AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Quand mon verre est vide, je le plains ; quand mon verre est plein, je le vide. [Geoffrey]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
SORCIER
Geoffrey Waldman
▌ Messages : 235
Humeur :
Quand mon verre est vide, je le plains ; quand mon verre est plein, je le vide. [Geoffrey]  - Page 2 Left_bar_bleue50 / 10050 / 100Quand mon verre est vide, je le plains ; quand mon verre est plein, je le vide. [Geoffrey]  - Page 2 Right_bar_bleue

En couple avec : Melissa Waldman

QUI SUIS-JE?
Baguette: 22 cm, bois d'acajou, écaille de sirène
Camp: Neutre
Avatar: Michael Fassbender

Quand mon verre est vide, je le plains ; quand mon verre est plein, je le vide. [Geoffrey]  - Page 2 Empty
Message#Sujet: Re: Quand mon verre est vide, je le plains ; quand mon verre est plein, je le vide. [Geoffrey]    Quand mon verre est vide, je le plains ; quand mon verre est plein, je le vide. [Geoffrey]  - Page 2 Icon_minitimeLun 27 Mai - 14:37

Quand mon verre est vide, je le plains ; quand mon verre est plein, je le vide.
But I must explain to you how all this mistaken idea of denouncing pleasure and praising pain was born and I will give you a complete account of the system, and expound the actual teachings of the great explorer of the truth, the master-builder of human happiness. No one rejects, dislikes, or avoids pleasure itself, because it is pleasure, but because those who do not know how to pursue pleasure rationally encounter consequences that are extremely painful.
Ce serait idiot d’en vouloir à Harfang. Il n’avait pas fait exprès, il ne pouvait pas savoir tout cela. Certes, cela ne faisait pas vraiment plaisir à Geoffrey d’en parler mais bon… il n’avait pas vraiment le choix. Et puis, ce n’était pas non plus une corvée, et ça ne datait pas non plus de la veille cette histoire. Mais cela faisait plusieurs années que ça ne donnait rien, ou alors que cela fonctionnait mais que Melissa finissait par faire une fausse couche.

Ce n’est pas pour autant qu’il en parlait avec légèreté. Cela restait un sujet sensible, bien évidemment. Mais qu’y pouvait-il vraiment ? Rien. C’était ainsi. Il n’avait pas envie de tenter à nouveau, si c’était pour avoir une nouvelle déception, cela n’était pas la peine. Et puis, sait-on jamais, cela pourrait commencer à devenir dangereux pour Melissa. Même s’il n’en était plus amoureux comme au premier jour, il ne voulait pas que quoi que ce soit lui arrive. Il n’était pas complètement insensible non plus.

"Vous n'avez pas envisagé d'adopter, par exemple ?"

Non, pas du tout. Enfin, peut-être que Melissa y avait déjà pensé, mais Geoffrey n’avait pas envie d’élever l’enfant de quelqu’un d’autre. C’était juste… hors de question. Il voulait un enfant de son sang, sinon, il ne voyait strictement pas l’intérêt. Certes, ces enfants orphelins avaient besoin d’un foyer, mais pas le sien. D’autres couples seraient probablement tout aussi efficaces dans ce genre de procéder, mais cela ne l’intéressait pas vraiment pour sa part. Et il n’accepterait jamais cela non plus.

Enfin, au moins, il pouvait voir que Harfang se souciait un minimum de lui, et cela lui faisait plaisir. On pouvait dire ce que l’on voulait d’Harfang, Geoffrey le considérait comme un véritable ami. Peut-être le seul qu’il avait d’ailleurs, mais cela lui convenait amplement, il n’avait pas besoin d’être entouré d’hypocrites qu’il ne pouvait pas supporter.

« Non, ça ne me dit rien du tout. Elever les enfants des autres… c’est particulier. »

black pumpkin

_________________

- Qui cherche la perfection obtient l’excellence -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
Harfang Londubat
▌ Messages : 214
Humeur :
Quand mon verre est vide, je le plains ; quand mon verre est plein, je le vide. [Geoffrey]  - Page 2 Left_bar_bleue50 / 10050 / 100Quand mon verre est vide, je le plains ; quand mon verre est plein, je le vide. [Geoffrey]  - Page 2 Right_bar_bleue

En couple avec : Callidora Londubat

QUI SUIS-JE?
Baguette: Bouleau, 29 cm, plume de phénix
Camp: Neutre
Avatar: Chris Evans

Quand mon verre est vide, je le plains ; quand mon verre est plein, je le vide. [Geoffrey]  - Page 2 Empty
Message#Sujet: Re: Quand mon verre est vide, je le plains ; quand mon verre est plein, je le vide. [Geoffrey]    Quand mon verre est vide, je le plains ; quand mon verre est plein, je le vide. [Geoffrey]  - Page 2 Icon_minitimeMer 29 Mai - 18:17



Harfang Londubat Featuring Geoffrey Waldman



Quand mon verre est vide, je le plains ; quand mon verre est plein, je le vide.


Dans le fond, Harfang ferait mieux (et il le sait) de se la fermer et d’accepter de changer de sujet, parce qu’il n’est capable de dire des choses bateau, que les personnes qui sont au courant de sa situation ont déjà dû lui dire des centaines de fois et qu’il a dû se lasser d’entendre. C’est vrai, il aurait plutôt intérêt à se taire et à changer de sujet, parler d’un truc plus innocent, d’un sujet un peu moins… sensible. De toute manière, on attend pas forcément d’Harfang Londubat qu’il soit sensible et à l’écoute, on attend plutôt de lui qu’il accumule les conquêtes, qu’il crache sur le dos de sa femme et qu’il s’applique avec tout le soin qui va bien à être le pire père possible pour sa fille.

Oui mais non. Il ne parle pas au premier péquenot venu, là, il s’adresse à Geoffrey, l’un de ses rares amis, et qui mérite bien que l’homme fasse des efforts pour lui au passage. Ce n’est pas un supplice, d’ailleurs, il se fait vraiment du souci, il se pose réellement, honnêtement des questions. Alors il considère que c’est la moindre des choses de parler plus longuement, du moins si ça peut faire du bien à son interlocuteur. Et dans le cas contraire ? Bon… Dans le cas contraire, Geoffrey se ferait certainement un plaisir de lui faire comprendre qu’il ne veut plus discuter de tout ça et qu’il est préférable de le laisser tranquille. Pour le moment, il accepte de parler. Que ça lui fasse du bien ou pas, ça se discute, Harfang n’est sûr de rien, mais peut-être que oui ?

En tout cas, il lui répond, lui dit qu’avoir un enfant qui ne soit pas de lui ne lui convient pas, c’est une perspective qui se défend. Harfang ne sait pas trop ce qu’il penserait à la place de Geoffrey. En même temps, il n’a jamais voulu d’enfants. Il a fait une fille à sa femme parce qu’on attendait d’eux un héritier, et après, il n’avait plus insisté. S’il a d’autres enfants, il n’en sait rien (même si c’est une possibilité), et préfère ne pas savoir. Sa propre fille est comme une étrangère à ses yeux. Qu’est-ce que ça aurait été si elle n’avait pas été de sa chair, de son sang ?

"Sûrement"
, concède-t-il, déjà à court de solution… parce qu’il n’y en a pas. "Bon… et tu le vis comment ?"

Ils ont parlé de la situation de façon factuelle, mais lui, qu’est-ce qu’il ressent ? Est-ce que la perspective de ne jamais devenir père est une chose avec laquelle il est capable de vivre ?

codage par LaxBilly pour Stich ins Glück
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Quand mon verre est vide, je le plains ; quand mon verre est plein, je le vide. [Geoffrey]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Verre vide je te plains, verre plein je te vide.
» [CLOS] Quand la valse s'emmêle... {Aoi}
» Mon verre s'est brisé comme un éclat de rire.[Alfred]
» Quand un simple verre tourne à l'humiliation - Ashton ?
» Quand on rêve éveillé. [Pv Jann et Sweety]
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
T.rouble O.r M.isery (or both) ::  :: 
Pré-au-lard
 :: Aux Trois Balais
-