AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Une fois n'est pas coutume (Abraxas)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
HYDRE
avatar
▌ Messages : 423
Humeur :
50 / 10050 / 100


QUI SUIS-JE?
Baguette: bois de meurisier, 17 cm, crin de licorne
Camp: Mal
Avatar: Ellen Page

Message#Sujet: Une fois n'est pas coutume (Abraxas)   Ven 8 Juin - 10:57


C'était presque devenu une sorte de tradition, en peu de temps et sans que Lou ait pu s'y attendre. Et voilà qu'elle se surprenait à compter les jours qui la séparaient des prochaines sorties à Pré-au-Lard, quand elle ne prenait pas tout simplement les devants en faisant le mur pour s'y rendre directement.

Sa rencontre avec Abraxas, qui se résumait presque à une première rencontre tant ils n'avaient pas vraiment pris la peine de ne serait-ce qu'essayer de se connaître avant ça, avait été une bonne surprise, et qui s'était confirmée par la suite.

Elle avait été elle-même surprise par son audace la première fois qu'elle avait demandé à le revoir, puis finalement, ça avait été tout naturel. C'était peut-être parce que le nombre de ses amis s'était drastiquement réduit dernièrement, mais le fait est qu'Abraxas était devenu l'ami auquel elle se confiait le plus, celui à qui elle pensait pouvoir parler de tout et de rien, sans craindre son jugement... ou même, en appréciant ce jugement, parce que finalement, sa vision des choses, sans toujours être complètement similaire à la sienne, la complétait assez pour qu'elle sache toujours entendre ses observations et ses conseils et se braquer.

En bref, elle aimait passer du temps avec lui, tout simplement, et cette amitié sur laquelle elle n'aurait pas parié la moindre mornille était devenu un fondamental dans sa vie, en quelques mois seulement.

Quelques mois qui avaient quand même changé pas mal des choses, pas seulement chez elle (car elle n'avait pas attendu Abraxas pour se remettre en question sur de nombreux point) mais... presque d'une manière globale. Il était de plus en plus rare qu'elle repense à Tom, et si c'était le cas, ce n'était jamais sans une certaine amertume, qui ne lui était même pas tant adressé à lui qu'à elle, à l'idiote qu'elle avait été, de se contenter d'une relation superficielle et à sens unique quand il y avait vraiment des personnes avec qui elle pouvait échanger, parler, pour qui elle avait le sentiment de compter.

Bon, Abraxas n'avait pas été le premier pour ça, Ines l'avait précédée, elle qui avait été sa première confidente, sa première véritable amie... Mais... Oui, bref, ce n'était pas pareil. Et Lou préférait ne pas se poser trop de questions à ce sujet et juste accepter que leurs discussions étaient les moments qu'elle attendait le plus dernièrement.

Ils s'étaient donné rendez-vous, comme c'était presque devenu une habitude, aux Trois-Balais. Lou avait un peu d'avance et en avait profité pour emmener ses notes avec elle, histoire de réviser un peu. Ou du moins d'essayer. Les ASPIC approchaient, et même si elle ne savait toujours pas vers quoi elle voulait s'orienter exactement, elle n'avait pas envie de se contrecarrer totalement de ses examens comme ses parents semblaient l'y encourager. Tout en attendant Abraxas, elle se replongeait donc dans les rudiments obscurs de l'arithmancie. A mourir d'ennui...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MANGEMORT
avatar
▌ Messages : 906
Humeur :
50 / 10050 / 100


QUI SUIS-JE?
Baguette: 27cm, bois de peuplier, ventricule de dragon
Camp: Mal
Avatar: Mitch Hewer

Message#Sujet: Re: Une fois n'est pas coutume (Abraxas)   Jeu 14 Juin - 20:25

Une fois n'est pas coutume
But I must explain to you how all this mistaken idea of denouncing pleasure and praising pain was born and I will give you a complete account of the system, and expound the actual teachings of the great explorer of the truth, the master-builder of human happiness. No one rejects, dislikes, or avoids pleasure itself, because it is pleasure, but because those who do not know how to pursue pleasure rationally encounter consequences that are extremely painful.
Abraxas avait rendez-vous avec Lou, encore. Mais ce « encore » n’avait rien de rébarbatif ou de déplaisant, bien au contraire. Il se surprenait encore à le penser, mais il appréciait ces rendez-vous avec la jeune femme, qui était devenue une bonne amie à force de se voir régulièrement. Il n’aurait jamais cru cela possible il y a encore quelques mois, et pourtant, c’était bel et bien le cas. Et il n’en était pas mécontent, il appréciait vraiment cette nouvelle amitié, et cette sorte de rituel qui s’était créé entre eux. Ils se voyaient régulièrement, à Pré-au-Lard, étant donné qu’elle était encore à Poudlard, mais cela lui faisait toujours plaisir de la retrouver.

Il avait perdu son amitié avec Elena il y a environ un an, au moins, il avait retrouvé une nouvelle amie avec qui il pouvait parler de tout et n’importe quoi. C’est vrai que leurs conversations n’avaient pas de thème précis, ils n’avaient presque pas de tabou, c’était quelque chose de simple, et c’était vraiment reposant. Il n’avait presque pas besoin de faire attention à ce qu’il disait, il savait qu’il ne serait pas jugé, même si elle n’était pas d’accord avec lui. Ils ne s’étaient d’ailleurs jamais disputés jusqu’à maintenant, ce qui était d’ailleurs étonnant avec lui car il était expert pour agacer les autres, mais avec Lou il se contentait d’être lui-même, ça le changeait de son quotidien au Ministère.

Abraxas et Lou ne se voyaient pas seulement là. Ils continuaient de se croiser aux réunions de Tom, mais ce n’était pas pareil. Ce n’était pas les mêmes conditions, ni la même ambiance et sans qu’il sache vraiment pourquoi, il n’aimait pas se montrer particulièrement proche d’elle dans ces moments-là. Ce n’est pas qu’il avait honte que les autres sachent qu’ils étaient amis, rien de cela, mais c’était juste qu’il se sentait un peu mal à l’aise vis-à-vis de Tom, étant donné qu’elle était son ex petite-amie. Ça n’avait rien de logique, mais il ne se l’expliquait pas alors il préférait ne pas trop y réfléchir pour le moment. Quoiqu’il en soit, il préférait de loin la voir aux Trois Balais, au moins ils pouvaient discuter sans être dérangés. Et puis il aimait bien ces moments en tête à tête. Il ne s’y était jamais ennuyé en tout cas. Vraiment, c’était une véritable surprise que cette amitié avec elle, mais c’était une belle surprise.

Abraxas était en retard, il le savait, mais il n’avait pas vraiment le choix. Son père l’avait coincé avant qu’il ne sorte pour qu’ils discutent un peu, soi-disant que cela faisait un moment qu’ils n’avaient pas eu de discussion. Il n’avait pas pu y échapper, malheureusement, mais il avait fait de son mieux pour l’expédier rapidement cette conversation. En tout cas, il fut satisfait en arrivant devant le pub. Il n’avait pas besoin de la chercher, en général ils s’installaient toujours au même endroit, dans une table vers le fond. Il avança tranquillement avant de se laisser tomber sur la banquette à côté d’elle. Il jeta un rapide coup d’œil à son livre et grimaça. L’Arithmancie ça ne l’avait jamais attiré…

« Salut, désolé pour le retard, mon père voulait me parler. Mais je vois que tu as su t’occuper comme il se doit, même si je suis étonné que tu ne te sois pas encore endormie sur ton bouquin. »

black pumpkin
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
HYDRE
avatar
▌ Messages : 423
Humeur :
50 / 10050 / 100


QUI SUIS-JE?
Baguette: bois de meurisier, 17 cm, crin de licorne
Camp: Mal
Avatar: Ellen Page

Message#Sujet: Re: Une fois n'est pas coutume (Abraxas)   Ven 15 Juin - 15:03


Abraxas avait un peu de retard, rien d'alarmant ceci dit, où rien qui inquiète Lou outre mesure, en fait. C'était tout con, mais elle savait qu'il viendrait, et que s'il ne venait pas, il aurait une bonne excuse, c'était le genre de confiance qu'elle avait très vite et très facilement su placer en lui, sans se l'expliquer vraiment. N'empêche que c'était assez agréable de pouvoir faire pleinement confiance à quelqu'un d'autre.

Et de toute façon, elle avait de quoi s'occuper, même si elle se serait bien épargné des révisions si mortellement ennuyeuses. Encore, si c'était efficace ! Mais pour le moment, elle n'était pas fichue de retenir quoi que ce soit de ce qu'elle relisait. Il faut dire qu'elle n'avait jamais eu la facilité d'autres personnes pour ce qui était des cours et des examens. Ce n'était pas du jour au lendemain qu'elle allait passer du statut d'élève médiocre à celui de première de la classe.

« Salut, désolé pour le retard, mon père voulait me parler. Mais je vois que tu as su t’occuper comme il se doit, même si je suis étonné que tu ne te sois pas encore endormie sur ton bouquin. »


Lou accueillit la remarque d'Abraxas avec un sourire amusé tout en refermant avec plaisir le livre en question. Franchement, ses révisions n'auraient sans doute servi à rien si ce n'est à lui passer le temps.

"Tu es arrivé juste à temps, une minute de plus et tu m'aurais retrouvée écroulée sur la table", confirma-t-elle alors.

Ce qui n'était qu'à moitié vrai. Non, elle ne se serait sans doute pas littéralement endormie, mais bon, quand même, l'ennui aurait été sacrément présent. C'est sûr que si elle mettait toujours autant d'entrain à s'investir dans ses études, elle n'allait pas être sortie de l'auberge.

Bref, maintenant qu'il était là, elle avait tout sauf envie de discuter arithmancie plus longuement, ils avaient forcément mieux à se raconter. De toute façon, n'importe quel sujet ne pouvait qu'être terriblement rasoir.


"Tu vas bien ? Qu'est-ce qu'il te voulait, ton père ?"

Il ne tirait pas une tête de six pieds de long, donc ça n'avait pas dû être si grave que ça, mais on sait jamais. Quand les parents veulent nous parler, ce n'est pas toujours bon signe.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MANGEMORT
avatar
▌ Messages : 906
Humeur :
50 / 10050 / 100


QUI SUIS-JE?
Baguette: 27cm, bois de peuplier, ventricule de dragon
Camp: Mal
Avatar: Mitch Hewer

Message#Sujet: Re: Une fois n'est pas coutume (Abraxas)   Sam 23 Juin - 20:38

Une fois n'est pas coutume
But I must explain to you how all this mistaken idea of denouncing pleasure and praising pain was born and I will give you a complete account of the system, and expound the actual teachings of the great explorer of the truth, the master-builder of human happiness. No one rejects, dislikes, or avoids pleasure itself, because it is pleasure, but because those who do not know how to pursue pleasure rationally encounter consequences that are extremely painful.
Abraxas n’était pas quelqu’un de particulièrement retardataire. On lui avait appris à arriver toujours à l’heure à un rendez-vous. Qu’il soit d’ordre professionnel ou personnel. C’était un signe de respect et de classe parait-il. Il avait donc pris pour habitude d’arriver à l’heure précise quand il était attendu ou devait se rendre quelque part. Ce n’était pas non plus un effort surhumain que d’arriver à l’heure quelque part. Mais pour une fois, sans qu’il ne se l’explique vraiment, il tenait vraiment à arriver à l’heure fixée. Il faut dire qu’il appréciait ces rendez-vous avec Lou, cela lui faisait une coupure, un souffle agréable de sa vie au Ministère et ce n’était pas plus mal. Il n’y avait ni contrainte, ni prise de tête, juste des moments agréables et reposants. C’était quelque chose qu’il avait appris à apprécier sans vraiment chercher à le faire, tout comme c’était le cas avec Lou. Cela s’était fait tout naturellement, sans qu’aucun des deux ne le décide ou le veuille vraiment.

Honnêtement, il préférait largement se retrouver ici avec elle plutôt que de parler avec son père. Vous savez, ce genre de discussions que veulent absolument avoir les parents avec leurs enfants alors que c’est la dernière envie de ces derniers. Mais il lui avait été impossible de l’esquiver, mais il avait fait en sorte de l’expédier au plus vite. Et maintenant, il se retrouvait là, avec elle.

"Tu es arrivé juste à temps, une minute de plus et tu m'aurais retrouvée écroulée sur la table"

Il sourit, amusé, il se doutait bien qu’elle exagérait un peu la chose, mais au moins il avait compris ce qu’elle voulait dire. C’est vrai qu’elle allait bientôt passer ses examens, et il était bien content que tout cela soit passé pour lui. Ce n’était pas quelque chose qui lui manquait, si certains aspects de Poudlard le rendaient encore un peu nostalgique, ce n’était pas le cas des cours et des examens. En même temps, qui aimait les examens ? Personne, si ce n’est peut-être des gens extrêmement bizarres.

"Tu vas bien ? Qu'est-ce qu'il te voulait, ton père ?"

Il haussa les épaules, ce n’était rien d’important. Juste une petite discussion de mise au point. Son père était pas mal occupé par son travail avec la nouvelle Ministre, alors il voulait juste savoir où en était Abraxas quant à lui. Fort heureusement, il ne lui avait pas parlé d’un prochain mariage, donc il avait encore un peu de sursis. Ce qui ne déplaisait absolument pas au Malefoy.

« Oh, rien de bien important. Il voulait juste parler de mon avenir et savoir où j’en étais. Et toi ? ça avance tes révisions ou tu t’endors sur tous tes bouquins ? »

black pumpkin
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
HYDRE
avatar
▌ Messages : 423
Humeur :
50 / 10050 / 100


QUI SUIS-JE?
Baguette: bois de meurisier, 17 cm, crin de licorne
Camp: Mal
Avatar: Ellen Page

Message#Sujet: Re: Une fois n'est pas coutume (Abraxas)   Mar 26 Juin - 15:07


« Oh, rien de bien important. Il voulait juste parler de mon avenir et savoir où j’en étais. »

Lou grimaça légèrement en entendant la réponse de son interlocuteur. En effet, ce n'était effectivement rien de grave ou d'important, mais c'était bel et bien le genre de conversations dont tous les jeunes se passaient bel et bien et que tous les parents estimaient malgré tout indispensables.

A croire qu'ils avaient oublié combien ce genre de conversations avait pu être embarrassant et barbant quand ils étaient eux-mêmes jeunes et confrontés à la considération de leurs géniteurs. Bon, cela dit, c'était bien pour Abraxas.

C'était bien la preuve que Mr Malefoy se préoccupait suffisamment de son fils pour s'enquérir de sa situation. Et puisque le jeune homme considérait cette conversation comme anecdotique, il y avait de fortes chances pour que ses réponses aient largement suffi à la curiosité de son père. En même temps, le parcours d'Abraxas était plutôt exemplaire, à l'heure actuelle. Il n'y avait rien à y redire.


« Et toi ? ça avance tes révisions ou tu t’endors sur tous tes bouquins ? »

Ah ah... Elle aimerait bien répondre qu'elle ne s'endormait pas sur TOUTES ses révisions... mais ce serait un peu mentir. La vérité, c'est qu'elle avait un mal fou à se sentir concernée par les matières qu'elle se contraignait à étudier dans l'espoir de s'en tirer à ses ASPIC (à quelques exceptions près). Elle n'était définitivement pas faite pour le bachotage.

"C'est définitif, je suis pas faite pour les études"
, répondit-elle alors avec légèreté. "J'aurais dû me douter que les cours ne servaient pas qu'à faire la sieste."

Elle n'allait pas non plus se lamenter sur son sort. Ce n'est pas comme si elle apprenait à l'instant qu'elle était une piètre étudiante. Ses BUSE, déjà, elle les avait eues de justesse. Le fait qu'elle ait longtemps considéré d'emblée que ses diplômes ne lui serviraient à rien n'avait pas aidé, ceci dit.

"A ce rythme, ma prochaine conversation barbante avec mes parents va se résumer à me coller sous le nez une liste de fiancés potentiels."

Et adieu les éventuelles études supérieures. Encore qu'elle avait peut-être encore le temps de s'en tirer pas trop horriblement. Et même là, pas dit que ses parents acceptent de faire quoi que ce soit après ses ASPIC qui n'implique pas la gestion d'un foyer. Mais avec des résultats corrects, elle aurait peut-être le courage de les envoyer balader ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MANGEMORT
avatar
▌ Messages : 906
Humeur :
50 / 10050 / 100


QUI SUIS-JE?
Baguette: 27cm, bois de peuplier, ventricule de dragon
Camp: Mal
Avatar: Mitch Hewer

Message#Sujet: Re: Une fois n'est pas coutume (Abraxas)   Sam 14 Juil - 15:47

Une fois n'est pas coutume
But I must explain to you how all this mistaken idea of denouncing pleasure and praising pain was born and I will give you a complete account of the system, and expound the actual teachings of the great explorer of the truth, the master-builder of human happiness. No one rejects, dislikes, or avoids pleasure itself, because it is pleasure, but because those who do not know how to pursue pleasure rationally encounter consequences that are extremely painful.
Abraxas n’était pas idiot, il savait bien que les fiançailles lui pendaient au-dessus de sa tête et qu’il n’y échapperait pas. Mais le plus tard serait le mieux, et il faut bien avouer que quand son père lui avait dit vouloir lui parler, il avait craint qu’il ne lui révèle le nom de sa fiancée. Merlin merci, ce ne fut pas le cas. Mais même s’il savait tout cela, qu’il le fallait pour le bien des Malefoy, il n’était pas pressé de se retrouver coincé dans un mariage. Il avait pensé à ce que Charis lui avait dit la dernière fois qu’elle était venue chez lui, qu’il pouvait se trouver lui-même sa fiancée. Ce n’était pas idiot, c’est vrai, mais il n’avait pas vraiment eu le temps de se pencher sur la question, ni l’envie, autant le dire. Il faudrait sûrement qu’il y songe pourtant, avant que son père ne le prenne de vitesse, mais il avait au moins gagné du sursis pour le moment, et ce n’était pas rien.

Mais il n’avait aucune envie de pourrir l’ambiance avec des histoire de mariage pour le moment. Il préférait taquiner son amie sur ses révisions, parce que de ce qu’il en avait vu, c’est-à-dire pas grand-chose, elle ne semblait pas avancer très rapidement. Il la comprenait, les études ça pouvait être barbant, mais Abraxas s’en était toujours bien tiré, sans être une tête, il avait dégoté de très bons résultats à ses examens de fin d’année, et il souhaitait la même chose à Lou.

"C'est définitif, je suis pas faite pour les études. J'aurais dû me douter que les cours ne servaient pas qu'à faire la sieste."

Abraxas sourit, amusé, il est vrai que Lou avait un an de moins que lui, ce qui faisait qu’ils ne s’étaient jamais retrouvés ensemble dans une salle de classe. Et il n’avait jamais eu l’opportunité de la voir dormir sur son pupitre. Même si à l’époque où il était encore étudiant, il n’appréciait pas la jeune femme, cela aurait pu être amusant à voir.

« Eh bien bravo jeune fille. Je regrette presque de ne pas avoir un an de moins pour te voir baver sur tes cours. »

Il lui lance un sourire espiègle. Il avait pris l’habitude de la taquiner, et en général, elle le lui rendait bien. Ils avaient chacun leurs caractères mais il devait reconnaître qu’ils se coordonnaient plutôt bien jusqu’à maintenant. En tout cas, il espérait qu’elle réussisse tout de même à obtenir des résultats corrects, ce serait dommage qu’elle se loupe totalement.

"A ce rythme, ma prochaine conversation barbante avec mes parents va se résumer à me coller sous le nez une liste de fiancés potentiels."

Il grimace un peu, décidémment, ils avaient tous le droit en ce moment. Il faut dire qu’ils avaient l’âge pour, et nombreuses de ses connaissances étaient déjà mariées. Il restait quelques rescapés et heureusement. S’il était le seul célibataire, cela aurait eu le chic de lui coller le bourdon. Quoiqu’il en soit, il avait envie d’aider un peu son amie, enfin, autant qu’il lui soit possible en tout cas.

« Je crois que c’est un sujet de mode ça. Quoiqu’il en soit, je peux peut-être t’aider pour certains trucs… »

Alors qu’il réfléchissait à un moyen de l’aider. Il entendit au loin, une voix féminine qui eut le don de le faire grincer des dents. Et merde, il ne manquait plus qu’elle. Quoiqu’il en soit, il devait espérer qu’elle ne le verrait pas mais c’était peine perdue avec elle, ce serait presque comme si elle avait un radar pour détecter sa présence. Pris de court, il ne trouva pas d’autre option que de passer son bras autour des épaules de Lou pour l’attirer contre lui.

« Abraxas ! Qu’est-ce que tu fais ici ? »

Comme si ça ne se voyait pas… Il se retînt de lever les yeux au ciel et lui lança un regard légèrement agacé, pour lui montrer que sa présence gênait mais elle ne sembla pas s’en formaliser. C’était une fille avec qui il avait eu une aventure il y a quelques temps, et cette idiote était convaincue qu’ils étaient faits l’un pour l’autre. Il lui avait pourtant dit des centaines de fois qu’il se fichait d’elle, mais elle s’accrochait.

« Je prends un verre avec ma petite amie. Alors si tu pouvais aller ailleurs ça serait sympa. »

Il espérait surtout que Lou joue le jeu… quitte à lui rendre service après.

black pumpkin
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
HYDRE
avatar
▌ Messages : 423
Humeur :
50 / 10050 / 100


QUI SUIS-JE?
Baguette: bois de meurisier, 17 cm, crin de licorne
Camp: Mal
Avatar: Ellen Page

Message#Sujet: Re: Une fois n'est pas coutume (Abraxas)   Lun 16 Juil - 15:25



« Eh bien bravo jeune fille. Je regrette presque de ne pas avoir un an de moins pour te voir baver sur tes cours. »


L'idée fit sourire franchement Lou. Bon, c'était peut-être exagéré que de dire qu'elle "bavait" sur ses cours (encore que, en histoire de la magie...). Mais il est certain que son attitude ne transpirait pas le moindre effort de concentration de sa part et qu'il ne se dégageait pas d'elle une aura impliquée ou quoi que ce soit.

Oui, il avait sans doute manqué un spectacle digne de ce nom, mais au fond, il valait mieux qu'il ne l'ait pas vue dans ces dispositions peu flatteuses. Il ne l'aurait surement pas épargnée, à l'époque, pas comme maintenant, où ses remarques tenaient bien plus de la taquinerie que de l'attaque gratuitement déplaisante.

S'imaginer la compagnie d'Abraxas en cours n'était pas déplaisant. Elle aurait au moins un allié dans sa classe, où elle avait au mieux des connaissances, mais certainement plus d'amis. Mais dans cette configuration, possible qu'ils ne soient jamais devenus amis. Difficile, déjà, d'expliquer pourquoi ils s'étaient ainsi rapprochés. Ce que Lou savait en revanche, c'est que ça lui faisait beaucoup de bien.

Surtout quand on songeait que le reste était un peu moins glorieux.

« Je crois que c’est un sujet de mode ça. Quoiqu’il en soit, je peux peut-être t’aider pour certains trucs… »

Lou garda la question qui lui brûlait les lèvres pour elle quand Abraxas nota que ça avait tout l'air d'être un sujet d'actualité, les mariages... Peut-être une réflexion comme ça, parce que c'était... de leurs âges, dans leurs sphères en tout cas, et de ce qu'elle savait, beaucoup des amis d'Abraxas étaient déjà mariés ou pas loin de l'être. Ou bien Abraxas appréhendait-il aussi ce genre de nouvelles de son côté ?

En tout cas, il pensait pouvoir l'aider. Comment, elle n'en avait aucune idée, mais elle acceptait volontiers n'importe quelle suggestion. Elle attendait donc d'entendre ce qu'il pouvait avoir à dire sur le sujet, mais c'était sans compter sur la suite.

Lou n'eut absolument pas le temps de comprendre ce qui se passait qu'Abraxas passait son bras derrière ses épaules pour la rapprocher d'elle.

Figée, elle n'avait aucune idée de ce qu'elle était supposée comprendre de ce geste sorti de nulle part qui, l'air de rien, avait accéléré un minimum son rythme cardiaque, jusqu'à ce qu'une jeune femme fasse irruption. Et se signale sans vergogne.


« Abraxas ! Qu’est-ce que tu fais ici ? »

Lou n'avait pas la moindre idée de qui était cette fille, mais d'instinct, elle sut qu'elle n'allait pas l'apprécier. Va savoir si c'était le ton qu'elle employait, le regard qu'elle lui adressait (plus quelques-uns à elle à la dérobée qui la faisaient largement passer pour une intruse), ou encore le fait qu'elle était suffisamment jolie pour pouvoir rendre n'importe qui mal dans sa peau jalouse.


« Je prends un verre avec ma petite amie. Alors si tu pouvais aller ailleurs ça serait sympa. »


Bon, c'était pour ça... Lou devait bien reconnaître qu'elle aurait préféré être consultée avant qu'il l'entraîne dans ce petite manège (même si elle voyait bien que le temps avait manqué à Abraxas), mais elle décida de jouer le jeu. Après tout, c'était assez innocent et inoffensif, comme situation.

Elle n'avait pas forcément envie que cette fille s'éternise non plus. Et en fin de compte, elle n'avait pas très envie de partager la compagnie d'Abraxas non plus. Elle se rapprocha donc un peu plus du jeune homme, comme pour exprimer un "c'est le mien" silencieux.


"Tu déranges un peu, là"
, embraya-t-elle, pour abonder dans le sens d'Abraxas, endossant au mieux son rôle de petite amie possessive.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MANGEMORT
avatar
▌ Messages : 906
Humeur :
50 / 10050 / 100


QUI SUIS-JE?
Baguette: 27cm, bois de peuplier, ventricule de dragon
Camp: Mal
Avatar: Mitch Hewer

Message#Sujet: Re: Une fois n'est pas coutume (Abraxas)   Ven 3 Aoû - 15:03

Une fois n'est pas coutume
But I must explain to you how all this mistaken idea of denouncing pleasure and praising pain was born and I will give you a complete account of the system, and expound the actual teachings of the great explorer of the truth, the master-builder of human happiness. No one rejects, dislikes, or avoids pleasure itself, because it is pleasure, but because those who do not know how to pursue pleasure rationally encounter consequences that are extremely painful.
Très honnêtement, Abraxas ne se doutait pas une seule seconde que les choses prendraient cette direction là. Franchement, quel était le pourcentage de chance pour qu’une de ses plans fesses débarque ici et vienne lui pourrir son moment avec son amie ? Il n’y en avait pas des masses, et pourtant, ça lui tombait dessus quand même. Et il s’en serait bien passé. Ce qu’il aimerait surtout, c’est que cette fille se mette dans la tête une bonne fois pour toutes qu’il n’en avait rien à faire d’elle. Parce que c’était bel et bien le cas, que ça la blesse ou non, il s’en fichait totalement. Il voulait juste qu’elle l’oublie, qu’elle passe à autre chose, se trouve quelqu’un d’autre, peu importe. Mais qu’elle cesse sa fixation pour de bon. Ce n’était pas trop demandé tout de même.

Enfin quoiqu’il en soit, il devait se sortir de cette situation, et vite. Il était hors de question qu’elle lui gâche son après-midi. Mais il savait d’expérience qu’elle était incroyablement têtue. Et surtout, incroyablement aveugle quand il lui disait des choses. Il avait beau lui dire qu’il s’était juste servi d’elle, elle était convaincue qu’il blaguait pour la tester. Comme s’il n’avait que ça à faire sincèrement. De toute façon, il n’avait pas vraiment le choix, il était bien décidé à la faire partir.

Il n’avait peut-être pas usé de la meilleure des méthodes, mais en même temps, il n’avait pas eu le temps de demander à Lou de jouer le jeu et de prétendre être sa petite amie. Il avait dû improviser, et il n’avait rien trouvé de mieux que ça sur le coup. Il espérait que ça passe et surtout, que Lou ne le lâche pas maintenant, mais pour le moment, il ne s’était pris aucune gifle et elle ne l’avait pas non plus repoussé, alors… c’était plutôt une bonne chose non ? Il pouvait au moins le suposer. Si elle acceptait de l’aider dans tous les cas, il lui en devrait une, enfin, surtout si ça faisait déguerpir la harpie. Surtout cela. Il ne demandait pas non plus qu’elle l’embrasse à pleine bouche, mais au moins, qu’elle se contente de ne pas le repousser serait déjà bien. Mais il eut la bonne surprise de découvrir qu’elle fit même mieux que ça.

"Tu déranges un peu, là"

Abraxas ne put retenir un petit sourire au coin de ses lèvres. Il ne pensait pas que son amie jouerait autant le jeu que cela. Mais il n’allait certainement pas s’en plaindre, bien au contraire. Il observa la réaction de la fille. Il était évident qu’elle dérangeait. Et au vue de son expression, elle n’appréciait pas vraiment ce qu’elle voyait ou entendait. Si elle y croyait, ce serait vraiment son jour de chance. Il déposa un léger baiser sur la tempe de Lou, histoire de faire un peu plus réaliste, il ne voulait pas non plus trop en profiter, même s’il mentirait en disant que la situation, en excluant évidemment l’intruse, était désagréable.

Mais évidemment, cela aurait trop facile qu’elle s’en aille dès maintenant. Au lieu de ça, elle croisa les bras sur sa poitrine et leur offrit un sourire moqueur. De toute évidence, elle n’était pas convaincue par leur couple, et c’était bien dommage. Il allait devoir se montrer plus persuasif s’il voulait finir son après-midi en paix.

« N’importe quoi. C’est pas du tout ton genre de fille, elle est bien trop quelconque, et banale. Tu mérites beaucoup mieux. »

Il fronça les sourcils, agacé par ce qu’elle lui disait. Surtout que c’était totalement n’importe quoi. Lou n’avait rien à envier à personne de son point de vue, et surtout pas à cette dinde. Et il espérait au fond de lui, que Lou ne croirait pas non plus ce qu’elle disait, parce que ce n’était vraiment que des conneries.

« Qu’est-ce que tu en sais toi au juste ? Arrêtes de faire comme si tu me connaissais alors que c’était juste du sexe une seule nuit. En plus tu m’as pas marqué du tout. J’en ai rien à faire de toi, je suis avec Lou et elle est bien plus spéciale que tu ne peux le penser, ou que toutes les autres idiotes comme toi. Tu ne lui arrives même pas à la cheville, alors maintenant dégage avant que je m’énerve pour de bon. »

black pumpkin
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
HYDRE
avatar
▌ Messages : 423
Humeur :
50 / 10050 / 100


QUI SUIS-JE?
Baguette: bois de meurisier, 17 cm, crin de licorne
Camp: Mal
Avatar: Ellen Page

Message#Sujet: Re: Une fois n'est pas coutume (Abraxas)   Sam 4 Aoû - 10:32


Lou ne savait pas vraiment quoi penser de cette situation, ou plutôt de la manière qu'elle avait d'appréhender cette situation. Elle se rendait bien compte qu'il y avait sans doute dans le regard qu'elle portait sur Abraxas plus d'ambiguité que ce qu'elle avait bien voulu admettre jusqu'à ce jour.

Sinon, comment expliquer la jalousie (car oui, si elle voulait être honnête avec elle-même, c'était bien de ça qu'il s'agissait) qu'elle ressentait envers cette fille surgie de nulle ? Et comment interpréter le trouble qu'elle ressentait à jouer ce petit jeu qui devrait bien être innocent. Un baiser sur sa tempe et le trouble augmentait encore plus.

Mais à quoi est-ce qu'elle jouait exactement ? Justement, ce n'était qu'un jeu, alors il n'y avait pas de quoi se sentir si déstabilisée d'un coup alors que justement, ce qui lui plaisait le plus dans sa relation avec Abraxas, c'est que tout était simple, agréable... Eh merde.


« N’importe quoi. C’est pas du tout ton genre de fille, elle est bien trop quelconque, et banale. Tu mérites beaucoup mieux. »

Et voilà la petite peste de service qui brossait d'elle le portrait le plus pitoyable possible. Mais est-ce que c'était si faux ? Elle voulait ne pas être quelconque et banale, mais est-ce que, pour autant, ce n'était pas ce qu'elle était ? C'était bien de vouloir prouver à tous que le regard qu'ils portaient sur elle était erroné. Mais ce jugement ne venait sans doute pas de nulle part.

Fais chier... Où Abraxas n'avait pas son pareil pour regonfler sa confiance en elle-même, cette fille à la plastique beaucoup trop parfaite venait dégonfler son ego comme s'il était un bête ballon de baudruche. En tout cas, elle n'en menait vraiment pas large à l'heure actuelle.

Elle aurait bien aimé dire quelque chose, être capable de rétorquer une quelconque réplique cinglante qui aurait définitivement fait taire cette fille, mais Abraxas fut plus rapide (et certainement plus efficace aussi).


« Qu’est-ce que tu en sais toi au juste ? Arrêtes de faire comme si tu me connaissais alors que c’était juste du sexe une seule nuit. En plus tu m’as pas marqué du tout. J’en ai rien à faire de toi, je suis avec Lou et elle est bien plus spéciale que tu ne peux le penser, ou que toutes les autres idiotes comme toi. Tu ne lui arrives même pas à la cheville, alors maintenant dégage avant que je m’énerve pour de bon. »

Passons le fait que Lou était un peu mal à l'aise à l'idée d'entendre parler des relations sexuelles qu'il avait pu avoir avec cette fille (ou la relation, vu qu'elle n'avait été le coup d'une seule nuit).

Lou appréciait qu'Abraxas prenne sa défense (même si elle aurait voulu être capable de se défendre toute seule). Même si ça restait de la comédie, elle n'arrivait pas à s'empêcher de vouloir qu'il y ait plus qu'un fond de vérité dans les mots qu'il avait prononcés. Et voilà que ses joues rosissaient à vue d'oeil. De pire en pire.

En tout cas, le discours d'Abraxas avait eu l'air de calmer la petite pimbêche qui, après l'avoir considérée avec un mélange fort agréable d'incompréhension et de dégoût, tourna tout simplement les talons. Bon, bon, bon... Pas certain qu'elle ait dit son dernier mot, mais au moins, elle leur lâchait la grappe. C'était le but après tout.


"Bon ben... ça, c'est fait"
, observa Lou, tentant comme elle le pouvait de rendre cette situation un peu plus naturelle et anecdotique qu'elle ne l'avait vraiment été.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MANGEMORT
avatar
▌ Messages : 906
Humeur :
50 / 10050 / 100


QUI SUIS-JE?
Baguette: 27cm, bois de peuplier, ventricule de dragon
Camp: Mal
Avatar: Mitch Hewer

Message#Sujet: Re: Une fois n'est pas coutume (Abraxas)   Ven 31 Aoû - 11:25

Une fois n'est pas coutume
But I must explain to you how all this mistaken idea of denouncing pleasure and praising pain was born and I will give you a complete account of the system, and expound the actual teachings of the great explorer of the truth, the master-builder of human happiness. No one rejects, dislikes, or avoids pleasure itself, because it is pleasure, but because those who do not know how to pursue pleasure rationally encounter consequences that are extremely painful.
Si Abraxas espérait bien une chose, c’était qu’il n’y aurait pas un malaise entre Lou et lui après tout cela, ce qui était beaucoup demandé, probablement. Qui ne serait pas mal à l’aise après une telle scène ? Alors que leur amitié, bien que sincère, était encore récente. Abraxas ne devait pas avoir beaucoup de chance dans ce qui était de garder ses amis, même pour ce qui était du couple Lestrange, il avait une part de responsabilité. Mais là, il n’y pouvait rien si cette fille était folle, ou incroyablement stupide, ou bien les deux, pour ne pas comprendre qu’elle n’avait été qu’une passade pour lui, un moyen de détente. S’il avait eu pour projet qu’ils soient plus que des amants d’une nuit, il ne s’y serait pas pris de cette façon. Mais c’est qu’elle avait du mal à l’imprimer. Alors il était obligé de se servir de Lou, non, pas de se servir, cette idée-là le faisait grimacer, plutôt d’espérer qu’elle accepte de bien vouloir l’aider, même si au fond de lui-même, une petite voix lui soufflait qu’il appréciait un peu trop ce rapprochement qui ne devait être que fictif.

Quoiqu’il en soit, le but premier pour le moment, c’était de se débarrasser de cette enquiquineuse de première. Il allait bien falloir qu’elle le lâche un jour de doute façon. Mais cette peste ne put s’empêcher de l’ouvrir encore une fois, et qui plus est, pour critiquer, ou plutôt descendre totalement Lou. On aurait pu dire qu’Abraxas joua à la perfection le rôle du petit-ami défensif, mais le fait est qu’il se trouva réellement agacé par ses paroles qui n’avaient pas un seul mot devrai pour lui. Lou n’était peut-être pas la femme parfaite, et lui-même, par le passé, l’avait beaucoup dénigrée, pensant la même chose que cette fille. Mais depuis, il avait appris à la connaître et avait révisé son jugement.

Il n’avait pas pu s’empêcher de la défendre. N’ayant même pas la réflexion de se dire qu’elle pouvait le faire elle-même, il avait agi instinctivement. D’habitude, cela ne lui réussissait pas vraiment de faire ça, mais pour le moment, il n’avait pas l’impression de s’en tirer trop mal. Espérons que cela dure. Mais en tout cas, il parlait tout naturellement, disant ce qu’il pensait vraiment de Lou. Il n’y avait pas à chercher très loin pour savoir que Lou valait largement mieux que cette fille, largement mieux. En tout cas, rien n’était préparé, et les mots sortaient tout naturellement, sans qu’il joue un rôle ou qu’il se force.

Quoiqu’il en soit, il était de toute façon trop tard maintenant pour faire machine arrière. Et il n’avait de toute façon, aucune envie de le faire. Ce qui avait été dit, était la stricte vérité, et il ne voulait pas en changer. Il espérait que cela ne gêne pas trop Lou. Ou du moins, qu’elle ne lui en tienne pas rigueur par la suite, mais vu qu’il l’avait embarquée dans un truc un peu étrange sans l’avoir prévenue avant, il ne pariait pas là-dessus. Dans tous les cas, la fille finit par partir, et Abraxas se détendit. Il souffla de soulagement, et se demanda ce qu’il était censé faire maintenant. Il maintenait toujours Lou contre lui, et ne la lâcha pas directement, comme il aurait dû le faire. Il desserra tout de même légèrement son étreinte, pour lui laisser le choix de s’éloigner, si elle le désirait.

"Bon ben... ça, c'est fait"

Ouais… elle pouvait bien le dire. Il s’éclaircit la gorge, sentant bien sa gêne, ce qui était normal en fin de compte. Au vue de la situation, il ne lui restait plus qu’à s’excuser pour tout ça. Même s’il détestait ça et que là encore, ce n’était pas son fort. Il préférait qu’on lui en présente plutôt qu’avoir à le faire.

« Je suis désolé pour ça… Merci de… de ne pas m’avoir laissé tomber. Tu sais, je pensais vraiment ce que j’ai dit alors… n’écoute pas cette fille, de toute façon elle est complètement cinglée. »

black pumpkin
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
HYDRE
avatar
▌ Messages : 423
Humeur :
50 / 10050 / 100


QUI SUIS-JE?
Baguette: bois de meurisier, 17 cm, crin de licorne
Camp: Mal
Avatar: Ellen Page

Message#Sujet: Re: Une fois n'est pas coutume (Abraxas)   Sam 1 Sep - 11:23


Lou se doutait que pour dissiper un peu de la gêne et de l'inconfort qu'elle éprouvait en cet instant, elle devrait peut-être s'écarter à une distance un peu plus raisonnable et moins équivoque d'Abraxas, qui lui en laissait l'occasion sans vraiment s'éloigner de son côté.

Le truc, c'est que, en fait... elle n'en avait pas vraiment envie, et elle préférait, au fond, faire comme si de rien n'était et se concentrer sur leur conversation plutôt que sur leur position. Même si la conversation n'étai pas forcément non plus la moins embarrassante possible.


« Je suis désolé pour ça… Merci de… de ne pas m’avoir laissé tomber. »

Elle se contenta d'esquisser un léger sourire. Elle se serait mal vu le laisser en plan de toute manière. C'était... très bizarre et inattendu, de même que les pensées qui l'avaient traversé au long de ce petit manège, mais tout bien considéré, il n'y avait pas non plus de quoi s'en agacer. Rétrospectivement, c'était même sûr qu'elle s'en amuserait, et il y avait de quoi. En soi, la situation était plutôt cocasse.

Et si, au passage, ça avait pu rendre service à Abraxas, c'était au final d'autant mieux...


« Tu sais, je pensais vraiment ce que j’ai dit alors… n’écoute pas cette fille, de toute façon elle est complètement cinglée. »

Qu'il affirme avoir réellement pensé ce qu'il avait dit la touchait sincèrement, il aurait bien pu en faire des caisses dans le seul but de faire fuir sa conquête d'un soir. L'air de rien, qu'il sache l'estimer ainsi, ben... ça lui faisait quelque chose.

Et l'air de rien, également, l'entendre casser du sucre sur le dos de cette pimbêche n'était pas pour lui déplaire non plus.


"Elle est très mignonne, je suppose que ça compense."
, répliqua Lou sur le ton de l'humour.

Mais un humour un tantinet amer tout de même. Elle venait vraiment de dire ça à voix haute ? On dirait bien... Bon...
Bon...


"Merci d'avoir pris ma défense"
, dit-elle comme pour se rattraper aux branches et balayer les mots qu'elle venait tout juste de prononcer. "Et t'en fais pas, ça m'a pas du tout dérangée." En fait, ça aurait peut-être dû la déranger un peu plus, techniquement. "Et je suis habituée à jouer les petites amies de façade, je suis une experte à ce jeu-là."

Humour amer, une fois encore.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MANGEMORT
avatar
▌ Messages : 906
Humeur :
50 / 10050 / 100


QUI SUIS-JE?
Baguette: 27cm, bois de peuplier, ventricule de dragon
Camp: Mal
Avatar: Mitch Hewer

Message#Sujet: Re: Une fois n'est pas coutume (Abraxas)   Lun 24 Sep - 12:05

Une fois n'est pas coutume
But I must explain to you how all this mistaken idea of denouncing pleasure and praising pain was born and I will give you a complete account of the system, and expound the actual teachings of the great explorer of the truth, the master-builder of human happiness. No one rejects, dislikes, or avoids pleasure itself, because it is pleasure, but because those who do not know how to pursue pleasure rationally encounter consequences that are extremely painful.
Décidemment, il allait de surprise en surprise quand il s’agissait de Lou. Entre le fait qu’ils soient devenus amis alors que rien ne les prédisposait à l’être et cette journée des plus étranges. Même si pour le coup, c’était surtout à cause d’un élément perturbateur et non désiré. Certes, elle était partie, et franchement, c’était beaucoup mieux pour tout le monde. Mais maintenant, un sentiment de gêne planait au-dessus d’eux, et Abraxas ne savait pas vraiment comment faire pour le dissiper. En même temps, il y avait de fortes chances qu’il empire les choses en essayant d’arranger quoique ce soit. C’était souvent comme ça dans ce genre de situations.

En tout cas, il tenait à la remercier pour l’avoir aidé. Beaucoup l’auraient laissé dans sa merde. En même temps, c’était la première fois qu’il se retrouvait dans une telle situation. Et heureusement que ça avait été Lou qui était là avec lui, parce que si cela avait été Daniel… Eh bien, il aurait très difficilement pu le faire passer pour sa petite amie. Jamais cette idée ne lui serait venue à l’esprit d’ailleurs. Ce genre de choses étaient…contre nature et punissables. Enfin bref, ce n’était pas le propos.

En parlant de propos, le jeune homme pouvait bien admettre que ceux qu’il avait tenu pour défendre Lou pouvaient paraître ambigus mais il n’avait pas envie de se rétracter. Même si sur le moment, il avait dû jouer le rôle du petit-ami, il avait tout de même pensé ce qu’il avait dit, et il tenait à ce que la jeune femme le sache. Il n’était pas souvent la personne la plus honnête du monde, mais en tout cas, il l’avait été durant ce cours instant. Plus qu’il ne l’aurait dû peut-être.

"Elle est très mignonne, je suppose que ça compense."

Il hésita un instant, se demandait si c’était un piège ou quelque chose du genre. Il ne savait pas trop pourquoi il avait cette vague impression-là. Il se faisait sûrement du mouron pour rien. En tout cas, il ne trouvait plus cette fille aussi mignonne qu’il avait pu le faire par le passé. Déjà qu’il se souvenait à peine d’elle… en tout cas, elle n’était pas ou plus aussi belle que ça.

« Mouais… C’est pas une merveille non plus. Je sais pas trop ce que je lui ai trouvé. »

En tout cas, jamais il ne retenterait quoique ce soit avec elle. Il était quand même rare qu’il couche deux fois avec la même fille. Exceptions faîtes quand il sortait avec la fille en question mais ça n’était presque jamais arrivé donc voilà. Il y avait déjà très peu de chances qu’il partage un nouveau moment avec cette fille, à présent, c’était totalement certain qu’il n’y aurait rien.

"Merci d'avoir pris ma défense. Et t'en fais pas, ça m'a pas du tout dérangée. Et je suis habituée à jouer les petites amies de façade, je suis une experte à ce jeu-là."

Abraxas se sentit un peu coupable à ce moment-là. Il savait bien qu’elle faisait référence à son histoire avec Tom, et il n’avait pas eu envie de lui faire repenser à ça. Ni même qu’elle pense qu’elle n’était bonne qu’à ça. Ce qui n’était pas le cas, et de toute façon, rien de tout cela n’avait été prémédité. Cela aurait été des plus malsains.

« Ça ne devrait pas être le cas. Tu vaux bien mieux que ça. En tout cas, je te vois autrement que comme ça.»

black pumpkin
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
HYDRE
avatar
▌ Messages : 423
Humeur :
50 / 10050 / 100


QUI SUIS-JE?
Baguette: bois de meurisier, 17 cm, crin de licorne
Camp: Mal
Avatar: Ellen Page

Message#Sujet: Re: Une fois n'est pas coutume (Abraxas)   Mer 26 Sep - 11:49


« Mouais… C’est pas une merveille non plus. Je sais pas trop ce que je lui ai trouvé. »



Lou retint un sourire. C'était agréable d'entendre la jeune femme cracher du sucre sur le dos de cette pimbêche, même s'il n'affirmait peut-être cela que dans le but de la rassurer... Enfin... pourquoi chercherait-il à la rassurer là-dessus ?

Elle n'était pas sûr de croire complètement en ce qu'il lui disait. Si cette fille lui avait tapé dans l'oeil, si il avait couché avec lui, c'est bien qu'il devait la trouver attirante. Et franchement, objectivement, même si ça l'énervait vraiment beaucoup, elle était jolie, le genre de beauté qui ne laissent pas indifférent, le genre de beauté dont elle s'estimait dépourvue, ce qui l'avait toujours complexée, notamment vis-à-vis d'Ines (même si la pauvre n'y était pour rien).

Dans tous les cas, ça n'avait pas grande importance, qu'il trouve cette fille jolie ou non, ce n'est pas comme si ça comptait vraiment, au final. Ce n'était pas ce qui devait avoir particulièrement un quelconque impact sur leur relation. C'était plutôt cette situation qui pouvait en avoir un. Pas forcément au regard d'Abraxas, mais il était clair que Lou commençait à le voir différemment. Ou elle ne commençait peut-être pas. Mais elle en prenait totalement conscience, à présent.

Elle n'avait pas évoqué pour autant sa précédente relation (si on pouvait la nommer ainsi) pour l'appitoyer, c'était plus un fait, une tentative d'humour absolument maladroite.


« Ça ne devrait pas être le cas. Tu vaux bien mieux que ça. En tout cas, je te vois autrement que comme ça.»

Est-ce qu'elle valait vraiment mieux que ça ? Parfois, Lou se posait la question... Elle ne pouvait pas se plaindre de la nature de sa relation avec Tom, parce qu'elle l'avait bien voulu, parce qu'au fond, elle s'était convaincue du fait que c'était le mieux qu'elle pouvait avoir.

Mais c'était agréable d'entendre qu'elle pouvait valoir mieux que ça, surtout de la part d'une personne qu'elle estimait réellement, dont l'opinion comptait énormément pour elle.

Elle aimait entendre qu'il la voyait d'une autre manière, parce qu'elle avait envie qu'il la voie autrement...


"Et comment tu me vois, alors ?" osa-t-elle demander sans être certaine que sa réponse serait celle qu'elle avait envie d'entendre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MANGEMORT
avatar
▌ Messages : 906
Humeur :
50 / 10050 / 100


QUI SUIS-JE?
Baguette: 27cm, bois de peuplier, ventricule de dragon
Camp: Mal
Avatar: Mitch Hewer

Message#Sujet: Re: Une fois n'est pas coutume (Abraxas)   Jeu 8 Nov - 11:41

Une fois n'est pas coutume
But I must explain to you how all this mistaken idea of denouncing pleasure and praising pain was born and I will give you a complete account of the system, and expound the actual teachings of the great explorer of the truth, the master-builder of human happiness. No one rejects, dislikes, or avoids pleasure itself, because it is pleasure, but because those who do not know how to pursue pleasure rationally encounter consequences that are extremely painful.
Ce n’était pas une bonne idée. Vraiment pas. Abraxas aurait dû se taire depuis un moment déjà parce que là, il en disait beaucoup, ou pas assez… Mais ce n’était pas le pire. Non. Le pire c’était qu’il ne savait même pas lui-même où il voulait en venir, ou s’il voulait aller quelque part. Ni pourquoi il avait tant envie de la rassurer ou la complimenter. C’était… étrange tout ça…

En tout cas, il s’était un peu embourbé là-dedans tout seul, et cette fois-ci, il ne pourrait pas trouver de subterfuge ou même requérir l’aide de Lou. Mais bon, autant ne pas trop penser à ça pour le moment. Déjà qu’il devait monopoliser toute sa concentration pour ne pas se foirer ou ne pas dire n’importe quoi. Si ce n’était pas déjà fait… On ne pouvait jamais savoir à l’avance, surtout avec les filles, c’était d’un compliqué, comme si elles analysaient tout le temps et automatiquement chaque mot prononcé pour en décrypter toutes les interprétations possibles. Flippant.

Mais bon, au moins, il était sincère. Il ne l’était pas souvent dans son quotidien, il fallait bien le reconnaître, mais après tout, Abraxas avait été élevé dans un monde d’hypocrisie et de faux-semblants alors rien de plus normal que cela après tout. Mais en ce moment précis, il disait vraiment ce qu’il pensait à Lou. Il ne devrait d’ailleurs sûrement pas, mais il n’avait pas le temps d’y réfléchir qu’il avait déjà parlé. Et revenir sur ce qu’il avait dit, c’était tout de même compliqué. Il n’en avait pas spécialement envie ceci dit… tout était un peu confus et embrouillé dans son esprit. Il allait falloir qu’il fasse le tri dans tout ça avant qu’il ne dise n’importe quoi.

En tout cas, elle n’était pas partie en courant et ne l’avait pas non plus giflé, donc c’est qu’il ne devait pas avoir trop merdé jusque là. Ce qui était parfois le cas, surtout quand il s’agissait de relations avec la gente féminine. Non pas qu’il y ait une relation plus qu’amicale entre Lou et Abraxas, enfin… pas vraiment. Il n’avait pas envie de mettre de mot sur tout ça pour le moment, il verrait bien par la suite, mais s’engager dans les problèmes dès maintenant… non mieux valait attendre un peu et juste vivre le moment présent pour l’instant.

"Et comment tu me vois, alors ?"

La question piège. Elle était là. Totalement, que devait-il répondre à ça exactement ? La vérité, très certainement. Mais la vérité était beaucoup plus risquée qu’un mensonge, il le savait très bien. Et il se sentait totalement coincé. Il ne pouvait s’en prendre qu’à lui-même, c’était lui qui avait lancé la chose, sa question était légitime, mais la réponse était difficile à donner. Ou elle ne l’était pas, mais c’était juste qu’il avait du mal à la formuler.


« Hum… eh bien… je te vois comme une fille super qui a beaucoup de choses à offrir aux autres. Et je suis très content de m’être trompé sur ton compte et pouvoir te compter parmi mon entourage proche. Vraiment. Je ne regrette rien. Même si… p’t’être bien que tu pourrais faire partie de mon entourage encore plus proche.

C’est en l’entendant qu’il se rendit compte qu’il avait dit sa dernière phrase tout haut. Non mais quel con.

black pumpkin
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
HYDRE
avatar
▌ Messages : 423
Humeur :
50 / 10050 / 100


QUI SUIS-JE?
Baguette: bois de meurisier, 17 cm, crin de licorne
Camp: Mal
Avatar: Ellen Page

Message#Sujet: Re: Une fois n'est pas coutume (Abraxas)   Jeu 8 Nov - 15:34


Au fond, Lou regrettait d'avoir osé posé cette question bien trop propice au malaise, qui avait de fortes chances de mettre Abraxas dans une situation inconfortable, pour peu qu'il n'ait pas envie d'y répondre, ou qu'il n'ait de toute façon rien de particulier à dire, parce qu'il avait juste voulu se montrer poli, quelque chose de ce goût-là.

Mais la question était posé, et dans le fond, Lou espérait qu'il ne se déroberait pas, qu'il répondrait, peu importe ce qu'elle pourrait bien avoir à lui dire.


Hum… eh bien… je te vois comme une fille super qui a beaucoup de choses à offrir aux autres.

On peut le dire, c'était une première, et Lou n'avait pas souvenir que qui que ce soit ait dit ou pensé cela d'elle avant lui. Elle pourrait difficilement le nier, cela lui faisait beaucoup de bien. Réconfortée dans son ego, bien sûr, mais surtout parce que ça venait de lui.

Et je suis très content de m’être trompé sur ton compte et pouvoir te compter parmi mon entourage proche. Vraiment. Je ne regrette rien.


Elle sourit, les joues rosies. Elle non plus ne regrettait rien. Elle avait passé tant d'années à se cantonner à l'image que l'on avait d'elle, à se complaire dans une histoire factice qui ne pouvait lui apporter aucune satisfaction, aucun bonheur, qu'elle avait oublié qu'elle pouvait vraiment... s'attacher, et qu'il était possible que l'on s'attache à elle.

Non, clairement, elle ne regrettait rien, si ce n'est peut-être de manquer du courage nécessaire pour lui confesser, et pour de bon, ce qu'elle avait sur le coeur.


Même si… p’t’être bien que tu pourrais faire partie de mon entourage encore plus proche.

Son coeur manqua un battement. Elle venait bien d'entendre ce qu'elle avait entendu, là ?  Elle ne pensait pas pouvoir interpréter son propos de mille manières, loin de là... Et c'était cette manière-là qu'elle avait envie de comprendre... Même si elle avait du mal à savoir de quelle façon répondre, exactement.

Elle hésita, elle n'avait aucune idée de quoi répondre, ou plutôt, elle avait un milliard d'idées à l'esprit, en réalité, mais ce n'était pas des plus simple.

"Tu sais..." Elle hésita...Elle continuait d'avoir peur de se ridiculiser. "C'était pas... déplaisant du tout, de prétendre être avec toi. Enfin, je veux dire... je t'apprécie beaucoup. Vraiment beaucoup."

Aussi maladroit qu'explicite, donc.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

Message#Sujet: Re: Une fois n'est pas coutume (Abraxas)   

Revenir en haut Aller en bas
 

Une fois n'est pas coutume (Abraxas)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» De la Coutume Poitevine (Archives)
» Il était une fois... Carrefour!
» Rufus, caniche abricot de 4 ans, abandonné 2 fois ! (dép56)
» De la Coutume Diplomatique Poitevine (Archives)
» Murphy frappera trois fois... [PV Letha]
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
T.rouble O.r M.isery (or both) ::  :: 
Pré-au-lard
 :: Aux Trois Balais
-