AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Fuir n'est pas toujours une option (Abraxas)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
HYDRE
avatar
▌ Messages : 414
Humeur :
50 / 10050 / 100


QUI SUIS-JE?
Baguette: bois de meurisier, 17 cm, crin de licorne
Camp: Mal
Avatar: Ellen Page

Message#Sujet: Fuir n'est pas toujours une option (Abraxas)   Sam 18 Nov - 11:36


Lou avait hésité à participer à la sortie à Pré-au-Lard proposée par Poudlard. Elle se disait que ça ne lui ferait pas de mal de changer un peu d'air et de se promener, peut-être de savourer une bièraubeurre aux Trois-Balais... mais en même temps, elle n'avait pas grand-chose à y faire non plus.

C'était ce genre de moments qui avaient le don de lui rappeler que beaucoup de choses avaient changé... et ne reviendraient jamais à la normale. Avant, ce genre de sortie, elle les passait avec Tom dans ces rares instants qu'il daignait lui accorder en faisant mine de prétendre apprécier et ne rien attendre d'autre, c'était aussi des moments où elle se retrouvait en compagnie d'Olive et d'Ines autour d'un verre,
quand elles refaisaient le monde toutes les trois (sans oublier de casser du sucre sur le dos d'une ou deux de leurs camarades).

Mais ça, c'était loin, à présent, et elle ne ressentait plus qu'une profonde nostalgie quand elle parcourait les rues enneigées du village magique... Elle n'avait peut-être pas bien fait de venir...

Mais maintenant, elle était là, alors autant profiter de cette sortie dans la mesure de ses possibilités. Elle choisit de faire quelques emplettes, tant qu'à faire. Elle se rendit donc chez Honeydukes afin de remplir son sac de quelques dragées surprises de Bertie crochue et autres chocogrenouilles, de zyeuter la vitrine de Zonko sans pour autant pénétrer dans la boutique, puis de se rendre à la poste.

Elle comptait envoyer un courrier à Aaron pour lui proposer qu'ils se revoient (il avait promis de l'aider à devenir plus forte, pour bel et bien gagner sa place auprès de l'Hydre, alors elle espérait bien qu'il tiendrait sa promesse). Elle avait rédigé son courrier à l'avance,
en prenant bien soin d'en dire le moins possible pour que quiconque qui potentiellement intercepterait cette lettre ne se doute de rien (elle était sous tension, on peut le dire, depuis qu'elle était passée à l'ennemi, mais c'était aussi exaltant, comme état d'esprit,
en fin de compte).

Elle avait choisi d'envoyer le courrier via la poste de Pré-au-Lard pour que ce dernier n'émane pas directement de Poudlard. Une fois que ce fut fait, elle songea qu'elle se trouverait peut-être une table aux Trois-Balais pour prendre une bièraubeurre.

Elle quittait le bureau de poste, la tête sans doute un peu ailleurs, puisqu'elle ne prit pas garde à la personne qui se trouvait face à elle et manqua de lui rentrer dedans. Le tout pour découvrir qu'il s'agissait d'Abraxas.


"Ah... salut..."
, dit-elle, un peu mal à l'aise.

Quand elle croisait ses anciens camarades, devenus mangemorts,
qui plus est, elle se sentait assez inconfortable, d'une part parce qu'elle savait que la plupart d'entre eux ne l'estimaient guère.
D'autre part parce que, maintenant, il allait falloir qu'elle joue la comédie. Mais elle n'avait pas le choix après tout.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MANGEMORT
avatar
▌ Messages : 890
Humeur :
50 / 10050 / 100


QUI SUIS-JE?
Baguette: 27cm, bois de peuplier, ventricule de dragon
Camp: Mal
Avatar: Mitch Hewer

Message#Sujet: Re: Fuir n'est pas toujours une option (Abraxas)   Lun 4 Déc - 20:14

Fuir n'est pas toujours une option
But I must explain to you how all this mistaken idea of denouncing pleasure and praising pain was born and I will give you a complete account of the system, and expound the actual teachings of the great explorer of the truth, the master-builder of human happiness. No one rejects, dislikes, or avoids pleasure itself, because it is pleasure, but because those who do not know how to pursue pleasure rationally encounter consequences that are extremely painful.
La neige, le froid, le gèle… Franchement pourquoi est-ce que ça mettait les gosses et certaines personnes dans des états d’euphorie complètement stupides ? C’était quelque chose qu’il avait du mal à saisir, il n’avait jamais sauté partout parce que le sol était couvert d’eau congelée. Il fallait être un peu attardé tout de même pour avoir ce genre de réaction non ? Il n’avait jamais compris tout cet engouement qu’il y avait autour de l’hiver, mis à part les fêtes de fin d’année. Et encore, c’était sympa deux secondes. Peut-être qu’il avait tout simplement grandi ou alors qu’il était en plein dans le processus, ce qui ne serait pas trop tôt, cela l’empêcherait sûrement de refaire les mêmes erreurs regrettables qu’il avait pu commettre jusqu’ici par manque de jugement et de lucidité. Cela pourrait être une bonne chose à l’avenir et ne le mettrait pas dans le genre de situation dans laquelle il s’était embourbé auprès des Lestrange.

Quoiqu’il en soit, il n’avait pas vraiment le temps de se poser de tels questionnements auxquels les réponses ne lui apporteraient pas grand-chose de toute façon. Il avait quelques courses à faire à Pré-au-Lard et c’était le seul jour de libre qu’il s’était trouvé pour les faire. Il aurait pu envoyer l’elfe de maison y aller mais bon, il préférait s’en charger lui-même, cela vaudrait mieux. Les rues étaient pleines d’étudiants de Poudlard, sûrement jour de sortie scolaire, il avait toujours le chic pour opter pour les mauvais jours. Il n’avait pas tellement envie de croiser des anciens camarades pour discuter du « bon vieux temps ». Franchement il n’avait pas que ça à faire. Il se coltinerait des gens qu’il avait oublié une autre fois peut-être.

Il slalomait entre les adolescents qui profitaient d’un peu de liberté, déchargés par le poids des cours et des enseignements, quelque part il les comprenait, il n’avait jamais été fasciné plus que ça par les enseignements qu’on lui avait donnés même s’il avait tâché à obtenir de bons résultats. L’héritier des Malefoy ne pouvait pas être pris pour un cancre, un peu de sérieux tout de même. Il entra dans différentes boutiques pour récupérer ce dont il avait besoin, ou avait besoin sa mère, sachant qu’il allait à Pré-au-Lard elle lui avait demandé quelques services, il aurait mieux fait de se taire, il n’avait pas l’air bête tiens au milieu de toutes ses femmes qui caquetaient pour telle ou telle robe. Une fois débarrassé de toutes ses corvées, il se dit qu’il n’avait plus tellement de raison de s’attarder ici plus longtemps. C’est alors qu’une silhouette familière manqua de lui rentrer dedans.

"Ah... salut..."

Ça pour une surprise, il ne s’attendait pas à croiser Lou ici, et de toute évidence, elle non plus, et cela ne semblait pas la ravir. Après tout, on ne pouvait pas dire qu’ils étaient amis tous les deux. Il s’était toujours demandé ce qu’elle faisait là, c’était un peu comme si elle s’était perdue. Et il n’avait jamais procédé à la phase copinage avec elle.

« Bonjour Lou. Je ne m’attendais pas à te croiser ici. »

black pumpkin
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
HYDRE
avatar
▌ Messages : 414
Humeur :
50 / 10050 / 100


QUI SUIS-JE?
Baguette: bois de meurisier, 17 cm, crin de licorne
Camp: Mal
Avatar: Ellen Page

Message#Sujet: Re: Fuir n'est pas toujours une option (Abraxas)   Jeu 7 Déc - 15:31


« Bonjour Lou. Je ne m’attendais pas à te croiser ici. »

S'il y avait bien une chose qui manquait singulièrement à Lou, c'était de la repartie. Elle y travaillait, et elle avait gagné en assurance, mais le sens de la repartie ne s'inventait pas du tout. Quand son interlocuteur lui fit remarquer qu'il ne s'attendait pas à la voir là (et pourquoi pas, après tout, elle avait plus d'une réplique à l'esprit, mais aucune qui ne franchit le seuil de ses lèvres.

Elle aurait pu lui faire remarquer que pour constater sa présence ou s'en soucier, puisque pour cela il aurait fallu qu'elle admette bien plus tôt qu'elle était transparente. Elle aurait pu aussi lui retourner le compliment... mais bon. Ce n'était pas utile, pas plus qu'il n'était forcément nécessaire de forcément se prendre la tête avec lui.

Elle n'avait rien contre lui (si ce n'est qu'il faisait partie du nouvel ennemi), elle n'avait rien pour lui non plus, ils avaient seulement le "mérite" d'exister dans les même sphères, et c'était tout. Elle pourrait très bien rebrousser chemin, elle pourrait très bien ne même pas répondre et tracer sa route, mais ce serait sans doute l'attitude la plus idiote et la plus contre-productive qu'elle puisse choisir d'adopter.

"C'est pas si surprenant que ça, tu sais", répondit-elle dans un haussement d'épaules.

Parce que, quelque part, s'ils devaient vraiment finir par se croiser quelque part, Pré-au-Lard était sans doute le lieu le plus logique étant donné le fait que le jeune homme n'était plus élève à Poudlard mais elle oui. Donc, forcément, si le hasard devait les réunir quelque part, c'était là.

Mais bon, ils n'avaient pas forcément de raisons de vouloir se voir, donc la question ne se posait pas vraiment. Lou n'allait pas chercher à en convaincre Abraxas, elle n'attendait pas grand chose de leur conversation, dans tous les cas.

"Qu'est-ce que tu fais là ?"

Elle n'était pas sûre de vouloir connaître la réponse, en tout cas, ça ne l'intéressait pas particulièrement. Engager ainsi ce début de conversation qui aurait pu tourner court pouvait bien être une idée qu'elle regretterait plus tard. Mais bon, elle n'avait pas mieux  à faire, et aussi, elle savait qu'elle devait se rapprocher de ceux qui étaient encore supposés faire partie de son camp, même si elle avait tendance à s'en détacher plus qu'autre chose.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MANGEMORT
avatar
▌ Messages : 890
Humeur :
50 / 10050 / 100


QUI SUIS-JE?
Baguette: 27cm, bois de peuplier, ventricule de dragon
Camp: Mal
Avatar: Mitch Hewer

Message#Sujet: Re: Fuir n'est pas toujours une option (Abraxas)   Dim 28 Jan - 16:54

Fuir n'est pas toujours une option
But I must explain to you how all this mistaken idea of denouncing pleasure and praising pain was born and I will give you a complete account of the system, and expound the actual teachings of the great explorer of the truth, the master-builder of human happiness. No one rejects, dislikes, or avoids pleasure itself, because it is pleasure, but because those who do not know how to pursue pleasure rationally encounter consequences that are extremely painful.
Il y avait certaines choses qui n’étaient jamais une partie de plaisir, que l’on faisait parce qu’on avait pas vraiment le choix et dont on se serait au final bien passé. Mais bon, malheureusement, la vie et le quotidien ne nous laissait pas toujours faire ce qu’on voulait et il fallait bien assumer quelques corvées. Au moins, cela faisait passer le temps, ce qui n’était parfois pas plus mal. Même si on serait tout de même bien passé de quelques désagréments et surprises imprévues.

Rencontrer Lou, ce n’était pas la meilleure chose au monde, il en était conscient, mais il aurait pu tomber sur bien pire alors il n’allait pas non plus se plaindre. Elle n’était certes pas son amie, mais ce n’était pas une méchante fille. Même s’il n’avait pas encore bien compris son utilité dans toute cette affaire. Mais bon, ce n’était pas à lui de juger de tout cela au final. Le principal était surtout qu’elle ne devienne pas une gêne ou un poids mort. Il la dévisagea un instant. Se demandant ce qu’il pouvait bien lui raconter, c’est qu’il n’avait pas vraiment de sujet de conversation avec elle. Il ne savait pas grand-chose d’elle non plus en même temps et n’avait jamais cherché plus que ça à la connaître un peu plus. Peut-être que c’était une erreur, peut-être pas.

"C'est pas si surprenant que ça, tu sais"

En même temps, ce n’était pas tout à fait faux. On rencontrait toujours des tas de personnes à Pré-au-Lard. Et étant donné qu’elle avait un an de moins et qu’elle était toujours à Poudlard, ils n’avaient pas mille endroits pour se voir, mais bon, il essayait de trouver des pistes à explorer. C’était plus de la politesse qu’autre chose, et aussi parce qu’il s’ennuyait, sinon il aurait très bien pu feindre de ne pas l’avoir vu. Et aussi parce que son cercle d’amis s’était amoindri grâce à Caleb, alors il se sentait parfois un peu seul et se montrait plus… accessible avec certaines personnes.

"Qu'est-ce que tu fais là ?"

Il se doutait bien que de son côté à elle aussi, c’était probablement de la politesse. Elle ne l’appréciait sans doute pas plus que ça. Au final, ils nageaient en pleine hypocrisie, mais c’était un domaine où le blond baignait depuis tout petit alors cela ne le gênait pas plus que ça.

« J’avais des courses à faire. »

Pas la peine de s’étendre sur le sujet dont personne ne s’intéressait vraiment. Même pas lui puisque la plupart étaient pour sa mère. Il se demandait s’il devait dire aurevoir ou continuer de parler avec elle. Même si elle était aussi enchantée que lui par la situation, il pouvait bien se distraire un peu. Cela serait toujours ça de pris au final.

« Alors… tu ne te sens pas trop seule cette année à Poudlard ? »

black pumpkin
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
HYDRE
avatar
▌ Messages : 414
Humeur :
50 / 10050 / 100


QUI SUIS-JE?
Baguette: bois de meurisier, 17 cm, crin de licorne
Camp: Mal
Avatar: Ellen Page

Message#Sujet: Re: Fuir n'est pas toujours une option (Abraxas)   Ven 2 Fév - 15:41


« J’avais des courses à faire. »
A question sans intérêt, réponse sans intérêt, sans doute. En même temps, c'est vrai que sa question ne servait pas à grand chose si ce n'est à meubler le silence. Ils étaient à Pré-au-Lard, qu'est-ce que Abraxas Malefoy pourrait bien y faire si ce n'est des emplettes. Ce n'était pas le genre d'endroit où on se perdait par hasard à moins d'avoir une intention à l'esprit, et cette intention relevait souvent de l'achat.

S'il avait été élève à Poudlard, la question n'aurait pas été plus pertinente, mais il aurait peut-être répondu qu'il se contentait de se promener, dans tous les cas, ça n'avait sans doute pas d'importance, parce que quelque part, Lou se moquait un peu de savoir ce qu'Abraxas faisait ici, il pouvait bien faire ce qu'il voulait de sa vie, ce n'était pas ses affaires.

Cela dit, au moins, il ne lui avait pas expressément demandé de se mêler de ses oignons, par rapport à l'attitude que beaucoup adoptaient vis-à-vis d'elle, on pouvait dire que ça relevait du progrès.

« Alors… tu ne te sens pas trop seule cette année à Poudlard ? »

Lou fut surprise de la question, mais elle devait bien reconnaître qu'elle avait le mérite d'être plus pertinente que celle qu'elle avait posée plus tôt, susceptible d'engager une vraie conversation, même si la vert et argent ne savait pas trop comment l'interpréter.

Comme une provocation ? Ou une simple question sans arrière-pensée. Elle ne pensait pas que son interlocuteur ait beaucoup d'égard pour ses états d'âme, mais dans tous les cas, il savait dénicher les points difficiles et appuyer dessus. Volontairement ou pas, elle n'en savait rien.

Elle hésita à répondre honnêtement. Elle pouvait bien prétendre qu'elle était très entourée mais ce serait un pur mensonge. C'est un fait, elle ne s'était jamais sentie isolée à ce point. Inès partie (et par ailleurs elles n'étaient pas complètement en bons termes toutes les deux), séparée de Tom, son entourage se restreignait, et ceux qui restaient, comme Lexie, elle les avait trahis en rejoignant l'Hydre, ce qui augmentait son sentiment de solitude, même si ces personnes-là ne savaient heureusement rien de ses choix.

"Si", admit-elle alors simplement, en haussant légèrement les épaules. "Mais j'ai besoin de personne, de toute manière."

Tu parles...

"Qu'est-ce que tu fais, toi, maintenant ?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MANGEMORT
avatar
▌ Messages : 890
Humeur :
50 / 10050 / 100


QUI SUIS-JE?
Baguette: 27cm, bois de peuplier, ventricule de dragon
Camp: Mal
Avatar: Mitch Hewer

Message#Sujet: Re: Fuir n'est pas toujours une option (Abraxas)   Mar 27 Fév - 10:01

Fuir n'est pas toujours une option
But I must explain to you how all this mistaken idea of denouncing pleasure and praising pain was born and I will give you a complete account of the system, and expound the actual teachings of the great explorer of the truth, the master-builder of human happiness. No one rejects, dislikes, or avoids pleasure itself, because it is pleasure, but because those who do not know how to pursue pleasure rationally encounter consequences that are extremely painful.
Il est vrai que pour le moment, la conversation n’était pas des plus palpitantes et qu’il aurait peut-être mieux valu qu’il trace sa route en faisant comme s’il ne l’avait pas vue. Mais cela n’aurait certes pas été très sympa de sa part. Surtout qu’elle le regardait avec un air de chiot abandonné et maltraité. Bien que même en temps normal, elle ne soit pas une fille très pétillante et pleine de vie. Elle avait toujours eu un petit côté triste mais là ça s’était comme empiré. Quoiqu’il en soit, il ne savait pas quelle attitude il était censé adopter vis-à-vis d’elle mais il ne le connaissait pas vraiment. Elle faisait plus office de plante verte qu’autre chose en temps normal et il ne s’était encore jamais retrouvé à devoir lui faire la conversation. Certes, il y avait une première fois à tout, mais il ne s’était pas préparé à celle-ci.

Quoiqu’il en soit, il avait bien été obligé de tenter quelque chose après avoir vu que l’imagination de Lou n’allait pas très loin. Cela n’avait peut-être pas été très délicat de sa part, mais en même temps, il avait bien fallu improviser et puis… après tout il n’aurait pas aimé se retrouver dans sa situation. Même si cela avait été un peu le cas avec Caleb qui était parti de Poudlard avant lui, il lui était resté Elena, à son plus grand malheur, et quelques autres comme Tom.

Mais de toute façon, il n’avait pas cherché à la blesser ou la mettre mal à l’aise. Il n’allait pas non plus dire qu’il attendait la réponse avec une impatience dissimulée, ce serait exagérer. Mais c’était à titre informatif dans tous les cas. Il ne souhaitait pas de mal, ce n’était pas son amie, mais pas son ennemie non plus. Surtout qu’ils étaient censés être alliés. De toute évidence, s’il l’avait froissée, cela n’avait pas été son intention première, mais à première vue, elle ne semblait pas non plus des plus ébranlées donc bon, elle ne devait pas l’avoir trop mal pris. Il savait qu’il pouvait parfois être maladroit, même si en général il était à l’aise en société, les gens comme Lou pouvaient parfois le déstabiliser.

"Si. Mais j'ai besoin de personne, de toute manière."

Il n’était pas vraiment convaincu. Aussi loin qu’il se souvienne, il ne l’avait jamais vu seule, elle était toujours avec quelqu’un, que ce soit Tom, Inès ou quelqu’un d’autre. Même si elle était assez effacée, elle n’était pas du genre solitaire. Mais bon, il n’allait pas la contredire alors qu’ils n’étaient même pas proches un temps soit peu.

« Si ça te convient tant mieux. »

Il n’essayait pas d’être sarcastique ou quoi mais bon, il ne pouvait pas non plus répondre mille et unes choses à cela. Autant rester sur la même dynamique que depuis le début de cette… conversation. Si on pouvait qualifier les choses ainsi.

"Qu'est-ce que tu fais, toi, maintenant ?"

Elle parlait sûrement niveau professionnel. Il doutait qu’elle lui demande son emploi du temps de la journée à dire vrai. Niveau professionnel, cela devait être la seule chose stable dans sa vie pour le moment, il avait au moins cela. Et il en était très content, il n’allait pas le nier.

« Je bosse au Ministère. Je suis encore stagiaire mais j’espère grimper les échelons assez rapidement. Sinon, tu veux pas aller quelque part il commence à faire vraiment froid là. »

black pumpkin
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
HYDRE
avatar
▌ Messages : 414
Humeur :
50 / 10050 / 100


QUI SUIS-JE?
Baguette: bois de meurisier, 17 cm, crin de licorne
Camp: Mal
Avatar: Ellen Page

Message#Sujet: Re: Fuir n'est pas toujours une option (Abraxas)   Jeu 1 Mar - 15:58


« Si ça te convient tant mieux. »
Si ça lui convenait... pour tout dire non, pas vraiment. Elle ne pensait pas que qui que ce soit apprécie vraiment la solitude. Elle pensait avoir fait les bons choix en se détachant de certaines personnes (même si dans le cas de Tom, c'était lui qui s'était détaché, mais ils savaient tous les deux que c'était couru d'avance dès lors que Tom quitterait Poudlard). Elle se sentait libérée d'un poids à ce sujet, comme elle se sentait libérée depuis qu'elle s'était éloignée d'Inès.

Oui, ça lui convenait, parce que pour la première fois de sa vie, elle avait le sentiment que c'était elle qui tenait les rênes, qu'elle ne se contentait pas de suivre mais agissait comme bon lui semblait. Ce n'était pas facile à vivre tous les jours, ceci dit. Et elle était loin encore d'être sûr d'elle, bien au contraire... Mais il y avait toujours du progrès à faire, chaque chose en son temps. Quoi qu'il en soit, elle ne se voyait pas en parler avec Abraxas.


« Je bosse au Ministère. Je suis encore stagiaire mais j’espère grimper les échelons assez rapidement. »

Ce n'était pas du tout une surprise pour Lou, c'était un peu le lot de tous les ex-élèves de l'école, qui plus est s'ils avaient été à Serpentard. Le ministère était un vivier pour cela. Abraxas était un jeune homme intelligent, de ce que Lou en savait en tout cas, il n'aurait sans doute aucun mal à gravir les échelons rapidement.


« Sinon, tu veux pas aller quelque part il commence à faire vraiment froid là. »

Lou fut désappointée par cette proposition. Elle s'était attendue à ce que leur conversation soit sans suite, mais il n'en était finalement rien. Et en fait, ça ne la dérangeait pas forcément non plus. Elle n'avait rien de spécial à faire. Et ce n'était pas si déplaisant que ça de discuter avec Abraxas, même, pour quelques secondes de conversations, ça avait le donc de lui changer agréablement les esprits.

"Euh... oui, d'accord..."
Elle regarda autour d'elle comme si le nombre de destinations possibles était infini. Mais finalement, pas vraiment. "On va aux Trois-Balais ?" Elle ne lui laissa pas forcément à son interlocuteur l'occasion de répondre et se dirigea d'instinct vers le pub sorcier. Une fois installés, elle reprit la parole. "Et du coup, au ministère, tu fais quoi exactement ? ... Excuse, t'as pas forcément envie de parler de ton boulot, j'imagine..."

Faire la conversation, c'était pas son fort, malheureusement.







Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MANGEMORT
avatar
▌ Messages : 890
Humeur :
50 / 10050 / 100


QUI SUIS-JE?
Baguette: 27cm, bois de peuplier, ventricule de dragon
Camp: Mal
Avatar: Mitch Hewer

Message#Sujet: Re: Fuir n'est pas toujours une option (Abraxas)   Mer 21 Mar - 1:23

Fuir n'est pas toujours une option
But I must explain to you how all this mistaken idea of denouncing pleasure and praising pain was born and I will give you a complete account of the system, and expound the actual teachings of the great explorer of the truth, the master-builder of human happiness. No one rejects, dislikes, or avoids pleasure itself, because it is pleasure, but because those who do not know how to pursue pleasure rationally encounter consequences that are extremely painful.
De toute évidence, ce n’était pas ses affaires de savoir si Lou était heureuse d’être toute seule. Chacun avait sa propre façon d’adaptation face aux différentes situations. Il avait déjà observé que Lou n’était pas vraiment très social dans le sens où elle n’allait pas vraiment vers les autres et restait toujours avec les mêmes personnes. Personnes qui aujourd’hui n’étaient plus avec elle à Poudlard. Il ne la connaissait pas bien, alors il ne pouvait rien affirmé de véridique à son sujet, après tout, c’était sans doute que des spéculations de sa part, il ne s’était jamais vraiment intéressé à elle, un peu trop effacée pour qu’elle capte vraiment son attention. Mais bon, il se doutait qu’elle n’avait pas non plus cherché à le faire, et il ne lui en tenait pas rigueur.

Quoiqu’il en soit, il n’allait pas rester sur ce sujet pendant des lustres, il l’avait informé qu’il travaillait au Ministère, mais cela ne devrait pas la surprendre. La plupart des gens allaient au Ministère à la fin de leurs études, c’était un environnement qui offrait une multitude de postes après tout, et c’était aussi un endroit où il était possible de faire ses preuves et se démarquer si on était suffisamment malin, ou qu’on avait de l’argent et de l’influence. Abraxas saurait probablement utiliser une de ces trois choses si ce n’est plusieurs pour réussir ce qu’il voulait. Même si pour le moment, il n’était pas encore bien décidé pour ce qui était des détails, il avait le temps en tout cas.

Il ne savait pas trop pourquoi il avait proposé à la jeune femme de poursuivre cette conversation dans un endroit plus chaud, sûrement le coup d’une impulsion, comme cela arrivait souvent. Et cela pouvait être aussi bon que mauvais. De toute façon, il était trop tard pour se rétracter, ce serait vraiment maladroit de sa part, et ce n’était pas non plus une corvée ou une torture de discuter avec elle. La conversation avait beau ne pas être palpitante, elle pouvait toujours évoluer et puis, ce n’était pas plus mal de la connaître un peu plus.

"Euh... oui, d'accord... On va aux Trois-Balais ?"

Les Trois-Balais lui semblait être une excellente idée. Il ne se voyait pas débarquer chez Mme Pieddodu. Les Trois-Balais c’était un peu l’incontournable de Pré-au-Lard en plus de cela. Il entra avec elle et s’installa en face de son interlocutrice.

"Et du coup, au ministère, tu fais quoi exactement ? ... Excuse, t'as pas forcément envie de parler de ton boulot, j'imagine..."

Il hausse légèrement les épaules, il préférait qu’elle le questionne sur ça que sur sa vie amoureuse très honnêtement. Mais il doutait qu’elle ait assez d’audace pour lui poser des questions là-dessus. C’était Lou tout de même.

« Ça me dérange pas d’en parler, mais je ne suis pas certain que ça te passionnera. Je ne fais pas grand-chose de palpitant pour le moment. Je suis dans le service de la Coopération magique international mais je suis là en tant que stagiaire alors je tri les dossiers, et tout ça quoi. Et toi, tu comptes faire quoi l’année prochaine ? »

black pumpkin
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
HYDRE
avatar
▌ Messages : 414
Humeur :
50 / 10050 / 100


QUI SUIS-JE?
Baguette: bois de meurisier, 17 cm, crin de licorne
Camp: Mal
Avatar: Ellen Page

Message#Sujet: Re: Fuir n'est pas toujours une option (Abraxas)   Jeu 22 Mar - 16:22


« Ça me dérange pas d’en parler, mais je ne suis pas certain que ça te passionnera. Je ne fais pas grand-chose de palpitant pour le moment. Je suis dans le service de la Coopération magique international mais je suis là en tant que stagiaire alors je tri les dossiers, et tout ça quoi. »

Peut-être qu'il n'avait pas tort, c'est vrai que ce n'était en soi pas si passionnant... comme la plupart des boulots qui vous obligeaient à rester derrière un bureau et à trier des dossiers. C'était toujours plus palpitant de se présenter comme écrivain, dresseur de dragons ou autres métiers plus fantasques, mais ceux-là se comptaient sur les doigts d'une seule main.

L'essentiel, c'était sans doute qu'Abraxas se plaise dans son travail. Est-ce que c'étai le cas. Il ne lui donnait pas forcément le sentiment d'être complètement passionné par ce qu'il faisait, mais en même temps, il n'était que stagiaire, et il est bien connu que l'on exploite jamais le potentiel des stagiaires à la hauteur de leurs compétences, à quelques exceptions près. Au moins, il avait un pied au ministère, un tremplin pour l'avenir... peut-être que ce n'était pas palpitant, mais c'était au moins quelque chose. Lou ne pouvait pas en dire autant de sa propre vie.

En fait, elle avait à peine des choses à dire sur son avenir. Elle était une page blanche, à se jour, et tout, absolument tout pouvait s'écrire à partir de là, tout dépendait de la direction qu'elle déciderait de prendre. Elle avait entamé un virage conséquent, déjà, récemment, de par ses décisions récentes. Mais ce ne serait pas assez.


« Et toi, tu comptes faire quoi l’année prochaine ? »

C'était une question très simple, et à l'approche de la fin de l'année scolaire, il aurait été logique qu'elle s'y intéresse (même si Abraxas ne s'y intéressait peut-être pas forcément de son côté). Mais elle n'avait pas de réponse, en fait. Ce qu'elle savait seulement, c'est qu'un profond esprit de contradiction, né tardivement, lui donnait l'envie de faire l'inverse de ce qu'on attendrait d'elle.


"En fait, j'en ai aucune idée."
, admit-elle. "J'ai toujours plus ou moins supposé que mes parents me trouveraient un mari et que je garderai sagement la maison tout en... continuant ce qu'on a commencé." Les mangemorts, donc. "Mais ça n'a plus vraiment de sens..." Et elle ne devrait sans doute pas parler de tout ça aussi délibérément en présence de son interlocuteur. "Alors je ne sais pas. Je crois que mes parents s'attendent toujours à ce que Tom revienne, alors ça me laisse de la marge."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MANGEMORT
avatar
▌ Messages : 890
Humeur :
50 / 10050 / 100


QUI SUIS-JE?
Baguette: 27cm, bois de peuplier, ventricule de dragon
Camp: Mal
Avatar: Mitch Hewer

Message#Sujet: Re: Fuir n'est pas toujours une option (Abraxas)   Dim 22 Avr - 12:59

Fuir n'est pas toujours une option
But I must explain to you how all this mistaken idea of denouncing pleasure and praising pain was born and I will give you a complete account of the system, and expound the actual teachings of the great explorer of the truth, the master-builder of human happiness. No one rejects, dislikes, or avoids pleasure itself, because it is pleasure, but because those who do not know how to pursue pleasure rationally encounter consequences that are extremely painful.
Abraxas restait encore surpris par cette… petite aparté avec Lou. Si on le lui avait dit avant qu’il parte de chez lui, il ne l’aurait pas cru, étant donné qu’il n’y a pas si longtemps il restait convaincu qu’ils n’auraient rien à se dire s’ils se retrouvaient l’un en face de l’autre. Pour le moment, il devait bien admettre qu’il avait tort, même si la discussion n’était pas des plus palpitantes qui soit, ils arrivaient à se parler sans qu’il y ait de silences gênants ou autres petits tracas de ce genre, et c’était tant mieux. Rien de pire que ce genre de situation. Et c’étant mieux comme ça, au moins une en moins à s’occuper. Il voulait bien lui parler de son travail, c’était quelque chose de banal de parler de ses activités, surtout nouvelles à des connaissances. Il n’était pas passionné par ce qu’il faisait pour le moment et cela se ressentait sûrement dans la façon dont il avait de lui en parler, mais en même temps, il ne voyait pas pourquoi il mentirait sur ça. Il n’était pas du genre à s’inventer une vie, même s’il lui arrivait parfois d’enjoliver un peu les choses, comme lors des soirées mondaines, mais là, avec Lou, ce n’était pas nécessaire, il ne cherchait pas à l’impressionner ou quoique ce soit dans le genre là, il préférait rester sincère.

Mais bon, assez parlé de lui pour le moment. Il était temps de s’intéresser un peu à elle. Il est vrai que la fin de sa scolarité approchait à grand pas, et il se surprenait à être curieux de savoir ce qu’elle voulait faire après. Peut-être qu’elle choisirait de ne pas travailler et attendre de se marier comme certaines le faisaient, mais il la voyait bien exercer quelque chose, il ne la connaissait pas encore assez pour dire quoi. Enfin de toute façon, elle aurait le dernier mot là-dessus, étant donné qu’il s’agissait de sa vie. Même si c’était parfois plus difficile pour les filles dans certaines familles de sang-pur de pouvoir choisir ce qu’elles voulaient devenir.

"En fait, j'en ai aucune idée."

Bon, au moins c’était fait.

"J'ai toujours plus ou moins supposé que mes parents me trouveraient un mari et que je garderai sagement la maison tout en... continuant ce qu'on a commencé. Mais ça n'a plus vraiment de sens..."

Il était un peu surpris. Il se demandait pourquoi ça n’avait plus de sens, même si elle n’était plus avec Tom, elle pouvait tout de même faire ce qu’elle avait énoncé, personne ne l’en empêchait après tout. Et ce n’était pas un projet des plus idiots.

"Alors je ne sais pas. Je crois que mes parents s'attendent toujours à ce que Tom revienne, alors ça me laisse de la marge."

Il hocha légèrement la tête, réfléchissant un peu à ce qu’elle venait de dire. Apparemment, elle, ne s’attendait pas à ce que Tom revienne, peut-être qu’elle n’en avait pas envie. Dans tous les cas, il ne s’était jamais mêlé de leur couple alors il ne savait pas grand-chose, et c’était peut-être bien mieux comme ça.

« Oui, je comprends. Je suppose que tu as encore le temps pour réfléchir à tout ça. Je peux m’estimer heureux dans le sens où je n’ai encore aucune fiancée. Quand je vois tous ceux de mon âge qui sont déjà mariés… Je me sens privilégié. Même si je sais que ça va me tomber dessus un jour, pour l’instant mon père ne me met pas trop la pression. En tout cas, j’espère que tu trouveras quelque chose qui te plaira. »

black pumpkin
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
HYDRE
avatar
▌ Messages : 414
Humeur :
50 / 10050 / 100


QUI SUIS-JE?
Baguette: bois de meurisier, 17 cm, crin de licorne
Camp: Mal
Avatar: Ellen Page

Message#Sujet: Re: Fuir n'est pas toujours une option (Abraxas)   Mar 1 Mai - 10:24


Oui, je comprends. Je suppose que tu as encore le temps pour réfléchir à tout ça.

Lou hocha doucement la tête. Elle avait le temps d'y réfléchir, en effet, mais elle avait le sentiment qu'elle n'en aurait jamais assez, du temps, parce qu'elle était si perdue dans la situation actuelle qu'elle avait un peu le sentiment qu'elle n'arriverait jamais à démêler tout ça, quoi qu'elle dise ou fasse.

En tout cas, elle avait la ferme intention de trouver son équilibre, et elle était pressée d'y parvenir. C'était appréciable de s'y sentir encouragée... même si cet encouragement en question avait une origine qu'elle n'aurait pas soupçonné. Elle n'aurait pas cru Abraxas à ce point attentif et à l'écoute, mais au fond, elle ne le connaissait pas, et n'avait sans doute jamais cherché à le connaître non plus. Elle était agréablement surprise, au final.


Je peux m’estimer heureux dans le sens où je n’ai encore aucune fiancée. Quand je vois tous ceux de mon âge qui sont déjà mariés… Je me sens privilégié. Même si je sais que ça va me tomber dessus un jour, pour l’instant mon père ne me met pas trop la pression.

C'est vrai. Ils étaient un peu des rescapés, tous les deux, au final. La plupart des jeunes qu'elle connaissait, pur produit de sang pur, avaient déjà leur nom sur un acte de mariage quelque part. Et personne n'attendait qu'ils aient fini leurs études pour ça... Lou était une rescapée de la situation parce que Tom, en dépit de sa naissance... obscure, avait fait l'unanimité auprès de ses parents.

Ce n'était peut-être qu'un répit en ce qui la concernait, mais qui lui laisserait peut-être le temps nécessaire pour s'éloigner, s'extraire du cocon familial, gagner en indépendance pour ne plus avoir à dépendre des décisions parentales.

Abraxas, apparemment, ne subissait pas cette pression-là de la part de ses géniteurs non plus. En même temps, ils étaient si jeunes. C'était un comble, tout de même, que l'on exige d'eux des décisions si déterminantes... En ce qui concernait Lou, c'était à peine si elle commençait à comprendre qui elle était... Alors pour le reste...

En tout cas, j’espère que tu trouveras quelque chose qui te plaira.

"J'espère aussi"
, répondit doucement Lou dans un fin sourire. Elle hésita un peu... "Ca te plaît, ton travail au ministère ? Je veux dire... c'est pas forcément le genre de métier que l'on rêve de faire quand en devenant adulte..."

Elle était indiscrète, elle s'en rendait bien compte, mais il la rendait curieuse. Elle comprenait bien qu'il y avait plus à apprendre sur lui que ce qu'elle pensait.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MANGEMORT
avatar
▌ Messages : 890
Humeur :
50 / 10050 / 100


QUI SUIS-JE?
Baguette: 27cm, bois de peuplier, ventricule de dragon
Camp: Mal
Avatar: Mitch Hewer

Message#Sujet: Re: Fuir n'est pas toujours une option (Abraxas)   Mar 15 Mai - 2:01

Fuir n'est pas toujours une option
But I must explain to you how all this mistaken idea of denouncing pleasure and praising pain was born and I will give you a complete account of the system, and expound the actual teachings of the great explorer of the truth, the master-builder of human happiness. No one rejects, dislikes, or avoids pleasure itself, because it is pleasure, but because those who do not know how to pursue pleasure rationally encounter consequences that are extremely painful.
Ce n’était pas simple de savoir de quoi allait être fait sa vie, professionnellement parlant. Enfin… il ne savait pas trop comment cela se passait pour les femmes issues de famille sang-purs. Beaucoup étaient celles qui occupaient la fonction de femme au foyer une fois mariées. C’était dans leur coutumes, même si l’on pouvait observer que de plus en plus de femmes démarraient une activité professionnelle. Mais dans le cas de Lou… elle n’avait ni mari ni fiancé et la fin d’année approchait pour elle. Certes, des fiançailles, cela pouvait aller très vite, mais de toute évidence, ses parents semblaient autant décidés que les siens, donc ça restait assez flou.

Il était un peu surpris de voir que les histoires de la jeune femme l’intéressaient autant. Enfin, il ne s’était pas non plus découvert une nouvelle passion, mais elle n’était pas aussi fade et insipide qu’il le pensait. Comme quoi, on pouvait toujours changer d’avis sur les choses. Il ne se forçait plus à lui faire la conversation, les choses étaient devenues un peu plus naturelles. Il n’était pas à la qualifier de meilleure amie mais, il passait un moment plutôt agréable en fin de compte. Au moins, il voyait qu’il n’était pas le seul à s’interroger sur son avenir proche. Il ne savait pas trop quel avenir voulaient les Hamilton pour leur fille, mais Abraxas ne se faisait aucun doute sur ceux de ses propres parents pour lui. La seule question qu’il se posait c’est quand tomberait le mariage et surtout avec qui. Mais bon, ces questions devraient trouver une réponse d’ici pas trop longtemps sans doute.

Comme quoi, ce n’était pas si facile que ça parfois de naître avec une cuillère en argent et être héritier d’une lignée prestigieuse et importante dans le monde sorcier. Il n’allait pas non plus se lancer dans le mélodrame, il n’aurait voulu être à aucune autre place que la sienne, mais cela n’était pas toujours simple. C’était tout ce qu’il avançait. Enfin bon, cela n’était pas le propos en ce moment même, ni le temps de faire son enfant gâté et capricieux. Il préférait se concentrer sur autre chose que lui-même, pour une fois. En tout cas, il était sincère avec Lou quand il lui souhaitait de trouver sa voie et d’en être satisfaite.

"J'espère aussi. Ca te plaît, ton travail au ministère ? Je veux dire... c'est pas forcément le genre de métier que l'on rêve de faire quand en devenant adulte..."

Non, absolument pas. La plupart du temps il s’ennuyait toute la journée. Et encore, grâce à son nom et au poste qu’occupait son père, on évitait de trop le prendre pour le larbin de service au sein du département. Mais cela ne durerait pas, il ne comptait pas faire stagiaire toute sa vie.

« Non, ça ne me plaît pas. Mais je n’ai pas vraiment le choix pour le moment. Ceci, j’aspire à évoluer rapidement et gravir les échelons pour occuper des fonctions plus importantes que celles que j’ai maintenant. Ce qui ne sera pas dur. Et puis je ne suis pas du genre à rester sagement dans mon coin en attendant que les choses se passent. Je préfère être un minimum maître de mon destin et de ma vie. »

black pumpkin
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
HYDRE
avatar
▌ Messages : 414
Humeur :
50 / 10050 / 100


QUI SUIS-JE?
Baguette: bois de meurisier, 17 cm, crin de licorne
Camp: Mal
Avatar: Ellen Page

Message#Sujet: Re: Fuir n'est pas toujours une option (Abraxas)   Mar 15 Mai - 12:41


« Non, ça ne me plaît pas. Mais je n’ai pas vraiment le choix pour le moment. Ceci, j’aspire à évoluer rapidement et gravir les échelons pour occuper des fonctions plus importantes que celles que j’ai maintenant. Ce qui ne sera pas dur. »
Il fallait espérer, en effet, que le jeune homme n'en resterait pas au statut de stagiaire toute sa vie. Mais gravir les échelons, même si cela signifiait acquérir plus d'influence et de responsabilités, cela ne revenait pas forcément à s'épanouir professionnellement.

Financièrement oui, en matière de réputation sans doute, mais pour le reste... Enfin, l'intuition que pouvait avoir Lou à ce sujet reposait pour beaucoup sur des a priori, notamment du fait d'avoir pour référent un père qui gagnait certes bien sa vie mais avait l'air de s'ennuyer comme un rat mort dans son bureau poussiéreux.

Enfin, Abraxas savait ce qu'il faisait, sans doute, et il était assez évident qu'il ne manquait pas d'ambition (et Lou avait toujours eu beaucoup de respect pour les personnes ambitieuses. C'était sans doute en partie pour cela d'ailleurs qu'elle était tombée sous le charme de Tom. Avant de se rendre compte qu'elle aussi était capable d'en avoir, à la surprise générale). Alors s'il voulait grimper jusqu'au sommet de la hiérarchie, il en était certainement capable.

Ce qui ne changeait rien aux a priori de Lou sur la question, s peu fondés pouvaient-ils être, elle associerait sans doute éternellement le ministère à une sorte d'entrave naturelle à l'épanouissement professionnel. Quand bien même les autres options de prestige n'étaient pas forcément nombreuses.

Qu'est-ce que Lou ferait, elle, si elle devait travailler, elle n'en savait rien, mais elle savait qu'elle voudrait être libre de ses mouvements, de son emploi du temps, voyager, peut-être... Oui, à ce compte-là, il faudrait sûrement lui inventer un emploi du temps à part entière.


« Et puis je ne suis pas du genre à rester sagement dans mon coin en attendant que les choses se passent. Je préfère être un minimum maître de mon destin et de ma vie. »

La philosophie qu'adoptait Abraxas aurait été aux antipodes de la sienne il n'y a pas si longtemps que cela encore, mais il n'en était plus rien aujourd'hui. Elle comprenait parfaitement ce qu'il voulait dire. Parce que rester sagement dans son coin en attendant que les choses se passent, c'est ce qu'elle avait fait toutes ces dix-sept dernières années, et on irait pas forcément dire que ça lui ait rendu un fier service.


"Je te comprends", répondit-elle, et ce n'étaient pas les simples mots de l'interlocutrice moyenne qui se contenterait d'abonder dans le sens du jeune homme sans y réfléchir. C'était le cas, elle le comprenait vraiment. Ou pensait le comprendre en tout cas. "C'est ce que je cherche aussi, avoir le contrôle de ma vie." Elle marqua une légère pause. "Même s'il y aura toujours un maître au-dessus de nous."

Et en disant cela, contrairement à ce que d'aucuns pourraient penser, elle ne partait pas dans un trip religieux ou mystiques hallucinés. Ils avaient tous les deux un autre maître qu'eux-mêmes, puisqu'ils avaient le même, et pas un vieux barbu qui les regarderait depuis le nuage (aucune référence à Dumbledore qui les toiserait depuis la tour d'astronomie), mais un individu bien réel, de chair et d'os. Dont elle cherchait à s'émanciper comme elle le pouvait, à ses risques et périls.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MANGEMORT
avatar
▌ Messages : 890
Humeur :
50 / 10050 / 100


QUI SUIS-JE?
Baguette: 27cm, bois de peuplier, ventricule de dragon
Camp: Mal
Avatar: Mitch Hewer

Message#Sujet: Re: Fuir n'est pas toujours une option (Abraxas)   Lun 21 Mai - 5:01

Fuir n'est pas toujours une option
But I must explain to you how all this mistaken idea of denouncing pleasure and praising pain was born and I will give you a complete account of the system, and expound the actual teachings of the great explorer of the truth, the master-builder of human happiness. No one rejects, dislikes, or avoids pleasure itself, because it is pleasure, but because those who do not know how to pursue pleasure rationally encounter consequences that are extremely painful.
Abraxas n’était pas tellement du genre à se plaindre, même s’il ne lui en fallait pas beaucoup au final. Il aimait bien se donne en spectacle, faire son petit numéro, faire l’intéressant en somme. Il avait toujours aimé qu’on lui porte de l’attention, et cela ne datait pas d’aujourd’hui. Quoiqu’il en soit, il ne disait pas que son travail ne lui plaisait pas pour avoir une occasion de jouer les martyrs mais parce que c’était la stricte vérité. Il n’y allait pas par plaisir, et il doutait qu’on puisse le faire. Après tout, on ne travaillait pas pour être heureux, on le faisait pour gagner de l’argent. Le travail n’était pas important, le poste qu’on occupait l’était. Etre tout en en faut de l’échelle, ou du moins, en être le plus près possible, c’était là tout l’intérêt. En tout cas, c’est avec cette idée qu’on l’avait élevé.

Certes, il ne manquait pas d’ambition, il n’avait pas envie de rester toute sa vie le petit employé de bureau lambda. Après tout, il valait bien mieux que ça. Tout Malefoy qui se respectait ne se contenterait pas de cela, mais il fallait bien commencer par quelque chose. Rien n’était figé cependant, et tout pouvait évoluer, il n’y avait plus qu’à se donner les moyens pour y parvenir le plus rapidement possible. Il ne savait pas si Lou arrivait à suivre son cheminement de pensées ou bien si tout cela était obscur pour elle. Il est certain qu’ils n’avaient pas été de la même manière et que l’on ne leur avait pas donné les mêmes priorités, déjà en grande partie à cause de leurs sexes différents. On élevait les filles sang-pur pour qu’elles soient de bonnes épouses, on élevait les garçons afin qu’ils réussissent au mieux dans la vie et le monde sorcier. Mais elle n’était pas non plus idiote -enfin, de ce qu’il en savait- donc cela devrait aller, théoriquement.

Abraxas préférait jouer ses cartes correctement quand il le pouvait avant que quelqu’un prenne la main avant lui. Il n’avait pas envie de laisser les autres décider pour lui, attendre que tout arrive, il fallait parfois savoir provoquer un peu le destin, pour tout et n’importe quoi. La loi du plus fort était toujours de mise, il n’y avait pas de secret. Si on voulait réussir, il fallait s’en donner les moyens et choisir judicieusement son camp. Même quand les camps n’étaient pas définis, il en avait toujours, même si là, on pouvait dire que les partis étaient tout à fait distincts, et cela faisait un moment qu’Abraxas avait choisi le sien.

"Je te comprends"

Il la dévisagea un instant avant de lui adresser un sourire. Il ne pensait pas qu’elle disait ça comme ça, pour faire bien, même si le genre de Lou c’était plutôt de suivre le mouvement sans donner réellement son avis, elle semblait sincère sur le moment, et puis elle n’aurait pas beaucoup d’intérêt à aller dans son sens à lui, étant donner leur relation, à moins qu’elle veuille juste se faire bien voir mais il en doutait.

"C'est ce que je cherche aussi, avoir le contrôle de ma vie. Même s'il y aura toujours un maître au-dessus de nous."

Bien entendu, il n’oubliait pas Tom. Car il était certain que c’était à lui qu’elle faisait allusion. Il était conscient de tout cela, mais ce n’est pas parce qu’il lui était fidèle qu’il ne pouvait pas gérer sa vie tout seul. Tom n’était pas sa nounou et Abraxas savait faire la différence entre sa place au sein des Mangemorts et sa place dans la société. Les deux étaient peut-être liées, mais elles prenaient des chemins différents.

« C’est vrai, mais il faut savoir dissocier les choses lorsque c’est nécessaire. Je crois que quelque soit notre inclinaison, on agit toujours seul pour certaines choses. Il y a des choses que personnes ne peut contrôler, d’autres qu’on peut laisser à une tierce personne, et d’autres dont on est totalement maîtres. Enfin, je dis ça mais c’est mon point de vue. En tout cas, je te souhaite de trouver ce que tu cherches. Je pensais pas dire ou même penser ça un jour mais, tu n’es pas aussi inintéressante que je le pensais. C’est sympa de parler avec toi. »

black pumpkin
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
HYDRE
avatar
▌ Messages : 414
Humeur :
50 / 10050 / 100


QUI SUIS-JE?
Baguette: bois de meurisier, 17 cm, crin de licorne
Camp: Mal
Avatar: Ellen Page

Message#Sujet: Re: Fuir n'est pas toujours une option (Abraxas)   Mer 23 Mai - 13:02


« C’est vrai, mais il faut savoir dissocier les choses lorsque c’est nécessaire. Je crois que quelque soit notre inclinaison, on agit toujours seul pour certaines choses. Il y a des choses que personnes ne peut contrôler, d’autres qu’on peut laisser à une tierce personne, et d’autres dont on est totalement maîtres. »

Le point de vue d'Abraxas se tenait et ne manquait pas du tout de cohérence, loin de là, même. Et non seulement ce point de vue se tenait, mais en plus, il était plutôt rassurant.

A partir du moment où on admettait que l'on pouvait avoir prise sur certains aspects de sa vie quand d'autres pouvaient être laissés au bon soin du destin ou d'un meneur qui en valait la peine, tout changeait, et c'était sans doute plus simple de considérer l'existence avec la détermination nécessaire pour en devenir l'acteur.

Elle se promettait, en tout cas, de s'en rappeler le moment venu, et même à tout moment. Il n'y avait que peu de temps qu'elle avait repris sa vie en main, et elle avait encore beaucoup de travail à faire sur elle-même, surtout si elle ne voulait pas retomber dans ses anciens travers.

« Enfin, je dis ça mais c’est mon point de vue. En tout cas, je te souhaite de trouver ce que tu cherches. »

Elle esquissa un sourire. Bizarrement, elle avait le sentiment que c'était bel et bien sincère.

Elle souhaitait, elle aussi, trouver ce qu'elle cherchait. Mais elle savait que la tâche promettait d'être ardue. Avant de prendre pleinement conscience de ce dont elle avait réellement besoin, il faudrait déjà qu'elle parvienne à comprendre qui elle était, ce qu'elle voulait. Ce qu'elle cherchait, c'était tout simplement de renouer avec elle-même... L'entreprise était délicate, mais Abraxas, à sa manière, en reconsidérant le regard qu'il posait sur elle, en révisant son opinion, et grâce à ses conseils, l'y aidait, l'y aidait réellement.


« Je pensais pas dire ou même penser ça un jour mais, tu n’es pas aussi inintéressante que je le pensais. C’est sympa de parler avec toi. »

Quelque part, le propos n'était qu'en partie flatteur, mais pour se vexer réellement à ce sujet, il aurait fallu qu'elle n'ait pas conscience de ce que tout le monde pensait d'elle, et de qui elle avait été. Une suiveuse, somme toute.

"Je vais décider de prendre ça pour un compliment", répondit-elle donc sans se vexer. "Pour tout te dire, j'avais tendance à penser que tu étais un crétin prétentieux, le genre à penser que tout lui est dû. Comme quoi, on ne devrait pas juger les gens sans les connaître." Elle disait cela d'un ton léger, elle ne voulait pas qu'il se sente insulté non plus, ce n'était jamais qu'un trait d'humour... avec un fond de vérité. "J'aime bien parler avec toi, aussi."

Et c'était assez désarmant, parce que ça faisait bien longtemps qu'elle n'avait pas juste... passé un bon moment avec quelqu'un d'autre. Elle avait eu trop tendance à se braquer contre tout et tout le monde, mais Abraxas, lui, la voyait comme elle était devenu, pas comme elle avait trop longtemps été. Encore que ce visage qu'elle présentait aux autres, ce n'était pas vraiment elle.


"Avant de trouver ce que je cherche, il faut déjà que je réussisse à comprendre ce que c'est. Mais au moins, j'ai une meilleure idée de ce que je veux. Et pour commencer, ne plus jamais me cacher derrière les autres. Si j'ai pu te prouver que je ne suis pas si inintéressante que ça, tu finiras peut-être par ne plus être le seul."

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MANGEMORT
avatar
▌ Messages : 890
Humeur :
50 / 10050 / 100


QUI SUIS-JE?
Baguette: 27cm, bois de peuplier, ventricule de dragon
Camp: Mal
Avatar: Mitch Hewer

Message#Sujet: Re: Fuir n'est pas toujours une option (Abraxas)   Mer 30 Mai - 16:34

Fuir n'est pas toujours une option
But I must explain to you how all this mistaken idea of denouncing pleasure and praising pain was born and I will give you a complete account of the system, and expound the actual teachings of the great explorer of the truth, the master-builder of human happiness. No one rejects, dislikes, or avoids pleasure itself, because it is pleasure, but because those who do not know how to pursue pleasure rationally encounter consequences that are extremely painful.
Cela faisait bien longtemps qu’Abraxas n’avait pas eu une discussion avec des sujets sérieux avec qui que ce soit. Mais une discussion sérieuse intéressante, pas le genre barbant à souhait que tenait les « vieux » parce qu’ils étaient sages et avaient de l’expérience. Il n’était pas avec un vieux de toute façon, il était avec… il ne savait pas trop. Il ne pouvait pas définir sa relation avec Lou, ce n’était pas son amie, et il venait tout juste de découvrir qu’elle ne servait pas à rien comme il l’avait longtemps pensé. Ce n’était pas méchant de sa part, surtout que c’est ce que pensaient pas mal de gens, surtout parmi les Mangemorts, mais personne n’avait jamais rien dit, étant donné qu’elle était l’ancienne copine de Tom. Quoiqu’il en soit, il s’était trompé sur son compte.

Tant mieux en tout cas, mieux valait que ce soit dans ce sens que dans l’autre. Peut-être qu’elle deviendrait une amie, peut-être que les choses en resteraient là, en fait, il n’en savait trop rien, tout c’était fait de manière naturelle et totalement portée sur le hasard des choses. C’était peut-être mieux comme ça, en tout cas, ça rendait les choses un peu plus intéressantes, quand elles n’étaient pas préméditées dès le départ. Chez les sang-purs, en général, toutes les relations étaient prédéfinies, on savait à l’avance avec qui il fallait bien s’entendre et les autres.

C’était une surprise dans tous les cas, il n’aurait pas songé à ce qu’ils puissent discuter comme ça quand ils s’étaient rencontrés plus tôt dans la journée. Mais il n’était pas déçu, bien au contraire, cette discussion était distrayante et puis la connaître un peu mieux, ou plutôt la connaître tout court était un exercice assez sympathique, il devait bien l’admettre. Il espérait que ce soit la même chose de son côté, sinon il se retrouverait un peu idiot, mais elle n’avait pas l’air de faire semblant, donc… Il avait décidé de lui faire remarquer que l’avis qu’il avait d’elle était quelque peu biaisé. Pas de la manière la plus délicate qui soit certes, mais il ne pensait pas qu’elle s’en formaliserait. Dans tous les cas, il ne faisait qu’être sincère avec elle, elle ne pouvait pas vraiment le lui reprocher. Ce n’était pas tous les jours qu’il se permettait d’être aussi franc et direct avec les autres, autant en profiter un peu.

"Je vais décider de prendre ça pour un compliment. Pour tout te dire, j'avais tendance à penser que tu étais un crétin prétentieux, le genre à penser que tout lui est dû. Comme quoi, on ne devrait pas juger les gens sans les connaître. J'aime bien parler avec toi, aussi."

Abraxas ne le prenait pas mal, parce que ça ne le surprenait pas. Il n’avait jamais été très sympa avec elle et il aimait bien faire le paon en public alors c’était normal qu’elle pense ça de lui. Et elle n’avait pas tout à fait tort, il lui arrivait d’avoir ce genre d’attitude, cela faisait parti de son caractère, mais Abraxas aimait bien se considérer comme parfait de toute manière. Même s’il était loin de la vérité, ça flattait son ego et ce n’était pas plus mal. Il haussa un sourcil et prit un air faussement vexé.

« Je suis surpris que de telles pensées aient pu t’effleurer. Moi qui suis tellement parfait, ça me blesse. Quoiqu’il en soit, il y a pas mal de choses que les gens ne savent pas de moi et ce n’est pas plus mal, ce sont des choses réservées à certains privilégiés mais ça doit être quelque chose que pas mal de monde fait. »

C’est vrai qu’il ne se montrait pas pareil au Ministère et avec ses proches. Il voulait établir une certaine image de lui et pour cela, il devait faire attention et établir quelques stratégies. Mais il pouvait s’accorder quelques relâchements et faiblesses auprès de ceux qu’il estimait digne.

"Avant de trouver ce que je cherche, il faut déjà que je réussisse à comprendre ce que c'est. Mais au moins, j'ai une meilleure idée de ce que je veux. Et pour commencer, ne plus jamais me cacher derrière les autres. Si j'ai pu te prouver que je ne suis pas si inintéressante que ça, tu finiras peut-être par ne plus être le seul."

Ce n’était pas une mauvaise idée, en tout cas, il trouvait que c’était une bonne chose. Encore une fois, il ne pouvait que lu souhaiter d’y arriver. Mais il ne se faisait pas trop de souci pour elle. Elle semblait être une fille forte et avec beaucoup de détermination.

« Peut-être, cela ne dépend que de toi je présume. Et aussi un peu des autres. Mais je ne me fais pas trop de souci, il n’y a pas de raison que ça n’aboutisse pas. »

black pumpkin
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
HYDRE
avatar
▌ Messages : 414
Humeur :
50 / 10050 / 100


QUI SUIS-JE?
Baguette: bois de meurisier, 17 cm, crin de licorne
Camp: Mal
Avatar: Ellen Page

Message#Sujet: Re: Fuir n'est pas toujours une option (Abraxas)   Jeu 31 Mai - 13:08


« Je suis surpris que de telles pensées aient pu t’effleurer. Moi qui suis tellement parfait, ça me blesse. »

Lou accueillit la réponse d'Abraxas avec un léger sourire, comme quoi, lui aussi était capable d'autodérision (preuve qu'il n'était sans doute pas si prétentieux que ça, en fin de compte, et que ce n'était jamais rien d'autre qu'une façade).

Cette conversation contenait définitivement tout ce qu'une conversation que l'on voulait voir durer devrait contenir. Des moments où ils s'attardaient sur des sérieux sujets et sensibles, d'autres où ils discutaient de leur vie et de leurs projets. d'autres encore, plus légers, où ils se contentaient de faire dans la dérision. Et surtout, jamais le moindre temps mort, pas parce que les règles de la discussion l'imposaient, mais parce qu'ils trouvaient toujours de nouvelles choses à se dire.


« Quoiqu’il en soit, il y a pas mal de choses que les gens ne savent pas de moi et ce n’est pas plus mal, ce sont des choses réservées à certains privilégiés mais ça doit être quelque chose que pas mal de monde fait. »

C'est sûr. Souvent, on se présentait sous un certain jour à ses interlocuteurs. Ils pouvaient varier en fonction de la personne qui se trouvait face à nous, mais l'intention était toujours la même : se faire bien voir, être apprécié.

Porter ce genre de masques, Lou connaissait, elle avait donné dans ce domaine, et bien souvent. Elle n'était pas complètement elle-même en présence de Tom, parce qu'elle avait trop envie de lui plaire, et en présence de ses amis, pareils, y compris Ines, c'était bien le problème. Quoique cette dernière faisait exception pour tous ces moments où elles étaient seules, sans personne autour, et où Lou se permettait des confidences qu'elle n'aurait accordé à personne d'autre.

C'était le cas pour tout le monde, mais en cet instant, elle osait vraiment penser qu'il n'y avait aucun faux semblant, parce que Lou et Abraxas n'avaient aucune raison de donner d'eux une bonne image ou de s'impressionner. Ils se présentaient tous les deux comme ils étaient et, en fait, ça marchait plutôt bien.


"Alors, je suis une privilégiée", déduisit-elle en souriant... sans forcément le penser, même si l'idée que ce puisse être vrai n'avait rien de déplaisant. "Quel honneur."

« Peut-être, cela ne dépend que de toi je présume. Et aussi un peu des autres. Mais je ne me fais pas trop de souci, il n’y a pas de raison que ça n’aboutisse pas. »

Ou bien il y en avait plein, mais pour une fois, Lou avait plutôt confiance en elle, et c'était aussi appréciable qu'on lui fasse également confiance. Même si cette confiance lui venait de quelqu'un à qui elle ne s'attendait pas. Ou peut-être d'autant plus, en fin de compte.

Elle avait compris, quoi qu'il en soit, que si on se forgeait la certitude de ne pas pouvoir s'accomplir, alors on échouait forcément, et elle ne voulait pas échouer.


"Je pense aussi", dit-elle alors, ce qui remplaça le "on verra bien" qui lui avait effleuré les lèvres. "On verra bien", c'était quelque part défaitiste, laisser son sort entre les mains du destin, et elle ne voulait pas que ça arrive. Elle acheva d'un trait ce qui restait dans son verre et en profita pour jeter un oeil à sa montre. "Je ne vais pas devoir tarder, j'avais encore quelques courses à faire." Et en fait, ça l'attristait, elle avait envie de rester, de bavarder plus longuement. Elle reporta son regard sur Abraxas. "Est-ce que ça te dirait... qu'on reprenne un verre, comme ça, un de ces quatre ?"

Elle s'étonnait elle-même d'avoir osé le demander. Mais en même temps, elle n'allait pas nier. Elle trouverait dommage que tout se limite à cette conversation, alors que manifestement, cette conversation lui avait fait du bien, et peut-être au jeune homme aussi, non ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MANGEMORT
avatar
▌ Messages : 890
Humeur :
50 / 10050 / 100


QUI SUIS-JE?
Baguette: 27cm, bois de peuplier, ventricule de dragon
Camp: Mal
Avatar: Mitch Hewer

Message#Sujet: Re: Fuir n'est pas toujours une option (Abraxas)   Mar 5 Juin - 14:02

Fuir n'est pas toujours une option
But I must explain to you how all this mistaken idea of denouncing pleasure and praising pain was born and I will give you a complete account of the system, and expound the actual teachings of the great explorer of the truth, the master-builder of human happiness. No one rejects, dislikes, or avoids pleasure itself, because it is pleasure, but because those who do not know how to pursue pleasure rationally encounter consequences that are extremely painful.
Plaisanter avec Lou Hamilton… Ce n’est pas quelque chose à laquelle il aurait cru facilement et pourtant… c’était bel et bien le cas. Il n’aurait pas parié dessus mais bon, les choses en avaient décidé ainsi et après tout, pourquoi pas. Il s’était toujours se demander ce qu’elle faisait chez les Mangemorts ou même avec Tom. Parce qu’à part plante verte, il ne lui avait jamais trouvé une autre utilité, c’était à peine si on la remarquait dans un groupe tant elle s’effaçait, intentionnellement ou pas. Ça n’avait pas pour but d’être méchant c’était juste… la vérité. Et il se doutait qu’il n’était probablement pas le seul à penser ça. Mais il était tout de même content de connaître une Lou différente et bien plus intéressante que ce qu’il aurait cru. Ils avaient au moins pu tenir une vraie discussion avec des thèmes plus ou moins sérieux et importants.

En tout cas, elle semblait consciente de l’image qu’elle avait renvoyée pendant des années et semblait vouloir y remédier. Il lui souhaitait d’y arriver, c’était toujours mieux qu’on pense que vous êtes une fille sympa avec qui on peut parler qu’une fille totalement inutile et effacée. Il n’était pas sûr que si elle n’était pas sortie avec Tom, il ne se serait souvenu de son nom et de qui elle était. Même s’ils avaient été dans la même maison, ils n’étaient pas de la même année, et il ne connaissait pas tous ceux qui étaient en cours avec lui. Abraxas ne s’intéressait pas beaucoup à ce qui ne lui apportait rien. C’était comme ça.

Enfin bon, cela avait changé aujourd’hui pour Lou. C’était une bonne surprise. Et dire que quand il l’avait rencontrée un peu plus tôt, il en avait soupiré d’ennui. Le destin s’amusait beaucoup en ce moment. Mais les bonnes surprises étaient de mise en ce moment, ça lui faisait penser à autre chose que Caleb et Elena et c’était reposant, agréable. Mais inutile de repenser à eux maintenant, autant se concentrer sur la conversation qu’il tenait en ce moment avec la Serpentard, c’était bien mieux. Oui, bien mieux en effet.

"Alors, je suis une privilégiée. Quel honneur."

Il lui adressa un léger sourire. Privilégiée, peut-être pas. Il ne lui montrait pas tout de lui, étant donné que c’était presque comme s’ils venaient de faire connaissance. Mais il est vrai qu’il ne jouait pas un rôle, il se montrait plus naturel qu’il pouvait l’être en société, comme au travail, ou pendant les soirées mondaines. Ce genre de choses où vous étiez sans cesse juger. Cela ne le dérangeait pas qu’on le juge, après tout, c’était bien normal, il faisait pareil, mais il devait veiller à ce qu’on dise que des choses positives, il se devait d’être le parfait héritier Malefoy et pour le moment, il se débrouillait plutôt bien. Enfin, selon son propre jugement. Parce qu’il est vrai qu’Abraxas avait tendance à se mettre tout seul sur un piédestal, même s’il en était déjà tombé, cela ne l’empêchait en rien d’y remonter, et ce même encore plus haut.

"Je pense aussi. Je ne vais pas devoir tarder, j'avais encore quelques courses à faire."

C’est vrai qu’ils devaient être là depuis un moment déjà. Il n’avait pas vu le temps filer, mais il ne trouvait pas qu’il l’avait perdu. Après tout, entre discuter agréablement et faire les courses pour sa mère, il préférait la première option. Mais il était vrai qu’il avait lui aussi des choses importantes à faire, autant profiter de sa journée de congé pour les faire, au moins, il serait débarrassé.

"Est-ce que ça te dirait... qu'on reprenne un verre, comme ça, un de ces quatre ?"

Il haussa légèrement les sourcils, un peu surpris. Mais après tout, pourquoi pas. C’est vrai qu’ils avaient passé un bon moment et la perspective de la revoir dans ces conditions n’était pas déplaisante alors pourquoi refuser ?

« Euh… oui pourquoi pas. Ça pourrait être sympa. On se tient au courant. Bonne journée dans ce cas, à plus tard. »

Il lui adressa un sourire avant de se lever, il paya leurs consommations au bar et sorti du pub, de bonne humeur par ce moment passé en compagnie de Lou.

black pumpkin
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

Message#Sujet: Re: Fuir n'est pas toujours une option (Abraxas)   

Revenir en haut Aller en bas
 

Fuir n'est pas toujours une option (Abraxas)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Haiti en marche - Haitiens, partout fuir la misere!
» OH AFRIQUE TU NOUS RESERVES TOUJOURS DES SURPRISES..........
» Je serais toujours près de toi... [Mort de Saveur d'Amande: pv Dauphine, et ceux qui veulent lui rendre hommage]
» L'assassin revient toujours sur les lieux du crime. Diantre, qu'on l'arrête!
» On n'a pas toujours besoin d'un plus petit chez soi
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
T.rouble O.r M.isery (or both) ::  :: 
Pré-au-lard
 :: La Poste
-