AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  
Le Deal du moment :
Précommander le jeu Mario Kart Live Home Circuit
Voir le deal
99 €

Partagez | 
 

 Nulle amie ne vaut une soeur. (Agrippine)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
SORCIER
Ignatius Tuft
▌ Messages : 372
Humeur :
Nulle amie ne vaut une soeur. (Agrippine) Left_bar_bleue50 / 10050 / 100Nulle amie ne vaut une soeur. (Agrippine) Right_bar_bleue

En couple avec : Carlotta Pinkstone

QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois de chêne rouge, crin de sombral, 17,5cm
Camp: Neutre
Avatar: Adam Driver

Nulle amie ne vaut une soeur. (Agrippine) Empty
Message#Sujet: Nulle amie ne vaut une soeur. (Agrippine)   Nulle amie ne vaut une soeur. (Agrippine) Icon_minitimeMar 9 Jan - 21:43

Nulle amie ne vaut une soeur.
Ignatius marchait d’un pas rapide dans l’allée de l’Embrume, dans le but de rejoindre l’appartement de Agrippine qui s’y trouvait. Ce n’était clairement pas une partie de plaisir pour lui de s’y rendre, dans l’appartement, pas réellement en compagnie de sa jeune sœur. Non pas que leur relation soit parfaite, le grand frère avait un peu trop tendance à considérer que sa jeune sœur n’était peut-être pas si digne que cela de la famille (des efforts de cette dernière), qu’elle ne faisait pas assez d’effort non plus. Et depuis qu’elle avait évité l’enterrement de leur père, il ne pouvait pas penser autrement. Mais en même temps, eh bien, il n’avait rien contre Agrippine non plus. Il passait son temps à entendre sa mère se plaindre à son sujet – c’était incroyable comme elle savait être tolérante pour beaucoup de chose, mais très peu pour sa fille – mais il n’avait pas envie de prendre partie pour autant. Bon, d’accord, il ne parlait pas à tout le monde de sa jeune sœur non plus, surtout pas depuis que leur mère était ministre de la magie, mais ce n’était pas pour autant qu’il ne l’aimait pas. Tout ça, c’était juste un peu compliqué.

Bref, en attendant, il marchait donc dans l’allée des embrumes, dans le but de rejoindre l’appartement de Agrippine. Il avait un paquet en main, qu’il tenait quand même fermement contre lui, même s’il était de toute façon recouvert d’une cape noire. Parce qu’il n’aimait pas spécialement l’idée qu’on le voit ici et qu’on le reconnaisse surtout. Parce qu’il était quand même le fils du ministre de la magie, en plus d’avoir un poste de directeur de bureau au ministère. Il n’était pas forcément raisonnable qu’il traîne dans le coin. Mais bon, il faisait ça pour Agrippine. Quand il arriva devant son appartement, il frappa à la porte et attendit un peu nerveusement qu’elle vienne l’ouvrir.

« Tu n’as jamais songé à te trouver un lieu de vie plus confortable ? » Demanda-t-il, la porte s’ouvrant à peine, avant de poser réellement son regard sur sa jeune sœur. « Tu es rousse maintenant ? »

Demanda-t-il alors, ne cachant rien de sa surprise. Il avait l’habitude de voir le style de Agrippine changer régulièrement. Autrefois, elle avait de beaux cheveux noirs, aussi noirs que les siens. Il n’avait jamais caché le fait qu’il préférait cette couleur là.
Code by Gwenn
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
Agrippine Tuft
▌ Messages : 1151
Humeur :
Nulle amie ne vaut une soeur. (Agrippine) Left_bar_bleue50 / 10050 / 100Nulle amie ne vaut une soeur. (Agrippine) Right_bar_bleue


QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois de hêtre, crin de licorne, 31,2 cm
Camp: Neutre
Avatar: Emma Stone

Nulle amie ne vaut une soeur. (Agrippine) Empty
Message#Sujet: Re: Nulle amie ne vaut une soeur. (Agrippine)   Nulle amie ne vaut une soeur. (Agrippine) Icon_minitimeMer 10 Jan - 21:25


Nulle amie ne vaut une soeur.
A

grippine savait bien qu'elle abusait un peu (beaucoup), si elle et son frère voulaient se voir, ils pouvaient bien le faire dans le décor confortable d'un café ou encore dans l'appartement bien plus spacieux d'Ignatius, mais elle ne résistait jamais à la possibilité de l'inviter chez elle, d'autant qu'il était rare qu'il refuse l'invitation. Et elle avait de bons arguments en sa faveur. Il ne voudrait quand même pas qu'on le voit dans un lieu public avec sa soeur dévergondée, quand même ? Qu'adviendrait-il de sa réputation, hein ? Et si quelqu'un la voyait frapper à sa porte ? Bon, en le faisant venir chez elle, dans le quartier le plus mal-famé de la Grande-Bretagne sorcière, elle ne lui faisait pas prendre moins de risque... mais bon, c'était marrant, quoi. Et puis, Agrippine considérait que ça ne lui faisait pas de mal, à son grand frère, de se confronter à ce genre d'endroits, à ce genre de climat, à ce genre de population, il faudrait pas non plus qu'il s'enferme dans une cage dorée et refuse du monde certains de ses aspects. Elle savait comme ce décor le rendait inconfortable, et elle appréciait d'autant plus qu'il fasse l'effort de venir la voir. Pour elle, c'était là une belle preuve d'amour fraternel. Et qu'Ignatius lui prouve qu'il tenait à elle avait de l'importance à ses yeux. Elle ne le montrait pas forcément parce qu'elle avait trop de fierté et une trop grande gueule, mais ça la touchait. Et puis, pour elle, c'était la preuve qu'elle pouvait encore l'extirper de l'influence de son père.

-Tout le monde a pas les moyens de se payer un palace, frangin,
répliqua-t-elle dans un sourire en le faisant entrer chez elle. Puis je l'aime, moi, mon appart.

Pourtant, clairement, il ne payait pas de mine. Il était minuscule, et il exigerait un nombre plus que conséquent de travaux. Sans oublier le fait qu'en plus de son état de délabrement avancé, il était en bordel... Ranger était une perte de temps aux yeux d'Agrippine. Et elle adorait le chaos, le désordre, ce qui était trop ordonné l'angoissait. Et elle, elle s'y retrouvait, de toute manière.

-J'étais sûre que tu adorerais,
ajouta-t-elle quand Ignatius commenta sa nouvelle couleur de cheveux tout en leur apportant deux bières sans demander l'avis du jeune homme. Elle était convaincue qu'il détestait. Il détestait toujours ses fantaisies capillaires. Mais elle hors de question de revenir aux cheveux noirs. Hors de question de ressembler à sa mère, de près ou de loin. Elle s'installa sur son petit fauteuil rapiécé, et invita son frère à s'assoir de même. Alors, dis-moi, quoi de neuf ? demanda-t-elle, curieuse, et prête à piquer son frère sur tout ce qu'elle trouvait superflu dans son quotidien.


code by Mandy

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
Ignatius Tuft
▌ Messages : 372
Humeur :
Nulle amie ne vaut une soeur. (Agrippine) Left_bar_bleue50 / 10050 / 100Nulle amie ne vaut une soeur. (Agrippine) Right_bar_bleue

En couple avec : Carlotta Pinkstone

QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois de chêne rouge, crin de sombral, 17,5cm
Camp: Neutre
Avatar: Adam Driver

Nulle amie ne vaut une soeur. (Agrippine) Empty
Message#Sujet: Re: Nulle amie ne vaut une soeur. (Agrippine)   Nulle amie ne vaut une soeur. (Agrippine) Icon_minitimeDim 28 Jan - 17:31

Nulle amie ne vaut une soeur.
Ignatius décida de juste ne pas faire de commentaire concernant l’appartement de sa sœur, qui ne payait clairement pas de mine… qui lui donnait plus le sentiment d’un taudis qu’autre chose d’ailleurs. Mais bon, il savait bien que la jeune femme allait avoir toujours quelque chose à répondre à ce qu’il disait, qu’elle n’irait pas dans son sens… parce qu’elle n’allait jamais dans son sens. C’était comme ça, c’était dans son caractère, le jeune homme avait un peu l’habitude après tout. C’était comme ses cheveux, elle était rousse maintenant. Et le fils de la ministre savait parfaitement que si elle faisait ça, si elle passait son temps à changer de couleur de cheveux, c’était pour se démarquer de la famille. Puisque tous les membres (enfin la mère et le fils) avaient des cheveux noirs. Agrippine lui affirma qu’elle était sûr qu’il adorerait et évidemment, ils savaient tous les deux qu’elle mentait. Parce qu’il ne parlerait pas de ses cheveux s’il appréciait la couleur. Ce n’était pas le cas, non. Il préférait quand sa sœur avait les cheveux noirs, mais il se doutait qu’il n’allait jamais pouvoir la revoir ainsi. Parce qu’encore une fois, elle avait un esprit de contradiction bien trop grand.

Le jeune homme s’installa donc – dans ce taudis, on le rappelle ? – et attrapa la bière que sa sœur lui tendit. Ça lui convenait bien, au moins il y avait quelque chose qui roulait dans cette situation. Bon, en même temps, la présence de Agrippine était quelque chose d’agréable, sinon il ne viendrait pas. Mais Ignatius ne pouvait pas s’empêcher de râler, parce qu’il avait besoin de le faire tout simplement. Une manière pour lui de dire et de montrer à sa sœur qu’il n’appréciait pas ses choix de vie. Sans pour autant la rejeter complètement, comme l’avait fait leur mère (avec de bonne raison quand même non ?).

« Je suis venue t’apporter des trucs. » Dit-il en tendant à son tour à la jeune femme la petite boite qui se trouvait dans sa main. « Se sont des messages qui des personnes t’ont laissé, après l’enterrement de papa. »

Son regard ne quittait pas le visage de sa sœur et il en disait long sur ce qu’il ressentait, sur le fait que encore une fois, il n’était pas d’accord avec les décisions de la jeune femme. Celle de ne pas venir à l’enterrement de leur père donc, alors que c’était quand même la moindre des choses. Même s’ils avaient des désaccords, que Agrippine ne voyait plus leur mère par exemple, elle n’avait pas le droit de ne pas venir à l’enterrement si ? Enfin, Ignatius n’aurait pas envisagé de faire ça du tout. Mais il n’avait clairement pas la même relation avec son père que Agrippine. Dans tous les cas, le jeune homme ne manquait pas donc de lancer une petite pique envers sa sœur, pour lui montrer qu’il n’appréciait pas spécialement sa manière de faire, qu’il aurait aimé qu’elle soit là. Il le lui rappelait comme ça.
Code by Gwenn
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
Agrippine Tuft
▌ Messages : 1151
Humeur :
Nulle amie ne vaut une soeur. (Agrippine) Left_bar_bleue50 / 10050 / 100Nulle amie ne vaut une soeur. (Agrippine) Right_bar_bleue


QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois de hêtre, crin de licorne, 31,2 cm
Camp: Neutre
Avatar: Emma Stone

Nulle amie ne vaut une soeur. (Agrippine) Empty
Message#Sujet: Re: Nulle amie ne vaut une soeur. (Agrippine)   Nulle amie ne vaut une soeur. (Agrippine) Icon_minitimeDim 28 Jan - 17:51


Nulle amie ne vaut une soeur.
L

e sourire qu'Agrippine arborait fièrement depuis l'arrivée de son frère s'estompa légèrement quand ce dernier lui tendit la boîte qu'il était venu lui apporter (encore qu'elle se doutait qu'il ne s'agissait que d'un prétexte. D'une pour la voir. De deux pour évoquer ce sujet brûlant sur lequel il avait toujours mille reproches à lui faire). S'il était un sujet épineux qui pouvait lui faire perdre un peu de sa décontraction, c'était bien celui-là. Elle ne voulait plus entendre parler de son père, plus jamais. C'était un soulagement qu'il soit mort, et elle n'avait pas l'intention de laisser son souvenir tout gâcher quand sa personne avait eu la décence de lui foutre la paix une bonne fois pour toutes. Qu'il crâme joyeusement dans les flammes de l'enfer où il méritait très clairement de brûler et qu'il laisse sa famille, son frère surtout, tranquille. C'était ce qui l'énervait le plus. Ignatius admirait déjà beaucoup trop leur géniteur quand ce dernier respirait encore, mais elle avait le sentiment que c'était pire encore maintenant, comme si le fait qu'il soit mort en avait fait d'office un dieu intouchable. Lui, le sombre connard, aurait fini canonisé si sa mère avait eu le pouvoir de le permettre... Et c'était elle qu'on qualifiait de cinglée et de désaxée. Sans le moindre enthousiasme, la jeune femme se saisit de la boîte en question et l'ouvrit. Une liasse de cartes et autres courriers de condoléances. Super... rien à foutre.

-Super, j'avais plus rien pour alimenter la cheminée,
décréta-t-elle en retrouvant son sourire disparu quelques instant. Elle marqua une pause. Ah ouais, c'est vrai, j'en ai pas.

Ce sur quoi elle s'appliqua à arracher soigneusement les missives qui lui avaient été adressées avant de les balancer nonchalamment par terre. Comme si elle allait s'amuser à lire l'éloge pompeux de ces gens qu'elle ne devait même pas connaître pour la plupart. Elle savait quel message Ignatius essayait de lui faire passer, et elle prenait plaisir à le saper. Oui, elle n'était pas allée à l'enterrement du paternel, et elle n'avait aucun regret à ce sujet. Si c'était à refaire, elle le referait, et avec fierté. Ils étaient déjà beaucoup trop nombreux à être venus pleurer sur sa connerie de cercueils. Ils pouvaient s'estimer heureux qu'elle ne soit pas venue, au fond, car elle aurait craché à même sa tombe, si ça n'avait tenu qu'à elle. Ignatius ne comprenait pas, et au fond, ça la chagrinait. Ce n'était pas de la mauvaise volonté de sa part. Elle voulait bien croire que ses crises de rébellion partaient parfois un peu loin, mais son absence aux funérailles de leur père, elles, étaient calculées et logiques. Et s'il savait, s'il le connaissait aussi bien qu'elle, il cesserait de vénérer ce sombre crétin.



code by Mandy

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
Ignatius Tuft
▌ Messages : 372
Humeur :
Nulle amie ne vaut une soeur. (Agrippine) Left_bar_bleue50 / 10050 / 100Nulle amie ne vaut une soeur. (Agrippine) Right_bar_bleue

En couple avec : Carlotta Pinkstone

QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois de chêne rouge, crin de sombral, 17,5cm
Camp: Neutre
Avatar: Adam Driver

Nulle amie ne vaut une soeur. (Agrippine) Empty
Message#Sujet: Re: Nulle amie ne vaut une soeur. (Agrippine)   Nulle amie ne vaut une soeur. (Agrippine) Icon_minitimeDim 11 Fév - 13:43

Nulle amie ne vaut une soeur.
Ignatius aimait sa petite sœur et même s’il ne le lui avait pas toujours bien rendu – en grande partie parce que le jeune homme reproduisait un peu (et juste un peu, il n’était pas au point de tout savoir de ce qui s’était passé) l’attitude de ses parents, la mettant parfois à l’écart quand ils étaient jeunes – il l’adorait vraiment. Elle était particulière, elle avait un caractère bien différent des autres membres de la famille, mais ça n’enlevait pas le fait que Ignatius avait énormément d’affection pour elle. Sans doute un peu trop, aux yeux de sa mère par exemple. Il ne savait pas vraiment ce qu’elle en pensait, en grande partie parce que le jeune homme préférait largement éviter un peu le sujet avec sa mère. Mais même s’il adorait sa sœur, il était évident que les deux jeunes gens avaient quand même quelques désaccord et sans surprise... c’était toujours en rapport avec leurs parents et surtout leur père (hum...).

Le jeune homme regrettait énormément que sa sœur ne soit pas venue à l’enterrement. Il savait que Agrippine ne supportait pas leur père, mais quand même... c’était peut-être le seul moment où elle aurait dû faire un pas vers lui. Même s’ils ne s’entendaient pas, c’était le moment de faire une trêve. Mais pour le coup, Ignatius ne manquait pas d’être bien naïf. Il observa en serrant des dents sa sœur ouvrir la boite et se mettre à déchirer les messages s’y trouvant, après avoir affirmé qu’elle ne pourrait finalement pas alimenter sa cheminée avec ça. Ignatius poussa un soupir, n’appréciant pas spécialement ce qu’elle faisait avec ce qu’il avait emmené. Même si en un sens, c’était juste une manière pour lui d’aborder un sujet délicat et aussi en partie de venir voir sa sœur. Parce qu’il ne se voyait pas réellement débarquer chez elle sans raison, juste parce qu’il avait envie de la voir (conditionnement...).

« J’apprécie de voir comment tu traites ta famille. »
Dit-il alors, ne souriant pas du tout de son côté. C’était quoi après ? Elle ferait la même chose pour lui ? Elle n’allait pas se pointer à son enterrement le jour où il allait mourir ? Parce qu’elle en avait rien à foutre des autres Tuft ? Bon, il savait bien qu’elle était différente avec lui qu’avec leurs parents, mais bon. « Je crois que ce n’était pas une très bonne idée que je vienne. »

Dit-il alors, en se levant. C’était bête, mais il se sentait vexé par l’attitude de Agrippine. Parce que pour lui, son père était tout, parce qu’il l’adorait et que depuis qu’il était parti, il ne pouvait pas nier qu’il y avait un énorme vide. Et heureusement, il avait encore sa mère.
Code by Gwenn
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
Agrippine Tuft
▌ Messages : 1151
Humeur :
Nulle amie ne vaut une soeur. (Agrippine) Left_bar_bleue50 / 10050 / 100Nulle amie ne vaut une soeur. (Agrippine) Right_bar_bleue


QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois de hêtre, crin de licorne, 31,2 cm
Camp: Neutre
Avatar: Emma Stone

Nulle amie ne vaut une soeur. (Agrippine) Empty
Message#Sujet: Re: Nulle amie ne vaut une soeur. (Agrippine)   Nulle amie ne vaut une soeur. (Agrippine) Icon_minitimeDim 11 Fév - 14:36


Nulle amie ne vaut une soeur.
P

our elle, ces courriers n'avaient pas l'ombre d'une valeur. Les déchirer était un geste simple et tout naturel, qui n'exigeait de sa part aucune émotion particulière. Bien sûr, c'était aussi de la provocation, mais qu'aurait-elle à faire de ces prétendues manifestations de condoléances. Elle ne devait pas connaître les trois-quarts des personnes qui avaient pris la peine de s'adresser à elle, et ce devait forcément être en des termes hypocrites. Agrippine était entière, elle n'allait pas faire semblait pour faire plaisir à la cantonnade. La mort de son père avait été une libération. Elle n'avait pas ressenti le besoin de pleurer sur la tombe de Mr Tuft parce qu'elle avait plutôt envie d'y danser. Et contrairement à ce qu'il pouvait croire, c'était certes par irrespect envers sa mère, mais aussi par respect envers lui qu'elle ne s'était pas pointée à la cérémonie. Parce qu'elle n'aurait pas pu feindre la tristesse et sa joie manifeste aurait gâché un moment de recueillement dont Ignatius, lui, avait besoin (quel dommage qu'il se laisse autant influencer par son ascendance !! Il valait tellement mieux que ça).

Le geste, de toute évidence, déplut profondément à son frère, et sa remarque toucha sincèrement Agrippine. Ce n'était pas sa "famille" qu'elle traitait ainsi, seulement ses parents. En prononçant ce mot, "famille", il s'incluait dans le lot, et cette idée l'insupportait. Ignatius était la seule raison pour laquelle elle n'avait pas complètement renoncé au nom de "Tuft". Elle adorait son frère, elle l'admirait, même, sur beaucoup de point, et même si elle allait trop loin parfois, elle ne supportait pas l'idée qu'il lui échappe, qu'il finisse pas être si soumis à sa mère qu'il en oublierait de venir la voir, ou même n'en aurait tout simplement plus l'envie.

-Attends !
Agrippine se leva à son tour, brusquement. Il était hors de question qu'elle le laisse partir comme ça. Elle ne pouvait certainement pas s'y résoudre. Elle attrapa son poignet pour l'empêcher de faire un pas de plus. Je m'excuse, ok, c'était pas malin, dit-elle, et il n'y avait que pour Ignatius qu'elle acceptait de s'excuser - mais sans forcément le penser totalement, car elle s'était sentie très maline, en réalité. Mais toi aussi, dis-toi peut-être que si je traite ma famille comme ça, c'est que j'ai de bonnes raisons. Elle poussa un soupir. Je sais, papa était un dieu pour toi, mais t'as pas la moindre idée de ce qu... Sa voix se brisa légèrement. De ce qu'il m'a fait.

Elle ne lui en avait jamais parlé, elle avait préféré jouer les fières et les indifférentes, avant tout parce qu'elle n'avait pas voulu qu'il la taxe de menteuse. Mais c'était assez de mentir. Elle avait assez donné.


code by Mandy

[/quote]

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
Ignatius Tuft
▌ Messages : 372
Humeur :
Nulle amie ne vaut une soeur. (Agrippine) Left_bar_bleue50 / 10050 / 100Nulle amie ne vaut une soeur. (Agrippine) Right_bar_bleue

En couple avec : Carlotta Pinkstone

QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois de chêne rouge, crin de sombral, 17,5cm
Camp: Neutre
Avatar: Adam Driver

Nulle amie ne vaut une soeur. (Agrippine) Empty
Message#Sujet: Re: Nulle amie ne vaut une soeur. (Agrippine)   Nulle amie ne vaut une soeur. (Agrippine) Icon_minitimeDim 25 Fév - 16:14

Nulle amie ne vaut une soeur.
Ignatius avait bien conscience qu’il agissait peut-être un peu trop d’une manière… immature en réagissant de cette manière. Mais voir ainsi Agrippine réagir après la mort de leur père, ça ne faisait que lui dire qu’elle n’en avait définitivement que faire de sa famille. Ce qui était vrai et il le savait depuis un moment, ce n’était pas comme si c’était un secret que Agrippine ne portait pas spécialement ses parents dans son cœur. Mais le jeune homme se demandait aussi si elle ne réagirait pas de cette manière à sa propre mort, n’aillant aucune peine parce que ça ne la concernerait pas, qu’elle ne viendrait pas à son enterrement, qu’elle n’en aurait que faire. Non pas qu’il soit en train d’envisager de mourir rapidement… à choisir, le jeune homme préférait vivre le plus longtemps possible. Mais ça n’enlevait pas le fait qu’il se projetait, qu’il se demandait comment elle allait réagir quand il allait disparaître. Il ne devrait pas réagir comme ça sans doute, mais il le faisait quand même…

Le jeune homme s’arrêta cependant quand Agrippine lui demanda d’attendre, avant d’attraper son poignet pour qu’il ne s’en aille pas. Et avant de s’excuser… Ignatius tourna son regard vers sa sœur, voyant bien qu’elle était sincère ou espérant en tout cas qu’elle le soit. Parce qu’il aimait sa jeune sœur quand même, malgré le fait qu’il avait pu ne pas réellement le lui montrer quand il le fallait à une époque. Parce qu’il avait été trop influencé par ce que ses parents pensaient. Mais malgré ça, il tenait quand même énormément à sa jeune sœur. Ignatius l’écouta donc parler, affirmant que si elle traitait sa famille de cette manière, c’était sans doute parce qu’elle avait une bonne raison. Le jeune homme ne put s’empêcher de lever les yeux au ciel. Elle revint sur le fait que leur père était un être exceptionnel aux yeux de Ignatius, qui ne pouvait évidemment pas le nier. Bien au contraire, il adorait son père et il n’avait aucune honte à le dire. Sa mort l’affectait encore maintenant, elle allait sans doute l’affecter toute sa vie parce qu’il allait regretter de ne plus pouvoir rien partager avec lui. Forcément, Ignatius, en entendant les propos de sa sœur, ne pouvait pas s’empêcher de se dire que tout cela était sans doute bien puéril. Il n’avait pas la moindre idée de ce qu’il lui avait fait apparemment… le jeune homme sentit la voix de sa sœur se briser, mais il ne voyait pas en quoi son père aurait pu faire quelque chose contre Agrippine pour autant. Enfin, bien sûr, ils s’engueulaient souvent, leurs parents se montraient dur avec elle mais il fallait dire qu’elle était loin d’être une enfant facile.

« Quoi ? »
Demanda-t-il alors, parce qu’il était évident que Agrippine n’avait pas fini. « Tu vas me dire que papa n’arrêtait pas de te punir quand tu étais gosse ? Je suis au courant, mais avoue que tu étais quand même difficile. Si tu les écoutais plus, tu n’aurais pas eu autant de souci. »

D’accord, Ignatius prenait tout ça trop à la légère.
Code by Gwenn
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
Agrippine Tuft
▌ Messages : 1151
Humeur :
Nulle amie ne vaut une soeur. (Agrippine) Left_bar_bleue50 / 10050 / 100Nulle amie ne vaut une soeur. (Agrippine) Right_bar_bleue


QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois de hêtre, crin de licorne, 31,2 cm
Camp: Neutre
Avatar: Emma Stone

Nulle amie ne vaut une soeur. (Agrippine) Empty
Message#Sujet: Re: Nulle amie ne vaut une soeur. (Agrippine)   Nulle amie ne vaut une soeur. (Agrippine) Icon_minitimeDim 25 Fév - 16:33


Nulle amie ne vaut une soeur.
B

on, au moins, Agrippine avait réussi à retenir Ignatius, ce qui était une petite victoire en soi, mais la suite n'allait pas s'annoncer simple pour autant. Ce serait une chose que de dire toute la vérité à son frère, c'en serait une autre que de lui faire accepter qu'elle ne mentait pas, surtout que dans la famille, ce n'était clairement pas elle qui devait passer pour un parangon d'honnêteté et d'intégrité. Et il est vrai qu'elle n'en était pas, mais cela ne lui venait pas de nulle part, en même temps. Elle avait été conditionnée par cette enfance, cette enfance sur laquelle Ignatius ne portait pas vraiment le même regard, au demeurant. Et pour cause, pour les mêmes parents, ils avaient eu droit à des traitement bien différents. Et si elle devait avoir des doutes quant au fait que son aîné serait susceptible de la croire ou non, la remarque d'Ignatius devait définitivement les faire taire, tandis qu'il plantait le clou sans le savoir. Elle le considéra un moment sans rien dire. Elle pouvait comprendre son argumentaire, qui se dédouanait peut-être aussi du fait de n'avoir rien vu (même s'il n'aurait rien pu voir, c'était surtout après le départ d'Ignatius à Poudlard que les choses s'étaient sensiblement agravées)... Elle allait faire s'effondrer les monuments qu'étaient pour lui leurs parents... Du moins, s'il acceptait de la croire, et ce n'était pas gagné. Finalement, elle décida que le plus simple serait encore de lui adresser la preuve la plus concrète de la situation.

-J'aurais pu être comme toi, tu sais,
répondit-elle en retirant le premier bouton de son chemisier. Une enfant brillante et sans histoire, celle qu'on chouchoute et qu'on adore. Un deuxième bouton. Mais les parents ne m'ont jamais laissée avoir cette place pour eux. Toi, tu étais déjà si parfait, pourquoi ils se seraient encombrés de moi. Un troisième bouton. Alors ouais, j'étais pas facile, comme gosse, mais c'était comme ça que j'arrivais à exister aux yeux de papa et maman.

Un cercle vicieux, en somme, c'était parce que ses parents ne la considéraient pas qu'elle avait gagné en insolence, et cette insolence avait fait qu'ils la considéraient encore moins. Elle retira les derniers boutons et fit glisser son chemisier le long de son corps, se montrant sans pudeur au regard de son frère (après tout, elle portait un soutien-gorge, on n'allait pas en faire toute une histoire de son frère), révélant ainsi les profondes cicatrices qui striaient son ventre et son dos.

-Papa s'est toujours arrangé pour viser là où ça se verrait pas, il était pas con pour ça,
observa-t-elle avec presque une certaine légèreté, même si le sujet ne lui donnait pas du tout envie de rire.

Elle pouvait retracer l'historique de la moindre de ces cicatrices : le jour, l'heure, les circonstances, quelle ceinture, quelle pièce de la maison. Ses blessures se seraient sans doute dissipées entre les mains de médicomages, mais Mr Tuft ne pouvait permettre qu'on la voie dans cet état. Alors les sortilège cache-misères qu'on avait utilisé pour la soigner avaient laissé des marques. Et à présent, elle les voulait preuve des préjudices qu'elle avait subis.




code by Mandy


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
Ignatius Tuft
▌ Messages : 372
Humeur :
Nulle amie ne vaut une soeur. (Agrippine) Left_bar_bleue50 / 10050 / 100Nulle amie ne vaut une soeur. (Agrippine) Right_bar_bleue

En couple avec : Carlotta Pinkstone

QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois de chêne rouge, crin de sombral, 17,5cm
Camp: Neutre
Avatar: Adam Driver

Nulle amie ne vaut une soeur. (Agrippine) Empty
Message#Sujet: Re: Nulle amie ne vaut une soeur. (Agrippine)   Nulle amie ne vaut une soeur. (Agrippine) Icon_minitimeDim 25 Fév - 18:07

Nulle amie ne vaut une soeur.
Ignatius était sceptique, il n’allait pas réellement pouvoir le cacher. Il savait bien que la relation de sa sœur avec ses parents – et plus particulièrement leur père (enfin leur père… hein) – était loin d’être simple, mais en même temps le jeune homme ne pouvait pas s’empêcher de croire quand même qu’elle l’avait un peu cherché. Non pas qu’il n’ait pas envie de la défendre, qu’il l’aime moins ou quoi, mais cela n’enlevait rien au fait que sa jeune sœur était turbulente. Mais ça, c’était surtout parce qu’il n’avait finalement vu que ce qu’il avait vu, qu’il n’avait pas forcément regardé ce qu’il fallait. Agrippine affirma qu’elle aurait pu être comme elle et elle enleva, en même temps, un bouton de sa chemise. Le jeune homme ne savait pas du tout ce qu’elle faisait, alors qu’elle lui parlait tout en continuant d’enlever les boutons de sa chemise. Sérieusement ? Elle était en train de de se déshabiller là ? Bon, le jeune homme devait surtout se concentrer sur les propos de sa sœur, lui expliquant qu’elle aurait pu être chouchouté par ses parents aussi, comme c’était son cas, mais que puisqu’il était déjà parfait, à quoi bon s’encombrer d’elle, mais en même temps il ne pouvait pas s’empêcher d’être perturbé par ce que faisait sa sœur.

Et puis son chemiser glissa le long de son corps et… bon d’accord, elle était juste en soutien-gorge devant lui et c’était clairement quelque chose qui mettait Ignatius mal à l’aise, mais il aurait bien aimé qu’il n’y ait que ça. Sauf qu’il n’y avait pas que cela non… il y avait des marques, des traces, des cicatrices. Et la remarque de Agrippine sur le fait que leur père n’était pas con quand il était question de viser là où ça ne se voyait pas. Malheureusement, Ignatius ne pouvait que comprendre où sa jeune sœur voulait en venir, ce qu’elle sous-entendait. Mais ce n’était pas possible. Le jeune homme se pencha pour ramasser le chemiser de sa sœur et le lui donner.

« Remets ça ! » Lança-t-il, comme un ordre qu’il donnait à sa sœur… parce que c’était un ordre qu’il le lui donnait effectivement. Non, vraiment il était bien trop mal à l’aise, il n’avait pas envie de voir ça. Que ça soit parce qu’il avait une vue bien trop grande de la poitrine et du corps de sa sœur (même si heureusement qu’elle avait des sous-vêtements), mais aussi parce qu’il y avait ces marques et les sous-entendus de sa sœur. « Et arrête ce n’est… » Sa voix se brisa. « Ce n’est pas possible. »

Il avait envie de dire à sa sœur qu’elle n’était qu’une menteuse, qu’elle cherchait simplement n’importe quel prétexte pour descendre la réputation de leur père, parce qu’elle était en rogne bêtement contre lui… mais au fond, le jeune homme ne pouvait pas réellement mettre en doute les propos de sa sœur. Ce qui ne faisait que l’amener aux pires conclusions que Ignatius n’avait aucune envie d’accepter, quitter à jouer les autruches s’il le fallait.
Code by Gwenn
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
Agrippine Tuft
▌ Messages : 1151
Humeur :
Nulle amie ne vaut une soeur. (Agrippine) Left_bar_bleue50 / 10050 / 100Nulle amie ne vaut une soeur. (Agrippine) Right_bar_bleue


QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois de hêtre, crin de licorne, 31,2 cm
Camp: Neutre
Avatar: Emma Stone

Nulle amie ne vaut une soeur. (Agrippine) Empty
Message#Sujet: Re: Nulle amie ne vaut une soeur. (Agrippine)   Nulle amie ne vaut une soeur. (Agrippine) Icon_minitimeDim 25 Fév - 18:31


Nulle amie ne vaut une soeur.
A

grippine n'était pas du genre pudique (d'aucuns diraient "dévergondée"), elle assumait parfaitement son corps, même dans ses imperfections. Quand elle finissait nue dans le lit d'un homme (ce qui était assez courant, il faut le dire), il n'était pas rare que cet homme l'interroge sur ses cicatrices, et elle se plaisait toujours à inventer une histoire différente (qui souvent impliquait l'une ou l'autre pratique sexuelle un rien déviante), sans jamais dire une vérité qui l'avait pourtant construite et fait d'elle qui elle était. Se déshabiller face à qui que ce soit ne la dérangeait pas un seul instant, y compris face à son frère, et elle trouvait assez amusante, d'ailleurs, la gêne qu'il ressentait à voir sa soeur ainsi. C'eut pu être complètement comique, d'ailleurs, sans ses cicatrices. Mais elles étaient là, profondes, boursouflées, visibles... et si elle avait pensé que d'une autre manière, elle aurait été capable de convaincre son aîné de sa bonne foi, elle lui aurait épargné l'embarras, pas par pudeur mais par respect envers celle de son frère. Seulement, elle sentait bien qu'il fallait qu'il ait un électrochoc, et elle n'en voyait pas de plus efficace en la circonstance. Agrippine attrapa sa chemise, qu'Ignatius lui tendit, mais ne la remit pas. Elle aurait peut-être fait l'effort si sa réaction avait été autre, mais face à son déni manifeste, elle n'avait pas la moindre envie de lui faire plaisir ou de le ménager. Elle voulait que l'image de son corps mortifié s'imprime dans son crâne, qu'il ne puisse pas y échapper, qu'il associe leur père au nombre de ces marques, qu'il comprenne enfin, qu'il accepte enfin...

-Je savais que tu voudrais pas me croire
, répliqua-t-elle, qui même en le sachant se sentait quand même un peu blessée, car elle voudrait que sa parole suffise, qu'il n'y ait besoin de rien d'autre pour convaincre le jeune homme. Mais c'était trop espérer. Il devait renoncer à des années de foi crédule en la toute-puissance de son père, ça ne pouvait pas s'effacer en un claquement de doigts, même si elle aurait préféré. Arrange-toi avec ta conscience si c'est plus simple pour toi, mais ça changera rien. Maintenant, tu sais.

Les marques, elles, ne disparaîtraient pas, son passé douloureux, les sévices endurés ne s'effaceraient jamais de sa mémoire, elle vivrait jusqu'à la fin de sa vie. C'était un fardeau qu'elle avait porté seule une éternité. Elle voudrait se sentir soulagée de l'avoir enfin partagé avec la seule personne en qui elle avait réellement confiance, mais force lui était de constater que ce n'était pas réellement le cas. Parce que si ces révélations n'avaient pas le don de les rapprocher, alors elles les éloigneraient pour de bon. Et ça, c'était bien le pire qu'elle pouvait concevoir.


code by Mandy


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
Ignatius Tuft
▌ Messages : 372
Humeur :
Nulle amie ne vaut une soeur. (Agrippine) Left_bar_bleue50 / 10050 / 100Nulle amie ne vaut une soeur. (Agrippine) Right_bar_bleue

En couple avec : Carlotta Pinkstone

QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois de chêne rouge, crin de sombral, 17,5cm
Camp: Neutre
Avatar: Adam Driver

Nulle amie ne vaut une soeur. (Agrippine) Empty
Message#Sujet: Re: Nulle amie ne vaut une soeur. (Agrippine)   Nulle amie ne vaut une soeur. (Agrippine) Icon_minitimeDim 4 Mar - 14:31

Nulle amie ne vaut une soeur.
Elle ne remit pas son chemisier, pour son plus grand désarroi. Ignatius n’était pas plus dérangé par la nudité de sa sœur devant lui (bon, elle n’était pas si nue que cela non plus, mais elle était juste en soutien-gorge et c’était suffisant pour que le jeune homme la considère comme nue) que par les marques qui se trouvaient sur son corps, les deux faisaient une paire difficile à accepter. Surtout que la jeune femme lui affirmait que tout cela était à cause de leur père. Il ne parvenait pas à le croire, parce qu’il ne pouvait quand même pas imaginer une seule seconde son père s’en prendre ainsi à sa sœur. D’accord, leur relation n’avait pas été idéale, mais quand même c’était beaucoup là. Leur père était… c’était leur père tout simplement (ou presque) et il était un homme bon, quelqu’un de droit, quelqu’un que Ignatius admirait. Quelqu’un à qui il avait envie de ressembler, forcément. Il avait eu envie de suivre les traces de son père et maintenant, il devait simplement accepter que ce type qu’il avait adoré, qu’il avait idolâtrer était le genre de personne qui battait sa fille ? Si ça avait été une autre personne que Agrippine qui lui avait dit ça, il était évident que Ignatius aurait juste tout rejeté. Sauf que c’était elle, qu’il tenait à elle parce qu’elle était sa sœur même si tout n’avait pas été simple. Et qu’il ne pouvait pas vraiment mettre en doute sa parole alors qu’elle lui parlait comme ça, qu’elle lui semblait si sûre d’elle. Et il avait l’impression de la décevoir en ne la croyant pas juste sur parole…

« Mais… »
Ignatius ne savait pas vraiment ce qu’il pouvait dire, il ne savait pas exactement comment il devait réagir non plus. Il avait envie de contredire la jeune femme, pour le simple fait de la contredire, parce qu’il n’avait pas envie que ces marques existent et il n’avait pas envie que ça soit à cause de son père. Il passa ses mains sur son visage, une manière pour lui de tenter de… il ne savait même pas trop en fait. S’il pouvait revenir en arrière, il le ferait, mais en même temps Agrippine ne méritait sans doute pas ça. « J’aurais vu quelque chose. » Dit-il alors simplement, parce que c’était ce qu’il pensait. Bon, d’accord, quand il était à Poudlard et qu’elle était encore chez eux, il ne pouvait pas voir, mais quand même. Pendant les vacances scolaires, il aurait du voir quelque chose. Des marques même, des comportements de son père. Et si lui n’était pas tout le temps là, ce n’était pas le cas de tout le monde. « Maman aurait vu quelque chose et elle ne l’aurait pas laissé faire. »

D’accord, Ignatius ne pouvait pas s’empêcher de vouloir remettre en doute les propos de sa sœur, mais il n’y pouvait rien. Il ne pouvait pas s’empêcher de se dire que ça ne pouvait pas être vrai, parce qu’il ne voulait pas que ça soit le cas.
Code by Gwenn
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
Agrippine Tuft
▌ Messages : 1151
Humeur :
Nulle amie ne vaut une soeur. (Agrippine) Left_bar_bleue50 / 10050 / 100Nulle amie ne vaut une soeur. (Agrippine) Right_bar_bleue


QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois de hêtre, crin de licorne, 31,2 cm
Camp: Neutre
Avatar: Emma Stone

Nulle amie ne vaut une soeur. (Agrippine) Empty
Message#Sujet: Re: Nulle amie ne vaut une soeur. (Agrippine)   Nulle amie ne vaut une soeur. (Agrippine) Icon_minitimeDim 4 Mar - 14:50


Nulle amie ne vaut une soeur.
L

e comportement d'Ignatius n'était pas spécialement surprenant, mais Agrippine ne pouvait nier qu'elle le trouvait décevant malgré tout. Pourtant, elle s'y était préparée, et c'était d'ailleurs ce qui l'avait retenue de lui déballer la vérité toutes les autres fois où elle avait pensé trouver la force de lui parler de tout cela. Il était normal qu'Ignatius veuille nier en bloc son histoire, parce qu'elle était aux antipodes de la sienne. Comment un fils qui avait été choyé, adoré, protégé, pouvait-il s'imaginer que les parents qui l'avaient tant chéri avaient pu se montrer parfaitement au courant de la situation ? Agrippine demandait à son frère de remettre en cause des convictions qu'il posséait depuis sa plus tendre enfance, depuis toujours en fait, on ne pouvait pas s'attendre que ce soit si simple... mais maintenant, la jeune femme angoissait : elle avait peur que son frère se range catégoriquement du côté de leurs parents et refuse d'admettre qu'elle disait bel et bien la vérité... mais elle devait se raisonner : les preuves étaient là, elle ne les inventait pas, et Ignatius n'était ni aveugle ni bête, il allait bien être obligé de se faire une raison d'une façon ou d'une autre. Mais ce ne serait manifestement pas pour tout de suite et en attendant les questions du jeune homme lui faisaient le plus grand mal.

-Ca a commencé quand tu es parti à Poudlard,
lui apprit-elle tout en songeant que ça n'allait pas forcément aider son argumentaire. C'était commode, hein, que tout ceci ait eu lieu quand Ignatius n'était pas à proximité. Mais en même temps, le fait que le fils prodigue soit absent avait sans nul doute précipité les choses. Même si déjà auparavant, on ne l'épargnait pas réellement, bien au contraire. Et puis... c'est pas comme si tu ne l'avais pas vu m'insulter ou me traiter comme une moins que rien. T'as juste décrété que c'était normal et que je le méritais, c'est tout. Elle regrettait un peu de dire ça, car elle n'avait pas eu l'intention de culpabiliser son frère. Mais face à son envie de nier sa situation, elle avait besoin de se défendre, et de lui rendre les coups au coeur que lui-même lui adressait en ne se contentant pas de la croire. Et maman était parfaitement au courant. Elle s'en fout, c'est tout.

Ca, ça la soulageait de le lui apprendre. Salir la mémoire de leur père, soit, mais de toute façon, il était mort, il avait payé son tribut, et la mort avait vengé la jeune femme. Mais leur mère, elle, osait passer pour un exemple de probité et d'intégrité auprès de tous (elle avait même été nommée ministre - absurde), alors qu'elle n'était pas moins coupable que leur père. Certes, elle n'avait jamais levé la main sur elle. Mais elle savait. Elle avait toujours su.


code by Mandy


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
Ignatius Tuft
▌ Messages : 372
Humeur :
Nulle amie ne vaut une soeur. (Agrippine) Left_bar_bleue50 / 10050 / 100Nulle amie ne vaut une soeur. (Agrippine) Right_bar_bleue

En couple avec : Carlotta Pinkstone

QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois de chêne rouge, crin de sombral, 17,5cm
Camp: Neutre
Avatar: Adam Driver

Nulle amie ne vaut une soeur. (Agrippine) Empty
Message#Sujet: Re: Nulle amie ne vaut une soeur. (Agrippine)   Nulle amie ne vaut une soeur. (Agrippine) Icon_minitimeDim 18 Mar - 15:29

Nulle amie ne vaut une soeur.
Les preuves étaient bien évidentes et Ignatius ne pouvait pas s’empêcher de se dire que cette histoire était quand même bien trop grosse pour que sa jeune sœur l’ait inventé de A à Z. Et en même temps… le jeune homme ne parvenait pas à se dire que son père pouvait être l’enfoiré que Agrippine était en train de décrire, capable de battre sa fille en prenant soin que ça ne se voit pas de trop – mais en la marquant quand même définitivement – ou encore que sa mère était suffisamment lâche pour le savoir et ne rien dire. Il ne pouvait pas réellement mettre en doute les propos de Agrippine, mais il ne pouvait pas changer sa vision de ses parents en un claquement de doigt. Son père n’était peut-être pas parfait, en soit, mais Ignatius considérait qu’il était un bon père, comme sa mère était une bonne mère. Il ne pouvait pas penser autrement.

Mais en un sens, le jeune homme devait avoir sa part de responsabilité là-dedans. Il n’avait rien vu, en grande partie parce que comme Agrippine le précisa, ça avait commencé quand il était à Poudlard et donc forcément, pendant toutes ces journées où lui était en cours, elle était seule avec leurs parents. Mais aussi, sans doute, parce que le jeune homme n’avait tout simplement rien vu. Ou même, plutôt, parce qu’il n’avait eu aucune envie de le voir. La jeune femme ne manqua pas de le préciser d’ailleurs, il savait bien que ses parents se montraient quand même durs avec elle, il avait entendu les insultes. Ignatius se sentit mal quand sa jeune sœur affirma qu’il avait simplement décidé que c’était normal et qu’elle le méritait. Il se sentait mal parce qu’il ne pouvait même pas la contredire. Ignatius ne s’était en effet pas toujours montré tendre avec Agrippine, l’ignorant par moment quand ils étaient tous les deux à l’école de magie simplement parce qu’elle n’en valait pas la peine…

Et donc, si c’était vrai… il avait sa part de responsabilité parce qu’il n’avait rien voulu voir. C’était difficile à encaisser, comme c’était difficile de se dire que ses parents n’étaient pas du tout aussi parfait qu’il l’imaginait, que lui-même n’était pas parfait. Alors qu’au contraire, la seule chose qu’il voulait c’était être à la hauteur de ses parents… mais quelle hauteur. C’était finalement si difficile que Ignatius était surtout tenté par le fait de ne pas le prendre au sérieux, de fermer encore les yeux, de mettre ses œillères. Et s’ils faisaient comme si de rien n’était ? Ce n’était pas mieux pour tout le monde.

« Je suis sûr que tu te trompes. » Dit-il ne pouvant pas s’empêcher de défendre sa mère. C’était impossible qu’elle n’en ait rien à faire, alors qu’en réalité c’était juste évident. Ignatius cherchait simplement à se voiler la face. « Pourquoi tu me dis ça maintenant ? » Demanda-t-il alors, ne pouvant malheureusement pas s’empêcher d’accuser Agrippine. Ce n’était pas vraiment ce qu’il voulait, c’était… plus fort que lui. « Tu y gagnes quoi ? »
Code by Gwenn
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
Agrippine Tuft
▌ Messages : 1151
Humeur :
Nulle amie ne vaut une soeur. (Agrippine) Left_bar_bleue50 / 10050 / 100Nulle amie ne vaut une soeur. (Agrippine) Right_bar_bleue


QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois de hêtre, crin de licorne, 31,2 cm
Camp: Neutre
Avatar: Emma Stone

Nulle amie ne vaut une soeur. (Agrippine) Empty
Message#Sujet: Re: Nulle amie ne vaut une soeur. (Agrippine)   Nulle amie ne vaut une soeur. (Agrippine) Icon_minitimeDim 18 Mar - 15:50


Nulle amie ne vaut une soeur.
A

grippine connaissait bien son frère, elle estimait même qu'elle le connaissait mieux que personne, leurs parents compris (même si elle se trompait peut-être à ce sujet), alors elle ne s'était pas attendue à ce que ces révélations soient simples à accepter pour Ignatius. Elle se doutait qu'il lutterait contre la vérité, même quand celle-ci se présenterait à elle, nue (c'était à peine une image) et sans artifices. Ce dont elle ne se doutait pas, c'était qu'il remettrait sa parole en doute au mépris de sa propre souffrance. Pourtant les deux allaient certainement de pair, elle aurait dû s'en douter. Elle avait voulu croire que la vérité vaincrait vite les réticences et les vieilles croyances de son frère, mais c'était bête. Il n'était pas prêt à entendre tout ça. En fait, c'était bien simple, il ne le serait jamais. L'attitude du jeune homme fut quand même très difficile à encaisser pour Agrippine, qui était tout de même en train de lui révéler son traumatisme d'enfance, un traumatisme qu'elle n'avait jamais partagé avec qui que ce soit avant lui... Elle espérait un minimum de compréhension, mais ce n'était pas ce qu'elle obtenait, comme si c'était Ignatius qui devait souffrir de cette situation, comme si c'était lui dont on avait lacérer les chairs des années durant. Bien sûr, c'est dur de voir ses mythes d'enfance (voire de toujours) s'effondrer. Mais elle avait besoin de son soutien, de sa compréhension. Et ce n'est pas ce qu'il lui donnait.

-Ce que j'y gagne ?
répéta Agrippine, choquée par le propos de son frère. Qu'est-ce qu'il la soupçonnait de faire, exactement, hein ? Elle n'avait jamais été aussi sincère avec lui, elle ne s'était jamais à ce point livrée à quiconque, en oubliant son masque de fausse suffisance, celui qui devait donner au monde l'impression qu'elle ne se souciait jamais de rien, que son impertinence était un choix sans fondement autre qu'une soif de liberté sans borne. Je pensais que tu comprendrais c'est tout, répondit-elle, déçue et minée. Elle avait espéré obtenir le soutien d'Ignatius, pas pour le liguer spécialement contre leur mère (même si ça ne lui déplairait pas non plus tout de même), mais parce qu'il était son frère et qu'elle tenait à lui, c'était aussi simple que ça. Il n'y avait aucune malice à chercher là derrière. C'était une intention très sincère. Je pensais que t'étais suffisamment grand pour connaître la vérité, ajouta-t-elle en daignant finalement enfiler sa chemise. S'il avait envie de se bercer d'illusions, c'était son problème, mais qu'il n'attende plus jamais le moindre élan d'honnêteté de sa part, elle avait suffisamment donné. Mais si tu préfères aller te réfugier dans les jupes de maman, c'est ton problème...


code by Mandy


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
Ignatius Tuft
▌ Messages : 372
Humeur :
Nulle amie ne vaut une soeur. (Agrippine) Left_bar_bleue50 / 10050 / 100Nulle amie ne vaut une soeur. (Agrippine) Right_bar_bleue

En couple avec : Carlotta Pinkstone

QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois de chêne rouge, crin de sombral, 17,5cm
Camp: Neutre
Avatar: Adam Driver

Nulle amie ne vaut une soeur. (Agrippine) Empty
Message#Sujet: Re: Nulle amie ne vaut une soeur. (Agrippine)   Nulle amie ne vaut une soeur. (Agrippine) Icon_minitimeDim 6 Mai - 18:54

Nulle amie ne vaut une soeur.
Ce n’était juste... pas possible. Ignatius ne parvenait définitivement pas à se dire que ça pouvait être vrai, que les marques sur le corps de sa sœur provenaient bel et bien des traitements que son père lui infligeait. Non, ce n’était pas possible, parce que le jeune homme était persuadé qu’il aurait vu quelque chose. Et admettons que ça soit vrai, leur mère aurait vu quelque chose et elle aurait empêché ça. Oui, c’était plus fort que lui, le jeune homme ne pouvait pas s’empêcher de mettre en doute les propos de sa sœur. Sans aucun doute parce que pendant toute la vie de cette dernière (ou presque, disons dès l’instant où elle a commencé à s’opposer à ses parents), Ignatius avait entendu ses parents se plaindre qu’elle n’était pas fiable, qu’elle mentait, ce genre de chose. Est-ce qu’il le pensait de son côté ? Franchement, il n’en savait rien du tout. Il ne voyait même pas comment il pourrait savoir... c’était juste. Il était perdu tout simplement. Il n’avait aucune idée de comment il devait réagir. De ce qu’il devait faire. Et clairement, il ne faisait pas les choses comme il le fallait.

Agrippine ne manqua pas d’être choquée quand Ignatius lui demanda ce qu’elle avait à y gagner et le jeune homme regretta d’avoir dit ça... quand bien même il ne pouvait pas s’empêcher de se poser réellement la question. Mais il n’aurait pas du... il aurait mieux valu qu’ils n’aient pas du tout cette conversation en réalité, ça aurait arrangé les affaires de Ignatius. Parce qu’il voyait bien que sa sœur était déçue, elle savait le montrer et lui... il ne voyait pas du tout ce qu’il pouvait faire d’autre. Il aimerait bien lui dire qu’il croyait en ce qu’elle disait, mais ce n’était pas si évident que ça. Comment son père pouvait être un monstre comme ça ? Ça ne lui ressemblait pas du tout. Et en même temps... non, il ne comprenait pas.

« Ne me dis pas que je ne fais pas d’effort avec toi. Je suis le seul à réussir à te supporter je te rappel. »
D’accord, ce n’était clairement pas de cette manière que le jeune homme allait arranger son cas. Surtout qu’il ne pensait pas réellement ce qu’il disait. Il la supportait oui, parce qu’elle était sa sœur et qu’il l’aimait tout simplement. Il n’y avait pas besoin d’aller plus loin et le jeune homme n’avait pas l’intention d’aller plus loin. Sauf que là, il ne pouvait pas s’empêcher de se sentir vexé, et perdu. Ce n’était pas de sa faute s’il aimait sa mère, si sa mère l’aimait. Et qu’il avait envie de la rendre fière de lui. « Je ne comprend pas que tu me dise ça comme ça. Pourquoi ne pas l’avoir dit avant d’abord ? Et pourquoi n’avoir pas fait quelque chose ? »

D’accord, le jeune homme tournait encore et encore autour du pot. Mais il ne parvenait pas à faire autrement... il ne parvenait pas à prendre les propos d’Agrippine au sérieux.
Code by Gwenn
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
Agrippine Tuft
▌ Messages : 1151
Humeur :
Nulle amie ne vaut une soeur. (Agrippine) Left_bar_bleue50 / 10050 / 100Nulle amie ne vaut une soeur. (Agrippine) Right_bar_bleue


QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois de hêtre, crin de licorne, 31,2 cm
Camp: Neutre
Avatar: Emma Stone

Nulle amie ne vaut une soeur. (Agrippine) Empty
Message#Sujet: Re: Nulle amie ne vaut une soeur. (Agrippine)   Nulle amie ne vaut une soeur. (Agrippine) Icon_minitimeDim 6 Mai - 19:35


Nulle amie ne vaut une soeur.
A

grippine serra les dents, encaissant les propos de son frère avec difficulté. Est-ce qu'il avait conscience du mal qu'il lui faisait en cet instant ? Est-ce qu'il avait idée de la difficulté qu'elle avait éprouvée à avouer sa douleur, son traumatisme passé ? Sans doute pas. Encore faudrait-il qu'il ait la décence de la croire pour cela. Quand il lui fit observer qu'il était le seul à la supporter, sous-entendu, qu'il faisait l'effort d'être à ses côtés, elle eut bien du mal à l'entendre. Ainsi donc, être un frère pour elle serait une corvée ? Elle savait qu'elle n'avait pas un tempérament facile, elle n'allait pas non plus le nier. Mais Ignatius avait toujours été pour elle la seule personne au monde qui l'ait aimée, vraiment aimée... sans artifices ni faux semblants... et elle avait le sentiment qu'on lui retirait d'un coup sec la seule bribe d'affection qu'on lui ait jamais témoigné... est-ce qu'elle méritait vraiment ça ? Elle ne le pensait pas. Pour tout ce que son attitude pouvait parfois avoir de déplorable, elle s'estimait néanmoins digne de plus de respect... Elle se disait qu'elle méritait d'être entendue, et que sa parole méritait d'être crue. Elle se libérait enfin d'une fardeau immense, qu'elle avait porté presque toute sa vie durant... Elle aurait voulu qu'Ignatius, sans nécessairement l'aider à le rendre moins lourd, en reconnaisse au moins l'existence.... mais il était aveuglé. Aveuglé par tout l'amour qu'elle-même n'avait jamais reçu.

-J'ai fait quelque chose,
répondit-elle d'une voix tremblante, qui lui ressemblait bien peu. Je suis partie....

Mais pour lui, ce ne serait peut-être qu'une preuve de lâcheté supplémentaire. Ce qui était peut-être le cas effectivement, sa démarche n'avait pas été courageuse, mais voilà, elle n'avait pas osé se confronter à son père. Oh, bien sûr, sa rebellion adolescente pouvait passer pour une forme de confrontation, mais ce n'était rien, ça... Elle aurait pu, peut-être, en parler autour d'elle, mais qu'est-ce qui se serait passé ensuite ? Et est-ce qu'on l'aurait crue ?

-Quand papa était en vie, je.... je pouvais pas en parler, il m'aurait...
Il l'aurait tuée, elle en était presque sûre. Ou en tout cas, elle s'en était convaincue au fil des ans. Elle avait peur des coups qu'elle aurait pu prendre en plus de ce qu'elle recevait déjà.... C'était sans fin. Je pouvais pas... Et après... Il compte tellement pour toi et... je savais que tu me croirais pas. Elle haussa doucement les épaules. Et j'avais raison...

Et pourtant, elle avait besoin de le convaincre, elle avait besoin qu'il la comprenne, qu'il sache enfin, elle avait besoin d'obtenir enfin de sa part le soutien que personne n'avait jamais pu lui accorder.



code by Mandy


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
Ignatius Tuft
▌ Messages : 372
Humeur :
Nulle amie ne vaut une soeur. (Agrippine) Left_bar_bleue50 / 10050 / 100Nulle amie ne vaut une soeur. (Agrippine) Right_bar_bleue

En couple avec : Carlotta Pinkstone

QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois de chêne rouge, crin de sombral, 17,5cm
Camp: Neutre
Avatar: Adam Driver

Nulle amie ne vaut une soeur. (Agrippine) Empty
Message#Sujet: Re: Nulle amie ne vaut une soeur. (Agrippine)   Nulle amie ne vaut une soeur. (Agrippine) Icon_minitimeSam 14 Juil - 15:29

Nulle amie ne vaut une soeur.
Tout ça c’était vraiment trop pour Ignatius. Quand il était venu trouver sa sœur, il ne s’était pas imaginé une seule seconde que la situation allait prendre une telle tournure. Comment aurait-il pu imaginer en même temps ? Il aurait peut-être pu se douter des souffrances de sa sœur, mais ce n’était pas le cas. A moins que Agrippine ait raison en affirmant qu’il avait simplement décidé de ne rien faire. Et sa mère ? Et franchement, c’était vraiment possible ? Ignatius n’arrivait définitivement pas à imaginer son père lever sa main sur Agrippine, du moins pas plus que ce qui pourrait arriver avec un enfant dépassant les bornes. L’éducation n’était parfois pas tout à fait sereine en un sens, mais est-ce que c’était mal ? Dans tous les cas, là on parlait d’un stade beaucoup plus haut, de maltraitance vraiment et Ignatius n’arrivait vraiment pas à se dire que c’était possible. Quand bien même, sa sœur n’avait aucun intérêt à lui mentir. Surtout pas maintenant, elle n’y gagnerait pas grand chose.

Ignatius était complètement perdu et en un sens, on ne pouvait pas dire qu’il agissait au mieux par conséquence. Mais c’était trop difficile pour lui de remettre entièrement en cause toute sa vie. Parce qu’il s’agissait quand même de toute sa vie, de ce que représentait ses parents à ses yeux. Et il était évident que ses parents avaient une très grande place dans sa vie, qu’ils avaient forgé l’homme qu’il était aujourd’hui. Agrippine lui affirma qu’elle avait fait quelque chose, contrairement à ce qu’il croyait, qu’elle avait décidé de partir. En effet, elle n’avait pas mis longtemps à quitter ses parents, mais Ignatius ne pouvait pas s’empêcher de trouver que ce n’était pas faire quelque chose. Elle aurait pu en parler, lui raconter tout cela plus tôt. Mais elle ne l’avait pas fait, précisant qu’elle ne pouvait pas le faire parce qu’il l’aurait... Il l’aurait quoi ? Ignatius n’en savait rien, mais en même temps le jeune homme voyait bien que sa sœur avait perdu de sa superbe assurance. Celle dont elle faisait preuve à longueur de temps et que le sorcier pouvait lui envier très souvent. Et ensuite... ensuite, elle savait qu’il ne la croirait pas, parce qu’il mettait son père sur un piédestal. Pour sa défense, c’était quand même difficile à entendre après toutes ces années. Difficile à accepter quand on avait pensé toute sa vie que ses parents étaient la droiture même. Et en fait, Ignatius avait encore énormément de chose à découvrir sur ces deux personnes. Le jeune homme ne savait définitivement pas quoi penser de tout ça. Il n’avait pas envie de rejeter sa sœur, parce que malgré ce qu’il avait pu sous-entendre, il l’aimait. Mais en même temps, en soutenant cette dernière, c’était comme s’il rejetait son père. C’était tout un pan de sa vie qu’il devait remettre en cause. Il ne devait pas le penser, réellement et il s’en voulait de le penser... mais il aurait préféré que Agrippine ne lui dise rien du tout.

« J’ai... » Ignatius marqua une pause. « J’ai juste besoin de temps. » Pourquoi ? Il n’en savait rien, il avait juste besoin de digérer tout ça.
Code by Gwenn

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
Agrippine Tuft
▌ Messages : 1151
Humeur :
Nulle amie ne vaut une soeur. (Agrippine) Left_bar_bleue50 / 10050 / 100Nulle amie ne vaut une soeur. (Agrippine) Right_bar_bleue


QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois de hêtre, crin de licorne, 31,2 cm
Camp: Neutre
Avatar: Emma Stone

Nulle amie ne vaut une soeur. (Agrippine) Empty
Message#Sujet: Re: Nulle amie ne vaut une soeur. (Agrippine)   Nulle amie ne vaut une soeur. (Agrippine) Icon_minitimeSam 14 Juil - 15:53


Nulle amie ne vaut une soeur.
A

grippine se doutait que ses révélations devaient faire à son frère l'effet d'une immense claque en pleine figure, un choc comme il est difficile de s'en remettre. C'était aussi pour cela qu'elle avait tant hésité à lui en parler... elle avait peur qu'il ne la croie pas, c'était vrai... et en même temps, elle savait que pour lui, accepter de la croire, c'était remettre sa vie entière en question. Agrippine avait envie d'avoir Ignatius de son côté, parce qu'elle n'en pouvait plus de ces mensonges, et que la mort de son père l'avait libérée d'un poids. La jeune femme n'était pas au clair avec elle-même (comme bien souvent), elle comprenait que la situation faisait souffrir son frère, parce que ses modèles ultimes perdaient de leur superbe, et elle n'avait pas envie de lui faire du mal... et en même temps, elle voudrait qu'il l'écoute et acquiesce sans discuter. C'était difficile d'entendre une vérité si grave être remise en question. C'était sa vie, sa personne, son identité qu'on refusait de lui reconnaître, que la seule personne à qui elle tenait en ce bas monde refusait de lui reconnaître...

Elle voyait bien qu'elle avait réussi à ébranler ses convictions, et c'était déjà une petite victoire en soi, mais elle en voudrait encore davantage, elle voudrait qu'il lui demande pardon au nom de ses parents, pardon de ne rien avoir vu. Elle l'excuserait dans la foulée, et elle, elle pourrait faire le deuil de sa famille déconstruite tandis qu'Ignatius apprendrait à voler de ses propres ailes. Bien sûr que ça ne pouvait pas fonctionner. Elle avait attendu vingt-huit ans, bien sûr qu'Agrippine pouvait bien attendre encore un peu... Mais... Enfin... Elle était totalement chamboulée, là, peut-être moins que son frère, mais quand même. C'était la première fois qu'elle parlait de son père et de ce qu'il lui avait fait subir à qui que ce soit, et elle se sentait à nue (au sens figuré pour une fois), fragile, vulnérable. Elle avait plus que jamais besoin... d'affection, de compassion, de cette sollicitude qu'elle rejetait en bloc en temps normal. Elle voudrait que son frère la prenne dans ses bras et lui promette que tout irait bien désormais, parce qu'il était de son côté. Ca n'arriverait pas. Il avait besoin de temps. Et c'était normal. Agrippine hocha la tête, partagée entre désarroi, colère et résignation... S'il faisait les bons choix, s'il se remettait en question, il reviendrait vers elle et lui dirait qu'il la comprenait, qu'il savait qu'elle n'avait pas menti.

-Comme tu voudras
, se contenta-t-elle de répliquer alors, se demandant si tout le temps du monde y suffirait, ou s'il n'irait pas se réfugier dans ses vieilles certitudes ? Et s'il en parlait à leur mère ? Il l'endormirait en deux temps trois mouvements... Elle avait plus d'influence sur lui qu'elle... Ca fait vingt-huit ans, je suis plus à ça près.


code by Mandy


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
Ignatius Tuft
▌ Messages : 372
Humeur :
Nulle amie ne vaut une soeur. (Agrippine) Left_bar_bleue50 / 10050 / 100Nulle amie ne vaut une soeur. (Agrippine) Right_bar_bleue

En couple avec : Carlotta Pinkstone

QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois de chêne rouge, crin de sombral, 17,5cm
Camp: Neutre
Avatar: Adam Driver

Nulle amie ne vaut une soeur. (Agrippine) Empty
Message#Sujet: Re: Nulle amie ne vaut une soeur. (Agrippine)   Nulle amie ne vaut une soeur. (Agrippine) Icon_minitimeSam 15 Sep - 13:48

Nulle amie ne vaut une soeur.
Ignatius n’était pas idiot, il avait conscience que le fait d’avoir besoin de temps n’était pas du tout ce que Agrippine voulait entendre, qu’elle attendait autre chose de sa part présentement. Sauf que le jeune homme ne se voyait pas juste... accepter tout ça de but en blanc. Oh, il ne voulait pas se dire que sa petite sœur avait pu lui mentir, au contraire il voulait se dire que la jeune femme ne serait pas capable de lui faire ça. Mais une part en lui ne pouvait pas s’empêcher de se dire que son père était juste incapable de faire ce que sa sœur lui reprochait, sans qu’il n’ait vu quoi que ce soit, avec leur mère pour cautionner. C’était beaucoup trop de chose, beaucoup trop de révélations d’un seul coup. Ignatius avait besoin de temps, il avait besoin de réfléchir posément à ce qu’il venait d’apprendre. Agrippine n’allait pas apprécier, bien évidement, mais au final il n’en avait que faire. Pas qu’elle n’apprécie pas qu’il ait besoin de temps, mais qu’elle puisse le lui reprocher... parce que dans tous les cas il n’avait pas le choix. Avec ce qu’elle venait de lui apprendre, il ne pouvait pas simplement d’opinion sur... eh bien sa vie entière de but en blanc.

Parce que plus il y pensait, plus il avait le sentiment que c’était définitivement toute sa vie qu’il devait remettre en cause. Et ça n’avait rien d’évident, ce n’était pas juste être du côté de Agrippine, c’était ne plus l’être de ses parents. Ces parents qui avaient fait de lui l’homme qu’il était aujourd’hui. Ignatius n’avait aucune idée de ce qu’il devait penser, il savait seulement que là tout de suite il avait envie de parler à sa mère, de lui demander sa version des faits. C’était sans doute pas très sympathique pour Agrippine, mais ça n’enlevait rien à l’affection qu’il avait pour sa jeune sœur (et qu’il semblait être le seul à ressentir dans leur famille). Ignatius n’osa même pas relever son regard vers sa sœur, quand elle précisa que c’était comme il voudrait, puisqu’il savait parfaitement que ce n’était pas quelque chose qu’elle appréciait. Mais au moins, si elle lui laissait un peu de temps. La remarque qu’elle ajouta ensuite lui serra le cœur, il culpabilisait et il en voulait même un peu à Agrippine de le faire culpabiliser. Mais en même temps, il savait bien qu’il ne pouvait pas réellement le lui reprocher. C’était juste qu’il aurait aimé que cette conversation ne prenne par cette tournure.

D’ailleurs, il était évident qu’ils ne pouvaient pas juste faire comme si de rien n’était, qu’ils ne pouvaient pas reprendre la discussion en faisant abstraction de ce que Agrippine venait de lui dire. Est-ce que le jeune homme allait même pouvoir voir sa sœur avant d’avoir digérer tout ça ? Sans doute pas non. Alors, il se leva, tournant son regard un instant vers la jeune femme.

« Je suis désolé. » Pas désolé pour ce qu’elle venait de lui dire, pour ce que son père avait sans doute fait. Désolé de partir, de ne pas être capable de faire... plus.
Code by Gwenn

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

Nulle amie ne vaut une soeur. (Agrippine) Empty
Message#Sujet: Re: Nulle amie ne vaut une soeur. (Agrippine)   Nulle amie ne vaut une soeur. (Agrippine) Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 

Nulle amie ne vaut une soeur. (Agrippine)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Un nouveau logis...[hentaï /terminé]
» Retrouvaille!!! (PV Ryofu Itô) HENTAï
» Une après-midi tranquille ? [PV Yuko] [Hentaï] [terminé]
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
T.rouble O.r M.isery (or both) ::  :: 
Les habitations
 :: Bienvenue chez vous ! :: Appartement d'Agrippine Tuft (Allée des embrumes)
-