AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Les grands caractères ne connaissent que les rivalités [pv Terrence :3]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
SORCIER
Rudolf Brand
▌ Messages : 119
Humeur :
50 / 10050 / 100


QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois de houx, 31,75 cm, plume de phénix
Camp: Neutre
Avatar: Sebastian Stan

Message#Sujet: Les grands caractères ne connaissent que les rivalités [pv Terrence :3]   Lun 13 Aoû - 10:56


Les grands caractères ne connaissent que les rivalités
E

t une victoire de plus pour les busards de Heidelberg, menés brillamment par votre humble serviteur, avec tout le panache et la rage de vaincre dont ce dernier était capable. Bon, d'accord, redescendons d'un étage tout de même, il est vrai qu'il ne s'agissait jamais que d'un match amical, supposé apaiser les tensions internationales survenues après la guerre, dont les sorciers avaient peut-être moins pâti que les moldus, mais souffert tout de même, à plus forte raison que les conflits et les menaces pesaient encore, nombreux, sur le monde magique. Mais au diable les prétendus ronds de jambe que l'on doit à ces matchs de circonstances, les busards avaient littéralement écrasé l'équipe adverse, et en toute honnêteté (et humilité, cela va sans dire), Rudolf ne saurait que reconnaître qu'il n'y était pas pour rien.

Il avait quitté Rome, où avait eu lieu le match en question, le matin même, pour passer un peu de temps à Londres avec ses parents (où il vivait comme un coq en pâtes). Ce qui ne l'empêcha pas le soir même d'abandonner la demeure familiale dans le but d'aller boire un verre quelque part. Les pubs à Londres, ce n'était clairement pas ce qui manquait, mais ce n'est pourtant pas là que le jeune homme choisit de se rendre. Non, à la place, il transplana jusqu'à Pré-au-Lard, direction les Trois-Balais. Même si l'ambiance pouvait être sympathique et les serveuses agréables, ce n'étaient pas toujours ce genre d'endroits qui avaient la préférence de Rudolf, mais il savait en revanche qu'il avait des chances d'y croiser Gwendolyn... et même s'il le nierait en bloc le cas échéant, ce n'était pas pour rien qu'il s'était posté stratégiquement au comptoir du pub, son verre de whisky pur feu à la main, prêtant une attention toute particulière aux personnes qui se trouvaient là et à celles et ceux qui entraient et sortaient de la taverne.

Il était en quête d'une silhouette familière, et s'il n'en trouvait pas, eh bien soit, peu importe, il trouverait bien quelqu'un d'autre pour lui tenir compagnie. Un homme de sa trempe (et de son indéniable charisme) ne restait jamais bien longtemps seul, après tout, c'était bien connu. Et il y avait quelques jolies demoiselles qui lui faisaient un peu de l'oeil. Malheureusement, ce n'était pas vers elles que son attention était attirée, parce qu'il venait de croiser une silhouette familière... et déplaisante. Terrence Fern était là... Super... Comme s'il avait vraiment besoin de se coltiner sa compagnie.

En soi, ils auraient peut-être pu s'entendre, encore qu'ils étaient par certains aspects un peu trop similaires, mais certaines choses ne passaient pas, le fait qu'il arrive à Terrence de coucher avec Gwendolyn, surtout, ne passait pas.

-Fern, toujours un plaisir de te voir,
ironisa Rudolf en guise de salutations.








code by Mandy

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
Terrence Fern
▌ Messages : 235
Humeur :
95 / 10095 / 100

En couple avec : toutes les belles femmes.

QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois de charme, 26,4cm, cheveu de Vélane.
Camp: Neutre
Avatar: Zac Efron

Message#Sujet: Re: Les grands caractères ne connaissent que les rivalités [pv Terrence :3]   Sam 13 Oct - 14:13

Les grands caractères ne connaissent que les rivalités.
Depuis que la route de Terrence avait croisé celle de Will, il y avait quand même pas mal de chose qui avait changé. C’était quelque chose qu’il n’avait pas pu croire possible à une époque, mais le jeune homme ne regardait plus réellement les autres femmes. Bon, il ne pouvait pas nier que ses yeux roulaient parfois de temps en temps bien sûr, mais c’était différent. Il passait son temps à penser à Will et il avait juste envie d’être avec elle. Ce qui ne manquait pas de le perturber énormément. En soit c’était une bonne chose, sans aucun doute, mais quand même ça changeait grandement ses habitudes. Terrence Fern, le coureur de jupon, ne courrait plus réellement les jupons. En fait, il ne les courrait plus du tout. Ça faisait un petit moment qu’il n’avait pas courtisé de jeune femme et qu’il n’avait pas passé du temps intime en leurs compagnies. Parce que ça ne l’intéressait plus. Will était juste… parfaite à ses yeux. Il ne désirait aucune autre femme. Bon, déjà il savait parfaitement que ça ferait de lui un connard fini si jamais il osait tromper la jeune femme (même si la définition de leur relation était particulière, le jeune homme ne saurait dire s’ils se fréquentaient réellement, s’ils étaient en couples, ou tout autre chose… la seule chose qu’il savait c’était qu’il l’aimait, et c’était bien la première fois que ça lui arrivait), mais dans tous les cas il n’avait aucune envie d’aller voir ailleurs.

Ce n’était pas pour autant qu’il s’empêchait de sortir cependant. Parce que la présence de ses parents, ça allait bien quelques minutes. Plus ça allait, plus le sorcier se disait qu’il faudrait quand même qu’il songe à trouver un moyen pour s’épargner la compagnie de ses parents. Il les adorait, vraiment, mais plus ça allait, plus c’était difficile. Surtout que depuis cette histoire lors de la soirée où on avait découvert qu’il « fréquentait » une moldue, ses parents s’étaient mis en tête de lui trouver une fiancée. Il avait de la chance pour le moment, ils n’avaient pas encore mis la main sur la perle rare, mais ça ne saurait sûrement pas tarder. Et à ce moment-là, ça allait vraiment poser soucis. Mais pour le moment, Terrence s’en sortait bien. Et il se contentait de sortir de chez lui le soir, juste pour s’épargner la présence de ses parents. Quand avant il sortait en grande partie dans le but de passer du temps en compagnie de jeune femme, maintenant il se rendait aux Trois Balais sans pour autant avoir l’intention de renter en charmante compagnie. Il espérait un peu croiser Will en fait, mais il doutait un peu que ça allait arriver. Par contre, son chemin croisa celui d’une autre personne connue.

« Brand, je vois que tu t’es encore perdu dans les pubs britanniques. »
Répliqua-t-il en guise de salutation envers le joueur de Quidditch. Ils ne s’entendaient pas. Ce n’était pas qu’ils avaient vraiment quelque chose l’un contre l’autre, mais les choses avaient fait qu’ils avaient quelques raisons de ne pas s’entendre. « Qu’est-ce que tu fais dans le coin ? »
Code by Gwenn

_________________

...:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
Rudolf Brand
▌ Messages : 119
Humeur :
50 / 10050 / 100


QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois de houx, 31,75 cm, plume de phénix
Camp: Neutre
Avatar: Sebastian Stan

Message#Sujet: Re: Les grands caractères ne connaissent que les rivalités [pv Terrence :3]   Sam 13 Oct - 15:18


Les grands caractères ne connaissent que les rivalités
R

udolf ne releva pas quand Terrence fit comprendre à sa manière à son interlocuteur que sa fréquentations assidue des pubs brittaniques n'était pas passée inaperçue. Ce n'était pas comme s'il s'en cachait vraiment, et si le jeune homme ne faisait pas de même de son côté, il ne s'en rendrait pas compte non plus. Leurs comportements, et sans doute leurs visions de la vie, n'étaient en soi véritablement pas si différentes, mais cela ne suffisait pas toujours à établir un climat de franche camaraderie et n'ôtait définitivement rien au fait que ces deux-là ne parvenaient tout bonnement pas à se supporter. Encore que, c'était peut-être un peu trop rapidement dit. Ils se supportaient puisqu'ils étaient tout à fait capables de rester ensemble dans la même pièce et de communiquer, mais il ne fallait pas forcément s'attendre à de l'enthousiasme ou de la franche camaraderie les concernant, bien au contraire même. Il lui demanda ce qu'il faisait dans le coin, Rudolf n'était pas certain qu'il s'agisse là d'une vraie question car après tout, même s'il voyageait très souvent là où les matchs des Busards le conduisaient, c'était bien à Londres qu'il vivait, aussi contradictoire cela puisse-t-il paraître avec le fait qu'il était Allemand d'origine et meneur d'une équipe sportive parfaitement germanique.

-Je viens célébrer la dernière victoire de mon équipe, bien sûr,
dit-il avec le sourire, car il ne se lasserait bien évidemment jamais de se gargariser de son succès.

Il faut dire que pour le moment, les Busards de Heidelberg faisaient une saison plutôt mémorables et ils n'avaient très clairement pas à rougir de leurs résultats, bien au contraire. Alors oui, il était un joueur talentueux et influent (et séduisant, tout ça...), alors il n'allait clairement pas prétendre penser le contraire, n'en déplaise à son entourage.

-Et pour ne rien te cacher.
En même temps, Terrence était bien assez intelligent pour le deviner sans que le jeune homme ait besoin de spécifier quoi que ce soit mais que voulez-vous, ça lui faisait plaisir. J'avais bien l'intention de fêter ça en charmante compagnie... Et sans vouloir t'offenser, bien sûr, ce n'était pas la tienne que j'avais à l'esprit.

Non, il songeait plutôt à l'une des charmantes donzelles à quelques mètres d'eux qui se distinguaient par une conversation animée et visiblement hilarante à laquelle Rudolf aurait le plus grand plaisir à prendre part... Bon, elles n'étaient clairement qu'un choix de secours, mais malheureusement, même si le hasard (ou le destin ?) faisait souvent bien les choses, il ne plaçait pas constamment la belle Gwendolyn sur son chemin, et dans ce cas, il fallait bien qu'il se débrouille autrement... Et ce n'était pas un souci... Rudolf avait de la ressource, et il n'en était pas peu fier.





code by Mandy

[/quote]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
Terrence Fern
▌ Messages : 235
Humeur :
95 / 10095 / 100

En couple avec : toutes les belles femmes.

QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois de charme, 26,4cm, cheveu de Vélane.
Camp: Neutre
Avatar: Zac Efron

Message#Sujet: Re: Les grands caractères ne connaissent que les rivalités [pv Terrence :3]   Mar 18 Déc - 22:36

Les grands caractères ne connaissent que les rivalités.
Terrence se retint de lever les yeux au ciel quand l’homme sous ses yeux affirma qu’il venait fêter la victoire de son dernier match. Clairement, Rudolf n’était pas le dernier pour se venter. En même temps, on pouvait très bien affirmer qu’ils se ressemblaient beaucoup tous les deux, et donc ils avaient ce point en communs, ils se ventaient sans aucun souci. Mais mine de rien, le jeune homme ne manquait pas de taper sur le système de Terrence. En soit, le jeune homme n’avait rien contre son interlocuteur, bien au contraire. C’était simplement qu’ils se ressemblaient beaucoup trop, alors forcément, ils avaient tendance à voir leur caractère respectif s’entrechoquer quelque peu.

En tout cas, le joueur de Quidditch ne manqua pas de préciser qu’il avait l’intention de fêter sa victoire en charmante compagnie, mais que ce n’était pas la sienne qu’il cherchait. Sans que Terrence ne soit choqué de le découvrir, bien au contraire, s’il devait trouver une compagnie, ça n’était pas du tout vers Rodolf qu’il irait. Sauf qu’en cet instant précis, le jeune homme ne pouvait pas nier qu’il avait quand même bien envie d’ennuyer un peu Rudolf.

« J’imagine, je n’ai sans doute pas un corps suffisamment ravageur pour toi et une chevelure assez blonde. »

Quand il disait ça, il était évident qu’il pensait quand même à une personne en particulier. Même s’il savait bien que son interlocuteur, autant que lui, appréciait la charmante compagnie des charmantes jeunes femmes, il y avait quand même une personne en particulier. Bon, on ne pouvait pas dire que Terrence avait une relation très saine avec Gwendolyn, ils se prenaient quand même souvent la tête, mais ils s’entendaient très bien sur de nombreux plans. Terrence savait que son interlocuteur avait une relation un peu particulière avec sa camarade joueuse de Quidditch, ce n’était pas pour rien qu’il en jouait un peu quand même.

« T’as vu Gwendolyn ces dernier temps ? » Demanda-t-il avec un grand sourire, parce qu’il ne pouvait pas s’empêcher de chercher à taquiner son interlocuteur. Oh, il n’avait aucune raison de le faire logiquement, mais il trouvait ça juste amusant. Il avait bien l’intention de profiter pleinement de sa soirée et s’il pouvait en profiter pour agacer légèrement l’homme sous ses yeux, ça ferait un sacré combo. « Je l’ai vu, il y a pas longtemps. On a passé une bonne soirée. »

Bon, ce n’était pas entièrement vrai. Bon, le jeune homme avait croisé la fameuse Gwen dernièrement, du moins il n’y avait pas si longtemps que ça en soit… enfin, ça commençait à faire quand même. Et ces derniers temps, c’était évident que Terrence n’avait pas eu d’histoire comme il avait pu en avoir beaucoup avant. Comme quoi, tout changeait, même les choses qu’on ne pouvait pas imaginer différente. Terrence ne parvenait pas à se dire que Rudolf pouvait arriver à se caser après tout et ne plus jouer les tombeurs.
Code by Gwenn

_________________

...:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SORCIER
Rudolf Brand
▌ Messages : 119
Humeur :
50 / 10050 / 100


QUI SUIS-JE?
Baguette: Bois de houx, 31,75 cm, plume de phénix
Camp: Neutre
Avatar: Sebastian Stan

Message#Sujet: Re: Les grands caractères ne connaissent que les rivalités [pv Terrence :3]   Mar 18 Déc - 22:54


Les grands caractères ne connaissent que les rivalités
U

n corps ravageur, Rudolf ne pouvait prétendre que son interlocuteur n'en possédait pas un, bien au contraire (même s'il estimait, à titre personnel, ne rien avoir à lui envier, loin s'en faut), mais sans l'ombre d'une hésitation possible, il ne mangeait pas de ce pain-là, et il goûterait en effet bien plus agréablement à des courbes plus féminines et voluptueuses... et si elles pouvaient être celles d'une jolie blonde volcanique, alors c'était encore beaucoup mieux. Rudolf savait, évidemment, que Terrence faisait référence à Gwendolyn (parce qu'il devait pertinemment savoir que le meilleur moyen de réussir à la piquer était de parler d'elle... d'autant que Terrence possédait le fâcheux défaut de coucher régulièrement avec sa belle)... mais si ce n'était pas assez clair, il n'oublia pas de prononcer son nom, non sans ajouter que la jeune femme et lui avaient passé un très bon moment tous les deux il n'y a pas si longtemps que cela.

Rudolf serra les dents. Il n'avait pas envie de se montrer jaloux... mais jaloux, il l'était bel et bien. Même s'il savait qu'il ne pourrait jamais être totalement avec Gwen (du moins, pas à l'heure actuelle) et même si lui-même ne se privait pas de coucher à droite et à gauche, il détestait l'idée même qu'un autre homme puisse la toucher, la posséder... En fait, ça le rendait dingue. Si ce n'était pas montre d'une faiblesse trop manifeste, il se contenterait d'enfoncer son poing dans la figure de son interlocuteur pour lui faire perdre ses petits airs prétentieux et esquinter un peu sa foutue gueule d'ange. Forcément, Terrence lui ressemblait beaucoup trop, et un seul comme lui, c'était définitivement bien assez suffisant. Mais il prit sur lui, du moins autant que possible.

-Je n'en doute pas,
se contenta-t-il de répondre d'un ton qui se voulait indifférent. Mais honnêtement, tu devrais arrêter de me parler d'elle à chaque fois qu'on se voit, ça va virer à l'obsession, sinon, ajouta-t-il comme si de rien n'était, et comme si ce n'était pas lui qui était un milliard de fois trop obsédée par la magnifique joueuse de Quidditch. De toute façon, ce soir, je me sens plus d'attaque pour une petite rouquine, précisa-t-il en observant du coin de l'oeil une jeune femme tout à fait à son goût, à la chevelure flamboyante.

Bon, elle n'arrivait pas à la cheville de Gwen à ses yeux, qu'il considérait comme étant ni plus ni moins que la plus belle femme du monde (oui, il manquait très clairement d'objectivité, on peut le dire). Mais elle était tout de même parfaitement son genre... En même temps, Rudolf pouvait bien reconnaître qu'il n'avait pas vraiment de genre. Toutes les jolies femmes étaient susceptibles de lui plaire.




code by Mandy

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

Message#Sujet: Re: Les grands caractères ne connaissent que les rivalités [pv Terrence :3]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Les grands caractères ne connaissent que les rivalités [pv Terrence :3]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» - | Terminé | -- | - Jalousie & Rivalité - | -
» Organigramme du conseil des grands maîtres.
» Les grands poetes russes !
» Le 20 juillet...des grands faits historiques...
» Un nouveau camouflet historique dans les grands lacs
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
T.rouble O.r M.isery (or both) ::  :: 
Pré-au-lard
 :: Aux Trois Balais
-