AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Il sied plus mal à un ministre de dire des sottises que d'en faire. (Seth)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
SORCIER
Wilhelmina Tuft
▌ Messages : 184
Humeur :
Il sied plus mal à un ministre de dire des sottises que d'en faire. (Seth) Left_bar_bleue50 / 10050 / 100Il sied plus mal à un ministre de dire des sottises que d'en faire. (Seth) Right_bar_bleue


QUI SUIS-JE?
Baguette: Hêtre, 23 cm, plume de phénix
Camp: Neutre
Avatar: Lena Headey

Il sied plus mal à un ministre de dire des sottises que d'en faire. (Seth) Empty
Message#Sujet: Il sied plus mal à un ministre de dire des sottises que d'en faire. (Seth)   Il sied plus mal à un ministre de dire des sottises que d'en faire. (Seth) Icon_minitimeLun 12 Fév - 14:30


C'était une leçon de vie qu'elle avait apprise bien avant de venir s'asseoir dans le bureau du ministre de la Magie : il ne faut jamais laisser le personnel empiéter sur le professionnel... et, de manière générale, il ne fallait dans tous les cas pas se laisser dominer par l'émotionnel, au risque d'en payer le prix fort.

Mais elle n'était jamais qu'humaine, et elle avait bien du mal à s'appliquer ces belles résolutions à elle-même. Et d'ailleurs, elle ne voudrait pas non plus négliger totalement l'émotionnel, même au haut grade qu'elle avait atteint, même si elle savait les conséquences et les risques. C'était parfois ce qui risquait de lui faire faire des choix injustes, mais c'était aussi ce qui pouvait lui permettre de faire des choix humains et respectueux qui ne se réduisaient pas à des considérations budgétaires et militaires.

Malgré tout, il y avait des pans de sa vie sur lesquels elle aurait préféré savoir tirer un trait net et précis, sans aucune tache ni fioriture.

Seulement, quand la fioriture en question était une jeune femme qui approchait dangereusement la trentaine, ce devenait une affaire complètement différente.

Dans l'idéal, Wilhelmina apprécierait d'oublier tout simplement le nom d'Agrippine, de ne plus y penser, mais elle était vivante, et même émancipée depuis longtemps de sa famille, elle avait la fâcheuse tendance à prendre de la place. Beaucoup trop de place, même.

Et même quand Wilhelmina voulait ne pas y penser, elle trouvait toujours un moyen (souvent bien involontaire, il est tout de même important de le préciser) de se rappeler à son bon souvenir comme si de rien n'était.

En l'occurrence, elle avait trouvé de nouvelles informations qui n'étaient pas pour l'encourager. Agrippine avait choisi un chemin bien obscur où s'engager, et faute de chercher à lui soutirer un soupçon de fierté, elle était devenue l'incarnation de la déception et du rejet qu'elle avait vivement éprouvé en découvrant qu'elle était enceinte d'elle.

Agrippine aurait été aperçue en compagnie de l'un des Aurors du ministère, et apparemment, les deux s'entendraient trop bien pour que l'on puisse soupçonner l'un d'avoir l'intention d'appréhender l'autre. Ce n'est pas qu'elle voulait forcément que sa fille finisse en prison, mais... Elle le mériterait, en tout cas. Qui pourrait nier ça, puisque c'était un fait ?

Pour y voir plus clair, elle avait convoqué l'Auror en question, Seth Beresford, dans son bureau. L'endroit était peut-être trop... protocolaire, mais peu importe, elle ne voulait pas être interrompue dans sa discussion.

Quand l'heure de sa convocation arriva, elle entendit frapper à la porte de son bureau.


"Entrez !"


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
HYDRE
Seth Beresford
▌ Messages : 943
Humeur :
Il sied plus mal à un ministre de dire des sottises que d'en faire. (Seth) Left_bar_bleue50 / 10050 / 100Il sied plus mal à un ministre de dire des sottises que d'en faire. (Seth) Right_bar_bleue

En couple avec : ...

QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois d'hêtre, 21.2 cm, crin de licorne
Camp: Mal
Avatar: Eddie Redmayne

Il sied plus mal à un ministre de dire des sottises que d'en faire. (Seth) Empty
Message#Sujet: Re: Il sied plus mal à un ministre de dire des sottises que d'en faire. (Seth)   Il sied plus mal à un ministre de dire des sottises que d'en faire. (Seth) Icon_minitimeVen 20 Avr - 13:37

Il sied plus mal à un ministre de dire des sottises que d'en faire.
Ça n’avait pas forcément de bon quand on était convoqué par la ministre de la magie directement. Ce n’était pas tous les Aurors qui se faisaient convoquer de la sorte, bien au contraire. Et au vu de sa situation, Seth craignait un peu les ennuis. Il savait qu’il avait encore un peu de temps avant que Gwendall ne parle à McDowell et donc qu’il avait encore un peu de marge mais… il craignait que la nouvelle soit passée autrement. Et clairement, ça n’avait rien de bon pour lui de se rendre au bureau de la Ministre. Même s’il ne se doutait pas que tout cela avait un rapport avec autre chose que ses allégeances pour les mangemorts.

Pour l’heure, Seth n’avait pas d’autre choix que de se rendre à ce bureau, afin d’en savoir un peu plus sur ce que Wilhelmina Tuft lui voulait. Ça ne serait pourtant pas si dur que cela pour Seth de faire le rapprochement avec la ministre de la magie et Agrippine, sa fille. Mais non, ça ne lui venait pas du tout à l’esprit, bien au contraire. Mais ça, c’était sans doute parce qu’il avait plein d’autre truc à penser autour, parce que les ennuis ne manquaient pas de s’accumuler, en même temps que les très bonnes choses. Seth était pragmatique, il se targuait de l’être vraiment, mais en même temps il ne pouvait pas s’empêcher par moment de se laisser influencer par ses émotions. Bien plus qu’il ne devrait sans doute par moment. Il en avait conscience depuis presque toujours, depuis la première fois où il avait laissé échapper cette part bien plus sombre de sa personnalité.  

Alors oui, ces derniers temps, Seth ne se montrait peut-être pas si maître des événements qu’ils ne voudraient, mais en même temps il considérait qu’il avait quand même encore les cartes en main. Après tout, le sorcier avait la possibilité de s’en sortir du piège que Voldemort était en train de mettre en place. Même s’il ne se rendait pas compte que ce n’était pas suffisant et qu’il y avait d’autres épées de Damoclès au-dessus de sa tête. Il allait rapidement s’en rendre compte de toute façon, parce qu’il se rendait au bureau de la ministre de la magie, à l’heure où il avait été convoqué. Quand on était convoqué par la ministre de la magie, c’était quand même de bon ton d’arriver à l’heure. En temps normal, Seth était ponctuel de toute façon, mais quand c’était encore plus le cas quand il était question de son travail et du milieu professionnel. Quand bien même, il étai évident que le jeune homme ne supportait pas d’être en retard. Quand il frappa à la porte, il entendit une voix s’élever à l’intérieur lui demander d’entrer. C’était parti.

« Bonjour madame La Ministre. » Dit-il alors en se montrant le plus respectueux possible, quand bien même ce n’était pas toujours une chose évidente pour lui. Mais il savait prendre sur lui quand même, par moment. « Vous désiriez me voir ? »
Code by Gwenn

_________________
Il y a tant de haine, qui brûle en moi. Un souffle qui m'entraîne au-delà des lois. Lourde peine, sous ma croix. Une douleur obscène qui me donne tous les droits.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
Wilhelmina Tuft
▌ Messages : 184
Humeur :
Il sied plus mal à un ministre de dire des sottises que d'en faire. (Seth) Left_bar_bleue50 / 10050 / 100Il sied plus mal à un ministre de dire des sottises que d'en faire. (Seth) Right_bar_bleue


QUI SUIS-JE?
Baguette: Hêtre, 23 cm, plume de phénix
Camp: Neutre
Avatar: Lena Headey

Il sied plus mal à un ministre de dire des sottises que d'en faire. (Seth) Empty
Message#Sujet: Re: Il sied plus mal à un ministre de dire des sottises que d'en faire. (Seth)   Il sied plus mal à un ministre de dire des sottises que d'en faire. (Seth) Icon_minitimeMer 9 Mai - 12:37

« Bonjour madame La Ministre. Vous désiriez me voir ? »


Le ton de Seth Beresford était respectueux et avenant. Wilhelmina n'en attendait pas moins de quiconque franchissant le seuil de son bureau. Cela dit, elle n'avait pas envie de se laisser avoir par ces ronds de jambe et ses courbettes (même s'il n'y avait pas vraiment de courbettes qui tenaient non plus, il ne fallait pas exagérer, mais disons que vu l'animosité instinctive que lui inspirait le jeune homme, elle avait du mal à accorder du crédit à ses marques de respect). Elle avait envie, besoin qu'il lui rende des comptes, et à ce titre, elle avait l'intention de se montrer aussi intransigeante que possible.

Il avait tout intérêt à se montrer poli, il devait savoir qu'il n'était jamais bon signe que d'être convoqué dans le bureau de la ministre en personne, mais ce n'est pas pour autant qu'elle avait l'intention de le lâcher. Elle avait besoin de l'interroger sur ses fréquentations, mais c'était plus fort qu'elle... elle partait avec un a priori négatif. ce n'était pas à son honneur, mais elle ne savait pas y faire grand-chose au bout du compte.


"En effet"
, commença-t-elle dans un ton et une attitude très neutres, car il n'était pas question non plus qu'elle perde son sang froid, même si cela pouvait quand même être tentant. "Installez-vous, je vous prie."

Elle désigna d'un geste la place libre face à son bureau où il pourrait s'asseoir... et la conversation allait pouvoir s'entamer. Une conversation qui avait des chances de prendre des allures d'interrogatoire avec elle, mais elle comptait bien garder son self-control. Une fois le jeune homme installé, elle l'observa un moment avant de décider de passer à l'offensive. Elle avait de nombreuses questions à poser, et elle ne comptait pas laisser l'Auror quitter son bureau avant d'avoir eu toutes les réponses qu'elle escomptait.

"Je voulais vous voir au sujet de ma fille."
Elle n'aimait pas appeler Agrippine "ma fille", elle estimait qu'elle ne méritait pas une telle appellation, mais vu la situation, elle n'allait pas prétendre ne pas savoir, comme tout le monde, qu'Agrippine était bel et bien sa chair et son sang. "Vous avez été aperçu en sa présence il y a quelques jours de cela, et je voudrais savoir pourquoi."

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
HYDRE
Seth Beresford
▌ Messages : 943
Humeur :
Il sied plus mal à un ministre de dire des sottises que d'en faire. (Seth) Left_bar_bleue50 / 10050 / 100Il sied plus mal à un ministre de dire des sottises que d'en faire. (Seth) Right_bar_bleue

En couple avec : ...

QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois d'hêtre, 21.2 cm, crin de licorne
Camp: Mal
Avatar: Eddie Redmayne

Il sied plus mal à un ministre de dire des sottises que d'en faire. (Seth) Empty
Message#Sujet: Re: Il sied plus mal à un ministre de dire des sottises que d'en faire. (Seth)   Il sied plus mal à un ministre de dire des sottises que d'en faire. (Seth) Icon_minitimeMar 24 Juil - 15:44

Il sied plus mal à un ministre de dire des sottises que d'en faire.
La ministre de la magie confirma le fait qu’elle voulait bel et bien le voir. Seth ne put s’empêcher d’essayer de détecter quelque chose dans sa voie, sans pour autant y parvenir. Elle avait un ton bien trop neutre pour que Seth parvienne à deviner de quoi il était question, quand bien même il se doutait que ce n’était pas forcément une très bonne chose. Quand elle l’invita à s’assoir, il le fit sans opposer la moindre résistance. Parce qu’il n’avait aucune raison de le faire. Et alors, il attendit de savoir. Pendant quelque seconde, Wilhelmina Tuft se contenta simplement de l’observer. Alors, l’Auror faisait de même. Encore une fois, il tentait d’en savoir plus, mais ça n’avait rien d’évident du tout. Bien au contraire. Est-ce que ça avait un rapport avec le bureau des Aurors ? Est-ce que c’était juste lui, ou global. Est-ce qu’elle avait des doutes sur son allégeance ? Si c’était le cas, le jeune homme osait croire qu’il se serait fait arrêter. Bref, il était incapable de savoir.

Et quand la femme reprit finalement la parole, pour lui affirmer qu’elle voulait lui parler au sujet de sa fille… Seth ne voyait pas plus de quoi il était question. Est-ce qu’il s’était passé quelque chose avec Agrippine au point qu’elle soit dans des beaux draps ? La ministre cherchait-t-elle à la protéger ? Ou au contraire, à l’enfoncer ? C’était connu que la jeune Tuft ne suivait clairement pas la voix de sa famille et tant mieux. Parce que clairement, le jeune homme préférait largement le caractère de la plus jeune de la famille, que celui de son grand frère avec un si gros balai dans le derrière (même si on pouvait affirmer par moment que Seth n’en était pas exemptait également). Bref, il n’était pas plus avancé. La ministre reprit dans tous les cas la parole, en affirmant qu’il avait été aperçu en compagnie de la jeune femme dernièrement et elle voulait savoir pourquoi. Soit… même maintenant Seth ne savait pas trop quoi penser de tout ça.

« Eh bien, si je peux me permettre, il me semble que je peux passer du temps en compagnie d’autre personne à ma guise. » D’accord, Seth jouait peut-être avec le feu, mais il ne voyait pas du tout pourquoi la femme sous ses yeux était en train de le questionner à ce sujet. D’accord, Agrippine n’avait pas la meilleure réputation du monde et c’était connu au bureau des Aurors qu’elle trafiquotait de manière peu légale. Par moment, Seth avait clairement fermé les yeux. Et alors ? Il ne pensait pas être le seul Auror du ministère à pouvoir l’arrêter, si l’envie prenait à quelqu’un. Dans tous les cas, le jeune homme ne voyait vraiment pas où la sorcière voulait en venir. « Pour quelle raison voulez-vous savoir ça ? Est-ce qu’il y a un souci ? »

Bon, il y en avait plusieurs en soit, mais quand même. Seth préférait jouer la carte de l’ignorance pour le moment.
Code by Gwenn

_________________
Il y a tant de haine, qui brûle en moi. Un souffle qui m'entraîne au-delà des lois. Lourde peine, sous ma croix. Une douleur obscène qui me donne tous les droits.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
Wilhelmina Tuft
▌ Messages : 184
Humeur :
Il sied plus mal à un ministre de dire des sottises que d'en faire. (Seth) Left_bar_bleue50 / 10050 / 100Il sied plus mal à un ministre de dire des sottises que d'en faire. (Seth) Right_bar_bleue


QUI SUIS-JE?
Baguette: Hêtre, 23 cm, plume de phénix
Camp: Neutre
Avatar: Lena Headey

Il sied plus mal à un ministre de dire des sottises que d'en faire. (Seth) Empty
Message#Sujet: Re: Il sied plus mal à un ministre de dire des sottises que d'en faire. (Seth)   Il sied plus mal à un ministre de dire des sottises que d'en faire. (Seth) Icon_minitimeLun 30 Juil - 9:36

« Eh bien, si je peux me permettre, il me semble que je peux passer du temps en compagnie d’autre personne à ma guise. »

Wilhelmina serra les dents. Elle était bien tentée de répondre que non, il ne pouvait pas se le permettre, parce qu’il se trouvait actuellement en présence du ministre de la Magie, et de sa supérieure, et qu’au regard de ces deux acceptions, il ne pouvait pas se permettre quoi que ce soit sinon de répondre à ses questions et d’écouter ce qu’elle avait à lui dire. Mais elle s’abstint.

Même si c’était tentant, elle ne pouvait pas dire le contraire, Wilhelmina n’avait jamais cherché à abuser de sa réputation et de l’autorité liée à son poste. Quand il le fallait, elle n’oubliait pas de recadrer celles et ceux qui remettraient sa place en cause, mais en l’occurrence, puisque les motifs de ce rendez-vous n’étaient pas très officiels, elle n’estimait pas devoir en arriver là.

Ceci étant admis, elle estimait malgré tout que personne n’était en droit de passer du temps en compagnie d’autres personnes à leurs guises si ces autres personnes étaient des ennemis de la nation. C’était aller fort en besogne que de considérer Agrippine comme telle, bien sûr, mais la ministre n’avait jamais su faire dans la demi-mesure quand il était question de sa fille.


« Pour quelle raison voulez-vous savoir ça ? Est-ce qu’il y a un souci ? »
Wilhelmina n’appréciait guère que l’on s’adresse à elle avec cette sorte de fausse innocence qui lui laissait penser qu’on puisse s’imaginer qu’elle était née de la dernière pluie. Elle en avait vu d’autres, et quoi qu’on puisse en penser, elle en avait tiré les leçons nécessaires. Elle n’était pas arrivée à son poste pour rien, en tout cas, alors elle estimait qu’on ne la lui faisait pas.

"Le souci, c’est que vous êtes un Auror d’élite du département de la justice magique et que la réputation de nos représentants de l’ordre a été très largement ternie par les récents événements.", répondit-elle en le regardant droit dans les yeux, avec le calme et l’autorité qu’elle entretenait avec soin dans l’espoir de ne pas se laisser dépasser par les circonstances et de garder quoi qu’il en soit la tête froide. "Alors quand vous fréquentez une criminelle potentielle, et que l’affaire m’est rapportée, je me dois en effet de faire le point sur vos fréquentations, ne vous en déplaise."

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
HYDRE
Seth Beresford
▌ Messages : 943
Humeur :
Il sied plus mal à un ministre de dire des sottises que d'en faire. (Seth) Left_bar_bleue50 / 10050 / 100Il sied plus mal à un ministre de dire des sottises que d'en faire. (Seth) Right_bar_bleue

En couple avec : ...

QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois d'hêtre, 21.2 cm, crin de licorne
Camp: Mal
Avatar: Eddie Redmayne

Il sied plus mal à un ministre de dire des sottises que d'en faire. (Seth) Empty
Message#Sujet: Re: Il sied plus mal à un ministre de dire des sottises que d'en faire. (Seth)   Il sied plus mal à un ministre de dire des sottises que d'en faire. (Seth) Icon_minitimeMer 3 Oct - 17:19

Il sied plus mal à un ministre de dire des sottises que d'en faire.
Seth faisait l'air de rien, bien évidemment, mais en même temps il avait quand même conscience que la femme sous ses yeux avaient de bonnes raisons de lui reprocher de passer du temps avec sa fille. Ce n'était pas pour autant que le jeune homme allait simplement avouer, s'excuser, ce genre de chose. Il se contenta donc d'attendre que la ministre reprenne la parole. Ce n'était clairement pas le moment pour l’auror de se mettre la femme à dos évidemment, mais en même temps Seth n'avait pas vraiment envie de faire des efforts non plus. Tout simplement parce qu'il savait qu'il était sur la corde raide, que ça soit concernant le bureau des aurors et les Mangemort. La ministre mentionna donc le fait qu'il était un membre du bureau des aurors et que ce dernier n'avait pas manqué d'avoir une réputation entachée dernièrement. Seth sera des dents en entendant les propos de la femme sous ses yeux, parce qu'il n'aimait pas l'entendre parler de cet événement. Elle n'avait pas tort bien évidemment, et elle ne pouvait pas savoir que Pomona n'avait rien à voir avec ce qui s'était passé, mais ça n’otait pas le fait qu'il n'aimait pas entendre parler de la réputation du bureau des aurors.

En attendant il était donc plus question du fait que Seth fréquentait Agrippine Tuft, si on pouvait vraiment dire qu'il la fréquentait. Bon, il ne pouvait pas nier qu'il passait du temps en sa compagnie, mais c'était en tout bien tout honneur. Contrairement à d'autre personne. Il passait donc du temps avec une criminelle. Quand on ne savait pas que la jeune femme en question n'était autre que la fille de la ministre, on ne risquait pas de le deviner en l'entendait parler. On ne pouvait pas dire qu'elle se montrait tendre avec elle.

« Vous savez Madame La Ministre, vous avez clairement plus de rapport avec cette jeune femme que moi.  » Il trouvait ça dingue quand même qu'on lui reproche d’avoir passé du temps en compagnie de Agrippine Tuft, alors qu'elle était la fille de la femme sous ses yeux. Bon elle n'était pas une sainte et clairement, le jeune homme fermait les yeux sur beaucoup de chose, mais c'était quand même gros de le lui reprocher. « Je ne fréquente pas votre fille.  » Il prit bien la peine d'appuyer sur le fait que la jeune femme en question n'était autre que la fille de son interlocutrice. « Elle me sert simplement d’informatrice.  »

Ce n'était pas vraiment le cas en réalité, mais elle n’avait pas besoin de le savoir. Après tout c'était quand même une possibilité, sans que l’auror ne se doute que la jeune femme était bel et bien une indic et pas pour l’auror le plus inconnu de sa vie. Mais ça évidemment c'était une autre histoire qui ne le concernait en aucun cas. Pour le moment, il espérait que la ministre allait croire à son mensonge.
Code by Gwenn

_________________
Il y a tant de haine, qui brûle en moi. Un souffle qui m'entraîne au-delà des lois. Lourde peine, sous ma croix. Une douleur obscène qui me donne tous les droits.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
Wilhelmina Tuft
▌ Messages : 184
Humeur :
Il sied plus mal à un ministre de dire des sottises que d'en faire. (Seth) Left_bar_bleue50 / 10050 / 100Il sied plus mal à un ministre de dire des sottises que d'en faire. (Seth) Right_bar_bleue


QUI SUIS-JE?
Baguette: Hêtre, 23 cm, plume de phénix
Camp: Neutre
Avatar: Lena Headey

Il sied plus mal à un ministre de dire des sottises que d'en faire. (Seth) Empty
Message#Sujet: Re: Il sied plus mal à un ministre de dire des sottises que d'en faire. (Seth)   Il sied plus mal à un ministre de dire des sottises que d'en faire. (Seth) Icon_minitimeLun 8 Oct - 8:52


« Vous savez Madame La Ministre, vous avez clairement plus de rapport avec cette jeune femme que moi. »

Wilhelmina ne s'estimait pas être une personne profondément égoïste ou prétentieuse, elle pensait savoir écouter ses interlocuteurs et se remettre en question... mais il y a toujours une part d'ego dans toute carrière politique, aussi quand elle se retrouvait dans une situation où il lui apparaissait que son autorité était contestée, elle détestait cela... Elle n'aimait pas être prise de haut, encore moins pas un subordonné... et tout le monde était devenu, plus ou moins, son subordonné...

Alors oui, l'attitude de Seth lui déplaisait profondément, et le fait que l'on touche à un sujet aussi sensible qu'Agrippine n'aidait en rien. Elle n'aimait clairement pas le propos que lui opposait son interlocuteur, et encore moins ce qu'il sous-entendait.

Qui plus est, elle estimait que non, elle n'avait pas plus de rapport avec Agrippine que son interlocuteur. Oui, la jeune femme était sa fille, mais ça s'arrêtait là... et les liens du sang, en ces circonstances, n'avaient pas la moindre importance.


« Je ne fréquente pas votre fille. »

Wilhelmina réprima une grimace. Elle savait qu'il le faisait exprès. Certes, il se contentait d'exprimer un fait, mais ça n'ôtait rien au fait qu'il la nommait clairement "votre fille" dans l'espoir d'obtenir un avantage sur elle dans la conversation. Il voulait prendre l'ascendant... Et il était hors de question qu'elle le laisse faire.

S'il devait y avoir un rapport de domination qui devait s'établir entre eux, alors elle devait l'importer. Elle était habituée à batailler pour imposer son autorité face à celles et ceux qui avaient par trop tendance à la remettre en question.


« Elle me sert simplement d’informatrice. »
Wilhelmina croisa les bras. Il n'allait pas s'en tirer à si bon compte. Elle s'était suffisamment renseignée sur la question pour savoir ce qu'il en était.

"Sauf qu'elle n'est pas votre indic. Fréquenter une criminelle sans l'appréhender en dehors de ces conditions, c'est un manquement professionnel."

Car oui, Agrippine était une indic... celle de Thésée, parce que le hasard ne faisait jamais bien les choses... Mais elle n'avait aucun compte à rendre à Seth... pas officiellement. Et si ce n'était pas officiel, alors soit.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
HYDRE
Seth Beresford
▌ Messages : 943
Humeur :
Il sied plus mal à un ministre de dire des sottises que d'en faire. (Seth) Left_bar_bleue50 / 10050 / 100Il sied plus mal à un ministre de dire des sottises que d'en faire. (Seth) Right_bar_bleue

En couple avec : ...

QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois d'hêtre, 21.2 cm, crin de licorne
Camp: Mal
Avatar: Eddie Redmayne

Il sied plus mal à un ministre de dire des sottises que d'en faire. (Seth) Empty
Message#Sujet: Re: Il sied plus mal à un ministre de dire des sottises que d'en faire. (Seth)   Il sied plus mal à un ministre de dire des sottises que d'en faire. (Seth) Icon_minitimeLun 17 Déc - 12:37

Il sied plus mal à un ministre de dire des sottises que d'en faire.
Seth avait bien envie de croire que les mots qu’il prononçait pourrait le sortir de cette conversation quelque peu dérangeante, mais en même temps il se doutait que la femme sous ses yeux n’auraient pas atteint le poste qu’elle avait atteint, si elle n’avait pas un peu de répondant. Est-ce que ça signifiait qu’il allait juste se baisser, ramper à ses pieds et lui demander pardon ? Non, pas du tout. Le jeune homme avait conscience que la situation dans laquelle il se trouvait n’avait rien d’engageante, que clairement il valait mieux éviter de se mettre la ministre de la magie à dos. Mais au final, est-ce que c’était pire que ce qu’il vivait autrement ? Non. L’épée de Damoclès au-dessus de sa tête était sur le point de tomber, le jeune homme savait parfaitement qu’il avait encore un peu de temps, mais que ce temps n’était pas infini. Alors, au final, peut-être qu’il prenait un peu trop légèrement la convocation de la ministre de la magie, surtout maintenant qu’il savait que cela avait un rapport avec la fille de cette dernière. Au pire qu’allait-il arriver ? Elle allait convoquer McDowell et lui dire que Seth avait des rapports avec une criminelle, qu’il n’avait pas rendu officiellement comme indic ? Peut-être et alors ?  Et alors ça ne ferait qu’un point de plus sur le dossier qui était déjà en cours d’étude par le directeur du département magique.

Il aurait tout de même apprécié que ses propos suffisent, que la femme ne cherche pas plus à le mettre au pied du mur. Mais ce ne fut pas le cas, elle croisa les bras, affirmant que Agrippine n’était pas son indic. Effectivement, le jeune homme ne pouvait pas lui donner tort, elle ne l’était pas officiellement, quand bien même la jeune femme avait peut-être une ou deux fois accepté de lui donner quelques informations.

« Mon manquement professionnel est plutôt d’avoir négligé la paperasse et de ne pas avoir fait de votre fille mon indic officielle. » Répondit-il avec une certaine nonchalance, parce qu’il n’avait aucune envie de perdre la face devant la femme sous ses yeux. Elle était ministre de la magie, d’accord, mais au fond Seth n’avait aucun e envie de se rabaisser devant elle. Donc, oui, il se permettait d’avoir réponse à tout, quand bien même il avait conscience qu’il jouait peut-être un peu avec le feu quand même. « Vous avez raison, j’aurais sans doute dû l’appréhender. » Répondit-t-il, mais ce n’était en réalité pas du tout pour aller dans le sens de la ministre de la magie, bien au contraire. « Mais je crois que Monsieur Dragonneau aurait eu beaucoup plus de mal à se servir de ses informations, si ça avait été le cas. »

Parce que même si Agrippine n’était pas l’indic de Seth, elle l’était de quelqu’un d’autre.
Code by Gwenn

_________________
Il y a tant de haine, qui brûle en moi. Un souffle qui m'entraîne au-delà des lois. Lourde peine, sous ma croix. Une douleur obscène qui me donne tous les droits.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
Wilhelmina Tuft
▌ Messages : 184
Humeur :
Il sied plus mal à un ministre de dire des sottises que d'en faire. (Seth) Left_bar_bleue50 / 10050 / 100Il sied plus mal à un ministre de dire des sottises que d'en faire. (Seth) Right_bar_bleue


QUI SUIS-JE?
Baguette: Hêtre, 23 cm, plume de phénix
Camp: Neutre
Avatar: Lena Headey

Il sied plus mal à un ministre de dire des sottises que d'en faire. (Seth) Empty
Message#Sujet: Re: Il sied plus mal à un ministre de dire des sottises que d'en faire. (Seth)   Il sied plus mal à un ministre de dire des sottises que d'en faire. (Seth) Icon_minitimeVen 21 Déc - 8:29


« Mon manquement professionnel est plutôt d’avoir négligé la paperasse et de ne pas avoir fait de votre fille mon indic officielle. »


Oui. Donc ? Wilhelmina ne voyait pas vraiment où il voulait en venir, si ce n’est qu’il cherchait à avoir réponse à tout, ce qui n’était clairement pas une façon d’agir en présence d’une figure d’autorité telle que la ministre de la Magie, qui n’aimait pas qu’on lui tienne tête d’une part, et qu’on remette en cause son autorité d’autre part.

Dans tous les cas, elle ne comprenait pas son argument et ne comptait pas se laisser déstabiliser par ce dernier. Essayait-il de justifier un manquement professionnel en mettant en valeur un autre ? Dans tous les cas, il prouvait bien qu’il n’avait pas fait les choses dans les règles, et qu’il était en faute, ce qui méritait bien un blâme si elle en prenait la décision.


"Vous m’ôtez les mots de la bouche"
, soupira la ministre. "Votre flemme ou dégoût de la paperasse n’est pas votre seule affaire quand cela concerne le ministère, et ils ne justifient en rien votre manque de professionalisme… au contraire, je dirais même qu’ils le confirment."


« Vous avez raison, j’aurais sans doute dû l’appréhender. »

En effet, il l’aurait dû, parce que c’était son métier, son devoir, et qu’en tant qu’Auror il faisait office de figure d’autorité, il n’avait pas le droit de n’en faire qu’à sa guise, au contraire, s’il y avait bien un corps de métier dans lequel il fallait se montrer irréprochable, c’était celui qu’il effectuer. Et il n’y avait pas de « sans doute » qui tienne.

D’accord, Wilhelmina, si elle prenait un peu de distance avec cette affaire, pouvait reconnaître qu’elle était concernée de trop près par cette dernière pour réussir à faire preuve de la distance nécessaire que l’on était en droit d’exiger d’elle, mais il n’empêche qu’en invoquant la loi, elle restait maîtresse de la situation, n’en déplaise à son interlocuteur.

« Mais je crois que Monsieur Dragonneau aurait eu beaucoup plus de mal à se servir de ses informations, si ça avait été le cas. »


Wilhelmina poussa un soupir las.

"Je doute fort que la liberté de Miss Tuft soit une nécessité absolue au travail de monsieur Dragonneau."
, répliqua-t-elle. Et parler de Thésée et d’Agrippine dans la même phrase lui procurait un sentiment étrange. "Elle est loin d’être la seule indic du bureau des Aurors, et dans tous les cas, cela ne change rien à vos lacunes professionnelles." Elle marqua une pause. "Je pourrais envisager de me montrer conciliante. Mais j’ai le sentiment que vous cherchez à être poussé de vous-même vers la sortie, monsieur Beresford."

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
HYDRE
Seth Beresford
▌ Messages : 943
Humeur :
Il sied plus mal à un ministre de dire des sottises que d'en faire. (Seth) Left_bar_bleue50 / 10050 / 100Il sied plus mal à un ministre de dire des sottises que d'en faire. (Seth) Right_bar_bleue

En couple avec : ...

QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois d'hêtre, 21.2 cm, crin de licorne
Camp: Mal
Avatar: Eddie Redmayne

Il sied plus mal à un ministre de dire des sottises que d'en faire. (Seth) Empty
Message#Sujet: Re: Il sied plus mal à un ministre de dire des sottises que d'en faire. (Seth)   Il sied plus mal à un ministre de dire des sottises que d'en faire. (Seth) Icon_minitimeDim 3 Mar - 0:54

Il sied plus mal à un ministre de dire des sottises que d'en faire.
Seth avait conscience qu’il jouait en cet instant précis avec le feu, mais en même temps ces derniers temps c’était la seule chose qu’il savait vraiment faire. En ce moment, le jeune homme ne faisait pas les choses comme il le fallait, mais en même temps il ne pouvait pas s’empêcher de se dire qu’il ne craignait pas grand-chose. Pas qu’il puisse imaginer que la femme sous ses yeux soit incapable de lui faire payer ses actes, le fait qu’il n’avait pas pris la peine d’arrêter Agrippine (et franchement, le jeune homme trouvait ça étrange d’entendre une femme réclamer à ce qu’on arrête sa fille… mais en même temps les histoires de famille étaient toujours complexe, il en savait quelque chose), mais parce qu’il se disait que si elle prenait la peine de lui faire payer ses « actes », ce n’était pas grand-chose par rapport à tout le reste. Ce n’était pas pour rien que ces derniers temps, le jeune homme n’agissait sans doute pas de la meilleure des manières. Mais il n’en avait que faire. Justement, c’était bien ça le souci, il n’en avait que faire. Quand bien même, il espérait pouvoir défendre un peu sa cause auprès de la ministre de la magie.

Après tout, le jeune homme ne comprenait vraiment pas pourquoi elle lui prenait à ce point le choux alors qu’ils parlaient de sa fille, et d’une indic du ministère de la magie. Bon, d’accord, elle n’était pas la seule indic du bureau des Aurors et Seth se doutait que si jamais elle devait se faire arrêter, le travail des Aurors ne serait pas mis si à mal que cela. Mais il cherchait une manière de se justifier tout simplement, ne comprenant définitivement pas le fait que Wilhelmina Tuft ne cherche pas à défendre quand même un minimum sa fille. L’entendre l’appeler par son nom de famille ne manquait pas d’être étrange également.

« Si je cherchais à me faire pousser par la sortie Madame la Ministre, je m’y prendrais plus directement vous savez ? » Seth le savait, il ne devrait pas parler de la sorte avec la femme sous ses yeux. Mais il savait aussi que dans tous les cas, il était sur la corde raide. Le jeune homme allait dans tous les cas subir des conséquences, il ne pouvait rien y faire. Et donc, par conséquence, il ne pouvait pas s’empêcher de se montrer un peu insolant comme il l’était maintenant. « Si vous tenez à ce point à ce qu’on arrête votre fille, pourquoi vous ne le demandez pas directement ? » Et même si elle le faisait, le ferait-il ? Non, clairement pas. Seth n’avait rien contre Agrippine, il n’avait aucune envie de l’arrêter, il n’en voyait pas l’intérêt. Mais il ne pouvait pas s’empêcher de se poser des questions, se demandant vraiment pourquoi la ministre de la magie lui faisait une telle scène alors qu’elle devrait être contente que sa fille ne soit pas en difficulté avec la justice.
Code by Gwenn

_________________
Il y a tant de haine, qui brûle en moi. Un souffle qui m'entraîne au-delà des lois. Lourde peine, sous ma croix. Une douleur obscène qui me donne tous les droits.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
Wilhelmina Tuft
▌ Messages : 184
Humeur :
Il sied plus mal à un ministre de dire des sottises que d'en faire. (Seth) Left_bar_bleue50 / 10050 / 100Il sied plus mal à un ministre de dire des sottises que d'en faire. (Seth) Right_bar_bleue


QUI SUIS-JE?
Baguette: Hêtre, 23 cm, plume de phénix
Camp: Neutre
Avatar: Lena Headey

Il sied plus mal à un ministre de dire des sottises que d'en faire. (Seth) Empty
Message#Sujet: Re: Il sied plus mal à un ministre de dire des sottises que d'en faire. (Seth)   Il sied plus mal à un ministre de dire des sottises que d'en faire. (Seth) Icon_minitimeMar 5 Mar - 10:12


« Si je cherchais à me faire pousser par la sortie Madame la Ministre, je m’y prendrais plus directement vous savez ? »
Les nerfs de la ministre étaient mis à rude épreuve, et chacune des phrases prononcées par son interlocuteur aiguisait un agacement qui n'avait pas attendu un tel accès d'insolence pour être proche de son paroxysme.

Elle devait constamment se battre pour qu'on lui accorde la déférence qui lui était due, et manifestement cette fois ne faisait pas exception. Est-ce que c'était parce qu'elle était une femme, ce qui semblait inviter tant d'autres à la traiter comme une subordonnée au lieu d'une supérieure ? Peut-être pas... Elle avait plutôt le sentiment que ce jeune homme n'attendait pas d'interlocuteur particulier pour forcer l'irrespect.

En tout cas, si vraiment il tenait à son travail, il s'y prenait très mal pour le conserver. Au lieu de s'excuser respectueusement, ce qui aurait pu inviter la ministre à passer l'éponge, il la provoquait constamment. A quoi pensait-il que cela allait aboutir exactement, si ce n'est, au minimum, à un renvoi bien senti ? Wilhelmina détestait qu'on lui manque de respect, et en l'occurrence, elle était servie. Cela ne devait pas franchement l'inviter à se montrer indulgente.

Alors même si Seth Beresford connaissait peut-être des méthodes plus directes pour se faire pousser vers la sortie, il se débrouillait déjà très bien en cet instant... Même si la ministre n'avait pas dans l'intention de le renvoyer, elle voulait seulement tester la loyauté des employés du ministère, et plus encore de ses Aurors en ces temps troublés. Son attitude méritait un blâme, pas un renvoi... n'empêche qu'en cet instant, abuser de ses fonctions était quand même franchement tentant. La suite n'allait pas arranger le cas de Beresford, d'ailleurs.


« Si vous tenez à ce point à ce qu’on arrête votre fille, pourquoi vous ne le demandez pas directement ? »

Wilhelmina poussa un soupir, le jeune homme n'avait pas son pareil pour retourner chaque situation à ce qu'il devait estimer être son avantage. Sauf que ce n'était pas en retournant prétendument ses accusations contre elle qu'il effaçait les griefs qu'elle avait à lui reprocher.

Et puis, en réalité, elle ne voulait pas qu'Agrippine soit arrêté... Sinon ça aurait été fait depuis longtemps.


"C'est de vous qu'il est question, ici, pas de mademoiselle Tuft"
, répliqua d'un ton ferme, recentrant le débat. "C'est votre travail et votre manque de rigueur que je remets en cause. Et votre tendance à l'insubordination pourrait bien finir par vous coûter cher."

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
HYDRE
Seth Beresford
▌ Messages : 943
Humeur :
Il sied plus mal à un ministre de dire des sottises que d'en faire. (Seth) Left_bar_bleue50 / 10050 / 100Il sied plus mal à un ministre de dire des sottises que d'en faire. (Seth) Right_bar_bleue

En couple avec : ...

QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois d'hêtre, 21.2 cm, crin de licorne
Camp: Mal
Avatar: Eddie Redmayne

Il sied plus mal à un ministre de dire des sottises que d'en faire. (Seth) Empty
Message#Sujet: Re: Il sied plus mal à un ministre de dire des sottises que d'en faire. (Seth)   Il sied plus mal à un ministre de dire des sottises que d'en faire. (Seth) Icon_minitimeVen 24 Mai - 19:26

Il sied plus mal à un ministre de dire des sottises que d'en faire.
Seth savait bien qu’il n’arrangeait pas du tout son cas en cet instant précis, que ce n’était pas en parlant de cette manière à la ministre de la magie qu’il allait pouvoir réellement faire quelque chose de bien, qu’il allait pouvoir s’en sortir. Mais en même temps, ce n’était pas comme s’il en avait réellement quelque chose à faire non plus, il se moquait un peu des conséquences. Au pire ? Au pire, elle décidait de le virer et autant dire que ça lui ferait une belle jambe vu la situation, alors oui forcément le jeune homme n’en avait que faire qu’elle décide de lui faire payer les conséquences de ses paroles et de son insubordination. Cela dit, même sans se retrouver dans une telle situation, sans que les mangemorts ne soit sur son dos, il y avait quand même de la chance qu’il agisse quand même de la même manière.

La femme ne manqua donc pas de le rappeler à l’ordre en affirmant qu’il n’était pas question de sa fille, mais de lui. Que c’était son travail qui était mis en cause, et sa tendance à l’insubordination. Seth comprenait bien que la femme avait l’intention de lui faire payer ses propos, mais en même temps encore une fois il n’en avait pas grand-chose à faire effectivement. Parce qu’il ne pensait pas que ça changerait quand même grand-chose à sa situation, bien au contraire. Cela dit, pour le moment, le jeune homme osait se dire qu’il avait encore plus d’un tour dans son sac.

« Mon travail n’a aucune raison d’être remis en cause. Vous avez un problème concernant votre fille, soit. Mais je suis l’un des meilleurs éléments du bureau des Aurors. »
Seth le pensait en prime, il ne se contentait pas de le dire comme ça. Ce n’était pas forcément de bon ton de se vanter, surtout au vu des mises en garde de la ministre de la magie, mais encore une fois le sorcier n’avait que faire de ce qu’elle pouvait bien penser. « Le bureau des Aurors perdra bien plus en me perdant que moi. »

Bon, d’accord, en soit Seth n’avait aucune envie de perdre son travail, mais en même temps le jeune homme savait bien que ce dernier était déjà à remettre en cause. Il allait perdre son travail dans tous les cas, parce que Voldemort avait décidé de faire de lui une cible parfaite. Alors, au fond, la femme arrivait sans doute bien trop tard pour lui faire perdre son poste et il ne perdrait donc pas grand-chose à se faire virer par la ministre de la magie. La possibilité de blanche Gwendall en fait, mais ça n’enlevait pas le fait de lui mettre quand même d’anciennes affaires sur le dos.

« Vous devriez en discuter avec McDowell. » Affirma-t-il, en sachant parfaitement que c’était un peu dangereux de se reposer sur son patron, mais ce n’était pas comme si c’était complètement faux non plus.
Code by Gwenn

_________________
Il y a tant de haine, qui brûle en moi. Un souffle qui m'entraîne au-delà des lois. Lourde peine, sous ma croix. Une douleur obscène qui me donne tous les droits.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
Wilhelmina Tuft
▌ Messages : 184
Humeur :
Il sied plus mal à un ministre de dire des sottises que d'en faire. (Seth) Left_bar_bleue50 / 10050 / 100Il sied plus mal à un ministre de dire des sottises que d'en faire. (Seth) Right_bar_bleue


QUI SUIS-JE?
Baguette: Hêtre, 23 cm, plume de phénix
Camp: Neutre
Avatar: Lena Headey

Il sied plus mal à un ministre de dire des sottises que d'en faire. (Seth) Empty
Message#Sujet: Re: Il sied plus mal à un ministre de dire des sottises que d'en faire. (Seth)   Il sied plus mal à un ministre de dire des sottises que d'en faire. (Seth) Icon_minitimeDim 26 Mai - 19:58


« Mon travail n’a aucune raison d’être remis en cause. »

Bien sûr que si... Wilhelmina se cachait peut-être maladroitement du fait qu'elle n'aurait en rien convoqué Seth s'il n'avait pas été question d'Agrippine, il n'empêche tout de même qu'il avait enfreint les règles, et que faire preuve d'humilité, à ce stade, aurait sans nul doute possible été l'attitude la plus appréciée.

Wilhelmina n'avait peut-être pas les bonnes motivations mais tout de même les bons griefs, et ce n'était pas en s'obstinant à lui mentir droit dans les yeux sans lui adresser ne serait-ce que le centième du respect qu'il lui devait pourtant, et à juste titre.


« Vous avez un problème concernant votre fille, soit. Mais je suis l’un des meilleurs éléments du bureau des Aurors. »

Il allait donc falloir lui donner des leçons de respect ET d'humilité. Décidément, ce jeune homme était parfaitement insupportable. Elle n'allait pas prétendre qu'il avait été un élément désastreux au sein du bureau des Aurors jusqu'ici, ce serait mentir, mais la manière dont il se représentait lui-même en disait long sur la personne.

Pour être un bon Auror, Wilhelmina estimait qu'il fallait avoir confiance en soi, c'est certain, mais en même temps avoir l'humilité nécessaire afin de pouvoir progresser toujours. Le jeune homme était manifestement aveuglé par son ego au point de se croire dans son bon droit quand on lui plaçait des preuves d'incompétence sous le nez. Et en plus de cela, il faisait preuve d'une insubordination impardonnable auprès de son plus haut supérieur hiérarchique. C'était le genre de comportement que la ministre était bien incapable de cautionner, encore moins d'accepter, que des circonstances atténuantes puissent être soulignées ou non.


« Le bureau des Aurors perdra bien plus en me perdant que moi. Vous devriez en discuter avec McDowell. »

Wilhelmina retint un soupir. S'il était une chose qu'elle détestait par-dessus tout, c'est qu'on lui dise ce qu'elle devait faire. Et à son poste, c'était une chose qui arrivait constamment, au point que c'en devenait insupportable. Elle était convaincue que si son sexe était l'opposé, ça ne se passerait pas comme ça.

Bien sûr qu'elle en parlerait à McDowell. Elle ne l'aurait pas fait si Beresford avait saisi sa chance de repentir, mais il avait fait son choix. Tant pis pour lui.


"Je le ferai. Même s'il n'a pas toujours été le plus... avisé en matière de recrutement."


Elle faisait référence au cas Fitz, bien sûr, qu'elle ne voulait certainement pas voir devenir le premier d'une longue série.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
HYDRE
Seth Beresford
▌ Messages : 943
Humeur :
Il sied plus mal à un ministre de dire des sottises que d'en faire. (Seth) Left_bar_bleue50 / 10050 / 100Il sied plus mal à un ministre de dire des sottises que d'en faire. (Seth) Right_bar_bleue

En couple avec : ...

QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois d'hêtre, 21.2 cm, crin de licorne
Camp: Mal
Avatar: Eddie Redmayne

Il sied plus mal à un ministre de dire des sottises que d'en faire. (Seth) Empty
Message#Sujet: Re: Il sied plus mal à un ministre de dire des sottises que d'en faire. (Seth)   Il sied plus mal à un ministre de dire des sottises que d'en faire. (Seth) Icon_minitimeJeu 22 Aoû - 15:00

Il sied plus mal à un ministre de dire des sottises que d'en faire.
Continuer sur cette lancée n’était sans doute pas une bonne idée pour Seth, mais en même temps il n’avait pas grand-chose à perdre en réalité. Enfin, le jeune homme savait que son temps était compté, il allait bientôt se retrouver au pied du mur vis-à-vis des Aurors, de McDowell et de tout le reste. Autant dire qu’il ne perdrait donc pas grand-chose à parler de cette manière à la ministre de la magie, même si clairement il n’arrangeait pas son cas. En tout cas, Tuft pouvait bien décider d’aller parler à McDowell, ça n’allait pas vraiment compliquer sa situation, enfin sa situation prochaine. Et dans tous les cas, le jeune homme se considérait vraiment comme le meilleur élément du bureau. Ce n’était pas quelque chose qu’il disait comme ça, c’était une affirmation qu’il exprimait parce qu’il le croyait sincèrement.

Il y avait d’autres éléments intéressant dans le bureau des Aurors, bien évidemment, mais ça n’enlevait pas le fait que le jeune homme considérait qu’il était le meilleur. Quoi qu’en pense les autres, lui c’était ainsi qu’il pensait. Le bureau allait devoir se débrouiller sans lui quand il allait devoir partir, et Seth se disait que ça n’allait pas être une partie de plaisir pour eux (même si forcément, Seth n’était pas tout à fait honnête à longueur de temps non plus). La ministre reprit la parole, affirmant qu’elle allait bel et bien parler avec McDowell, même s’il… n’avait pas toujours été avisé en therme de recrutement. Seth senti son sang ne faire qu’un tour, en comprenant ce que la jeune femme était en train de sous-entendre. Évidemment, elle parlait de Pomona, elle ne pouvait que parler de Pomona. Il n’avait aucune intention de défendre les choix de McDowell – parce qu’en un sens, il était évident qu’il faisait des erreurs puisqu’il lui faisait confiance à lui –, mais il ne supportait pas qu’on puisse ainsi cracher sur la jeune femme. Quand bien même, il était évident de penser qu’elle était responsable de la mort de l’ancien ministre de la magie, puisque c’était ainsi que les choses avaient été présentées, mais ce n’était pas pour autant qu’il appréciait.

« En attendant… vous avez la possibilité de vous installer dans ce bureau. » Dit-il alors… en sachant parfaitement qu’il aggravait son cas.

Mais il n’y pouvait rien, il avait agit par impulsion parce que ça avait un rapport avec Pomona et que dès que ça touchait la jeune femme, il avait quand même vraiment beaucoup de mal à garder son calme et la tête froide. Bref, il n’arrangeait donc pas sa situation et il avait conscience que ça n’allait pas plaire, mais en même temps… tant pis, au point où il en était ce n’était pas vraiment grave.
Code by Gwenn

_________________
Il y a tant de haine, qui brûle en moi. Un souffle qui m'entraîne au-delà des lois. Lourde peine, sous ma croix. Une douleur obscène qui me donne tous les droits.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
Wilhelmina Tuft
▌ Messages : 184
Humeur :
Il sied plus mal à un ministre de dire des sottises que d'en faire. (Seth) Left_bar_bleue50 / 10050 / 100Il sied plus mal à un ministre de dire des sottises que d'en faire. (Seth) Right_bar_bleue


QUI SUIS-JE?
Baguette: Hêtre, 23 cm, plume de phénix
Camp: Neutre
Avatar: Lena Headey

Il sied plus mal à un ministre de dire des sottises que d'en faire. (Seth) Empty
Message#Sujet: Re: Il sied plus mal à un ministre de dire des sottises que d'en faire. (Seth)   Il sied plus mal à un ministre de dire des sottises que d'en faire. (Seth) Icon_minitimeJeu 29 Aoû - 12:45


« En attendant… vous avez la possibilité de vous installer dans ce bureau. »

Wilhelmina serra les dents, décidément, Beresford allait trop loin. De toute évidence, il oubliait à qui il avait à faire... Ou pire encore, il savait à qui il avait à faire, mais il s'en moquait. Cette absence totale de respect était tout bonnement insupportable.

Mais elle se devait d'y réagir en toute dignité. Le jeune Auror ne méritait pas qu'elle s'emporte ou sorte de ses gonds. Il paierait en temps et en heure son insolence, et ce moment n'était pas encore venu.

Il n'empêche, des paroles telles que celles qu'il prononçait étaient tout bonnement inacceptables. Et pour cause. Il y avait un fond de vérité là-dedans au sens où, en effet, elle devait son poste au décès de son prédecesseur. Mais pas un seul instant elle ne savait se satisfaire de cet état de fait.

Elle n'avait pas recherché ce qui était arrivé, elle ne l'avait pas souhaité davantage. Elle avait pour l'ancien ministre un respect immense, et le poste de ministre n'était pas une fonction qu'elle se serait sentie de briguer d'elle-même si les circonstances n'avaient pas été ce qu'elle était. Tout s'était enchaîné rapidement : la mort de son époux, puis celle de son prédécesseur.

Dans tous les cas, et même si les circonstances n'étaient pas idéales, elle méritait d'être à ce poste. Elle n'avait tiré aucune ficelle, elle n'avait soudoyé personne. Elle avait obtenu son poste à la loyale. Elle savait que certains avaient cherché à mener des enquêtes en interne afin de la discréditer, parce qu'ils ne supportaient pas de la voir à ce poste. Mais elle était irréprochable. Sur ce point-là, du moins (si on commençait à creuser du côté de sa vie personnelle, elle avait peut-être plus de soucis à se faire... et dans un prochain temps, elle s'en inquiéterait vraiment).


"Et je vous prierai d'en sortir dès maintenant"
, répondit-elle d'un ton très calme et posé. "Je pense que nous nous sommes tout dit."

En fait, il restait encore beaucoup de choses à dire, mais il ne servait à rien de le faire ici et maintenant. A la place, il était préférable que leur entretien s'arrête ici. Elle prendrait les mesures nécessaires plus tard. Encore que... finalement, elle n'aurait rien besoin de faire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

Il sied plus mal à un ministre de dire des sottises que d'en faire. (Seth) Empty
Message#Sujet: Re: Il sied plus mal à un ministre de dire des sottises que d'en faire. (Seth)   Il sied plus mal à un ministre de dire des sottises que d'en faire. (Seth) Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 

Il sied plus mal à un ministre de dire des sottises que d'en faire. (Seth)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Le president Preval repond au ministre demissionaire Elie
» Profil d'un futur Premier ministre
» Rouzier désigné Premier ministre
» Stanley Lucas a la recherche du job premier ministre replique et defend....
» Voila l'homme qui merite d' etre Ministre de l'education en haiti
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
T.rouble O.r M.isery (or both) ::  :: 
Londres
 :: Ministère de la Magie :: Niveau 1
-