AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Si tu as un ami qui souffre, sois un asile pour sa souffrance. [pv Jacob <3]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
SORCIER
avatar
▌ Messages : 633
Humeur :
50 / 10050 / 100

En couple avec : Porpentina Dragonneau

QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois de houx, 31 cm, plume de phénix
Camp: Bien
Avatar: David Tennant

Message#Sujet: Si tu as un ami qui souffre, sois un asile pour sa souffrance. [pv Jacob <3]   Sam 28 Oct - 16:32


Si tu as un ami qui souffre, sois un asile pour sa souffrance.
T

rois semaines. Cela faisait trois semaines qu’Hyppolite avait disparu sans que quiconque ait la moindre idée de l’endroit où il avait disparu, les Aurors n’abandonnaient pas les recherches, on le lui avait garanti, et il avait la faiblesse de les croire, puisque son épouse était après tout employée au ministère et que lui-même, par la force des choses et un peu contre son gré était devenu une sommité dans le monde magique, une personnalité publique dont les problèmes personnels devenaient l’affaire de tous. La photographie d’Hyppolite était parue dans plusieurs journaux sorciers, son signalement avait été donné au plus grand nombre, mais rien n’y faisait, et chaque jour sans le moindre signe, sans la moindre nouvelle, entre faux espoirs et désillusion, amenuisait les quelques espérances que Norbert avait pu mettre dans ses retrouvailles. Il ne devait pas cesser d’y croire, il le savait, mais difficile de ne pas céder au défaitisme quand la situation se révélait si alarmante… Il essayait de se montrer fort et présent pour Tina, mais ce qui lui faisait déjà défaut avant tout cela paraissait pour le moins amplifié par la situation actuelle. Il prenait sur lui, mais le besoin de solitude se rappelait constamment à lui, et il n’était pas rare de le voir s’isoler auprès d ses créatures. Bon, d’accord, c’était déjà une habitude avant tout ça, mais disons qu’il ne faisait rien pour arranger son cas, en tout cas. Il essayait de canaliser son angoisse vers autre chose, mais comme bien souvent, ne le faisait pas de la bonne façon. Et ça n’avait même pas le mérite d’être efficace, car il pensait sans arrêt à la disparition de son fils, à ce qu’il aurait pu et dû faire pour l’empêcher de partir. Car à ses yeux, il ne faisait aucun doute  qu’il était responsable de son départ… et c’était sans doute pour cela qu’il avait du mal à soutenir la présence de son épouse dernièrement, parce qu’il craignait ses reproches, qu’elle ne lui faisait pourtant pas, parce que la culpabilité le rongeait bien assez comme cela.

Il passait donc le plus clair de son temps auprès de ses créatures. Il avait passé la nuit entière dans son bureau, perdant clairement la notion du temps, à soigner l’un ou l’autre de ses animaux fantastiques quand il ne se contentait pas tout simplement de rester ainsi, à caresser nonchalamment le niffleur qui s’était niché sur ses genoux, parce qu’il avait ressenti son malaise, peut-être, ou tout simplement parce qu’il était attiré par son alliance, qu’il zyeutait du coin de l’œil. Il n’avait pas vu le jour se lever dans le ciel artificiel et ne prit conscience qu’il devait être le matin, et donc qu’il n’avait pas dormi de la nuit, que quand il entendit la porte s’ouvrir. Il se retourna, c’était Jacob, fidèle au poste, qui n’oubliait pas à l’aider à soigner ses créatures malgré l’ouverture de sa boulangerie.

-Oh, tu es déjà là ?


De toute évidence oui, question bête du père inquiet qui n’avait pas dormi assez.




code by Mandy


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Moldu
avatar
▌ Messages : 368
Humeur :
50 / 10050 / 100

En couple avec : Queenie

QUI SUIS-JE?
Baguette: Pas de baguette
Camp: Bien
Avatar: Dan Fogler

Message#Sujet: Re: Si tu as un ami qui souffre, sois un asile pour sa souffrance. [pv Jacob <3]   Dim 29 Oct - 11:42

Si tus as un ami qui souffre, sois un asile pour sa souffrance.
La période de noël n’avait clairement pas été idéal pour Jacob, ainsi que le reste de la « famille ». Le boulanger avait un peu le sentiment qu’il allait être difficile pour lui de vraiment être intégré auprès de cette famille. Pas par rapport à Queenie, Norbert ou Tina, mais par son fils. En même temps, le no-maj le comprenait, il savait que ça ne devait pas être évident pour lui de découvrir que tout le monde lui avait menti. Ça ne l’était pas plus pour lui d’ailleurs, mais Jacob avait décidé de prendre ça plus positivement. Il n’en voulait pas à ses proches de lui avoir menti, parce qu’il comprenait la décision de l’époque. Il regrettait simplement de ne pas avoir agis autrement de son côté. Noël avait été difficile. Mais la fin des vacances scolaires n’avait pas été plus simple non plus…

Parce que Hyppolite avait disparu. Le no-maj ne connaissait pas tant que cela le fils de ses amis, mais cela ne l’empêchait pas d’avoir de l’affection pour lui. Et forcément, il se sentait touché par la disparition du jeune garçon, mais encore plus touché par la détresse de ses amis, de Queenie également. Personne ne savait où se trouvait le jeune garçon, personne n’avait de nouvelle et les Aurors n’avaient pas plus de piste que cela. Ils travaillaient pour le retrouver, apparemment, mais pour autant… ça commençait à faire long. Ça faisait trois semaines que Jacob voyait son meilleur ami décliner de plus en plus. L’ouverture de sa boulangerie avançait clairement à reculons maintenant, parce que Jacob ne se préoccupait pas assez de ce détail. Pour une seule et bonne raison, il voulait être le plus possible auprès de ses proches. Que ça soit Norbert, évidemment, mais aussi Tina qu’il espérait parvenir à soutenir un peu, ou encore Queenie. Ils étaient tous concerné, Jacob peut-être un peu moins directement, mais ça ne l’empêchait pas de sentir son cœur se briser à chaque fois qu’il voyait Tina ou Norbert. Ce matin-là ne fit pas exception quand il arriva chez les Dragonneau, prenant la peine de saluer tout de même Tina avant d’aller dans le bureau de Norbert, où il se trouvait. Où il avait passé la nuit apparemment. Ce n’était pas une attitude réellement exceptionnelle en soit, parce que Norbert avait l’habitude de s’isoler auprès de ses créatures, mais Jacob savait bien que ça n’avait rien de sain. Il cherchait à s’isoler peut-être pour ne pas affronter la réalité, pour ne pas penser à Hyppolite. Ou juste pour ne pas affronter Tina.

« Oui. » Dit-il quand Norbert souligna son entrée, visiblement étonné de le voir déjà présent. Cela ne l’étonnait pas du tout. Jacob s’approcha de son ami, posant une main sur son épaule. « Tu as passé la nuit ici ? »

Il le savait, Tina le lui avait dit, mais c’était juste… une manière peut-être de lui faire comprendre que ce n’était pas forcément la bonne attitude à avoir. Non pas que le no-maj puisse lui reprocher quoi que ce soit, mais il savait que ça n’avait rien de bon pour lui. Il devait se reposer – même si c’était plus facile à dire qu’à faire.
Code by Gwenn
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
avatar
▌ Messages : 633
Humeur :
50 / 10050 / 100

En couple avec : Porpentina Dragonneau

QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois de houx, 31 cm, plume de phénix
Camp: Bien
Avatar: David Tennant

Message#Sujet: Re: Si tu as un ami qui souffre, sois un asile pour sa souffrance. [pv Jacob <3]   Dim 29 Oct - 13:10


Si tu as un ami qui souffre, sois un asile pour sa souffrance.
J

acob déposa une main compatissante sur son épaule, ce geste en soi simple était en soi un soulagement, vivace et qui ne changeait au final rien à ce qu'il éprouvait en cet instant, mais dans son malheur, Norbert était tout de même rassuré que son meilleur soit présent et pas à l'autre bout du monde. Il n'avait jamais eu autant besoin de la présence d'un ami qu'en cet instant, à l'heure où ses quelques repères s'effondraient, à l'heure où il ne savait faire autrement que de se remettre sans cesse en question, au risque de se laisser gagner par la peur, la tristesse, l'incompréhension... Le niffleur, en découvrant Jacob, s'était délogé des genoux du magizoologiste pour aller gratter ses pattes sur son pantalon, à l'affût de la montre qui ornait son poignet. Norbert l'observa un instant, un peu égaré, quand Jacob lui demanda s'il avait passé la nuit aussi. Une question toute rhétorique, certainement. De toute évidence. Il s'était enfermé dans son bureau, c'était le jour, et maintenant c'était le matin, alors... Oui, forcément.

-Apparemment,
répondit-il alors, semblant toujours un peu perdu.

Il savait bien que la Jacob renfermait autre chose, une incitation à se confier, à se ressaisir, à ne pas se renfermer, à trouver le sommeil, à consacrer du temps à Tina, qui avait tout autant que lui besoin du soutien qu'il n'arrivait pas à lui apporter, mais il n'était pas capable de répondre à aucune de ses revendications cachées, parce qu'il était... complètement déphasé... Et incapable de se ressaisir en dépit des incitations qui pouvaient lui être faites, et qui n'étaient là que pour son bien.

-J'ai oublié de nourrir Randall...,
constata-t-il, comme surpris par une illumination soudaine, comme s'il n'y avait pas plus urgent à penser pour le moment. Certes, ses créatures devaient être nourries, et Jacob était là pour l'assister. Mais ce n'était pas forcément au même type d'assistance qu'il songeait à l'heure actuelle.

Randall était un augurey, une sorte de vautour qui aimait se nourrir de viande un peu passé. Norbert en avait préparé dans un seau, qu'il désigna d'un geste de la tête, mais qu'il avait oublié de donner au principal intéressé. Il laisserait le soin à Jacob de s'en occuper.

-Je ne suis même plus bon à la seule chose dont je suis capable d'habitude,
observa-t-il alors, dépité.

Bien sûr, se morfondre n'allait servir à rien, il fallait qu'il se ressaisisse, mais c'était au-dessus de ses forces, il était fatigué, exténué, même, et c'était à peine s'il comprenait quelque chose à ce qu'il faisait. Et c'était vrai aussi qu'il pensait n'être doué que pour la magizoologie, puisqu'il n'était clairement pas un bon mari, et de toute évidence un mauvais père.




code by Mandy


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Moldu
avatar
▌ Messages : 368
Humeur :
50 / 10050 / 100

En couple avec : Queenie

QUI SUIS-JE?
Baguette: Pas de baguette
Camp: Bien
Avatar: Dan Fogler

Message#Sujet: Re: Si tu as un ami qui souffre, sois un asile pour sa souffrance. [pv Jacob <3]   Mar 31 Oct - 17:04

Si tus as un ami qui souffre, sois un asile pour sa souffrance.
Jacob connaissait bien Norbert. Même si ces dernières années, les deux amis ne s’étaient pas vu constamment et qu’ils n’avaient pas pu passer tout leur temps ensemble – en même temps, le magizoologiste aimait être seul pour s’occuper de ses créatures quand il était en voyage – Jacob le connaissait bien. Suffisamment pour voir à quel point la disparition de son fils le touchait. Même si cela pouvait sembler logique, c’était quand même assez particulier pour le no-maj de voir son ami dans un tel état. Oh, bien sûr, il ne doutait pas une seule seconde du fait que Norbert aimait profondément Hyppolite et qu’il tenait à lui comme à la prunelle de ses… créatures. Ce n’était pas parce qu’il était absent souvent, ce que passait son temps à lui reprocher son fils, qu’il ne l’aimait pas. Il l’aimait et forcément il était particulièrement perturbé par le fait qu’il avait disparu.

Forcément, le no-maj n’avait donc pas spécialement besoin d’avoir la réponse de son meilleur ami pour savoir qu’il avait bel et bien passé toute la nuit ici, au lieu de sortir un peu afin de passer du temps avec Tina par exemple. Mais en même temps, cela ne le surprenait pas réellement. Norbert avait besoin de se ressourcer un peu, sauf que ça n’allait pas être entièrement efficace. Jacob ne savait pas vraiment quoi dire pour aider son ami, il aimerait vraiment pouvoir le soulager, pouvoir lui enlever cette peine. Doucement, Jacob attrapa le niffleur dans ses bras, qui était en train de chercher un nouveau trésor à mettre dans sa petite tanière. Il tourna son regard vers Norbert quand ce dernier affirma alors, surpris, qu’il avait oublié de nourrir Randall. Son regard se tourna un instant vers le sceau que son ami avait préparé dans le but de nourrir cette créature, mais qu’il avait oublié de le faire. C’était bien la preuve qu’il était vraiment perturbé. Jacob sentit son cœur se serrer quand il entendit son meilleur ami lui dire qu’il n’était même plus bon pour faire la seule chose qu’il était capable de faire habituellement. Jacob ne voulait pas que son ami culpabilise de cette manière, ce n’était pas de sa faute… enfin, ils n’en savaient rien, mais non, le no-maj ne pouvait pas considérer que c’était de sa faute.

« C’est normal. » Lui dit-il alors, d’un ton compatissant. « On ne peut pas faire correctement son travail quand on vit quelque chose comme ça. » Oui, d’accord, Norbert avait oublié de nourrir Randall et peut-être que le vautour (c’en était pas réellement un, mais Jacob était plus habitué au terme de vautour que de augurey), mais c’était normal. Il n’avait aucune nouvelle de son fils, il ne pouvait pas réellement avoir la tête dans son travail. Parce que même s’il le faisait avec passion, tout cela était du travail. « Je vais m’occuper de Randall. » Et du reste, pas de problème. Jacob était là pour ça après tout. S’il avait accepté de travailler avec Norbert, c’était pour le seconder en grande partie quand il partait en voyage. Donc il pouvait s’en occuper seul, s’il le fallait. « Norbert… » Dit-il alors, ne cachant rien du fait qu’il s’inquiétait grandement pour son ami. « Il faut que tu te reposes. »
Code by Gwenn
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
avatar
▌ Messages : 633
Humeur :
50 / 10050 / 100

En couple avec : Porpentina Dragonneau

QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois de houx, 31 cm, plume de phénix
Camp: Bien
Avatar: David Tennant

Message#Sujet: Re: Si tu as un ami qui souffre, sois un asile pour sa souffrance. [pv Jacob <3]   Mar 31 Oct - 18:20


Si tu as un ami qui souffre, sois un asile pour sa souffrance.
N

ormal ou pas, ça ne changeait absolument rien, Norbert n'aimait vraiment pas ça, cette sensation de n'avoir de prise sur rien. Il n'avait pas la prétention de penser avoir prise sur tout, pourtant, bien au contraire, même, il savait qu'il avait ses failles, et qu'elles étaient nombreuses. Mais ça, les animaux fantastiques, le soin qu'il leur apportait, c'était son domaine de compétence, c'était ce sur quoi il se reposait quand il ne parvenait pas à avoir de prises sur le reste du tout, c'était son havre, là où il parvenait à ressembler ses esprits, à se sentir en paix... et il en avait sans doute abusé avant cela, mais pour le coup... ça ne marchait pas. Un juste retour de bâtons, sans doute, il s'était trop renfermé dans son propre univers, il avait trop souvent fermé les yeux sur la réalité, il avait bien trop souvent voulu s'évader, et là, on le rappelait à l'ordre une bonne fois pour toutes. Il avait fui sa vie, et maintenant, c'était la vie qui le fuyait. C'était de sa faute, tout était de sa faute, et il n'avait pas d'autres moyens à présent que d'affronter la réalité, que ça lui plaise ou non. Norbert esquissa un fin sourire quand Jacob affirma qu'il allait s'occuper de Randall et se charger de le nourrir. Ce n'était sans doute pas plus mal que Jacob prenne le relais, en effet, car le magizoologiste, de toute évidence, n'en était pas capable, il n'était plu capable de rien, il ne serait plus capable de rien tant qu'Hyppolite ne serait pas retrouvé. Sauf qu'ils ne le retrouveraient certainement jamais. les semaines s'étaient écoulées, et si rien ne se disait clairement, ils savaient forcément ce que ça signifiait. Rien de bon, en somme. Et pour la peine, Norbert ne savait vraiment pas ce qu'il allait devenir.

-Je sais..., répondit Norbert quand Jacob lui affirma qu'il devait se reposer. Oui, il le savait, il le devait, ça ne servait à rien de veiller comme il le faisait, la fatigue ne l'aidait clairement pas à réfléchir convenablement, à agir comme il le fallait, à se sentir mieux. Mais en même temps, il ne voulait pas se sentir mieux, il s'en voudrait de commencer ne serait-ce qu'à sourire alors que son fils était toujours porté disparu. Je peux pas...

Il n'y arrivait pas, pour commencer, parce qu'il cogitait vraiment trop, et aussi parce que, quelque part, c'était sa punition. Il ne méritait pas le calme, le sommeil, rien de positif. Mais en même temps, faute de sommeil, il n'était pas vraiment opérationnel non plus, il n'avait peut-être pas épuisé encore tous les moyens de protéger son fils, mais pour l'heure, rien ne lui venait...




code by Mandy


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Moldu
avatar
▌ Messages : 368
Humeur :
50 / 10050 / 100

En couple avec : Queenie

QUI SUIS-JE?
Baguette: Pas de baguette
Camp: Bien
Avatar: Dan Fogler

Message#Sujet: Re: Si tu as un ami qui souffre, sois un asile pour sa souffrance. [pv Jacob <3]   Mar 19 Déc - 20:20

Si tus as un ami qui souffre, sois un asile pour sa souffrance.
C’était facile en un sens pour Jacob d’affirmer à son ami qu’il devait se reposer, parce qu’il voyait bien qu’il était dans un état second. Si au final, le magizoologiste ne s’occupait pas « correctement » de ses créatures, c’était qu’il n’allait vraiment pas bien. Jacob ne lui reprochait rien, cependant, il voyait bien qu’il avait besoin de souffler un peu, de se reposer. Certes, c’était bien trop facile à affirmer, mais quand même, il en avait besoin. Jacob poussa un soupir quand son ami affirma qu’il le savait donc, parce qu’évidemment il en avait parfaitement conscience. Sauf que bien sûr, rien ne pourrait réellement lui permettre de se reposer. Jacob était incapable de comprendre, il avait envie d’aider son ami, bien sûr, il osait deviner à quel point il souffrait… mais au fond, il ne pouvait pas comprendre. Parce que son fils n’avait pas disparu et que… concrètement, il avait découvert l’existence de son fils quelques semaines auparavant. Il ne pouvait donc pas comprendre, mais il voyait à quel point Tina était mal, à quel point Norbert l’était, ou encore à quel point Queenie était affectée par tout cela (et en plus, la jeune femme était capable de lire dans les pensées des autres, autant dire qu’elle était incapable de faire abstraction de tout cela). Jacob ne fut pas spécialement surpris donc d’entendre son ami affirmer qu’il ne pouvait pas se reposer… évidemment qu’il ne pouvait pas.

« Je sais que c’est dur. »
Dit-il en s’approchant de Norbert pour poser une main sur son épaule. Il voulait que ce dernier comprenne bien qu’il était là pour lui, qu’il ne cherchait pas à le pousser dans ses retranchements, mais seulement à l’aider du mieux possible. Rien n’était simple, dans cette affaire, tout le monde marchait forcément sur les œufs. Jacob ne voulait pas froisser son ami donc, juste l’aider. « Il faut que tu sortes d’ici. » D’accord, les créatures étaient toutes sa vie, il avait besoin de s’en occuper pour tenter d’aller un peu mieux, mais Jacob pensait que ce n’était vraiment pas le moment. Lui, il était là, il pouvait l’aider, il était venu ici en partie pour ça après tout. Si Norbert lui donnait les consignes, il pouvait s’en occuper. « Il faut que tu prennes l’air… vas voir Tina, passe du temps avec elle. »

Il connaissait Norbert par cœur, au final, quand bien même ils s’étaient vus par intermittence pendant toutes ces années. Quand il n’allait pas bien, il avait tendance à se renfermer sur lui-même. Sauf que ça n’allait pas l’aider pour le coup, bien au contraire. Ça n’allait pas forcément être plus facile en compagnie de Tina, mais au moins… ils pourraient se soutenir tous les deux. En tout cas, Jacob était persuadé que la jeune femme avait besoin de la présence de son mari. Lui, il avait peut-être besoin de solitude, mais quelque chose lui disait que la présence de Tina pourrait lui faire du bien aussi.
Code by Gwenn
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
avatar
▌ Messages : 633
Humeur :
50 / 10050 / 100

En couple avec : Porpentina Dragonneau

QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois de houx, 31 cm, plume de phénix
Camp: Bien
Avatar: David Tennant

Message#Sujet: Re: Si tu as un ami qui souffre, sois un asile pour sa souffrance. [pv Jacob <3]   Ven 22 Déc - 17:29


Si tu as un ami qui souffre, sois un asile pour sa souffrance.
N

orbert savait bien que tous les propos de son meilleur ami étaient sensés, qu’ils avaient d’ailleurs toujours été plus sensés que les siens en règle générale et quelles que soient les circonstances. Les recommandations qu’il lui faisait, il les avait déjà entendues, et il savait pertinemment qu’il lui fallait en tenir compte s’il voulait espérer aller de l’avant, remonter la pente… Mais c’était cela, le souci, est-ce qu’il voulait vraiment aller de l’avant, oublier ? La réponse était évidente. Non, bien sûr que non, il ne le voulait pas. Il aurait le sentiment de trahir Hyppolite, un nouvel échec vis-à-vis de lui, lui qui avait pourtant déjà totalement échoué dans son rôle de père. Oui, il devait s’accorder un minimum de crédit, il le savait bien, mais ça aussi, c’était plus facile à dire qu’à faire. Tout était plus facile à dire qu’à faire, et donc, dans les fait, au lieu de faire ce qui était le mieux ou ce que l’on attendait de lui, il ne faisait rien, il végétait, comme si l’inactivité arrêtait le temps, comme si cela rendait moins longues les heures et les journées passées à attendre une nouvelle de son fils. En vérité, cela transformait ces heures et ces jours en pure éternité. Il tourna son regard vers Jacob. Il ne savait même pas quoi répondre exactement, car dans tous les cas, il lui adresserait sans doute une réponse qu’il n’avait pas envie d’entendre. Et pour le reste… Difficile de donner tort à son meilleur ami alors qu’il savait pertinemment que ce dernier savait le percer à jour à la perfection et savait mieux que lui-même ce qui était bon pour lui. Il hésita, poussa un léger soupir. Il ne savait pas exactement ce qu’il voulait faire, ce qu’il savait en revanche, c’est qu’il ne se sentait pas encore prêt à quitter son antre. Pas maintenant, pas tout de suite, c’était trop… brutal. Et puis, à quoi bon ce retour à la réalité ? Est-ce que tout ne serait pas pire encore ?

-Elle doit me détester…
, répondit-il finalement.

Il parlait de Tina, bien sûr. Est-ce qu’il le pensait ? Oui. En partie du moins. Il savait que Tina était d’une patience d’ange avec lui et tolérait bien plus de la part que ne l’auraient fait beaucoup d’autres épouses, mais il savait aussi qu’elle le pensait forcément, elle aussi, qu’Hyppolite était sans doute parti de son plein gré, et qu’il l’avait fait à cause de lui. Comment ne pas le détester alors que leur fils avait disparu par sa faute à lui ? Sans oublier, évidemment, le fait qu’il s’éloignait d’elle un peu plus chaque jour justement pour ne pas avoir à assumer cette culpabilité. C’était un cercle vicieux, et oui, le meilleur moyen d’en sortir, c’était de parler directement à sa femme, mais voilà, il n’était pas prêt. Ici, il avait un peu le sentiment d’être maître de la situation (et encore, manifestement, il ne l’était pas), mais en d’autres circonstances, eh bien… Non, il n’y avait pas à discuter, il n’était pas prêt, c’est tout.





code by Mandy


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Moldu
avatar
▌ Messages : 368
Humeur :
50 / 10050 / 100

En couple avec : Queenie

QUI SUIS-JE?
Baguette: Pas de baguette
Camp: Bien
Avatar: Dan Fogler

Message#Sujet: Re: Si tu as un ami qui souffre, sois un asile pour sa souffrance. [pv Jacob <3]   Jeu 8 Fév - 16:40

Si tus as un ami qui souffre, sois un asile pour sa souffrance.
Au fond, Jacob savait qu’il pouvait dire ce qu’il voulait à Norbert, ça n’allait pas vraiment être simple de l’aider. En même temps, le no-maj ne savait pas ce qu’il ferait à sa place. Bon, il n’était pas vraiment à sa place, parce que même s’il avait un fils, sa relation avec ce dernier n’était pas réellement encore celle d’un père avec son fils. C’était particulier. Il appréciait énormément Adrian, mais mine de rien, il avait encore un peu de mal à juste le considérer comme son fils, à penser qu’il avait un rapport direct avec lui. Il n’était finalement père que depuis quelques semaines, et d’un adolescent presque adulte en prime… Mais quand même, Jacob osait croire qu’il était de bon conseil à Norbert. Parce que ce n’était clairement pas à s’effaçant dans son antre qu’il allait résoudre les soucis. Bon, ce n’était pas non plus en restant avec Tina qu’ils allaient retrouver Hyppolite, puisqu’ils l’avaient déjà cherché sans succès… mais c’était quand même mieux que de faire l’autruche non ? Sauf que Jacob osait croire qu’il connaissait suffisamment son meilleur ami pour savoir que ça n’allait pas être simple pour lui. Parce que de base, on ne pouvait pas dire que Norbert était des plus sociables, même avec sa propre famille. Alors, perturbé comme il l’était.

Et quand ce dernier reprit la parole, Jacob sentit son cœur se serrer à l’idée qu’il soit sincère en pensant que Tina devait le détester. Et à l’idée que ce n’était peut-être pas si faux que ça. Jacob n’avait pas envie de croire que la jeune femme puisse réellement détester son mari… mais en même temps, ils ne pouvaient pas nier non plus que la disparition de Hyppolite avait peut-être un rapport avec Norbert. Et malheureusement, le no-maj ne pouvait pas s’empêcher de se dire que… eh bien, si le jeune garçon n’était pas retrouvé, leur couple et eux surtout ne parviendraient jamais à se remettre.

« Mais non… » Il tentait de voir le positif toujours, de croire que Tina ne pouvait pas détester Norbert, même si ce n’était pas si simple que cela de l’affirmer. Il aimerait que ça ne soit pas le cas en tout cas et il osait croire que ça ne l’était pas. « Mais si tu te renfermes sur toi-même… » Jacob poussa un soupire avant de continuer. « Ça ne va pas aider, c’est sûr. »

Il ne demandait pas vraiment à son meilleur ami d’être en forme, mais juste de sortir d’ici. Sachant parfaitement que ça n’allait pas être simple et qu’il y avait peu de chance qu’il l’écoute. Il n’imaginait pas spécialement Norbert se lever maintenant, sortie de son « bureau » et retrouver Tina. Mais il espérait quand même qu’il allait l’écouter, même s’il ne faisait pas ce qu’il disait. Juste que ça prenne une petite place dans son esprit, peut-être pour quand il sera prêt à le faire.

« Dans tous les cas, je suis là moi. » Dit-il alors, pour confirmer à son meilleur ami qu’il ne le lâcherait pas et qu’il sera toujours là pour lui.
Code by Gwenn
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
avatar
▌ Messages : 633
Humeur :
50 / 10050 / 100

En couple avec : Porpentina Dragonneau

QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois de houx, 31 cm, plume de phénix
Camp: Bien
Avatar: David Tennant

Message#Sujet: Re: Si tu as un ami qui souffre, sois un asile pour sa souffrance. [pv Jacob <3]   Ven 9 Fév - 15:59


Si tu as un ami qui souffre, sois un asile pour sa souffrance.
S

ans doute le défaitisme de Norbert parlait-il à sa place, mais le magizoologiste eut sincèrement le sentiment que son interlocuteur n'y croyait pas réellement quand il affirmait que non, Tina n'allait pas le détester... si elle ne le détestait pas déjà. Il n'était pas idiot, il voyait forcément combien son attitude ne pouvait convenir à une situation si dramatique, combien il faisait forcément du mal à son épouse alors même qu'il avait fait le voeu de la protéger et de la chérir. La chérir, c'était certain, la protéger, en revanche... Il la laissait seule face à la tempête et c'était injuste... mais il ne lui était que possible de constater qu'l n'agissait pas ainsi qu'il le faudrait. Changer, en revanche, paraissait être au-dessus de ses moyens. Il accusait un blocage, l'incapacité à dépasser des limites nécessaires pour supporter une épreuve qui, si elle ne trouvait pas de résolution, allait tout simplement avoir raison d'eux... et rien ne l'encourageait à prendre sur lui, à changer. Les paroles motivantes de son meilleur ami n'y suffisaient pas plus que quoi que ce soit d'autre.

S'il se renfermait sur lui-même - ce qu'il avait toujours eu tendance à faire, mais il est vrai qu'il y avait longtemps qu'il ne l'avait pas fait à ce point. Tina, justement, était celle qui généralement parvenait le mieux à le faire sortir de sa coquille. Mais pour cette fois, ça ne marchait tout simplement pas -, c'est vrai que ça n'allait pas aider. Il le savait pertinemment, mais il avait beau le savoir, rien n'y faisait.

C'était de l'auto-sabordage, il n'y avait sûrement rien de plus à comprendre là-derrière... Il refusait d'arranger les choses parce qu'il considérait ne pas mériter le soutien qu'on lui apporter. Sauf que ce soutien qu'il s'obstinait à ne pas vouloir, il le refusait par la même à son épouse, qui elle n'oubliait pas de le réclamer. Norbert fut plus convaincu encore du fait que son ami pensait lui aussi qu'il était en train de perdre Tina quand il lui affirma qu'il était là pour lui quoi qu'il en soit. Norbert esquissa le plus fin sourire possible. Il le savait. Même avec la distance qui les avait longtemps séparés, Jacob avait toujours été là pour lui, il ne pensait pas que ça changerait un jour.

-Je sais,
confirma doucement Norbert. Tu as toujours été là... Il marqua une pause, sans doute un peu trop longue, l'esprit comme perdu dans des pensées bien trop profondes mais surtout bien trop dangereuses. J'aimerais être comme toi..., affirma-t-il après un moment. Je ternis tout ce que j'approche, je ne sais pas comment t'y as échappé...

Quand il voyait Jacob, oui, il l'enviait, parfois, la facilité qu'il avait à aller vers les autres, à exprimer ses sentiments, à vivre pleinement sa relation avec les autres. Lui, il n'y arrivait pas.



code by Mandy


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Moldu
avatar
▌ Messages : 368
Humeur :
50 / 10050 / 100

En couple avec : Queenie

QUI SUIS-JE?
Baguette: Pas de baguette
Camp: Bien
Avatar: Dan Fogler

Message#Sujet: Re: Si tu as un ami qui souffre, sois un asile pour sa souffrance. [pv Jacob <3]   Jeu 12 Avr - 16:34

Si tus as un ami qui souffre, sois un asile pour sa souffrance.
Jacob se sentait tellement mal pour son meilleur ami, il ne savait pas du tout comment faire pour le soulager, pour l’aider dans cette épreuve. Sans doute parce qu’il n’y avait pas vraiment de moyen, qu’il était impossible de réellement le soulager. Jacob ne pouvait pas vraiment comprendre ce qu’il vivait. Il aimerait bien le faire, mais ce n’était pas possible, parce qu’il ne pouvait pas entièrement se mettre à sa place. Jacob aimerait vraiment que Norbert ne décide pas juste de se renfermer sur lui-même, parce qu’il était persuadé que ça n’allait clairement pas l’aider… mais en même temps, il le connaissait par cœur quand même. Il savait qu’il agissait comme ça parce que c’était la seule chose qu’il savait vraiment faire, même si ce n’était pas du tout la bonne solution. Jacob avait envie de croire que Tina n’allait pas en vouloir à son mari pour tout ce qui se passait, mais s’il continuait d’agir de la sorte, il y avait peu de chance qu’ils s’en sortent quand même. Et ça n’allait pas aider son fils non plus… Bon, en même temps, ils ne pouvaient sans doute rien faire pour Hyppolite, mais au moins, Jacob se disait que ça serait quand même mieux qu’il ne se renferme pas sur elle-même.

Jacob se sentait donc inutile, même si son meilleur ami affirma qu’il était toujours là pour lui. Qu’il avait toujours été là. C’était le cas en un sens, parce que même de l’autre côté de l’océan, Jacob avait toujours été loyale envers Norbert. Mais même en étant là, le no-maj n’avait vraiment pas le sentiment de lui venir réellement en aide, d’être suffisamment là pour lui.

« Tu ne ternis rien Norbert. »
Affirma-t-il, sûr de lui, pour donner tort à son meilleur ami. C’était horrible de l’entendre dire une chose pareille, alors que c’était vraiment faux. Bien sûr, Norbert avait des défauts et on ne pouvait pas dire le contraire, mais ça ne voulait pas dire qu’il ternissait tout ce qu’il y avait autour de lui. « Ce n’est pas de ta faute ce qui arrive. »

Et Jacob était persuadé de ce qu’il disait. Bon, en un sens, le no-maj ne pouvait pas complètement oublier qu’il était possible que Hyppolite ait fugué et il avait eu l’occasion de voir à quel point le fils de son meilleur ami lui en voulait… mais ça ne voulait pas dire qu’il était responsable et qu’il ternissait ceux qui l’entourait. Même si, forcément, il comprenait un peu que Norbert pense comme ça.

« Et si tu étais comme moi… » Dit-il dans un fin sourire, pour tenter de remonter un peu le moral de son meilleur ami. « On ne se serait jamais rencontré. » Et c’était vrai, s’il était comme Jacob, ils n’auraient jamais eu l’occasion de se rencontrer. Parce que Jacob aurait eu une vie pénarde dans un coin, sans créature et tout ce qui faisait que Norbert était Norbert et qui avait pu les rapprocher. « Je suis sûr qu’il va revenir, d’une manière ou d’une autre. »

Parce qu’ils ne devaient pas perdre espoir.
Code by Gwenn
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
avatar
▌ Messages : 633
Humeur :
50 / 10050 / 100

En couple avec : Porpentina Dragonneau

QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois de houx, 31 cm, plume de phénix
Camp: Bien
Avatar: David Tennant

Message#Sujet: Re: Si tu as un ami qui souffre, sois un asile pour sa souffrance. [pv Jacob <3]   Jeu 12 Avr - 19:46


Si tu as un ami qui souffre, sois un asile pour sa souffrance.
J

acob avait beau chercher à rassurer et encourager son meilleur ami, Norbert était incapable de l'entendre. Il était si convaincu de sa responsabilité dans l'affaire que personne ne parviendrait à le convaincre du contraire, pas même Tina, pas même Jacob, alors même qu'ils étaient les personnes qui comptaient le plus aux yeux du magizoologiste. C'est seulement... qu'il était incapable de considérer qu'il n'y était pour rien. Hyppolite était parti, et il était convaincu que c'était de sa faute. Et maintenant, il ne savait pas du tout comment il allait faire, comment il allait supporter le poids de cette culpabilité. Si Hyppolite devait ne jamais revenir, il ne s'en remettrait tout simplement pas. Parce qu'il aurait perdu son enfant d'une part, bien sûr, mais également parce qu'il savait que Tina ne le lui pardonnerait jamais. Et elle aurait évidemment raison. Là-dessus, quoi qu'on puisse lui dire, il ne changerait pas d'avis, ce serait tout bonnement impossible. Sa douleur allait s'amplifiant à mesure que les jous défilaient, et rien ne se passait.

Norbert parvint à esquisser un très très fin sourire (il n'était pas capable de plus) quand Jacob lui fit remarquer que s'il n'était pas comme il était, s'il ressemblait davantage à son meilleur ami, alors ils ne se seraient sans doute jamais rencontrés. Non, c'était même certain, ils ne se seraient jamais rencontré... Et peut-être qu'il n'aurait jamais rencontré Tina non plus, d'ailleurs. Peut-être qu'ils ne seraient pas tombé amoureux non plus. Il était de toute manière trop tard pour qu'il réussisse à changer, à présent. En tout cas complètement. Les efforts qu'il s'était promis de faire (et qu'il ferait, clairement, si son fils revenait), il ne les avait pas faits néanmoins, et aujourd'hui, ils en étaient là...

-Je voudrais en être aussi sûr que toi...,
avoua Norbert d'une voix tremblante.

Son entourage le répétait, Jacob, Thésée, Queenie, ils n'avaient de cesse que de vouloir les convaincre, lui et Tina, de ne surtout pas baisser les bras, de garder espoir... Mais Norbert, lui, n'arrivait pas à se montrer si optimiste. Il avait failli dans son rôle de père, et il avait peur que sa punition soit radicale et surtout définitive. Il s'en voulait de penser ainsi, il savait qu'il devrait continuer d'y croire, parce que Hyppolite avait besoin qu'ils y croient s'il était toujours en vie. Le problème, c'est que Norbert n'arrivait plus à croire en quoi que ce soit. Tout comme il ne se sentait plus capable de quoi que ce soit, c'était une véritable catastrophe...

-J'y crois plus...,
avoua-t-il, et les larmes lui montèrent aux yeux en même temps. Il n'y croyait plus. Et il n'y arrivait plus..



code by Mandy


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Moldu
avatar
▌ Messages : 368
Humeur :
50 / 10050 / 100

En couple avec : Queenie

QUI SUIS-JE?
Baguette: Pas de baguette
Camp: Bien
Avatar: Dan Fogler

Message#Sujet: Re: Si tu as un ami qui souffre, sois un asile pour sa souffrance. [pv Jacob <3]   Mar 12 Juin - 17:18

Si tus as un ami qui souffre, sois un asile pour sa souffrance.
Jacob voyait bien que quoi qu’il dise, ça n’allait pas vraiment aider Norbert. En même temps, son meilleur ami vivait un moment particulièrement difficile. Jacob ne savait pas du tout comment il allait réagir à sa place, ce que Norbert devait ressentir. Il ne pouvait pas réellement se mettre à sa place, quand bien même il avait découvert qu’il était père. Il ne savait donc pas du tout quoi dire, comment soulager son meilleur ami. Se doutant qu’en fait, il n’y avait sans doute aucun moyen de réellement le soulager. Il aimerait bien, mais il voyait bien que c’était impossible. Et en prime, Norbert se sentait responsable. Alors qu’il n’y avait aucune raison. Que ce n’était évidemment pas de sa faute. Bon, le boulanger n’avait aucune idée de ce qui était arrivé à Hyppolite, mais il était évident que ce n’était pas à cause de Norbert. Il n’y avait aucune raison que ça soit de sa faute. Bon, il s’avérait que cela avait un rapport avec une sorcière qu’ils connaissaient tous les deux et qui avait un rapport direct avec Norbert, mais encore là ça n’allait pas signifier que c’était de sa faute.

Mais même s’il le lui disait, Jacob avait conscience que son interlocuteur n’allait pas le croire. Juste parce qu’il souffrait trop t qu’il se sentait responsable. Il n’y avait rien de plus normal à cette situation, c’était tout à fait logique d’ailleurs. Mais ça n’enlevait pas le fait que Jacob considérait que son meilleur ami n’avait pas à se rendre responsable. Tout comme il devrait continuer d’y croire… mais c’était bien plus facile à dire qu’à faire. Jacob sentit son cœur se serrer quand son interlocuteur affirma qu’il n’y croyait plus, voyant en prime les larmes monter dans ses yeux. Il comprenait, mais en même temps, il avait envie que Norbert ne baisse pas les bras. Le souci, c’était qu’il ne voyait pas comment il pouvait convaincre Norbert de ne pas le faire.

« Je vais y croire pour toi alors ! »
Lui dit-il en posant une main sur son épaule, d’une manière fraternelle, une manière comme une autre de lui apporter son soutien. Le boulanger ne savait pas exactement comment s’y prendre, parce que même s’il s’en sortait bien en temps normal avec la sociabilisation, ce n’était pas évident pour autant dans ce genre de situation. « Hyppolite ne mérite pas que tu baisses les bras. Tu l’aime et même si vous avez vos différents, tu dois croire en son retour. »

C’était clairement plus facile à dire qu’à faire, le boulanger en avait conscience. Mais pour autant, il tenait à le lui dire, parce qu’il espérait vraiment que son meilleur ami n’allait pas complètement baisser les bras. Il ne voulait pas le voir abandonner.

« Dans tous les cas, je serais toujours là pour toi. » C’était une promesse qu’il lui faisait, parce qu’il tenait vraiment à être là pour Norbert. Il avait besoin de soutien, donc il allait lui apporter tout le soutien qu’il fallait.
Code by Gwenn
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
avatar
▌ Messages : 633
Humeur :
50 / 10050 / 100

En couple avec : Porpentina Dragonneau

QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois de houx, 31 cm, plume de phénix
Camp: Bien
Avatar: David Tennant

Message#Sujet: Re: Si tu as un ami qui souffre, sois un asile pour sa souffrance. [pv Jacob <3]   Mar 12 Juin - 19:39


Si tu as un ami qui souffre, sois un asile pour sa souffrance.
N

orbert devait être insupportable en plus d'être désespéré. Il avait atteint un tel seuil de détresse qu'il était tout simplement incapable d'entendre les encouragements et les sollicitations à l'espoir qu'on cherchait à lui communiquer. Et pourtant, on se donnait du mal pour l'aider à remonter la pente. Tina, Thésée, Jacob, Queenie... Ils avaient fait tout leur possible pour l'aider, mais à chaque fois, c'était pareil, il se laissait dominer par l'angoisse, la culpabilité et la tristesse. Il devenait hermétique à tout, et il s'en voulait pour cela, mais c'était malheureusement plus fort que lui. Il n'arrivait pas à agir, penser autrement... Et plus cette situation avançait, plus il sombrait, et il s'en voulait d'autant plus, en réalité, parce que ses proches ne méritaient vraiment pas de subir ce qu'il leur faisait endurer, comme si la disparition d'Hyppolite ne suffisait pas. En bref, c'était un cercle vicieux, sans fin, que rien ne semblait susceptible d'interrompre. Jacob avait raison, bien sûr. Il n'était pas question de lui mais de son fils, ce fils qu'il aimait profondément, ce fils qui avait besoin que l'on croie en son retour. Mais depuis quand y croire suffisait à faire revenir qui que ce soit. Ce n'était pas faute d'avoir cherché à s'abreuver d'espoir. Mais le fait est qu'il n'en avait absolument rien retiré. Malgré tout, ça restait rassurant de se dire que son meilleur ami serait toujours là pour lui, qu'il ne le laisserait pas tomber, qu'il le soutiendrait quoi qu'il puisse advenir.

Norbert fut incapable de dire quoi que ce soit pour commencer. Les larmes lui étaient monté aux yeux quand il avait admis ne plus croire dans le retour d'Hyppolite, maintenant, il n'arrivait tout simplement plus à les contrôler. Elles s'échappaient de ses yeux en une salve frénétique et incontrôlable. Ses nerfs lâchaient complètement : la peur, la honte, la culpabilité, la douleur, tout ça ne faisait pas bon ménage avec la fatigue, et il craquait, il craquait complètement, et il avait toutes les peines du monde à reprendre ne serait-ce qu'un début de contenance. En soi, pleurer devant Jacob, ni devant qui que ce soit, ne le dérangeait pas, il n'était pas de ces personnes qui estimaient que les larmes étaient un signe de faiblesse, mais il savait que ce n'était pas ce qui allait rassurer Jacob ou changer quoi que ce soit à la situation. Une fois de plus, il s'apitoyait, il ne faisait que ça. Il s'en voulait d'agir ainsi. Encore une émotion négative parmi tant d'autres... il n'arrangeait définitivement pas son cas.

-Merci...,
parvint-il à articuler. Je crois... qu'il faut que j'aille me reposer un peu, dit-il, revenant un tant soit peu à la raison.



code by Mandy


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

Message#Sujet: Re: Si tu as un ami qui souffre, sois un asile pour sa souffrance. [pv Jacob <3]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Si tu as un ami qui souffre, sois un asile pour sa souffrance. [pv Jacob <3]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Zeït. « Mourir c'est revivre, alors je te tuerai jusqu'à la fin, pour que tu puisse voir un autre lendemain. »
» Je souffre de bordelisme chronique et de flemingite aigue. [JAKE]
» ça sent le souffre en EDF
» TUK ? sois forte et tais toi.
» Ce n'est qu'un adieu, ne sois pas triste car je ne le serais pas, Petit Bison.
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
T.rouble O.r M.isery (or both) ::  :: 
Les habitations
 :: Bienvenue chez vous ! :: Maison des Dragonneau
-