AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Le mal est double : il y a celui qui ne dépend pas de nous et celui qui en dépend. (Agrippine)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
RÉSISTANCE
avatar
▌ Messages : 1609
Humeur :
50 / 10050 / 100

En couple avec : ...

QUI SUIS-JE?
Baguette: roseau, 23,2 cm et crin de licorne
Camp: Bien
Avatar: Carey Mulligan

Message#Sujet: Le mal est double : il y a celui qui ne dépend pas de nous et celui qui en dépend. (Agrippine)   Lun 29 Jan - 15:22


C'était d'une imprudence folle, et Pomona était tout de même, d'ordinaire, plus pragmatique et prudente que cela, mais quelque part, elle parvenait à se convaincre que ça avait été inévitable, que cela devait bien arriver à un moment ou à un autre, mais les moyens ni le motif étaient vraiment appréciables.

Pour la première fois depuis sa condamnation très officielle au baiser du détraqueur, la jeune femme avait abandonné le confinement de la demeure secondaire de Christopher pour se risquer à l'extérieur, dans le vrai monde, celui qui avait grand besoin d'aide et d'espoir, celui qu'elle s'était fait un devoir de protéger et était frustrée de ne pouvoir encourager plus.

Elle pouvait bien prétendre qu'elle agissait et prenait des risques pour le bien commun, c'était l'excuse qu'elle se plaisait à se donner quand venait le moment de justifier son geste, la vérité était pourtant ailleurs, résidait dans une vélléité bien plus désespérée et bien moins admirable. Si elle avait pris le risque de rejoindre l'allée des embrumes par le réseau de cheminette, vêtue de pied en cap d'une grande cape noir surmontée d'une capuche qui devait assez dissimuler son visage pour qu'on ne la reconnaisse pas, ce n'était pas juste parce qu'elle espérait obtenir quelques ouvrages et artefacts peu recommandables qui pouvaient encourager leurs progrès (Christopher, malgré la nature délicate de la course qu'elle aurait réclamée, aurait sans doute dit oui, en vérité), c'était simplement qu'elle en avait besoin, c'est tout.

Besoin de ce qu'elle lui procurerait, mais pas uniquement. Alors qu'elle marchait, le regard baissé, dans les rues du chemin de traverse, elle éprouvait un sentiment de liberté comme elle n'en avait jamais ressenti... Elle évoluait au milieu d'une humanité qui devait ignorer qu'elle était en vie, et l'étendue dangereuse des possibilités qui s'offraient à elle lui donnerait presque le vertige. Retrouver Henry, le rassurer, aller voir Seth, lui dire ce qu'elle n'avait jamais dit... Mais non, rien de cela, elle devait rester focalisée sur son objectif.

A l'angle d'une rue sans éclairage, elle savait qu'elle la trouverait, et en effet, elle était là, seule, heureusement... Pomona s'approcha prudemment d'elle, consciente de tous les risques qu'elle prenait. Mais elle ne recula pas. Elle s'approcha d'Agrippine.


"J'ai besoin de ton aide."
Elle releva sa capuche, une fraction de seconde, le temps seulement de laisser à la jeune femme le loisir de découvrir un visage... qui lui était familier... Ce n'était pas la première fois qu'elles faisaient affaire ensemble.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
avatar
▌ Messages : 321
Humeur :
50 / 10050 / 100


QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois de hêtre, crin de licorne, 31,2 cm
Camp: Neutre
Avatar: Emma Stone

Message#Sujet: Re: Le mal est double : il y a celui qui ne dépend pas de nous et celui qui en dépend. (Agrippine)   Mer 31 Jan - 17:59


Le mal est double : il y a celui qui ne dépend pas de nous et celui qui en dépend.
S'

il y avait une chose qu'Agrippine détestait profondément (en dehors de son père à l'époque, de sa mère et de tout un tas d'autres choses - faire la liste maintenant demanderait beaucoup trop de temps), c'était bien la routine. Elle détestait l'idée que ses journées puissent se suivre et se ressembler. Le jour ne devait jamais ressembler à la veille, pas plus qu'au lendemain. Puisqu'elle fuyait tout ce qui était protocolaire, réglé comme du papier à musique, bref tout ce qui pouvait d'une façon ou d'une autre lui rappeler son enfance très stricte et règlementée, c'était en soi logique. Et elle s'y entendait bien, au quotidien, pour ne pas introduire la routine dans sa vie. Mais qu'on le veuille ou non, certaines habitudes prenaient leur place, faisaient surface, et on ne pouvait rien y faire. Qu'elle le veuille ou non, par exemple, elle avait ses habitudes alimentaires, un petit rythme digne de vie qu'elle n'avait pas pu empêcher. Aux antipodes de ce qu'elle avait vécu autrefois, quand elle vivait au sein de la demeure des Tuft... ce qui était déjà bien, mais quand même.

A son travail, aussi, elle avait ses habitudes. Des habitudes qu'elle déformait à sa guise, parce qu'elle avait ses horaires (sa famille ne qualifierait pas ses petits trafics de travail pour commencer, d'ailleurs, mais passons) qu'elle pouvait ménager comme elle voulait. Mais elle avait le sens du commerce tout de même. Elle savait quand et où se rendre pour appâter le maximum de clients, et pour cette raison, on pouvait facilement, donc, savoir où la trouver pour peu qu'on la cherche (ça faisait partie de son métier). Et pour cette raison, elle la trouva sans difficulté.

Elle, une voix familière, comme surgie d'entre les morts. Pomona Fitz n'était pas en soi une cliente inhabituelle. Les gens en apparence biens sous tout rapport qui venaient chercher auprès d'elle potions et autres substances parfaitement illégales étaient bien nombreux... Dex ex taulards, elle en côtoyait tous les jours, par contre, des gens qui étaient supposés être en tôle, en l'état de légume, c'était une première. La jeune femme afficha des yeux ronds en reconnaissant sa cliente. Pomona Fitz. Elle n'imaginait pas qu'elle la reverrait un jour, encore moins aussi... lucide. Le temps de reprendre ses esprits, elle attrapa finalement la jeune femme par le poignet.

-Suis-moi,
l'invita-t-elle avant de la conduire silencieusement jusque chez elle. De toute évidence, il était préférable que personne ne surprenne leur échange. Une fois à l'abri des regards et des oreilles indiscrètes, elle reprit la parole. Je t'avoue que tu avais déjà fait fort en assassinant l'ex ministre, mais là, tu m'impressionnes. T'as l'air en pleine forme pour un légume. Toujours autant de tact, bien sûr. Enfin tant mieux, tu vas peut-être pouvoir me donner des conseils en termes de... ministricide ?




code by Mandy

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
RÉSISTANCE
avatar
▌ Messages : 1609
Humeur :
50 / 10050 / 100

En couple avec : ...

QUI SUIS-JE?
Baguette: roseau, 23,2 cm et crin de licorne
Camp: Bien
Avatar: Carey Mulligan

Message#Sujet: Re: Le mal est double : il y a celui qui ne dépend pas de nous et celui qui en dépend. (Agrippine)   Mer 7 Fév - 13:27


-Suis-moi.


Agrippine invita Pomona à la suivre à travers les rues obscures et mal famées de l'allée des embrumes, la jeune femme ne se fit pas prier, elle était mieux placée que quiconque pour savoir qu'il était préférable que leur conversation se passe loin des yeux et des oreilles indiscrets.

Elle s'engonça autant qu'elle le put dans sa capuche, tête baissée, pour que toute éventuelle personne qu'elles croiseraient n'ait pas le loisir de la reconnaître et accompagna donc la jeune femme jusqu'à la porte d'un appartement qui semblait être le sien. L'endroit n'avait rien d'un palace, et les deux femmes n'avaient de toute évidence pas la même la notion du rangement, mais Pomona resta muette, retint tout commentaire.

En guise de commentaire, elle pouvait de toute façon compter sur Agrippine qui, de son côté, était beaucoup trop bavarde (heureusement, elle ne l'était pas dans tous les domaines, sinon la jeune femme refuserait catégoriquement de faire affaires avec elle et ne serait certainement pas venue la voir à l'heure actuelle.


Je t'avoue que tu avais déjà fait fort en assassinant l'ex ministre, mais là, tu m'impressionnes. T'as l'air en pleine forme pour un légume.
Pomona serra les dents, elle préférait passer outre ce genre de remarque, sinon elle savait qu'elle n'en aurait pas fini... Agrippine s'amusait d'événements qui pour la jeune femme avait été traumatiques, mais c'était sa façon de fonctionner, et Pomona ne l'ignorait pas vraiment. L'absence de tact, c'était du Agrippine Tuft tout craché...

- Enfin tant mieux, tu vas peut-être pouvoir me donner des conseils en termes de... ministricide ?

"Désolée, je ne fais pas dans le matricide"
, répliqua posément Pomona.

Elle savait bien que les saillies d'Agrippine sur l'assassinat du ministre avait une origine, soit son dédain envers sa génitrice, devenue ministre. Même si Pomona s'était sentie déphasée et à l'écart du monde, elle avait tout de même pu lire les journaux, elle savait que Wilhelmina Tuft était aujourd'hui à la tête du ministère de la Magie.


"Ni dans quoi que ce soit du genre"
, ajouta-t-elle dans un soupir. "Je n'ai tué personne."

Mais elle ne s'attendait pas à ce qu'Agrippine la croie ou l'écoute, elle ne savait même pas d'ailleurs pourquoi elle prenait la peine de se défendre auprès de son interlocutrice, celle-ci devait s'en moquer complètement. Peut-être parce qu'elle n'aimait pas passer pour l'inverse de ce qu'elle était ? Une criminelle, donc...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
avatar
▌ Messages : 321
Humeur :
50 / 10050 / 100


QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois de hêtre, crin de licorne, 31,2 cm
Camp: Neutre
Avatar: Emma Stone

Message#Sujet: Re: Le mal est double : il y a celui qui ne dépend pas de nous et celui qui en dépend. (Agrippine)   Mer 7 Fév - 18:34


Le mal est double : il y a celui qui ne dépend pas de nous et celui qui en dépend.
Q

uelque chose chez cette fille avait toujours fasciné depuis qu'elle la connaissait. Ce côté pince-sans-rire, sérieux en diable, mâtiné d'une intelligence redoutable. En fait, Pomona était peut-être la plus parfaite antithèse de ce que pouvait être Agrippine, et c'était ça qui la fascinait. Et c'était ça qui l'avait surprise en apprenant l'implication de son interlocutrice dans le meurtre de la ministre de la Magie. Très clairement, elle était incapable de voir en elle un assassin, même pas un de ces assassins maniérés et scrupuleux qui alimentaient tous les fantasmes sur ces psychopathes qui n'étaient généralement que des monstres de cruauté desquels il valait sincèrement mieux ne rien attendre... Et les propos de la demoiselle le confirmaient, d'ailleurs. Quand son interlocutrice clamait son innocence, Agrippine n'avait aucun mal à la croire. D'accord, il se pouvait tout à fait qu'elle se trompe et qu'elle fasse face à une criminelle émérite qui cachait bien son jeu (ce qui lui plairait assez, pour tout dire) mais elle n'y croyait pas franchement.

-Si t'es ici, c'est que t'es pas blanche comme neige, ma belle,
affirma tout de même Agrippine dans un sourire amusé.

En même temps, c'était vrai. OK, Pomona Fitz n'était certainement pas à ses yeux un assassin, mais si on avait réussi à la faire envoyer à Azkaban pour lui faire subir le baiser du détraqueur, c'est qu'il y avait bein dû avoir quelque chose. Deux options, soit il y avait des preuves compromettantes contre elle, et dans ce cas, ça signifiait bien qu'elle n'était pas un parangon de pureté et d'innocence. Soit elle avait été victime d'un coup monté, et si tel était le cas, cela signifiait que quelqu'un, quelque part, avait considéré qu'elle était trop dangereuse. Dans tous les cas, ça ne l'érigeait pas en exemple de probité et d'innocence.

-Qu'est-ce que je peux faire pour toi, alors, dis-moi ?
dit-elle, sans être trop pressée pour autant d'entrer dans le vif du sujet. Cette situation l'amusait beaucoup, et cette rencontre l'intriguait, elle ne voulait pas qu'elle s'achève trop vite. Je te préviens d'avance, mon silence a un prix, ajouta-t-elle, frondeuse.

En même temps, elle serait bête de ne pas profiter de la situation, non ?





code by Mandy

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
RÉSISTANCE
avatar
▌ Messages : 1609
Humeur :
50 / 10050 / 100

En couple avec : ...

QUI SUIS-JE?
Baguette: roseau, 23,2 cm et crin de licorne
Camp: Bien
Avatar: Carey Mulligan

Message#Sujet: Re: Le mal est double : il y a celui qui ne dépend pas de nous et celui qui en dépend. (Agrippine)   Lun 12 Fév - 13:30


-Si t'es ici, c'est que t'es pas blanche comme neige, ma belle.

Pomona serra les dents. Le franc-parler de son interlocutrice était assez... déplaisant à entendre, mais elle avait appris à passer outre au fil de leurs conversations. Seulement, Pomona était d'habitude dans des dispositions un peu plus modérées... En même temps, d'habitude, elle n'était pas considérée comme une criminelle notoire.

En même temps, elle ne pouvait pas non plus donner tort à son interlocutrice malgré tout. C'est vrai qu'elle n'était pas blanche comme neige, bien au contraire, même, sans quoi elle ne serait pas présente ici, en quête de produits illicites. Il n'empêche qu'elle n'était pas responsable des crimes dont on l'accusait, et elle refusait qu'on mette en doute sa crédibilité et sa bonne foi.

Et au passage, elle n'aimait pas du tout qu'on l'appelle "ma belle"... Ce genre de petits dénominatifs présumément affectueux l'énervaient plus qu'il n'est possible de le dire. Elle devait vraiment prendre sur elle pour ne pas juste envoyer balader son interlocutrice sans plus de cérémonie. Mais ce serait contre-productif, bien sûr. Elle était là pour une raison bien précise. Elle avait pris de sérieux risques pour venir jusqu'ici, donc il ne fallait pas qu'elle ait fait ça pour rien. Elle laissa couler. Moins elle répondrait à Agrippine, plus cette conversation avait des chances de ne pas trop durer, donc c'était plutôt positif.

-Qu'est-ce que je peux faire pour toi, alors, dis-moi ?
Pomona s'apprêtait à répondre, en usant de tout le pragmatisme dont son interlocutrice avait l'air de vouloir intentionnellement manquer pour détonner mieux encore avec elle.

Mais Agrippine ne tarda pas à reprendre la parole.


Je te préviens d'avance, mon silence a un prix.

Sans surprise, Pomona s'y était attendue. C'était un risque assez logique et évident vu les circonstances, il était normal qu'elle doive faire avec.

Elle espérait juste qu'Agrippine ne serait pas trop gourmande et saurait se montrer raisonnable dans ses intentions. Pomona était là pour une raison précise, et la moindre minute qu'elle passait loin du QG était une minute dangereuse.


"J'ai de quoi payer"
, répliqua Pomona d'un ton las et volontaire. "J'ai besoin de ces quelques produits." Elle tendit la liste soigneusement rédigée par ses soins à son interlocutrice. "Tu peux me trouver ça ?"




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
avatar
▌ Messages : 321
Humeur :
50 / 10050 / 100


QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois de hêtre, crin de licorne, 31,2 cm
Camp: Neutre
Avatar: Emma Stone

Message#Sujet: Re: Le mal est double : il y a celui qui ne dépend pas de nous et celui qui en dépend. (Agrippine)   Lun 12 Fév - 22:04


Le mal est double : il y a celui qui ne dépend pas de nous et celui qui en dépend.
A

grippine se doutait bien que Pomona, consciencieuse comme elle était, avait dû prendre les devants et devait avoir pris avec elle de quoi la rémunérer en abondance pour acheter son silence en même temps que ses marchandises. Mais même si la jeune femme n'était jamais contre quelques gallions faciles, elle se demandait tout de même s'il n'y aurait pas mieux à tirer de cette rencontre et de ce qu'elle savait qu'un peu d'or. Ca allait demander réflexion. Elle n'était pas encore totalement décidée. Il faut dire que la fugitive l'avait totalement prise de court, avec sa visite surprendre. Agrippine en avait tant vu, et des vertes et des pas mûres, qu'il était quand même assez difficile de la surprendre, mais là, chapeau bas, elle y était parvenue avec une facilité des plus déconcertantes, vraiment.

Pomona lui tendit une liste de produits dont elle avait besoin. C'était monnaie courante, et c'était un peu son mode opératoire, on lui confiait la liste des artefacts que l'on cherchait à obtenir, et la miss trouvait le moyen de les obtenir rapidement. Elle était forte à ce petit jeu-là, plus l'item était difficile à trouver, d'ailleurs, plus ça lui plaisait, car elle devait alors déployer des trésors d'ingéniosité et de malice pour parvenir à ses fins, et ça, pour elle, c'était un véritable bonheur. Elle regarda attentivement le contenu de la liste. La demoiselle ne prenait pas cette situation à la légère, Agrippine nota tout de même que la potion dont elle semblait dépendre au point de courir le risque de se montrer à elle était sur la liste également.

-Je peux tout trouver,
répondit Agrippine, un sourire malicieux aux lèvres tout en considérant attentivement du regard ce qu'on lui demandait. Rien de bien sorcier, à y regarder de près. En même temps, puisqu'elle était une sorcière, on pouvait arguer que ça complexifiait potentiellement l'affaire. Mais ça risque de me prendre quelques jours. Elle considéra longuement son interlocutrice du regard. Je sais pas si tout ton fric suffira... pour tout ça...

Mais elle ne parlait pas tant des éléments de la liste - même si certains n'étaient effectivement pas donnés - que du secret par lequel elles étaient liées à présent. Agrippine était en fait assez curieuse de savoir jusqu'où la jeune fugitive serait prête à aller pour conserver sa précieuse liberté.





code by Mandy

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
RÉSISTANCE
avatar
▌ Messages : 1609
Humeur :
50 / 10050 / 100

En couple avec : ...

QUI SUIS-JE?
Baguette: roseau, 23,2 cm et crin de licorne
Camp: Bien
Avatar: Carey Mulligan

Message#Sujet: Re: Le mal est double : il y a celui qui ne dépend pas de nous et celui qui en dépend. (Agrippine)   Ven 23 Fév - 17:06


-Je peux tout trouver.

L'assurance d'Agrippine n'oubliait jamais d'agacer Pomona (même si elle ne devait rien avoir en particulier contre les personnes qui en possédaient à revendre, puisque ce semblait clairement être es personnes vers lesquelles elle était le plus naturellement attirée, volontairement ou pas). Sans doute parce qu'elle savait que contrairement à ce que les apparences pouvaient parfois laisser suggérer, il n'y avait pas d'esbrouffe derrière tout ça.

Enfin, il y en avait sans doute un peu, mais si Pomona décidait de faire appel à elle, ce n'était pas pour rien, c'était parce qu'elle savait qu'elle pouvait réellement faire confiance à la jeune femme. Elle ne lui confierait certainement pas sa vie (quoique, en lui livrant son secret, ce n'était pas forcément loin), elle n'étai pas folle à ce point non plus, mais elle savait que pour ce qu'elle attendait d'elle à leur actuelle, personne ne serait plus efficace à la tâche qu'elle. Agrippine était de ce genre de personnes qui ne payaient pas forcément de mine de prime abord, mais dont les ressources étaient finalement insoupçonnées mais réelles. Un peu le même genre que Hornby, en fait (Hornby frère, s'il est besoin de le préciser).

Mais ça risque de me prendre quelques jours.

Pomona s'en était doutée. Elle passait une commande très spécifiques, et d'artefacts très rares pour certains, il était normal que son interlocutrice ne les ait pas à disposition dans la seconde, même si, pour sa tranquillité d'esprit, elle préférerait que ce soit le cas. L'idée de devoir faire deux fois le mur à peu d'intervalles, mêlé au sentiment de trahir Christopher, ne lui plaisait absolument pas. Mais elle restait quand même convaincue de ce qu'elle faisait et du bien fondé de son initiative. En tout cas, elle parvenait à s'en convaincre sans difficultés réelles.

Elle reviendrait donc, puisqu'il le fallait, même si elle préférerait que son interlocutrice se montre plus précise, mais Pomona le savait, en vérité. Se montrer laconique était l'une des activités préférées de la jeune femme. Alors pourquoi s'en priverait-elle ? Surtout quand elle savait qu'il y avait des nerfs à mettre à rude épreuve en face.

Je sais pas si tout ton fric suffira... pour tout ça...

Pomona se mordit l'intérieur de la joue pour poursuivre de prendre sur elle. Elle s'y était attendue, à celle-là aussi, et elle savait que son interlocutrice évoquait moins les éléments de la liste transmise que son silence. Elle savait que le risque était présent, elle ne l'avait pas totalement négligé. Mais qui accepterait d'accorder crédit à la parole de la fille déchue de la nouvelle ministre. La jeune femme poussa un soupir et croisa les bras.

"Qu'est-ce que tu veux ?"
demanda-t-elle qui préférait encore entamer les négociations directement que de tourner autour du pot.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
avatar
▌ Messages : 321
Humeur :
50 / 10050 / 100


QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois de hêtre, crin de licorne, 31,2 cm
Camp: Neutre
Avatar: Emma Stone

Message#Sujet: Re: Le mal est double : il y a celui qui ne dépend pas de nous et celui qui en dépend. (Agrippine)   Mar 27 Fév - 0:10


Le mal est double : il y a celui qui ne dépend pas de nous et celui qui en dépend.
L

e chantage était une des pratiques préférées d’Agrippine, mais quand elle envisageait potentiellement de faire chanter telle ou telle personne, il ne fallait pas non plus le prendre trop au sérieux, pour elle, cela équivalait avant tout à un jeu, et ne devait pas forcément avoir outre mesure de conséquences. C’était seulement… une de ses manières de procéder, ni plus ni moins, et il n’y avai pas à chercher plus loin. Généralement, elle se montrait assez soft, d’ailleurs, c’était seulement qu’elle y voyait un moyen d’obtenir un petit bonus sur ce qu’elle était déjà convaincue de pouvoir acquérir… et puis, quand on ajoutait un petite portée émotionnelle, un enjeu d’ordre humain à une transaction, ça la rendait tout de suite plus passionnante. Dans tous les cas, il était assez évident qu’il n’aurait pu passer à côté de la possibilité de faire chanter même un chouias son interlocutrice.

Après tout, maintenant qu’elle savait que Pomona Fitz était en vie, elle tenait une petite bombe entre ses mains, et il était difficile de ne pas juste vouloir qu’elle exploser, histoire d’observer le résultat. Mais non, ce serait motus et bouche cousue, et elle se tiendrait à carreau, Fitz était une bonne « cliente », ce serait quand même dommage de passer à côté. Et puis, si elle devait faire part de sa découverte aux autorités, ou pis encore à sa génitrice, il y avait de fortes chances pour qu’on ne la croie pas. Sa parole n’avait pas grande valeur, après tout. Mais ce n’était pas une chose que son interlocutrice avait forcément besoin de savoir, et elle se trouverait bien bête de ne pas essayer de déterminer un prix, même symbolique, à son silence. D’ailleurs, Pomona n’y semblait pas opposée non plus de son côté, puisqu’elle lui demanda ce qu’elle voulait. Question épineuse que celle-ci. Que pourrait-elle demander que son interlocutrice soit capable de lui obtenir ? Forcément, elle envisageait quelques « récompenses » d’ordre purement matérielles, mais en avait-elle vraiment besoin ? Pas forcément, non, si Pomona avait de quoi la payer en gallions, ce serait déjà très bien, et elle doutait fort qu’elle puisse avoir davantage à lui accorder, surtout dans la situation où elle se trouvait.

-Laisse-moi le temps d’y réfléchir…,
répliqua Agrippine, un sourire amusé aux lèvres. Ton histoire, tiens, se décida-t-elle finalement. Dis-moi ce qui s’est vraiment passé le soir d’Halloween et comment tu t’en es sortie, et juré, je garderai ça pour moi.






code by Mandy


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
RÉSISTANCE
avatar
▌ Messages : 1609
Humeur :
50 / 10050 / 100

En couple avec : ...

QUI SUIS-JE?
Baguette: roseau, 23,2 cm et crin de licorne
Camp: Bien
Avatar: Carey Mulligan

Message#Sujet: Re: Le mal est double : il y a celui qui ne dépend pas de nous et celui qui en dépend. (Agrippine)   Mar 6 Mar - 13:17


-Laisse-moi le temps d’y réfléchir…
Le sourire beaucoup trop satisfait qui ornait le visage d'Agrippine, Pomona avait vraiment envie de le lui arracher dans la seconde. Un sourire satisfait, amusé... Forcément, pour elle, tout ça n'était qu'un jeu, alors que pour le chef de file de la Résistance, c'était, au sens le plus strict du terme, une question de vie ou de mort, tout simplement.

Elle laissait filer des secondes qui donnaient à Pomona le sentiment de durer une éternité. La jeune femme était convaincue que son interlocutrice n'avait pas besoin d'autant de temps. Elle s'amusait juste à la faire tourner en bourrique, rien de plus, et rien de moins non plus.

Mais finalement, elle reprit la parole. Une réponse qui n'avait rien pour la satisfaire.

Ton histoire, tiens. Dis-moi ce qui s’est vraiment passé le soir d’Halloween et comment tu t’en es sortie, et juré, je garderai ça pour moi.

La requête ne semblait pas forcément cher payée... Et en effet, mieux valait sans doute un discours simple, quelques explications, que dilapider des économies qui n'étaient pas non plus une fortune juste pour le plaisir.

La jeune femme ne verrait pas forcément d'inconvénients à tout lui dire si Agrippine devait garder cela pour elle. Mais justement, elle n'en était pas sûre. Sa présence, c'était déjà un trop grand secret, qu'elle ne devrait pas jeter. Mais si elle en disait plus, c'étaient ses camarades d'infortune qui en paieraient le prix fort, sans oublier McDowell. Agrippine était la fille de l'actuelle ministre. Ce que Pomona n'oubliait pas. Ce qui pourrait être une alternative à ses besoins immédiats exigeait une contrepartie qu'elle n'était pas forcément capable d'assumer. Pas si Agrippine décidait de se montrer trop bavarde en tout cas. Et ça n'étonnerait pas la jeune femme outre mesure.


"Je ne peux pas te dire ça, je n'ai aucune confiance en toi."

Son interlocutrice était bien plus à même de marchander qu'elle et de mener les négociations, ce n'était clairement pas pour autant que Pomona accepterait de consentir à tout et n'importe quoi.

Non, elle n'avait pas confiance en son interlocutrice, autant le dire tout net. En même temps, elle n'avait aucune raison de nourrir la moindre confiance en elle. Leur passif n'avait rien pour l'y encourager quoi qu'il en soit.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
avatar
▌ Messages : 321
Humeur :
50 / 10050 / 100


QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois de hêtre, crin de licorne, 31,2 cm
Camp: Neutre
Avatar: Emma Stone

Message#Sujet: Re: Le mal est double : il y a celui qui ne dépend pas de nous et celui qui en dépend. (Agrippine)   Mar 6 Mar - 17:36


Le mal est double : il y a celui qui ne dépend pas de nous et celui qui en dépend.
A

grippine ne perdit rien de sourire quand Pomona refusa tout net sa proposition. La jeune femme considérait pourtant que c'était une promesse relativement honnête (dans la mesure où une personne aussi malhonnête qu'elle savait l'être). Après tout, elle ne demandait de sa part ni argent ni service compromettant, elle avait juste envie qu'on lui raconte une histoire. Mais Pomona était maline, évidemment, elle savait que l'information était un bien plus précieux que beaucoup d'autre. En tant qu'indic à ses heures perdues, Agrippine le savait tout aussi bien qu'elle, et comme elle était du genre à donner au plus offrant, elle n'aurait guère pu garantir, en effet, que les grandes lignes du récit de son interlocutrice n'auraient pas fini dans l'oreille d'une personne qui ne devait rien en entendre. La méthode était malheureuse et peu honorable, mais le sens de l'honneur, Agrippine n'était pas née avec, ou l'avait perdu bien rapidement en cours de route, d'autant plus aisément qu'elle ne considérait pas que beaucoup de personnes puissent avoir le droit à ce qui passait à ses yeux pour une marque d'estime. N'empêche qu'elle se sentait quand même un peu frustrée, maintenant. Elle avait une mine d'or devant les yeux, et elle n'avait pas le sentiment de l'exploiter au summum de ses possibilités.

-Les mots blessent, tu sais,
répliqua Agrippine d'un ton faussement offusqué, mais qui ne pouvait sans doute pas tromper son interlocutrice. Outre le fait qu'Agrippine tenait cette dernière pour très observatrice, elle ne faisait pas spécialement l'effort d'avoir l'air convaincante, et elle n'oubliait bien évidemment pas d'afficher un sourire qui trahissait tout sérieux de sa part. Aux dernières nouvelles, j'avais pas spécialement le sentiment que t'étais en position de négocier, ma belle... mais d'accord. Disons que je vais me laisser le temps de réfléchir. De toute façon, on va se revoir vite, pas vrai, tu vas avoir pas mal de matos à récupérer.

En tout cas la liste n'était pas maigre, et en attendant, ça permettrait à la jeune femme de peser le pour et le contre de la situation. Dans tout les cas, cette dernière lui permettait beaucoup de divertissement, et c'était tout ce qui importait, en fin de compte.






code by Mandy


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
RÉSISTANCE
avatar
▌ Messages : 1609
Humeur :
50 / 10050 / 100

En couple avec : ...

QUI SUIS-JE?
Baguette: roseau, 23,2 cm et crin de licorne
Camp: Bien
Avatar: Carey Mulligan

Message#Sujet: Re: Le mal est double : il y a celui qui ne dépend pas de nous et celui qui en dépend. (Agrippine)   Lun 12 Mar - 16:05


-Les mots blessent, tu sais.

Pomona préféra ne rien répliquer à cela. Il n'y avait rien à répliquer de plus puisque ce n'était jamais qu'une des très nombreuses remarques de mauvais goût dont Agrippine avait le secret.

Cela dit, oui, Pomona savait que les mots blessaient, elle en avait fait d'elle-même la sinistre expérience, alors ça n'avait clairement pas pu lui échapper, elle était parfaitement au courant de cela. Elle le savait et elle utilisait donc toujours les siens avec parfaitement de maîtrise et en toute connaissance de cause.

Mais face à Agrippine, ce n'était pas qu'elle voulait modérer son vocabulaire, mais qu'elle était convaincue que toute remarque glissait sur elle comme de la pluie sur un imperméable. Cette fille donnait tout le temps l'air de se foutre de tout. C'était peut-être une force en soi. C'était usant malgré tout.


Aux dernières nouvelles, j'avais pas spécialement le sentiment que t'étais en position de négocier, ma belle... mais d'accord. Disons que je vais me laisser le temps de réfléchir. De toute façon, on va se revoir vite, pas vrai, tu vas avoir pas mal de matos à récupérer.

Elle détestait définitivement la familiarité avec laquelle elle s'adressait à elle. C'est vrai qu'elle avait raison malgré tout. Pomona n'était effectivement pas en position de négocier, mais il y avait des concessions qu'elle n'était pas en mesure de faire, ou plutôt qu'il était hors de question qu'elle fasse, compromettre plus encore son secret qu'elle ne le faisait déjà en se pointant ici en faisait partie.

Alors elle ne fit aucune remarque et rongea son frein. Quelque part, elle était satisfaite puisque Agrippine semblait d'accord avec les termes de leur accord, en tout cas elle ne s'y opposa pas puisqu'elle... se laissait le temps de réfléchir. Effectivement, il fallait laisser le temps à Agrippine de tout rassembler. Cette rencontre, bien que déplaisante, n'était qu'une première approche, et il fallait qu'il y en ait d'autres, pas le choix. C'était pour la bonne cause. Ce n'est pas pour autant que c'était moins déplaisant.


"Dans deux semaines, même lieu, même heure"
, répliqua Pomona en se permettant toujours d'imposer ses conditions.

Elle décida de ne rien ajouter de plus et tourna les talons pour transplaner presque aussitôt. Elle avait tout intérêt à rester sur ses gardes à présent. Elle savait qu'elle avait fait un pari risqué.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

Message#Sujet: Re: Le mal est double : il y a celui qui ne dépend pas de nous et celui qui en dépend. (Agrippine)   

Revenir en haut Aller en bas
 

Le mal est double : il y a celui qui ne dépend pas de nous et celui qui en dépend. (Agrippine)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Le ministre Genéus rentre dans le débat sur la double nationalité.
» LA COMMISSION SUR LA DOUBLE NATIONALITE MIEUX EFFECTIVE QUE CELLE DE L'ARMEE !
» Double nationalité: Une promesse dans le vent ?
» Haiti- Parlement: Double nationalité
» Débat sur la double nationalité.
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
T.rouble O.r M.isery (or both) ::  :: 
Londres
 :: Chemin de Traverse :: L'allée des embrumes
-