AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 L'animosité c'est comme la sympathie, ça se communique sans s'expliquer. (Andreï :3)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
SORCIER
avatar
▌ Messages : 202
Humeur :
95 / 10095 / 100

En couple avec : toutes les belles femmes.

QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois de charme, 26,4cm, cheveu de Vélane.
Camp: Neutre
Avatar: Zac Efron

Message#Sujet: L'animosité c'est comme la sympathie, ça se communique sans s'expliquer. (Andreï :3)   Jeu 22 Fév - 11:42

L'animosité c'est comme la sympathie, ça se communique sans s'expliquer.
Ça ne faisait pas si longtemps que cela au final que Terrence avait quitté l’école de magie, mais ce n’était pas pour autant que cette époque lui semblait si proche que ça en soit. Parce que mine de rien, le temps passait différemment une fois les études terminées. Même si on ne pouvait pas dire que Terrence se donnait tant de mal que ça non plus d’une manière générale. Il avait un travail – que son père avait trouvé pour lui – qui n’était au fond qu’un stage et qu’il n’était pas spécialement pressé de voir aller plus loin – il devait normalement devenir responsable, mais il vivait encore chez ses parents sans espérer pouvoir rapidement s’en aller. Autant dire que sa situation n’avait pas vraiment changé depuis l’époque où il se trouvait à Poudlard, en dehors du fait qu’il n’était plus à Poudlard donc. Mais le fait de venir à Pré-au-Lard, ça le remettait un peu dans l’ambiance de l’époque où il était encore en étude. Non pas que ces instants lui manquaient tant que cela, en soit, mais ça n’avait rien de désagréable.

Le jeune homme avait donc décidé de profiter du week-end, du fait qu’il n’avait pas spécialement quelque chose de prévu – mais avec lui, ça pouvait vite changer, puisqu’il savait parfaitement changer ses plans – et qu’il faisait plutôt beau pour se promener un peu à Pré-au-Lard. Ca lui permettait en prime de quitter quand même un peu sa maison, ce qui n’était pas désagréable en soit, puisque mine de rien… ses parents – et sa mère surtout – ne manquaient pas de l’étouffer quand même énormément. Et plus il passait du temps loin de chez lieu, mieux il se portait. Enfin, il n’avait pas réellement de raison de se plaindre, mais tout de même, ça lui faisait du bien de prendre un bon bol d’air frais quand même. Bref, il se promenait donc dans la rue de Pré-au-Lard et il ne pouvait pas nier, qu’en un sens, il cherchait peut-être à poser son regard sur une jeune femme qu’il pourrait… ajouter à son tableau de chasse. Ça n’avait rien de bien glorieux sans doute, mais c’était ainsi qu’il fonctionnait dans tous les cas. Alors oui, il se promenait. Mais son chemin croisa celui d’une personne qu’il ne s’attendait pas spécialement à voir. Oh pourtant, croiser un élève de Poudlard dans le village sorcier, ça n’avait rien de si étonnant que ça, mais en même temps on ne pouvait pas dire que Andreï soit l’un de ses proches amis, bien au contraire. Il pourrait l’ignorer, il devrait sans doute le faire de toute façon, mais ce ne fut pas ce qu’il fit puisqu’il s’approcha de lui pour lui parler.

« Salut Armyanski ! » Dit-il alors, dans un fin sourire, ne cherchant même pas réellement à le rendre crédible. « Je vois que t’es vivant c’est une bonne chose. » Non, en réalité, le jeune homme n’en avait rien à faire. « Ma mère a envoyé plusieurs invitations à ton adresse pour des soirées où elle juge que tu peux… avoir de la place, mais elle n’a eu aucune réponse. »
Code by Gwenn
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
RÉSISTANCE
avatar
▌ Messages : 1311
Humeur :
50 / 10050 / 100

En couple avec : June

QUI SUIS-JE?
Baguette: Ébène, 25,2 cm, écaille de dragon
Camp: Bien
Avatar: Freddie Highmore

Message#Sujet: Re: L'animosité c'est comme la sympathie, ça se communique sans s'expliquer. (Andreï :3)   Jeu 22 Fév - 12:26


L'animosité c'est comme la sympathie, ça se communique sans s'expliquer.
E

ncore une sortie à Pré-au-Lard... En temps normal, Andreï les évitait. Il ne participait pas à cette ébullition qui saisissait tous ses camarades de classe et profitait plutôt que la plupart des élèves soient de sortie pour savourer la solitude des couloirs de Poudlard. Mais non, pour cette fois, il se trouvait dans le village sorcier. Il n'éprouvait pas particulièrement d'enthousiasme pour autant à la perspective de se trouver là, au milieu de la masse d'étudiants de l'école de magie, mais il avait juste voulu... changer d'air et de décor, essayer peut-être d'oublier son humeur maussade en faisant le plein de sucreries ou de conneries du genre. Pas sûr que ça fonctionne, mais il n'avait que ça en réserve. Certes, le vert et argent allait quand même un peu mieux depuis qu'il savait que Pomona et les voyageurs temporels étaient encore vivants, mais rien n'était parfait pour autant. Et pour cause, June était toujours en prison, et on lui refusait son droit de visite, une fois encore. C'était couru d'avance. En tant que fils de la "victime" et petit ami de la "criminelle", on le jugeait trop instable psychologiquement pour la confronter... Il lui envoyait du courrier, régulièrement, mais il n'était pas sûr qu'elle le reçoive, et de toute façon, il ne pouvait rien lui dire du tout, sans quoi il pourrait éveiller les soupçons. Bref... June lui manquait tout simplement, et puisqu'elle lui manquait, il y avait peu de chances pour qu'il se sente mieux, heureux ou épanoui. Il errait ainsi dans les rues du village sorcier, sans but particulier, à ruminer ses sombres pensées, les yeux rivés à ses chaussures, quand une voix remonta à son oreille, une voix familière, même s'il ne l'avait pas entendue depuis un moment. Et qu'il se serait bien épargné d'entendre, d'ailleurs, parce qu'elle ne lui était pas le moins du monde agréable.

Sans enthousiasme, Andreï leva les yeux vers Terrence Fern. Terrence était le genre de mec que Andrei détestait pour un nombre incalculable de raisons. Entre eux, ça ne pouvait pas coller. Même s'ils avaient des bagages équivalents, issus qu'ils étaient l'un comme l'autre de familles de sang pur respectées (à tort, certainement) et respectables, jeunes héritiers potentiellement prometteurs, ils ne vivaient pas du tout leur situation de la même façon tous les deux, bien au contraire, même. Et le caractère de Terrence agaçait profondément Andreï. Ses réflexions aussi, d'ailleurs. Et ce n'était pas cette entrée en matière qui allait arranger les choses, loin s'en faut.

-Ah oui...
, répliqua le jeune homme d'un ton parfaitement indifférent. Effectivement, des invitations du genre, il en recevait souvent, et il prenait grand soin de les ignorer. Désolé de ne pas avoir le temps de répondre aux invitations mondaines des Fern, mais j'ai d'autres choses à gérer en ce moment, tu vois...

Comme s'il pourrait être capable de comprendre.





code by Mandy


_________________
Poison, running through my veins

Runnin' deep inside my veins. Burnin' deep inside my brain. Poison.
And I don't want to break these chains.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
avatar
▌ Messages : 202
Humeur :
95 / 10095 / 100

En couple avec : toutes les belles femmes.

QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois de charme, 26,4cm, cheveu de Vélane.
Camp: Neutre
Avatar: Zac Efron

Message#Sujet: Re: L'animosité c'est comme la sympathie, ça se communique sans s'expliquer. (Andreï :3)   Sam 28 Avr - 12:26

L'animosité c'est comme la sympathie, ça se communique sans s'expliquer.
Il y av ait des personnes, comme ça, qu’on n’appréciait pas tout simplement. En soit, Andreï Armyanski n’avait rien fait contre Terrence, mais ça ne voulait pas dire qu’il l’appréciait. Ils n’avaient pas eu d’atome crochu tous les deux. Sans raison particulière, ils ne s’entendaient tout simplement pas, il ne fallait pas chercher plus loin. C’était comme ça dans la vie, il y avait des personnes qu’on appréciait, d’autre non. Et le jeune homme devrait sans doute s’épargner de discuter avec Andreï, il pourrait se contenter de l’ignorer mais non… au fond, il avait peut-être envie de s’amuser un peu. Même si ça ne servait sans doute à rien, il ne pouvait pas s’en empêcher. Surtout qu’il ne mentait pas alors qu’il lui parlait des invitations que sa mère lui envoyait. Comme toutes sorcières de sang pur qui se respectaient, sa mère organisait régulièrement des soirées mondaines où elle invitait le gratin des sorciers de sang pur. Elle considérait que Andreï Armyanski avait de bonne raison d’être invité parce qu’il était l’héritier d’une certaine fortune et le dernier porteur de son nom. La mère de Terrence se serait contenté d’inviter la mère d’Andreï à l’époque, mais puisqu’elle était morte, c’était envers son fils qu’elle accordait ses invitations. Peut-être dans le but d’avoir une certaine influence sur la vie du jeune homme ? Il n’en savait rien, ce qu’il savait c’était que la sorcière lui avait parlé du fait que son ancien camarade d’école ne lui répondait jamais.

Et visiblement, Andreï n’avait eu aucune intention de répondre. Il lui affirma qu’il n’avait pas eu le temps de le faire (mais Terence entendait surtout le fait qu’il n’avait pas envie de le faire), parce qu’il avait d’autres préoccupations. Soit… c’était sans doute une bonne raison et en réalité, Terrence ne pouvait pas vraiment reprocher à son interlocuteur de ne pas avoir envie de répondre aux invitations de sa mère. De son côté, il devait souvent se rendre aux soirées parce qu’il n’avait pas le choix (parce que ses parents le poussaient à le faire), mais quand il pouvait se les épargner, il le faisait sans mal. Souvent, il prétextait qu’il avait une soirée déjà de prévu, avec une jeune femme parfaitement respectable (laissant le soin à ses parents d’imaginer que ça puisse être leur future belle-fille d’ailleurs).

« Ouais, j’imagine ça ne doit pas être facile pour toi en ce moment. » Dit-il dans un fin sourire, ne se montrant pas du tout compatissant en réalité. « Devoir gérer toute la fortune de ta mère, ce n’est pas évident. » Parce qu’en tant qu’héritier de sang pur, en réalité, ils avaient quand même du poids sur leurs épaules. Mais Terrence n’avait pas de souci à se faire, ses parents étaient encore en vie et s’occupaient de ça très bien sans lui. « Tout ça à cause de ta copine en plus. »

Non parce que c’était connu, cette histoire. Ça avait fait le tour des familles. La petite amie de Andreï Armyanski qui tuait sa belle-mère, c’était joyeux.
Code by Gwenn
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
RÉSISTANCE
avatar
▌ Messages : 1311
Humeur :
50 / 10050 / 100

En couple avec : June

QUI SUIS-JE?
Baguette: Ébène, 25,2 cm, écaille de dragon
Camp: Bien
Avatar: Freddie Highmore

Message#Sujet: Re: L'animosité c'est comme la sympathie, ça se communique sans s'expliquer. (Andreï :3)   Sam 28 Avr - 13:16


L'animosité c'est comme la sympathie, ça se communique sans s'expliquer.
L'

absence d'empathie et de gêne de Terrence n'était pas quelque chose que le vert et argent découvrait sur le moment, il savait qu'il était comme ça, en tout cas avec lui c'est certain, et qu'il n'allait certainement pas compatir à ses problèmes, quand bien même il en connaissait l'essentiel (encore que non, car il lui manquait tout de même quelques subtilités à assimiler qui n'étaient pas anodines en soi). Non, il n'était pas surpris, parce que Terrence Fern n'avait jamais pensé qu'à sa petite personne, Andreï le savait pertinemment, et il ne fallait rien attendre d'autre de sa part. Malgré tout, même s'il savait qu'il ne devait pas tenir compte des propos de son interlocuteur ni leur accorder de la valeur, parce qu'il ne le méritait sérieusement pas, les propos qu'il lui adressait étaient tout de même bien difficiles à encaisser, et autant dire que le vert et argent avait du mal à le prendre à la légère. Qu'on s'attaque à lui, c'était une chose, il était rôdé, et ce genre d'attaque ne datait pas d'hier. Mais si l'on devait s'attaquer à June, c'était une autre affaire.

-Quand on sait pas de quoi on parle, on ferme sa gueule
, répliqua Andreï avec hargne, incapable de se taire, pour le coup.

Il savait qu'il devait prendre sur lui, garder ses pensées pour lui-même, parce que tant que June restait en prison, lui-même était innocenté d'office... ce qui lui serait bien égal s'il n'était pas un espion pour la résistance, ce qui exigeait tout de même de lui de rester en vie, ou en tout cas en liberté. Mais malgré tout, chaque personne qui allait accuser June d'être criminel (ce qu'elle était tout de même, ceci dit) s'assurer de s'attirer ses foudres, parce qu'elle ne l'était pas plus que lui. La vraie criminelle, c'était Anya, et toutes ces histoires dans le collimateur des sorciers avides de potins sordides, ça lui fichait un sérieux coup au moral et ça le mettait sur les nerfs. Non, définitivement, Andreï n'avait pas l'intention de laisser ça passer, surtout pas, et même s'il ne pouvait pas expliciter le fond de sa pensée, il n'avait pas l'intention que l'on salisse la réputation de celle qu'il aimait. Elle souffrait assez de sa situation sans devoir encore souffrir du jugement de tous ces abrutis qui de toute façon, ne comprenaient rien à rien et se permettaient de le juger. Comme si Terrence, lui, n'avait pas quelques cadavres planqués dans ses placards.

-Forcément, tu sais pas ce que c'est toi, t'es pas plus fichu de gérer ta propre fortune que d'avoir une copine.

Et maintenant, s'il pouvait lui foutre la paix, juste...





code by Mandy


_________________
Poison, running through my veins

Runnin' deep inside my veins. Burnin' deep inside my brain. Poison.
And I don't want to break these chains.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
avatar
▌ Messages : 202
Humeur :
95 / 10095 / 100

En couple avec : toutes les belles femmes.

QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois de charme, 26,4cm, cheveu de Vélane.
Camp: Neutre
Avatar: Zac Efron

Message#Sujet: Re: L'animosité c'est comme la sympathie, ça se communique sans s'expliquer. (Andreï :3)   Sam 30 Juin - 22:14

L'animosité c'est comme la sympathie, ça se communique sans s'expliquer.
Ils ne s’appréciaient pas, ce n’était pas une nouveauté et en effet, le jeune homme n’avait pas forcément envie de faire des efforts pour qu’ils s’apprécient. Et ce n’était évidemment pas en parlant de la copine du jeune homme que leur relation allait s’améliorer, bien au contraire. Mais bon… Terence ne voyait pas concrètement de mal à le faire. Il n’avait pas d’empathie pour Andreï. Il n’en avait déjà pas beaucoup pour les autres, quand bien même il y avait forcément des exceptions, mais ce n’était pas le cas du jeune homme sous ses yeux. Et ce dernier ne manqua pas de réagir vivement à ses propos d’ailleurs, en lui affirmant qu’il devait fermer sa gueule puisqu’il ne savait pas de quoi il parlait. Soit, en réalité, Terrence pouvait effectivement accepter le fait qu’il ne savait pas forcément de quoi il parlait, mais ce n’était pas pour autant qu’il avait envie de fermer son clapet. Bien au contraire. En même temps, c’était un peu l’habitude des sang pur de juger sans réellement connaître, de parler sur les autres.

Il n’avait pas spécialement de honte à le faire d’ailleurs, comme en cet instant précis. Il pourrait sans doute affirmer au jeune homme sous ses yeux qu’il était allé trop loin… mais pour cela il faudrait déjà qu’il s’en rende compte. Ce qui n’était pas le cas, même alors que ce dernier reprenait la parole d’une manière toujours peu cordiale. Et à raison, il n’avait aucune raison de se montrer sympathique au vu de ce que Terrence lui disait. Est-ce qu’il s’en voulait ? Pas du tout, il n’avait même pas envie de laisser les choses se passer comme ça.

« Ouh, mais tu as mangé du lion dis-moi. » Bon, Terrence ne pouvait pas nier le fait qu’il n’appréciait pas forcément d’entendre les propos de Andreï, mais ce n’était pas comme s’il ne l’avait pas cherché en même temps. Il n’appréciait pas non, mais ce n’était pas pour autant qu’il avait l’intention de se laisser démonter pour autant. Surtout pas par le jeune homme sous ses yeux d’ailleurs, qui ne méritait – à ses yeux – aucune des considérations que leur monde lui offrait. Enfin, en un sens, Terrence ne pouvait pas non plus lui donner tort. Le jeune homme ne prenait pas la peine de gérer sa fortune, parce que ses parents étaient encore là pour s’en charger. Et concernant les copines… disons qu’il en avait beaucoup, si on pouvait dire. « J’ai pas besoin de gérer ma fortune c’est vrai, mais ça c’est parce que mes parents à moi ne sont pas morts. » D’accord, il y allait fort, sans doute, mais tant pis. « Et je préfère ne pas avoir de copine que d’en avoir une en prison. »

Même si en cet instant précis, c’était évident que le jeune homme n’envisageait tout simplement pas d’avoir de copine. À quoi bon se caser ? Il vivait une vie de célibataire parfaite. Du moins, c’était ce qu’il pensait pour le moment.
Code by Gwenn
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
RÉSISTANCE
avatar
▌ Messages : 1311
Humeur :
50 / 10050 / 100

En couple avec : June

QUI SUIS-JE?
Baguette: Ébène, 25,2 cm, écaille de dragon
Camp: Bien
Avatar: Freddie Highmore

Message#Sujet: Re: L'animosité c'est comme la sympathie, ça se communique sans s'expliquer. (Andreï :3)   Dim 1 Juil - 19:09


L'animosité c'est comme la sympathie, ça se communique sans s'expliquer.
C

e n'était pas le genre, de la part d'Andreï, que se de montrer à ce point désagréable et agressif. Il était plutôt du genre, de son côté, à se taire et à ronger son frein. Sa colère, il la contenait (jusqu'à ce qu'elle explose, ce qui n'était très clairement pas mieux), il faisait en sorte de ne pas se faire remarquer, et ça lui allait très bien. Mais quand on s'aventurait sur les terrains les plus sensibles qui le concernaient, forcément, ça devenait une autre paire de manches. Et là, clairement, il n'avait pas la patience de se taire, d'autant plus en présence d'une personne qui l'agaçait aussi viscéralement que Terrence Fern. Il incarnait globalement tout ce qu'il détestait ou presque et ne manquait pas d'être son exact inverse. Et comme si les propos qu'il avait tenu tout à l'heure ne suffisaient pas, voilà qu'il en était question. Quand il affirma que oui, il n'avait pas à gérer son patrimoine puisque ses parents étaient encore en vie, Andreï ne sut que lever les yeux au ciel. Enoncer une évidence si douloureuse juste pour le plaisir, c'était insensé à ses yeux. Non mais vraiment. Qui se servait de la mort, du statut d'orphelin de quelqu'un, pour provoquer à ce point inutilement ? Certes, au fond, Andreï était un cas particulier au sens où il avait voulu la mort de sa mère, mais puisque Terrence n'en savait rien, il se contentait d'être un petit con de première catégorie, et ça passait mal. Et voilà qu'il en rajoutait une couche en parlant de June. Andreï savait qu'il devrait feindre l'indifférence et laisser couler, mais c'était plus difficile à dire qu'à faire, là, d'autant qu'il était raisonnablement sur les nerfs.

-T'es vraiment qu'un sale con
, répliqua le vert et argent, incapable de contenir son agacement et sa colère. Sérieusement, tu te crois intelligent, là ?

Il n'avait jamais entendu quelqu'un exprimer si peu de tact et faire preuve d'à ce point d'irrespect et d'absence d'empathie envers lui. Et pourtant, il en côtoyait, des sales cons et des abrutis.

-Tu cherches quoi, exactement ?
demanda-t-il en lui jaugeant du regard. C'est quoi ton problème ?

Non, parce que pour se montrer désagréable à ce point gratuitement, aux yeux du jeune homme, il fallait vraiment être une personne exceptionnellement mauvaise ou exceptionnellement idiote. Même s'il fondait beaucoup de son sentiment concernant Terrence sur une animosité de longue date qui n'allait qu'en grandissant avec le temps, il estimait que l'héritier Fern conjuguait carrément les deux catégories. Non mais qu'elle saleté, franchement. Il n'avait pas de temps à perdre avec ces conneries, il souffrait déjà suffisamment de son côté, pas la peine d'en rajouter encore une couche.






code by Mandy


_________________
Poison, running through my veins

Runnin' deep inside my veins. Burnin' deep inside my brain. Poison.
And I don't want to break these chains.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
avatar
▌ Messages : 202
Humeur :
95 / 10095 / 100

En couple avec : toutes les belles femmes.

QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois de charme, 26,4cm, cheveu de Vélane.
Camp: Neutre
Avatar: Zac Efron

Message#Sujet: Re: L'animosité c'est comme la sympathie, ça se communique sans s'expliquer. (Andreï :3)   Mar 4 Sep - 16:56

L'animosité c'est comme la sympathie, ça se communique sans s'expliquer.
Bon, il était évident que le jeune homme allait beaucoup trop loin, mais très franchement… Terrence n’en avait que faire. Il agissait comme un pauvre con, mais il n’avait pas l’intention de culpabiliser une seule seconde. C’était comme ça, il n’appréciait pas le jeune homme sous ses yeux et il n’avait pas l’intention de le ménager. Oh, il n’avait pas plus de raison de s’en prendre à Andreï en réalité, mais en fait… ça l’amusait. C’était sans doute très con de sa part, mais il n’allait pas s’en défendre, il faisait juste ce qu’il avait à faire tout simplement. Andreï ne manqua donc pas de le traiter de con, lui demandant même s’il se sentait intelligente. Terrence n’avait pas l’intention de s’excuser, ou encore de se remettre en question. Bon, il avait quand même conscience qu’il n’agissait pas forcément de la bonne manière. Quand Andreï lui demanda ce qu’il cherchait réellement… eh bien, en fait, le jeune homme ne pouvait même pas réellement répondre à sa question. Qu’est-ce que c’était son problème ? En soit, Terrence n’avait pas réellement de souci – du moins, c’était ce qu’il pensait –, il avait surtout un souci avec le jeune homme sous ses yeux.

« Je ne cherche rien du tout tu sais. » Répondit-il donc, dans un fin sourire. Il n’avait aucune raison de se montrer désagréable avec Andreï normalement, en dehors du fait qu’ils ne s’appréciaient pas. Et après une conversation comme celle qu’ils avaient, il y avait quand même peu de chance qu’ils arrivent à s’entendre. Déjà, si Terrence ne s’en prenait pas une, il aurait de la chance. Il faudrait sans doute qu’il se remette en question, qu’il s’excuse auprès de Andreï, mais ce n’était pas son intention. « Je me contente simplement de dire la vérité. »

Et il le pensait vraiment. Le jeune homme disait la vérité, la copine de Andreï était en prison, simplement (si on pouvait vraiment considérer que c’était simple, bien évidemment) parce qu’elle avait tué sa mère. Ce n’était pas un secret, c’était la stricte vérité. Bon, ce n’était pas forcément une bonne chose de ramener ce sujet dans la conversation et le rappeler à Andreï, mais en même temps Terrence n’avait aucune envie de ménager les sentiments de son interlocuteur. S’il l’appréciait, il aurait peut-être fait un effort, mais puisqu’il ne l’appréciait pas, il ne voyait pas pourquoi il ferait le moindre effort pour lui.

« Je n’y suis pour rien si la vérité blesse. »

D’accord, Terrence n’avait aucune raison d’enfoncer encore plus le clou. Comme ils n’avaient clairement aucune raison de poursuivre cette conversation en réalité, mais le jeune homme ne pouvait pas nier qu’il avait quand même envie de continuer un peu. C’était plaisant de se défouler un petit peu. Quand bien même, Andreï ne méritait absolument pas ce qu’il lui disait.
Code by Gwenn
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
RÉSISTANCE
avatar
▌ Messages : 1311
Humeur :
50 / 10050 / 100

En couple avec : June

QUI SUIS-JE?
Baguette: Ébène, 25,2 cm, écaille de dragon
Camp: Bien
Avatar: Freddie Highmore

Message#Sujet: Re: L'animosité c'est comme la sympathie, ça se communique sans s'expliquer. (Andreï :3)   Mar 4 Sep - 20:35


L'animosité c'est comme la sympathie, ça se communique sans s'expliquer.
S

a situation était déjà suffisamment difficile à vivre en temps normal, il n'avait absolument pas besoin qu'un sombre crétin incapable de faire quoi que ce soit de ses dix doigts tel que Terrence Fern ne vienne envenimer les choses en pointant du doigt les aspects les plus dramatiques de sa vie. Franchement, à ses yeux, il fallait vraiment être le dernier des connards et des imbéciles pour venir rappeler à quelqu'un qui avait perdu sa mère et sa petite amie (les deux correllés) que sa situation était pourri et que sa copine était en prison. Comme s'il n'était pas le mieux placé pour le savoir. Il ne s'écoulait pas un jour sans qu'il pense à June, et plus le temps passait, plus cette pensée était douloureuse : parce qu'elle lui manquait chaque jour un peu plus, parce qu'on refusait de le laisser la voir sous prétexte qu'elle pourrait être dangereuse pour lui, parce qu'il avait besoin d'elle... et aussi parce qu'il culpabilisait, bien sûr. Il ne cesserait jamais de penser que c'était lui qui aurait dû se retrouver à sa place... Et parce qu'il avait accordé sa confiance aux mauvaises personnes, la situation avait pris ce tournant dramatique... Oui, il souffrait bien assez de tout cela pour qu'il ne soit pas nécessaire de venir appuyer sur une plaie encore béante. Mais visiblement, Fern, ça le faisait marrer. Il devait être de ces sombres idiots qui s'amusaient à planter des bâtons dans des cadavres d'écureuils juste pour "le fun" (oui, cet exemple était beaucoup trop spécifique).

-Mais t'as pas la moindre idée de ce que tu racontes...,
soupira Andreï.

Encore plus douloureux d'entendre dire que sa copine était en prison, c'était d'entendre tout le monde se fier à la version officielle, qui faisait de June une criminelle. Bon, techniquement, c'est ce qu'elle était, elle avait joué sa part dans la mort d'Anya Armyanski, mais elle ne méritait clairement pas le sort qui lui avait été réservé, et lui, il n'en pouvait plus de subir la compassion ou les moqueries de ceux qui considéraient cette situation sans la comprendre.

-Arrête de prétendre connaître quoi que ce soit de ma vie, parce que c'est pas le cas.

D'accord, il agissait comme ces gamins en manque d'attention qui estimaient que personne ne pouvait se mettre à leur place, en pleine crise d'adolescence (mais en même temps, il était un peu de ce genre-là, c'est un fait, même si lui-même ne voudrait jamais le reconnaître), mais c'était vrai malgré tout. Terrence pensait savoir qui il était, connaître son histoire et pouvoir la juger en l'état, mais la vérité, c'est qu'il ne voyait que la partie émergée de l'iceberg. Et pourtant, c'était tout le reste, ce qui demeurait en profondeur, qui devait importer réellement.





code by Mandy


_________________
Poison, running through my veins

Runnin' deep inside my veins. Burnin' deep inside my brain. Poison.
And I don't want to break these chains.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
avatar
▌ Messages : 202
Humeur :
95 / 10095 / 100

En couple avec : toutes les belles femmes.

QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois de charme, 26,4cm, cheveu de Vélane.
Camp: Neutre
Avatar: Zac Efron

Message#Sujet: Re: L'animosité c'est comme la sympathie, ça se communique sans s'expliquer. (Andreï :3)   Mar 6 Nov - 17:31

L'animosité c'est comme la sympathie, ça se communique sans s'expliquer.
Terrence devrait réellement se contenter de passer sa route plutôt que de continuer à discuter de cette manière avec Andreï Armyanski, mais en même temps ce n’était pas comme s’il avait des scrupules non plus. Le jeune homme n’avait jamais porté son camarade dans son cœur, alors il n’avait aucune raison de se retenir. Et il ne pouvait pas nier le fait que Andreï avait de bonne raison d’être maltraité de la sorte. Après tout, la copine du jeune homme avait quand même été condamnée pour la mort de sa mère, c’était quand même une histoire bien bénie pour Terrence. Bon, il ne gagnait rien non plus à parler de cette manière à son ancien camarade d’école, mais en même temps il ne pouvait pas nier qu’il trouvait ça amusant vraiment. C’était mal, mais il n’en avait que faire. Concrètement, Terrence n’était pas une personne bien. Même s’il n’était pas la pire personne du monde non plus.

Andreï affirma qu’il n’avait pas la moindre idée de ce qu’il parlait, et en un sens Terrence ne pouvait que lui donner raison. Il ne connaissait pas les détails de cette affaire, seulement ce que le monde entier savait par la presse. Il y avait énormément de chose qu’il ne savait pas donc, mais en même temps personne en dehors des protagonistes n’avaient conscience de la vérité de l’histoire. Terrence ne connaissait pas vraiment la vie de son camarade donc, parce qu’il était vrai qu’ils ne se connaissaient pas tellement. Ils s’étaient fréquentés pendant des années parce qu’ils étaient dans la même maison à Poudlard, mais ce n’était pas pour autant qu’ils se connaissaient plus que ça. Ou même qu’ils avaient envie de se connaître plus que ça.

« Je peux bien t’accorder ça, je ne te connais pas tant que ça. »
C’était la vérité, il n’avait aucune raison de dire le contraire, il était d’accord avec cette affirmation. Au final, il ne connaissait pas plus Andreï que Andreï le connaissait lui. C’était un peu le souci de leur monde. Tout le monde se connaissait plus ou moins, mais sans pour autant y aller en profondeur (enfin, dépendait des personnes, mais concrètement ce n’était pas envisageable entre ces deux jeunes hommes). « Tu aurais dû dire à ta copine de rester dans les clous ça aurait évité qu’on en sache un peu plus sur ce point-là. »

Bon, d’accord, il cherchait sérieusement à énerver le jeune homme sous ses yeux. Il n’avait rien à gagné à lui dire de telles choses, mais il ne pouvait définitivement pas se retenir de lui faire ce genre de remarque. C’était gratuit… parfaitement gratuit et il n’avait aucun scrupule à l’avouer. Comme il n’avait pas spécialement de scrupule à parler de la sorte à son interlocuteur. Au pire quoi ? Ça allait énerver Andreï, il n’allait pas être content, ils ne seraient pas plus amis qu’ils n’étaient déjà. Concrètement, il ne voyait pas ce qui pouvait bien lui arriver à continuer sur cette voie.
Code by Gwenn
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
RÉSISTANCE
avatar
▌ Messages : 1311
Humeur :
50 / 10050 / 100

En couple avec : June

QUI SUIS-JE?
Baguette: Ébène, 25,2 cm, écaille de dragon
Camp: Bien
Avatar: Freddie Highmore

Message#Sujet: Re: L'animosité c'est comme la sympathie, ça se communique sans s'expliquer. (Andreï :3)   Mar 6 Nov - 19:51


L'animosité c'est comme la sympathie, ça se communique sans s'expliquer.
T

errence admit qu'il ne le connaissait pas tant que ça... bon, on va dire que c'était déjà ça, hein... Le jeune homme, malgré tout, estimait que c'était encore trop s'avançait que d'affirmer qu'il ne le connaissait pas "tant que ça". Non, la vérité, c'était qu'il ne le connaissait pas du tout, point barre. Il faisait des suppositions en les fondant sur du vide, et plutôt que de fermer sa grande gueule, il décidait d'en rajouter une couche. Ce n'était pas une nouveauté que les personnalité de Terrence et d'Andreï n'étaient absolument pas compatibles, mais dans les circonstances actuelles, c'était au-delà d'évident. Le jeune homme n'avait qu'une envie, et c'était de trouver un moyen de lui faire fermer son caquet pour de bon. Le problème, c'est que si Terrence n'hésitait pas à l'attaquer au sujet de sa copine, et avait donc au moins cette information à son avantage, Andreï ne pouvait pas franchement lui rendre le compliment. Le fait est qu'il ne savait définitivement rien de son interlocuteur... Mais rien de rien, pour le coup. Bon, il se doutait qu'il n'avait pas dû beaucoup changer depuis Poudlard, et qu'il devait donc être un indécrottable coureur de jupons, mais on ne pouvait pas forcément dire que ce soit à ce sujet, ou en tout cas, rien ne venait à Andreï. C'était bien le souci, en fait, Andreï manquait cruellement de repartie... quand ça ne semblait en revanche pas être un problème pour son interlocuteur, loin de là, même, encore qu'il avait tendance à tourner en boucle.

D'un autre côté, n'importe qui d'un peu vicieux lui reconnaîtrait qu'il avait raison d'insister de la sorte. Il avait très bien compris que s'il fallait appuyer là où ça fait mal, parler de June était la meilleure façon de faire. En même temps, il ne fallait pas être devin pour le comprendre : sa copine était en prison parce qu'elle avait tué à sa mère. A partir de là, on pouvait tout de même se douter que c'était un sujet sensible. Mais il fallait tout de même être le dernier des enfoirés pour s'approprier le sujet constamment. Surtout que ce n'était pas non plus comme s'ils étaient les pires ennemis du monde, ils ne pouvaient pas s'encadrer, surtout. Andreï ne se serait absolument pas vu agresser un vague "antagoniste" sur un sujet aussi sensible, de son côté. Mais bon, il était clair que Terrence et lui n'étaient pas fait du même bois. N'empêche, Terrence était encore un plus gros enfoiré que ce que Andreï avait imaginé de son côté. Et quand il évoqua June une fois de plus, le coup partit tout seul quand son poing atterrit dans la figure du jeune homme. Et... merde, il s'était fait super mal dans la foulée.

-Ferme ta gueule, bordel,
dit-il tout en agitant sa main endolorie.

Quand les mots ne suffisaient plus, il faut croire qu'il était capable d'en venir aux mains. Lui-même n'en revenait pas.





code by Mandy


_________________
Poison, running through my veins

Runnin' deep inside my veins. Burnin' deep inside my brain. Poison.
And I don't want to break these chains.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

Message#Sujet: Re: L'animosité c'est comme la sympathie, ça se communique sans s'expliquer. (Andreï :3)   

Revenir en haut Aller en bas
 

L'animosité c'est comme la sympathie, ça se communique sans s'expliquer. (Andreï :3)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Entre limaces et phacochères [Pv Ed]
» Noël est le seul jour de l'année où les hommes se conduisent comme les oies du Périgord, mais sans se forcer. | Willow & Kassim & Zohra
» [Jeu stupide comme d'hab] J'envie X parce que...
» 04. Des cupcakes pas comme les autres - Oxanna/Sue/Alejandro
» L'amour sans philosopher C'est comme le café : très vite passé. [Les Shepard && Gibbs]
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
T.rouble O.r M.isery (or both) ::  :: 
Pré-au-lard
-