those who do not know how to pursue pleasure rationally encounter consequences that are extremely painful.
Il est vrai qu’après tout, Abraxas venait à peine de quitter Poudlard et d’entrer dans sa vie d’adulte. Goûtant à une certaine liberté qu’il n’avait pas avant, il n’était donc pas pressé de se retrouver coincé avec une jeune femme choisie par ses parents qu’il n’aurait peut-être jamais vu ou alors à peine croisé. Quoique… on n’était jamais sûr de rien, peut-être que ce serait quelqu’un qu’il connaissait bien et dont il n’aurait jamais soupçonné qu’il puisse entretenir une relation sentimentale avec. Enfin, si sentiments il y avait. Nombreux étaient les mariages ou aucun des deux époux ne nourrissaient d’affection pour l’autre, certains même se détestaient. Il n’avait pas envie que cela lui arrive, mais il ne courrait pas après l’amour non plus. Il y avait goûté une fois, et vu comme les choses s’étaient terminées, il n’avait aucune envie d’y être à nouveau confronté.

Quoiqu’il en soit, il était bien conscient qu’il n’échapperait pas au mariage et cela sûrement plus rapidement qu’il ne le pensait. Mais ce n’était pas dans son idée d’y échapper. Il y avait été préparé depuis sa plus tendre enfance. Après tout, il était héritier de la famille Malefoy et il lui fallait perpétuer la lignée. Il comptait bien entendu s’y résoudre, mais il n’avait juste pas envie que cela n’arrive trop tôt. Il voulait continuer de pouvoir profiter de la vie. Il ne savait pas quel genre d’homme il serait une fois marié, cela dépendrait probablement de l’épouse. Il avait encore le temps pour y réfléchir de toute façon, du moins, il l’espérait, car il ne se sentait pas vraiment prêt pour ça.

"Tu dis ça maintenant, mais tu verras que tu changeras vite d'avis dès que tu te mettras en ménage."

Il leva les yeux au ciel, tout de même amusé par sa remarque, typique d’une mère ou d’une grande sœur. Il ne pensait pas être une telle girouette tout de même. Enfin bon, il pouvait bien lui laisser croire cela si ça pouvait lui faire plaisir. Il n’avait pas envie de la contredire tout le temps non plus, elle pourrait penser après qu’il le fait exprès, ce qui n’était pas du tout le cas en réalité.

"Mais tu as raison, profite de ta jeunesse, puisque tu le peux"

Il lui adressa un sourire malicieux et se cala un peu plus dans son fauteuil. Oh mais elle n’avait pas trop de souci à se faire à ce niveau-là. C’était tout à fait ce qu’il faisait.

« Oui, ne t’en fais pas, je n’ai pas attendu que tu me le dises pour m’exécuter. Je profite pas mal de tout ça. Avant que je me retrouve piégé… Je ne vois vraiment pas ce qu’il y a d’attrayant dans le mariage. Si on me refile une gourde je vais devoir me la traîner et me la coltiner pour le restant de mes jours… y’a de quoi déprimer franchement. »

black pumpkin
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MANGEMORT
avatar
▌ Messages : 79
Humeur :
50 / 10050 / 100

En couple avec : Caspar Croupton

QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois de houx, ventricule de dragon, 22 cm
Camp: Mal
Avatar: Eva Green

Message#Sujet: Re: Quand on ne sait pas se mêler de ses affaires (Abraxas)   Ven 18 Mai - 13:16



« Oui, ne t’en fais pas, je n’ai pas attendu que tu me le dises pour m’exécuter. Je profite pas mal de tout ça. »

Bon, d'accord, il fallait définitivement qu'elle arrête d'essayer de faire la morale au jeune homme. Ce n'était clairement pas à elle de le conseiller quant à la manière de mener sa vie, mais elle n'y pouvait rien, elle sentait son instinct protecteur se réveiller en sa présence, elle avait juste envie de s'assurer qu'il faisait les bons choix dans la vie, parce qu'elle souhaitait qu'il soit heureux, tout simplement. Mais par instants, elle avait vraiment l'impression que non seulement Abraxas n'avait cure de ses conseils, mais en plus remettait en cause jusqu'aux fondements de ce qui faisait sa vie à elle.

Il y avait de quoi, en même temps, et beaucoup sauraient également le dire, mais c'était plus difficile à encaisser quand cela venait d'une personne à qui l'on tenait. Charis avait parfois l'impression qu'Abraxas la prenait de haut, comme si sa vie tout entière n'était le fruit que de délibérations stupides, et qu'elle était bien sotte de vouloir en tirer le meilleur parti. Oh, non, il ne disait rien de tel, mais Charis avait une tendance naturelle à la surinterprétation des faits, actes et gestes de son entourage. C'est qu'à force de chercher l'approbation de tous, elle n'obtenait en définitive celle de personne, et ce n'était pas faute de se donner du mal, pourtant.


« Je ne vois vraiment pas ce qu’il y a d’attrayant dans le mariage. Si on me refile une gourde je vais devoir me la traîner et me la coltiner pour le restant de mes jours… y’a de quoi déprimer franchement. »
Abraxas avait définitivement une vision très négative du mariage. Charis pouvait le comprendre, quelque part, car elle-même n'était pas spécialement de ceux qui donnaient l'exemple d'un ménage parfaitement épanoui, même si elle faisait des efforts pour prétendre l'être.

Mais quand il était question de mariage, il ne devait pas être forcément question d'amour, il était question de tradition de confort, d'héritage à faire subsister. C'était un devoir qui allait au-delà de ses considérations personnelles. C'est en tout cas ce que Charis s'était mis en tête depuis assez longtemps pour réussir à y croire. Mais une fois de plus, Abraxas était jeune, sa réaction à ce titre n'était par conséquent pas étonnante (même si elle, à son âge, était déjà bien plus résignée).


"Je ne crois pas qu'il n'y ait que des "gourdes" parmi les jeune femmes de sang pur de ton âge. Tu seras peut-être surpris."

Elle l'espérait en tout cas, ou elle en entendrait longuement parler.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MANGEMORT
avatar
▌ Messages : 794
Humeur :
50 / 10050 / 100


QUI SUIS-JE?
Baguette: 27cm, bois de peuplier, ventricule de dragon
Camp: Mal
Avatar: Mitch Hewer

Message#Sujet: Re: Quand on ne sait pas se mêler de ses affaires (Abraxas)   Jeu 24 Mai - 19:52

Quand on ne sait pas se mêler de ses affaires
But I must explain to you how all this mistaken idea of denouncing pleasure and praising pain was born and I will give you a complete account of the system, and expound the actual teachings of the great explorer of the truth, the master-builder of human happiness. No one rejects, dislikes, or avoids pleasure itself, because it is pleasure, but because those who do not know how to pursue pleasure rationally encounter consequences that are extremely painful.
Abraxas était encore jeune, il venait tout juste de quitter l’école. Certes, il était majeur et considéré comme un adulte, ou un jeune adulte, mais il ne se sentait pas particulièrement adulte non plus. Mariage, bébé, famille… Tout ça c’était loin dans son esprit. Lui, il se contentait de faire sa vie, de faire ce qu’il avait envie de faire en clair. Et ce qu’il avait envie de faire, c’était des trucs de jeune célibataire, pas de père de famille. Mais merci Merlin, il pouvait continuer de faire tout ce qu’il voulait pour le moment, et il ne s’en privait pas, bien au contraire. De toute façon, il ne se mettait pas vraiment de limites ou d’interdit, surtout que plus on lui interdisait quelque chose, plus il avait envie de le faire malgré tout, donc ce serait totalement inutile.

Et puis, il n’avait pas envie de passer à côté de sa vie et de sa jeunesse non plus. Et dans tous les cas, il ne comptait pas le faire. Il n’avait pas de raison de le faire. Après, il pouvait comprendre les différences d’avis, après tout, ils avaient neuf ans d’écart, à leurs âges, ce n’était pas rien. Charis était une adulte depuis un bout de temps, et elle était entrée dans la vie de la ménagère donc, il comprenait son point de vue, mais il n’était pas le sien pour le moment. Et il n’avait pas très envie de l’adopter pour tout dire.

Alors non, le mariage ne le faisait pas rêver, surtout en ne connaissant pas l’identité de la future épouse, il pouvait avoir quelques appréhensions non ? Même s’il faisait confiance à son père pour qu’il lui trouve une fiancée à la hauteur de ses attentes, il n’était sûr de rien. Mais bon, cela ne servait à rien de stresser maintenant, après tout, il n’avait eu vent d’aucun projet de fiançailles le concernant, il pouvait donc profiter encore de sa liberté chérie.

Et puis, quand il observait les couples autour de lui, enfin entendez par là, les mariages sang purs, arrangés ou non d’ailleurs. Charis ne semblait pas nager dans le bonheur, Callidora non plus et Elena et Caleb ce n’était même pas la peine d’aborder la question, alors qu’entre eux, cela n’avait pas été arrangé. Il ne cherchait pas de mariage d’amour, tous ces trucs-là, il n’y croyait pas vraiment, mais il voulait juste quelque chose de… pas trop horrible quoi.

"Je ne crois pas qu'il n'y ait que des "gourdes" parmi les jeune femmes de sang pur de ton âge. Tu seras peut-être surpris."

Mouais, il n’était pas des plus convaincus dans tous les cas. M’enfin bon, elle avait peut-être raison, il verrait bien de toute façon, il n’avait aucune raison de le savoir pour le moment, ni de réellement s’inquiéter.

« Ouais… espérons que tu aies raison. »

black pumpkin
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

Message#Sujet: Re: Quand on ne sait pas se mêler de ses affaires (Abraxas)   

Revenir en haut Aller en bas
 

Quand on ne sait pas se mêler de ses affaires (Abraxas)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
T.rouble O.r M.isery (or both) ::  :: 
Les habitations
 :: Bienvenue chez vous ! :: Manoir d'Abraxas Malefoy (Wiltshire, Angleterre)
-