AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Et si on était resté sur le "droit chemin" (Papa et maman)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
RÉSISTANCE
avatar
▌ Messages : 1609
Humeur :
50 / 10050 / 100

En couple avec : ...

QUI SUIS-JE?
Baguette: roseau, 23,2 cm et crin de licorne
Camp: Bien
Avatar: Carey Mulligan

Message#Sujet: Et si on était resté sur le "droit chemin" (Papa et maman)   Mer 11 Avr - 11:53


Il faut parfois des drames, des impondérables, pour changer à tout jamais le cours de votre existence... et si ces drames ne se déroulent pas... alors votre vie prend le tournant qu'elle aurait peut-être dû toujours prendre, contre votre gré.

Pomona était fiancée. Et Morgan, dans cette dimension, ne devait pas mourir. Miyria était bel et bien partie, mais sans elle, la jeune femme ne s'était pas sentie capable de poursuivre ce qu'elles avaient commencé. Au contraire, son départ l'avait découragée.

Malgré son attachement envers Henry, la jeune femme n'avait pas sauté le pas et n'était jamais partie s'installer chez son oncle. Loin de ce dernier, et sans soutien, elle n'avait jamais été admise au bureau des Aurors, n'avait jamais fait la connaissance de Christopher McDowell... pas plus que de Seth.

Sa vie était sur les rails que ses parents avaient consolidé au fil es ans, mais son âme demeurait indomptables, ses convictions et son sens de la justice ne changeaient en rien.

Pomona était tout juste diplômée de Poudlard, elle savait qu'elle n'avait pas à planifier son avenir, parce qu'il était décidé. Elle estimait Morgan, mais ne l'aimait pas. Elle n'aimait personne. Elle était résigné à sa future vie de femme au foyer parce qu'elle n'avait pas eu l'impulsion, le courage nécessaire pour prendre les voiles.

Pourtant, l'appel de la liberté était bien présent. Elle enviait terriblement Henry, qui s'était détourné de sa famille et avait, pour la peine, poursuivi ses rêves. Faute de s'être découvert une passion pour la criminologie, elle poursuivait ses ambitions d'ethnologue, sans franchir le pas qui pourrait potentiellement lui permettre de les mener à bien. Elle manquait de courage. Ce courage qui lui était nécessaire pour mener un combat qu'elle avait laissé en suspens. Elle avait conscience de la menace, elle en connaissait la proportion et les retentissement. Mais au lieu de lutter, elle était restée à son poste confortable d'observatrice et avait réussi à se convaincre du fait que c'était ce qu'elle voulait vraiment pour elle.

Ce qui ne l'empêchait pas de ne pas être heureuse, ce qui ne l'empêchait pas de ne pas réussir à supporter ses parents. Et cette soirée ne faisait pas exception à la règle, alors que ses parents avaient organisé l'une de ces réceptions collet monté auxquelles elle était contrainte de participer. Ce qu'elle faisait sans enthousiasme et sans chercher à se mêler aux autres.

Toute la soirée, elle l'avait passée à observer la faune en place, en griffonnant dans son carnet, qu'elle n'avait pas négligé et qui était presque noirci dans son intégralité à l'heure actuelle. Asociale au maximum, ce qui n'avait rien d'inhabituel. Prendre sur elle, oui, mais elle avait ses limites.

Et quand les invités s'en allèrent enfin et qu'il ne resta plus qu'elle et ses parents, elle eut dans l'intuition qu'elle allait en entendre parler...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
avatar
▌ Messages : 148
Humeur :
50 / 10050 / 100

En couple avec : Esther Fitz

QUI SUIS-JE?
Baguette: Boix d'ébène, plume de phénix, 27 cm
Camp: Neutre
Avatar: Jack Davenport

Message#Sujet: Re: Et si on était resté sur le "droit chemin" (Papa et maman)   Mer 11 Avr - 18:06


Lors des réceptions dédiées aux sangs purs (en même temps, qui d'autre inviteraient-ils en une telle occasion ?), surtout quand il était le maître de cérémonie, Bradley se sentait comme un poisson dans l'eau. Il allait d'un invité à l'autre, avait toujours le bon mot, trouvait toujours le sujet de conversation qui ravirait son interlocuteur, bref, il était né pour ça, et il adorait briller par son charisme, son éloquence et sa conversation. C'est vrai, il organisait sans doute ces événements pour se faire mousser plus qu'autre chose, mais et alors ? Il était important de conserver une image lisse et parfaite. La répercussion sur la famille Fitz et leur réputation en valait la peine. Ils n'étaient pas parmi les plus riches et les plus influents, alors ils devaient se faire leur place d'une autre manière, et elle pensait vraiment qu'ils s'en sortaient très bien à ce titre. Tout le monde avait l'air satisfait, et ils n'avaient globalement reçu que des compliments (ce qui ne voulait pas dire grand-chose, ce milieu était très hypocrite, et il n'était pas le dernier des hypocrites non plus de son côté - ceci dit, il pensait ne pas être mauvais pour distinguer la vérité du mensonge). Il n'y avait qu'une ombre au tableau... que personne n'avait pointé du doigt mais que Bradley n'avait su s'empêcher de remarquer, et qui n'avait pas oublié de l'agacer : sa fille.

Bradley avait de plus en plus de mal à comprendre Pomona à mesure que le temps passait. Elle avait toujours été un peu secrète et misanthrope, mais Bradley était parvenu à longtemps faire abstraction, parce qu'en contrepartie, elle était une enfant brillante, d'une intelligence rare, qui se montrait d'une intégrité à toute épreuve qui était loin de lui déplaire. Seulement, pour avancer dans la vie, il était primordial qu'elle s'ouvre un peu aux autres... et de ce point de vue-là, elle ne faisait aucun effort. Il l'avait observé du coin de l'oeil toute la soirée, elle s'était contentée de gribouiller dans son espèce de carnet, là, tout en restant dans son coin. Pour ce qui était de délivrer de leur famille une image convenable, on faisait mieux. Heureusement, Esther et lui donnaient bien le change, mais ils ne pouvaient pas faire disparaître Pomona du tableau pour que celui-ci soit parfait... Quoique...

Quand le dernier invité eut quitté la pièce, et bien que gagné par la fatigue, Bradley choisit de ne pas attendre le lendemain et s'approcha de Pomona. Il n'aimait vraiment pas le tournant que prenait son comportement depuis un moment déjà. A vrai dire, il lui était un peu trop familier. Parfois, dans ses paroles et dans son attitude, il y avait quelque chose qui lui faisait irrésistiblement penser à Henry... et forcément, ça ne lui plaisait pas, pas du tout même.

-Donne-moi ça
, dit-il en tendant la main en direction du carnet afin qu'elle le lui remette.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
avatar
▌ Messages : 56
Humeur :
2 / 1002 / 100

En couple avec : Bradley Fitz

QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois de noisetier, 21,21cm, moustache de Fléreur
Camp: Neutre
Avatar: Julie Benz

Message#Sujet: Re: Et si on était resté sur le "droit chemin" (Papa et maman)   Mar 12 Juin - 0:26

Et si on était resté sur le "droit chemin".
Les plus belles tenus, les plus belles décorations, les meilleurs mets étaient de sortis, pour la bonne cause, parce que les Fitz recevaient quelques invités chez eux. C’était le genre de soirée qu’ils organisaient régulièrement, comme tant d’autre. Les sorciers de sang pur passaient leur temps à s’inviter les uns les autres (et ils ne pouvaient pas nier que c’était sans doute en grande partie pour juger la famille des autres), et cette fois ci c’était donc chez les Fitz. Esther adorait quand elle recevait des personnes chez elle, parce que c’était toujours un bon moyen de montrer qu’ils étaient dignes, qu’ils savaient recevoir, qu’ils étaient meilleurs que les autres. Esther ne manquait pas de fierté et elle appréciait de pouvoir la montrer dans ces moments-là. Un large sourire n’avait pas quitté son visage du début de la soirée, jusqu’à la fin, alors qu’elle passait d’invité en invité, s’assurait que tout se passait bien. Parce que c’était quand même en grande partie sa réputation qui était en jeu, s’il devait y avoir le moindre couac, ça n’irait pas du tout. Et il n’y en avait pas eu, ou presque.

Esther ne dirait pas non plus que sa fille était un couac, ou un gros point noir… mais elle n’était pas non plus vraiment parfaite. Pourtant, il n’y avait pas grand-chose qui la décevait chez Pomona. Bon, elle avait évidemment ce coté un peu asociale qui ne manquait pas d’être dérangeant surtout lors de ce genre de soirée. Mais en dehors de cela, sa fille était fiancée, elle allait bientôt se marier et Esther ne pouvait donc qu’être fière du chemin qu’elle prenait (sans se douter qu’elle aurait de bonne raison de ne pas être fier d’elle dans une autre histoire, avec des événements différents et des conséquences différentes). Tout était donc sur des railles et tout allait bien se passer. Mais Esther connaissait son époux, lorsqu’elle eut terminé de raccompagner le dernier invité et qu’elle n’avait plus besoin de forcer son sourire, son regard croisa Bradley et elle savait parfaitement qu’il allait avoir envie de parler à Pomona. Esther l’avait remarqué aussi de son côté, qu’elle n’avait pas vraiment fait d’effort.

Bradley s’approcha donc de Pomona, ce que fit Esther aussi, lui demanda de lui donner son carnet. La sorcière ne pouvait pas nier qu’elle était curieuse de savoir également ce qui se trouvait dans ce carnet, ce que sa fille passait son temps à écrire, à gribouiller dedans. Elle n’avait pas forcément besoin d’ajouter quelque chose, mais elle le fit quand même.

« Tu pourrais quand même faire l’effort de t’intéresser un peu à ces soirées. »
Qu’elle n’apprécie pas les soirées, c’était une chose. Mais elle devait quand même faire semblant. Après tout, Esther et son époux se forçaient par moment quand ils n’appréciaient pas certaines personnes, parce que c’était ce qu’ils devaient faire. Parce qu’au vu de la place qu’ils avaient, c’était normal. Mais s’il y avait bien quelque chose que Esther n’avait pas besoin de forcer, c’était son soutien pour son époux.
Code by Gwenn
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
RÉSISTANCE
avatar
▌ Messages : 1609
Humeur :
50 / 10050 / 100

En couple avec : ...

QUI SUIS-JE?
Baguette: roseau, 23,2 cm et crin de licorne
Camp: Bien
Avatar: Carey Mulligan

Message#Sujet: Re: Et si on était resté sur le "droit chemin" (Papa et maman)   Mer 13 Juin - 13:21


-Donne-moi ça.


Pomona considéra du regard la main tendue de son père, qui attendait qu'elle y dépose son précieux carnet, mais elle n'esquissa pas le moindre mouvement pour autant.

Ce carnet avait une valeur très spécifique pour elle, même si à bien y regarder, ce n'était jamais qu'un amoncellement de bouts de papiers noircis de son écriture. Mais ce qui y était inscrit, en revanche, avait de la valeur pour elle, quand bien même personne d'autre n'était sans doute capable de déchiffrer son charabia, quand bien même ce charabia n'avait rien de compromettant non plus.

Ou tout du moins, il n'avait rien de compromettant à ses yeux, car elle se contentait d'y lister ses observations sur tous les individus qui croisaient sa route. Mais ce que Pomona considérait comme des faits, son père risquait fort de les prendre pour des considérations péjoratives, et après tout le temps qu'elle avait consacré à ses notes, elle ne voulait pas que son géniteur gâche tout en les arrachant, en les brûlant ou va savoir quoi d'autre, en fin de compte. C'était à elle, c'était son jardin secret.


« Tu pourrais quand même faire l’effort de t’intéresser un peu à ces soirées. »

Comme d'habitude, sa mère était la première à se ranger du côté de son père. Ce n'était pas du tout une nouveauté, loin de là, c'était toujours comme ça. Elle ne se souvenait pas d'une seule occasion où l'un n'avait pas pris le parti de l'autre et réciproquement, comme si leur mariage devait forcément dépendre d'une totale approbation mutuelle quoi qu'il advienne.

Est-ce cela qu'ils attendaient d'elle et de son futur mari ? Dans ce cas, elle pensait qu'ils ne mettraient pas longtemps à être déçus... mais en même temps, elle supposait qu'elle était déjà plus ou moins une déception pour eux, au quotidien. Alors un peu plus, un peu moins.

Raison pour laquelle elle n'hésita pas à répondre à sa mère avec, il est vrai, un soupçon d'effronterie.


"Mais je n'ai fait que ça toute la soirée", dit-elle en désignant son carnet, qu'elle ne confiait toujours pas à son père. "M'intéresser."

Au fond, c'était vrai, ce n'est pas parce qu'elle n'y participait pas qu'elle ne s'y intéressait pas. Au contraire, elle avait justement tendance à trouver beaucoup d'intérêt à ce genre de rassemblement. Juste... pas celui qu'on attendait d'elle. Elle avait rempli pas moins de cinq pages dans la soirée, qui analysait leurs convives, elle n'appelait pas ça du désintérêt.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
avatar
▌ Messages : 148
Humeur :
50 / 10050 / 100

En couple avec : Esther Fitz

QUI SUIS-JE?
Baguette: Boix d'ébène, plume de phénix, 27 cm
Camp: Neutre
Avatar: Jack Davenport

Message#Sujet: Re: Et si on était resté sur le "droit chemin" (Papa et maman)   Mer 13 Juin - 18:19


Pomona fixait sa main tendue sans pour autant y déposer le carnet qu'il avait expressément exigé de récupérer, et dans lequel elle n'avait eu de cesse que de griffonner toute la soirée. Autant dire qu'une telle attitude ne pouvait que lui déplaire, par principe. Non seulement elle avait fait montre d'un comportement à peine acceptable, mais à présent, elle se permettait de désobéir à un ordre direct... Dans ces moments-là, elle avait la fâcheuse tendance à lui faire penser à son frère au même âge, lui aussi jouait les fortes têtes, et lui aussi passait son temps à écrire... et vu sa carrière actuelle, même si Bradley faisait mine de s'y intéresser le moins possible, il n'avait jamais arrêté. Cette comparaison ne faisait jamais qu'exacerber son agacement déjà plus que vif. Honnêtement, elle n'avait pas intérêt à mettre plus longtemps ses nerfs à rude épreuve, ou bien il allait exploser. Pomona était une jeune femme brillante et d'une intelligence incroyable, mais ses qualités avaient clairement tendance à passer pur des tares, dans des situations comme celle-ci, où heureusement, il était ravi de pouvoir compter sur le soutien indéfectible de son épouse.

C'est pour des moments comme celui-là qu'il estimait pouvoir se targuer sans mentir de fonder un socle parental fort avec Esther. Quand il s'agissait de l'éducation de leur fille et du comportement qu'elle devait adopter en haute société, ils tombaient toujours d'accord. Et ça ne concernait pas que l'éducation de leur fille. Ils formaient un binôme parfait, c'était aussi simple que cela, et ils se complétaient à la perfection de n'importe quelle situation. Celle-ci en était un exemple probant aux yeux de Bradley qui appréciait d'autant plus le soutien de son épouse qu'ils ne seraient pas trop de deux face à la forte tête que pouvait être leur fille.

D'ailleurs, Pomona ne se laissa pas du tout abattre par son ordre et la remarque réprobatrice d'Esther, puisqu'elle se permit de leur répondre avec un effronterie qui, une fois de plus, renvoya Bradley directement à la pensée de son frère. Merlin, pourquoi fallait-il qu'elle lui ressemble autant ! Dans une situation comme celle-ci, ce n'était vraiment pas un compliment. Au lieu de s'excuser et de promettre de mieux se comporter la prochaine fois, voilà qu'elle répliquait plutôt qu'elle n'avait jamais fait que s'intéresser, tout le temps de la soirée, prenant son fichu carnet pour témoin.

-Ca suffit
, s'exaspéra Bradley en arrachant le cahier des mains de sa fille. Cahier qu'il ne tarda pas à parcourir du regard, s'attardant sur les dernières pages, où elle avait en effet consigné toutes sortes d'observation, pour certaines à ses yeux déplacées, sur leurs convives. Qu'est-ce que c'est que ça, exactement ? demanda-t-il, exigeant des explications tout en tendant le carnet à Esther pour qu'elle puisse y jeter un coup d'oeil.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
avatar
▌ Messages : 56
Humeur :
2 / 1002 / 100

En couple avec : Bradley Fitz

QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois de noisetier, 21,21cm, moustache de Fléreur
Camp: Neutre
Avatar: Julie Benz

Message#Sujet: Re: Et si on était resté sur le "droit chemin" (Papa et maman)   Ven 24 Aoû - 15:23

Et si on était resté sur le "droit chemin".
Esther aimait sa fille, elle l’adorait même, mais par moment elle avait quand même beaucoup trop l’habitude de dépasser les bornes. La sorcière ne savait pas ce que la jeune femme avait ces derniers temps, mais elle n’appréciait vraiment pas l’effronterie dont elle savait faire preuve. Comme quand elle lui répondit qu’elle n’avait fait que s’intéresser toute la soirée, contrairement à ce que sa mère lui reprochait, en désignant le carnet qu’elle refusait toujours de donner à son père. Esther ne comprenait vraiment pas comment ils en étaient arrivés là, avec une jeune femme qui leur manquait clairement de respect tout de même. Heureusement que le couple Fitz se serrait les coudes, parce qu’ils n’étaient définitivement pas trop de deux pour s’opposer à leur fille. Esther aimerait simplement que ça se passe mieux, que Pomona arrête d’être à ce point… au bord de la ligne. Elle avait énormément de qualité, mais elle n’en faisait pas preuve de la bonne manière. Son intelligence pourrait lui servir à toute autre chose.

Bradley perdait patience en tout cas, ce qui arrangeait bien Esther parce que c’était son cas également. Il arracha le cahier des mains de Pomona, puisque cette dernière n’avait visiblement pas l’intention de le leur donner. Esther ne pouvait pas nier qu’elle était curieuse de savoir ce que sa fille avait pu griffonner pendant toute la soirée. Visiblement, ça n’avait rien de bon, puisque Bradley demanda des comptes à Pomona avant de lui tendre le cahier, qu’elle ne se retint pas de lire à son tour. La jeune femme avait donc consigné énormément de remarque sur les personnes qu’elle avait vu dans la soirée (et pas seulement ce soir d’ailleurs, puisqu’il y avait d’autres pages), des observations qu’elle avait donc faites en les observant. Certaines étaient justes et Esther ne pouvait pas réellement contredire sa fille, mais ça n’enlevait pas qu’il y avait un manque de respect totale.

« N’as-tu donc aucun respect pour les personnes que nous avons reçu ce soir ? » Demanda-t-elle, se rangeant encore une fois en toute logique du côté de son époux et en faisant bloc avec lui.

La sorcière n’osait même pas imaginer une seule seconde ce que les personnes qu’ils avaient reçues (et que Esther n’appréciait pas forcément, cela va s’en dire, mais ce n’était pas un détail important au vu de la situation) penseraient si jamais ils devaient tomber sur les notes de Pomona. C’était évident qu’ils n’apprécieraient pas d’avoir été jugé de la sorte et Esther ne voulait même pas imaginer ce qu’ils penseraient d’eux. Ce carnet n’avait aucune raison d’exister, il ne fallait absolument pas que quelqu’un tombe dessus, ça risquerait d’être la risée pour leur famille. Et il était évidemment impossible pour Esther d’envisager de laisser une telle situation se produire.
Code by Gwenn
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
RÉSISTANCE
avatar
▌ Messages : 1609
Humeur :
50 / 10050 / 100

En couple avec : ...

QUI SUIS-JE?
Baguette: roseau, 23,2 cm et crin de licorne
Camp: Bien
Avatar: Carey Mulligan

Message#Sujet: Re: Et si on était resté sur le "droit chemin" (Papa et maman)   Lun 27 Aoû - 16:21



-Ca suffit.

Pomona se redressa d'un bond quand son père lui arracha son précieux carnet des mains, les poings serrés. S'il était une chose dans laquelle elle refusait que ses géniteurs viennent s'immiscer, c'était bien cela, mais ils n'avaient visiblement aucun respect pour ces secrets.

Pas qu'il s'agisse réellement d'un secret, ceci dit, car tout ce qu'elle consignait dans ces carnets étaient des faits plus qu'autre chose, mais quand bien même...

Elle fut tenter de récupérer son carnet de force, mais elle savait qu'elle ne ferait qu'empirer son cas, alors elle regarda, impuissante, son père le feuilleter, sachant d'avance ce qu'il allait en déduire, même si ce n'était pas le but.


Qu'est-ce que c'est que ça, exactement ?

Pomona leva les yeux au ciel. Les textes ne parlaient-ils pas d'eux-mêmes ? C'était le cas, à ses yeux, et elle n'avait vraiment pas envie de s'en justifier. De toute manière, ils ne comprendraient pas, quoi qu'il en soit.

Elle était prête à se défendre s'il le fallait, mais pas à perdre du temps dans un argumentaire qu'ils n'auraient pas envie d'écouter et encore moins envie de comprendre.

Sa mère feuilletait le carnet à son tour, et sa sentence, comme à son habitude, fut sans appel. Une fois n'est pas coutume, elle se rangeait du côté de son père.


« N’as-tu donc aucun respect pour les personnes que nous avons reçu ce soir ? »

C'était une question rhétorique, ou bien ? Dans ces soirées mondaines, Pomona estimait que personne n'accordait véritablement de respect à personne. On se leurrait, on se mentait, on faisait des ronds de jambe stupide, ce n'était pas du respect, c'était de l'hypocrisie.


"Arrêtez, vous ne supportez pas les trois-quarts des personnes que vous avez reçues ce soir", présuma-t-elle, sûre de ce qu'elle affirmait. Elle les avait suffisamment observés pour en être convaincus. "Ce que j'ai écris n'est pas irrespectueux, ce sont des faits, c'est tout." Mais des faits irrespectueux, arguera-t-on. Qu'y pouvait-elle, si ces gens étaient ce qu'ils étaient. "Vous me le rendez, maintenant ?" ajouta-t-elle en tendant la main.

Elle avait comme l'intuition que ça n'allait pas être si simple, mais elle, elle voulait juste s'enfermer dans sa chambre et qu'on la laisse tranquille.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
avatar
▌ Messages : 148
Humeur :
50 / 10050 / 100

En couple avec : Esther Fitz

QUI SUIS-JE?
Baguette: Boix d'ébène, plume de phénix, 27 cm
Camp: Neutre
Avatar: Jack Davenport

Message#Sujet: Re: Et si on était resté sur le "droit chemin" (Papa et maman)   Lun 27 Aoû - 18:56

Une fois n'est pas coutume, Esther se rangeait à son opinion, tant mieux, Bradley n'en attendait pas moins d'elle. Non pas qu'il attende forcément de sa femme qu'elle dise amen à toutes ses décisions et n'ose rien contester ni le contredire, bien au contraire, Esther avait son caractère, et il adorait ça. Mais le fait est qu'ils avaient toujours été sur la même longueur d'ondes, ce qui rendait normalement plus simple leur rôle de parent, puisqu'il n'y en avait pas un pour saper le travail de l'autre... Enfin, encore faudrait-il qu'ils n'aient pas engendré une petite insolente. Plus le temps passait, plus Pomona semblait leur échapper, et il devenait de plus en plus difficile de lui trouver des circonstances atténuantes. Bradley commençait à perdre patience, en tout cas, et d'autant plus que tout, absolument tout dans son comportement lui faisait penser Henry, ce qui forcément n'arrangeait absolument rien à l'affaire. En tout cas, Bradley ne pouvait que cautionner le propos de son épouse : ce qu'il venait de lire en diagonale dans ces pages, c'était la marque d'un évident manque de respect, et il ne pouvait certainement pas tolérer cela sous son propre toit, de la part de sa propre fille, qui plus est.

Et elle ne s'arrêta pas là, en lieu et place de s'excuser, ce qui aurait été la moindre des choses, elle les attaqua, affirmant que leur respect envers leurs invités n'était jamais que factice. Le pire, c'est qu'elle avait raison. Beaucoup de ces personnes, s'il jugeait bon de les côtoyer pour sa propre image, ne lui inspiraient qu'un ennui profond, quand ce n'était pas un sérieux dédain. Mais il fallait jouer le jeu malgré tout. C'était dans l'ordre des choses, un point c'est tout. Mais à la différence, c'est que eux faisaient l'effort de se montrer aimables et agréables et de garder leurs réflexions pour eux, ils ne se sentaient pas l'obligation de les consigner dans cet espèce de... journal.

-Certainement pas,
répliqua catégoriquement Bradley quand Pomona demanda à récupérer son carnet. Comme si ça pouvait être aussi simple.

Bradley envisagea un instant de détruire le carnet sous les yeux de sa fille, mais il se ravisa. Pas parce qu'il voulait protéger le travail qu'avait fourni la jeune femme pour rassembler toutes ces informations. Pour lui, ce n'étaient jamais que des enfantillages, mais il sentait bien qu'il pourrait avoir un moyen de pression sur sa fille, de la sorte.

-Je ne sais pas qui t'as mis ces idées en tête...
En fait, il avait une bonne idée du responsable, et ça l'agaçait d'autant plus, évidemment. Mais il est temps de te mettre du plomb dans la cervelle. L'ennui te fait faire n'importe quoi. Je pense qu'il est grand temps que l'on négocie à nouveau tes fiançailles.

Elle y avait échappé de justesse la dernière fois, soit, ce n'est pas pour autant qu'elle y couperait.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

Message#Sujet: Re: Et si on était resté sur le "droit chemin" (Papa et maman)   

Revenir en haut Aller en bas
 

Et si on était resté sur le "droit chemin" (Papa et maman)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Il était une fois... Carrefour!
» je croyais que c'était terminer...
» Le moment était mal choisi [PV Robin-Edward]
» Il était une fois Sophie la girafe
» Si j'était....Que ferais-tu ??
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
T.rouble O.r M.isery (or both) ::  :: 
Et si... ?
-