AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Et si on était resté sur le "droit chemin" (Papa et maman)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
RÉSISTANCE
avatar
▌ Messages : 1529
Humeur :
50 / 10050 / 100

En couple avec : ...

QUI SUIS-JE?
Baguette: roseau, 23,2 cm et crin de licorne
Camp: Bien
Avatar: Carey Mulligan

Message#Sujet: Et si on était resté sur le "droit chemin" (Papa et maman)   Mer 11 Avr - 11:53


Il faut parfois des drames, des impondérables, pour changer à tout jamais le cours de votre existence... et si ces drames ne se déroulent pas... alors votre vie prend le tournant qu'elle aurait peut-être dû toujours prendre, contre votre gré.

Pomona était fiancée. Et Morgan, dans cette dimension, ne devait pas mourir. Miyria était bel et bien partie, mais sans elle, la jeune femme ne s'était pas sentie capable de poursuivre ce qu'elles avaient commencé. Au contraire, son départ l'avait découragée.

Malgré son attachement envers Henry, la jeune femme n'avait pas sauté le pas et n'était jamais partie s'installer chez son oncle. Loin de ce dernier, et sans soutien, elle n'avait jamais été admise au bureau des Aurors, n'avait jamais fait la connaissance de Christopher McDowell... pas plus que de Seth.

Sa vie était sur les rails que ses parents avaient consolidé au fil es ans, mais son âme demeurait indomptables, ses convictions et son sens de la justice ne changeaient en rien.

Pomona était tout juste diplômée de Poudlard, elle savait qu'elle n'avait pas à planifier son avenir, parce qu'il était décidé. Elle estimait Morgan, mais ne l'aimait pas. Elle n'aimait personne. Elle était résigné à sa future vie de femme au foyer parce qu'elle n'avait pas eu l'impulsion, le courage nécessaire pour prendre les voiles.

Pourtant, l'appel de la liberté était bien présent. Elle enviait terriblement Henry, qui s'était détourné de sa famille et avait, pour la peine, poursuivi ses rêves. Faute de s'être découvert une passion pour la criminologie, elle poursuivait ses ambitions d'ethnologue, sans franchir le pas qui pourrait potentiellement lui permettre de les mener à bien. Elle manquait de courage. Ce courage qui lui était nécessaire pour mener un combat qu'elle avait laissé en suspens. Elle avait conscience de la menace, elle en connaissait la proportion et les retentissement. Mais au lieu de lutter, elle était restée à son poste confortable d'observatrice et avait réussi à se convaincre du fait que c'était ce qu'elle voulait vraiment pour elle.

Ce qui ne l'empêchait pas de ne pas être heureuse, ce qui ne l'empêchait pas de ne pas réussir à supporter ses parents. Et cette soirée ne faisait pas exception à la règle, alors que ses parents avaient organisé l'une de ces réceptions collet monté auxquelles elle était contrainte de participer. Ce qu'elle faisait sans enthousiasme et sans chercher à se mêler aux autres.

Toute la soirée, elle l'avait passée à observer la faune en place, en griffonnant dans son carnet, qu'elle n'avait pas négligé et qui était presque noirci dans son intégralité à l'heure actuelle. Asociale au maximum, ce qui n'avait rien d'inhabituel. Prendre sur elle, oui, mais elle avait ses limites.

Et quand les invités s'en allèrent enfin et qu'il ne resta plus qu'elle et ses parents, elle eut dans l'intuition qu'elle allait en entendre parler...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
avatar
▌ Messages : 34
Humeur :
50 / 10050 / 100

En couple avec : Esther Fitz

QUI SUIS-JE?
Baguette: Boix d'ébène, plume de phénix, 27 cm
Camp: Neutre
Avatar: Jack Davenport

Message#Sujet: Re: Et si on était resté sur le "droit chemin" (Papa et maman)   Mer 11 Avr - 18:06


Lors des réceptions dédiées aux sangs purs (en même temps, qui d'autre inviteraient-ils en une telle occasion ?), surtout quand il était le maître de cérémonie, Bradley se sentait comme un poisson dans l'eau. Il allait d'un invité à l'autre, avait toujours le bon mot, trouvait toujours le sujet de conversation qui ravirait son interlocuteur, bref, il était né pour ça, et il adorait briller par son charisme, son éloquence et sa conversation. C'est vrai, il organisait sans doute ces événements pour se faire mousser plus qu'autre chose, mais et alors ? Il était important de conserver une image lisse et parfaite. La répercussion sur la famille Fitz et leur réputation en valait la peine. Ils n'étaient pas parmi les plus riches et les plus influents, alors ils devaient se faire leur place d'une autre manière, et elle pensait vraiment qu'ils s'en sortaient très bien à ce titre. Tout le monde avait l'air satisfait, et ils n'avaient globalement reçu que des compliments (ce qui ne voulait pas dire grand-chose, ce milieu était très hypocrite, et il n'était pas le dernier des hypocrites non plus de son côté - ceci dit, il pensait ne pas être mauvais pour distinguer la vérité du mensonge). Il n'y avait qu'une ombre au tableau... que personne n'avait pointé du doigt mais que Bradley n'avait su s'empêcher de remarquer, et qui n'avait pas oublié de l'agacer : sa fille.

Bradley avait de plus en plus de mal à comprendre Pomona à mesure que le temps passait. Elle avait toujours été un peu secrète et misanthrope, mais Bradley était parvenu à longtemps faire abstraction, parce qu'en contrepartie, elle était une enfant brillante, d'une intelligence rare, qui se montrait d'une intégrité à toute épreuve qui était loin de lui déplaire. Seulement, pour avancer dans la vie, il était primordial qu'elle s'ouvre un peu aux autres... et de ce point de vue-là, elle ne faisait aucun effort. Il l'avait observé du coin de l'oeil toute la soirée, elle s'était contentée de gribouiller dans son espèce de carnet, là, tout en restant dans son coin. Pour ce qui était de délivrer de leur famille une image convenable, on faisait mieux. Heureusement, Esther et lui donnaient bien le change, mais ils ne pouvaient pas faire disparaître Pomona du tableau pour que celui-ci soit parfait... Quoique...

Quand le dernier invité eut quitté la pièce, et bien que gagné par la fatigue, Bradley choisit de ne pas attendre le lendemain et s'approcha de Pomona. Il n'aimait vraiment pas le tournant que prenait son comportement depuis un moment déjà. A vrai dire, il lui était un peu trop familier. Parfois, dans ses paroles et dans son attitude, il y avait quelque chose qui lui faisait irrésistiblement penser à Henry... et forcément, ça ne lui plaisait pas, pas du tout même.

-Donne-moi ça
, dit-il en tendant la main en direction du carnet afin qu'elle le lui remette.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Et si on était resté sur le "droit chemin" (Papa et maman)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Il était une fois... Carrefour!
» je croyais que c'était terminer...
» Ce n'était pas le moment de me déranger ! || PV Ginny Weasley
» Le moment était mal choisi [PV Robin-Edward]
» Il était une fois Sophie la girafe
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
T.rouble O.r M.isery (or both) ::  :: 
Et si... ?
-