AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Le coupable est celui à qui le crime profite. (Lucretia)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
SORCIER
avatar
▌ Messages : 525
Humeur :
90 / 10090 / 100

En couple avec : un démon

QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois d'If, nerf de cœur de dragon, assez souple, 23,5cm.
Camp: Bien
Avatar: Alison Lohman

Message#Sujet: Le coupable est celui à qui le crime profite. (Lucretia)   Lun 5 Mar - 17:28

Le coupable est celui à qui le crime profite.
Les quelques jours que Gabrielle avait passé à Sainte Mangouste avaient lui avaient fait énormément de bien en grande partie parce qu’elle se sentait heureuse. Heureuse parce qu’elle pouvait tenir son fils dans ses bras après ces longs mois où il s’était niché dans son ventre. Heureuse parce qu’elle pouvait mettre – pendant un temps – de côté ses angoisse. Pour la simple et bonne raison que la jeune femme se sentait en sécurité à l’hôpital pour sorcier, il n’y avait aucune raison qu’il lui arrive quoi que ce soit, après tout Evi ne se trouvait pas là. Elle venait donc de passer plusieurs jours calmes et sereins, avant de devoir rentrer chez elle. Forcément, ses angoisses avaient repris, mais Gabrielle faisait du mieux qu’elle pouvait pour ne pas se laisser happer par elles. Elle devait bien le faire pour Augustus, quand même, ce n’était plus question que d’elle. Même si, en un sens, c’était bien à cause de son bébé qu’elle angoissait énormément, elle ne voulait pas qu’on lui fasse du mal et elle était persuadée qu’on voulait lui faire du mal.

Elle avait donc largement profité de ces quelques jours, mais il fallait bien que Gabrielle retourne chez elle à un moment donné. Elle le fit avec son époux, heureusement, mais ce dernier du bien retourner à Poudlard. Alors, il le fit et Gabrielle se retrouva seule (ou presque, puisqu’elle était quand même avec son bébé et qu’elle ne manquait pas de chose à faire), ce qui avait le don de lui faire peur. La jeune femme avait interdit à l’elfe e maison de son mari de s’approcher de Augustus prétextant que c’était à elle d’en prendre soin. Mais la sorcière n’avait surtout pas confiance en la petite créature, qui devait subir tout cela sans comprendre pourquoi. Par chance, Gabrielle n’allait pas être toute seule pendant toutes la journée, puisqu’elle attendait de la visite. La jeune femme avait déjà eu de la visite pendant qu’elle se trouvait à Sainte Mangouste, mais là c’était encore un peu différent. Parce que c’était Lucretia qui allait venir, et qu’elle était impatiente de la voir. Ces derniers temps, Gabrielle ne pouvait pas s’empêcher de penser qu’il n’y avait que son amie qui lui apportait vraiment le soutien dont elle avait besoin, qu’elle pouvait être la seule à la comprendre. Même James, Gabrielle n’avait plus confiance alors qu’il ne méritait pas du tout un tel traitement. Mais il lui avait prouvé qu’il ne la croyait pas.

Bref, Gabrielle était contente de voir Lucretia, elle avait hâte de pouvoir lui présenter son bébé et passer du temps en sa compagnie. Elle avait demandé à Evi de rester à l’écart, quelque part, lui affirmant qu’elle ne voulait pas la voir. Elle espérait que la petite créature allait obéir, mais elle ne se faisait pas trop de souci à ce sujet, elle n’avait aucun intérêt à se montrer. Elle avait ensuite pris la peine de préparer du thé (en prenant soin de bien relaver les tasses et la théière, et utiliser du thé qu’elle avait acheté et caché exprès pour que personne n’y touche), profitant du fait que son fils était en train de dormir. Quand on frappa à la porte, elle alla tout de suite ouvrir la porte.

« Bonjour Lucretia, je suis heureuse de te voir ! »
Code by Gwenn
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
HYDRE
avatar
▌ Messages : 70
Humeur :
50 / 10050 / 100

En couple avec : Ignatius Prewett

Message#Sujet: Re: Le coupable est celui à qui le crime profite. (Lucretia)   Jeu 8 Mar - 15:45

★ Le coupable est celui à qui le crime profite. ★

Enfin, le fils des Rookwood (mais qui ne serait pas considéré comme tel bien longtemps, c'était une chose à laquelle Lucretia comptait bien veiller au grain) était né. Il était temps ! C'était certainement parce qu'elle mourait d'impatience, mais Lucretia avait le sentiment que Gabrielle avait mis une éternité à accoucher, et elle, elle n'en pouvait plus de ses visites régulières à son interlocutrice, même si, au fil du temps, elles avaient un petit caractère satisfaisant, parce que son plan se goupillait à la perfection. Gabrielle perdait la tête, sa santé mentale était de plus en plus fragile, et elle s'isolait de ses proches pour ne presque faire confiance à elle. Qu'est-ce que Lucretia pourrait demander de mieux ? Que ce fils soit considéré comme le sien, bien sûr, mais ce n'était pas encore totalement gagné. Ils étaient sur le bon chemin, et dans la dernière ligne droite, Lucretia n'avait pas l'intention de lâcher quoi que ce soit. Elle savait que c'était dans ces moments décisifs qu'elle pouvait faire la différence, que c'était là qu'elle devait abattre ses dernières cartes. C'était les bras chargés d'une immense peluche, histoire de, qu'elle toqua à la porte des Rookwood. Elle était impatiente. Pas de revoir Gabrielle, mais de faire connaissance avec le petit ange qu'elle considérerait bientôt comme son fils. Gabrielle lui ouvrit.

« Bonjour Lucretia, je suis heureuse de te voir ! »

Lucretia jaugea son "amie" du regard, ce qu'elle faisait toujours dans l'espoir de déceler ses failles potentielles. Elle n'avait pas l'air de se porter si mal, mais ça pouvait bien être une façade. Dans tous les cas, ça ne changerait rien à ses intentions, elle savait vers quoi elle se dirigeait et ce qu'elle comptait faire dans tous les cas. Elle afficha un immense sourire (très hypocrite) à l'adresse de Gabrielle et la salua à son tour.

-Bonjour ma belle. Comment tu vas ?
lui demanda-t-elle avait l'air très concerné de l'amie loyale qui sait que son amie doit subir les contrecoups de son accouchement et se révèle fragile psychologiquement. Tiens, pour le petit ange, ajouta-t-elle en tendant le nounours à Gabrielle. Je peux le voir, d'ailleurs ? ajouta-t-elle sans dissimuler son impatience. Elle avait bien trop hâte de découvrir le petit bonhomme.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
avatar
▌ Messages : 525
Humeur :
90 / 10090 / 100

En couple avec : un démon

QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois d'If, nerf de cœur de dragon, assez souple, 23,5cm.
Camp: Bien
Avatar: Alison Lohman

Message#Sujet: Re: Le coupable est celui à qui le crime profite. (Lucretia)   Sam 5 Mai - 12:42

Le coupable est celui à qui le crime profite.
Gabrielle était vraiment heureuse de passer du temps avec Lucretia, de voir son amie. Un simple sourire de la part de la sorcière lui faisait du bien. En réalité, il n’y avait pas grand-chose qui lui faisait réellement du bien en ce moment, et ce depuis un moment. Il y avait la présence de Raziel, bien évidemment et celle de Augustus à présent qui lui faisait tellement du bien et lui permettait d’être un peu apaisé. Et puis il y avait son amie, l’amie sur qui elle pensait pouvoir avoir particulièrement confiance, la seule en qui elle pensait pouvoir faire confiance. Même James avait perdu ce statut. Rien n’enlevait le fait qu’elle l’appréciait toujours, mais ce n’était pas pour autant qu’elle parvenait à lui faire confiance. C’était tellement compliqué dans sa tête, elle se sentait vraiment perdu.

« Merci, c’est trop gentil. Tu n’aurais pas dû ! » Dit-elle avec entrain quand Lucretia lui tendit la peluche qu’elle avait emmené pour son fils. Forcément, Gabrielle appréciait le geste, mais elle trouvait en effet qu’elle n’aurait pas dû faire un tel geste, parce que c’était trop. Même si c’était forcément plaisant.

Elle n’avait pas pris la peine de répondre à la question de son amie. Pas forcément parce qu’elle ne voulait pas y répondre, parce qu’elle ne pouvait pas y répondre. C’était inconscient, Lucretia lui avait demandé comment elle se sentait et les mots n’avaient simplement pas eu envie de passer le pas de sa bouche. Elle ne s’en rendait même pas compte, elle se contentait simplement de faire au mieux pour que sa vie semble normale. Alors qu’au fond, elle le savait parfaitement que rien n’était normal, que rien n’allait pouvoir être normal de nouveau.

« Viens le voir, il est dans sa chambre en train de dormir. »

Normalement, il faudrait sans doute mieux le laisser dormir, mais dans tous les cas, la jeune femme avait bien trop envie de présenter son fils à sa meilleure amie, donc elle n’avait aucune envie d’attendre qu’il se réveil. Et puis, quand il dormait à point fermé – ce qui n’était pas tout le temps le cas, il fallait bien l’avouer – il était tellement mignon (mais en même temps, Gabrielle le trouvait mignon tout le temps et elle savait que c’était en grande partie parce qu’elle manquait d’objectivité). Elle conduisit donc Lucretia jusqu’à la chambre de Augustus, où il se trouvait dans son lit. Si petit… si adorable. Si fragile en un sens, ne demandant que la protection d’une mère, d’un père. Pas encore prêt à affronter ce monde. Autant dire que Gabrielle devait vraiment le protéger de tous les dangers.

« Regarde comme il est mignon. » Dit-elle alors, dans un murmure, avant de poser la peluche de Lucretia sur la table à langer dans le but de la présenter à son fils une fois qu’il allait se réveiller. Et elle laissa le temps à son amie d’observer son fils, heureuse de pouvoir les présenter.
Code by Gwenn
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
HYDRE
avatar
▌ Messages : 70
Humeur :
50 / 10050 / 100

En couple avec : Ignatius Prewett

Message#Sujet: Re: Le coupable est celui à qui le crime profite. (Lucretia)   Sam 2 Juin - 15:54

★ Le coupable est celui à qui le crime profite. ★


« Merci, c’est trop gentil. Tu n’aurais pas dû ! »

Lucretia haussa les épaules comme pour affirmer que c'était tout naturel de sa part. Sauf que ce n'était pas du tout le cas, bien sûr. Ce n'était pas naturel du tout, même. La gentillesse était loin d'être une seconde nature pour elle et elle avait plutôt tendance à considérer que cette "qualité" ne convenait qu'aux individus faibles et en mal d'ambition (la preuve, Gabrielle était pétrie de gentillesse, et regardez-le). Son geste n'avait rien de gentil, même si elle cherchait en effet à ce qu'il soit perçu comme tel par son interlocutrice. C'était ça, le but de la manoeuvre, passer pour quelqu'un d'attentionné et de prévenant... et puis, c'était un investissement sur la durée, après tout, la peluche était pour l'enfant, pas pour sa mère, et si Lucretia n'avait cure de cette dernière, elle tenait sincèrement au bambin.

« Viens le voir, il est dans sa chambre en train de dormir. »

Armée de son sourire le plus attendri, Lucretia suivit Gabrielle jusque dans la chambre du petit. Pas de bol, ce n'était vraiment pas la peine de lui avoir réservé une chambre avec tout ce qu'il fallait, il n'aurait pas l'occasion de la connaître longtemps. Lucretia était impatiente, pour le coup, elle n'avait pas besoin de jouer les enthousiastes, elle avait hâte de voir l'enfant. En espérant qu'il ne se révèle pas laid comme un poux, difforme ou gâteux, Lucretia le vivrait très mal.

« Regarde comme il est mignon. »

D'accord, là, rien à contredire, les mamans ne sont jamais objectives concernant leur enfant, mais Gabrielle avait de bonnes raisons de trouver son fils à croquer, il l'était en effet. L'adjectif "mignon" semblait avoir été créé pour lui brave petit.

-Il est à croquer.
Elle l'observa avec un grand sourire attendri. Quel dommage qu'il dorme. Bon, elle ne dirait pas ça s'il se réveillait en hurlant et en pleurant toutes les larmes de son corps, mais là, il semblait être l'être le plus doux et le plus calme du monde. Je meurs d'envie de le prendre dans mes bras.

Et elle estimait surtout en avoir le droit et presque une sorte de devoir maternel.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
avatar
▌ Messages : 525
Humeur :
90 / 10090 / 100

En couple avec : un démon

QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois d'If, nerf de cœur de dragon, assez souple, 23,5cm.
Camp: Bien
Avatar: Alison Lohman

Message#Sujet: Re: Le coupable est celui à qui le crime profite. (Lucretia)   Sam 11 Aoû - 0:08

Le coupable est celui à qui le crime profite.
Gabrielle était une mère et comme toutes les mères, elle n’avait aucune raison d’être objective concernant son fils et elle ne l’était certainement pas. Elle trouvait Augustus beau, elle trouvait son enfant magnifique et juste… parfait. En plus d’être mignon, la jeune femme n’avait vraiment pas à se plaindre de son bébé. Bon, il pleurait de temps en temps bien sûr, mais franchement il était quand même sacrément facile. Encore une fois, Gabrielle n’était pas objective du tout, mais ça ne changeait rien au fait qu’elle pensait tous ces mots. Et quand elle entendit Lucretia affirmer qu’il était à croquer, elle ne put que se sentir flatté. C’était bête sans doute, mais la jeune femme était flattée que son amie trouve son fils à croquer, ne se doutant pas une seule seconde qu’elle avait effectivement envie de le croquer et de le lui prendre. Pour le moment, la sorcière se contentait d’adorer le fait que son amie soit d’accord avec elle.

Elle ne perdit pas son sourire quand Lucretia affirma que c’était dommage qu’il dorme, ça elle était d’accord avec elle. Surtout qu’il ne pleurait pas tant que cela quand il était éveillé et qu’il faisait déjà énormément de sourire. Autant dire qu’il était encore plus à croquer en étant réveillé, mais la jeune femme n’avait pas pour autant envie de prendre la peine de réveiller son fils. Tout simplement parce qu’il dormait et qu’il avait besoin de dormir. Mais entendre Lucretia affirmer qu’elle mourrait d’envie de pouvoir le tenir dans ses bras, elle avait aussi envie de répondre à son envie.

« Ça doit pouvoir s’arranger. »
Dit-elle toujours le même sourire aux lèvres, avant de s’avancer vers le berceau de Augustus. Oh, elle ne devrait sans doute pas faire ça, mais elle ne pouvait pas s’en empêcher. Le petit remua légèrement quand elle le prit dans ses propres bras, sans pour autant ouvrir les yeux. L’avantage, c’était que cet enfant dormait quand même profondément quand il dormait et heureusement. Il valait mieux ça qu’un enfant qui se réveillait toutes les heures à cause du moindre bruit dans la maison. Délicatement, elle s’approcha de Lucretia et plaça son fils dans les bras de son ami, délicatement mais surement. « Et voilà. » Dit-elle dans un souffle, un grand sourire sur le visage.

Ne se rendant évidemment pas compte du fait qu’elle offrait son enfant au grand méchant loup, mais elle ne risquait pas de s’en rendre compte alors que le loup jouait parfaitement à l’agneau et qu’il montrait plus qu’une patte blanche. Elle n’ajouta rien du tout, elle se contenta de regarder Lucretia porter son fils. Se faisant tout de même la réflexion qu’elle aurait été une parfaite maman si jamais elle en avait eu l’occasion. Et voir ce spectacle, la ramena légèrement à la réalité d’ailleurs.

« Est-ce que je peux te demander quelque chose ? » Demanda-t-elle alors, le faisant d’ores et déjà mais nous passerons sur ce détail.
Code by Gwenn
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
HYDRE
avatar
▌ Messages : 70
Humeur :
50 / 10050 / 100

En couple avec : Ignatius Prewett

Message#Sujet: Re: Le coupable est celui à qui le crime profite. (Lucretia)   Lun 3 Sep - 10:07

★ Le coupable est celui à qui le crime profite. ★


« Ça doit pouvoir s’arranger. »

Un sourire pour cette fois sincère (ce qui n'était pas très courant, parce que en temps normal, elle affichait un masque hypocrite sur son visage qui était devenu comme une deuxième figure pour elle) étira les lèvres de la jeune femme en entendant cette affirmation. Vraiment ? Cela pouvait s'arranger ? Eh bien, dans ce cas, c'était parfait. Et en effet, Gabrielle s'approcha doucement de son fils pour le porter et venir le placer dans ses bras. Le sourire de Lucretia s'élargit plus encore, celui d'une maman tenant son bébé dans ses bras pour la toute première fois. Et elle fut plus que jamais déterminée à faire de cet enfant son fils. Rien qu'à elle. Il ne pouvait en être autrement.

« Et voilà. »

Voilà, oui... C'était aussi simple que ça. Gabrielle lui confiait son enfant au sens très littéral du terme. Et c'était une excellente première étape. Lucretia faisait connaissance avec l'enfant qu'elle élèverait, qu'elle aimerait comme le sien. Et elle se disait que ce ne serait pas bien difficile. Parce que rien que comme ça, elle l'aimait déjà. Ce bébé était adorable, un vrai petit ange, à l'image de sa mère, mais destiné à devenir un véritable petit démon, c'est évident.

Lucretia oubliait le monde autour d'elle, émerveillée par cette petite chose au creux de ses bras. Si ses plans avaient toujours été clairs jusqu'ici, c'était plus clair que jamais, aujourd'hui, et elle ne laisserait personne se mettre en travers de son chemin. Elle avait hâte de présenter cet enfant à Ignatius, elle était certaine qu'il serait conquis, tout comme elle. Comment pourrait-il ne pas l'être, au final. Oui, elle avait le sentiment qu'il n'y avait plus rien autour d'elle, juste elle et le petit pas encore totalement réveillé entre ses bras. Mais la voix de Gabrielle la ramena à la réalité.

« Est-ce que je peux te demander quelque chose ? »

Lucretia tourna vers la jeune maman (qui ne le resterait pas longtemps) un regard intrigué.

-Bien sûr, tout ce que tu voudras.

Du moment que ça ne contrariait pas ses projets.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
avatar
▌ Messages : 525
Humeur :
90 / 10090 / 100

En couple avec : un démon

QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois d'If, nerf de cœur de dragon, assez souple, 23,5cm.
Camp: Bien
Avatar: Alison Lohman

Message#Sujet: Re: Le coupable est celui à qui le crime profite. (Lucretia)   Mer 7 Nov - 17:07

Le coupable est celui à qui le crime profite.
Gabrielle devait bien avouer que le sourire de Lucretia au moment où elle se retrouva avec Augustus dans les bras était beau. Elle ne pensait pas l’avoir vu sourire de cette manière depuis qu’elle la connaissait et mine de rien, ça commençait à faire un moment qu’elle la connaissait. Elle était rayonnante clairement, parfaitement rayonnante. Et ce détail tira un sourire à la jeune femme, qui n’aurait pas sourit comme elle le fit si elle avait conscience de ce qui était en train de se tramer. Si elle se rendait de ce qui traversait l’esprit de Lucretia, de l’horrible dessein qu’elle avait pour sa famille, envers son fils. Avec son fils à elle oui, mais que la femme ne manquait pas de considérer comme le sien d’ores et déjà sans qu’elle ne s’en rende compte. Et c’était bien parce qu’elle ne voyait rien que la jeune femme ne pouvait pas s’empêcher de se pencher un peu plus sur ce qu’elle pensait, sur ce qu’elle ressentait, sur ce qu’elle vivait. Sans se rendre compte que tout cela était bel et bien de l’intérêt de la jeune femme, qu’elle attendait ça depuis le début. Elle avait besoin de se confier, Gabrielle n’en avait encore parlé à personne. Elle avait besoin de le dire à quelqu’un et qui de mieux que Lucretia, celle en qui elle se retrouvait à avoir le plus confiance alors… alors qu’elle était justement celle qui était en train de la faire tomber.

« Je… » Gabrielle hésita une seconde, son regard posé sur Augustus toujours dans les bras de Lucretia. Le fait de la voir porter son fils ne faisait que la convaincre qu’il était temps qu’elle parle, qu’elle prenne un peu conscience de ce qui arrivait. « Je ne me sens pas très bien. »

Ça voulait tout dire et ne rien dire, Gabrielle en avait bien conscience, mais elle ne savait pas comment présenter les choses autrement. Elle osait croire que c’était un bon début. Même s’il était évident qu’elle allait quand même devoir continuer pour se montrer plus clair. Dans tous les cas, il y avait peu de chance que Lucretia ne lui en demande pas plus.

« Ça fait un moment que ça dur, c’était déjà pendant ma grossesse. J’ai des… » Comment l’expliquer, elle ne le comprenait pas elle-même ? « Des périodes un peu difficiles. » Elle avait conscience que ce qui était arrivé avec James était parfaitement ridicule. Elle savait bien qu’elle avait un souci, qu’elle ne tournait pas rond. Cependant… elle ne pouvait pas non plus croire qu’elle avait peur pour rien. Elle savait qu’il y avait une menace au-dessus d’eux. « Et j’ai… j’ai peur pour Augustus pour pas mal de raison. » Son père était un mangemort, ça voulait tout dire en réalité. « Je voulais savoir si… » Gabrielle inspira longuement, elle avait le cœur au bord des lèvres rien qu’en essayant de prononcer ces mots. Sa voix trembla d’ailleurs quand elle reprit la parole. « S’il devait m’arriver quelque chose, est-ce que tu accepterais de… de prendre soin de Augustus ? »
Code by Gwenn
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
HYDRE
avatar
▌ Messages : 70
Humeur :
50 / 10050 / 100

En couple avec : Ignatius Prewett

Message#Sujet: Re: Le coupable est celui à qui le crime profite. (Lucretia)   Jeu 22 Nov - 9:03

★ Le coupable est celui à qui le crime profite. ★

« Je… Je ne me sens pas très bien. »


Lucretia tourna vers Gabrielle un regard à mi-chemin entre la surprise et l'inquiétude, le tout n'étant qu'un jeu d'acteur, bien évidemment, parce que c'était vraiment la réponse qu'elle avait entendue. En son fort intérieur, elle jubilait plus que jamais, et elle devait vraiment prendre sur elle pour ne pas sourire, mais oui, elle était heureuse. Le discours de Gabrielle n'était pas celui, classique, de n'importe quelle jeune maman. C'était celui d'une femme à bout, désemparée, et c'était ce que Lucretia voulait, bien sûr.

« Ça fait un moment que ça dur, c’était déjà pendant ma grossesse. J’ai des… Des périodes un peu difficiles. »


Doux euphémisme. Contrairement à ce qu'elle laissait paraître, Lucretia n'ignorait rien de ce que son interlocutrice lui "apprenait". Des périodes difficiles, c'était une manière élégante de sous-entendre qu'elle perdait totalement la boule... et c'était bien normal, Gabrielle y avait veillé, bien sûr.

« Et j’ai… j’ai peur pour Augustus pour pas mal de raison. Je voulais savoir si… S’il devait m’arriver quelque chose, est-ce que tu accepterais de… de prendre soin de Augustus ? »


Lucretia se faisait vraiment violence pour ne pas dévoiler ses sentiments, heureusement, elle s'y connaissait, en matière de dissimulation. Mais en l'occurrence, elle avait vraiment envie de crier victoire, et de laisser exploser sa joie. Elle y avait veillé, elle avait fait tout son possible pour en arriver là, et elle avait réussi. Fière d'elle et de la situation, elle n'avait qu'une hâte : se précipiter auprès d'Ignatius pour lui faire le récit de cette conversation. Et elle avait hâte de remonter le temps afin que cet enfant qu'elle tenait dans ses bras soit à elle, soit à eux. Et personne ne pourrait plus rien y faire.

-Bien sûr, tu peux compter sur moi
, répondit-elle avec douceur et considération. Mais tu n'as pas à dire ce genre de chose, tout va bien se passer, tu verras.

Et elle ne pourrait pas mentir à ce point effrontément.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

Message#Sujet: Re: Le coupable est celui à qui le crime profite. (Lucretia)   

Revenir en haut Aller en bas
 

Le coupable est celui à qui le crime profite. (Lucretia)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Crise haitienne : Trouver le coupable ? Le pdt, PM, leaders ou Minustah!
» L'assassin revient toujours sur les lieux du crime. Diantre, qu'on l'arrête!
» [Yuki] ... Comme celui qui conquit la toison...
» crime contre l' humanité
» A qui profite le crime ?
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
T.rouble O.r M.isery (or both) ::  :: 
Les habitations
 :: Bienvenue chez vous ! :: Manoir des Rookwood (Godric's Hollow)
-