AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Quand mon verre est vide, je le plains ; quand mon verre est plein, je le vide. [Geoffrey]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
SORCIER
Harfang Londubat
▌ Messages : 190
Humeur :
50 / 10050 / 100

En couple avec : Callidora Londubat

QUI SUIS-JE?
Baguette: Bouleau, 29 cm, plume de phénix
Camp: Neutre
Avatar: Chris Evans

Message#Sujet: Quand mon verre est vide, je le plains ; quand mon verre est plein, je le vide. [Geoffrey]    Mar 19 Juin - 19:26



Harfang Londubat Featuring Geoffrey Waldman



Quand mon verre est vide, je le plains ; quand mon verre est plein, je le vide.


Cette nuit encore, sa femme l'attendra toute la nuit, et possiblement jusqu'à l'aube voie jusqu'au lendemain matin (encore qu'à force d'habitude, elle ne constatera peut-être même pas son absence, à moins de tenir absolument à avoir une conversation comme celle qu'ils avaient déjà échangée il n'y a pas si longtemps, et qui n'avait mené nulle part), et Harfang n'a pas l'intention de penser à elle une seule seconde, et encore moins de culpabiliser. Il ne considère pas que cette situation mérite qu'il se ronge les sangs ou éprouve ce sentiment absurde que l'on nomme "culpabilité". Cette nuit, donc, sans considération pour sa femme supposément dévouée, il a bien l'intention de faire la tournée des bars et de finir sa soirée, qui sait, dans les bras charmants d'une jolie blonde. Ou d'une jolie brune. Ou d'une jolie rousse, il n'est pas difficile du tout de ce point de vue, même s'il a quelques critères tout de même, surtout de discrétion (et que dernièrement, il a tendance à préférer les rousses... on ne va pas se demander pour quelles raisons).

Il a donc décidé de commencer son périple nocturne par les Trois-Balais. Même si ce n'est pas la porte à côté par rapport à son travail, c'est un endroit qu'il aime bien, c'est là qu'il a fait ses... premiers pas ? Et même s'il finira sans doute sa soirée ailleurs, il considère que c'est un très bon point de chute pour commencer. Pour l'instant, il n'aborde personne, il est un peu tôt pour ça, il se contente de regarder autour de lui et de s'alcooliser légèrement. Son verre de whisky pur-feu à la main, il dragouille innocemment la serveuse au comptoir tout en adressant de temps en temps des regards discrets à la porte du bar. Où il voit finalement apparaître un visage familier. Harfang adresse un signe de la main à Geoffrey. Il peut bien modifier ou retarder ses plans pour boire un verre avec un ami, surtout que cela fait longtemps que Geoffrey et lui n'ont pas eu l'occasion de passer du temps ensemble.

codage par LaxBilly pour Stich ins Glück
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
Geoffrey Waldman
▌ Messages : 205
Humeur :
50 / 10050 / 100

En couple avec : Melissa Waldman

QUI SUIS-JE?
Baguette: 22 cm, bois d'acajou, écaille de sirène
Camp: Neutre
Avatar: Michael Fassbender

Message#Sujet: Re: Quand mon verre est vide, je le plains ; quand mon verre est plein, je le vide. [Geoffrey]    Mer 4 Juil - 6:29

Quand mon verre est vide, je le plains ; quand mon verre est plein, je le vide.
But I must explain to you how all this mistaken idea of denouncing pleasure and praising pain was born and I will give you a complete account of the system, and expound the actual teachings of the great explorer of the truth, the master-builder of human happiness. No one rejects, dislikes, or avoids pleasure itself, because it is pleasure, but because those who do not know how to pursue pleasure rationally encounter consequences that are extremely painful.
C’était un nouveau soir où Geoffrey n’avait pas particulièrement envie de rentrer tôt. Il n’avait pas envie de rentrer tout court. Même s’il avait eu une longue journée, retourner chez lui ne l’attirait pas beaucoup. C’était juste comme ça, il n’y avait pas grand-chose à ajouter. Il n’avait pas non plus en tête de boire jusqu’à plus soif et jusqu’à ce qu’il ne sache plus comment il s’appelle, ce n’était pas son genre de toute façon, être soul ne faisait partie de ce qu’il aimait faire. Mais il était toujours bon de se détendre non ? Il serait peut-être moins dur avec Melissa comme ça, ou moins sec. Même si au fond, il n’avait aucune intention de lui causer du tort, c’était toujours indirect quand c’était le cas, mais après toutes ces années de mariage, elle avait l’habitude, ce n’était plus une surprise. Enfin bref, tout cela pour dire que Geoffrey comptait se rendre dans un bar et commander un verre. Il n’avait pas spécialement envie de finir sa nuit avec une inconnue alors il rentrerait probablement seul. En même temps, ce n’était pas comme s’il ramenait ses maîtresses chez lui.

Passé la porte des Trois-Balais, il parcourut la pièce du regard, par réflexe, pour déjà évaluer le monde présent et pour vérifier qu’il ne s’y trouvait pas une connaissance à lui. Ce n’est qu’après qu’il aperçut Harfang au comptoir. Harfang était un bon ami à lui. Un des seuls, Geoffrey n’était pas quelqu’un qu’on appréciait facilement, et la réciproque était tout aussi vrai, mais pourtant, il appréciait Harfang et il pensait que l’inverse était vrai aussi. Il s’approcha calmement jusqu’à ce qu’il puisse s’assoir à côté de lui. Il laissa porter son regard sur la serveuse puis sur Harfang et sourit narquoisement, comprenant très bien que son ami était déjà en chasse pour une nouvelle conquête féminine. A côté d’Harfang, Geoffrey était un nourrisson en termes d’infidélité. Harfang prenait presque tout ce qu’il croisait et qui était plus ou moins à son goût, Geoffrey prenait plus le temps de choisir ses maîtresses, il avait des critères de sélection.

« Bonsoir Harfang, j’espère que je n’interromps rien avec mademoiselle. »

black pumpkin
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
Harfang Londubat
▌ Messages : 190
Humeur :
50 / 10050 / 100

En couple avec : Callidora Londubat

QUI SUIS-JE?
Baguette: Bouleau, 29 cm, plume de phénix
Camp: Neutre
Avatar: Chris Evans

Message#Sujet: Re: Quand mon verre est vide, je le plains ; quand mon verre est plein, je le vide. [Geoffrey]    Sam 7 Juil - 14:06



Harfang Londubat Featuring Geoffrey Waldman



Quand mon verre est vide, je le plains ; quand mon verre est plein, je le vide.


Un sourire se dépose sur les lèvres d'Harfang quand Geoffrey suggère qu'il ait pu interrompre quoi que ce soit entre lui et la demoiselle au comptoir. Harfang voudrait bien, mais hormis une conversation en soi plaisante, il y avait peu de chances que Geoffrey mette fin à quoi que ce soit de plus, et même si ça devait être le cas... tant pis. Si Harfang a pour habitude d'enchaîner les conquêtes, il n'a pas le besoin pathologique de le faire, et il peut très bien troquer une soirée en galante compagnie pour une soirée amicale sans que ça le dérange le moins du monde. Bien au contraire, même. Surtout que cela fait un moment que Geoffrey et lui n'ont pas juste discuté autour d'un verre tous les deux. Autant corriger le tir, donc, en changeant un peu son programme.

"Si seulement"
, s'amuse-t-il quand même à répondre en adressant au passage un clin d'oeil à la serveuse dont les joues rosissent légèrement. Puis il ne lui accorde plus aucune attention et se tourne complètement vers son interlocuteur qui a son entière attention, désormais. "Comment vas-tu depuis la dernière fois ?"

Il commence par les questions d'usage, rien d'inhabituel, mais il ne faut pas s'y méprendre, ça l'intéresse quand même vraiment. D'un coup d'oeil, il a l'impression que son interlocuteur se porte plutôt bien. Au mieux a-t-il l'air un peu fatigué, ce qui ne peut être qu'une impression et qui serait normal quand on se donne autant pour son travail que peut le faire Geoffrey. Ce que fait Harfang également, d'ailleurs, même s'il peut ne pas toujours en donner l'impression, c'est vrai.

codage par LaxBilly pour Stich ins Glück
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
Geoffrey Waldman
▌ Messages : 205
Humeur :
50 / 10050 / 100

En couple avec : Melissa Waldman

QUI SUIS-JE?
Baguette: 22 cm, bois d'acajou, écaille de sirène
Camp: Neutre
Avatar: Michael Fassbender

Message#Sujet: Re: Quand mon verre est vide, je le plains ; quand mon verre est plein, je le vide. [Geoffrey]    Jeu 26 Juil - 14:03

Quand mon verre est vide, je le plains ; quand mon verre est plein, je le vide.
But I must explain to you how all this mistaken idea of denouncing pleasure and praising pain was born and I will give you a complete account of the system, and expound the actual teachings of the great explorer of the truth, the master-builder of human happiness. No one rejects, dislikes, or avoids pleasure itself, because it is pleasure, but because those who do not know how to pursue pleasure rationally encounter consequences that are extremely painful.
Harfang était l’une des rares personnes que Geoffrey appréciait vraiment et pas seulement parce qu’il pouvait lui apporter quoique ce soit. Bien qu’il devait admettre qu’être ami avec le sous-directeur de Gringotts pouvait peut-être être un plus dans certaines situations, mais pour l’heure, il n’avait encore jamais eu à lui demander quoique ce soit qui pourrait relever de ses fonctions. Bref, Geoffrey n’appréciait pas grand monde, on pouvait les compter sur les doigts d’une seule main, et peut-être même en n’utilisant pas tous les doigts. Harfang n’était peut-être pas le meilleur des hommes, mais après tout, ce n’était pas son problème s’il allait voir ailleurs tous les soirs, surtout quand on voyait sa femme, rien qu’à voir la tronche qu’elle tirait, ça donnait pas envie… Il comprenait Harfang, et dans tous les cas, même s’il n’était pas aussi actif que le Londubat, Geoffrey n’était pas très fidèle non plus.

"Si seulement"

Il leva les yeux au ciel, mais sourit, amusé. Il n’avait jamais déterminé un type de femmes pour Harfang, à sa connaissance, il prenait ce qui lui tombait sous la main, bon évidemment, les laiderons passaient leur chemin, mais sinon, il ne faisait pas beaucoup de distinction. Geoffrey était bien plus sélectif, et difficile. Même si ce n’était que pour du sexe, il ne voulait pas prendre n’importe qui. Surtout que certaines de ses maîtresses ne l’étaient pas que pour une seule nuit. Comme Agrippine.

"Comment vas-tu depuis la dernière fois ?"

Comment il allait… Eh bien il aurait pu aller pire, comme mieux. Quoiqu’il était tout de même content de tomber sur Harfang, il n’allait pas le nier. Passer un peu de temps avec son ami lui faisait vraiment plaisir. Surtout que cela faisait déjà un petit moment qu’il ne l’avait pas croisé. Alors c’était d’autant plus agréable.

« Eh bien, ça va pas trop mal. Ça n’avance pas comme je voudrai ce registre, du moins pas assez vite mais je n’y peux pas grand-chose… Et toi ? Ta femme te les brise toujours autant ? »

black pumpkin
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
Harfang Londubat
▌ Messages : 190
Humeur :
50 / 10050 / 100

En couple avec : Callidora Londubat

QUI SUIS-JE?
Baguette: Bouleau, 29 cm, plume de phénix
Camp: Neutre
Avatar: Chris Evans

Message#Sujet: Re: Quand mon verre est vide, je le plains ; quand mon verre est plein, je le vide. [Geoffrey]    Jeu 2 Aoû - 19:58



Harfang Londubat Featuring Geoffrey Waldman



Quand mon verre est vide, je le plains ; quand mon verre est plein, je le vide.


Geoffrey lui répond qu'il va bien, et Harfang estime qu'il peut le croire sans mal, car tout dans son attitude et son comportement le laissent croire. Il n'a pas l'air de vouloir lui cacher quoi que ce soit en tout cas. Il lui parle de son travail, du registre sur lequel il travaille et qui, apparemment, ne progresse pas aussi bien qu'il l'aurait voulu. Dommage pour lui, mais connaissant Geoffrey, il suppose que tout doit bien se passer, il est seulement trop exigeant et voudrait que les choses se passent encore plus vite et encore plus efficacement. Il faut dire aussi, pour sa défense, qu'on lui a collé un sacré boulet dans les pattes, avec Norbert Dragonneau, le magizoologiste qui a certes sa réputation, mais qui doit être l'un des pires collègues qu'on puisse imaginer. Mais il s'en sortira, et il fera parfaitement bien les choses, comme toujours. Harfang le connaît, il en est convaincu. Il ne va pas se pencher plus sur la question, il estime que son interlocuteur pense déjà beaucoup trop à son travail en temps normal, ça lui fera forcément du bien de décrocher un peu, de se concentrer sur autre chose. Il le laisse donc changer de sujet, et si le nouveau sujet doit être son épouse acariâtre, le sujet l'amuse plus qu'il ne l'ennuie.

"Oh, elle rivalise d'inventivité, pour ça"
, répond-il avec le sourire.

Oui, Callidora les lui brise menu, c'est un fait, et il ne compte pas s'en cacher ou prendre la défense de son épouse. En même temps, pourquoi est-ce qu'il le ferait ? C'était la vérité, et s'il y a bien quelqu'un auprès de qui il n'a pas à de souci à se faire, c'est bien son interlocuteur. Callidora n'est pas un cadeau, oui. Mais il n'imagine pas à quel point elle va encore être capable de le surprendre... et pas franchement en bien.

"Je mériterais une médaille pour la supporter au quotidien."
Et il plaisante à peine. "Et toi ? Comment va Melissa ?"

Même si Geoffrey n'est pas un exemple de fidélité (sans aller aussi loin que lui), il sait que sa relation à son épouse est bien différente, ne serait-ce que parce qu'il l'a choisie.

codage par LaxBilly pour Stich ins Glück
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
Geoffrey Waldman
▌ Messages : 205
Humeur :
50 / 10050 / 100

En couple avec : Melissa Waldman

QUI SUIS-JE?
Baguette: 22 cm, bois d'acajou, écaille de sirène
Camp: Neutre
Avatar: Michael Fassbender

Message#Sujet: Re: Quand mon verre est vide, je le plains ; quand mon verre est plein, je le vide. [Geoffrey]    Mer 29 Aoû - 10:17

Quand mon verre est vide, je le plains ; quand mon verre est plein, je le vide.
But I must explain to you how all this mistaken idea of denouncing pleasure and praising pain was born and I will give you a complete account of the system, and expound the actual teachings of the great explorer of the truth, the master-builder of human happiness. No one rejects, dislikes, or avoids pleasure itself, because it is pleasure, but because those who do not know how to pursue pleasure rationally encounter consequences that are extremely painful.
On disait souvent qu’il valait mieux être seul que mal accompagné. Et Geoffrey était le dernier à démentir cette vérité. Etant donné le nombre de boulets et de cas sociaux qu’il devait se coltiner toute la journée au travail, il se sentait réellement bien que quand il était seul dans son bureau et qu’on lui foutait la paix. Certains pouvaient dire qu’il était antipathique et sévère, c’était peut-être bien le cas, Geoffrey était quelqu’un de cynique, qui supportait mal la présence des autres, surtout quand elle ne lui apportait absolument rien. Mais il n’avait pas le droit de tous les virer, quel dommage. Quoiqu’il en soit, Harfang n’était pas de mauvaise compagnie, étant donné que le sang-pur était un de ses rares amis, il n’allait pas cracher sur le peu de temps qu’il pouvait lui accorder. Harfang était sous-directeur de Gringotts, alors ça lui prenait pas mal de temps, surtout couplé à toutes ses liaisons qu’il entretenait. Quoiqu’à sa connaissance, Harfang couchait rarement deux fois avec la même femme, mais cela prenait tout de même un petit peu de temps. Enfin bon, il n’était pas là pour le juger, il n’était pas beaucoup mieux question fidélité, mais Geoffrey préférait de loin avoir de vraies maîtresses que de banales conquêtes sans lendemain, même si cela lui était déjà arrivé également, bien entendu.

"Oh, elle rivalise d'inventivité, pour ça"

Il lui rendit légèrement son sourire, ne manquant pas de le croire. Harfang lui avait déjà plusieurs fois raconté les agissements de son épouse. Et même sans ça, le peu de fois où Geoffrey avait vu Callidora, il ne l’avait pas apprécié plus que ça. Cela se voyait qu’elle était froide et autoritaire, et Geoffrey n’avait aucun mal à savoir pourquoi Harfang allait voir ailleurs. Autant, Geoffrey n’avait pas grand-chose à reprocher à Melissa, autant Harfang pouvait tenir un calepin tout entier pour cela. Le pauvre homme.

"Je mériterais une médaille pour la supporter au quotidien. Et toi ? Comment va Melissa ?"

Melissa… eh bien, elle était toujours Melissa. Et il ne demandait pas à ce qu’elle change d’ailleurs. Elle était l’épouse parfaite, il n’y avait pas à dire. Mais Geoffrey recherchait chez les autres femmes ce qu’il ne voyait pas en elle. Ce n’est pas pour autant qu’elle devait changer sa façon de faire. De toute manière, théoriquement, elle ne savait rien de ses liaisons, donc tout allait bien.

« Oh mais je te crois aisément. Je n’aimerai pas être à ta place. Melissa va bien, elle est toujours égale à elle-même. Du coup, je n’ai pas à me plaindre de ce côté-là. »

black pumpkin
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
Harfang Londubat
▌ Messages : 190
Humeur :
50 / 10050 / 100

En couple avec : Callidora Londubat

QUI SUIS-JE?
Baguette: Bouleau, 29 cm, plume de phénix
Camp: Neutre
Avatar: Chris Evans

Message#Sujet: Re: Quand mon verre est vide, je le plains ; quand mon verre est plein, je le vide. [Geoffrey]    Ven 31 Aoû - 11:50



Harfang Londubat Featuring Geoffrey Waldman



Quand mon verre est vide, je le plains ; quand mon verre est plein, je le vide.


Harfang affiche un sourire de circonstance quand Geoffrey affirme le croire sur parole, et le plaindre qui plus est. Il apprécie que son ami sache dans quel bourbier il se trouve. Qu'on le croie ou non, ils étaient beaucoup à se ranger du côté de Callidora et à le considérer comme un mari incompétent, un cas désespéré. Alors c'est agréable de voir la tendance s'inverser un peu, de voir certaines personnes comprendre avec quelle sorte de vipère il partage sa vie. Bien sûr, ça ne change rien à la donne malgré tout, ce n'est pas pour autant que l'épouse acariâtre va disparaître du paysage ou comme si de rien n'était ou se transformer en princesse de conte de fée, mais c'est toujours ça de pris, ça fait du bien au moral.

De son côté, Geoffrey n'a donc aucune raison de se plaindre de son épouse, la charmante et parfaite Melissa, fidèle à elle-même selon les dires de son ami. Est-ce pour autant qu'il est épanoui dans son ménage de son côté. S'il l'était vraiment, il n'agirait peut-être pas comme il le faisait, encore que l'on peut avoir mille raisons de s'épancher dans l'adultère : la vengeance, la soif de liberté, la nécessité de vivre de nouvelles expériences. Pour peu que l'on estime que l'amour et les plaisirs charnels sont deux choses bien distinctes, tromper n'est peut-être pas toujours tromper... Encore faudrait-il que ces mesdames soient du même avis.

"Je n'en avais pas douté",
répondit-il alors, parce qu'il avait le sentiment que Geoffrey avait toujours la même chose à dire de Melissa. Qu'elle était égale à elle-même, ce qui la concernant est un compliment. Il but une nouvelle gorgée de son verre avant de reprendre, sans transition. "Dis... tu vois encore Agrippine ?"

Oui, ça sortait complètement de nulle part mais tant pis, c'est ce qui lui était venu à l'esprit sur le moment, et il se pourrait qu'il se montre un peu trop obnubilé par celle que tout le monde parvient à avoir sauf lui.


codage par LaxBilly pour Stich ins Glück
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
Geoffrey Waldman
▌ Messages : 205
Humeur :
50 / 10050 / 100

En couple avec : Melissa Waldman

QUI SUIS-JE?
Baguette: 22 cm, bois d'acajou, écaille de sirène
Camp: Neutre
Avatar: Michael Fassbender

Message#Sujet: Re: Quand mon verre est vide, je le plains ; quand mon verre est plein, je le vide. [Geoffrey]    Dim 23 Sep - 3:31

Quand mon verre est vide, je le plains ; quand mon verre est plein, je le vide.
But I must explain to you how all this mistaken idea of denouncing pleasure and praising pain was born and I will give you a complete account of the system, and expound the actual teachings of the great explorer of the truth, the master-builder of human happiness. No one rejects, dislikes, or avoids pleasure itself, because it is pleasure, but because those who do not know how to pursue pleasure rationally encounter consequences that are extremely painful.
Il y avait peu de doutes à avoir, Harfang était le seul ami de Geoffrey. Ou du moins, le seul vrai ami. Il y avait d’autres personnes avec qui Geoffrey pouvait bien s’entendre, évidemment, il n’était pas complètement asocial. Juste très sélectif et aussi difficile à supporter. Mais Harfang était un des rares avec qui Geoffrey pouvait passer une soirée sans se dire qu’il voudrait être ailleurs. Harfang n’était pas l’homme le plus facile non plus en termes de caractère. Mais ils avaient tout de même réussi à sympathiser et à tisser une amitié. Peut-être pas la plus forte qui soit, mais tout de même suffisante. En tout cas, cela suffisait à Geoffrey. Il savait qu’il pouvait compter sur Harfang en cas de besoin, et c’était loin d’être la même chose pour les autres. En général, Geoffrey ne comptait que sur lui-même, c’était plus sûr. Mais quand il y avait quelques personnes à qui on pouvait déléguer, ce n’était pas plus mal.

En tout cas, il devait bien reconnaître que grâce à lui, il n’avait pas besoin de chercher loin pour fournir une excuse à Melissa pour expliquer qu’il ne rentrait pas à la maison, ou rentrerait tard quand il décidait d’aller voir une autre femme. Etant donné qu’il ignorait qu’elle était au courant de ses adultères, il avait au moins la délicatesse de lui fournir des excuses. Enfin… façon de parler. Dans tous les cas, il savait qu’Harfang était toujours prêt à lui fournir un alibi. Ce qui était très aimable de sa part, il fallait bien le reconnaître.

"Je n'en avais pas douté. Dis... tu vois encore Agrippine ?"

La question le surprenait sans le surprendre. Il faut dire qu’il était habitué maintenant à ce que Harfang parle d’Agrippine. La jeune femme ne cessait de le repousser et ce, malgré l’insistance et la persistance d’Harfang. La situation était aussi désolante qu’amusante en soit. Mais même si Harfang était son ami et qu’il avait des vues sur Agrippine, Geoffrey ne voyait pas l’intérêt de mentir. Agrippine était sa maîtresse, et celle d’autres hommes aussi probablement.

« Oui, je la vois régulièrement. Elle continue à te repousser ? »

black pumpkin
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
Harfang Londubat
▌ Messages : 190
Humeur :
50 / 10050 / 100

En couple avec : Callidora Londubat

QUI SUIS-JE?
Baguette: Bouleau, 29 cm, plume de phénix
Camp: Neutre
Avatar: Chris Evans

Message#Sujet: Re: Quand mon verre est vide, je le plains ; quand mon verre est plein, je le vide. [Geoffrey]    Jeu 27 Sep - 14:49



Harfang Londubat Featuring Geoffrey Waldman



Quand mon verre est vide, je le plains ; quand mon verre est plein, je le vide.


Bon, il l'a cherché, et il l'a, sa réponse. C'est forcément une réponse déplaisante, mais en même temps, ce n'est pas du tout une réponse inattendue, loin de là. Il sait très bien que Geoffrey fait partie des amants privilégiés d'Agrippine. Et... ce n'est même pas qu'il soit jaloux, il n'en veut pas à Agrippine de voir d'autres hommes, elle a toujours été comme ça et il sait qu'on ne la changera pas (et il ne voudrait pas qu'elle change). Mais c'est tout de même assez... agaçant que de s'avoir que la place occtroyée à Geoffrey, il ne peut qu'y prétendre. Et sans trop d'espoir. Et Geoffrey n'arrange rien en lui rappelant (comme s'il en avait besoin) qu'il ne cesse de l'éconduire. Tu parles d'un ami. Et pourtant, c'est vraiment un ami digne de ce nom, et il ne le remettrait pas en question pour autant.

"Elle adore ça"
, répond-il avec une certaine légèreté.

Il ne sert à rien d'en faire tout un drame non plus, mais quand même, il reconnaît qu'elle prend un malin plaisir à le faire tourner en bourrique. Il aime ça, quelque part. Mais en même temps, ça devient de plus en plus difficile à vivre pour lui.

"Je crois que je commence... à penser un peu trop à elle."


Ce n'est pas le genre de chose qu'il a tendance à dire, et encore moins à penser, mais ce n'est pas comme s'il s'adressait à n'importe qui non plus, il sait que même s'il fréquente Agrippine, Geoffrey ne fera rien de regrettable de cette information. Et de toute manière, Agrippine est loin d'être idiote (c'est bien le problème, si elle n'était pas intelligente, elle l'intéresserait bien moins), elle a bien dû comprendre.
codage par LaxBilly pour Stich ins Glück
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
Geoffrey Waldman
▌ Messages : 205
Humeur :
50 / 10050 / 100

En couple avec : Melissa Waldman

QUI SUIS-JE?
Baguette: 22 cm, bois d'acajou, écaille de sirène
Camp: Neutre
Avatar: Michael Fassbender

Message#Sujet: Re: Quand mon verre est vide, je le plains ; quand mon verre est plein, je le vide. [Geoffrey]    Sam 10 Nov - 11:02

Quand mon verre est vide, je le plains ; quand mon verre est plein, je le vide.
But I must explain to you how all this mistaken idea of denouncing pleasure and praising pain was born and I will give you a complete account of the system, and expound the actual teachings of the great explorer of the truth, the master-builder of human happiness. No one rejects, dislikes, or avoids pleasure itself, because it is pleasure, but because those who do not know how to pursue pleasure rationally encounter consequences that are extremely painful.
Geoffrey n’était pas vraiment surpris que son ami lui parle d’Agrippine. Elle revenait toujours dans leur conversation, souvent par Harfang. Geoffrey n’en parlait pas vraiment de lui-même parce que même s’il se fichait un peu de tout, Harfang était un ami et il n’avait pas envie de remuer le couteau dans la plaie, en lui parlant d’une femme qui se refusait sans cesse à lui alors que Geoffrey en profitait grandement. Il comprenait que Harfang essaye toujours, mais peut-être qu’il devrait y mettre un peu moins d’ardeur ou d’importance. Parce que si ça continuait, Harfang se ferait juste plus de mal qu’autre chose, et ce n’était pas ce qu’il souhaitait pour son ami. Mais bon, en même temps, il ne pouvait pas non plus lui dire quoi faire, il était adulte et gérait sa vie comme il l’entendait. Mais bon, se calmer un peu ne pourrait pas lui faire du mal non plus.

"Elle adore ça"

Bon, au final, ça avait l’air d’amuser Harfang. Tant mieux, Geoffrey ne comprenait pas où était amusant le fait de se faire sans cesse recaler par la même femme mais bon. Tant mieux pour lui que ce soit le cas. Peut-être qu’au final, Harfang n’était pas vraiment malheureux de cette situation avec Agrippine. C’est tout ce qu’il souhaitait après tout.

"Je crois que je commence... à penser un peu trop à elle."

Quoi ? Est-ce qu’il était en train de lui dire à demi-mot qu’il s’était attaché à Agrippine et qu’il avait des sentiments pour elle ? Voilà qui compliquait un peu les choses. Harfang s’était fait prendre au jeu qu’il avait lui-même commencé. C’était bien dommage pour lui. Geoffrey ne savait pas trop ce qu’il était censé faire ou dire. Cette situation était un peu compliquée, et étrange étant donné qu’Agrippine était sa maîtresse. Il se voyait donc mal le conseiller sur la marche à suivre, et ne pouvait pas non plus l’aider à conquérir la jeune femme, ce serait très bizarre, et au fond de lui, il n’en avait pas envie non plus. S’il savait et n’était pas jaloux des autres amants de la jeune femme, moins il y en avait, mieux il se portait.

« Voilà qui complique les choses… j’espère que tu sais ce que tu veux alors en continuant de la fréquenter, parce qu’elle risque bien de te briser le cœur. »

black pumpkin
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
Harfang Londubat
▌ Messages : 190
Humeur :
50 / 10050 / 100

En couple avec : Callidora Londubat

QUI SUIS-JE?
Baguette: Bouleau, 29 cm, plume de phénix
Camp: Neutre
Avatar: Chris Evans

Message#Sujet: Re: Quand mon verre est vide, je le plains ; quand mon verre est plein, je le vide. [Geoffrey]    Lun 12 Nov - 12:18



Harfang Londubat Featuring Geoffrey Waldman



Quand mon verre est vide, je le plains ; quand mon verre est plein, je le vide.


Voilà qui complique sérieusement les choses. Harfang doit reconnaître à son interlocuteur qu'il a parfaitement bien su résumer sa situation. Tant que ce n'était qu'un jeu du chat et de la souris plus ou moins innocent, ça n'avait pas beaucoup d'importance. Le problème, c'est que Harfang est attaché, très attaché à Agrippine. Il ne va pas prétendre non plus qu'il est fou amoureux d'elle ou quelque chose du genre, mais... c'est comme ça, elle lui plaît bien plus qu'on su lui plaire l'intégralité de ses conquêtes, et s'il devrait se contenter de le garder pour lui et de tout simplement laisser tomber... C'est en train de prendre trop d'importance. Alors il ne réussit tout bonnement pas à le garder pour lui.

"Pour ça, il va falloir partir du principe que j'en ai un, de coeur"
, répond-t-il avec un léger sourire quand Geoffrey le met en garde contre cette situation.

Harfang pourrait mal le prendre, et soupçonner son ami de vouloir évincer un éventuel rival (mais ça sous-entendrait qu'il ait la moindre chance avec Agrippine. Et ils semblaient tous les deux d'accord sur le fait que ça n'arriverait pas), mais ce n'est pas le cas, en fait, il est même porté à croire qu'il ne s'agit que d'un conseil amical... et c'est vrai qu'il est avisé, ce conseil. Est-ce qu'il va le respecter pour autant ? Il y a peu de chances. Pourtant, bien sûr qu'il en a un, de coeur. Parfois, ça ne se voit pas trop, mais c'est le cas.

"Je ne sais pas vraiment ce que je veux."
Est-ce qu'il voudrait vivre le parfait amour avec Agrippine ? Non, il est convaincue que leur relation n'aurait plus d'intérêt, alors. Mais quand même. "Enfin, à part enfermer Callidora dans une boîte et l'expédier en plusieurs morceaux aux quatre coins de la planète."

Il exagère, rassurez-vous. Il exagérera moins d'ici quelques mois, quand elle lui donnera de meilleures raisons encore de la détester comme il ne s'est jamais privé de le faire.
codage par LaxBilly pour Stich ins Glück
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
Geoffrey Waldman
▌ Messages : 205
Humeur :
50 / 10050 / 100

En couple avec : Melissa Waldman

QUI SUIS-JE?
Baguette: 22 cm, bois d'acajou, écaille de sirène
Camp: Neutre
Avatar: Michael Fassbender

Message#Sujet: Re: Quand mon verre est vide, je le plains ; quand mon verre est plein, je le vide. [Geoffrey]    Sam 24 Nov - 9:23

Quand mon verre est vide, je le plains ; quand mon verre est plein, je le vide.
But I must explain to you how all this mistaken idea of denouncing pleasure and praising pain was born and I will give you a complete account of the system, and expound the actual teachings of the great explorer of the truth, the master-builder of human happiness. No one rejects, dislikes, or avoids pleasure itself, because it is pleasure, but because those who do not know how to pursue pleasure rationally encounter consequences that are extremely painful.
Geoffrey n’était pas vraiment un moralisateur, d’ailleurs, il détestait ceux qui faisaient la morale aux autres, et il se gardait bien de la faire à qui que ce soit. Mais là, il s’agissait de son ami, il n’en avait pas beaucoup, quasiment pas, et Geoffrey n’avait pas envie de ramasser Harfang à la petite cuillère parce qu’il était tombé amoureux de la mauvaise fille. Aimer Agrippine, ce devait être la pire idée du monde, en plus d’être suicidaire, étant donné que l’issue était déjà écrite, il se casserait les dents, que ce soit lui ou un autre homme, ça ne changerait rien. Mais tant qu’à faire, il préférerait que ça ne tombe pas sur Harfang, les chagrins d’amour, il n’y avait rien de plus emmerdant, à vivre ou à regarder, et il ne voulait pas de ça.

"Pour ça, il va falloir partir du principe que j'en ai un, de coeur"

Geoffey leva les yeux au ciel, conscient qu’il détournait un peu le problème. C’est sûr, Harfang était un grand garçon, mais il ne faudrait pas qu’il vienne chouiner plus tard. Même s’il était probable qu’Harfang ne soit pas le genre d’hommes à chouiner… ou alors, le spectacle serait vraiment… horrible à voir, et très gênant. Enfin bref, Geoffrey ne faisait que lui donner un conseil, même si un soupçon de jalousie totalement inutile traînait par là aussi, mais il ne voulait pas y faire attention. Il ferait bien d’appliquer ce conseil à lui-même, mais les hommes étaient idiots dans ce domaine qu’était l’amour et les sentiments. Pourtant, il était clair qu’Agrippine ne représentait pas qu’un amusement sexuel pour lui…

"Je ne sais pas vraiment ce que je veux. Enfin, à part enfermer Callidora dans une boîte et l'expédier en plusieurs morceaux aux quatre coins de la planète. "

Il offrit un léger sourire et finit son verre. Il était bien mal loti, entre une femme… comme Callidora et une autre qui ne voulait pas de lui. Geoffrey pourrait presque le plaindre, en tout cas, il n’aimerait pas être dans sa situation, et préférait de loin être dans la sienne.

« Je n’en doute pas. Pauvre Harfang, que va-t-on faire de toi ? »

black pumpkin
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
Harfang Londubat
▌ Messages : 190
Humeur :
50 / 10050 / 100

En couple avec : Callidora Londubat

QUI SUIS-JE?
Baguette: Bouleau, 29 cm, plume de phénix
Camp: Neutre
Avatar: Chris Evans

Message#Sujet: Re: Quand mon verre est vide, je le plains ; quand mon verre est plein, je le vide. [Geoffrey]    Mar 4 Déc - 10:04



Harfang Londubat Featuring Geoffrey Waldman



Quand mon verre est vide, je le plains ; quand mon verre est plein, je le vide.



Harfang affiche à sourire. Tout bien considéré, il est assez évident qu’il n’est pas la personne la plus à plaindre au monde. D’accord, sa femme mériterait d’apparaître en illustration du mot  « mégère » dans le dictionnaire, mais ce n’est pas si grave que ça. Leurs échanges se réduisent au strict minimum, elle fait sa vie de son côté, et lui de la sienne, avec le simple accord tacite de ne pas compromettre publiquement l’image de leur couple. Harfang passe la plupart de ses nuits dans des lits différents, en compagnie de créatures particulièrement exquises, et même s’il ne parvient pas à mettre dans son lit une fille en particulier qui a la fâcheuse tendance à l’obséder, ce n’est pas non plus la fin du monde…

D’ailleurs, concernant Agrippine, il vaut sans doute mieux un jeu sans issu qu’une partie dont il sortirait vainqueur. Il se lasserait sûrement automatiquement ensuite… il préférait  se lasser de leur petit jeu que de se lasser d’elle… Ce qui n’est pas forcément plus sain, mais pas au point d’inscrire son nom à la liste des martyres sacrifiés sur l’autel de l’existence. Il a la fortune, la position, la réputation, et nombre d’autres rouquines moins regardantes que la fille de madame la ministre. Alors, ce qu’on allait faire de lui, il n’en savait rien, mais s’apitoyer sur son sort, certainement. Aucun doute quant au fait qu’il est un cas désespéré, et de choix, mais il n’a pas envie, en revanche, de devenir un cas désespérant.

"Je me pose la question chaque jour que Merlin fait."
Harfang jette un regard circulaire autour de lui. "Mais c’est me donner des nœuds au cerveau pour rien. Je crois que je préfère garder cette question pour plus tard et m’intéresser plutôt à qui va me tenir compagnie cette nuit."
codage par LaxBilly pour Stich ins Glück
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
Geoffrey Waldman
▌ Messages : 205
Humeur :
50 / 10050 / 100

En couple avec : Melissa Waldman

QUI SUIS-JE?
Baguette: 22 cm, bois d'acajou, écaille de sirène
Camp: Neutre
Avatar: Michael Fassbender

Message#Sujet: Re: Quand mon verre est vide, je le plains ; quand mon verre est plein, je le vide. [Geoffrey]    Jeu 20 Déc - 12:37

Quand mon verre est vide, je le plains ; quand mon verre est plein, je le vide.
But I must explain to you how all this mistaken idea of denouncing pleasure and praising pain was born and I will give you a complete account of the system, and expound the actual teachings of the great explorer of the truth, the master-builder of human happiness. No one rejects, dislikes, or avoids pleasure itself, because it is pleasure, but because those who do not know how to pursue pleasure rationally encounter consequences that are extremely painful.
Harfang s’était bien fourré dans le pétrin aux yeux de Geoffrey. Tomber amoureux d’Aggripine c’était bien la pire idée au monde. Surtout qu’en prime, elle ne voulait pas de lui. Il se demandait bien comment il avait fait… mais bon courage à lui pour se sortir de là en tout cas. Geoffrey ne pouvait rien faire pour l’aider. Il était bel et bien seul sur ce coup-là. Il n’enviait en rien son état, ni quoique ce soit d’Harfang. Il n’avait pas vraiment de chance au final. Il occupait une bonne place au niveau de la société et professionnelle cela dit, ce n’était pas négligeable. Mais pour ce qui était de sa vie personnelle, il préférait de loin la sienne. Même si elle était loin d’être idéale.

Enfin bon, Geoffrey avait tout de même un petit coup de cœur pour la rousse, alors mieux valait qu’il ne la ramène pas trop. Mais il n’en était pas non plus amoureux, il l’appréciait beaucoup. Voilà tout, et comme elle était sa maîtresse, ce n’était pas totalement saugrenu. Ça le restait toujours moins qu’Harfang. Quoiqu’il en soit, il ne se faisait pas non plus trop de soucis pour Harfang, et savait que son ami allait rebondir sans mal. Ce n’était pas une fille qui allait le mettre dans tous ses états. Quoique, vu toutes ses conquêtes, ce serait sûrement bien les femmes qui causeraient sa perte. C’était triste à dire, mais cela n’étonnerait pas Geoffrey, quoiqu’il en soit. Mais heureusement, ils n’en étaient pas encore là et tout allait pour le mieux, enfin, si on voulait.

"Je me pose la question chaque jour que Merlin fait. Mais c’est me donner des nœuds au cerveau pour rien. Je crois que je préfère garder cette question pour plus tard et m’intéresser plutôt à qui va me tenir compagnie cette nuit."

Geoffrey leva les yeux au ciel, au moins, il ne se laissait pas abattre. C’était une bonne chose. Mais il n’en doutait pas, il était un homme accompli, pas un adolescent perdu et paniqué. Qui allait lui tenir compagnie cette nuit… Il ne pensait vraiment qu’à ça. Mais bon, tant qu’il se faisait plaisir, pourquoi pas après.

« Oui, eh bien j’espère que c’est pas un sous-entendu, parce que je ne suis pas du tout intéressé. »

black pumpkin
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
Harfang Londubat
▌ Messages : 190
Humeur :
50 / 10050 / 100

En couple avec : Callidora Londubat

QUI SUIS-JE?
Baguette: Bouleau, 29 cm, plume de phénix
Camp: Neutre
Avatar: Chris Evans

Message#Sujet: Re: Quand mon verre est vide, je le plains ; quand mon verre est plein, je le vide. [Geoffrey]    Lun 7 Jan - 16:00



Harfang Londubat Featuring Geoffrey Waldman



Quand mon verre est vide, je le plains ; quand mon verre est plein, je le vide.


La réponse de Geoffrey fait sourire Harfang. Bien sûr, il ne prend rien de cette remarque au sérieux, et lui-même n'a clairement aucune vue sur Geoffrey. Son éducation, sans doute, fait que s'il a été ouvert à des choses assez peu... protocolaires pourtant, l'idée de partager la moindre intimité avec un autre homme le rebute. C'est une question de préférence, évidemment, mais aussi de valeurs, et les siennes sont celles... de son temps, et évoquer quelque chose d'aussi... non naturel, pense-t-il (et ce n'est bien que sa pensée à lui) le rebute carrément. Sauf quand c'est pour rire, quand c'est pour rire, là, par contre, le sujet se laisse aborder sans difficulté.

"Tu me fends le coeur"
, répond alors Harfang plutôt que d'inutilement s'offusquer. "Tout ça parce que tu es vexé que je finisse par vous abandonner, ton verre et toi", ajoute-t-il alors en déposant une tape dans son dos. "Ne t'en fais pas, va, j'ai tout le temps que tu veux, et j'ai bien envie d'un autre verre, d'ailleurs. Tu en prends un aussi, c'est ma tournée ?"

Prendre les choses à la dérision est un art qui n'a pas vraiment de secret pour Harfang. Il le maîtrise plutôt bien, c'est vrai, et ce n'est pas plus mal quand on a évoqué coup sur coup des sujets sensibles comme Agrippine, ou pas forcément très réjouissants comme Callidora. Rien que pour ça, le verre supplémentaire qu'il a l'intention de se jeter derrière le gosier ne sera pas de trop. Oui, lui, il a tout le temps qu'il veut devant lui. S'il peut ne pas rentrer de la nuit, il ne dira pas non, ça vaudra toujours mieux que de rentrer chez lui. Même si Geoffrey, de son côté, est peut-être plus pressé de retrouver sa femme que lui-même. Ce qui n'est pas un exploit difficile à accomplir.
codage par LaxBilly pour Stich ins Glück
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
Geoffrey Waldman
▌ Messages : 205
Humeur :
50 / 10050 / 100

En couple avec : Melissa Waldman

QUI SUIS-JE?
Baguette: 22 cm, bois d'acajou, écaille de sirène
Camp: Neutre
Avatar: Michael Fassbender

Message#Sujet: Re: Quand mon verre est vide, je le plains ; quand mon verre est plein, je le vide. [Geoffrey]    Dim 13 Jan - 21:52

Quand mon verre est vide, je le plains ; quand mon verre est plein, je le vide.
But I must explain to you how all this mistaken idea of denouncing pleasure and praising pain was born and I will give you a complete account of the system, and expound the actual teachings of the great explorer of the truth, the master-builder of human happiness. No one rejects, dislikes, or avoids pleasure itself, because it is pleasure, but because those who do not know how to pursue pleasure rationally encounter consequences that are extremely painful.
Bien entendu, Geoffrey avait lancé cela comme une boutade. Il ne pensait pas que Harfang puisse avoir la moindre vue sur lui, du moins, il n’espérait pas. Les relations entre hommes n’attiraient pas du tout Geoffrey, il trouvait même cela dégoûtant. Tout comme les relations entre femme, cela n’avait rien de normal. Si la reproduction se faisait avec deux personnes du même sexe, ce n’était pas pour que deux hommes, ou deux femmes s’acoquinent ensemble. Si Geoffrey n’avait pas un sens de l’humour hyper développé, il savait que Harfang comprendrait la subtilité. C’était bien une de seules personnes avec qui il s’autorisait un peu d’humour. Quoique, cela pouvait lui arriver avec Agrippine aussi, de temps en temps.

"Tu me fends le cœur. Tout ça parce que tu es vexé que je finisse par vous abandonner, ton verre et toi"

Geoffrey se contenta de lever les yeux au ciel. Même si un léger sourire ourlait tout de même ses lèvres. Harfang en faisait toujours trop, mais il devrait se méfier. Si quelqu’un entendait ses paroles et n’avait aucune conscience qu’il disait cela pour plaisanter, les choses pourraient aller loin. C’était le problème avec les Hommes, ils cherchaient toujours de quoi mettre les autres à genoux.

"Ne t'en fais pas, va, j'ai tout le temps que tu veux, et j'ai bien envie d'un autre verre, d'ailleurs. Tu en prends un aussi, c'est ma tournée ?"

Geoffrey ne voyait pas de raison pour refuser. Il n’avait pas une soudaine envie de rentrer chez lui, pour retrouver Melissa. Il ne savait pas si cette dernière dormait ou non, mais si ce n’était pas le cas, il n’avait guère envie qu’elle lui pose des questions sur sa journée, ou sur sa soirée. Même si cela partait en général d’une bonne intention, ce soir, il n’avait pas envie de discuter avec elle.

« Je suis sincèrement flatté par ta considération mon cher ami. Puisque c’est toi qui payes, ce serait très impoli de te laisser là tout seul. Même si tu n’aurais aucun mal à me remplacer, je le conçois. Mais je n’ai pas envie de rentrer maintenant, alors j’accepte ta proposition avec plaisir. »

black pumpkin
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
Harfang Londubat
▌ Messages : 190
Humeur :
50 / 10050 / 100

En couple avec : Callidora Londubat

QUI SUIS-JE?
Baguette: Bouleau, 29 cm, plume de phénix
Camp: Neutre
Avatar: Chris Evans

Message#Sujet: Re: Quand mon verre est vide, je le plains ; quand mon verre est plein, je le vide. [Geoffrey]    Hier à 9:37



Harfang Londubat Featuring Geoffrey Waldman



Quand mon verre est vide, je le plains ; quand mon verre est plein, je le vide.


Il se pourrait bien, au final, que sa soirée qu'il envisageait finir dans les bras d'une conquête quelconque (quelconque car il ignore tout d'elle à l'heure actuelle, pas parce qu'il la trouverait quelconque d'apparence. On ne le répétera jamais assez, même si ça ne se voit pas forcément, Harfang est tout de même un petit peu sélectif... d'aucuns diront pas assez, mais ça c'est ses affaires, par contre). Pas qu'il ne puisse pas se rattraper plus tard sur une blonde, une brune, une rousse, pour terminer sa nuit dans un autre lit que le sien, mais il admet que pour l'instant, il se satisfait très bien de la présence de son interlocuteur.

Harfang n'est pas forcément le plus fiable des amis, pas par manque d'intérêt mais par absence d'assiduité. Il est rarement le premier à faire la démarche de voir ses quelques amis, mais il est tout de même toujours ravi quand il a l'occasion de croiser leur route... Et là, puisqu'il a l'occasion de passer du temps avec Geoffrey, et que ce dernier n'a pas l'air de souhaiter rentrer chez lui dans la seconde, autant en profiter.

Harfang fait signe à la serveuse (toujours aussi charmante) de leur servir deux nouveaux verres. Et suggère à Geoffrey de trinquer. Il n'y a pas forcément de raison à ça, mais sa consommation d'alcool déjà bien avancée, même s'il n'en a pas perdu sa lucidité pour autant, le pousserait globalement à trinquer à n'importe quoi : aux épouses castratrices, aux belles femmes, aux jolies rouquines inaccessibles, aux vies professionnelles moyennement exaltantes.

"Aux mariages épanouis !"
trinque-t-il alors avec humour.

Parce que sans être dans le même bateau que lui, de toute évidence, Geoffrey ne vie pas non plus la vie conjugale la plus exaltante. Sans quoi il ne traînerait pas autant la patte pour rentrer chez lui et retrouver sa charmante épouse. L'amour n'est pas toujours une composante suffisante aux mariages. Ceci dit, la haine l'est encore moins. Au fond, il faudrait ne pas se marier du tout. Quant aux enfants, n'en parlons même pas.
codage par LaxBilly pour Stich ins Glück
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

Message#Sujet: Re: Quand mon verre est vide, je le plains ; quand mon verre est plein, je le vide. [Geoffrey]    

Revenir en haut Aller en bas
 

Quand mon verre est vide, je le plains ; quand mon verre est plein, je le vide. [Geoffrey]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Verre vide je te plains, verre plein je te vide.
» OGM: Quand Monsanto sème la terreur
» Si tu as besoin de quoi que ce soit, je serai là pour toi, dans les bons moments et dans les mauvais, pour toujours. [PV Boule Marine.]
» [CLOS] Quand la valse s'emmêle... {Aoi}
» Mon verre s'est brisé comme un éclat de rire.[Alfred]
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
T.rouble O.r M.isery (or both) ::  :: 
Pré-au-lard
 :: Aux Trois Balais
-