AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Le trafic d'influences constitue le pain quotidien du pouvoir. (Agrippine)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
HYDRE
avatar
▌ Messages : 741
Humeur :
50 / 10050 / 100

En couple avec : ...

QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois d'hêtre, 21.2 cm, crin de licorne
Camp: Mal
Avatar: Eddie Redmayne

Message#Sujet: Le trafic d'influences constitue le pain quotidien du pouvoir. (Agrippine)   Mar 9 Jan - 23:44

Le trafic d'influences constitue le pain quotidien du pouvoir.
Comme d’habitude, ça n’avait rien de bien évident pour Seth de travailler en ce moment. Il ne pouvait pas nier qu’il n’avait pas vraiment la tête à ça. Ce n’était pas l’envie qui manquait cependant, mais tout de même. Il n’était en aucun cas motivé et il fallait quand même beaucoup pour qu’une affaire l’intéresse réellement. Et en ce moment, le jeune homme était concentré sur la disparition de Hyppolite Dragonneau, rien d’intéressant. Enfin, presque, si on enlevait le fait que le jeune homme avait eu connaissance que le gosse se trouvait justement chez une personne qu’il connaissait et aussi, que sa meilleure amie jouait les baby-sitter pour lui. Forcément, dès ce moment-là, l’affaire avait quand même pris une tournure bien plus intéressante. Même si cela ne voulait dire qu’une seule chose, il n’allait pas pouvoir ramener le gosses à ses parents. Pas comme ça en tout cas. Et en attendant, on lui mettait la pression pour le retrouver. Oh, pas tant le bureau des Aurors en lui même, la disparition du môme avait si peu d’élément qu’il semblait impossible de mettre la main sur lui. Mais bon, il y avait des parents tristes.

En attendant, Seth avait eu envie d’aider l’un de ses collègues – et pour qu’il arrive au point d’aider un collègue qui n’était pas Gwendall (précisons, le seul collègue qu’il parvienne à supporter depuis la mort de Pomona, déjà que c’était pas simple avant...) c’était que Seth tournait quand même sacrément en rond au bureau. Si cela ne tenait qu’à lui, il partirait, il ferait il ne savait quoi ailleurs, mais il ne pouvait pas complètement déserter son travail. Même si ce dernier n’avait définitivement aucune saveur. Mais bon, il se trouvait donc sur le chemin de traverse, non loin de l’allée des embrumes. Il y avait eu une explosion, apparemment, dans un des bâtiments à cet endroit. Il valait mieux que le bureau des Aurors jette un œil donc, parce que depuis qu’il y avait les mangemorts en action – et donc la marque des ténèbres assez souvent dans le sien – le monde était sur les nerfs. Autant dire qu’il avait été dit que c’était potentiellement des mages noirs qui avaient provoqué ça, même si Seth penchait plus sur un simple accident. Et pendant que son collègue entrait à l’intérieur du bâtiment, Seth était à l’extérieur observant un peu les alentours. Jusqu’à ce que son regard se pose sur une silhouette qu’il connaissait.

« Encore en train de magouiller quelque chose Tuft ? » Demanda-t-il dans un fin sourire. Bon, il l’appelait par son nom, mais c’était surtout pour la forme.
Code by Gwenn
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
avatar
▌ Messages : 258
Humeur :
50 / 10050 / 100


QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois de hêtre, crin de licorne, 31,2 cm
Camp: Neutre
Avatar: Emma Stone

Message#Sujet: Re: Le trafic d'influences constitue le pain quotidien du pouvoir. (Agrippine)   Mer 10 Jan - 22:00


Le trafic d'influences constitue le pain quotidien du pouvoir.
A

grippine se souvenait pertinemment de la première fois où elle avait mis les pieds dans l'allée des embrumes. C'était alors qu'elle faisait ses achats scolaires avant sa troisième année. Ses parents lui avaient formellement interdit d'approcher cette ruelle perpendiculaire, sombre et mal famée... alors vous pensez bien que dans la seconde où ses parents avaient eu le dos tourné, elle s'était précipitée vers la dite allée. Prétendre qu'elle s'y était sentie à son aise alors serait mentir, du haut de ses pas encore treize ans, elle était terrifiée par tout ce qu'elle découvrait dans les vitrines et plus encore par ceux et celles qui croisaient sa route, et la jaugeaient du regard, de leur hauteur. Depuis, elle avait fait du chemin, et elle se sentait là comme un poisson dans l'eau. L'allée des embrumes ne différait pas de n'importe quel autre microcosme : il y avait des règles à respecter, des usages à ne pas enfreindre... il s'avérait seulement qu'ils étaient aux antipodes de celles dont on avait l'habitude. Dès lors qu'on avait apprivoisé ce système et su exploiter ses rouages, on pouvait facilement se faire un nid dans ce petit monde versé dans la magie noir et dans les magouilles les plus illégales. Et oui, Agrippine s'y plaisait.

Prétendre qu'elle n'enviait pas la vie de château de sa mère serait peut-être mentir, mais si l'idée l'effleurait, elle songeait à combien sa mère s'arracherait les cheveux à la voir ainsi, adossée en toute décontraction au mur d'un bâtiment aux pierres noircies et aux murs délabrés, tirant nonchalamment sur sa cigarette en jaugeant les passants du regard, s'amusant à inventer à chacun une histoire. Elle attendait un de ses "fournisseurs", si l'on puis dire, mais visiblement, il était à la bourre... ou bien on l'avait coffré ? C'était malheureusement l'un des inconvénients du métier. Au bout d'un moment, elle perdit patience. Bon, pour se dire qu'elle n'était pas sortie pour rien, elle allait donc faire autre chose, clope au bec, toujours, elle décida donc de rejoindre le chaudron baveur quand elle croisa la route de Seth. Voilà qui allait aisément compenser le lapin qu'on venait de lui poser. La jeune femme lui adressa un sourire rayonnant.

-Toujours,
répondit Agrippine, qui ne prit même pas la peine de démentir, même si en l'occurrence, elle ne faisait rien de spécial. Elle soutint le regard du jeune homme. Qu'est-ce que tu attends pour m'arrêter ?

Elle savait qu'il ne le ferait pas. Il ne pouvait pas le faire. Elle serait capable de cracher de bien trop gros morceaux à son sujet, et il lui en devait une pour les quelques fois où elle avait accepté de le couvrir. Et puis, plus simplement, elle voulait croire qu'il l'aimait bien. Elle aussi, l'aimait bien, il avait une personnalité à part qui collait plutôt bien à la sienne.






code by Mandy

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
HYDRE
avatar
▌ Messages : 741
Humeur :
50 / 10050 / 100

En couple avec : ...

QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois d'hêtre, 21.2 cm, crin de licorne
Camp: Mal
Avatar: Eddie Redmayne

Message#Sujet: Re: Le trafic d'influences constitue le pain quotidien du pouvoir. (Agrippine)   Mer 7 Mar - 14:34

Le trafic d'influences constitue le pain quotidien du pouvoir.
Seth afficha un sourire quand Agrippine lui affirma qu’elle était toujours en train de magouiller quelque chose. Il ne savait pas si elle était vraiment en train de trafiquer quelque chose en cet instant précis, mais en même temps il savait que la jeune femme avait toujours quelque chose en tête. En même temps, elle vivait comme ça, elle n’avait aucun intérêt à ne pas trafiquer au quotidien. Et en un sens, ça ne regardait pas réellement Seth. Ce n’était pas comme s’il avait l’intention de l’arrêter, malgré les propos de la jeune femme.

« Je sais que tu meurs d’envie que je te passe les menottes. » Affirma-t-il sans perdre son sourire, comme quoi il était réellement capable de sourire ces derniers temps. « Mais ce n’est pas pour aujourd’hui, je suis trop occupé. »

Ou pas, si l’Auror voulait réellement arrêter Agrippine Tuft – qui n’était rien d’autre que la fille de la ministre quand même, ça pouvait faire un peu tâche – il pourrait le faire sans aucun souci, ce n’était pas comme s’il était si occupé que cela. Oh, il y avait bien son collègue dans le coin, mais concrètement il n’en avait que faire de ce qu’il faisait. Et puis, ce n’était pas comme s’il ne pourrait pas prétendre que Agrippine était une suspecte dans tout cela. Bref, s’il voulait vraiment l’arrêter, il pourrait le faire. Mais le truc, c’était qu’il n’avait pas envie de le faire. Et que même si c’était le cas, il n’était sans doute pas très bon qu’il le fasse quand même… parce que quelque chose lui disait qu’il ne manquerait pas de souci si elle commençait à trop parler. Et puis bon… vraiment, il n’avait aucune envie de le faire. Il appréciait Agrippine – comme quoi, les personnes qu’il était capable d’apprécier était nombreuses – sans doute parce qu’en un sens, il appréciait son caractère.

« Mais j’ai quand même le droit de savoir ce que tu fais dans le coin ? »

Demanda-t-il, incapable de s’en empêcher, en grande partie par curiosité. Elle ne lui répondrait sans doute pas et si elle lui répondait quelque chose, Seth ne pourrait pas forcément y prêter foi (elle avait de bonne raison d’être une menteuse professionnelle après tout), mais il ne pouvait pas s’empêcher pour autant de poser la question. Déformation professionnelle, il avait envie de savoir ce qu’elle fabriquait dans le coin sans pour autant avoir l’intention de s’en servir pour la faire tomber. Encore une fois, s’il avait eu réellement envie de l’arrêter, il l’aurait fait depuis bien longtemps. Mais puisqu’il n’avait pas envie de le faire, elle ne craignait rien à lui parler un peu de ce qu’elle avait « d’affaire en cours » en ce moment. Et puis concrètement, ça lui convenait un peu de faire la discussion avec la jeune femme qui était bien plus intéressante que son collègue ou que beaucoup d’autre chose en ce moment, puisqu’il n’y avait pas grand-chose qui parvenait à réellement intéresser le jeune homme.
Code by Gwenn
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
avatar
▌ Messages : 258
Humeur :
50 / 10050 / 100


QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois de hêtre, crin de licorne, 31,2 cm
Camp: Neutre
Avatar: Emma Stone

Message#Sujet: Re: Le trafic d'influences constitue le pain quotidien du pouvoir. (Agrippine)   Mer 7 Mar - 18:22


Le trafic d'influences constitue le pain quotidien du pouvoir.
A

grippine afficha un sourire sans équivoque quand son interlocuteur affirma qu'elle devait espérer qu'il lui passe les menottes. Au sens le plus pragmatique du terme non, bien sûr, parce que la jeune femme tenait à sa liberté plus qu'à n'importe quoi d'autre en ce monde, au point de ne vivre que pour cette liberté tant adorée, mais dans un autre sens, en revanche... ça ne lui déplairait pas tant que ça. Il faut dire que l'Auror était plutôt bien fait de sa personne. En tout cas, il était totalement au goût d'Agrippine et elle lui mettrait bien le grappin dessus s'il ne lui donnait pas le sentiment de ne pas être... tout à fait disponible, disons. Encore qu'il était souriant, en l'occurrence, ça faisait un petit moment qu'elle ne l'avait pas vu sourire. Bon, elle ne le voyait pas tous les jours non plus, mais à force de se croiser et donc de se fréquenter par intermittence, elle pensait avoir cerné deux-trois trucs chez lui, même si elle était loin, bien loin de tout savoir avec précision. Seth prétexta être trop occupé pour envisager de l'arrêter, Agrippine n'en était pas spécialement convaincue, mais en même temps, elle se contenterait très bien de cette excuse. Le jeune homme en avait toujours une quand il s'agissait de ne pas la faire comparaître en justice (en même temps, vu ce qu'elle savait de compromettant sur lui, il y avait intérêt à ce qu'il ne joue pas à ce jeu-là avec elle), et elle savait bien qu'il ne l'arrêterait jamais. Ce n'était pas pour rien qu'elle se permettait de le provoquer sans la moindre crainte comme maintenant. Et c'était aussi pour cette raison qu'elle acceptait de répondre à sa question sans réserve. Du moment que personne d'autre que lui n'entendait ce qu'elle avait à dire, ça ne posait après tout pas de problème.

-J'attendais un client, répondit-elle sans se montrer beaucoup plus explicite non plus, mais Seth comprendrait - un type qui devait refourguer de la marchandise ou à qui elle devait en refourguer, c'est comme ça que ça marchait. Mais je crois qu'il viendra plus ajouta-t-elle en désignant sa montre d'un geste sa montre pour signifier qu'il était à la bourre... à ce stade-là, ce n'était plus du retard, d'ailleurs. Elle n'attendait vraiment plus rien de sa part. Il s'est peut-être fait coincé par un de tes copains, il avait pas l'air très fut-fut... Et elle n'avait rien à ajouter là-dessus. C'était chiant, de perdre un client, mais elle savait comment faire marcher son petit business clandestin, alors elle ne se faisait pas vraiment de soucis. T'as une cigarette ? ajouta-t-elle sans transition.

Autant profiter de la présence de Seth jusqu'au bout.






code by Mandy


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
HYDRE
avatar
▌ Messages : 741
Humeur :
50 / 10050 / 100

En couple avec : ...

QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois d'hêtre, 21.2 cm, crin de licorne
Camp: Mal
Avatar: Eddie Redmayne

Message#Sujet: Re: Le trafic d'influences constitue le pain quotidien du pouvoir. (Agrippine)   Ven 4 Mai - 16:29

Le trafic d'influences constitue le pain quotidien du pouvoir.
En soit, Agrippine n’avait aucune raison d’avouer à Seth ce qu’elle faisait dans le coin, mais ce n’était pas pour autant qu’il ne pouvait pas poser la question. Pourquoi pas après tout ? La jeune femme pouvait se taper la discute avec un Auror du ministère sans craindre de se faire arrêter, autant dire qu’elle n’avait aucune raison de se retenir de parler. En tout cas, le jeune homme ne pouvait pas nier qu’il était quand même curieux, mais si Tuft décidait de ne pas répondre, ça n’allait pas changer grand-chose non plus. Le jeune homme cherchait aussi un moyen de passer le temps tout simplement, parce que concrètement on ne pouvait pas dire qu’il était vraiment passionné par son travail actuellement. Et il ne pouvait pas nier qu’il appréciait discuter avec Agrippine. Ce qui était peut-être l’une des raisons qui le poussait finalement à ne pas l’arrêter, alors qu’il pourrait très bien le faire. L’autre raison était surtout qu’elle savait suffisamment de chose sur lui pur le faire tomber en même temps qu’elle donc, c’était quand même mieux qu’il s’abstienne de chercher à faire quoi que ce soit contre elle.

Elle lui répondit donc quand même, affirmant qu’elle attendait un client sans pour autant entrer dans les détails. En un sens, ça lui convenait bien, il valait sans doute mieux que Seth ne sache pas ce qu’elle était en train de faire précisément avec ce client. Non pas qu’il ne puise pas être un peu curieux, mais moins il en savait, mieux ils s’en portaient tous les deux. Et Seth avait suffisamment d’imagination pour se faire une idée de ce qu’elle était en train de trafiquer. Mais de toute évidence, son client n’était pas venu au rendez-vous. Le jeune homme pourrait presque avoir de la peine pour elle, mais ce n’était pas le cas. C’était les affaires sans doute. Et quand elle précisa qu’il s’était peut-être fait coincer par l’un de ses collègues, parce qu’il ne semblait pas très intelligent, Seth avait bien envie de lui répliquer qu’elle n’avait pas qu’à travailler avec des personnes de ce genre. Aucune compassion. À quoi bon ? Elle se débrouillait très bien sans qu’on ait besoin d’avoir de la compassion pour elle non ?

« Possible. » Dit-il en fouillant dans ses poches à la recherche d’un paquet de cigarette, qu’il sorti pour le tendre à la jeune femme. « Si tu travaille avec des imbéciles, faut pas t’étonner de te faire poser un lapin. » Affirma-t-il alors en lui tendant le paquet.

Ils n’avaient pas forcément besoin de revenir là-dessus et la jeune femme avait clairement changé de sujet, mais ce n’était pas pour autant qu’il ne revenait pas là-dessus quand même donc. Il savait bien que Agrippine s’alliait avec toute sorte de personne. Et elle avait parfaitement raison de le faire, d’ailleurs, si elle voulait avoir un minimum d’intérêt dans son « domaine ». Enfin, en même temps, Seth pensait ça, mais il n’y connaissait en réalité pas grand-chose.
Code by Gwenn
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
avatar
▌ Messages : 258
Humeur :
50 / 10050 / 100


QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois de hêtre, crin de licorne, 31,2 cm
Camp: Neutre
Avatar: Emma Stone

Message#Sujet: Re: Le trafic d'influences constitue le pain quotidien du pouvoir. (Agrippine)   Ven 4 Mai - 17:40


Le trafic d'influences constitue le pain quotidien du pouvoir.
S

ans se faire prier et sans remercier son interlocuteur (à quoi bon, ce n'est pas comme s'il aurait pris la peine de le remercier dans le cas inverse, alors elle n'allait pas se donner cette peine), elle récupéra une cigarette dans le paquet du jeune homme et l'alluma, tirant une première latte tandis que son interlocuteur reconnaissait qu'elle devait avoir eu affaire à un crétin qui avait bel et bien eu la bêtise de se faire arrêter, tant qu'à faire. Elle sourit quand il lui fit remarquer que si elle ne faisait affaire qu'avec des imbéciles, il n'y avait rien d'étonnant à ce qu'elle poireaute dans le vide. Elle ne pouvait manifestement pas lui donner tort. Et elle était loin de prendre ombrage d'une telle remarque, elle pensait la même chose, mais elle était habituée. On ne pouvait emprunter la voie qu'elle avait choisie sans être contraint, à un moment ou à un autre, d'avoir affaire à des personnes moins que fiables. Et serait-ce elle qui irait le leur reprocher ? Elle ne le pourrait qu'en toute hypocrisie. Certes, elle ne se considérait pas comme une idiote (ou bien elle jouait les idiotes et les innocentes pour mieux appâter le chaland), mais elle n'était fiable, pas du tout, même.

-En attendant, c'est les crétins qui crachent le plus de thunes,
répondit-elle presque avec philosophie, sourire sibyllin aux lèvres.

En même temps, c'était la vérité. C'étaient les débiles qui étaient les plus simples à arnaquer, et elle en avait un sacré nombre dans son carnet d'adresses... et ils raquaient, ils se faisaient avoir, et ils revenaient en redemander encore... quand ils ne lui posaient pas de lapins, oui, bon, en même temps, ce n'était pas non plus si régulier que ça, sinon elle changerait sa façon de faire. Et en attendant, elle avait en contrepartie l'opportunité de se taper la causette avec Seth, alors rien n'était perdu, loin s'en faut.

-Alors, qu'est-ce que tu fais là, toi ?
demanda-t-elle à son tour. Le boulot ? l'interrogea-t-elle, curieuse.

Peut-être qu'il se promenait là, tout simplement, et était tombé sur elle, mais elle le connaissait un peu, quand même, il avait un chouias tendance à bosser tout le temps, à bien y regarder. Ou bien c'était elle qui avait un chouias tendance à tombe sur lui seulement quand il était en train de bosser... Ils avaient des horaires un peu particuliers, l'un comme l'autre, ça n'aidait pas. Mais Agrippine espérait quand même qu'il était là pour le boulot, ne serait-ce que pour se rancarder sur son affaire en cours, parce qu'elle était curieuse. Une petite curiosité morbide qui ne demandait qu'à être assouvie. Du moins si Seth avait le temps de l'assouvir. Ou l'envie de l'assouvir.






code by Mandy


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

Message#Sujet: Re: Le trafic d'influences constitue le pain quotidien du pouvoir. (Agrippine)   

Revenir en haut Aller en bas
 

Le trafic d'influences constitue le pain quotidien du pouvoir. (Agrippine)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Les magistrats du Parquet, membres du pouvoir exécutif ?
» Les femmes noires au pouvoir ...
» Plus sur le trafic drogues-armes entre Haiti et la Jamaique
» HAITI POURQUI ET POURQUOI LES LUTTES POUR LE POUVOIR ?LES E
» HAITI: HISTOIRE, POUVOIR, CONSTITUTION
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
T.rouble O.r M.isery (or both) ::  :: 
Londres
 :: Chemin de Traverse
-