AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Qui a parlé d'amour maternel ? (Agrippine)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
SORCIER
avatar
▌ Messages : 39
Humeur :
50 / 10050 / 100


QUI SUIS-JE?
Baguette: Hêtre, 23 cm, plume de phénix
Camp: Neutre
Avatar: Lena Headey

Message#Sujet: Qui a parlé d'amour maternel ? (Agrippine)   Lun 12 Fév - 14:57


L'expression "avoir un emploi du temps de ministre" prenait absolument tout son sens quand on occupait bel et bien ce poste : jamais de temps mort, jamais vraiment d'espace de pause ou de liberté, du travail en continu ou presque.

Wilhelmina évitait autant que possible le surmenage, elle savait que burn-out n'était pas du tout synonyme d'efficacité, mais il n'était pas toujours si simple de ne pas se laisser dépasser par le poids de responsabilités nombreuses et qui nécessitaient bien souvent des réponses directes et réfléchies, comme si les deux pouvaient vraiment aller de pair.

Wilhelmina avait depuis un bon moment renoncé à la possibilité de s'accorder ne serait-ce qu'une pause déjeuner, ce qui avait été pourtant pour elle une étape cruciale avant tout cela.

Le plus souvent, on lui faisait apporter son repas directement au bureau et elle mangeait sur le pouce, le nez dans un dossier, en évitant quand même de le tacher (ça ne ferait pas bon jour, même si un coup de baguette magique pouvait réparer ça)... et elle devait espérer avoir un dîner et déjeuner d'affaire (heureusement, ceux-ci étaient courants) pour caresser l'espoir de se nourrir décemment. Et là, encore, puisqu'il n'était question que de travail, elle n'en profitait pas vraiment.

Les moments comme celui qu'elle s'occtroyait à l'heure actuelle étaient donc rare. Le plus souvent, elle était coincée dans son bureau et voyait à peine le soleil se lever et se coucher... Mais là, elle avait senti qu'elle avait besoin de marcher un peu, alors elle avait attendu un moment d'accalmie et décidé d'aller déjeuner dehors.

Elle s'était installée à la terrasse d'un petit restaurant du chemin de traverse. Pas le plus discret et elle craignait un peu de se faire alpaguer de toutes parts, mais elle avait eu besoin de prendre un peu l'air, et de profiter de ces premiers rayons du soleil du mois de mars qui faisaient du bien après deux mois d'hiver aussi gris que le moral des troupes. Le froid était encore assez mordant, mais rien qui ne soit insupportable.

Le nez dans son journal, elle buvait à la va-vite son café, elle n'avait pas intérêt à traîner. Ce fut ce moment qu'elle choisit pour lever les yeux, grave erreur de sa part. Grave erreur, car en face d'elle, il y avait une jeune femme qu'elle connaissait bien, beaucoup trop bien, même.

Agrippine.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
avatar
▌ Messages : 115
Humeur :
50 / 10050 / 100


QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois de hêtre, crin de licorne, 31,2 cm
Camp: Neutre
Avatar: Emma Stone

Message#Sujet: Re: Qui a parlé d'amour maternel ? (Agrippine)   Lun 12 Fév - 22:26


Qui a parlé d'amour maternel ?
E

lle s'était réveillée beaucoup trop tard... Elle avait des tas de choses à faire, tout un tas de personnes à voir et un nombre à peine concevable de babioles à récupérer avant ses rendez-vous du soir, et elle avait pris un retard considérable. Bon, en même temps, il fallait s'y attendre. Se pinter au whisky pur-feu à deux heures du matin dans un bar sordide avec un inconnu certes charmant mais dont elle serait bien infichue de se rappeler le prénom pour finir la soirée chez elle à s'achever à elle ne savait même plus quelle potion illicite, c'était pas la meilleure manière d'être en forme le lendemain. Mais bon... tant pis ? Le gars était sympa, bien foutu, et surtout, c'était un excellent coup, alors même si était à la bourre en plus d'avoir la gueule de bois, elle n'avait aucun regret. De toute manière, ça faisait bien longtemps qu'elle avait appris à considérer les regrets comme une véritable faiblesse. Elle allait retarder ses rendez-vous du soir et elle verrait bien, voilà tout.

Déjà, elle était réveillée, lavée, habillée, c'était un sacré progrès. Et contrairement à ce que les circonstances avaient toutes les meilleures raisons du monde de laisser présager, elle n'avait pas une enclume à la place de la tête. Bon, elle avait la bouche pâteuse et l'envie de retourner in extremis se coucher, mais rien qu'un petit déjeuner royal agrémenté d'un bon litre de café ne puisse résoudre. Bon, d'accord, il était treize heures, mais passons. C'était dans cette optique qu'elle s'était rendue sur le chemin de traverse, parce que le contenu de ses placards n'y suffirait clairement pas. Il y avait là un petit restaurant où elle avait ses habitudes... Ce dont elle n'avait pas l'habitude, en revanche, c'était de la présence de la femme qui se trouvait à la terrasse de ce dernier. Bon, sang, c'était sa mère. Elle doutait de rien, celle-là.

-Bah alors, on dit pas bonjour à sa fille chérie ?
la nargua Agrippine en décidant, pour la peine et en pure provocation, de s'installer face à elle. Je t'en prends un peu, tu m'en veux pas, hein ? J'ai la gueule de bois, je mourais pour un café bien tassé, dit-elle en s'emparant sans gêne de la tasse que sirotait quelques instants plus tôt. On en fait des caisses, sur la vie de ministre, mais visiblement c'est plutôt cool, t'as le temps de te la couler douce.






code by Mandy

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Qui a parlé d'amour maternel ? (Agrippine)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» GIFI un amour de caniche toy femelle de 10 ans (34)
» la faim plus fort que l'amour
» Barikad Crew-- Amour Infini-- Honneur à la femme haitienne
» L'amour sans philosopher C'est comme le café : très vite passé. [Les Shepard && Gibbs]
» L'amour dans Bilbon
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
T.rouble O.r M.isery (or both) ::  :: 
Londres
 :: Chemin de Traverse
-