AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 De l'intérêt naît parfois l'amitié [pv Ignatius :3]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
HYDRE
avatar
▌ Messages : 744
Humeur :
50 / 10050 / 100

En couple avec : Aaron

QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois d'if, ventricule de dragon, 22 cm
Camp: Mal
Avatar: Alicia Vikander

Message#Sujet: De l'intérêt naît parfois l'amitié [pv Ignatius :3]   Mer 10 Jan - 18:24


De l'intérêt naît parfois l'amitié
U

ne journée comme les autres au sein des bureaux de la gazette du sorcier... une journée où, une fois n'est pas coutume, Phèdre serait transparente aux yeux de son rédacteur en chef et de presque tous ses collègues. C'était à se demander pourquoi on ne la virait pas, tout simplement, si son travail avait visiblement si peu de valeur qu'il ne méritait pas qu'on s'y attarde ou qu'on le publie. Bon, elle ne crachait pas dans la soupe, elle préférait, à choisir, qu'on l'oublie et être payée à la fin du mois plutôt qu'on se rappelle d'elle et qu'elle soit virée pour la peine, mais quelle frustration. Heureusement que les autres pans de sa vie se révélaient bien plus, disons, animés, car ce n'était clairement pas au sein de la rédaction du journal qu'elle allait trouver l'élan dont elle avait besoin pour donner à sa vie un rien de piment. C'est que la rubrique des faits divers sur les petites vieilles qui retrouvaient des crapauds dans leurs chaussures, c'était peut-être drôle pour une tranche très restreinte de la population, mais elle, ça l'énervait, ça l'ennuyait, ça l'agaçait... bref, ce n'était pas la joie.

Elle n'avait qu'une seule hâte, c'était pouvoir rentrer chez elle. Enfin, chez elle, c'était vite dit. Avant cela, il faudrait faire un détour par chez Seth pour s'assurer qu'il ne rechutait pas... et encore, c'était une chance, pour le moment, Leta ne l'avait pas mise à profit pour passer voir le petit Dragonneau... Elle serait rentrée chez elle relativement tôt, si tout allait bien. Et après ça, elle prendrait un peu de temps pour elle. Là, elle rêvait d'un bon bain chaud, histoire de se détendre un peu... Encore que ce qu'il lui faudrait vraiment, c'est la présence de Aaron. Aaron qui, l'espérait-elle, n'était plus trop en rogne contre elle maintenant. On ne pouvait pas dire que la dernière fois qu'ils s'étaient vus, l'ambiance avait été au beau fixe, du fait de l'intervention de Seth (qui avait bien pris soin d'en rajouter, merci à lui), elle espérait que tout ça s'apaiserait. Elle avait besoin de son petit ami, comme elle n'avait jamais eu besoin de personne au cours de son existence. Elle l'aimait plus que tout, c'était aussi simple que cela, et cette envie qu'elle avait de le revoir pour se rassurer sur leur relation n'encourageait sans doute pas sa motivation à rester plantée là à griffonner des articles sans substance pour une revue qui ne croyait pas dans son potentiel.

A l'heure pile, elle abandonna son poste, laissa même en suspens la phrase qu'elle était en train d'écrire, trop pressée de pouvoir enfin s'en aller. Alors qu'elle quittait les bureaux, elle heurta légèrement un homme qui lui semblait sur le point d'entrer.

-Désolée,
s'excusa-t-elle par réflexe. Puis elle leva les yeux vers l'homme en question et elle le reconnut. Alors, elle ne put s'empêcher de le questionner : Vous êtes Ignatius Tuft ? Le fils de Wilhelmina Tuft ?




code by Mandy


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
avatar
▌ Messages : 143
Humeur :
50 / 10050 / 100


QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois de chêne rouge, crin de sombral, 17,5cm
Camp: Neutre
Avatar: Adam Driver

Message#Sujet: Re: De l'intérêt naît parfois l'amitié [pv Ignatius :3]   Mar 6 Mar - 14:44

De l'intérêt naît parfois l'amitié.
Depuis sa dernière conversation avec Agrippine, Ignatius ne pouvait pas s’empêcher d’être perturbé par ce qu’elle lui avait fit. Il n’avait pas envie de considérer qu’elle mentait sur toute la ligne simplement parce qu’elle avait eu un souci avec son père (mais qui n’était pas réellement son père), mais en même temps il avait quand même du mal à se dire que ça pouvait être vrai. Le jeune homme devrait sans doute parler de tout cela à sa mère, mais il n’avait pas encore décidé de le faire. En grande partie sans doute parce qu’il craignait un peu trop les réponses de sa mère, il craignait de découvrir que ça pouvait être réel. Que sa mère pourrait être en cause là-dedans aussi, que son père était un type horrible. Si ça devait être vrai, c’était quand même tout un pan de la vie du jeune homme qui changeait.

Il ne pouvait pas nier que ça lui prenait la tête quand même, même s’il devait faire en sorte de ne pas trop le montrer et qu’il tentait du mieux qu’il pouvait de juste poursuivre ses journées le plus normalement possible. Il n’avait pas beaucoup de cœur à l’ouvrage, mais soit, il n’avait pas le choix de toute façon. Et son envie de perfection ne pouvait que le pousser à faire des efforts. Ce n’était pas comme s’il pouvait faire grand-chose pour le moment de toute façon, à ce sujet.

C’était d’ailleurs dans le cadre de son travail et de son poste au ministère qu’il se rendait à la Gazette des Sorciers, dans le but de répondre à une interview. Le jeune homme n’avait rien contre les journalistes, quand bien même il savait qu’ils n’étaient pas tous digne de confiance. Mais ça, c’était le cas de tout le monde. Et il savait qu’un article de journal pouvait aller dans un sens, et se rendre dans un autre sens bien différent. En quelques mots, on pouvait très bien décider de réduire la réputation d’une personne à néant. Le jeune homme s’y rendait donc pour une interview, espérant que tout allait bien se passer, mais en même temps il n’avait pas l’intention de laisser quoi que ce soit mal se passer. Même si ça ne commença pas forcément très fort quand Ignatius percuta une jeune femme à l’entrée des bureaux du journal sorcier.

« Ce n’est rien. » Répondit simplement le jeune homme à la jeune femme qui s’excusa, il n’y avait évidemment aucun mal à ça. Ça arrivait constamment, il n’allait pas commencer à lui en vouloir pour ce genre de chose. Il pensait d’ailleurs se contenter de continuer son chemin, avant que celle-ci ne reprenne la parole pour lui demander s’il était bien Ignatius Tuft, le fils de la ministre de la magie. En un sens, le jeune homme ne pouvait pas nier qu’il appréciait quand même assez qu’on le reconnaisse de cette manière, même s’il ne savait plus s’il devait être fier ou non. « Oui c’est bien moi. » Se contenta-t-il de répondre. « Et vous êtes ? »
Code by Gwenn
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
HYDRE
avatar
▌ Messages : 744
Humeur :
50 / 10050 / 100

En couple avec : Aaron

QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois d'if, ventricule de dragon, 22 cm
Camp: Mal
Avatar: Alicia Vikander

Message#Sujet: Re: De l'intérêt naît parfois l'amitié [pv Ignatius :3]   Mar 6 Mar - 18:05


De l'intérêt naît parfois l'amitié
L

e jeune homme lui confirma bel et bien être Ignatius Tuft, le ministre de la Magie, un homme influent, le genre de personnes à hameçonner et avec qui garder de bonnes relations si on voulait espérer rencontrer le moindre progrès d'ordre social... ou professionnel. Phèdre était à l'heure actuelle pour le moins intéressée, oui, et c'était pour cette raison qu'elle ne se voyait pas seulement tracer son chemin comme elle en avait initialement l'intention de le faire. Il y avait peut-être quelque chose à retirer de cette rencontre fortuite, et elle comptait bien ne pas passer à côté. Ignatius Tuft était face à elle, et maintenant qu'elle y repensait, elle se rappelait qu'il était supposé rencontrer un de ses collègues pour une interview, alors l'idée la submergea comme ces présumées ampoules qui s'éclairent au-dessus de vous têtes quand vous avez une illumination. Quand il lui demanda de se présenter, elle n'hésita pas la moindre seconde et choisit de mettre son idée, si risquée soit-elle, à exécution.

-Phèdre Snowden,
se présenta-t-elle en tendant sa main à son interlocuteur afin que ce dernier puisse la serrer. Je suis la journaliste en charge de votre interview.

Et un petit mensonge éhonté, un ! Mais prononcé avec beaucoup d'aplomb, ceci dit, parce qu'il fallait sans doute au moins ça pour qu'elle soit convaincante. La jeune femme pensait être convaincante, et pour cause, il était dans ses habitudes de mentir, elle faisait cela au quotidien, au point que c'était presque devenu une seconde nature pour elle. Où est-ce qu'elle allait avec un mensonge pareil, elle-même ne le savait pas réellement, mais en tout cas, elle fonçait. Elle en paierait peut-être les conséquences, mais elle se disait qu'en mettant son rédacteur en chef devant le fait accompli, lui proposant en bonne et due forme l'interview après lequel il attendait en pensant ne pas avoir pu l'obtenir parce que le jeune homme ne se serait pas présenté... Elle y allait au culot, quoi, comme c'était souvent le cas, avec elle, et elle se disait qu'avec un peu de chances, il se pouvait que ça fonctionne bel et bien. Elle y croyait, en tout cas. Encore faudrait-il qu'Ignatius gobe son bobard.

...mais il était assez crédible en soi, non ? Elle était en train de sortir des bureaux de la gazette du sorcier, certes, mais elle pouvait seulement affirmer avoir juste voulu prendre l'air, au moins, vu qu'elle sortait pile des lieux et qu'elle avait tout son attirail de journaliste avec elle, ça pouvait le faire. Et pour ce qui était de son collègue qui devrait normalement être en charge de l'interview... si elle se montrait suffisamment convaincante suffisamment rapidement, elle pourrait lui suggérer de poursuivre cette conversation dans un café, quelque part à l'extérieur. Dans tous les cas, elle tentait le tout pour le tout, elle était lancée.




code by Mandy


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
avatar
▌ Messages : 143
Humeur :
50 / 10050 / 100


QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois de chêne rouge, crin de sombral, 17,5cm
Camp: Neutre
Avatar: Adam Driver

Message#Sujet: Re: De l'intérêt naît parfois l'amitié [pv Ignatius :3]   Ven 4 Mai - 12:41

De l'intérêt naît parfois l'amitié.
Forcément, au vu de la situation, Ignatius ne pouvait que se demander qui était la jeune femme sous ses yeux. Enfin, en soit, ce n’était pas forcément indispensable, mais puisqu’elle l’avait reconnu et qu’elle lui avait demandé s’il était bien le fils de la ministre… oui, il se permettait de lui retourner la question. Le jeune homme savait bien qu’il n’y avait pas vraiment besoin qu’il connaisse les personnes qui arrivait à le reconnaître – parce qu’il avait quand même un poste suffisamment important au ministère pour être reconnu – mais dans le doute, il se demandait aussi s’il n’avait pas déjà eu l’occasion de la croiser. On ne savait jamais quand même.

La jeune femme lui répondit, se présentant, en lui tendant une main. Son nom ne lui disait rien du tout, il ne pensait pas l’avoir croisé un jour. Bon cela dit, de base, son visage ne lui disait rien non plus, mais à force de croiser beaucoup de personne, ce n’était pas si étonnant qu’il ne parvienne pas à se souvenir de qui il avait croisé. Bref, Phèdre Snowden, ça ne lui disait rien dont. Il prit quand même la peine de prendre sa main afin de la lui serrer, alors que la journaliste affirmait qu’elle était en charge de son interview. Il fut surpris oui, parce qu’il ne s’y était pas attendu.

« Enchanté. » Affirma-t-il alors.

Il ne s’y était pas attendu non, mais ce n’était pas pour autant une mauvaise surprise. Simplement parce qu’il ne pensait pas croiser de cette manière le (ou là en l’occurrence) journaliste avec qui il avait rendez-vous pour un interview. Et le fait que ça soit une femme ne changeait évidemment rien à la situation. Ignatius n’était pas le genre de personne à rabaisser les femmes dans leurs travails, pour la simple et bonne raison que sa propre mère était sur le siège du ministre de la magie. Certain serait capable de dire qu’elle ne s’en sortirait pas autant qu’un homme, alors que de son côté, Ignatius savait parfaitement que sa mère était parfaite dans ce rôle. En tout cas, c’était une bonne chose qu’il croise la jeune femme tout de suite, comme ça ils allaient pouvoir se mettre rapidement au travail. Mine de rien, Ignatius n’avait pas forcément envie de perdre trop de temps. Bon, le jeune homme savait que les conversations avec les journalistes étaient vraiment importantes, surtout que ça permettait d’avoir une bonne image, d’être bien vu (et c’était donc très important), mais ça n’enlevait pas le fait qu’il ne pouvait pas vraiment se permettre de perdre trop de temps.

« Vous voulez qu’on entre pour commencer ? » Demanda-t-il alors, parce que mine de rien, il se rappelait que Snowden était en train de sortir alors qu’il arrivait sur place. Cherchait-elle à venir à sa rencontre ? Ce qui avait plutôt bien marché. Ou autre chose ? Dans tous les cas, il était évident qu’ils ne pouvaient pas se permettre de faire l’interview dans le couloir, donc ils allaient quand même devoir rentrer.
Code by Gwenn
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
HYDRE
avatar
▌ Messages : 744
Humeur :
50 / 10050 / 100

En couple avec : Aaron

QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois d'if, ventricule de dragon, 22 cm
Camp: Mal
Avatar: Alicia Vikander

Message#Sujet: Re: De l'intérêt naît parfois l'amitié [pv Ignatius :3]   Ven 4 Mai - 13:28


De l'intérêt naît parfois l'amitié
B

on, le fils de la ministre semblait croire en son petit bobard improvisé, puisqu'il ne le remit pas en question une seule seconde. Premier soulagement pour Phèdre. Bon, d'accord, il était très probable qu'elle se fasse griller assez rapidement, ne serait-ce que parce que la rédaction s'étonnerait de ne pas avoir vu le jeune homme paraître au rendez-vous, sans oublier que même si elle revenait au bureau avec le meilleur des articles au monde, on lui reprocherait quand même d'avoir intercepté le travail de quelqu'un d'autre... mais elle penserait à ces "détails" plus tard. Pour le moment, elle avait mis le grappin sur Ignatius Tuft et le but de la manoeuvre était à présent de le conserver autant que possible. Et pour ce faire, il était évident qu'ils ne pouvaient pas rester ici, où son petit mensonge allait certainement lui durer quelques secondes à peine, clairement pas assez pour se mettre le jeune homme dans la poche, en tout cas. Il lui proposait de rentrer, elle ne pouvait clairement pas accepter, elle allait devoir s'imposer d'entrée de jeu, il n'y avait pas d'autre choix... et elle espérait une fois encore qu'il suivrait sans faire d'histoire.

-Que diriez-vous de faire cette interview à l'extérieur plutôt ? J'ai toujours trouvé ces bureaux austères, peu propices à la conversation.

Elle ne disait pas faux, ceci dit. Même si elle prononçait ces mots avec une nette arrière-pensée, elle considérait bel et bien que les interviews faites hors du cadre des bureaux de la Gazette étaient toujours les plus efficaces et les plus judicieuses. Cela mettait la personne interviewée en confiance, donnait un sentiment de connivence plus rapidement. Donc dans le cas présent, ça l'aiderait beaucoup. Il fallait qu'Ignatius Tuft garde une très bonne impression (très bonne, même, si possible) de cette entrevue. Et donc, elle mettait toutes les chances de son côté.

-Je connais un café très sympathique, à quelques mètres d'ici, où nous pourrons discuter tranquillement, qu'est-ce que vous en dites ?

Elle prenait sur elle pour ne pas jeter un trop gros nombre de regards furtifs aux alentours pour s'assurer qu'aucun de ses collègues n'assistait à cet échange compromettant, et surtout ne se mette en tête de l'interrompre. Ce serait beaucoup trop suspect, et il n'était pas question qu'elle se grille elle-même. Déjà comme ça, elle jouait gros. Pas la peine, surtout pas, d'en rajouter en quoi que ce soit. Enfin, elle avait envie de croire que la chance lui souriait malgré tout. Après tout, c'était le hasard qui avait voulu qu'elle croise le jeune homme, ce serait à présent son initiative qui voudrait qu'elle parvienne à tirer quoi que ce soit de cette rencontre pour le moins providentielle. Qui sait, elle était peut-être en train de jouer son avenir professionnel sur ce petit coup de poker ?




code by Mandy


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
avatar
▌ Messages : 143
Humeur :
50 / 10050 / 100


QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois de chêne rouge, crin de sombral, 17,5cm
Camp: Neutre
Avatar: Adam Driver

Message#Sujet: Re: De l'intérêt naît parfois l'amitié [pv Ignatius :3]   Jeu 12 Juil - 16:48

De l'intérêt naît parfois l'amitié.
Ignatius n’avait aucune raison de se méfier de la jeune femme qui se trouvait sous ses yeux. Le fait qu’elle soit une femme n’était pas un souci à ses yeux pour qu’elle puisse faire une carrière professionnelle… ça serait quand même idiot de sa part alors que sa propre mère était la nouvelle ministre de la magie d’Angleterre. Il ne considérait pas que le travail d’une personne devait reposer sur un sexe. Bref, il n’y avait donc aucune raison qu’il se méfie. Et quand la jeune femme lui demanda s’il était tenté par faire l’interview dehors, parce qu’elle trouvait que les locaux de la Gazette des Sorciers étaient austères… il n’avait pas plus de raison de se méfier. À quoi bon se méfier après tout ? Elle n’avait sans doute pas tort. Bon, Ignatius avait déjà eu l’occasion de passer du temps dans ces bureaux pour des entretiens, mais ça ne lui avait pas laissé un souvenir si désagréable que ça. Pour autant, le jeune homme voulait bien reconnaître que ce n’était pas forcément l’endroit le plus chaleureux non plus.

Elle mentionna donc un café sympathique qui se trouvaient proche d’ici et qui était donc très bien pour une conversation. En soit, Ignatius ne voyait pas forcément de raison de refuser. Ce fut bien pour cette raison qu’il ne le fit pas au passage.

« Très bien, ça me convient. »

Ça lui allait parfaitement en effet, il n’avait pas de raison de tenir absolument à se rendre aux bureaux de la Gazette des Sorciers. L’interview devait avoir lieu, qu’elle se déroule dans les locaux du journal ou dans un café, ça n’allait rien changer à la situation. Mais ils allaient se retrouver dans un cadre plus agréable sans doute. Enfin bon, le fils de la ministre de la magie n’avait donc rien à redire sur cette proposition et ce fut bien pour cette raison qu’ils se rendirent donc dans ce fameux café. Encore une fois, sans que Ignatius ne se rende compte du stratagème de la jeune femme et du fait qu’elle cherchait surtout à ne pas se faire griller. Comme quoi, il manquait peut-être un peu d’observation. Ou alors, la jeune femme était simplement une convaincante hors pair.

Ils ne mirent en effet pas longtemps avant de se retrouver au café et Ignatius ne se retint pas pour commander d’ailleurs un café allongé. L’avantage de se retrouver dans cet endroit, c’était qu’ils pouvaient en prime commander à boire. Et un café, ça ne faisait jamais de mal quand on avait des journées aussi chargées que celle du jeune homme. Et même pour la journaliste, ça ne devait pas être évident par moment non plus. En tout cas, Ignatius attendit d’avoir son café devant ses yeux et que la jeune femme soit également servi, pour reprendre la parole.

« Bon, que voulez-vous savoir ? »

C’était agréable de venir ici, mais il était temps qu’ils se mettent au travail de toute façon. Mine de rien, Ignatius n’avait pas de temps à perdre.
Code by Gwenn
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
HYDRE
avatar
▌ Messages : 744
Humeur :
50 / 10050 / 100

En couple avec : Aaron

QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois d'if, ventricule de dragon, 22 cm
Camp: Mal
Avatar: Alicia Vikander

Message#Sujet: Re: De l'intérêt naît parfois l'amitié [pv Ignatius :3]   Jeu 12 Juil - 19:55


De l'intérêt naît parfois l'amitié
U

ne chance pour Phèdre, son interlocuteur ne lui opposa aucune sorte de résistance et accepta de la suivre à l'extérieur des bureaux de la Gazette. Ils purent donc quitter les lieux rapidement, et sans attirer (fort heureusement) l'attention. En tout cas, elle ne vit aucun regard de ses collègues les suivre à l'extérieur, ce qui leur convenait très bien. La jeune femme conduisit donc Ignatius jusqu'au café à proximité où elle avait souvent l'habitude de se rendre. Il avait le mérite d'être agréable et discret, et il n'était pas rare qu'elle s'y pose pour rédiger un article, lire un livre ou, tout simplement, prendre un peu de temps pour elle. Le jeune homme commanda un café rallongé, Phèdre fit de même. Sa journée était loin encore d'être finie, et mieux valait qu'elle soit totalement opérationnelle, pour cette interview et pour la suite. Ce à plus forte comparaison qu'elle était partie pour un exercice de totale improvisation. Si elle voulait que sa manoeuvre porte ses fruits et rendre un papier suffisamment bon pour faire oublier ses combines à son exigeant rédacteur en chef, il fallait qu'elle soit au taquet. D'autant plus que le jeune homme lui fit rapidement comprendre qu'il n'avait pas de temps à perdre, lui demandant directement d'entrer dans le vif du sujet. Ceci dit, elle ne le lui reprocherait pas. Bien au contraire, elle appréciait ce genre de tempérament, loin d'être éloigné du sien, tout au contraire.

-Pour être tout à fait honnête avec vous, je n'ai préparé aucune question
, avoua-t-elle sans s'en cacher (de toute façon, il s'en rendrait vite compte).

Il trouverait sans doute son attitude peu professionnelle, mais peu importe, à ses yeux, ça ne rendrait le contenu de leur entretien que d'autant plus pertinent. Tout en parlant, elle tira son matériel de son sac, plumes (dont une ensorcelée pour prendre note de tout ce que son interlocuteur lui dirait), une chance qu'elle soit constamment équipée, car elle n'aurait pas apprécié ne pas être paré à cette éventualité.

-J'estime que les entretiens les plus spontanés sont les plus intéressants.
Elle afficha un léger sourire. Notre rédacteur en chef espère vous sous-tirer des informations croustillantes au sujet de votre ministre de mère, vous devez vous en douter, mais personnellement, je préfère m'intéresser à vous.

Ce n'était pas exactement vrai. Ce qui intéressait le journal, c'était bien plus Wilhelmina qu'Ignatius Tuft, en effet... mais c'était aussi le cas de Phèdre... ou du moins, elle voulait aborder un sujet qui passionne les foules et soit digne d'intérêt pour le plus grand nombre, qui lui permette de décrocher une double page, qui sait. Et pour ça, maman Tuft revêtait effectivement plus d'intérêt. Ce n'était pas pour autant que la jeune femme allait faire les choses dans les règles, bien au contraire. Et en le mettant en confiance, elle se disait aussi qu'elle l'amadouerait plus facilement.

-Parlez-moi de vous, je vous écoute.




code by Mandy


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
avatar
▌ Messages : 143
Humeur :
50 / 10050 / 100


QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois de chêne rouge, crin de sombral, 17,5cm
Camp: Neutre
Avatar: Adam Driver

Message#Sujet: Re: De l'intérêt naît parfois l'amitié [pv Ignatius :3]   Jeu 13 Sep - 15:59

De l'intérêt naît parfois l'amitié.
Quand la journaliste affirma à Ignatius qu’elle n’avait pas préparé la moindre question, le jeune homme ne put s’empêcher de se sentir quand même un peu surpris. Parce qu’en général, les journalistes préparaient quand même les questions qu’ils avaient l’intention de poser. Mais la jeune femme le justifia facilement en affirmant qu’elle trouvait que les entretiens plus spontanés étaient plus intéressants. Pour le coup, Ignatius ne pouvait pas lui donner tort, bien au contraire. Il appréciait en un sens que leur conversation puisse avoir un côté plus « normale », moins protocolaire. Il se demandait un peu ce que ça allait donner, mais il appréciait le tournant de cette conversation.

La journaliste se montra honnête d’ailleurs en affirmant que son rédacteur en chef espérait pouvoir obtenir des détails croustillants au sujet de sa mère. Ce que Ignatius se doutait, évidemment, il avait conscience que beaucoup devaient espérer approcher sa mère par son intermédiaire (et parfois, il ne voyait rien du tout d’ailleurs). Mais Ignatius appréciait l’honnêteté de la jeune femme, comme le fait qu’elle précisa que ce qui l’intéressait de son côté c’était lui. Elle n’était pas entièrement sincère, mais pour le coup le jeune homme ne s’en rendait pas compte du tout. Elle avait le don de le brosser dans le sens du poil en tout cas, ça lui plaisait. Et elle lui demanda donc de lui parler de lui, qu’elle l’écoutait. D’accord… ce n’était pas évident de répondre. Qu’est-ce qu’il pouvait dire de lui ? Eh bien, en se concentrant sur son travail, il n’y avait pas grand-chose qu’il pouvait apprendre à la journaliste qu’elle ne savait pas déjà sans doute.

« Je ne sais pas trop ce que vous voulez savoir de moi. » Bon, il était là pour parler de lui forcément au vu d’un article sur lui, mais le fait de ne pas être complètement guidé ce n’était pas évident. « Je suis le directeur du bureau de contrôle des portoloins depuis un moment maintenant. » Il marqua une pause. « Et j’ai fait mon parcourt au ministère de la magie tout seul, sans bénéficier de l’influence de mes parents. J’ai du faire mes preuves comme tout le monde. »

Bon, Ignatius ne pouvait pas nier le fait que ses parents l’avaient quand même aidé à faire son entré au ministère. Déjà, de principe, sans ses parents, il n’aurait sans doute pas eu les études qu’il avait eu, les notes qu’il avait eu lors de ses diplômes. Il s’était aussi donné du mal en grande partie parce qu’il tenait à rendre fier ses parents, donc il leur devait quand même quelque chose. Mais une fois qu’il avait eu les pieds au ministère, il avait fait les preuves dans les divers emplois qu’il avait eu, dans les divers départements qu’il avait côtoyés. Il avait prouvé qu’il était quelqu’un de doué, de travailleur et c’était pour cela qu’il avait réussi à atteindre le poste qu’il avait atteint, qu’il était où il en était aujourd’hui.
Code by Gwenn
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
HYDRE
avatar
▌ Messages : 744
Humeur :
50 / 10050 / 100

En couple avec : Aaron

QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois d'if, ventricule de dragon, 22 cm
Camp: Mal
Avatar: Alicia Vikander

Message#Sujet: Re: De l'intérêt naît parfois l'amitié [pv Ignatius :3]   Jeu 13 Sep - 20:49


De l'intérêt naît parfois l'amitié
P

hèdre savait que c'était quitte ou double. Soit son petit manège fonctionnerait parfaitement, soit il verrait clair dans son jeu, et elle allait non seulement perdre en crédibilité, mais elle finirait bien par se faire virer, sur ce coup-là. Pas grave, la jeune femme continuait d'y aller au culot malgré tout, et elle avait comme l'intuition que ça marchait. En même temps, c'était souvent ça, en interview, il fallait savoir par quel bout prendre l'interviewé(e), et une fois que c'était fait, l'affaire était dans le sac. Dans le cas d'Ignatius Tuft, la journaliste s'était douté que le jeune homme devait constamment vivre dans l'ombre dans sa mère, peu importe ce qu'il pouvait bien accomplir. Après tout, quand on lui disait Ignatius Tuft, elle-même ne pensait pas directement au poste qu'il occupait au sein du ministère de la Magie mais bien davantage à son illustre ministre de mère. Là, elle prenait la situation à contrepied, en se disait que ça pourrait effectivement payer... Et visiblement, c'était le cas. Ignatius, visiblement peu habitué à parler de lui-même semblait avoir peine à s'exprimer sur le sujet, mais Phèdre se disait que c'était seulement le temps qu'il se mette à l'aise et prenne ses marques, la conversation allait se décanter au fur et à mesure, et ce serait à elle de déterminer ce qu'il serait bon d'en garder et ce qui pourrait, au contraire, être jeté...

Pour l'heure, il lui servait des informations qu'elle connaissait déjà. Il était directeur du bureau de contrôle des portoloins... mais là où ce devenait intéresser, c'était la manière de se justifier quand à son poste et à la façon dont il avait gravi les échelons. Manifestement, le jeune homme avait à coeur de prouver qu'il devait sa situation à son propre mérite et non pas à la réputation et à l'influence de sa mère. Ca en disait long sur le personnage, et encourageait Phèdre à poursuivre sur la voie qu'elle avait adoptée jusqu'ici. Et au passage, ce qu'elle apprenait de son caractère lui plaisait bien. Ce n'était pas les circonstances idéales pour faire connaissance au sens usuel dju terme, mais elle avait tout de même le sentiment qu'ils pouvaient légitimement s'entendre tous les deux.

-J'en suis certaine. Personnellement, je vous vois comme un frondeur, un carriériste, vous n'auriez pas supporté que votre mère interfère dans votre carrière, même si elle l'avait désiré.
Elle faisait des présomptions à partir de peu de choses, mais c'était encore une manière de le brosser dans le sens du poil, même si son analyse était honnête. Quant à votre père... j'avoue en savoir trop peu sur lui.

Et elle devait reconnaître être assez curieuse de savoir ce qu'il pouvait bien être possible d'apprendre au sujet de celui qui était devenu le grand absent du tableau de famille, parti trop tôt.



code by Mandy


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

Message#Sujet: Re: De l'intérêt naît parfois l'amitié [pv Ignatius :3]   

Revenir en haut Aller en bas
 

De l'intérêt naît parfois l'amitié [pv Ignatius :3]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Les monstres existent, et les fantômes aussi. Ils vivent à l'intérieur de nous, et parfois... ils gagnent.
» « Le hasard fait parfois l'amitié. » [PV : Croc Pur.]
» Règlement intérieur de l'Université d'Artois
» Avez -vous honte parfois ?
» L'ironie du sort est parfois de très mauvais goût [PV Olive]
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
T.rouble O.r M.isery (or both) ::  :: 
Londres
 :: Chemin de Traverse :: Bureaux de la Gazette du sorcier
-