AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 La rivalité ne s'éteint pas. [pv Ignatius :33]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
SORCIER
avatar
▌ Messages : 1361
Humeur :
50 / 10050 / 100

En couple avec : Ethan Malwing

QUI SUIS-JE?
Baguette: bois de genévrier, 22 cm, ventricule de dragon
Camp: Neutre
Avatar: Ben Whishaw

Message#Sujet: La rivalité ne s'éteint pas. [pv Ignatius :33]   Mer 10 Jan - 18:00


La rivalité ne s'éteint pas.
C

es derniers temps, James peinait à se concentrer sur son travail. Pendant un temps, la librairie avait pourtant été son espace de respiration, le lieu où il parvenait, en se concentrant sur son seul travail, à oublier tout le reste, tous les tracas qui l'affligeaient. Sauf que dernièrement, ces tracas étaient en surnombre... et difficile de ne les appeler que des tracas, d'ailleurs. C'étaient bien davantage des problèmes, et qui n'avaient rien de négligeable. Outre le fait que Lindsay lui refusait toujours d'approcher son fils et que les débats houleux, d'avocat à avocat, qu'ils échangeaient ne lui laissaient que trop deviner qu'elle était bien mieux partie que lui pour obtenir l garde définitive et entière de Gabriel, il y avait toujours le mystérieux courrier que lui et Ethan avaient reçu dans leur boîte aux lettres. Pour le moment, il n'y avait pas de suite à cette missive accusatrice et menaçante, mais James préférait rester vigilant. Il ne voulait pas perdre la seule source de bonheur qu'on lui accordait pour le moment. Et en plus du reste, dernièrement, il fallait ajouter le mouron qu'il se faisait pour ses deux meilleurs mis : qu'il s'agisse d'Angus, qui ne donnait toujours pas de nouvelles, ou encore de Gabrielle, qui lui donnait l'impression de sombrer dans une folie de plus en plus grande à mesure que les jours passaient. Bref, le travail ne devait pas apaiser ces appréhensions et ces questionnements, donc, et c'était une chance qu'il connaisse si bien son travail qu'il savait le faire de façon très mécanique sans commettre d'impair. Au travail, oui, il avait quelque peu le sentiment d'être un robot.

Même quand il conseillait les clients potentiels sur l'un ou l'autre ouvrage, il y avait la fond, mais clairement pas la forme. Un automate, qui ne prêtait qu'une attention relative aux personnes qui pénétraient sa librairie. Ce qui à coup sûr devait lui porter préjudice. Encore qu'il n'avait pas reçu des remontrances particulières récemment... mais ce n'était pas une raison pour poursuivre sur cette voie. Quand il entrevit, de dos, une personne dans les rayonnages, il fit donc son travail, toujours aussi mécaniquement s'il en est. Sans prêter attention à la personne qui se trouvait là, ce qui était un tort de sa part. S'il avait reconnu d'office sa silhouette, il ne lui aurait pas adressé la parole, il aurait évité de même croiser son regard.

-Bonjour, je peux vous conseiller ?
Et il eut envie de ravaler ses mots le plus fortement possible en découvrant à qui il venait de s'adresser en réalité. Oh, Ignatius...

Il avait bien envie d'inventer une excuse maintenant pour se dérober à la conversation, car la rancoeur et l'agacement que lui inspirait le fils du ministre ne dataient pas d'hier, et il était l'une des personnes avec qui il souhaitait le moins avoir ne serait-ce qu'un début de conversation. Trop tard.




code by Mandy


_________________


Ce que l'amour peut faire, l'amour ose le tenter.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
avatar
▌ Messages : 173
Humeur :
50 / 10050 / 100


QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois de chêne rouge, crin de sombral, 17,5cm
Camp: Neutre
Avatar: Adam Driver

Message#Sujet: Re: La rivalité ne s'éteint pas. [pv Ignatius :33]   Mer 7 Mar - 12:07

La rivalité ne s'éteint pas.
On ne pouvait pas vraiment dire que Ignatius manquait de travail, en même temps quand on avait un poste tel que le sien, il n’y avait aucune logique à manquer de travail. Donc, le jeune homme passait quand même le plus clair de son temps au ministère de la magie. Même le temps qu’il passait dans son appartement n’était pas si grand que cela en soit, il avait un peu plus le sentiment d’avoir un endroit juste pour dormir que pour y vivre. Ça ne le dérangeait pas, Ignatius n’avait jamais eu de souci à se donner du mal dans son travail, c’était le cas depuis Poudlard déjà. Après tout, c’était la moindre des choses pour rendre ses parents fiers de lui. Et c’était ainsi, à ses yeux, qu’il avait pu les rendre si fier, qu’il pouvait avoir une relation si agréable avec sa mère et qu’il en avait eu une si complice avec son père. C’était ce qu’il avait cru pendant si longtemps, qu’il avait simplement suffit qu’il fasse des efforts de son côté, qu’il soit un enfant modèle afin d’avoir l’amour de ses parents. Et que c’était parce que Agrippine n’avait pas fait suffisamment d’effort qu’elle avait eu une relation complexe avec ses parents…

C’était ce qu’il avait cru pendant toute sa vie, mais maintenant, le jeune homme ne pouvait pas nier que tout était un peu remis en cause. Il n’avait aucune idée de la vérité – il était encore bien loin de se rendre compte de la vérité – mais il savait que ce n’était pas si évident qu’il l’avait cru. Ignatius ne pouvait pas nier qu’il était donc un peu perdu et tout ne semblait plus aussi facile à gérer que d’ordinaire. Il n’avait pas pour autant l’intention de se donner moins dans son travail, ça ne lui ressemblait pas et il restait quand même le fils de la ministre de la magie quand même. Il avait l’impression cependant d’être un peu oppressé. Ce fut pour cette raison que le jeune homme décida de se rendre, lors d’une pause dans son travail, à Fleury & Bott afin de s’acheter quelques livres. Il n’avait aucun souci à lire, il avait un certain nombre de livres dans son appartement – quand bien même il ne prenait pas forcément la peine de lire – une manière comme une autre pour lui de juste se changer les idées avec quelques nouvelles lectures. Encore faudrait-il qu’il parvienne à s’accorder du temps, mais si ça pouvait lui épargner de ruminer le peu de temps qu’il passait dans son appartement, ça ne serait pas une mauvaise chose. Il était donc concentré sur l’un des rayons quand le jeune homme entendit une voix dans son dos, voix qu’il reconnut immédiatement.

« James. » Se contenta-t-il de dire. Il savait parfaitement que le jeune homme travaillait dans cette librairie, il était bien placé pour savoir ce genre de chose quand même. Il n’avait pas spécialement cherché à le croiser, pour la simple et bonne raison qu’il n’avait jamais vraiment porté le jeune homme dans son cœur. Pour la simple et bonne raison qu’il avait été longtemps jaloux de lui et maintenant… il le considérait simplement comme celui qui faisait énormément de mal à Lindsay même maintenant alors qu’ils étaient officiellement divorcés (sans que Ignatius ne se rende compte de ce que sa meilleure amie savait sur son ex-mari). « T’as l’air d’aller bien. » Affirma-t-il alors, ne le pensant pas vraiment, se contentant simplement de lancer une pique au jeune homme. Juste comme ça.
Code by Gwenn

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
avatar
▌ Messages : 1361
Humeur :
50 / 10050 / 100

En couple avec : Ethan Malwing

QUI SUIS-JE?
Baguette: bois de genévrier, 22 cm, ventricule de dragon
Camp: Neutre
Avatar: Ben Whishaw

Message#Sujet: Re: La rivalité ne s'éteint pas. [pv Ignatius :33]   Mer 7 Mar - 18:02


La rivalité ne s'éteint pas.
I

gnatius était-il sincère ou hypocrite quand il affirmait qu'il avait l'air d'aller bien ? James n'en avait pas la moindre idée, mais dans un cas comme dans l'autre, ça ne changeait pas grand-chose à la situation, il se trouvait envers une personne à qui il n'était capable d'adresser que la plus profonde animosité, et il savait que la réciproque était tout aussi vrai. Il aurait apprécié que son interlocuteur s'abstienne de ne serait-ce qu'amorcer la conversation, mais James avait commis l'erreur de constater sa présence, et maintenant, il ne pouvait plus vraiment se dérober à la conversation. En fait, il le pourrait, mais sa réserve et sa politesse naturelles l'en empêchaient malheureusement, et voilà qu'il se retrouvait coincé dans une conversation qui ne devait vraiment pas le mener où que ce soit... Certes, il avait le prétexte du travail pour que celle-ci ne s'attarde pas, mais il n'avait jamais été très doué pour se dérober à la présence d'autrui, malheureusement. Alors c'était vraiment mal parti, mais il allait devoir faire avec.

-Je vais très bien en effet
, répliqua James sans forcément que son ton ou l'expression de son visage ne le confirment.

Et pour cause, il n'allait pas si bien que cela, en vérité. Certes, il n'y avait pas que des aspects négatifs dans son existence, mais il y avait quand même de nombreuses contrariétés, des soucis à foison qui ne l'encourageaient pas réellement à voir la vie sous le jour le plus élégant qu'il puisse être. Mais ses problèmes, dont il ne pouvait déjà parler qu'au plus petit nombre (donc en fin de compte, cela se résumait à Ethan et à Gabrielle), le libraire n'avait bien évidemment aucune intention d'en dire davantage à son interlocuteur, et de manière générale, il préférait donner à Ignatius l'image d'un homme fier de son vécu, qui pouvait avancer la tête haute et qui croquait la vie à pleines dents. Même si, quelque part, il devait reconnaître avoir voulu autrefois étaler son bonheur (même s'il était factice) avec Lindsay pour attiser la jalousie de son interlocuteur. Ceci dit, Christian s'en chargeait à sa place de toute façon, donc ça n'avait que peu d'importance.

-Toi aussi, à ce que je vois,
affirma-t-il alors, même si, en vérité, il n'en avait pas grand-chose à faire, il faut bien le dire, et si le fils de la ministre n'était pas au meilleur de sa forme, James devrait bien dire qu'il éprouverait un souvenir malsain à l'apprendre, parce qu'il avait peine à souhaiter le bonheur de son interlocuteur. Ca faisait longtemps..., constata-t-il tout en regrettant tout aussitôt d'avoir ne serait-ce qu'ouvert la bouche. Il devrait vraiment repartir à son ouvrage, ce serait le mieux, mais il avait la politesse de faire la conversation.




code by Mandy


_________________


Ce que l'amour peut faire, l'amour ose le tenter.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
avatar
▌ Messages : 173
Humeur :
50 / 10050 / 100


QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois de chêne rouge, crin de sombral, 17,5cm
Camp: Neutre
Avatar: Adam Driver

Message#Sujet: Re: La rivalité ne s'éteint pas. [pv Ignatius :33]   Ven 4 Mai - 19:40

La rivalité ne s'éteint pas.
Ignatius ne savait pas vraiment si James allait vraiment bien ou non, s’il allait très bien comme il le lui disait, et en un sens, il ne pouvait pas nier qu’il n’en avait en réalité que faire. Quand le jeune homme avait dit ça, ce n’était pas dans le réel but de prendre des nouvelles de son ancien ami. Si on pouvait vraiment le qualifier d’ancien ami. Ils faisaient parti du même cercle d’ami, mais force était d’affirmer que Ignatius s’était toujours bien plus entendu avec Lindsay ou Elros qu’avec James. Et pour cause, il avait simplement été énormément jaloux envers le libraire et en un sens, il ne pouvait pas s’empêcher d’être encore jaloux maintenant, même si Lindsay et lui n’étaient plus ensemble. En plus de considérer que James était un idiot d’avoir fait n’importe quoi. Sérieusement ? Il avait la plus merveilleuse des femmes pour épouse et il gâchait tout ? Pour une histoire avec une autre ? Demandant le divorce, abandonnant son fils. Tout ça pour que Lindsay se retrouve dans les bras d’un autre en plus, ça ne risquait pas de l’aider. Bref, il ne savait pas s’il allait bien et en réalité, Ignatius ne pouvait pas s’empêcher de se dire qu’il ne méritait sans doute pas d’aller bien.

Le jeune homme lui retourna le compliment. En un sens, le jeune homme ne pouvait pas lui donner tort, il n’avait surtout pas envie de lui donner tort. Ignatius allait bien, concrètement, il n’avait pas vraiment de raison de ne pas aller mal. Bon, si on oublie les révélations que sa sœur lui avait faites, les explications qu’il devait avoir avec sa mère, mais dans tous les cas… il n’était pas temps de penser à ça pour l’heure. Il ne savait pas si James était sincère donc, mais en un sens, ce n’était pas bien grave. Le jeune homme précisa que ça faisait longtemps et… Ignatius ne put s’empêcher de se sentir un peu mal à l’aise. Parce que oui, forcément, ça faisait longtemps et ils savaient parfaitement tous les deux pourquoi. En un sens, il valait sans doute mieux que la conversation s’arrête maintenant, qu’ils ne continuent pas, mais en même temps Ignatius ne pouvait pas juste se détourner.

« Oui ça fait longtemps. » Il ne pouvait clairement pas dire le contraire, parce que ça faisait en effet un moment qu’ils ne s’étaient pas vu. Autrefois, ils se croisaient de temps en temps quand Ignatius venait rendre visite à Lindsay, mais maintenant il n’y avait définitivement aucune raison que ça soit le cas. « En même temps, ce n’est pas comme si on avait des raisons de se croiser de nouveau depuis que tu as… » Ignatius hésita une seconde. Bon, ça ne servait sans doute à rien qu’il retourne le couteau dans la plaie. Bien sûr, il reprochait à James d’avoir abandonné Lindsay mais en un sens, Ignatius savait qu’elle était plus heureuse sans lui. Et il n’était pas mauvais au point de se montrer à ce point désagréable avec James, même s’ils ne s’entendaient pas. « Que tu n’es plus avec Lindsay. » Se contenta-t-il de dire.
Code by Gwenn
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
avatar
▌ Messages : 1361
Humeur :
50 / 10050 / 100

En couple avec : Ethan Malwing

QUI SUIS-JE?
Baguette: bois de genévrier, 22 cm, ventricule de dragon
Camp: Neutre
Avatar: Ben Whishaw

Message#Sujet: Re: La rivalité ne s'éteint pas. [pv Ignatius :33]   Ven 4 Mai - 20:09


La rivalité ne s'éteint pas.
A

bien y regarder, on pouvait sans doute très difficilement imaginer conversation plus embarrassante que celle-ci. Il était même certain qu'on ne le pouvait pas, encore que, tout était possible. En tout cas, ce qui est sûr, c'est qu'il aurait voulu être n'importe où ailleurs qu'ici, à avoir cette conversation qui devait les mettre aussi mal à l'aise l'un que l'autre. Il allait falloir aller jusqu'au bout. Maintenant, il ne leur restait qu'à énoncer de pures évidences, et des évidences qui n'oubliaient pas d'être assez embarrassantes. Déjà, affirmer que ça faisait longtemps, c'était clairement de trop et ils auraient dû se l'épargner. Malgré tout, Ignatius en rajouta. Ils n'avaient plus vraiment de raisons de se voir depuis qu'il avait... quitté Lindsay ? Trompé sa femme ? N'importe quelle remarque du même acabit sans doute, et qui n'avait rien de flatteuse. Mais il se ravisa et choisit une observation plus neutre, en soi. Depuis que lui et Lindsay étaient séparés. Oui, en effet, ils n'avaient aucune raison de se cacher le fait que ce divorce avait mis un terme d'usage à leur "amitié" d'usage, si tant est qu'on ait pu un jour l'appeler ainsi.

-C'est vrai...,
admit-il.

Et que dire d'autre, c'était vrai, point. Et il valait sans doute mieux en rester là. Mais en même temps, eh bien... James n'en savait trop rien, peut-être du fait de leur rivalité tacite d'alors, il n'aimait pas l'idée d'en rester là. Ce serait comme donner le dernier mot à Ignatius. Ou encore lui reconnaître le fait qu'il avait quelque part gagné, puisque Lindsay et lui n'étaient plus ensemble. Même si au fond, James restait le victorieux des deux, il ne regrettait rien de sa relation avec son ex femme, et ce n'était pas lui qui allait déplorer le fait qu'elle ait si vite trouvé un nouveau mari. Bien au contraire, même, il faut dire ce qui est, c'était bien davantage pour l'arranger. Même si apparemment, son remariage n'ôtait rien à la haine profonde qu'elle lui vouait et à son acharnement contre lui. A l'entendre, il avait parfois le sentiment qu'il était la pire personne que cette terre ait jamais portée. Mettons-nous d'accord là-dessus, ça ne pouvait tout simplement pas être vrai. Même si elle arrivait parfois à l'en convaincre lui-même aussi. Plein de choses lui venaient en tête. Parler du remariage de Lindsay ? Du fait qu'il voyait plus Gabriel que lui ? Difficile de savoir par où l'attaquer. En fait, il devrait plutôt se taire, mais ce n'était pas simple.

-De toute évidence, tu connais toutes les dernières nouvelles de ma vie. Même si ces dernières nouvelles commençaient à dater. Mais toi alors, qu'est-ce que tu deviens ?

Au fond, il s'en moquait. Mais il espérait juste que la vie qu'il menait ne lui convenait pas.




code by Mandy


_________________


Ce que l'amour peut faire, l'amour ose le tenter.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
avatar
▌ Messages : 173
Humeur :
50 / 10050 / 100


QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois de chêne rouge, crin de sombral, 17,5cm
Camp: Neutre
Avatar: Adam Driver

Message#Sujet: Re: La rivalité ne s'éteint pas. [pv Ignatius :33]   Ven 13 Juil - 20:18

La rivalité ne s'éteint pas.
C’était vrai…, en effet, c’était vrai. En soit, James et Ignatius n’avaient plus du tout besoin de faire comme s’ils étaient capables de se supporter. Alors qu’ils le faisaient quand même depuis un moment maintenant. Depuis qu’ils étaient à l’école de magie. Alors qu’en soit, il n’avait pas beaucoup de raison de se détester, mais c’était juste comme ça. Et concernant Ignatius, il ne pouvait pas s’empêcher d’être jaloux de ce que James avait vécu avec Lindsay. Maintenant, il n’avait plus de raison de l’être – il pouvait l’être de son nouveau mari, il l’était de son nouveau mari en fait – mais ce n’était pas pour autant qu’il allait adorer James tout d’un coup. Surtout que mine de rien, James avait la femme la plus belle, la plus intéressante, la plus intelligente, incroyable (oui, il n’était pas du tout objectif) et il avait tout gâché en la trompant en plus. Mais bon, Lindsay était mieux sans James. À ses yeux, elle serait peut-être mieux sans son nouveau mari… mais encore une fois, le souci venait de lui-même.

James affirma ensuite qu’il connaissait, de toute évidence, les derniers détails de sa vie. En effet, au vu de la situation, Ignatius était quand même en connaissance de beaucoup de chose. Et clairement, il ne pouvait que se ranger du côté de l’ex-femme de l’homme sous ses yeux. Et encore, le fils de la ministre de la magie ne savait pas tout ce qui concernait le jeune homme sous ses yeux. James lui demanda ce qu’il devenait donc. Ignatius ne savait pas réellement s’il était intéressé par la réponse ou non, ou s’il cherchait un moyen de se satisfaire de quelque chose. En même temps, ils n’avaient pas vraiment besoin de poursuivre cette conversation. Mais… en fait, Ignatius pourrait bien dire certaine chose à son interlocuteur.

« Oh, tu sais, c’est un peu la routine. » Dit-il pour commencer. « J’ai beaucoup de travail, donc je passe beaucoup de temps au ministère. » Ce qui était effectivement vrai. En réalité, le jeune homme n’avait pas grand-chose à raconter dans sa vie. En dehors du fait qu’il avait du travail et qu’il avait plus que jamais besoin d’être parfait dans son travail depuis que sa mère était la ministre de la magie. Mais il n’avait pas l’intention de se vanter à ce sujet – même si ce n’était pas l’envie qui manquait. « Mais j’ai pu voir Lindsay hier. Je suis passé chez elle. » D’accord, c’était un peu bas de dire ce genre de chose, mais Ignatius n’avait pas l’intention de se retenir. « Gabriel est vraiment adorable. » D’accord, d’accord, c’était encore plus bas. Mais ce n’était pas de sa faute si le jeune homme avait abandonné femme et enfant. Surtout une femme comme celle qu’il avait, ne se rendant pas compte de la chance qu’il avait.

Il se contenta de ça, c’était déjà pas mal en soit. Parce qu’il pourrait en rajouter. Mais c’était déjà pas mal comme ça.
Code by Gwenn
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
avatar
▌ Messages : 1361
Humeur :
50 / 10050 / 100

En couple avec : Ethan Malwing

QUI SUIS-JE?
Baguette: bois de genévrier, 22 cm, ventricule de dragon
Camp: Neutre
Avatar: Ben Whishaw

Message#Sujet: Re: La rivalité ne s'éteint pas. [pv Ignatius :33]   Ven 13 Juil - 20:59


La rivalité ne s'éteint pas.
L

a réponse d'Ignatius, au fond, indifférait complètement James qui se moquait bien de savoir ce que son interlocuteur pouvait bien faire de sa vie (au mieux se satisferait-il du fait que le jeune homme n'ait pas la vie qu'il voulait). En tout cas, elle ne fut pas surprenante le moins du monde. Ignatius était un travailleur, James le savait, c'était une chose qu'on ne pouvait pas lui ôter, et depuis que sa mère était devenue ministre de la magie, il devait sans doute devoir mettre les bouchées doubles. Le libraire n'était pas étonné, non, et il était bien tenté d'adresser une réplique bien sentie à Ignatius au sujet de sa mère. Ce serait bas, mais personne n'avait dit que le dialogue volait toujours très haut quand ils se retrouvaient face à face tous les deux. Cela dit, il n'eut finalement pas le temps de dire quoi que ce soit, car son interlocuteur le prit de court avec une remarque qu'il se serait bien épargné d'entendre.

Il était allé voir Lindsay hier, en soi c'était normal, Lindsay considérait Ignatius comme son meilleur ami (l'inverse, James se permettait d'en douter), mais ça avait le don de l'agacer, même encore aujourd'hui... mais moins qu'à l'époque, tout de même, où la complicité de son épouse avec Ignatius lui hérissait le poil. Il savait bien ce qu'il voulait, ce qu'il recherchait, et ça l'agaçait de ne rien pouvoir y faire. Au fond, il trouvait d'autant mieux que son ex-femme ait retrouvé si rapidement chaussure à son pied. James détestait Christian pour d'excellentes raisons, à ses yeux (il voulait assumer la paternité de SON fils, il y avait de quoi voir rouge), mais il aurait encore moins supporté la situation si Ignatius et Lindsay avait fini ensemble. Le jeune homme finissait en éternel second, et ça, c'était plaisant... même si ça ne suffirait pas à effacer les mots qu'il ajouta alors. Ignatius avait vu Gabriel. A cette pensée, le sang du jeune homme ne fit qu'un tour. C'était déjà suffisamment difficile de savoir que lui avait le droit de le voir et pas lui, mais là, il le mettait au supplice, véritablement.

-Il a de qui tenir,
répondit-il en prenant sur lui pour ne pas trop laisser voir à quel point ces propos le touchaient. Mais il doutait fort que ce soit suffisant. James n'était pas le meilleur menteur non plus, même si les circonstances l'obligeaient à mentir plus souvent que nécessaire. Forcément qu'il se sentait mal, forcément que cette nouvelle le faisait souffrir. Il voulait revoir Gabriel, le prendre dans ses bras, savoir qu'il allait bien, ne serait-ce que ça... mais plutôt crever que de poser la question à Ignatius. Je suppose que tu as fait la connaissance de Christian, également ?

Coup pour coup. Il ne l'aurait pas volé.






code by Mandy


_________________


Ce que l'amour peut faire, l'amour ose le tenter.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
avatar
▌ Messages : 173
Humeur :
50 / 10050 / 100


QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois de chêne rouge, crin de sombral, 17,5cm
Camp: Neutre
Avatar: Adam Driver

Message#Sujet: Re: La rivalité ne s'éteint pas. [pv Ignatius :33]   Jeu 13 Sep - 17:09

La rivalité ne s'éteint pas.
Ignatius avait conscience que ses propos étaient bas et qu’il ne devrait sans doute pas les adresser à James. En soit, le jeune homme ne devrait pas réagir de la sorte avec le jeune homme, parce qu’il n’était plus avec Lindsay. Pendant très longtemps, Ignatius n’avait pas pu s’empêcher de se sentir jaloux de James, parce qu’il était avec la femme qu’il trouvait parfaite. Lindsay représentait clairement la femme parfaite de la vie du jeune homme, même si au final il idéalisait sans doute un peu trop la situation. Le coup de cœur de jeunesse, qui datait de son adolescence et que le jeune homme n’avait pas pu réussir à laisser partir. Même s’il allait bien devoir se faire une raison au bout d’un moment. Enfin, non, il s’était fait une raison il savait bien qu’il ne serait jamais avec son amie. Mais il fallait simplement qu’il arrive à juste passer à autre chose. Enfin, dans tous les cas, ce n’était pas réellement le sujet actuellement. Il n’avait aucune raison d’être encore jaloux de James, mais c’était un sentiment tenace, parce qu’il avait eu la chance d’être avec une femme merveilleuse et qu’il avait gâché cette chance, sans qu’il ne soit capable d’imaginer les réelles raisons qui avaient poussé cet homme à quitter sa femme.

La petite pique de Ignatius était sans doute de trop, mais il n’allait pas revenir sur ses propos. James ne manqua pas d’affirmer que Gabriel avait de qui tenir, qu’il était donc adorable parce que c’était lui son père. En un sens, c’était peut-être vrai, mais il n’allait pas revenir là-dessus. Dans tous les cas, même si Ignatius avait eu envie de dire quelque chose, James lui aurait coupé l’herbe sous le pied en mentionnant le nouvel époux de Lindsay. D’accord, touché. Ignatius ne pouvait pas nier qu’il l’avait un peu cherché quand même. Le jeune homme ne l’avait pas volé, il ne pouvait pas vraiment reprocher à son interlocuteur de lui rétorquer ça.

« Le monde sorcier est petit. » Dit-il alors, pour toute réponse.

Outre le fait que Christian – qu’il avait du mal à apprécier par la force des choses – était le nouveau mari de Lindsay (ce qui était arrivé quand même rapidement au final, Ignatius n’avait rien vu venir), il était aussi un membre du ministère. Donc oui, Ignatius avait eu l’occasion de croiser le nouveau mari de sa meilleure amie, ce qui lui faisait une belle jambe pur le coup. Il devrait sans doute se contenter de cette réponse et mettre fin à cette conversation, sans chercher à mettre un peu plus d’huile sur le feu. Et en même temps, c’était tentant quand même puisqu’il se retrouvait en face de James. Il n’y avait plus aucune raison qu’ils aient cette rivalité, mais il y avait quand même des habitudes qui étaient difficiles à abandonner.

« C’est quelqu’un de bien, je suis certain qu’il va très bien s’occuper de Gabriel. » Il avait hésité à dire son fils, mais ça faisait un peu trop quand même.
Code by Gwenn
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
avatar
▌ Messages : 1361
Humeur :
50 / 10050 / 100

En couple avec : Ethan Malwing

QUI SUIS-JE?
Baguette: bois de genévrier, 22 cm, ventricule de dragon
Camp: Neutre
Avatar: Ben Whishaw

Message#Sujet: Re: La rivalité ne s'éteint pas. [pv Ignatius :33]   Jeu 13 Sep - 22:14


La rivalité ne s'éteint pas.
J

ames eut comme le sentiment que sa réflexion avait fait mouche, et il n'en était pas peu fier. Bon, c'était une fierté toute immature, il faut tout de même le remarquer. Quand James et Ignatius se retrouvaient au même endroit, il faut croire qu'ils ne savaient faire autrement que de régresser. En même temps, leurs rivalités passées, même si l'objet de celles-ci ne leur appartenait pas ou plus, avaient la vie dure, on ne change jamais complètement. Alors oui, James n'avait pas franchement de scrupules à rappeler l'existence de Christian à son interlocuteur, surtout après que ce dernier ait mentionné Gabriel, cet enfant qu'il n'était pas autorisé à voir (ce qu'il savait pertinemment) dans le seul but de lui faire du mal. Oui, le monde des sorciers était petit, et le libraire éprouvait une certaine satisfaction à l'idée que son interlocuteur soit contraint de côtoyer tous les jours l'homme qui était devenu le mari de Lindsay, dans les couloirs du ministère... Seulement, car Ignatius avait du répondant, il ne manqua pas de riposter, et si James n'avait pas été peu fier de sa réplique, il se décomposa, littéralement en entendant ses propos. Là, il ne s'était pas contenté de le piquer, sa réplique lui fit le même effet que s'il lui avait planté un poignard en plein coeur, autant dire qu'on ne pouvait concevoir sentiment plus douloureux.

Que Christian soit quelqu'un de bien ou pas, James s'en fichait pas mal... même si pour le coup, il n'avait même pas envie de lui accorder le bénéfice du doute et préférait, d'office et sur le principe, le considérer comme un salaud de première classe. A la base, il était heureux que Lindsay ait retrouvé quelqu'un, cela avait un peu apaisé la culpabilité qu'il ressentait à l'idée d'avoir ainsi brisé leur mariage et son coeur. Mais maintenant, cet homme n'était plus seulement celui qui avait su redonner à Lindsay foi en l'amour, il était l'homme qui voulait s'accaparer la paternité de son fils. Ignatius ne l'avait pas exactement présenté comme tel, mais James n'avait que trop su comment l'entendre : "Christian est quelqu'un de bien, il fera un bon père pour Gabriel." Sauf qu'il n'était pas le père de Gabriel, et ça, il ne supporterait pas que son fils finisse par l'oublier.

-Il n'en aura pas l'occasion,
répliqua sévèrement James, qui ne cachait pas être blessé par les propos de son interlocuteur. Tant pis s'il rentrait totalement dans le jeu d'Ignatius, il n'arrivait tout simplement pas à se taire, ça lui était même impossible. Dès qu'il était question de Gabriel, il n'était pas capable de conserver son calme. C'était assez que tous les éléments soient contre lui, il aimerait au moins que l'on daigne admettre que cet enfant était le sien.




code by Mandy


_________________


Ce que l'amour peut faire, l'amour ose le tenter.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
avatar
▌ Messages : 173
Humeur :
50 / 10050 / 100


QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois de chêne rouge, crin de sombral, 17,5cm
Camp: Neutre
Avatar: Adam Driver

Message#Sujet: Re: La rivalité ne s'éteint pas. [pv Ignatius :33]   Mar 13 Nov - 12:23

La rivalité ne s'éteint pas.
Ignatius avait bien conscience que c’était bas de sa part de parler de cette manière de Gabriel, d’affirmer que Christian allait faire un très bon père pour l’enfant. Le jeune homme n’avait pas de raison de le faire, normalement, mais en même temps il ne pouvait pas s’en empêcher. Pour la simple et bonne raison que Ignatius était jaloux. Normalement, il n’avait plus aucune raison de l’être, parce que James n’était plus le mari de Lindsay et s’il devait être jaloux de quelqu’un, il devrait l’être de son nouveau mari. Et il l’était, d’ailleurs. Mais James c’était différent, les jeunes hommes avaient quand même des tensions depuis un long moment, depuis le début de leur relation d’ailleurs. C’était une vieille tension que Ignatius ne pouvait pas s’empêcher de ressentir encore maintenant. Alors oui, quand James lui tendait une perche, le jeune homme ne pouvait pas s’empêcher de la récupérer. Même si ce n’était pas agréable pour James, bien sûr, mais Ignatius n’en avait que faire en réalité.

James répliqua que Christian n’aurait pas l’occasion de bien s’occuper de Gabriel, avec une certaine conviction que Ignatius n’était pas sûr que l’homme puisse réellement se montrer aussi convainquant. Au vu de la situation, Lindsay avait quand même plus de chance de s’en sortir dans leur combat pour la garde de Gabriel, et encore Ignatius ignorait certaine chose concernant l’homme sous ses yeux. Alors non, James n’avait aucune raison de se montrer si convainquant et de son côté, Ignatius n’avait guère de souci de le croire.

« Tu as l’air sûr de toi. » Commenta-t-il donc. Il n’avait vraiment aucune raison de s’acharner contre le libraire, mais en même temps ce n’était pas comme s’il pouvait réellement se retenir. Les vieilles querelles étaient quand même tenaces. « Mais tu sais très bien que ça sera bien plus difficile que tu ne penses. » Ignatius n’avait pas forcément besoin de le préciser et il était évident que James n’avait pas du tout d’entendre ce genre de chose. Après tout, il était bien placé pour le savoir. « Christian est un bien plus bon parti que toi, tu ne fais pas vraiment le poids. »

Et ça lui faisait mal de dire une chose pareille, mais en même temps il se contentait simplement de dire la vérité. Le nouveau mari de Lindsay avait bien plus de poids que James et ça allait clairement jouer dans la garde de Gabriel. Forcément, au vu de la situation, Ignatius se rangeait quand même du côté de Lindsay. Même si ça lui faisait du mal de se dire qu’elle avait de nouveau un homme dans sa vie qui n’était pas lui, qu’il n’avait même rien vu venir avant de se rendre compte qu’elle était de nouveau heureuse avec quelqu’un. Mais bon… à choisir, le jeune homme se rangeait donc effectivement du côté de son amie et de son nouveau mari. Surtout si ça pouvait en prime faire du mal à James.
Code by Gwenn
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
avatar
▌ Messages : 1361
Humeur :
50 / 10050 / 100

En couple avec : Ethan Malwing

QUI SUIS-JE?
Baguette: bois de genévrier, 22 cm, ventricule de dragon
Camp: Neutre
Avatar: Ben Whishaw

Message#Sujet: Re: La rivalité ne s'éteint pas. [pv Ignatius :33]   Mer 14 Nov - 18:29


La rivalité ne s'éteint pas.
A

vait-il vraiment l'air sûr de lui ? Quelque part, James l'espérait, mais honnêtement, il était loin de le penser. Il n'avait jamais eu l'air sûr de lui, et pour cause, il ne savait pas faire illusion, il manquait tout bonnement de confiance en lui... Et il doutait fort qu'Ignatius soit dupe, même s'il le connaissait depuis presque toujours. James avait employé le ton le plus déterminé possible, parce que déterminé, il l'était bel et bien, mais ce n'était pas pour autant qu'il n'avait pas conscience du fait que ses chances de victoire étaient ce qu'il y a de plus minces. Il ne savait vraiment pas comment les choses allaient se passer, mais il savait que se montrer trop confiant ne lui rendrait clairement pas service. Malgré tout, il devinait où son interlocuteur voulait en venir, et il savait d'avance que cela n'allait pas lui plaire. Pas du tout, même. Alors oui, il savait très bien que les choses seraient difficiles, très difficiles. Pas plus difficiles qu'il ne le pensait, parce qu'il avait parfaitement conscience de la situation, mais tout de même excessivement difficiles... d'ailleurs, cette phrase n'était même pas à conjuguer au futur. C'était d'ores et déjà le cas. Complètement le cas, même. Les difficultés, c'était au quotidien qu'il les affrontait, et même si de nombreuses épreuves restaient à venir, le fait de ne pouvoir serrer son fils contre lui, de ne pouvoir passer son temps avec lui, de ne pas pouvoir jouer son rôle de père, était et demeurerait la pire d'entre toutes, sans la moindre comparaison possible.

-Si tu veux mon avis, tu m'as l'air beaucoup trop concerné par cette situation,
répliqua-t-il alors.

Non, parce qu'à ce stade, venir l'attaquer sur le fait qu'il était privé de son fils, ce n'était plus de la méchanceté gratuite, la méchanceté était carrément passée en libre service... Certes, ils ne s'appréciaient pas, certes ils ne s'apprécieraient jamais, mais il était des circonstances où insister ainsi et à ce point sur leurs différends dépassait de très loin ce qu'il avait considéré répondre aux... normes de leur amitié. Et s'il ne s'imposait pas la limite du minimum de décence requis, il était assez évident que James n'allait pas faire d'efforts de son côté non plus... Même s'il n'était clairement pas dans son caractère de se comporter de cette manière.

-Tu sais, t'attaquer à moi comme tu le fais et vanter les mérites de Christian, ça ne va pas te rendre plus attirant aux yeux de Lindsay pour autant, elle continuera de se servir de toi et de tes sentiments, comme d'habitude.


D'accord, il exagérait sans doute, il ne pensait pas que Lindsay soit ce genre de manipulatrice, mais l'essentiel, c'était de pointer du doigt le fait que Lindsay ne l'aimait pas, ne l'avait jamais aimé, et ne l'aimerait jamais.





code by Mandy


_________________


Ce que l'amour peut faire, l'amour ose le tenter.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

Message#Sujet: Re: La rivalité ne s'éteint pas. [pv Ignatius :33]   

Revenir en haut Aller en bas
 

La rivalité ne s'éteint pas. [pv Ignatius :33]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» - | Terminé | -- | - Jalousie & Rivalité - | -
» Une Etoile s'éteint, une autre renait... [Mort d'Etoile de Satin, Ceux qui veulent lui rendre hommage]
» Elle avait ce teint clair et une bouche rose...
» Une lumière s'éteint.
» Rivalités
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
T.rouble O.r M.isery (or both) ::  :: 
Londres
 :: Chemin de Traverse :: Fleury & Bott
-